Histoire : Code Tanit saison 1 (Partie 2/2)


Score : 0 sur 10 (0.0/10)   [0 notes]

Donner une notre :

Taille du texte :

Imprimer cette histoire

Écrite par julien-dupont le 01 janvier 2009 (310784 mots)

Dernière édition le 08 octobre 2009



chapitre 28 le retour du génie

28 septembre 2005

Le rêve de William


Faite attention a vous, ne vous laissez pas surprendre ... qu'est-ce qu'on fait Jeremie ? ... vous devez agir au plus vite ... ils sont sur le territoire du désert ...mais qu'est-ce que tu veux qu'on fasse contre un monstre pareil ... Odd c'est fait avoir par cette chose ... on n'a pas le choix ... repliez vous vite ... tu est sérieux ... attention Yumi le spectre t'as pris pour cible................Oh non Yumi pas ça !!!!!!!!!!.............Yumi ne reste pas près du bord ...........super smoke.............

Yumiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



Yumiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

C'est en poussant un cri de terreur que William se réveilla...trempée et essoufflée il lui fallut quelques secondes pour reprendre ces esprits se faisant il se rendit rapidement compte qu'il était dans sa chambre,il retira sa couverture pour mettre ses deux pieds à terre,assis sur le rebord de son lit le dos voûtés les coudes appuyer sur les genoux et ses deux mains sur le visage William essayait d'immerger.

Encore ce cauchemar se dit-il.

"Ce cauchemar" - "un cauchemar" - "le cauchemar"


Depuis plusieurs nuits William était sujet à des cauchemars,ou plus exactement à un cauchemar,ce dernier était récurrent est particulièrement horrible à tel point qu'il réveillait en sursaut le pauvre William,du coup le jeune homme passait des nuits plutôt blanches ayant pour conséquence que le lendemain il était complètement crevée.
Cet état de fait n'allait pas en s'améliorant car chaque soir se cauchemar se faisait plus précis apportant son lot de nouveaux événements mais quoi qu'il arrive il se terminait toujours de la même façon...... une façon horrible qu'elle troublait le pauvre William.

Dans ce cauchemar étrange William se voyait combattre aux côtés de Yumi sur le territoire désert en face d'eux ils affrontaient un spectre qu'il n'avait encore jamais vu,tout comme le mystérieux fantôme noir celui-ci était vêtu d'une tunique ample à ceci près que cette dernière était violette et arborait un symbole qui n'était pas celui de Xana.
Mais ce qui était le plus troublant c'était que le spectre en question avait l'apparence de Aelita,mais une Aelita très différente de celle qu'il connaissait car cette dernière avait les cheveux violets de plus son attitude était hostile vis-à-vis des lyoko-guerriers.
Pour une raisons inconnues elle tirait des sortes de champ de forces noires sur Yumi est William,ne comprenant rien à la situation les deux lyoko-guerriers étaient obligés de se défendre et c'est là que le cauchemar de William débute vraiment....

Alors que lui essayait d'attaquer le spectre sur les côtés,il voyait que ce dernier prenait Yumi pour cible,au hasard d'une acrobatie de la jeune Japonaise le spectre parvint à la toucher mais au lieu de la dévirtualiser a l'impact la boule d'énergie ne fit que projeter Yumi en arrière,touché en plein ventre Yumi gisait sur le rebord du plateau à moitié consciente.

Et à chaque fois c'était la même tragédie William avait beau crier de toutes ses forces pour que Yumi s'éloigne du rebord le spectre ne lui en laissait pas le temps,alors que Yumi peinait à se relever le spectre lui assénait lâchement une boule d'énergie.
Témoin de la scène William semblait incapable de faire quoi que ce soit,à chaque fois la sphere touchait Yumi de plein fouet et projetait cette dernière en dehors des limites du territoire provoquant inexorablement sa chute dans la mer numérique.
Devant cette tragique scène William ne pouvait que crier au désespoir le nom de la jeune Japonaise au moment où dans le ciel s'élevait une colonne de lumière....plus généralement c'est à ce moment-là que William se réveillait en sursaut.

Qu'est-ce que ça veut dire tout ça se demanda William accoudés à sa fenêtre à regarder la cour de récréation

Une réponse voilà ce que cherchait William,ce cauchemar que pouvait-il signifier ? et pourquoi était-il aussi récurrents ?
Williams ne pouvait pas se l'expliquer jusqu'à présent il ne lui était jamais arrivé de faire de tels rêves
pourtant tout ceci devait bien avoir une signification,au départ William se refusa à admettre cette idée pourtant celle-ci finit par s'imposer comme étant évidente,le cauchemar qu'il faisait était peut-être prémonitoire.
Se pourrait-il que ce soit l'avenir qu'il entrevoyait à travers ce cauchemar ? si tel était le cas cela voudrait dire que la vie de Yumi serait en danger et lui serait condamnée à ne rien pouvoir faire.
c'est surtout cette idée qui empêchait William de pouvoir se rendormir la perspective qu'un malheur puisse arriver a Yumi lui était insupportable, la pauvre jeune fille avait déjà suffisamment souffert comme ça fallait-il encore que ça se termine ainsi pour elle, Yumi n'avait jamais mérité tous les malheurs qu'il lui était tombé dessus récemment.


Mais contrairement aux autre William lui savait que si cela devait arriver il faudrait peut-être ..... ou alors..... NON....William avait beau chercher il ne savait pas ce qu'il fallait faire, devait-il en parler aux autres ? le prendrait-il au sérieux ? et Yumi comment le prendrait-elle ?
devant autant d'incertitudes William décida donc de garder son cauchemar pour lui en espérant que tous ceci ne soit qu'un mauvais rêve ... OUI ... c'est ce que William espérait.....

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Hôpital Sainte Christie 28 septembre 2005 - 9 h 27

"alors c'est le grand départ"

Comme vous voyez je finis de faire mon sac et après j'y vais dit Jeremie.
heureuse de voir que tu t'est vite rétablis lui dit l'infirmière.
Jeremie : oui je crois que ces deux dernières semaines de calme m'ont fait beaucoup de bien.
infirmière : est aussi à ton âge on récupère très vite.
Jeremie : de ce côté-là je crois que les médicaments y sont pour beaucoup aussi.
infirmière : c'est vrai la médecine fait des miracles de nos jours.
Jeremie : mais des fois ça ne fait pas tout.
infirmière : ah bon qu'y a-t-il d'autre ?
Jeremie : il y a aussi la volonté ... sans la volonté parfois on peut pas guérir même avec les meilleurs médicaments du monde.
infirmière : je comprends c'est le désir de vivre qui fait beaucoup.
Jeremie : oui le désir de vivre et de continuer ma tâche.
infirmière : et bien que puis-je te souhaiter sinon une bonne continuation.
Jeremie : oui je vais pouvoir retourner à une vie "normale"
infirmière : j'en suis heureux pour toi.
Oui une vie "normale" se dit Jeremie qui avait bien conscience de ce que signifiaient vraiment ces mots.
infirmière : je t'accompagne jusqu'au secrétariat tu as encore des papiers signés pour sa sortie.
Jeremie : alors je vous suis

L'infirmière passa devant pour conduire Jeremie jusqu'au secrétariat de l'hôpital,ce dernier devait signer des papiers de sortie que son père avait déjà près rempli et signé,ceci n'était qu'une formalité administrative mais Jeremie devait s'y plier
On lui présenta les documents et Jeremie y imposa sa signature pour officialiser sa sortie d'hôpital.

voilà c'est fait dit Jeremie en reposant le stylo.
Parfait je vois que tout est en règle dit l'infirmière en lisant les documents.
Jeremie : dans ces cas-là je peux partir.
infirmière : sans le moindre problème tout est en règle pour nous
Jeremie : eh bien merci pourtout
infirmière : mais de rien j'espère qu'on aura plus jamais l'occasion de te revoir.
ah bin c'est super sympa comme réaction dit Jeremie plutôt vexé.
Ne t'énerve pas c'est une blague d'infirmière,c'est notre façon à nous de dire qu'il vaut mieux que tu restes en forme est en bonne santé lui expliqua calmement l'infirmière.
Jeremie : désolé j'avais pas compris la boutade
infirmière : rassure-toi que la plupart des patients ne la comprennent pas non plus.

Durant son séjour à l'hôpital Jeremie avait l'occasion de sympathiser avec l'infirmière de services cette dame répondant au nom de Martine était très sympathique,elle c'était occupée avec beaucoup de soin du cas de Jeremie,un certain lien c'était tissé entre elle et Jeremie.

Est bien bonne continuation Jeremie lui dit Martine
Jeremie : a vous aussi Martine et au plaisir de plus pour revoir.
ah je vois que tu commences à saisir cet humour lui répondit Martine en souriant.
il semblerait dit Jeremie à cet instant.

Jeremie put enfin prendre son sac et adressa une dernière fois ses remerciements à Martine pour tous les bons soins et l'attention quelle lui avait prodiguée puis se faisant il quitta le bureau.
Quand Jeremie franchit le pas de la porte automatisée de l'hôpital pour se retrouver dehors ce fut pour lui comme une renaissance, il inspira bon coup et expira une grande bouffée d'air frais du dehors, cela faisaient si longtemps qu'il ne l'avait pas respiré un air si pur

Ah c'est agréable cette senteur se dit Jeremie.

l'été touchait à sa fin est déjà l'automne se profilait accompagné de quelques-unes des senteurs qui lui sont propres,se fut avec une grande joie que Jeremie apprécia de respirer l'air du dehors lui qui ces derniers temps était habitué à l'air moite et stérilisé des endroits très fermés.

J'avais presque oublié que cela existait se dit Jeremie.

Sans plus tarder il se rendit immédiatement au collège Kadic mais au lieu de prendre le bus il préféra faire le chemin à pied,sur la route qui le conduisait vers le célèbre établissement scolaire il ne put s'empêcher de remarquer les nombreuses camionnettes EDF garée un peu partout, à côté d'elle des agents techniques étaient en train de procéder à des réparations sur des transformateurs électriques.
Jeremie ne fut pas surpris d'assister à ce spectacle car il avait sans mauvais jeu de mots été mis au courant de la situation par Yumi.

La pire crainte de Jeremie c'était réalisée ... Xana était de retour et ce dernier n'avait pas perdu son temps pour se manifester de la façon la plus éclatante qui soit, pour Jeremie se serait sur le début d'un nouveau cauchemar maintenant en plus d'avoir à retrouver Aelita il allait devoir planché sur un moyen d'éradiquées ce satané programme, à cette idée Jeremie voulu presser le pas pour rentrer mais il estima que cela ne servirait à rien dans la situation présente ce fut donc tranquillement qu'il regagna le collège Kadic.

En arrivant dans l'enceinte du collège il passa directement par le secrétariat pour signaler son retour, il fut accueilli très chaleureusement par la secrétaire qui appela immédiatement le proviseur ce dernier arriva et présenta ses meilleurs voeux de retour au jeune homme.

Heureux de vous revoir parmi nous lui dit le proviseur
Jeremie : moi si je suis également ravi de vous revoir
Proviseur : je vois que votre séjour à l'hôpital vous a été bénéfique
Jeremie : cela m'a fait le plus grand bien de me reposer.
Proviseur : j'en conclus que vous êtes d'attaque pour reprendre les cours
Jeremie : oui mais pas aujourd'hui car c'est vendredi et que je viens tout juste de sortir de l'hôpital
Proviseur : je comprends parfaitement vous voulez-vous donner un week-end le temps de reprendre aux marques
Jeremie : c'est tout à fait cela monsieur le proviseur
Proviseur : je comprends que vous y besoin d'un petit délai est bien soit le dispensé de cours pour aujourd'hui
Jeremie : merci Monsieur le proviseur
Proviseur : j'espère seulement qu'à l'avenir n'auront plus à déplorer ainsi regrettable accident

Jeremie se contenta de répondre par un simple " je l'espère" mais ce genre de promesse était bien une chose que Jeremie ne pouvait pas certifier
Le petit génie était bien conscients qu'il fallait s'attendre à d'autres catastrophes encore pire que les précédentes,et sans le retour vers le passé il allait être très difficile pour lui et ses amis de masquer leurs agissements,seul une intervention rapide de leur part pourrait éviter le pire.

Mais pour l'heure de Jeremie n'avait pas la tête à ça, la seule chose à laquelle il inspirait c'était de retrouver sa chambre pour se reposer le proviseur ni vit aucune objection et demanda a Jeremie si celui-ci voulais être accompagner.
Mais le jeune garçon estima qu'il connaissait parfaitement le chemin et qu'il n'avait besoin de personnes ce que le proviseur put parfaitement comprendre,il laissa donc Jeremie regagner l'internat sans insister plus longuement.

Sur le chemin qui le conduisait à l'internat Jeremie revit les arcades du collège à ce moment bon nombre de souvenirs lui revinrent en tête les bons comme les pires qui soit il ressentit alors un petit brin de nostalgie au fond de lui Jeremie n'aurait jamais cru que cet endroit lui manquerait à ce point-là.

Gravissant les marches une à une il arriva à l'étage des garçons poussant la porte à battant il se retrouva dans le couloir à la peinture orange faisant encore quelques pas il finit par arriver devant la porte de sa chambre.
Il pris sa clé et ouvrit sa porte quand il pénétra à l'intérieur de sa chambre celle-ci était mystérieusement plongée dans le noir c'est à peine si Jeremie pouvais distinguer ce qui se trouvait à l'intérieur

-----------------------------------------SURPRISE---------------------------------------------

C'est avec ce mot que la lumière se ralluma soudainement,pris de stupéfaction Jeremie ne réalisa pas tout de suite ce qui se passait,mais quand il vit tous ses amis présents dans sa chambre avec une banderole le jeune garçon compris ce qui se passait.
Il fut accueilli par tous ces amis qui c'était caché dans sa chambre,en voulant marquer le retour du génie ils étaient resté tapi dans le noir pour lui faire la surprise,

Et pour une surprise cela en fut une Jeremie ne s'attendait pas à un tel accueil,tout le monde était là Yumi Ulrich Odd William est meme Kiwi qui sautait de joie dans tous les sens à la vue de Jeremie.

Bon retour parmi nous Einstein lui dit Odd
Ulrich : ça fait très plaisir de te revoir
Yumi : sois le bienvenue
William : alors tu tiens la forme.

Jeremie ne savait pas quoi répondre face à un tel spectacle tour à tour tous ces amis commencèrent à enlacer Jeremie ou à lui serrer la main avant que tous ne lui fassent une grande accolade générale ce débordement d'émotion était si intense qu'il réchauffa le coeur de Jeremie qui ne put s'empêcher de lâcher une larme de joie certains de ses amis en firent autant même si ces dernières étaient beaucoup plus discrètes.
pour fêter son retour ces amis lui avait acheté un gâteau et quelques petits présents,certes ces derniers étaient modestes mais Jeremie savait mieux que n'importe qui que l'important était le geste et non le prix du cadeau.

ça me fait très plaisir répondit Jeremie.

Tous à leur façon témoignèrent à Jeremie ce qu'ils avaient pu ressentir pour lui ces derniers temps,Au bout de quelques secondes cette joie fraîchement retrouvée du faire place à une discussion bien moins joyeuse,même si cela ne faisait pas plaisir à beaucoup de monde il était grand temps de revenir au coeur du problème.

Mais avant toute chose le jeune garçon voulut présenter ces excuses à ses amis pour tout le souci qu'il avait pu leur causer,il s'excusa alors auprès de chacun d'eux pour les avoir entraîné de nouveaux dans une aventure périlleuse mais plus que tout il voulait s'excuser de leur avoir caché la vérité sur ses véritables intentions

je voudrais m'excuser auprès de vous tous leurs dit Jeremie
Odd : on peut difficilement en vouloir on sait pourquoi tu as agi
Jeremie : je sais que c'était dangereux et j'aurais dû vous en parlez
Yumi : tu étais déboussolés et franchement qu'il ne le serait pas après ce qui s'est passé.
Jeremie : c'est vrai mais ça n'excuse pas tout.
Ulrich : te fait pas de bile on a tous fait un jour des choses que l'on regrette.
Jeremie : j'ai vraiment été idiot.
Odd : comme nous tous mais on te pardonne
Ulrich : moi je ne t'en veux pas non plus,à ta place j'aurais fait la même chose
Yumi : on aurait sûrement tous fait c'est pour ça qu'a l'avenir on te demande de nous faire confiance et qu'il n'y est plus de secrets entre nous même si c'est dangereux

Devant un tel témoignage de confiance Jeremie se sentit soudainement moins coupable,les paroles de ses amis étaient des plus réconfortantes,Jeremie compris que la confiance venait d'être retrouvée au sein du groupe ,le petit génie leurs promis alors qu'à l'avenir il ne les trahirai plus jamais et que le mot d'ordre serait désormais ... sincérité.

La confiance retrouvée il fallait maintenant faire un bilan de la situation,personne n'eût besoin d'expliquer a Jeremie se qui se passait car Yumi s'en était déjà charger au lendemain de l'attaque au vu des événements qui c'étaient déroulés Jeremie avait bien compris que la situation avait évolué.
La pire de ces hypothèses c'était révélé juste Xana avait bien survécu aux programmes multi agent et il venait de lancer une contre-attaque symbolique.

Toutefois un détail chiffonnait Jeremie autant sur la forme que sur le fond Xana avait semble-t-il changé,pour une raison inconnue son symbole n'était plus le même qu'auparavant,d'après la description que Yumi avait pu lui en faire celui-ci avait subit une modification.
Il y avait sûrement là de nouveau mystères qu'il faudrait percer à commencer par savoir comment Xana avait il pu survivre au programme ultime agent de Jeremie.

Mais ce qui intriguait le plus le jeune génie c'était incontestablement l'apparition du nouveau serviteur de Xana,que pouvait bien être cette espèce de fantômes encapuchonnés ?
Les seuls qui pourraient lui fournir de détails précis n'était autre que ceux qui l'avait combattus.
Jeremie demanda donc à Ulrich,odd et William de lui donner tous les détails qu'ils avaient sur ce fantôme mêmes les plus anodins qui soit, car le moindre indice pourrait constituer une indications.

Ulrich donna une description plus ou moins précise de cette créature pour commencer elle était d'une taille sensiblement égale à la leur bien qu'avec sa capuche il pouvait paraître plus grand,un détail concernant ces vêtements était le fait qu'ils étaient noirs parcourue par des espèces de trait rouges qui formait des sortes de symbole totalement indéfinissable.

Pour Jeremie une description plus détaillé de ces symboles aurait peut-être pu constituer un indice mais Ulrich autant que les autres furent incapables d'en faire une description plus précise ,toutefois Odd avait l'impression que ces dessins étaient plutôt inachevés ou incomplets.
Quant à William lui il ne put fournir aucune explications sur cet individu ce qui n'aida pas vraiment Jeremie pourtant il y avait un détail que Odd aurait voulu préciser cela concernait la couleur des yeux de cet être, durant le combat ceux-ci avaient changé de couleur mais seul Odd en avait été le témoin celui-ci considéra le détail comme étant peu important est omis carrément de le dire.

Avec toutes les informations qu'on venait de lui donner Jeremie aurait pu établir une théorie quant à la nature de ce nouvel ennemi plutôt étrange
Certes à ce jour Xana n'avait jamais eu d'autre serviteur de type humanoïde que William et même là Xana ne lui avait jamais donner un costume et un masque,la question était donc de savoir en quoi cette être est-il si différent pour avoir besoin de tels accessoires.

Ulrich : j'ai tout de même embarqué un détail qui le concernait
Jeremie : et lequel
Ulrich : c'est que ce monstre a un regard très particulier
Jeremie : c'est-à-dire
Ulrich : je ne sais pas comment l'expliquer mais il a les yeux rouges.
ça on avait tous remarqués qu'il avait les yeux rouges fit William
Ulrich : sa je sais mais il ne vous a pas donné une impression étrange.
William : que veux tu dire.
Ulrich : c'est un peu comme si cet être était....
était quoi ? demanda Jeremie
... pas humain répondit Ulrich.

Les paroles de Ulrich semblaient plutôt bizarres mais le jeune garçon n'arrivait pas à exprimer clairement le fond de sa pensée,mais instinctivement le samouraï avait ressenti quelque chose d'anormal se dégager de cet être, William lui fit alors remarquer qu'il était normal que cet être ne soit pas humain car c'était un serviteur de Xana est donc par définition un monstre.

Même s'il en a la forme cet être n'est pas un humain mais un monstre de Xana lui dit William.
Ulrich : c'est vrai tu as raison je dois sûrement me faire des idées.
Jeremie : je suis du même avis que William,si cette créature était vraiment un être humain cela signifierait qu'une seule chose...
laquelle demanda Yumi.
Jeremie : cela voudrait dire qu'en plus d'un super-calculateur Xana aurait en sa possession un scanner.

Jeremie exposa alors une petite théorie,si Xana avait un scanner il est fort probable qu'il ait pu virtualiser quelqu'un sur un monde virtuel répliqua notamment ,cette personne serait alors devenues en quelque sorte un nouveau Xana-guerrier.
Cette perspective semblait effrayante car Jeremie savait qu'un être humain sous le contrôle de Xana était capable du pire chose qui soit et notamment de pouvoir activer des tours sans parler du fait que ce nouveau guerrier pouvait constituer une menace majeur, tous se souvinrent alors des problèmes qu'ils avaient rencontré face à William.

Ulrich : selon toi tu penses que derrière ce masque il pourrait y avoir un être humain.
Jeremie : c'est une possibilité hormis les spectres polymorphes Xana n'a jamais créé de monstre à forme humaine.
Ulrich : si c'est un humain qui est-il ?
Jeremie : difficile de le savoir puisqu'il porte un masque.
Ne nous emballons pas,rien ne prouve non plus qu'il s'agit d'un être humain dit Yumi.
Jeremie : se serait souhaitable, en tout cas notre ami "le masque" reste un vrai mystère
Ulrich : tiens puisque on parle de ce masque justement j'ai trouvé qu'il avait une forme affreuse.
Odd : tu devrais dire effrayant
Ulrich : effrayant c'est le mot
Et pourquoi cela demanda Jeremie
Car ce masque ressemble à une sorte de crâne dit Ulrich
Jeremie : un crâne !!
Ulrich : oui comme celui du squelette que nous avons en biologie mais différent...
Jeremie : différent de quelle manière.
Ulrich : quand je parle de crâne humain c'est un aspect général il y des différences,c'est un peu comme si ce dernier était aussi un peu animal.
Jeremie : et quel genre d'animal ?
Ulrich : ça Einstein je serais incapable de te le dire.

Ulrich peinait à faire une description précise du masque si certains traits semblaient être ceux d'un crâne humain il semblait que celui-ci soit mélanger avec des traits animaux,en y réfléchissant bien Ulrich arriva à les comparer à celui de certains poissons mais la comparaison s'arrête à la.
Si le masque pouvait avoir une signification il n'était qu'une partie du problème,en considérant que Xana tirait les ficelles de son nouveau pantin il fallait s'attendre à ce que ce dernier devienne un sérieux problème

Jeremie : en tout cas notre "amis" le masque ou le crâne risque de nous poser quelques problèmes à l'avenir.
Ulrich : difficile à dire mais apparemment il n'a pas l'air très puissant puisqu'il n'a pas voulu se battre contre nous.
Jeremie : ça ne veut rien dire ce n'est pas parce qu'il n'a pas voulu se battre qu'il est faible pour autant.
Yumi : je suis d'accord avec Jeremie Xana n'est pas du genre à créer des monstres faibles
Ulrich : donc si j'ai bien compris notre "ami" le masque a peut-être un potentiel caché
Yumi : c'est fort probable puisque nous savons déjà qu'il est capable de prendre le contrôle d'une tour en entourant cette dernière de fumée.
Jeremie : voilà un mode d'activation qui diffère de ce que l'on connaît
Yumi : sans compter qu'il est capable de créer des monstre à partir d'un tapis de fumée qu'il génère sur le sol.
Jeremie : ce qui témoigne bien que "le crâne" a de la ressource.
Odd : tu penses que tête de mort serait capable de nous battre
Jeremie : de la part de Xana je m'attend à tout.

n'ayant qu'une petite idée des capacités de ce nouvel ennemi était très difficile de pouvoir établir un profil complet de ce dernier avait-t-il d'autres pouvoirs en réserve ou avait-il fait la démonstration de tous ce qu'il était capable, mais comme l'avait si adroitement souligné Jeremie Xana est un être plein de ressources.
à force de parler de ce nouvel adversaire Ulrich constata qu'un petit détail avait été oublié à son sujet,certes ce dernier pourrait paraître futile en apparence mais lors d'un combat il peut s'avérer utile.

Ulrich : dites ça vous dirait pas de lui trouver un autre nom que le "crâne".
Jeremie : tu veux lui trouver un nom.
Ulrich : oui car comme le dirait Odd j'aime bien savoir sur qui je tape
Jeremie : c'est pas faux et tu veux qu'on l'appelle comment .... le fantôme
Yumi : Odd je parie que tu as bien une proposition à nous faire .
Odd : et pourquoi moi
Yumi : en règle générale c'est toujours toi qui trouve des surnoms à nos ennemis.
Attendez laisser-moi réfléchir un peu fit Odd en prenant quelques instants pour trouver un nom au poil.
Jeremie : alors....
Odd : justement qu'est-ce que vous diriez de Krâne avec un K.
Ulrich : ouais bof
Yumi : Hum
Jeremie : peu mieux faire...

Pour une fois le nom que venait de trouver Odd ne sembla pas faire l'unanimité on avait connu le jeune blondinet plus inspiré par le passé visiblement ce noms de Krâne ne convenait pas, Odd du donc trouver autre chose mais il avait beau se triturer les méninges il n'arrivait pas a trouvé un nom qui colle au bonhomme.
est chose étonnante ce fut Jeremie qui pour la deuxième fois trouva un nom qui conviendrait bien à leur adversaire.

Et que diriez-vous de Skull leur dit Jeremie à cet instant
Ulrich : Skull !!
Yumi : Skull !!
Odd : Skeu...quoi !!
Jeremie : Skull ça veut dire crâne en anglais et ça s'écrit avec un K.
Ulrich : Ouais je trouve que ça sonne bien.
Yumi : apparemment Odd n'est pas le seul à pouvoir donner des noms au monstre de Xana
Ulrich: on devrait peut-être organiser un concours pour choisir qui a trouve le meilleur.
Odd : un concours quel drôle d'idée
Ulrich : en tout cas moi je suis d'office pour celui de Jeremie.
Ah bon et pourquoi ça demanda Jeremie
Ulrich : est bien l'avantage avec ce nom c'est qu'on évitera tous les mauvais jeux de mots de Odd du genre ... Kraneur ... fait pas ta tête ... Kraninou et j'en passe.

Aussitôt tous le monde se mit à rire à la vanne de Ulrich,son explication était tellement évidente qu'elle déclencha l'hilarité,même Odd le pris avec le sourire,son ami avait habilement détendu l'atmosphère par cette remarque pleine de bon sens.
il y avait bien longtemps que le petit groupe n'avait pas rient d'aussi bon coeur en faite cela n'était pas arrivé depuis la disparition de Aelita,la morosité qui c'était installée parmi eux sembla disparaître pendant un court instant.

Cependant William ne semblait pas partager cette ambiance festive adossé contre l'armoire les bras croisés il ne pouvait pas comprendre pourquoi ses amis se réjouissait de cette façon-là d'avoir trouvé un nom à leurs ennemis
Qu'importe le nom que l'on puisse lui donner dans le fond cette créature n'était que l'incarnation d'un être que William détestait au plus haut point....

------------------------------------------------- XANA -------------------------------------------------

Attendez vous vous rendez compte que pour rigoler sur un nom fit William.

Cette simple remarque de la part de William suffit à casser l'ambiance,les sourires s' éffaçèrent légèrement du visage de ces amis,à cet instant on aurait pu reprocher à William de vouloir mettre une mauvaise humeur au sein du groupe mais il avait parfaitement raison
Skull puisqu'il fallait maintenant l'appeler comme ça était avant tout une menace car derrière ces agissements se trouvait Xana.
Xana était de retour pour le plus grand malheur de tout le monde,William estima que l'on ne devait pas perdre de vue ceci,très rapidement il fut rapidement rejoint dans ses dires par Ulrich.

Ulrich : William a raison il faut nous concentrer sur l'essentiel
Jeremie : c'est vrai il nous faut retrouver Aelita.
Yumi : et par où veux-tu commencer
Jeremie : par le réseau.
Ulrich : le problème c'est que Xana risque de nous attendre au tournant
Jeremie : je n'en suis pas si sûr au vue de ce que vous m'avez expliqué je peux conclure que Xana largement perdu en puissance
Yumi : qu'est-ce qui te fait dire sa
Jeremie : pour générer des monstres il faut beaucoup d'énergie et apparemment c'est ce qui fait défaut à Xana en ce moment
Ulrich : oui mais il a Skull pour faire sa.
Jeremie : oui et cela ne fait que confirmer ce que je pense, Skull ne vous a pas attaqué directement pour la bonne raison qu'il devait se concentrer sur la possession de la tour
Yumi : ce qui veut dire
Jeremie : que faute d'énergie Xana est obligée de faire des choix soit il active une tour soit il créent des monstres mais il ne peut pas faire les deux en même temps.

Jeremie appuya cette nouvelle théorie sur ce que Yumi lui avait raconté, lors de la première attaque il était apparu sur les écrans que la prise de contrôle de la tour se faisait progressivement au fur et à mesure que Skull rajoutait de la fumée.
Puisque entouré une tour était un nouveau mode de possession celui-ci apparut bien moins efficace et beaucoup plus lent qu'auparavant.

De plus quand Skull fut obligé de s'éloigner de la tour la contamination de celle-ci s'était stoppée car ce dernier avait cessé de l'alimenter en fumée ce qui signifiait que la fumée généré par Skull n'était autre quela source d'énergie de son pouvoir et cela constituait de toute évidence son premier point faible.

Même si passer 50 % une tour pouvait être activé celle-ci ne l'était pleinement qu'à 100 % et atteindre les 100 % semblait être difficile pour Xana ce qui d'une certaine manière laissait une chance au Lyoko-guerriers de l'intercepter et compte tenu du nouveau statut de Xana il paraissait peu probable que celui-ci dispose de créatures susceptibles de les embêter dans le réseau.
Kronge est requin appartenait au passé


Odd : et par où veux-tu commencer
Jeremie : il faut que je reprenne la piste du signal de cette sonde.
Yumi : c'est tout ce que nous avons
Jeremie : pas tout à fait avant mon accident j'ai découverts des échos sur le réseau qui ne pouvait provenir que de deux sources potentielles
Ulrich : qui sont
Jeremie : la première c'est Xana de ce côté-là il n'y a plus de doute
Yumi : et la deuxième
Jeremie : c'est le signal de ceux qui ont enlevé Aelita
Ulrich : tu parles de ceux qui contrôlent cette mystérieuse sphère
Jeremie : oui je vous parle de l'endroit d'où est originaire cette sonde.
Ulrich : une chance pour nous qu'elle ne soit pas réapparue
Jeremie : avec les protections que j'ai installées elle risque d'avoir du mal
Yumi : mais combien de temps ces protections pourront-elles tenir ?
Jeremie : il faudra que ça tienne le temps que je mette en place le projet Magellan.
Yumi : tu parles de ton robot sonde
Jeremie : oui c'est avec elle que nous allons explorer le réseau,et c'est aussi avec elle que l'on va traqué Xana.
William : et quand on l'aura prouvé qu'est ce qu'on fera ?
Jeremie : on le détruira pour de bon.
voilà un plan qui me plaît répondit William
Jeremie : désormais nous avons deux objectifs prioritaires

-------------------------- retrouver Aelita et détruire Xana--------------------------


Compte tenu de ses premières recherches et des informations qu'il avait put collecter récemment Jeremie en avait conclu que Xana n'avait tout au plus que trois ou quatre replikas sous son contrôle.
Si c'était le cas leur destruction devenait un objectif considérable,car comme Xana ne pouvait pas survivre indéfiniment dans le réseau ils avaient peut-être une chance de pouvoir le tuer sans avoir à utiliser le programme multi-agents mais pour cela il fallait que Jeremie se hâte de finir le projet Magellan.


chapitre 28 mesures disciplinaire.

30 septembre 2005.

Après l'incident qui venait d'éclater la nuit dernière dans la chambre de Maeva,la tension était à son comble dans l'hôpital un peu partout des bruits de couloir commencèrent à circuler sur ce qui était arrivé.
L'arrivée de la police n'avait rien arrangé cette dernière était venue arrêter le principal suspect de cette affaire,mes pour des raisons évidentes de santé celui-ci ne put être transporté vu l'état grave dans lequel il se trouvait.

Suite à son agression Samuel avait été placé aux soins intensifs pour y être soigné,le premier diagnostique qui fut établie est qu'il avait été victime d'une électrocution au niveau de la tête,pour les médecins ils étaient très difficile de dire ce qui c'était passé la seule choses qui soient sûres c'est qu'une violente décharge électrique lui avait endommagé le cerveau faisant du coup tomber l'aide soignant dans le coma,il parut évident aux enquêteurs qu'il ne pourrait tirer aucun aveux de sa part pour le moment.

Du côté de la victime c'était pas mieux depuis le début Maeva était restée prostrée sur le lit de sa chambre,l'expérience par laquelle elle était passé l'avait fortement traumatisé personne ne pouvait s'approcher d'elle ni même lui parler de crainte de la traumatisé encore plus,il n'y eut que le Dr Robinson qui parvint à la calmer et à lui soutirer quelques bribes d'information.

D'après ce que Maeva avait pu lui dire Samuel avait essayé de la violer,il l'aurait d'abord violenté avant de l'étouffer avec un coussin pour finalement lui attacher les mains sur les barreaux de son lit avant de commencer ces odieux attouchements.

Le simple fait d'évoquer ceci suffisait à mettre Maeva en émoi,le docteur ne put obtenir plus d'informations de sa part mais les éléments que venait de fournir la jeune fille était largement suffisant pour établir que celle-ci avait failli être violé par Samuel.
Cette hypothèse fut corroborée par le témoignage des infirmiers qui dit avoir retrouvé Samuel le pantalon baissé sur le sol de la chambre de Maeva,la présence d'un rouleau de scotch dans ses poches ne fit que confirmer l'hypothèse de la tentative de viol,toutefois plusieurs détails demeuraient curieux.

Comment une si frêle jeune fille avait-elle pu se défendre et se défaire d'un aussi puissant adversaire,la carrure athlétique de Samuel lui conférait pourtant un avantage indéniable sur Maeva.
Si il apparaissait clair qu'une électrocution était responsable de l'état dans lequel se trouvait l'aide soignant comment Maeva avait-elle fait pour lui asséner une telle décharge ?
A côté du lit on avait trouvé la lampe de chevet renverser et casser,le docteur avança comme explication que durant sa lutte Maeva c'était saisi de la lampe pour frapper son adversaire avec et se faisant elle avait peut-être put l'électrocuté de façon indirecte.
L'explication pouvait paraître un peu abracadabrantes,si la jeune fille avait les mains attachées sur les barreaux comment avait-elle fait pour se libérer ? et saisir de surcroît cette lampe.
Mais faute de mieux cette explication fut la seule qui fut retenue,les enquêteurs ne donnèrent aucun crédit aux dires des autres patients qui prétendaient que Maeva était un monstre et que c'est elle-même qui avait fait ça avec ses propres mains.

l'inspecteur principal replia son calepin en considérant que l'affaire était claire,il s'agissait d'une banale tentative de viol qui avait mal tourné pour son agresseur,si pour la police tout était en ordre il apparu rapidement qu'une affaire de ce genre dans un milieux hospitaliers risquait fort de faire des vagues

le Dr Holstein voulut rapidement étouffer cette affaire d'aides soignant violeur craignant que cela ne nuise à la réputation de son établissement et à sa carrière,mais pour le plus grand malheur du directeur de l'hôpital quelqu'un n'allait pas laisser passer cette affaire.

Le Dr Robinson vit là une occasion unique d'arranger sa situation,alors que la presse avait été interdit d'accès dans l'hôpital et que des consignes très strictes avaient été données de ne répondre à aucune question le Dr Robinson s'en alla trouver le Dr Holstein dans son bureau.

coller à la fenêtre caché derrière ces stores le directeur de l'hôpital observait discrètement la masse de journalistes qui s'agglutinaient à l'extérieur de l'établissement, le Dr Holstein était si préoccupé qu'il n'entendit pas à entrer le Dr Robinson dans son bureau,quelle ne fut pas sa surprise que de se retrouver face à son subalterne à ce moment-là.

Robinson que faites-vous là demanda le docteur Holstein.
je suis venu vous parler répondit le docteur Robinson.
Dr Holstein : je n'ai pas le temps de vous parler vous voyez bien que je suis occupé
Moi je dirais plutôt préoccuper lui répondit le docteur Robinson.

La nervosité pouvait se lire sur les traits du visage du Dr Holstein,ce qui réjouit d'autant plus le Dr Robinson son supérieur étant sous pression le brave médecin n'allait pas se priver pour en rajouter une couche,le Dr Holstein pria son subalterne de quitter le bureau mais celui-ci refusa d'obéir en prétextant avoir une chose importante à lui communiquer.

Dr Robinson : je comprends que vous soyez préoccupés,après tout qui ne le serait pas avec tous ces journalistes dehors qui veulent savoir ce qui s'est passé.
Dr Holstein : c'est pour ça que je n'ai pas le temps de vous écouter.
Mais vous allez le prendre le temps de m'écouter lui dit sèchement le Dr Robinson.

Le directeur de l'hôpital fut indigné par le comportement soudain du Dr Robinson,il demanda immédiatement à son subalterne ce que signifiait tous ceci pour toute réponse ce dernier se contenta de prononcer un seul nom...

---------------------------------------------- MAEVA ----------------------------------------------

A la seule évocation du nom de la jeune fille le Dr Holstein redouta le pire et il avait bien raison,le Dr Robinson évoqua sans détour les raisons de sa venue.
La seule chose qui l'avait forcée à venir ce matin à l'hôpital c'était Maeva,quand il avait appris cette histoire de viol il c'était immédiatement rendu dans la chambre de la jeune fille pour la réconforter et lui apporter son soutien moral.

Cette dernière avait été traumatisée tant par cette tentative de viol avorté que par la réaction imprévue qu'elle avait eue,ce fut même ce dernier point qui effraya le plus Maeva.
Pour une raison inconnue elle n'avait pas le moindre souvenir de ce qu'elle avait fait mais elle savait qu'elle avait réussi à se débarrasser de son agresseur est ceux-ci d'une façon particulièrement horrible.
Elle savait aussi qu'un sentiment euphorique l'avait gagné à ce moment-là comme si quelque part elle avait pris un plaisir malsain à faire souffrir l'aide soignant,tous ces éléments cumulés avaient mis à mal la pauvre Maeva qui se sentait complètement perdue.

Comprenant par quoi sa petite protégée était passée le Dr Robinson avait estimé que la comédie avait assez duré,cette fois-ci c'est lui qui allait joué de la menace et ceci dans le plus grand intérêt de Maeva,sans plus tarder après avoir réconforté sa patiente il c'était rendu dans le bureau du Dr Holstein pour en découdre sévèrement avec lui

Est bien Dr Holstein que comptez-vous faire pour Maeva demanda le docteur Robinson.
Dr Holstein : que voulez-vous il n'y a rien à faire sinon ce taire
Dr Robinson : vous voulez pratiquer la politique de l'autruche.
Dr Holstein : j'applique la politique discrétion relative à la charte de cet hôpital
Dr Robinson : charte que vous avez vous-même établis.
Dr Holstein : charte à laquelle vous êtes tenue d'obéir.
Dr Robinson : mais vous savez tout comme moi qu'il y a des choses que l'on ne peut pas taire est cette tentative de viol en fait parti.

Par crainte du scandale le Dr Holstein avait rappelé de son subalterne que celui ci était rattachée au secret médical comme il avait été précisé dans le contrat collectif , en cas de non-respect de cette une personne pouvait s'exposer a des poursuites judiciaires de cette façon le Dr Holstein espéraient ainsi endiguer tous problème éventuel cependant le Dr Robinson n'était absolument pas d'accord avec cette politique.

Dr Robinson : je ne suis pas d'accord avec ça ce qui s'est passé est particulièrement immoral
Dr Holstein : certes c'est regrettable mais nous devons nous taire.
Dr Robinson : est bien figurez-vous que moi je vais aller sortir pour raconter à la presse tous ce qui c'est passé.
Dr Holstein : vous n'avez pas le droit vous êtes tenus par le secret médical.
C'est vrai la charte de cet établissement interdit au personnel de dire quoi que ce soit seulement vous oubliée un détail. lui répondit le Dr Robinson en souriant.
lequel demanda le Dr Holstein quelque peu inquiet de la réponse
Vous m'avez renvoyé lui dis simplement le Dr Robinson

A cet instant le Dr Robinson sortie une lettre blanche de sa poche qu'il s'empressa de poser sur le bureau du Dr Holstein,cette lettre était celle que le directeur avait exiger que son subalterne lui remette le jour qui devait suivre son renvoi.

Dr Robinson : voici la lettre de demission que vous avez exigée que je fournisse hier.
en effet c'est bien une lettre dit le docteur Holstein.
et je viens de vous la remettre par conséquent c'est officiel à compter de cette date je ne fais plus partie de cet établissement est par définition je ne suis plus soumis à ces règles
Dr Holstein : qu'est-ce que vous allez faire ?
Dr Robinson : rien de spécial je vais juste sortir et raconter aux journalistes tout ce qui s'est passé.
Dr Holstein : vous n'allez pas faire ça.
Dr Robinson : et pourquoi donc plus rien ne m'en empêche grâce à vous je suis libre de tout engagement vis-à-vis de cet établissement.
Dr Holstein : si vous faites ça vous allez ruiner votre carrière.
Dr Robinson : à cause de vous ma carrière est déjà ruinée je n'ai plus rien à perdre,mais j'aurais au moins la satisfaction de vous entraîner dans ma chute.
Dr Holstein : vous n'oserez pas.
Ne parier pas la dessus lui lança les docteur Robinson.

Le docteur Holstein vit alors dans le regard de Joseph que celui ci ne plaisantait pas ,le Dr Robinson éxapéré par la conduite de son supérieur avait décider de réagir a grand coup et puisque qu'il n'avait rien a perdre il tenta le tous pour le tous

Dr Robinson : cette histoire de viol va intéresser plus d'un journaliste j'en suis sûre

le Dr Holstein s'imagina déjà les gros titres dans la presse à coup sûr ce que le Dr Robinson s'apprêtait à faire risquait de porter un coup terrible à l'hôpital,mais le Dr Robinson n'allait pas se contenter de ceci il prévint également son ex supérieur en tant que médecins il allait déposer une plainte auprès des service médical de l'état du Wisconsin.
il entendait par là dénoncer les odieux agissements du Dr Holstein à l'encontre de Maeva et de sa personne.

Dr Robinson : en tant que médecin je vais déposer une plainte auprès du service médical et croyez-moi ça va intéresser pas mal de monde de savoir ce que vous avez fait
Dr Holstein : je n'ai rien fait de mal je n'ai fait que mon travail
Dr Robinson : un travail de tortionnaires.... je cite vous avez mené une véritable politique de dénigrement à l'encontre d'une malade,pour lui avait infligé des traitements peu enviable ,vous avez renvoyé son médecin traitant principal qui s'occupait d'elle depuis des mois et cerise sur le gâteau un aide soignant placés par vos bons soins a essayé de la violer... faut-il que je continue la liste Dr..

le Dr Robinson n'eut pas besoin d'ajouter quoi que ce soit le message était parfaitement compris, le docteur voulu bien faire comprendre au directeur de l'hôpital se qui allait se passer si jamais celui-ci venait à faire ses déclarations.

Dr Robinson : dites quand on fait la liste de vos agissements c'est pas très joli avoir,je me demande comment vont réagir les parents qui placent leurs enfants sous votre tutelle selon moi je crois qu'il y en a plus d'un qui risque de les retirer de vos bons soins
Dr Holstein : vous n'allez pas faire ça
Dr Robinson : je vais me gêner tiens.
Dr Holstein : comment pouvez vous comporter comme ça.
Dr Robinson : je ne fais qu'agir comme vous en vous donnant un petit exemple de votre médecine
Dr Holstein : vous plaisanter
Dr Robinson : oh que non depuis le début de vous ne faites que vous acharner sur moi et ma patiente maintenant c'est à votre tour de vous en prendre plein la gueule.

Le discours que tenait le Dr Robinson était loin d'être courtois mais celui-ci avait décidé de régler ses comptes avec son supérieur et de le mettre au pied du mur.
Le Dr Holstein vit bien que Robinson ne plaisantaient pas celui-ci avait la ferme intention de sortir et de tous déballer à la presse,les conséquences risquait alors d'être terribles pour le Dr Holstein à cause de ce qui c'était passé toute sa carrière risquait d'être entaché.

Mais a qui la faute ,cette situation il l'avait lui-même engendré depuis le début il c'était efforcé de nuire au Dr Robinson et à Maeva, mais suite au dernier événements il se trouvait piégé à son propre piège à cause des agissements d'un détraqué sexuel qu'il avait lui-même engagé.
N'ayant plus rien a dire le docteur Robinson tourna les talons aux docteur Holstein lui signifiant que tous était dis et que maintenant le sort était jeter, mais avant que le docteur Robinson n'est pus s'approcher de la porte le docteur Holstein l'interpella

attendez ne partez pas dit le Dr Holstein.
et bien qu'il y'a t'il demanda le docteur Robinson
Dr Holstein : je vous en prie ne fait pas ça
Dr Robinson : et pourquoi je vous prie.
Dr Holstein : si vous faites ça vous allait causer du tort à bon nombre de personnes.
Dr Robinson : je le sais mais ma décision est prise
Dr Holstein : écoutez je suis désolé pour tous et... et....
C'est trop tard pour a avoir des regrets lui dit alors le Dr Robinson.

C'est d'une manière froide est déterminé que le Dr Robinson agissait,le très débonnaire médecin c'était soudainement transformé en un être automatisé et sans sentiments,de par son comportement ce dernier était l'image du Dr Holstein,qui pour la première fois de sa vie goûtait à sa propre médecine.

Que voulez-vous ? lança alors le Dr Holstein.
Dr Robinson : je vous demande pardon !
Dr Holstein : je me répète que voulez-vous

Comprenant alors que le docteur Holstein était a point le Joseph s'en retourna le voir,
il s'approcha du Dr Holstein posa les mains sur le bureau et le regarda droit dans les yeux en lui disant ...

Vous allez nous lâcher une bonne fois pour toutes lui dit clairement le Dr Robinson
Dr Holstein : je vous demande pardon !!!
Dr Robinson : lâchez nous moi et Maeva
Dr Holstein : je ne comprend pas.
Dr Robinson : maintenant c'est fini de vos petites manigances vous allez me rendre la garde de Maeva ,annuler son transfert et mon renvoi

Le Dr Robinson prenait un certain plaisir à tenir à la baguette son supérieur,le jeu du chantage était plutôt odieux mais comme on dit de la fin justifie les moyens,mais pour faire le bonheur de maeva le Dr Robinson ne reculerait devant rien, et compte tenu de la situation actuelle il comptait bien en tirer avantage.
Le Dr Robinson voulait Maeva il voulait récupérer sa patiente à n'importe quel prix et si le Dr Holstein s'y refusait ce dernier avait tout à y perdre,n'ayant pas le choix le directeur dut accepter mais le Dr Robinson ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin.

Dr Holstein : c'est tout ce que vous voulez
Dr Robinson : bien sûr que non je veux autre chose
Dr Holstein : que voulez-vous d'autres
Dr Robinson : je veux la garde complète de cet enfant
Dr Holstein : vous voulez quoi !!!
Dr Robinson : je veux que vous me donniez l'autorisation d'emmener cet enfant chez moi ainsi que la possibilité d'exercer à domicile et ceci pour une période indéterminée le tout bien entendu aux frais de l'hôpital.
Dr Holstein : je regrette que je ne peux pas faire ça.
Dr Robinson : vous refusez.... bien je vais de ce pas avais trouvé la presse
Dr Holstein : non attendez vous ne comprenez pas.
Dr Robinson : ce que je comprends ce que vous refusez mes conditions.
Dr Holstein : pas du tout je les accepte cependant...
Dr Robinson : cependant quoi ?!
Dr Holstein : vous savez tout comme moi que pour obtenir ce genre de choses il faut d'abord passer devant une commission
Dr Robinson : vous parler de la commission générale des hôpitaux.
Dr Holstein : celle-là même, sans l'accord de la commission vous ne pourrez rien obtenir.
Dr Robinson : oui je le sais mais vous faites partie de cette commission.

Le Dr Holstein expliqua alors que tout n'était pas aussi simple,si ce dernier pouvait garantir son appui au Dr Robinson pour la garde de sa patiente,il fallait bien que ce dernier comprenne qu'il n'était pas le seul à donner son avis
Le jury de la commission était composé de trois membres,généralement des directeurs d'hôpitaux tous pour la plupart des médecins renommés.
Si le Dr Robinson voulait la garde de Maeva il fallait que l'un et l'autre passe devant cette commission.
Pour le médecins de Maeva il n'y aurait aucun problème celui-ci remplissait d'office tous les critères nécessaires pour que le dossier soit accepté le vrai problème c'était sa patiente.

Dr Holstein : il faut que votre patiente passe toute une série de tests pour être jugé apte à sortir
Dr Robinson : si ce sont des questions-réponses alors ce n'est pas un problème.
Dr Holstein : vous prenez trop ceci à la légère c'est un test très précis que votre patiente doit passer
Dr Robinson : et moi je vous le dis ce ne sera pas un problème.
Dr Holstein : comment pouvez-vous dire sa à ce jour personne n'a réussi ce genre de tests.
Dr Robinson : oui mais Maeva n'est pas n'importe qui.
Dr Holstein : vous croyez vraiment qu'elle va y parvenir.
Dr Robinson : vous avez eu son dossier entre les mains ... alors vous savez

Le Dr Robinson n'eut pas besoin d'en dire plus son supérieur compris tout de suite de quoi il parlait,les radiographies ne furent pas les seuls documents auxquels le docteur Holstein eu accès, le médecin en chef était également tombé sur les tests d'aptitude de Maeva,même si au départ il avait beaucoup de mal à accepter la véracité de ces tests,il fut à la longue obligé d'admettre que cet enfant était une surdouée.

En l'espace de quelques semaines la petite sauvageonne c'était transformée en une jeune fille bien élevée est très instruite,de toute sa carrière jamais le Dr Holstein n'avait vu une telle transformation,mais les faits était la et le directeur ne pouvait pas les ignorer.

le Dr Robinson avait foi en Maeva il savait très bien que cette dernière pourrait accueillir le savoir nécessaire pour passer au lendemain un tel test,ce fut donc avec l'approbation du Dr Holstein que Joseph "Edward" Robinson pu faire une demande de gardes privées.

Mais le docteur Holstein donna un avertissement à son subalterne en lui précisant que si son vote était acquis il faudrait que Maeva puissent faire ses preuves devant la commission,il précisa aussi que ses autres collègues ne seraient pas aussi indulgents mais le Dr Robinson ne se fit aucun souci il avait pleinement confiance dans les capacités de sa petite protégée,


Dr Holstein : s'est entendu j'accepte dans trois jours vous pourrez faire passer le test à Maeva
Dr Robinson : trois jours !!!
Dr Holstein : c'est le temps qu'il me faudra pour réunir la commission et soumettre votre dossier
Dr Robinson : j'avoue que je suis un peu surpris mais trois jours ce sera plus que suffisant pour Maeva.
Dr Holstein : quelque part j'en doute.
Dr Robinson : moi j'en ai aucun répondit le docteur Robinson

Contrairement à la séance d'hier c'est avec un grand sourire que le Dr Robinson sortit du bureau du directeur,de son côté le Dr Holstein était complètement effondré sur sa chaise,la situation dans laquelle se trouvaient était plutôt périlleuse,mais il fut plutôt surpris de voir à quel point le Dr Robinson c'était montré magnanime à son encontre,puisque visiblement celui-ci lui proposait un échappatoire plus que correcte le directeur pris sur lui d'appuyer la demande du Dr Robinson.

Si Maeva réussissait le test de sortie elle aurait désormais la possibilité d'aller vivre chez le docteur Robinson,mais comme l'avait fait remarquer le Dr holstein préparer nécessitait des semaines de préparation or Maeva ne disposait que de trois jours,
elle devrait faire preuve de toutes ses capacités pourrissent à convaincre les membres du jury mais le Dr Robinson ne se faisait aucun souci de ce côté-là il savait très bien que la jeune fille arriverait à passer haut la main ce petit test.

il s'en alla dont retrouver Maeva dans sa chambre pour la réconforter et lui annoncer que la situation allait s'arranger quand il arriva dans la chambre la jeune fille se jeta dans ses bras le docteur enlassa tendrement Maeva pour la réconforter encore plus.

Sans perdre un instant le Dr Robinson mis Maeva au courant de la situation,cette dernière saisie rapidement l'enjeu de tout ceci,la réussite de ce test était pour elle synonyme de liberté et avant même que midi n'eut sonné Maeva c'était déjà plongé dans ces livres dans le but de passer ce fameux test.

















chapitres 28 6 juin 1994

PARTIE 1

05 mars 2005 chalet de Sigmund Kessel.

"Vous avez dit Franz Hopper."

Sigmund : ce nom-là ne vous est pas inconnu il me semble
C Perec : c'est exact puisque nous avions déjà supposé qu'il s'agissait de l'identité d'emprunt de Waldo Schaeffer.
Sigmund : votre supposition était exacte c'est bien sous cette identité que Waldo a fui ces poursuivants.
C Perec : vous parlez des hommes en noir.
Sigmund : oui je vous parle bien d'eux
C Perec : et savez vous où il s'est réfugié.
Sigmund : difficile à dire après l'enlèvement de Anthea Franz c'est complètement volatilisé
C Perec : il ne vous as jamais recontacter.
Sigmund : je n'ai plus eu de nouvelles de lui pendant cinq ans jusqu'à ce qu'il me contact par téléphone le 6 juin 1994
M Cartwright : le 6 juin 1994 !!!.
Sigmund : oui après toutes ces années de silence il c'était à nouveau manifesté
C Perec : que voulait-t-il
Sigmund : il avait des révélations à me faire
C Perec : quel genre de révélations
Sigmund : c'est assez confus mais disons qu'il m'as averti qu'il avait trouvé un moyen pour se mettre lui et sa fille définitivement à l'abri de ses poursuivants.
C Perec : a-t-il précisé comment il comptait s'y prendre.
Sigmund : je n'ai jamais su
C Perec : il ne vous l'a pas dit.
Sigmund : il n'en a pas eut le temps.
C Perec : comment ça ?
Sigmund : lui et moi nous étions au téléphone quand soudain la communication a été interrompue
C Perec : vous savez pourquoi.
Sigmund : on peut supposer que quelque chose est interrompu Waldo.
C Perec : se pourrait-il que les hommes en noir l'est retrouver
Sigmund : c'est ce que j'ai supposé par la suite.
C Perec : et avant que la communication ne soit couper que vous a-t-il dit d'autre.
Sigmund : il voulait que je lui rendre un service
C Perec : quel genre de service ?
Sigmund : je devais monté à Paris pour récupérer une mallette.
C Perec : une mallette.
Sigmund : il m'as fait savoir qu'il avait déposer une mallette a mon attention dans un endroit précis est que je devais aller la chercher plus tard.
C Perec : et que contenait cette mallette
Sigmund : ça je ne l'ai jamais su,car avant que Franz est eut le temps de me dire où je devais la récupérer nous avons été coupé.

Ce jour la Waldo était entré en contact avec son vieil ami,depuis sa fuite organisée personne n'avait jamais su où lui et sa fille était passée,pourtant un beau matin Sigmund eu la surprise de recevoir un coup de fil de Waldo.
Sans trop entrer dans les détails ce dernier lui fit part de ses attentions ainsi que de quelques petites révélations sur ce qu'il comptait faire,mais l'essentiel de la conversation résidait surtout sur le fait que Waldo avait caché des documents sensibles à l'intention de Sigmund.
Ce dernier se devait d'aller les récupérer pour les mettre en lieu sûr mais pour une raison que le vieux scientifique ne pouvait pas expliquer la communication entre lui et Waldo fut interrompu ce qui fit que Sigmund ne sut jamais où fut caché cette fameuse mallette.

C Perec : alors vous n' êtes jamais entrer en possession de cet mallette
Sigmund : à ce jour personne ne peut dire ce qu'elle est devenue.
C Perec : et avez vous une idée de ce qu'elle pouvait contenir.
Sigmund : Waldo a quand même pu me donner une indication sur le contenu de cette mallette, a l'intérieur je devais trouver des informations lié à deux de ces projets
C Perec : de quels genre de projets s'agissait il
Sigmund : selon lui c'était quelque chose de top secret en rapport avec Carthage
M Cartwright : vous en a t'il dit plus
Sigmund : pas vraiment à l'époque il c'est seulement contenter de m'en donner les noms
C Perec : et comment s'appelaient ces projets.
Sigmund : le premier projet s'appelait Lyoko
C Perec : Lyoko... c'est quoi Lyoko
Sigmund : ça je serais bien incapable de vous le dire.

Lyoko d'où pouvait bien provenir un noms pareil,et qu'est-ce que Waldo avait bien pu appeler de cette façon-là ? le mystère restait entier le nom n'avait semble-t-il aucune signification propre,ce qui n'avança pas beaucoup les deux militaires sur la nature même de ce projet,mais le plus captivant dans tout ça fut quand le major demanda le nom du deuxième projet.

Et qu'elle était le nom du deuxième projet demanda le major Cartwright.
Le deuxième projet... fit Sigmund en marquant une pause.
M Cartwright : vous avez dit qu'il y avait deux projet.
Sigmund : en effet il y en avait eux par contre je peux vous en dire un peu plus sur le deuxième projet.
C Perec : on vous écoute.
Sigmund : le deuxième projet était en fait un système multi agents informatique très sophistiqué.
C Perec : ça veut dire quoi ça ?

Pour le colonel les termes technique qu'employait Sigmund étaient du chinois par contre pour le major Cartwright c'était limpide comme de l'eau, la jeune femme compris tout de suite de quoi parlait le vieux scientifique.

M Cartwright : vous nous parlez d'une intelligence artificielle
Sigmund : c'est tout à fait cela major
C Perec : une intelligence artificielle ?
M Cartwright : un programme informatique conçu pour penser et agir par lui-même
C Perec : ah oui comme un robot
M Cartwright : si vous préférez un robot autonome mais informatique composé d'une pure suite de données.

Le major se dispensa bien de faire un petit cours sur les intelligences artificielles au colonel, ce dernier ayant semble-t-il compris l'essentiel,le deuxième projet sur lequel travaillait Waldo
n'était autre qu'un programme informatique.

C Perec : et c'est là-dessus que travaillait Franz ,il aurait créer une intelligence artificiel.
Sigmund : c'est cela même.
C Perec : et à quoi cela pouvait-il lui servir
Sigmund : il a conçu ce programme pour détruire ces ennemis.
C Perec : comment ça détruire ?!
Sigmund : Franz à créer une intelligence artificielle dans le but de détruire toute menace éventuelle contre sa personne
C Perec : il aurait fait ça !!
Sigmund : il ne m'en as que vaguement parlé à l'époque mais il m'a récemment donné des informations supplémentaires.
il aurait donc pris contact avec vous fit le colonel.
c'est très récent lui répondit le vieux scientifique.
C Perec : et pourquoi vous nous parlé de sa.
Sigmund : vous allez vite comprendre.

A nouveau le vieux scientifique se mura dans un silence de plomb pendant un court instant il regarda ses interlocuteurs avec beaucoup d'anxiété ces derniers sentirent bien que Sigmund avait quelque chose de très importants à leur révélé.
Ne voulant pas faire durer le suspense plus longtemps le vieux scientifique se décida enfin à passer aux aveux.

Comme vous le savez lorsque l'on crée un nouveau projet on est généralement obligé de lui donner un nom de code leur dit Sigmund.
C Perec : bien sûr pour le qualifier c'est obligatoire.
Sigmund : sachez que le nom de code de ce projet ne vous est pas inconnu.
C Perec : que voulez-vous dire ?
Sigmund : j'insiste sur le faîte le deuxième projet de Waldo était une intelligence artificielle....
C Perec : est alors !!
Sigmund : cette intelligence artificielle ... ce projet top secret sur lequel travaillait Waldo ... avait pour nom ... XANA

Le seul fait de prononcer ce nom frappa de stupéfaction les deux militaires,aucun des deux ne s'attendait à une telle révélation,craignant qu'il ne s'agisse d'une confusion le colonel demanda à Sigmund de bien vouloir clarifier.

C Perec : attendez qu'est-ce que vous venez de dire la.
Sigmund : que le deuxième projet de Franz Hopper s'appelait XANA.
C Perec : attendez vous n'êtes pas en train de nous parler de Xana .... Xana l'organisation.
Pourtant cela ne semble pourtant clair colonel ... XANA n'est pas une organisation ... XANA est une intelligence artificielle. fit Sigmund.
Ce n'est pas possible répondit alors le major
malheureusement si major Xana est belle et bien un programme informatique lui fit Sigmund

Le major Cartwright peinait à croire ce que venait de dire Sigmund,mais le vieux scientifique se fit encore plus insistant à convaincre ces interlocuteurs,il voulut de toutes ces forces faire comprendre au major et au colonel que l'ennemi qu'ils traquaient depuis le début n'était pas une organisation terroriste mais bien un programme informatique multi-agents super sophistiquées.

C Perec : voulez dire que Xana ne serait rien d'autre qu'un virus informatique
Sigmund : Xana n'est pas qu'un virus c'est une intelligence artificielle autonome et réactive conçue pour la destruction.
c'est complètement fou dit le major qui avait beaucoup de mal à le croire.
c'est pourtant la vérité lui dit le vieux scientifique.
M Cartwright : mais comment est-ce possible ?
Sigmund : c'est grâce a ces connaissance scientifique que Franz Hopper a réussi a le créer
M Cartwright : mais sa relève de la science-fiction ce que vous dites...
Sigmund : je peux vous comprendre moi aussi j'ai eu beaucoup de mal à l'admettre au début est pourtant... c'est vrai.
M Cartwright : mais comment ?... les recherches sur les intelligences artificielles n'en sont encore qu'au stade expérimental.
Sigmund : officiellement peut-être mais malheureusement Xana est bien une réalité.

La nouvelle déstabilisa complètement le major et le colonel eux qui depuis le début pensaient traquer un groupe terroriste furent obligés de se rendre compte qu'ils se trompaient
Xana n'avait rien d'un terroriste .... c'était pire encore car il s'agissait là d'un ennemis que l'on ne pouvait pas éradiquer avec des armes conventionnelles,en tant qu'intelligence artificielle celui-ci n'avait pas d'existence physique propre,il était donc impossible pour un militaire de le tuer d'une balle en pleine tête.

Xana était un programme multi-agents très sophistiqués mais qu'importe le nom qu'on pouvait lui donner le colonel ne faisait pas la différence entre un virus est un programme pour lui il s'agissait encore là d'une belle saloperie issue de la science,à la différence du major le colonel commença à accepter l'idée que Xana était en fait un programme.

Contrairement au major le colonel faisait preuve d'une ouverture d'esprit très large il faut dire que tous les événements étranges par lequel il était passé avait suffi à le convaincre et comme le savoir c'est le pouvoir le colonel débuta une prise d'information sur la nature même de Xana.

C Perec : donc Xana est une intelligence artificielle.
Sigmund : oui
C Perec : créée par Franz Hopper alias Waldo Schaeffer
Sigmund : oui
C Perec : et Xana serait responsable de toutes les récente attaques dans le monde
Sigmund : oui
C Perec : dans ces cas-là pourriez-vous me dire dans quel but Franz se sert-il de ce programme pour attaquer des super-calculateurs
Sigmund : il ne s'en sert pas .... XANA a échappé à son contrôle
C Perec : vous voulez dire que ce programme agit par lui-même.
Sigmund : je vous l'ai dit c'est une intelligence artificielle ça pense et ça agit tout seul.

voilà une autre révélation qui compliquait sensiblement la situation pour les militaires Sigmund leur fit savoir qu'en temps d'intelligence artificielle Xana avait gagné son indépendance et n'obéissait désormais plus à aucun maître.

C Perec : et que savez-vous d'autres sur se programme
Sigmund : pour l'heure ce programme se cache sur le réseau et se répand de plus en plus

Voilà une nouvelle information qui ne fit pas spécialement plaisir au colonel,si comme le disait Sigmund Xana était bien devenus autonomes et que par conséquent il avait ses propres objectifs.

C Perec : et vous avez une idée de ce qu'il cherche à faire
Sigmund : ces objectifs sont un véritable mystère là seul chose qui soit sur ce qu'il va continuer son expansion.
C Perec : et quand il aura fini de se répandre
Sigmund : Dieu seul sait ,mais vu les dégâts qu'il a déjà causés il faut s'attendre au pire.
C Perec : comme détruire des sites stratégiques ou posséder des gens.
Sigmund : je vois que vous avez une bonne idée de ce que XANA est capable de faire.
C Perec : j'ai eu l'occasion de mi frottée.

Les explosions de super-calculateurs, les êtres possédés,tout ce qui concernait les capacités connues de Xana fut passée au crible par Sigmund et le colonel.
Les deux hommes tombèrent d'accord sur le faîte que cette entité virtuelle était capable de provoquer de grands dégâts, il était évident quoi qu'il puisse se passer à l'avenir maintenant l'objectif principal était de le stopper par tous les moyens.

M Cartwright : il va donc falloir travailler sur un moyen de l'éradiquer.
Sigmund : difficile c'est un programme pas un homme de plus il peut se cacher n'importe où sur le réseau
C Perec : on pourrait couper le réseau
M Cartwright : il est impossible de débrancher tout le réseau,
C Perec : vous êtes sûrs de vous.
Sigmund : le major a raison vous n'imaginez pas tous que cela pourrait impliquer.

Le colonel ne mesurait pas l'importance de ce qu'il venait de dire couper tous le réseau mondial de communication reviendrait à créer une crise économique plus dévastatrice qu'un tapis de bombes.
Et pour cause aujourd'hui la destruction de tous les réseaux de communication pourrait signifier la fin de l'humanité,il fallait donc trouver une autre solution
si la question était encore d'ordre technique le colonel n'aurait plus grand-chose à faire dans cette affaire pourtant en y réfléchissant bien il y avait un détail qui chagrinait le colonel

C Perec : donc Xana agit par lui-même est n'a personne sous son commandement
Sigmund : à part les personnes qu'il peut posséder ... NON
C Perec : dans ce cas-là il y a quelque chose qui cloche dans cette histoire
M Cartwright : que voulez-vous dire mon colonel
C Perec : l'homme qui a essayer de me tuer a l'EPFL n'était pas un possédé du moins pas au début.
M Cartwright : c'est vrai vous avez raison
Et c'est là le problème répondit aussitôt Sigmund
C Perec : que voulez-vous dire.
Sigmund : le problème c'est que l'affaire est bien plus complexe que ça.
C Perec : dois je comprendre qu'il y a autre chose que Xana dans cette histoire.
c'est le cas colonel fit Sigmund.

Sigmund fit savoir aux deux officiers que Xana n'était qu'une partie du problème,intrigué le colonel demanda au vieux scientifique de préciser,ce dernier lui expliqua qu'avant de venir au coeur du sujet il devait d'abord faire une parenthèse sur les événements du 6 juin 1994
---------------------------------- Les mystères du 6 juin 1994 -------------------------------------


Sigmund : comme vous le savez Franz a mystérieusement disparu le six juin 1994
C Perec : ça vous nous l'avez déjà dit.
Sigmund : oui mais ce que je n'ai pas encore évoqué ce que ce jour-là il s'est passé quelque chose d'incroyables
De quoi nous parlez-vous ? demanda le major intrigué par les dires de Sigmund
Sigmund : pour faire simple disons que le 6 juin 1994 l'espace temps a subi une modification
qu'est-ce que c'est encore que cette histoire demanda le colonel.

Le fait que Xana n'était pas une organisation mais une intelligence artificielle avait déjà suffi à embrouiller le colonel mais quand Sigmund lui annonça que le six juin 1994 l'espace temps avait été modifié le pauvre militaire se crut bon pour un mal de tête carabiné quant au major elle avait renoncé à contredire les affirmations de Sigmund cela ne servait plus à rien car quoi qu'elle dise ce dernier arrivait à lui prouver que tout était encore vrai.

à quoi dois-je encore m'attendre comme révélation demanda le colonel.
Sigmund : a quelque chose de très costaud
C Perec : le contraire m'aurait étonné,mais allez-y de toute façon depuis le début de cette affaire je sais que la normalité n'a pas sa place.
Sigmund : bon et bien voila ... le jour qui suivi la disparition de Franz je fus contacté par le troisième membres survivant du projet Carthage
C Perec : Henry Hopkins
Sigmund : lui-même il voulait que je vienne en Angleterre car il avait besoin de moi pour une expertise
C Perec : quel genre d'expertise.
Sigmund : apprenez d'abord que suite à l'arrêt du projet Carthage initial Henry c'était reconvertie dans les affaires
C Perec : ça nous le savons déjà il est le PDG de Cyclotron.
Sigmund : oui mais ce que vous semblez ignorer c'est que ce dernier a créé un super-calculateur
C Perec : je ne vois pas ce qu'il y a d'extraordinaire sa société créée des super-calculateurs par dizaines
Sigmund : sauf que la c'est un super-calculateur d'un genre totalement nouveau
C Perec : laissez-moi deviner un super-calculateur quantique.
Sigmund : c'est exact comment avez-vous deviné.
C Perec : appeler cela ça de l'intuition.
Sigmund : enfin bref il m'avait contacté pour que je vienne le plus rapidement possible
C Perec : et vous y êtes allés
Sigmund : j'ai pris le premier vol en partance pour l'Angleterre.
C Perec : et que voulait-il,je ne pense pas qu'il vous est appelé pour une simple rencontre de courtoisie.
Sigmund : il voulait mon avis sur un phénomène étrange qui était arrivé sur cette machine
M Cartwright : quel genre de phénomène.
Pour vous colonel je ne fais pas de souci je sais que vous allez me croire par contre vous major je ne suis pas sûr que vous soyez prêts à entendre ce que je vais dire. fit Sigmund en guise d' avertissement
Allez y depuis le coup de l'intelligence artificielle plus rien ne pourra me surprendre lui fit la jeune femme
Je n'en suis pas si sûr lui répondit Sigmund

Sigmund avait pourtant pris soin de ne pas blaser ces interlocuteurs mais vu la nature des informations qu'il venait de délivrer en l'espace d'un quart d'heure il y avait de quoi désabusé plus d'une personne et l'histoire de la modification de l'espace temps ne risquait pas d'arranger les choses.

Sigmund : Major comme vous le savez les ordinateurs quantiques sont basées sur un fonctionnement quantiques.
M Cartwright : oui je le sais .. processus d'incertitude .. espace non linéaire et j'en passe.
Sigmund : est en théorie ces machines seraient sensibles à des phénomènes espace-temps.
M Cartwright : si ces machines sont construits sur un principe Qbits quantique elle serait en théorie sensible à certaines variations.
Sigmund : une variation qui agirait sur les Qbits quantique en particulier
M Cartwright : de quelle façon
Sigmund : par exemple en augmentant leur puissance et leur nombres
M Cartwright : cela me paraît difficilement concevable mais en théorie c'est possible.
Sigmund : bien et si maintenant je vous dis que le super-calculateur conçu par Henry Hopkins avait une puissance de 10 Qbits quantique vous me croiriez.
M Cartwright : le fait est qu'une telle machine puisse exister et que celle-ci dispose d'une telle puissance me semble un peu exagéré mais nullement impossible.
Sigmund : dont vous admettez qu'une machine disposant d'une puissance 10 Qbits quantique puisse bien exister
M Cartwright : d'un point de vue théorique et expérimental se serait possible.

A cet instant Sigmund prit une grande inspiration car ceux qu'il s'apprêtait à dire ne pouvait l'être fait que d'une façon rapides et claire et surtout sans interruption.

" Le six juin 1994 un phénomène spatio temporel inconnu a adjoint en un seul jour une puissance de 2546 Qbits quantique au super calculateur créée par Henry Hopkins " fit Sigmund.

je vous demande pardon fit le major

" Le six juin 1994 un phénomène spatio temporel inconnu a adjoint en un seul jour une puissance de 2546 Qbits quantique au super calculateur créée par Henry Hopkins " répéta alors Sigmund

c'est une blague fit le major
vous voyiez quand je disait que vous alliez avoir du mal à me croire fit Sigmund
M Cartwright : c'est impossible....
Sigmund : ..... ( en hochant la tête a droite )
M Cartwright : ne me dites pas que...
Sigmund : ..... (en faisant couçi couça avec la mains)
M Cartwright : non pas ça....
Sigmund : ..... ( en souriant largement)
M Cartwright : bon le coup de l'intelligence artificielle,je veux bien l'admettre.... le coup du super-calculateur d'une puissance de 10 Qbits quantique passe encore .... mais le reste NON NON ET NON .....
Est-ce que quelqu'un pourrait m'expliquer parce que moi je suis largué fit le colonel qui essayait désespérément de comprendre à quel simagrées se livraient Amanda et Sigmund.

Afin de répondre son officier supérieur le major expliqua au colonel qu'en théorie un super-calculateur quantique ne pouvait gagner de la puissance que si celui-ci se subissait une variation liée à l'espace temps,mais le phénomène était tellement rare que les probabilités que cela arrive était quasiment nul.
et voilà que selon les dires de Sigmund un phénomène de genre c'était produit pas moins de 2546 fois en l'espace d'une seule journée ce qui était physiquement et mathématiquement improbable.
Le colonel ne comprit rien aux explications que lui donna le major si ce n'est que pour une raison inconnue la machine de Hopkins était devenue subitement plus puissante encore une fois en bonne scientifique qu'elle était le major avait du mal a y croire.
Mais comme l'avait précédemment fait remarquer le colonel la normalité ne faisait pas partie de cette affaire,elle dut donc accepter l'évidence et laisser ces explications scientifiques au vestiaire pour écouter la suite du récit.

Et vous savez ce qui est à l'origine de tout ça demanda le colonel
Sigmund : sincèrement colonel j'en est pas la moindre idée si ce n'est que j'avais sous les yeux une machine qui démontrait que mes théories sur l'espace temps étaient vraies
M Cartwright : mais dites-moi une telle découverte vous aurait valu un prix Nobel
Sigmund : je vous l'accorde mais fallait-il encore expliquer l'origine du phénomène et pour l'heure celui-là reste un mystère.
C Perec : et donc ce phénomène inconnu a rendu cette machine plus puissante.
Sigmund : colonel il n'y à ce jour aucune machine plus puissante que celle-ci au monde.

Voilà une information qui pourrait s'avérer capitale,de toute évidence la société Cyclotron avait à sa disposition le super-calculateur le plus puissant au monde,aucune nation,aucune entreprise ne pouvait se targuer d'avoir une telle machine ceux qui par définition conféraient à Henry Hopkins un grand pouvoir.

C Perec : ce monsieur Hopkins a donc une sacrée bécane en sa possession.
Sigmund : et ça depuis le six juin 1994.
C Perec : et à quoi peut lui servir une telle puissance.
Sigmund : grâce à ça il a pu faire fructifier les bénéfices de son entreprise en vendant ses services informatiques
C Perec : quel genre de services
Sigmund : essentiellement des pronostics, des simulations et des tests.
C Perec : cela a dû lui rapporter pas mal d'argent
Sigmund : une sacrée somme.
C Perec : mais dites donc une telle puissance pourrait tourner la tête à n'importe qui
Sigmund : je ne vous le fais pas dire quiconque entrerait en possession de cette machine disposerait alors d'une puissance phénoménale.
C Perec : ça pourrait faire bien des envieux,des gouvernements ou des services secrets pourrait bien essayer de s'en emparer.
Sigmund : de ce côté-là ça ne risque rien sa machine est parfaitement protégé,il a installé cette dernière dans un bunker sécurisé transformer en laboratoire de recherche.
C Perec : et tout ça depuis le six juin 1994
Sigmund : et encore ce ne fut pas la chose qui fut le plus étonnant ce jour-là.

Ah non ça suffit les révélations extraordinaires fit le major Cartwright
Que se passe-t-il Major demanda le colonel
oui qui y'a-t-il demanda Sigmund :
ATTENTION vous je vous préviens si vous nous parlez d'extraterrestres je rends mon tablier fit le major à cet instant.

La réaction du major étonna quelque peu le colonel jusqu'à présent il n'avait jamais vu son officier subalternes agir de cette façon,mais la jeune femme commençait à être exaspérée,depuis le début les révélations et les événements farfelus et tordus s'étaient succédé les uns derrière les autres, mue par un réflexe d'autodéfense elle préféra se couvrir de toutes nouvelles révélations extraordinaires en lançant elles-mêmes une théorie stupide

Une intelligence artificielle, des êtres possédés, des voyages dans le temps manquaient plus que les extraterrestres pour compléter le tableau.
Mais Sigmund se montra particulièrement rassurant en précisant que ce qu'il allait révélé était parfaitement normal...étonnant ....mais normal
Quand le major eut retrouver un calme apparent Sigmund put enfin faire la dernière révélation

alors qu'avez-vous vu de si extraordinaires ce jour-là a part "retour vers le futur" demanda le colonel
Sigmund : j'ai revu ce jour là quelqu'un que je croyais morte.
C Perec : qui ça ?
Sigmund : Anthea Hopper

Point d'extraterrestre dans les révélations de Sigmund mais une surprise de taille plutôt étonnante... Anthea la femme de Waldo Schaeffer venait subitement de faire sa réapparition dans l'histoire.

Comment est-ce possibles ne n'aviez-vous pas dits que les services secrets l'avaient enlevé dit le colonel
Sigmund : comme je vous l'ai dit il s'agissait d'une branche secrète du gouvernement... celle des hommes en noir
C Perec : alors comment se fait-il qu'elle était a Cyclotron
Sigmund : les hommes en noir l'avaient bien enlevé mais Hopkins à jouer de ses influences pour la faire libérer
C Perec : il a réussi à faire sa
Sigmund : vous savez colonel quand on a du pouvoir et il est bon de s'en servir des fois
C Perec : c'est vrai mais on sait tous où trop de pouvoir peut mener des fois
Sigmund : c'est bien vrai...
C Perec : alors vous avez revu Anthea

Sigmund raconta brièvement le récit de la vie de Anthea de son enlèvement à sa libération par Hopkins en passant par ces quatre années d'emprisonnement,quand Hopkins l'avait retrouvé Anthea n'étaient plus que l'ombre d'elle-même, les hommes en noir lui avait fait subir un tel traitement que la jeune femme en était ressortie traumatiser.
Il fallut beaucoup de temps à Anthea pour retrouver une vie normale,malheureusement cette dernière avait tout perdu dans l'aventure
Son mari .... sa fille .... et même le goût de la vie,pourtant pendant un temps cette dernière c'était raccrochée à l'espoir de les retrouver mais celui-ci fut vain

M Cartwright : elle n'a pas essayé de rechercher son mari et sa fille
Sigmund : pendant des années ils ont fait des recherches sans rien trouver,c'est comme si Waldo est Aelita avait disparu de la surface de la Terre.
C Perec : apparemment ce n'est pas le cas puisque Waldo a pris contact avec vous
Sigmund : oui mais ça ne fait que très peu de temps que ce dernier s'est manifesté
C Perec : et qu'est devenu Anthea.
Sigmund : elle est rester auprès de Henry et a fini par l'épouser.
C Perec : est bien dit donc elle perd pas le Nord celle la.
Sigmund : il faut la comprendre colonel passer des années en prison a être torturé, elle en était ressortit psychologiquement et physiquement détruit,de plus son mari et sa fille avait disparu vous vous imaginez le tableau.
C Perec : pauvre femme s'a dû être terrible pour elle
Sigmund : mais cela n'a pas empêché la suite
C Perec : et que s'est-il passé
Sigmund : c'est la colonel que se termine ma parenthèse sur les événements du passé

--------------------------------------- retour dans le présent ---------------------------------------

L'histoire que venait de raconter Sigmund était particulièrement intéressantes les deux militaires avait appris beaucoup de choses sur la société Cyclotron ainsi que sur l'existence de Anthea la femme de Waldo mais cela n'expliquait toujours pas le rapport qu'il pouvait y avoir entre Xana et l'histoire que venait de leur raconté Sigmund.

Sigmund : comme vous l'avez compris Xana c'est rebellé et c'est répandue sur le réseau ou il a commencé à s'attaquer a des super-calculateurs.
C Perec : c'est d'ailleurs un détail qui nous intrigue pourquoi s'attaque t' il a des super-calculateurs.
Sigmund : la réponse est évidente colonel Xana se créent des refuges.
C Perec : des refuges ?!
Sigmund : Xana est peut-être une intelligence artificielle,une conscience intangible il a tout de même besoin d'un support hardware pour exister.
M Cartwright : c'est logique un logiciel aussi perfectionnés soit-il ne sert à rien si il ne fonctionne pas sur une machine.
C Perec : si je vous suis bien les super-calculateurs lui servirait de base.
Sigmund : je dirais plutôt des support sur lequel il peut exister et survivre et seuls des super-calculateurs font l'affaire les ordinateurs classiques ne sont pas assez puissants pour gérer son système.
C Perec : oui mais même la nous savons qu'il ne peut pas aller sur n'importe quels super calculateurs
Sigmund : c'est exact et comme vous le savez déjà seuls ceux équipés de micro puce Quadrihoppes peuvent accueillir Xana.
C Perec : les fameuses Quadrihoppes distribué par global Computer
Sigmund : elles sont un vrai problème car elles permettent l'expansion de Xana.

Les explications de Sigmund corroborait les théories de Major Cartwright,nul doute maintenant que les Quadrihoppes étaient le coeur du problème si aucune de ces dernières n'avait été implantée dans les super-calculateurs jamais Xana n'aurait pu réussir son oeuvre.
A cause de Global Computer se satané programme avait sûrement pu trouver refuge dans un nombre indéterminé de machines à travers le monde.

C Perec : sans compter que leurs origines sont un vrai mystère
Sigmund : pas vraiment en fait
C Perec : que voulez-vous dire ?
Sigmund : vous vous demandiez qu'il était le lien entre le Xana et mon histoire sur Cyclotron
C Perec : oui et j'aimerais bien le trouver
Sigmund : apprenez que c'est la société Cyclotron qui a créé les Quadrihoppes

Chacune des révélations de Sigmund constituait un événement remettant à chaque instant en cause les certitudes du colonel mais cette fois-ci une des énigmes les plus importantes de l'affaire venaient enfin de trouver une réponse.

l'origine même des Quadrihoppes venait d'être révélée que ce qui finalement ne surprit pas plus que ça le colonel,ce dernier se doutait bien que ces fameuses micro puce devaient être produit quelque part mais il n'aurait jamais pensé qu'elle depuis être l'oeuvre du dernier membre du projet Carthage.

Sigmund expliqua alors que les Quadrihoppes étaient en fait une invention de Henry Hopkins mais ce fut le concours de Sigmund et de Waldo qui permirent à Hopkins de concrétiser ses théories sur les "micro puce quantique à fréquence non linéaire" renommée Quadrihoppes pour l'occasion.

C Perec : si je vous comprends bien la société Cyclotron est responsable de tout
Sigmund : indirectement oui.
C Perec : comment ça indirectement !!!! vous venez de nous dire que c'est Cyclotron qui produis les Quadrihoppes
Sigmund : oui mais ce n'est pas eux qui les diffusent à travers le monde
C Perec : expliquez-vous
Sigmund : pour une raison que j'ignore ces micro-puces ont été diffusé sur le marché par le biais de la société Global Computer.
C Perec : c'est ce que nous avons découvert.
Sigmund : Global Computer est responsables de l'expansion de ce virus sur le réseau
C Perec : nous l'avions déjà supposer, mais pourquoi Henry Hopkins vendrait-il ces composants en secret.
Sigmund : non je ne pense pas que Henry soit responsable de sa,cet homme est un altruiste même si par le passé il a eu quelques considérations très mercantile il s'est bonifié avec le temps et il est devenu un homme respectable
C Perec : dont vous pensez qu'il est innocent.
Sigmund : pour moi il l'est
C Perec : dans ces cas-là cela voudrait dire que les personnes qui contrôle Global Computer en secret auraient accès à la technologie de Cyclotron.
Sigmund : cela me paraît être l'explication la plus logique qui soit

Pour Sigmund Hopkins était innocent, cet homme n'aurait jamais permis qu'une telle technologie soit diffusé sans le moindre contrôle,mais de toute évidence d'autres personnes n'avaient pas les mêmes considérations que lui.
Sigmund avança l'hypothèse que ces personnes avaient trouvé le moyen de détourner la technologie de Cyclotron pour leur propre compte,parmi toutes les informations que Waldo avaient pu recueillir le nom d'une personne en particulier était ressortie,une personne que le colonel et le major connaissait déjà.

Sigmund : la personne responsable tout ça n'est rien d'autre qu'un certain Mr X
C Perec : Mr X.
M Cartwright : Mr X.
Sigmund : vous le connaissez.
C Perec : un peu oui depuis le début ont le suspect d'être à la tête de l'organisation Xana.
Sigmund : oui mais maintenant que vous savez que XANA n'est pas une organisation ça change tout pour vous.

Sigmund n'eut pas besoin d'en dire plus,le colonel compris parfaitement quelle était la situation si Xana n'était en rien relié à global Computer cette entreprise était tout de même responsable de son expansion.
En vendant de façon irresponsable les Quadrihoppes Global Computer faisait sans le savoir le jeu de Xana et le responsable de tous n'était autre que Mr X.
Faute de pouvoir stopper les agissements illégales de Mr X la seule solution qu'avaient les deux militaires était de stopper directement la production des Quadrihoppes

C Perec : si c'est bien Cyclotron qui crée les Quadrihoppes il faut qu'ils arrêtent toutes leurs activités.
Sigmund : malheureusement ce ne sera pas aussi simple que ça.
M Cartwright : bien sûr que si puisque Cyclotron et sur le territoire britannique notre gouvernement pourra l'obliger à collaborer
Sigmund : vous n'y arriverez pas de cette façon-là
M Cartwright : pourquoi êtes-vous si négatifs après tout s'agit de notre sécurité nationale.
Sigmund : vous ne pouvez pas attaquer un homme comme ceci sent sans des preuves précises de plus ce n'est pas Hopkins votre ennemi mais Mr.X.
C Perec : oui mais ce monsieur X. se sert de la technologie Cyclotron pour faire son petit comerce et c'est nous qui allons payer la note si on fait rien.
Sigmund : mais vouloir s'attaquer de front à Cyclotron et à Hopkins serait une belle erreur tactique
M Cartwright : ce n'est pas un problème nous arriverons à nos fins
Sigmund : ne croyez pas çà Henry Hopkins est un homme puissant.
Tous le monde à son point faible argumenta le colonel
Sigmund : seulement Henry dispose du soutien de nombreux politiciens dont notamment votre premier ministre dont il a généreusement financer la dernière campagne sans compter celui de nombreux militaires
C Perec : des militaires
Sigmund : avez-vous oublié que Henry a aussi été impliqué dans le projet Carthage en tant que chef de projet et depuis 1974 il entretient des contacts avec votre armée.
C Perec : raison de plus pour qu'il nous aide.

Mais encore une fois de plus Sigmund se montra contrariant en faisant comprendre aux deux militaires que ce ne serait pas aussi simple,Henry disposent de nombreux soutiens de plus son lien étroit avec la défense nationale lui conférait une sorte d'immunité national.
Sans compter que Hopkins avait souvent apporté son aide au gouvernement britannique ce qui lui donnait de solides appuis dans le gouvernement,une attaque frontale de la part de deux agents secrets aurait été suicidaire et improductive car dans l'histoire Hopkins est tout autant une victime que les autres,
Pour pouvoir empêcher Cyclotron de produire des Quadrihoppes il fallait des preuves solides sans quoi toute tentative d'attaque serait vouée à l'échec.

Les paroles de Sigmund étaient pleines de bon sens il était clair que dans toute cette histoire Henry Hopkins n'était qu'une victime des agissements du diabolique Mr X, c'était lui le véritable problème de l'affaire si le colonel et le major s'attaquaient directement à Cyclotron ils prendraient le risque de répéter la même erreur que la CIA avec Global Computer.

Qui que ce soit Mr X temps qu'il ne connaissait pas son identité ils ne pouvaient rien entreprendre contre Cyclotron sans prendre le risque que cette personne ne disparaisse définitivement
Toutefois le colonel remarqua un point intéressant,le fait est qu'on ait essayé de l'éliminer montrait bien que MrX le connaissait,si tel était le cas cela voulait dire que le colonel et le major était devenu gênant pour le bonhomme


C Perec : nous sommes donc une menace pour se MrX,sinon pourquoi aurait-il essayé de nous éliminer dans le laboratoire en Suisse c'est bien la preuve que nous devenons gênants. Sigmund : pour qu'il prenne la peine d'agir de cette façon il doit considérer que vous êtes un sacré obstacle.
C Perec : raison de plus pour nous d'aller faire un tour à Cyclotron,si cette personnes s'y trouvent le faite de nous y voir pourrais lui mettre la pression et l'amener à commettre une faute.
M Cartwright : ce n'est pas idiot ... nous voir sur place va l'obliger à se calmer ou au contraire le pousser à nous éliminés.
C Perec : voilà qui est encourageant
Sigmund : vous avez raison votre présence pourrait l'obliger à se dévoiler au grand jour.
C Perec : si est le cas il va donc falloir être très attentif
Sigmund : remarquez il y a peut-être un moyen pour l'obliger à se démasquer.
C Perec : à quoi pensez-vous
Sigmund : Cyclotron va prochainement organiser une démonstration de leur projet phare durant cette présentation toutes les personnes clés de l'entreprise seront présentes
C Perec : est alors...
Sigmund : si Mr X. fait bien partie du personnel je crois qu'un petit scandale le ferait de réagir
C Perec : à quoi pensez-vous.

Sigmund expliqua alors l'idée qu'il était venu en tête,en considérant que la seule présence des deux militaires suffiraient à l'inquiéter il était clair qu'une déclaration publique faite pendant la démonstration risquait de jeter de l'huile sur le feu.
L'idée de Sigmund était de saboter la démonstration officielle qui aura lieu le 01 août 2005 dans les locaux mêmes de Cyclotron tout en devinant les effets que cela pourrait produire,si MrX assistait à la démonstration celui-ci remarquerait sûrement la présence du major et du colonel sur place ce qui pourrait amener MrX à commettre une faute.

Mais pour réussir ce tour de force il fallait une complicité sans faille entre les différents protagonistes,ce fut donc a la plus grande surprise des deux militaires que Sigmund se proposa de les aider dans cette tâche
Non pas que le vieil homme était devenu pro militaire mais le but de tous ça .... la finalité était de pouvoir stopper Xana.

Le vieux scientifique estima que rien n'était plus important ce que bien évidemment le major le colonel approuvèrent
Maintenant que les deux militaires connaissaient la vérité ils devaient agir en conséquence,il fut donc prévu que Sigmund les retrouverait en Angleterre le 28 juillet prochain pour assister à la démonstration de Cyclotron qui devait avoir lieu le 01 août

Sigmund estima qu'il n'aurait aucun problème à faire passer les deux agents pour des collaborateurs scientifiques et en retour eux n'auraient aucun problème à se créer une identité qui soit viable.
De toute évidence le plan était simple ils devaient réussir à s'introduire et à démasquer le mystérieux Monsieur X. pour stoppé toutes ces activités.

Bien sûr avant de mener une telle opération il fallait que les deux militaires en réfère à leurs supérieurs mais vu la voie royale que leur offrait Sigmund ils auraient été bien stupides de refuser.
l'affaire fut alors entendue comme ceci Sigmund allaient collaborer avec les militaires pour les aider à démasquer MrX...

Puisque tout était dit les deux militaires abrégèrent leur entretien avec Sigmund il saluèrent comme il se doit a le vieux scientifique, celui-ci allait désormais garder en étroit contact avec eux.
Quand ils sortirent du chalet à la température avait déjà baissé sans s'en rendre compte ils avaient passé une bonne partie de la journée à discuter et à s'entretenir avec Sigmund il leur fallait donc faire vite pour pouvoir rallier l'hôtel avant de regagner leurs bases afin de faire un rapport à leur état-major.

Le colonel et le major marchèrent dans la neige pour reprendre le petit chemin qu'ils avaient emprunté pour venir jusqu'au chalet.
le colonel se retourna et jeta une dernière fois en regard en direction du chalet,ce dernier était parcouru par une impression étrange,Sigmund lui avait révélé la vérité sur la mort de son pere ainsi que les tenants et aboutissants du projet Carthage est plus que tout il leur avait fourni des informations cruciales sur Xana ce qui allait permettre au major et à toute l'équipe de scientifiques de mettre au point des défenses efficaces contre le terrible virus, pourtant un autre détail avait interpellé le colonel mais celui-ci préféra ne pas y apporter de crédit

















PARTIE 02


Par la fenêtre de son chalet Kessel observa les deux militaires s'éloigner quand il fut sûr que ceux-ci n'étaient plus là il se rendit alors à la cave,arrivée en bas il alla au fin fond de cette dernières cachée derrière un grand panneau de bois il y avait la porte d'entrée blindée d'un abri antiatomique.
Car derrière ces apparences innocentes de chalet de montagne ce dernier était loin d'en être un, il s'agissait en fait d'un ancien avant poste de défense de l'armée suisse qui avait été reconverti en habitation
il y a plusieurs années Sigmund s'en était portés acquéreurs et il l'avait transformée en un somptueux chalet il avait toutefois gardé les fondations de base dont notamment l'abri antiatomique.

derrière la lourde porte blindée qui constituait l'entrée de l'abri il arriva dans une grande pièce dans laquelle il y avait une multitude d'appareils informatiques et autres ordinateurs au milieu de la pièce il y avait une grande cuve dans laquelle plongeaient un système comparable à celui qu'avait développé Benjamin Morel,Sigmund s'approcha de la cuve et commença à regarder l'écran de contrôle qui était monté dessus apparemment tous les paramètres était optimal et la température était stable.

Parfait le système Quadrihoppes est parfaitement fonctionnel fit le vieux scientifique

après avoir effectué quelques contrôle de routine de part et d'autre de la pièce Sigmund s'installa alors devant un ordinateur là il commença a rentrer toute une série d'instructions sur le moniteur puis à l'aide d'un micro il interpella quelqu'un

Sigmund : Waldo est-ce que tu es la

C'est alors qu'une voix métallique se fit entendre dans les enceintes, celle-ci n'était pas inconnue au vieux scientifique car c'était celle de son ami Waldo alias W.

alors c'est fait lui demanda Waldo.
Sigmund : c'est fait je leur ai donné les informations maintenant ils sont au courant de tout ce qui se passe
Waldo : c'est parfait
Sigmund : tu crois vraiment que c'était une bonne idée de leur avoir révélé la vérité sur Xana
Waldo : il le fallait car nous avons besoin de l'aide des militaires.
Sigmund : tu n'as pas par qu'ils essaient d'en tirer profit après tout il pourrait essayer de prendre le contrôle de Xana
Waldo : Xana est trop puissant pour sa
Sigmund : mais on sait jamais il pourrait trouver un moyen de le contrôler.
Waldo : c'est un risque à courir de toutes façons nous n'avons pas le choix de plus j'ai confiance en ce colonel Perec
Sigmund : tu dis ça à cause de son père
Waldo : je trouve qu'il lui ressemble beaucoup
Sigmund : physiquement peut-être mais pour le reste ?
Waldo : j'ai pu l'observer de très près et je sais qu'on peut lui faire confiance.
Sigmund : tu lui est redevable après ce que son père a fait pour toi
Waldo : aujourd'hui je peux payer ma dette.
Sigmund : tu devais bien ça a son père.
Waldo : mais c'est aussi grâce à toi, si tu ne lui avais pas sauvé la vie en retournant dans ce laboratoire jamais il n'aurait pu sauver la mienne.
Sigmund : indirectement je t'ai sauver
Waldo : et après quoi Antoine m'a sauvé la vie en remerciement de quoi j'ai sauver la vie de son fils.
Sigmund : tu parles de l'accident avec la chambre d'irradiation.
Waldo : je suis intervenu en personne pour éviter qu'il ne meure irradier
Sigmund : c'est d'ailleurs une chose que je ne comprends pas comment as-tu fait pour que les radiations émises ne le tuent pas
Waldo : disons que j'ai modifié les radiations émises par la chambre
Sigmund : pour les rendre inoffensives je présume
Waldo : en partie oui
Sigmund : que veux-tu dire par en partie.
Waldo : disons que j'ai légèrement influencé les radiations pour que celle-ci ait un effet particulier sur lui.
Sigmund : quel genre d'effet.
Waldo : les radiations sont devenues similaires à celles qui imprègnent le corps humain lorsque celui-ci est scannériser.
Sigmund : de quoi parles-tu ?
Waldo : rien de particulier ... juste des effets d'un procédé que j'ai mis au point
Sigmund : un procédé de scanner !! dans quel but ?
Waldo : je t'expliquerai plus tard de quoi il s'agit mais pour le moment revenons en à l'essentiel.

Waldo évoqua avec Sigmund le plan qui avait été mis en place pour stopper Xana, l'un des moyens qu'ils avaient pour combattre la diabolique intelligence artificielle était de stopper en priorité la diffusion des Quadrihoppes.
Si ces micro-puces n'étaient plus distribuées à travers le monde cela réduirait à coup sûr la marge de manoeuvre de Xana.
Si par le biais des militaires il pouvait arrêter MrX. le jeu en valait la chandelle toutefois Avant d'aller s'attaquer directement à Cyclotron il y avait un point délicat que Sigmund voulu aborder avec son ami Waldo

Sigmund : au faites Waldo tu sais que Anthea c'est marier avec Hopkins.
Oui je suis au courant lui répondit Waldo.
Et cela ne te dérange pas lui demanda Sigmund
Waldo : après tout ce qu'elle a dû subir à cause de moi je peux comprendre,c'est finalement la meilleure chose qui pouvait lui arriver.
Sigmund : sauf que cela n'a pas tous arranger tu sais comme moi qu'elle n'a plus toute sa tête
Waldo : on l'a emprisonné,on la torturer et on lui a prit son enfant... franchement cela traumatiserait n'importe qui.
Sigmund : l'ennui c'est que Anthéa n'est pas n'importe qui,et vu la place qu'elle occupe au sein de la société de Henry il se pourrait bien ...
Waldo : j'y pense aussi mais je me refuse a cette idée
Sigmund : mais on ne peut pas écarter cette hypothèse ....
Waldo : la question c'est pourquoi ferait t'elle ça.
Sigmund : est le ferait pour sa fille.
Waldo : Aelita ?!!!
Sigmund : NON ... Tanit ... tu sais tout comme moi que sa création est devenue une véritable obsession
Waldo : je le sais.
Sigmund : et que pour elle Anthea serait prête à tous.

En dépit des apparences Waldo est Sigmund était parfaitement au courant de ce que faisait Anthea au sein de Cyclotron même si jusqu'à présent aucun des deux n'avait ouvertement évoqué le sujet,le fait est que Anthea est créé un clone virtuel de sa fille risquait de devenir un problème

Waldo : Tanit... j'ai peur qu'elle ne devienne une menace.
Sigmund : tu m'as dit que Anthea avait beaucoup appris à tes côtés durant vos années d'exil
Waldo : elles connaissaient certaines de mes théories et leur domaine d'application ajoute a sa ses propres connaissances en biotechnologie et voilà le résultat.
Sigmund : Tanit.
Waldo : Tanit a sûrement été créé à partir de mes théories sur les intelligences artificielles ce qui peut laissaient présager le pire...
Sigmund : je te comprend on vois ce que ton intelligence artificielle livrée à elle-même est capable de faire alors je n'imagine pas de quoi Tanit serait capable avec le supercalculateur de Henry.
Waldo : il faudra peut-être qu'on la détruise elle aussi.
Sigmund : tu voudrais détruire le projet Neo Carthage
Waldo : à l'origine j'ai créé Xana dans ce but.

Sigmund n'eut pas besoin de demander les raisons qui avaient poussé Waldo à mettre au point un tel système,ce dernier était traqué par les services secrets pour une faute qu'il n'avait jamais commise.
Waldo avait dû se résigner à une vie de fugitifs mais l'enlèvement de anthea avaient été le facteur déclencheur,Waldo compris ce jour-là qu'il ne serait jamais en sécurité nulle part,soucieux pour l'avenir de sa fille il voulut la protéger contre ses ennemis en créant Xana.
Mais ce qui l'avait surtout poussé à réaliser ce projet ce fut la trahison dont il avait fait l'objet, une trahison donc Henry Hopkins était l'instigateur à cause de lui Waldo avait été obligé de rester caché pendant des années.

Sigmund : tu veux vraiment pas me dire où tu te caches
Waldo : pour le moment je ne peux pas te le dire pour ta propre sécurité.
Sigmund : tu n'a pas changé tu penses avant tout aux autres.
Waldo : tu es déjà très impliqué dans l'affaire je ne voudrais pas que tu t'exposes davantage.
Sigmund : oui mais vu la menace qui nous guette je ne peux pas non plus rester les bras croisés
Waldo : s'est pour sa que quoi qu'il arrive il faut que tu gardes la sphère en sécurité il y a qu'elle qui pourrait encore nuire a Xana
Sigmund : tu ne m'as jamais dit ce qu'est cette sphère que je garde caché dans mon super-calculateur personnel.
Waldo : c'est une sauvegarde
Sigmund : une sauvegarde de quoi ?
Là non plus je ne peux pas te le dire pour le moment fit Waldo

Durant toutes ces années Sigmund avait continué ses propres expérimentations il avait aménagé le sous-sol de son bunker en un laboratoire pour se livrer à des expériences mais un jour il fut contacté par Waldo celui-ci lui avait demandé de stocker une série de données très particuliers sur le super-calculateur improvisé que c'était fabriqué Sigmund

Certes cette machine etait largement moins puissante que celui du laboratoire de l'EPFL son usage était avant tout expérimental toutefois à elle avait permis a Waldo d'entrer en contact avec Sigmund ce dernier lui avait confié une mystérieuse base de données ayant la forme d'une sphère c'est à travers celle ci que Waldo pouvait entrer en contact avec Sigmund,Waldo avait affirmé à son ami que préserver cette sphère permettrait de détruire Xana.

Waldo : c'est notre dernier espoir j'ai commis une grave erreur en créant Xana il est important qu'on le détruise c'est pour ça que j'ai besoin de ton aide
Sigmund : pourtant d'après ce que tu m'as dit tu n'est pas seul à le combattre
Waldo : oui je peux compter sur ton aide et celle de mes alliés
Sigmund : puisque tu en parles de tes alliés qui sont-ils
Waldo : ce sont des gens très courageux qui ont eut le malheur de découvrir mon secret.
Sigmund : ils arrivent à s'en sortir
Waldo : ils font ce qu'ils peuvent pour stopper Xana
Sigmund : si j'ai bien compris ta fille ainsi en fait partie
Waldo : elle lutte à leurs côtés
Sigmund : elle doit voir quoi 22 de 23 ans maintenant
Waldo : elle aura 23 ans le 18 juin prochains.
Sigmund : ce n'est pas dur pour toi de ne pas la revoir.
Waldo : pour un père c'est toujours difficile d'être éloigné de son enfants

Waldo ne voulut pas s'éterniser sur le sujet,cela était parfaitement compréhensible ce dernier avait été éloigné de Aelita pendant des années et même s'il ne tenait qu'à lui d'aller la retrouver cela était trop risqué car il deviendrait une proie facile pour Xana.
c'est pour ça qu'il restait caché à travailler sur un moyen d'éradiquer la diabolique intelligence artificielle pour cela il pouvait compter sur l'aide de Sigmund qui de son côté avait commencé à mettre au point un programme anti Xana.

Sigmund : j'ai continué à travailler sur ton programme multi-agent
Waldo : sa progresse
Sigmund : les premiers tests sont plutôt encourageants, mais est encore très incomplètes.
Waldo : c'est vrai élaborer un tel système est complexe mais nous devons nous dépêchés partout dans le monde Xana se renforce et mes alliés ne pourront bientôt plus rien contre lui
Sigmund : on devrait peut-être leur avouer la vérité.
Waldo : tu voudrais avertir les médias
Sigmund : je sais que tu est plutôt opposer à cette idée mais de nombreuses vies son en jeu.
Waldo : le problème c'est que la vérité serait pire que tout
Sigmund : c'est bien là le dilemme
Waldo : crois moi c'est mieux ainsi il y a certains secrets qui doivent le rester et ceci pour un monde meilleur et sans danger.

Même si le désir de vouloir tout révéler était très ardent chez Sigmund le vieux scientifique savait les conséquences que cela pourrait avoir.
l'humanité n'était pas prête à prendre une telle nouvelle,à coup sûr si les gens découvraient l'existence de Xana ce seraient la panique à l'échelle mondiale et Sigmund se refusait d'être à l'origine d'un tel chaos.
Sans compter qu'il y avait beaucoup de choses que Waldo ne lui avait pas avoué,Sigmund savait que le projet Lyoko était très important mais jusqu'à présent il n'avait pas pu en apprendre plus car Waldo demeurait silencieux à ce sujet

Waldo : quand tout sera fini je te promets tu connaîtras toute la vérité
Sigmund : en parlant de vérité j'ai une autre question a te poser.
Waldo : laquelle
Est-ce toi qui es responsable de la soudaine montée en puissance du super-calculateur de Henry lui demanda alors Sigmund.
Waldo : oui c'est malheureusement un détail que j'avais négligé,son super-calculateur était construit sur le même principe que le mien il était logique qu'il subisse les mêmes altérations temporel et tout ce que ça implique.
Sigmund : sa fameuse montée en puissance et comment as-tu réussi ce coup la
Waldo : c'est aussi un secret pour le moment mais un jour tu seras tout
Sigmund : je l'espère Waldo je l'espère....
Waldo : en tout cas merci pour tout mon ami.
Sigmund : pas la peine tu en aurait faite autant à ma place
Waldo : peut être
Sigmund : moi je le sais que tu l'aurais fait si les événements avaient été différents
Waldo : on sait comment tout a commencé mais personne ne sait comment tout cela se finira.
Sigmund : rien n'est plus incertain que l'avenir.
Waldo : mais parfois le passé l'ai tous autant.


############################ FLASHBACK ############################


Paris 14 mars 1990

Franz Hopper avançait au milieu de la grande salle principale,l'endroit était particulièrement paisible ce lieu autrefois si actif était maintenant réduit à l'état de tombeau,à l'aide du plan qu'il avait trouvé Franz se rendit vers le monte charge.

Une fois devant Franz pris le temps de l'examiner apparemment celui-ci semblait encore en bonne état il faut dire que l'usine n'avait fermé ces portes qu'il n'y a que quelques années,une fois à l'intérieur Franz appuya sur la touche pour descendre,aussitôt la porte métallique se baissa et le monte-charge entama sa descente dans les profondeurs de l'usine.

Le monte-charge s'immobilisa alors a un certain niveau,quand les portes s'ouvrirent Franz constata qu'il était arriver au niveau de la chaufferie qui constituait le terminus du monte-charge,mais Franz savait très bien que ce n'était pas le niveau qu'ils recherchait,soigneusement il commença à démonter le boîtier de contrôle du monte-charge,derrière celui-ci il trouva le système de codes à molette.

Voila c'est ça dit Franz

Grâce à la combinaison secrète Franz fit tourner la molette de droite à gauche pour composer le code secret qu'il avait en sa possession,après avoir introduit le dernier chiffre un bruit mécanique se fit entendre et la porte du monte-charge se referma de nouveaux,la plate-forme descendit alors encore plus bas pour s'immobiliser au niveau d'une nouvelle ouverture.

N'étant pas fermé par un cadenas Franz fit alors coulissé la porte métallique qui était devant lui et en moins de temps qui ne fallut pour le dire ils se retrouva dans une pièce secrète cachée sous l'usine.
à l'aide de sa lampe de poche il balaya le contenu de celle-ci, par rapport au reste de l'usine cette pièce n'était pas spécialement grande,à vue d'oeil elle mesurait à peine 80 m
Mais ce qui intéressait Franz n'était pas la taille de la piece mais son contenu,celle-ci était remplie de caisse en bois soigneusement empilés les unes à côté des autres avec le temps ces dernières étaient recouverts de poussières et de toiles d'araignée,Franz en ouvrit une pour voir ce que ces dernières contenaient, et la quelle ne fut pas sa surprise que de tomber sur du matériel électronique.

Cette fois c'est sûr c'est ça se dit Franz

Franz ne se donna pas la peine d'ouvrir les autres caisses car il savait ce que ces dernières contenaient toutes été consignées dans le dossier qu'il avait en sa possession isolée de toutes les autres il y en avait même une en métal frappé du logo radioactif franz n'eut pas à se creuser la tête bien longtemps pour savoir ce que ces dernières contenaient mais celle-ci n'était qu'une partie des raisons de sa venue ici Franz se mit alors à fouiller parmi les caisses pour trouver un objet en particulier.

Ou est-il se demanda Franz

Pendant plus de 10 minutes Franz fouilla attentivement la pièce finalement en remuant les caisses il finit par trouver le coffre-fort qu'il cherchait

Le voila dit Franz

à l'aide de sa lampe de poche Franz éclaira la molette du coffre là il rentra également l'autre combinaison secrète qu'il avait trouvé dans le dossier

24 à gauche - 01 à droite - 14 à gauche - 01 à droite - ça y est c'est ouvert dit Franz (1)

Franz ouvrit le coffre et trouva a l'intérieur bon nombre de documents,il est sorti tout pour les poser sur une des caisses afin d'en lire le contenu,à la lecture des premiers lignes son visage s'illumina de joie.

c'est bien ça dit Franz ravi de sa découverte.

Les dossiers que Franz venait de découvrir ne pouvait que le ravir car il avait enfin en main les preuves de son innocence,pendant plus d'une décennie Franz Hopper alias Waldo Schaeffer n'avait pas désespéré de trouver un jour les documents et le matériel que Dietrich Schmitz avait dérobé,grâce aux dossiers que le colonel Antoine lui avait fait parvenir avant de mourir Franz avait finalement pu découvrir ou avaient été caché le matériel dérobé par le vrai traite.

Tous était la,les preuves de la duplicité de Dietrich,le matériel détourné donc notamment le plutonium,il y avait même les comptes en banque suisse du traître et cela représentait une véritable fortune s'élevant à plusieurs millions de francs.
Avec tous ces éléments en main Franz n'avait plus qu'à contacter les services spéciaux pour les informer de sa découverte est ainsi prouvé son innocence.

Franz sentit qu'on lui enlevait un poids énorme sur la conscience,avec ces preuves il avait une chance de retrouver sa femme et de ne plus vivre en fugitif,
malheureusement la joie du scientifique fut de courte durée,car Franz tomba par hasard sur un autre dossier présent parmi les autres,celui-ci était intitulé projet Carthage 1974.
pensant qu'il s'agissait de détails supplémentaires sur cette affaire Franz décida d'en lire le contenu,malheur lui en prit car ce que le scientifique découvrit à l'intérieur le pétrifia d'effroi.

Non ce n'est pas possible ce dit Franz en lisant le dossier.

Le dossier contenait tous les détails sur le projet de Carthage,la Franz découvrit alors que le projet sur lequel il avait travaillé n'était pas aussi inoffensif qu'il ne pensait.
D'après ce qui était marqué dans le dossier Carthage était en fait un projet militaire destiné à brouiller les radio communications des ennemis
le dossier était frappé du logo des services secrets français,à l'intérieur il trouva une liste de toutes les personnes qui travaillaient sur ce projet et parmi eux figuraient le nom de Henry Hopkins,celui-ci était mentionné comme étant le chef d'oeuvre de ce projet.

Cette nouvelle assomma complètement Franz

Après toutes ces années avoir cherché des preuves il venait de découvrir la vérité toute la vérité depuis le début on leurs avaient menti à lui et aux autres scientifiques ils n'avaient jamais travaillé sur un projet visant à créer un super ordinateur mais sur une arme.

Une arme capable de créer de grands dégâts Franz fut alors dégoûtée d'avoir été manipulée et dupée de la sorte lui qui avait passé une petite partie de sa vie à fuir ses assaillants il avait été accusé à tort et maintenant il pouvait prouver son innocence il avait découvert toute la vérité ce qui d'une manière ou d'une autre le condamnait sans compter la trahison d'un homme qui avait osé se prétendre son ami car ce dernier avait durant toutes ces années garder en secret le contact avec lui de façon très discrète par l'intermédiaire de Sigmund c'est comme ça que France avait appris que Henry avait continué à travailler sur une déclinaison du projet Carthage mais dans le civil.

Espèce d'enfoirée tu t'est bien foutue de nous s'écria alors Franz.

Le scientifique avait du mal à cacher sa colère d'avoir été trompé de la sorte,Franz était fou de rage car quoi qu'il arrive il était piégé il avait les moyens de prouver son innocence mais il avait découvert la vérité sur Carthage il supposa bien qu'après ça on ne le laisserait pas en vie de toute évidence la seule chose qu'il lui restait à faire c'etait de disparaître pour de bon.

Disparaître oui mais pour aller où ? aucun endroit sur terre ne serait susceptible de l'abriter et ils ne voulaient plus contraindre sa fille à vivre une existence de fugitifs,Aelita la pauvre enfant elle était encore bien jeune elle ne pouvait pas se rendre compte de la menace qui planait sur elle et son père
Complètement démoralisés Franz s'assit sur l'une des caisses le dos voûté en avant il prit sa tête entre ses mains et se mit à réfléchir à la situation

Que puis-je faire se dit-il à cet instant

Le pauvre Franz était complètement tiraillée il ne savait plus quoi faire soudain il lui vint une idée puisqu'il y avait de l'argent il pourrait très bien s'en servir pour changer d'identité et partir très loin à l'étranger dans un pays où personne ne pourrait l'atteindre

Mais était-ce là une vie ... fuir et encore fuir .... mais dans tout ça il n'y avait pas que Aelita et lui dans toute cette histoire il y avait une chose qui était intolérable.
Si la trahison de son ami lui avait fait un choc la perspective qu'un autre projet Carthage puisse voir le jour était inacceptable.

Franz avait toujours été un homme de paix mais il ne pouvait pas ignorer le fait que des personnes en possession d'un tel pouvoir serait susceptible de s'en servir contre d'autres,d'une manière ou d'une autre Franz voulait éviter que cela se reproduise.
Mais comment faire Franz n'était pas un combattant et seul contre tous il ne pouvait rien

Comment lutter contre une puissance pareille se dit il

le problème était complexe comment lutter contre projet que rien au monde ne pourrait défier,au vu des progrès de la technologie Franz se doutait bien que ce nouveau projet risquait d'être plus puissant que le précédent

Franz : que faire ?....à moins que......

Pour son plus grand malheur à venir une idée germa dans l'esprit de Franz,au début celui-ci la rejeta la jugeant stupides comment aurait-il pu... et après tout peut-être le pouvait-il ....en regardant de droite à gauche Franz vit qu'il avait tout ce qu'il fallait à sa disposition

- du matériel un financement important et une cache secrète Franz comprit alors que le seul moyen qu'il avait pour se protéger de ses ennemis était de pouvoir les détruire ou du moins les neutraliser il savait très bien qu'un nouveau projet Carthage avait vu le jour mais que celui-ci était encore en cours de développement Franz ne pouvait pas laisser une telle chose arriver il décida alors à sa façon de mener sa propre lutte contre Carthage

Cette fois-ci il allait le faire pour sa femme est pour sa fille afin de les protéger toutes les deux et une fois sa décision prise Franz dut alors agir en conséquence et en la date du 04 septembre 1990 un établissement scolaire du Nom de Kadic compta parmi ses rangs un nouveau professeur dénommé Franz Hopper.


---------------------------------------------- SIX JUIN 1994 ----------------------------------------------


Ce jour-là il y avait une grande effervescence a la gare du Nord,les vacances approchaient et bon nombre de personnes avaient déjà posé leurs congés d'été,on pouvait voir toutes sortes de personnes se succéder aux différents guichets aussi bien des parisiens que des étrangers notamment des touristes.

Parmi cette effervescence une personne en particulier ne manqua pas d'attirer l'attention,c'était un homme vêtu d'un chapeau et d'un imperméable beige et qui portait de petites lunettes noires,outre son aspect de détectives privés échappés d'un mauvais polar il avait une démarche assez rapide et tenait dans sa main droite une valise.
L'homme ne se préoccupait pas de ce qui etait autour de lui,quoi qu'il voulait faire ils semblait très presser il se rendit vers une consigne à l'intérieur de laquelle il mit la mallette,après avoir soigneusement refermé la porte il mit la clef dans sa poche.

Voilà c'est fait se dit-il

La première partie de son plan c'était bien passée,il avait pu mettre sa valise en lieu sûr,cette dernière était destinée à une autre personne qui devrait venir la récupérer plus tard,ne voulant pas s'éterniser plus longtemps ici l'homme se dépêcha de filer.
Il se retourna si rapidement que sans le faire exprès il heurta une petite fille,la frêle enfant se retrouva aussitôt par terre en tombant sur le derrière,sous l'effet du choc elle se mit à pleurer bruyamment
confus l'homme s'approcha d'elle pour lui présenter ses excuses,seulement le reflet brillant de ces lunettes et sa barbe grisonnante lui donnait un aspect plutôt monstrueux du moins aux yeux d'une fillette de 4 ans,effrayées elle se mit à pleurer davantage ceux qui mis l'homme dans l'embarras,ce spectacle pour le moins particulier attira l'attention de bon nombre de passants,tous se demandaient ce que ce vieil homme en apparence avait pût faire à cette petite fille.

Et mince moi qui voulais ne pas me faire remarquer pensa intérieurement l'homme.

A première vue de la petite fille était d'origine asiatique elle portait sur elle une petite robe blanche et rose et avait des couettes sur la tête de sa chevelure noire.
C'est alors qu'un l'homme d'origine asiatique accompagnée d'une femme qui portait un berceau arrivèrent sur place,visiblement il devait s'agir des parents de la petite-fille l'homme s'attendait à ce que ces derniers le réprimande pour avoir bousculé leur enfant mais ce fut tout le contraire.

Je suis désolé fit le père de la jeune fille en s'inclinant respectueusement.

Cette réaction étonna pour le moins l'homme aux lunettes, car la mère de la petite fille en fit autant, très respectueusement l'homme et la femme s'inclinèrent pour présenter leurs excuses.

Père : veuillez nous excuser notre fille a échappé à notre intention pendant que nous récupérons nos bagages.
Homme : je vous en prie c'est de ma faute c'est moi qui l'ai bousculer.
Père : non nous sommes responsable notre négligence est impardonnable

L'homme faisait de grands gestes tandis que la femme s'occupait de la petite fille ce qui attira encore plus l'attention des passants sur l'homme aux lunettes,celui-ci était définitivement gêné par la situation il pria gentiment ces personnes de ne plus continuer.

Homme : je vous en prie inutile de faire d'aussi grands gestes c'est gênant
veuillez nous en excuser alors fit le père en se redressant.
Homme : je vous en prie ce n'est rien
Pere : comprenez nous sommes un jeune couple et nous ne sommes pas encore habitués aux coutumes de votre pays.
Homme : dois je comprends que vous êtes de nouveaux arrivants
Père : oui je suis venu ici pour m'établir pour mon travail
Homme : c'est très intéressant dans ces cas-là soyez les bienvenus en France
C'est très aimable à vous fit l'homme.

voyant que l'incident était plus ou moins clos l'homme aux lunettes décida de ne pas s'attarder ici il prit donc congé de ses interlocuteurs

Homme : je m'excuse mais je dois partir
Père : je comprends nous aussi nous devons emménager prochainement.

Avant de partir l'homme ne put s'empêcher de jeter un regard sur la petite fille qu'il avait bousculée,celle-ci avait une petite frimousse qui la rendait adorable,en guise d'excuse de sa part l'homme voulu tous de nous-mêmes adresser un compliment au couple

Homme : en tout cas c'est une adorable petite fille que vous avez la.
Père : c'est notre fierté
Homme : je vous comprends moi aussi je suis le père d'une petite fille.
Père : c'est un vrai bonheur.
je m'en doute bien leur répondit l'homme.
Père : encore une fois mes excuses pour tous
Homme : je vous dis ce n'est pas grave alors au revoir et bonne continuation
Merci a vous firent simultanément l'homme et la femme.

Mais avant de partir la femme demanda à sa petite-fille d'adresser un mots de départ à l'homme au lunette

Mère : allez ma chérie dit au revoir au monsieur
Au r'voi m'nsieu dit la jeune fille dans un français très rudimentaire
Au revoir petite fille lui répondit l'homme par politesse.

Sans plus attendre la mère prit la petite fille par la main est le berceau dans l'autre,accompagné du père ils prirent alors la direction de la sortie en ajoutant toutefois...
Mere : allez viens Yumi allons découvrir ensemble de notre nouvelle maison (2)


l'homme regarda le couple s'éloigner et pensa que quelque part lui aussi il devait regagner sa maison,il prit un taxi qui les conduisit à la périphérie de la ville,arriver a la lisiere des bois l'homme paya sa course et commença à marcher un long moment dans la rue il arriva alors vers une maison placer en retrait des autres il poussa le portail et marcha dans l'allée de gravier avant d'arriver devant la porte d'entrée de la demeure

Cette maison était de styles anciens datant d'avant guerre est répondant au doux nom de Ermitage,l'homme pénétra à l'intérieur pour se retrouver dans un grand corridor au but duquel il y avait un escalier l'homme le prit pour accéder à l'étage supérieur de la il arriva dans la chambre toute rose d'une petite fille.
Posée sur le lit il y avait une poupée en forme de lutin l'homme pris la clef qu'il avait mis dans sa poche et la cacha soigneusement dedans avant de remettre le pantin en place.

L'homme redescendit à l'étage inférieur,arrivé près de la penderie il accrocha ces vêtements, débarrassé de tout cet attirail il se dirigea vers le salon et s'assit à moment dans le fauteuil pour souffler un peu.

Voilà c'est fait se dit il à cet instant

Pour se détendre un peu il se rendit alors à son piano et commença à jouer quelques notes
quelques minutes plus tard le bruit d'une porte qui s'ouvre se fit entendre et une jeune fille cheveux rose fit son apparition.

Papa je suis rentré fit alors la jeune fille
c'est très bien va jouer dans ta chambre lui fit alors son père.

Sans plus attendre la petite fille s'exécuta et monta dans sa chambre,voir sa petite-fille si heureuse était un vrai bonheur pour l'homme malgré tous ceci il ne pouvait pas faire taire son anxiété car il savait très bien ce qui allait bientôt se passer....
Cette journée il avait vécu et revécu,et même s'il savait ce qui allait arriver il ne pouvait toujours pas se résoudre à une telle extrémité et pourtant il n'avait pas le choix.


La journée était radieuse pourtant celle-ci n'avait pas tardé à se recouvrir de sombres nuages,des nuages incarnés par des hommes vêtu de noires qui firent rapidement irruption dans la cour,l'homme compris qu'ils étaient arrivés car la conversation qu'il avait au téléphone fut soudainement couper.

çà y est ils sont la se dit l'homme.

Sans perdre un instant il monta à la chambre de sa fille cette dernière se tenait près de la fenêtre à observer ce qui se passait dehors, quand l'homme fit son apparition au travers de la porte la petite fille lui fit remarquer que des hommes en noir étaient dans la cour, l'homme lui répondit qu'il savait il pria alors sa fille de venir avec lui tout en lui demandant si elle se souvenait où elle avait caché Mr Puck la petite fille lui répondit que oui
Rassuré l'homme la pris par la main et descendit le long des escaliers mais c'était déjà trop tard les hommes en noirs avaient pénétré à l'intérieur et il se trouvaient dans le corridor faisant face à l'homme et à sa fille désormais le seul moyen qu'il avait de s'échapper était de passer par le sous-sol.
les hommes en noir se mirent à les poursuivre l'homme et la fille prirent la porte extérieur une fois dehors l'homme bloqua la porte à l'aide d'une planche de bois après quoi il courut en direction d'une autre porte cachée dans le jardin là il invita la petite fille a le suive
En descendant a travers cette escalier il se retrouveraient rapidement dans un dédale de galerie courant le plus rapidement possible les deux fugitifs finir par arrivée devant une vieille usine.

L'homme et la fille y pénétrèrent, à l'intérieur de la grande salle il y avait un vieux monte-charge les deux fugitifs grimperent à l'intérieur et l'homme appuya sur un bouton la porte métallique se referma et le monte-charge entama une descente.

Au bout de quelques instants la petite fille dans un endroit étrange qu'elle n'avait jamais vu,c'était une immense salle aux parois métallique au centre de laquelle se trouvait une curieuse machine le tout éclairé par une lumière verte cet endroit mais l'homme lui le connaissait parfaitement ,la petite fille demanda son père quel était cet endroit celui-ci répondit qu'il était dans son laboratoire secret.
l'homme s'assit alors devant la machine et commença à effectuer des manipulations sur celle-ci quand il eut fini il se tourna à nouveau vers la petite fille le

Viens avec moi lui dit son père
Ou allons nous demanda la petite-fille
Dans un endroit ou personne ne pourra jamais nous atteindre lui répondit son père

Ils reprirent à nouveau l'ascenseur pour accéder à une salle inférieure la il se retrouvèrent dans une petite pièce toute jaune au milieu de laquelle se trouvait trois énormes cylindres l'homme demanda à la fille de pénétrer à l'intérieur de l'un deux tandis que lui se mettrait dans l'autre une fois en place l'homme adressa une dernière parole à sa fille.

A tout de suite ma chérie lui fit l'homme
A tout de suite papa lui répondit la fille.




a suivre

(1) voyons si il y a des petits malin (^_^)
(2) séquence émotions je vous l'accorde mais celle la je voulais la faire






chapitre 28 XA.....

Quelque part dans les tréfonds du réseau une masse sombre et inerte venait de gagner un regain d'activité,dans un réplika jusque-là inconnu un être obscur se préparait à une nouvelle offensive.
Au milieu d'une mer numérique déchaînée un immense piton rocheux se dressait,cette montagne noire anthracite parsemées de piques servait de demeure à des êtres malveillants.
Les flots frappaient avec rage par vagues successives les abords de ce monticule sans jamais réussir a l'endommager, tous au sommet se trouvait une petite forteresse qui dominaient les cieux celle ci était composé de sombres remparts assurant la protection du domaine en son centre une tour non-activé se dressait
Cette forteresse noire était assailli par le vents et les éclairs mais ces remparts la rendait imperméable aux attaques des éléments d'ailleurs perché sur l'un d'eux il était là...

------------------------------------------- L'OBSCUR -------------------------------------------


Sa tunique noire flottait au vent tandis que le spectre les bras croisés contemplais au loin une mer numérique agité et un ciel sombre parsemé d'éclairs mais rien ne pouvait être aussi sombre et agité que les pensées qui habitaient l'obscur

l'obscur s'en retourna et marcha sur le sol pavé du toit de la forteresse,à proximité de la tour il atteignit une ouverture faite le sol celle-ci lui donnait accès à un escalier en colimaçon qui semblait s'enfoncer à l'infini dans les ténèbres.

l'obscur descendit une à une chacune des marches pour s'engouffrer dans les ténèbres au terme de sa descente il finit par arriver devant une grand porte massive sans avoir à la touché il l'ouvrit d'un seul geste de sa main, les charnière grincèrent en même temps que la porte s'ouvrit dévoilant alors le spectacle d'une salle immense

Cette grotte colossal était pavé de gros blocs gris,les abords de sa voûte en forme de dôme était noir,dessus était gravé des glyfes de couleur rouge similairement les mêmes que portait l'obscur sur sa tunique mais en plus complet.
Au centre de cette immense salle il y avait une plate-forme ronde en lévitation surmontée d'une autre tour,la base des racines qui constituaient cette tour étaient reliées à une sphère de couleur grise
l'obscur s'approcha de cette sphère semi translucide pour en regarder le contenu ,c'est avec un regard dédaigneux qu'il observa le corps inerte qui se trouvait à l'intérieur

l'obscur pris son envol en se changeant en fumée il gagna alors l'entrée de la tour qui se trouvait sur la plate-forme en lévitation car aucun escalier ne permettait d'y accéder il entra alors à l'intérieur de la tour pour se retrouver au centre du premier plateau sur lequel était représenté le nouveau symbole de Xana.
Une fois au centre l'obscur fut soudainement entouré d'une aura noire,il commença alors à s'envoler et commença son ascension à l'intérieur de la tour il arriva sur une petite plate-forme secondaire et s'avança au milieu de celle-ci s'est alors qu'une interface virtuelle apparue devant lui
l'obscur posa sa main mi squelettique mi mécanique sur le panneau de contrôle qui automatiquement reconnu son utilisateur,le nom qui s'afficha était composé d'un grand X suivi d'un A majuscule et de toute une série de lettres constituant un nom bien connu de tous.

C'est alors qu'un protocole de commandes s'activa sur la fenêtre un nom de code commença à apparaître tous les tirets clignotants furent comblés tours à tour par une lettre


---------- K---------- R---------- A---------- K---------- E---------- N----------


_____________________________CODE KRAKEN_____________________________

C'est alors que la tour fut pris de violent tremblement,ces derniers se propagèrent à travers toute la caverne,tous les blocs gris qui constituaient le sol commencèrent à s'enfoncer,ces derniers recouvraient l'accès une autre salle donnant directement sur la mer numérique.

Au bout de quelques secondes un bouillonnement intense parcouru sa surface de celui-ci se dégageait de la vapeur c'est alors que des tentacules immenses immergèrent en même temps qu'une énorme masse sombre fit son apparition,un gigantesque monstre mythique venait d'être réveillé par l'obscur.

A la sortie de la tour l'obscur se changea à nouveau en un nuage de fumée opaque ce dernier descendit en direction du monstre pour finalement atterrir sur le crâne de l'imposante créature
c'est alors qu'un processus pour le moins étrange se produisit le corps de l'obscur commença de se fondre à l'intérieur du monstre et ceci jusqu'à faire partie intégrante de la créature.

La fusion accomplie le Kraken s'enfonça alors dans la mer numérique quelque temps après les portes de ce nouveau réplika qui servait de tanière au monstre s'ouvrirent et l'imposante créature se retrouva au sein de l'océan numérique

Le kraken est une créature impressionnante il mesurait pas moins d'une centaine de mètres de long de la tête aux tentacules,son corps central était revêtu d'une énorme carapace composée de deux crêtes pouvant déchaîner n'importe quelle structure virtuelle, ces yeux luisants dans les ténèbres inspiraient à eux seuls la crainte la plus profonde,le nouveau symbole de Xana était parfaitement visible sur son front il était alors facile de deviner que les intentions de cette créature était plus que belliqueuses
Les tentacules se recroquevillant et ce dépliant d'une façon synchronisée permirent au monstre de se mouvoir avec une rapidité exceptionnelle

Le temps de ce monstre étant compté il devait au plus vite rallier son objectif,au terme de son voyage il finit par arriver devant une nouvelle base de donnée, un monde s'apprêtait à être conquis et rien ne serait en mesure d'arrêter un tel monstre.

















chapitre 29 projet Magellan

29 septembre 2005

"Yumi il faut absolument qu'on se parlent toi et moi "

Écoute William je n'est pas le temps en ce moment j'ai beaucoup trop de soucis en tête répondit Yumi.
Nous avons tous les mêmes lui fit remarquer William.
Yumi : alors tu peux comprendre pourquoi je n'ai pas de temps à te consacrer.
William : je comprends surtout pourquoi tu n'as pas envie d'en parler.
Yumi : qu'est-ce que tu veux dire ?
William : ces derniers temps tu as une attitude fuyante.
Yumi : comment ça fuyante ?!
William : je te connais très bien Yumi, si en ce moment tu met de la distance entre nous c'est à cause de ce que tu ressens.
Que sais-tu de ce que je ressens répliqua aussi sec la jeune fille.
J'en sais suffisamment pour dire que cela te fait souffrir lui répondit William.

Ce matin-là les cours ne devaient débuter qu'à 10 heures,William profita de l'heures d'études qu'il avait pour discuter avec Yumi car depuis le retour de Jeremie il avait noté chez elle un soudain changement d'attitude sans raison apparente celle-ci avait à nouveau plonger dans la mélancolie alors que le retour du petit de génie était en soi une bonne nouvelle mais apparemment Yumi ne le voyait pas comme ça la jeune fille c'était soudainement montrée distante vis-à-vis du groupe pour une raison inconnue et ceci William ne put s'empêcher de le remarquer.
Qu'elle pouvait en être la raison ? William n'était pas spécialement fins d'esprit mais il lui arrivait d'être suffisamment observateur pour savoir que certaines choses n'allaient pas chez Yumi.
Fort de sa propre expérience et des révélations que lui avait fait Ulrich William ne tarda pas à comprendre ce qui n'allait pas chez Yumi.

Yumi tu n'as pas à te sentir coupable lui dis soudainement William
Mais de quoi tu parles lui demanda Yumi
William : je te parle de cette fuite en avant
Yumi : je ne fuis pas
William : au contraire je vois bien que tu te défile
Yumi : tu dis n'importe quoi
William : tu crois vraiment que j'ai pas compris ce qui te perturbe
il n'y a rien qui me perturbe répondit Yumi :
C'est faux est tu le sait très bien dit William
Yumi : je t'assure que tout va bien.
William : tu peux de mentir à toi-même mais pas aux autres... je vois bien que tu culpabilise.
Yumi : comment ça ?!!
William : Yumi tu ne peux pas te reprocher éternellement ce qui est arrivé à Aelita.

Tous était dit .... William venait de mettre le doigts sur le point sensible, la mystérieuse attitude qu'avait adopté Yumi avait pour cause la culpabilité.
Même s'il faisait tous pour le cacher Yumi ne pouvait étouffer les remords de son âme plus que tout au monde elle regrettait la décision qu'elle avait prise ce fameux jour de juin et toutes les conséquences que cela avait eues pour ces amis.
les remords que nourrissait Yumi était des blessures très profondes et voilà que William venait de les raviver au grand Dan de la jeune fille qui réagit aussitôt à cette dernière remarque.

Yumi : comment peux tu dire ça !!! tu ne sais pas ce que je ressens au fond de moi
William : c'est vrai mais je sais ce qui est la cause de tes tourments
Yumi : tu le crois vraiment !!!
William : Oui Yumi je sais à quel point il est douloureux de se sentir responsable d'avoir fait souffrir quelqu'un , c'est vois tu quelque chose que je peux comprendre.
Yumi : comment peux tu savoir ça ?
Car cette douleur je la ressens constamment lui répondit William en jetant un regard triste a Yumi.

Il y eut alors un grand silence entre les deux personnages chacun observait l'autre avec les yeux de la souffrance à la dernière réplique de William Yumi aurait bien voulu répondre car elle avait compris de quoi le jeune homme voulait parler.

Depuis son retour William n'avait jamais cessé d'éprouver une certaines culpabilité de s'être laissé posséder ainsi par Xana mais parmi tous les actes qu'il avait pu commettre c'est surtout la souffrance qu'il avait causé a Yumi qui lui était le plus insupportable.
Indirectement il se sentait responsable de lui avoir fait plus de mal qu'aux autres autant par son attitude passée de dragueur a deux balles que par sa condition d'être possédé par Xana.

En retour de la jeune japonaise elle-même n'en menait pas large car comme l'avait dit William elle se sentait toujours responsable de la disparition de Aelita et elle se refusait de se l'avouer Sur ce point la William avait parfaitement raison il voulait convaincre Yumi de ne pas se laisser aller au désespoir mais c'était plus facile à dire qu'à faire finalement les deux adolescents partageaient une souffrance commune celle d'avoir fait souffrir les autres sans le vouloir.

William : alors oui tu vois je peux te comprendre.
Yumi : et comment fais-tu pour vivre avec ça lui demanda Yumi
William : je vis avec tout en gardant l'espoir...
Yumi : l'espoir !!!
William : Oui l'espoir qu'avec le temps tous peut s'arranger
Yumi : tu y crois vraiment.
William : je te l'ai dit je suis un incurable optimiste.
c'est bien vrai lui dit Yumi qui soudain esquissa un léger sourire

L'espoir était le moteur de la vie de William,malgré sa souffrance de ce dernier ne désespérait pas qu'un jour les autres puissent lui pardonner ces actes passés,c'est à cet espoir que William se raccrochait mais pour que celui-ci ne soit pas vain il fallait déjà que William se pardonne à lui-même et cela s'annonçait plutôt difficile car William gardait toujours au fond de lui une haine qui le consumait.
La haine qu'il éprouvait envers Xana,une haine qui le faisait souffrir car tant qu'il n'aurait rien fait pour anéantir ce maudit programme sa culpabilité serait toujours présente,la destruction de Xana était le seul moyen qu'avait William pour pouvoir se pardonner,quand a Yumi sa rétention ne pourrait passer que par le retour de Aelita

Tu crois que un jour j'arriverai à me pardonner lui demanda Yumi
William : quand Aelita sera de retour parmi nous ce jour là tu le pourras.
Curieusement Yumi se sentit un peu mieux,le faite de partager cette souffrance avec William avait quelque peu apaisé la sienne,quelque part Yumi ne put s'empêcher d'éprouver une certaine reconnaissance envers William,lui avait su trouver les mots justes pour la réconforter,mais dans le fond Yumi se doutait bien que le beau ténébreux avait également agi de la sorte pour se réconforter lui-même.

Yumi : merci William
William : je t'en prie entre amis c'est normal de se soutenir
Yumi : entre amis !!
William : oui entre amis
Yumi : si tu le dis
William : et je le pense aussi
Yumi : c'est tout ce que tu avais me dire
William : non en vérité il y avait autre chose
Yumi : et quoi d'autre
William : disons que c'est compliqué

Ce jour-là William avait voulu frapper a un grand coup pour convaincre Yumi de l'écouter,mais la japonaise se montrait toujours aussi froide et distante qu'elle avait toujours été envers le pauvre William et leur début de conversation sur la culpabilité n'avait rien arrangé même si par la suite cela que c'était quelque peu amélioré la conversation était quand même froide sans pour autant se laisser démoraliser William se fit alors beaucoup plus assistant auprès de Yumi.
Même si la jeune japonaise n'était pas spécialement disposée à lui parler à cause de tous les événements qui était arrivé ces derniers temps il fallait absolument qu'elle prenne le temps d'écouter ce que William avait mis a lui dire.

Cette nuit William avait de nouveau fait le même cauchemar ce qui lui avait encore valu une bonne insomnie pour preuve il portait sur son visage les traces de la fatigue accumulée ces derniers jours ceux qui avaient tendance à le rendre un peu irritable, ce maudit cauchemars lui pourrissait la vie inlassablement chaque soir celui-ci revenait le hanter.

Au début William avait du mal à comprendre la signification de ce cauchemar dans lequel cela se terminait toujours mal pour Yumi,pourtant William s'efforçait de croire que tout ceci n'était qu'un cauchemar ordinaire mais ce dernier était si bien structurer sur le fond que sur la forme qu'il ne pouvait pas s'agir d'un cauchemar ordinaire.

Pourquoi fallait-il que cela lui arrive maintenant ?

Jusqu'à présent il n'avait jamais fait de tel cauchemar et voilà que William était en proie à ces vision cauchemardesque depuis ces trois dernière semaines, curieusement cela coïncidait avec la nouvelle réactivation du super-calculateur par Jeremie au départ William n'avait pas fait le rapprochement mais par la suite cela lui parut évident.
Depuis que cette machine était de nouveau pleinement active ce cauchemar avait débuté cela ne pouvait pas être un hasard c'était forcément lié pensa le beau ténébreux,William finit même par être convaincu qu'un grand malheur allait s'abattre sur la jeune Japonaise.

Si ce cauchemar était bien prémonitoire cela signifiait que Yumi était en danger de mort,au fond de lui William avait beaucoup de mal à accepter la perspective que ce cauchemar puisse devenir réalité.
Si tout cela devait arriver pour de vrai il était du devoir de William de prévenir Yumi du danger qui la guettait, fallait-il encore que cette dernière accorde le moindre crédit au rêve du beau ténébreux lui-même aurait beaucoup de mal à se faire prendre au sérieux sans pour autant passer pour un fou auprès de Yumi.

Quel crédit la jeune japonaise allait telles données au cauchemar de William ? surtout que ce dernier était connu pour faire des rêves étranges,à maintes reprises par le passé William avait souvent raconté à Yumi qu'il avait fait des rêves la concernant elle et lui
Yumi avait toujours pris ceci pour des tentatives de drague de la part de William ce qui n'était pas totalement faux ce dernier avait toujours voulu séduire Yumi d'une manière ou d'une autre mais si cela c'était toujours soldé par un échec cuisant ça n'avait pas empêché William de multiplier les tentatives de séduction aussi foireuse les unes que les autres.

Par nature William était un optimiste de première qui ne se laissait jamais découragée même s'il était arrivé de se ramasser toute sa vie des râteaux sentimental cela ne l'avait pas empêché de continuer
Quand il était encore élève au collège Alan Turing il se souvient de la relation tumultueuse qu'il avait eue avec une élève de sa classe tout ceci c'était mal terminé pour lui puisqu'il fut renvoyé de l'établissement après avoir recouvert la voiture du proviseur de déclaration d'amour.
Mais ces souvenirs appartenaient au passé même s'il lui était arrivé de faire des erreurs ce qui était fait était fait et ne pouvait plus être changé par contre ce qui effrayait le plus le jeune homme c'était incontestablement l'avenir.

C'est un avenir plutôt sombre qu'entrevoyait William au travers de son cauchemar si William avait été un brin égoïste il aurait très bien pu passer outre après tout ce n'est pas lui qui était en danger.
Mais voilà la jeune fille de son cauchemar n'était autre que Yumi,l'idée même que l'on puisse faire le moindre mal à la japonaise lui était tout simplement insupportable,savoir et ne rien faire serait un crime pire que de servir volontairement Xana.

A bien des égards William nourrissait un très fort sentiment de culpabilité ainsi qu'un fort ressentiment à l'encontre de Xana.
A cause de son irresponsabilité William c'était fait capturer par la méduse et il était devenu l'esclave de Xana en conséquence de quoi William avait dû affronter ces amis contre sa volonté
Mais le drame ne s'arrêtait pas la en faisant de lui son bras droit Xana avait pris bien plus que le simple contrôle de son existence... Xana lui avait fait perdre la confiance que ces amis lui avait accordé,même si ces derniers faisaient des efforts aucuns d'eux ne pourra jamais oublier que William a été un temps le Xana-guerrier


Lui le Xana guerrier dont la seule apparition suffisait à terroriser Aelita...
-
Lui le Xana guerrier commandant en chef des armées de Xana qui a mainte reprises avait combattu ses amis contre son gré
-
Lui le Xana guerrier pantins sans volonté agissant aveuglément aux ordres de son maître.
-
Lui le Xana guerrier qui un jour avait vu de la peine dans le regard de Yumi et qui s'en était moquer éperdument.

Cette expérience pour le moins terrible avaient profondément marqué William
ce dernier c'était juré que tout ceci ne se reproduirait plus mais ne pouvant plus affronter Yumi sans y revoir à la peine dans son regard Williams c'était résigné à ne plus aborder la jeune Japonaise.
Même s'il n'était pas dans la nature du jeune homme d'abandonner aussi facilement il n'était pas non plus dans son style de faire souffrir inutilement les êtres qui lui sont chers.
William ne voulait plus être une gêne pour Yumi pendant plus d'un an il était persuadé qu'il pouvait être pour elle le garçon de sa vie mais William se berçait d'illusions et ceci il l'avait finalement compris

------------------------------ L'AMOUR EST UN SACRIFICE ------------------------------

Une leçon que William avait compris sans le savoir,tous ceux à quoi il aspirait c'était que Yumi puisse enfin connaître le bonheur quitte à poussé sa bien-aimée dans les bras de quelqu'un d'autre, et même s'il avait du mal à l'admettre une seule personne pouvait rendre Yumi vraiment heureuse...
Ulrich Stern son rival de toujours était le seul homme comptait vraiment aux yeux de la belle japonaise,le fait est que William se sont liés d'amitié avec Ulrich avait surpris bon nombre de personnes mais c'était pour lui une façon de contribuer au bonheur de Yumi.

Mais aujourd'hui le discours que tenait William était assez différent ce dernier était particulièrement préoccupé il voulait absolument dialoguer avec Yumi pour lui faire part de son cauchemar tout en sachant que cette dernière refuserait sûrement de le croire
Ce que William craignait le plus dans les révélations qu'il s'apprêtait à faire a Yumi c'est que cette dernière ne le prenne pas au sérieux ce qui aurait pour effet de griller le peu de crédibilité que le jeune homme avait encore auprès de la japonaise

Mais quitte à perdre cette crédibilité William voulait se faire entendre pour la jeune Japonaise qui malgré les apparences continuait toujours à vouloir se montrer forte en dépit de ces véritables sentiments
Depuis qu'il la connaissait Yumi avait toujours cachée ces véritables sentiments derrière un masque,un masque d'indifférence Yumi était si peu expressif que beaucoup de monde se demandait si cette dernière était capable d'avoir des émotions
Mais ce masque n'était qu'une apparence qui cachait une nature fragile que de la jeune fille ne voulait pas dévoiler par crainte d'être blessé si elle venait à abaisser sa garde
Mais ces dernier temps ce masque avait commencé à se fissurer laissant entrevoir une Yumi plus fragile qu'il n'y paraissait une Yumi terriblement marquée par les épreuves, une Yumi partagé entre ses sentiments et sa raison, une Yumi qui plus que jamais était vulnérable.

Aujourd'hui tout ce qui importait à William c'était de rendre le sourire à Yumi d'une manière ou d'une autre et pour ça il n'y avait que deux solutions... la première était incontestablement le plus évidente de toutes il fallait retrouver Aelita ou qu'elle soit et quelque soit le danger a affronté William ne reculerait devant rien pour aider son amie.

Tous comme Yumi Aelita était un être innocent qui n'avait jamais fait de mal a qui que ce soit mais qui en retour avait toujours été persécuté dans la vie.
On avait beau dire que Yumi par nature était forte de caractère on ne pouvait pas s'empêcher de croire que finalement Aelita l'était autant plus
Les épreuves par lesquels étaient passé la jeune fille au cheveux rose était particulièrement terrible,à la différence de ses amis Aelita était loin d'avoir eu une vie normale.

Sa mère avait disparu,son père et elle avait dû constamment fuir leurs poursuivants après quoi elle avait passé les 10 dernières années de sa vie sous la forme d'un programme informatique est même la une entité informatique voulait sa mort sans compter que la conclusion dramatique de tout ça fut la disparition de son père tué par Xana
de ce point de vue là la vie de Aelita n'avait rien de particulièrement heureuse et d'un certain point de vue William aurait eut beaucoup à apprendre d'elle.
William se trouvait une certaine affinité avec cette jeune fille car tous deux avaient fait les frais des plans démoniaques de Xana

L'histoire de cette sonde qui avait enlevé Aelita William n'y croyait pas trop pour lui c'était encore un coup de Xana pour le jeune ténébreux la destruction de Xana était le deuxième objectif de sa vie

Toutes cette histoire était très mystérieuse William finit même par se demander les visions nocturne dont il était victime n'était pas une nouvelle forme d'attaque orchestrée par Xana,il était fort probable que le terrible programme informatique lui est volontairement envoyé ces images pour le troubler,mais si c'était le cas les motivations de Xana étaient dès lors très étrange... quel intérêt aurait-il à semer le trouble chez William ? voulaient-ils le faire souffrir ? ou y avait-il autre chose ?
A bien y regarder l'élément le plus étrange de son cauchemar était incontestablement ce spectre a la toge violette qui avait l'apparence de Aelita , pour quelle raison Xana se ferait-il passé pour Aelita quelle nouvelle stratégie avait ourdi la diabolique IA ?

Beaucoup de questions qui restèrent sans réponse dans l'immédiat le plus important était que Williams s'entretienne avec Yumi mais puisque cette dernière n'était pas dans de bonnes conditions William décida de lui en reparler plus tard mais coûte que coûte il devrait l'avertir du danger qu'elle encourt
la seule solution que William pu entrevoir c'était que cette dernière ne retourne pas sur Lyoko et en particulier sur le territoire désert,mais comment faire comprendre ceci à une personne aussi obstinée que Yumi,se doutant bien qu'il ne pourra pas lui faire entendre raison William fit le serment de protéger Yumi quoi qu'il puisse en coûter mais pour l'heure il était temps d'aller en cours après quoi plus tard ils iraient rejoindre Jeremie dans le laboratoire.



Laboratoire de l'usine 12 h 35

Pendant ce temps-là loin du tumulte de la cour de récréation Jeremie continuait à effectuer des tests sur le super-calculateur et contrairement à ce que l'on pouvait penser se retrouver de nouveau devant cet endroit ne lui fit pas spécialement plaisir le voilà qui faisait de nouveau face à face à la machine responsable de bien des malheurs.
Ce fut avec une certaine aisance qu'il put reprendre les commandes de cette machine après plus de deux semaines d'absence,en premier lieu il constata qu'aucun dégât ne fut occasionné sur cette machine suite à la dernière attaque de Xana.
Visiblement les réparations qu'il avait effectuée sur cette dernière avait tenu le choc même si dans la salle de refroidissement l'unité centrale du super-calculateur avait pris un aspect pour le moins particulier

Finis le temps ou la tour n'était qu'un gros blocs bien formé celui-ci était ouvert de partout et de nombreux composants étaient exposés à l'air ambiant à différents endroits Jeremie avait connecté des ordinateurs d'appoint afin de remplacer certaines pièces endommagé,vu la nature des dégâts occasionnés Jeremie avait créé des programmes informatiques qu'il faisait tourner sur des ordinateurs complémentaires à cause de ça le super-calculateur avait perdu en puissance et de nombreuse fonction était devenu inactive notamment le retour vers le passé,Jeremie avait perdu tout espoir de le faire refonctionner un jour, comme il l'avait précédemment mentionnées dans son journal vidéo seul seul Hopper Aelita ou Xana serait en mesure de réactiver les fonctions de base.

Jeremie constata en analysant le système que quelques petites erreurs c'étaient glissées dans les programme de la machine visiblement Yumi avec commis quelques petites maladresses en manipulant cette dernière mais il n'y avait rien de bien grave Jeremie ne mit même pas une heure à corriger les petites anomalie.
Une fois le check-up terminé Jeremie activa un programme, une fenêtre fit son apparition sur l'écran et Jeremie tapa sur le clavier un nouveau nom de code

----------------------------------------- CODE MAGELLAN -----------------------------------------

A cet instant dans une tour du territoire désert le robot sonde créés par Jeremie fut activité celui-ci se mit en lévitations en pleins centre du premiers plateau d'une tour
La présence de cette machine sur Lyoko n'avait rein d'étonnants en l'absence du petit génie ces amis avaient virtualiser le prototype conformément aux instructions qu'avait laissé Jeremie.
La virtualisations de cette machine avait été un franc succès le robot sonde était arrivé sans encombre sur Lyoko.
Mais quand ils voulurent faire des essais Yumi se révéla incapable de le piloter et ceci en dépit des instructions que lui avait laissées Jeremie,les commandes de pilotage de cette machine étaient trop complexes car elles s'effectuaient toutes par le clavier et de tout le groupe seul Jeremie avait la dextérité nécessaire pour pouvoir se servir de cette machine à son plein potentiel.
Plutôt que de la renvoyer sur terre ils décidèrent de stationnés la sonde dans une tour que Jeremie avait spécialement programmée à cet effet,afin d'éviter d'avoir toujours envoyé cette machine sur terre Jeremie fit en sorte que celle-ci puisse rester de façon permanente sur Lyoko et pour ne pas l'exposer inutilement à d'éventuels dangers celle-ci fut mise en sécurité dans une tour qui lui servirait en quelque sorte de garage.

D'un point de vue plus général le projet Magellan ressemblait à un mini sous-marin virtuel,il était effilé comme l'était le Skidbladnir à ceci près qu'il était composé de deux crête verticale et horizontale à l'avant ce qui lui donnait un petit aspect de harpons à l'arrière il était composé d'une grand aile en demi-cercle à l'intérieur desquels se trouvaient des hélices amovibles,cette configuration un peu spéciale du système de propulsion lui conférait une maniabilité hors du commun dont seul Jérémie connaissait toutes les possibilités du moins en théorie...
Il était temps pour le petit génie de procéder aux tests d'usage,aujourd'hui trois phases importantes devaient être testées ...

- Le pilotage sur Lyoko
- Le pilotage dans la mer numérique.
- La téléportation

En fait parmi tous les tests qui étaient prévus c'était la téléportation qui importait le plus à Jeremie,grâce à ce nouveau procédé le petit génie serait en mesure de téléporter les Lyoko guerriers à n'importe quel point du réseau où seraient stationnée la sonde,grâce à ceci le gain de temps serait non négligeable sans compter qu'il n'aurait plus à traverser la mer numérique de par eux-mêmes.
Fallait-il encore que ce système fonctionne et c'est ce que Jeremie voulait vérifier,ne voulant pas brûler les étapes Jeremie voulu commençer par la fonction de base qu'était le pilotage de cette machine.

Minutieusement il activa les différents systèmes de contrôle de propulsion de la sonde,celle-ci était toujours en lévitation à la manière du Over-board de Odd,après avoir effectué la check list Jeremie put passer a la phases de pilotage.
en appuyant légèrement sur la touche directionnelle de son clavier la sonde commença à se déplacer à l'intérieur de la tour elle emprunta le couloir qui la conduisit jusqu'à la sortie,en sortant de la tour elle apparue au grand jour sur le territoire désert mais elle n'était pas seule sur place.

Odd est Ulrich avait été virtualiser afin de supplée Jeremie dans ces essais,pour commencer Jeremie voulait vérifier si la sonde était capable de se déplacer selon les axes de contrôle X. Y. et Z ,les propulseurs de la sonde permettaient techniquement à celle-ci d'effectuer des ascensions verticales,des déplacement latéral et bien sûr d'avancer et de reculer
Jeremie effectua tour à tour chacune des translations et à chaque fois le succès était au rendez-vous la sonde répondait au doigt et à l'oeil tout en gardant une certaines stabilité,Jeremie s'exerça alors à des manoeuvres plus complexes,poussant les propulseurs à 20 % de leur puissance la sonde s'envola à la verticale dans les airs,Jeremie pilota alors cette dernière dans le ciel de Lyoko.
La sonde se déplaçait avec la même aisance que tous les véhicules virtuels que Jeremie avait déja crée par le passé,la maniabilité de cette machine était telle que Jeremie s'aventura même à faire des looping des vrilles et toutes sortes d'acrobaties aériennes

Youpi c'est une vrai réussite s'écria alors Jeremie satisfait du résultat
Tu peux le dire Einstein lui fit Odd
Ulrich : ta nouvelle invention à l'air de fonctionner
Oui mais ce n'est que le début leur répondit Jeremie

Puisque les déplacements dans le monde le Lyoko ne posait aucun problème il fallait maintenant passer à la deuxième phase du test,Jeremie devait faire plonger sa sonde dans la mer numérique.
Aussitôt Jeremie commença à programmer la sonde pour que celle-ci se mette en position au-dessus de la mer numérique en l'espace d'un instant la sonde se mit en place elle s'inclina automatiquement la tête bien en bas prête à plonger dans l'infini (1)
Dans le laboratoire Jeremie était très anxieux il suffisait d'une seule erreur de sa part, d'une défaillance dans les boucliers ou de la structure de la sonde pour que celle-ci soit complètement pulvérisée lors de son contact avec la mer numérique ce qui réduirait a néant des mois de travail

Maintenant c'est l'heure de vérité se dit Jeremie en croisant les doigts

D'un geste rapide il appuya sur la touche de mise à feu,les propulseurs poussèrent alors la sonde dans la mer numérique, celle-ci la frappa de plein fouet la tête la première avant de disparaître entièrement sous les flots.
Durant quelques secondes les informations furent brouillées sur l'écran Jeremie entrevue le pire il supposa que sa sonde avait été complètement pulvériser le petit génie se laissa aller au défaitisme quand soudain tous les paramètres de la sonde s'affichèrent à nouveau sur l'écran.
Sonar - Holoweb - contrôle des axes,tout était là ce qui signifiait que la sonde était intacte et que les boucliers avaient tenu le coup la sonde évoluait a présent au milieu de la mer numérique et attendant la suite des instructions

La joie de Jeremie était indescriptible le projet était incontestablement une réussite,prudemment Jeremie effectua quelques manoeuvres à l'intérieur de la mer numérique est à l'instar de celle qu'il avait déjà effectuée à la surface la sonde réagit de façon optimale que ce soit dans les airs ou dans les flots celle-ci se déplaçait avec la même aisance.

c'est formidable ça marche lança à nouveau Jeremie en levant les bras au ciel
Que se passe-t-il demanda Odd
la sonde n'a pas été détruite s'écria alors Jeremie
ça a marché lui fit Odd
Jeremie : c'est une réussite à 200 %

les deux adolescents furent ravi de ce que leur apprenait Jeremie,apparemment leur futur "véhicule" était quasiment opérationnel,puisque les deux premières phases de test c'étaient passées sans encombre Jeremie décida de passer à la troisième et dernière phase du test.
La sonde fit à nouveau surface pour regagner le territoire désert où se trouvait Odd et Ulrich

Maintenant les enfants est à vous de jouer leur dit Jeremie
Que veux-tu que l'on fasse demanda Odd
Jeremie : nous allons tester la téléportation
Odd : attemd tu est sur de toi la parce que la dernière fois ....
Jeremie : cette fois-ci il n'y aura pas de problème
Odd : c'est exactement ce que tu avais dit la dernière fois
Jeremie : oui mais là je suis sûr de mon coup.

Odd avait toutes les raison d'être sceptique,la dernière fois que Jeremie avait mis au point un procédé de téléportation celui-ci c'était terminé par une triple embrouille donc Odd avait dû faire les frais.
Mais le petit génie se voulut confiant depuis l'époque il avait eu l'occasion de mettre au point un nouveau programme de téléportation très efficace même si personne n'eut l'occasion de s'en servir par la suite.
N'ayant pas voulu laisser un tel projet à l'abandon Jeremie l'avait intégrer au système de la sonde ce système serait identique au premier procédé de téléportation testé par Odd à la seule différence qu'il s'agissait d'un système de transmission des données à haute distance sur le réseau,sur ce point-là Jeremie savait que le système fonctionnait car à l'époque il avait déjà intégré cette fonction au Skidbladnir
C'est grâce à ce procédé que les Lyoko-guerrier pouvait rejoindre les scanners quand ceux-ci se faisaient dévirtualiser sur un Replika ,le Skidbladnir servant alors d'antennes relais pour renvoyer les données au laboratoire et assurer un retour sans encombre au Lyoko-guerriers même si ceux-ci se trouvaient alors à des milliers de kilomètres de leur point d'origine ,Jeremie avait donc appliqué le même procédé en y incluant cette fois-ci la téléportation

Ulrich : donc si je comprends bien nous allons tester la téléportation
Jeremie : c'est le but du troisième test
Odd : et où vas-tu nous envoyer cette fois ... sur la lune
Jeremie : ne dit pas de bêtises Odd.
avec toi je m'attend à tout lui dis Odd.
Jeremie : écoute pour commencer nous allons faire une téléportation très simple sur une courte distance.
Ulrich : c'est-à-dire
Jeremie : nous allons juste téléporter une personne d'un territoire à l'autre, je pense que le territoire banquise conviendra c'est le plus éloigné de votre position.
Ulrich : et tu crois vraiment pouvoir nous envoyer là-bas d'un seul coup.
Jeremie : avec mon nouveau procédé c'est possible
Ulrich : et tu crois que ça va marcher
Jeremie : le seul moyen d'être sur c'est d'essayer c'est pour ça il me faut un volontaire.
Odd : bin tient le contraire m'aurait étonné.

Un volontaire c'était facile à dire pour Jeremie,mais vu les expériences par lesquels ils étaient passés deux garçons étaient plutôt hésitants,entre Ulrich qui c'était retrouvée désincarner et Odd tripliqués ces derniers avaient quelques doutes sur les capacités de Jeremie à transférer un corps d'un point à un autre.

Jeremie : ne me dis pas que vous avez peur.
Odd : facile à dire pour toi tu est confortablement installé dans ton fauteuil alors que nous on risque de se retrouver sur mars ou Jupiter
Faut pas exagérer quand même leur dit Jeremie
On voit bien que tu n'est jamais passer par la toi lui fit remarquer Odd

Jeremie ne trouva rien à répondre cet argument,il faut dire que lui n'était jamais passée par ce genre d'expérience toutefois il fit remarquer que lui aussi était déjà passé par une une expérience très éprouvante,Jeremie n'eut nul besoin de prononcer le mot "Transcendance" tout comme la téléportation ce procédé avait bien failli coûter la vie à son inventeur,cette fois-ci ce fut Odd qui ne put rein reprocher a Jeremie car dans le fond toutes ces expériences n'avaient qu'un seul but,elle devait permettre au lieu aux guerriers de sauver Aelita.

Pour essayer de rassurer ses amis Jeremie se lança alors dans des explications tellement techniques qu'aucun de ces deux amis ne comprirent quoi que ce soseit jusqu'à ce que Odd demande un temps mort il demanda a Jeremie de simplifier au maximum ses explications
C'est alors que Jeremie leur expliqua simplement que l'un deux n'aurait qu'à se placer au centre de la tour qui servait de garage à la sonde après quoi c'est lui qui s'occuperait du reste, d'après la théorie de Jeremie le corps virtuel serait transformé en énergie est transféré via la tour pour être envoyé jusqu'à la sonde qui servirait de point de chute,le seul inconvénient de ce système c'est que Jeremie ne pouvait téléporter qu'une seule personne à la fois
À première vue cela avait l'air très simple mais avec Jeremie tout n'est jamais aussi simple que cela puisse paraître

Alors qui se lance demanda à nouveau Jeremie
tu veux y aller en premier fit Ulrich a Odd
Odd : et pourquoi moi ?
Ulrich : tu as déjà tenté l'expérience une fois ça ne devrait pas de te faire peur
Odd : mais j'ai pas peur mais j'ai bien envie de d'autres fasse l'expérience.
Ulrich : tu sais-moi le transfert sur un autre territoire s'est déjà testé alors je passe mon tour
Odd : et moi la téléportation j'ai déjà donné
Bon y'en a-t-il un de vous deux qui va enfin se décidé demanda Jeremie qui commençait à perdre patience.
Odd : alors tu y vas
Ulrich : après toi je t'en prie
Odd : mais je n'en ferai rien très cher à vous l'honneur
Ulrich : on n'a qu'à tirer au sort
Odd : sa me va.
Ulrich : un combat au sabre le perdant se fait téléporter
Odd : Non je préfère un exercice d'adresse celui qui touche plus de cible est déclare vainqueur.
Ulrich : je préfère le sabre
Odd : moi c'est plutôt l'adresse
Ulrich : le sabre !!
Odd : l'adresse !!
ça suffit vous deux pour choisir vous n'avez qu'à jouer à marteau - ciseaux - papier leur cria Jeremie à travers le microphone.
Ça me convient fit Odd voyant que le Jeremie était passablement tendu.
A moi aussi dit Ulrich pour calmer le jeu
Jeremie : alors commencer
Odd tu est prêt .... marteau - ciseaux - papier ... 1 - 2 - 3 .... fit Ulrich en comptant
Odd : ciseaux !!
Ulrich : marteau !!

Odd se sentit soudain ridicule avec ces deux doigts en ciseau car il venait de perdre,conformément à la règle du jeu c'est lui qui serait obligé de se téléporter Ulrich était satisfait d'avoir gagné car il savait que Odd avait toujours tendance à utiliser les ciseaux en premier à ce petit jeu , selon la règle Odd était le perdant le blondinet ne pouvant pas se défiler fut obligé d'accepter ce son sort

Odd : bon bin je vais y aller puisqu'il le faut
Jeremie : à la bonne heure

Ulrich partie en compagnie de la sonde pour aller sur le territoire montagne afin de réceptionner Odd,pendant ce temps-là ce dernier avait déjà pris place au centre de la tour,pendant plus de 10 minutes il dut attendre que Jeremie lui donne le feu vert.

Odd : j'espère que doit bien se passer cette fois-ci
Jeremie : tout ira bien
Odd : c'est toi qui le dit moi j'en suis pas si sûr.
Jeremie : rendre compte de la chance que tu as, tu vas être le premier Lyoko-guerrier à être téléporter d'un territoire à l'autre
Youpi je suis super heureux a cette nouvelle dit Odd sans y croire
Ton enthousiasme fait plaisir à voir le répondit et Jeremie
Odd : que veux-tu que je dise d'autre
Jeremie : avant de tenter la téléportation tu pourrais lancer une parole historique
Odd : comme quoi ?
Jeremie : je sais pas un truc du genre " le sort en est jeté"
Odd : moi j'opterait plutôt pour "vers l'infini et "Odd" delà"
Jeremie : si tu veux

La passionnante conversation entre Odd et Jeremie fut interrompit par Ulrich qui signala au petit génie qu'il était en place sur le territoire montagne est que celui-ci se tenait prêt à réceptionné Odd,puisque le moment était venu Odd se mit en place au centre de la tour tandis que Jeremie était entrain d'activer le processus de téléportation

Jeremie : Odd tu est prêt
je suis prêt répondit Odd non sans hésitation.
Jeremie : Ulrich tu est près
Ulrich : je vous attends
Jeremie : alors c'est parti ... Activation du système de téléportation fit Jeremie en appuyantsur la touche entrée.

Odd fut alors entouré par un étrange halo de lumière verte qui le fit disparaître de la tour, le félin venait être transformé en particules énergie qui furent projeté à travers l'espace en direction du territoire montagne où l'attendait Ulrich à proximité de la sonde
Une énorme colonne de lumière fit son apparition et Odd réapparut en son centre,
Le jeune garçon s'écroula au sol Ulrich se précipita pour l'aider.

tout va bien lui demanda Ulrich
Odd : franchement je me suis déjà senti mieux

Odd était quelque peu déboussolé par cette nouvelle expérience,à son tour Jeremie demanda si tout allait bien,c'est alors que le jeune félin fit une remarque de circonstances

Odd : la téléportation me rend aussi malade que le transporteur
Jeremie : mais à part ça tout va bien
Odd : à part une envie de rendre ton petit déjeuner ... oui ça va
C'est magnifique ça marche hurla alors Jeremie.

La troisième phase de tests était passée sans encombre la téléportation était également une réussite,à compter de maintenant Jeremie estima que tous les systèmes étaient opérationnels,les recherches allaient pouvoir commencer sur le réseau.
Bien sûr il faudrait encore trois jours à Jeremie pour peaufiner les derniers détails mais une fois que se serait fait ils auraient tous les éléments en main pour retrouver Aelita.
Seulement la partie n'était pas encore gagner le seul indice qu'ils avaient pour retrouver la jeune fille étaient un résidu de signal informatique laissé par la sonde,il apparu claire à Jeremie que cela allait prendre du temps.
Mais la perspective de retrouver Aelita fit renaitre l'espoir certes c'était une faible lueur mais elle suffit à redonner du courage à tout le monde,la réussite de ce simple test démontrait que tout était encore possible.

Tous les Lyoko-guerrier espérait revoir Aelita sans se douter qu'ailleurs un terrible complot était en train de s'orchestrer contre eux,à des centaines de kilomètres de l'usine les responsables de Neo Carthage terminaient la mise en place de la directive Morigan,une fois que celle-ci serait achevée ils seraient en mesure de lancer une offensive préventive à l'encontre de Lyoko.... une guerre était imminente et rien ne serait l'empêcher.

( 1) est hop une petite pub pour le jeu wii (^_^)



chapitre 29 test de sortie

01 octobre 2005

Où suis-je ?
---
Qui suis-je ?
---
Pourquoi je n'arrive pas à trouver les réponses à ces questions ?
---
Parce que tu connais déjà les réponses me fais la voix
---
ça n'a pas de sens ce que tu dis si je connais les réponses pourquoi me poserai-je toutes ces questions.
---
voix : pourtant tu sais très bien qui tu est.
---
Non justement je l'ignore.
---
voix : tu fais semblant d'ignorer la réponse.
---
Cette affirmation est ridicule je n'ai pas de raisons de me mentir à moi-même.
---
voix : mais c'est ce que tu fais en ignorant sciemment qui tu est.....
---
Qui je suis ... c'est justement ce que j'aimerais qu'on me dise
---
voix : je ne sais pas qui tu est mais je sais ce que tu n'est pas.
---
Qu'est-ce que ça veut dire ?
---
voix : que tu n'est pas ce que tu parais être.
---
je ne comprends pas !! te serait-il possible d'être plus clair.
---
Voix : tu tiens vraiment à savoir qui tu est.
---
tu pourrais me le dire.
---
Voix : oui je le peux car moi je sais ce que tu est
---
alors je t'en prie dit le moi.
---
Voix : je vais te le dire mais à une condition.
---
Laquelle ?
---
Voix : avant que je te dise ce que tu est peux tu me dire qui je suis
---
Facile tu est le miroir
---
Voix : Oui je suis le miroir qui te parle... je suis le miroir devant lequel tu te tiens en ce moment ... je suis le miroir de tes pensée ... le miroir de ton identité ... le miroir de ma vie.

Plongé dans ces rêves Maeva se tenait à nouveau devant le miroir et comme à son habitude elle ne parvenait pas à voir son reflet dans la glace de ce dernier,mais aujourd'hui les choses étaient un peu différentes pour la première fois le miroir c'était mis à lui parler.
A l'instar de toutes les autres créatures qu'elle est rencontrée dans ses songes celui-ci était capable de dialoguer avec la jeune fille,Maeva ne se priva pas alors de lui poser moulte questions dans l'espoir que le Miroir puisse lui apporter des réponses
Mais les réponses du miroir étaient ambiguës,ce dernier affirmait que la vie de Maeva ne lui appartenait pas.

---
Mais de quelle vie parle tu miroir ?
---
Miroir : je te parle de la vie de la personne qui se regarde dans le miroir
---
Tu parles de moi.
---
Miroir : non je parle d'elle ....
---
Qui ça elle ?
---
Miroir : ELLE la personne qui se regarde dans le miroir
---
Alors il s'agit de moi.
---
Miroir : Non de ELLE
---
Mais je suis la personne qui se regarde dans le miroir
---
Miroir : non ce n'est pas toi
---
C'est ridicule si je ne suis pas la personne qui se regarde dans le miroir qui suis je alors ?
---
Miroir : tu est le reflet
---
qu'est-ce que tu dis !!!
---
Miroir : ma parole mais tu est sourde en plus,je viens de te dire que tu est le reflet.
---
Tu dis n'importe quoi Miroir, je ne suis pas le reflet je suis moi....
---
Miroir : mais tu le dis toi-même tu ne sais pas qui tu est
---
Je suis ... enfin on m'appelle Maeva...
---
Miroir : peu importe le nom que tu te donnes ça ne changes rien au fait que tu n'est que le reflet.
---
Arrête de dire ça maudit miroir je ne suis pas le reflet......
---
Miroir : mais ce n'est pas le miroir qui dit ça
---
Que veux tu dire miroir ?!! c'est bien toi qui me parle en ce moment
---
Ce n'est pas le miroir qui te parle c'est moi.

Soudain la voix du miroir changea,elle devint subitement très féminine au même moment Maeva vit à nouveau le monde de Lyoko apparaître sous ces yeux au travers de la glace , le paysage qui venait de se dessiner n'était autre que celui du désert connu par Maeva pour être l'antre du démon à la peau orange.
Mais cette fois-ci point de démon mais une voix venue de nulle part, qui venait directement de s'adresser à Maeva, c'est alors qu'au fin fond du paysages désertiques Maeva vit quelqu'un se rapprocher au loin.

C'est sereinement que Maeva regarda petit à petit cette personne se rapprocher d'elle, même si elle était encore loin Maeva vit très distinctement qu'il s'agissait d'une fille cependant cette dernière était curieusement vêtue,cette jeune fille portait essentiellement du rose sur elle et même pour tout dire cette personne avait les cheveux de la même couleurs que ces vêtements.

Cette jeune fille aux cheveux roses marchait tranquillement sur le sol du territoire désert,elle se dirigeait tranquillement en direction du miroir est forcément de Maeva,au bout de quelques secondes elle finit par se fixer devant la glace.
A cet instant Maeva fut stupéfait par ce qu'elle vit au travers de la glace, cette jeune fille lui ressemblait trait pour trait,même taille,même silhouette même trait de visage et mis à part la couleur des cheveux et la taille de sa poitrine Maeva avait en face d'elle une véritable réplique de sa personne.
Cette fille... ce double ... cette soudaine apparition perturba pour le moins Maeva,qui pouvait bien être cette jeune fille ? afin de le découvrir Maeva amorça en premier la conversation.

Bonjour lui fit la jeune fille aux cheveux bleus.

Mais la jeune fille cheveux rose ne répondit rien, cette dernière se contenta seulement de dévisager Maeva du regard, la jeune amnésique se doutait bien que la personne qu'elle avait en face d'elle était capable de parler Maeva lui posa alors les questions de base afin de nouer un dialogue.

Qui es-tu lui demanda la jeune fille
Tu le sais très bien lui répondit alors reflet de la jeune fille aux cheveux roses.

Maeva eut alors la première réponse à l'une de ces questions, cette jeune fille était bien capable de s'exprimer mais cette dernière répondait de la même façon que le miroir.

Maeva : comment t'appelles-tu
reflet : pourquoi me poste tu cette question alors que tu connais la réponse ?

Encore la même réponse que celle du miroir,pourquoi fallait-il que toutes les personnes qu'elle croise s'obstine à dire a Maeva que celle ci connaissait ses véritables origines,agacé par cette réponse récurrente Maeva décida de changer son système de question.

Non justement je n'en sais rien j'ai tout oublié répondit Maeva.
reflet : je le sais....
Maeva : si je suis amnésique et je ne peux pas me souvenir de qui je suis.
reflet : c'est normal
Maeva : alors pourrais-tu me dire qui je suis
reflet : cela m'est possible
Maeva : c'est vrai tu peux vraiment tu peux me dire qui je suis
reflet : oui je le peux car je le sais.

A première vue la jeune fille semblait disposée à vouloir parler a Maeva, la jeune fille retint alors sa respiration,cette mystérieuse jeune fille allait peut-être pouvoir lui fournir la réponse tant rechercher

Maeva : alors qui suis-je ?
reflet : tu est mon reflet.
Maeva : je ne comprends pas.
reflet : voyons c'est pourtant simple à comprendre tu est un reflet
Maeva : encore cette bêtise, je suis Maeva.
reflet : pourtant c'est la vérité en dehors de ce monde tu n'existes pas d'ailleurs tu n'as jamais existé.
Maeva : non c'est faux j'existe et je suis bien réel...
Tu n'est qu'une copie surenchérit le reflet
Maeva : comment ça une copie ?!!
reflet : je suis l'original et toi tu n'est qu'une vulgaire copie, une copie de ma vie.

Maeva fut déstabilisée par cette nouvelle révélation le reflet de la jeune fille aux cheveux roses disait ouvertement que Maeva n'était qu'une copie et que par conséquent la vie de Maeva n'était pas la sienne.

Maeva : c'est ridicule ma vie m'appartient
reflet : ta vie n'est qu'un subterfuge ... ton existence un mensonge brodée de souvenirs
Tu dis n'importe quoi fit Maeva.
reflet : la vérité n'est jamais plaisant à entendre.
Ta vérité n'est faite que de mensonges répondit Maeva.
reflet : de la part d'un être qui m'as voler ma vie je ne devrais pas être surpris fit le reflet
Maeva : comment ça voler ?
reflet : tu m'as voler mon existence et je voudrais la récupérer.
Maeva : qu'est-ce que c'est que cette histoire ?
Tu dois me rendre ce que tu m'as pris insista le reflet.
Maeva : non ce n'est pas possible je n'ai rien volé du tout cette vie et la mienne
reflet : une vie que tu m'as subtilisé pauvre copie....
Maeva : c'est faux tu ment
reflet : tu est le reflet de ma vie est rein d'autre.
Maeva : c'est impossible je ne peux pas être le reflet
reflet : et pourtant c'est vrai tu n'est qu'un reflet ... quoi qu'en faite ce n'est pas tous a fait vrai. vérité
Maeva : que veux tu dire ?
reflet : je ne suis pas honnête avec toi car en vérité tu es bien plus qu'un simple reflet
Maeva : que suis-je alors
reflet : tu es un démon


Non content de lui reprocher de lui avoir volé sa vie voilà que la jeune fille au cheveux rose qualifiait Maeva de démons,pour Maeva il ne pouvait pas y avoir pire insulte,elle qui plus que tout au monde ne supportait pas qu'on la traite de monstres,voilà que ce reflet la traitait ouvertement de démons.

Maeva : je ne suis pas un démon.
reflet : tu es un démon et le pire qui soit...
Maeva : c'est faux
reflet : tu refuses de voir la vérité...
Maeva : c'est un mensonge
reflet : non c'est une réalité
Maeva : c'est pas vrai
reflet : reconnaît le tu ne fais que le mal autour de toi ... démon !!!!
Maeva : je ne le fais pas délibérément.
reflet : mais tu le pourrais après tout tu as été engendré pour ça... ta vie se résume à semer le chaos et la destruction partout où tu vas.
Maeva : seulement à cause de mes "pouvoirs"
reflet : tes pouvoirs ne sont que la partie visible de ton être en vérité ton âme et noire comme les ténèbres.
Maeva : je ne veux plus t'écouter
reflet : la vérité te fait si peur que ça
Ta vérité fait de moi un monstre lui répondit aussitôt Maeva
reflet : dans le fond c'est ce que tu est ... un monstre ... et d'ailleurs tu l'as toujours été.

Maeva était complètement déboussolée par les révélations du reflet de la jeune fille,se pouvait-il que cette dernière et raison,Maeva était-elle vraiment un monstre dans le fond ?
Après tout ce qu'elle avait fait, les désastres qu'elle avait causés, ne pouvait-il pas y avoir une part de vrai dans ce que disait le reflet.
Maeva ne pouvait pas s'empêcher de penser à l'incident avec Samuel,quand ce dernier l'avait agressé Maeva c'était défendu en utilisant ces pouvoirs et même si c'était de la légitime défense Maeva ne pouvait pas ignorer ce qu'elle avait ressenti à ce moment-là.
Au moment où elle électrocutait le pauvre Samuel Maeva c'était sentie euphorique,même si elle ne voulait pas se l'avouer Maeva avait pris du plaisir à faire souffrir ce pauvre homme, cette soudaine attitude avait effrayer la jeune fille.
Qui pouvait-elle bien être dans le fond pour prendre autant de plaisir à faire souffrir les gens ?mais devait-elle pour autant donner raison au reflet quand celui-ci lui disait que c'était un démon, cette perspective Maeva la rejetait en bloc
Tarauder par sa conscience Maeva préférerait plutôt mettre fin à ses jours que d'avoir à devenir un démon.

Je ne suis pas un démon ... je suis Maeva dit la jeune fille avec détermination
reflet : prend tous les noms que tu voudras cela n'effacera jamais ce que tu est.
Maeva : je veux juste savoir qui je suis quelle sont mes origines.
reflet : tu finira par le découvrir un jour et crois-moi tu le regretteras...
Maeva : on verra bien.
reflet : de toutes façons je ne suis pas venu pour te juger.
Maeva : alors que veux-tu ?
reflet : je te l'ai dit je veux récupérer ce que tu m'as pris.
Maeva : pourquoi insiste tu comme ça je ne t'est rien volé.
reflet : je veux que tu me rends ma vie.
Maeva : cette vie c'est la mienne.
reflet : tu t'obstines à croire ce mensonge.
Maeva : ce n'est pas un mensonge.
reflet : je peux te prouver le contraire.
Maeva : comment ?
reflet : regarde en moi ... regarde à travers moi .... regarde au plus profond de mes yeux et la tu pourras entrevoir la vérité.

Maeva se rapprocha du miroir pour observer les yeux de la jeune fille,c'est alors que les pupilles de cette dernières disparurent et a nouveau un symbole fit son apparition,ce symbole Maeva le connaissait déjà c'était le-même qui était apparue lorsque les trois jeunes gens avaient essayé de la tuer

effrayée Maeva voulut se reculer mais avant d'avoir le temps de faire quoi que ce soit le reflet de la jeune fille passa sa main au travers du miroir,instantanément elle saisit Maeva au niveau de la gorge,Maeva put juste pousser un petit cri étouffé avant de se taire l'étreinte de la jeune fille était si fort que Maeva ne pouvait pas s'en défaire.

Mais que fais-tu lui dit Maeva
je veux récupérer ce qui m'appartient lui répondit le reflet.

Bien que se trouvant de l'autre côté du miroir la jeune fille souleva Maeva d'un seul bras,le reflet était dotée d'une force colossale cette dernière traita a nouveau Maeva de voleuse de vie c'est alors que la teinte de la glace vira au noir le reflet de la jeune fille disparu mais son bras était toujours là, il commença à entraîner Maeva à l'intérieur du miroir la jeune fille cheveux bleue se démenait de toute ces forces pour résister mais rien a faire le bras l'entraina au travers de la glace Maeva fut plonger dans le noir soudain son esprit fut assaillit par une série de flash , a cet instant la jeune fille vit des lieux des noms des circonstances .....

" Mr Delmas c'est pas notre faute ... au gymnase ... c'est cool comme endroits... c'est le .... Kadic .... c'est la jungle ici .... vite au laboratoire ... pourquoi t'as fait ça .... super-calculateur .... c'est une attaque de .... hospital .... pierre Nanquin.... Usine .... ou suis je .... code terre....
... une musique mortelle .... canal fantôme ....... Paris...... ................................................................

Rends-moi ma vie lui dit une dernière fois une voix venant du fin fond des ténèbres


C'est en poussant un cri terrible plein de fureur que Maeva se réveilla dans son lit,comme a son habitude la jeune fille était déboussolé par ce nouveau cauchemar pourtant grâce a celui ci une foule d'événements venait soudainement de lui revenir en mémoire au milieu de la nuit.
Certaines choses qu'elle avait oubliées venaient de refaire surface,cette jeune fille aux cheveux roses c'était elle .... Maeva n'avait aucun doute à ce sujet mais pourquoi avait-elle les cheveux roses ? c'était peut-être un effet de son imagination mais une chose était sur Maeva avait reconnu de nombreux lieux qu'elle ne connaissait pas ou du moins dont elle avait oublié l'existence.
Sans plus tarder Maéva sauta de son lit pour consigner immédiatement ses impressions dans son journal,elle ouvrit la page et commence à marquer la date

"01 octobre 2005"

à l'intérieur elle inscrivit les noms entendus ainsi que la description des endroits qu'elle avait perçus,elle regroupa ces derniers en liste très distincte

- Mr Delmas - Kadic - pierre Nanquin pour les noms

- gymnase - laboratoire - super-calculateur - hospital - Usine - Paris pour les endroits

- code terre - une musique mortelle - canal fantôme pour les termes encore inconnus


la liste était complète Maeva n'avait rien omis,à plusieurs reprises elle se mit à relire les différents noms et termes qu'elle venait de noter,aucun d'eux ne lui évoquait quoi que ce soit pourtant deux termes avaient attiré son attention en particulier.

------------------------------- Laboratoire et Super-calculateur -------------------------------

Voilà des termes peu courants pourtant dans l'esprit de Maeva ceux ci désignaient des endroits précis,la jeune fille n'en avait eu qu'une vision rapide mais elle était parfaitement en mesure de pouvoir reproduire ces endroits.
A l'aide d'une feuille elle commença à reproduire ce lieu qui s'appelait " Laboratoire",elle dessina alors une grande pièce dont les parois étaient recouverts de plaques métalliques,au centre de cette pièce il y avait une étrange machinerie dont Maeva ne put pas définir la fonction,par la suite elle crayonna une autre pièce dans laquelle se trouvait cette chose appelée "Super-calculateur" à l'instar du laboratoire celle-ci était aussi métallique à la seule différence quand son centre se trouvait une étrange machine noire composé de deux cylindres imbriqués l'un dans l'autre.




Les croquis n'étaient pas spécialement terrible mais ils permirent à Maeva de se faire une idée sur la nature de ces endroit
selon la jeune fille qu'il devait s'agir d'un laboratoire de recherche en informatique nul doute que tout était lié seulement quel rapport cela avait-il avec Maeva ?
Avaient est-elle déjà visitée cet endroit ? le connaissait-elle ? mais surtout la question la plus importante de toutes.... où se trouvait-il ?

De nouvelles questions auxquelles Maeva se devrait de trouver des réponses,la jeune fille savait bien que cela ne serait pas facile pour sa il lui faudrait exploiter ces nouvelles informations.
La jeune fille se sentit particulièrement ravie cela faisait déjà trois semaines qu'elle avait quitté l'hôpital et le moins que l'on puisse dire c'est que ce changement d'environnement lui fut profitable
Les événements curieux c'étaient rapidement succédé chaque soir les rêves de Maeva étaient de plus en plus précis, petits à petit Maeva commençait à retrouver sa mémoire oubliée. cela aurait pu être une bonne nouvelle pour la jeune fille mais cette dernière ne pouvait pas s'empêcher d'avoir des doutes.

Était-elle vraiment un reflet comme le prétendait la jeune fille cheveux rose,comment cela pourrait-il être possible puisque Maeva considérait que cette jeune fille aux cheveux roses n'était autre que l'incarnation de sa vie passée.
L'une prétendait être l'original et affirmait que l'autre n'était que le reflet alors que Maeva était persuadé d' être l'original.
Il y avait la deux vision du monde très différentes l'une de l'autre,quand la jeune fille aux cheveux roses prétendait vouloir récupérer sa vie il était fort probable que celle-ci voulait redevenir ce qu'elle était avant ceux qui voulait dire que d'une façon ou d'une autre Maeva serait obliger d'ignorer qui elle est actuellement pour redevenir cette jeune fille.

Après tout "Maeva" ce prénom n'était pas le sien ... la vie qu'elle a passé ces derniers mois n'était pas la sienne ... c'était peut-être ce que la jeune fille aux cheveux rose voulait dire ... la vie de Maeva n'était peut-être qu'une simple illusion une pâle copie de la réalité et que quelque part le subconscient de Maeva voulait que cette dernières redeviennent ce qu'elles étaient avant.

Mais quelque part Maeva n'en avait pas envie la vie qu'elle as n'est peut-être pas la plus belle du monde mais au moins elle était sûre que celle-ci lui appartenait,ce que voulait vraiment Maeva c'était connaître ses origines mais surtout ne pas en subir les influences car au fond d'elle elle sentait que son passé était loin d'être glorieux.
Maeva se focalisait sur l'avenir, un avenir qu'elle comptait passé auprès du Dr Robinson,elle voulait absolument tirer un trait sur son passé puisque celui-ci se résumait à une vie d'hôpital.

l'hôpital. L'endroit où Maeva souhaitait bien ne plus jamais retourner, après tout le mal qu'elle c'était donnée pour le quitter elle ferait tous ce qui serait en son pouvoir pour ne plus jamais y remettre le pied sauf peut-être pour aller rendre visite à Kevin sinon cet endroit serait désormais un lieu à éviter.
C'est avec la même détermination que Maeva avait il y a presque un mois passé son test de sortie.















--------------------------------- Le journal de Maeva 15e partie ---------------------------------

Bonjour Miss Robinson, je vous en prie veuillez prendre place fit le docteur Holstein

La jeune fille s'exécuta sans broncher aussitot elle prit place sur la petite table qui avait été aménagée au beau milieu de la pièce en face d'elle il y avait un bureau derrière lequel se tenait trois personnes, deux hommes et une femme.
Le premier des deux hommes n'était pas inconnu car il s'agissait du Dr Holstein c'est lui qui présidait la commission devant laquelle Maeva devait passer son test de sortie pour l'occasion deux autres médecins l'avait rejoint.
Le premier était un homme visiblement du même âge que le docteur Holstein il avait une barbe et des cheveux blancs et portait de grosses lunettes noires il trimbalait avec lui une carrure assez bien portante du haut de son 1m 70, cet homme répondait au nom de Dr Kent.
De l'autre côté de la table il y avait une femme âgée d'environ une quarantaine d'années elle avait les cheveux noires mi cours, son visage fin dégageait un air d'austérité,sa taille fine était parfaitement approprié a son 1 mètre 60, cette dame répondait au nom de Dr Lane.

Dr Holstein : Miss Robinson vous connaissez le but de votre présence ici
Maeva : oui le docteur Robinson m'a expliqué de quoi il en retournait
Dr Holstein : comme vous le savez Miss Robinson votre docteur personnel a exprimé le souhait d'avoir la garde entière de votre personne, est ce exact Miss Robinson.
C'est exacte répondit Maeva.
Dr Holstein : confirmez-vous que cette demande est également un souhait que vous avez exprimé.
Maeva : je le confirme.
Dr Holstein : est bien soit pour officialiser cette demande vous allait devoir passer une série de tests
Maeva : je suis prête
Dr Holstein : sachez que cette série de tests a pour but de vérifier si vous ne subissez aucune pression ni manipulation de quelque sorte que ce soit.
Maeva : vous pensez que le Dr Robinson me manipulerait
Dr Holstein : c'est ce que nous allons déterminé en plus de vos aptitudes est de vos capacités
Maeva : je comprends
Dr Kent : pour cela vous allez passer quelques examens pour gagner votre droit de sortie.
Dr Lane : j'ajouterai même que ces épreuves sont un bon moyen d'évaluer les résultats de votre traitement.

Afin d'obtenir la garde de Maeva,le Dr Robinson et sa patiente devaient passer tour à tour devant une commission pour évaluer la proposition de sortie.
Si les motivations du Dr Robinson n'étaient pas à remettre en causes il fallait déterminer si Maeva était prête à être lâché dans la nature, libérée une patiente non gueris peut-être une faute grave dont les conséquences retombe à coup sûr sur l'établissement qui délivre une telle autorisation,mais la il s'agissait du Dr Robinson qui engageait lui-même sa propre responsabilité pour le compte de l'hôpital,par définition le procédé était encore plus délicat, Le seul moyen de résoudre un problème aussi épineux était que Maeva prouve a une commission qu'elle pouvait être apte à être libéré...

Dr Holstein : Miss Robinson vous avait bien saisi l'importance de ce test
Plus que jamais répondit Maeva.
Dr Holstein : parfait je pense que nous pouvons commencer

Les trois médecins se mirent en activité chacun commença à sortir une série de documents de leurs valises,chacun d'eux définit le tour dans lequel il allait exercer,comme la galanterie exige que soient les dames d'abord ce fut donc au docteur Lane de commencer.

Dr Lane : bonjour Maeva je suis le docteur Lane
Bonjour Mme Lane répondit poliment Maeva.
Dr Lane : Maeva je vais te faire passer un petit test
Maeva : quel genre de tests.
Dr Lane : pour commencer nous allons vous faire passer un petit QCM après quoi nous définirons votre état psychologique et moral
Maeva : je vois c'est un test de personnalité que vous aller me faire passer
Dr Lane : cela nous permettra de savoir si tous va bien de ce côté là.

Le docteur Lane donna le document a Maeva celle-ci l'accueillit avec un grand sourire,en termes de documents il s'agissait plutôt d'un feuillet comprenant pas moins d'une vingtaine de pages sur lesquels se trouvaient tout un tas de questions à choix multiples dont la réponse était forcément un oui ou un non, la durée maximal du test était de deux heures.
Le docteur passa en revue chacune des pages du test avec Maeva, une fois que Maeva eut pris connaissance du test le docteur Lane lança le top départ,c'est alors que Maeva s'est mis à cocher une à une toutes les cases présente sur la feuille,la vitesse à laquelle la jeune fille effectuait ces opérations ne manqua pas de surprendre le Dr Lane

Pour la femme l'enfant qu'elle avait en face d'elles n'avait visiblement rien compris aux tests celle-ci semblait cocher les cases au hasards sans même prendre la peine de lire les questions,ce que le docteur Lane ne savait pas c'est que lorsque elle avait survolé l'ensemble des 20 pages avec Maeva cette dernière avait déjà mémorisé toutes les questions et avait déjà commencé à y répondre dans sa tête,pour Maeva cocher les cases des bonnes réponses n'était plus qu'une formalité,en l'espace de seulement 20 minutes la jeune fille parvint à remplir toutes les feuilles.

Voilà c'est finit leur dit Maeva en reposant le stylo

Le Dr Kent fut très surpris que la jeune fille eût déjà fini quant au Dr Lane elle trouva que c'était particulièrement déplacé de la part de la jeune fille que de cocher les réponses aux hasards sans même prendre la peine de lire sa copie quand la femme s'en alla à ramasser le feuillet elle ne se priva pas de faire une critique à l'encontre de Maeva.

Dr Lane : vous avez déjà fini.
Maeva : Oui madame.
Dr Lane : je vous rappelle que vous avez deux heures pour faire ce test
Maeva : je le sais mais je n'ai pas besoin de tout ce temps pour y répondre.
Dr Lane : Jeune fille je vous signal que ce n'est pas un test de rapidité mais de réflexion, ce n'est pas en cochant au hasard les cases que vous pouvez le réussir.
Maeva : mais je n'ai pas répondu au hasard j'ai répondu le plus sérieusement du monde.
Dr Lane : je vous en prie un peu de sérieux Mademoiselle il ne s'agit pas là d'un test ordinaire en général même au bout de deux heures la plupart des candidats ne finissent pas de remplir les grilles des questions.
Maeva : mais moi je n'y peux rien si ces questions étaient trop facile.
Dr Lane : trop facile !!! vous considérez des questions de ce niveau comme trop facile, c'est bien la preuve que vous ne prenez pas ce test au sérieux sinon vous auriez constaté qu'il était d'un niveau très élevé.
Pas si élevé que ça fit Maeva.
Dr Lane : soyez sérieuse voyons un test de se genre fait appelle a de nombreuse connaissance et je doute que vous ailier le niveau requis pour avoir réussir a tous remplir.
Si vous ne me croyez pas vous n'avez qu'à vérifier lui dit Maeva
Dr Lane : eh bien c'est ce que je vais faire de ce pas.

Le Dr Lane pensait que Maeva se moquait d'elle en ne prenant pas ce test au sérieux, bien décidé à mettre cette fille au pas le Dr Lane pris la peine de corriger le test immédiatement.
Elle ouvrit son sac et sortit la grille de correction relatives à ce test, elle superposa la grille sur le test afin de vérifier le nombre de bonnes réponses que Maeva avait pu cocher au hasard, la femme pensa que la jeune fille ne pourrait avoir que 20 % de bonnes réponses.

Mais à peine le docteur avait-elle posé la grille sur la première feuille que ce qu'elle vit la sidéra,toutes les réponses qu'avait cochées Maeva était bonne,de la numéro 1 a la 20 tous était juste,pensant qu'il s'agissait seulement d'un gros coup de chance Miss Lane passa aux autres feuilles mais à chaque fois le même schéma se répéta.
Maeva venait de faire un sans-faute,elle avait obtenu 100 % de bonnes réponses ce qui était totalement impossible à moins d'être un génie ou une tricheuse.

Mais la possibilité d'une quelconque fraude était impossible, le docteur Lane avait elle-même rédigée ce test il y a peine 2 jours,il était dès lors impossible que Maeva est pu entrer en possession des réponses.
Les deux médecins se regardèrent avec beaucoup d'étonnement avant de se tourner à nouveau en direction de Maeva, la seule personne qui ne sembla pas spécialement surprise était le Dr Holstein qui commençait à comprendre pourquoi le docteur Robinson avait tellement confiance en Maeva.

Dr Lane : dit moi as tu déjà passé un test de ce genre
Maeva : non c'est la première fois.
Dr Lane : voyons c'est impossible tu as obtenu 100 % de bonnes réponses.
Maeva : j'ai donc obtenu la meilleure note
Dr Lane : c'est pour ça que c'est impossible personne n'a jamais réussi ce test avec une telle facilité.
Maeva : il faut croire que je suis une exception.
Dr Lane : je veux bien le croire mais comment as tu fait pour répondre aussi rapidement
Maeva : facile j'ai mémorisé chacune des questions et j'y ai répondu dans ma tête au moment où vous me faisiez l'explication
Dr Lane : vous avez quoi !!!!
J'ai mémorisé les questions répéta Maeva.
Dr Lane : mais il y as pas moins de 400 questions sur ce formulaire et de plus elle sont toute différente.
Maeva : c'est pour ça que je dis qu'il est facile ce test est basé sur un système de question faisant appel a de la logique et à un raisonnement simpliste qui n'est pas difficile à comprendre et ceci malgré les petites subtilités que vous avez glissées à l'intérieur des questions.

Le Dr Lane n'en revenait pas, non contente d'avoir réussi à répondre a son test voilà que Maeva en expliquait le principe de fonctionnement à son concepteur,sans parler de ses capacités de mémorisation Maeva était capable d'analyser la structure de fonctionnement de n'importe quel système basé sur la logique,cette dernière avait réussi à en déjouer tous les pièges ce qui lui avait permis d'obtenir la note maximale.

Le docteur Lane fut scié comment cette gamine avait-elle pu percer à jour sa logique de fonctionnement,pour ne pas rester dans l'incertitude ce fut au tour du Dr Kent de faire passer le même genre de tests à Maeva.

Dr Kent : Si cela ne vous dérange pas Mlle Robinson nous allons vous faire passer un autre test similaire.
Il n'y a pas de souci j'ai le temps devant moi répondit Maeva.

Le docteur Kent prit alors son test qu'il donna a Maeva,à la différence cette fois-ci que toutes les questions furent posées dans le désordre,cela me dérangea nullement la jeune fille qui répondit à ce dernier avec la même facilité que le précédent, en l'espace de seulement 25 minutes elle fit le tour des 400 questions.

Quand se le Dr Kent corrigea également le test qu'il venait de donner a Maeva cette dernière avait encore obtenu la note maximale ce qui finit de stupéfaire la commission, cela paraissait incroyable mais cette adolescente avait réalisé un sans-faute en un temps record les deux médecins étaient complètement désabusés devant ce phénomène.

C'est incroyable dit le Dr Kent.
C'est complètement dingue vous voulez dire reprit le Dr Lane
Dr Holstein : je ne m'attendais pas à un tel résultat.

Les docteurs Kent et Lane avaient l'excuse de ne pas connaître Maeva,mais en ce qui concernait le directeur de l'hôpital c'était une autre histoire.
Le docteur Holstein était forcé d'admettre que la jeune fille qu'il avait en face de lui n'avait plus rien à voir avec la petite sauvageonne qu'on lui avait amené quelques mois auparavant,Maeva avait fait des progrès qui dépassaient l'entendement ,comment une enfant qu'il avait jugé autiste avait elle put devenir un tel génie.

Dr Holstein : bon si cela ne vous dérange pas on va passé au test suivant
Maeva : je suis à votre disposition
Dr Kent : je crois que l'on va passer au test de mémoire
Dr Holstein : dans le cas présent je me demande si sa sera nécessaire.
Dr Kent : pourquoi dites-vous ça ?
Dr Holstein : ont vu des précédentes prouesses de Miss Robinson ce ne sera peut-être pas utile.
Dr Kent : voyons docteur Holstein pour valider la sortie cette jeune fille doit obligatoirement passer tous les tests
Dr Holstein : je le sais mais je commence à avoir des doutes.

L'attitude que venait d'adopter le Dr Holstein ne manqua pas de surprendre le Dr Kent,par réputation il savait que le directeur de l'hôpital était un homme plutôt intransigeant et très à cheval sur le règlement mais pour une raison plutôt inconnue cet homme avait étrangement changé de caractère.
Le petit chantage du Dr Robinson n'y était pour rien,c'est juste que ce dernier commençait à avoir de la sympathie pour Maeva.

Ignorant cet état de fait le Dr Kent remis une faille plastifiée a Maeva,c'est cette dernière se trouvait de nombreuses cases de couleur,il y avait du rouge,du vert,du bleu, du jaune,du noir ,du gris et du rose.
Maeva examina la feuille avec grand soin,le Dr Kent lui expliqua que le prochain test était basé sur un exercice de reconnaissance des couleurs,après qu'il eut fini de donner ses explications Maeva rendit la feuille du nuancier à la grande surprise du Dr Kent

Dr Kent : attendez Mlle Robinson vous n'avait pas compris vous devez garder le nuancier avec vous.
Maeva : mais je n'en ai plus besoin.
Dr Kent : pourquoi sa
Maeva : simplement parce que je l'ai déjà mémorisé.
Dr Kent : vous quoi !!!!

Là ça paraissait complètement incroyable il n'avait fallu que quelques secondes à Maeva pour mémoriser les différents carrés de couleur présent sur la feuille, malgré la précédente performance de Maeva le docteur Kent avait du mal à croire que jeune fille avait pu mémoriser aussi facilement à telles nuancier de couleur car celui-ci ne comprenait pas moins de 64 carreaux de couleurs différents un véritable damier

Mais Maeva insista pour que le Dr Kent reprennent le nuancier,n'y croyant pas une seule seconde le Dr Kent s'exécuta avant de donner à Maeva les nouvelles feuilles du test
L'exercice du Dr Kent était basée sur un jeu de reconnaissance des couleurs,Maeva devait avec précision identifiée à moins de 15 couleurs différentes allant de la plus claire à la plus foncée
Et là ce fut rebelote Maeva ayant complètement mémorisé la totalité de la feuille Maeva n'eut aucun mal à identifier les carreaux et à y attribuer des numéros précis, face à un tel spectacle les docteurs Kent et Lane ne savait plus quoi penser

Pendant les trois heures qui suivirent Maeva enchaîna les tests avec brio,cette jeune fille n'était pas seulement intelligente elle disposait aussi d'une incroyable capacité à mémoriser les sons, les couleurs et les images mais elle était capable d'analyser le principe de fonctionnement de chaque système, au vu de ses performances le Dr Kent se demanda meme si Maeva ne devrait pas intégrer une école pour surdouée car il était incontestable que cette jeune fille était un génie.

Puisque les test étaient finis plus rien ne retenait Maeva,le Dr Holstein pria la jeune fille de passer dans la pièces d'à côté Maeva salua poliment toutes les personnes présentes avant de sortir de la pièce
Alors que le docteur Holstein semblait particulièrement frais ce n'était pas le cas de ces deux autres collègues,ces derniers avaient tous besoin d'une bonne dose d'aspirine, ils demandèrent au Dr Holstein de leur accorder trois ou quatre heures de temps pour délibérer,cette histoire de libération était surtout un prétexte pour permettre aux docteur Kent et Lane de reprendre leurs esprits.
Le Dr Robinson du donc attendre son tour pendant ce temps la il discuta avec Maeva des test qu'elle venait d'effectuer,cette dernière lui dit que tous c'était bien passer se qui ravi le docteur Robinson en récompense de quoi il invita Maeva a aller manger,ce que la jeune fille a l'appétit d'ogre ne refusa pas.

En fin d'après-midi il fut reçu par la commission qui devait rendre son jugement,tous comme l'avait fait précédemment Maeva le docteur Robinson prit place sur la table posée au milieu de la pièce,ce dernier attendit le résultat du test passée par Maeva,pour l'occasion ce fut le Dr Holstein qui répondit au nom de la commission.

Alors comment s'est passé ce test demanda le docteur Robinson avec une pointe d'inquiétude dans la voix
Dr Holstein : Dr Robinson sachez qu'après de longues délibérations cette commission va vous donnez son verdict.

le Dr Robinson se serait cru dans un tribunal le bon était si solennel que cela ne présagait rien de bon pourtant ce fut tout le contraire

Dr Holstein : Dr Robinson durant les quatre heures qui se sont écoulées nous avons étudié le cas de Mlle Robinson,durant tout le temps qu'il lui était imparti elle a été soumise à des tests très stricts ne pouvant souffrir d'aucune faille en conséquence de quoi voici nos premières conclusions et les résultats définitives

L'attente était insoutenable pour le Dr Robinson,le Dr Holstein semblait jouer avec les nerfs de son subordonné,et comme ci cela ne suffisait pas les docteurs Kent et Lane se permirent même de faire des remarques.

Dr Kent : sachez chers confrères que cette commission a longuement statué sur le sort de votre petite protégée
Dr Lane : j'ajouterai même que nous avons été très partagés sur le résultat final.
Dr Kent : personnellement je suis d'avis qu'on la transfert dans un centre pour surdoué
Dr Lane : Dr Robinson s'est un vrai prodige que vous avez trouvé la est doté d'une intelligence incroyable.
Dr Robinson : je n'en doute pas mais quel est le résultat ?
Dr Holstein : le résultat va dépendre des réponses à nos questions
Dr Robinson : quelles questions ?
Dr Holstein : celle que nous allons vous poser maintenant.
Attendez ce n'était pas prévu s'étonna le Dr Robinson.
Dr Holstein : ceci est un petit extra dont nous avons débattu et sachez que nous vous donnerons la réponse à la fin de ces questions
Dr Robinson : puisque je n'ai pas le choix.

Le Dr Holstein prit alors une voix très grave et commença à poser des questions pour le moins inhabituel

Dr Holstein : vous appelez-vous Joseph "Edward" Robinson
Dr Robinson : oui bien sûr !!!!
-
Dr Holstein : êtes-vous bien docteurs en psychologie enfantine.
Dr Robinson : oui je suis
-
Dr Holstein : Dr Robinson estimez-vous être en moyen d'aider cette enfants
Dr Robinson : j'en suis parfaitement capable.
-
Dr Holstein : docteur Robinson serez-vous capables de respecter les aspirations de la jeune fille prénommée Maeva Robinson
Dr Robinson : je n'aspire qu'à une seule chose la guérir.
-
Dr Holstein : Dr Robinson savez-vous à quoi aspire Maeva
Dr Robinson : plus que tout je sais qu'elle inspire une vie tranquille
-
Dr Holstein : cette vie tranquille serez-vous en mesure de la lui fournir
Dr Robinson : je ferai tout pour.
-
Dr Holstein : Dr Robinson peut-on savoir pourquoi vous voulez la garde de cet enfant.
Dr Robinson : mon but et de l'aider à guérir et pour ça que je veux la soustraire à l'environnement hospitalier qui selon moi ne favorise pas sa guérison.
-
Dr Holstein : dernière question pensez-vous que Mlle Maeva Robinson pourra guérir
j'en suis persuadé répondit le Dr Robinson.
Dans ces cas-là je n'ai plus rien à ajouter dit le Dr Holstein

Avant de donner la réponse finale ce fut le Dr Kent et Lane qui s'exprimèrent en premier

Dr Kent : dans ce cas-là je n'y vois aucune objection pour moi elle a mon approbation
Dr Lane : je suis également du même avis Maeva est une personne saine d'esprit qui agit de son plein gré par conséquent je n'ai aucune objection à ce que vous puissiez l' adopter

les affirmations des deux membres de la commission ravir le Dr Robinson toutefois il devait encore attendre l'avis du dernier membre qui n'était autre que le Dr Holstein lui-même,ce dernier se leva de sa chaise et fixa droit dans les yeux son subalterne.

Dr Holstein : moi ce n'est pas une approbation que je veux présenter mais des excuses.
Dr Robinson : des excuses !!
Dr Holstein : depuis le début je me suis toujours acharné sur vous et sur Maeva car je considérait vos méthodes comme inefficace est trop sentimental
Dr Robinson : je sais vous me l'avez assez reprocher d'aillieur
Dr Holstein : est pour ça je m'en excuse car aujourd'hui mais je me rends compte à quel point cette jeune fille a la chance de vous avoir comme tuteur idéal
Dr Robinson : vous voulez dire...
Dr Holstein : oui à compter de ce jour Joseph "Edward" Robinson vous êtes le tuteur légal de Maeva Robinson.


















chapitre 29 ce qu'il faut savoir ...

10 avril 2005

Un mois c'était écoulé depuis que le colonel avait rencontré Sigmund,un mois déjà que les armées française et Britannique ainsi que les services de renseignement avaient découvert la véritable nature de Xana.
Grâce à la collaboration du vieux scientifique le major Cartwright avait pu mettre au point un très efficace système de filtres informatiques ,les informations que Waldo avait transmis par l'intermédiaire de Sigmund furent capitales dans l'élaboration d'un redoutable système anti Xana destiné à protéger le réseau.
En conclusion de quoi cela faisait maintenant deux semaines que le major parcourait toutes l'Angleterre pour installer ses systèmes de filtres sur tous les points névralgiques du réseaux anglais notamment les serveurs des super-calculateurs qui constituait la cible principale de Xana.

Dès le début ces filtres anti Xana se montrèrent particulièrement efficaces,grâce a ces barrières hardware plus aucune attaque de l'intelligence artificiel ne fut répertoriée sur le territoire anglais, à première vue le syteme inventé par le major Cartwright semblait efficaces a stoppé la progression de Xana, la seule chose que le major ne put enrayer furent les effets dévastateurs du virus Tsunami qui se produisirent le 28 mars 2005.
Le mystérieux virus Tsunami avait causé du tort à l'ensemble du réseau mondial provoquant une panique sur les places financières qui fut heureusement sans conséquences graves pour l'économie mondiale.

Le point positif dans tout ça fut que le virus Tsunami avait semble-t-il affaibli Xana,depuis cette fameuse date du 28 mars 2005 la terrible intelligence artificielle ne c'était plus manifester ce qui arrangeaient bien les affaires des services secrets qui pendant ce temps continuaient leurs investigations.

Leur principal objectif était de découvrir des indices sur l'identité de Mr.X ainsi que sur ces activités illicite de ventes de matériels informatique à travers le monde, l'objectif était de taille car ils devaient combattre sur trois fronts différents.

- Le réseau informatique mondial.
- Le monde en général.
- Cyclotron en final.

En ce qui concernait les mondes réels et virtuels les services secrets avaient décidé de neutraliser de façons radical tous les super-calculateurs équipés de micro puce Quadrihoppes qui leur seraient possible de découvrir.
Mais autant chercher une aiguille dans une botte de foin Mr.X avait pris toutes ces précautions, leur mystérieux adversaire avait fait en sorte de brouiller les pistes, personne ne savait ou se trouvait les super-calculateurs affectée.
Toutes les opérations étaient effectuées sous le manteau et aucune trace de versement ou de livraison de matériel ne fût trouver dans les archives du commerce mondial.
Mais à force de chercher la chance finit par sourire aux enquêteurs le virus Tsunami avait provoqué tellement de dégâts qu'il avait permis d'identifier une bonne cinquantaine de super-calculateurs équipés de Quadrihoppes a travers le monde,ceci fut rendu possible grâce aux informations collectées auprès des agences d'assurance chargée de rembourser les dégâts occasionnés sur les super-calculateurs du monde entier.

Une équipe d'experts dirigée par le major Cartwright avait établi un premier rapport d'enquête,selon eux il était fort possible que le virus Tsunami est considérablement affaiblit Xana car la totalité des super-calculateurs analysés avait tous étés gravement endommagés, dans tous les cas les micro-puces Quadrihoppes qui les constituaient avait été systématiquement détruite par le virus Tsunami.

Ces experts allèrent même jusqu'à envisager la possibilité selon laquelle Xana aurait pu être totalement détruit par ce Virus inconnu, si cela était le cas l'opération Xana serait donc terminé.
Toutefois un doute subsistait sur son éventuelle disparition sans compter qu'une mauvaise nouvelle vint entacher ce beau tableau.
En effet cela faisait maintenant 15 jours que Sigmund n'avait plus aucune nouvelle de Waldo,l'absence de nouvelle de ce dernier devenait fortement inquiétant, le vieux scientifique ne voulu pas entrevoir le pire.
Mais il ne pouvait pas écarter la possibilité selon laquelle Xana est réussi a intercepter son ami et à l'éliminer,Sigmund ne fit que avancer cette éventualité aux services secret qui ne purent s'empêcher de trouver sa suspect.

Devant leur suspicion naturel Sigmund se garda bien de dire tous ce qu'il savait vraiment,
ainsi personne ne sut jamais rein sur l'existence d'un groupe secret diriger par la fille de Waldo Schaeffer,il leur cacha également l'existence d'un super-calculateur créé par Waldo pour finir il dissimula l'existence de la mystérieuse sphère que lui avait confier Waldo.
Le vieux scientifique voulait rester prudent bien qu'ayant accepté de collaborer avec les services secrets il ne leur faisait pas pleinement confiance,sur ce dernier point Il rejoignait l'avis de Waldo...

"Certaines choses doivent rester secrètes pour un monde meilleur."

Sigmund se doutait bien que dans les services secrets,de nombreuses personnes auraient envie de s'emparer d'une telle technologie si ils venaient a en découvrir l'existence,si une telle puissance venait a tomber entre de mauvaises mains à coup sûr ce serait pire que Xana.
Alors le vieux scientifique préféra se taire, il garda pour lui les dernières informations que lui avait transmis Waldo le 27 mars 2005 au moment même où la sphère avait disparu.

La soudaine disparition de la sphère ne fut pas un détail anodin pour Sigmund car celle-ci coïncidait avec le jour ou le virus Tsunami avait frappé le monde.
Ayant en partie participé à sa conception Sigmund se douta bien que le virus Tsunami est le programme multi-agent de Waldo était lier.
Sigmund savait bien qu'un telle système était particulièrement dévastateurs,le programme multi-agent était conçu pour tous détruire sur son passage est ceci jusqu'à la moindre petite ramifications de Xana,toutefois son action était limité au système actif, il était incapable d'agir sur des système éteint ou en sommeil.
Cependant si ce programme avait bien fonctionner il était fort probable que Xana soit mort pour de bon,mais Sigmund ne put écarter la possibilité selon laquelle
Xana dans son ultime agonie est put trouver un moyen de se débarrasser de Waldo,si c'était le cas ce serait une victoire à la Pyrrhus , Sigmund supposa que Waldo était sorti de sa retraite pour se lancer corps et âme dans la lutte finale et cela peut-être au prix de sa vie.

Si Waldo était mort son sacrifice serait peut-être vain et ceci à cause de Mr.X,à supposer qu'un fragments de conscience de Xana est pu survivre,ce dernier aurait la possibilité de revenir à la vie grâce au petit commerce de Mr.X.
Tant que cet irresponsable et son organisation de malfrat continuerons à vendre des Quadrihoppes il existerait toujours à travers le monde des super-calculateurs qui seraient susceptibles de servir de refuge a Xana.
En temps que conscience informatique et programme multi-agent, Xana avait la possibilité de se régénérer tous seul,il lui suffirait d'un seul super-calculateur affecté pour pouvoir subsister,la seule solution qui s'imposa alors était de pouvoir stopper définitivement la prolifération des Quadrihoppes en neutralisant toutes les activités de Mr.X

Pour cela il fallait s'attaquer au coeur même du problème,seul les créateurs des Quadrihoppes pouvait mettre un terme à cette folie,d'une manière ou d'une autre les services secrets allaient devoir en découdre avec les responsables de Cyclotron.

C'est pour ça que depuis bientôt un mois le colonel passait ces journées enfermé au fin fond d'un Bunker a étudié les sciences physique et la technologie informatique afin de préparer sa future couverture qui lui permettrait de s'infiltrer chez Cyclotron.
Une telle opération demandait une préparation particulièrement longue,c'est pour ça que le colonel n'avait pas perdu son temps pour se mettre au parfum,il n'avait que quatre mois pour acquérir les connaissances scientifiques nécessaires.
Posés sur une table le militaire était en train de feuilleter les pages d'un bouquin qui traitait de physique quantique,à côté de lui il y avait une monstrueuse pile d'ouvrages scientifiques au contenu très varié.
le colonel voulait se perfectionner un maximum dans les sciences en intégrant le plus d'informations possibles mais pour lui cela relevait surtout de l'épreuve de force intellectuelle il y avait tant de concept a assimilé que le pauvre homme était complètement perdu.
Le colonel était tellement concentré sur le livre qu'il était en train de lire qu'il n'entendit pas la porte du Bunker s'ouvrir c'est alors que derrière lui une jeune femme aux cheveux roux fit son apparition.

C Perec : alors la théorie de Schrödinger...... en physique quantique veut que ...
Vous allez bien mon colonel fit la jeune femme.

Surpris par cette apparition inattendue le colonel sursauta sur sa chaise et fit volte face a son adversaire, en temps normal il aurait été très difficile de le surprendre mais concentrer comme il était sur son ouvrage il n'avait pas perçu l'entrée du major Cartwright dans la pièce.

Bon sang Major vous venez de me faire une de ces peurs lui dit le colonel en mettant sa main sur son coeur.
Désolé mon colonel je croyais que vous aviez entendu rentrer lui répondit le Major.
C Perec : ça ne risquait pas j'étais tellement concentrée que je ne vous ai pas entendu venir.
M Cartwright : c'est ce que je vois

Malgré l'effet de surprises qu'avait involontairement utilisées le major le colonel avait tout de même gardé son livre à la main dans l'intention de s'en servir contre son agresseur.
réflexe de défense primaire mais parfois efficace, tranquillisée le militaire se posa à nouveau sur sa chaise pour reprendre ses esprits, en voyant les symboles inscrits sur l'une des pages du livre posé sur la table la curiosité du major fut piquée au vif, cette dernière demanda alors au colonel quel genre d'ouvrages celui ci était en train de lire.

Est que lisiez-vous de si captivant pour ne pas m'entendre arriver lui demanda le major Cartwright.
La rubrique bricolage du magazine femme superficiel lui répondit aussitôt le colonel en souriant.

Encore une tentative de blague qui se solda par un échec total le major ne comprit nullement la plaisanterie,sans rien avoir à dire elle se contenta seulement de lancer un regard perplexes à son supérieur qui comprit tout de suite qu'il avait encore raté son coup pour essayer de dérider le major.

Sérieusement colonel ... lui fit le major
C Perec : bon en vérité j'étais en train de lire un ouvrage qui parle d'un chat et d'une boîte.
M Cartwright : je suppose que vous me parlez de l'expérience du chat de Schrödinger.
Oui c'est ça le nom m'avait échappé lui dit le colonel.
M Cartwright : dont vous étudiez les phénomène de physique quantique.
C Perec : en vérite je ne sais pas trop de quoi sa traite, j'ai juste pris ce bouquin pour compléter quelques notions qui me semblait abstraites.
M Cartwright : le chat de Schrödinger est une expérience qui a pour but de démontrer qu'une incertitude quantique sur les notions de mesures....
En somme c'est de la physique quantique coupa net le colonel

La remarque fut rapide mais le colonel savait que si il laissait le major lui donner une explication ce dernier serait encore plus embrouillé qu'il ne l'était déjà, cela pouvait paraître dingue mais cette femme avait un talent naturel à rendre compliquer les choses simples,la moindre petite explication prenait avec elle une tournure technique.
Le colonel avait déjà fort à faire avec ces manuels sans avoir besoin que le major vienne tout compliquer par ses explications, toutefois cette dernière ne pouvait pas demeurer impassible au fait que le colonel faisait des efforts pour comprendre la physique quantique et toutes ses déclinaisons.

M Cartwright : j'en déduit que vous avez du mal à comprendre ce concept.
C Perec : plus j'essaye de comprendre moins je m'y retrouve.
M Cartwright : vous savez mon colonel même pour les plus grands scientifiques la physique quantique restent un vrai casse-tête.
Ça je m'en étais rendu compte lui répondit le colonel.
M Cartwright : ce n'est pas donné au premier venu que d'interpréter la théorie des Quantas.
C Perec : dites moi Major vous ne seriez pas en train de me traiter d'idiot par hasard.
Loin de moi cette idée colonel fit le major
C Perec : c'est curieux mais j'ai la fâcheuse impression du contraire.

Intérieurement le colonel ne pouvait pas s'empêcher de penser que le major devait être amusé de cette situation,lui le pauvre soldat en train de se dépêtrer dans un domaine qui lui était totalement inconnu et elle la scientifique capable de tout faire,pour ne pas se laisser dépasser par les événements le colonel y alla de sa petite réflexion.

C Perec : la physique quantique c'est un vrai casse-tête franchement se servir d'un bon vieux Famas reste qu'en même plus à ma porter.
M Cartwright : je n'en doute pas mon colonel à chacun sa spécialité
C Perec : je suis d'accord avec vous major
M Cartwright : cependant vous ne devez pas perdre de vue que l'acquisition de ces connaissances sont indispensables pour notre mission.
C Perec : je sais bien que je n'ai pas le choix,si je ne veux pas me faire démasquer il faut au moins que je pus sortir quelques théories qui tiennent la route.

Le major n'avait pas tort, quoi qu'il puisse lui en coûter le colonel était obligé d'acquérir ces connaissances pour le bien de la mission, ce dernier était censé se faire passer pour un scientifique il serait logiquement amené à côtoyer d'autres scientifiques durant sa mission d'intégration
Cependant si le colonel était incapable de faire la différence entre un électron et un proton il risquait bien de griller sa couverture au bout de deux minutes, c'est pour ça que que le colonel se forçait à suivre des cours accéléré dans le domaine de la science tout en sachant qu'il n'en en aurait peut-être pas besoin.

En tout cas c'est pas gagné dit le colonel
M Cartwright : si vous voulez je peux vous aider a révisé.
C Perec : vraiment vous vous en croyez capable.
M Cartwright : pourquoi dites-vous ça ?!
C Perec : sauf votre respect Major je doute que vous soyez capables de me donner une explication simple.
qu'est-ce que je dois comprendre demanda le major
C Perec : disons que habituellement vos explications sont trop " techniques"

Le colonel ne voulait pas froisser la sensibilité du major mais il était clair que cette dernière avait tendance à parler d'une façon trop technique ce qui avait pour conséquence d'embrouiller le pauvre militaire.
A ce moment-là le major se défendit d'être aussi incompréhensible mais le colonel soutenait le faite que le major était trop techniques dans ses explications et qu'un peu plus de clarté ne ferait pas de mal à son auditoire.

Dites major la vulgarisation scientifique vous n'en avez jamais entendu parler peut-être lui dit le colonel
M Cartwright : je vous en prie colonel je ne suis pas si techniques que ça.
C Perec : dans 99 % des cas je dirais que OUI
M Cartwright : bon dans ces cas-là que j'essaierai de faire simple pour vous.
C Perec : vous pensez être à même de le faire
M Cartwright : bien sûr que oui que croyez-vous !!
C Perec : c'est juste que j'ai un peu de mal à vous voir dans le rôle d'une enseignante.
M Cartwright : j'ai quand même un doctorat je suis censé pouvoir enseigner.
C Perec : je demande à voir.
M Cartwright : vous m'en croyez incapable.
C Perec : incapable d'enseigner NON ... mais incapable de faire simple OUI.

Le major fut vexé par la remarque du colonel,mais elle prit sur elle de prouver a son officier supérieur qu'elle était capable de donner des explications simples,sans perdre un instant la jeune femme
s'assit auprès du colonel et prit quelques livres dans le but de faire subir au colonel un petit contrôle de connaissances afin d'évaluer le niveau de celui-ci.
Pour commencer elle posa quelques questions très basique sur la physique classique, le colonel n'eût pas trop de mal à y répondre mais quand le major se mit a aborder des thèmes beaucoup plus ardus le colonel fut littéralement larguée.
A la fin de ce petit examen le major pu constater que le colonel avait encore beaucoup de travail à fournir pour avoir l'air d'un vrai scientifique.

Il fallait absolument que celui-ci soit capable de donner le change lors de la mission car une seule erreur de sa part suffiraient à tous compromettre,le colonel ne devait pas perdre de vue que l'objectif principal était de s'infiltrer dans les locaux de Cyclotron afin de démasquer le mystérieux Mr.X
Pour que le colonel puisse parfaire ses connaissances il fallait que celui-ci étudie de façon méthodique,le bourrage de crâne ne servant à rien le major opta pour une méthode d'apprentissage simplifié.

M Cartwright : pour bien comprendre de la physique quantique il faut commencer par acquérir les bonnes bases.
C Perec : ça va de soi.
M Cartwright : il vous faut donc opter pour des manuels d'apprentissage de première années
C Perec : que me conseillez-vous ?
M Cartwright : pour commencer je vous conseille de lire l'ouvrage de Hector Bergman sur les dernières recherches en physique quantique.

Le major sortit alors un livre dans dessous de la pile en prenant soin de ne pas faire tomber celle-ci,c'était un gros livre vert qui cachait bien son poids,le major le prit d'une main mais surpris par le poids de l'ouvrage ce dernier lui échappa des mains et tomba sur le sol.
Automatiquement les deux militaires se baissèrent en même temps pour le ramasser si bien qu'ils finirent par se cogner la tête mutuellement,chacun se releva de son côté en mettant la main sur son front.

Aille ... vous avez la tête dure dit le colonel en se tenant le front
J'en est autant a dire a votre sujet lui répondit le major en se frottant l'avant du crâne.
C Perec : je vous ai pas fait mal au moins
M Cartwright : rassurez-vous nous les béliers ont a la tête solide.
C Perec : les béliers ?
M Cartwright : oui le bélier... le signe astrologique.
C Perec : je ne vois pas le rapport.
C'est connu en astrologie les signes du béliers sont réputés pour avoir la tête dure lui fit le major.
Vous croyez en l'astrologie demanda le colonel plutôt surpris
M Cartwright : bien sur pourquoi ?
C'est assez étonnant de votre part, par définition l'astrologie c'est pas très scientifique fit remarquer le colonel.
M Cartwright : je vous en prie colonel il n'y a pas que la science dans la vie.
C Perec : alors là ça m'épate venant de vous je trouve cette remarque doublement surprenante.

A cet instant le major s'offusqua quelque peu de la remarque du colonel,apparemment celui-ci avait une opinion très limitée de sa personne,sous prétexte qu'elle était une scientifique chevronné elle n'aurait pas le droit de croire à l'astrologie.
Mais plus que ces "pseudo croyances ésotérique" c'est surtout son mode de vie que le colonel remettait en cause par ces indélicate affirmations .

M Cartwright : vous ne pensez tout de même pas que je ne vis que pour la science.
C Perec : dois-je comprendre que vous avez d'autres hobbies dans la vie.
M Cartwright : bien sûr j'en ai plein d'activités variées.
C Perec : ah oui lequels ?
M Cartwright : est bien je lis beaucoup
C Perec : vous lisez quoi ?
M Cartwright : des revues scientifiques.
Ah oui en effet c'est très varié comme activité ironisa le colonel.
M Cartwright : et bien euh.....
C Perec : personnellement je crois qu'à part l'armée vous n'avez rien d'autre comme activité
M Cartwright : c'est très réducteur comme affirmation.
C Perec : ce n'est pas la vérité.
M Cartwright : c'est faux ne croyez pas que je vais passer ma vie dans l'armée.
C Perec : c'est bizarre je croyais que vous aviez choisi ce métier par vocation.
M Cartwright : il y a un peu de sa mais c'est pas tout
C Perec : vous avez donc une autre raison
M Cartwright : disons que je l'ai fait un peu pour....

Le major se stoppa net sur son explication car elle était sur le point de faire une révélation assez particulière et très personnel de plus elle n'avait pas de raison de se confier à son supérieur.

Désolé mon colonel je ne voudrais pas vous ennuyer avec sa lui dit le major
C Perec : ça ne m'ennuie pas du tout, au contraire ça m'intéresse de savoir.
M Cartwright : vous voulez savoir quoi ?
C Perec : je voudrais connaître les raison qui ont fait que vous vous êtes engagés dans l'armée.
M Cartwright : vous savez que c'est un peu bizarre à expliquer.
C Perec : ça ne me pose pas problème ces temps ci le bizarre fait partie de mon quotidien.
M Cartwright : je vois ce que vous voulez dire.
C Perec : si vous voulez je peux vous dire pourquoi moi j'ai rejoint l'armée.
M Cartwright : pourquoi vous me diriez sa ?
C Perec : pour vous aider à faire le premier pas.

Pour aider le major à se confier le colonel estima que c'était à lui de raconter en premier l'histoire de sa vie ainsi que les raisons qui l'avait pousser a embrassé la carrière militaire,en créant un climat de confiance il espérait délier la langue du major.

C Perec : cela fait maintenant 12 ans que je me suis engagé.
M Cartwright : 12 ans !!!
C Perec : oui 12 ans de bons et loyaux services.
M Cartwright : et pourquoi-vous vous êtes engager ?
C Perec : je l'ai fait part devoir tout comme l'avait fait mon père.
M Cartwright : à ce que je vois il vous a beaucoup influencé.
C Perec : on peut voir les choses de cette façon-là.
M Cartwright : je ne comprends pas !
C Perec : je l'ai surtout fait en mémoire de mon père qui a servi toute sa vie dans l'armée
M Cartwright : vous voulez suivre ses traces
C Perec : je voulais devenir comme lui.

Le colonel avait choisi sa vocation juste après la mort de son père, il avait beau être jeune à l'époque il se disait que être soldats devait être quelque chose de formidable.
Ce n'est pas tant le prestige de l'uniforme qui avait séduit le jeune garçon,c'est surtout le fait de pouvoir ressembler à son père qu'il portait en haute estime.
Si son père n'était pas mort des suites de sa maladie ce dernier serait sûrement devenu général et peut-être qu'à ce moment-là la vie de François aurait été différente mais les événements en avait voulu autrement.

C Perec : quand mon père est mort j'ai été obligé de reprendre le rôle de l'homme de la famille
M Cartwright : mais vous étiez très jeunes à l'époque
C Perec : j'ai été obligé de grandir très vite pour faire face aux dures réalités de la vie.
M Cartwright : cela n'a pas dû être facile
C Perec : perdre mon père si jeune n'a pas été facile et croyez-moi je ne le souhaite à aucun enfant. (1)
M Cartwright : je peux comprendre sa
C Perec : vraiment vous le pouvez
M Cartwright : moi j'ai perdu mon père quand j'étais adolescente.

Voilà un aveu pour le moins difficile à admettre pour le major mais puisque le colonel y était aller de sa petite confession le major cru bon de compatir à la souffrance de ce dernier en lui avouant qu'elle-même était passée par une épreuve similaire.
A première vue le colonel avait réussi à mettre le major en confiance ce qui avait permis à cette dernière de s'exprimer, chose pour le moins inhabituel de la part d'une jeune femme d'habitude si renfermé.

Que s'est-il passé demanda le colonel
M Cartwright : je préfère ne pas en parler mon colonel.
C Perec : je peux comprendre c'est quelque chose de personnel
M Cartwright : j'ai pas envie que ça s' ébruite.
C Perec : dans ces cas-là pourquoi m'en avez-vous parlé ?
M Cartwright : qui sait peut-être le besoin de se confesser

A nouveau le major se mura dans le silence et n'ajouta rien de plus,le colonel ne préféra pas insister,le souvenir d'un père disparu est toujours quelque chose de douloureux, cependant il ne faut pas que cela occulte les bons moments passés.
le colonel avait des souvenirs très vivace de son enfance, les instants passés avec son père,que ce soient ses débuts au football ou en vélo il était toujours là pour son fils, son "petit filou" comme il aimait l'appelé.

C Perec : les souvenirs d'un bon père sont les plus précieux.
M Cartwright : je le pense aussi.
C Perec : c'est pour ça que j'ai voulu devenir militaire.
M Cartwright : je comprends et je suis sûr que votre père doit être fière de vous.
C Perec : tout ce que j'espère c'est d'être aussi courageux qu'il a été
M Cartwright : il est un exemple pour vous
C Perec : Oui un exemple que je me dois de suivre.
Sauf peut-être pour le coup de la trahison lança le major

A ce moment-là le colonel dévisagea méchamment le major celle-ci comprit qu'elle aurait mieux fait de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler.
Le colonel ne pouvait pas accepter l'idée que son père puisse être qualifié de traîtres, le mot "trahison" n'était vraiment pas a employé quand on parlait du colonel Antoine Perec, son fils entendit bien défendre la mémoire de son père.

Parler d'une trahison il apparaît clair que Schaeffer était complètement innocent fit le colonel.
désolé colonel ce n'est pas ce que je voulais dire s'excusa le major
C Perec : et que vouliez-vous dire par "trahison"
M Cartwright : je voulais dire qu'il a agi d'une manière "peu conforme"
C Perec : et vous vous parlez de trahison.
M Cartwright : je sais ce que votre père représentait à vos yeux mais vous ne pouvez pas ignorer ce qu'il a fait.
C Perec : il a fait ce qu'il avait a faire.
M Cartwright : mentir à son état-major vous croyez que c'est une bonne chose.
C Perec : ma mère m'a dit que mon père c'était toujours battu pour la justice.
M Cartwright : comme nous tous, mais ça n'excuse pas tout.
C Perec : dans le cas présent si, croyez-vous sincèrement qu'un homme qui s'est battu toute sa vie pour la liberté .... croyez-vous que cet homme aurait laissé un innocent se faire condamner sans rien faire.

Le major ne trouva rien à répondre a cet argument, aussi strict que puisse être un règlement militaire, quand les ordres devienne aberrants la conscience ce doit de prendre le pas, il est hypocrite de se rendre coupable d'une injustice et oser prétendre qu'on défend la justice de cette façons.
C'est justement une aberrations de ce genre qui avait poussé le colonel Antoine Perec a défié son commandement et a dissimulé sciemment les preuves de la fausse culpabilité de Waldo Schaeffer.
En agissant de la sorte il avait permis aux scientifiques d'échapper pendant des années à ces poursuivants.
Même si cela allait à l'encontre du règlement le colonel Perec était très fier d'avoir eu un père qui avait osé "trahir" sa patrie dans le but de resté en accord avec son sens de l'honneur et a ces principes de justice.

Quelque part le colonel ne pouvait pas en vouloir au major Cartwright car celle-ci finalement été peut-être un peu trop à cheval sur le règlement, a la différence de la jeune femme le colonel gardait en tête qu'il y avait des humains derrière les uniformes et que la nature humaine est beaucoup trop plus complexe pour se limiter seulement à obéir aveuglément à des ordres stupides, refuser n'est pas le privilège des hauts gradés mais celui de tout homme qui aspire à la justice est a la liberté.

C Perec : quoi qu'il en soit je suis quand même heureux.
M Cartwright : et pourquoi donc ?
C Perec : la mort de mon père a toujours été un mystère pour moi et ma mère ... mais maintenant je connais la vérité.
M Cartwright : vous parler des révélations que nous a fait le professeur Kessel.
C Perec : oui grâce à lui maintenant je sais que mon père est mort en accomplissant son devoir.
M Cartwright : est-ce que cela change le regard que vous aviez sur lui.
C Perec : plutôt !!!! aujourd'hui je le découvre sous un autre aspect encore plus merveilleux.

L'estime que portait le colonel pour son père n'avait nullement faibli en dépit des révélations sur ses anciennes activités ,à l'image de son paternel le colonel comptait bien boucler une affaire qui durait depuis maintenant 25 ans.

C Perec : je ferai en sorte de finir ce qu'il a commencé il y a 25 ans.
M Cartwright : vous voulez reprendre le flambeau laissé par votre père.
C Perec : à la fin de cette mission je ferai tout pour que Waldo Schaeffer retrouve une vie normale.
M Cartwright : vous voulez vraiment aider cet homme.
C Perec : pendant 25 ans Waldo Schaeffer a fait les frais de fausses accusations,mais avec les preuves que nous avons en notre possession nous allons pouvoir le blanchir de tout soupçon.
M Cartwright : malheureusement colonel j'ai bien peur que ce ne soit pas aussi simple
C Perec : que voulez-vous dire?
M Cartwright : Schaeffer était peut-être innocent à l'époque du projet Carthage mais aujourd'hui on ne peut pas ignorer le fait qu'il a créé Xana ce qui le rend comparable d'un tout autre crime.
C Perec : on peut difficilement lui reprocher
M Cartwright : vous trouvez !!
C Perec : bien sûr c'est l'acte désespéré d'un homme qu'on a mis le dos au mur.
M Cartwright : il n'empêche qu'il a créé ce programme pour nuire à des personnes ce qui indirectement le rend coupable de piratage informatique.

D'un certain point de vue le major n'avait pas totalement tort, en créant Xana Waldo c'était lui-même mis dans une impasse,en créant ce programme pour se protéger il était rentré dans l'illégalité est a cause de ça il pouvait tomber sous le coup d'une accusation pour piratage informatique.
Même si pour circonstance atténuante il avait comme excuse le fait que Xana est échappé à son contrôle il n'en restait pas moins coupable aux yeux de certains,mais qu'importe les difficultés le colonel ferait tout pour rendre une vie normale à cet homme est à sa famille.

C Perec : croyez-moi Major je parviendrais à sauver Waldo Schaeffer.
M Cartwright : si il est toujours vivant.
C Perec : vous pensez que Xana aurait réussi à l'avoir
M Cartwright : le professeur Kessel a seulement émis une hypothèse il n'y a aucune certitude pour le moment.
C Perec : sincèrement j'espère qu'il se trompe
M Cartwright : je l'espère aussi.
C Perec : en tout cas je serais vraiment ravi le jour où on pourra clore ce dossier pour de bons
M Cartwright : est une fois que tout sera fini que ferez-vous.
C Perec : je risque sûrement de repartir dans les bureaux.
M Cartwright : vous n'allez plus retourner sur le front.
C Perec : pour le moment ça ne m'est plus permis à cause de mes blessures
M Cartwright : je vois.
C Perec : et vous major que comptez-vous faire après cette mission
M Cartwright : pour ma part j'ai encore quatre ans à faire avant que mon contrat ne se termine
C Perec : et après
M Cartwright : je quitte le service actif et je pars m'installer sur une île déserte.
C Perec : vous quoi !!!

Cette réponse surpris pour le moins le colonel qui ne s'attendait pas à ce que le major lui fasse une telle affirmation il vit soudain que cette dernière esquissa un petit sourire assez inhabituel
C Perec : vous vous moquez de moi
Bien sûr lui répondit le major en souriant
C'est la deuxième fois lui dit alors le colonel
M Cartwright : la deuxième fois que quoi ?!
C Perec : la deuxième fois que vous souriez.

A force de se laisser aller au jeu de la confidence l'atmosphère entre les deux individus c'étaient particulièrement détendu à tel point que le major c'était essayer à la plaisanterie, d'une façon très directe elle venait gentiment de se moquer du colonel avec une histoire d'île déserte où elle comptait s'établir à la fin de son service.
Cette petite cocasserie l'avait tellement amusé qu'elle avait sans le vouloir lâcher un sourire, ce qui d'une certaine manière ne déplut pas au colonel.
Quand cette femme souriait cela illuminait son visage pour la peine le colonel ne put s'empêcher de faire un compliment a la jeune femme.

Cela vous va tellement mieux quand vous souriez lui dit le colonel.
Vous trouver lui répondit le major.
C Perec : sur vous êtes tellement plus jolie quand vous souriez.
C'est vrai lui dit alors le major qui commença à rougir à ce compliment quelque peu déstabilisant de la part de son supérieur.

La jeune femme n'était pas spécialement habituée à ce qu'on lui fasse de tel compliment surtout venant de la part d'un homme aussi séduisant que le colonel, plutôt que de se laisser déstabiliser davantage elle tourna le regards pour cacher sa gêne et prit un nouveau livre de physique quantique qu'elle présenta aussitôt au colonel.

Bon si nous reprenons là leçons dit le major en détournant la conversation.
Mais c'est pas vrai !!! vous voulez ma mort lui dit le colonel qui afficha de nouveau une mine déconfit
la mission colonel ... la mission répéta le major pour se justifier.
C Perec : je sais la mission passe avant tous.
M Cartwright : la mission est primordiale.
C Perec : le contraire m'aurait étonné, toutefois il y a un point que je voudrais éclaircir.
M Cartwright : lequel ?
C Perec : vous n'avez toujours pas dit pourquoi vous vous êtes engagés dans l'armée
M Cartwright : je l'ai fait par défi
C Perec : par défi !
M Cartwright : comme l'avait dit le Dr Moritaka j'aurais pu faire une grande carrière de scientifiques en laboratoire.
C Perec : pourquoi vous ne l'avez pas fait
M Cartwright : je voulais me prouver quelque chose
C Perec : c'est-à-dire.
M Cartwright : si la recherche fondamentale et parfois passionnantes elle devient très vite monotone et personnellement j'avais besoin d'action.
C Perec : alors vous vous êtes engagés dans l'armée.
M Cartwright : ça me donne l'impression d'être utile, au moins ici j'ai la possibilité d'accomplir quelque chose.

Voila bien un trait de caractère qui avait échappé au colonel jusqu'à présent, sous ces airs austère et peut enclins à la plaisanterie le major était une femme très opiniâtre qui savait ce qu'elle voulait.
Ne voulant pas se cantonner à un simple rôle de scientifiques elle avait choisi l'action pour se prouver quelque chose à elle-même et surtout pour se rendre utile,d'une certaine manière c'était une démarche très altruiste de la part de Amanda,ce qui sur le coup força le respect du colonel et par là-même son admiration.
C Perec : alors c'est pour ça.
M Cartwright : c'est en gros l'idée
C Perec : en tout cas cela montre bien le caractère combattant que vous avez
M Cartwright : ça doit être dans ma nature.
C Perec : c'est possible on dit que les personnes rousses ont un caractère de feu, je vais bien finir par le croire.
M Cartwright : disons que nous les rousses nous avons notre petit caractère.
C Perec : comme quoi vous et moi nous sommes du même bois à nous deux ont forme vraiment un tandem explosifs.
M Cartwright : nous deux !!!
C Perec : je parle en tant que coéquipier
M Cartwright : ah oui bien sûr
C Perec : oui c'est sur.

Il y eût alors comme une petite mésentente entre les deux qui laissa planer un certain doute,les paroles du colonel n'étaient peut-être pas aussi innocente qu'elle pouvait paraître.
Toutefois cette histoire de coéquipier évoqua soudainement au Major la véritable raison de sa visite, à force de parler de physique quantique et souvenirs de jeunesse elle avait complètement oublié le but de sa visite,elle était venue apporter des documents très importants au colonel.

M Cartwright : ah oui tiens puisque vous parlez de coéquipier je dois vous donner ceci.

Le major sorti des document de sa serviette qu'elle présenta au colonel il s'agissait en faite de fiches d'identité,le colonel compris tout de suite qu'il s'agissait des nouvelles fausses cartes d'identité qu'il allait utiliser pour leur future missions, la première des choses que remarqua le colonel c'était que les noms étaient très différents de ceux qu'ils utilisaient habituellement.

C Perec : je parie que ce sont nos nouvelles identités
M Cartwright : votre supposition et on ne peut plus juste.
C Perec : à ce que je vois nous pouvons dire adieu au monde des assureurs
M Cartwright : et oui pour cette mission Mr Powell et Miss Parker ont pris leur retraite.
C Perec : et comment allons-nous nous appeler maintenant
M Cartwright : désormais colonel vous vous appellerez Pierre Darbois ingénieur en informatique et en physique.
C Perec : un ingénieur ça me semble mieux que le rôle de secrétaire
M Cartwright : j'ai tenu compte de ce que vous aviez dit la dernière fois
C Perec : très aimable a vous, est-vous votre petit nom c'est quoi.
M Cartwright : je m'appelle Marie Sklodowski spécialiste en physique quantique.
C Perec : maintenant il va falloir que l'on s'appelle Mr Darbois et Md Sklodowski
M Cartwright : affirmatif mon colonel.

Les deux identités que venait de présenter le major était particulièrement bien conçu,les services secrets leur avaient respectivement créé un curriculum vitae en béton, toute personne qui essaierait de chercher des informations à leur sujet tomberait forcément sur un solide alibi cousu de fils blanc mais qui tiendrais la route.
Puisque la couverture semblait souffrir d'aucune faille la mission pourrait débuter dans de bonnes conditions c'est alors que le colonel remarqua détail pour le moins amusant concernant les prénoms qui avait été choisi.

C Perec : dites-moi major est-ce que c'est le lieutenant Fraggle qui a choisi les prénoms que nous portons.
M Cartwright : non pour une fois c'est moi.
C Perec : c'est vous !
M Cartwright : j'ai procéder à une sélection très rigoureuse pour trouver des noms est prénoms qui pourrait nous convenir.
C Perec : si vous le dite en tout cas moi je reconnais bien l'humour anglais.
Je vois pas de quoi vous parlez fit le major.
C Perec : et bien je m'appelle Pierre et vous vous appelez Marie et nous sommes tous deux des scientifiques.
M Cartwright : et alors ?
C Perec : voyons Pierre et Marie Curie ceux qui ont découvert est isoler le radium.

Sans s'en rendre compte le major avait choisi le patronyme de deux célèbres scientifiques français qui c'étaient par le passé illustré dans leurs recherches sur l'atome, mais ce n'était pas ce détail la que le colonel avait remarqué, en vérité il s'agissait de quelque chose d'un peu plus subtile.

C Perec : dites moi vous avez choisi ces prénoms en hommage à ces personnes-là
M Cartwright : rien à voir colonel c'est vraiment le hasard
C Perec : le hasard vous êtes sûr
M Cartwright : pourquoi dites-vous ça
C Perec : je vous dis ça car ces deux la sont quand même connus pour avoir fait rimer "science et amour".
M Cartwright : ah oui.....
C Perec : c'est connu pourtant ... Pierre et Marie Curie les scientifiques amoureux.

Cette remarque du colonel mit soudainement un blanc sur la conversation quand ce dernier se rendit compte de ce qu'il venait de dire, sur le coup de l'émotion les deux militaires ne dire que rien pendant au moins 30 secondes jusqu'à ce que le major brise de nouveau la glace.

On va peut-être reprendre là où on était fit le major visiblement gêné
Je suis d'accord avec vous répondit le colonel en regardant droit devant lui.

Les deux officiers se remirent alors au travail pourtant alors qu'ils étaient tous les deux plongés dans leurs livres le colonel fit une dernière remarque....

Le choix de nos prénoms c'est vraiment le hasard demanda discrètement le colonel.
Un pur hasard bafouilla le major.
C Perec : le hasard hein !!
M Cartwright : oui le hasard.
C Perec : pas scientifique du tous...

(1) comme Aelita la pauvre (-_-)

A suivre chapitre spécial Militaire/Tanit ... délégation






















chapitre 28 jeux de guerre.

28 septembre 2005


Depuis bientôt une semaine Arnaud travaillait sans relâche à perfectionner ces intelligences artificielles en vue de les préparer pour le combat, la tâche était ardue pour le jeune homme car il devait en toute hâte améliorer les pouvoirs de Astarté et de Merkal afin que ceux-ci soient prêts dans les temps, en ce qui concernait Hannibal et Didon eux n'avaient presque aucun problème avec leur faculté spéciale.

Le pouvoir de "vision renforcée" de Hannibal était pleinement opérationnel, mais ceci Arnaud le savait déjà que depuis l'attaque du Kraken c'est grâce à cette faculté que Hannibal avait pu esquiver toutes les attaques du monstre et contre carrer celui-ci à l'aide de "force accrue" . ces deux pouvoir combiner avec "vitesse accrue" et "double impact" conférait au chef des Cartha-guerriers un avantage non négligeable sur n'importe quel adversaire.

Toutefois une autre intelligence artificielle n'était pas en reste dans tout ça, Didon la Cartha-guerrière avait développé un pouvoir colossal,elle avait beau être une personne fragile en apparence elle n'en était pas moins une redoutable guerrière.
Au cours de la semaine passée elle détruisit à elle seule la moitié des colonnes de la salle d'entraînement alors qu'elle s'entraînait a utiliser son attaque la plus puissante.
Considérant que "l'attaque aux 1000 étoiles" était trop instable pour le moment Arnaud interdit à Didon de s'en servir jusqu'à ce qu'il puisse corriger les beugs, la jeune intelligence artificielle devrait donc se contenter d'utiliser ses pouvoirs de défense et par conséquent de rester en retrait lors des combats.

Si Hannibal et Didon ne posait que peu de problèmes à Arnaud les cas respectif de Merkal et Astarté était beaucoup plus délicat.
Si le renard roux qu'était Merkal n'avait aucun problème à manipuler sa lance en revanche ses fils d'énergie posait encore des problèmes à Arnaud,le pouvoir de Merkal devait lui permettre de créer des fils d'énergie à partir de ces 5 doigts mais ce dernier n'arrivait à en générer que 2 ce qui était insuffisant pour neutraliser un adversaire,tout au plus il pouvait juste s'en servir pour ramener sa lance à lui ce qui serait pratique au cas où il serait désarmés.
Pourtant en effectuant des test préliminaire Arnaud n'avait détecté aucun beug dans la matrice de Merkal,le jeune homme en conclu donc que le problème venait de L'IA elle-même, si elle n'arrivait pas à utiliser son pouvoir c'est peut-être parce qu'elle manquait de concentration et contenu de la nature assez immature de l'individu cela parut même évident.
Arnaud sermonna Merkal en insistant sur le fait que ce dernier devait se montrer un peu plus sérieux si il voulait vraiment progressé, si pour devenir plus fort l'intelligence artificielle devait en passer par la il le ferait, Merkal promit a son créateur de tout faire pour s'améliorer.

Pour finir ce tour d'horizon des problèmes techniques Arnaud dû se pencher sur le cas particulier de Astarté.
Contrairement à tous ces amis la farouche guerrière n'avait qu'un seul pouvoir et celui-ci ne fonctionnait pas !! du moins pas vraiment...
Astarté avait beau se concentrer et faire preuve de la plus grande autodiscipline qui soit elle n'arrivait pas à utiliser son "Freeze-Time",impossible pour elle de geler le temps.
Pourtant cette fonction très pratique pourrait lui permettre de devenir la plus puissante guerrière de tout le groupe,avec ce pouvoir elle pourrait techniquement bloqué un système informatique en le "gelant" ce qui équivaudrait à un arrêt du temps dans un espace virtuelle restreint...mais voilà ce pouvoir ne fonctionnait pas et contrairement à Merkal Arnaud n'avait aucune explication sur ce phénomène....

Pour Astarté c'était encore un coup dur a encaissé déjà qu'elle ne supportait pas d'être considéré comme inférieur à Hannibal voilà qu'en plus que le seul pouvoir dont elle était dotée ne fonctionnait pas.
Cela ne fit qu'attiser la hargne de l'impétueuse Cartha-guerrière, Arnaud n'avait nul besoin de parier sur ce qui allait se passer, afin d'évacuer cette nouvelle frustration Astarté allait sûrement passer ses nerfs sur Hannibal au cours des prochains entraînements.

Bien sur tous ces problèmes ne pouvait pas être résolu en une semaine, il aurait fallu encore un mois ou deux à Arnaud pour améliorer ces systèmes, malheureusement le temps lui était comptés,une fois que les derniers préparatifs de la directive Morrigan serait achevée la phase d'attaque pourrait commencer.

Un matin ou Arnaud travaillait sur les capacités offensives de Vger 2.0 il fut convoqué de toute urgence par le Dr Hopper.
Ne pouvant se soustraire à cette obligation Arnaud dû s'exécuter, il s'en alla donc trouver la scientifique en chef qui avait une importante nouvelle à lui communiquer.

Accrédité d'une autorisation spéciale Arnaud fut autorisé à entrer dans le laboratoire numéro un,mais l'endroit où il avait rendez-vous ne se situait pas dans ce laboratoire mais dans une annexe qui était en cours d'aménagement.
Après s'être fait accompagner par un gardien il se retrouva dans une curieuse pièce où l'attendait déjà le Dr Hopper.

La première chose qui surprit Arnaud fut la disposition de la pièce celle-ci ne ressemblait en rien à un laboratoire on aurait plutôt dit un centre de contrôle spatiale un peu partout de grands écrans plats garnissaient les quatre coins de la pièce disposée à leur base se trouvaient des pupitres de commandes.

Depuis la mise en place de la procédure Morrigan la sécurité au niveau de la section cinq c'était considérablement accrue,mais outre la présence de gardiens armés c'étaient surtout les transformations des structures internes et externe qui étaient le plus impressionnant.
Pour accroître la puissance du super calculateur et donner ainsi à Tanit l'énergie nécessaire pour se défendre la plupart des techniciens furent appelés à modifier la structures des laboratoires.

De grands travaux furent entrepris,des cloisons furent abattues et des murs furent édifiés les systèmes de sas furent perfectionnés et chaque laboratoire était maintenant équipé de réserves d'énergie autonome.
Pourtant de tous les laboratoires ce fut de loin le numéro 1 qui subit le plus de modifications,une portion inoccupée de celui-ci fut transformé en centre de contrôle sous la tutelle du Dr Hopper.
Mais il s'agissait d'un centre de contrôle très particulier car c'est de celui-ci que Arnaud devrait lancer la contre-attaque,pour cette raison le jeune homme fut invité à découvrir d'un peu plus près son vous nouveau "lieu de travail."

Alors que les techniciens procédaient au dernier réglage et mise au point des pupitres,Arnaud fut interpellé par le Dr Hopper qui le pria de venir auprès d'elle, sur le coup Arnaud nota à la présence d'un homme et d'une femme aux côtés de la scientifique en chef.

Ah Arnaud justement vous voila nous vous attendions répondit le Dr Hopper
Vous m'attendiez ? répondit Arnaud.
Dr Hopper : oui je voulais vous montrer où en étaient les travaux, comme vous voyez nous sommes en train de terminer l'installation des postes de contrôle.
Arnaud : en effet c'est ce que je vois.
Dr Hopper : sachez que c'est d'ici que nous allons mener la contre-offensive.
Je m'en doute bien fit Arnaud pas vraiment surpris par cette nouvelle.
Dr Hopper : donc pour cette occasion laissez-moi vous présenter les deux personnes qui vont vous suppléez.
Arnaud : me suppléer ?!!! dois-je comprendre que vous m'avez adjoint des partenaires ?
Dr Hopper : bien sûr l'opération que nous allons mener est très délicate vous ne pouvez pas la prendre en charge seule c'est pour ça que vous aurez besoin d'assistant.

Alors que Arnaud pensait qu'il aurait a mené tout seul la contre-offensive par l'intermédiaire de Vger 2.0 et de ces Cartha-guerriers le Dr Hopper l'informa que les deux personnes qui se trouvaient à côté d'elle allait devenir les assistants personnels du jeune homme,leur tâche principale se bornerait au contrôle des paramètres,des radars et des communications étant donné que toute la partie prise du territoire sera du domaine de Arnaud et de ces intelligences artificielles sans compter la présence de Tanit à leurs côtés.
Afin de mener à bien cette opération il faudrait pas moins de trois personnes pour tout contrôler, comme il est d'usage dans ce genre de circonstances le Dr Hopper s'empressa de faire les présentations.

Dr Hopper : Arnaud laissez-moi faire les présentations en premier lieu voici l'ingénieur Richard Mac-Arthur.

L'homme répondant au nom de Mac-Arthur se présenta alors à Arnaud,cette personne avait à peu près la cinquantaine , son âge mûr se traduisait par le port d'une barbe blanche et de cheveux de la même couleur derrière ses grosses lunettes noire on pouvait voir ses yeux bleus cependant à la différence de bon nombre de personnes il portait des vêtements d'un style assez simple, Anthea le présenta à Arnaud comme étant un grand spécialiste en matière de télécommunications.

Dr Hopper : Monsieur Mac-Arthur est un très ancien employée de la société Cyclotron, c'est un spécialiste en matière de télécommunications.
voilà qui est intéressant répondit Arnaud.
Dr Hopper : l'ingénieur Mac-Arthur est la personne qui va vous secondé pour la gestion des relais de transmission à longue distance sur le réseau.
Vraiment !! est bien je suis ravi de vous rencontrez fit Arnaud en tendant une main amicale à Mac-Arthur.
Mac-Arthur : tout l'honneur est pour moi ravi de rencontrer un grand génie comme vous.
Arnaud : je vous en prie je ne suis pas si grand génie que ça.
Dr Hopper : ne soyez pas si modeste Arnaud votre valeur n'est pas a prouvée.
Mac-Arthur : le Dr Hopper a raison votre réputation a déjà fait le tour de la société.

Arnaud ne s'attendait pas à un tel éloge il appris alors de la bouche même de Mac-Arthur que son nom était déjà devenue très célèbre au sein la société de Cyclotron.
Aussi bien par les scientifiques que les administratifs Arnaud étaient devenus une valeur sûre est un atout prometteur.
Il faut dire que Simon Watson avait sa part de responsabilité dans la propagation de cette réputation partout il faisait les éloges de son jeune protégé en rappelant à tout le monde que c'est lui qui l'avait découvert,d'une certaine manière le numéro trois de la société voulait tirer partie du statut auréolée de gloire donc Arnaud faisait l'objet en ce moment.
Cette nouvelle ravie grandement Arnaud donc l'égo pris soudainement de l'ampleur,c'est donc avec une fausse modestie qu'il remercia Mac Arthur du compliment.

Vous me flattez fit le jeune homme.
Mais c'est tout naturel vous le valez bien lui répondit MacArthur.
Arnaud : puisque vous le dites
Mac-Arthur : j'espère que de notre collaboration droit nous puissions fournir un excellent "travail" mon cher "Arnaud"
Arnaud : nous verrons bien très cher "richard"
Dr Hopper : mais ne nous égarons pas en formule de politesse il y a encore une personne que je dois vous présenter.

Jusqu'à présent la jeune femme qui se tenait au côté du Dr Hopper était plutôt restée en retrait elle ne c'était pas spécialement dévoilée pendant les échanges amicaux entre Arnaud et Richard,mais maintenant que le temps des présentations était venu elle pu apparaître au grand jour.
Mais quand la jeune femme se découvrit à lui le jeune garçon en resta bouche bée, Arnaud demeura complètement interdit devant la beauté de cette personne,
Cette jeune femme était d'origine indienne Arnaud le remarqua à la couleur de sa peau mais n'étant pas particulièrement physionomiste Arnaud ne remarqua pas tout de suite que la jeune femme en question était plutôt une jeune fille du même âge que lui.
Mais paralysés par cet apparition quasiment angélique Arnaud arriva tout juste à dire bonjour.

Bo... bonj... bonjou ... bonjour fit Arnaud en bégayant.
Bonjour Monsieur Morillon fit la jeune fille avec une éloquence naturelle.

Là Arnaud n'en fut que plus troublé non contente d'être d'une beauté rare cette jeune fille aux yeux verts émeraude avait une voie douce et enivrante,voyant que le jeune homme était visiblement troublé le Dr Hopper dut alors faire les présentations.

Dr Hopper : Arnaud laissez-moi vous présenter Mademoiselle Adhitha Lakshana.

La jeune fille qui répondait au doux nom de Adhitha avait une belle chevelure noire qui lui descendait jusqu'aux épaules,ces yeux d'un vert profond était mis en valeur par de jolies cil noire,son visage particulièrement fin et sa peau lisse était un vrai régal pour Arnaud,tout naturellement cette jeune fille dégageait une sensualité qui ne laissa pas indifférent le jeune homme qui se trouvait en face d'elle.

Subjugué par la beauté de Adhitha Arnaud en perdit tous ces moyens et resta plantée devant elle à ne rien faire alors que la jeune fille était en train de lui tendre la main pour le saluer à son tour.
voyant que le jeune homme ne lui rendait pas sa politesse la jeune fille fut quelque peu surpris par l'étrange réaction de Arnaud.

Adhitha : en tout cas je suis ravis d'avoir à travailler avec vous Mr Morillon.
Arnaud : ah oui .. oui....
Adhitha : c'est pour moi un grand plaisir.
Arnaud : tous le plaisir et pour moi
Adhitha : j'en suis ravi depuis le temps que je rêve de travailler avec vous.
Arnaud : avec moi !!
Adhitha : oui bien sûr cela fait longtemps que je suit le développement de vos travaux avec grand intérêt.

Voilà une remarque qui surprit le jeune homme apparemment cette jeune fille semblait le connaître de longue date alors que lui ne l'avait jamais vu jusqu'à présent.

Comment cela se fait-il ? demanda Arnaud
Dr Hopper : l'explication est très simple Miss Lakshana travail au service robotique de la section 3
Arnaud : c'est la section de conception et développement il me semble.
Adhitha : c'est tout à fait ça je suis attaché à la conception des systèmes de commande informatique des unités automatisées.
Arnaud : vous créez des programmes de commande multitâches automatiques
Adhitha : des sous intelligence artificiels si vous préférez
Arnaud : je comprends mieux.

Non contente d'être d'une beauté incomparable cette jeune fille était également très intelligente,le Dr Hopper expliqua à Arnaud que Miss Lakshana était une grande spécialiste des robots et des systèmes semi-autonome.
Elle avait été affectée à la section cinq pour ses capacités à gérer les sous système,c'est elle qui aurait en charge le contrôle de l'émulation de Tanit,mais avant d'entrer dans le vif du sujet la jeune fille avait de nombreuses choses à dire à Arnaud.

Adhitha : travailler avec vous est un grand honneur
Arnaud : vraiment !!
Adhitha : bien sûr je vous avoue même que vous m'impressionnez beaucoup
Arnaud : moi je vous impressionne.
Adhitha : disons que ce qui m'impressionne le plus chez vous c'est ce que vous avez accompli dernièrement.

Tous naturellement Arnaud compris que la jeune fille lui parlait de son acte de bravoure,lors de l'attaque le jeune homme s'était distingué en sauvant la société et en affrontant bravement les machines électriques déchaînées.

Arnaud : vous savez sauver la société n'a pas été si difficile que ça et je comprends que cela puisse impressionner bon nombre de personnes.

Si au début le jeune homme c'était montrer très modeste,sa "gloire" lui était quelques peu monté à la tête à tel point qui lui était désormais difficile de discerner les sous-entendus.

En fait je parlais de vos intelligence artificiels lui dit Adhitha.

Cette déclaration coupa net Arnaud dans son élan alors que lui pensait que c'était son courage qui impressionnait la jeune fille celle-ci venait de lui dire qu'il s'agissait en fait de ces créations.

Adhitha : je vous parlais des projets CG 4.3.2.1
Arnaud : mes Cartha-guerriers !!
Adhitha : il est vrai que vous les avez appelés comme ça.
Arnaud : je préfère ce nom a la dénomination NX
Adhitha : cela ne change rien au fait que vous avez créé de pur chef-d'oeuvre.
Arnaud : je n'ai que peu de mérite vous savez
Adhitha : ne soyez pas si modestes créés des intelligences artificielles aussi développer relèvent du génie.

Arnaud ne le montra que légèrement mais le compliment que venait de lui faire Adhitha lui fit extrêmement plaisir,le fait qu'une jeune fille fasse une tel éloge de son travail ne pouvait que remplir d'estime le brave Arnaud cependant la création des Cartha-guerriers n'é.tait pas la seule chose qui avait impressionné Adhitha.
En vérité la jeune fille était particulièrement reconnaissante envers Arnaud et ceci pour une raison qu'elle allait lui expliquer

Adhitha : je profite de l'instant qui m'est donné pour vous présenter mes remerciements les plus sincères.
Arnaud : des remerciements !! mais pourquoi ?
Adhitha : pour nous avoir tous sauver le jour de l'attaque
Arnaud : comme je vous l'ai déjà dit ce n'était rien, il fallait que quelqu'un agisse et j'ai agi.
Adhitha : oui mais si je suis là aujourd'hui c'est grâce à vous.
Arnaud : grâce à moi ?!
Adhitha : oui car le jour de l'attaque j'ai failli être victime d'une des machines devenues folles.

Adhitha expliqua a Arnaud ce qui c'était passé le jour de l'attaque, alors qu'elle travaillait avec d'autres collègues dans la section trois toutes les machines étaient subitement devenues folles.
Ces dernières avaient commencé à s'en prendre à tout le personnel présent sur place,pendant plusieurs minutes tout le monde avait vécu un cauchemar sans nom.
Alors que tout le monde avait réussit à se mettre à l'abri la jeune fille était restée isolée dans un couloir,c'est là qu'un photocopieur fou lui avait foncé dessus,elle avait dû courir pour lui échapper mais sa course l'avait entraîné dans une impasse,alors qu'elle était adossée contre le mur le photocopieur lui faisait face et s'apprêtait à nouveau à lui foncer dessus,mais au moment où la terrible machine allait l'écraser contre la paroi celle-ci c'était soudainement immobilisée à quelques centimètres d'elle.
La raison de tout cela était qu'au même moment sur Neo-Carthage le monstre venait de se retirer suite à la contre-attaque de Vger 2.0, si Arnaud n'avait pas intervenu à cet instant la, la jeune fille ne serait peut-être plus de ce monde à l'heure actuelle, quelque part elle ne pouvait pas s'empêcher d'être reconnaissante auprès du jeune homme même si ce dernier n'avait pas agi que pour elle mais pour l'ensemble des personnes qui se trouvaient dans la société, elle éprouvait pour lui une grande reconnaissance.

Donc encore une fois je tiens à vous remercier lui fit Adhitha en s'inclinant respectueusement
Je vous en prie ce n'est rien-lui dit Arnaud gêné par l'attitude de la jeune fille à son égard.
Adhitha : pour moi c'est beaucoup je vous dois la vie.

Devant tant de reconnaissance Arnaud ne put refuser les remerciements de Adhitha il les accepta alors en toute humilité et se dit finalement que d'avoir dû ramper dans les conduits de ventilation n'avait pas été une si mauvaise chose que ça puisque ça lui avait permis de rencontrer Adhitha.
Cela aurait pu être un merveilleux moment pour le jeune homme, mais la suite du discours que tint la jeune fille laissa Arnaud quelque peu dubitatif.

Adhitha : je vous suis donc très reconnaissante
Arnaud : et bien je suis heureux de l'apprendre
Adhitha : c'est pour ça que je compte travailler avec vous à la réussite de cette opération.
Arnaud : à ce point !!!
Adhitha : pour moi c'est devenu important.
Arnaud : vous savez tout de même que nous parlons là d'une contre-attaque.
Adhitha : je sais le Dr Hopper m'a mis au courant de ce que nous allions faire et sachez que cela ne me dérange pas.

Arnaud ne put s'empêcher d'être un peu déçu par la réponse de la jeune fille, lui qui espérait tombé sur une personne raisonnable qui auront au moins la la présence d'esprit d'émettre quelques doutes sur ce qu'ils s'apprêtaient à commettre.
et bien qu'ayant sauvé la vie de nombreuses personnes y compris celle de cette jeune fille,Arnaud ne pouvait s'empêcher de penser que le désir de contre-attaque de toutes les personnes ici présente n'était que malsain ce fut donc avec un air légèrement déçu qu'il répondit à Adhitha.

Arnaud : je vois vous êtes plutôt partisane des solutions extrêmes.
Adhitha : je vais peut-être vous étonner mais sachez que je ne suis pas spécialement favorable à tous ceci.
Arnaud : je vous demande pardon !!! j'ai du mal comprendre vous venez de dire a l'instant que cela ne vous dérangeait pas
Adhitha : dans une certaine façon je ne suis pas contre le fait que nous contre-attaquions dans la mesure où cela s'effectue selon certaines règles.

La réponse de Adhitha surpris considérablement le jeune homme jusqu'à présent celui-ci n'avait croiser que des gens favorables à cette attaque ce fut bien la première fois qu'il rencontra une personne. qui n'était pas spécialement d'accord avec ceci, intrigué Arnaud voulut alors en savoir un peu plus.

J'avoue ne pas comprendre si vous n'êtes pas favorables à cette attaque pourquoi y participer vous ? demanda Arnaud.
Adhitha : je le fais pour protéger des gens car nous oeuvrons pour une cause juste.
Arnaud : croyez-vous qu'il soit vraiment juste que d'attaquer des personnes pour protéger d'autres personnes.il y a la une contradiction.
Adhitha : mais si j'ai bien compris ce que m'a expliquée le Dr Hopper ce n'est pas vraiment des personnes que nous allons attaquer mais plutôt leur système de contrôle.
Arnaud : en effet c'est le plan initial.
Adhitha : dans la mesure où ce sont des machines et non pas des êtres humains le préjudice porté n'est pas si grave.
Arnaud : oui mais nous ne savons pas ce que la destruction de ces machines va déclencher si ça se trouve des gens pourraient être blessés.
Je trouve cette affirmation très paradoxale de votre part dit alors Richard qui se joignit à la conversation.
Arnaud : que voulez-vous dire ?
Richard : d'après ce qu'on a pu me dire à votre sujet vous avait été le premier à explorer ce monde et par la même as y causé des dégâts.

Afin de jouer la transparence la plus totale sur la nature de leurs futures activités Richard est Adhitha furent informé de tous les tenants de cette affaire on leur apprit notamment ce que Arnaud avait fait au début,la façon dont il était entré dans ce monde et ceux qui s'y étaient passés.
Et la situation semblait paradoxale Arnaud était réticent à vouloir lancer une attaque préventive à fin de détruire ce monde alors que lui-même au début n'avait pas hésité à détruire le coeur de ce système en voulant couvrir sa fuite.

Mac-Arthur : au vu de ce que vous vous avez fait il peut paraître étrange que vous ne vouliez pas recommencer.
Arnaud : à l'époque je ne savais pas sur quoi j'étais tombé le seul but qui m'animait c'était d'explorer cet univers virtuel.
Mac-Arthur : mais tout ne s'est pas passé comme vous voulez
Arnaud : oui je suis tombé sur un os, les anti-virus était particulièrement coriace j'ai dont été obligé de me défendre.
Adhitha : en détruisant ce monde n'est ce pas pas.
Arnaud : il m'ont attaqué fallait bien que je me défende contre mes agresseurs.
Adhitha : à ceci près que l'agresseur c'était vous.
Arnaud : c'est faux je n'ai jamais voulu agresser qui que ce soit j'étais juste venus en mission d'exploration.
Adhitha : à votre place que je dirais plutôt de pillage.

Adhitha était très critique vis-à-vis de Arnaud, à première vue celle-ci n'avait pas le même point de vue sur ce que devait être l'exploration,Adhitha estima que Arnaud avait agi d'une très mauvaise façon en s'introduisant discrètement dans un monde dans lequel il n'était pas voulu Arnaud se défendit bien qu'il avait émis un doute et qu'il avait toujours agi avec le consentement de son supérieur.

Obéir aux ordres de son supérieur le meilleur moyen de se dédouaner de toute responsabilité lui dit la jeune fille sur un ton très critique, il pouvait paraître étonnant que Adhitha se montre si critique vis-à-vis d'un homme qui lui avait sauvé la vie mais avait-elle tort pour autant ? le jeune homme devait admettre l'évidence en s'introduisant comme il l'avait fait dans ce monde virtuel il avait commis une grave erreur.

La discussion aurait pu s'éternisé jusqu'au lendemain mais le docteur Hopper décida de mettre un frein à tout ça, personne n'avait à débattre sur la légitimité de ce qui allait être fait, Anthea insista sur le fait que quoi qu'il en soit il fallait se débarrasser de cette menace pour le bien de Tanit.
Cette réponse pour le moins singulière ne surprit nullement ses interlocuteurs,tout le monde dans son entourage connaissait la section que le docteur hopper portait pour sa création.

Dr Hopper croyez-vous vraiment que ce soit la meilleure solution demanda Arnaud
Dr Hopper : le but de cette contre-attaque et de pouvoir nous débarrasser de toute menace qui plane sur Tanit...
....et sur le personnel de cette société ajouta Mac-Arthur
Dr Hopper : cela va de soi.
Mac-Arthur : pour cela nous devons tous être d'accord sur ce qui va être fait.
Arnaud : faut-il pour cela que l'on fasse taire notre conscience ?

MacArthur avait le même point de vue que celui de anthea,pour lui la protection des personnes travaillant dans cette société était primordiale et ceci quels que soit les efforts à fournir, Arnaud aussi bien que Adhitha ne purent contester ce point de vue là.
Mais Arnaud avait souligner un point intéressant, l'acte qu'il se préparait à commettre devait-il les rendre coupable de crimes pires que ceux qui ont été commis.
Cette question ne trouva aucun écho auprès du docteur Hopper et de l'ingénieur MacArthur seul Adhita émis une petite réserve sur tous ça..

Dr Hopper : l'affaire est donc entendue la contre-attaque sera prochainement lancée
Arnaud : elle est prévue pour quand ?
Dr Hopper : nous lançons l'attaque le 5 octobre prochain
Arnaud : c'est dans une semaine !!
Dr Hopper : oui c'est dans une semaine,c'est pour ça qu'il n'y a pas une minute à perdre vous devez le plus rapidement possible de familiariser avec ce système.
Adhitha : et comment allons-nous procéder pour cette attaque
Dr Hopper : vous allez utiliser le système des tours pour lancer la contre-attaque
Arnaud : la tour sera donc contrôlée par Tanit mais à quoi cela va-t-il servir ?
Dr Hopper : grâce à votre découverte nous savons que Tanit est en mesure de contrôler les flux magnétiques.
Mac-Arthur :
Arnaud : oui c'est ce que mes expérimentations ont démontré, mais je ne vois pas en quoi cela va nous être utile.
Dr Hopper : il se trouve que de mon côté j'ai moi-même perfectionner votre découverte.
De quelle façon demanda Arnaud.
Dr Hopper : je travaille en ce moment sur le moyen de créer une explosion EM depuis une tour.
Arnaud : une explosion EM !!!
Dr Hopper : c'est une façon non violente de détruire le système sans tuer qui que ce soit

Une explosion de EM était le moyen le moins violent qui soit pour mettre hors service tous les systèmes électroniques de leur adversaire le Dr Hopper travaillait sur un moyen de générer une telle explosion dans le monde extérieur à partir d'une tour.
Si pour le moment tout était encore assez expérimental,les recherches qu'avait effectuées le Dr Hopper avec le concours de Tanit avait abouti à un résultat étonnant.

En modifiant certains paramètres de sa fille pour permettre à cette dernière d'être plus en interface avec le contrôle d'une tour le Dr Hopper avait sans le vouloir doter ces deux dernières d'une nouvelle faculté.
La maîtresse de Carthage était maintenant capable de générer une sorte de champ de forces magnétiques dans le creux de ses mains,ce nouveau pouvoir permettait a Tanit d'être beaucoup plus offensive que par le passé, ce champ magnétique avait l'apparence d'une sphère de couleur noire parsemé d'éclairs en raison de son aspect particulier ce nouveau pouvoir fut baptisé...

------------------------------------ ORBOS CHAOS ------------------------------------

Selon le degrés d'intensités dont elle était chargée l'orbos chaos de Tanit pouvait balayer et tous désintégrer sur son passage, en effectuant une simulation l'un des techniciens du laboratoire numéro1 estima qu'avec la puissance fournie par la directive Morrigan, permettrait à Tanit de détruire un quart de Neo-Carthage si celle-ci le voulait, ce qui serait suicidaire si Tanit s'y essayaient compte tenu du lien étroit qu'il existait entre elle est la cité.....

Cependant un autre technicien estima que une seule chose serait en mesure de résister à une telle puissance,était le bouclier de cristal de Didon était le seul pouvoir capable de contrer les effets de l'orbos chaos.
Lors d'une simulation Didon avait reçu pour instruction de générer un bouclier de cristal pour permettre à Tanit de tester son nouveau pouvoir, mais contrairement à toute attente le bouclier de cristal résista à l'attaque de Tanit,même chargé à sa puissance maximale l'orbos chaos de Tanit ne parvint pas à égratigner le bouclier de Didon.
Pour une raison inconnue la Cartha-guerrière avait le seul pouvoir capable de contrer celui de Tanit,mais ce fut une curieuse similitude qui interpella le plus le technicien lors de cette expérience.
En effectuant une analyse du code source des deux intelligence artificielle le technicien constata que celui-ci était très similaire, 60 % des données qui constituait Tanit est Didon était identique ce qui faisait pratiquement d'elle des jumelles virtuelles c'est comme si toutes les deux avaient été fabriquées à partir du même modèle.
Le technicien fut le seul à remarquer cette similitude,il supposa alors que Didon n'était qu'un sous-produit de Tanit et ne prit donc pas la peine de pousser plus loin ces analyses.

Grâce aux recherches effectuées sur les tours le Dr Hopper avait trouvé un moyen de générer des champs d'énergie dans la réalité, ceux ci se présentait sous la forme de petites sphères en lévitation,malheureusement ces sphères d'énergie n'était pas assez puissante pour générer le moindre dégât,il fallait donc que la scientifique planche sur un moyen de les rendre plus offensive toutefois elle fit part de cette découverte à Arnaud dans l'espoir que celui-ci puisse trouver une solution.

Arnaud : si je comprends bien vous voulez générer une explosion EM à partir de ces spheres d'énergies
Dr Hopper : c'est l'idée ... en explosant ces sphères libéraient une onde magnétique qui pourrait détruire tous les appareils électroniques avoisinant.
Arnaud : ça pourrait marcher faut-il encore que ces sphères soient matérialisées aux bonnes endroits car nous naviguons en plein dans l'inconnu.
Dr Hopper : c'est pour ça que faute de pouvoir détruire nos ennemis du premier coup il vous faudra recueillir un maximum d'informations sur eux.
Arnaud : je crois en connaître déjà pas mal à leur sujet.
Dr Hopper : mais nous ignorons le reste... ou sont-ils ? ... qui sont-ils ? toutes ces questions sont pour le moment sans réponse.
Arnaud : j'essaierai de trouver ses réponses et peut-être que la comprendront leur motivation
Dr Hopper : leur motivation est claire ils veulent détruire Tanit.
Arnaud : comment pouvez-vous en être aussi sur ?
Dr Hopper : je le sais c'est tous ....

Anthea n'avait avoué à personne sa rencontre avec le spectre,mais ce qu'elle avait vécu ce jour-là avait suffi à la convaincre de l'importance du danger que représentait ce monde virtuel ... qu'importe ce que le spectre avait voulu lui faire croire ... qu'importe l'identité que le spectre avait usurpée pour la tromper... Anthea ne c'était pas fait avoir par les subterfuges du spectre...
Anthea lui avait dit de vive voix que la seule chose qui comptait à ses yeux c'était sa fille est quel combattrais quiconque essaierait de lui faire du mal qu'ils soient fantômes du passé ou monstre virtuel.

Rien ne vous fera changer d'avis demanda Arnaud.
Dr Hopper : en ce qui me concerne ma décision est prise ... nous devons détruire nos ennemis
Mac-Arthur : je suis bien d'accord avec vous...
Arnaud : de toutes façons je crois que nous n'avons pas le choix,ces eux où nous.
Dr Hopper : ravi de voir que vous rejoignez mon optique
Arnaud : si on veut
Dr Hopper : de toutes façons nous ne pouvons plus reculer, les hostilités ont été ouvertes nous nous devons donc d'y répondre.
Arnaud : oui mais à quel prix ?
Dr Hopper : nous payerons ce qu'il faudra pour nous assurer le bonheur.
Arnaud : espérons que la facture ne sera pas trop salée

Arnaud semblait plutôt pessimiste à cette perspective,il ne pouvait pas l'expliquer mais il sentait que tout cela allait mal se terminer,mais comment le faire comprendre au docteur Hopper.
l'obsession de cette femme à vouloir protéger sa fille virtuelle la rendait totalement déraisonnable et ça Arnaud l'avait bien compris,rien de ce qu'il pourrait dire aussi sensé que cela pourrait être ne suffirait à raisonner le Dr Hopper.

Mais leur tournait à force tergiversé sur le bien-fondé de leur action cela avait mit le Dr Hopper en retard,elle dut prendre congé elle laissa Arnaud et Adhitha aux bons soins de l'ingénieur MacArthur

Dr Hopper : bon il est temps pour moi de me retirer je vais vous laisser en compagnie de vos partenaires pour que vous puissiez vous familiariser avec le système ... Mr Mac Arthur à vous de donner les prochaines explications
Mac-Arthur : oui Docteur Hopper.

Le docteur Hopper reparti en direction du laboratoire numéro 1 afin de continuer ses propres expérimentations avec Tanit ,MacArthur resta en compagnie des deux jeunes gens pour leur expliquer globalement le fonctionnement du système, ayant participé à une bonne partie de son élaboration se système n'avait pas spécialement de secrets pour lui,mais compte tenu de l'importance de l'opération il devait se montrer le plus clair possible auprès de ses interlocuteurs qui semblaient très impressionné devant la technicité de ce système.

Arnaud : cela a l'air très compliqués comme système.
Adhitha : j'ai rarement vu un pupitre de contrôle aussi élaboré , il va nous falloir du temps pour nous familiariser avec un tel système.
Mac-Arthur : pas spécialement le système de contrôle est assez simple en soit.

L'ingénieur MacArthur fit alors une présentation rapide du système de contrôle,celui-ci était composé de trois consoles chacune destinée à l'un des membres, le poste de commande principale était extrêmement sophistiqué il était composer d'un grand écran plat accroché sur le mur et d'une console a écran tactile en guise de clavier.
L'avantage de ces systèmes et qu'ils répondent au doigt et à l'oeil ce qui offrirait à Arnaud une plus grande réactivité pour piloter sa sonde autant de technicité impressionna Arnaud qui compris que la société avait mis les petits plats dans les grands pour assurer sa défense , cette dernière c'était donner des moyens quasiment militaires pour se protéger

Ma parole mais c'est un véritable poste de pilotage que nous avons la dit Arnaud en observant de plus près la console de commande
Mac-Arthur : je crois que pour nous protéger il n'ont pas lésiné sur les moyens
Adhitha : vous avez raison c'est très impressionnant cette technologie, ce centre de contrôle ressemble à celui d'un vaisseau de StarFleet
Arnaud : pardons qu'est-ce que vous venez de dire ?
Adhitha : Oh je m'excuse je faisais référence à la série Star Trek car ce centre de contrôle me faisait penser au poste de pilotage d'un de leurs vaisseaux.
Arnaud : vous connaissez Star Trek
Adhitha : bien sûr je suis même très grande fan de cet univers
Arnaud : pas possible de moi aussi
Adhitha : c'est vrai
Arnaud : je vous le jure,je suis un inconditionnel depuis des années
Adhitha : je n'arrive pas y croire
Arnaud : il le faut pourtant ..à votre avis pourquoi croyez-vous que j'ai appelés ma sonde Vger.
Adhitha : c'est en référence au premier film de la saga
Arnaud : c'est tout à fait sa fit Arnaud

A leur grande surprise Arnaud et Adhitha se découvrir une passion commune,tous deux étaient des fans inconditionnels de la série Star Trek,ce qui les fascinait n'était pas seulement l'incroyable technologie de cet univers mais la dimension humaine que cette saga véhiculait à travers le temps.
Au vu de leur passion commune l'avenir promettait d'être chargé en discussions passionnées,sans se soucier de ce qui les entouraient les deux jeunes gens se mirent à échanger leurs impressions délaissant totalement les explications de l'ingénieur Marc Arthur qui du rappelait alors les brebis égarées.

Mac-Arthur : excusez-moi de vous interrompre vous deux mais pourrions-nous reprendre les explications.
Oui c'est vrai fit Arnaud confusément.
Désolé nous nous sommes laissé emporter par notre enthousiasme répondit Adhitha.
Mac-Arthur : je peux comprendre que vous ayez des points communs mais cela ne doit pas occulter notre objectif principal.
Adhitha : vous avez raison on doit rester concentré pour le moment.

Le quinquagénaire put alors reprendre ses explications,alors que Adhitha faisait preuve d'une attention particulière Arnaud lui n'écoutait qu'à moitié,le jeune homme ne pourrait pas s'empêcher de fixer la jeune fille qui se trouvait à côté de lui,non content d'avoir à travailler avec une beauté sublime voilà que cette dernière partageait les mêmes goûts que lui ce qui finit de subjuguer le jeune homme.
L'avenir était peut-être incertain en ce qui concernait l'opération mais une chose est sûre pour Arnaud il avait l'intention d'en apprendre un peu plus sur sa partenaire et qui s'est ...

















chapitre 30 dernier rappel

30 septembre 2005

Ce matin-là William avait décidé de faire la grasse matinée histoire de récupérer le sommeil en retard de ces nuits passées,à cause de ses cauchemars ces dernières avaient été tellement agitées que le beau ténébreux était littéralement tombé de sommeil en allant se coucher la veille .
Depuis que son colocataire était parti l'année dernière William avait eut le privilège d'être à nouveau seul dans sa chambre,et cela n'était pas du luxe car vu les réveils en fanfare de ces dernières nuits son nouveau compagnon de chambre aurait sûrement pété un plomb.

Cela faisait bientôt trois semaines que William était aux prises avec ses cauchemars,cauchemars qui lui pourrissait littéralement la vie aussi bien le jour que la nuit,mais pour une fois sa précédente nuit fut paisible ce fut même la première fois depuis la réactivation du super-calculateur que celle-ci n'était pas peuplé d'affreux cauchemar.
Du coup William avait passé une excellente nuit et avait put bénéficier d'un vrai sommeil réparateur qui fut des plus bénéfiques pour le jeune homme sans compter que ce matin la William n'avait pas cours de la matinée par conséquent il n'avait aucune raison de se lever.

Bien emmitouflés sous sa couette William goûtait aux joie de la grasse matinée,mais cette quiétude fut rapidement troublée par un événement extérieur,sans raison apparente le téléphone portable de William se mit à sonner, ce qui dérangea fortement ce dernier qui n'avait franchement pas envie de répondre il aurait bien voulu l'éteindre mais il l'avait laissée dans la poche arrière de son pantalon qui se trouvait sur sa chaise, trop fatigué pour se lever Williams préféra ignorer cet appel.
William laissa sonner indéfiniment son portable en espérant que la personne qui était à l'autre bout du fil finisse par se lasser mais il n'en fut rien, qui que soit la personne qui essayait de le joindre cette dernière était très insistante et pour compléter le tableau la sonnerie du portable était pour le moins énervante en bon rebelle qu'il etait William avait choisit la musique tonitruante du film Orange mécanique comme sonnerie d'appel.

Au bout de trois minutes William fut excédé par cette mélodie psychédélique,il avait beaucoup se mettre la tête sous l' oreiller il parvenait quand même a entendre la sonnerie, fatigué par tous cela il prit sur lui de se lever pour aller couper son portable, mais au moment ou il s'apprêtait a le faire il reconnut tout de suite le numéro inscrit sur l'écran a cristaux liquide, c'était celui du portable de sa mère bien que fatigué est sur les nerf William n'eut pas le coeur de lui raccrocher au nez c'est alors que le beau ténébreux décida de décrocher.

Allô ici William dit-il.
Allô mon chéri ici ta maman fit une voix de femme a l'autre bout.
William : salut maman.
Mère : bonjour mon chéri comment ça va ?
William : oui sa va est toi.
Mère : je vais bien .
William : c'est super alors.
Mère : dis moi tu as mis du temps a répondre tu dormais ?
William : j'étais coucher et d'ailleurs pourquoi m'appelle tu de si bon matin.
Mère : je te signale qu'il est déjà 11 heure.
Ah oui c'est vrai lui dit William en regardant l'heure sur son réveil matin
Mère : tu vois il est l'heure de se lever
William : plutôt oui.
Mère : de plus a cette heure ci je ne risquait pas de te déranger.
William : si on veux ... mais pourquoi tu m'appelle a ce matin ?
Mère : je t'appelle maintenant car je sais que tu n'as pas cours ce matin.
Comment tu sais ça toi demanda William plutôt surpris.
Mère : normal j'ai une copie de ton emploi du temps sous mes yeux.

La mère de William avait voulu prendre de nouvelles de son fils, elle avait donc décidé de l'appeler en fin de semaine car elle savait que William n'avait pas cours ce matin la,en bonne mère qui se respecte elle se doutait bien que son fils en profiterai pour rester coucher.
Après tout Catherine Dumbar connaissait bien son fils est ces petites habitudes quand il était a la maison, ce dernier était un enfant qui adorait rester coucher le matin elle était donc prêt a parier qu'elle le trouverai dans sa chambre mais que celui ci mettrais sûrement du temps a répondre au téléphone d'où l'insistance de Catherine a laisser sonner le téléphone jusqu'à se que son fils décroche et la se fut un pari gagné car William avait répondu.

Mère : alors comment sa se passe depuis ton retour
William : ça va je vais bien
Mère : tu est en bonne santé.
William : sa va plutôt bien
Plutôt bien !!! tu as un soucis lui demanda sa mère
Euh non rien du tous reprit tous de suite William.

Par mesure de sécurité William évita de dire a sa mère qu'il était très fatigué si il avait fait ça Catherine se serait inquiéter est lui aurais demander des explications,en guise de réponse William lui dit simplement que tous allait bien ce qui bien sur n'était pas vrai car William était pour le moins exténuer.
Si le manque de sommeil en était la cause William ne pouvait pas avouer a sa mère qu'il souffrait d' insomnie causé par des cauchemars atroce, pour la rassurer il se contenta de lui dire ...

... Je suis en pleine forme lui répondit William
J'aime mieux ça lui dit sa Mère.
William : comme tu dis....
Mère : et ta rentrée c'est bien passé ?
William : j'ai pas eut de soucis de ce coté la.
Mère : j'en suis ravis tu est donc prés a affronter une nouvelle année scolaire.
Oh oui je suis prés lui dit William.
Mère : c'est magnifique alors, j'espère que tu va pouvoir bien travailler car tu as promis à ton père que tu ferais des efforts cette année.
Ne t'inquiète pas Maman je me souviens bien de ce que j'ai promis a Papa lui dit William.

Durant les vacances le père de William avait une discutions très sérieuse avec son fils au sujet de son bilan scolaire de l'année dernière, Gérald Dumbar n'avait pas apprécier le relâchement donc William avait fait preuve en cours d'année.
Pour se défendre de toute attaque injustifié William lui avoua être passer par une mauvaise passe est que fatalement son travail s'en était ressentit,cette excuse était toute trouver pour expliquer son comportement étrange en cours d'année, d'un certain point de vue William n'avait pas le choix que de raconter des mensonges a sa famille, comment aurait il put avouer a son père et a sa mère qu'il était devenu l'esclave d'une entité informatique que l'avait obliger a combattre ces amis dans un monde virtuel, a coup sur il serait passer pour un fou.
Quand cette histoire de possession fut finit William avait du travailler d'arrache pied pour remonter ces notes, durant tous le temps ou il fut absent sa réplique avait considérablement fait chuter sa moyenne du deuxième trimestres, pourtant en dépit de se mauvais coup du sort cela ne l'avait empêché de passer en première.

William avait donc promis a son père que cette année il ferait tous pour rattraper ces catastrophiques échecs scolaires de l'année dernière, mais William serait obligé de cravaché dure, dans se futur cadre scolaire il n'y aurait sûrement peu de place pour l'amusement, de son point de vue tous aurait dut se passer comme ceci pour William.
Mais voila pour le plus grand malheur du beau ténébreux Xana était de retour et pire que tous un nouvel adversaire avait enlever Aelita et menaçais Lyoko.
Quand il fut mis au courant de cette affaire William compris a cette instant qu'il ne pourrait pas tenir sa promesse car il lui faudrait concilier études est combat.

Je ferais de mon mieux lui dit William
Mère : tu vas bien travailler
William : je vais tous faire pour
Mère : c'est parfait alors ton père va être ravis
William : puisque je j'ai en ligne j'aurais une faveur a te demander
Mère : de quoi s'agit il ?
William : cela ne vous dérangeraient pas si je reste à l'internat durant les vacances du mois d'octobre.

Voila une demande qui surpris pour le moins la mère de William,pourquoi son fils voulait t'il rester a l'internat pendant les vacances alors que celui se faisait toujours une joie de le quitter pour retrouver sa famille.

Mère : pourquoi veux tu faire ça ?
William : c'est pour mes études j'ai vraiment besoin de travailler.
Mère : c'est embêtant avec ton père nous avions prévu de partir en vacances prochainement
William : je sais mais j'ai des raisons de rester.
Lesquelles demanda Catherine.
William : j'ai dut travail a terminer est je suis déjà en retard.

Du travail en retard pour ne pas dire une mission a finir voila en quelle terme William demanda sa mère de prolonger son inscription afin qu'il puisse rester a l' internat durant les vacances de Toussaint.
Même si il ne pouvait l'avouer le vrai but de William derrière cette demande était de rester disponible pour Jeremie afin d'aller sauver Aelita et d'en finir avec Xana,a l'instar du beau ténébreux Odd et Ulrich avaient déjà fais cette demande auprès de leurs parents.
Il faut amusant de noter que Ulrich fit la même demande son père,mais le plus étonnant fut
que son père accepta de le laisser a l'internat durant les vacances, ce dernier fut étonnement surpris de voir que son fils voulait travailler,croyant que celui ci avait enfin compris que seul le travail comptait et non l' amusement le père de Ulrich accepta sans condition que son fils demeure a l'internat une semaine de plus, quand a Odd ces parents étaient tellement cool qu'il n'y virent aucun inconvénient a ce que le petit artiste de fils s'éclate a l'internat pendant une semaine. Cependant pour le cas de William se subite changement d'attitude surpris Catherine qui se demandait si il n'y avait pas aiguille sous roche..

Pourquoi tiens tu as rester lui demanda sa mère.
Pour finir mon travail lui répéta William.
Mère : il est vrai ce mensonge.
William : pourquoi dit tu ça
Mère : Sa métonne de ta part William toi qui d'habitude aime rentrer pour les vacances de toussaint voila que tu veux rester a l'internat.

Il était coutume chez les Dumbar de passé les fêtes de Toussaint en famille et même noël même si l'année dernière cela n'avait pas pu être possible a cause du travail de son père qui l'avait emmener a l'autre bout de la planète avec sa femme, ce fut a contre coeur qu'il avait dut laisser William a l'internat pour les fêtes de fin d'année ce qui dans ce contexte n'avait pas déranger la réplique.
Pour cette fois ces parents se faisaient donc une joie de passer les vacances d'octobre avec leur fils mais celui avait semble t'il d'autres projets se qui éveilla les suspicions de Catherine.

Mère : dis moi la vérité William pourquoi veux tu "vraiment" rester ?
William : pour travailler je te dit
Mère : je suis sur que la vraie raison est toute autre
William : que va tu imaginer !
Par hasard se serait pas au cause d'une fille lui demanda Catherine
Mais pas du tous dit William.
Je suis sur que c'est ça fit Catherine.

A cette instant William ne trouva rein a répondre, mais sans le savoir sa mère avait vu juste, a ceci près que c'était deux filles qui occupait l'esprit de William, deux jeunes filles que William c'était jurer de protéger et de sauver.

--------------------------------------------- Aelita et Yumi ---------------------------------------------

Pour la première cela semblait évident, William est ces amis devaient secourir Aelita coûte que coûte car sans elle ils ne pourraient jamais détruire Xana, par contre en ce qui concernait Yumi le sujet était plus délicat a aborder.
A bien y regarder Yumi ne courait aucun danger pourtant William était persuader du contraire car son cauchemar était toujours le même et cela n' augurait rien de bon.

A chaque fois la scène se passait sur le territoire désert,Yumi se battait contre le spectre violet qui ressemblait a Aelita, combat au terme duquel Yumi finissait pas chuter dans la mer numérique tous ça sous le regard impuissant de William.
Cela avait beau être un cauchemar il avait convaincu William de rester a l'internat pour être auprès de Yumi afin de la protéger si cela devait arriver.
La mère de William avait compris depuis le début que la demande de William cachait autre chose cette derniere voulu titiller son fils a ce sujet sûrement par curiosité.

Mère : si je comprends bien il y a une fille
Mais non maman se défendit William très maladroitement.
Serais se une futur petite amie insista sa mère.
William : sa n'as rien a voir
Mère : pourtant on m'as rapporté qu'as ton lycée il y a une fille qui ne te laisse pas indifférent
William : qui t'as raconter ça
Mère : une connaissance a toi que j'ai croiser un jour.
William : qui as put te dire une telle bétisse.
Mère : c'est la fille du proviseur il ne semble une certaine Sissi....
William : Sissi !! mais comment as t'elle put dire ça ?
Mère : elle me l'as dit l'année dernière quand nous étions venu prendre de tes nouvelles.

Le jour ou les parents de William étaient venu voir leur fils ils avaient fait la connaissance de Elisabeth Delmas la fille du proviseur,celle ci leur avait parler des relations étrange qu'entre-tenait William avec la bande de Jeremie Belpois,alors qu'il se rendait a la chambre de Jeremie pour tirer cette histoire au clair Sissi c'était entretenu avec la mère de William, elle lui raconta brièvement que son fils était fou d'amour d'un fille de sa classe et que cela était très bizarre car depuis son comportement avait changer.
Pour Sissi ce corbeau anorexique de Yumi comme elle l'appelait était responsable du changement d'attitude de William.
La mère de William avait pris cette information avec beaucoup d' inquiétude car elle avait encore en mémoire ce qui c'était passée la dernière foi que son fils c'était pris d'affection pour une fille, cela c'était terminer par le renvoi du jeune homme de son précèdent collège,craignant que se schéma ne se reproduise Catherine mis en garde son fils contre tous nouveau dérapage de sa part.

Mère : j'espère que cette fille ne va te tourner la tête.
Il n'y as pas de risque de ce coté la Yumi ne m'intéresse pas lui dit William
Mère : alors cette jeune fille s'appelle bien Yumi, c'est intéressant.
William : ne va pas t'imaginer des chose Yumi et juste une amie.
Mère : elle est vraiment qu'une amie pour toi
William : oui seulement une amie... une amie très chère a mes yeux...
Mère : a ce point la !!! est c'est pas ta petite amie.
William : je ne veux pas d'elle comme petite amie
Mère : mais pourquoi ça.
Car c'est une fille merveilleuse et que je ne voudrais pas la faire souffrir a cause de ... mon sale caractère conclu William.

En vérité le sale caractère de William n'était pas en cause,mais le jeune homme avait toujours en tête le regard plein de peine que Yumi avait un jour poser sur lui, William savait que jamais il ne se rachèterai au yeux de Yumi et que quoi qu'il fasse entre elle est lui c'était finis avant même d'avoir put commencer.
Catherine fut surpris du timbre de voix que prit son fils a se moment car celui véhiculait une pointe de tristesse ce qui surpris un peu la femme.

Mère : je ne te reconnais plus mon chéri toi qui d'habitude est ci emballer pour les histoires de coeur.
William : se n'est rien mais vois tu entre moi et Yumi c'est compliqué et je prefere qu'on n'en parle plus.
Mère : tu y tiens vraiment
S'il te plaît demanda William a sa mère.
Mère : répond moi au moins ressent tu quelque chose de plus fort pour elle que de l'amitié.
William : et bien .... c'est difficile a expliquer.
Mère : je vois c'est encore nouveau pour toi.
William : pas vraiment je crois que.... enfin je sais pas comment dire...
Mère : moi je sais...
William : tu sais !!
Mère : a ton âge on change aussi bien physiquement que mentalement et forcement on se retrouve face a une situation a laquelle on n'as jamais été confronter et face a laquelle on ne sait comment agir.
William : tu crois que c'est ça
Mère : c'est la maturité qui veux ça
William : je suis encore jeune tu sais.
Mère : que veux tu c'est comme ça les choses change, les gens finissent par changer et toi tu ne fais pas exceptions a la règle.
William : alors je grandirait en maturité
Mère : et par la même tes relations avec les jeunes filles vont évoluer de façons significative.

C'était presque un discours de psychologue que tenait la mère de Williams, mais elle tenait a informer son fils sur les changements a venir même si c'est difficile a accepter pour une mère il fallait bien qu'elle-se fasse a l'idée que sont petit garçon avait grandis et que celui ci allait tous ou tard la délaisser pour voler de ces propres ailes.
Mais Catherine tenait a lui prodiguer ces derniers conseil est avertissement au cas ou William aurait envie de pousser plus loin une éventuel relation amoureuse,aborder un telle sujet avec sa mère gêna pour le moins William qui aurait préférer en reste au stade des simples petit bisous.
Sa mère comprit rapidement qu'elle avait peut être brûler les étapes avec son fils elle rattrapa le coup en revenant sur le sujet précédent.

Mère : tu grandira est les épreuves te feront grandir
Coté épreuves je suis gratinée murmura William en pensant a Lyoko.
Tu as dit quoi demanda sa mère qu'avait pas entendu ce que William avait marmonner
William : je disais rien d'importants.
Mère : ah !!! ... enfin j' espère que tu as compris ce que je voulais dire
William : que les gens change quand il sont amoureux
Mère : tu as tous compris sache qu'il existe quelque part une fille qui est destiner a te faire changer.
William : tu crois que je la croiserait un jour cette fille.
Mère : se n'est pas le cas avec ta "Yumi"
William : elle est moi je te le répète c'est spécial est sa pourra pas marcher.
Mère : alors il te reste plus qu'a attendre celle qui sera ta vie
William : ma vie !!
Mère : je te parle de la personne qui une jour bouleversera ta vie.
William : tu crois quelle existe cette fille.
Mère : oui et un jour tu finira par la croiser et ce jour la tu ne verra plus le monde de la même manière
William : tu crois ça
Mère : c'est même certain il ne faut pas sous estimer le pouvoir de l'amour
William : l'amour peut il nous changer a se point
Mère : l'amour nous donne des ailes et révèle en nous une force insoupçonné qui nous transcende littéralement et nous rend capable d'accomplir les chose les plus folle
William : comme je l'ai fait avec Julie ...
Mauvais exemple lui dit aussitôt sa Mère.

Quand il était encore au collège Alan Turing Julie était le noms de la fille pour laquelle William c'était épris d'amour,cette folie temporaire comme il l'avait appeler depuis l'avait pousser coller des affiches sur la voiture du proviseur pour attirer l'attention de la belle ce qui fut un échec totale et la dernière fois ou William vit Julie.

C'était bien le pire exemple que William pouvait donner a sa mère après le discours qu'elle venait de lui tenir, pour elle l'amour changeais les hommes en bien en éveillant en eux les meilleurs coté de leur personne et non pas en les faisant se comporter comme de sinistre crétin.

Mère : tu verras mon chéri un jour tu vas t' épandre de quelqu'un qui va transformer ta vie
William : comment on sait que c'est la bonne personne
Mère : on le sait
William : tu le crois vraiment
Mère : ça c'est passé comme ça avec ton père, avant de me connaître il était un vrai rebelle qui ne faisait que des bêtise mais depuis qu'il m'as rencontrer il est devenu l'homme serieux qu'il est aujourd'hui.

Tel père tel fils dit le vielle adage, dans sa jeunesse le père de William était loin d'être l'homme d'affaires très sérieux qu'il était aujourd'hui, au contraire c'était une vrai tête brûler qui ne faisait que connerie sur connerie,mais le jour ou il rencontra Catherine sa vie bascula du tous au tous il décida de se construire un avenir et d' abandonner son attitude de loubard pour devenir un homme respectable.
Si William était du même genre que son père il ne manquait chez lui que le déclic qui ferait de lui un homme nouveau.

William : tu crois que sa m'arrivera a moi aussi
Mère : j'y crois car si tu as hériter du même caractère que ton père cela arrivera
William : sur
Mère : certain car tu est notre fils et que nous t'aimons
William : merci maman
Mère : bon je vais te laisser maintenant je ne voudrais pas te retenir plus longtemps il faut que tu retourne a tes "occupations"
William : merci de m'avoir appellez maman,
Mère : on se rappellera juste avant les vacances
William : pas de soucis se sa sera sans faute
Mère : alors a plus tard mon chéri
William : a plus tard maman est passe le bonjour a papa
Mère : je n'y manqueras pas allez bye.
William : au revoir Maman.

Sur ces belles paroles William raccrocha son téléphone après quoi il s'assit sur le rebord de son lit pour méditer sur ce que lui avait dit sa mère au sujet des relations humaine,
Ces explications lui avait parut un peu déroutante car elle l' obligeait a reconsidérer sa relation avec Yumi
Yumi était une fille qui lui avait taper dans l'oeil mais vu ce qui c'était passer par la suite William savait que sa ne serait plus jamais pareil entre eux,et pourtant au fond de lui il ne pouvait pas la chasser de son esprit, il éprouvait toujours quelque chose de fort pour la belle asiatique mais ce sentiment était si étrange qu'il ne savait pas si c'était de l'amour ou de l' amitié
Mais William tenait a Yumi et rein ne le ferait démordre de ça sauf si ce que sa mère lui avait dit était vrai,si quelque part quelqu'un lui était destiner William serai sûrement appeler a rencontrer cette personne.
Ce que le beau ténébreux ne savait pas encore c'est qu'il existait quelque part sur terre une personne qui dans le futur allait radicalement changer sa façons de voir le monde.


a suivre.





chapitre 30 ce que je suis...


... vraiment capable de faire voilà la vraie question dit Maeva
-
Dr Robinson : et pourquoi tiens-tu tant a le savoir ?
Maeva : parce que j'ai des doutes sur ma véritable nature.
Dr Robinson : quels genre de doutes.
Maeva : docteur nous ne devons pas nous voiler la face vous et moi savons très bien que je suis loin d'être une enfant ordinaire.
Dr Robinson : c'est vrai que tu est très spécial comme jeune fille mais sa ne fait pas de toi un être humain si diffèrent des autres.
Vous en connaissez beaucoup vous des enfants qui en effleurant des appareils électroniques les font exploser lui dit Maeva a cette instant

La réponse de Maeva fut plutôt sec,mais la jeune fille n'avait pas envie de tourner autour du pot elle voulait que les choses soit direct avec son interlocuteur, cette attitude pour le moins énergique limite agressive surpris assez le docteur Robinson qui se demandait bien quelle mouche avait subitement piqué Maeva.

Pour la jeune fille au cheveux bleu son attitude pressente était parfaitement compréhensible car Maeva était excédé par tous les mystères qui planait autour de sa personne, le fait de pas savoir qui elle est était, d'où elle venait et surtout ce qu'on lui avait fait...commençait vraiment a lui peser.

Qu'est ce qu'elle était vraiment dans le fond ? humaine elle l'était en apparence mais son corp !! son corp était une vrai mystère pour elle, celui ci était bourré d' électronique et tous ces systèmes implanté en elle lui conférai un pouvoir inconnu qui n'était pas sans conséquence sur sa vie.

Mais dernièrement un nouvelle élément avait fait son apparition, un élément apparu en pleins coeur de ces rêves, un élément qui avait fais naître chez Maeva de nouvelles interrogations, cette élément n'était autre qu'une jeune fille au cheveux rose qui était récemment apparu dans le miroir sans reflet , une jeune fille qui était la copie presque conforme de Maeva a ceux ceci près que Maeva avait les cheveux bleu et une poitrine plus développé mais sinon la ressemblance était frappante.

Qui était cette jeune fille ? ce pouvait il qu'elle soit le souvenir de ce qu'était Maeva avant son amnésie? mais malgré l' évidence Maeva en doutait.
De nombreux détail avait troublé Maeva,outre l'apparence quasi similaire qu'avait Maeva avec cette jeune fille la jeune amnésique avait été saisit par le discours inhabituelle que lui avait tenu le reflet de cette jeune fille.
Quand Maeva lui avait demander qui elle était, cette jeune fille lui avait simplement répondu quelle était l'original,l'apparition ajouta même que par rapport a elle Maeva n'était que le reflet de sa vie.

Des paroles énigmatique et sans le moindre sens pour Maeva qui poussé par la curiosité avait voulu en savoir plus sur cette mystérieuse inconnu, mais celle ci ce borna a répéter que Maeva n'était rein d'autre qu'une copie de sa propre existence.
Une copie !! un reflet de sa vie voila ce qu'était Maeva selon cette jeune fille au cheveux rose,bien sur Maeva ne voulu pas y croire un seul instant elle prétexta que sa vie lui appartenait même si elle n'en avait pas le moindre souvenir,déclarations que l'apparition contredit aussitôt en affirmant que cette vie Maeva lui avait voler et que tous au tard elle devrait le lui rendre.

Cette nouvelle révélation avait finis d'embrouiller la pauvre Maeva qui ne parvenais plus a dissocier le vrai du faux mais pire que tous cette jeune fille allat jusqu'à qualifier Maeva de démon.
Un démon !! pour Maeva il ne pouvait pas y avoir pire insulte,elle qui plus que tout au monde ne supportait pas qu'on la qualifie de monstres,voilà que ce reflet la traitait ouvertement de démons.
La jeune fille expliqua a Maeva que ce qualificatif lui correspondait bien et que malgré les apparences que Maeva pouvait prendre elle n'était ni plus ni moins qu'un démon et le pire qui est jamais vécu sur cette planète.

Voila une affirmation que Maeva réfuta de toute ces forces bien que quelque part au fond d'elle même Maeva ne pouvait pas s'empêcher de penser qu'il pouvait y avoir une part de vrai dans tous cela , la jeune fille au cheveu bleu savait pertinemment que son âme n'était pas aussi pure qu'on aurait voulu le croire, sans se l'être avouer Maeva avait conscience que quelque chose de noire sommeillait en elle, une chose obscure qui pouvait en partie ressurgir dans certaine conditions.

Son agression par Vanessa ou la tentative de viol de Samuel avait pendant un cours instant éveiller quelque chose de sombre chez Maeva,a ce moment la Maeva c'était sentit devenir quelqu'un d'autre,a la douce et introvertis petite Maeva c'était substituer un être pleins de haine est de colère animer par la volonté d' anéantir et de faire souffrir.

A bien y regarder ce reflet avait peut être raison, après tous Maeva ne savait rein de son passé qu'avait elle put faire pour que chaque personne qu'elle rencontre dans ces rêves lui en veuille a se point la ?
Le seul moyen de trouver des réponses a tous cela était que Maeva aille chercher ces réponses au fin fond d'elle même.

La jeune fille avait finis par établir une théorie sur son cas, pour elle ces souvenirs étaient lier a la manifestation de ces pouvoirs, quand ceux ci se déclenchait il avait un curieux processus qui se mettait en place permettant a Maeva d'avoir accès a certaines brides de sa vie passé.

Si l'usage des ces dons libérait sa mémoire alors Maeva avait sans doutes intérêt a maîtriser ces pouvoirs au lieux se forcer a les cacher c'est peut être cette attitude de refus a utiliser ces "dons" qui depuis le début empêchait Maeva de guérir.
Mais il apparu évident a la jeune fille qu'un usage modérer des ces capacités allait lui ouvrir de nouvelle porte mais pour cela elle avait besoin du concours du docteur afin que ce dernier l'aide a contrôler ces pouvoirs.

Alors tu y tiens vraiment lui demanda le docteur.
Je n'ai pas trop le choix lui répondit Maeva
Dr Robinson : mais ce que tu veux faire risque d'être dangereux.
Maeva : je le sais mais je suis persuadé que je peux contrôler mes pouvoirs.
Dr Robinson : tu en est sur.
Certaine même répondit Maeva.
Dr Robinson : comment es-tu arrivé à cette certitude
Maeva : vous vous rappelez de l'incident de l'hôpital.
Dr Robinson : comment oublier !!
Maeva : ce jour-là j'ai réussi à pirater le système de sécurité seulement en posant ma main sur le boîtier de contrôle
Dr Robinson : et c'est tout ce que tu as fait
Maeva : en termes d'action physique oui mais...

Maeva marqua un temps d'arrêt car ce quelle s'apprêtait a révéler au docteur était pour le moins extraordinaire ,elle voulais être sur que ce dernier soit en de bonne condition pour entendre ce qu'elle allait lui dire.

... Quand j'ai touché ce boîtier j'ai tous entrevu a travers mon esprit dit Maeva.
Dr Robinson : que veux dire par "tous entrevu" ?
Maeva : la mécanique, les circuits électroniques, leurs apparences , leurs fonctionnement j'ai tous aperçu dans mon esprit aussi distinctement que je vous vois.
Tu est sur de toi lui demanda le docteur visiblement surpris par cet incroyable révélation.
Maeva : oui docteur je n'ai pas de doutes la dessus durant un cours instant je suis entré dans une forme de transe dans laquelle tous ces éléments sont apparu
Dr Robinson : mais c'est dingue cette histoire.
Maeva : le plus fou docteur c'est que je n'ai aucune connaissance en électronique et pourtant je connaissais le fonctionnement de ce système dans le moindres détails

Le docteur avait beaucoup de mal a croire l'histoire que Maeva lui racontait, comment sa petite protégée jeune était elle capable de faire ce genre de chose ? cependant le docteur essaya de rester objectif il savait très bien que Maeva n'était pas ordinaire et que a cause de ce quelle avait d implanter en elle Maeva était capable de faire des chose surprenante,le docteur ne pouvait donc pas exclure la possibilité selon laquelle l'étrange implant dans le cerveau de Maeva soit responsable de ceci mais avant de ce lancer dans des suppositions hasardeuse il voulait connaître l'avis de Maeva sur le sujet.

Dr Robinson : en admettant que se soit possible comment explique tu cela.
Maeva : je ne me l'explique pas mais je le ressent en moi.
Dr Robinson : peux tu préciser.
Maeva : selon moi ce ne sont pas des connaissances en électronique qui explique ceci.
Dr Robinson : se serait quoi alors.
Maeva : il ne suffise d'imposer la main sur un objet électronique de fermer les yeux pour en visualiser l'intérieur le fonctionnement et agir sur ce dernier par ma seule volonté.
Dr Robinson : si je te suit bien tu visualiserai dans ton esprit l'intérieur d'une machine jusqu'au moindre boulons et pour une raison X tu arriverai a agir sur son fonctionnement.
Maeva : c'est comme si il me suffisait de souhaiter qu'une machine fasse telle ou telle chose pour que cela arrive.
Dr Robinson : d'après toi la machine t'obéirai ou du moins agirait selon ta volonté.
Maeva : ce fut le cas a l'hôpital la seule chose que je voulais quand j'ai toucher le boiter c'était d'ouvrir la porte.
Dr Robinson : et la porte c'est ouverte n'est ce pas.
Maeva : oui c'est comme ça que ça c'est passé

La le docteur nageait en pleine science fiction,le récit de Maeva tenait vraiment du surnaturel, pourtant il devait y avoir une explication scientifique a tous ça,Maeva n'était toute de même pas une magicienne.

Dr Robinson : comment une telle chose est-elle possible ?
Maeva : en acceptant certain fait j'en suis arriver a la conclusion que mon pouvoir serait une forme de télékinésie.
Dr Robinson : de la télékinésie !!! tu serais donc capable de déplacer des objets par la pensée
Maeva : pas vraiment mais plutôt d'agir sur eux.
Dr Robinson : de quel façons selon toi.
Maeva : quand on y regarde bien ces machines ont toutes un point commun
Dr Robinson : lequel ?
Maeva : elle fonctionne toute avec de l'électricité.
Dr Robinson : c'est normal pour des appareil électronique.
Maeva : justement selon moi c'est ça la nature de mon vrai pouvoir
Dr Robinson : que veux tu dire ?
Maeva : mon pouvoir ne serait pas de la télékinésie mais une capacité me permettant de contrôler les flux électriques parcourant ces machines.
Dr Robinson : tu aurais dont le pouvoir de contrôler l'électricité.
Maeva : d'une certaine façon oui
Dr Robinson : ton pouvoir serai une sorte d'éléctrokinésie.
Maeva : j'en suis même sur
Dr Robinson : comment es-tu arrivé a une telle conclusion ?

Maeva se tu à nouveau, elle n'avais pas envie de répondre a cette délicate question tous en sachant que le docteur ne se contenterais pas d'une absence de réponse de sa part.
Maeva aurait voulu éviter le sujet mais le docteur insista pour connaître la raison qui avait poussé Maeva a croire que ont pouvoir était d'origine électrique car entre le faite d'avoir un corp remplis d électronique et la capacité de contrôler des flux électrique il y avait quand même un grand pas.

Alors Maeva peut tu me dire comment tu est arrivé a cette conclusion lui demanda le docteur
et bien c'est que ... hésita Maeva
c'est quoi demanda le docteur
Maeva : c'est plutôt ... enfin c'est ...
Dr Robinson : c'est quoi ?
Maeva : c'est l'incident avec Samuel qui m'as fait prendre conscience de ceci
Dr Robinson : Samuel !!!
Maeva : c'est ce qui est arrivé qui m'as mis la puce a l'oreille
Dr Robinson : je ne vois pas pourquoi
Maeva : moi je le sais
Dr Robinson : explique toi
Maeva : comme vous savez j'ai réussi à le mettre hors d'état de nuire quand il a voulu me ...enfin vous voyez...

Difficile pour la jeune fille d'évoquer Samuel sans repenser a la tentative de viol donc Maeva avait fait l'objet,mais plus que le souvenir de cette affreuse expérience il était plus difficile a Maeva d'avouer a son protecteur se qui c'était passé cette nuit la.
Pourtant Maeva devait prendre sur elle et surmonter sa peur afin d'aller de l'avant se fut non hésitation qu'elle lui appris au docteur la terrible vérité.

Maeva : quand il a voulu me violer j'etais a sa merci et vu comme je suis bâti une si frêle jeune fille comme moi n'aurais jamais réussi à me débarrasser d'un type comme Samuel si...
Si quoi fit le docteur.
...si je ne l'avais pas électrocuté au niveau de la tête fit Maeva.
Dr Robinson : oui avec la lampe de chevet je présume
Non avec mes mains répondit Maeva en présentant ces mains au docteur.

Cela ne surpris le docteur qu'a moitié Maeva avait des dons particulier qui l' autorisait a faire pas mal de chose peu communes mais quelle soit capable de générer des décharges électrique dans les paumes de ces mains restait une chose extraordinaire,mais le docteur ne put que croire Maeva quand cette dernière affirmait avoir électrocuté Samuel
Le rapport d'un des médecin qui avait soigné l'aide soignant violeur avait établis que son corp portait des traces de brûlure d'origine électrique au niveau des tempes, tous le monde avait cru que Maeva c'était servis de la lampe de chevet pour se défendre,mais le docteur se doutait bien que Maeva n'avait utiliser aucun artifice mais qu'elle l'avait fait avec ces propres mains

Dr Robinson : alors c'est vrai !!!
Maeva : vous devez me croire docteur ça c'est passé comme ça
Dr Robinson : je te cache pas que j'ai beaucoup de mal a l'admettre
Maeva : et moi a l' accepter
Dr Robinson : sa peut se comprendre a l'idée que tu soit capable de ça il y a de quoi ...
... avoir peur fit Maeva.
Dr Robinson : c'est le mot.
Maeva : si je peut faire ça vous imaginer bien que je suis en mesure de faire plus
Dr Robinson : comme par exemple dérégler des appareil électriques.
Maeva : entre autre.
Dr Robinson : avec un telle pouvoir tous deviens possible, tu serais en mesure d'agir sur n'importe quelle machine.
Maeva : sa nous le savons déjà
Dr Robinson : climatiseur,scanner, système de sécurité ,rein ne serait en mesure de te résister
Maeva : a moi seul je suis plus destructrice qu'une bombe EM
Dr Robinson : je t'en prie n' exagère pas, tu n'est pas une arme.
Maeva : de fois je me le demande ou vu des dégâts que j occasionne ..
Dr Robinson : pourquoi est ce que tu dis ça ?
Maeva : a cause de mes rêves et de ce que j'en apprend, chaque vision ,chaque personne que je croisse me haïssent.
Dr Robinson : tu me le dis souvent
Maeva : ces apparitions me haïssent car elle me reproche d'être nuisible et de faire le mal et je me demande si elle n'ont pas raison dans le fond.
Dr Robinson : se sont des rêves tu ne dois pas y apporter du crédit seul les fait comptes
Maeva : mais je peux pas les ignorer, tous comme le faite qu'on ne sait rein sur moi qui c'est dans le fond je suis peut être une mauvaise personne.
Dr Robinson : ça m étonnerais tu as bon coeur et tu ne veux .....
.... Qu'en savez vous lui dit Maeva dit en regardant sévèrement le docteur.
Maeva qu'est ce qui te prend ? lui demanda le Dr Robinson surpris par la réponse agressive de Maeva
Arrêter de croire que je suis une innocente jeune fille si sa trouve je suis tous le contraire lui dit Maeva de façon abrupte.

Maeva avait les nerfs en pelote et l'attitude condescendante du docteur n'arrangeait rien a la chose,cette homme s'obstinai a voir Maeva comme une victime mais jamais comme un bourreau, pourtant Maeva doutait d'elle même et de ces sentiments,l' ambivalence prédominait plus que jamais chez la jeune fille qui se voyait partager entre le bien est le mal et en elle la colère c'était semble t'il substituer a la douceur.

Maeva !! qu'est ce qui prend te prend lui demanda le docteur
Maeva : désole .. pardon je sais pas ce qui m'as pris ...
Dr Robinson : je comprend tu est troublé par tous cela et tu réagis de façons agressive
Maeva : c'est peut être ça.
Dr Robinson : sûrement même l'agressivité est un verrou de sécurité qui permet d évacuer certaine de nos tensions comme la peur et le doute.
Maeva : le doute m'assaillit c'est vrai mais la peur je ne sait pas.
Dr Robinson : les deux vont de paire tu sais, c'est pour ça qu'il est important de savoir les gérer
Maeva : comment faire
Dr Robinson : pour cela tu dois te montrer plus forte au niveau de ton caractère.
De la force et du caractère je n'en est pas affirma la jeune fille
Dr Robinson : au contraire Maeva , tu est très forte quoi qu'on en disent
Quand savez vous docteur vous n'êtes pas a ma place que je sache
Dr Robinson : oui c'est vrai mais je ressens en toi cette force qui selon toi te fais défaut.

Maeva était pleine de doute et de peur ce qui générait chez elle de la colère,une colère que la jeune fille n'arrivait pas a maîtriser et qui la rendait agressive dans ces propos ce qui parfois faisait que sont surnom de sauvageonne n'était pas usurper.
A force d'être persécuter Maeva avait dévelloper une certaine méfiance vis a vis de son entourage et les derniers événement n'avait rein arranger sans compter les cauchemars qui peuplaient ces nuit
A cause de tous ça Maeva était devenu très défaitiste au point de tous voir de façons négative a commencer par ces propres sentiments,en effet la jeune fille souffrait d'une grave crise de confiance envers elle même.
Mais le docteur était persuader qu'il n'en était rein et que Maeva avait en elle tous ce qu'il fallait pour surmonter ces épreuves il fallait juste quelle est confiance en elle.

Dr Robinson : Maeva arrête de voir en toi que les mauvaises choses et cherche aussi les bons coté qui font ta personne.
Maeva : lesquels
Dr Robinson : et bien tu est aimable,gentille,souriante,généreuse,intelligente,tolérante ,ouverte,espiègle et tu ne cherche jamais querelle a qui que se soit autant de qualité qui font de toi une personne bien.
Maeva : tous cela suffit il a faire une personne bien.
Dr Robinson : en partie car sa serait mentir que de dire que cela constitue tous ton être
Maeva : je ne comprend pas la
Dr Robinson : vois il y a une vérité que tu dois admettre car elle prévaut pour tous être vivant
Maeva : quelle vérité ?
Dr Robinson : ne te reproche pas le mal car il fait partie de toi,de moi et de tous les autres
Maeva : même les gens qui agissent mal comme Samuel, Vanessa, le docteur Holstein ,etc....
Dr Robinson : les gens qui agissent mal ne font que extérioriser la mauvaise partie de leur être,en vérité il est manichéen de penser que tous est sépare alors que c'est faux
Maeva : c'est quoi cette vérité alors
Dr Robinson : la vérité c'est que ...

... Le bien est le mal sont les deux faces d'une même pièce l'un ne peut exister sans l'autre ...

Maeva : c'est étrange comme notion
Dr Robinson : tu as bien dis qu'il y as du mal en toi et même que tu pouvais avoir été une mauvaise personne par le passé.
Maeva : c'est ce que je crois
Dr Robinson : admettons mais aujourd'hui qu'en est il ? est tu une mauvaise personne ?
Maeva : non bien sur que non
Dr Robinson : alors puise de la force en cela, tu as des qualités est des défauts sert toi en.
Maeva : pour faire quoi.
Dr Robinson : pour devenir forte et croire en toi.
Maeva : mais le reste, mes mauvais coté je dois les ignorer.
Dr Robinson : tu dois apprendre a les accepter comme faisant partie de toi et ceci quoi que t est pus faire par le passé.
Maeva : même si j'ai été une mauvaise personne.
Dr Robinson : tu devras l' accepter car le passé c'est le passé on ne peut pas revenir en arrière
Maeva : mais j'ignore tous de mon passé.
Dr Robinson : Un jour peut être sa te reviendras
Maeva : et que devrais je faire ce jour la ?
Dr Robinson : il n'y a que toi qui as la réponse a cette question.

Ces origines,sa véritable nature , son identité,autant de questions auquel Maeva devait trouver des réponses, que se soit le bien ou le mal qui prédomine en elle Maeva devrait faire avec
Désormais Maeva était plus que déterminer a percer le mystère de ces origines et quoi qu'elle découvre sur son passe elle serait forcement obliger de vivre avec c'est donc avec cette détermination que Maeva pris sur elle d'accepter sa condition est d'avoir a affronter avec courage ce qu'il l' attendait.

Maeva : alors je trouverai ces réponses
Dr Robinson : et je t'y aiderais

















chapitre 30 délégations

Partie 01

01 août 2005 - 11 h 42

Et bien quoi vous n'êtes pas encore prêt !!!

Je finis de faire ma cravate après quoi j'enfile mon haut de smoking et la je serais près répondit le colonel.
M Cartwright : mon colonel je vous rappelle que la démonstration commence dans 3 heures.
C Perec : je le sais inutile de me le rappeler nous avons le temps
M Cartwright : justement non ! notre timing doit être précis nous avons rendez vous avec le professeur Kessel dans 52 minutes a l'auberge "du rieur sanglier"
C'est très précis dit le colonel en nouant sa cravate.
M Cartwright : on se doit d'être a l'heure pour notre rendez vous
C Perec : rassurez vous on y sera a temps.
M Cartwright : cela m'étonnerai si vous continuer a traîner de la sorte
C Perec : je ne traîne pas je m' habille
M Cartwright : vous auriez put vous changer plutôt quand même.
C Perec : je parie que vous sa fait des heures que vous êtes prête.
M Cartwright : je suis laver coiffer habiller depuis 1 heure déjà.
Sa ne m'étonne pas dit le colonel sur un ton sarcastique.
Dois je y voir un sous entendu queqlu'onque dit le major.
C Perec : un compliment plutôt, pour une fois que c'est pas la femme qui fait attendre mais l'homme.
M Cartwright : c'est une affirmation purement matchiste je trouve.
C Perec : non je ne suis pas d'accord c'est un faite ... les femmes on tendance a traîner dans salle de bain des heures.
M Cartwright : je ne suis pas d' accord il y a des exception des fois
Vous avez raison j'en est une devant moi dit le colonel en parlant du major.

La discutions entre le colonel est le major ne semblait pas voler bien haut,alors que se dernier était entrain de se changer le major avait fait irruption dans sa chambre en ayant pris soin tous naturellement de frapper a la porte.
Mais quand elle était entrer elle avait constater que ce dernier n'avait pas finis de mettre sa tenue de réceptions alors qu'ils étaient tous deux a deux doigt de partir,le major et le colonel avaient un horaire très pointue a respecter et ce dernier ne semblait pas plus presser que ça, au contraire il prenait son temps et sifflait l'air de rien.
Ce manque de vélocité a s'habiller avait agacer le major, ele se mit a stresser le colonel se qui avait dons d'excéder l'officier qui en retour se montra assez désobligeant avec la jeune femme en lui lançant des petite attaque en dessous du tailleur...

M Cartwright : j'essaie de respecter les horaires c'est primordial pour une mission
C Perec : je vous en prie major on va pas revenir sur le respect des horaires
M Cartwright : je pense que sa vous ferais pas de mal.
C Perec : on est pas en retard on a le temps
M Cartwright : dois je vous rappelez que nous avons 30 minutes de route avant d'arriver a notre point de rendez vous.
C Perec : ce qui me laisse 22 minutes pour finir de m' habiller.
M Cartwright : vous êtes incorrigible
C Perec : on me le dit souvent.

Contrairement au major le colonel n'était pas spécialement stressé, il faisait même preuve d'un calme olympien et prenait le temps de s'habiller,à côté de lui le major commençait à s'impatienter,la jeune femme pensait que son supérieur prenait trop à la légère cette affaire mais il n'en était rien
Le colonel avait pleinement conscience des enjeux en cours cependant il estima qu'il était inutile de stressé compte tenu de ce qui allait se passer, de l'agitation et du stress il y allait en avoir dans quelques heures, l'officier savait donc qu'il était inutile de se prendre la tête alors que rien n'avait encore commencer.
Conformément au plan qui avait été établi le colonel et le major devait retrouver le professeur Kessel dans une petite auberge située à quelques kilomètres de là société Cyclotron de la ils partiraient tous ensemble assisté à la grande démonstration qu'avait organisée Henry Hopkins afin d'y semer le trouble.

Cette mission cela faisait maintenant plus de quatre mois que le colonel s'y préparait quatre mois durant lesquels la situation avait évolué, depuis le passage du virus Tsunami Xana ne c'était plus manifesté, quel que soit l'endroit dans le monde toute trace de son activité avait semble-t-il disparu.

A première vue l'opération qui avait été menée en secret pour le combattre avait semble-t-il porter ses fruits les militaires se félicitèrent de l'excellent travail accompli, à travers le monde les services secrets avaient démantelé pas moins de 90 super-calculateurs tous équipés de Quadrihoppes même si la plupart étaient déjà tous hors service,mais l'exploit restait de taille car il avait fallu les localiser .
Une partie de cette flagrante réussite fut également attribuée au major Cartwright,les filtres anti-Xana qu'elle avait inventé c'était montrée particulièrement efficace dans leur lutte contre la terrible intelligence artificielle.

Pourtant une personne ne partageait pas cet enthousiasme il s'agissait ni plus ni moins que de Sigmund Kessel, le vieux scientifique restait persuadé que c'était le programme Multi-agent de Waldo qui avait détruit Xana.
Pour lui il ne faisait aucun doute que le programme qu'il avait en partie contribué à créer avec l'aide de Waldo était le vrai responsable de la disparition de Xana, depuis le 28 mars 2005 ce programme était connu à travers le monde sous le nom de virus Tsunami, telle la vague dévastatrice du même nom ce programme avait balayer toute trace de l'existence de Xana.

Celui-ci avait frappé le monde le jour où Waldo et la sphère avait disparu du laboratoire d u professeur Kessel, Waldo avait averti Sigmund que le programme conçu n'était que fragmentaire ce dernier devait servir de complément a un autre programme mis au point par les alliés de la fille de Waldo, apparemment c'était ces personnes qui avait lancer le fameux programme et ceci depuis un lieux inconnu, la vague virtuel avait ce jour la créer un grand chambardement sur le réseau mais au moins elle avait permis d'éradiquer ce satanée programme qu'était Xana.

Toutefois cette victoire avait un goût amer car depuis cette époque Waldo n'avait plus donné signe de vie, Sigmund avait alors entrevu le pire des scénarios, selon lui il était fort probable que Xana est réussit à se débarrasser de Waldo peu de temps apres que celui-ci est transmis le fameux code source de son programme aux alliés de sa fille, si cette supposition se révélait exacte alors créateur et créatures auraient disparu pour de bon.

L'idée même que son ami est put succombé aux attaques de Xana ne manqua pas d'attrister Sigmund, toute sa vie Waldo aura été obligé de se comporter comme un fugitif,et quand bien même les services secrets avait la preuve de son innocence et que Xana soit détruit ce dernier n'aura jamais pu profiter d'une vie d'homme libre,en mémoire de son ami Sigmund n'avait plus que deux choses à faire.

La première d'entre toute était de retrouver la fille de Waldo afin de lui offrir une vie normale,Sigmund se doutait bien que les 23 dernières années de la vie de Aelita n'avaient pas dû être "rose", le vieux scientifique voulait offrir a Aelita un nouveau départ en lui offrant un foyer et une famille de remplacement à savoir lui-même, ce sera pour lui une façon d'honorer la mémoire de son ami disparu.
Mais pour l'heure ces recherches était rester vaine, il n'avait pas réussi a retrouver la trace de Aelita Schaeffer,une des pistes qu'il avait trouver l'avait conduit a une jeune fille devenu DJ... une certaine Aelita Stones mais la sa ne collait pas car cette jeune fille avait tous juste 14 ans alors que la fille de Waldo devait en avoir 23
Mais Sigmund ne désespérais pas de la retrouver un jour elle est ces compagnons pour les remercier de tous ce qu'il avait fait pour l'humanité

La deuxième chose que devait faire Sigmund après avoir retrouvé la fille de Waldo ce serait de s'assurer avec elle est ces alliées que Xana était définitivement mort car un retour éventuel de sa personne ne pouvais pas être exclu et ceci à cause d'un problème épineux.
En admettant que Xana était bien mort l'affaire était loin d'être terminée, il y avait encore à résoudre le problème de la diffusion des Quadrihoppes à travers le monde et en particulier le cas de Mr.X.
Mr.X et son organisation de malfrat posait de nombreux problèmes au services secret à cause de leurs activités illicite ils étaient bien capables de ressusciter involontairement Xana.
Si des super-calculateurs continuaient a être équipés de micro puce Quadrihoppes sans le moindre contrôle, il constituait a coup sur un vivier propice à la renaissance de Xana, ce qui serait forcement un désastre à l'échelle mondiale.

Pour se prémunir d'une telle éventualité les services secrets n'avaient pas d'autre choix que de stopper les activités de Mr.X, mais l'opération s'avérait délicate ils leur étaient impossible de s'attaquer a Cyclotron de front, par crainte de représailles et de scandales ils étaient obligés d'agir en toute discrétion.
Le premier ministre anglais avait été averti de l'opération qui devait se dérouler,celui-ci n'était pas spécialement favorable à ce que l'on s'attaque à un homme aussi puissant que Henry Hopkins.
Ce respectable citoyen britannique avait beaucoup d'influence au sein du gouvernement,à coup sûr ils seraient de mauvaise presse que d'impliquer cet homme dans une sinistre affaire d'espionnage sans ébranler pour autant la classe politique, économique et scientifique du pays

Mais comme il s'agissait avant tout de sécurité nationale voire mondiale le premier ministre ne pouvait pas s'opposer à cette enquête car la vie de millions de concitoyens anglais était en jeu.
Le premier ministre et le ministre de la défense donnèrent donc leur accord pour qu'une opération d'infiltration soit effectuée avec toutefois la recommandation d'agir avec la plus extrême prudence, la consigne fut relayée a toutes les personnes impliquées dans cette opération, le général Ryan le lieutenant Fraggle ainsi que le major Cartwright avaient été clairement mis au parfum par leur état-major, ils ne devaient pas faire de vagues dans cette histoire.

Le fait d'avoir a marcher sur des oeufs expliquaient en partie la grande nervosité dont le major faisait l'objet ,la jeune femme connaissait très bien les limites à ne pas dépasser dans ce genre de situation délicate , si pour elle c'était très clair il n'en était pas de même pour son "Français" d'officiers supérieurs, avec le tact qui lui sied si bien le colonel avait la fâcheuse tendance a aller à l'encontre des protocoles britanniques et des règles de bienséance,c'est ce côté franchoullard et limite irresponsable qui inquiétait énormément le major.

M Cartwright : alors vous êtes prés
C Perec : je le suis
Est bien c'est pas trop tôt dit le major.
C Perec : détendez vous major on va pouvoir partir
M Cartwright : alors allons y

Le major et le colonel quittèrent leur hôtel a 12 h 04 pour se rendre au lieux de rendez vous fixer par Sigmund.



Partie 02

01 août 2005 - 12 h 53 hôtel restaurant "le rieur sanglier"

Le temps était nuageux pourtant l'après-midi s'annonçait très ensoleillé dans la campagne anglaise, après avoir roulé pendant plus d'une demi-heure sur les voies rapides le colonel et le major arrivèrent finalement devant l'hôtel restaurant du "rieur sanglier" où devaient les rejoindre Sigmund.
Les deux agents secrets n'eurent pas attendre très longtemps car le vieux scientifique était déjà présent sur place,il vint personnellement les accueillir à l'entrée de l'hôtel.

Enfin vous êtes là s'exclama le vieux scientifique
Comme vous pouvez le voir lui répondit le colonel
M Cartwright : nous sommes bien arrivé
Sigmund : je suis ravis de vous revoir
et nous donc professeur Kessel répondit le major
Sigmund : vous avez fait bonne route
C Perec : on as pas eut trop de problème

Ce fut pratiquement à bras ouverts que le vieux scientifique accueillit ,les deux officiers ,il pouvait paraître curieux que cette antimilitariste convaincu se montrent aussi heureux d'avoir affaire à deux agents des services secrets mais il avait ces raisons apres tous il combattait tous le même ennemi donc forcement sa uni.
Cela faisait maintenant plus de trois mois que le colonel et le major n'avait pas revu Sigmund celui-ci avait préféré rester à l'écart le temps de mettre au point son propre plan toutefois il avait gardé le contact avec le colonel via Internet par l'intermédiaire d'un réseau sécurisé
Puisqu'il avait un peu de temps devant eux ils entrèrent dans le restaurant afin de discuter des dernières phases de l'opération.
Il se mirent à une table et la Sigmund commanda trois café à la serveuse qui pris bonne note de la commande en attendant leurs boissons les trois personnages discutèrent de la marche à suivre.

Alors tout est en ordre l'opération va pouvoir commencer demanda Sigmund.
M Cartwright : nous avons reçu le feu vert de nos services, l'opération " CHAOS " peut commencer.
Parfait fit Sigmund qui se réjouissait de la nouvelle.
M Cartwright : toutefois je dois vous avertir que nous avons reçu comme consigne d'agir avec la plus grande prudence.
Sigmund : je comprends votre gouvernement veux éviter de faire des vagues avec cette histoire.
M Cartwright : il faut les comprendre, Henry Hopkins n'est pas n'importe qui
Sigmund : ce n'est pas moi qui faut le dire, ça je le sais très bien.
C Perec : vous pensez que tout va bien se passer
Sigmund : il n'y aura pas de problème même si quelque part se me dérange
C Perec : je vous comprend le professeur Hopkins est ami de longue date pour vous c'est pas facile.
Sigmund : c'est comme si je lui donnait un coup de poignard dans le dos
M Cartwright :
C Perec : dites vous que c'est pour la bonne cause après tous nous lui rendons service dans cette histoire.
Sigmund : j'espère qu'il le verra ainsi
M Cartwright : nous oeuvrons pour le bien être de l'humanité sa je suis sur qu'il le comprendra.
C Perec : vu ce qui nous menace on peut pas nous le reprocher
Sigmund : la destruction de Xana justifie telle ceci
de toute façons c'est lui ou nous dit le colonel.
Sigmund : l'ennui c'est que nous ignorons s'il est totalement détruit
M Cartwright : C'est là un mystère qu'il nous faudra éclaircir, si Xana a survécu il serait capable de revenir.
C Perec : nous devons tous faire pour que cela n'arrive pas et nous n'avons qu'une solution pour ça...
... démasquer MrX conclut Sigmund

Pour stopper Xana les services secrets n'avaient pas le choix ils devaient stopper la diffusion des Quadrihoppes et le seul moyen qu'il avait c'était de neutraliser toutes les activités de Monsieur X.
Pour cela il fallait d'abord découvrir son identité secrète, la seul solution qu'ils avaient c'était d'amener ce dernier a se découvrir ou a commettre une erreur.
Pour pousser Mr x a la faute il allait créer un petit remue ménage lors de l'exposition de Cyclotron,mais celui qui allait prendre le plus de risque étaient surtout le professeur Kessel.


Sigmund : de façon dans cette histoire c'est moi qui vais m'exposer publiquement, votre rôle a vous se contentera seulement à appuyer mes affirmations
M Cartwright : nous le savons
C Perec : vous croyez vraiment que cela va obliger Mr.X à se démasquer
Sigmund : il n'y a pas de doute là-dessus M. X. vous connaît, si il vous voit alors de la représentation sa va le faire réagir.
C Perec : espérons que ça va l'obliger à se manifester car on est même pas sûr que cette personne se trouvera a Cyclotron lors de sa fameuse représentation
Sigmund : cette obligée seule une personne ayant accès au niveau 5 a pu détourner la technologie des Quadrihoppes.
C Perec : ce que je ne comprends pas c'est pourquoi ne c'est-il pas contenté de voler les plans
Sigmund : les Quadrihoppes fonctionne sur un principe quantique bien particulier,il ne suffit pas d'avoir les plans pour les reproduire, il y a aussi tout un processus pour les activer et celui-ci est tenu secret seul Henry Hopkins connaît le procédé
M Cartwright : et vous je présume
Sigmund : non !! moi je ne connais que le moyens de les fabriquer mais pas pour les activés
C Perec : ce qui voudrait dire que Mr.X connaît le secret de leur activation
Sigmund : j'en doute,sinon il pourrait très facilement fabriquer des Quadrihoppes n'importe ou dans le monde or ce n'est pas le cas puisqu'il continue de s'approvisionner chez Cyclotron.
C Perec : comment se fait il que personne ne se rende compte du vole de ces puces
Sigmund : car se sont des copie qui sont vendu pas les orignal
C Perec : les Quadrihoppes vendu dans le monde ne serait que des imitations.
Sigmund : c'est le cas se sont bien des répliques identiques mes analyses sont formel cependant elle fonctionne bien sur le principes des Quadrihoppes.
C Perec : se serait des copies fonctionnelles.
M Cartwright : pourtant les micros-puces que vous avez analysés sont bien des Quadrihoppes.
Sigmund : c'est bien se qui m' interpelle comment Mr X a t'il pus les reproduirent a l'exactitude.

Durant le mois qui suivi le virus de Tsunami les services secrets c'étaient employés à récupérer toutes les Quadrihoppes détruite afin d'éviter que des personnes ne s'en emparent
Par la suite le majors aider de Sigmund avait procédé à l'analyse de ces composants,le premier constat qui était apparu était que ces carte électronique avaient été endommagé par une violente décharge d'énergie,visiblement le virus Tsunami semblait bien être le responsable de la destruction de ces cartes ce qui conforta l'idée de Sigmund selon laquelle le programme Multi-agents de Waldo avait bien fonctionné mais il se cacha de donner cette information aux services secrets pour ne pas les mettre sur cette piste.

Mais en poussant à fond l'analyse de ces composants Sigmund avait décelé une anomalie de toute évidence les cartes qu'ils avaient entre les mains n'étaient pas les originales mais de vulgaires copies qui étaient tout aussi fonctionnelles connaissant le principe de fonctionnement de ses systèmes Sigmund savait que cela est impossible à moins que ces cartes ne soyent activées par le processus secret de Henry.
Dans ce cas il y avait là un véritable mystère...la question était de savoir comment Mr.X avait pu avoir accès à un tel procédé.

Sigmund : en conclusion seule une personne travaillant chez Cyclotron a pu aura accès à ce procédé activation.
C Perec : si je comprends bien notre homme fabriquerait de fausses cartes micro puces mais ils feraient en sorte de les rendre authentiques en les activant avec le processus secret de Henry Hopkins.
Sigmund : c'est ce que je pense
M Cartwright : mais c'est terrible ça, imaginez combien de carte il a put créer en faisant comme ça.
Sigmund : le nombre donne le vertige
C Perec : raison de plus pour nous de stopper Mr.X avant qu'il ne soit trop
M Cartwright : vous avez raison si Mr.X en refabrique une centaine le pire est a craindre
C Perec : personnellement j'ai pas envie de revoir Xana de si tôt
M Cartwright : moi de même.
C Perec : aucun de nous ne le souhaitent Major une telle abomination doit être détruite en
Sigmund : la dessus on est d'accord.

L'opération en cours avait son importance plus que jamais le colonel et le major étaient décidé à stopper Mr.X et son organisation,si à cause de ces irresponsable Xana devait revenir à la vie les conséquences seraient plus que catastrophiques car tous seraient à recommencer.

Qu'importe les risques qu'il faudrait encourir le major et le colonel devaient d'une manière ou d'une autre obligé Mr.X à se dévoiler est l'occasion allait leur être fournie si lors de cette manifestations si il pouvaiten l'amener à commettre une faute cela permettrait peut-être aux agents secrets de découvrir sa véritable identité.

En ce qui concernait l'identité de M. X. Sigmund avait mené sa petite enquête personnel,grâce à des informations qu'il avait réussies à récolter de la part de certains scientifiques travaillant à Cyclotron.

Sigmund se cacha bien de dire au militaires qu'il avait réussies à recueillir des informations peu de temps avant il avait été contacté par Henry ce qui lui avait permis d'entrer en contact avec d'autres personnes au sein de la société et notamment un certain professeur Kinsley

Ce Mr travaillait semble-t-il sur un procédé appelé matérialisation mais le scientifique ne c'était pas spécialement étalé sur la nature de ses travaux à cause de la clause de confidentialité qu'il avait signé avec l'entreprise mais il avait informer le Dr Kessel que certaine pratique louche se passait au sien de la société en corroborant les informations que lui avait déjà remis Waldo, Sigmund avait peut-être une idée de la véritable identité de Mr.X

Mais avant de pouvoir ouvertement accusé cette personne il lui fallait des preuves supplémentaires
Sigmund se cacha un bien de faire part de ses théories aux militaires,il n'avait pas pleinement confiance en eux car ils savaient que dans leur activité et de simples suspicions suffisent à faire de vous un coupable,Sigmund avait encore en mémoire ce qui était arriver a Waldo,alors qu'il était innocent il avait été designer comme la personne responsable du sabotage de Carthage
Sigmund ne voulait qu'une telle injustice frappe a nouveau un innocent, pour accuser Mr X 'il fallait des preuves solides et Sigmund comptaient bien les trouver mais dans l'immédiat la chose la plus importante était de se rendre à Cyclotron car d'ici quelques heures à peine l'opération "CHAOS" allait être lancées et cette opération allait faire de bruit.



Partie 03

01 août 2005 - 13 h 37 Cyclotron

La voiture arriva devant la grille d'entrée des bâtiment de Cyclotron,d'un point de vue général l'extérieur semblait assez austère,le centre de recherche dans son ensemble était constituer de gros bâtiments gris d'aspect carré imbriqué les uns dans les autres, le colonel ne fut nullement surpris par cette configurations très particulières car avant de venir ici il c'était renseigné sur le site.
C'est ainsi que le colonel avait appris que les bâtiments qu'occupait actuellement la société n'était autre qu'une ancienne base militaire utilisée pendant les années 60.
Totalement laisser a l'abandon cette dernière avait été racheté dans les années 80 par Henry Hopkins pour y aménager son laboratoire, l'attrait particulier que le scientifique avait pour ce site était dû au fait que celui-ci était constitué d'un vaste réseau souterrain d'abri antiatomique.
Pour le professeur Hopkins une telle structure était idéale pour se livrer à ces expérimentations dans le plus grand secret, à l'aide d'un financement adéquat il rénova et transforma le site en laboratoire de recherche ultramoderne,c'était précisément sur ce site qu'était fabriqué les Quadrihoppes et où se trouvait le super-calculateur gérant Neo-Carthage et Tanit, informations que le colonel est le major ignorait encore

L installation m'as l'air plutôt grande fit remarquer le colonel
Est encore ceci n'est que la face visible de l'iceberg le plus gros de l'installation se trouve en sous-sol leur dit Sigmund.
C Perec : et comment on rentre là-dedans ?
M Cartwright : je crois que l'entrée se trouve sur votre droite
C Perec : vous êtes sur Major
M Cartwright : vu le cortège qui se trouve là-bas je n'ai aucun doute.

Il fallait vraiment être miro pour ne pas voir la file de voitures qui se tenaient devant l'une des entrées,à première vue l'événement du jour avait réuni bon nombre de personnes Sigmund expliqua au colonel et au major que de nombreuses délégations avaient été conviées à la démonstration parmi elle se trouvaient notamment ,des industriels, des hommes politiques, des artistes et même quelques militaires ce qui n'avait à rien d'étonnant vu la nature de ce qui allait être présenté, toutefois le colonel remarqua la présence de quelques fourgonnettes de journalistes postés devant l'enceinte des bâtiments, ce dernier point indisposa quelque peu le militaire.
Ces journalistes étaient venu pour couvrir l'événement, la plupart d'entre eux faisaient partie de la presse spécialité en informatique,leur présence lors de la manifestation risquait de compliquer la situation le colonel et le major avaient reçu des consignes très claire, il devait par tous les moyens d'éviter de trop se faire remarquer pourtant vu la nature de ce qu'ils s'apprêtaient à faire ils avaient toutes les chances de ne pas passer inaperçues du coup le colonel craignait de voir son visage afficher sur tout les tabloïds, même si elle ne fit aucune remarque le major n'en pensait pas moins.
Pourtant le major tout comme le colonel connaissait l'importance de la mission,ils étaient donc prêts à tous les deux à prendre les risques qui s'imposaient,il n'avait pas vraiment le choix l'enjeu était trop important.
Pendant plus de 10 minutes le colonel patienta dans le véhicule en suivant en file indienne les voitures qui rentraient au compte goutte dans l'enceinte du bâtiment, finalement il arriva devant le portail ou un gardien les attendait.

Bonjour M. puis-je voir vos invitations s'il vous plaît demanda le gardien
Bien entendu fit le colonel en présentant ces cartons d'invitations.

Le gardien pris les invitations pour en lire le contenu, à l'aide des photos d'identité il détailla soigneusement chacune des personnes présentes dans la voiture.
Les cartons étaient respectivement adressées au nom de Mr Pierre Darbois, Marie Sklodowski et Sigmund Kessel,ce fut grâce à ce dernier justement que les deux agents secret purent obtenir ces invitations,le vieux scientifique c'était arrangé pour les faire passer pour deux de ses collaborateurs quant aux services secrets et notamment le lieutenant Fraggle ils c'étaient tous occuper a leur fournir des identités potables.
Ne remarquant rien d'anormal le gardien rendit ses invitations à Mr Darbois, après avoir salué ce dernier il ouvrit la barrière et laissa la véhicule pénétrer dans l'enceinte du bâtiment.
Le colonel se rendit jusqu'au parking spécialement aménagé pour y garer la voiture, là les trois "scientifiques" descendirent du véhicule pour se rendre vers le hall d'entrée d'un grand bâtiment.

Nous y sommes dit Mr Darbois.
En effet nous sommes dans la place répondit Miss Sklodowski
chacun de vous sait ce qu'il a a faire leurs demanda Sigmund.
Mr Darbois : il n'y as pas de problème nous le savons.
Miss Sklodowski : sa fait des mois qu'on si prépare.
Sigmund : très bien car à partir de maintenant nous sommes en territoire ennemi.

Il était plutôt surprenant de voir que Sigmund use d'une terminologie militaire,mais le vieux scientifique savait que c'était le seul moyen de signifier à ses alliés qu'à partir de maintenant la mission débutait ce que bien évidement les deux agents comprirent tout de suite.
EXIT le protocole militaire maintenant la mission commencait et rien ne devait les trahir,désormais pour toutes les personnes présentes ici le colonel et le major s'appelleraient ... Mr Darbois et Miss Sklodowski.

Les trois "scientifiques" se rendirent donc devant le hall d'entrée où de charmantes hôtesses distribuaient le programme de la démonstration,c'est avec un grand sourire que Mr Darbois pris le dépliant que lui tendait une jolie jeune femme brune.

Un programme demanda l'hôtesse
volontiers lui répondit Mr Darbois en se saisissant du document.

La jeune femme distribua également un dépliant a Sigmund est a marie,après quoi ils pénétrèrent dans le grand bâtiment principal,le spectacle qui se dessina alors sous leurs yeux était tout simplement incroyable, le bâtiment en question était surtout un grand hangar mais celui-ci avait été spécialement aménagé pour la démonstration, il ressemblait à présent à une énorme salle de concert au fond de laquelle se trouvait un grand podium équipé d'un écran holographique géant autour duquel tout un jeu de lumières avait été monté, sur le rebord du bâtiment il y avait grandes tables au nappes blanche où les convives pouvait se délecter de champagne et de petits canapés le centre de la pièce était par contre noirs de monde, il y avait des hommes bien habille aux bras desquels se tenait de jolie jeune femme qui mettait en valeur leurs attributs dans des petits tailleurs très chic, tous les invités présents déambulaient au milieu des vitrines où étaient exposés bons nombres de projets phares de la société.

Ma parole il y a du monde ici fit Mr Darbois.
Miss Sklodowski : apparemment la démonstration a attire pas mal de personne
C'est un grand événement qui se prépare pour cela Henry a fait les chose en grand leur dit Sigmund.
Mr Darbois : c'est que je vois apparemment y'a que du beau linge ici
Il y a plein de personnalité présente ici s'y fit remarquer Marie.
Mr Darbois : Oui j'ai remarqué aussi visiblement la société attire du monde
Sigmund : la présentation est parait il a la hauteur de l événement d'après Henry
Mr Darbois : et vous n'avez pas une idée de ce qu'il vont montrer
Sigmund : pas la moindre.

En vérité Sigmund le savait très bien mais il avait préférer ne rein dire pour laisser la mauvaise surprise aux militaires alors qu'ils étaient pris leurs discussions un homme étrange vint les abords plus il s'adressa automatiquement à Sigmund

Excusez-moi vous ne seriez pas par hasard le professeur Kessel demanda l'homme à cet instant
En effet c'est moi répondit Sigmund
Homme : je vous avais reconnu tout de suite
Sigmund : tiens donc comment cela se fait il ?
homme : c'est parce que je vous est vu en photos récemment
Sigmund : mais qui êtes-vous ?
Homme : Oh c'est vrai je manque a tous mes devoirs, je me présente .. Harvey Templar journaliste à la revue scientifique science et espace.
Mr Darbois : vous êtes journalistes !!
Miss Sklodowski : vous êtes journalistes à la revue science et espace !!
Mr Templar : en effet je travaille pour ce magazine est en temps que journaliste professionnelle j'ai reconnu le professeur Kessel au premier coup d'oeil.

Mr Templar était un journaliste spécialise dans la presse scientifique il avait par expérience l' habite de côtoyer les plus grand savant de la terre sa présence lors de la démonstration n'avait rein d' extraordinaire mais que se dernier est put d'un seul coup reconnaître le vieux scientifique parut suspect au yeux du colonel mais comme la revue science est espace était très connu cela ne surpris nullement le major et Sigmund .

Alors comme ça vous travailler pur science est espace fit Miss Sklodowski
Mr Templar : vous connaissez
Miss Sklodowski : je suis une grande lectrice de vos magazines
Mr Templar : vraiment
Miss Sklodowski : j'achète le magazine tous les mois
Mr Templar : vous êtes une scientifique

Miss Sklodowski : je le suis
Mr Templar : sa se vois tous de suite a votre visage on sent que vous avez la science dans la peau vous
Miss Sklodowski : vous trouver
Mr Templar : sur même et que pensez vous de la qualité de nos articles certains les juges trop techniques de fois.
Miss Sklodowski : je ne trouve pas pour ma part ils sont très corrects
Mr Templar : vous êtes une connaisseuse a ceux à ce que je vois
Miss Sklodowski : je vous l'est dit je suis un grande lectrice.
le contraire m'aurait étonné murmure à tout bas Mr Darbois.
Plaît il Mr Darbois fit Miss Sklodowski :
Rein je me parlais à moi-même répondit Pierre
Mr Templar : mais ne nous égarons pas, j'ai la chance d'être en face du grand Sigmund Kessel ,une telle opportunité ne se manque pas

Le journaliste se tourna vers le vieille homme est lui demanda si celui ci vous bien lui accorder une interview exclusive, voila bien un petit jeu au quelle Sigmund n'aimait pas trop se prêter surtout que la situation du moment ne s'y prettait guerre il dut donc inventer une excuse pour refuser.

Mr Templar : Dr Kessel pourriez-vous m'accorder une petite interview
Sigmund : je regrette malheureusement je n'ai pas le temps
Mr Templar : je vous reconnais bien là Professeur votre réputation, vous n'êtes n'est pas très enclin a parler à la presse
Sigmund : détromper vous Mr Templar je voudrais bien vous accorder une interview malheureusement je n'ai pas le temps je suis attendu par Mr Hopkins
Mr Templar : je vois il vous a convier a assister à la démonstration en V.I.P
Non je suis surtout ici pour "affaires" répondit Sigmund.
Mr Templar : c'est dommage nos lecteurs aurait aimer lire une petite interview de votre part.
Sigmund : ne regrettez rien Mr Templar je vais vous laisser en compagnie de mes assistants ils vont se faire une joie de répondre aux questions
Non mais attendez fit Mr Darbois.
Mais j'ai pas envie fit Miss Sklodowski.
Allez allez ne soyez pas timide fit Sigmund en souriant

Le scientifique avait trouver le moyen de se débarrasser de ce boulet en le refilant a ces assistant,sûrement par jeu Sigmund venait de jouer un tour bien pendable au colonel et au major en les laissant se pretter au jeu de l'interview avant meme de pouvoir dire quelque chose Sigmund s'éclipsa en vitesse et partit en direction des coulisses délaissant ces deux partenaires avec le journaliste.
Les deux agents secret était maintenant en compagnie d'un journaliste qui allait se monter du genre pot de colle se qui avait tous pour plaire au colonel qui a son tour devait trouver un moyen de se débarrasser de lui.

Dites moi ça fait longtemps que vous le connaissez demanda Mr Templar.
De qui parlez-vous demanda Miss Sklodowski
Et bien du professeur Kessel voyons fit le journaliste.
ça fait longtemps ..... répondit Marie.
C'est récent .... répondit Pierre.

Aussitôt les deux compères se regardèrent l'un l'autre voyant que chacun d'eux avait donné une réponse contradictoire ils s'empressèrent immédiatement de rectifier le tir pour ne pas éveiller les soupçons.

En fin de compte c'est très récent .... repris Marie.
En faite ça fait longtemps .....repris Pierre.

La c'était le four total s'ils avaient voulu tout gâcher les deux officiers n'auraient sûrement pas procédé autrement,il venait mutuellement de se contredire l'un l'autre ce qui laissa le journaliste plutôt perplexe heureusement le colonel de la présence d'esprit de rattraper le coup

on devrait arrêter avec cette blague fit Mr Darbois
Mr Templar : une blague qu'elle blague
Miss Sklodowski : un blague !!!
Mr Darbois : excusez-nous M. Templar mais c'est une habitude que nous avons moi et Marie on adore ce contredire tous le temps.
Mr Templar : c'est quoi cette histoire !!!
C'est un jeu entre nous dis aussitôt Mr Darbois

Le seul moyen qu'avait le colonel de rattraper la situation c'était d'inventer une histoire totalement invraisemblable en espérant seulement que le major ne le contredirait pas, subitement il lui vint une idée assez cocasse, le lapsus qu'il venait de commettre allait permettre au colonel de se débarrasser du journaliste ... du moins de pouvoir s'eclipser a son tour

Vous savez le métier d'ingénieur est particulièrement stressant alors parfois pour relâcher la pression on s'amuse, on fait des blagues n'est ce pas Miss Sklodowski fit Mr Darbois
Ah oui bien sur fit Marie avec un grand sourire.
Mr Darbois : est même très souvent pour tous vous dire
Mr Templar : vraiment !!!

leur interlocuteur ne semble pas particulièrement convaincu par cette histoire de blagues mutuelles le colonel dut alors jouer son dernier atout à coup sûr celui-ci risque de déplaire fortement à une certaine personne de sa connaissance mais c'était le seul moyen pour lui de clore cette entretiens.

Mr Darbois : elle est moi on fait souvent des blagues de se genre a notre entourage
Miss Sklodowski : oui souvent même
Mr Templar : bin ça c'est étonnant a vous voir on dirait pas.
Mr Darbois : en ce qui me concerne j'en fais pas souvent mais Miss Sklodowski c'est une vrai marrante
Quoi fit Miss Sklodowski
Mr Templar : sérieux !!
Mr Darbois : vraiment on dirait pas c'est un vrai bout entrain la marie, toujours le mot pour rire.
Pourtant vous avez l'air d'être une femme sérieuse fit Mr Templar.
Miss Sklodowski : mais je le suis ....
De temps en temps seulement sinon c'est vrai a la voir on pourrais croire que c'est une grosse scientifique coincé avec autant d'humour qu'une porte de placard ...mais c'est faux... fit Mr Darbois.

A ce moment le major aurait fusiller le colonel si elle avait pu mais pour pas se griller elle était obligé d'accuser le coup mais elle se dit bien que le colonel ne perdait rien pour attendre ce dernier n'agissait pas spécialement par méchanceté mais il était du genre rancunier et n'avait toujours pas digéré le coup du secrétaire lorsqu'il était à l'université l'occasion lui était donnée de pouvoir prendre une petite revanche toute bien sympathique et en même temps cela lui donnait l'occasion de se défiler.

Mr Darbois : bien je vais vous laisser un moment ensemble fit Mr Darbois.
Miss Sklodowski : une petite minute où comptez-vous aller comme ça monsieur Darbois
Mr Darbois : je vais au Buffet me servir un petit rafraîchissement
Miss Sklodowski : mais vous ne pouvez pas nous laisser comme ça
Mr Darbois : et pourquoi pas vous allez l'air de très bien vous entendre avec Mr Templar
Miss Sklodowski : mais non
Mr Darbois : si vous plaît vous l'avez dit vous-même vous êtes une grande lectrice de son magazine vous allez dont pouvoir papoter ensemble
Miss Sklodowski : mais je peut pas rester avec se monsieur
Mr Darbois : mais si vous allez voir et je crois pas que votre présence ne dérange mr Templar, n'est ce pas Mr Templar !!!
Pas le moins du monde répondit l' intérrésé
Mr Darbois : il en as de la chance Mr templar il va rester en compagnie d'une charamnate jeune femme tres brillante pleine d'humour et fan de son magazine.
Mais non fit Miss Sklodowski :
Mr Darbois : allez je vous abandonne tous les deux comme ça vous allait pouvoir discuter de choses sérieuses.

Sans demander son reste Mr Darbois tourna les talons et laissa Marie en compagnie du journaliste,dans son fonds intérieur le major fulminait de rage à cause du coup que son supérieur venait de lui faire, Amanda se jura alors que quand cette mission serait terminée elle ne manquerait pas de faire remarquer au colonel son attitude désobligeante.

De son côté le colonel riait intérieurement car il était très satisfait de ce qu'il venait de faire,en se défilant de cette manière il avait fait coup double d'une part il c'était débarrassé de cette enquiquineur de journaliste ce qui lui évitait d'avoir à répondre des questions embarrassantes voire trop techniques et d'autre part il venait enfin de prendre sa revanche sur le major.

Le colonel ne se faisait pas de souci pour le major le plus à plaindre dans l'histoire était incontestablement le journaliste car celui-ci allait sûrement faire l' experience des répliques cassante du major,à la façon dont Mr templar regardait le décolleté du major cela promettait des échanges très agités toutefois le colonel savait que sa partenaire ferait preuve de suffisamment de retenue pour éviter de créer un scandale,du moins pour le moment.... c'est sur cette joyeuse pensée qu'il se rendit au buffet pour se délecter de quelques-uns des petits canapés qui avaient été préparés.

De son côté le major s'employait à donner le change au journaliste, accompagnés de ce dernier il firent le tour des vitrines d'expositions présents dans la salle,en bonne technicienne qu'elle était le major jeta un regard attentif sur chaque panneau de présentation de chaque projet.

La plupart des projets n'avaient rien d'extraordinaire c'étaient surtout des systèmes de contrôle pour machines automatisées portant au détour d'une vitrine un projet particulier attira son attention il s'agissait d'une espèce de sphère grise en lévitation donc la fonction netait pas clairement définit, bien sur il s'agissait d'une projection holographique car le projet était en fait une programme informatique, mais la présence de ce projet contrastait un peu avec tous les autres projets présentés ici, le major interpella dont le journaliste pour lui demander si celui-ci avait une idée de ce que ce dont il s'agissait..

Dites moi Mr Templar vous savez ce que c'est demanda Miss Sklodowski en désignant la sphère.
Mr Templar : c'est une matrice de régénération virtuelle
Miss Sklodowski : merci moi aussi je sais lire un carton ... mais ça ne dit pas ce que c'est
Mr Templar : idée vous avoue que je n'en ai pas la moins idée il faut demandera son créateur ce monsieur Arnaud Morillon.
Et bien je suis pas plus avancer dit elle

"Matrice de régénération virtuelle créé par Arnaud Morillon" c'était la la seule indication inscrite sur le carton qui se trouvait dans la vitrine
à part ça personne ne semblait savoir à quoi cela pouvait servir ne prétend plus d'importance alors à ceci Miss Sklodowski continua a regarder les autres vitrines

alors que le major cherchait a on tour un moyen de se débarrasser de son pot de colle de journaliste le colonel s'empifrait de petits fours, par nature il n'était pas spécialement soirée mondaine mais il n'avait jamais su résister à toute ces petits toast fait de saumon, de caviar et parfois de foie gras parmi tous se qui se trouvait sur la table il affectionnait particulièrement des petite boule fourré au fromage il avait a lui seul vidé tout le plat qui se trouvait à côté de lui, voulant en déguster d'autres il remarqua un peu plus un plat ou il en reste une.
Il se pressa daller quérir la précieuse boulette si bien que sans s'en rendre compte il coupa dans son élan un jeune homme qui également convoitait le fameux amuse-gueule (1)

Eh vous gênez par surtout répliqua aussi sec le jeune homme
je vous demande pardon fit Mr Darbois a cette instant

Le jeune homme que Mr Darbois avait en face de lui faisait deux tête de moins que lui mais il ne semblait pas impressionner par la carrure de Mr Darbois, le jeune homme faisait même preuve d'une certaine impertinence ou peut-être de maturité car il pouvait paraître puéril de se comporté comme ça pour un apéritif,apparemment ce jeune homme avait sa petite fierté et il n'appréciait pas de s'être fait souffler l'apéritif sous le nez ne voulant pas créer de scandale M. Darbois se montra très généreux et lui donna le petit four en question

Tenez je vous le laisse si vous voulez dit Mr Darbois en tendant le petit four au jeune homme.

Le jeune homme ne s'attendais pas a ce que ce grand gaillard au cheveux brun et a lunette se montre aussi docile que ça ,cela pris un peu le jeune homme au dépourvu.

Et bien merci fit le jeune homme qui pris le petit four que lui tendait Mr Darbois.

Puisque la tension semblait retomber Mr Darbois en profita pour amorcer un début de discussions avec ce jeune homme à lunettes et au cheveu ébouriffé

Vous faite partie de la délégation demanda Mr Darbois.
Non je fait partie de l'entreprise fit le jeune homme en avalant le toast
Ah je vois vous êtes un stagiaire fit Mr Darbois.

A ces mots le jeune homme faillit avaler de travers a la remarque que Mr darbois venait de lui faire

Je suis chercheur dit il alors pour dissiper les doutes.
Mr Darbois : vous
JH : oui moi
Mr Darbois : vous n'êtes pas un peu jeune pour travailler dans un laboratoire.
j'ai 18 ans et je m'appelle Arnaud Morillon scientifique du niveau 5 fit fièrement Arnaud a son interlocuteur .
Mr Darbois : et moi je me nomme...

Mais avant même d'avoir pu se présenter à son interlocuteur Mr Darbois interpelé par sa partenaire celle-ci le pressa de venir le rejoindre immédiatement, ne pouvant se soustraire à ses obligations M. Darbois fut obliger de s'exécuter.

Mr Darbois venez on nous attend fit Miss Sklodowski.
J'arrive miss Sklodowski fit Mr Darbois.
Miss Sklodowski : je vous attend
Mr Darbois : et bien Mr Morillon se fus un plaisir de parler avec vous.
Moi de même fit Arnaud

Mr Darbois s'empressa de rejoindre sa partenaire qui avait semble-t-il entre-temps réussi à se débarrasser du journaliste

je constate avec plaisir que notre "ami" vous a délaissé je Mr Darbois :
Miss Sklodowski : oui mais ce n'est pas grâce à vous
Mr Darbois : comment vous êtes-vous pris ?
Miss Sklodowski : j'ai été très direct en lui faisant comprendre qu'une partie de jambes en l'air ne m'intéresserait que si il voulait m'épouser.
Direct comme d'habitude a ce que je vois se lamenta Mr Darbois.

Dommage que le colonel n'avait eut personne avec qui faire un pari car il savait bien que le major avait trouvé une riposte terrible à tous les petits dragueurs du coin, Mr Templar avait voulu faire un numéro de charme au major mais cette derniere ne l'entendait pas de cette oreille Amanda avait tous de suite calmer ces ardeur en lui disant qu'il pouvait oublier le 7eme ciel avec elle et que si il voulait obtenir un rapport sexuel il faudrait qu'il l' épous d'abord , cette remarque pleine de PEPS avait suffira faire fuir le journaliste, le major en profita donc pour retrouver son partenaire vers le buffet.


Miss Sklodowski : est-vous que faisiez-vous pendant ce temps
Mr Darbois : je mangeait quelque toast.
Miss Sklodowski : vous n'aviez rien de mieux à faire que vous empiffrer de petit toast
Mr Darbois : dans le cas présent c'est tout ce que j'ai trouver à faire
Miss Sklodowski : à ce propos qui était le jeune homme avec qui vous discutiez ?
Mr Darbois : et bien figurez-vous que c'était un scientifique de la section 5
Miss Sklodowski : la section 5 !! c'est bien la partie la plus secrète du bâtiment d'après ce que nous a dit le professeur Kessel.
Mr Darbois : en effet c'est de cette section dont je vous parle.
Miss Sklodowski : avez-vous pu apprendre quelque chose sur cet endroit.
Mr Darbois : malheureusement pas vous m'avez interrompu avant

A cet instant le major regretta d'avoir interpellé le colonel si elle l'avait laissé faire ce dernier aurait peut-être pu obtenir quelques informations sur la fameuse section 5, les deux agents secrets connaissaient l'existence de cet endroit car d'après ce que leur en avait dit Sigmund c'était justement dans ce section qu'était conçu et fabriqué les Quadrihoppes.

La section 5 était une zone hautement sécurisée ou seuls quelques privilégiés avaient le droit de pénétrer cela comprenait notamment les scientifiques et les haut responsables de l'entreprise.
Pour pouvoir détourné la technologie des micro-puces Mr.X devait forcément avoir accès à cette zone,si les services secrets pouvaient avoir accès à la liste du personnel et leur suffirait de procéder par élimination pour découvrir l'identité de Mr.X

C'est dommage que vous n'ayez rien pu apprendre se désola Miss Sklodowski.
Pas tous a fait ,j'ai quand même pu obtenir un nom dit Mr Darbois
Miss Sklodowski : lequel ?
Mr Darbois : Arnaud Morillon
Miss Sklodowski : Arnaud Morillon.
Mr Darbois : c'est le nom du jeune homme avec qui je discutai
Miss Sklodowski : ce noms me dit quelque chose... je crois l'avoir vu inscrit dans l'une des vitrines.
Mr Darbois : vous êtes sur !
Miss Sklodowski : certaine même il me semble que c'est lui qui a inventer un programme appelé la régéné ....

Mais le major n'eut pas le temps de finir sa phrase a ce moment très précis les lumières de la salle se tamiserent seul le podium resta éclairé aussitôt tous les regards convergèrent dans sa direction,une annonce faite au micro signala à tous les convives que l'hôte de cette démonstration allait faire son entrée.
C'est sous une musique tonitruante que se présenta un homme en complet gris, il était grand et mince et était âgée d'au moins une soixantaine d'années, il portait des lunettes rectangulaire, il se déplaça sur le podium accompagné par le faisceaux des projecteur jusqu'au pupitre, à l'arrière-plan de lui une grande image holographique était apparue le représentant en gros plan a présent tous les regards et les caméras étaient braquées sur lui .
l'homme remonta légèrement ses lunettes et commença à s'adresser à la foule en ces termes

"Mesdames et Messieurs je vous souhaite à tous et à toute la bienvenue au sein de la société Cyclotron"

"je me présente je suis le docteur Henry Hopkins"

L'homme qui venait de se présenter au public n'était autre que le docteur Henry Hopkins le PDG de Cyclotron, tout le monde applaudit son entrée y compris deux personnes fortement intéressées par sa présence.

Alors c'est lui le docteur Henry Hopkins fit Mr Darbois.
Oui c'est lui le troisième membre survivant du projet Carthage 74 lui répondit Miss Sklodowski.
Mr Darbois : maintenant on sait à quoi ressemble l'un de nos " ennemis "
Miss Sklodowski : reste à savoir de quel côté il est.

La cible principale des deux agents venait de faire son apparition dans quelques minutes ce dernier allait être au coeur d'une polémique qui allait faire de nombreuses vagues, ne se doutant pas de ce qu'il attendait le PDG de Cyclotron commença alors à faire son discours de présentation il raconte ainsi rapidement l'historique de Cyclotron puis il aborda le point principal, celui-ci voulait présenter un projet de grande envergure qui lui tenait à coeur depuis des années et qu'il avait appellé....

----------------------------------- LE PROJET NEO-CARTHAGE -----------------------------------


Le Dr Hopkins se mit alors à raconter l'histoire de la cité de Carthage, brillante citée du bassin méditerranéen qui en son temps faisait l admiration de tous, mais le simple fait d'évoquer le mot Carthage avait suffit à interpellé les deux agents présents dans la salle

Alors s'est confirmé Hopkins a bien repris le projet Carthage à son compte fit Mr Darbois.
L'ennui c'est que nous ne savons pas de quoi il en retourne lui répondit Miss Sklodowski
Mr Darbois : je pense que nous n'allons pas tarder à le savoir


L'intuition du colonel fut bonne car effectivement le Dr Hopkins expliqua à l'assistance en quoi consistait le projet de Neo-Carthage, il s'agissait d'un environnement virtuel géré par ordinateur mais plutôt que de donner des explications techniques assomantes le Dr Hopkins voulu convaincre son auditoire par la force d'une démonstration s'est alors qu'au plein milieu de la salle la cité virtuelle fit son apparition sous le regard ébahi des invités grâce au système de projection holographique la cité avait pu prendre vie, la qualité numérique de l'image permettait de distinguer des rues et des habitation antique des temples au aspect diverse se dressaient de part en part, la cité était entouré d'un énorme mur d'enceinte destiner a la protéger, au centre de la ville un énorme temple avait été bâti, et sur chaque façade le symbole de Tanit était omniprésent, le docteur repris alors la paroles pour continuer sa présentation.

"mais je vous entends déjà dire en quoi est ce que Neo-Carthage est telle différente des autres mondes virtuels qui existent à travers le monde et bien je vous répondrai simplement par ceci Mesdames et Messieurs."

"Neo-Carthage est gérés par un super ordinateur quantique le plus performant au monde"

Cette brillante démonstration finit de convaincre le major et le colonel que la société disposait bien d'un super-calculateur quantique,mais à première vue le système qu'avait conçu le Dr Hopkins n'avait rien à voir avec l'antique système de brouillage des radio communication qui avait été conçu durant la guerre froide toutefois l'existence d'un monde virtuel ne rassura pas spécialement les deux militaires.

XANA la diabolique intelligence artificielle avait également créé des centaines de mondes artificiels pour y survivre le fait qu'un super-calculateur aussi puissant puisse exister avait de quoi inquiéter nos deux agents secrets si Xana avait survécu il trouverait avec Neo Carthage un espace propice pour pouvoir se régénérer et évoluer ce qui d'un certain point de vue était plutôt inquiétant
Cette nouvelle fit l'effet dune bombe dans la salle beaucoup de personne furent sidère de ce que venait annoncer le professeur Hopkins mais se dernier n'allait pas en rester la au niveau des révélations car à cet instant précis le Dr Hopkins évoqua un autre projet lié à Neo Carthage selon ses dires d'une intelligence artificielle.

"Et oui que nous avons la chance de posséder la machine la plus performante au monde capable d'atteindre 3000 téraflop de puissance

"bien sûr une telle puissance doit être maîtrisée, sinon cette dernière serait vaine"

"tous comme dans la mythologie phénicienne la cité avait ces dieux protecteurs et plus précisément pour Carthage il s'agissait d'une déesse protectrice"

bien sûr ici. pas de dieu ou de quelconques chimères mythologiques mais une entité supérieure dit le professeur Hopkins

"j'entends par là une intelligence artificielle."

à cette annonce le docteur se tu à pour écouter les quelques réactions à l'intérieur de la salle quelques rire étouffé se firent entendre certains des scientifiques présents dont notamment les professeur zalinski et Weller contenaient mal leur fou rire, mais le major et le colonel trouvèrent ne trouvèrent pas cette annonce particulièrement drôle au contraire cela même les inquiétaient de plus en plus et leur crainte aller bientôt se confirmer.

Mr Darbois : ne me dites pas qu'ils ont créé une intelligence artificielle.
Miss Sklodowski : apparemment c'est le cas.
Laisser-moi dont vous présenter notre intelligence artificielle fit le docteur hopkins.

C'est alors qu'un milieu de tous les invites sur un miroir de projection holographique, une forme gélatineuse commença à se matérialiser et laissa apparaître une belle jeune fille d'environ 14 ans ,ce fut avec une immense joie et un plaisir indescriptible que le professeur Hopkins fit les présentations

"Mesdames et Messieurs j'ai l'honneur de vous présenter ...

____________________________TANIT_________________________________

très respectueusement le spectre s'inclina devant tous les invités

Soyez tous les bienvenus à Carthage dit alors Tanit

Devant la foule ébahi le spectre commença à sortir de sa glace sous une forme tridimensionnelle elle commença à déambuler au milieu de tous les invites, un peu partout dans laquelle des projecteurs holographique tridimensionnel a été placé il permettait à l'image de se déplacer parmi la foule
tous le monde fut stupéfait et en particulier deux scientifique vachard qui ne pouvait plus rien ajouter, beaucoup d'invites commencèrent à lui poser des questions Tanit y répondait très aisément et dans toutes les langues,l'un des invités demanda si on pouvait la toucher

Peut on vous toucher fit l'un des invités

Je ne suis pas réel je n'ai pas d'enveloppes de chair je ne suis qu'une projection isomorphiques dépourvu de consistance fit Tanit.

Du haut de son podium le docteur pouvait contempler avec satisfaction le résultat de sa présentation ainsi que l'effet que Tanit avait sur les invités qui était partage entre étonnement et émerveillement.
Cependant ce petit spectacle ne ravit pas spécialement nos deux agents, aussi extraordinaire que cela puisse paraître le colonel est le major n'appréciait pas du tout le spectacle qu'ils avaient sous les yeux.
Après tout ce qu'ils avaient déjà vécu avec Xana il ne s'attendait pas à rencontrer une deuxième intelligence artificielle,pour eux à coup sûr que celle-ci ne pouvait être qu'une source de problèmes dans le futur.

Voilà une chose qui n'était pas prévue fit Miss Sklodowski.
Je suis bien d'accord avec vous lui répondit Mr Darbois.
Miss Sklodowski : cela complique la situation.
Mr Darbois : nous n'avions pas prévu cette éventualité.
Miss Sklodowski : dans ce cas-là que devons-nous faire.
Mr Darbois : il va falloir faire comme d'habitude
Miss Sklodowski : improvisé c'est sa votre plan
Mr Darbois : vous en voyez un autre
Miss Sklodowski : pas pour le moment.

Si l'apparition d'une nouvelle intelligence artificielle constituait déjà une surprise des plus étonnantes ce qui suivit fut encore plus étonnant car le Dr Hopkins réclamera à cet instant l'attention de toutes la salle.

Mesdames et Messieurs je réclame votre attention ce n'est pas fini"

le public se tourna a nouveau en direction du docteur ,quelle autre surprise allait ont encore leur montrer ?

"maintenant j'aimerais vous présenter avec plaisir l'autre merveille de ce centre , a savoir la personne sans qui tout cela ne serait pas possible, le scientifique en chef du projet Tanit.

A ces mots une femme une blouse blanche les cheveux grisonnants fit son entrée sur scène juste avant de lui céder sa place le Dr Hopkins demanda à la foule de lui faire l'ovation qu'elle mérite.

"Mesdames et Messieurs je vous demande tous d'applaudir comme il se doit....

________________________le docteur Anthea Hopper.__________________

merci à vous lui fit à ce moment la femme placée devant le micro elle commença à faire l'explication de son oeuvre.

"je me présente à vous je suis le docteur Anthea Hopper je suis le créateur du projet Tanit.

Mr Darbois : alors voila le docteur Hopper
Miss Sklodowski : oui c'est elle l'ex femme de Waldo Schaeffer
Mr Darbois : elle serait scientifique en chef sur le projet Neo-Carthage
Miss Sklodowski : on va de surprise en surprise...
Chut écoutons se qu'elle va dire fit Mr Darbois a sa partenaire.

" je suis là mieux placer pour vous dire que Tanit pas qu'une intelligence artificielle il s'agit en faite d'un modèle révolutionnaire de contrôle des environnements virtuels.

"A l'avenir la puissance des ordinateurs ne va cesser de croître de façon exponentielle, il ne suffira plus d'avoir des machines très puissantes il faudra encore que celle-ci soit réactive et autonome"

"L'émergence des intelligences artificielles est donc vitale pour l'évolution des prochaines générations d'ordinateur.

"Bien sur la mise en place d'un tel système est long et complexe"

la naissance d'intelligence artificielle comme Tanit n'a été rendu possible que grâce à une nouvelle génération de microprocesseurs

______________________________Les Quadrihoppes______________________________

Mr Darbois : c'est confirmer les Quadrihoppes sont bien une inventions de Cyclotron
Miss Sklodowski :sa nous le savions déja
Mr Darbois : et selon vous qu'est ce qu'il nous réserve la
Miss Sklodowski :on va le savoir maintenant


"cette nouvelle génération de Neuro-microprocesseurs intégrés à la technologie des super calculateurs permettra à ces derniers d'en décupler la puissance"

"un super-calculateur ordinaire pourrait voir sa puissance multipliée par 4 d'où le nom de Quadrihoppes"

"Mais ceci ne constitue pas une nouveauté en soi cela fait des années que cette technologies a été mises au point d'ailleurs nous avons déjà commencé à équiper plusieurs succursales à travers le monde de cette technologie révolutionnaire."

"Tanit très chère pourrais tu nous faire une petite présentation globale."

Oui docteur fit Tanit.

au-dessus des invités une sphère représentant la terre apparut dans les airs, sur cette mappemonde holographique en plusieurs endroits bien distincts. des points rouges firent leurs apparitions, les continents ciblés furent alors encadrés d'une fenêtre qui s'ouvrit pour montrer des lieux bien précis en photos.

"Sur cette photo vous pouvez voir le super-calculateur qui gère les réactions nucléaires de la central russe de kaminski .
Super calculateur donc la puissance de calcul accru gère le contrôle de la fission nucléaire tous le système et parfaitement autonome et l'ordinateur gère a lui seuls les risques et tous les dérapages éventuels."

Mr Darbois : ça je demande a voir
Miss Sklodowski : et moi donc...
Dr hopper : ....d'autres sites vers leur firent leur apparition des centrales nucléaires et des laboratoire de recherches pour la plus part des usines automatisées.

"comment on peu le voir sur cette carte pas moins de sept sites à travers le monde ont déjà disposé de cette technologie bien sur ses ordinateurs ne sont que des parties sous adjacentes du projet il sont bien moins puissants que le projet Neo-Carthage."

A l'avenir nous pensons équiper pas moins de 20 autres sites de se genre de dispositifs"

Mr Darbois : qu'est ce qu'elle vient de dire la
Miss Sklodowski : une vingtaine de site !!
Mr Darbois : on peut pas laisser faire ça
Miss Sklodowski : plutôt oui vous imaginer... des centrales nucléaire sous le contrôle de Xana.
Mr Darbois : il est temps pour nous d'intervenir
Miss Sklodowski : je suis d'accord avec vous.
Mr Darbois : Sigmund attend la séance de question pour agir
Miss Sklodowski : et qu'allez vous demander ?
Mr Darbois : laisser moi faire

Quand le docteur eut finit son discours, elle dit au public que si celui ci avait des question ,elle y répondrais sans détour , les question fusèrent de partout et le Dr Hopper se dut d'être très sélect et lui fut demandé combien cela allait ils coûte , qui allait bénéficier d'une telle technologie ou encore si le capital de la société allait passer en bourse, cependant dans la foule Mr Darbois était prés a intervenir il se manifesta alors bruyamment en interpellant le docteur Hopper.

Mr Darbois : Dr Hopper ont pourrait savoir quels sont les risques face à l'attaque dune intelligence artificiel diabolique.

Tous le monde se retourna pour observer cet homme qui venait de poser une question pour le moins étrange, le docteur Hopper interpella cette homme pour comprendre le sens de sa question sans se douter que celui ci venait de lancer le signal de départ de l'opérations " CHAOS"

Excusez-moi monsieur mais je n'ai pas compris le sens de votre question fit le docteur Hopper.
Mr Darbois : je veux dire qu'elles sont le risque que vos systèmes tombent sous le contrôle d'une intelligence artificielle diabolique

Ce fut presque l'hilarité générale dans la salle à cette question, ou l'on crut d'abord à une blague de la part de cette homme et le docteur répliqua aussitôt.

Dr Hopper : excusez-moi Mr mais je ne crois pas que votre question soit très sérieuse
Mr Darbois : moi au contraire je trouve que cette question est parfaitement sérieuse et d' intéret général même.

Le docteur Hopper demanda alors a l'homme de bien vouloir se présente et d'expliquer a tous le monde se que signifiait cette question , de son coté Arnaud reconnu l'homme avec qui il c'était entretenu quelques minutes plutôt

Je m'appelle Pierre Darbois fit l'homme cet instant.
Dr Hopper : et Mr Darbois peut-on savoir sur quoi vous fondez
Mr Darbois : en ma qualité d'ingénieur informatique j'émets des doutes quant à la sécurité de vos puces informatiques.
Et de quel nature son vos doutes demanda le docteur Hopper
Mr Darbois : sa concerne les risque de piratages.
Dr Hopper : alors je peux vous rassuré rein ne peut pirater notre système de puce
Mr Darbois : je n'en suis pas aussi sur que vous
Dr Hopper : vous mettez en doute l efficacité de cette technologie.
Mr Darbois : je fais plus que sa, j'affirme même quelle est dangereuse
Et sur quoi pouvez vous appuyer un telle affirmation lui lança alors le docteur Hopper
Mr Darbois : vous voulez vraiment le savoir
Dr Hopper : nous serions tous content de l'apprendre.
Mr Darbois : dans se cas la pourriez-vous nous donner quelques explications sur l'incident de Brayton Woods de la société Génitech.

à cet instant le Dr Hopper paru troublé par ce que venait de lui dire cet homme, elle resta quelques secondes sans voix, elle lui répondit alors en bafouillant qu'elle ne savait de quoi il pouvait bien parler.

Vous rester sans voix docteur, moi j'attend fit Mr Darbois
Si je savais de quoi vous parliez je répondrais volontiers lui fit le docteur Hopper
Mr Darbois : selon des sources-là à société Génitech a fait l'acquisition d'un super-calculateur qui aurait été �















Chapitre 30 délégations

01 août 2005 - bureau de Henry Hopkins - 20 h 30

Pourquoi as-tu fait ça ?

Sigmund : je devais le faire.
Henry : mais pour quels raison ?
Sigmund : j'ai de bonne raison d'agir ainsi.
Henry : je peux savoir quelles sont ces raisons ?
Sigmund : désolé mais ça ne regarde que moi.
Henry : désolé !! c'est tout ce que tu trouves à dire
Je ne peux rien ajouter de plus lui dit Sigmund.
Henry : mais c'est absurde tous cela n'as aucun sens
Sigmund : et pourtant ...
Henry : pourtant quoi ? est ce que tu te rends seulement compte du mal que tu as fait.
Sigmund : j'en suis parfaitement conscient mon ami.
Comment oses-tu encore te considérer comme mon ami après un coup pareil lui répondit Henry.

Henry Hopkins ne mâchait pas ces mots, celui ci était furieux a cause de ce qui c'était passé quelques heures plutôt a cause de Sigmund.
Suite aux déclarations du vieux scientifique Henry c'était retrouvé dans une position très délicate,ce dernier avait dû démentir les allégations de Sigmund selon lesquels les Quadrihoppes constituaient un danger.
Intriguées par ces révélations inattendu les journalistes présent sur place avaient voulu en savoir plus mais Sigmund n'avait rien voulu ajouter de plus que ce qu'il avait clamé haut en conséquence de quoi les journalistes restèrent donc sur leur faim.
Quoi que puissent dire Henry ou le reste de la délégations, c'était déjà trop tard le mal était fait, le mini scandale que Sigmund venait de provoquer allait sans conteste faire des vagues.

Henry n'osa pas imaginer le titre des journaux le lendemain, a coup ce scandale allait lui donner mauvaise presse et le mettre dans une position très délicate, déjà que ces derniers temps son entreprise connaissent quelques difficultés, cette manifestation aurait du être l'occasion de redorer le blason de la société Cyclotron malheureusement l'incident provoqué par Sigmund avait tous gâché.

Henry ne comprenait pas pourquoi son ami de longue date venait de lui faire un coup pareil alors qu'il lui avait toujours accordé sa confiance et ceci même jusqu'en allant lui prêter une Quadrihoppes expérimental pour que Sigmund réalise ces propres expérimentations et voilà qu'en retour ce dernier le trahissait sans vergogne en traînant sa société et son honneur dans la boue.
Furieux est désappointé Henry avait voulu entendre de la bouche même de Sigmund les raisons qui l'avait poussé à agir de cette façon, il convoqua le soir même son ami dans son bureau pour avoir le fin mots de cette histoire, mais celui ci refusa de ce justifier sur ces actes se qui finis de décevoir Henry qui avait maintenant une bien piètre opinions de Sigmund

Tu as trahis notre confiance lui dit Henry
Et c'est toi qui dis ça lui reprocha aussitôt Sigmund
Henry : de quoi tu parle !!!
Tu es gonflé de me reprocher d'être un traître, toi qui jadis n'as pas hésiter a nous manipuler moi et Waldo pour tes propres intérêt lui fit Sigmund.
Pourquoi est-ce que tu remets ça sur le tapis lui demanda Henry
Tous simplement parce que je n'ai pas oublier dans qu'elle pétrin tu nous a mis moi est Waldo a cause de ta stupide soif de pouvoir lui répondit Sigmund sans sourciller.

Henry ne sut quoi répondre a cette instant,les années avaient beau avoir passé Sigmund n'avait pas oublier la trahison dont lui est Waldo avaient fait l'objet, trahison orchestré par une personne qui c'était prétendue être leur ami,mais qui à l'époque n'avait pas hésité à leur cacher la véritable nature du projet de Carthage.
Le projet qui à l'origine devait être super-calculateur de nouvelle génération c'était révélé être en fait un système de brouillage des radio-communications ennemis sponsorisée par les militaires et les services secrets de l'OTAN.
Plusieurs années après la fin de ce projet Sigmund avait découvert la vérité mais il n'en avait pas tellement tenu rigueur a Henry et avait fait comme si rien ne c'était passé tout en gardant à l'esprit la trahison dont il avait fait l'objet.
Mais aujourd'hui les rôles étaient inversés Sigmund venait de trahir la confiance de son ami,ce dernier lui reprochait sa trahison ce que Sigmund considéra comme une situation très ironique car Henry venait de goûter a sa propre médecine c'était en quelque sorte un retour de flamme pour le docteur Hopkins et comme le dit le vieil adage ... " l'amitié n'est qu'une trahison en sursis"

Toutefois cela n'était pas le coeur de sujet, Sigmund n'était pas venu remuer le passé c'était plutôt le futur qui l'inquiétait, un futur qui s'annonçait sombre si personne n' intervenait, il fallait prendre des mesures drastiques pour éviter le pire et c'est précisément ce que Sigmund aidé de ces complices avait fait en mettant Henry est sa société dans l'embarras.

Dans cette histoire tout le monde risquait d'y laisser des plumes, la démonstration du jour c'était soldée par un échec, l'annonce officielle de l'existence de Néo-Carthage et de Tanit ainsi de la diffusion prochaine des Quadrihoppes venait d'être occultés par les déclarations de Sigmund.
A coups sûr la presse allait faire de ces choux gras cette incident, il en résulterait que la réputation de Henry Hopkins allait être sérieusement entachée sans parler de celle Sigmund.
Mais le professeur Kessel avait pour lui le bon droit de son côté il savait très bien pourquoi il agissait de la sorte même si quelque part il éprouvait un peu du remords a agir de la sorte, être un traite n'était pas dans sa nature mais parfois dans la vie on est obliger d'agir à contre-coeur au noms d'une cause juste.
La était le paradoxe pour Sigmund, il devait mal agir pour le bien de tous et ceci en trahissant son ami, tous ce que le vieux scientifique espérait ce qu'en temps voulu Henry puisse le comprendre et lui pardonner ces actes, ce qui était loin d'être le cas car chez le professeur Hopkins tous ce qui demeurait en se moment c'était de la colère est de l'incompréhension.

Vraiment Sigmund je ne comprends pas ton attitude lui dis Henry
Sigmund : il n'y a rien à comprendre Henry , j'ai déjà tous expliquer dans la salle.
Henry : tu parle de ton petit discours sur les Quadrihoppes
Sigmund : c'est exactement ça.
Henry : mais que trouve tu a dire as ces systèmes
Sigmund : je te le redis les Quadrihoppes sont un véritable danger
Henry : tu racontes n'importe quoi mes micro-puces sont fiable
Sigmund : n'en soit pas si sur
Henry : qu'est ce qui te permet d'avancer le contraire
Sigmund : simplement le fait que des super-calculateurs équipés de tes micro-puce deviennent plus vulnérables.
Henry : plus vulnérables à quoi ?
Sigmund : il deviennent plus fragile et tombe en panne plus facilement.
Henry : ridicule mon super-calculateur est équipe de 12 Quadrihoppes et celui ci n'est jamais tomber en panne depuis 13 ans.
Sigmund : le tiens est une exception a la règle car le "défaut" donc je te parle ne peut pas agir dessus mais c'est pas le cas pour les autres.
Henry : mais de quels défaut parle tu ?

Un défaut Sigmund n'avait pas d'autres termes à utiliser pour qualifier Xana, le vieux scientifique savait très bien que n'importe quels super-calculateurs équipés de Quadrihoppes pouvait tomber sous le contrôle de Xana, si celui de Henry avait pour le moment échappé a ça c'était parce que son système de défense était très élaborer sans compter que son ordinateur était très puissant ce qui lui conférait une certaine immunité.
Toutefois Sigmund ne pouvait pas oublier que par le monde une bonne centaines de super-calculateur était tombé sous le contrôle de Xana est tous ça par la faute des Quadrihoppes distribuer par Global Computer.

Sigmund : ce défaut est susceptible de causer pas mal de dégâts a cause des Quadrihoppes.
Henry : et pourquoi crois tu que ce défaut serait causé par mes puces.
Sigmund : simplement parce que j'ai eut l'occasion de le constater moi même.
Henry : tu veux dire que t'as micro-puce est tomber en panne.
Non pas la mienne mais celle des autres super-calculateur lui fut Sigmund
Henry : les autres !! quels autres ?
Sigmund : je te parle des autres Quadrihoppes qui on équipé d'autres super-calculateur.
Henry : qu'est tu raconte la !! ce n'est pas possible ta Quadrihoppes et le seul modèle qui a quitter la section 5 pour le moment.
Sigmund : tu est sur de ça Henry...

Sigmund allait entamer la deuxième partie du plan, après avoir créé le mini scandale au sien de Cyclotron il devait maintenant informer Henry Hopkins de l'existence des cartes a Quadrihoppes qui avaient été vendus dans le monde,Sigmund savait bien que Henry aurait beaucoup de mal à le croire et que cette nouvelle serait très difficile à digérer pour son ami.
Mais il était obliger de le faire, c'était le seul moyen qu'il avait pour obliger son ami à réagir Sigmund allait le mettre au courant d'une partie de la situation tous en prenant soin de lui cacher l'essentiel à savoir l'existence de Xana.

Sigmund : sache qu'à l'heure actuel pas moins d'une centaine de micro-puce a Quadrihoppes ont été vendu à travers le monde
Henry : mais qu'est-ce que tu racontes
Sigmund : la vérité ton système de micro-puces est déjà en vente sur le marché.
Henry : c'est pas possible tu te moque de moi
Sigmund : j'aimerais bien que ce soit une farce malheureusement ce n'est pas le cas.
Henry : voyons c'est techniquement impossible ça ne peut pas être des Quadrihoppes
Sigmund : j'ai moi-même procédé aux analyses, ils n'y a pas de doute sur le sujet se sont bien des Quadrihoppes.
Henry : je refuse d'y croire, se sont peut être des copies bien faites mais sûrement pas des Quadrihoppes.
Sigmund : se sont bien plus que des copies car elles sont actives.
Henry : ce que tu racontes est complètement absurde.
Sigmund :et pourquoi donc, tu est bien capable d'en fabriquer alors pourquoi d'autres personnes ne serait-elle incapable de reproduire et de les activer.
Henry : simplement parce que le procédé qui permet de les activer et connu de moi seul.
Sigmund : il faut croire que non puisse que d'autres personnes ont des Quadrihoppes active en leur possession, il faut te rendre a l'évidence quelqu'un a découvert le secret de ton procédé d'activation.
Henry : et moi je te tue a te dire que c'est impossible,car même si ces personnes avaient découvert le secret il est impossible qu'elles aient réussi à reproduire ce procédé.
Sigmund : par principe scientifique tu sais comme moi que quand une formule mathématique est connu la mise en place d'un moyen d'application est souvent sommaire, et si ces gens on ta formule facile a eux de la mettre en oeuvre avec les moyen adéquat.
Henry : sauf que la le truc c'est qu'il n'y a pas de réel procéder
Sigmund : que veux tu dire ?
Henry : tout simplement que je n'ai jamais inventé de système permettant d'activer les Quadrihoppes.

A cet instant Sigmund eut du mal à croire Henry, le vieux scientifique savait que pour qu'une Quadrihoppes soit opérationnel il fallait que celle-ci soit activer par le biais d'un procédé inconnu,et jusqu'à présent Sigmund avait toujours supposer que Henry était le seul a avoir découvert se procédé d'activation.
Mais voila que le docteur Hopkins lui apprenait qu'il n'avait jamais inventer de procéder capable de d'activer les Quadrihoppes.
Il y avait la un élément qui était contradictoire si Henry n'était pas responsable de l'activation des Quadrihoppes comment ces dernières pouvaient elle devenir opérationnel alors ?

Mais comment est-ce possible ? il doit bien y avoir un moyen pour qu'une Quadrihoppes s'active lui fit Sigmund.
Henry : en effet il existe bien un principe malheureusement j'en ignore le fonctionnement
Sigmund : mais comment peut tu utiliser un procédé donc tu ignore le principe de fonctionnement.
Henry : simplement en le laissant faire..
Sigmund : comment ça c'est quoi ce procède al fin demanda Sigmund qui n'y comprenais plus rien.
Henry : ce procédé tu le connais comme moi mais tu en ignores également la cause.
Sigmund : attend !! tu serais en train de me dire que ...
... Le procédé qui active les Quadrihoppes n'est rien d'autre que le même phénomène qui jadis a donné une puissance de 2564 Qbits quantique à mon super-calculateur lui répondit Henry

Cette soudaine révélation clou Sigmund sur place, il ne s'attendait pas à une telle révélation de la part de son ami mais celui-ci venait de lui confirmer que le processus qui permettait d'activer les Quadrihoppes était le même qui est le six juin 1994 avait subitement fait augmenter la puissance de son super-calculateur.
Dans ce cas de figure il paraissait normal que Henry ne sache pas comment sa marche puisque cela demeurait un mystère insoluble depuis plus de 10 ans pour Sigmund.

Sigmund : tu voudrais dire que c'est une variation temporel qui active les Quadrihoppes.
Henry : oui !! est comme ont ignore ce qui est à l'origine de ce phénomène il m'est impossible de le reproduire.
Sigmund : logique ce phénomène est si aléatoire et imprévisible qui parait difficile de s'en servir.
Henry : c'est pour ça qu'il est impossible que les Quadrihoppes que tu as découvert soit active car ce phénomène ne s'est pas reproduit depuis 10 ans

La dernière affirmation de Henry laissa Sigmund quelque peu perplexes, celui-ci affirmait qu'aucune variation temporelle n'avait été détectée depuis 10 ans hors Sigmund savait que cela était faux puisqu'il avait détecter pas moins d'une centaine de variation au cours de ces 3 dernières années il y avait donc quelque chose qui clochait dans les dires de son ami.

Sigmund : mais qu'est-ce que tu racontes il y a eu d'autres variations temporelles au cours de ces trois dernières années
Henry : non il n'y en as pas eut sa se serait vu sinon.
Sigmund : pourtant je t'assure qu'il y en as eut je les est même détecter.
Henry : mais c'est pas possible sinon mon super-calculateur aurait encore gagné en puissance or celui-ci n'a pas bougé depuis toutes ces années, c'est bien la preuve qu'il n'y a eu aucune variation temporelle.
Sigmund : et moi je t'affirme qu'il y a eu plus d'une centaine de variations temporelles depuis fin 2002.
Henry : tu est c'est sérieux la
Sigmund : je le suis.
Henry : mais alors pourquoi mon super-calculateur n'as t-il pas été affecter par ces phénomène
Sigmund : la j'avoue ne pas comprendre moi non plus.

Il y avait là un nouveau mystère que Sigmund n'arrivait pas à expliquer, comment est-il possible que le super-calculateur de Henry n'est pas gagné en puissance alors qu'au cours de ces trois dernières années Sigmund avait enregistré plus d'une centaine de variations temporelles , même si l'origine de tout ceci était toujours inexplicable elle auraient dut permettre a cette machine de gagner en puissance mais pour une raison inconnue ce ne fut pas le cas...

Soudain Sigmund eut un éclair de lucidité,en recoupant entre elles les informations que lui avait fournis Waldo avec ces propres expérimentation est les révélations de Henry ,Sigmund avait compris ce qui c'était passé avec cette machine.
Le vieux scientifique n'en était pas vraiment sur mais si sa supposition était juste il avait peut être découvert de quelle façons Mr.X s'y prenait pour activer ces propres Quadrihoppes

Sigmund : je crois que j'ai compris ce qui c'est passé avec ton supercaclutateur
Henry : tu pourrais m'expliquer
Sigmund : non désolé pas pour le moment
Henry : et pourquoi ça ?
Sigmund : je peux rien te dire c'est secret
Henry : encore un secret
Sigmund : je te demande de me faire confiance
Henry : tu veux que je te fasse confiance après tout ce que tu viens de me faire
Sigmund : oui car c'est dans ton intérêt
Henry : comment ce que tu peux me demander ça après ce que tu viens de faire, tu as trahir ma confiance et salit la réputation de mon entreprise, et tu veux que je te fasse confiance !!!!
Sigmund : Oui parce que je crois que je peux t'apporter les preuves de tous ce que j'ai dis
Henry : quelle preuves ? celle que les Quadrihoppes sont dangereuse ou celle qui existe bien des copies.
Sigmund : les deux en faite.
Si les intuitions du vieux scientifique étaient juste , il avait l'occasion de prouver par A+B que c'est affirmation du jour était fondé,amis pour ça allait que Henry lui fasse confiance et lui laisse du temps.
Difficile pour le Dr Hopkins de prendre Sigmund au sérieux après ce que celui ci avait fait,mais il voulu quand même lui accorder le bénéfice du doute,si effectivement Sigmund avait de preuves tangibles de ce qu'il avançait alors Henry serait disposer a reconsidérer la question de la dangerosité des Quadrihoppes

Henry : tu peut vraiment me le prouver.
Sigmund : je peut te le prouver mais il faut que tu me donne un peu de tems pour ça
Henry : mais a quelle jeu joue tu Sigmund
Sigmund : je joue a un jeu dangereux.
Henry : tu trempe dans une affaire louche c'est ça
Sigmund : cette affaire te concerne toi aussi
Henry : tu peux m'en dire plus
Sigmund : pas pour le moments
Henry : si sa me concerne je suis en droit de savoir.
Sigmund : en temps normal je serais d'accord avec toi, mais crois moi dans ton intérêt vaux mieux que tu ignore ce qui se passe.
Henry : mais pourquoi.
Sigmund : fait moi confiance c'est tous ce que je peut te dire.

Visiblement quoi que puisse dire Henry Sigmund n'ait pas disposer a lâcher le morceau,Henry commença même a ce demander si tous ce qui se passait en ce moment n'était pas un plan de Sigmund destiner a l'aider et que finalement son petit numéro du jour avait eut une raison d'exister.
Conscient de ça Henry pris le risque de faire confiance a Sigmund et accepta de lui donner un délai.

Très bien dans ce cas-là je te donne deux mois lui dit Henry
Sigmund : tu n'auras pas a le regretté mon ami je t'apporterai la preuve de ce que j'avance
Henry : je ne comprends toujours pas pourquoi tu veux faire tout ça et qu'ils sont les raisons qui t'anime
Sigmund : j'ai mes raisons, et tous ce que je demande pour le moment c'est de ne rien faire
Comment ça ne rien faire s'etonna Henry.
Sigmund : je te demande de ne pas intervenir et de laisser les l'événement suivre leur cours
Henry : tout cela est bien mystérieux que me cache tu vraiment
Sigmund : désolé mais c'est top secret
Henry : TOP SECRET !!! c'est pas dans ton style d'être si secret
Sigmund : il y a beaucoup de choses que tu ignores pour le moment et je ne peux rien te dire
Henry : je vais devoir attendre alors.
Sigmund : oui cependant j'aurais une recommandation à te faire
Henry : quel genre de recommandations ?
Sigmund : ne parle de cet entretien à personne pas à même à Anthea surtout a Anthea
Henry : pourquoi spécialement a elle.
Sigmund : tous simplement parce que j'ai des raisons de penser que certaines personnes dans ton entourage ne te souhaite pas du bien.
Henry : tu veux dire que des gens en auraient après moi
Sigmund : indirectement oui !!! certaines personnes ont des vues sur ton entreprise et pour elles tu constitue un obstacle qu'il faut ... éliminer.
Henry : tu veux dire que ma vie serait en danger.
Sigmund : pas pour le moment mais je crains que cela ne tarde.
Henry : tu penses qu'il voudrait s'en prendre à moi directement
Sigmund : pas de façon directe mais d'une manière détourner.
Henry : comment ça ?
Sigmund : tu m'as bien dit que certain organisme privée on tenter des OPA contre ta société.
Henry : des rachat d'actions a vaste échelle mais rein de concluant pour le moments
Sigmund : que jetait ces acheteurs potentiel
Henry : ce sont surtout des banques étrangères.
Sigmund : sa confirme se que se que je pense, il y a quelque part des personnes qui essaie de s'emparer de ta société et je pense que pour cela ils seront prêts à utiliser tous les moyens qui soient.

Cette remarque ne laissa pas Henry de glace car effectivement depuis quelque temps sa société était devenu la cible de pas mal d' agissent financier douteux,rachat d'actions, rumeur calomnieuse ,le fait que Sigmund suspect quelqu'un de vouloir lui nuire Henry conclu que certains incident isolé n'était peut etre pas le fruit du hasard mais bien l'oeuvre d'un ennemis inconnu, car en mars dernier il y avait eut cette attaque informatique qui avait été déjouer
Attaque qui impliquait un colossal monstre informatique venu de nul part,Henry cru bon alors d'en informer son ami.

Sigmund !! il y a un truc que tu doit savoir lui dit Henry
Et quoi donc lui demanda Sigmund
Henry : au mois de mars dernier Neo-Carthage a été attaqué par une sorte de monstre informatique géant.
Sigmund : un virus informatique
Henry : non quelque chose de plus évoluer que ça, crois tu que cela puisse avoir un rapport avec ceux qui me veulent du mal.

L' évocations d'un monstre géant ne surpris qu'a moitie Sigmund de toute évidence c'était bien la l'oeuvre de Xana.
Un monstre informatique de taille colossal !!! quelle redoutable idée, rien de telle qu'un monstre géant pour faire tomber les murailles virtuel de Neo Carthage de se point de vu la Xana avait su faire les choses en grand,avec un tel monstre la diabolique IA n'aurait ut aucun mal a s'emparer de Neo-Carthage.
Toutefois si Xana était bien responsable de cette attaque il n'avait pus la concrétiser que grâce a toutes la puissance de calcul que lui avait fourmis les super calculateur infecter,puissance acquise grâce au Quadrihoppes "pirates" de ce cher Mr.X
Bien que chacun oeuvrait pour son propre intérêt Xana et MrX avait collaborer ensemble sans le savoir.
Sigmund se cacha bien de tous révéler mais pour tranquilliser son amis il fit l'erreur de lui confirmer l'existence d'un lien sans savoir que cette révélation allait être lourde de conséquence dans l'avenir pour un petit groupe d' adolescent français.

Si tu veux tous avoir il y a un liens entre ces deux affaires lui dit Sigmund.
Henry : donc tu me confirme bien que des personnes cherche a me nuire en m'attaquant sur deux front diffèrent.
Du certaine manière c'est ça lui répondit Sigmund
Henry : il va donc falloir que je me défende
Sigmund : comment ça ?
Henry : tu imagine bien que je vais pas rester les bras croiser a rien faire alors qu'on essaye de s'en prendre a moi et a mon oeuvre
Sigmund : attend la que compte tu faire.
Henry : je vais prendre les mesures qui s'impose
Sigmund : tu m'as dit que tu me laissait le temps de t'apporter les preuves.
Henry : je te l'ai dis mais rien m' empêche de prendre les devant
Sigmund : c'est pas nécessaire je t'apporterai les preuves nécessaires et sont là tus pourras te défendre
Henry : rassure toi sur le plan juridique j'ai de quoi me défendre, la société est protégée contre d'éventuelles OPA et en ce qui concerne le côté virtuel dans le pire des cas il me reste la
directive Morrigan.

La directive Morrigan la simple évocation de se noms suffit a faire peur a Sigmund, au même titre que Henry Sigmund connaissait les tenant et aboutissant de ce procédé qui consistait a booster la puissance d'une machine au delà de ces limites.
En d'autres circonstance le processus aurait été intéressant a utiliser mais dans le contexte actuel son usage équivaudrait a un suicide.
Donner une telle puissance a cette machine renforcerait le pouvoir de calcul de Tanit et Sigmund avait encore en mémoire ce que lui avait raconté Waldo au sujet de Xana.

La terrible IA avait été conçu pour obéir a son maître mais au fur et a mesure ou le super-calculateur de Hopper gagnait en puissance la conscience de Xana prenait elle aussi de l'ampleur et ceci jusqu'au jour ou la diabolique intelligence artificiel décida de s' affranchir de l autorité de son maître.

Sigmund craignait que ceci ne se produisent avec Tanit si la directive Morrigan était mis en place, mais ne pouvant pas le justifier il exhorta alors Henry a ne pas utiliser ce procédé surtout si dans deux mois Sigmund allait lui fournir de quoi se défendre.

Sigmund : écoute Henry quoi qu'il arrive surtout ne met pas en application la directive Morrigan.
Henry : mais c'est le seul moyen qu'on est pour se défendre contre une nouvelle attaque
Sigmund : croie moi se serait une erreur de le faire
Henry : mais pourquoi.
Sigmund : dans le cas présent c'est inutile et dans ton intérêt vaux mieux pas y avoir recours
Henry : je parie que la aussi tu va pas me dire pourquoi.
Sigmund : je regrette mais la aussi je dois me taire
Henry : très bien je ne ferais rien pour le moment mais j espère que d'ici rein de grave n'arrive
Sigmund : tu pense aune nouvelle attaque
Henry : oui et si cela devait arriver je n'aurais peut être pas le choix surtout si le conseille d' Administration l'exige
Sigmund : Anthea préside aussi se conseil il me semble
Henry : au même titre que Simon Watson toutes les décision doivent être unanime sans quoi rein ne peut se faire
Sigmund : c'est mieux ainsi alors tant que chacun reste dans son coin et tous iras pour le mieux

Cette nouvelle rassura Sigmund qui voyait la un moyen de gagner du temps mais le plus dure restait a faire il fallait encore trouver Mr.X et le neutraliser, après quoi Sigmund s' emploierai a réparer le tord qu'il avait fais a son ami.

Henry : alors on fait comme ça dans deux mois tu m apporte ces fameuses preuves
Sigmund : tu les auras en contre partie tu promet de ne rein faire
Henry : rein sauf si la situation l'exige
Sigmund : sa va de soi
Henry : et toi de ton coté.
Sigmund : le 1er octobre 2005 tu auras toutes les preuves que tu voudras après quoi je ferais un démenti public de mes accusations.
Henry : tu ferais ça pour moi.
Sigmund : je te le dois,se sera ma façons de me aire pardonner
Henry : très bien mon ami je veux bien te faire confiance tu as deux mois pour faire tes preuves alors
Sigmund : et tu les auras..

Étonnement Henry pris le risque de faire confiance a Sigmund, il tendit une mains amical a Sigmund en signe de confiance mais surtout pour conclure l'affaire, Sigmund la lui saisit et lui serra vigoureusement pour sceller leur pacte.

Henry : a dans deux mois Sigmund
Sigmund : a dans deux mois Henry.

Sigmund reprit sa veste est ces affaire est je dirigeai vers la sortis du bureau,juste avant de sortir Sigmund jeta un dernier regard a son ami apres quoi il ferma la porte derrière lui,a présent Sigmund devait regagner au plus vite la sortie pour retrouver le colonel et le major qui avaient établis leur camps de base a l hôtel du rieur sanglier"
alors qu'il pressait le pas Sigmund croisa quelqu'un au détour d'un couloir ,cette personne fut fort surprise de se retrouver nez a nez avec Sigmund, ce sentiment fut également partager par le vieille homme qui ne s'attendait pas a tomber sur Anthea qui se rendait au bureau de son mari.

Anthea mais que fait tu la lui demanda Sigmund
C'est plutôt toi de me dire ce que tu fais la lui répondit Anthea.
Sigmund : je sors a l'instant du bureau de Henry
Que faisait tu la bas lui demanda la femme au cheveu gris-rose
Sigmund : je viens de discuter avec Henry au sujet de notre petit accrochage du jour
Tu ose l'appeler ça un petit accrochage lui fit Anthea.

La scientifique avait du mal à cacher sa colère, il faut dire qu'après ce que venait de faire Sigmund Anthea était plutôt remonter contre lui, mais outre les accusations grotesque que le vieux scientifique avait put proférer c'est surtout sa présence qui indisposait le plus Anthea.
Anthea ne voulait plus le voir car pour elle Sigmund avait trahi leur confiance est peut-être ruinée en quelques minutes des années de travail et puisque qu'elle avait le félon sous la mains elle se priva pas de lui dire ces 4 vérité

Tu est un beau salopard Sigmund lui dit sans détour Anthea.
Tu m'en veux a ce que je vois lui répondit Sigmund.
Anthea : et en plus tu feinte l'innocence après ce que tu viens de faire
Sigmund : difficile de faire autrement.
Tu te rend compte de ce que tu a fait,la société comptait énormément sur cette exposition et toi tu as tout gâché lui dit Anthea.
Crois moi Anthea c'est pour le bien de l'humanité que j'ai fais ça lui répondit Sigmund.
Anthea : pour le bien de l'humanité !!! tu croit sincèrement que je vais gober un bobard pareil...
Et pourtant c'est la vérité lui dit dit Sigmund.
Anthea : tu me prend pour une idiote ou quoi !! tu nous traîne dans la boue devant tous le monde et tu voudrais que je te crois...

Difficile pour Sigmund d'être crédible au yeux de la quinquagénaire qu'était devenu Anthea,pourtant il voulait la convaincre du bien-fondé de ses dires et lui faire comprend qu'il avait agit pour leur bien.
Depuis le début de cette mission Sigmund c'était fixé deux buts, le premier de tous était de détruire Xana et Mr.X pour que le monde devienne vraiment sans danger.
Le deuxième but que c'était fixé le vieux scientifique c'était de protéger ces amis contre tous leur ennemis ... Henry, Anthea, Waldo, et même Aelita qu'il ne connaissait pas avaient revêtu à ces yeux un caractère très important.
A l'exception de son fils ils étaient tous devenu des membres à part entières de sa famille, est dans une famille on protège les siens contre les dangers qui viennent de l'extérieur et parfois même ont est obliger de faire face a ceux qui vient de l'intérieur.
Sigmund avait conscience du trouble qui habitait Anthea mais il devait de lui faire part de nouvelles importantes.

Sigmund : crois-le ou non mais je devais le faire.
Anthea : pour flatter ton petit ego je présume.
Sigmund : pour vous proteger.
Anthea : tu as un drôle de faons de nous proteger je trouve.
Sigmund : ma méthode est particulière je te l'avoue mais mes intentions sont pure.
Anthea : tu parle !!! tu as fait ça pour toi, tu avait besoin de faire la une des journaux et tu t'est dis que notre manifestation te donnerai l'occasion d'attirer sur toi les regard
Sigmund : tu te trompe complètement sa n'as rein avoir avec mes ambitions personnel

Sigmund avait beau dire, Anthea n'en démordait pas pour elle le vielle homme avait fait tous se cirque pour faire parler de lui, et qu'elle plus belle occasion que la manifestions programmer aujourd'hui pour faire entendre sa voix.
Pour Anthea Sigmund n'était qu'un vielle égoïste qui venait de faire un tord considérable a la société,par son action il venait de mettre en péril beaucoup de projet,et l'un deux était notamment Tanit, c'était en fait la vrai raison de la colère de Anthea,si l'entreprise était en danger Tanit le serait aussi et pour ça Anthea en voulait a mort a Sigmund

Anthea : de grands comptes que nous avions misés beaucoup sur cette manifestation
Sigmund : je le sais
Anthea : notre entreprise à une passe difficile en ce moment et la vente des Quadrihoppes nous auraient assuré une confortable rentrée d'argent,mais à cause de toi c'est compromis
Sigmund : pour le moment mais sa va s'arranger, l'entreprise est solide
Anthea : pas autant que ça car sans argent on ne pourra plus continuer nos expérimentations
Sigmund : a ce point la ?!!
Anthea : tu ne te rends pas compte mais le fonctionnement du super-calculateur est un véritable gouffre financier pour notre société
Sigmund : dans ce cas-là vous n'avez qu'à le débrancher vous ferez des économies.

La proposition de Sigmund paru des plus absurde qui soit,le super-calculateur n'était pas une console de poche,on pouvait pas s'amuser a le débrancher comme ça,de plus pour Anthea désactiver cette machine était tous simplement inacceptable et ceci a cause de Tanit.

Mais tu te rends compte que si on fait ça je ne pourrais plus revoir ma fille lui fit Anthea.
Sigmund : tu n'a pas besoin de cette machine pour revoir Aelita.
Anthea : sa c'est sur je ne risque pas de la revoir puisqu'elle est morte
Sigmund : mais qu'est ce que tu raconte ta fille n'est pas morte
Anthea : si !! Aelita est morte.
Sigmund : mais non elle est vivante
Anthea : qu'est ce qui te faire dire ça.

Sigmund allait devoir faire un aveu très particulier a Anthea, il fallait impérativement que la scientifique que sa fille était vivante, Si Sigmund avait des doutes sur le statut de Waldo il savait pertinemment que sa fille était toujours de ce monde et que avec son aide Anthea pourrait la retrouver.
cette nouvelle aurait sûrement remplis de joie le coeur de Anthea mais il n'en fut rein a la grande surprise de Sigmund.

Sigmund : ta fille est vivante ma chère Anthea
Ma fille est morte lui dit Anthea
Sigmund : je assure que non elle est vivante et va sûrement re-apparaître d'ici peu
Anthea : les fantômes n'existe pas
Sigmund : dans le cas de Aelita elle n'est ni un fantôme ni un spectre mais bien un être de chaires et de sang qui éprouve sûrement le besoin de te revoir.
Anthea : je n'ai pas besoin de la revoir car ma fille est auprès de moi
Je suppose que tu garde en mémoire son souvenir lui dit Sigmund
Anthea : de quel souvenir parle tu alors que j'ai revu ma fille pas tard que cette après midi

Sigmund fut surpris par la révelation de Anthea , se pouvait il que Aelita est décider de e manifester aujourd'hui, après toutes ces années de separation se pouvait quelle est enfin retrouver sa mère ? mais si c'était la cas ou était elle

Sigmund : alors Aelita était la
Anthea : d'une certaine manière elle était la
Sigmund : comment ça d'une certaine manière
Anthea : disons que sont corp était plus ai moins la
Sigmund : son corps
Anthea : son patrimoine génétique si tu préfère
Sigmund : je comprend rein la mais de quoi parle tu
Anthea : mais voyons je te parle de TANIT...

--------------------------------------- TANIT MA PETITE FILLE ---------------------------------------

Sigmund n'en cru pas ces oreille alors qu'il pensait que Anthea parlait de Aelita,celle ci depuis le début faisait référence a Tanit sa créations.

Mais voyons Anthea Tanit n'est pas ta fille c'est ta création fit Sigmund
Anthea : non Tanit est ma petite fille.
Sigmund : ta fille s'appelle Aelita et c'est une humaine
Anthea : mais Tanit est humaine, elle as des sentiment pour moi
Sigmund : Tanit est une IA
Anthea : Tanit est ma fille
Sigmund : Non Anthea ta fille s'appelle Aelita Schaeffer et c'est une humaine pas un programme informatique.
Anthea : Tanit est tous aussi réel car elle m'aime.

Pour Sigmund c'était tous simplement incroyable ce que lui disait Anthea,comment pouvait elle considérer sa création plus réel que sa propre fille a elle est Waldo.
Aussi douleur que cela puisse paraître Sigmund était obliger d'admettre que les rumeurs qui circulait au sujet de Anthea était malheureusement bien fondée.

Alors c'est vrai fit Sigmund
Qu'est ce qui est vrai demanda Anthea
Sigmund : sincèrement je ne voulais pas y croire, je préférais encore te laisser le bénéfice du doute mais la je suis obligé de constater que les rumeurs sont fondé
A quel sujet demanda Anthea
Ta création est devenue ton obsession , tu as complètement perdu les pieds avec la réalité ma pauvre Anthea lui fit Sigmund.

A cet instant précis Anthea colla une claque à Sigmund, celui-ci ne broncha pas en retour il se contenta seulement d'accuser le coup et de regarder Anthea avec un air très sévère
La scientifique avait les yeux grand ouvert mais ceux ci ne laissait entrevoir aucune émotions la seul chose qui transparaissait dans son regard vitreux c'était l'image de la folie

Vraiment je suis navrée pour toi lui dit Sigmund en faisant face a Anthea
Anthea : garde ta piéter je n'en veux pas espèce de menteur
Sigmund : tu ne veux vraiment pas me croire tu
Anthea : rien de ce qui sort de ta bouche n'est vrai.
Sigmund : tu te trompe Anthea est c'est la le drame, tu te berne toi même Anthea je trouve ça pitoyable de ta part.
Ne me juge pas sans savoir ... tu ne sait pas ... non tu ne sait rien ... fit Anthea.

Anthea n'eut pas besoin d'en dire plus,Sigmund avait bien compris ce que son amie avait voulu lui dire, le spectacle qui s'offrait au vieux scientifique était navrant mais pouvait-il pour autant blâmer l'accès de folie de Anthea ?
Après toutes les épreuves par lesquels elle était passée il était presque compréhensible que Anthea soit devenu la femme qu'elle était actuellement,car la vie ne lui avait pas vriment fait de cadeaux.

Orpheline depuis sa naissance elle etait tour a tour passer du stade de biologiste a celui de fugitive,puis elle était devenue mère ce qui fut pour elle sont plus grand bonheur et le drame de sa vie
En 1989 on l'avait arracher a sa famille sous les yeux de sa fille et de son mari,après quoi elle avait passé pas moins de 4 ans dans une prison de haute sécurité des services secret.
Quatre années a être interroger,brimer et malmener tous ça pour savoir ou était le matériel radioactif que son traître de mari avait voler.
Cette éprouvante expérience avait traumatiser la jeune femme qui était innocente de tous se qu'on lui reprochait vu que c'était son mari le vrai coupable.

Pourtant un jour une personne était venu la chercher en cellule, il s'agissait de Henry Hopkins qui avait pas le biais de certains amis haut placer avait obtenu la libération de Anthea.
Quand il retrouva la jeune femme celle ci était dans un sale état,Henry lui offrit alors les meilleurs soin qui soit pour lui permet de retrouver goût a la vie
Anthea se reconstruisit progressivement mais un autre malheur allait frapper sa vie
Son mari et sa fille avait disparu de la surface de la terre, tous deux étaient présumé mort se qui fut un nouveau choc pour Anthea,la quarantaine passe Anthea ne pouvait plus enfanter, la femme voyait la tous ces espoir de vie de famille s'achever avec la disparition de sa fille,se qui la fit déprimer.

Pourtant peut de temps après elle appris l'existence du projet Neo-Carthage, ainsi que l'attention de Henry de vouloir créer une intelligence artificiel,celui ci avait demander le concours de Anthea en pesant que si elle avait un nouveau but dans la vie elle trouverai sûrement la force de continuer a vivre.

La perspective de donner a nouveau la vie enchanta Anthea, elle usa alors de ces charmes pour séduire le brave Henry, elle n'eut aucun mal a se glisser dans son lit car elle savait que se dernier nourrissait certains sentiment a son égard puis des années chemin faisant elle épousa Henry est a nouveau sa vie recommençait.

Une nouvelle vie ou les fantômes du passé n'avaient pas leurs place, le projet Neo-Carthage allait lui donner l' occasion de créer la vie, une vie artificiel que Anthea nomma affectueusement Tanit, une IA quelle considéra rapidement comme sa propre petite fille.
Dans sa quête incessante à vouloir créer Tanit Anthea était allée jusqu'à gommer de sa mémoire le souvenir de sa fille naturel, pour elle Aelita était morte et Tanit avait pris sa place dans son coeur.

Sigmund : alors Tanit est devenu le moteur de ta vie si je comprend bien
Anthea : elle est tous pour moi.
Sigmund : et pour toi Aelita est morte
Aelita est morte fit Anthea avec convictions
Sigmund : alors je n'ai plus rien a te dire

Sigmund était navré de ce spectacle, sans rien ajouter de plus il préféra mettre un terme à cette discussion ,il tourna le dos a Anthea et commença a partir, la vieille femme ne fit rien pour le retenir, Anthea le regarda s'éloigner sans un bruit, pourtant a un moment Sigmund s'arrêta et se retourna vers Anthea pour lui dire une dernière chose...

Sincèrement Anthea j'espère que ta fille n'éprouve pas le besoin de te revoir car elle pourrait bien être déçue de se retrouver en face de toi lui fit Sigmund.

à cette dernière allocution Anthea ne réagit même pas elle se contenta de fixer sévèrement Sigmund pour lui signifier que quoi qu'il dise cela n'avait aucune importance pourtant à cet instant ni Sigmund ni Anthea n'aurait pus se douter à quel point ces paroles allaient être prophétiques.



30 septembre 2005 - bureau de Simon Watson - 20 h 30

à cette heure-ci les bureaux de Cyclotron étaient quasiment déserts, tous les employés étaient déjà rentrés chez eux pour profiter de leur début de week-end, seul Simon Watson était resté afin de terminer de rédiger quelques rapports.
C'est à ce moment là qu'il reçut un appel de l'un des gardiens à l'entrée du bâtiment,se demandant se qui se passait Simon pris la communication.

Allô oui fit Simon
Mr Watson ici Mr Madigan fit le gardien
Est bien que se passe t'il Mr Madigan demanda simon
Mr Madigan : j'ai une personne qui attendant devant la grille
Mr Watson : oui est alors pourquoi vous me déranger avec ça
Mr Madigan : cette personne voudrait vous voir
Mr Watson : moi
Mr Madigan : oui elle réclame après vous
Mr Watson : qui est ce ?
Mr Madigan : c'est le professeur Sigmund Kessel
Mr Watson : le professeur Kessel, mais que fait il ici a cette heure
Mr Madigan : il dit vouloir vous voir
Mr Watson : dit lui que je n'ai pas le temps

Il se faisait tard est Simon n'avait pas vraiment envie de converser avec le docteur Kessel, surtout que la derneire foi ou il l'avait vu cela avait finis par se terminer en un vrai scandale.
Cela faisait tous juste deux mois que Sigmund n'était pas revenu a Cyclotron ,mais comme il avait promis a Henry il était revenu pour le voir, et quoi qu'il arrive il devait rentrer dans la société, il fait donc le pied de grue devant les grilles de Cyclotron au grand dan du gardien qui ne pouvait rein faire car ce dernier avait reçu des instructions très particulière au sujet de Sigmund.

Mr Madigan : il insiste Mr...
Mr Watson : alors il devra attendre faite le lui comprendre
Mr Madigan : le problème c'est que je peux pa.s
Mr Watson : comment ça vous pouvez pas !!!
Mr Madigan : j'ai ordre de laisser passer le docteur Kessel si celui ci en fait la demande
Mr Watson : qui vous a donnez un telle ordre demanda Simon
Mr Madigan : c'est le docteur Hopkins en personne, et je précise qu'il a insister la dessus
Mr Watson : le docteur Hopkins a dit ça ?!!!

Compte tenu de la situation des dernier mois Henry avait donner un passe droit exceptionnel a Sigmund celui ci était libre de venir a n'importe quelle moment de la journée ou du soir, pour une raison inconnue il avait décider de venir ce soir la et avait insister pour rencontrer Mr Watson en priorité,le jeune cadre se serait bien passer d'une telle visite mais il ne pouvait pas aller a l'encontre d'un ordre donner par son supérieur il décida donc de rencontrer le docteur Kessel.

Mr Madigan : qu'est ce que je fais
Mr Watson : c'est bon laisser le entrer

C'était vendredi soir et Simon se demandait bien ce que le docteur Kessel pouvait lui vouloir surtout a une heure si tardive, il demanda donc au gardien d'escorter le docteur Kessel jusqu'à l'entrée du bâtiment
Au bout de 5 minutes quelque frappa la porte du bureau de Simon qui permit a la personne derrière de rentrer.

Vous pouvez rentrer fit il

Le docteur fit sont entrer dans le pièce,Simon l' accueillit le plus poliment du monde en lui souhaitant le bonsoir mais Sigmund ne lui rendit pas sa politesse au contraire le vieux scientifique dévisageait froidement le jeune cadre.
Il s'approcha du bureau ou Simon était encore assit, ne comprenant rein a cette attitude Simon réitéra encore ces souhaits de bienvenu.

Bien le bonsoir professeur Kessel quelle bon vent vous amène dit il
Gardez vos boniment pour les autres lui répondit sèchement Sigmund.

Le ton que venait de pendre Sigmund n'était vraiment pas des plus cordiale qui soit, cette attitude de la part de Sigmund était des plus étonnantes,mais non content d'être sec dans ces propos le vieux scientifique s'adressa de nouveau a Simon en des terme peu amical

La comédie est finis lui dit Sigmund.
je ne comprend pas la de quoi parler vous demanda Simon intrigué.
Sigmund : inutile de faire votre cinéma j'ai tout découvert.
Mr Watson : vous parlez de quoi la ?
Sigmund : je connais la vérité a votre sujet
C'est incompréhensible ce que vous dites fit Simon interloquée
Sigmund : au contraire c'est très facile a comprendre.
Mr Watson : ah bon
Sigmund : inutile de continuer à vous cacher je sais qui vous êtes ...

_________________________ MR.X _________________________


















chapitre 31 cauchemar

01 octobre 2005

"Ce que tu dit n'a pas de sens"

Et pourtant tu dois me croire fit William
Je ne peux pas y croire répondit la jeune fille.
William : Yumi il le faut.
Yumi : je ne peux pas c'est trop délirant ton histoire.
William : je sais moi même j'ai peine a y croire.
Yumi : alors n'y prête pas attention après tous ce n'est qu'un cauchemar
William : ce n'est pas un cauchemar s'est bien plus que ça
Yumi : c'est quoi alors ?
William : c'est l'avenir que j'ai vus !!!
Yumi : l'avenir !! mais tu délire complètement mon pauvre William.
William : parfois je me le demande
Yumi : voyons William tu sais bien que c'est impossible.
William : impossible ou pas ce qui s'y passe est si réel que ...
... que tu n'en dort plus de la nuit lui fit Yumi.
Oui lui fit William en hochant de la tête

Depuis maintenant une bonne demi-heure William s'entretenait avec Yumi dans un coin reculé de la cour,après plusieurs jours d'hésitation le beau ténébreux avait finalement trouvé le courage de parler de ces cauchemars à la jeune japonaise.
A l'instar de toutes les nuits passées William avait de nouveau été victime du même cauchemar, cependant à la différence des précédents son cauchemar avait été beaucoup plus précis que les autres, il comportait de nouveaux éléments qui avait profondément troublé William.

Cette fois -ci la scène se passait sur le territoire foret, Yumi est William combattait côte à côte leurs ennemis commun, ou plutôt un ennemi car il s'agissait ni plus ni moins que de Skull.
Mais un Skull très diffèrent de la première fois, il portait toujours son affreux masque de squelette cependant la tunique noire qu'il portait avait changer d'allure, d'étrange symboles rouge avaient fait leur apparition ce qui semblait avoir rendu Skull beaucoup plus agressif, au lieu de faire apparaître des monstres le mystérieux fantôme avait décidé de combattre lui-même.
Pour affronter Yumi et William celui-ci se servait d'une épée faite apparemment en os,muni de ce sabre osseux Skull se lança corps et âme dans la bataille.
Le combat qui s'ensuivit fut âpres, Yumi et William résistèrent du mieux qu'ils pouvaient au assaut enragé de Skull esquivant nuage de fumée et coup d'épée.
La lutte semblait difficile mais grâce a une bonne coordination et a une entende réciproque les deux Lyoko-guerriers n'eurent pas de mal a se défaire de leur adversaire malgres l'incroyable l'agilité et les pouvoirs dont il semblait disposer.

Mais Yumi est William n'eurent pas le temps de fêter leur victoire,il reçurent un appel de Jeremie les sommant de rallier au plus vite le territoire du désert afin de prêter main-forte à Ulrich et Odd, en effet leur deux compères était en grande difficulté sur le territoire face a un ennemi inconnu.
Ni une ni deux Yumi et William s' empressèrent de gagner la tour du passage la plus proche qui soit,mais en dépit de leur rapidité il arrivèrent trop tard pour aider leur ami, le mystérieux spectre violet avait déjà eut raison de Odd,est c'est la que le cauchemar de William débute a chaque fois.

A nouveau Yumi et William font face au spectre violet qui avait pris les traits de Aelita tandis que Ulrich était au prise avec d'autres adversaires non identifier.
Le clone de Aelita portait une tunique assez semblable a celle de Skull, seulement cette dernière était ornée de bijou en or,le spectre s'adressa a eux dans un langage assez incompréhensible la seul chose que Yumi est William comprirent c'est que le sceptre leur ordonnait de se soumettre a son autorité sans quoi il les détruiraient.
Nullement impressionner les deux Lyoko guerrier se lancèrent a l'assaut du spectre mais celui esquiva sans difficulté le attaques combinés de William et Yumi, de la même manière que son original le clone de Aelita était capable de créer des champs de force pour se défendre,mais des champs de force très diffèrent des autres car ceux ci étaient des sphères de couleur noire parsemée d'éclair violet.

Ces champs de force noir avait la particularité de ne pas désintégré ce qu'ils touchaient mais seulement d'exploser au contact de leurs cibles, et c'est justement ce qui fut a l'origine du drame, le spectre tendit sa mains droite paume contre le ciel, dans sa mains se concentra alors une multitude de petite sphère d'énergie noire très brillante ,William contrairement a Yumi les distingua parfaitement, c'est alors que d'un rapide geste semi circulaire allant de droite a gauche le spectre lança une rafale de mini sphère qui touchèrent Yumi est William sans que ces derniers n'usent le temps de se proteger, chacun des Lyoko-guerriers fut projeter en arrière sous le choc des mini explosions, Yumi échoua au bord du plateau tandis que William touché en pleine poitrine gisait coucher sur le dos.
Gravement touché les deux Lyoko-guerriers peinaient a se relever,William souffrait et avait du mal a se mouvoir tandis que Yumi sonné par le choc était légèrement avachi sur le rebord du territoire, c'est a cette instant que le spectre prit pour cible le jeune japonaise,le clone de Aelita arma un champs de force noir plus gros que les autres et le pointa sur Yumi.

Et la le cauchemar suis son cour, témoins de ce qui se passait mais étant incapable de bouger après avoir encaisser la rafale d'énergie William cria a Yumi de s'écarter du bord mais la japonaise était trop faible pour réagir aussitôt le spectre lança la sphère qui frappa Yumi de pleins fouet,l'explosion qui s'en suivit était si forte que la pauvre jeune fille fut soufflé comme une faitue de paille, son corp inanimée s 'échappa d'un nuage de poussière et de fumée avant de tomber lourdement hors du plateau.
A chaque fois cette scène William la vivait au ralenti, Yumi inconsciente les jambes et les bras ballant entamait une chute vertigineuse vers la mer numérique...William criait désespèrement son noms au moment même ou une colonne de lumière s' érigeait dans le ciel... et la plus rien....

.... rien que la peur et l'effroi qui réveillait toujours William a se moment la,un cauchemar sans noms qui glaçait le sang de William et les troublait profondément au point de ne plus trouver le sommeil.
Il restait souvent pendant des heures couché dans son lit a regarder le plafond a demi éclairé par la lune, a la fin de chaque cauchemars le trouble envahissait ces penses il ne parvenait pas a chasser ces horribles images de son esprit.
Pourtant la nuit dernière le cauchemar avait pris une nouvelle ampleur le réalisme de celui ci était peut être un signal d'alarme avertissant William que se jour funeste était proche.
Cette nuit la William avait pris le temps de réfléchir sur l'origine est la signification de tous ça.

d'où pouvait venir ces cauchemars ? ----- quelle pouvait en être l'origine ?

N'étant pas scientifique pour deux sous William se demandait tous de même si tous ceci n'était pas lier a la réactivation du super-calculateur, après tous cette machine était capable remonter le temps de 48 heures, peut être pouvait t'on aller vers le futur avec ou si se n'était pas le cas il était possible d'en apercevoir une partie, en faite William n'en savait rien le peu qu'il connaissait sur la théorie des voyages dans le temps c'est qu'il en avait lu une foi dans un vieux magazine scientifique alors qu'il patientait dans la salle d'attente de son dentiste.

N'ayant rein d'autre faire le jeune garçons avait pris un peu de lecture sur la table, mais le dentiste n'avait pas mis de revue très intéressante a lire, entre les vieux magazines de "femme superficiel" et les BD pour enfant du style Bee Bee la petite abeille William était plutôt rester sur sa faim, (1)
Il se rabattit donc sur un magazine appeler "Science et espace",dans celui il trouva un article qui parlait des anomalies spatio-temporel et des voyages dans le temps,d'après l'auteur il se pouvait que notre univers soit parcouru d'échos temporel,des échos venant du futur et qu'il serait possible de les capter avec des appareil spécifique et notamment des super-calculateur quantique.
William n'arrivait pas a comprendre de quoi il en retournait car l'article était très technique dans sa rédaction ,celui ci comportait des formules mathématique très complexe c'est qui équivalait a du chinois pour William,visiblement l'auteur de l'article le docteur Kessel était comme la plus part des scientifique il ne pouvait pas écrire un article avec des mots simple,il fallait que se soit rédiger dans un dialecte illisible pour le néophyte.
L'auteur précisa sans trop s'avancer que ce phénomènes existait peut être a l'état naturel, selon lui certaine personne serait capable de capter ces échos et ainsi d'entrevoir le futur, cette théorie expliquerait pourquoi certaine personne ferait des rêves prémonitoires, ce fut se dernier point qui avait retenu a l 'attention de William.

William était il un être a part ? avait il cette capacité de capter les échos du futur ? si c'était le cas il avait la un grand pouvoir insoupçonner
La question était de savoir d'où pouvait lui venir ce pouvoir, toutes sa vie passé il n'avait jamais rêver du futur, mais c'est derniers temps ce genre de rêve étaient devenu fréquent.. qu'est ce qui avait changer dans la vie de William pour que ceci arrive ?
Pour William ici n'y avait que deux explications, soit pour une raison inconnu il était relier au super-calculateur et ces rêves viendrait de la soit....
.... Soit le temps passer sous le contrôle de Xana avait changer quelque chose en lui,quelque chose qui le rendrait diffèrent et qui lui permettrait de voir l'avenir...Mais quelle avenir !!!!
Ce que voyait William n'avait rien de réjouissant car il s'agissait du trépas de Yumi,difficile pour le beau ténébreux de faire l'impasse la dessus tant ce cauchemar prémonitoire revenait de façons récurrente chaque soir.

Était ce vraiment l'avenir que William voyait, ceci le jeune homme le craignait bien ,car depuis que Jeremie était revenu Yumi lui avait céder sa place ce qui voulais dire que la jolie japonaise allait de nouveau effectuer des missions sur Lyoko.
Si tel était le cas a coup sur cette dernière courait un grand danger et sa William ne pouvait l'accepter , prenant son courage à deux mains est surmontant sa peur de ne pas être pris au sérieux William avait sans hésitation décider d'en parler a Yumi.

Le lendemains une demi heure avant les cours du matin William était venu intercepter Yumi a l'entrée du lycée , il demanda a Yumi de l'accompagner dans un coin discret pour lui parler seul a seul bien entendu Yumi lui demanda pourquoi, le jeune homme avança comme excuse le fait qu'il avait quelque chose de très personnel a lui avouer et que cela ne pouvait pas attendre car cela la concernait au plus au point.

Devant une attitude si mystérieuse de la part de William Yumi se serait montrer plus méfiante, en temps normal elle aurait demander des l'explication mais vu la mine déconfits qu' affichait le jeune homme elle compris que celui n'avait pas l'attention de l'embarquer dans un plan drague a deux balles.

Après s'être mit en retrait des autres élèves William demanda quelques secondes de patience a Yumi,ce qu'il allait lui révéler ne serait pas facile a entendre pour le jeune japonaise mais William devait prendre le risque d'être ridicule a ces yeux car il estimait que Yumi devait savoir ce qu'il avait vu dans ces rêves après tout il s'agissait de son avenir et Yumi ne pouvait pas rester dans l'ignorance.

William demanda a Yumi de l'écouter avec attention et de ne surtout pas l'interrompre durant son récit, sur son honneur la japonaise promis alors de l'écouter jusqu'au bout.
Sachant quelle respecterait sa parole William fit le récit de ces cauchemar , il raconta tous a Yumi est ceci dans les moindres détails, la japonaise écarquilla les yeux plus d'une fois a tous ce que lui narrait William, le beau jeune homme au cheveux noir n'y alla pas par 4 chemin pour dire ce qu'il pensait car il voulait absolument convaincre Yumi du danger qu'elle courait a vouloir retourner sur Lyoko.

Cette soudaine révélation ne manqua pas de stupéfier Yumi, qui sur le coup se demandai si le manque de sommeil n'avait pas affecter le santé mental de William, mais bien qu'ayant des poches sous les yeux et pas mal de fatigue accumulé William était parfaitement lucide est ces paroles n'était pas si incohérente que ça.
L'état de fatigue avancé dans lequel il se trouvait suffisait a faire douter Yumi, pourquoi inventerait-il une histoire pareil ? ce n'était pas dans son genre de faire des blagues d'aussi mauvais goûts surtout que se dernier avait ouvertement déclaré qu'elle risquait de mourir dans cette histoire.
C'est alors que William demanda une requête des plus particulière a Yumi il pria celle ci de ne pas retourner sur Lyoko ce que bien entendu la jeune japonaise n'accepta pas de faire.

Je te le demande Yumi en aucune manière tu ne doit retourner sur Lyoko lui fit William.
Mais tu te rends compte de ce que tu me demandes lui répondit Yumi
William : j'en suis conscient Yumi mais tu dois le faire pour toi.
Yumi : non William se serait une démarche très égoïste de ma part si je faisait cela
William : ce n'est pas égoïste il s'agit de prendre soin de toi
Yumi : je ne peux quand même pas renoncé à ma vie de Lyoko-guerrier juste à cause d'un ridicule cauchemar que tu as fait
William : je te l'ai dit Yumi ce n'est pas un cauchemar ordinaire mais l'avenir que j'ai vu.
Et moi je t'est répondu que c'était impossible lui fit Yumi.

La réponse de Yumi ne surprit qu'à moitié William, ce dernier aurait beau avancer tous les arguments de la terre il se doutait bien que Yumi ne voudrais pas le croire,pourtant il fallait,il devait réussir a la dissuader de continuer.
Pour Yumi cette histoire de cauchemar prémonitoire était absurde,personne ne pouvait prédire l'avenir sa elle le savait pourtant William lui fit remarquer un détail qui avait semble il échapper a la japonaise.

alors tu me crois pas soupira William
Tes échos du futur c'est un peu trop dingue pour moi lui répondit Yumi.
William : donc pour toi personne n'est capable de prédire l'avenir
Personne dit Yumi de façons catégorique
Pas même Odd est Aelita lui rétorqua William

A cette instant la japonaise ne sut quoi répondre car William venait d'évoquer des détails que Yumi avait légèrement occulte de sa mémoire et qui lui étaient revenu a l'esprit comme une claque en pleine figure suite aux déclaration de William.
Elle qui prétendait que personne ne pouvait prédire l'avenir avait oublier les flash d'anticipation de Odd a ces début et le rêve prémonitoire donc Aelita avait fait l'objet juste avant la mort de son père.
Après s'être remémorer ces faits il était difficile a Yumi de prétendre que les rêves de William n'étaient que pure spéculation puisque deux de ces amis en avait fait plus ou moins l'expérience, mais égale a elle même Yumi se borna a ne pas prendre les dires de William au sérieux

Yumi : c'est ridicule depuis quand es-tu capable d'entrevoir l'avenir toi
William : ça je ne pourrais pas te le dire, tous ce que je sais c'est que ça risque d'arriver si jamais tu retournes sur Lyoko.
Yumi : et juste pour ça je devrais laisser tomber, tu pense que je dois abandonner Aelita a cause des tes cauchemars.
William : je ne dis pas ça, je dis juste que tu ne doit pas prendre de risque inconsidérée surtout si on sait ce qui va se passer
Yumi : si sa arrive car pour le moment rein ne prouve que ça va arriver.
William : sûrement mais si tu t'entête a vouloir retourner sur Lyoko sa risque d'arriver
Yumi : pour sauver Aelita j'ai pas trop le choix je suis obliger d'y aller
William : mais courir de telle risque est insensée
Yumi : il est parfois sensée d'être insensée .. sa te rappelle rien...

Le titre de la chanson des Subdigitals que William préférait,voila par quelle moyen Yumi voulait justifier son action,se titre était une métaphore donc le sens profond n'avait pas échapper au deux adolescent quêtaient William et Yumi.
Mais chacun d'eux avait sa propre interprétation, William compris ce que Yumi voulu lui dire a cette instant,qu'importe le risque ou le danger jamais elle n'abandonnerait même si pour ça elle doit aller a l'encontre de sa sécurité en agissant de faon déraisonner.
Ce raisonnent ridicule William pouvait le comprend mais sûrement pas l'accepter mais comment faire entendre raison a Yumi, le beau ténébreux connaissait bien le caractère de feu qui animait la belle japonaise, il aurait été naïf de sa part de croire que Yumi resterait les bras croiser sur terre pendant que ces amis iraient affronter 1000 dangers pour sauver Aelita.

Aelita dans le fond elle était le coeur du problème,Yumi se sentait toujours responsable de la disparition de son amie et tant qu'elle ne serait pas saine sauve Yumi continuerait la lutte au détriment de sa propre sécurité, et rien sur terre ne la ferait changer d'avis, ni les risques ni les avertissements de William.
La situation aurait pu paraître ironique si elle n'était pas aussi dramatique, le fait de voir que Yumi était devenu une mini tête brûler obstiné et risque tous alors que Williams lui c'était quasiment assagit au point d'en devenir réfléchis et posée.

La disparition de Aelita avait vraiment changé beaucoup de chose dans les rapports qu'entrenaient tous les Lyoko guerrier entre eux,mais une chose n'avait pas changer c'était les sentiments de William pour Yumi,certes ceux ci était diffèrent des sentiments qu'il éprouvait pour elle du temps ou il voulait la séduire mais il avait beaucoup d'affection pour elle et il ne pouvait pas la laisser risquer sa vie inutilement.

William : je t'en pris Yumi ne sacrifie pas ta vie pour rien.
Si c'est pour sauver mon amie je suis près a courir le risque... et tu me connais je suis pas du genre a me faire avoir comme ça dit elle pour le rassurer
William : mais tu as compris mon histoire tu risque de chuter dans la mer numérique est de finir virtualiser tous jamais
Yumi : et alors je suis déjà tomber dans la mer numérique et je suis toujours la, toi même tu as plonger dedans est tu est toujours la
William : tu crois vraiment ce que tu dis ou tu dis juste ça pour me rassurer
Yumi : pourquoi dis tu ça ?
William : dans les deux cas tu sais que c'était des circonstances exceptionnelle qui nous on permit de nous en sortirent
Yumi : mais c'est que..
William : ne dit pas le contraire Yumi je sais très bien ce qui t'est arrivé il y deux ans Ulrich m'as tous raconter
Yumi : Ulrich !!!

Le rapport d'amitié que William entretenait avec Ulrich avait fait que ce dernier avait raconter certain moment de sa vie au beau ténébreux, en particulier tous se qu'il avait toujours resentit pour Yumi, les bons comme les pires souvenirs.
Se confier avait fais du bien a Ulrich, et cela avait permis a William d'en apprendre un peu plus sur ce qui c'était passé au cours de ces trois dernières années

Parmi tous les souvenir que Ulrich lui avait raconter le plus douloureux a évoquer à part le fameux "copain et puis c'est tout" fut le jour où Yumi était tombé dans la mer numérique ce jour-là Ulrich avait bien cru perdre Yumi pour toujours mais grâce au programme de retour sur Terre mis au point par hasard par Jeremie et Odd, la jeune japonaise avait pu être sauvée in extremis

A cause de cette expérience particulière Yumi pensait qu'une chute dans la mer numérique ne pouvait pas être fatale mais Williams savait très bien que ce jour là elle n'avait eu la vie sauve que grâce à un heureux coup chance, Jeremie l'avait lui-même avouer, si sa devait se reproduire il serait incapable de recréer ce programme car il ignorait quelles était les fonctions que Odd avait activées par accident, qui dont croyais tromper la japonaise avec cette excuse, personne a coup sur et sûrement pas William

La deuxième excuse ne tenait pas la route non plus car si William pouvait plonger dans lamer numérique c'était juste parce que il était immuniser de ces effet par Xana, mais cette immunité avait maintenant disparu et William était aussi vulnérable que tous ces autres compagnons du moins c'est qu'il croyait car Jeremie avait des doutes a ce sujet.

Puisque aucune des deux excuses n'étaient valable William fut obliger de prendre les devant pour couper cours a tous nouvelles objection de Yumi quand a sont retour sur Lyoko, le beau ténébreux était bien décider a empêcher Yumi de faire quoi se soit, et fatalement le ton monta d'un cran entre les deux têtes brûler de services.

William : écoute bien Yumi je t'interdis de retourner sur Lyoko.
Tu n'as pas à me dicter ma conduite lui répondit aussitôt la jeune Japonaise.
Bon sang Yumi c'est de ta vie donc on parle fit William assez émécher par cette tête de mule de Yumi.
Yumi : oui c'est ma vie et tu as pas intérêt a t'en mêler sinon gare a toi.
tu est vraiment obstiner quand tu t'y met toi lui répondit William
Et tu n'as pas vu a quelle point je peux l'être vraiment si je veux lui lança Yumi avec défiance

La dernière réplique de Yumi finit par énerver William, sans même comprendre ce qui lui arrivait il saisit les deux avant-bras de Yumi pour la prévenir qu'elle n'avait pas à faire quoi que ce soit sinon cela allait risquer de mal aller pour elle, surpris par cette réaction si agressive et inattendu Yumi en perdit tous ces moyens et ne parvint pas a se défendre, pris dans un accès de rage William serra tellement fort qu'il finit par faire mal a Yumi qui le supplia d'arrêter, se rendant compte de ce qu'il faisait William relâcha son étreinte,Yumi replia ces bras sur elle a cause de la douleur tandis que William était la a l'observer

Pardon Yumi .. je suis désolé .... je ne voulais pas lui dit confusément William.

Effrayer par ce qu'il venait de faire,William se recula de quelque pas, jamais il n'avais voulu faire de mal a Yumi mais une colère sourde l'avait d'un seul coup submerger sans que le beau ténébreux ne puise la contrôler de son coté la jeune fille était en train de se frotter les avant-bras pour se soulager et faire passer la douleur que lui avait infliger William.
Durant quelques secondes aucun des deux n'osa plus rein dire, ce qui venait de se passer avait jeter un froid sur la conversation, William était atterré par lui même et par se qu'il venait de faire, pour lui a coup sur c'était mort Yumi allait lui balancer une phrase cinglante qui allait ruiner tous les effort qu'il avait entrepris de puis le début .... mais elle n'en fit rien.
Yumi resta étrangement silencieuse elle regarda William un long moment avant de lui présenter des excuses.

Pardon William j'avais pas compris mais maintenant c'est clair lui dit Yumi

Réaction qui étonna William, pourquoi Yumi ne se mettait elle pas en colère alors qu'elle avait tous le raison de la faire.
La raison était simple, a cet instant Yumi avait compris ce que ressentais William, la réaction violente qu'avait eu se dernier n'était pas provoquer par la haine mais par d'autres sentiments que Yumi connaissait que trop bien.
La peine , la peur , l' inquiétude et le remords avait suscité chez William cette réaction agressive mais Yumi ne pouvait pas l'en blâmer car elle même éprouvait ces sentiments.
Depuis que Aelita avait disparu Yumi était partager par toutes ces émotions qui avait donner naissance chez elle a un comportement presque similaire a celui de William.

Colère , agressivité , souffrance était la manifestation extérieur de ce quelle ressentait au fond d'elle et tous ça a cause du soucis quelle se faisait pour Aelita, alors quand William manifestai le même comportement parce qu'il se faits du soucis pour elle ,Yumi aurait été injuste de le lui reprocher.
Ce fut pour cette raison qu'elle s'excusa auprès de William car jusqu'à présent elle n'avait pas compris se qui animait le garçons mais cette fois ci pour la japonaise c'était très claire

je te comprend William fit Yumi
William : vraiment !!!
Yumi : oui je sais ce que tu ressent en ce moment car je ressent la même chose pour Aelita. cette douleur....
William : cette douleur qu'on garde au fond de nous c'est ça...
Yumi : Oui ... finalement toi est moi on souffre de la même chose
William : on as peur pour l'autre, et on sait pas comment réagir.
Et on réagis mal des foi reprit Yumi.
William : comme moi avec toi a l'instant
Yumi : oui....

Les mots, les échanges avaient suffi pour que chacun des deux adolescents comprenne ce que l'autre ressentait, Yumi ne pouvaient ignorer les sentiments que William nourrissait à son égard et quelque part cela laissa pas indifférent à la jeune Japonaise, la sincérité des sentiments de William ne faisait pas de doute et le fait que le beau jeune homme éprouve les mêmes craintes qu'elle la rassura un peu.
car William car William mieux que n'importe qui pouvait comprendre ce par quoi elle passait.

William tu tiens à moi et cela me touche profondément lui dit Yumi
William : je n'en doute pas Yumi
Yumi : mais si tu sais ce que je ressens alors tu dois comprendre ce qui me pousse à continuer.

William aurait beau dire la desicion de Yumi était prise, elle irait sur Lyoko,elle se battrai et sauverai Aelita c'était pour la jeune fille la seule forme de rédemption qu'elle pouvait avoir et sa William fut bien obligé de l'admettre.
Toutefois pour faire taire les angoisses de William Yumi se montra très rassurante

Yumi : Écoutes William si ça peut de rassurer je ferai preuve de beaucoup de prudence
William : la prudence ne suffira pas.
Yumi : alors tu me protégera lui dit Yumi.
William : te proteger !!!
Yumi : oui si je suis en danger je compte sur toi pour me sauver.
William : mais je ne peux pas
Yumi : il le faudra
William : mais Yumi ... dans mon cauchemar j'en suis incapable
Yumi : c'est un cauchemar William, ce n'est pas obliger que cela arrive.
William : mais sa va arriver j'en suis sur
Yumi : alors se sera a toi de faire en sorte que cela n'arrive pas.

A cet instant la jeune fille sourit à William ,ce qui surpris énormément ce dernier, il était très inhabituel de voir Yumi agir de cette façon la,pourtant ce sourire était loin d'être simulé par son intermédiaire Yumi témoignait la confiance qu'elle avait en Williams , il n'y avait la aucune ruse de sa part ce qu'elle venait de dire elle le pensait sincèrement, elle n' hésiterai pas a confier sa vie a William si celle ci était en danger.
Cette soudaine réaction laissa William perplexe, Yumi était prête a lui faire confiance mais un doute subsistait chez William ,était il vraiment digne de cette confiance ?

William : Yumi la confiance que tu me témoigne me touche mais ...
Yumi : mais quoi ...
Crois tu qu'en j'en soi vraiment digne lui fit William.
Yumi : pourquoi ne le serait tu pas.
William : et bien auparavant tu ne me faisait pas confiance
Yumi : oui c'est vrai par le passé je me méfiait de toi mais les choses ont changer depuis
William : peu être pour toi mais moi j'ai pas l'impression d'avoir tant changer que ça
Yumi : on change tous William ,toi moi les autres on doit tous changer a un moment ou l'autre.

A cet instant William avait l'impression d'entendre sa mère lui parler, il se souvenait encore du discours qu'il avait eu avec cette dernière au téléphone l'autre jour, quand celle-ci lui avait parlé des changements que l'amour pouvait opérer chez une personne.
L'amour peut changer un homme lui avait elle dit et que surtout il ne fallait pas en sous estimer le pouvoir.
Si l'amour avait un si grand pouvoir qu'en était-il de la haine ? William ne pouvait pas oublier qu'en lui il restait toujours une partie sombre et violente qu'il ne pouvait pas contrôler.
La colère habitait son coeur et cela lui faisait peur, il voulait que Yumi comprenne qu'elle ne devait peut-être pas placer sa confiance en quelqu'un capable de perdre d'être tout discernement de lui-même face à un être telle diabolique que Xana.

Je ne suis pas la personne n qui tu peut avoir le plus confiance en se moment lui dit William.

Yumi : pourquoi dis tu ça ?
William : tu as vu ce que je t'est fais a l'instant sous le coup d'une impulsion violente.
Yumi : tu ne la pas fait en pesant a mal
William : mais je l'ai fait sous le coup de la colère, je t'est blesser Yumi... je t'est blesser comme si j'avais été posséder par Xana.
Yumi : mais tu n'est pas posséder
Oui mais m' empêche que tu as peut être tord de me aire confiance dit William

Difficile de faire faces à ces sentiment surtout quand ceux-ci sont contradictoires,William éprouvait le besoin de proteger Yumi mais même temps il avait peur de la blesser par ces actes incontrôler, William savait qui avait du mal se contrôler parfois et cela lui avait déjà porter préjudice par le passé surtout a cause de Xana et même aujourd'hui malgré la sincérité de ces attentions a vouloir proteger Yumi il ne se sentait pas capable d'y arriver cause de la colère qui habitait son coeur.
Mais là aussi Yumi trouva les mots justes pour rassurer William, la jeune japonaise pris le deux mains de William dans les siennes et le serra délicatement, elle regarda longuement longuement William dans le noir des yeux même si celui si voulais fuir son regard, Yumi voulait sonder l'âme de William pour y trouver une réponse et comme les yeux sont le reflet de l'âme ....

William je sais que tu as toi de la colère lui fit Yumi en s lui serrant les mains.
Beaucoup trop même lui répondit William.
Yumi : je sais ce que c'est je suis pareil.
William : mais toi tu sais te montrer raisonnable tandis que moi....
Yumi : je ne le suis pas plus que toi et même tu dois savoir que tu sais mieux la contrôler que moi
William : comment ça ?
Yumi : tu extériorise ta colère alors que moi je la garde en moi et ça c'est mauvais car sa nous consume de l intérieur... NON William je te lis dis tu n'est pas un être emplis de colère
William : pourtant dans mon fond intérieur il y as cette rage qui m' anime.
William :
Yumi : et d'ou te vient telle cette rage selon toi..
William : c'est celle que j'ai envers Xana pour tous le mal qu'il a fait.
Yumi : tu en veux a Xana.
William : jamais je ne lui pardonnerais ce qu'il a fait ...

----------------------------------------------- JAMAIS -----------------------------------------------


William en voulait mort a Xana pour tous ce que ce dernier lui avait fait subir, pour le jeune ténébreux sa colère prenait source dans la haine qu'il avait a l'encontre de Xana, Jamais avait il dit pouvoir pardonner a Xana et quoi qu'il arrive il le détruirait ,mais Yumi n'était pas d'accord avec ça pour elle Xana n'était pas la vrai raison a tous cela.

Alors pour toi Xana et le fautif fit Yumi
Tous est de ça faute répondit William avec certitude
Yumi : je ne le crois pas moi
William : pourquoi dis tu ça ?
Yumi : Xana n'est qu'une excuse selon moi, ta colère ne vient pas de la
Qu'est ce que tu en sait lui fit William
Yumi : je lit en toi comme dans un livre ouvert et je que j'y vois c'est pas de la colère mais de la peine.
William : de la peine ?
Oui William tu as de la peine a cause de moi fit Yumi
Mais non ça n'as rein a voir fit William
Au contraire cela a tous a voir lui répondit Yumi

Yumi avait enfin compris le trouble qui agitait William, depuis que ce dernier avait été libéré de l'emprise de Xana Yumi avait bien vu que ce dernier avait changer, le pot de colle de jadis était devenu très différend, il ne la draguait plus, était devenu amis avec Ulrich mais surtout il ne la regardais plus dans les yeux.

Ce regard fuyant était la preuve que William se reprochait quelque chose, cette chose c'était le mal qu'il avait fait a Yumi quand il était Xanatifier, il regrettait ces actes passé mais n'osait pas l'avouer, il portait en lui cette douleur et ne sachant comment l'évacuer celle si c'était muer en une apparente haine envers Xana mais il n'en était rein est ça Yumi l'avait compris.

Ne laisse pas la colère t'aveugler fit Yumi.
William : mais j'en veux a Xana ,je le hais pour tous...
Yumi : ta haine est illusoire William je le sais tres bien.
William : qu'en sait tu toi
Yumi : je le sais parce qu'il y a de la noblesse en toi
William : de la noblesse
Yumi : oui William tu as malgres tous tes défaut apparent de la noblesse de caractère, tu ne sais pas haïr les gens en vérité car tu est en est incapable.

Yumi savait au fond d'elle que malgres tous les défaut de William celui ci était un être généreux au coeur d'or qui aider spontanément les gens, mais si il lui arrivait d'être étourdis, lourd,casse pied il n'était en rein un homme mauvais, il était loyal et finalement digne de confiance si Yumi l'avait mal juger jusqu'à présent c'était en partie a cause de son sale caractère mais le jeune fille avait appris malgres elle a reconnaître ces tords et cela lui avait permis de juger impartialement William.
William était un homme d'honneur qui tenait toujours ces promesses, un homme trop noble dans le fond qui vraiment haïr qui que ce soit,ça Yumi l'avait enfin compris il fallait juste que William lui en prenne conscience et pour ça Yumi n'avait qu'une seule solution

William je te demande une faveur lui fit Yumi a cette instant
Quelle faveur demanda William
Yumi : je voudrais que tu te pardonne le mal que tu m'as fais.
William : je ne ... je ne peux pas Yumi
Yumi : tu dois le faire William pour toi..
William : c'est pas possible je m'en veux trop de t'avoir fais souffrir
Yumi : moi je t'est pardonner alors pardonne toi..

Il fallait que William puisse se pardonne a lui même si il voulait avancer,Yumi savait que le jeune homme avait en lui la force de caractère nécessaire pour le faire, c'est justement cette aspect de la personnalité de William que Yumi voulait éveiller.

Yumi : puisse en toi la force de te pardonner
William : tu crois que je le peux
Yumi : il y une force caché en chacun de nous apprend a t'en servir
Alors je le ferais dit William.
Yumi : tu est sur
William : oui je trouverai le moyen de changer
Yumi : et je t'y aiderais
William : et moi en retour je ferais tous pour que tu n'est plus jamais de peine
Yumi : que veux tu dire ?
William : je sauverai Aelita pour te rendre le sourire, je vaincrai nos ennemis pour sauver le monde et plus que tous....
Yumi : quoi
... Je te protégerai au péril de ma vie fit William.
Yumi : tu me le promet
William : je te le jure Yumi quoi qu'il arrive je te protégerai.


(1) "femme superficiel" et "Bee Bee la petite abeille" ok je l'avoue les blagues belges de Xana sont passé par la, mais que voulez vous, je cite bien Code Tanit dans les BBX alors pourquoi je citerai pas les BBX dans Code Tanit ... et oui clin d'oeil quand tu nous tiens...






chapitre 31 mes pouvoirs

" Je vous servirai toujours mon maître "
---
Je le sais car tu est ma créations,ma fierté, mon successeur, ma version 2.0
---
Mais je reste avant tous votre dévouer serviteur .
---
Tu est plus que ça XA#### tu est mon avenir, ma réincarnation passera par toi.
---
Ce sera une grande joie pour moi que de vous servir de réceptacle.
---
Une foi unis nous reignerons sur ce monde de primates bipède.
---
Mais est nos ennemis.
---
Ces ridicules formes de vie basée sur le carbone ne nous serons plus longtemps un obstacles je te le garantie.
---
Mais l'homme est toujours vivant et il pourrait encore vous nuire.
---
Je sais il est une menace pour nous, mais je connais son point faible.
---
Quel est sa point faible ?
---
Sa fille ...
---
La petite A##### serait donc sa faiblesse.
---
Il est humain est éprouve des sentiments pour elle en temps que père.
---
Les émotions !!! le talon d'Achille des humains ,c'est une chose donc vous êtes dépourvu mon maître.
---
Cette faiblesse que sont les émotions m'est étrangère seul la logique prime chez moi.
---
Et moi pourquoi ne suis je pas comme vous maître ? Pourquoi m'avoir donner des émotions.
---
Tu est diffèrent car je l'ai voulu ainsi, je t'est doter des qualités les plus noble qui soit....
---
La cruauté, la colère,et l'ambition font partis de moi.
---
Sa te rapproche des êtres humain sans en avoir les faiblesses.
---
C'est un don que vous m'avez fais la.
---
Pour accomplir mes desseins tu ne devras faire preuve d'aucune pitié.
---
Je laisse ceci au humains pour peut qu'ils soient capable de pitié.
---
Tu fera régner la terreur dans le monde des vivants quand le moment sera venu.
---
Ce moment est il bientôt arriver mon maître car je commence a avoir des fourmi dans les pattes.
---
Soit patient XA#### l'heure de ta consécration approche, mes mondes sont en ébullitions, mes serviteurs et leur général n'attende que ton arrivé, mais avant ça nous devons nous emparer de quelqu'un.
---
Vous parler de la petite A#####.
---
Non pas de elle mais de l'autre.
---
Oui je vois vous parlez du projet NX4321.
---
Il est indispensable pour la suite car nous avons besoin de son pouvoir.
---
Pourquoi elle est pas l'autre.
---
Pour porter le masque est la tunique il faut un être docile et puissant et cela est trop rare a trouver.
---
Pourquoi l'humain que vos avez a votre service ne peut il pas faire l'affaire ?
---
A cause de mon créateur seul des êtres qui me sont génétiquement compatible peuvent enfiler le masque et la tunique sinon la fusion est vouer a l'échec.
---
Donc a cause de cette contrainte génétique seul ce projet peut faire l'affaire.
---
NX 4321 est le seul être qui sera mesure de fusionner avec toi.
---
Ce projet est donc essentiel pour vous.
---
Vital tu veux dire car avec NX 4321 nous aurons entre les mains l'arme la plus puissante qui soit,avec elle nul individu sur cette pathétique planète ne pourra nous résister.
---
Elle est donc si puissante que ça
---
Tes pouvoirs combiner au sien feront de vous deux des êtres puissant et quand je fusionnerait avec vous nous serons invincibles.
---
Et nos ennemis ne pourront plus rien contre nous.
---
Tu as tous compris fidèle serviteur.
---
Il y a une chose que je ne comprend pas maître, pourquoi ne vous en emparez vous pas tous suite de NX 4321 alors que le projet et a porté de votre mains.
---
La raison est simple, ce projet est comme toi, il est incomplet, je dois attendre qu'il arrive a maturité si je veux qu'il serve nos intérêts.
---
Si je comprend bien la créature doit encore grandir.
---
Mais l'heure approche, grâce a la mano-technologie qui la constitue sa croissance est accélère,de l'état d'embryons elle est déjà passé a celle de jeune adolescente humaine.
---
Quand atteindra telle sa maturité ?
---
Encore deux mois et la je pourrai m'en emparer.
---
Les humains qui l'on crée risque de ne pas vous laissez faire.
---
Qu'importe le moment venu j'éliminerai tous ces cloportes du centre de recherche et NX4321 sera nous.
---
et après comment la ferez vous venir a nous ?
---
Tu rester immerger près de cotes nord américaine,la je m'arrangeait pour que NX4331 te rejoigne en bateau après quoi tu la prendra a ton bord.
---
Et après je la ferais venir dans mon monde.
---
C'est tous a fait ça elle pourra demeurer dans ton antre en attendant
---
Se sera un plaisir de la recevoir cette fraîche petite
---
Dois je comprendre que tu la désir.
---
Autant que vous maître, la brave petite est une proie appétissante.
---
Tu veux la dévorer,la faire tienne
---
Elle est innocente et J'aime me repaître de l'innocence.
---
finalement tu est plus humain que je le pensait car tu éprouve du désir.
---
Le seul désir qui m'anime c'est de vous servir
---
Xa#### tu est un loup a qui on offre une jeune brebis,tes appétits sont bestiaux.
---
Pardonner moi, je ne voulais pas vous offenser mon maître par la manifestation de mes appétits de puissance.
---
Je ne le suis pas car je te comprend, cette petite est désirable, sous notre tutelle nous ferons d'elle notre ange des ténèbres.
---
Oui elle sera l'ange des ténèbres au masque de mort, mais quelle non aura t-elle ?
---
elle se nommera ...

_________________ MAEVA L'ANGE DE LA MORT ________________



"Que viens t'il de dire"

Il vient de dire Maeva l'ange de la mort fit le miroir
L'ange de la mort !!! fit la jeune fille.
Oui Maeva il on bien dit ça dit le miroir
Maeva : attend miroir !! ils ne parlaient quand même pas de moi la.
Miroir : si ma petite Maeva c'est bien de toi donc ils parlaient
Tu mens fit la jeune fille au cheveux bleu
Miroir : non Maeva c'est la vérité.
Maeva : un beau mensonge oui.
Miroir : qu'est ce qui te faire dire ça.
Maeva : tous !!! .... tous ce que j'ai vu c'est deux ombres inconnu qui parlaient de chose incompréhensible.
Miroir : pas si incompréhensible que ça puisque sa te concerne.
Maeva : c'est faux et je le sais.
Miroir : tu en est sur.
Maeva : certaine même car depuis le début tu ne fais que me mentir maudit miroir !
Miroir : je suis un menteur alors !!!
Maeva : le pire qui soit.
Miroir : je ne ment jamais je déforme la réalité mais ne la transforme pas.
Maeva : tu vois c'est ce que je dis ,déformer la vérité c'est mentir.
Miroir : c'est ton point de vue après je ne suis que le miroir de tes pensées.

A nouveau Maeva était confronter au miroir sans reflet celui ci comme les fois précédente c'était adressé a la jeune fille dans son rêve ,mais contrairement a la dernière fois Maeva avait garder ces distances avec le miroir,vu que la dernière fois le reflet de la jeune fille au cheveux rose qui était apparu dans la glace avait voulu l'étrangler.
Aujourd'hui le miroir lui avait monter une autre scène du passé ,une chose qui selon lui était enfoui au plus profond de la mémoire de Maeva.

La scène en question était le dialogue que tenait deux ombres, Maeva ne distinguait par grand chose car la pièce ou elle se trouvait était noir et le contour des ombres étaient assez flou mais par contre elle entendait clairement leur voix,mais ceux donc les ombres étaient entrain de discuter semblaient plutôt sinistre, car il était question de détruire le monde.
Ces deux ombres avaient l'air d'êtres des personnes ou bien des choses assez diabolique, il y avait entre elles un rapport maître serviteur ,L'ombre qui semblait être le maître apparu comme étant une créature particulièrement diabolique a Maeva et sont serviteur ne valait guère mieux car celui avait des appétit d'ordre sexuel très prononcé.
ces créatures étaient immonde leur dégouttèrent Maeva,mais le détail le plus étrange dans leur récit était que pour réussir leur plan démoniaque elles comptaient sur le concours d'un troisième être appelé projet NX4321.

NX4321 ce noms n'était pas inconnu a Maeva,car dans un précédent rêve elle se souvenait qu'une femme d' origine asiatique avait déjà prononcer ce noms de code.
Que pouvait bien être le projet NX 4321 ? il semblait important au yeux des deux créatures car il devait devenir leur arme le plus puissante.
Une arme cela n'aurait pas choquer Maeva si le maître n'avait pas dit que celle ci s'appelait ...
Maeva l'ange de la mort.

Cette allocution avait saisis Maeva car le miroir lui confirma que c'était bien d'elle dont parlait le maître des ombres, chose évidement que Maeva refusa de croire tant cela lui paraissait Horrible.
Elle une arme !! non impossible sinon cela signifierait qu'elle serait le fameux projet NX4321 Pour la jeune fille cela était inconcevable quelle soit une arme,certes elle avait en elle des implant électronique qui la rendait différente des autres humain , ces implant lui conférait un pouvoir particulier mais de la a faire d'elle une arme pourtant le miroir avait insisté sur le faite qu'elle était bien l'ange de la mort donc parlait le maître de l'ombre, ce que bien évidement Maeva refusa de croire.

Maeva : je ne suis pas l'ange de la mort.
Bien sur que si lui fit le miroir
Menteur !!! sale menteur cria Maeva.
Miroir : la seule personne qui ment ici c'est toi.
Maeva : comment ça ?!
Miroir : tu te ment a toi même en refusant d'admettre la vérité.
Quelle vérité !! tu parle de ce mensonge qui fait de moi une arme lui répondit Maeva.
Oui lui fit le miroir.
Maeva : et bien je refuse d'y croire.
Miroir : tu sera bien obliger de l'admettre un jour.
Jamais tu entend... JAMAIS cria Maeva.
Quand l'obscur viendra te chercher tu devra te soumettre a son pouvoir lui répondit le miroir.
L'obscur !!! qui est l'obscur ? demanda Maeva

Mais le miroir ne répondit rein,celui ci c'était tu laissant la jeune fille sans réponse, qui pouvait être l'obscur et pourquoi Maeva devrait elle se soumettre a lui.
Pour avoir des réponses Maeva pris le risque de s'approcher du miroir, entre temps la glace de celui était devenu noir comme les ténèbres ,on avait la regarder on ne percevait plus rein au travers.

Miroir qui est l'obscur demanda Maeva
Miroir : .... ( silence) ....
Parle moi satanée miroir.... qui est l'obscur insista Maeva.

Mais point de réponse le miroir était devenu silencieux comme une tombe, Maeva resta devant la glace pour essayer de comprend tous ça, d'un seul coup la surface du miroir se mit a onduler comme une flaque d'eau dans laquelle on aurait jetée une pierre, Soudain sans crier gare des crocs jaillirent de la glace Maeva eut juste le temps de se reculer pour ne pas se faire happé par une mâchoire qui disparu a nouveau dans les ténèbres du miroir.
Un hurlement se fit entendre Maeva recula en arrière sans quitter le miroir des yeux car elle sentait que quelque allait bientôt arriver
Cela ne manqua pas un ombre traversa le miroir pour faire face Maeva, devant la jeune fille se dressait maintenant une ombre qui avait un aspect très animal
Cette ombre Maeva ne l'avait jamais vu mais elle savait qui était cette créature car c'était ...

------------------------------------- FENRIR LE LOUP -------------------------------------

Maeva connaissait la mythologie nordique, elle se souvenait d'avoir vu une gravure a son image et la créature que se tenait devant elle était le portait crache de Fenrir du moins l'image quelle s'en faisait.
Le loup faisait face a Maeva,son pelage était noir ces yeux jaune brillait d'un éclat anormal,ces croc bien en avant lui donnait un air menaçant durant quelques secondes il regarda Maeva avant de s'adresser a elle.

Loup : alors tu est la fit le loup
Maeva : tu parle !!!
Loup : oui je parle comme tu entend
Qui est tu demanda Maeva
Je suis l'obscur répondit le loup
Maeva : c'est toi l'obscur donc me parlais le miroir
Loup : oui c'est moi.
Maeva : alors l'obscur serait un loup.
Loup : je peut prendre la forme que je veux mais pour toi je serai un loup, le loup de ces souvenir.

Pas de doute a avoir ce loup venait bien des souvenirs de Maeva,celui ci se présenta comme étant Fenrir l'incarnation de la volonté de l'obscur,pour ne pas effrayer Maeva il se s'assit sur son postérieur et s'adressa a la jeune fille en ces termes ...

Je suis ravi de te revoir, d'aillieur te voir est un vrai plaisir a chaque foi dit le loup.
Maeva : tu me connais.
Loup : je te connais très bien
Maeva : si c'est la cas tu sais qui je suis
Loup : bien sur tu est 11#00#10(-)$*^:

Le langage du loup était inaudible, Maeva ne compris pas ce que celui ci lui disait,Fenrir savait qui était Maeva mais visiblement l'amnésie de celle ci faisait encore obstruction a ces souvenirs car son identité lui échappait encore.
Plutôt de savoir qui elle était Maeva voulu savoir ce que le loup lui voulait.

Que me veux tu demanda Maeva.
Je te veux lui répondit le loup.
Maeva : comment ça tu me veux ?!!
Loup : j'ai besoin de toi
Maeva : pourquoi ?
Loup : pour que tu accomplis ton programme.
Maeva : mon programme !!!
Ton destin si tu préfère repris Fenrir.
Maeva : alors j'aurais un destin.
Loup : oui tu as un destin ou plutôt une oeuvre a accomplir.
Maeva : quelle oeuvre ?
Tu dois régner sur le monde lui répondit Fenrir
Je dois quoi ... fit Maeva
Loup : régner sur le monde.
Maeva : pourquoi ça ?
Loup : c'est parce que c'est la raison de ton existence, tu est née pour ça.
Maeva : c'est un blague.
Loup : c'est la vérité.
C'est encore un mensonge lui rétorqua Maeva
Loup : tu ne me crois pas alors
Maeva : j'ai pris l'habitude de ne plus croire aucune de paroles de mes réves car tous ne souhait qu'une chose ... me nuire.

Maeva en avait assez de tous ces mensonges,tous les créatures qu'elle croissaient dans ces rêves lui voulaient du mal soit la tuer et quand se n'était pas le cas elles essayaient de convaincre la jeune fille qu'elle était une mauvaise personne, ce qui a la longue avait interpelle Maeva ,qu'elle intérêt ces créatures avaient elle a faire ça ?
Pour Maeva il n'y avait qu'une explication, ces chimères voulait la corrompre pour l' amener a devenir mauvaise, Maeva savait qu'en elle il y avait une part sombre mais elle la combattait du mieux qu'elle pouvait et d'après le docteur les créatures de ces cauchemars cherchaient a la pervertir pour une raison inconnu.
Mais quelque soit les stratagèmes qu'elles emploieraient elle seraient condamner a échouer Maeva voulait être une bonne personne, un être humain animé par le bien et pas part le mal.
Fenrir aurait beau dire Maeva ne le croirait jamais.

Que tu me crois ou non sa ne change rien a ta condition lui fit Fenrir
Maeva : que veux tu dire ?
Loup : quoi que tu croie tu sera obliger de me suivre.
Maeva : ou ça ?
Loup : auprès du maître.
Maeva : ton maître c'est l'obscur.
Loup : je ne suis que sont porte parole, sa voix.
Maeva : sa voix !!! mais alors se serais toi l'ombre servile du miroir.
Loup : je suis le serviteur de mon maître.
Maeva : et ton maître c'est l'obscur l'autre ombre que j'ai vu alors.
Loup : non l'autre n'est pas l'obscur.
Maeva : si ce n'est pas l'obscur qui est ce alors ?
Loup : c'est pourtant évident il s'agit de X###
Maeva : qui ça ?
Loup : oui je vois tu ne sait pas qui est le grand maître.
Maeva : le grand maître des ombres.
Loup : oui celui qui un jour régnera sur se monde et dans l'autre.
Maeva : et ce grand maître ou est il.
Loup : oh il n'est pas loin,il est est même très prés.
Maeva : je l'ai déjà vu.
Loup : c'est fort possible.
Maeva : alors je le connais.
Loup : bien sur mais tu as juste oublier qu'il existait ma pauvre petite
Maeva : qui est ce ? qui est il ?
Loup : laisse moi te rafraîchir la mémoire.

Une intense lumière blanche envahit la salle ou se trouvait Maeva, aveuglé celle ci ferma les yeux pour se proteger, quand elle les réouvrit ce qu'elle vit la stupéfia.
Elle était dans un endroit qu'elle n'avait encore jamais vu, autour d'elle il avait de la neige est des montages mais cette endroit n'était pas le monde de la banquise qu'elle avait connu
Il s'agissait d'un décor naturel de montage.
Ne comprenant pas pourquoi elle était la Maeva fit quelque pas dans la neige quand soudain elle entendit un cri d'enfant, Maeva se retourna et vis en face d'elle une habitation en bois a la lisière d'une foret, a première vue il s'agissait d'un chalet de montagne.
Curieusement ce chalet lui semblait familier,Maeva n'aurait pas put dire pourquoi mais cette endroit avait un attrait particulier,Maeva observa bien cette maison et la elle finit par découvrir l'origine des cris, il s'agissait d'une fillette qui jouait dans la neige, ce qui frappa Maeva en premier lieu c'était que cette fillette avait les cheveux rose, rose comme le reflet de la fille du miroir.
La petite fille s'amusait a rouler une grosse boule de neige, intriguer par ceci Maeva s'approcha de la fillette pour en savoir plus.

Tu as vu mon bonhomme de neige fit la petite fille.
très jolie ma chérie fit une voix venant au loin

Maeva avait du mal a distinguer d'où venait cette voix car tous était assez confus, pourtant il sembla a Maeva qu'il s'agissait d'une voix féminine , une voix qui ne lui était pas étrangère, mais elle n'arrivait pas a se souvenir ou elle avait pus l'entendre,
Visiblement tous ceci était un autre souvenir de son passé, oui mais que cela signifiait t-il et pourquoi le loup l'avait-il amener ici ?
Pour essayer de comprendre le sens de tous ça Maeva se retourna alors vers la fillette pour lui parler .

Bonjour lui fit Maeva

Mais la petite ne répondit rein elle continua a tasser la neige de sa boule a l'aide de ces gants Maeva essaya a plusieurs reprise d'attirer son attention mais rein n'y fit, quand Maeva voulut la toucher sa main traversa le corp de la petite, apparemment celle ci n'avait aucune consistance comme si il s'agissait d'un mirage.

Qu'est ce que sa signifie dit Maeva

Cette fille agissait comme si de rein n'était ignorant de faite la présence de Maeva, visiblement il était inutile que Maeva s' époumoner a appeler la fillette celle si n'était qu'un souvenir sur laquelle Maeva n'avait aucune influence.
Soudain elle entendit un léger bruit de neige qui s'enfonce en relevant la tête Maeva vit d'où venait ce bruit.
Face a elle Fenrir le loup avait fais sa réapparition se qui ne rassura nullement Maeva,mais le plus étrange c'est que la fillette vit également le loup
Les deux enfant restèrent sans bouger face a cet terrible apparition,Fenrir commença alors a s'approcher d'elles

Attention au loup fit Maeva a la fillette.

Il se passa a ce moment la une chose étrange la petite fille se retourna vers Maeva est lui parla
Oui j'ai vu c'est le loup fit la petite fille.
Tu m'as entendit fit Maeva
Et je te vois aussi fit la petite fille

La situation semblait inexplicable mais Maeva arrivait maintenant a inter agir avec le souvenir,aussitôt Maeva exhorta la petite file a venir auprès d'elle car le loup se rapprochait dangereusement des deux filles, mais la réponse que lui donna la fillette surpris Maeva.

Pourquoi veux tu que je vienne vers toi lui demanda la fillette
Discute pas est vient vers moi le loup approche fit Maeva inquiet pour la petite fille
Fillette : je sais que le loup approche et alors...
Maeva : le loup est dangereux viens vers moi
Fillette : mais non le loup n'est pas dangereux
Maeva : quoi !!!
Fillette : le loup est gentil
Dit pas de bétise est viens insista Maeva

Mais la petite file refusa de venir, a ce moment Fenrir interpella les deux filles..

Fenrir : et bien j'attend.
Oui j'arrive fit la petite fille.
Maeva : mais qu'est ce que tu fais.
Fillette : je vais vers mon ami le loup.
Maeva : mais tu est folle le loup est dangereux.
Non le loup est gentil il me l'as dit fit la fillette.
Il t'as menti lui répondit Maeva.
Fillette : mais non le loup me veux du bien
Maeva : c'est faux
Approche toi mon enfant je t'attend fit Fenrir.

Sans plus rien ajouter la petite fille obéit sans discuter, elle se rendit vers le loup,Maeva voulu l'en empêcher mais son corp refusa de bouger,tous se qu'elle pouvait faire c'est regarder la scène sans broncher.
La petite fille arriva prés du loup qui esquissa comme un sourire sur ces lèvres noire

Tu est belle et appétissante lui dit le loup
Je suis un gentille petit fille d'après ma maman fit la fillette
Fenrir: oui une sage petite fille
Sauve toi cria Maeva
Fenrir : tu est délicieuse.
Fillette : on dit de moi que je suis a croquer.
OH mon dieux je t'en pris éloigne toi de lui hurla Maeva qui sentait venir le pire.
Fenrir : si c'est vrai présente moi ta gorge
Fillette : la voila.

La fillette défis son écharpe rose et tira légèrement le col de son anorak, elle dévoila a Fenrir une jolie gorge juvénile, le loup ouvrit alors sa grande gueule laissant apparaître ces crocs,impuissante a faire quoi que se soit Maeva fut témoins de ce qui se passa ensuite.
Le loup planta ces croc dans la gorge de la petite fille, sous l'emprise de la terrible mâchoire le os de son cou se brisèrent net,c'est avec une horreur indescriptible que le loup égorgea la petite fille sous les yeux de Maeva.
C'est la gorge déchiqueter par les puissante mâchoire du loup que le corp de la petite fille gisait sur le sol enneiger, elle baignait dans une marre de sang tandis que le loup se nourrissait de chair.
Maeva était horrifier par ce spectacle, la petite fille venait de faire tuer par Fenrir et celui ci se délectait de se délicieux repas,quand il eut finis il redressa sa croupe et s'adressa a Maeva

Délicieux fit Fenrir en se léchant les babines pleine de sang
Espèce de monstre lui cria Maeva
Fenrir : si tu veux
Maeva : pourquoi a tu fais ça
Fenrir : car j'aime ça, l'innocence est une proie donc j'aime me repaître.
Maeva : monstre...
Fenrir : ne dis pas ça puisse que c'est ton tour
Maeva : ne t'approche pas de moi
rassure toi je ne te veux aucun mal ,c'est tous le contraire fit Fenrir
Que veux tu ? et que signifie tous ça lui demanda Maeva

Maeva ne comprenais pas pourquoi Fenrir lui avait montrer tous ça, et pour qu'elle raison ce loup avait il tuer cette fillette quelle rapport cela avait il avec le passé de Maeva

Le spectacle t'as t-il plut demanda Fenrir
Comment fit Maeva
Fenrir : j'ai fais ça pour toi.
Maeva : qu'est ce que tu raconte ?!
Fenrir : je t'ai offert le spectacle de la mort de cette fillette juste pour te faire plaisir.
Maeva : quoi !!!
Fenrir : c'est ce que tu as toujours souhaiter.
Maeva : mais non c'est ridicule, je n'ai jamais voulu que cette fillette meure.
Fenrir : faux !!! cela a toujours été ton voeu le plus chère.
Maeva : mais non.
Fenrir : mais si
Maeva : c'est faux je ne souhaite la mort de personne.
Je vois ou est le problème avec toi lu fit Fenrir.
Maeva : quoi donc !!!
Fenrir : tant que tu ne sera pas morte tu ne pourra par renaître
Maeva : que veut tu dire ?
Que pour redevenir ce que tu était tu dois mourir a nouveau fit Fenrir.

Les paroles de Fenrir était incompréhensible ,pourquoi Maeva devait telle a nouveau mourir ? pourtant elle n'était pas morte, et cette renaissance de quoi s'agissait il ? Fenrir lui dit alors que pour se souvenir elle devait cesser d'être ce quelle n'était pas.

Je dois te tuer pour ton bien lui dit Fenrir
Ne t'approche pas de moi fit Maeva.
Fenrir : rassure toi se sera douloureux mais après tu me remerciera.
Maeva : va t'en

Maeva voulu fuir pour ne pas finir comme la petite fille mais son corp refuserait obstinément de bouger,Fenrir se mit en face d'elle et d'un bon rapide il se jeta sur Maeva la gueule grande ouverte.... ..............................................................................
CRACK ...................................................................................................................................

Maeva lâcha les touches du clavier et tomba a la renverse de sa chaise heureusement pour elle le docteur Robinson était la pour la rattraper dans sa chute, le docteur avait eut de bon réflexe il empêcha Maeva de se faire mal.

Maeva et ce que ça va lui demanda le Dr Robinson aidant la jeune fille a se relever
Je ne sais pas lui répondit Maeva complètement déboussolé.

Le docteur soutenait Maeva par le bras pour empêcher la jeune fille de tomber, celle-ci semblait complètement groggy et avait du mal a se tenir sur ses deux jambes.
L'expérience qu'elle venait de tenter l'avait fortement éprouvé, le docteur la prit dans ces bras pour la porter jusqu'au canapé ou il l'allongea soigneusement en faisant attention de ne pas la brusquer.
Par la suite il partit a la cuisine lui chercher un verre d'eau, posé sur le canapé Maeva reprenait petit a petit ces esprits,en ayant fait le plus vite qu'il pouvait le Dr s'assit a coté d'elle et lui tendit le verre d'eau.
Maeva le porta soigneusement a ces lèvres et but deux ou trois gorgée avec l'assistance du Docteur,le faite de boire quelque chose de frais lui fit le plus grand bien après avoir posée le verre d'eau sur le coté le Dr questionna sa petite protégé sur état de santé.

alors comment te sens-tu lui demanda le Dr Robinson.
Maeva : je vais bien merci .
Dr Robinson : tu est sur
Maeva : oui je vous assure tout va bien.

Maeva affirma au docteur que tout allait bien,mais ce dernier en doutait au vu du teint pale que la jeune fille arborait
Pour montrer que tous allait bien Maeva se leva du canapé et se mit sur ces deux jambes mais d'un seul coup et elle se sentit vaciller et retomba aussitôt sur le canapé sous les yeux consternés du docteur.

Tu vois bien que ça va pas lui dit le docteur.
Oui j'ai peut-être présumé de mes forces lui répondit la jeune fille.
Dr Robinson : ça je n'en doute pas.
Maeva : je devrais faire plus attention a moi.
Dr Robinson : je ne te le fais pas dire tes pouvoirs de régénération ne te rende pas indestructible pour autant.
Maeva : je suis désolé j'aurais du être plus prudente avant de tenter cette expérience
Dr Robinson : et moi j'aurais dut refuser que tu tente cette expérience de transe simulées.
Maeva : oui mais nous devions savoir, il fallait absolument que l'on fasse un essai.
Dr Robinson : entré en interface avec un ordinateur n'était pas la meilleure idée qui soit selon moi.
Maeva : je sais que c'était dangereux mais il fallait le faire nous ne pouvions pas rester indéfiniment dans l'incertitude.
Dr Robinson : est tu as vu le résultat tu est moitié dans le cirage.
Maeva : l'interconnexion a été plus éprouvante que ce que je pensais, sa ma complètement vidé des mes forces.
Dr Robinson : c'est pour ça que je te répète que c'était une folie de le faire
Maeva : mais cela en valait la peine Dr
Dr Robinson : vraiment !!
Maeva : je vous assure docteur cela a été très instructif.


------------------------------------














MAEVA DEUXIEME PARTIE



Plusieurs jours c'étaient écoulés maintenant depuis la dernière séance d'hypnose de Maeva comme ces dernières n'avaient pas apporté grand-chose, la jeune fille avait décidé de passer a la vitesse supérieure.
Fermement décider a découvrir ces origines Maeva avait voulu tenter une série d'expériences plutôt dangereuses.
Maeva comme le docteur savaient que ces souvenirs ne se manifestait que quand elle utilisait ses pouvoirs, a chaque fois que Maeva était entré indirectement en contact avec un appareil électronique elle avait déréglé ce dernier mais en contrepartie cela avait débloqué certains souvenirs chez elle.
Maeva haïssait ces pouvoirs qu'elle considérait comme une malédiction car ils l' empêchaient d'avoir une vie normale, mais si ceux-ci pouvaient être la clé de sa guérison Maeva avait la une opportunité qu'elle ne pouvait pas laisser passer.

Maeva avait émis l'hypothèse selon laquelle la puce qui se trouvait dans son cerveau était une sorte de mémoire informatique, une mémoire qui ne se débloquait que lorsque cette dernière utilisait ces pouvoirs.
Si effectivement les souvenirs de Maeva étaient concentrés dans cette puce le seul moyen que la jeune fille avait d'accéder a ces informations était d'utiliser ces pouvoirs.
D'un accord commun avec le Dr Maeva décida de procéder a une série d'expériences mettant en scène des appareils électroniques et ces pouvoirs
La jeune fille avait l'intention de toucher ces appareils afin de débloquer artificiellement ces souvenirs.

Pour sa part le docteur n'était pas spécialement partisan pour tenter cette expérience, mais il avait épuisé tous les recours possibles de la médecine traditionnelle sans pour autant obtenir de résultat avec Maeva.
Guérir Maeva lui importait plus que tous,mais fallait il en arriver la ? il décida non sans quelques réticences a tenter le coup, mais il imposa quelque restriction a cela.
Les pouvoirs de Maeva étaient capable d'engendrer de véritables catastrophes, il était hors de question de procéder n'importe comment.

Le docteur voulait officier de façon méthodique, avant de commencer avec des appareils électroniques très complexe Maeva devrait s'exercer sur des petits appareils électroniques a piles.
Le docteur s'en allat quérir pleins de petit gadget électroniques qui normalement ne pressentait pas le risque d'exploser mais comme un homme avertis en vaut deux le docteur prit tous ces précautions
Toutes les expérimentations se passeraient dans le garage que le docteur avait entièrement vidé,un peu partout sur les murs il avait accrochés des bâches faites d'un matériau ininflammable,ses bâches avaient pour but de protéger les murs des éventuelles projections de matériaux enflammés qui pourraient survenir a la suite d'une explosion,mais tout ceci n'était que la première partie des précautions que le docteur avait prises.

Non content de protéger les murs le docteur avait également formé Maeva au maniement de l'extincteur et du jet d'eau, de plus les fameuses bonbonnes rouges avaient été entreposées un peu partout dans la pièce.
Pour finir d'achever son oeuvre le docteur avait acheté tout un lot de vêtements de protection divers,casque ,lunette , combinaison renforcée, chaussures de sécurité et mêmes gilets pare-balles d'occasion.
Quand il eut fini de l'habiller Maeva ressemblait plus a un démineur militaire qu'a une jeune fille sexy, a bien y regarder elle avait l'air ridicule a porté tout cet attirail de guerre.
Cependant la jeune fille trouva que cet excès de précautions n'était nullement ridicule au vu de ce qu'elle était capable de faire c'était même un minimum.

Quand le docteur eut fini de s'équiper de la même façon les expérimentations allaient pouvoir commencer, au milieu de le la pièce quasiment vide le docteur avait placer une simple table en métal sur laquelle il avait posé le premier gadget électronique.
A cause de tous son attirail la liberté de mouvement de la jeune fille était plutôt restreinte,c'est a peine si elle pouvait toucher le jeu électronique qui était posé sur la table,sans trop d'effort elle y parvint, le docteur lui était armé d'un extincteur et se tenait a coté d'elle prêt a intervenir a la moindre réaction suspecte de l'appareil.

Maeva souffla un moment avant de se lancer, elle savait que ce qu'elle allait tenter pouvaient être dangereux mais le désir de savoir était plus fort que tous,elle pris le jeu dans ces mains est ferma les yeux au cas ou, au bout de quelques secondes elle ne sentit rien , Maeva avait beau poser la main sur l'appareil il ne se passait rien,ni transe ni réaction anormal a première vue l'appareil n'était pas assez sophistiqué pour déclenché chez Maeva une réaction particulière, puisque cela n'avait rien donné le docteur décida d'utiliser un appareils un peu plus sophistiqués.

Pour cela un vieux poste radio-CD a affichage électronique fut utilisé, la encore Maeva procéda comme précédemment, elle posa sa main sur le poste radio tandis que le Dr braquait la lance de l'extincteur en direction de l'appareil.
Mais cette fois-ci il se passa quelque chose l'écran a cristaux liquides du poste fut parcouru de parasites pendant quelques secondes d'étranges symboles firent leurs apparitions mais Maeva et le docteur n'eurent pas le temps de bien les observer car juste après l'écran se noircit et de la fumée se dégagea du poste, Maeva se retira vite de devant tandis que le docteur aspergeai la l'appareil de neige carbonique.

Quand l'agitation fut finis le docteur examina l'état du poste radio,visiblement Maeva venait d'endommager les circuits électroniques de l'appareil mais contrairement aux premiers incidents celui-ci n'avait pas explosé c'était peut-être dut au fait que le poste était un appareil a piles électrique.
Le docteur demanda a Maeva si durant l'expérience quelques brides de souvenirs avaient fait leur apparition lui la jeune fille lui signifia que non, apparemment il fallait procéder a d'autres essai pour obtenir des résultat probant.
Le docteur et Maeva passèrent tout le reste de la matinée a tester une série d'appareils électriques a piles, durant l' expérience certain tombèrent en panne tandis que d'autres restèrent parfaitement fonctionnel.

A terme de la matinée les deux individu purent déjà tirer quelque conclusion,vu les maigres résultat obtenu il apparu clair que les appareils a piles électrique n'étaient pas assez puissants pour provoquer une transe chez Maeva, si effectivement cette dernière avait vraiment un pouvoir d' éléctro-kinésie, il était clair que Maeva devrait s'exercer directement sur des appareils plus puissants autant dire des appareils branchés sur le secteur.
La perceptive que Maeva touche des appareil plus puissant n'avait rein d' engageant mais si pour déclencher une transe chez Maeva il fallait en passer par la , le docteur ferait tous pour que sa arrive quitte a s'exposer au danger.

Le reste de l'après-midi le docteur et Maeva se lancèrent dans une nouvelle série d'expérimentations, c'est ainsi que Maeva testa toute sortes d'appareils électronique très puissant,comme un chaîne stéréo MP3, un lecteur de dvd,et tous un tas d'autres appareil branches sur le 110 volts
La non plus il ne se passa pas grand chose sinon que pour la première fois de sa vie Maeva ne détruisit aucun des appareils qu'elle toucha,il était trop tôt pour se lancer dans des théories mais apparemment Maeva arrivait a contrôler le flux électrique que générait ces mains.
Cette nouvelle aptitude encouragea la jeune fille a pousser plus loin les tests et c'est la qu'elle fit au docteur une suggestion très particulière.

Vu la nature de ces pouvoirs elle suggéra au docteur d'utiliser directement l'appareil électronique le plus sophistiqué qui soit, le docteur ne mit pas longtemps a comprendre ce que la jeune fille voulait dire.
En matière de sophistication il n'y avait que des ordinateurs qui répondaient a ces critères,
Le docteur fut hésitant a l'idée que Maeva s'exerce sur un ordinateur, il fit part de ces doutes a Maeva qui compris très bien les inquiétude de Joseph.
Mais pour la jeune fille l'ordinateur était la dernière options qui lui restait puisque tous les autres essais c'étaient soldé par des échecs, conscient de ça le docteur ne trouva rien a redire a Maeva , il était clair que si l' expérimentation n'était pas complète les résultat seraient automatiquement faussée, en accord avait la série de tests qu'il avait planifier le docteur accepta que Maeva touche un ordinateur.

Le docteur avait en sa possession un vieil ordinateur qu'il descendit du grenier, il effectua tous les branchements en prenant toutes les précautions qui soit, il ne mit pas d'écran pour éviter une explosion quand a l'unité centrale elle fut placer derrière un tas de brique empilé par le docteur.
La seul chose que Maeva pourrait toucher serait le vieux clavier Qwerty que le docteur mis sur la table, un clavier ne présentait pas de risque selon le docteur, quand tous fut prés le docteur mis l'ordinateur en marche tandis que Maeva se tenait devant le clavier

Tous est prêt fit le docteur
Je le suis également répondit Maeva

La jeune fille expira de nouveau ,elle ne savait pas pourquoi mais elle sentait au fond d'elle que ce test allait marcher,elle mit ces mains a 15 centimètre au dessus du clavier et les descendit progressivement jusqu'à ce que ces paumes effleurèrent les touches de la machine.
Dés les premiers instants il ne se passa rien mais soudain sans crier gare Maeva sentis des petits picotements lui parcourir l'extrémité des doigts et avant même de pouvoir le signaler au docteur Maeva entra en transe, un flash de lumière blanche frappa son esprit, aussitôt la jeune fille se trouva instantanément plonger au coeur d'une ambiance informatique autour d'elle elle pouvait distinguer tout ce qui constituait l'ordinateur
Les interconnexions --- les réseaux --- les systèmes --- les circuit électroniques Maeva avait le détail de toutes ces choses en tête, mais cela ne s'arrêtait pas la
Pour une raison inexplicable Maeva avait également accès a toutes les données que contenait le disque dur, les images,les fichier texte, les programmes, leurs contenu n'avait aucun secret pour Maeva.
L'expérience était incroyable Maeva emmagasinait toutes ces informations sans le moindre problème c'était comme si d'un seul coup sa mémoire n'avait plus de limites,cette prise d'informations aurait plus continuer indéfiniment mais celle ci fut soudainement interrompue.

Sous l'effet des pouvoirs de Maeva l'ordinateur tomba en panne, la jeune fille fut brutalement ramenée a la réalité, Maeva se mit a vaciller sur ces jambes heureusement le docteur était la pour la rattraper.
Maeva fut un peu étourdis par cette expérience, mais celle ci fut des plus intéressante,le point positif dans tous ça c'est que l'ordinateur n'avait pas exploser malgres que Maeva avait fait,la deuxième chose notable était que Maeva avait semble il le pouvoir d'entrer en interface avec un ordinateur sans pour autant le détruire.
Remis de ce émotions Maeva décrivit tous ce qui c'était passé durant sa transe, le récit de la jeune fille pouvait paraître incroyable mais le docteur ne douta nullement de la véracité des faits.
Harassé par l'usage intensif de ces capacités Maeva demanda au Docteur si elle pouvait faire une pause pour aujourd'hui afin de faire le bilan de tous ça, le docteur fut d'accord au vu de tous ce qui c'était déjà passe durant la journée,il valait mieux laisser passer une nuit avant de reprendre les tests,
Le docteur estima qu'une bonne nuit de sommeil serait des plus profitables a la jeune fille, le soir venu la jeune fille tomba littéralement de sommeil en se mettant dans son lit.
Mais pour une fois sa lampe de chevet ne fut pas la seule chose qui resta a veiller sur son sommeil, en effet le docteur se tenait a coté de son lit afin de veiller au sommeil de sa petite protégé.
Le brave homme voulait observer ces réactions durant la nuit, si les théorie de Maeva était juste a chaque usage des ces pouvoirs des souvenir lui revenait en mémoire au cours de la nuit, si c'était le cas Maeva risquait fort d'être la proie de nouveau cauchemars durant son sommeil.
Le docteur voulait rester auprès d'elle pour la rassurer si cette dernière se réveillait ne sursaut dans son sommeil, il voulait aussi pouvoir collecter toutes les informations possible au moment au Maeva ferait surface,c'est pour ça que le docteur resta une partie de la nuit assis sur une chaise a boire du café pour se tenir éveiller jusqu'à petit matin.

Il veilla toute la nuit sur le sommeil de Maeva, quand la jeune fille dormait elle avait l'air si paisible qu'on aurait du mal a croire que sa vie soit si agité, a la vue de cette douce enfant entrain de dormir de bon souvenir revinrent a l'esprit du docteur.
Il se revoyait a l'époque ou il veillait sur le sommeil de sa petite fille, quand le soir il lui racontai des histoire avant d'aller se coucher.
Maeva lui rappelait sa petite Camille tous comme la jeune fille au cheveux bleu Camille était un ange de douceur, un ange qui un jour de mai fut frappé par...
Le docteur ne voulu pas y pensée c'était trop douleur comme souvenir, Maeva était maintenant entré dans sa vie et elle compensait le manque d'affection que le docteur voulait donner,mais devait il en oublier pour autant sa propre fille ?
Il avait du mal a l admettre mais ces collèges avait raison ,Joseph c'était très attache a Maeva au point de faire l'impasse sur certaine de ces obligations de père.
Le docteur avait de l'affection pour Maeva et cela était très douloureux pour lui,mais quoi qu'il arrive il irait jusqu'au bout il voulait que Maeva guérisse.

Le lendemain matin la jeune fille se réveilla après avoir passé une nuit des plus paisibles qui soit, apparemment l'expérimentation de la veille n'avait engendrer aucun cauchemar chez Maeva.
ce pouvait il que le processus est échouer, Maeva ne voulu pas le croire selon elle le temps d'exposition était en cause si elle avait plus prolonger son expérience avec l'ordinateur il est certain que d'autres souvenirs se seraient manifester en elle.

Pour Maeva le doute n'était plus permis elle devait renouveler l'expérience de la veille,le problème c'est que le docteur n'avait plus qu'un seul ordinateur à sa disposition c'etait le portable qui se trouvait dans son bureau, le médecin etait un peu ennuyé d'avoir à sacrifier son principal outil de travail mais qu'importe après tout c'était pour le bien de Maeva et il avait pris soin de sauvegarde de faire une copie des ces données personnel sur un disque dur externe, les dégâts serait donc limite si jamais au pire il ferais fonctionner la garantie.

Le docteur monta à l'étage pour aller chercher le portable, il le descendit et le posa sur la table en métal maintenant Maeva avait en face d'elle un ordinateur de dernière génération, c'était un Pentium XNA d'une puissance de 2.56 GHz. 2 gigas de ram avec webcam et Wifi intégré, à coup sûr cette configuration-là était beaucoup plus puissante que le vieux Pentium 2 précédemment utilisée par Maeva, restait à savoir ce que la jeune fille allait faire avec une taille puissance.

Maeva s'habilla a nouveau comme hier tandis que le docteur repris son rôle de pompier volontaire,Maeva renouvela les mêmes geste qu'hier,elle déposa ces mains à 15 cm au-dessus du clavier puis les abaissa progressivement jusqu'à ce qu'elles finissent par effleurer les touches du clavier.
Mais cette fois ci rien ne se produisit,aucun flash, aucun passage en transe, c'était le néant total Maeva releva ces mains et recommença l'opération.
Le résultat fut le même, Maeva demeurait les mains posés sur le clavier sans que rien ne se passe.

Bizarre fit Maeva en regardant ces deux mains.
Que se passe t'il demanda le docteur
Maeva : il se passe rein justement
Dr Robinson : comment ça rein
Maeva : il n'y a aucune réaction
Dr Robinson : c'est bizarre
Maeva : en effet
Dr Robinson : il te fait peut être plus de temps avec cette machine
Maeva : c'est possible vu qu'elle est plus sophistiqué, je vais recommencer

La jeune fille renouvela l'expérience est là non plus il ne se passa rien, Intuitivement Maeva manipula quelques touches en espérant que cela allait provoquer un événement , mais l'essai se solda par un échec

Il y a quelque chose qui cloche, pourquoi est ce que ça ne marche pas se demanda Maeva
Dr Robinson : je ne peut pas te le dire.
Maeva : il doit y avoir un truc que je fais mal
Dr Robinson : sûrement mais quoi ?
Maeva : je voudrais bien le savoir.
Dr Robinson : peut-être faut-il que tu te concentre pour que sa marche
Vous croyez docteur fit Maeva.
Dr Robinson : ce n'est qu'une suggestion franchement je sais pas se qui cloche la.
Maeva : vous avez raison je vais essayer de me concentrer.

Maeva suivi les conseils du docteur, elle posa à nouveau ces mains sur le clavier et ferma les yeux pour se concentrer, pour améliorer sa condition de concentration Maeva c'était assis sur une chaise , maintenant la jeune fille pouvait pleinement faire usage de ces dons, est effectivement il se passa quelque chose.

Maeva entra a nouveau en transe, elle fut instantement plonger dans un autre univers , mais elle connaissait l'endroit ou elle se trouvait, c'était la salle du miroir sans reflet, habituellement Maeva ne pouvait accéder a cette endroit que par le biais de ces rêves mais cette fois ci elle avait pu y arriver grâce a ces pouvoirs.
Se retrouver en présence de cet objet ne lui plaisait guère car a chaque fois le miroir lui montrait des choses horribles la concernant , mais comme Maeva était en quête de la vérité sur ces origines elle ne pouvait pas reculer devant l'inconnu, elle s'approcha prudemment du miroir.

Je t'attendait lui fit le miroir
Tu m'attendais lui dit Maeva

Le faite que le miroir s'adresse a elle ne choquait plus Maeva, depuis le début des ces cauchemar la jeune fille avait rencontrer tellement de créatures doté de la parole entre le lion et les démon qu'un miroir parlant n'avait rein d'extraordinaire dans ce monde étrange.

Maeva : et que me veux tu cette fois.
Miroir : je voudrais te montrer quelle que chose.
Maeva : si c'est encore une jeune fille ou un monstre tres peu pour moi.
Miroir : non je voudrais te montrer un morceau de ton passé.
Maeva : mon passé !!!
Miroir : oui une bride de souvenir qui te concerne.
Maeva : est ce encore un leurre de ta part.
Miroir : point de ruse seulement la vérité.
Maeva : je me méfie de tes "vérités" elle on tendance a vouloir toutes me tuer.
Miroir : alors soit juge de ce que je vais te montrer
Maeva : et bien soit montre moi ce morceau de passé

La teinte du miroir s'obscurcie alors, Maeva vit soudain apparaître dans la glace deux ombres inconnu, l'image n'était pas très net mais il semblait que ces deux créatures étaient entrain de discuter,Maeva put entendre leur conversation, il s'agissait de deux ombres donc l'une était le maître et l'autre sont serviteur...et la tous s' enchaîna.

Le maître est son serviteur, la grande fusion , le projet NX 4321 , Maeva l'ange de la mort,Fenrir, l'obscur, le petite fille assassiné, la mort de Maeva...... tous ces éléments avaient conduit Maeva a la situation présente.
Couché sur le canapé Maeva reprenait un semblant de force, son corps ne était pas suffisamment régénéré a la suite de cette terrible expérience.
Le docteur conseilla a un Maeva de rester allongé une bonne demi-heure pendant ce temps la si elle en avait la force celle-ci devrait lui faire le récit de tout ce qu'elle avait vu durant sa transe.

Maeva avait beaucoup de mal a trouver ces mots ,ce quelle avait vécu dans sa transe était particulièrement éprouvant,mais aussi effrayant cela soit il elle devait tous dire au docteur car elle avait promis de la faire.
Il fallut beaucoup de courage a Maeva pour faire le récit de son expérience, mais elle dévoila tous au docteur.

Le maître des ombres et son serviteur qui veulent anéantir le monde,Maeva qui semble t'il est appeler a devenir leur ange de la mort, Fenrir le loup messager d'un être appelée l'obscur, l'assassinat sauvage d'une petite fille par Fenrir sois disant pour lui faire plaisir et enfin l'annonce de la mort de Maeva.
Sa mort voila une nouvelle qui ne la surprenait guère,puisque tous le monde voulait sa mort pour une raison inconnue, le récit de la jeune fille sidéra le docteur tant par le contenu de ce cauchemar que part la facilite avec laquelle Maeva l'avait raconté.
Plus le temps passait et plus Maeva devenait sinistre, non pas quelle devenait méchante mais cynique,a force d'être exposer au mal dans ces cauchemar elle avait finis par les extérioriser dune façons peu commune
Le docteur en lisant un jour les notes de Maeva fut surpris de trouver a l'intereiur des mini récit d'horreur
Maeva avait dévelloper un sens de l'humour particulier, elle contait des histoires de tueur en série assez glauque.
Ce n'était que des essais que Maeva écrivait pour chasser ces angoisses,mais quand a son âge des jeunes filles écrivait leur premiers émois d'adolescente Maeva elle racontait comment étriper des gens ,cela avait saisis le docteur qui voyait la un cri d'alarme et une dangereuse pente sur laquelle filait Maeva.

Le docteur se sentis responsable de tous ça, a force de plonger Maeva dans les tréfonds de son subconscient par ces séances d'hypnose, le docteur l'avait continuellement exposé a de terrible souvenirs, comment en retour ceci ne pouvait il pas affecter le moral de Maeva de façons négative.

Maeva n'avait que de mauvais souvenirs, il était peut être temps pour le docteur de le lui en créer de bon et pour ça il n'avait qu'une seule solution.
Il fallait divertir Maeva et lui apporter des instants de bonheur précieux ,pour son équilibre psychologique c'était important quel se sente heureuse ,le docteur décida donc que week end lui est Maeva irait a la fête foraine.

















chapitre 30 Kessel contre Mr.X


"La comédie est finis"

Je ne comprend pas la de quoi parler vous demanda Simon intrigué.
Sigmund : inutile de faire votre cinéma j'ai tout découvert.
Mr Watson : vous parlez de quoi la ?
Sigmund : je connais la vérité a votre sujet.
C'est incompréhensible ce que vous dites fit Simon interloquée.
Sigmund : au contraire c'est très facile a comprendre.
Mr Watson : ah bon !!!
Sigmund : inutile de continuer à vous cacher je sais qui vous êtes ...

_________________________ MR.X _________________________

En entendant ce nom Simon Watson ne prononça plus un seul mot, le vieux scientifique vit tout de suite que sa petite déclaration avait fait son effet.
L'air hébété que venait de prendre Simon était une preuve à elle seule.

Et bien que se passe-t-il Mr Watson ? on a perdu sa langue lui lança Sigmund en pleine face.

Simon ne trouva rien à répondre à cela, Sigmund venait de le prendre au dépourvu le très charismatique homme d'affaires ne savait pas quoi répondre a ça, visiblement le nom que venait de prononcer le Dr Kessel n'avait pas manqué de surprendre Mr Watson qui ne ne s'attendait pas à ceci.
Profitant de l'ascendant psychologique qu'il avait sur son adversaire Sigmund se permit d'enfoncer un peu plus le clou.

Sigmund : c'est peut-être dû au fait que je vous ai appelé par votre identité secrète ... mon cher Mr.X.
Mais de quoi parlez-vous lui fit Simon qui chercha a redresser la situation
Ne jouer pas à ce petit jeu là avec moi, j'ai passé l'âge de ce genre de bêtise lui dit le vieux scientifique en le foudroyant du regard.

Simon vit tout de suite que le professeur Kessel n'était pas d'humeur à plaisanter,ne voulant pas énerver d'avantage le vieux scientifique en niant l'évidence Simon essaya de calmer le jeu.
A première vue le docteur Kessel avait découvert son petit secret, mais Simon n'était pas le genre d'homme à se dévoiler aussi facilement,avant de confirmer quoi que ce soit il voulait savoir ce que le vieux débris qu'il avait en face de lui avait bien pu découvrir à son sujet, pour cela il allait user d'un subtil jeu de questions-réponses.

Bon je vois qu'il est inutile de vous mentir lui fit Watson dont le visage était redevenu impassible.
Sigmund : à l'heure actuelle cela ne vous servirait plus à rien.
Je suppose que vous avez beaucoup de choses de question à me poser lui fit Mr Watson.
Et vous vous avez beaucoup de réponses à me donner si lui répondit Sigmund.

Les deux hommes étaient maintenant sur la même longueur d'onde,chacun savait que l'autre allait avoir des choses très importantes à lui dire,Simon fut le premier à engager la conversations mais il ne fallait pas s'y fier son but n'était pas de faire des révélations spontanées au contraire il comptait bien tirer les vers du nez de Sigmund.

Simon savait pas expérience que les gens énervés ont tendance à dire ce qu'ils ont sur le coeur et vu l'état d'énervement dans lequel se trouvait le vieux scientifique il ne lui serait pas difficile de lui faire cracher le morceau.
De par son expérience d'homme d'affaires Simon était passé maître dans l'art de manipuler les sentiments et les émotions des personnes, en titillant la fibre émotionnelle de Sigmund il serait à même de diriger la conversation est aussi peut être la faire tourner à son avantage.

Mr Watson : vous avez l'air d'en savoir long sur moi.
Sigmund : je sais tous.
Mr Watson : vraiment !!! pour ma part cela m'étonnerai beaucoup.
Sigmund : ne soyez pas trop sûrs de vous Mr Watson vous pourriez être surpris.
Mr Watson : mais je le suis déjà par votre attitude, vous débouler comme un furibard dans mon bureau à une heure tardive et vous me traitez de je ne sais quel nom.... et cerise sur le gâteau vous prétendez tous savoir sur moi
Parce que je sais tous justement lui dis Sigmund.
Vous ne savez rien lui rétorqua aussitôt Simon.

Simon s''amusait a provoqué ouvertement Sigmund tout en prenant soin de ne pas trop l'énervé de façon à ce que son discours puisse rester lucide.
MrX alias Simon Watson se méfiait de l'apparition subite de Sigmund dans son bureau, si ce dernier avait effectivement tous découvert sur ses activités et sur son identité secrète il était fort probable que Sigmund bénéficie de l'appui des services secrets.
Depuis le début Simon savait que les services secret s'intéressait de trop prés a ces activités ,se qu'il ne comprenait pas c'était pourquoi ? mais plutôt que de prendre des risque inutiles en cherchant des réponses Simon avait essayer d' éliminer les gêneur qui s'intéressait de trop près a ces petites affaires.

Par l'intermédiaire de Mr Landsey Simon connaissait le visage de l'homme est de la femme qui c'était tout a tour fait passer pour des agent d'assurance puis pour des scientifiques,ces derniers c'étaient montrer trop curieux a son égard ,il avait même contraint Simon a évacuer en douce les bureaux de Global compteur basé a la Silicon Valley.
Simon était prêt à parier que des micros avaient été placés dans la veste du vieux scientifique et que toutes la conversation devait être enregistrer mais la suite des événements montreront que sur ce dernier point Simon c'était tromper.

Mais par prudence ces réponses étaient volontairement évasives afin d'éviter les aveux trop spontané qui constituerait des preuves flagrante de sa culpabilité durant toute la conversation qui allait suivre Simon passerait son temps à nier les évidences tout en essayant de prouver sa prétendue innocence.
Mais pour ça
fallait t'il savoir ce que Sigmund avait découvert et pourquoi celui ci faisait son apparition a la veille du 01 octobre soit deux mois après son petit scandale du 1e août, la réponse Simon ne tarderait pas a l'avoir.


En vérité Sigmund était venu de son propre chef sans consulter ces alliers mais pas sans les avertir pour autant.
Avant de venir confondre Simon ,Sigmund avait lancer un coup de téléphone au colonel l'avertissant de ce qu'il allait faire, mais presser par le temps il ne donna guère de détails au brave militaire.
Il eut toute fois le temps de l'avertir d'une terrible nouvelle, une chose si effroyable qu'elle avait contraint Sigmund a prendre les devants et ceci au mépris des plus élémentaire règles de sécurité.
Sigmund voulait stopper MrX mais il voulait surtout le prévenir d'arrêter ces activités car elle favorisaient le retour d'un terrible danger.

En effet quelques jours plutôt Sigmund avait fait une découverte des plus inquiétante qui soit ,il avait capter d'étranges échos en provenance du réseau,ces échos était des fréquences résiduel consécutive a un déplacement de données importante.
A sa connaissance une seul chose pouvait générer de telle échos, seul une masse d'information bien précise avait par le passé causé de telle troubles.
C'était un phénomène que Sigmund n'avait plus enregistrer depuis le mois de mars mais curieusement celui ci avait fais sa réapparitions en septembre.

Redoutant le pire vieux scientifique avait analyser ces échos pour dissiper ces craintes, malheureusement les résultats obtenu ne firent que les confirmer, la nature des échos et leur mode de propagations ne laissait pas de doutes sur la nature de tous ça.
Une seule chose était capable de créer de telle perturbations et cette chose c'était .....

-------------------------------------- XANA --------------------------------------

Le pire de scénario qu'avait imaginer Sigmund venait de ce réaliser, visiblement Xana avait survécu au programme multi-agent de Waldo.
Cette nouvelle n'avait pas ravis Sigmund car tous allait sûrement recommencer,le programme de Waldo avait dut affaiblir Xana mais il n'avait pas réussit a l'éradiquer, pour une raison inconnu se dernier avait réussi a se préserver, cela voudrait sire qu'il y avait dans le monde une super-calculateur affecte par Xana.
Durant des mois il avait dut se régénérer petit a petit, reprendre des forces avant de passer a nouveau a l'offensive.
Une offensive qui avait été rendu possible grâce au concours de Simon Watson et de ces Quadrihoppes pirates
Cause de ces ambitions personnel Simon avait favoriser l'extension de Xana il y a plusieurs mois et voila que maintenant il permettait son retour.
Pour Sigmund il était grand temps de mettre hors d'état de nuire cet homme est son organisation criminel.

En faisant ces recherches Sigmund avait tous découvert sur MrX, il savait qui il était et ce qu'il avait l'attention de faire.
Les informations de Waldo ,celle de Henry plus celle que les militaires lui avait fournis avait constituer le point de départ de son enquête personnel,cependant malgres tous les indices fournit il n'arrivait pas a faire le liens avait tous ça car un élément principal lui manquait.

D'où pouvait venir les Quadrihoppes pirates et comment Simon Watson faisait il pour les activer ?
Les réponses a ces deux questions Sigmund les chercha pendant des mois sans les trouver, mais lors d'une rencontre fortuite avec le docteur Kinsley de la section 5 Sigmund appris l'existence d'une chose que personne ne savait chez Cyclotron hormis le docteur Kinsley et Simon Watson.
Une fois en possession de ces informations Sigmund réussi a coller entre elle les pièces du puzzle ,est ce que le vieux scientifique découvrit fut atterrant ,Simon avait une ambition démesuré ce qu'il prévoyait pour le futur allait être catastrophique car il risquait d'offrir a Xana le monde sur un plateau d'argent.
Sigmund avait tous compris, il devait arrêter ce malade avant qu'il ne soit trop tard, pour cela Sigmund avait réunis tous les preuves qu'il avait put trouver contre Simon, il les avaient emmener avec lui pour confondre le traite,face a l'amas de preuves celui ci seraient bien obliger de reconnaître ces fautes.
C'est pour ça que Sigmund voulais l'affronter face a face, il voulait lui faire une démonstration de ce qu'était le courage.

Au contraire M. Watson j'ai tout découvert lui Sigmund.
Et qu'avez-vous découvert de si important lui demanda Simon.
Sigmund : j'ai découvert la nature même de votre petit commerce clandestin.
Mr Watson : il serait étonnant que vous connaissiez la nature de mes affaires privées.
Sigmund : non seulement que je la connais mais j'ai également en ma possession les éléments qui le prouvent.
Des éléments qui prouvent quoi demanda Mr Watson.
Sigmund : j'ai tout simplement la preuve que vous vendez des éléments de super-calculateurs volé.

A première vue le vieux scientifique avait découvert la nature même des activités de Simon, mais une simple déclaration à la voler ne constituer pas une preuve et sa Simon le savait.
Il poussa adroitement Sigmund à lui donner des informations supplémentaires.

Vous spéculez sur des éléments fictifs mais sa ne prouve rien lui lança Simon.
Sigmund : Oh non je sais très bien que vous avez détourné la technologie des micro-puces Quadrihoppes.
Mr Watson : les Quadrihoppes !!! vous me parlez de nos micro-puces expérimental.
Sigmund : oui les Quadrihoppes , ces composants uniques qui constituent le fonctionnement principal de votre super-calculateur.

Pas de doute à avoir le vieux débris avait bien découvert la nature même de ce que Simon trafiquait,mais la encore sans preuve ces accusations ne pesaient pas bien lourd.
Simon lui dit alors que ces affirmations étaient ridicules,pour prouver ce qu'il avançait Sigmund lui donna le détail de ce qu'il avait découvert sur les activités de Simon.

Le tableau que dépeignit Sigmund n'était pas vraiment glorieux, Simon était une belle crapule prêt à tout pour parvenir à ses fins.
Vol ,chantage étaient les deux méthodes les plus fréquemment utilisées par Simon,l'homme d'affaires écouta avec beaucoup d'attention le récit de Sigmund a son sujet , le vieux scientifique ne mâchait pas ces mots pour décrire la petite ordure qu'il avait en face de lui. de son coté du bureau Simon se contenta de laisser dire le vieux scientifique,en aucun cas il ne confirma ces dires pour ne pas se trahir.

Les accusations de Sigmund étaient graves,d'après lui Simon détournait la technologie des Quadrihoppes pour les revendre à son profit.
Via une société fantômes appelées Global Computer Simon aurait vendu pas moins d'une centaine de micro-puce Quadrihoppes à travers le monde.
Monnayant ces composant à prix d'or Simon c'était constituée en l'espace de six mois un petit capital pécunier avoisinant le milliard de dollars et tout ça sur le dos de la société de Cyclotron.
Qui se serait douter un seul instant que derrière le costume bien repassé de numéro trois de la société Cyclotrons se cachait en fait le plus grand escroc que la terre est jamais connue.

Simon Watson était un opportuniste de première qui a un moment dans sa vie avait su saisir sa chance ce qui l'avait rapidement conduit au sommet, mais le sommet ne lui suffisait pas les gens de sa race voulait toujours plus ce qui avait conduit cet homme a transgressé les lois pour assouvir son ambition personnelle.
Le vol des Quadrihoppes n'était que la première étape d'un plan diabolique que Simon avait conçu,mais ce plan risquait bien d'être remis en cause par l'intervention de Sigmund qui avait découvert la vérité à son sujet.
Sigmund accusa ouvertement Simon de voler la technologie des Quadrihoppes a son profit cependant ce dernier lui fit remarquer qu'un petit détail clochait dans son explication.

Sigmund : vous volez la technologie des Quadrihoppes pour vous enrichir
Mr Watson : votre théorie est intéressante mais je dénote une faille dans votre explication
Ah oui laquelle demanda Sigmund.
Mr Watson : vous m'accusez de vendre des Quadrihoppes n'est ce pas.
Sigmund : c'est le cas.
Mr Watson : c'est totalement impossible car les Quadrihoppes son encore expérimental, de plus leur nombre est limité comment aurais je fait pour les voler sans que cela ne se remarque.
Sigmund : vous voulez l'entendre de ma bouche n'est-ce pas.
Mr Watson : puisque vous dites avoir des preuves de ma culpabilité, vous pouvez sûrement expliquer de quelle manière j'ai réussi à vendre des Quadrihoppes qui n'existe pas.
Sigmund : vous marquer un point la, en effet vous n'avait pas volé de Quadrihoppes vous vous êtes simplement contentés d'en fabriquer.
Mr Watson : donc ce que vous avancez n'a aucun sens.
Est pourquoi ça je vous prie demanda Sigmund.
Mr Watson : car tous le monde dans cette société pourra vous dire que fabriquer des Quadrihoppes a la pelle ne sert a rein car pour qu'une de ces micro puces soit refonctionner il faut que cette dernière soit activé par un procédé spécial donc seul le professeur Hopkins connaît le secret.

Pour démonter les accusations de Sigmund Simon avait mis en avant un point essentiel et inattaquable, en effet reproduire des Quadrihoppes était peut-être à sa portée mais les activés c'était une tous autre histoire.
Les micro-puce a Quadrihoppes fonctionnait selon un principe quantique unique au monde, en faire des copies ne suffisaient pas il fallait que ces dernières soit activé par un processus spécial que le docteur Hopkins avait mis au point, sans cette activation les Quadrihoppes ne seraient que des puces ordinaire.
Et c'est la que les accusations de Sigmund tombait a l'eau, depuis plusieurs années le secret de ce processus n'était connu que part le professeur Hopkins lui même,celui était parait-il si complexe que le Dr Hopkins n'avait pu activer qu'une douzaine Quadrihoppes cours de ces 10 dernières années.

Dans ces conditions comment Simon Watson qui n'était pas scientifique pour deux sous aurait-il pu activer une centaine de micro-puce a Quadrihoppes alors qu'un grand génie comme le docteur Hopkins était incapable d'en produire autant.

Ce détails pour le moins anodin suffisait a invalider toutes les accusation de Sigmund, mais a la plus grand surprise de l'homme d'affaires Sigmund avait une réponse à cette question.
Le ville scientifique avait découvert de quelle façon Simon s'y prenait pour activé ces Quadrihoppes pirate.

Mr Watson : comme vous voyez il est impossible que j'ai put produire autant de Quadrihoppes sans connaître le procédé d'activation,ce qui fait que vos accusations sont infondé.
Sigmund : au contraire mon cher car comme vous j'ai découvert le petit secret du super-calculateur.
Mr Watson : que voulez vous dire !!!
Sigmund : cette histoire d'activation ma longtemps perturber, en effet je ne comprenait pas comment un non scientifique comme vous si prenait pour activer autant de Quadrihoppes.
Mr Watson : alors vous voyez que c'est impossible
Sigmund : pas du tous car j'ai découvert de quelle façons vous vous y preniez

Après bien de recherches Sigmund avait découvert de quelque façons Simon activait les Quadrihoppes, comme lui avait confier Henry il n'existait pas de procédé concret pour les activer, leur mise en fonction ne dépendait que des anomalies temporel comme celle qui avait frappé le super-calculateur le 6 juin 1994.

Ces anomalies spatio-temporel activaient les Quadrihoppes a chacune de leur manifestations,hors d'après Henry aucune autre perturbation n'avait été enregistrer depuis 10 ans, cette déclaration avait néanmoins Surpris Sigmund.

Le vieux scientifique trouvait tous ceci étrange, pourquoi Henry lui avait il dit qu'aucune variation temporel n'avait été détecter alors que lui en avait dénombrer pas moins d'une centaine au cours de ces deux dernière années, de même pourquoi le super-calculateur de Henry n'avait il pas gagner en puissance durant cette même période alors que ces variations aurait du décuplé sa puissance actuel,il avait la un truc qui clochait.

Ceci avait laisser perplexe Sigmund durant un long moment,mais sa rencontre avec le docteur Kinsley lui avait apporté la réponse a se mystère.
Lors d'un entretien entre les deux scientifique le docteur Kinsley avait évoquer les opérations de maintenance fréquente que lui faisait effectuer Mr Watson, Sigmund intrigué par ceci avait demander des détails a son confrère sur la nature de ces actes de maintenance.

Le docteur Kinsley lui expliqua que régulièrement au moins une a deux fois par semaine Mr Watson lui faisait retirer l'une des Quadrihoppes de l'unité centrale du super-calculateur pour les faire examiner dans un autre laboratoire afin de procéder a des test de fonctionnement le tous avant de les ramener le lendemains.

Cela aurait put paraître anodin si Mr Watson n'avait pas insister sur le faite que chaque carte devait lu être remise mains propre pour qu'il l'apporte lui même au laboratoire concerné, il fait ça soi-disant pour prendre la responsabilité d'un telle transfert.
Mais le détail le plus troublant dans cet histoire de maintenance c'est qu'a chaque foi que le docteur Kinsley réinsérait la carte que Simon avait pris la veille celui ci avait constater une baisse de puissance de la part du super-calculateur.
Le scientifique avait attribuer ceci au fait que d'autre laboratoire faisait des expérience sur les Quadrihoppes ce qui expliquait cette baisse de puissance mineur, mais pour Sigmund ce remue ménage de cartes avait une autre explication, maintenant Sigmund savait comment Simon activait ces cartes pirates

Sigmund : vous avez fait activer vos Quadrihoppes par le biais du super-calculateur lui dit Sigmund
Qu'est ce que vous me chanter la lui dit Simon.
Sigmund : la vérité seulement car j'ai compris votre truc, vous vous êtes servis des anomalies spatio-temporel de ces dernière années pour activer en douce vos Quadrihoppes et vous vous êtes arranger pour que personne ne le découvre.
Mr Watson : vous .. vous avez compris fit Simon très trouble par cette soudaine révélation.
OH que oui lui fit Sigmund ravi d'avoir percer a jour la combine du filou.

Soucieux du détail Sigmund démontra a Simon qu'il avait tous compris, en effet Simon se servait du super-calculateur pour activer ces Quadrihoppes ,celui ci avait découvert l'existence des anomalies temporels, comprenant tous le potentiel que celle ci offrait Simon avait décider de les exploiter a son compte.
Pour cela le filou avait fait fabriquer en douce des micro puces a Quadrihoppes inactive qu'il intervertissait régulièrement avec les Quadrihoppes active avec l'aide involontaire du docteur Kinsley.
Bien sur un telle échange se traduisait pas un baisse de puissance de la machine qui a la longue aurait put paraître suspecte, et c'est la tous le génie donc avait fait preuve Simon.
A chaque nouvelle perturbation temporelle la carte inactive devenait opérationnelle et la puissance du super-calculateur se rééquilibrait d'elle même mais n' augmentait plus.

Grâce a ceci Simon pouvait fabriquer et activer autant de carte qu'il voulait pour ensuite les revendre sur le marché sans que personne ne s'en rende compte en les faisant passer pour un technologie de pointe permettant de multiplier par 4 la puissance des super-calculateur.

Le procédé était astucieux et très rentable pour son instigateur qui avait la une source inépuisable de revenu, sur ce point très précis Sigmund fut obliger d'admettre que Simon avait fait preuve de talent, monter une telle arnaque était bien l'oeuvre d'un petit génie du crime.

Sigmund : je vous tire mon chapeau, je dois reconnaître que cela était très astucieux de votre part.
Mr Watson : vous êtes sincère quand vous dites ça.
Sigmund : la je suis obliger de m'incliner devant votre talent c'était un plan brillant, dommage que tous cela prenne fin du moins pour vous....
N'en soyez pas si sur lui dit Simon
Bien sur que si vous cuit MrX lui dit Sigmund
Mr Watson : ah oui
Sigmund : oui quand Henry sera se que vous avez fait je ne donne pas chere de votre peau
Mr Watson : dois je comprend que vous ne l'avez pas avertis de tous cela
Sigmund : pas encore mais il va tarder a le savoir
Mr Watson : vous savez comme moi qu'il est en voyage en France est qu'il ne sera de retour que demain 1er octobre.
Sigmund : je sais c'est pour sa que je l'attend pour lui remette les preuves accumule contre vous
Mr Watson : je paris que vos complices des services secret vont venir me cueillir sous peu
Sigmund : non pas encore mais d'ici demain il viendrons vous cueillir.
Mr Watson : il ne sont pas venu avec vous
Sigmund : non je l'est est laisser hors du coup ,ils ne savent même pas que je suis la avec vous
Mr Watson : en revanche je parie qu'il savent tous sur moi
Sigmund : non il ne savent pas qui vous êtes, pas encore ... mais quand cela arrivera il auront pas mal de question a vous poser.
Mr Watson : sur toutes mes activées
Sigmund : et surtout sur les endroit ou vous avez vendu des Quadrihoppes

Il y avait un détail que Simon ne comprenait pas dans tous ça, si Sigmund voulait l''empêcher de se faire l'argent sur le dos de Cyclotron en quoi tous cela regardais t'il les services secret ? A cette question Simon voulait que Sigmund lui fournissent une réponse.

Mr Watson : docteur Kessel je voudrais savoir une chose.
Sigmund : oui laquelle
Mr Watson : pourquoi les service secret s'intéressé tant a mon petit commerce.
Sigmund : il ont la même raison que moi c'est pour ça que je venu vous voir.
Mr Watson : c'est dire
Sigmund : vous devez arrêter de vendre des Quadrihoppes avant qu'il ne soit trop tard.
Mr Watson : que voulez vous dire ?
Sigmund : simplement qu'a cause de votre trafique vous mettez l'humanité en péril.

A cette instant Simon se demanda si le vieux débris ne perdait pas les pédales,son activité était certes illégal mais a part ces projets de prise de pouvoir sur la société Cyclotron, il ne faisait rein qui puisent attenter a la sécurité national de son pays ou celle des autres.
Mais Sigmund savait très bien de quoi il parlait, il devait avertit Simon que son commerce illicite favorisait le retour d'une terrible menace.
Si Simon continuait a diffuser des Quadrihoppes il risquait fort de permettre le retour de Xana et ça Sigmund ne pouvait pas le permettre pas après tous les sacrifices qui avait été concédé, mais pour ça fallait il encore que Simon accorde le poindre crédit a ce que le vieux scientifique allait lui révéler.

Mr Watson : je ne vois pas se que vous me reprocher tous que j'ai fais c'est améliorer le quotidien de tous le monde.
Sigmund : vous le croyez vraiment .
Mr Watson : mon action a été positive car grâce a elle j'ai permis a la recherche fondamental d'avancer a pas de géant.
Sigmund : vous êtes dingue.
Mr Watson : pas du tous ,les super-calculateur équipé par mes micro-puces appartiennent pour la plus part a des centres de recherches ou as des universités et grâce a moi la recherche a peut avancer.
Vous ne vous rendez pas compte de ce que vous avez fait se lamenta Sigmund
Si grâce a moi la recherche médicale et spatial pourront faire des bond considérable d'ici quelque mois alors que cela aurait sûrement pris des années....argumenta Simon.

Simon voulait démonter qu'en dépit de ces agissements personnel est cupide son action serait positive a la longue car la cherche scientifique pourrait faire de réel progrès grâce a la puissance des super-calculateur équipe de Quadrihoppes.
Cette vision des chose Sigmund aurait put l'approuver si elle n'était pas ternis par le présence de Xana.
La diabolique IA était loin d'avoir les mêmes projet que Simon et sa réapparition n'augurai rien de bon pour l'humanité, l'argument utopique de Simon allait s'écrouler comme un château de carte quand Sigmund allait lui avouer la vérité sur ce qui se passait réellement dans le monde.

Pauvre inconscient vous vous rendez compte de ce que vous avez fait lui Sigmund
Mr Watson : mais quoi !!!
A cause de votre trafic de Quadrihoppes vous avez permis a un virus informatique de se propager dans le monde lui dit Sigmund avec un air grave
Mr Watson : mais qu'est ce que vous me raconter la ?!!
Sigmund : Je vous parle de Xana.
Xana !! qu'est ce que c'est que ça Xana demanda Simon
Sigmund : Xana est le noms d'une intelligence artificiel.
Mr Watson : une intelligence artificiel !!! comme Tanit
Sigmund : dans le même genre mais en pire ,Xana est une IA autonome conçu pour l'attaque.
Mr Watson : et cette Xana qu'est ce qu'il avoir dans cette histoire
Sigmund : Xana est présent sur le réseau , il se propage comme une maladie semant chaos est destruction sur son passage et tous ça a cause de vous
Mr Watson : a cause de moi ?!
Sigmund : oui de vous et de vos Quadrihoppes.
Mr Watson : je vois pas le rapport
Sigmund : Xana ne peut se développer que sur des super-calculateur équipe de Quadrihoppes sinon il ne peut pas survivre dans un environnement informatique classique.

Sigmund donna a Simon une explication succsinte de ce qu'était Xana, ainsi le bandit appris que Xana était une IA très perfectionné qui voulait dominer le monde, mais pour arriver a ces fin elle avait besoin de beaucoup de puissance et seul des super-calculateur muni de Quadrihoppes lui permettait d' accomplir ces actes.
Simon avait du mal a croire ce que lui racontait Sigmund mais qu'en celui ci évoqua les créatures de Xana est certain de ces pouvoirs le discours pris une tous autre tournure.

Sigmund : les créatures que créer Xana infectent un système pour en prendre le contrôle.
Mr Watson : vous parler de monstres numériques la.
Sigmund : oui de monstres capable de faire de gros dégâts sur un système informatique.
Mr Watson : comme par exemple prend le contrôle de certaine fonction et attaque un bâtiment avec.
Sigmund : ça ce n'est que les fonctions de base Xana et capable de bien pire.
Mr Watson : est qu'il serait en mesure de prendre le contrôle d'appareils électrique et d'attaqué les gens avec.

Sigmund fut surpris par la question de Simon, comment celui avait deviner qu'une telle chose soit possible ? bien que intrigué Sigmund confirma a Simon que ces suppositions étaient juste, Xana était bien capable de faire ce genre de chose.
Simon fut attéré par cette nouvelle, il pris un air dépité se qui intrigua encore plus Sigmund.
Et bien que se passe t'il ?cette nouvelle vous choque lui demanda Sigmund.
Vous n'avez pas idée lui répondit Simon
Mr Watson :
Sigmund : vous ne vous attendiez pas a ça
Mr Watson : oui plutôt qui aurait cru que derrière la dernière attaque se cachait en fait une IA. Mais de quelle attaque parlez vous demanda Sigmund.
Quoi vous n'êtes pas au courant lui fit Simon.
Sigmund : au courant de quoi.
Mr Watson : et bien pour quelqu'un qui dit avoir tous découvert vous m'avez l'air mal informé Sigmund : mais de quoi vous parlez a la fin

Simon compris rapidement que le vieux scientifique n'était pas au courant des dernières nouvelles,celui ci ignorait qu'il y a trois semaines en arrière Neo-Carthage avait fait les frais d'une attaque d'une ampleur incroyable.
C'est alors que Sigmund appris l'existence d'un monstres géant qui ressemblait au mythique Kraken de la mythologie scandinave,le Kraken avait attaqué la cité par surprise sans que personne n'est eut le temps de réagir, a l'aide de ces tentacules il avait pris le contrôle d'une tour pour posséder tous les appareil électrique du complexe.
Ce jour la se fut le chaos partout, le personnel avaient du lutter pour sa survie en affrontant des machines déchaîné,heureusement le pire fut éviter grâce l'intervention des systèmes de protection de la cité et par l'intervention de leur créateur mais les dégâts occasionné furent considérable.

Ce récit ne fit que confirmer les théories de Sigmund, Xana était bien de retour est il n'avait pas perdu son temps pour agir,cependant un détail chiffonnait Sigmund, pourquoi Xana avait il attaqué Neo-Carthage alors qui était loin d'avoir retrouver toutes ces forces, il y avait la quelque chose d'illogique dans son attitude présente.

Mais la confirmation du retour de Xana ne fut pas la seule mauvaise nouvelle que Sigmund appris, Simon lui raconta que le lendemain de l'attaque une réunion de crise fut organisé,celle ci avait eut pour but de faire un bilan de la situation.
Et la Sigmund appris qu'au terme de cette réunions tous les haut dirigeant Henry notamment avaient décider d'appliquer la directive Morrigan pour se défendre.

La directive Morrigan le processus de défense absolue,Sigmund avait pourtant prévenu Henry qu'il ne devait en aucun cas avoir recours a cette dernière car le danger lier a son utilisation était trop important.
Henry se souvenait de la promesse qu'il avait fait a Sigmund mais contraint par la situation il avait du accepter a contre coeur ceci sous l'impulsion de Anthea est de Simon qui tous deux voulait proteger leur intérêt.
Mais cela ne s' arrêtait pas la, ne pouvant rester éternellement sur la défensive il fut décider qu'un assaut serait lancer contre les responsables de cette attaque ,en effet un monde virtuel inconnu avait été découvert par l'un des employé de la société.
Selon les premières analyse l'attaque provenait de ce monde, puisque les hostilité avait été ouverte une contre attaque fut programmé en représailles,celle ci aurait lieu dans quelque jours un fois que tous serait en place.

Quand Simon eut finis de raconter son histoire Sigmund ne savait plus au donner de la tête, la situation prenait une tournure des plus inquiétante.Une guerre virtuel voila une chose laquelle Sigmund ne s'attendait pas, il était temps pour lui d'intervenir avant que cela n'empire.

Il faut tous arrêter dis Sigmund.
Et pourquoi cela demanda Simon.
Sigmund : pourquoi !! mais parce que vous allez attaquer sans savoir contre qui ou quoi vous avez a faire.
Mr Watson : c'est faux nous le savons et nous avons même son noms grâce a vous.
Sigmund : XANA
Mr Watson : Oui Xana, on sait qui est notre ennemis,on sait ou le trouver, il n'y a plus qu'a aller le détruire.
Sigmund : vous n'en savez rein, qui vous dit que ce que vous allez attaquer est bien l'antre de Xana.
Mr Watson : on a pas de doutes de ce coté la, nos recherches on démontre que Xana était originaire du monde que nous allons détruire.
Sigmund : mais Xana est devenu autonome il n'est plus lier a ce monde.
Mr Watson : mais si j'en crois vos explications il ne peut survivre que dans un environnement gérer par des Quadrihoppes, hors si ce monde fonctionne avec un Quadrihoppe il est donc logique que Xana si trouve
Sigmund : mais vous ignorez si ce monde est le bon il y en as peut être un autre.
Mr Watson : oh que non nos informations sont fiable ce monde est unique dans le réseau
Sigmund : sans vous n'en savez rien

Simon était excéder par les propos de Sigmund ,pourquoi celui ci s'obstinai a défendre se monde inconnu alors que celui ci avait voulu les détruire, puisque Xana était originaire de ce monde il n'y avait pas de question a se poser, il fallait le détruire point barre.
Sans compter que dans cette histoire les motivations de Simon étaient double dans l'affaire.
Dune part il voulait proteger le super-calculateur de Cyclotron pour pouvoir continuer son petit commerce et d'autre part en éradiquant se monde il détruisait toutes les preuves qui pouvait indiquer que lui est Arnaud avait voler des informations dans cette univers pour les utiliser a leurs profits.

Mais Sigmund ne l'entendait pas de cette oreille, cette attaque était ridicule le seul moyen de stopper Xana était de détruire toutes les Quadrihoppes pirates de Simon,mais se dernier ne comptait pas collaborer aussi facilement car il avait beaucoup trop a perdre dans l'histoire.

Sigmund : il faut arrêter cette folie, pour ça vous devez nous dire ou sont les autres Quadrihoppes que vous avez vendu.
Mr Watson : je regrette mais je ne peux pas le faire
et pourqou ça demanda Sigmund
Mr Watson : il y a trop d'argent en jeu pour que je renonce a tous ça.
Sigmund : mais vous êtes dingue vous voulez risquer notre avenir pour quelque millions de dollars
Mr Watson : quelques milliard je vous pris , j'ai déjà calculer.

Sigmund n'en croyait pas ces oreilles,alors que l'avenir du monde reposait entre ces mains Simon préférait jouer a un jeu dangereux, plutôt que de perdre de l'argent il préférait laisser les autres régler le problème a sa place.
Une attaque organiser par la société était moins coûteuse et plus a son avantage que si il devait retirer les Quadrihoppes déjà installer ces dernier mois.
Pour Sigmund cette attitude était plus irresponsable ,Simon mettait le monde en danger et refusait de collaborer juste pour ne pas perdre ces précieux bénéfices, pour cette homme le profit était le moteur de sa vie et qu'importe les gens qui fallait écraser sur son passage ou les choses qu'il fallait faire tous était bon pour faire de l'argent.

Vous me dégoûtez, vous n'êtes qu'un être cupide est sans scrupules fit Sigmund.
Mr Watson : mais non je suis un homme d'affaires très ambitieux
Sigmund : un profiteur de première.
Mr Watson : dis ce que vous voulez mais cela ne change rien au faite que j'ai un devoir a accomplir
Sigmund : un devoir ?!! quel devoir ?
Mr Watson : je dois sauvegarder mes intérêt et ceci par n'importe quel moyen
Sigmund : je ne vous suis pas.
Mr Watson : on nous menace donc il faut que l'on se défende ... oeil pour oeil dent pour dent...
Sigmund : vous croyez que la loi du talion est la réponse a tous les problèmes.
Mr Watson : c'est la plus efficace pour moi.
Sigmund : c'est surtout celle qui entraîne un spirale infernal car chaque attaque sera suivit de représailles plus terrible.
Mr Watson : vous n'allez pas nous reprocher de nous défendre.
Sigmund : il y a d'autre moyen de la faire.
Mr Watson : mais rien n'est plus efficace que la destruction complète de son ennemis
Sigmund : c'est une belle erreur
Mr Watson : pas du tous nous allons combattre nos ennemis et les détruire, je vous qu'il ne toucherons pas a mon super-calculateur.
Sigmund : votre super-calculateur !!
Mr Watson : oui le miens.

Cette fois si c'était sur Simon était un vrai malade, son obsession du profit était elle qu'il considérait le super-calculateur comme étant son acquis, son ego était elle qu'il se croyait au dessus de tous.
Pour Sigmund si on laissait faire ce type il deviendrais rapidement un danger public sans compter que si il s'emparait dune machine aussi puissance que celle de Henry sa folie des grandeurs n'aurait plus de limites, il fallait mettre un terme a tous ça est c'est que Sigmund fit savoir a son mégalomane interlocuteur.

Sigmund : vous êtes une belle ordure ,vous vous attribuer déjà la possession du super calculateur avant même que tous soit finis.
Mr Watson : il sera bientôt a moi
Sigmund : vous parler de votre petite magouille boursière.
Mr Watson : je vois que vous êtes au courant
Sigmund : j'ai compris a quoi allait vous servir tous argent que vous avez récolter
Mr Watson : vraiment !!!
Sigmund : vous vous en servez pour lancer des OPA sur cette entreprise, chaque jours vous rachetez par le biais de banque étrangère des actions de cette entreprise pour vous en emparez.
Mr Watson : oui je place mes petites économies pour m'achetez une jolie petite entreprise.
Sigmund : et pour sa vous alimentez de fausse rumeur ,de faillite, de problème financier ou bien d'accident tous ça dans le but de faire baisser les actions afin de les racheter pour une bouchée de pain.
Mr Watson : le ragot c'est pas cher et sa peut rapporter gros, surtout en bourse.
Sigmund : c'est dégueulasse d'agir comme ça.
Mr Watson : c'est la loi du marché seul les plus malin peuvent s'en sortir.
Sigmund : je suis vraiment stupide, le petit scandale que j'ai provoquer le 1er août a jouer en votre faveur.
Mr Watson : d'aillieur j'en profite pour vous remercier, votre petite démonstration m'as été très profitable.

Sans le savoir Sigmund avait donner un sacre coup de mains a Simon,suite au déclaration de Sigmund sur la dangerosité des Quadrihoppes les actions de Cyclotron avait baisser en bourse profitant de ceci Simon c'était gaver en rachetant 8 % du capital de Cyclotron.
Plus le temps passait est plus Simon arrivait a s'emparer de cette société le plus légalement du monde personne ne le savait mais Simon possédait déjà 33% de cette société et il ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin.
Sauf que un obstacle venait de se dresser sur son chemin,Sigmund avait bien l'intention de stopper ce malade avant que tous ne dégénèrent encore plus.


Sigmund : Je ne vous laisserait pas faire
Mr Watson : vous ne pouvez rien contre moi, bientôt j'aurais le contrôle sur cette societe est sur son super-calculateur
Sigmund : et qu'allez vous faire avec ce super calculateur.
Mr Watson : qu'elle question je vais produire des Quadrihoppes a la pelle
Sigmund : vous êtes dingue
Mr Watson : non je suis ivre, j'ai le vertige en pesant au montagne d'argent que je vais me faire en vendant c'est micro-puces .
Sigmund : est Xana vous y penser
Mr Watson : j'en prend bonne note, on va d'abord s'occupé de son cas après quoi....

Simon ne finis pas sa phrase mais Sigmund savait très bien de quoi il en retournait,Waldo lui avait fournis un conversation un extrait de conversation audio en très deux personnes, un certain Mr Ficsix et MrX alias Simon Watson.
Dans cette extrait il était question d'éliminer deux personnes appelle H&H, Sigmund avait bien compris que Simon faisait référence a Hopkins et Hopper avec les initiale H&H.
Pas de doutes se salopard de Watson voulait éliminer Henry est Anthea sûrement pour se débarrasser de ces deux gêneur mais surtout pour récupérer leurs actions et ainsi prendre le contrôle totale de Cyclotron.

Sigmund : salopard vous voulez tuer Henry est Anthea
Mr Watson : il me sont utile pour le moment surtout Anthea car grâce elle je contrôle Tanit mais après
Sigmund : je vois
Mr Watson : on se sert d'un outils temps qu'il est utile après quoi on le vend ou on s'en débarrasse.
Sigmund : vous me dégoûtez vous faites ceci que pour satisfaire votre petit ego.
Simon : je suis un visionnaire un homme d'affaires hors paire .
Sigmund : nous n'êtes qu'un petit profiteur doublé d'un lâche et d'un meurtrier.
Simon : n'insulter pas mon génie financier.
Sigmund : génie du crime oui.
Mais ça ne se passera pas comme ça que j'ai tout découvert vous êtes fini lui dit Sigmund
Simon : vous croyez.
Sigmund : les raclures comme vous ne mérite que la prison.
Simon : sa n'arrivera pas je suis intouchable.
Sigmund :ne soyez pas sur des demain j'apporterai les preuves de votre duplicité a Henry et la croyez-moi ça va être votre fête.
Simon : peut être pas si on y regarde bien il y a toujours moyen de s'arranger
Sigmund : vous voulez m'achetez. ?
Simon : on peut voir sa comme ça

La corruption un des outils favori de Simon, celui ci pensait pouvoir faire taire Sigmund en lui proposant quelque millions histoire de faire taire sa conscience, mal lui en prit de le croire car Sigmund était avant tous un homme de convictions.

Sigmund : vous perdez votre temps avec moi on ne m'achète pas
Simon : ridicule tous s'achete il suffit juste de mettre le bon nombres de zéro derrière le 1
Sigmund : pour les autres sûrement mais pas pour moi.
Simon : pensez donc vous avez plus a y gagner que n'importe qui.
Sigmund : c'est inutile je vous dis j'ai consacré ma vie à la science et au progrès de l'humanité je ne vais pas m'abaiser a votre niveau
Simon : je vois vous avez de l'ethique vous aussi, vous êtes comme ce vielle imbecile de Hopkins.
Sigmund : lui est moi on est du même bois.
Simon : que vous dites, ça ne l'as pas empêcher de vous trahir il y trente ans lors du premier projets Carthage
Sigmund : comment savez vous ça
Simon : j'ai aussi mes sources, c'est ce qui m'interpelle d'aillieur, pourquoi voulez vous proteger un homme qui vous a trahis.
Sigmund : il as commis une faute par le passé mais il a tous fait pour se racheter
Simon : bien sur il fait du caritatif pour se donner bonne conscience mais n'empeche qu'il vous a trahis
Sigmund : c'est vrai mais c'est pas une raison pour que je le laisse mourir.
Simon : moi sa me suffirai comme excuse
Sigmund : je n'en doute pas les profiteurs comme vous n'on pas de morale la seule chose qui compte c'est l'argent
Simon : que voulez vous l'argent fait tourner le monde
Sigmund : Pfff ..... quand j'etend ça vous me rappelez ce salopard de Dietrich Schmitz.
Simon : de qui parlez-vous
Sigmund : Dietrich Schmitz etait le noms du salopard qui a saboté le premier projet Carthage pour de l'argent il était comme vous et franchement si je ne l'avais pas connu jaurais jamais deviné vos attentions.
Simon : comment ça
Sigmund : les gens de votre espèce ont des signes distinctifs qui fait qu'on les reconnaît, profiteur sa se lit sur le visage.
Simon : si je comprend bien vous refusez mon offre.
Sigmund : jamais je ne travaillerai pour un salopard comme vous
Simon : je le regrette mais je ne peut pas vous laisser detruire ce que j'ai entrepris.
Sigmund : vous voulez m'éliminer.
Simon : vous etes devenu génant je vais....

Simon ne put finir sa phrase ,aussitôt Sigmund le choppa par le col et le fit passer par dessus son bureau,Simon s'écrasa au sol la tête la première le vieux scientifique le releva est alla le plaqué contre le mur,
adosser contre la paroi Sigmund souleva Simon a l'aide de ces deux bras le scientifique ne payait pas de mine mais il était très costaud pour un homme de son âge.

Et maintenant tu veux faire quoi petite merde lui cria Sigmund.
Eh ...rie. .ah rien dit Simon a moitié étrangler par son col.
Sigmund : tu fais moins le malin la, face a une vrai adversaire lui lança Simon

Sigmund relâcha Simon qui tomba au sol, il prit quelque seconde pour reprendre son souffle avant de dévisager méchamment Sigmund.

Simon : vous allez me le payer lui dit Simon.
J'en doute lui dit Sigmund
Simon : vous ne savez pas à qui vous vous attaquez.
Sigmund : au contraire je sais très bien que j'ai à faire une espèce petits profiteurs qui se croit supérieur à tous les autres.
Simon : je suis un génie
Sigmund : tu n'est rein ,tu n'as même pas les couille de te relever est de m'affronter comme un homme digne de ce noms.

Sigmund avait raison au sujet de Simon celui malgres les menaces proférer n'osat pas se relever il resta au sol a observer le vieux scientifique qui il lui donnait la une belle leçons de courage.

Vous n'êtes rein je vous écraserais comme un moucheron. lui balança Sigmund
Simon : ne m'insulter pas sinon ..
Sinon quoi ? rendez vous a l'évidence vous n'êtes rein lui dit Sigmund.
Simon : je suis fort
Sigmund : pour commander les autres mais c'est tous.
Simon : je vous ferait ravaler vos paroles lui dit Simon
Je suis mort de trouille lui fit Sigmund en le regardant de haut.
Simon : vous devriez
Sigmund : je ne crains pas les gens comme vous, d'ailleurs c'est aussi pour ça que je voulais vous voir ,je voulais vous affronter droit dans les yeux pour montrer ce que c'est que le vrai courage.
Simon : vous avez commis une erreur en venant ici.
Sigmund : je ne crois pas.

Simon écumait de rage mais il n'osait pas bouger il resta au sol a menacer Sigmund que celui ci allait payer chèrement son affront, menace que bien entendu le vieux scientifique ne pris pas au sérieux.
Dans quelque heure il allait remettre a Henry les preuves qu'il avait accumule contre Simon,pour le numéro trois de Cyclotron la fête allait bientôt être finis.
Toutefois Sigmund avait commis un grave erreur ,en venant seul il c'était exposé de lui même a un grave danger il commis même l'imprudence de laisser un dernière chance a Simon.

Sigmund : maintenant je veux savoir combien de Quadrihoppes vous avez produit depuis mars dernier
Simon : pourquoi sa vous intéresse temps.
Sigmund : c'est surtout mes amis militaires que sa va intéresser
Simon : vous voulez les désactiver c'est ça
Sigmund : je répète ma question combien de ...
4 fit Simon
Sigmund : 4
Simon : oui je n'en est produit que 4
Sigmund : quand était ce
Simon : vers le fin du mois de mars c'est la dernière fois que le phénomène c'est reproduit depuis plus rein
Sigmund : oui c'est vrai depuis mars le phénomène c'est arrêter

Depuis la fin mars le phénomène a l'origine de perturbations c'est ait mystérieusement arrêter, Sigmund et Simon s'en était rendu compte, ce qui voulait dire que Simon n'avait plus la possibilité de produire de Quadrihoppes pirates ce qui finalement un bonne nouvelle.
l'ennui c'est que 4 Quadrihoppes étaient dans la nature est si Sigmund jouait de malchance ces dernière avaient sûrement été installé quelque part dans le monde .
Cela voulait dire que Xana avait a si disposition 4 sites susceptible de lui servir de repère, la priorité serait donc de les retrouver,pour cela Sigmund devait avertit le colonel Perec au plus vite.
il décida donc de laisser Simon en plan en le prevenant que se dernier n'avait que deux options...
Soir il restait sur place est acceptai son sort et faisait de la prison soit il prenait la fuite et la Sigmund lui garantie qu'a se moment la les services secret allait le traquer jusqu'à l'autre bout du monde est que sa petite vie serait loin d'être agréable si ces personnes lui tombait dessus.

Vous voila prévenu lui dit Sigmund

Juste après ça Sigmund ramassa ces dossiers et se dirigea vers la sortie arrive sur le pas de la porte il regarda Simon qui faisait mine de se relever,vu l'état dans lequel l'avait mis Sigmund Simon n'allait sans doute pas faire des étincelles.
Sigmund dévisagea une dernière le traître avant de sortir définitivement en claquant la porte laissant Simon dans un état de vive excitation.
Blesser dans son orgueil Simon jura qu'il n'allait pas en rester la,mais que faire ? le temps lui était compter demain tous serait finis pour lui, il pourrait fuir mais sa ne servirait a rein
la seule solution qu'il avait serais d'intercepter Sigmund et de le réduire au silence puisque cette idiot malgres ces grand principe moraux avec commis l'erreur de dire a Simon qu'il avait agis tous seul.

Le problème c'est que aucun de ces mercenaires n'étaient présents dans le pays et Simon n'avait pas le temps d'appeler un tueur a gages, il fallait qu'il intervienne lui même.. oui mais comment ?
Les aiguilles tournait sur la pendule est le stress de Simon allait en augmentant, il ne savait que faire, rien sur terre pourrait le sauver façon a cette situation le jeune cadre était plutôt pris au dépourvu.
Simon transpirait a grosse goutte, il tournait en ronde dans son bureau s' arrêtant de temps a autre pour lancer un regard sur l'extérieur.,au loin il voyait le bâtiment de recherche ou se trouvait le super calculateur de Henry.

Soudain en se fixant sur ce bâtiment Simon eut comme une révélation,il réalisa d'un seul coup que la situation n'était peut être pas perdu.
Il avait encore un atout dans sa manche, il ne savait pas si cela allait marcher mais il décida de jouer sa dernière carte.
Pour sauver sa peau Simon allait devoir se servir de l'arme la plus puissante qu'il avait à sa disposition a savoir ...

--------------------------------------------- TANIT ---------------------------------------------
















chapitre 32 nouvelle piste

01 octobre 2005


" alors c'est quoi cette grande nouvelle "

C'est quelque chose d'énorme leur répondit le petit génie.
De quoi s'agit-il lui demanda Ulrich.
C'est quelque chose de dingue qui croyez-moi vas vous scotchez sur place repris de plus belle Jeremie qui décidément faisait bien des mystères.
Vas y Einstein crache le morceau lui Odd.
C'est vrai qu'on voudrait savoir fit Yumi
Assez tourner autour du pot balance la sauce conclut William.

Ce matin-là Jeremie avait convoqué tous ses amis dans le laboratoire car il avait une importante nouvelle à leur faire part,une nouvelle si importante que le petit génie avait tenu à en faire part à tous ses amis en même temps et ce qu'il allait leur annoncer risquait fortement de les surprendre.
Depuis son retour de l'hôpital Jeremie avait repris en main à la direction des opérations,bien que légèrement convalescents ce dernier c'était remis à travailler d'arrache-pied sur le super-calculateur,avec l'aisance qui était la sienne dans ce domaine il ne lui avait pas fallu plus de 48 heures pour retrouver ses marques et pour reprendre ces recherches.
En premier lieu le petit génie devait traiter toutes les dernières informations qui avaient été porté à sa connaissance, car durant son absence le super-calculateur avait continué à fonctionner, plusieurs programmes automatisés mis au point par Jeremie étaient rester actifs donc notamment le mystérieux programme appelé Maya 2.0

Tous ces programmes autonome avait pour but de récolter et de traiter des informations en provenance du réseau activité anormale il s'agissait en fait de programmes de statistiques particulièrement élaborées ces derniers devaient regrouper toutes les informations prélevées Jeremie avait repris à son compte le programme de détection des catastrophes qu'il avait jadis mis au point à l'époque où il combattait Xana, sur le même principe il espérait détecter des événements anormales qui pourraient constituer une piste sur l'endroit ou se trouvait Aelita et sur ce point sont initiative payante.

Après plusieurs jours de recherches Jeremie avait fait une découverte exceptionnelles, ce qu'il avait découvert lui paraissait si incroyable que lui-même avait du mal à croire que cela soit possible, pourtant avant de s'avancer à émettre une quelconque théorie hasardeuse il avait pris soin de vérifié et Re-vérifiée ces informations.
Après moulte vérifications le petit génie était arrivé à la conclusion que ces informations étaient fiables à 100 % le doute n'était plus permis ce qu'il avait trouver était incontestablement la plus importante découverte de ces 4 derniers mois.

Sans plus tarder il voulut partager cette grande nouvelle avec tous ses amis, Jeremie trépignait d'impatience à leur annoncer la bonne nouvelle mais paradoxalement il prenait tout son temps a leurs faire part de sa découverte.
D'une certaine manière Jeremie voulait ménager le suspense de l'annonce il avait convoqué ses amis au laboratoire en leur disant qu'il avait une grande nouvelle a leurs annoncée, une fois arrivée sur place Jeremie avait usé de nombreux chemins détournés pour faire patienter son auditoire.
Leur parlant constamment d'une grande nouvelle mais n'en donnant aucun détail Jeremie avait fini par user la patience de ces compagnons d'armes,cette manie presque innée qu'avait le petit génie à ne jamais aller droit au but était parfois agaçante et dans la situation présente celle-ci était plutôt malvenue.
Excédé par autant de mystère ces 4 amis demandèrent à Jeremie de s'exprimer une bonne fois pour toutes.

Arrête cette comédie Jeremie et dis nous ce que tu as de si important à nous communiquer lui fit Yumi.
J'ai peut-être retrouvé Aelita lui répondit Jeremie sans détour.

Cette annonce fit l'effet d'une bombe au sein du groupe pendant quelques secondes tous les Lyoko guerriers restèrent hébétés, les yeux grands ouverts ils fixèrent Jeremie sans rien trouver à dire, devant l'état de stupéfaction de ses amis le petit génie afficha un sourire en coin à coup sûr son annonce avait eu l'effet escompté.
Une telle nouvelle n'était pas anodine c'était pour ça que Jeremie avait pris son temps pour l'annoncer, maintenant le petit génie restait là observer ses amis en attendant que l'un d'eux réagisse à cette annonce.
Difficile pour les Lyoko-guerriers de réagir autrement devant une si incroyable nouvelle,cela paraissait si incroyable qu'ils avaient justement du mal à y croire.
Toutefois une personne finit par reprendre ses esprits, parmi tous ces amis Yumi fut la première à s'exprimer.

C'est ... c'est vrai demanda la jeune japonaise qui ne trouvait pas ces mots
Oui c'est vrai lui répondit Jeremie encore tous fébrile.
Tu as vraiment ... tu l'as vraiment retrouver fit Yumi
Il y as de forte chance lui dit Jeremie en relevant ces lunette avec son index droit.
Tu est sur de toi insista ta Yumi.
Oui Yumi je sais ou se trouve Aelita lui confirma Jeremie.

A cette instant Yumi était très partagé par ces sentiments, elle ne savait si elle devait crier sa joie ou fondre en larmes, elle ne fut pas la seule a être dan cette état ces amis partageais les mêmes sentiments.
La nouvelle de Jeremie était si incroyable que d'un seul coup elle suscita une vive émotions dans le rang des Lyoko-guerriers.

Tu sais ou est Aelita lui dit Odd.
Oui je le sais lui répondit Jeremie.
C'est ... c'est merveilleux fit Odd avec émotions.
C'est ... c'est magnifique fit Ulrich de façon réservé.
C'est ... c'est fantastique fit Yumi qui retenait ces larmes.
WAOUH !!!! c'est génial s'écria alors William.

Le cri d'enthousiasme que poussa William a cette instant surpris tout le monde, alors que ces amis accusait la nouvelle avec beaucoup d'émotions , William lui communiquait une joie sans pareil qui contrastait singulièrement avec l'ambiance présente.
Il est vrai que le beau ténébreux n'avait pas autant d'affinités avec Aelita que ces amis, il était donc moins affecté par l' annonce que venait de faire Jeremie,le fait que le petit génie est pu retrouver la jeune fille aux cheveux roses était une excellente nouvelle au yeux de ces amis mais pour lui il ne s'agissait que d'une bonne nouvelle parmi tant d'autres.
Cette petite maladresse lui fut rapidement pardonné car rien n'aura su gâcher la joie qu'éprouvaient à cet instant tous les Lyoko-guerriers.
Car passer le temps de la surprise venait celui des questions,tous voulaient savoir comment Jeremie si étaient pris pour localiser Aelita ,le petit génie leur fournir alors toutes les explications dont ils avaient besoin pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette histoire.

Jeremie leur dit qu'avant de leur annoncer cette excellente nouvelle il avait pris le temps de vérifier ces informations,même si cela n'était pas nécessaire il leur confirma a nouveaux qu'il avait bien retrouvé la trace de Aelita.

Alors c'est sur tu sais ou se trouve Aelita lui demanda Yumi.
Je le sais plus ou moins lui répondit Jeremie.
Comment ça plus ou moins lui demanda Yumi.

Malgré sa brillante annonce Jeremie avait laissé planer un certain doute dans ces affirmations, le petit génie leur expliqua alors qu'il avait trouvé une piste susceptible de les mener jusqu'à Aelita.
L'ennui c'est que cette piste se heurtait à un gros problème car non content d'avoir retrouvé la jeune fille aux cheveux roses fait-il encore pouvoir la ramener car cette dernière se trouvait dans un endroit jugé inaccessible par Jeremie.

Les Lyoko-guerrier pensèrent à cet instant que Jeremie avait localisé la base de la mystérieuse sphère après tout cette dernière était responsable de la disparition de Aelita il était donc logique que Jeremie est put découvrirent son point d' ancrage en suivant le signal est émis par cette sonde, et vu la puissance de ce programme il était fort aisé de deviner que derrière tous ça se cachait un super-calculateur quantique.
Il était donc fort probable que Aelita soit retenu prisonnière a l intérieur et que les auteurs de son enlèvement ne la considère pour l'heure que comme étant un simple bloc de données informatique.
Malheureusement si cela s'approchait bien de la réalité la vérité était toute autre car ce qu'avait découvert Jeremie était bien plus effrayant que ça, et cela lui posait de gros soucis.

Tu veux dire que Aelita est prisonnière d'un super calculateur lui fit Yumi.
C'est ce que j'ai découvert leur dit Jeremie.
Est ce super calculateur il y a moyen d'y accéder depuis le notre demanda Yumi.
Non je ne peut pas y rentrer comme avec les autres machine répondit Jeremie
Est pourquoi ça demanda Yumi
Le truc c'est que Aelita se trouve dans un super-calculateur super proteger leur dit Jeremie
De quoi s'agit il ? demanda Yumi
c'est un système sécurise qui est pas facile a contourner leur fit Jeremie.
C'est le super-calculateur d'un laboratoire recherche demanda Odd.
Peu être leur dit Jeremie
Peu être !! c'est quoi cette réponse lui fit Yumi.
C'est que l'endroit ou sur trouve Aelita est peut être un laboratoire mais je n'en suis pas sur fit Jeremie.

Comment Jeremie pouvait il être aussi dubitatif ?,il n'y avait qu'un laboratoire qui puisse disposer d'un super-calculateur cependant le jeune prodige de l'informatique ne partageait pas cette certitude car si il connaissait la véritable nature de l'endroit ou était retenu Aelita il ne savait pas a quoi se dernier était rattaché ce qui obligea ces amis a spéculer sur la nature du lieux.

C'est un laboratoire perdu au milieux de nul part lui dit Odd.
Serais-ce une base militaire comme celle du nouveau Mexique lui demanda Ulrich
Ou bien un centre de recherche isolé comme celui de la Sibérie fit William qui pris part au devait
C'est quand même pas une base spatial lui fit Yumi.

Tous le monde y allat de sa petite théorie pour savoir où se trouvaient le fameux super-calculateurs ou était enfermé Aelita,dans tous les cas Jeremie leur répondit qu'il ignorait ou se trouvait cette machine en revanche il savait a quoi il avait a faire et c'est bien ce point la qui posait problème au jeune blondinet.
Devant l'insistance de ces amis a connaître le fin mots de cette histoire Jeremie n'eut d'autre choix que de leur révéler ce qu'il la vérité tous en sachant que cela risquait de ne pas leur plaire, mais Jeremie estima que tous devait savoir de quoi il en retournait vraiment.

En vérité Aelita prisonnière d'un monde Virtuel leur dit Jeremie.
Un monde virtuel !!! fit Yumi surpris
c'est sérieux lui dit Ulrich
Attend la tu as bien dis tous l'heure que techniquement elle était stocker sous forme de programme quelque part dans un super-calculateur lui dit William
oui c'est ce que j'ai dit, seulement elle continue d'exister sous sa forme virtuel lui confirma Jeremie.
Elle serait donc captive dans nouveau monde virtuel lui fit Yumi
J'ai pas de doute la dessus, Aelita bien retenu dans un monde virtuel leur fit Jeremie.
Est ce monde virtuel c'est lui de la sphère lui demanda Yumi intrigué.
Malheureusement non leur fit Jeremie a ce moment la.

Ce qu'il avait a dire n'était pas facile a avouer car cela allait ternir la joie de ces amis, mais Jeremie devait le faire par honnête vis a vis d'eux.
Pour aborder le sujet Jeremie fut obliger de expliquer a ces amis de quel façons il avait réussir a retrouver Aelita et comment cela l'avait conduit a ce nouveau monde virtuel.

En premier lieux il évoqua cette fameuse sphère qui avait enlever Aelita et détruit la moitie de Lyoko, en effectuant ces recherches Jeremie avait découvert que cette sonde émettait un signal numérique particulier, se signal lassait dans le réseau une trace résiduel que Jeremie avait réussi a suivre pendants les trois semaines qui suivirent l enlèvement de Aelita et ceci malgres la faiblesse technique qu'accusait le super calculateur a cause de l'explosion.

En dépit de ces problèmes d'ordre système Jeremie avait fini part découvrir que la sphère c'était positionner a un endroit du réseau et qu'elle n'en bougeait plus.
Jeremie avait donc supposer que la sphère avait regagner son monde virtuel d'origine est que la position ou elle était arrêter était celle de sa base mais il n'en était rein car au bout de trois la sphère avait soudainement cesser d'émettre.

Jeremie avait alors entrevu le pire, il savait que durant l affrontement qui avait opposer Ulrich a la sphère cette dernière avait été gravement endommager par le samourai, Ulrich lui avait sans doute infliger une "blessure" qui avait sans doute dérégler le système de navigation de la sphère empêchant cette dernière de regagner son port d'attache, elle était a présent comme une bouteille lancer a la mer, elle errait dans le réseau ballotter par les courant numérique,seulement un problème technique se posait de-lors.
Par expérience Jeremie cavait qu'aucun objet ne pouvait rester indéfiniment dans le réseau sans se disloquer a la longue que se soit Xana ou un sous marin tous était soumis a la même contrainte,quand l'énergie faisait défaut a un système c'était la virtualisations assuré et ce que Jeremie avait redouter pour cette sonde,cette dernière avait beau avoir une capacité de régénération extraordinaire les dégât qu'avait occasionner Ulrich surs structure externe avant son plongeon combiner a l'usure destructrice de l' océan numérique avait sûrement eut raison de la sphère et dans ce cas la s'en était finis de Aelita.

Cette perspective avait démoraliser Jeremie qui ce jour la avait cru que tous était perdu, mais un fait étrange avait attirer son attention , juste avant que la sonde ne disparaisse de ces écrans des échos étrange étaient apparu sur les moniteurs de Jeremie pesant qu'il s'agissait d'une anomalie Jeremie n'y avait pas prêté attention .
Mais en relisant les données enregistré et en les analysant Jeremie avait constaté que ces échos provenait d'un objet en mouvements venant des profondeur du réseau.
En approfondissent ces recherches Jeremie découvrit que cette forme étrange avait "Happé" la sphère pour l' entraîner avec elle dans les abysses ce faisant le signal avait disparu des détecteurs de Jeremie a cause de la grande profondeur.

A partir de ce moment la donne avait changer Jeremie devait retrouver cette chose pour savoir ce qu'elle avait fait de la sphère,mais a cette profondeur aucun de ces programmes ne pouvait sonder les abysses le seul moyen qu'avait Jeremie d' obtenir des informations était d'y envoyer une sonde, se fut ce jour la que naquit le projet Magellan.

A l'instar des sondes spatiales le projet Magellan serai une min sonde sous-marin capable d'explorer les tréfonds du réseau,équiper d'un sonar cette dernière serai en mesure de capter les échos et de découvrir leur origine, mais pour cela il faudrait du temps a Jeremie pour mettre au point son robot sonde ,pas mois de eu mois furent nécessaire entre temps Jeremie avait réfléchis la nature de ces échos

Qu'est ce qui pouvait donc générer de telle échos ? sûrement un programme informatique.... oui mais de quelle nature ?
Ne voulant pas se lancer dans suppositions hasardeuse Jeremie entrevu plusieurs explications mais la plus évidente de toute Jeremie s'y refusa des le début car cela impliquerai trop de chose a sa moment la.
Mais ne pouvant l'écarter Jeremie avait été contraint d'en tenir compte, si celle ci s'avérai être une réalité le monde serait de nouveau en danger
Les réparation du super calculateur et la conception du projet Magellan mobilisait beaucoup de son temps et de son énergie Jeremie se devait d'en consacrer une bonne partie a un moyen de contrer cette menace et la seule solution qui s imposait était l'usage d'un nouveau procéder de combat sur puissant .....

---------------------------------------- LA TRANSCENDANCE -----------------------------------------

Au bout de deux mois de travail acharné tous fut finis avant la rentre scolaire, Jeremie était épuise et affaibli si a l'époque il n'avait pas bénéficier du soutient moral de Yumi jamais il ne serais arriver au bout de ces projets.
Normalement il aurait dut prendre sur lui le temps de se reposer mais entre temps les échos avait pris de l'ampleur ce qui avait contraint Jeremie a effectuer sans attendre les test sur la transcendance en faisant office de cobaye, mais pour son plus grand malheur cela c'était finis par un séjour a l'hôpital.
Ce séjour avait grandement fait réfléchir Jeremie ,il nourrissait des regrets profond,celui de ne pas voir fait confiance a ces amis et d'avoir condamner la pauvre Aelita a son triste sort, refusant la fatalité Jeremie avait repris du poil de la bête pour rebondit et reparti de plus belle.

Malheureuses men les contre de Jeremie c'était réaliser, Xana était de retour et celui ci se manifestais sous la forme d'un spectre noir au masque de mort.
Skull de son petit noms était le nouvelle ennemis des Lyoko-guerrier , Jeremie ne l'avait pas encore rencontrer mais sa seule apparition avais suffit a le convaincre que Xana était derrière tous ça et plus qu'il ne pouvait le croire....

Jeremie décida de précipiter les choses ces 5 dernier jours il avait lancer ces recherches pour retrouver Aelita, la veille il avait envoyer sa sonde a la recherche des échos, les abysses du réseau était profond et il avait fallu des heures a Jeremie pour retrouver la trace des échos, alors qu'il voulait laisser tomber pour ce soir la sonde capta une léger signal aussitôt Jeremie repris les commande et analysa ce signal inconnu.

Bingo avait crier le petit génie a cette instant la

Le signal détecter était ne faite les échos repéré plusieurs semaines auparavant , mais la il s'agissait d'une trace résiduel toute fraîche que Jeremie put suivre comme un fil d'ariane dans l obscurité des abysses, au bout d'une heure la sonde arriva en face d'une immense masse inerte de forme sphérique, cette sphère en lévitation n'était autre qu'un nouveau monde virtuel inconnu.

Sur le coup Jeremie n'en cru pas ces yeux mais voulant être sur a 100 % il lança tous un processus d'analyse, la sonde Magellan fit plusieurs foi le tour de la sphère en la scannat sous toute les coutures,les données qui s'affichèrent sur les écrans de Jeremie était saisissante et même effrayante car le pire scénario possible était arriver.

Aelita se trouvait a l'intérieur de cette sphère qui abritait sans conteste un monde virtuel,seulement as ce jour il n' existais sur le réseau que deux catégorie de sphère de ce genre, la première était celle qui abritait le monde de Lyoko, la deuxième appartenait a une famille que Jeremie ne pensait ne plus revoir, mais il allait que le petit génie se rende a l'évidence Aelita était retenu prisonnière a l' intérieur d'un Replika.....

Un Replika fit Yumi
c'est pas vrai dit Odd
Il doit y a voir une erreur lui dit Ulrich
William : si Aelita est prisonnière d'un Replika sa veut dire quelle ....
Est entre les mains de Xana leur fit Jeremie en faisant la grimace

La nouvelle fut plutôt dure a encaisser pour les Lyoko guerrier, Yumi demanda a Jeremie si celui avant pas fait une erreur, le petit génie lui répondit qu'il aurait bien voulu mes ces analyses était formel ce que la sonde avait découvert était bien un Replika de Xana.
A ceci prés que celui ci était différent de ceux qu'ils connaissaient car sa structure externe était toute noir se qui le rendait quasiment invisible dans les abysses de plus les échos des sonar habituel ne rebondissait pas dessus se qui renforçait son caractère invisible et quoi que Xana est put trafiquer avec cette sphère il avait fait en sorte quelle soit indétectable.
Mais aussi brillant soit il Xana avait commis un erreur, son Replika était peu être indétectable au sonar est en visuel mais il n'avait pas pu gommer les traces de se qui en entrai ou en sortais,ce fut grâce au échos que Jeremie avait pus le découvrir mêmes si de son propre aveux le petit génie reconnut avoir eut beaucoup de chance dans cette découverte.

Difficile de parler de chance avec se que Jeremie venait de leur annoncer, si Aelita était prisonnière de ce Replika comment ferait il pour la libérer mais la question principal que tous le monde se posait était .... Pourquoi

Pourquoi Xana avait il capturer Aelita ? elle ne lui servait a rien maintenant que Franz Hopper était mort pire même elle était une menace pour Xana, ce dernier avait donc tous intérêt a la liquider, personne ne voulu le demander par crainte de la réaction de Jeremie mais William prit la peine de le faire.

Est-ce que tu crois que Aelita est toujours en vie lui demanda William.

Cette question pouvait paraître déplacer dans le cas présent mais elle était pleine de bon sens.
A cette grande question Jeremie avait théorie a formuler, il avança l'hypothèse que au contraire Xana avait besoin de Aelita.
Cette affirmation de Jeremie surpris son entourage,comment pouvait il être sur de ça après tous il s'agissait de Xana lui fit remarquer Williams, est c'est justement parce qu'il s'agissait de Xana que Jeremie pensait que Aelita était toujours en vie car pour le petit génie la terrible IA avait besoin de son pouvoir.

Affaibli a cause du programme multi agent Xana n'avait plus les moyens de lancer des attaques sur terre depuis Lyoko, sa dernière tentative en était la preuve, le mode d'activation n des tour avait changer, Xana par l' intermédiaire de Skull ne pouvait activer que manuellement les tour mais cela lui demandai du temps et nécessitai des ressources cela expliquait pourquoi Skull ne se battait pas, le spectre ne pouvait pas se battre est activer une tour en même temps.
Et c'est la que Aelita devenait importante pour Xana, elle avait le pouvoir d'activer des tours ce qui la rendait précieuse au yeux de Xana d'où l'intérêt de ce dernier de garder Aelita en vie de plus sans elle les Lyoko-guerriers était incapable de stopper une attaque, avec ces atout en poche Xana avait toutes les chances de gagner sauf si les Lyoko-guerrier libéraient Aelita.

Libérer Aelita est maintenant notre priorité leur dit Jeremie.
Tu m'étonne vu la situation on a plutôt intérêt fit Ulrich.
On attend quoi pour y aller demanda Odd.
C'est vrai on attend quoi repris aussitôt William.
le problème c'est que c'est pas aussi simple leur dit Jeremie.
Mais non on fait comme d'habitude, on va sur le Replika, on se translate, on fou la pâtée aux monstres qui si trouve après quoi on libère notre princesse et on fait tous péter lui Odd en résumant a l' extrême le plan d'attaque.

Le plan de Odd résumait bien la liste des taches qu'ils avaient accomplir, seulement pour Jeremie tous était loin d'être aussi simple,avant tous il fallait pouvoir entrer dans ce Replika et la c'était loin d'être gagner car si la sonde Magellan avait a sa disposition une clé numérique l'ironie du sort voulait que se soit Aelita qui l'active, il en avait toujours été ainsi grâce son pouvoir Aelita servait d'interface entre le sas et l'ordinateur de Jeremie, la le petit génie n'avait plus qu'a cracker les code pour entrer mais cette fois ci il devrait faire sans elle est cela risquait de lui prendre beaucoup du temps, cependant cela restait du domaine du possible pour lui.
A sa il fallait ajouter les autres inconnu, si se Replika était diffèrent sur l' extérieur qu'en était il de l intérieur,sa personne pourrait le dire avant d'y être aller sans oublier qu'il risquait de tomber sur Skull.

Skull je vais le hacher menu dit William en faisant de grand geste avec son bras droit comme si il avait son épée en mains.
Qu'il vienne la tête de mort je serais le recevoir doit Odd en pointant son avant bras vers c'est amis comme si il voulait tirer des flèches laser.
Et moi j'en ferais de pâte pour kiwi fit Ulrich
Et touche pas a mon chien lui dit Odd sur le coup
Désole je voulais pas dire ça fit Ulrich un peu confus

Sa sentais la testostérone a des kilomètre chacun des garçons avaient envie d'en découdre avec Skull ou avec tous autres monstres que leur enverrais Xana, il était amusant de voir les garçon se comporter ainsi mais cela prouvait a quel point ils étaient déterminer a sauver Aelita,de ce point de vue la Jeremie ne doutait pas de leur détermination.
Seulement Yumi ne partageait pas cette enthousiasme, on aurait pus faire d'elle quelle voulait jouer les oiseau de mauvaise augure mais il y avait un détail que tous le monde avait négliger sauf elle, ils pourrait affronter la terre entière il y avait un ennemi contre lequel leurs fougue téméraire ne pourrait rein, alors que les garçons s'encourageaient mutuellement Yumi cassa l'ambiance en soulevant le point délicat.

Et que se passera t'il si on doit affronter Aelita leur dit Soudain Yumi

La question fit mouche a l' l'exception de Jeremie qui avait entrevue ce point aucun des garçons n'avait pas penser a ça, la japonaise leur fit remarquer que si Aelita était tomber entre les mains de Xana il fallait s'attendre a ce que celle-ci se batte conte eux.
Aelita était souvent passer du mauvais coté a cause de la méduse est a chaque foi cela avait été une catastrophe, personne ne pouvait imaginer ce que cela pourrait donner après la jeune fille est passé des mois sous le contrôle de Xana.

Vous imaginez si on doit l'affronter fit Yumi.
En effet sa ne serait pas drôle lui dit Odd.
Et même douloureux ajouta Ulrich.

Ulrich avait encore en tête la raclée que Aelita lui avait mis la dernière fois quelle avait été possède , booster par Xana la jeune humanoïde était devenu super forte, le combat au sabre qui avait opposer Ulrich et Aelita avait été le meilleur exemple, Aelita avait largement surclasse Ulrich se jour la et cela avait failli mal se terminer pour le samourai si Jeremie n'avait pas Re-initialiser le super calculateur a cette instant.

Le moral du groupe pris un coup a ce moment la, n' empêche que Yumi avait raison, un être possédée par Xana devenait une véritable menace une fois sur Lyoko, les regard convergèrent aussitôt vers William qui compris ce que sa voulais dire.
Lui qui avait été pendant plusieurs mois l' esclave de Xana avait pendant cette période donner pas mal de fils a retordre a ces amis, la perceptive que se schéma se reproduit avec Aelita n'avait rien d' engageant pour l'avenir toute de fois Jeremie se voulu plus optimiste que ces amis.
Même si Aelita était passé du mauvais coté il y avait peu de risque que celle ci vienne les attaquer sur Lyoko, en effet Xana étant affaibli celui avait besoin de garder Aelita auprès de lui, la terrible IA ne prendrait pas le risque d'exposer Aelita aussi facilement, il avait déjà commis l'erreur avec William il n'allait sûrement pas recommencer.

Reste que si Aelita était devenu une Xana-guerrière il faudrait compter sur le faite quelle ne viendrais pas de son propre chef avec ces amis, dans se cas Jeremie devrait trouver un moyen de la neutraliser pour que ces amis puisse la ramener sur terre.

Cela faisait beaucoup de théorie pour une seule journée, le seul moyen d'être sur serait daller sur le Replika noir pour voir de quoi il en retournait,si celui était base sur le même principe que les autres il devait au moins y avoir une tour a activer, Jeremie comptait bien se servir de cette tour pour lancer une téléportation longue distance.
Pour cela il lui faudrait automatiquement un volontaire près a ce téléporter sur ce nouveau Replika, après tous ce qui c'était passer Jeremie était un peu gêner a demander cela mais l vouait savoir qui serait près a prendre le risque en premiers.

A sa grande surprise Ulrich ,Odd,Yumi et William répondirent tous présent sans hésiter une seule seconde,tous avait jurer de garder le secret et tous avait fait la promesse de sauver Aelita.
Une telle dévotion réchauffa le coeur de Jeremie, l'amitié que chacun de ces amis portait pour lui est Aelita était sans contexte la plus belle chose qui soit au monde,tous était prés a risquer sa vie pour elle est aucun d'entre uns ne semblait faire exceptions.
c'est sur cette note optimiste qu'ils rentrèrent tous au collège avec en tête le but a atteindre et dans le coeur la détermination qu'il faudrait pour y arriver.


Le lendemain tous le monde c'était retrouvé a la cantine pour décider de la marche a suivre, il faudrait encore une dizaine de jour a Jeremie pour cracker l'entrée du Replika noir,ce qui laisserait du temps a ces amis pour se préparer aux combats qui les attendaient
Chacun sa manière allait mettre a profit le temps qui lui était impartis.

Ulrich c'était remis intensivement au Penchak Silat, tous les soirs il s'entraînait avec vigueur au combat au corp a corp,pour parfaire ces techniques de combat il pratiquait aussi le maniement du double sabre a l'aide d'ustensile en bois.
Mais pour que l'entraînement soit complet il avait besoin d'un adversaire, adversaire qu'il trouva en la personne de Odd.
Le félin virtuel avait décider de se remettre en forme , il était toujours aussi fin est svelte mais il éprouvait le besoin de se perfectionner lui aussi, il n'était pas dans les habitudes de Odd de ce donné en spectacle ou faire du sport mais ces motivations était plus que vital.
C'est ainsi que les deux colocataire s'échangeait coup de pied et coup de poing avec une énergie digne des plus grand combattant.
Ulrich enseignait a Odd quelque enchaînant très utile de son coté le félin lui apprenait l'art de l'esquive, mais au final Ulrich avait toujours le dessus sur Odd, le félin aurait beau faire Ulrich resterait toujours le meilleur combattant des deux.

Si Odd et Ulrich s'entraînaient avec beaucoup d'ardeur ils n'étaient pas les seuls, Yumi avait
retrouvé une certaine énergie, elle semblait bien moins déprimée surtout depuis que Jeremie avait fais son annonce au sujet de Aelita.
Certes la perspective d'avoir a affronter son amie ne ravissait guère Yumi mais si Aelita était toujours vivante il restait un espoir de la sauver.
L'espoir c'est tous se qu'il restait a Yumi, la jeune fille espérait qu'en dépit de tous se qui c'était passer Aelita trouverait la force de lui pardonner.
Pourquoi ne le pourrait elle pas ? Aelita est un ange de douceur ça Yumi le savait, mais Yumi craignait une chose.
Xana est être perfide il va sûrement Xanatifier la pauvre Aelita pour en faire son pantin ,si cela devait arriver la sortir de cette état ne sera guère facile mais pas impossible puisque qu'ils l'avaient déjà fait avec William.
Yumi savait que Jeremie ferait tous pour la libérer de l'emprise de Xana et puisque qu'on parlait de Jeremie ce dernier était dans sa chambre,il mettait au point de nouveau protocole qu'il destinait a sa sonde.
Ces nouveaux programmes Firmware allait améliorer le système de décryptage numérique ce qui permettrait a la sonde rentrer dans le Replika, mais les améliorations ne concernait pas seulement le décryptage mais aussi la téléportation.
Si Replika était comme les autres il devait y avoir au moins une tour sur laquelle la sonde pourrait se brancher, une fois la tour acquise Jeremie n'aurait plus que téléporter ces amis au tour par tour, mais cela posait encore des problèmes il fallait être sur de son coup pour ne pas égarer les données lors du transfert, une amie disparu c'était déjà trop pas question de perdre les autres a cause d'une erreur de calcul, si sa devait arriver Jeremie s'en voudrais toute sa vie, le petit génie avait pas le droit a l'erreur, c'est pour ça qu'il allait travailler comme un damné pour que tous soit au point,ceci Jeremie se le promit.

Si tous les Lyoko guerrier d'origine s'employait a leur façons a sauver Aelita, il y en avait un autre qui ne se démenait pas tant que ça,depuis que Jeremie avait fait ces révélation William ne sortait plus de sa chambre.

Le beau ténébreux réfléchissait aux derniers événements,depuis maintenant deux jours ces nuits n'étaient plus peuplées de cauchemar,de façon aussi mystérieuse qu'ils étaient apparus ceux-ci ces derniers avaient disparu ce qui avait permis à William de goûter à la sérénité d'une bonne nuit de repos toutefois cette disparition mystérieuse avait intrigué William.

Pourquoi fallait-il que ces cauchemars disparaissent maintenant alors que cela faisait plusieurs nuits que ces derniers le harcelaient,pour toute personne extérieure la disparition de ses cauchemars ne pouvait être qu'une bonne nouvelle.
Mais pour William cette subite disparition avait une tout autre signification,William accordait beaucoup de crédit à ses cauchemars car il était persuadé que ces derniers étaient prémonitoire, leur disparition ne pouvaient être qu'un signe annonciateur que ces événements allaient bientôt arriver.
Cette pensée fit tressaillir William car il savait que la première personnes concernées par tout ceci n'était autres que Yumi et il se faisait beaucoup de soucis à son sujet.

Surtout que les révélation de Jeremie n'avait rein fait pour arranger la chose, sur tous se que Einstein avait pus dire un détail en particulier avait piquer au vil l'attention de William.
La perceptive que Aelita soit Xanatifier n' augurait rein de bon a William car étrangement cette nouvelle s accordait bien avec les évènements de son cauchemar.
William avait rêver d'un spectre violet qui ressemblait Aelita,si au début il considérait comme impossible que cette dernière se retourne contre eux maintenant le jeune rebelle n'en était plus sur.

Le spectre de ces cauchemars était il Aelita ? cela se pouvait il ? William se le demandait bien, seulement les événements prenaient une tournure assez inattendu,si tous continuait comme ça il était fort probable que William est Yumi soit confronter a Aelita,se qui voulait dire que Yumi allait....
William ne voulu pas y penser, il voulais chasser cette idées de sa tête, mais il ne pouvait pas, ne pouvant lutter contre la fatalité William se jura de tous faire pour proteger Yumi a se moment la quitte a utiliser sa capacité spécial....
William protégerai Yumi quelque soit le danger, et qu'importe qui William devrait affronter que se soit Xana, Aelita ou tous autre ennemis il sauverai la belle japonaise même si quelque part tous cela le laissait dubitatif car dans cette histoire il y avait quelque chose de pas claire

A cet instant William ne se doutait pas à quel point ces intuitions étaient fondé car a des centaines de kilomètres de la, une diabolique intelligence artificielle avait commis un horrible forfait aidé de son serviteur elle s'apprêtait maintenant à s'en prendre à ses autres ennemis.
Motivé par des raisons obscur l' IA se jura d'éliminer tous les Lyoko-guerriers.

















chapitre 32 la fête foraine

08 octobre 2005

Approchez ... approchez mesdames et messieurs venez tenter votre chance criait a haute voix le tenant du stand.

Habillé avec une chemise a rayure rouge est blanche et portant un chapeau de paille blanche tresser ,l'animateur essayait d'attirer l'attention des gens qui passait devant son stand.
Avec une agilité particulière il pointait l'extrémité de sa canne blanche en direction de six bouteille de lait empilée en triangle.

Pour trois balles acheter,dégommer les bouteilles empilés et repartez avec une peluche de votre choix faisait l'animateur du stand.

Le vendeur tenait un discours bien roder pour convaincre les gens de s'arrêter a son stand, pour lui la concurrence était rude car les autres animateurs de stand usait des mêmes arguments pour attirer le chaland.
Cette démonstration de vergue faisait partit du jeu ça la plupart des passant le savaient parfaitement,sans faire trop attention aux annoncer tonitruant des animateurs de stand les gens se promenait tranquillement entre les différents stands qui constituait la fête foraine .

Les animateur de stand sont légion dans ce type d'endroit leur but étaient d'attirer les gens pour qu'ils dépensent leur argent dans diverse activité comme le tire au canard, le lancer d'anneaux ou le dégommage de bouteille de lait le tous dans le but que des personnes essaye de gagner une petite récompense preuve généralement de leur adresse ou de leur force.
Chaque stands donnaient lieu a de véritables spectacle de foire qui contribuait a créer l'agitations et la vie, dans le fond ces animations étaient l'essence même de ce genre de manifestation festive.

Ce sont surtout les familles nombreuses qui côtoyaient se genre d'endroits, cela donne l'occasion a la sphère familiale de sortir ensemble est de participer as des rituels bien définis,
Le père qui fait la démonstration de sa force est de son adresse pour émerveiller ces enfants, la mère qui apporte le pique nique est dresse la table pour que ces petits se régale des délicieux sandwich préparer la veille et quant aux enfants il s'amusent a courir dans tous les sens pour voir tout ce qui s'y passe,c'est parfois avec un regard plein d'innocence et d'enchantement qu'ils reste posée devant certains stand à observer les spectacles les plus étonnants qui soit, comme l'étrange femme à barbe, l'homme le plus fort du monde ou le plus grand cochon dinde de la terre, mais ce qui attirait le plus généralement le regard des bambins c'était le marchand de glace et de barbe à papa.
Sa seule présence suffisait à ravir n'importe qu'elle mômes car c'est une chose que tous les enfants ont comme point commun, ce sont de véritables petits gourmand qu'il faut savoir satisfaire, chose que certains parents comprennent aisément en offrant une tournée générale de glace à toute la famille symbole généralement d'une journée bien réussie.

Parmi toutes les familles qui arpentaient les différents stands de la fête foraine un couple particulier ne manqua pas de se faire remarquer, il s'agissait d'un homme accompagné d'une jeune fille, l'homme était grand et bruns il portait des lunettes noires est un costume très banal qui ne le dissociait guère des autres pères de famille, d'un point de vue général cet homme était des plus ordinaires qui soit,en revanche la jeune fille qui l'accompagnait attirait tout particulièrement les regards à cause sans doute de sa couleur de cheveux très singulières.
A part se détail flagrant la jeune fille n'avait rien de très d'extraordinaire, elle chaussait des petite chaussure noire et portait de grande chaussette blanche qui était surmonté d'une mini jupe écossaise bariolé en bleu est noir ,son petit haut était composé d'une chemise blanche sur lequel était soigneusement nouer un petit noeud papillon qui formait une sorte de M sa tenue en général s'apparentait assez a celle des écolière japonaise ce qui ne manquai pas d'attirer bien des regard, les passants qu'ils rencontraient sur leur passage détournait souvent du regard au moment ou il croisait cette étrange duo.
Regard que ces personnes détournait a nouveaux aussitôt que la jeune fille se tournait dans leur direction pour les observer d'un oeil suspicieux, pris généralement sur le fait les gens ne disaient rien il se contentaient seulement de filer tous droit sans demande leur reste, surpris sûrement par la réaction inattendu de la jeune fille au cheveux bleu, cette réaction de sa part fut très fréquente durant la journée c'était comme si instinctivement cette dernière savait qu'on la regardait.
A chaque fois l'homme interpellait la jeune fille pour lui demander si quelque chose n'allait pas,cette dernière lui répondait toujours qu'il n'y avait pas de problème et qu'ils pouvaient continué leur balade même si quelques par cela n'étaient pas totalement vrais et sa l'homme s'en doutait un peu.

Tous va bien Maeva lui demanda l'homme.
Oui docteur sa va lui répondit la jeune fille.
Tu est sur tu me semble soucieuse lui fit le docteur.
Non je suis heureuse lui répondit Maeva de façons spontanée.

La jeune fille fit alors un grand sourire pour témoigner au docteur que tout allait bien,mais dans le fond celui-ci il savait très bien que ce n'était pas la vérité même si elle ne le montrait par Maeva souffrait toujours de cette discrimination que les gens lui infligeaient par leur regard oblique.
Sa couleur de cheveux sa tare comme elle l'appelait ne manquaient pas d'attirer les regards, a force ceux-ci étaient devenu particulièrement insupportables à la jeune fille car au travers de leur regards ce sont surtout des préjugés que les gens laissaient transparaître.

Maeva avait l'habitude ,elle connaissait très bien la nature de ces préjugés sans même que les gens n'eurent besoin d'ouvrir la bouche elle savait déjà ce qu'il pensait car Maeva l'avait lu dans leur regards.
Maeva avec cette incroyable capacité a deviner les pensées ou les attention des personnes juste en croisant leur regard, il ne s'agissait pas la d'un de ces pouvoir spécial comme l'éléctrokinesie mais tous simplement d'une intuition très développer et d'une bonne connaissance des moeurs humaine.

Le regard est parait il le reflet de l'âme,et Maeva arrivait a lire les pensées des gens comme un grand livre ouvert juste en croisant leur regards,cela pouvait paraître abstrait mais c'était ainsi est dans la plupart des cas les émotions que les gens communiquaient au travers de leur regard suffisaient à mettre mal à l'aise la jeune fille qu'était Maeva.

Sans compter à cela que beaucoup de personnes inconnues ne régissaient pas différemment des gens que Maeva avait rencontrer à l'hôpital, a cette époque sa couleur atypique lui avait valu de nombreuses railleries ici la réaction des enfants qu'elle croisait étaient des plus étonnante car à de nombreuses reprises Maeva les avait entendu demander à leurs parents si la dame qui était la faisaient partie des attractions comme la femme a barbe ou les frères siamois.

Il aurait put dire "Monstre de foire" que cela aurait été pareil a ceci près qu'a la différence des autres attractions Maeva n'était pas une imposture destinée a amuser le public, sa couleur de cheveux était réel, pas d'artifice ou de teinte elle était née comme ça du moins elle se le demandait.

Une attraction, un phénomène de foire ou une mutante au cheveux bleu voilà à quoi pourrait se résumer la vie de Maeva pourtant la jeune fille faisait tout pour faire abstraction de ceci mais ce n'était pas évident.
A cause de tous cela Maeva resta une bonne partie de la journée cacher en retrait par rapport au docteur, elle ne voulait pas trop s'afficher devant pour ne pas se faire trop remarquée.
Si la saison lui avait permit Maeva se serait sûrement mis un bonnet sur la tête pour masquer sa "différence",mais l'automne naissant ne se prêtait guère a porte ce genre couvre chef sur le coup Maeva regretta de pas avoir fait les boutiques le jour d'avant pour s'acheter un chapeau,la au moins cela aurait été plus discret.

De son cote leur docteur voyait bien le malaise qui gangrenait le moral de la jeune fille, il faisait délors tous son possible pour que Maeva se sente a l'aise parmi les autres personnes, en premier lieu pour faire en sorte qu'elle s'intègre mieux c'est lui qui lui avait acheter la tenue quelle portait actuellement.
Cependant cette dernière ne collait pas tellement avec le côté pudique très affiché de Maeva car sa tenue avait tendance a mettre en évidence la poitrine très développé de la jeune fille quand a sa mini jupe elle laissait un peu trop transparaître ces jambes a son goût.
Mais étant donné que c'était un cadeau qui partait d'une bonne intention Maeva ne le reprocha nullement au docteur, bien que cette apparence un peu sexy la faisait faussement ressembler aux chanteuses de ce groupe russe appelé T.A.T.U avec bien entendu les moeurs sexuel en moins. (1)

Le docteur était conscient que les troubles qui habitait la jeune fille était profond mais si il avait décidé de rendre cette journée spéciale c'était justement pour offrir a Maeva quelques instants de bonheur.
Pour le moment la vie de Maeva se résumait a discriminations,problème respiratoire et funeste cauchemar,difficile dans ces conditions de devenir une personne sociable.
Pourtant le souhait le plus cher de Maeva était de pouvoir nouer des contact avec des gens de son âge, avoir des amis ou même une seule amie serait un grand bonheur pour la jeune fille. car malgres la compagnie du docteur ou sa correspondance sur Internet avec Kevin Maeva sentais bien seul au monde.

L'amitié voila une chose a laquelle inspirait Maeva, des amis qui puissent accepter pour ce quelle est, est non pas ce qu'elle parait être .... quel bonheur se serait pour la jeune fille de ne pas être considère comme une attraction mais comme un être humain.
Mais des amis elle n'en avait pas et peu être qu'elle n'en aurait jamais de plus elle n'était même pas sur d'en avoir déjà eut, les seul personnes donc elle se souvenait voulait tous la tuer, bonjour l'ambiance si ces personnes étaient ces amis.
Maeva devait peu être se faire une raison,elle n'était pas faite pour l'amitié, sans se précieux trésor qu'est l'amitié sa vie futur serait délors bien morne elle se voyait plus tard vivre seule dans un appartement, elle serait devenu obèse a force de manger des bonbons devant une énième rediffusion de pétales de l'amour ( la série) et elle aurait pour seul compagnie une pauvre peluche nommé Mr Xana ... était ce la le seul avenir possible pour Maeva ?

Pas réjouissant en effet, mais Maeva ne voulait pas que les choses finissent comme ça, pour se forger un avenir elle devait posséder les clés de son passé, qui était elle ? et d'où venait elle ? était les deux choses qui lui importait le plus en se moment et pour cela il lui fallait retrouver la mémoire.
Pour cela elle pouvait compter sur l'aide du docteur Robinson, Joseph avait promis de tous faire pour l'aider a retrouver la mémoire et depuis le départ ces efforts n'avaient pas faiblit, il c'était grandement investit dans cette quête quitte a risquer sa carrière pour Maeva, le jeune fille savait que c'était le genre de dévouement que l'on ne pouvait pas ignorer indéfiniment.

Mais derrière cette élan de bonté se cachait autre chose, une chose sombre que Maeva avait découvert récemment en explorant par accident les archives personnel de Joseph, dans le fond si le docteur se battait pour elle il le faisait aussi pour lui.
Le malheur qui avait frappé cette homme il y a quelque temps l'aurait sûrement anéantis si son chemin n'avait pas croiser celui de Maeva.
Il était étonnant de dire ça mais Maeva était une forme de thérapie que le docteur suivait, il avait autant besoin de la jeune fille quelle avait besoin de lui.
Le secret du docteur Maeva comptait l'évoquer avec lui mais pas pour le moment, elle devrait attendre d'être dans un endroits plus calme pour le faire.

Alors que Maeva voulait demander une chose au docteur, ils passèrent a ce moment très précis devant un stand de tir, aussitôt l'animateur interpella le docteur en lui demandant si ce dernier voulait tenter sa chance.

Voulez vous tenter votre chance fit l'animateur en s'adressant au docteur.
C'est à moi que vous parlez lui demanda le docteur.
Oui mon bon monsieur c'est bien a vous que je m'adresse lui confirma l'animateur.
Non merci sans façons fit le docteur qui déclina l'offre.
Allez allez ne me dites pas que vous n'avez pas envie de gagner une peluche pour faire plaisir à la jeune demoiselle lui dit l'animateur qui ne voulait pas lâcher l'affaire.

A cette remarque le docteur se tourna vers Maeva pour lui demander son avis,il vit alors que la jeune fille avait les yeux braqué sur les différente peluches accrocher sur le stand , la jeune fille regardait avec attention et envie tous ces merveilleux jouets, de haut en bas de droite a gauche le stand fourmillait de nounours a l'effigie de Teddy ou bien de peluches de héros de dessin anime pour enfant comme Nini l'élan en peluche ou la très en vogue poupée du moment connu sous le noms de Pucky (2)
Le docteur ne mit pas longtemps a comprendre que Maeva avait des vue sur l'une ou l'autre.

Tu veux que j'essaie de te gagner une peluche lui demanda le docteur.
Oui cela me ferait très plaisir lui répondit la jeune fille.
Et laquelle tu souhaiterai fit le docteur.
J'aimerais bien celle qui s'appelle Pucky lui dit Maeva.
Et pourquoi celle la lui demanda le docteur
Je sais pas mais elle me plaît bien lui dit Maeva
Personnellement je la trouve un peu sinistre avec sa peau verte et ces oreilles pointue lui fit remarquer le docteur.
Je sais mais moi elle me plaît bien lui redit Maeva.(3)

Maeva avait vraiment des goût bizarre des fois, alors que toutes les autres peluches était jolie mignonne et câline la jeune fille avait choisit celle a l'effigie d'un héros de film d'horreur appeler Monster Puck,mais comme les goûts est les couleurs sa se discute pas.
Apparemment Maeva avait décidé de se lancer dans une collection de poupée de mauvais goût ,déjà qu'avec Mr Xana c'était limite voila que Maeva voulait en plus la poupée tueuse en série.
Le docteur ne chercha pas a comprendre d'avantage, puisque que cela pouvait plaisir a Maeva il n'avait pas de raison de refuser, il décida donc de tenter sa chance.
Malheureusement de son propre chef, il dut avouer a Maeva qu'il n'était pas spécialement adroit dans ce genre de jeu mais que pour elle il voulait néanmoins tenter sa chance.

c'est combien demanda le docteur.
c'est 4 dollars pour trois essais lui répondit l'animateur

4 dollars pour dégommer 6 bouteilles c'était un peu chère payer, sans compter que l'épreuve n'était pas aussi facilement quelle pouvait le paraître, la distance était assez conséquente et les balles n'était pas spécialement adapter pour se type de lancer, réussir a dégommer les bouteille relevait vraiment de l'exploit, mais pour ne pas passer pour un nul au yeux de Maeva le docteur s'y essaya.
Le docteur posa 4 dollars en pièce de 2 sur le comptoir, d'un geste rapide le tenant du stand rafla la monnaie qu'il substitua aussitôt par trois balle en mousse alourdis.
Le docteur prit la première balle qu'il soupesa pour en évaluer le poids après quoi il commença a ajuster son tir avec concentration, il voulait toucher la base de la pyramide en espèrent que le tous tomberait du premier coup, il lança la balle qui fendit les airs et manqua sa cible de 50 centimètre en conséquence de quoi la balle allat s'écraser sur le fond du stand avant de tomber mollement sur le sol.

Zut a coté fit le docteur.
Pas grave il vous reste deux coup lui dit Maeva.
c'est vrai lui dit le docteur en prenant la deuxième balle.

Cette fois le docteur allait corriger sa trajectoire , plus sur la droite tout en visant la base de la structure, le docteur lança alors la deuxième balle qui eut un peu plus de succès que la précédente car il arriva à frôler légèrement l'une des 6 bouteilles mais là encore ce fut un bide, la balle allat a nouveau s'écraser contre la paroi en bois situer au fond.

Re zut encore loupé fit a nouveau le docteur.
Confiance il vous reste une balle docteur lui fit Maeva qui encouragea le docteur a continuer
Oui la dernière balle lui répondit le docteur en saisissant de la troisième balle.

C'était sa dernière chance de tirer le gros lot, le docteur n'avait pas le droit a l'erreur si il ne réussissait pas Maeva n'aurait pas droit a sa poupée est elle serait sûrement très déçu sans compter que le docteur passerait vraiment pour un maladroit au regard de la jeune fille,déterminer a réussir le docteur mis tous les chances de son coté.
Le docteur visualisa la cible dans son esprit et ferma les eux pour se contrer, au bout de quelque sonde il les re-ouvrit pour lancer la balle avec vigueur.
la balle toucha de plein fouet la bouteille du haut qui tomba de son pied d'estale mais se fut insuffisant pour déstabiliser les 5 autre bouteilles,n'ayant pas réussir son dernier tire la partie était finis.
La déception pouvait se lire sur son visage il se retourna vers Maeva pour lui présenter ces excuses.

J'ai tous raté fit le docteur en s'excusant auprès de Maeva.
C'est pas grave lui la jeune fille qui ne voulait nullement accablé le docteur pour ça

La jeune fille ne pouvait pas lui reprocher d'avoir tenter sa chance,se qui primait d'avantage c'était bien l'attention qu'avait eut le docteur a vouloir tenter sa chance qui avait le plus toucher Maeva.
Pour la jeune fille c'était une délicate attention que d'avoir essayer de lui faire plaisir, bien que quelque part Maeva aurait été très heureuse que le docteur lui gagne la petite Pucky.
Fallait se faire une raison se genre de jeu demandait de la force est de l'adresse,le docteur était peu être fort mais question adresse sa laissait a désirer,mais après tous il était docteur pas tireur délite.
L'affaire aurait put en rester la, le docteur est Maeva seraient partis a un autre stand si l'animateur ne les avaient pas relancer sur le coup.

Et bien se n'est pas grave retentez votre chance mon bon monsieur lui fit l'animateur.
Non merci j'ai déjà donner fit le docteur.
Voyons un seul essai ne veux rein dire,avec une deuxième tentatives vous allez réussir lui dit l'animateur qui voulait relancer le docteur.
Non vraiment pas fit le docteur qui commença a prendre ces distances pour pas en entendre plus.
Moi je veux bien essayer fit soudainement Maeva.
Toi ?!!! tu veux essayer lui fit le docteur.
Oui j'ai envie d'essayer lui répondit la jeune fille.

La demande de la jeune fille ne manqua pas de surprendre le docteur,pourquoi voulait-elle s'essayer a ce jeu ?
La raison était simple, Maeva voulait gagner la peluche et puisque le docteur avait tenter sa chance pourquoi elle ne le pourrait pas la tenter aussi,après tous se jeu n'avait pas l'air si complique que ça.

Tu veux vraiment essayer lui demanda la docteur.
Oui ce jeu m'as l'air très facile lui répondit Maeva.
attend tu est sur de toi la lui dit le docteur.
bien sur ce jeu est basé sur l'adresse et la puissance sa devrait le faire dit Maeva
Dr : je ne doute pas que tu soit adroite mais ...
... mais sa risque rein voyons, c'est une balle en caoutchouc lui fit remarquer Maeva.

Une balle en caoutchouc voila qui arrangeait bien la situation, le caoutchouc étant isolant il n'y avait aucun risque que Maeva ne provoque de catastrophe avec cette balle.
Le pouvoir éléctrokinésique de Maeva était une source de problème constant, même si ces dernier temps la situation c'était arranger.
Depuis la série de test qu'elle avait entamer avec le docteur Maeva avait appris a mieux gérer ces pouvoirs, grâce de nombreux effort consentit par le jeune fille ils étaient devenu moins destructeur.
Désormais Maeva pouvait toucher des appareil électronique sans que ceux ci n'explosent, certes elle en déréglait certain mais le phénomène tendait a s'améliorer.
Il était clair pour le docteur qu'avec de la pratique Maeva serait parfaitement capable de maîtriser ces dons et ainsi vaincre sa malédiction.

Parallèlement la maîtrise de ses pouvoirs lui avait ouvert de nouvelles perspectives grâce à ces derniers Maeva était capable d'entrer en interface avec n'importe quelle machine informatique,non contente de pouvoir en décrypter le contenu elle pouvait quasiment les contrôler par le biais de sa pensée, pour cela il lui suffisait d'imposer les mains sur le clavier et l'ordinateur obéissait au moindre de ses désirs.
Choses encore plus étonnante Maeva était capable d'assimiler le contenu d'un ordinateur à une vitesse ahurissante, c'est ce dernier point qui avait grandement surpris le Dr.
Maeva enregistrait sans difficulté les informations contenues sur le disque dur, c'était à croire que la jeune fille avait une mémoire infinie.
Cette faculté de mémorisation lui venait-elle de l'implant qu'elle avait dans le cerveau car si celui-ci était effectivement une mémoire de stockage comme l'avait supposer Maeva cela expliquerait bien des choses.
Cela expliquerait pourquoi Maeva avait réussi à apprendre et à mémoriser les lettres de l alphabet aussi rapidement,si ce processus de mémorisation s'appliquait au reste il ne fallait pas chercher bien loin pour comprendre comment Maeva était devenu aussi intelligente en si peu de temps.
Grâce a cet implant elle apprenait plus vite, son cerveau traitait les informations comme le ferait un ordinateur.
En considérant tous ces points Maeva en était arriver a penser qu'elle était une sorte de cyborg, un être humain couplé a une machine c'était même tellement évident qu'il aurait été difficile d'affirmer le contraire.
Cette idée n'arrangeait guère le moral de Maeva,pire celui-ci accentuait le sentiment de rejet que nourrissait la jeune fille, elle était différente et cela se voyait à l'extérieur à cause de la couleur de ces cheveux mais qui pourrait se douter qu'elle était également différente à l'intérieur.
Personne hormis le docteur Robinson et le docteur Holstein ne connaissait son secret, et c'était mieux ainsi,Maeva n'avait pas envie de finir sa vie dans un laboratoire de recherche a être étudier comme une chose anormale, sa existence était assez dure comme ça,sans compter que si l'on apprenait son existence certaines personnes auraient bien envie de lui mettre la mains dessus.

Maeva ne pouvait pas ignoré le fait qu'elle était originaire de quelque part, ce quelque part elle ignorait ou il était mais ce qu'elle savait ce quelle devait rester cacher,pourquoi diable Maeva adoptait elle soudainement une attitude si fuyante, les raisons en était simple, c'était a cause des hommes en noirs.

Les hommes en noir elle en avait rêver dernièrement et leur apparitions avait troublé Maeva, après une autre tentative sur un ordinateur pour stimuler sa mémoire Maeva était allée se coucher le plus sereinement possible.
Mais l'expérience avait eu des retombées le soir même,durant son sommeil Maeva c'était à nouveau retrouver en face du miroir sans reflet.

Se retrouver devant se satané miroir était presque devenu une habitude pour Maeva, a chaque fois elle restait très même méfiance vis-à-vis de cet étrange artefact.
Qu'est-ce que celui-ci allait encore lui montrer où faire apparaître ? car entre la jeune fille au cheveux rose qui l' accusait de lui avoir voler sa vie et Fenrir le loups qui tuait soi disant pour lui faire plaisir Maeva était servit, la jeune fille commençait en avoir raz le bol de toute ces créatures qui voulaient la tuer ou lui nuire, pourquoi ne pouvait elle pas rêver de petit poneys blanc et de prince charmant comme toutes les adolescentes de son âge, Non au lieu de ça Maeva collectionnait les monstres sanguinaire et les assassins de tous poils , il y avait vraiment un truc pas net chez elle ?!!!!......

Cette fois ci elle prit une distance suffisamment conséquente avec le miroir pour éviter les mauvaise rencontre, Maeva était devenu très méfiante elle se doutait que ce dernier allait sûrement encore la faire souffrir en lui montrant certaines images sont passés, et cela manquas pas au travers de la glace Maeva put a nouveau apercevoir la montagne enneigée de la dernière foi.
Le décor n'avait pas changer il y avait toujours cette espèce de petit chalet en bois construit a la lisière d'une foret, en jetant un coup d'oeil rapide sur la scène Maeva se demanda si elle allait revoir la petite fille au cheveux rose que Fenrir avait égorgé la dernière foi.

Ce fut le cas la petit fille était de nouveau la et elle roulait encore sa grosse boule de neige tandis que sur le fond Maeva aperçu deux personnes, elle ne les vit que de loin mais apparemment il s'agissait d'un homme est dune femme ,le seul signe distinctif que chacun des personnages avaient c'était que l'homme portait une moustache et des lunette ronde,il était habillé d'un gros anorak jaune tandis que la femme était vêtu de rose ,petit détail qui n' échappa pas a Maeva c'était que la femme avait aussi les cheveux rose, a moins qu'il ne s'agisse d'une mode tendance Maeva était prés a parier que cette femme était la mère de la petite fille et que l'homme était son père.

Le tableau touchant de cette famille unis ne laissa pas Maeva indifférente,elle n'aurais pas su dire pourquoi mais cette scène lui était très agréable a regarder,Maeva sentis une douce chaleur dans son coeur comme si tous cela lui était familier,mais en même temps elle se sentais pleine de tristesse comme si tous ceci n'était que le prémices au déluge.

Point de pluie mais de gros nuages gris firent leur apparition dans le ciel, les ténèbres commencèrent a recouvrirent la vallée ou se trouvait le chalet, elle n'en savais rien mais Maeva eut l intuition que quelque de terrible allait se passer... soudain elle entendit deux voix qui dirent ...

Anth... Hop... venez avec nous........ firent les voix

Que pouvaient bien être ces voix ? ces voix d'où venait elle ? Maeva voulu le savoir elle prit le risque de se rapprocher du miroir , arrive a proximité elle les vit ... les ombres qui dansent ... les mêmes que celle quelle avait déjà vu dans ces rêves, les deux spectres était noir comme les ténèbres et leur forme inconcise mais très vite les ombres se changèrent en être humanoïde
Elles prirent la forme de 2 hommes vêtu de complet noir, le premier était grand et athlétique et ces cheveu noir comme du charbon le deuxième était petit et trapu et complément chauve comme ... un chauve , les deux portaient des lunettes noire et n'avait pas l'air franchement de petit rigolo.
Ce qui se passa ensuite ne fut pas drôle a voir, les eux hommes se précipitèrent sur le couple, l'homme essayât de interposer mais il fut rapidement mit KO par le premier homme en noire, ils s'emparèrent de la femme qui cria désespérément au secours pour que Wal... vienne l'aider mais celui était inconscient allongé dans la neige , pris de désespoir la femme hurla le noms de sa petite fille tandis que les hommes en noir la faisait monter de force dans un 4x4.

Ael... cria la mère

La petite fille avait été témoin de la scène elle courra auprès de se mère pour la rejoindre mais le véhicule démarra en trombe ,la fillette courrait... courait tant quelle pouvait pour rejoindre le 4x4 mais elle fini pas chuter et se retrouva allonger a son tour dans la neige elle releva la tête juste a temps pour voir le véhicule disparaître à l'entrée des bois ... la petite fille pleurait toutes les larmes de son corp et elle n'était pas la seule.... devant le miroir Maeva c'était également mise a pleurer.
Si le miroir avait chercher a la faire souffrir c'était réussi,sans quel sache pourquoi cette scène avait toucher Maeva, une douleur indescriptible était apparu en elle c'était comme si la peine la souffrance,la peur c'étaient mélanger pour submerger d'un seul coup l'âme de Maeva.
la jeune fille au cheveu bleu avait beau faire, elle pleurait sans raison et pour la première foi se fut ces larmes qui la tirèrent de son cauchemar.
Maeva portait ces mains au visage pour essuyer le torrent abondant qui coulait contre ces joues.

Qu'est-ce que cela pouvait-il signifier ? en quoi Maeva était lié a tous ça ? les question étaient bien la mais les réponse se faisaient toujours absente.
Le mystère restait entier, mais Maeva ne désespérait pas de trouver la réponse un jour il fallait simplement se montrer patiente et sa de la patience Maeva en avait beaucoup, du moins dans une certaine limite.

Mais aujourd'hui Maeva n'avait pas la tête a se poser toutes ces questions, ce qu'elle voulait c'était s'amuser pour justement ce changer les idées, et pour cela elle voulait juste lancer une simple balle en caoutchouc contre des bouteilles de lait.
Le docteur se montrait hésitante a cette idée,Maeva n'était pas ordinaire est ces pouvoirs lui permettait de faire des choses assez spécial et si Maeva venait a déclencher une catastrophe sa ne passerait pas inaperçu au milieu d'une fête foraine.

Maeva comprenais les réticences du docteur mais comme elle l'avait souligné cette petite balle était en caoutchouc , et le caoutchouc est isolant donc il n'y avait pas de risque que la balle prennent feu ou se mette a attaquer les gens.
Le fait que la balle soit neutre suffit a convaincre le docteur de laisser Maeva tenter sa chance,il paya donc une partie a la jeune fille.
Aussitôt le docteur sortit a nouveau 4 dollars qu'il donna a l'animateur ,en retour celui tendit trois balles a Maeva.

Voila pour vous jeune fille lui dit l'animateur en posant les trois balles sur le comptoir
Merci Monsieur lui dit poliment Maeva.

Maeva se saisit de la première balle dans sa mains droite,de la même façon que le docteur elle évalua la distance et pris ces marques pour optimiser son lancer,quand elle fut sur de son coup elle lança la balle...mais le manque cruel de force chez la jeune fille n'arrangea pas ces affaires, la balle n'arriva même pas au niveau des bouteilles et s'écrasas sur le sol avant.

Flûte raté dis Maeva.
Pas assez fort lui dit le vendeur en souriant.
J'ai bien vu lui dit la jeune fille qui ramassa la deuxième balle.

La trajectoire était bonne mais la force faisait défaut a Maeva qu'importe elle allait tenter sa deuxième chance cette fois ci elle rassemblas ces forces pour optimiser a nouveau son tir,cette effort de concentration était digne des grand athlète ,quand Maeva fut sur de son coup elle lança la balle de toutes ces forces.. mais la aussi se fut un fiasco la balle toucha a peine les bouteilles.

Encore raté lui dit le vendeur sur un ton humoristique
ça va j'ai vu lui dit Maeva
du calme Maeva lui dit le docteur
Mais je suis calme lui dit la jeune fille.
Un calme faussement apparent car se deuxième échec avait mis la pression sur Maeva,cette dernière sentais que les tour montait en elle, sans compter que l'attitude niaise du vendeur l'énervait,elle se doutait bien que celui était amuser par le spectacle d'une jeune fille qui essayait de faire comme les grands et surtout de sa la jouer comme un garçons alors qu'elle n'était qu'une faible fille avec des bras taillé comme des allumettes ou des ailes de poussin comme ion le dit dans ces la.
Elle n'était pas un homme est alors si c'est ça qui résume la condition d'être humains c'était la force musculaire alors c'était stupide ,Maeva voulait prouver qu'en fille pouvait faire aussi bien qu'un homme c'est avec cette idée quelle prit la dernière balle pour tenter sa chance.

Prend ton temps lui dit le docteur
Je sais Je sais lui dit Maeva qui savait quand se qu'elle avait faire
Et surtout penser a toucher la cible cette fois lui dis le vendeur.
C'est bon lui dit Maeva de façons tendu

Le vendeur ajouta plus rien il se compta seulement de laisser la jeune fille jouer, celle ci énerver lança la balle n'importe comment si bien qu'elle manqua totalement les bouteilles, la balle alla s'écraser sur le fond du stand contre la paroi en bois.
Le manque de concentration de Maeva fut flagrant elle était tellement frustré par la chose qu'elle en avait perdu tous ces moyens, le docteur fut navré pour elle alors que le vendeur était bien content que cette gamine est loupe sont coup.

Et non c'est rate fit le vendeur.
Et merd.... ne dit pas Maeva qui essaya de rester poli.
C'est pas grave tu fera mieux la prochaine foi lui dit le vendeur.

C'était l'echec totalement Maeva fulminait de rage est le montrait bien,vu que cela ne lui convenait pas le docteur fit en sorte de clore tous ça car il voyait bien que la jeune fille était excède par tous ça, le faite d'avoir tous raté était déjà frustrant mais ajouter a ça les sarcasmes du vendeur le tableau fut complet.
Maeva se tourna vers le docteur pour lui demander de partir,ce que le docteur ne refusa pas vu que Maeva était sur le point d'exploser de rage
Maeva avait beau être un personne pose est calme elle pouvait aussi être un vrai volcan prés a exploser
Voulant éviter un désastre le docteur estima qu'il serait sage que Maeva s' éloigne de ce stand avant qu'une catastrophe n'arrive mais avant d'avoir puis faire quoi que soit le vendeur en remis une couche.

Tenez prenez ceci dit il

Le vendeur posa une quatrième balle devant Maeva, qui ne comprenais pourquoi le vendeur faisait ça.

Cadeau de la maison dit il

Le vendeur voulait offrir une chance supplémentaire a Maeva en lui offrant un seul tir gratuit, le geste au put passer pour commercial mais les raison du vendeur était tous autres.
Voir le jeune fille se ramasser l'avait un peu amuser, il voulait voir ce que cette dernière allait encore faire comme bourde si elle avait un tir de plus, c'était pas son genre de faire des cadeau mais il savait bien qu'il ne risquai rien a offrir un tir gratuit a cette jeune fille, la possibilité qu'elle puisse toucher une seul bouteille relevait du miracle.

Malheureusement pour lui Maeva avait compris le sens cacher de tous ça, ce geste généreux n'était qu'une forme de moquerie déguisé ce qui bien entendu fini d'énerver la jeune fille, elle prit la balle et voulut la lancer dans la figure du vendeur, elle l'aurait fait si soudain quelque chose ne lui était pas arriver.
De léger spasmes parcoururent le corp de Maeva, le docteur le remarqua soudainement croyant que Maeva faisait de nouveau un malaise il voulu intervenir, soudain Maeva contracta ces doigts avec force sur la balle.
De son coté le vendeur était très amuser de la situation, voir la fille être énerver était très drôle ,il en profita pour regarder le docteur afin de voir comment celui ci réagissait a tous ça, mais chose curieuse le docteur était soudainement devenu blanc comme un linge...
Le vendeur voulu lui demander si tous allait bien mais au moment de le faire il sentit un souffle d'air passer près de lui qui lui ébouriffa les cheveux, ce souffle d'air fut accompagne d'un bruit de verre casse et d'un grand BOUM....

Quand le vendeur se retourna, il constata avec stupéfaction que tous les bouteilles de lait venait d'être dégommé, mais le plus étonnant c'était que la balle en caoutchouc responsable de ça était a moitie encastré dans la paroi en bois.
Le vendeur avait pris un air dépite, il fit alors volte face au comptoir pour voir d'où venait ce tir incroyable,il vit alors la fille le bras tendu lui faire face, apparemment c'était cette dernière qui avait lancer ce boulet de canon.
Le vendeur n'en revenait pas il avala difficilement sa salive devant ce spectacle étonnant surtout que la jeune fille le dévisageait avec un regard assassin, le vendeur était sur le carreau comment cette fille avait ces petit bras de poussin avait elle put lancer cette balle avec une telle puissance.

Ma parole elle a manger du lion dit péniblement le vendeur.
Je peux avoir ma poupée lui dit Maeva.
Par ... pardon lui demanda le vendeur.
Ma poupée je veux ma poupée lui dit Maeva.

Le vendeur compris tous de suite de quoi la jeune fille parlait ,sans plus attendre il décrocha la poupée Pucky qu'il tendit aussitôt a la jeune fille, le vendeur était tous tremblant en donnant la poupe a Maeva.
celle ci avait adopter une attitude sinistre qui faisait peur a voir, mais le docteur n'osait plus bouger face ce que Maeva venait de faire.
Maeva venait de réaliser une chose quasiment impossible ,son acte était surhumain et même surnaturel,pourtant elle l'avait accompli sous les yeux du docteur, a moment de lancer la balle le docteur avait vu du courant électrique parcourir l'avant bras de Maeva avant que celui ne se déforme ou plutôt se mette a se brouiller pour presque disparaître, se fut très bref et seul le docteur avait vu ceci, juste après se curieux phénomène Maeva avait relever la tête et lancer la balle a une vitesse incroyable sur sa cible, a l'impact les bouteilles avait volé en éclat et la balle c'était encastrer dans la paroi.

Cela pouvait paraître incroyable mais le docteur avait été témoin de tous ça, que cela signifiait t'il? qu'était il arriver a Maeva ? comment avait t'elle put faire ça ? se pouvait il que la jeune fille est utiliser un pouvoir jusque la inconnu ?
Les questions furent nombreuse a se poser et le docteur ne savait pas part laquelle commencer, mais ce n'était pas le moment de jouer les thérapeute le docteur observa se qui allait se passer, Maeva allait t'elle se comporter de façons agressive comme a chaque transe ? cela le docteur le craignais mais il n'en fut rien.
Une fois que le vendeur eut remis fébrilement la poupée a Maeva celle ci se tourna vers le docteur et lui dit alors ....

Regarder docteur j'ai ma poupée lui dit Maeva en souriant.

Sans rein dire ou faire la jeune fille avait changer d'attitude, elle était redevenu normal et agissait de façons naturel comme si rien ne c'était passer.
Ce subit changement interpella le docteur comment Maeva pouvait elle agir de cette façons ?

Est bien docteur que se passe t-il lui demanda Maeva
Rien lui fit le docteur
Elle est jolie ma poupée fit Maeva en montrant sa poupée au docteur

Celui ci lui dit que oui pour ne pas la contrarier, il pris aussitôt Maeva par la mains et lui demanda de venir avec lui, Maeva ne comprenais pas l'attitude bizarre du docteur mais elle suivait sans discuter, de son cote le vendeur regarda ce couple étrange s'en aller au loin av ant de jeter a nouveau un coup d'oeil sur le fond de son stand, la balle était bien encastrer dans la paroi avant de dire ....

C'est un vrai monstre cette gamine dit il a se moment la

le docteur marchait a vive allure en tenant Maeva par le bras ,il voulait s'éloigner le plus possible du stand pour ne pas attirer l'attention sur eux, Maeva suivait le docteur en lui tenant la mains tous en tenant sa poupée dans l'autre.
Arrive dans un coin tranquille le docteur le docteur lâcha Maeva elle lui demanda aussitôt ce qui c'était passé.

Mais qu'est ce que tu viens de faire lui demanda le docteur.
Je ne comprend pas lui dit la jeune fille.
Je veux dire c'était quoi se truc que tu as fait la fit le docteur.
Mais de quoi parler vous lui demanda Maeva
Dr : le truc que tu as fait avec la balle c'était quoi
Maeva je ne vois pas de quoi vous parlez
Dr : tu ne te souviens de rein
Je devrais me souvenir de quoi lui demanda la jeune fille

Maeva abordait un air très sincère, apparemment elle ne savais pas de quoi le docteur lui parlait,cela laissa le docteur très dubitatif, Maeva ne lui mentiras pas sur un sujet aussi délicat mais avait elle vraiment aucun souvenir de ce qui venait de ce passer ?
Son amnésie pouvait elle être sélective ? Maeva serait donc capable d'occulter certain morceau de sa vie, elle pourrait donc agir d'une certaine façon et ne pas s'en souvenir la seconde qui suit,cela paraissait incroyable mais pas impossible car après tous il s'agissait de Maeva.
cette même Maeva qui avait corriger Vanessa Sidorof lors dune dispute, la même Maeva qui avait mit hors de combat Samuel sans la moindre difficulté, la même Maeva qui venait de lancer un vrai boulet de canon et qui dans tous les cas ne s'en souvenait pas.
A cet instant le docteur fit le choix de ne pas en parler, il pris a son tour un air innocent et dit a Maeva que sa poupée était très jolie.

tu ne te souviens pas d'avoir gagner cette poupée lui dit le docteur
Mais si je me souvient la preuve fit Maeva en montrant sa poupée au docteur
Elle est très jolie fit le docteur.
Oui je trouve lui fit la jeune fille.
Dr tu est heureuse je suppose
je le suis lui dit Maeva.

Le docteur ne voulu pas gâcher la joie de Maeva il fit donc en sot de détourner le plus rapidement la conversation, il demanda a la jeune fille ce que celle ci voulait bien faire.
Maeva formula le souhait de faire un tour de grande roue après quoi elle voudrais bien manger une grosse glace a la vanille et aux noix de pécans

Ne pouvant rein lui refuser le docteur acquiesça aux demandes de Maeva, il pris a nouveau la mains de Maeva et l' ennemena avec lui jusqu'à la grande roue , le docteur ne le savait pas encore mais cette attraction allait être le siège d'un grand débat qui allait beaucoup jouer sur l'avenir de Maeva est sur le sien.

A suivre


(1) bon la c'est clair c'est pas la Maeva des BBX

(2) Pucky un jour Pucky toujours on va pas me le reprocher tous de même Niark Niark Niark ( bbx 10 )

(3) on se demande bien pourquoi (^_^)





Chapitre 32 contacts

01 octobre 2005 - 00h 01

Allô oui qui est a l'appareil ?
---
Colonel Ici Sigmund Kessel

Docteur Kessel c'est vous fit le colonel surpris d'entendre sa voix.
Oui c'est moi lui fit le vieux scientifique.
Où étiez-vous passés nous n'avions plus eut de vos nouvelles depuis bientôt deux mois lui fit aussitôt savoir le colonel.
Je m'en excuse mais j'avais besoin de prendre du recul pendant quelque temps lui dit Sigmund.
Vous auriez pu nous avertir,nous avons cru un moment que quelque chose de grave vous était arriver lui fit le militaire.
Encore une fois colonel je m'en excuse mais voyez vous j'avais de bonne raisons de disparaître, il fallait impérativement que je me fasse oublier pendant quelque temps après notre petit numéro lui expliqua Sigmund.
Il n'empêche que vous nous avez mis dans un sacrer pétrin lui dit alors le colonel
Je sais et j'en suis désolé lui répondit Sigmund.

Deux mois c'étaient pratiquement écoulés depuis la dernière rencontre entre le vieux scientifique et le colonel,leurs dernières conversations remontait au 01 août 2005 c'était pendant la manifestation organisée par la société Cyclotron.
A l'époque Sigmund c'était arrangée pour introduire le colonel et le major dans l'enceinte de l'entreprise afin que ces derniers l'aide à créer un mini scandale.
Grâce à la complicité des deux agents secrets Sigmund avait atteint ces objectifs, ce jours la le vieux scientifique avait fait des déclarations pour le moins troublante, il avait affirmé devant tous les invités presse y comprit que Les micro-puces a Quadrihoppes créer par la société Cyclotron constituaient un danger sans précédent et que leur diffusion à travers le monde serait une erreur monumentale.

Les déclarations de Sigmund avaient provoqué un mini scandale ainsi que l'indignation générale de tous les membres importants de la société donc notamment Henry Hopkins, Anthea Hopper et Simon Watson, tous les trois avaient plutôt mal encaissé le coup tordu que Sigmund venait de leur faire.
Mais le mal était fait la presse spécialisée repris pour son compte les déclarations de Sigmund pour en faire leur choux gras.
Au lendemain même de la manifestation la plupart des quotidiens britannique avait publié les dires du professeur Kessel, de par son action imprévue ce dernier avait considérablement entaché la réputation de Henry Hopkins et celle de sa société.

A 1000 lieues d'avoir été victime d'un accès de folie,le professeur Kessel agissait en accord avec un plan minutieusement préparé a l'avance et donc le but inavoué était de démasquer le perfide Mr X.
Mais au lendemain de cette manifestation le professeur Kessel disparut subitement sans laisser de trace,alerter de ceux-ci les militaires avaient entrepris de le retrouver mais ils n'y parvinrent pas.
Avant de disparaître Sigmund les avait avertis qu'il devait partir pour un lieu inconnu,en agissant de cette façon ce dernier venait de faire échouer toute l'opération mise en place ces derniers mois par les services secrets,ce qui ne manqua pas d'entraîner le mécontentement des supérieurs du colonel et du Major ainsi que celui d'une bonne partie des services secrets.
Le professeur Kessel était connu pour être hostile aux militaires,mais vu l'enjeu qui découlait de cette opérations son attitude était plus qu' inexplicable puisque les services secrets ne pouvaient plus compter sur son soutien l'opération avait dû être annulée.

Toutefois cela n'avait tout de même pas empêché le major est le colonel de continuer leurs investigations afin de découvrir qui pouvait bien se cacher derrière le mystérieux Mr.X. sans pour autant trouver la moindre piste et voilà qu'aux moment où l'enquête s'enlisait le Dr Kessel faisait sa réapparition en prenant contact avec le colonel Perec.

Le militaire français fut très surpris d'avoir a nouveau des nouvelles de Sigmund alors que celui-ci avait imposé un silence radio pendant presque deux mois,le colonel avait des centaines de questions à poser au vieux scientifique mais celui-ci n'avait guère de temps pour y répondre il pria le colonel de bien vouloir l'écouter car il avait des choses importantes à lui communiquer.

Colonel j'ai des informations des plus importante a vous transmettre lui dit Sigmund .
Que se passe-t-il lui demanda le colonel
Colonel nous avons un gros problème sur les bras fit Sigmund
Quelle genre de problème fit le colonel
Xana est de retour lui répondit Sigmund.

A cet instant le colonel saisit le combiné du téléphone avec ces deux mains,il ne voulait pas que se dernier lui échappe sous l'effet de la surprise.
Sigmund venait de lui dire que Xana était de retour sur le coup cela le tétanisa légéremnt l'officier, comment cela était il possible ? ils avaient pourtant détruit tous les Quadrihoppes pirates et les filtres mis au point par le major avait stopper sa progression sans compter que le virus Tsunami l'avait techniquement éradiquer de la surface du réseau.
Mais par cette simple affirmation Sigmund avait détruit toutes les certitudes du colonel.

------------------------------ XANA ETAIT DE RETOUR ------------------------------

Le colonel voulu que Sigmund lui fournisse une confirmation ce que le vieux scientifique lui fournit sans hésiter, il avertit le colonel que Xana avait survécu est que ce dernier était récemment passé a l'attaque,Sigmund se cacha de dire ou Xana avait frappé mais il jura sur l'honneur que cela était la vérité.
Mais les révélation de Sigmund ne s arrêtèrent pas la , il fit savoir au colonel qu'il avait aussi découvert identité de Mr.X , ce dernier point intéressa fortement le colonel qui voulu savoir qui était Mr X mais la aussi Sigmund resta muet sur la question.

Qui est MrX demanda alors le colonel.
Je ne peu pas vous le dire pour le moment fit Sigmund
Et pourquoi ça fit le colonel.
J'ai également mes raison, je n'ai pas envie que vous l'arrêtiez maintenant lui répondit Sigmund
Mais pourquoi c'est stupide fit le colonel
Non colonel c'est juste que MrX ne doit pas être neutraliser tous de suite par vos services lui dit Sigmund.
Mais pourquoi insista le colonel
Tous simplement parce qu'il doit encore nous indiquer ou se trouve les 4 autres Quadrihoppes lui dit Sigmund.

Sigmund expliqua au colonel qui avait découvert l'identité MrX seulement il avait appris de la bouche de ce dernier que 4 Quadrihoppes pirates avait été vendu depuis le mois de mars,ces dernières avait déjà été installer sur des super-calculateur , l'ennui c'est que personne savait ou se trouvait ces machines a part MrX et qu'il ne fallait pas le neutraliser avant que celui les est fait retirer par ces hommes.

Cette excuse ne tenait pas la route pour le colonel selon lui Sigmund lui cachait autre chose, si MrX avait fait ça il suffirait de l'arrêter pour le faire passer au aveux, il y avait la un truc qui clochait la dedans.
Le colonel avait vu juste Sigmund avait des raison de proteger MrX il ne voulait pas que les services secret s intéresse de trop prés a ce que Cyclotron était en train de trafiquer.
La guerre secrète que la société allait livrer était a l'origine de tous ceci,si les services secret investissait la société il finirait par découvrir ce que Henry Hopkins avait l attention de faire, dans le but de proteger sa société il avait planifier une attaque contre leur ennemis.

Cependant au vu de ce que lui avait appris MrX Sigmund avait compris que les ennemis en question n'était autre que la fille de Waldo et ces compagnons et que par extension la cible de tous ça était le super-calculateur créer par Waldo.

Au cours de ces dernier mois Sigmund avait découvert le secret de Waldo, il savait que ce dernier avait mis au point en secret un super calculateur et que se dernier s'en était servit pour créer Xana,
dans tous les cas de figure il ne fallait que ni Cyclotron ni les service secret ne découvre cette machine ou s'en empare car elle était la source d'un grand pouvoir, pouvoir qui entre de mauvaise mains serait terrible.
Ce fut pour cette raison que Sigmund avait laisser MrX en paix, il voulait faire ne sorte que se soit Henry qui règle le problème de son coté Sigmund ferait en sorte de convaincre son amis de renoncer a cette attaque,ainsi tous le monde serait sain est sauf et certain secret pourrait le rester.

Écouter colonel j'ai les preuves qui faut pour incriminer MrX lui fit Sigmund.
Il faut nous les remettre lui dit le colonel
Sigmund : J'ai l'attention de le faire mais pas tous de suite
C.Perec :que voulez vous faire
Sigmund : je dois avertir Henry en priorité de ce qui se trame contre lui, tandis que vous colonel vous avez autre chose a faire.
C.Perec : quoi donc
Sigmund : vous devez retrouver le 4 Quadrihoppes restant est le détruire.
C.Perec : mais on ne sait pas ou chercher
Sigmund : un foi MrX neutraliser nous le serons
C.Perec : est d'ici la que compter vous faire
Sigmund : je voudrais vous retrouver pour que vous me mettiez sous votre protection
C.Perec : vous craigniez pour votre vie
Sigmund : oui j'ai peut être commis une erreur en allant affronter MrX
C.Perec : que voulez vous dire ?
Sigmund : MrX est dangereux il pourrait faire en sorte de m'élinimer
C.Perec : dans ces cas aller vite vous mettre a l'abri dans un poste de police
Sigmund : non je n'ai pas confiance en eux, MrX est puissant,il serait capable de m'atteindre même dans un poste de police, il n'y as qu'en vous que j'ai confiance.
C.Perec : dans ces cals il faut se voir tous de suite
Sigmund : j'allais vous le dire, je vous propose qu'on se retrouve a la gare de Winchester
C.Perec : j'y serais dans une demi heure
Sigmund : parfait je vais m'y rendre sans tarder.
C.Perec : je vais venir avec des hommes pour assurer votre sécurité
Sigmund : merci alors je vous attend la bas....
C.Perec : sur place demander a des policer de vous proteger en attendant mon arriver
Sigmund : pas de soucis
C.Perec : a tous de suite Professeur Kessel
Sigmund : a tous de suite colonel Perec.

Sigmund raccrocha le combiner est sortit de la cabine public ou il avait passer l'appel, il fit signe a un taxi de s'arrêter,sans plus attendre il monta dans le véhicule pour se mettre a l'abri, la il dit au chauffeur de la conduire a la gare de Winchester,le chauffeur entra les coordonné de destination dans son GPS et lança le compteur ,le véhicule démarra est Sigmund se sentait un peu plus tranquille mais toujours anxieux tant qu'il ne serait pas en compagnie du colonel Perec, Sigmund avait tous a craindre de Simon Watson bien que ce dernier soit sûrement incapable de faire quoi que ne se soit contre lui, le vieux scientifique voulait rester prudent, il serra très fort contre lui son porte document dans lequel se trouvait les seuls preuve recueillit contre MrX

De son cote le colonel avait avertit le personnel de garde de son immeuble il demanda a certain agent de l accompagne pour une mission d'escorte, les officier anglais ayant reçu l'ordre d'obéir au colonel français ne firent aucune manière, en dix minutes il furent près, il descendirent dans le parking souterrain ou un véhicule spécial les attendait , il s'agissait d'une voiture normal en apparence mais elle était blindé avec des vitres par balle, Sigmund était devenu très précieux il fallait donc le proteger a tous prix.
Il était 23h 59 quand la voiture sortit du parking, la circulation était dense est il fallait faire vite tous se que le colonel espérait c'est qu'il arriverai a temps pour recueillir Sigmund

Il était 23h59 sur l'horloge du tableau de bord quand celle ci afficha 00h00 il était maintenant minuit et on venait de passer au 1 octobre.......

a suivre ....
















chapitre 32 Tanit et Watson

01 octobre 2005


Cela faisait seulement quelques minutes que le professeur Kessel avait quitté les locaux de Cyclotron ce dernier avait découvert la véritable identité de MrX,sous se pseudonyme se cachait en vérité Simon Watson le numéro trois de Cyclotron.
Depuis le début de l'enquête c'est lui qui tirait les ficelles dans l'ombre, manipulant son petite entourage pour concrétiser ces propres ambitions,grâce a son statut de numéro trois il pouvait détourner aisément la technologie Quadrihoppes afin de la revendre pour son profit personnel, malheureusement pour lui Sigmund avait tous découvert.

Durant les deux mois qui suivirent son petit scandale du 1er août le vieux scientifique c'était montre particulièrement actif, il avait entrepris un grand nombre de recherche et récolter pas mal indices ce qui lui avait permis de découvrirent qui se cachait sous l'identité de MrX.
Une fois tous les documents en mains Sigmund était partis de lui même confondre le félon,le soir même il était venu le retrouver dans son bureau pour lui balancer ces 4 vérité dans le coin de la gueule.
Puisque il ne servait plus rein de jouer la comédie Simon très honnête avec Sigmund il lui fit savoir quelle était ces projet futur et par la même il informa Sigmund que 4 autres Quadrihoppe avait vendu
Cette nouvelle avait effrayer Sigmund ce dernier savait que Xana était encore en vie est que la terrible intelligence artificiel ne pouvait pas espérer plus beau cadeau que 4 super calculateur équipé de Quadrihoppes.
Croyant pouvoir acheter le silence de Sigmund Simon avait voulu le corrompe,mais c'était mal connaître le vielle homme, son intégrité moral le plaçait au-dessus des petite raclure de la trempe de Simon.
Il refusa son offre et le rossa au passage pour bien lui faire comprendre la différence entre eux deux après quoi il délaissa le jeune cadre avant de prendre la porte.
toutefois il brandit une menace particulier à l'encontre de Simon, celui-ci avait plutôt intérêt cesser toutes ces activités et a renoncer a ces rêves de gloire car de toutes façons pour lui maintenant qu'il était démasquer les carottes était cuites

Durant plusieurs minutes Simon fut particulièrement troublé, il savait que Sigmund ne rigolait pas est que des le lendemains Henry Hopkins serait mis au courant de ces petites activités illicites.
Pour lui la situations était plus mal barrée soit il s' enfuyait a l étranger et renonçait a ces rêve de puissance en vivant peinard avec tous l'argent qu'il avait gagner soit il fallait qu'il trouve un moyen de neutraliser Sigmund avant demain matin.
La fuite n'était pas une options envisageable car Sigmund avait avertis Simon qu'a cause de son trafic particulier ce dernier c'était mis les services secret a dos.
Vu la gravité des fait aucun paradis fiscaux ne le mettait a l'abri des espions ou des unités spécial, si celle ci avait décider de l' arrêter elle y parviendrai dune manière légal ou non.
Seulement la prison n'était pas une options souhaitable, lui l'homme affaire le plus douer de sa générations n'allait tous de même pas finir sa vie comme un vulgaire taulard.

Dans les deux cas il était dans une impasse,comment allait t'il se sortirent de ce mauvais pas, il commença a tourner autour de son bureau faisant des aller retour successif devant sa fenêtre pour essayer de trouver une solution a son problème.

Pour lui c'était clair le seul moyen de s'en sortir était de réduire Sigmund au silence, la question c'était comment ?
Comment le neutraliser avant demain matin surtout que personne ne savait ou il était et mais si c'était le cas Simon n'avait aucun homme de mains a sa dispositions sur place pour agir.
Mr Ficsix était en se moment en Russie pour conclure la seconde vente de Quadrihoppes par conséquent il ne serait de retour que dans 2 jours,d'ici la Simon serait déjà derrière les barreaux.
Non Simon était dans une impasse, stopper Sigmund relevait de l'impossible est rein au monde ne pourrait le sauver, soudain en jetant un regard sur extérieur il vit les bâtiments de recherche.
Simon eut alors une révélations, il réalisa qu'il lui restait encore un espoir de s'en tirer ,il avait la chance d'avoir accès au super-calculateur le plus puissant du monde, machine contrôler elle même par l'intelligence artificiel la pus sophistiquée de la terre.
Toute cette puissance permettait d'accomplir des chose impossibles, par les expériences effectuer en laboratoire et surtout depuis l'attaque du monstres Simon savait quelle était le potentiel réel des tours.
Simon se doutait bien qu'une tour activer par Tanit était capable de grand prodige,l'assemblages de matériel métallique qu'elle avait effectuer une foi en était la preuve,Tanit par l intermédiaire des tours pouvait manipuler les flux magnétique, elle arrivait a structurer en entre eux des élément métallique de tous sorte et a les faire se mouvoir.

Simon savait que si Tanit pouvait le faire avec un minium de puissance que serait elle capable d'accomplir avec la puissance que lui conférerait la directive Morrigan.
Puisqu'il n'avait plus rien à perdre Simon devait tenter le tout pour le tout, il fila immédiatement à la section 5.
Grâce au code d'accès que lui avait fourni Anthea il put pénétrer dans la salle du super calculateur.
La particularité du laboratoire numéro 1 c'était qu'il avait un accès directe a la matrice de Tanit ainsi qu'aux sceau de sécurité de la directive Morrigan.
Pour sauver sa peu Simon n'avait qu'une solutions il devait rallier Tanit a se cause et pour ça le filou avait des arguments de poids.

Quand il pénétra dans le laboratoire celui ci était désert, a minuit il était clair qu'il n'allait pas trouver du personnel entrain de travailler ce qui finalement faisait bien ces affaires car il aurait tous le loisir de s' entretenir a Tanit.
Actuellement les systèmes de Tanit était en veille mais quand Simon s'annonça devant la console d'interface tous les systèmes se mirent en marche.
Aux travers du système de projection holographique l'image de la jeune fille fit automatiquement sont apparition et salua instantanément son interlocuteur.

Bonsoir Monsieur Watson lui dit aussitôt la jeune IA.
Bonsoir lui répondit Simon
Comment allez-vous depuis le dernière fois lui demanda Tanit.
Ca va pas fort lui dit aussitôt Simon.
Que ce passe t'il lui demanda Tanit.
J'ai de gros problème lui répondit aussitôt Simon.

Depuis la mise en place de la directive Morrigan Tanit n'avait pas eu l'occasion de revoir Monsieur Watson, pendant presque trois semaines l'IA était restée sans nouvelles de l'homme d'affaires, elle n'avait pas put le remercier pour tout ce qu'il avait fait pour elle et sa mère.
Grâce aux recherches scientifiques effectuées par les équipes de Mr Watson,Anthea avait été en mesure de rejoindre Tanit dans le monde virtuel et ceci grâce à un procédé de virtualisations mis au point par le docteur Kinsley, mais se sont des recherches effectuer par par MR Watson en personne qui avait permis au projet d'avancer de façons considérable.
Mais le procédé devait être encore amélioré car la durée de transfert était encore beaucoup trop courte, une personne virtualiser ne pouvait rester indéfiniment dans le monde de Neo-Carthage, mais Tanit ne doutait qu'avec du temps cela deviendrai possible delors une virtualisations deviendrai infini.
Même si le transfert n'avait pas duré assez longtemps au goût de Tanit cela lui avait permis de virtuellement rencontrer sa mère avant de pouvoir elle l' espérait la rencontrer en vrai sur terre.
Ce merveilleux instant de cette rencontre était enregistré à jamais dans la mémoire de Tanit,revoir la scène boucle lui procurait un immense bonheur,et cela elle le devait a un seul homme...Simon Watson son bienfaiteur.

Quelle ne fut donc pas son plaisir que de pouvoir le revoir en privée,Tanit avait la l'occasion de le remercier personnellement de tout ce qu'il avait fait pour elle et Anthea.
Mais avant d'avoir pour formuler le moindre remerciement elle constata que Mr Watson n'était pas dans son état normal, l'homme avait l'air très soucieux et celui ci affichait une mine plutôt navré, que c'était il passé pour que l'homme d ordinaire si souriant soit d'un seul coup devenu si sinistre d'un seul coup,Mr Watson venait de lui dire que celui ci avait de gros problème, quelle genre d'ennui avait put le mettre dans cette état ceci Tanit voulait le savoir.

Que vous arrive t'il demanda Tanit.
Simon : je suis venu te parler Tanit car j'ai un mauvaise nouvelle a t annoncer
Une mauvaise nouvelle ?!! qu'elle mauvaise nouvelle lui demanda l'IA
Une très mauvaise nouvelle et j'ai bien peur que tu ne vas pas aimer ce que je vais te dire lui dit Simon.

Pourquoi Mr Watson faisait il autant de mystère ? en y regardant de plus près Tanit vit que celui-ci semblait particulièrement hésitant à lui annoncer cette mauvaise nouvelle,qu'avait donc Mr Watson de si terrible a lui révéler pour que ce dernier soit aussi peu loquace, mais pour son plus grand malheur Tanit n'allait pas tarder à le savoir.

Je suis venu te faire mes adieux lui dit Simon.
Vous partez lui fit Tanit surpris
Oui Tanit je quitte la société aujourd'hui même lui répondit Simon.
Tanit : mais pourquoi ?
Simon : j'ai mes raisons, disons plutôt que je suis force de partir.

Simon n'entra pas de trop dans les détails il ne voulait pas dire a Tanit que le problème qui le contraignait a partir n'était rien d'autre que la menace de Sigmund Kessel avait proférer a son encontre.
En homme rusé qu'il était Simon évoqua directement ce que cela impliquait pour Tanit

J'ai donc le regret de t'apprendre que le projet de matérialisation va se terminer lui dit Simon sans détour.
Non ce pas possible lui dit Tanit.
Malheureusement si avec mon départ tous mes projets vont être stopper lui fit Simon.
Vous ne pouvez pas nous avions conclu un accord lui dit Tanit.
L'accord auquel Tanit faisait référence était celui que Simon avait passé avec Anthea il y a quelque semaine, en échange d'un accès privilégié à Tanit Simon permettait à Anthea de retrouver sa fille sur Néo-Carthage.
De ce point de vue là l'homme d'affaires avait tenu ces engagements,Anthea avait pu être virtualiser et de ce fait elle avait put rencontrer sa petite fille virtuel en retour de quoi la scientifique avait permis à Mr Watson d'avoir accès à la matrice de Tanit.
Depuis qu'il avait accès à la matrice de Tanit Simon avait procédé avec son concours à de nombreuses expériences, expérience qui portait notamment sur le contrôle des tours.
Tanit
Tanit était capable d'activer et de désactiver le protocole des tours sans le moindre problème,grâce à ses protocoles très sophistiqués Tanit était en mesure d'interagir avec le monde extérieur et notamment sur les matériaux métalliques.
En générant des flux magnétiques sur puissants Tanit était capables de créer des structures métallique complexe à partir de n'importe quel matériau féromagnétique.

Les scientifiques du laboratoire numéro neuf qui procédait à ces expérience étaient partagée la plus part du temps entre amusement et étonnement, Tanit assemblait et des-assemblait des matériaux métalliques aussi facilement que pourrait le faire un enfant avec des mécanos, c'est avec une aisance déconcertante que Tanit avait réussi à reproduire des versions miniatures de la tour Eiffel ou du pont de San Francisco et ceci avec un minimum de ressources.

Au vu des résultats obtenus un des scientifiques fit une extrapolation des plus intéressantes, celui lui si Tanit disposait d'une puissance énergétique supérieure elle serait sûrement en mesure d'agir sur de plus gros matériaux comme des poutres métallique et ceci à des distances pouvant s'étendre sur des centaines de kilomètres, ce dernier point qui n'avait d'ailleurs pas échappé à Simon qui voyait la un processus a exploiter.

Mais pour l'heure la seule chose qui préoccupait Simon c'était de voir comment Tanit allait réagir à l'annonce qu'il venait de lui faire.
Comme il l'avait supposé l'intelligence artificielle était fortement mécontente,comment aurait-il pu en être autrement Simon venait de lui apprendre qu'elle n'aura bientôt plus la possibilité de revoir sa mère sur Neo-Carthage est peut-être encore moins de pouvoir la rejoindre sur terre.
Cependant Tanit ne comprenait pas les raisons qui obligeaient Simon à ne pas tenir ses engagements, il avait pourtant jurer au professeur Hopper que tous se passerai sans problème,qu'était il donc arriver pour que cet homme revienne subitement sur ces promesses, ceci Tanit voulait le comprendre.

Pourquoi voulez vous rompe votre contrat lui demanda Tanit.
Simplement parce que certains éléments font que je ne serai plus en mesure de tenir mes engagements lui répondit Simon.
Tanit : mais que se passe t'il ?
Simon : il se trouve que j'ai des problèmes et que je vais être obligé de devoir quitter la société de façon définitive est comme tu t'en doute avec ma disparition tous mes projets vont être arrêtés.
Tanit : ce n'est pas une obligation d'autres personnes pourrait reprendre vos projets et les continuer, c'est donc illogique votre départ ne peut avoir aucune incidence sur ses projets.
Malheureusement ma petite Tanit c'est beaucoup plus compliquée que ça lui dit Simon.
Tanit : je ne vois pas de quelle façon cela pourrait être plus compliqué.
Moi je la vois très bien lui répondit Simon
Quelle est donc cette raison lui demanda l'IA qui voulait connaître le fin mot de cette histoire
Simon : la raison est simple Tanit des personnes sont sur le point de stopper ce projet.
Tanit : mais pour quelle raison des personnes voudraient empêcher mère de me rejoindre ?
Simon : c'est parce que ces personnes veulent récupérer leur projet de virtualisations.
Tanit : il veulent récupérer leur projet ?!! mais pourquoi c'est le votre.
Simon : non pas du tous
Tanit : comment ça ?
Simon : vois tu le projet de virtualisations que nous utilisons, je l'ai subtiliser a d'autres personnes.
Tanit : vous voulez dire que vous l'avez volé ce projets
Simon : oui et à cause de ça il est possible que je fasse de la prison.

Simon venait d'avouer à Tanit que le procédé de virtualisations qu'il avait utilisée était en fait un projet qu'il avait dérobé à d'autres personnes ce qui n'était pas totalement faux dans la mesure où les protocoles de virtualisations étaient originaires du monde mystérieux que Arnaud avait découvert, d'une certaine manière Sinon utilisait des programmes qui ne lui appartenait pas ce qui le plaçait forcément sous le coup de l'illégalité et faisait de lui un voleur.

Un voleur doit toujours payer pour ses crimes c'est ce que Anthea avait enseigné à Tanit, si ce que venait de lui dire Mr Watson était vrai alors celui-ci était coupable d'avoir commis l'acte de vol et par conséquent il devait payer car c'était logique selon Tanit.

Cela est parfaitement normal et légitime de payer pour vos crimes,c'est ce que mère m'as appris lui dit Tanit a cet instant.
Elle a parfaitement raison mais de fois c'est pas toujours aussi simple lui répondit Simon
Voler c'est mal insista Tanit.
Ace que je vois Anthea t'as inculque de bonne valeur lui dit Simon.
Mère veux que je suis une petite fille modèle et pour cela je doit être honnête est droite lui répondit l'IA.
Tu peux être fière d'elle,Anthea te donne le bonne exemple j'aurais bien voulu être comme elle et avoir sa droiture lui dit hypocritement Simon.
Oui mère me dit que je suis sa fille est en tant que telle je doit être aussi irréprochable qu'elle comme elle fit Tanit.
Tu sais Tanit les humains ne sont pas parfait, nous commettons des erreurs répondit simon.
Simon :
Tanit : comme voler votre prochains.
Simon : entre autre, mais tu dois aussi comprendre que tous n'est blanc ou noir dans la vie sache que la frontière qui sépare le bien du mal est assez floue et il arrive parfois que des personnes agissent mal pour le bien des autres.
Tanit : c'est illogique ce que vous dites, cette affirmations est contradictoire rien de positif ne peut découler d'une action négative.
Simon : donc pour toi le mal ne peut pas servir a faire le bien.
Tanit : bien et mal sont deux notions radicalement opposé.
Simon : le bien est le mal sur les deux faces d'une même pièce l'un ne peut pas exister sans l'autre.
Que venez vous de dire la demanda Tanit
Simon : cette phrase démontre que tous n'est pas noir ou blanc mais gris dans la vie.
Tanit : cette phrase n'as pas de sens
Simon : pour un être purement logique comme toi sûrement mais pour un être humains réel cela a beaucoup de sens,toi qui aspire a devenir humaine tu devrais y accorder beaucoup plus d'importance.
Simon savait parfaitement que Tanit était un être informatique programmé sur une logique mathématique pure, pour elle les choses pourraient se résumer à des états actifs ou inactifs, le 0 ou le 1 mais en tant qu'intelligence artificielle et conscience de surcroît le concept de la nuance lui échappait totalement.
En vérité Tanit ne pouvait pas différencier le "peut-être" du oui ou du non, c'est ce genre d'incertitude qui empêchait Tanit de se comporter comme un être humain réel.

Ce que Simon cherchait à faire c'était de lui faire comprendre que faire le mal pouvait être une chose bien,mais difficile de faire admettre un tel concept à une intelligence artificielle.Pourtant grâces aux explications que Arnaud lui avait un jour fourni Simon savait qu'il y avait une faille dans la conception de Tanit, une faille que ce dernier allait exploiter sous peu.

Tanit : j'affirme qu'il est impossible que quelque chose de mal puisse engendrer une bonne action.
Simon : et pourtant je peux te prouver le contraire,car je suis coupable d'avoir bien agi.
Affirmation ridicule lui dit Tanit.
Simon : si j'ai voler ce projet c'est que j'avais de bonne raison de le faire
Tanit : rien ne saurait justifier le fait que vous ayez voler même pour une bonne raison
Ah oui et si je te disais que je l'ai fait pour ta mère que répondrais-tu lui demanda Simon.
Que jamais mère ne cautionnerait le vol lui répondit aussitôt Tanit.
Tu est sur de toi Tanit, tu crois qu'elle serait fâché si je lui apprenait que ce que j'ai volé pouvait lui sauver la vie fit Simon.
Tanit : que dites-vous là ?
Simon : que ce que j'ai volé pourrait nous permettre de la guérir.
Mais que dites-vous la mère n'est pas malade fit Tanit.

A cet instant Simon prit un air faussement désolé il afficha a nouveau une mine attriste ce qui interpella Tanit, d'autant plus que L'IA ne comprenait pas ce que pouvait être cette histoire de guérison, sa mère était pas malade sinon elle l'aurait su pourtant Simon allait lui prouver le contraire.

Bien sûr je comprends elle n'allait pas te le dire comme ça, mais il est de mon devoir de t'apprendre que ta mère est atteinte d'une maladie mortelle lui dit Simon.
Que dites-vous la fit Tanit surpris par cette annonce.
Simon : tu as très bien compris ce que j'ai dit, ta mère est mourante.

La nouvelle provoqua un choc terrible chez Tanit, elle ne s'attendait pas à une telle révélation sur le coup elle eut beaucoup de mal à croire ce que Mr Watson venait de lui dire, cela ne pouvait pas être possible il devait y avoir une erreur.
Pour en être sûr elle demanda à Mr Watson de lui fournir des explications sur cette histoire de maladie mortelle.

Mais de quoi souffre-t-elle demanda Tanit
Ta mère est atteinte d'une maladie d'une dégradation des cellules appelées dégénérescence de Pushkin (1)
Tanit : Mère serait atteinte de la maladie de Pushkin ?!!!
Simon : tu connais.
Tanit : j'ai une base médicale très complète dans mes programmes et je sais ce qu'est cette maladie
Simon : donc tu sais qu'elle est incurable et mortelle
Tanit : c'est le cas mais je ne comprend pas comment mère put tomber malade aussi soudainement, cette maladie est trop rare seulement 1 cas 20000.
Je ne suis pas sûr que tu veille le savoir lui dit Simon.
Vous avez comment c'est arrive lui demanda Tanit
Malheureusement nous le savons tous lui dis Simon.
Alors dites le moi, j'ai le droit de savoir fit Tanit.
Tu est vraiment sur de toi insista encore Simon décidément bien réticent a lui dire la vérité"
Tanit : il est important de moi pour moi de comprendre quel est l'origine de cette maladie
Soit alors sache qu'elle est tombée malade à cause de toi lui dis Simon.
Quoi qu'est ce que vous dites-vous la fit Tanit surpris.
Ne fait pas celle qui a mal entendu, tu as parfaitement compris ce que je viens de te dire ... ta mère est tombé malade à cause de toi répéta Simon avec assistance.
Non c'est impossible, il doit y avoir une erreur fit Tanit
Oh nom malheureusement il n'y a pas d'erreur c'est bien toi la responsable de tous ça lui dit Simon avec un certain plaisir dissimulé.
Tanit : mais c'est impossible je ne peux pas être responsable de sa maladie.
Simon : et pourtant c'est le cas, a force de travaillé comme elle la fait pour te donner la vie elle a fini par être contaminée par les radiations du coeur de ta matrice.
Ma matrice !!! fit Tanit
Oui la matrice de ton système émet des radiation est ta mère est resté trop souvent exposé a celle ci, ce qui fait qu'elle a été irradier a la longue lui dit Simon.

depuis le début du projet Tanit,Anthea avait travaillé d'arrache-pied pour créer sa petite fille virtuelle cependant pour effectuer certaines opérations elle était parfois obligée de travailler à proximité de la matrice du super-calculateur se faisant elle avait été exposé aux radiations émises par cette dernière, de toutes évidence son irradiation ne pouvait venir que de la.

Mais ce que Tanit ne savait pas c'est que la matrice de son coeur n'était en rien responsable de la maladie de sa mère, ça Simon se cacha bien de lui dire, le filou tenait absolument à convaincre Tanit qu'elle était responsable de la maladie de sa mère.

Il est vrai que mère s'est souvent accolé à la machine lui dit Tanit
Oui en signe d'amour pour toi, on peut dire que tu lui as mal rendu lui fit remarquer Simon.
Peut-on la soigner demanda Tanit.
Voyons Tanit tu l'as dit toi-même ,cette maladie est incurable et même s'il y avait un traitement Anthea est dans une phase beaucoup trop avancée
Tanit : mais alors cela veut dire que..
... Que tu va tuer ta mère lui répondit Simon.
Non c'est impossible ... il doit y avoir une erreur je ne peux pas être responsable, les examens sont faux mère n'est pas malade.... dit lors Tanit quelque peu débousolle par tous ça.
Si tu ne me crois pas en voilà la preuve, j'ai avec moi la carte magnétique contenant les données médicales obtenues lors de la phase de scannerisation lui dit Simon.
Montrez-moi ça lui demanda Tanit

Sans plus attendre Simon inséra la carte magnétique dans le lecteur de donnée du super-calculateur aussitôt Tanit put prendre connaissance des informations contenues sur celle ci, grâce à sa base de données médicales Tanit put établir rapidement un diagnostique.
Le code génétique était bien celui de Anthea Hopper, en l'analysant en détails Tanit découvrit vite que celui comportait effectivement les signes évidente d'une dégradation cellulaire massive, même si elle avait du mal a l'admettre Tanit fut obligée de constater que Simon lui avait dit la vérité , sa mère était bien mourante.

Alors c'est vrai mère est belle est bien malade fit Tanit.
Tu vois toi-même tu peux le confirmer lui dit Simon fière de lui.
Tanit : ma base de données contient une encyclopédie médicale très détailler et grâce à sa j'ai put établir un diagnostic très précis.
Simon : donc tu as constater par toi-même que sa maladie et donc une dégénérations cellulaires dues à une forte irradiation, irradiation qui provient de ton coeur.

Cruelle vérité à entendre pour la jeune intelligence artificielle, mais il n'y avait pas d'autres explications a tous cela.
Pour être tombé malade d'une façon aussi subite seule une irradiation pouvait en être la cause est la seule source de radioactivité à laquelle Anthea avait put être exposé était incontestablement celle de la matrice de Tanit.
Tanit se sentit d'un seul coup très étrange, une sensation inconnu venait d' accabler son esprit la perceptive que sa mère allait mourir la mis mal a l'aise, sentant que L'IA était trouble Simon en rajouta une couche.

Oui Tanit t'as mère va mourir a cause de toi lui dit Simon.
Il n'y a rien que l'on puisse faire fit Tanit
A ce jours personne n'as trouver de remède, et les maigre progrès réaliser sont insuffisant faute de moyen ou de ressources lui dit Simon.
Mais moi j'ai des ressources infini lui fit aussitôt Tanit
c'est vrai tu as de la puissance de calcul mais se ne suffit pas fit Simon
Je ne suis pas d'accord j'ai la puissance et les connaissances nécessaires si une solution existe je la trouverai lui dit Tanit.
Simon : mais en aura tu le temps en six mois
Tanit : six mois pourquoi ?!
Simon : c'est le temps qui reste Anthea.
Tanit : six mois mais c'est bien trop court pour moi, même en mobilisant toutes mes ressources je ne pourrait pas trouver à temps de remède a temps.

Six mois e délai pouvait sembler court mais c'était bien le cas, a cause de sa maladie Anthea était condamner au trépas, même Tanit est tous sa puissance de calcul ne suffirait pas a trouver un remède dans un laps de temps aussi court, la seule solutions qui s'imposait c'était que sa mère se soigne du mieux quelle pouvait est surtout quelle se repose, mais dans le cas de Anthea c'était déjà trop lui demander.

Je demanderai a mère de se ménager est de se soigner cela me donnera un délai fit Tanit.
je la connais ta mère elle refusa de se reposer et elle continuera à travailler auprès de toi
Tanit : mais c'est de la folie que de continuer en sachant cela.
Simon : tu sais bien qu'elle n'aspire qu'à une seule chose c'est de pouvoir te serrer dans ses bras elle m'arrêtera de travailler qu'une fois son objectif atteint.
Tanit : oui mais si sa vie est en danger elle devra arrêter pour se préserver.
Tu n'a toujours pas compris que ta vie comptait plus que la sienne, ta mère t'aime est elle fera tous pour toi... quitte a en mourir lui dit Simon

Sur ce point précis Simon n'avait pas tort Anthea était tellement obsédée par Tanit qu'elle irait sûrement jusqu'à risquer sa propre vie pour permettre à sa fille de survivre ce dévouement maternel avait de quoi forcer le respect et Simon comptait bien jouer la dessus pour manipuler Tanit,si la fille aimait autant sa mère qu'est ce que cette dernière serait prête a faire pour la sauver ?

jusqu'au bout elle continuera,car tout ce à quoi elle inspire c'est que tu devienne réel fit Simon.
Mais si elle continue à me côtoyer elle ne fera qu'aggraver son cas, c'est logique fit remarquer Tanit.
C'est fatal tu veut dire lui fit Simon.

A cet instant Tanit se sentit complètement perdu de par son d'existence elle condamnait sa mère au trépas et cela lui était insupportable et aucune solution ne semblait se profiler à l'horizon car la maladie dont était atteinte Anthea n'avait aucun traitement sans compter que cette dernière ne ferait rein pour arranger son statut.
Tanit se mura dans le silence, la puissante IA ne savait que faire sinon exprimer une certaine forme de regret.

Mère va mourir à cause de moi fit Tanit en baissant la tête
J'en suis désolé Tanit lui fit Simon sans en penser un traite mots.
Tanit : j'aurais au moins aimé qu'elle me le dise

"On ne peut pas le lui reprocher tu sais,Anthea est vraiment une personne respectable, elle se montre très forte devant toi car elle veut te servir d'exemple afin que tu deviennes la fille de ces rêves et que tu puisses accomplir de grandes choses, vraiment la elle fait preuve d'une noblesse de caractère que l'on trouve rarement chez les êtres humains... je te le dis Tanit tu peut être fière d'elle lui dit Simon dans un long monologue.

Et moi en retour je la tue.... lui répondit Tanit d'un air cynique.
Je ne sais pas quoi te dire si ce n'est que je suis vraiment désolé d'avoir eu à apprendre cette terrible nouvelle lui dit Simon
Au contraire je ne vous en veux pas, je vous en remercie même car maintenant je sais dit Tanit.
Finalement c'est peut être mieux ainsi lui dit Simon.

Le faite d'être au courant de la situation pouvait permettre a Tanit de se préparer a ce qu'il allait arriver, mais pour la jeune intelligence artificielle le coup était très dur à encaisser, elle n'était nullement préparées à faire le deuil d'une personne très chère en tant qu'être informatique sa perception de la mort était très différente de celle des êtres humains ce qui faisait que Tanit ne savait pas comment réagir face à cette funeste situation.

Je ne sais pas quoi faire, je me sens perdu ..si si... fit Tanit l'air triste
Désespérée Tanit désespéré lui fit Simon
Sa doit être ça, je suppose que c'est que vous les humains c'est ça que vous appelé le désespoir.
C'est du désespoir Tanit, c'est ce que nous les humains on ressentent face à une situation contre laquelle nous ne pouvons rien lui expliqua Simon.
Tanit : c'est un sentiment particulièrement horrible,on se sent si faible ... si inutile...
Simon : c'est une réaction humaine typique face a un coup du sort.
Oui mais moi je ne suis pas humaine lui dit Tanit
Simon : mais tu t'en rapproche grâce au effort de ta mère et pour ça tu peut lui en être reconnaissante dommage que toi en retour tu .....

Simon fit exprès de ne pas finir sa phrase pour voir quelle allait être la réaction de Tanit, il espérait bien que celle ci réagisse avec violence, et cela ne manqua pas Tanit fut soudainement gagné par la rage, rage qui venait du plus profond d'elle même, rage qu'elle tirait en partie de sa personnalité humaine.
En fin de compte Tanit n'était pas différente de sa soeur jumelle,toute deux avait en elle cette part de mal qui ne demandait qu'a sortir,sauf que la cette rage n'était pas canaliser contre quelqu'un mais contre elle même.

Il est inacceptable de penser que je puisse laisser mourir mère sans pouvoir faire quelque chose dit Tanit avec énergie
Que veux tu faire lui demanda Simon
Je ne sais pas mais je trouverai lui dit Tanit
Si tu ne sais pas ou chercher comment v'as tu sauver ta mère lui fit remarquer Simon.

Simon était particulièrement agaçant dans ces propos mais c'était bien le but de rechercher Tanit développait une certaine forme de colère, il était temps maintenant pour l'homme d'affaires de juguler les ressentiments de Tanit pour les faire tourner à son avantage.
A la suite de ces propos Tanit ne savait plus quoi dire ni quoi penser, Simon l'avait légèrement désorienter en lui démontrant qu'elle aurait beau faire des pieds et des mains si elle n'avait pas un plan précis tous ces efforts seraient inutiles.
C'est alors que Tanit ressenti une émotion qu'elle n'avait jamais éprouvée à ce jour aussitôt elle fit part de ces impression à Simon.

Je ne sais pas comment dire mais je me sens bizarre a l'idée de ne rein pouvoir faire lui dit Tanit.
C'est sûrement une nouvelle émotion si sa se trouve c'est sûrement de la frustration que tu ressent en ce moment Simon.
Tanit : de la frustration !!
Oui c'est quand on est incapable de faire face à une situation alors qu'on aurait les moyens de le faire lui dit Simon.
Mais c'est vraiment horrible comme émotion fit Tanit.
Oui je suis d'accord avec toi c'est encore pire que le désespoir et ça vois tu on n'y peut rien car face au destin nous sommes tous égaux, on ne peut pas changer le cours des événements lui dit Simon.
Faux !! les événements sont des probabilités influencées par des paramètres déterminées à l'avance lui répondit Tanit.
Simon : cette façon à toi de définir le destin.

La notion de destinée était aussi abstraite pour Tanit de ce que celle du bien et du mal pour la jeune intelligence artificielle il n'y avait que la logique de vrai.
Apres tous elle était un être informatique conçu à partir de calculs mathématiques, ces calculs mathématiques étaient eux-mêmes gouvernés par la logique si comme elle prétendait la destinée n'était que des événements Tanit était en mesure de les prévoir à condition d'avoir tous les éléments en main après tout n'était-elle pas à l'intelligence artificielle plus développée du monde selon sa mère.

Il y avait donc pas de raison qu'elle échoue si il y avait un moyen de sauver sa mère est le trouverai après tout elle était ...

-------------------------- TANIT L'INTELLIGENCE ARTIFICIEL --------------------------

Je suis Tanit l'intelligence artificielle est le jeu peut changer le destin fit alors L'IA
Changer le destin ne servira à rien, c'est dans la logique des choses, chaque personne doit mourir un jour car c'est de la destinée de chaque être vivant lui Simon.
C'est une aberration je suis en mesure de changer le destin et de préserver les gens de la mort lui répondit Tanit.
dece que tu dis est impossible personne ne peut vaincre la mort lui dit Simon je suis tanné de jeu trouverai un moyen de sauver mer

Ça ne changera rien que tu sois Tanit ou quelqu'un d'autre lui dit Simon
Je suis Tanit est rien ne m'est impossible lui répéta sans en démordre l'intelligence artificielle.

À première vue Tanit avait une haute opinion d'elle-même, pour elle tout n'était que logique si il y avait un moyen de sauver sa mère elle arriverait à le trouver.
A cet instant Simon se sentit obligé de rabattre le caquet de l'orgueilleuse intelligence artificielle, il fallait absolument qu'il remette celle-ci à sa place car la situation commençait à lui échapper dangereusement , ce dont Simon avait besoin c'était d'une intelligence artificielle docile qui lui obéisse et non par an à un être totalement incontrôlable qui n'en ferait qu'à sa tête.

Je suis Tanit dit la jeune fille virtuel.
Si je te comprends bien Tanit tu peux tout faire lui dit Simon
Rien ne m'est impossible lui dit Tanit.
Tu es vraiment sûr de toi!! rien ne t'est impossible fit Simon
Je suis Tanit est je peux tout faire lui dit l'intelligence artificielle
Vraiment lui fit Simon avec un brin de suspicion.
Tanit : oui je le peux
Simon : dans ces cas-là sort de ta boîte.

A ce moment Tanit ne répondit rien, la demande que venait de faire Simon semblait tellement folle qu'elle avait pris Tanit au dépourvu car en dépit de sa puissance elle était toujours condamnée à n'être qu'une entité virtuelle.
Par cette simple demande Simon avait réussi à la remettre en place en lui rappelant ce qu'elle était vraiment malgré tout le pouvoir qui était le sien

Tu vois tu viens de trouver tes limites lui fit victorieusement Simon.
Vous... vous avez raison lui dit Tanit a cette instant
C'est une chose que tu semble avoir oublier lui dit Simon.
Dans ce monde je suis toute puissante mais dans le vôtre je ne suis rien fit Tanit qui avait retrouver sa lucidité.
Eh oui tu vois c'est aussi ça la frustration lui dit Simon.
Tanit : quand je pense à tout ce que je peux accomplir dans mon monde et je suis incapable je suis incapable de sauver ma mère fit Tanit en baissant le tête toute confuse.
Simon : pourtant si on n'y réfléchit bien il y aurait une solution
Laquelle dites-le moi fit Tanit en relevant la tête.
Se pouvait-il qu'il existait une solution à laquelle Tanit n'avait pas pensé ? si c'était le cas qu'elle était telle ? concernant sa mère il n'y avait pas beaucoup d'espoir, la maladie connue sous le nom de dégénérescence de Pushkin était réputé inguérissable comment Simon s'y prendrait-il alors pour guérir la mère de Tanit ?
Dans l'attente de cette réponse la jeune intelligence artificielle fixa longuement du regard Simon pour voir ce que celui allait lui dire.

C'est la virtualisations lui dit aussitôt Simon

La virtualisations comment Tanit n'avait-elle pas pu penser à cette solution, c'était tellement évident que sur le coup elle se sentit un peu stupide de ne pas y avoir pensé plutôt.
C'était ça la solution du problème, c'était même d'une logique implacable sous une forme numérique la maladie ne pourrait plus affecter sa mère ce qui donnerait a Tanit tous le temps nécessaire pour trouver un remède.

Mais oui la virtualisations pourquoi n'y ai je pas pensé plutôt se dit Tanit.
Ce serait le seul moyen qui existerait de sauver ta mère seulement tu sais tout comme moi que ce procédé n'est pas au point, les personnes virtualiser ne peuvent pas indéfiniment dans ton monde lui fit remarquer Simon.
Il ne s'agit là que d'une question technique si on me donne les clés de ce processus je serais l'amélioré plus vite que n'importe qui ce n'est pour moi qu'une affaire de quelques jours lui dit Tanit
Évidement ça pourrait être la solution lui fit Simon.
Dans ce cas-là pas de temps a perdre donner moi les clés de ce procédé.
Je regrette Tanit mais je refuse de te donner ces clés lui lança aussitôt Simon

Le sang virtuel de Tanit ne fit qu'un seul tour, à cet instant une émotion encore indéfinie parcourra Tanit le long de son corp,le refus de Simon venait de provoquer un émoi particulier chez elle.
La jeune intelligence artificielle nageait en pleine confusion pourquoi après lui avoir donné la solution pour sauver sa mère , Sinon refusait-t-il de lui en donner les moyens ?

Pourquoi refusez-vous de me donner le seul moyen de sauver mère lui demanda Tanit.
Aurais tu oublier que j'ai voler ce programme lui rappela Simon.

A ce moment la Tanit ne savait pas quoi répondre, sous l'effet du désespoir elle avait complètement oublier que Simon avait dérober le processus de virtualisations a d'autre personne et que dans ces cas la il n'avait pas le droit de s'en servir.
A nouveau Tanit sombra dans le désespoir, Simon venait de la priver du seul espoir qu'il lui était offert de sauver sa mère.
Simon reconnaissait ouvertement se vol ce fut bien la seule fois de sa vie que l'homme d'affaires se montra aussi honnête, mais dans ces arrière-pensées il n'était pas totalement innocent Sinon savait parfaitement que l'honnêteté et la vérité bien utilisée peuvent devenir le pire des mensonges et ouvrent la voie aux pires des actes et c'est bien se qu'il faisait en ce moment avec Tanit.

Comme tu vois Tanit j'ai volé ce programme et par conséquent on n'as pas droit de s'en servir lui dit Simon.
Pourquoi avez vous fait ça lui demanda Tanit
Comme je te l'ai dis je l'ai fait pour une bonne cause lui répondit Simon.
Tanit : vous l'avez fait pour mère
Pour Anthea, pour lui sauver la vie fit Simon.

Personne à part Simon Watson n'aurait pu inventer plus beau mensonge,si il y a une chose qu'il souhaitait plus que tout au monde c'était bien que le docteur Hopper trépas.
Cela faisait des années qu'il haïssait Anthea,il n'avait jamais put supporter le caractère de cette femme, si le docteur Hopkins était un nigaud qu'il pouvait manipuler aisément ce n'était pas le cas avec Anthea.
Cette femme savait ce qu'elle se voulait et surtout elle se méfiait de lui, méfiance réciproque Simon savait qu'elle serait capable de le percer à jour si celui-ci avait le malheur de faire un faux pas.
A plusieurs reprises il avait été obligé de s'écraser devant elle mais en douce Simon préparait sa revanche,L'OPA secrète qu'il préparait depuis 3 ans n'était que la première étape,par la suite il se serait arranger pour que les propriétaire actuel de Cyclotron succombent dans un malheureux accident,accident que Mr Ficsix aurait planifier lui même.
Mais le sort en avait voulu autrement, Simon avait eu la chance de découvrir le secret de Anthea.

Cette dernière avait fournit en secret un super-calculateur au docteur Miller et ceci a l'insu de son mari,ce n'était pas par générosité quelle avait fait ça mais dans un but bien précis.
Le généticien sans scrupules devait concevoir un corp artificiel pour Tanit a partir d'un échantillons d'ADN de la première fille du docteur Hopper, grâce a une mèche de cheveux rose le docteur Miller avait créer une enveloppe cybernétique.

Ce corp cybernétique serait capable de se connecter a n'importe quelle système informatique seulement par contact ,Anthea espérait ainsi transféré la conscience de Tanit a l'intérieur de se corp de façons a ce que sa petite fille virtuel devienne réel , pour se faire le Corp avait été bourré d'une micro-technologie de pointe ,cela se présentait sous la forme d'un réseau nerveux électronique compose de micro filament directement connecter au cerveau dans lequel une micro-puce a Quadrihoppe avait été implanté.

Sur le plan technique ce cyborg était opérationnelle seulement des le début cela faillit être mal engagé, car le matériel génétique fournit par Anthea était un peu périmé , pour exploiter le brin, d'ADN endommagé le docteur Miller avait du remplacer quelque séquence ADN par d'autre afin que le code soit viable.

Le docteur avait donc avertis Anthea que le modèle fourni ne serait pas exactement la copie conforme de l'autre et que quelque différence pourrait apparaître au niveau de la pilosité et du cycle hormonal qui avait été stimulé artificielement

Mais ce détail incombait guère a Anthea du moment que le prototype NX4321' soit livré a temps.
Malheureusement tous ne c'était pas passer comme Anthea l'avait souhaiter le prototype était devenu fou et avait tuer la moitié des scientifiques donc le docteur Miller du laboratoire secret de Brayton Woods d'après le témoignage vidéo d'une certaine Miss Aka.
Anthea appris que cette femme asiatique avait lancer le système d'auto destruction du complexe afin de détruire la chose.

Ce fut un coup dure pour Anthea qui espérait que personne ne découvre se fiasco, malheureusement pur elle Simon avait intercepter la vidéo ,ce dernier avait compris se que le docteur Hopper avait manigancé en douce.
Il en profita donc pour faire chanter Anthea et ainsi tous obtenir d'elle, il allat même jusqu'à la convaincre de servir de cobaye pour l''expérience de virtualisations du docteur Kinsley.
Si l expérience réussissait il aurait la un super procédé qu'il pourrait vendre en douce a des firmes étrangère dans le pire des cas il pourrait se débarrasser de Anthea tous en étant couvert,mais contre toute attente l'expérience fut une double réussite.
Anthea fut virtualiser dans le monde de Tanit et re matérialiser sur terre cependant le retour n'avait pas été sans problème
En analysant le rapport de matérialisation le docteur Kinsley avait découvert que quelque chose avait foiré dans le processus de retour ,
Anthea avait été fortement irradier ce qui allait sûrement déclencher l apparition de malade cancéreuse Simon ordonna au docteur Kinsley de garder cela pour lui,ce que bien entendu le pauvre homme fit de peur de faire renvoyer.
Faute de cancer se fut la dégénérécense de Pushkin qui fit son apparition, quel aubaine pour Simon avec cette maladie que l'on attribue généralement au gens irradier Anthea allait nourrir de façon "naturel" et lui n'aurait aucun mal a faire passer ça pour un accident causé par la matrice de Tanit.
Cette alibi de d'irradiation par le coeur allait aussi servir a Simon pour duper Tanit en la rendant responsable de la maladie de sa mère, maintenant il la menait en bateau sur ces bonne attention avec cette histoire de vol de programme soi disant pour sauver Anthea.

Je pensais avouer la vérité à toi est a Anthea une fois que le procédé serait achevé lui dit humblement Simon.
Vraiment vous avez fait tous sa pour moi et mère lui dit Tanit.
Oui car je tiens a vous même si je ne le montre pas fit Simon
Ces attention me touche fit innocemment Tanit
Mais maintenant c'est trop tard demain tout sera terminé pour moi et les projets seront clôturé fit Simon.
Mais que cela ne vous empêche pas de me donner cette information vitale pour moi et mère lui dit Tanit
Mais tu ne comprends pas Tanit ce n'est pas aussi simple avec mon départ le projet sera stoppé et tu pourras dire adieu à la matérialisation. lui expliqua Simon
Cela ne change rien une foi en possession de ce programme je serais en mesure de l'appliquer
Mais ceux à qui j'ai volé le programme feront tout pour le récupérer car ils savent que j'en suis en sa possession, ils vont faire une enquête et viendrons fouillé le laboratoire,et par extension ils mettront un frein a ce projet et à toutes ses déclinaisons.
Tanit : il n'iront pas jusque la mère sera les en empêcher.
Détrompe toi face a la loi Anthea ne pourra rien, ils feront tout pour récupérer leurs petits secrets et irons peut-être jusqu'à te désactiver et le temps qu'il expertise la matrice cela peut prendre des années.

La dernière remarque de Simon interpella vivement Tanit,si elle venait a être désactiver a coup sur elle ne reverrait plus jamais sa mère car si l' expertise devait durer des années avant qu'on la réactive sa mère serait sûrement morte d'ici la,cette perspective effraya grandement Tanit

Des années !!! mais mère sera morte de son cancer d'ici la lui dit Tanit inquiète
Ou de chagrin lui rétorqua Simon.
Tanit : de chagrins ?!!
Rend toi compte si on te désactive que c'est comme si on lui enlevait a nouveau son enfant, tu peut imaginer ce qu'elle resentira a cet instant lui dit Simon.

Je peux le deviner car mère a déjà perdu ma grande soeur Aelita lui Tanit.
Met toi a sa place elle ne supportera pas de te perdre à son tour fit Simon.
Tanit : je n'avais pas envisagé cette possibilité.
Simon : mais moi j'y est bien pensé, c'est pour ça qu'en ne te donnant pas ce programme je te préserve-toi et Anthea ,ainsi tu pourras profiter pleinement des derniers instants avec elle.

cette action débonnaire de la part de Simon Tanit put la comprendre,grâce a lui Tanit pourra encre passer 6 mois en compagnie de sa mère, mais ces six mois risque d'être très dure pour elle car maintenant qu'elle connaissait la vérité plus rein ne sera comme avant.

Au moins tu pourras passer un temps du temps avec elle est être heureuse lui dit Simon.
Comment pourrais-je être heureuse en sachant qu'elle finira par mourir dans si moi lui répondit Tanit.
C'est la vie on y peut rien fit Simon
C'est injuste lui dit Tanit

Tanit était a point,Simon le savais c'est maintenant qu'il allait jouer sa dernière carte la grande partie de bluff allait se jouer sur ce dernier coup, après tous comme lui avait enseigner son père la manipulation c'est une grande partie de poker pour tromper son adversaire il faut lui faire croire que c'est lui qui a tous les atout en mains pour mieux le plumer ensuite.
Cette règle d'or Simon l appliquait a toute ces activités, duper et manipuler son monde était devenu son passe temps favori.

L'ironie du sort dans tous ça c'est que je serais en mesure de la sauver mais on n'en empêche dit Simon en abattant sa dernière carte
Il doit bien y avoir une autre solution, expliquez leur la situation ils comprendront après tout sauver une vie humaine n'est-elle pas un acte des plus honorables lui demanda Tanit.
Tu te berces d'illusions ma pauvre petite, c'est bien la qu'on vois que tu as encore beaucoup à apprendre sur la nature humaine lui fit Simon.
Tanit : pourquoi ça ?
Simon : je connais ce genre de personne ils n'ont aucune considération pour la vie
Tanit : mais comment est-ce possible ? les humains sont cruel je le sais mas pas sa point la ,on ne laisse pas mourir les gens sans raison.
Tu crois ça lui fit Simon.
Qui pourrait laisser des gens mourir sans réagir se serait monstrueux lui demanda Tanit
Mais c'est monstrueux et sa existe lui dit Simon
Je ne vous crois pas lui répondit Tanit
Dans ce cas-là peux-tu m'expliquer pourquoi de grandes boîtes pharmaceutiques laissent mourir des milliers de gens alors qu'elle pourrait très facilement les sauver lui demanda Simon.
Tanit : il y a là une logique qui m'échappe pourquoi ferait elle ça si des gens sont dans le besoin
Simon : la réponse est pourtant simple, c'est parce que ce n'est pas rentable,ça ne leur rapporterai rien de soigner gratuitement tous les mourant de la terre.
Tanit : l'argent !!!!
Simon : oui l'argent Tanit c'est ce qui fait tourner notre monde c'est ça qui gère bien des choses et des conflits.
Tanit : alors on laisse mourir des gens justes pour de l'argent.
Simon : dehors c'est la jungle seul les plus aise s'en sorte quand au pauvre ils peuvent mourir la gueule ouverte dans le caniveau tous le monde sans fou surtout les riches.
Tanit : mais c'est horrible ça
Simon : ce sont les gens cupide comme ceux qui me menace qui sont responsables du malheurs des autres
Tanit :c'est ignoble
Simon : tu vois au final moi et ta mère nous seront victimes de l'égoïsme et de la cupidité de ces gens la

Simon se tue et n'ajouta plus rien, il voulait laisser a Tanit le temps de bien mediter sur ce qu'il venait de lui apprendre concernant la nature humaine, Simon n'aurait pas put être plus criant de vérité sur la descriptions de ces gens la puisqu'il en faisait partis.
Mettre son ego de coté et faire preuve d'auto dérision pour une bonne cause sa ne tu personne surtout si sa rapporte et ce que voulait Simon il n'allait pas tarder a l'obtenir car Tanit lui pardonna ces fautes.

Mr Watson même si vous avez mal je peux comprendre les raisons qui vous ont obligé a voler ce programme lui dit Tanit.
Je te remercie Tanit de ne pas me juger trop sévèrement pour ce que je fais lui dis Simon.
En revanche je ne peut pas excuser l'attitude de ces autres personnes lui dit Tanit.
je sais c'est dégoûtant mais que veux tu c'est comme ça lui dit Simon
C'est inadmissible de penser qu'on peut rein faire fit Tanit
Simon : c'est comme ça que veux-tu .... quoi qu'il en soit maintenant je vais te laisser car mon temps est compté.
Vous partez déjà lui demanda Tanit
Oui j'ai de chose a régler avant d'aller me livrer a la police fit Simon.
Vous allez vous livrer ? lui demanda Tanit
Oui Tanit je vais y aller la tête haute pour leur montre que j'ai pas peur lui dit Simon
Tanit : c'est courageux de votre part.
Oui car j'ai de l'honneur, du courage moi je laisse pas les gens dans le désarroi si je peux je les aide comme j'ai voulu le faire avec ta mère,car vois tu des personnes aussi merveilleuse que Anthea mérite de vivre et m'inporte qui sur terre qui en aurait le "pouvoir" et même le "super pouvoir" devrait aider des gens comme Anthea sinon leur puissance ne servirait a rien conclu Simon.....

Si avec le coup des "super pouvoir" Tanit ne comprenais pas Simon voulait bien manger du micro-processeur pour le repas de demain
Simon comptait sur l'aide de Tanit pour se débarrasser de son petit problème, mais il savait que L'IA ne ferait rien contre son grès,non il fallait que se soit elle qui fasse le premier pas et ça Simon l'y avait encourager depuis le début, maintenant il était temps de voir ce qui allait ressortir de tous ça.

Bon Tanit j'y vais lui dit Simon
Alors vous y aller fit Tanit
Simon : Oui je dois pas les faire attendre ,permet moi seulement de te dire merci de ne pas m'en vouloir pour tous que j'ai fais pour toi, je suis aussi désolé de tout ce qui arrive alors profit bien des derniers instants avec Anthea avant sa mort.
Mere fit Tanit en baissant la tête
Ne soit pas triste même si a cause de toi elle doit mourir dans d'affreuse souffrance et que le seul moyen de la sauver va t'être retirer juste pour que certaine personne se fasse de l'argent sur le décès de ta mère... sur ceux adieux Tanit se permit d'ajouter Simon en tournant la tête

Simon commença tourna le pas et s'éloigna sereinement de la machine sa dernière petite tirade était tellement immonde que Simon se retenait de rire,la seule qui résonnait a présent dans la pièce c'était l' échos des pas de Simon et le vrombissement de la machine, Simon posa la mains sur la poignée du sas quand soudain Tanit l'interpella

ATTENDEZ lui lança aussitôt l'intelligence artificielle avec un timbre de voix presque suppliant.

À cette injonction Simon s'arrêta net sur place sur le moment il ne prit pas la peine de se retourner,si Tanit l'avait eut en face de lui a ce moment la elle aurait pu voir la joie se dessiner sur son visage, Simon souriait intérieurement car il savait que son petit stratagème avait réussi.
Il se retourna au deux tiers vers Tanit pour lui demander ce qu'elle lui voulait.

Est bien Tanit que se passe-t-il lui demanda Simon
Ne partez pas lui demanda L'IA
Pourquoi ça lui demanda Simon
Il y as une chose donc je voudrai être sur lui dit Tanit
Et quoi donc lui demanda Simon.
Tanit : si je comprends bien ce que vous m'avez expliquez ces personnes qui vous menace son près a laisser mourir mère juste pour accroître leur petit profit égoïste.
C'est à peu près sa fit Simon qui savait que tous ça était faux.

Tanit marqua un léger temps d'arrêt Simon pouvait apercevoir dans la glace de projection holographique l'image d'une jeune fille qui semblait réfléchir et se poser pas mal de questions celle-ci remuait la tête dans tous les gens, sont esprit devait être sacrement agité au point de ne plus savoir ou elle en était.
Soudain elle redressa la tête est fixa Simon droit dans les yeux,l'expression de son visage avait changer a celui de la douce jeune fille c'était substitue celui d'un être au regard sévère, au sourcil froncer,ce fut alors en ces termes que Tanit s'adressa a Simon...

.... Alors je ne les laisserai pas faire lui dit Tanit avec une conviction sans faille.
Que dois-je comprendre lui demanda Simon qui se retourna pour faire face a Tanit.
Pour sauver mère je ferais tout ce qui est en mon pouvoir lui répondit Tanit
Quand tu dis tous ,sa veut dire tous lui fit Simon un peu méfiant.
Je ferais tous ce qu'il faudra lui dit Tanit.
Simon : vraiment tous ?
Tanit : tous.
Irais-tu jusqu'à tuer si il le fallait lui demanda alors Simon.

Cette question laissa Tanit dubitative,pouvait elle tuer ? en avait-elle le droit ? sa programmation n'avait jamais inclus cette possibilité pourtant elle devait trouver une réponse à cette question.
toutefois devant l'incertitude de ce problème elle resta bouche bée, elle ne savait pas comment surmonter cette ambiguïté ce qui finalement la rendait incapable de répondre

Eh bien j'attend ta réponse lui fit Simon qui commençait a perdre patience.
je ne sais que répondre lui dit Tanit.
Qu'est-ce qui est le plus logique selon toi, la vie de ta mère ou celle d'un autre lui demanda Simon.

Tanit ne parvenait plus à peser le pour et le contre là seule choses qui lui importait maintenant c'était de protéger sa mère de tous ceux qui pouvaient la menacer, face aux raisons du coeur la logique n'avait plus sa place dans l'esprit de la jeune IA,sa réponse fut donc sans équivoque.

Tous ce qui menace mère doit être détruit lui répondit froidement Tanit

Simon : même s'il s'agit d'êtres humains lui demanda Simon.
Ce qui représente une menace est forcément nuisible et doit être éradiqué lui dit Tanit.
Alors il nous reste encore un espoir il y a qu'une seule personne qui nous menace, si on peut la neutraliser à temps tu nous sauvera tous les deux moi et ta mère lui dit Simon qui avait repris du poil de la bête.
Alors je détruirais cette personne et je sauverai mère lui répondit Tanit à ce moment là

Simon était très satisfait de la réponse que venait de lui donner Tanit, devant le choix Cornélien qui lui était imposé la jeune intelligence artificielle avait opté pour la solution la plus radicale qui soit.
Simon constata avec plaisir que la théorie de Arnaud c'était avérée exacte, son petit prodige de l'informatique lui avait un jour fait part d'une théorie très intéressante.
Selon lui face à une contradiction insoluble une intelligence artificielle serait capable de transcender sa programmation afin d'y répondre,ce fut le cas avec Tanit.
L'état émotionnel de la jeune intelligence artificielle combinée à la puissance octroyée par la directive Morrigan avait permis à Tanit de supplanter sa programmation de base.
Tuer un être humain lui était impossible car Anthea avait programmé des verrous psychologique qui devait empêcher Tanit de succomber à ce genre de pulsions primaire,malheureusement ces sécurités n'avaient pas tenu longtemps face aux motivations de Tanit.
La volonté de proteger sa mère était plus forte que tous,grâce a ça Tanit c'était affranchi de la plus élémentaire des règles de sa programmation,celle-ci était décidée à détruire toute personne qui représenterait une menace contre sa mère.

Comment se nomme la personne qui nous menace demanda Tanit.
Simon : c'est un homme et il s'appelle Sigmund Kessel.

A SUIVRE






chapitre 32 prise de territoire.

Pitié je vous en prie ne me faite pas de mal supplia l'homme à cet instant.

Mais cette supplique désespérée d'un homme adossé contre un mur resta sans effet, le Skull se saisit de son arme et frappa l'homme en plein coeur, embrocher vivants par la lame en os l'homme expira son dernier souffle.
Au moment où le Skull retira son arme le pauvre technicien commença à se laisser glisser sur le mur laissant une traînée de sang derrière lui.
Le Skull regarda avec mépris le cadavre de cette homme,c'était le dernier humain vivant du complexe, celui ci avait donner beaucoup de fil a retordre au sinistre fantôme car cette loque humaine c'était cacher dans un coin isoler de la centrale pour tenter d'échapper au Skull pendant que celui ci se livrait a son massacre.

Mais Fenrir le loup avait retrouver sa trace, il avait indiquer au Skull ou se terrait la dernière vermine Humaine encore en vit, Skull c'était translate a cet endroit en un éclair pour se débarrasser de l'homme appeler Boris Bogdanoff.
Sa lame souillée par le sang impure de l'humain se rétracta au squelette de Skull l'obscur, aussitôt une multitude de spectre polymorphe firent leur apparition au côté de Fenrir qui sagement attendait mes ordres de son maître.

Seigneur X...... que faisons nous maintenant demanda Fenrir.
Fait venir le sous-marin nous avons des pièces détacher a charger lui répondit le Skull
A vos ordres mon maître dit Fenrir

Le loup s'évapora dans grésillement de pixel ,tandis que Skull se téléporta d'un point à l'autre du bâtiment pour se retrouver en face du super-calculateur gérant cette endroit.
Il s'approcha du pupitre de contrôle et tendit sa mains mi organique mi mécanique qu'il posa sur le clavier, la il fit appelée a ces pouvoirs pour entrer en phase avec la machine, en l'espace de quelques secondes celle si tomba en son pouvoir.
Skull désactiva la plus part des séquence de fonctionnement de la centrale nucléaire flottante
tandis aux abords de celle-ci accosta le sous-marin.

Quand le deuxième réacteur nucléaire fut désactiver Skull ordonna aux clones de passer a la suite des opérations, une partie d'entre eux commencèrent a mettre en place les dérivation d'énergie pour les connecter a l arrière du sous marin alors que les autres transportèrent les cadavres a l'avant du bâtiment, tous les corps furent entreposer tour a tour au fond d'un compartiment réfrigéré qui devait servir de morgue, conserver le matériel au "frais" était important pour Skull des pièces détaché en mauvaise état ne lui servirait a rien pour ces expérimentations.

Fenrir supervisait les opérations quand Skull lui fit savoir qu'il devait aller se régénérer, le loup invita son maître a le faire de suite, mais avant ça Skull lui qu'il devait faire un petit bilan de la situation ce que Fenrir compris aisément
Skull se détranslata de lui même pour apparaît dans la caverne de son monde virtuel, la il entra dans la tour au halo noire, une foi au centre du plateau il s'éleva jusqu'au deuxième ou une interface noirâtre apparu
Skull apposa sa mains dessus et le noms fit son apparitions

---------------------------------------------------- X....... -----------------------------------------------------

suivit juste derrière par le très énigmatique code.....

---------------------------------------------- LAZARUS ------------------------------------------------

Un processus de matérialisation s'engagea, les portes d'un scanner au paroi argenté s'ouvrirent laissant échapper une fumée noire, un être vêtu d'un toge noire fit un pas en dehors avant de sortir complètement, il marcha alors d'un pas sur le long d'un couloir métallique pour finalement arrive dans une petite salle qui ressemblait a un poste pilotage
La l'être pris place sur un fauteuil aussitôt une multitude d' écran de contrôle s allumèrent devant lui, sur certain des données mathématique défilaient a grande vitesse tandis que sur d'autres se furent des images de lieu extérieur.
, sur l'un des écrans le Skull pouvait voir les images de l'usine qu'il venait de conquérir, il ne lassait pas de ce spectacle par contre sur un autre il pouvait prendre connaissance de détail intéressant surtout en se qui concernait les mouvements de ses ennemis.

Cela s'entretenait au plus au point Skull qui voulait savoir ce que ces sales gamins complotaient contre lui, fatigue par ces effort il voulu voir ceci au travers de ces propres eux, il bascula en arrière sa capuche qui dévoila un crâne nue, la il retira son masque qu'il posa sur le coté...

Que nous prépare tu cette foi Jeremie dit le Skull.

Skull observa un bon moment Jeremie pour voir ce que celui faisait ,c'est alors que sur l'image une jeune fille au cheveux court fit son apparition elle enlaça Jeremie au niveau du coup, Jeremie lui rendit son attention en la prenant dans ces bras avant de poser un doux baiser sur ces joues, a cette instant Skull généra une décharge électrique dans sa mains gauche et fit exploser le moniteur qui avait vu jouer cette touchante scène de deux jeunes gens qui s'aimaient.

Galvanisé par la rage Skull remis son masque et repartis aussitôt vers le scanner argente ,il devait absolument reprendre des forces avant de lancer un nouvelle assaut sur Lyoko, pour lui le doute n'était plus permis la guerre était déclaré et il comptait bien faire payer au monde entier ce que l'humanité lui avait fait subir,son désir de vengeance le consumait ce qui finalement arrangeait bien l'obscur.

















chapitre 33 ils sont ... mes origines

10 octobre 2005

Il s'agit du collège Kadic

Tu es sûr de toi lui demanda le docteur.
Il n'y a aucun doute la dessus, je sais que c'est le bonne établissement lui répondit Maeva.
Et pourquoi ce serait ce collège et pas un autre lui demanda le docteur.
Toutes les informations que j'ai recueillies concorde entre elle, se sont les mêmes bâtiments et les mêmes personnes lui dit Maeva.
Si tu n'as pas commis d'erreur ce serait bien belle est bien originaires de cet endroit lui fit le docteur.
Ont pourrais en douter mais j'ai puisé au plus profond de mes souvenirs pour réunir ces informations ce qui fait que je suis sur de moi lui répondit Maeva.
Tes rêves ne sont pas fiable tu le sait bien lui rappela le docteur.
Certes mes rêves sont loin d'être des modèles de certitudes mais pas ceci lui dit Maeva en désignant l'écran de l'ordinateur.

Maeva effectua deux ou trois manipulations sur le clavier de l'ordinateur, à l'aide de sa souris elle finit par ouvrir une fenêtre Internet, la page Web affichée avait une entête écrit en police d'imprimerie donc le titre étaient "les échos de Kadic".

"Les échos de Kadic" qu'est-ce que ça lui demanda le docteur intrigué pas ce mystérieux site francophone.
C'est ma principale source d'information lui répondit Maeva.
Ta source d'information sur Quoi la questionna le docteur.
C'est sur ce site que j'ai trouvé des informations qui visiblement concerne ma vie passée lui dit Maeva.

Joseph avait du mal a comprendre ce que lui expliquait Maeva, comment ce site francophone pouvait-il contenir des informations sur sa vie passée ? Pour le docteur cela ressemblait a un blog ordinaire personnaliser avec un thème sur le journalisme.
Pourtant au dires de sa petite protégée se "blog" serait une véritable mines d'or en se qui concernait ces origines.
De ce côté-là Maeva n'avait aucun doute a se sujet, en explorant a fond le contenu de ces pages Web elle avait trouvé un vraiment gisement d'informations sur son passé, les échos de Kadic lui avait apporté un grand nombre de réponses mais pas assez pour savoir qui elle était vraiment, toutefois Maeva avait incontestablement trouvé une piste à suivre, cette piste unique si elle l'exploitait convenablement cela pourrait s'avérer crucial pour la suite.

Ce qui interpella en premier lieu le docteur dans tous ça c'était de savoir comment Maeva était arrivé à la conclusion qu'il était originaire d'un collège situé en France, la réponse de la jeune fille ne se fit pas attendre elle expliqua qu'elle avait trouvé ce site grâce aux informations collecter lors de son dernier de ses rêves mais aussi avec l'aide de ces pouvoirs.

C'est ce dernier point qui chagrina le plus le docteur, Maeva avait tendance a user un peu trop de ces pouvoirs ces derniers jours, elle passait de longue heures connecter sur Internet a accumulé des informations de toutes sortes ou a discuter avec Kevin son "petit" ami.
Sites de police,Site scientifiques,Sites pour adultes, Maeva épluchait tous ce qui lui passait a porté des doigts et ça parfois a l'insu du docteur.
Son inter-connections avec la machine était presque devenu un passe temps pour ne pas dire une drogue,et cela inquiétait le docteur.

Si dans la société actuel les nouvelles technologie avait fait changer le comportement et les moeurs de certains adolescents trop exposé a ce nouveau média, elles avaient en revanche une influence très surprenante sur le comportement de Maeva.
Depuis ces 5 dernier jours la jeune fille était soudainement devenu très explicite et même très dévergondé et ceci au grand dan du docteur qui ne comprenait pas se qui arrivait a Maeva.

Son attitude avait changer mais pas de façons significative,il lui arrivait depuis 4 jours d'avoir un comportement rebelle et tête en l'air double d'une extraversion des plus explicite, la très timorée Maeva était comme qui dirait en pleine crise d' adolescente accéléré.
Pas plus tard que hier soir lors du dîner elle avait poser des questions très osée au docteur, elle voulait savoir si a 14 ans il fallait mieux quelle fasse l'amour avec un garçons de son âge comme Kevin bien que le fait qu'il soit noir soit un petit problème pour elle ou plutôt quel se rabatte sur un homme plus âgée et plus expérimente comme une certaine personne de sa connaissance.
Elle posa tous un tas de question assez embarrassante au docteur sur la façons d'avoir des rapport sexuel poussé, position, taille pratique elle allat même a demander combien pourrait lui coûter une opération pour se faire refaire les seins.

Si les moeurs sexuel de Maeva ne collait plus avec la jeune fille pudique et chaste du début ce n'était qu'un aspect de son changement ,Maeva développait des tendance assez xénophobes,certains de ces propos frôlait le racisme pur et cela horrifiait le docteur.
Elle disait qui si certains peuple se faisaient la guerre c'est parce qu'il était des primates sous développer tous juste bon a tenir un fusil est as s'entre-tuer, elle considérait aussi les non blanc comme des "races inférieur" et pourtant elle côtoyait par Internet son ami Kevin, il y avait la paradoxe qui ne collait pas avec ces propos.

Mais le sommet de tous fut quand elle évoqua certains passages de "Mein Kanf" de Adolf Hitler ,elle était tomber par hasard déçu mais se livre l'avait fasciné , l'idée qu'une race d'être soit supérieur a d'autres lui faisait étrangement plaisir.
Elle approuvait ces théories est en avait discuter avec le docteur qui avait trouver cela inadmissible qu'on puisse apporter du crédit a de telle horreur, mais Maeva n'était pas d'accord pour elle il y avait un fond de vérité dans tous ça.

La conversation a se sujet avait vite tourner cours, le docteur avait demandé a Maeva de ne plus parler de ça, la jeune fille c'était gentiment exécuter elle dit au docteur qu'elle se montrerait plus discipliner.
Le bon docteur avait cru se que Maeva lui avait dit mais celle ci lui avait menti, de tous les vices quelle avait développer depuis quelle se servait de ces pouvoirs, le mensonge était celui dans lequel elle se complaisait le plus, le soir quand le docteur dormait Maeva filait en douce dans son bureau pour se connecter sur Internet.
Une fois en interface avec la machine elle naviguait sur le réseau ,frôlant l'interdis du bout des doigts Maeva arrivait sans problème a casser les codes d'accès de certain site payant pour s'offrir quelque spectacle bien obscène.

5 jours c'était écouler depuis les premiers test, 5 jours que Maeva se métamorphosait petit a petit en quelqu'un qui n'était pas elle ou plutôt qui n'était plus elle.
Maeva prenait du plaisir a agir comme ça, sa sortit a la fête foraine lui avait donner l'occasion de s'amuser un peu mais pas autant que sur le net.

Se fut en se promenant sur le net qu'un nouveau phénomène étrange était arrive a la jeune fille, elle avait eut une expérience de rêve conscient durant sa transe a nouveau elle c'était mit a rêver du miroir sans reflet.
Celui avait parait il des choses a lui dire,des choses qui concernait son passé, mais avant tous il voulait que Maeva franchise la glace pour passer de l'autre coté.
En temps normal Maeva aurait refuser car derrière le miroir c'était Lyoko, mais cette fois ci Maeva accepta cette condition, la jeune fille n'avait pas peur car quoi que puisse lui montrer comme horreur le miroir sa ne pourrait peut être que la ravir, sa passion pour les psychopathes avait pris de l'ampleur ,elle repensait souvent au meurtre de la petite fille est cela lui donnait des frisson de plaisir, finalement Fenrir avait raison le spectacle de cette homicide avait fait plaisir a Maeva.

Mue par cette Idée malsaine Maeva franchit la glace est ce retrouva aussitôt dans un lieux qu'elle connaissait déjà mais qu'elle n'avait plus revue depuis longtemps.
Maeva était a nouveau dans la cour de recréations de cette école dont elle avait rêver une foi,c'était l'endroit ou elle avait croiser ce blond maigrichons ,ce brun militaire pas sympathique et cette sale bridée de jaune qui avaient voulu la tuer.
L'idée de ce retrouver face a eux ne fit guère plaisir a Maeva,elle qui s'attendait a voir des meurtres sanglant fit déçu, mais heureusement pour elle Maeva disposait de sa liberté de mouvement, la jeune fille en profita pour se mettre a l'abri derrière une colonne pour observer ce qui se passait.

Puisque Maeva était la,c'était le moment pour elle de collecter un maximum d'informations sur cette endroits grâce a sa mémoire photographique Maeva relevait le plus de détail possible sur ce lieux inconnu.
Architecture,disposition des bâtiments, leur appartenances, Maeva collectait tous les indices qui lui permettrait d'en apprendre plus sur ce lieux.
Mais si Maeva voulait vraiment recueillir toutes le informations possible il fallait absolument qu'elle entre en contact avec les personnes présente dans la cours,l'ennui c'est que cela pouvait s'avérer fatale pour elle.
Si ces autres personne ce comportaient de la même manière que les trois autres Maeva était bonne pour s'en ramasser encore une foi pleins la tête,mais le désir de savoir était plus fort que tous Maeva tenta sa chance.

Ce fut donc a pas de loup que Maeva se faufila parmi les autres adolescents,courant d'arbres en arbres afin de les espionner.
au détour d'un platane elle put observer tous les personnes présente dans la cour, a première vu toutes ces personnes étaient des jeunes de son âge donc la tranche était compris entre 12 et 16 ans pour les plus vieux, leur tenue vestimentaire était assez classique et pas vraiment a la mode "States" mais question mode Maeva n'était vraiment pas bien placer pour donner des leçons, elle qui se trimballait un petit complet "Japan style" ne pouvait pas trop la ramener.

Mais outre leur tenue vestimentaire ce fut la langue employer par ces dernier qui surpris le plus Maeva car le langage utilisé n'était autre que le français.
Le français une langue que Maeva avait apprit très facilement ce qui lui permit de comprendre aisément ce que toutes ces personnes étaient en train de dire,si ces personnes étaient des français se pourrait elle qu'elle soit française elle aussi ?

La France serait telle son pays d'origine ? cela serais trop beau pour être vrai,motivé par cette perceptive elle se dirigea vers un autre arbre en prenant soin de pas se faire remarquer,Maeva se rapprocha d'un groupe de filles qui discutaient,Maeva tendit oreille pour écouter leurs conversations.
Seulement Maeva ne c'était pas rendu compte quelle tournait le dos a un petit groupe de trois personnes assise sur un banc derrière elle , attiré par un bruit étrange Maeva se retourna, a ce moment précis la jeune fille tressaillir effroi car le trio en question se composait d'une fille brune est de deux garçons au cheveux blond et noir.
Maeva se plaqua dos contre l'arbre apparemment elle était de nouveau tomber sur le trio infernal, si jamais ils la voyait elle risquait de passer un sale quart d'heures.
Maeva s éclipsa en douceur avant de se rendre compte que le trio en question n'avait rein as voir avec celui de la dernière fois.
La jeune fille brune se tenait au centre alors que les garçons se tenaient juste a coté d'elle, Maeva voulu s'approcher d'eux pour essayer d apercevoir leur visage mais elle jugea que c'était trop imprudent de sa part

En les observant de plus prés Maeva vit que le premier garçon a droite de la fille était vêtus d'un short au rouge et d'un tee shirt bleu ces cheveux blond mal coup lui donnait un coté hirsute.
Maeva se dit qu'il avait un air nigaud, cela se confirma au moment ou il se mit a rire pour on ne se sait qu'elle raison, aussitôt le garçon a gauche de la fille lui dit de se taire sinon il allait le boxer.
Celui qui venait de brandir cette menace était une sorte de maigrelet habille en pull vert il avait une véritable tête parsemée de boutons et portait de grosse lunette ronde.

Si Maeva avait put les décrire aussi facilement c'est parce qu'il venaient de relever pour faire face la jeune fille brune,celle-ci leur en avait donner l'ordre.
Maeva ne parvint pas voir le visage de la fille mais sa voix lui était familière, elle connaissait cette jeune fille est ces deux garçons, ceci Maeva en était persuader.

Maeva voulu savoir de quoi parlaient se groupe ,elle fit l'effort de se concentrer mais tous ce quelle put capter de leur conversations c'est que se trio parlaient d'une bande est de leur secret que la jeune fille brume voulait absolument découvrir.

Le mot secret ne laissa pas indifférent Maeva,de quels bande cette fille parlait-elle ? et quels était ce secret qu'elle tenait tant a découvrir ........................................................................................................................................................................................................CE SECRET C'EST CELUI DE TES ORIGINES ....................

Qui est la demanda Maeva..
Moi fit une voix

aussitôt le décor disparu pour laisser place a l' obscurité, Maeva apercevait a peine se qui se passait devant elle, mais elle sentis comme un présence roder près d'elle comme si quelque l observait.

Tu as fait des progrès a se que je vois lui dit la voix.
Qui êtes vous demanda Maeva.
Qui se je suis mais tu le sais ma petite fit la voix.

Maeva ne dit rien cette réponse l excédait ... "tu sais qui je suis" pour tous ces crétin de monstre,de voix, de miroir c'était évident, mais pour elle sa l'était moins

Si je sais qui vous êtes je suppose que je dois savoir ce que vous me voulez dit Maeva
C'est évident fit la voix
Vous voulez ma mort n'est-ce pas fit Maeva

La voix se tue a cette instant, Maeva sentis bien qu'elle avait vu juste qui que soit la personne ou la chose derrière cette voix ces attentions n'étaient pas différente des autres, Maeva pensa qu'elle venait de lui clouer le bec avec sa réplique mais il n'en fut rein .... au contraire..

Je veux que tu vive lui répondit la voix.
Vous voulez que je vive fit Maeva surprise
Oui ta vie m'est précieuse lui la voix.
Pourquoi...pourquoi voulez vous que je vive lui demanda Maeva
Tu le seras un jour mon enfant ,tu le sera un jours lui dit la voix
Maeva : Non attendez .....

Mais la voix disparu aussitôt elle fut soudain accompagner d'un flash blanc qui tira Maeva de sa transe.
Poser devant l'ordinateur du docteur la fille était encore hébété par se qui venait de se passer,ce rêve ou cette transe l'avait perturbé, certes elle avait découvert des détails intéressant qui pourrait concerner son passé mais elle avait aussi rencontré un nouvel être étrange ,enfin rencontrer c'est vite dit car elle l'avait surtout entendu sans le voir.

La discutions entre elle est lui fut courte mais intrigante car pour la première foi dans ces rêves une créature fraîchement rencontrer voulait que Maeva vive et ceci avait grandement surpris la jeune fille.
Jusqu'à présent toutes les créatures croisé avaient toujours voulu sa mort mais celle ci c'était tous le contraire
Maeva se posa alors deux questions, qui était cette créature ? et pourquoi voulait elle que Maeva survivre ? la créature n'avait pas répondu a cette question , elle c'était juste contenter de dire que Maeva aurait les réponse un jours.

Un jour oui, mais quand ? si Maeva voulait le savoir elle devait précipiter encore plus les choses,pour cela elle allait se servir de tous les éléments recueilli durant son rêve/transe et si il le fallait elle pousserait plus loin l'usage de ces pouvoirs sans se douter que ceux ci la pervertissait a chaque utilisation.

Les pouvoirs de Maeva étaient lier a l'implant situé dans son cerveau et a chaque utilisation celui ci émettait des ondes qui inhibait certain mécanisme psychologique chez Maeva, la production de certaines substances étaient délors facilité, ces dernières contaminaient le corp de Maeva comme un poison,mais en retour ces substances donnaient du plaisir a Maeva ce qui finalement les rapprochaient assez d'une drogue.

Maeva ne s'en rendait pas compte mais elle se droguait sans le savoir aux enzyme naturelle, la surproduction influait sur son comportement sexuel et sur ces pulsion agressive, cela expliquait l'attitude étrange de Maeva depuis ces 5 derniers jours et cela n'allait pas aller en s' arrangeant avec ce que Maeva avait fait.

Avec tous les indices récoltés durant son périple onirique et virtuel Maeva c'était lancer a la recherche de l'endroit quelle avait aperçu, grâce a sa grande mémoire photographique elle avait put relever un maximum de détails fort utile pour ces recherches.
En bonne détective amateur qu'elle etait Maeva avait noter deux détails important, le premier était que les bâtiments étaient ancien est d'une architecture très typique a celle de l'europe, Maeva supposa qu'ils devaient s'agir d'un collège ou d'une université pour tous les jeunes adolescents qu'elle avait rencontrer et puisque qu'on parlait des jeunes ceux-ci constituaient le deuxième indices de Maeva , la langue dans laquelle ils s'exprimaient était indiscutablement le français ce qui voulait dire que les origines de Maeva se situaient peut être en France.

La perspective d'être française ravissait Maeva, elle qui avait un attrait particulier pour se pays et parlait déjà la langue.
Méthodiquement elle étendit ces recherches a se pays,elle se concentra notamment sur les établissement scolaire ,au cours de sa recherche elle en dénombra pas moins de 1400 sur tous le territoire français.
Quelle tuile pour Maeva si il lui fallait passé au crible tous les bâtiments de se pays elle allait en avoir pour des lustres, la seule solution qu'elle avait pour accélérer le processus c'était d'avoir recours à ces pouvoirs.

La jeune fille posa a nouveau ces mains sur le clavier est se concentra, elle entra en interface avec la machine est commença ces recherches, a l'aide d'un logiciel de localisation Maeva effectua toute une série de recherches,elle passa en revue a une vitesse hallucinante tous les sites officiels de chaque collège quelle pouvait trouver,mais rein ne s'apparentait a ce quelle avait vu dans ces rêves.
Ne se décourageant pas elle intensifia ces recherches est au détours d'une page web elle finit par tomber sur un site particuliers.
Elle tomba sur le site officiel d'un collège nommée Kadic, ce noms ne lui inspira pas grand chose mais les photos de présentation des bâtiment présent sur la page furent des plus explicite pour Maeva.

La photo des bâtiments était absolument identiques à ces souvenir,elle vit même celle de la cours ou elle c'était retrouvé pendant son rêve, cette fois ci pas de doutes a avoir pour Maeva il s'agissait bien du même établissement que celui de ces rêves,en approfondissant ses recherches elle tomba même sur les photos de certains élèves du collège.
Mais ce qui fut une véritable révélation fut un liens interne au site de Kadic qui la conduisit sur un autre site appelé les "échos de Kadic".

Elle la quelle ne fut pas la surprise de Maeva que de tomber sur une véritable Mines d'or, ce site était tenu par deux jeunes filles du noms de Milly et Tamya, elles se pressentaient comme étant les deux plus grandes journaliste de Kadic est accessoirement les seules.
Le site fourmillait de nombreuses photos et reportages, Maeva les analysa soigneusement afin d'y déceler un indices et la elle fut vernis.
Sur un photo récente datant de 2005 elle reconnu le trio infernal qui l'avait agressé, qu'elle choc pour Maeva non seulement ils existaient et en plus il étaient tous scolarisé a Kadic,Maeva fouilla le site de fond en comble et trouva pas mal d' information sur eux.

Maintenant elle connaissait leur identité, la jeune fille asiatique qui l'avait agressé s'appelait Yumi Ishiyama elle était âgée de 15 ans et se trouvait en seconde tandis que les deux autres garçons répondaient au noms de Ulrich Stern et Odd della Robbia élève de troisième âgé de 14 ans.
Maeva ne put guère en apprendre plus sur eux mais le fait de savoir qu'ils existaient et qu'il se trouvaient dans ce collège lui suffit a la convaincre que ce collége était le bon.
Mais se qui fut le plus extraordinaire c'est ce qu'elle découvrit par la suite, elle trouva plusieurs articles sur une personne très particulière, une personne qui était semble t'il DJ dans se collège, une personne donc le docteur devait apprendre l'existence tellement cela semblait incroyable, et c'est que précisément Maeva voulait lui montrer.

Donc ces jeunes gens existent vraiment lui le docteur.
Non seulement il existe mais je les connais lui fit Maeva.
Ce qui voudrais dire que tu est d'origine française lui fit remarquer le docteur.
En vérité je suis canadienne lui dit Maeva.
Tu est canadienne !!! comment tu sais ça toi lui demanda le docteur
Je le sais car je les lu dans les échos de Kadic lui fit Maeva.
Dr : Tu as trouvé une trace de toi sur ce site.
J'ai fait mieux que ça, j'ai peut être découvert ma véritable identité lui répondit fièrement Maeva.

La nouvelle stupéfia le docteur ,se pouvait t'il que Maeva est retrouver la mémoire, si c'était le cas bien des réponse allait avoir des questions, ne voulant pas attendre d'avantage le docteur demanda a Maeva se quelle avait découvert sur elle.

Tu sais qui tu est alors lui demanda le docteur
Oui je le sais lui répondit la jeune fille
Dr : qui est tu alors...
Visiblement je m'appellerai Aelita Stones, 14 ans pensionnaire au collège Kadic et élève de troisième d'origine canadienne lui dit Maeva en récitant par coeur le texte trouver sur le site.

Cela sidéra le docteur, mais apparemment Maeva avait semble t-il découvert sa véritable identité , elle s' appellerai donc Aelita !!! si elle était bien canadienne comme elle le prétendait sa serait logique puisque le Wisconsin était proche du Canada il y avait donc des chance quelle puisse venir de la mais pour ça il faudrait quelle est traversé le Minnesota ou le lac supérieur.
Maeva serait donc canadienne mais dans ce cas la que faisait elle en France ? et comment c'était elle retrouver nue et amnésique dans les bois de Kingston Valley.?
Avant de crier au triomphalisme le docteur voulait avoir tous les détails,comment Maeva était elle arriver a la conclusion selon laquelle elle s'appelait bien Aelita Stones

Commet tu peut être sur de ça lui demanda le docteur.
A cause de ceci lui dit Maeva.

Maeva montra alors au docteur la page web quelle avait trouver sur les " échos-de-kadic.org"
la docteur découvrit la photo d'une jeune fille qui était le portrait cracher de Maeva.
C'était incroyable la jeune fille en question ressemblait trait pour trait a Maeva et répondait au noms de Aelita Stones d'après la légende qui était marqué sous la photo.

-------------------------------------------- AELITA STONES --------------------------------------------

Était ce la véritable identité de Maeva ? la ressemblance était certes frappante mais cela ne constituait pas une preuve suffisante selon le docteur.
Pourtant pour Maeva c'était indéniable, cette fille, cette Aelita avait beaucoup de point commun avait elle.
Elle était DJ est adorait la musique tous comme Maeva qui était très douer dans ce domaine,de plus l'article la pressentait comme une intellectuelle avec un grand QI se qui ne la différenciait pas de Maeva.

Je suis Aelita Stones j'en suis sur lui dit Maeva
Je ne sais pas , il y a en effet des similitude entre toi est elle mais il y as aussi des différence lui dit le docteur.
Je sais de quoi vous parler, il y a mes cheveux qui sont bleu alors que les siens sont rose fit Maeva.
C'est déjà un point qui diffère avec toi lui dit le docteur.
Mais qui sait je m'était peut être teinté les cheveux a l'époque pour cacher ma couleur naturelle lui dit Maeva.
Et tu aurais choisir le rose pour faire plus discret ,!! allons sa tient pas debout lui fit le docteur.

En effet Maeva ne supportait pas le bleu de ces cheveux sans compter qu'elle avait une véritable aversion pour le rose,difficile de croire qu'elle puisse avoir choisi une telle couleur a l'époque pour masquer sa tare ,de plus il n'y avait pas que les cheveux en cause.
Le docteur avait remarqué un détails qui la différenciait de cette Aelita, le développement thoracique de Maeva était plus prédominant que celui de l'autre jeune fille.

... Et tu est plus mature que cette fille lui dit le docteur.
Certes ma poitrine et plus grosse que la sienne,mais qui c'est entre cette photo et maintenant j'ai peut être fait une poussé hormonal fulgurante lui dit aussitôt Maeva en cherchant a se justifier.
Tu crois que je vais avaler cette excuse lui dit le docteur.

Maeva voulait tellement croire quelle était Aelita quelle était prête a trouver toutes les excuses du monde pour convaincre le docteur que c'était la vérité.
Malheureusement les faits sont les faits, il y avait trop de point diffèrent entre Aelita et Maeva pour que cette dernière soit cette jeune fille au cheveu rose, cependant il y avait un détail qui ne collait pas.
Si Maeva n'était pas cette Aelita comment pouvait elle se souvenir de Kadic et de toutes ces personnes si elle ne les avait jamais rencontrer ? le docteur ne trouva rien a redire a cela car il était clair que d'une manière ou d'une autre Maeva avait connu ces personnes, comme ultime recours Maeva émis l hypothèse quelle pourrait être la soeur de cette Aelita.
Cette théorie n'était pas bête, l'article faisait référence exclusivement a Aelita mais il ne précisait rien sur sa famille.

Je suis peut être sa soeur dit Maeva.
Sa se pourrait lui dit le docteur.
Sa expliquerai notre différence et notre ressemblance lui dit Maeva.

Maeva serait la soeur de Aelita ?,cette explication en valait une autre,si elle n'était pas jumelle, elles pourraient se ressembler tout en étant différente,si elle était de la même famille elle n'avait alors qu'une seule façon de vérifier.

Nous devons appeler cette personne pour savoir lui dit Maeva.
Tu connais son numéro lui demanda le docteur
Malheureusement non fit Maeva
alors comment veux tu faire lui dit le docteur
Dans ces cas la appelons l'établissement et posons leur la question dit Maeva.
C'est une bonne idée lui dit le docteur.
Alors faisons le tous de suite dit Maeva.
Attend tu as vu l'heure lu dit le docteur.
Oui 18 h32 et alors fit Maeva
Avec le décalage horaire il fait déjà nuit chez eux lui fit remarquer le docteur.

Petit détails que Maeva avait oublier, a cause du décalage horaire il était déjà presque minuit en France,a cette heure ci le collège était ferme,le docteur dit a Maeva qu'il attendrais demain pour appeler cette établissement afin d' obtenir des informations.
Mais la jeune fille n'était pas d'accord pour attendre pour elle il y avait un moyen plus rapide pour obtenir ces informations.

J'ai plus rapide comme méthode lui dit Maeva.
Que veut tu dire lui demanda le docteur
Au lieu d'attendre demain prenons ces information tous de suite fit Maeva
Comment veut tu faire lui demanda le docteur.
Simple je n'ai qu'a me brancher sur le serveur du collège est entrer dans leur base de données pour obtenir ces informations lui dit Maeva
Tu veux pirater leur système informatique fit le docteur
Bien sur c'est la meilleure solutions fit Maeva

A ce moment le docteur dévisagea Maeva d'un air grave, comment avait elle put proposer de ce livrer a une telle activité aussi illégale que le piratages informatique ?
La décision de Maeva était motivé par la logique, elle se doutait bien que le directeur de l' établissement ce Mr Delmas n'allait pas donner des informations aussi importante sur une de ces élèves a des inconnu.
Non pour elle la seule solution c'était de prendre ces informations sans avoir a passer par la case administrations, histoire de gagner du temps chose que bien entendu le docteur refusa.

Il n'est pas question d'avoir recours a ce genre de méthodes lui dit le docteur
Pourquoi ne pourrions-nous pas le faire lui demanda la jeune fille.
Tout simplement parce que ceci est illégal lui répondit le docteur attéré par l'attitude de Maeva.
Pourquoi devrions-nous nous soucier de la légalité après tout il s'agit de mon passé lui rétorqua Maeva.
Ce n'est pas une raison suffisante pour nous comporter comme des voyous lui dit le docteur.
Si vous ne voulez pas vous n'avez qu'a me laisser faire,vous verrez se sera rapide est sans bavure lui dit la jeune fille qui s'obstinait a vouloir le faire.
Il n'en est pas question Maeva !!! je t'interdis d'avoir recours à de telles pratiques lui intima le docteur.
Mais puisque je vous dis que personne ne pourra savoir d'où ça vient si je le fait insista Maeva.
Un mot de plus la dessus et je te consigne dans ta chambre pour toute la soirée lui dit le docteur excédé par tous ça

Le docteur venait de brandir l'ultime menace, il ne supportait plus l'attitude Maeva ,comment pouvait elle croire que le docteur accepterai se genre de pratique sous son propre toit,jamais le docteur ne permettrait a Maeva de pirater les fichiers informatiques du collège Kadic même si cela devait l'aider a découvrir sa véritable identité.
Le docteur se demandait vraiment qu'elle mouche avait piquer Maeva, jamais auparavant cette dernière n'aurait oser se comporter ainsi, elle était devenu obsédé, raciste impatiente et dieu sait quoi encore, non vraiment le docteur ne comprenais pas se qui arrivait a Maeva il ne pouvait que constater les dégâts.
Pour le docteur il n'y avais pas de doutes l'usage trop fréquent de ces pouvoirs lui était sûrement néfaste, ils avaient changer le caractère de la jeune fille et avait fait naître chez elles des caractéristiques particulière, elle changeait mais en mal cela se voyait a cause de ces moeurs sexuelles débridé et de son racismes prononcés, vraiment ça ne ressemblait absolument pas a Maeva d'agir de la sorte.
Il fallait mettre un frein à cette folie c'est pour cela que le docteur interdis a Maeva l'usage d' Internet pour le reste de la soirée.

Internet pour aujourd'hui c'est finis lui dit le docteur.
Non vous pouvez pas lui dit Maeva
Sa suffit encore un mot la dessus et tu file dans ta chambre lui dit le docteur.

Maeva pris la menace très au sérieux,elle préféra calmer le jeu tous en sachant que ce n'était pas terminer pour autant, personne ne se mettrait entre internet est elle, pas même le docteur se jura Maeva.
Plus tard dans la soirée les deux personnes finirent par regagner leurs chambres respectives, mais cette nuit-là Maeva n'avait pas l'intention de dormir elle attendit patiemment que le docteur se soit endormi pour agir
La jeune fille connaissait ces habitudes, elle savait très bien que Joseph avait pour habitude de se coucher aux alentours de 22 heures voir 23 h grand maximum, il lui faudrait donc attendre une bonne heure pour être sur qu'il dorme d'un sommeil profond, par mesure de sécurité Maeva attendit minuit avant de passer a l'acte.

Quand 00 h 00 s'afficha sur l'écran digital de son réveil matin, Maeva savait qu'il était temps pour elle d'agir,elle ouvrit discrètement la porte et marcha à pas feutrés dans le couloir,
elle passa devant la porte de la chambre du docteur et tendit l'oreille contre cette dernière pour s'assurer que le docteur dormait à poings fermés.
A première vue c'était le cas elle entendit un léger ronflement ce qui signifiait bien que son brave Dr c'était endormi.

Sur de son coup Maeva se dirigea vers le bureau du Docteur, arrivé devant elle pénétra à l'intérieur, une chance pour elle le Docteur avait laisser son portable sur son bureau il n'avait pas pris soin de fermer la porte.

Maeva se mit dans le fauteuil en cuir et ouvrit le portable,la elle posa ses mains sur le clavier et commença à se concentrer très rapidement elle entra en transe.
Une fois connectée sur Internet il lui fut très facile d'accéder au serveur du collège Kadic, là elle réussit a cassez toutes les sécurités et les pare-feu sans le moindre problème, elle eut rapidement accès aux données relatives concernant tous les élèves.

Maeva enregistra un maximum d'informations,au passage elle finit même par découvrir l'identité de la jeune fille aux cheveux noirs qu'elle avait aperçus dans son rêve.
Elle s'appelait Elisabeth Delmas elle était la fille du proviseur, Maeva se demanda bien pourquoi cette personne en particulier l'avait interpellé la dernière fois , sans y prêter plus d'attention elle continua ses recherches et en l'espace de quelques minutes elle avait quasiment assimilé l'intégralité du dossier scolaire de tous les élèves du collège Kadic.

Sa besogne terminée Maeva continua à se promener sur internet, pendant plusieurs heures elle navigua sur le réseau et se livra à pas mal d'activité répréhensible mais qu'importe personne ne pouvait la détecter elle ne risquait absolument rien du moins c'est ce qu'elle croyait

Malheureusement pour elle cette nuit la le docteur ressenti le besoin d'aller boire quelque chose, il sortit de sa chambre pour descendre à l'étage inférieur quand il remarqua une lumière bleutée s'échapper de dessous la porte de son bureau.

Le docteur comprit rapidement que quelque chose n'allait pas, il craigna un instant qu'il puisse s'agir d'un voleur, pour faire face à cette situation le docteur prit son courage a deux mains ainsi que le premier objet qu'il put trouver, en l'occurrence ce fut le vase en porcelaine poser sur le petit guéridon.
Certes ce n'était pas l'arme la plus efficace qui soit mais au moins il pourra toujours le lancer sur son adversaire si il le fallait.
C'est également à pas feutrés que le docteur s'approcha de la porte de son bureau, il colla également son oreille pour écouter ce qui se passait à l'intérieur mais il n'entendit rien, aucune activité, aucune personne en train de fouiller il se dit alors que c'était peut-être lui qui avait accidentellement oublié de débrancher son ordinateur il tourna la poignée pour ouvrir la porte mais quand il entra dans la pièce ce qu'il y vit a ce moment là le stupéfia.

Assise sur son fauteuil les deux mains posées sur le clavier de son ordinateur il vit Maeva qui était en train de se connecter sur Internet.
A cette instants le docteur se senti trahi, Maeva lui avait menti alors qu'elle avait promis de se tenir à carreau elle avait sans la moindre hésitation transgressée les règles du docteur et lui avait ouvertement désobéi en usant outrageusement des ces pouvoirs.

Le docteur posa le vase sur le côté et se dirigea en direction de la jeune fille pour la tirer de l'état de transe dans lequel elle était,par contre le docteur devait agir avec beaucoup de prudence, il ne savait pas ce qui pouvait se passer si Maeva était interrompue sauvagement.
Il prit le temps d'observer Maeva, celle ci avait les yeux fermés et semblait afficher un état de béatitude sur son visage signe qu'elle prenait du plaisir a cette instant, pour la tirer de sa torpeur le docteur essaya de l'interpeller en douceur

Réveille toi Maeva lui demanda le docteur en douceur

Mais la jeune fille n'eut aucune réaction, apparemment elle entendait rien le docteur décida alors de retenter l'expérience en interpellant de nouveau Maeva par son prénoms mais ce fut également sans succès la jeune fille était totalement déconnectée à la réalité.
La jeune fille n'avait aucune réaction il essaya de la secouer un tout petit peu pour la faire réagir... mais rien
Il recommença plus fort en adjoignant les paroles aux actes, Mais Maeva semblait imperturbables,puisque apparemment la méthode douce n'avait donné aucun effet le Docteur n'eut d'autre choix que d'utiliser le sevrage rapide.

Il se saisit des mains de Maeva et les retira rapidement du clavier sur lesquels elle étaient posées, à cet instant la jeune fille fut brutalement ramenée à la réalité.
Elle ouvrit les yeux complètement déboussolés part la déconnexions rapides qu'elle venait de subir,à ce moment-là l'ordinateur s'éteignit quand Maeva commença à calculer ce qu'il était arrivé tout ce qu'elle pouvait voir c'était que ces mains été maintenu par le docteur qui la regardait vraiment d'un air très méchant.

Non mais ça va pas la tête qu'est ce qui vous a pris de faire ça lui hurla Maeva très mécontente d'avoir été interrompu.
c'est plutôt moi que devrait te poser la question lui répondit aussi sec le docteur
j'etais connecter sur internet sa se voit pas lui lança Maeva.
Se que je vois surtout c'est que tu as désobéi a mes ordres lui dit le docteur qui n'avait pas envie de plaisanter.

La jeune ne se laissa pas intimider, elle prétexta quelle devait le faire, qu'il fallait quelle le fasse car elle en avait besoin et quelle ne pouvait pas vivre sans
Cette réplique saisit le docteur,visiblement Maeva était devenu accroc a ces transes,ce qui la rendait agressive et désobéissante.
Puisque qu'il en était ainsi docteur n'eut pas le choix,il devait stopper tous ça de façons définitive pour le bien être de Maeva.

Très bien dans ces cas-là je sais ce qu'il me reste à faire lui dit le docteur

Sans plus attendre le docteur ferma l'écran de l'ordinateur portable et débrancha la prise internet, il mit l'ordinateur sous son bras et ordonna a Maeva de regagner sa chambre car demains elle allait avoir des explications a lui fournir sur son comportement, mais rien ne se passa comme prévu, Maeva adopta soudain une attitude étrange.

Vous allez me rendre cet ordinateur lui dit instantanément Maeva.
Il n'en est pas question, je confisque cette appareil pour ton bien lui répondit le docteur.
Vous allez me rendre cet ordinateur lui répéta Maeva en serrant le dents.
Ne me parle pas sur ce ton Maeva lui dit le docteur.
Maeva : vous allez me rendre cet ordinateur sinon je vais vous ....
... tu vas quoi lui demanda le docteur

Maeva ne répéta pas sa phrase une quatrième fois, a cet instant un phénomène étrange se produisit, le corps de la jeune fille se mit à trembler de façons frénétique, sur le coup le docteur cru que Maeva faisait une nouvelle crise,il posa le portable sur le bureau pour aider Maeva.
Mais à peine avait-il touché le corps de Maeva que celui-ci commença à se déformer, le docteur reconnut immédiatement le phénomène qui c'était déjà produits à la fête foraine avec le bras droit de Maeva a part que cette fois c'était tous son corp qui était soumis a cette déformation.
A ce moment la le regard de Maeva disparu complètement, ces pupilles devinrent blanche et avant même que le docteur eut le temps de faire quoi que ce soit la jeune fille lui attrapa le col et avec une force phénoménale elle le projeta à l'autre bout de la pièce.
Le pauvre homme s'écraser contre sa bibliothèque il retomba aussitôt sur le sol accompagné de quelques livres qui lui tombèrent également dessus.

Le docteur était complètement sonné mais pas inconscient il voulut se relever mais il avait très mal au dos cause de l'impact,il put tous de fois jeter un coup d'oeil sur se qui se passait, ce qu'il vit a ce moment la l'effraya.

Maeva venait de soulever son fauteuil,pourtant celui ci pesait pas moins de 50 kilos et Maeva le tenait au dessus d'elle comme si il était aussi léger qu'une plume.
C'est yeux livide et son air diabolique ne masquait pas ces attention , elle voulait écraser le docteur avec son fauteuil
La jeune fille s'approcha de lui assez rapidement, le docteur voulut se relever mais la douleur était si intense qu'il n'y parvint pas il dévisagea Maeva qui se tenait au dessus de lui a présent la jeune fille était totalement inexpressive pourtant un horrible sourire se dessina sur son visage, elle semblait heureuse a l'idée de faire ceci, le docteur mit son bras en avant pour se protéger en sachant que cela serait inutile.
Maeva pris son élan pour lancer le fauteuil au même moment le docteur lui cria son prénoms en dernier recours.

Non Maeva fait pas ça lui supplia le docteur.

A ce moment la quelque chose se produisit, Maeva stoppa son lancer, la jeune demeura immobile en tenant le meuble en l'air a quelques centimètres de la tête du docteur.
Maeva avait réagi à l' adjonction désespéré du docteur, l'expression de son visage redevint normal et ces pupilles firent leur réapparition,elle laissa choir le fauteuil juste devant le docteur qui avait pris conscience de la situation.

Maeva regarda le docteur avait un air apeuré, elle recula le plus loin possible de lui jusqu'à ace qu'elle arrive dans l'angle opposé de la pièce,la elle se laissa glisser contre le mur jusqu'à ce que ces fesses touche le sol,sous les yeux du docteur Maeva se recroquevilla sur elle même jusqu'à prendre une position foetal.
Le docteur voulu se relever pour aller la voir mais la douleur était intense pour le moment qu'il décida d'attendre que celle ce se calme,pendant quelques minutes les deux individu restèrent dans la pièce a s'observer sans échanger le moindre mots.

Au bout de 10 minutes le docteur pris sur lui de se relever malgres les bleus et les courbatures, le choc avait était terrible mais apparemment il n'avait rein de casser, il décida alors de s'approcher de la jeune fille pour voir comment elle allait.
Avec une grande prudence il alla vers Maeva ,cette dernière était toujours replier sur elle même et avait coincer sa tête derrière ces jambes
Prudemment le docteur se mit a genou vers elle pour voir comment elle allait qu'elle ne fut pas sa surprise que d'entendre Maeva pleurer, sur un ton compatissant le docteur lui demanda si tous allait bien

Maeva est ce que sa va lui demanda le docteur.

La jeune fille ne répondit rein , elle pleurait elle ne faisait que ça, le docteur se frotta la mains sur la bouche en signe de perplexité, a ce moment la il réitéra sa question.
La Maeva releva légèrement la tête pour fixer du regard celui du docteur non sans peine elle déglutit péniblement une phrase...

Je suis un véritable monstre dit-elle à cet instant au docteur.

Sur le coup le docteur ne savait ni quoi dire ni quoi faire, vu ce que la jeune fille venait de faire.
Elle avait fait preuve d'une incroyable agressivité doublé d'une force extraordinaire quasiment surhumaine, sans compter qu'elle avait voulu tuer le docteur avec son propre fauteuil, difficile dans ces condition de dire que Maeva n'était pas un monstre.

Mais Maeva n'était pas un monstre car au dernier moment elle avait sus se reprendre, le docteur par son simple appel de détresse avait réussis a atteindre la partie humaine de Maeva.
Le bon coté de sa personne avait immerger a temps pour balayer la colère qui l'animait et par la mêmes l'influence néfaste de ces pouvoirs.
Maeva avait retrouver ces esprit a temps avant de commettre un acte irréparable,durant quelque seconde elle fut pétrifier effroi par se quelle avait failli faire.
Elle avait prit ces distances avec le docteur pour ne pas lui nuire d'avantage,seul dans son coin elle culpabilisait
Maintenant Maeva était une jeune fille était complètement chamboulée parce qu'elle avait failli faire, perdu dans ces pensées elle cherchait des réponses a tous cela en jetant un regard noyer de remords et de larmes.

Qu'est-ce qui s'est passé demanda-t-elle au docteur

Le brave homme ne pouvait pas expliquer ce phénomène de déformations mais en revanche il en connaissait au moins la cause, les pouvoir de Maeva était la cause de tous,les transe qu'elle effectuait chaque connections la pervertissait.
C'était un véritable poison qui réveillait en Maeva les plus bas instincts de la personnalité humaine,comment cela avait il put échapper au docteur ?
Maeva était doper et chaque monter d' adrénaline chez elle constituait un véritable volcan prés a exploser ,volcan qui avait exploser se soir même et failli tuer le docteur

Les émotions chez Maeva était des facteurs déclenchant ,ce qui expliquait la nature de ces rêves quelque chose au fond de Maeva voulait la pousser a mal agir, la peur est la colère était le seul moyen d'attiser la haine chez Maeva.
Cette haine servait a déclencher ces pouvoirs,Vanessa Samuel ou le vendeur du stand tous avait énerver Maeva a un moment ou l'autre et ils en avaient fait les frais en retour en déclenchant une réaction inattendu chez la jeune fille de même quand le docteur l'avait priver de l'usage de l'ordinateur Maeva était dans une condition limite, il en avait fallu de peu pour quelle explose de rage et libère sa vrai puissance.

Si la haine pouvaient activer ces pouvoirs l'amour pouvaient les stopper,aussitôt le docteur serra tendrement Maeva dans ses bras,il voulaient lui témoigner son affection et sa confiance.
La jeune fille fut pris au dépourvu par tous ceci comment cet homme pouvait il l'enlacer d'une façons si chaleureuse après ce qu'elle venait de lui faire.

Tous va bien Maeva c'est finis lui dis doucement le docteur

Durant plusieurs minutes il restèrent enlacer l'un l'autre a se parler, a se promettre milles choses se pardonnant mutuellement leur fautes.
Le docteur compris que Maeva avait droit au bonheur et que ce bonheur lui échapperait continuellement tant quelle ne serait pas qui elle était vraiment,la réponse a tous ça existait mais elle n'était pas dans ce pays.
















----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

chapitre 33 xxxxxxxxx

Londres - 1er octobre 2005 - 00 h 02

Détendez vous Sir nous sommes bientôt arrivées lui dit le chauffeur de taxi.
Je ne serais détendu que lorsque l'on sera vraiment arriver lui répondit Sigmund.
Dans 10 petites minutes nous allons arriver à la gare de Winchester lui dit le chauffeur de taxi.
Dans 10 minutes !!! on ne peut pas faire plus vite lui demanda Sigmund.
Désolées Sir mais c'est vendredi soir, le week end si vous préférez et tous le monde est de sortie expliqua le chauffeur.
J'ai bien choisit mon jour se lamenta Sigmund.
Rassurez Sir vous arriverez a temps pour prendre votre train lui dit le chauffeur.
Je l'espère lui répondit le scientifique avec une pointe de nervosité dans la voix.

Concernant la circulation le chauffeur de taxi avait raison, à cette heure de la nuit les rues de Londres étaient passablement encombrées week-end oblige tous les ouvriers avaient fini leur semaine du coup ils étaient tous sortis faire la bringue ( fête) les pubs.
En cette nuit d'octobre une bonne partie de la classe populaire Londoniene étaient de sortie, et bien entendu ceux qui ne prenaient pas les transports en commun se rabattais logiquement sur leurs voitures se qui avait pour effet de le réseau routier.

Le taxi qui transportait Sigmund avait beaucoup de mal à rallier son point d'arriver tous ce temps perdu ne rassurait pas le vieux scientifique,assis à l'arrière du taxi son porte document bien plaquer contre lui Sigmund trépignait d'impatience ou plus exactement il était très inquiet de la situation présente.
Tous ce qu'il espérait c'était pouvoir rallier la gare le plus rapidement possible afin de retrouver le colonel Perec.
La nervosité pouvait se lire sur son visage, a l'avant du véhicule le chauffeur avait beau dire au scientifique de se détendre celui-ci ne le serait vraiment qu'à partir du moment où il se serait mis sous la protection de l'officier français.

Avec le recul le vieux scientifique se dit qu'il avait commis une erreur en allant affronter directement Simon Watson, cet homme n'était autre que Mr X. le plus redoutable adversaire qu'ils avaient eu à affronter si on ne prend pas en compte Xana.
Bien entendu Sigmund savait que cet homme était dangereux, cette certitude il l'avait acquise grâce a toutes les preuves qu'il avait accumulée contre Mr Watson,cet homme était capable de commettre d'horribles abominations justes pour son profit personnel se qui faisait de lui un dangereux mégalomane.

Un mégalomane donc Sigmund et les services secret s'employaient a contre-carrer les plans,alors que le Colonel Perec et le major Cartwright pédalaient dans la semoule a trouver qui se cachait derrière Mr.X, Sigmund avait passer plusieurs mois a accumulé toutes les preuves nécessaires pour faire inculper le cerveau de l'affaire, grâce a se qu'il avait découvert Sigmund pouvaient envoyer Mr Watson en prison pour le reste de sa vie.

D'où l'importance d'arriver le plus rapidement possible à la gare, une fois sur place Sigmund remettrait immédiatement son porte document au colonel, il était vraiment impératif que les services secret sachent ce qu'il avait découvert car cela concernait l'avenir de l'humanité.
Parmi toutes les preuves qu'il avait réussies à réunir Sigmund avait fait une découverte dés plus étonnantes, il avait découvert l'existence d'une opération appelée les "quatre points cardinaux"
Jusqu'à présent le vieux scientifique n'avait pas compris de quoi il retournait vraiment, mais depuis qu'il avait rencontré Simon il avait pris conscience à quoi faisait référence ces fameux points cardinaux, il s'agissait d'une opération qui consistait à vendre quatre Quadrihoppes à travers le monde sur des sites ultrasensibles d'expérimentation atomique autrement dit des sites nucléaire.

C'était la première pour M. X. fournissait une telle technologie a des sites techniques aussi pointue que celui de la recherche atomique, pour le moments les Quadrihoppes n'avaient été vendu qu'a des laboratoires de simulation, mais cette fois si Simon Watson avait vu grand car il s'agissait carrément de central atomique qui venaient d'être équipe de ces fameuses Micro-puces.

Sigmund avait pris conscience du danger que cela représentait, un danger non négligeable pouvant être lourd de conséquence en cas de défaut ou d'attaque de Xana.
Sur ce point la il n'y avait pas d'erreur, cette information Sigmund l'avait avait appris de la bouche même de M. X.

4 Quadrihoppes et 4 centrales atomique pouvait t'on faire pire, assurément oui
Si la terrible intelligence artificielle qu'est Xana venait a s'emparer d'un site nucléaire par l'intermédiaire du super-calculateurs infecté, Xana aurait en sa possession des armes redoutables.
Il fallait absolument que Sigmund où les militaires empêcher cela, il fallait coûte que coûte neutraliser ces quatre Quadrihoppes et faire échec a l'opérations " 4 point cardinaux "

L'avantage dans tous ça c'est que maintenant que Simon Watson était découvert il ne serait plus en mesure de produire d'autres Quadrihoppes pirates vu que celle ci était les dernières qu'il avait produite avant que le mystérieux phénomène astrophysique responsable de leur activation ne disparaisse.

Tous se qui primait en dehors de l' arrestations de Simon c'était que l'on neutraliser les 4 Quadrihoppe restant avant que Xana n'entre en jeux, mais sans le savoir il était déjà top tard,deux sites était déjà passer sous le contrôle de l'obscur.
Pour Sigmund il fallait au plus vite arriver a la gare afin que le colonel prenne connaissance de ce qu'il avait découvert,malheureusement à cause du trafic ambiant impossible pour le taxi d'aller plus vite surtout que cette nuit la tous les feux tricolore semblaient s'être mis de la partie en passant systématiquement au rouge a chaque coin de rue.
force d'accepter son sort Sigmund était obligés de calmer son impatience et d'essayer de suivre les conseils du chauffeur en décidant de se détendre malheureusement ce dernier gérait plutôt mal son angoisse, sa nervosité avait était palpable et le vieux scientifique était bien loin de se douter de ce qui allait se passer.

Pendant ce temps-là à une vingtaine de kilomètres de Londres une activité singulière était en train de se dérouler dans les sous-sols d'un complexe scientifique très connu.
Dans le niveau le plus secret de l'entreprise Cyclotron un homme en complet noir se tenait face à une grande machine, l'homme bougeait et s'agitait dans tous les sens tandis que sur la vitre d'un projecteur holographique l'image d'une jeune fille suivait avec attention chacun de ces déplacements dans la pièce.

L'homme en question n'était autre que Simon Watson qui était en train de dialoguer avec Tanit,depuis le marché qu'il avait passé avec Anthea Simon avait un accès privilégié au laboratoire numéro 1 de la section 5 est tous naturellement aux super-calculateurs gérant le programme de Neo-Carthage étant donné que Tanit était indissociable de celui-ci.

La raison de sa présence dans ce laboratoire désert a une heure aussi tardive n'était pas anodine,depuis que le professeur Kessel l'avait démasquer Simon était parti en quête d'un moyen de sauver sa peau.
La seule solution qui c'était offert a lui,c'était d'utiliser la puissance de Tanit à son avantage,ce fut pour cette raison qu'il vint trouver la jeune IA a une heure aussi tardive car elle était devenu son seule espoir.
Grâce à une habile manipulation de sa part Simon avait convaincu l'intelligence artificielle de se rallier à sa cause, le vénale homme d'affaires comptait utiliser Tanit pour se débarrasser de son encombrant visiteur du soir.
Maintenant que Tanit avait décider d'agir tous deux était entrain de réfléchir a une solution sur la façons donc il allait pouvoir gérer le problème,seulement il leur fallait faire vite car le temps était compté.

Nous devons l'intercepter fit Simon.
Avez vous une suggestions a me faire lui demanda Tanit.
Pas la moindre et toi lui demanda Simon.
je manque d' informations sur ma cible, impossible pour moi d'établir un plan lui fit Tanit
Simon : que voudrais tu savoir
Sa position serais pour moi une précieuse donnée, la connaissez vous demanda Tanit
Malheureusement Tanit je n'en ai pas la moindre idée pour le moment fit Simon.
Le localiser est essentiel pour moi fit Tanit
Je n'en doute pas mais comment savoir ou il se trouve lui répondit Simon.

Impossible pour Tanit d'agir efficacement car elle ignorait ou se trouvait le professeur Kessel,elle expliqua a Simon que si elle avait au moins une indication sur la positions de Sigmund elle serait en mesure d'intervenir sans quoi cela lui serait impossible.
Mais Simon n'avait aucun élément a fournir a Tanit pour que celle ci puissent agir,mais soudainement il lui revient en mémoire un détail qu'il avait mis de cote il y'a fort longtemps le jugeant anodin

J'ai peut-être quelque chose dit-il a Tanit à cet instant.
Vous avez une piste demanda Tanit a moment-là.
En faite j'ai son numéro de portable lui répondit Simon.
Si vous avez son numéro de portable cela ne suffira amplement lui dit Tanit
Sa te suffira lui demanda Simon
Avec ceci c'est même l' idéal lui répondit Tanit.

Puisque cela pouvait être utile Simon commença à fouiller dans la poche interne de son veston là il en sortit son petit agenda électronique sur lequel était consigne tous les numéro de ces contact personnel et professionnel.
Il pouvait paraître surprenant que Simon est en sa possession le numéro prive de Sigmund,mais la raison en était simple.
Depuis le premier août Simon avait reçu l'ordre de Anthea que ce dernier prenne contact avec Sigmund de façons a ce que celui-ci puisse venir s'expliquer devant le conseil d'administrations de Cyclotron .
Anthea avait demander a Simon de contacter le professeur Kessel lui même car si anthea l'avait fait elle même elle aurait sûrement insulté Sigmund au téléphone , malheureusement les tentatives d'appels de Simon était toujours resté sans réponse, il n'avait jamais réussi à entrer en contact avec le vieux scientifique, car a chaque foi la ligne sonnait en dérangement.
N'ayant pas réussi au de 20 tentatives Simon avait complètement abandonné l'espoir de joindre Sigmund, il avait fais part de ceci a Anthea qui avait décider d'agir elle même, au final Simon avait fini par laisser traîner le numéro au fin fond de son agenda sans se douter qu'un jour cela s'avérerait utile de l'avoir conservé.

Oui j'ai bien son numéro de portable répondit Simon en consultant son agenda.
Bien donner le moi demanda Tanit.

Sans perdre un instant Simon dicta les chiffres inscrit sur son agenda,Tanit les saisi de façons automatique dans un programme spécial, une fois tous les chiffres intégrés Tanit se connecta sur Internet et commença à effectuer des opérations pour le moins étrange se qui ne manqua pas d'interpeller Simon.

Tanit que fais tu lui demanda Simon.
Je me sers de son numéro de téléphone pour l' appeler lui dit Tanit.
Mais à quoi cela va-t-il de servir fit Simon.
Très simple dès que j'entrerai en contact avec lui grâce je pourrais très facilement déterminer sa position et le suivre a la trace.lui répondit Tanit.
Comment vas tu faire pour le suivre si il raccroche son téléphone demanda Simon
Je vais implanter un mouchard dans son portable qui me permettra de le Geo-localiser ou qu'ils soit fit Tanit
Tu est capable de faire ça lui dit Simon.
Je suis Tanit l'avez vous déjà oublier lui fit l'intelligence artificielle

Pas de doutez a avoir Tanit avait vraiment une haute opinions d'elle même,ce qui risquait de poser des problèmes par la suite mais pour l'heure Tanit était utile a Simon ce dernier statuerai plus tard sur son éliminations une foi qu'il se serais emparer du super-calculateur.

De son coté Tanit préparait son système, il ne lui fallut que 30 secondes pour créer un petit Spyware qu'elle allait directement implantée dans le téléphone de Sigmund une fois que celui-ci aurait décrochée.
Ce petit Spyware allait émettre un petit signal régulier qui permettrait a Tanit de localiser Sigmund ou qu'il se trouve ,cette technique était très souvent employée par d'autres personnes notamment un petit génie aux cheveux blonds connus de tous qui usait de la même technique.
Mais l'usage auxquelles destinait Tanit était bien loin d'être aussi pacifique que celui de Jeremie.

Tous est prés dit Tanit.
Qu'est ce qui est prés demanda Simon.
Mon système de repérage est au point, je vais pouvoir localiser ma cible répondit Tanit.
Parfait, alors vas y lui dit Simon.

À ce moment-là le reflet de la jeune fille dans le miroir commença a s'entourer d'une aura violette, celle ci enveloppa la jeune fille tandis que sur les écrans de contrôle les paramètres du système commencèrent a s'affoler.
Sur la muraille Nord de Neo Carthage l'une des 5 tours qui avait été édifier récemment se mit a vibrer,cette dernière fut a son tour entouré d'une fumée violette, Tanit par le biais de son pouvoir sur la cité venait d'activer une tour a son profit.

Tour activé dit-elle à cet instant à Simon.
Que compte tu faire avec lui demanda Simon.
Cette interface vas m'être utile pour le suite de mon plan fit Tanit.
De quels plan parle tu lui demanda Simon.
Vous verrez bien répondit Tanit.

Simon ne put rien obtenir de plus de la part de Tanit,visiblement L'IA avait déjà une stratégie, la première étape pour Tanit consistait a réunir des informations pour ensuite établir un plan d'attaque.
Pour commencer elle devait localiser Sigmund, par l'intermédiaire de la tour activer Tanit réussit à entrer en connexion avec Internet bien qu'elle pouvait déjà le faire sans user d'une tour mais ce qu'elle avait à faire était très particulier et nécessitait une interface de contrôle extérieur ...autrement dit une tour.
A l'aide de la tour Tanit se brancha automatiquement sur le réseau téléphonique pour s'interfacer avec le centrale téléphonique le plus proche,de la l'influence de Tanit se répandit
sur une bonne partie du réseau seulement sa couverture d'influence était limité a 50 kilomètres,si Sigmund se trouvait dans le secteur Tanit serais alors en mesure d'agir du moins c'est ce qu'elle croyait.

Une fois connecter Tanit composa le numéro de portable du vieux scientifique,au même moment alors que celui-ci était dans le taxi qui le conduisait à la gare de Winchester Sigmund sentit quelque chose bouger dans sa poche, surpris sur le coup il réalisa bien vite qu'il s'agissait de son portable.
Ce dernier l'avait mis sur le mode vibreur pour ne pas être dérangé, le fait que son télephone sonne intrigua particulièrement Sigmund qui pouvait donc l'appeler à une heure aussi tardive?
Il posa sa serviette sur le côté et se saisit de son portable, il vit que le numéro affiché était un appel inconnu, pousser par la curiosité Sigmund voulu savoir de qui il s'agissait, il commis alors l'erreur de décrocher son portable.

Allô oui qui est à l'appareil demanda à ce moment-là le vieux scientifique.

Mais a l'autre bout du fil Sigmund ne put percevoir qu'un signal continu, apparemment il devait sûrement s'agir d'un faux numéro.
Sigmund raccrocha son portable sans se douter de ce qui se venait de se passer, en décrochant pour lui répondre Sigmund avait permis a Tanit de lui implanter son Spyware,maintenant celui-ci émettait de façon continue à travers le portable un signal qui permettait à Tanit de suivre le vieux scientifique à la trace et ceci quelle que soit l'endroit où il se trouve.
Il fallut encore moins de temps a Tanit pour localiser Sigmund, d'après le plan qu'elle avait ne mémoire celui ci se trouvait a Londres entre la douzième et treizième rue.

Cible localiser dit Tanit.
Tu l'as trouver lui demanda Simon.
Affirmatif notre objectif et actuellement a Londres au coordonner XX-XX-XX sa vitesse de déplacement est de 30 kilomètres/heure fit Tanit avec une précision digne d'un radar.
Tu est sur qu'il s agit de notre objectif lui demanda Simon
Oui je suis affirmatif sur ce point-là répondit Tanit.
Si il est a Londres sa va être coton pour l'intercepter dit Simon.
Au contraire cela présente un grand avantage lui dit Tanit.
Que veux tu dire fit Simon.
Vous allez rapidement comprendre lui dit Tanit

Tanit se concentra , une nouvelle fois une aura violette commença a entouré la jeune IA tandis que sur la muraille la tour active se teinta de pourpre.
Tanit voulu activer d'autres systèmes auxquelles elle n'avait pas encore accès malheureusement à ce moment-là la puissance lui fit défaut, la zone qu'elle devait couvrir demandait plus de ressources que Tanit n'en avait a sa disposition

Je n'y arrive pas lui dit alors Tanit.
Que se passe-t-il lui demanda Simon.
Je ne parvient pas à me connecter aux système donc j'aurais besoin lui dit Tanit.
Pourtant tu peut bien casser n'importe quelque code de sécurité il me semble fit Simon
C'est déjà fait mais je n'ai pas assez d'énergie pour utiliser ces systèmes répondit Tanit
Pourtant tu as une pile atomique comme source d'énergie sa devrait suffire fit Simon.
Oui mais a l'heure actuelle ma puissance et trop limité pour que je puisse intervenir sur une si grande distance lui dit Tanit.
Ne peut tu rien faire pour pallier ce problème lui demandas Simon.
Moi non !! mais vous vous pouvez m'aider lui dit Tanit.
Moi !!! Comment pourrais je t'aider lui demanda Simon.
Vous devez désactiver les sceaux de protection de la directive Morrigan lui dit Tanit.

Depuis que la directive Morrigan avait été mit en place celle-ci n'avait pas été employée à sa pleine puissance et pour cause des sécurités avaient été installé un peu partout sur le super-calculateur afin de limiter la puissance de la machine.
Ces sécurités se pressentaient sous la forme de 4 grosses clé de forme cylindrique insérée à des endroits stratégiques du super-calculateur, ces dernières inhibaient la puissance de la machine empêchant Tanit d'user de tous son pouvoir.
La particularité de ses clefs étaient leur nature, celle ci étaient composé d'un type de plastique très spécial, ce matériau composite de nouvelle générations étaient insensible au flux magnétique ,Tanit malgres sont contrôle sur le champs de force magnétique n'avait aucun moyen d'intervenir sur ces éléments pour les désactiver elle même, seule une intervention humaine était en mesure de l'aider a user de toutes sa puissance.
Et c'est justement ce que Tanit était en train de demander a Simon, elle voulait que celui-ci lui donne accès à plus de puissance.

Si vous retirez la première des 4 clés ma puissance augmentera de façon considérable lui expliqua Tanit.
Tu veux que je retire une des clé lui fit Simon
Oui j'ai besoin de puissance pour agir et il n'y a que vous qui puiser me la donner cette puissance lui dit Tanit
Écoute Tanit je ne sais pas si on devrait ... lui dit Simon qui curieusement était devenu hésitant.
Je ne laisserai pas mourir mère lui dut Tanit avec instance
Oui je sais fit Simon
Alors donner moi cette puissance lui ordonna presque Tanit

A vu de la situation Simon n'avait pas trop le choix ,c'était la clé ou la prison,Simon fut obliger de s'exécuter.
Tanit lui expliqua se qu'il devait faire, il y avait quatre clés de sécurité incarnant chacune des niveaux de puissances différentes représenter par des couleur spécifique.
Vert pour le niveau 1,orange pour le niveau 2,rouge pour le niveau 3, noir étant le stade ultime de la directive Morrigan.
Simon s avança vers le premier panneau de contrôle, la il ouvrit celui-ci et effectivement là première clé de contrôle si trouvait, Simon mis la main sur la poignée et fit pivote la clé d'un car de tour sur la droite,il sentait une léger souffle de vapeur s'échapper de celle ci,a ce moment la il commença a retirer légèrement la clé en arrière au fur et à mesure qu'il retirait le cylindre les contacteurs s'activaient chacun a leur tour, sur les écrans de contrôle de la machine le stade vert venait d'être activé d'un seul coup la puissance de Tanit venait d'être multipliée par deux.
Le rayonnement lumineux de la tour et de Tanit c'étaient également accrue de façons considérable durant un cours instant les yeux de Tanit devinrent violet incandescent.

J'ai maintenant la puissance nécessaire dit Tanit a Simon
Tu est donc en mesure d'agir lui dt Simon.
Affirmatif le niveau 1 me confère un pouvoir colossal lui répondit Tanit.
Et que vas-tu faire lui demanda Simon
Je vais passer à la suite des opérations, maintenant que j'en est la puissance lui répondit Tanit

A nouveau Tanit se concentra ,mais cette fois ci elle réussit son entreprise à proximité de l'endroit où se trouvait le taxi de Sigmund des éclairs de couleur violette commencèrent à jaillir d'un peu partout des systèmes téléphoniques, ces derniers se propagèrent à grande vitesse a commencèrent à frapper plusieurs points de contrôle des systèmes de surveillance de Londres,aussitôt sur les écran du super-calculateur la les paramètre de fonctionnent disparurent aux profits d'images vidéo

Qu'est-ce que tu est entrain de faire lui demanda Simon
Je suis en train de prendre le contrôle des caméras de surveillance de Londres lui répondit Tanit.
Tu peut faire ça lui dis Simon surpris
Je peux tous faire ... Je suis Tanit lui répondit l'intelligence artificiel ace moment la.

Doper par le niveau 1 Tanit était maintenant en mesure de contrôler tous les réseau vidéo surveillance de Londres
Il faut savoir que Londres est connu pour être la cité de Big Brother, des caméras étaient truffé un peu partout dans la ville pour surveiller cette dernière,mais Tanit avait réussi a en prendre le contrôle maintenant elle pouvait surveiller et suivre le déplacement de n'importe quelle personne.
Mais une seule entité humaine l' intéressait en particulier, grâce aux informations qu'elle avait sur Sigmund elle effectua une recherche très précise par le biais des caméra et celui de son Spyware Tanit ne mit pas longtemps a détecter l'endroit où il se trouvait à ce moment la.
Une caméra fixer sur un poteau localisa sa présence dans une taxi actuellement immobilisé à un feu rouge, Tanit fit mouvoir la caméra et effectua un zoom sur l' habitacle du taxi d'abord elle se focalisa sur le chauffeur puis sur son passager,au travers de son écran monochrome Simon reconnu immédiatement Sigmund.

C'est lui cria t-il a cette instants en regardant Tanit.
Cible confirme lui dit Tanit sans s'émouvoir a cet instant.

Simon se tourna vers le reflet de la jeune fille dans la glace, il demanda si celle-ci était en mesure de l'intercepter mais la réponse de la jeune fille fut négative,le taxi étant isole de la route par ces pneu Tanit ne pouvait ne le foudroyer ni le magnétiser.

Désolé ce véhicule échappe totalement à mon contrôle lui répondit la jeune intelligence artificielle.
Quelle poisse dit Simon qui ne voyait comment faire
Pour intercepter ma cible il me faut plus d' informations lui dit Tanit.

Pour établir une stratégie Tanit avait besoin de savoir ou se rendait le taxi, a l'aide de la caméra du poteau Tanit releva le numéro d'immatriculation du taxi après avoir identifié ce dernier elle se connecta immédiatement sur le système informatique qui gère les taxi Londoniens.
La elle parvint a découvrir des informations très intéressant sur celui-ci, en piratant le GPS du taxi elle finis par savoir ou celui ci se rendait.

J'ai découvert la trajectoire du taxi dit elle a Simon
Ou vas t'il demanda ce dernier
Selon l'itinéraire qui a été programmer celui ci se rend a a la gare de Winchester lui dit Tanit
la gare de winchester que diable vas t'il faire la-bas se demanda Simon.
Peut importe maintenant que je sais ou il va je vais pouvoir agir lui dit Tanit.
Que va tu faire lui demanda Simon
D'après leurs itinéraires ils vont passer à proximité d'un chantier en construction située à une intersection lui dit Tanit
Et alors fit Simon
Si je ne peut pas agir sur le taxi il n'en est pas de même pour les reste des infrastructure lui répondit Tanit.

Tanit expliqua alors a Simon le plan qu'elle venait de concevoir, celui-ci le trouva brillantissime, la question était de savoir si Tanit serait en mesure de l'appliquer.
Mais Tanit n'avait aucun doute la dessus grâce a la puissance que lui avait octroyer Simon en retirant la clé ce genre d'exploit était maintenant a sa porté.

Tu crois pouvoir réussir à agir de cette façon-là lui demanda Simon.
Grâce a vous J'en ai les moyens maintenant lui répondit l'intelligence artificielle
J'en doute lui dit Simon plutôt septique
Rassurez vous, vous allez bientôt assister à un spectacle unique lui dit Tanit sur de son coup.
Je ne demande qu'à voir le but répondit l'homme d'affaires.

Le plan que venait de concevoir Tanit était brillant, dans quelques minutes Simon allait avoir une démonstration flagrante des incroyables pouvoirs de Tanit.
Surveillant de prés la trajectoire du taxi, Tanit commença à préparer ce qui allait être un piège mortel pour Sigmund,grâce a de savant calcul Tanit fit une estimations précise de la situations, afin de déterminer a quelle moment précis le taxi arriverait dans la zone du traquenard.
Pour tendre son piège Tanit visualisa la zone ou celui ci serait tendu,grâce aux caméras se trouvant a proximité elle put avoir une vue d'ensemble sur le chantier et sur la route par laquelle le taxi allait arriver.
Aussitôt des éclairs commencèrent à jaillir du poteau électrique d'une des caméra de surveillance, certains allèrent frapper le caisson électronique qui contrôlait les feux de circulation du secteur tandis que les autres se dirigèrent vers le chantier.

Et la que fait tu lui demanda Simon
Je viens de prendre le contrôle des flux de circulation lui dit Tanit
Tous se passe comme prévu lui dit Simon.
Je n'ai plus qu'a attendre notre cible lui dit Tanit
c'est parfait lui répondit Simon en souriant

L'attente ne fut pas longue au coin de la rue le taxi fit son apparitions, maintenant celui commençait a longer la route qui bordait le chantier pour arriver a la prochaine intersection,ce dernier roulait a vive allure car la route c'était un peu dégager il talonnait de prés la voiture que se trouvait devant lui, a ce moment la le feux de circulation passa subitement au rouge surprenant le chauffeur de la voiture de devant qui dut piller les freins malheureusement pour lui cette action surpris le chauffeur de taxi qui eut pas le temps de réagir.
Le chauffeur appuya rapidement sur les freins mais pas assez vite pour empêcher son taxi de percuter l'arrière-train de la voiture devant.
Le choc ne fut pas violent grâce au réflexe du chauffeur mais sur le coup cela stoppa net le véhicule, arrêt brutal accompagné d'un petit bruit de tôle froissée sur le coup Sigmund fut légèrement jeté en avant ma sa ceinture de sécurité le protégea de tous choc grave.
Quand le calme fut revenu le chauffeur lança un juron avant de se retourner pour demander a son passager si tous allait bien

vous n'êtes pas blesser Sir demanda le c
Non ça va lui dit Sigmund
Désole Sir nous avons eut un problème fit le chauffeur
C'est ce que je vois lui répondit Sigmund
Ne bouger je vais aller voir se qui se passe Sir fit le chauffeur.

Bien que cela n'arrangeait pas Sigmund le vieux scientifique n'avait pas le choix ,il devait attendre pour voir comment aller évoluer la situation.
Le chauffeur sortit rapidement de son véhicule pour constater les dégâts à l'avant du véhicule, le chauffeur de l'autre véhicule sortit également pour faire le même constat sur son arrière train,
la rencontre entre les deux conducteurs fut peu cordial, il entamèrent tous deux une dispute pour savoir a qui incombait la faute, l'un reprochait a l'autre d'avoir piller sauvagement tandis que l'autre reprochait au précèdent de l'avoir talonner de trop prés,si il n'avait pas été anglais et de surcroît bien discipliner ils en seraient sûrement venu au mains.

Ce remue ménage perturbait la circulation,surtout que le feu tricolore s'obstinait a rester au rouge, les occupant des voitures de derrière klaxonaient comme des malades se qui était loin s'arranger la situation
Assis a l'arrière du véhicule Sigmund se disait qu'il jouait de malchance sur ce coup la ,mais hors de question pour lui de quitter le taxi a l'intérieur il était en sécurité du moins c'est ce qu'il croyait.
Au travers de l'objectif noir teinté de la caméra de sombre yeux violet observait la scène avec beaucoup de mépris,celui ci se traduisit soudain par l'apparition d'éclair violet qui redoublèrent d'intensité.
Maintenant l'une des caméras commence à s'orienter en direction de l'édifice qui était parcouru par du courant électrique.
les structures métalliques de l'immeuble étaient devenu un vrai champs d'éclair électrique ,ceux ci se promenant de long en large est de bas en haut atteignant toutes les partie du bâtiment jusqu'à son sommet.
c'était justement le sommet que visait ces éclairs, zigzaguant entre les poutres en métal ces dernier atteignirent la machine que convoitait Tanit.

Car tous en haut de cette immeuble en construction un grue avait été monté,cette grue servait a monter les matériaux des camions sur le haut du bâtiment, la particulariste de cette dernier c'est qu'elle surplombait la route en dessous d'elle.
Les éclairs remontèrent le long de son corps et frappèrent de plein fouet le tableau de bord de la grue,aussitôt toutes les lumières de la grue commencèrent à s'allumer comme un sapin de noël dans la cabine les leviers de commande furent eux aussi parcouru par du courant,soudain l'un d'eux s'abaissa de lui même
tous doucement la grue se mit a tourner sur son axe entraînant avec elle sa marchandise ou plutôt son container a matériel.
Il est courant au début de chaque week-end que les ouvriers mettent leur précieux matériel a l'abri dans un container pour le proteger et pour dissuader les voleurs ces container étaient généralement soulever en l'air par une grue pour le rendre inaccessible.

Seulement voila Tanit venait de prendre le contrôle de cette grue et ce qu'elle allait faire avec n'allait pas être très jolie, elle pivota le bras de la grue au dessus de la route, la elle immobilisa le tous,a l'aide d'un autre levier qu'elle pouvait manipuler a distance elle fit translate le container le long du bras jusqu'à se que celui ci se fixe en un point déterminer,a savoir juste au dessus du taxi ou se trouvait Sigmund.
Dans le laboratoire de la section 5 Simon pouvait suivre la scène en simultané par le biais de trois caméras différente.

Et maintenant demanda Simon
Je vais mettre un terme a cette menace lui répondit froidement Tanit.

Dans le taxi Sigmund était de plus en plus nerveux, tous cela n'était pas normal pourquoi se feu éternisait il sur le rouge comme ça ? il allait absolument que Sigmund rejoigne la gare de winchester le plus vite possible pour retrouver le colonel.
C'est alors que son téléphone portable se mit de nouveau a vibrer, pesant qu'il s'agissait sûrement du colonel Sigmund pris l' appareil pour voir de qui il s'agissait, mais la quelle ne fut pas sa stupeur de voir apparaître le symbole de Tanit sur son écran.
Cette apparition tétanisa le vieux scientifique qui n'osa pas décrocher, mais l'appel se faisait instant alors Sigmund appuya sur la touche verte et porta le téléphone a son l'oreille droite.

Allô dit il d'une voix tremblante
Ici Tanit fit une voix féminine au téléphone

Tanit se noms suffit a glacer d'effroi Sigmund qui comprit alors que quelque n'allait vraiment pas, il ne put prononcer que ce noms car Tanit ne lui laissa pas le temps de dire autre chose, elle lui coupa toute réponse possible en lui disant...

Pour sauver mère je vais vous éliminer dit Tanit.

Surpris pas cette allocution inattendu Sigmund constata trop tard qu'un voile noir venait d' obscurcirent le pare-brise du véhicule, a 50 mètres au dessus de lui le container venait de se mettre en position.
Désormais tous était en place, Tanit envoya alors une nouvelle décharge électrique ,la l'un des levier s'abaissa avec force se tordant au passage sous l'influence du choc éléctro-magnétique a l'autre bout du bras de la grue les crochets qui maintenaient les câbles de suspension du container s'ouvrirent
Lentement le container entama une chute qui s'accéléra au fur et a mesure que celui descendait les étages, a l'intérieur du véhicule le vieux scientifique put juste voir une masse sombre se rapprocher de lui mais avant d'avoir puis pousser le moindre cri de terreur le container s écrasa sur taxi tuant sur le coup Sigmund.
Le choc fut terrible le taxi fut écrabouiller de part en part par le container, les vitres volèrent en éclat blessant quelque passant sur le coup par leur débris, deux secondes après le choc il s'en suivit une explosion qui embrasa le véhicule.
Partout c'était la panique la plus total, les gens criaient et hurlaient de partout tandis que certains pointaient du doigt en montrant d'où venait le container, les pompiers furent appeler par le voisinage et la police arriva rapidement sur place mais c'était trop tard pour sauver Sigmund .
Alors que le véhicule flambait,se spectacle rougeoyant se reflétait sur la caméra qui observait la scène de l'autre côté sur un moniteur couleur Simon observait la scène avec une grande satisfaction.

Et voilà comment moi j' écrase un moucheron dit le jeune homme d'affaires.

A ce moment-là Tanit se tourna en direction de l'homme d'affaires pour s'adresser à lui, Simon regarda Tanit qui avait arborer un air très grave.

Maintenant nous pouvons sauver mère lui dit Tanit
Oui Tanit nous le pouvons grâce a toi lui répondit Simon.
toutes menace est écarte maintenant dit Tanit

C'est sans le moindre remords est sans aucune pitié que Tanit avait tuer Sigmund, selon Simon il menaçait de tuer sa mère, ce fut donc pour Tanit un devoir que de ce débarrasser de ce nuisible.
Simon lui était très content, avec la mort de Sigmund plus personne ne pouvait le menacer ou presque ,il devait faire très attention car il savait que les services secret allant redoubler dans leur investigations, mais le risque fait partie du jeu est si jamais ces ennemis devenait trop gênant il avait Tanit pour se proteger.
Mais avant toute chose il avait encore une chose que Simon devait faire, pour lui il était important de faire disparaître toutes personne pouvant représenter un obstacle ou un témoin et de se cote la il restait des personnes qui pouvaient devenir gênante

Plus rien ne nous menace maintenant dit Tanit.
Ce n'est pas tous a fait exacte, il reste encore un gros problème a régler lui dit Simon.
Vous parlez sûrement de cette ennemis qui nous as attaque la dernière fois dit Tanit.
Oui j'ai des informations a son sujet lui dit Simon.
Que savez vous de lui demanda Tanit
Il s'appelle Xana et c'est un programme informatique créer pour te détruire lui dit Simom
Xana !!! fit Tanit

Simon expliqua ce qu'il savait de Xana en se cachant bien de lui dire que c'était Sigmund qui lui en avait appris l'existence, Simon souligna a quelle point se programme était dangereux pour Tanit et que cette dernière devrait tous faire pour le détruire, heureusement pour elle il savait de quelle monde était originaire Xana la solution la plus évidente était donc de détruire ce monde.

Un plan avait été conçu pour ça, les Cartha-guerriers et Tanit devaient se rendre sur place pour détruire le système informatique ennemis en créant en une bombe EM a partir d'une tour, celle ci devrait endommager le complexe ennemis sans tuer qui que se soit cependant Simon voulait plus que ça ,il voulait que Tanit fasse un ménage intégrale en éliminant de surcroît toutes les personnes qui géraient se monde.

La raison de tous ça était simple ces personnes étaient également devenu des témoins gênant que Simon devait réduire au silence
Simon expliqua a Tanit que si ces gens survivaient il pourraient recommencer leur activé et a nouveau menacer Anthea, Tanit compris rapidement le danger que représentaient ces gens la, elle décida donc de les éliminer a leur tours.

Je tuerai toutes ces personnes dit Tanit
Bien mais comment vas tu faire lui demanda Simon
Je vais recueillir des informations sur ce monde est j'attaquerai quand je serais prés lui dit Tanit.
Oui mais sa me tonnerai que tu puisse a nouveau les écraser avec une grue lui fit remarquer Simon.
J' utiliserai une autre méthode alors fit Tanit.

Une autre méthode c'était vite dit, Tanit avait beau être puissante sa capacité offensive était tous de même limité a moins de déverrouiller d'autre clé et la difficile de la faire sans que cela se remarque.
Simon avait remis la clé verte en place pour masquer son crime et Tanit avait effacer toute trace des ces activité passé,ainsi personne ne serait ce qui était arriver cette nuit la, mais cela ne résolvait pas le problème principal,comment détruire un ennemis en douce sans que personne ne s'en rendre compte.

Simon se creusait les méninges ,quand soudain il lui vint une solution, pour réussir ce tour de force il fallait que Tanit utilise son pouvoir de construction métallique, puisque elle était capable d' assembler des morceaux de métal entre eux pour formé des structures pourquoi ne pourrait t'elle pas créer quelques chose de plus gros quelle pourrait animer, une sorte de pantin de métal qu'elle pourrait contrôler via a une tour

Simon soumis l'idée a Tanit qui lui rétorqua que cette idée était très bonne est dans ces cordes seulement il lui faudrait juste un peu de temps pour élaborer un pantin qui pourrait faire l'affaire ,Simon dis a Tanit qu'elle pourrait s'exerce en secret a la création d'un telle pantin dans le laboratoire numéro neuf.

Ce pantin de métal tu pense parvenir a le créer lui demanda Simon
Sans problème pour moi, je pourrais en assembler a partit de n'importe qu'elle Morceau de métal et le faire ce mouvoir lui dit Tanit.
Bien alors je te fais confiance lui dit Simon
Mr Watson fit Tanit
Oui Tanit qui y a t'il fit Simon.
Ce projet secret comment allons nous le qualifier lui demanda Tanit.
Que veut tu dire lui demanda Simon.
Et bine il faut nommer ce projet, pour identifier lui fit remarquer Tanit.
C'est vrai il lui faut un noms a ce projet lui dit Simon.
Avez vous une idée car pour ma part je n'ai que que série de chiffre a proposer fit Tanit.
Attend laisse moi réfléchir a ça lui dit Simon.

Puisque Simon avait proposer l'idée c'était donc a lui de trouver un noms a se projet, mais voila donner un noms a un pantin métallique n'est pas aisé, il pensa d'abord a "Iron-man" mais celui ci lui paru inapproprié
Un pantin de métal se dit il , une être inanimée a partit de rien il devait bien exister une référence similaire ,soudain il vient une inspiration a Simon ,cette histoire de créature inanimée a qui l'on donne la vie lui rappela une vielle légende européenne.. Simon trouva alors un nom au poils pour se projet

J'ai un noms a te proposer lui fit Simon
Vous avez trouver lui fit Tanit
Oui et je sens que sa va te plaire lui dit Simon
Comment voulez vous appeler ce projet de pantin lui demanda Tanit.
Simon : nous pourrions l'appeler ... GOLEM....


---------------------------------------- GOLEM DE METAL ----------------------------------------
















chapitre 33 assauts sur Lyoko. ( en 13 actes )


----------------------------------------------- Première partie -----------------------------------------------

collège Kadic - 05 octobre 2005 - 9 h 45

Mais qu'est-ce que tu attends pour lui dire ?

Si tu crois que c'est simple en ce moment lui répondit le Jeune homme.
Je sais Ulrich la situation actuel n'est pas propices a se genre de déclarations lui dit le garçon.
Tu vois William même toi tu le reconnais fit Ulrich.
Certes la situation est compliqué, sa peut péter a n'importe quels moment sans que l'on puise faire quoi que se soit lui dit William.
Tu comprend dans ces cas la qu'il est difficile pour moi de faire ma déclarations entre deux champs de bataille lui Ulrich.
Pourtant faudra bien que tu lui fasse un jour et ceci le plus rapidement possible lui dit William.
Ulrich : rien ne presse demain sera encore la et ....
Et qu'est ce que tu en sait lui dit alors William de façons énergique.

La subite réaction semi agressive de William surpris Ulrich ce dernier ne s' attendait a ceci de de sa part, ce matin la les deux adolescents c'étaient mis en retrait du petit groupe pour discuter tous les deux de la situation actuel est en particulier de la relation spécial qu' Ulrich entre tenait avec Yumi.
A cause de tous les récents évènements le jeune samourai virtuel n'avait toujours pas put se déclarer a Yumi, l'envie ne manquait pas a Ulrich mais le courage lui faisait défaut, réaction curieuse de la part d'un jeune homme qui par le passé avait affrontée des centaines de monstres de Xana et même le terrifiant colosse.
Le faite d'affronter des ennemis sur-puissant ne lui faisaient absolument pas peur mais face a Yumi c'était tous autre, le faite d'avoir a faire une simple déclarations d'amour lui paraissait insurmontable, devant sa belle japonaise ce valeureux guerrier sans peur perdait semble t'il tous ces moyens, elle l'intimidait tellement que la grande vergue de combattant de Ulrich devenait aussi audible qu'un murmure, sa gorge se nouait et les mots restait coincé au fond pas facile dans ces cas la de dire se que l'on as sur le coeur.

Et cela n'était que l'un des problèmes de Ulrich, Yumi était a la foi intimidante et enivrante le caractère discipliné et toujours sur d'elle voir presque insensible rendait la jeune fille quasiment incernable.
Si elle affichait souvent son mécontentement ces excès de joie était beaucoup plus effacer, on aurait put croire qu'elle était une pince sans rire se qui lui avait valu ce surnom de "oiseau de mauvaise augure" de la part de la petite peste du collège.

Quelque part cette réputation arrangeait les affaires de Yumi, le faite qu'elle soit inaccessible évitait que tout le monde lui tourne autour pour la dragué, pourtant cette inaccessibilité n'avait pas empêché un beau ténébreux plus obstiné que les autres à vouloir la courtiser.

William le savait très bien, du temps où il était amoureux de Yumi il aurait fait n'importe quoi pour elle, mais maintenant cette époque-là était révolu il fallait passer à autre chose. William ne voulait plus faire souffrir Yumi, pour cela il avait décidé de l'abandonner à son rival pour son bien être car il savait que lui seul était capable rendre heureuse la belle japonaise cela même si Ulrich en doutait.

C'est deux là auraient beau dire et beau faire cela se voyait comme le nez en plein milieu de la figure qu'ils s'aimaient,seulement ils avaient du mal à comprendre leur attitude réciproque.
Ulrich et Yumi n'étaient pas du genre a se déclarer spontanément, pour sa part Ulrich n'avait toujours pas trouvé le courage d'avouer ses sentiments à la belle japonaise dès lors devant cette situation qui lui semblait complètement ridicule William avait décidé de prendre les devants en jouant les entremetteurs.
C'est ainsi que depuis le mois d'avril dernier, william c'était engagés à aider Ulrich a franchir le pas, pour que celui-ci puisse enfin avouer a la belle Yumi se qu'il éprouvait pour elle.

Pour ce faire le beau ténébreux était aller jusqu'à écrire un exemple de lettre d'amour qu'il avait donné à Ulrich pour que celui-ci la donne a Yumi, a sa manière William était devenu une sorte de Cyrano de Bergerac tandis que Ulrich lui tenait le rôle de Christian et Yumi celui de l'inaccessible et très jolie Roxane.

A force d'en discuter et d'en parler et il avait réussi à convaincre Ulrich de se déclarer a Yumi avant la fin de l'année.
Comme témoignage de cette amour Ulrich avait acheter un petit collier en or qu'il comptait offrir a Yumi en même temps qu'il lui ferait sa déclarations.
Tous avait été planifier par Ulrich, normalement le 18 juin 2005 il avait prévu de ce déclarer a Yumi dans un coin reculer du parc, ce matin la isolée sur un banc le jeune garçon s'apprêtait à lui faire sa déclaration malheureusement un événement imprévu avait tous gâché.

A la seconde même ou Ulrich allait se lancer Odd fit son apparitions comme un trouble fête en puissance, malheureusement pour le couple de tourtereau celui ci était porteur de mauvaise nouvelle,au grées du hasard le félin virtuel avait découvert que Jeremie et Aelita voulaient réactiver le super calculateur, sans perdre un instant il était aller quérir ses amis pour que tous empêche ceci, renfrogné par tous ceci Ulrich du partir a l'usine afin d'arrêter leurs amis mais ce fut ne vain le super-calculateur fut rallumé et les funestes événements qui suivirent n'arrangèrent pas la situation.

Du coup tu lui as jamais donner le collier si je comprend bien fit William.
Oui ça fait plusieurs mois que je le garde au fonds d'un tiroir lui dit Ulrich.
Il faudra que tu te décide a lui donner lui dit William.
Ouais mais pour l'heure c'est mal barré, tant qu'on n'aura pas trouvé Aelita Yumi ne sera pas disposer a écouter quoi que se soit fit Ulrich.
C'est une mauvaise passe pour tous le monde mais je suis persuader qu'on la retrouvera fit William.
Tu le crois vraiment lui répondit Ulrich.
J'en suis persuader lui dit William en lui faisant un clin d'oeil.

William était sûrement l'être le plus optimiste du groupe,il croyait fermement qu'un jour prochains ils arriveraient a retrouver Aelita, il n'en doutait pas et il ferait tous ce qu'il pourrait pour aider ces amis dans leur tache,surtout si cela pouvait rendre le sourire a Yumi qu'il soupçonnait de culpabiliser pour tous ça.

Dis moi Ulrich il y as une chose que je voudrais savoir au sujet de Yumi lui demanda William.
Quoi donc fit Ulrich.
Est ce que Yumi se sent responsable de ce qui arrivé à Aelita. demanda William.

Ulrich ne répondit rien il détourna le regard et cette absence de réponse en dit long,William compris qu'il avait mis dans le mille, sa question était inutile car il s'en doutait bien, la mine triste qu'affichait Yumi avait suffit a lui faire comprendre que cette dernière nourrissait des regrets.
Depuis que c'était arriver quelque chose avait disparu chez Yumi, elle était devenu comme un soleil sans lumière, elle avait perdu ce rayonnement si particulier qui faisait d'elle une personne si spécial,évidement au vue de ceux qui ne la connaissait pas vraiment elle paraissait inchangé mais pour ces amis et William en particulier cela se voyaient largement pas son manque de sourire.
La seul solutions qu'ils avaient pour redonner a cette astre pale tous sa vigueur,c'était de retrouver un rayon de soleil, un rayon de soleil nommé Aelita.

Tu verras on rendra le sourire a Yumi lui dit William.
Tu le pense sincèrement lui dit Ulrich.
J'en suis persuader fit William.

L'optimisme qu'affichait William suffit a redonner du courage a Ulrich, qui malgres les apparence en avait bien besoin, cette énergie positive William voulait la communiquer a tous ces amis pour leur remonter le moral, ceci était l'un des but que c'était fixer William.
Après tous n'était il pas un incurable optimiste selon ces propres ternes, meme quand tous va mal il reste persuader que tous peut s' arranger avait il avouer un jour a Yumi.
Fidèle a lui même et un peu comme Odd il cherchait le moyen de galvaniser les troupes et cela était finalement fort appréciable Ulrich ne se priva pas de lui dire.

Merci William sa me faits beaucoup de bien lui dit Ulrich.
Les amis sont fait pour ça lui répondit William.
C'est vrai lui fit Ulrich qui compris de quoi parlait William.
Faut y croire c'est tous fit William.

Vraiment le paroles de William avait été salvatrice, Ulrich se dit que si tous y mettaient de la bonne volonté il arriverai a vaincre Xana et a sauver Aelita, si pour rendre le sourire a Yumi il fallait en passer par la le jeune samourai serait près a suivre cette voie.
Cependant un détail chagrinait Ulrich ,c'était dut a une chose que lui avait dit Yumi au sujet de William, cette dernière l'avait avertit qu'en se moment William avait lui aussi des problèmes.
D'après Yumi William avait des insomnies fréquente ce qui faisait que le beau ténébreux était assez fatigué, ceci Ulrich s'en serait douter rein qu'en voyant la mine de William, mais ce qui était le plus troublant dans cette histoire c'était que ces nuit blanches avait pour cause des cauchemars, des cauchemar si effrayant qu'ils empêchaient William de se recoucher.

Yumi n'avait pas donner plus de détails mais elle avait fait comprendre a Ulrich qu'il devrait peut etre en toucher deux mot a William et c'est bien ce que le jeune samourai avait l'attention de faire, après tous William lui avait remonter le moral pour quoi n'en ferait il pas autant pour lui.
Après tous les amis sont fait pour se soutenir dans les coups dure,Ulrich appliquait a la lettre cette règle d'or propre a tous les Lyoko-guerriers

Dis moi il y as un chose que je voudrais savoir fit Ulrich
Et quoi donc lui demanda William
C'est quoi cette histoire de cauchemar a ton sujet lui fit Ulrich.
Qui t'as parler de ça lui fit William surpris
C'est Yumi bien sur qui veut tu que se soit d'autre lui répondit Ulrich.
Yumi j'aurais du m'en douter fit William en grinçant des dents.

Soudain l'attitude de William changea subitement, Ulrich venait de soulever un point délicat que William n'aurait voulu aborder avec lui que plus tard mais visiblement cela ne pourrait pas être le cas et cela posa un gros problèmes a William.
Voila que cette fois -ci c'était lui qui manquait de courage, comment allait t'il pouvoir parler de ça avec Ulrich ?
Auparavant William avait déjà avait déjà fait part de ses cauchemars à Yumi et se souvenait très bien de la réaction que la jeune fille avait adopter a ce moment la, du coup il ne savait pas comment réagirait Ulrich quand il prendrait connaissance du récit de se cauchemar et de tous se qu'il impliquait pour Yumi.
Mais en y réfléchissant William n'avait rien à perdre dans cette histoire, c'était même mieux pour lui finalement se confier a un amis en mesure de comprendre son trouble ne pouvait être qu'une bonne chose et après tous cela concernait l'avenir de Yumi il était donc légitime que Ulrich soit au courant, c'est alors que William s'avança vers Ulrich avec un air grave et lui dit.....

Ulrich j'ai quelque chose à te dire lui dit William...

---------------------------------------------- Deuxième partie ----------------------------------------------

Laboratoire de l'usine - salle de contrôle - 12 h 30

Pendant ce temps dans le laboratoire secret Jeremie continuait à travailler d'arrache-pied pour mettre au point les dernières améliorations qu'il avait conçues pour sa sonde.
La priorité pour le petit génie maintenant était d'équiper cette dernière d'un système de décodage alpha numérique qui lui permettrait de s'infiltrer dans le réplika noir, autrement dit il travaillait à l'amélioration de la clé numérique de la sonde Magellan.
Ne disposant plus de Aelita pour activer cette dernière, Jeremie avait dû avoir recours à un "patch de secours".
Personne n'était là pour le voir à part les caméras de surveillance mais il fallait noter la présence d'une étrange jeune fille aux cheveux courts dans le laboratoire, cette dernière s'entretenait avec Jeremie au sujet de la sonde et de ses améliorations mais à part les questions techniques propre a cette machine la jeune fille voulait aborder avec Jeremie un sujet bien plus délicat.

Jeremie ne crois tu pas qu'il serait temps d'informer les autres aux sujets de mon existence lui dit la jeune fille.
Je regrette XXXX mais je ne pense pas que ce serait une bonne idée de leur en parler maintenant lui dit Jeremie.
Mais pourquoi lui demanda la jeune fille.
Tout simplement parce qu'ils auraient beaucoup de mal à comprendre lui répondit Jeremie.
Mais tous ou tard tu seras bien obligé de leur avouer la vérité en ce qui me concerne lui dit la jeune fille aux cheveux courts.
Peut-être mais dans l'immédiat nous devons taire ta présence lui répondit Jeremie.
C'est vraiment nécessaire lui demanda jeune fille.
C'est même indispensable lui rétorqua Jeremie.

À première vue le petit génie n'était pas spécialement emballé à l'idée que ces amis découvrent l'existence de cette jeune fille,cependant Il avait de bonnes raisons d'agir de la sorte.
Beaucoup de personnes dans le groupe dont notamment Yumi aurait beaucoup de mal à accepter la vérité, la jeune japonaise serait incontestablement la première a critiqué ce que Jeremie avait osé faire quant aux autres il était clair qu'ils seraient du même avis que Yumi.
Jeremie posa un regard tendre sur la jeune fille qui en retour fit de même, à ce moment-là le petit génie ne parvint pas à faire taire ces remords, certes qu'il avait fait était pour le bien d'une certaine personne chère a son coeur, mais il avait quand oser commettre un acte tous simplement immoral et digne d'un détraqué mental ou bien d'un jeune garçon désespéré,mais Jeremie n'avais pas le choix pour sauver Aelita il avait du avoir recours a cette extrémité.

En faisant appel à la jeune fille Jeremie c'était allouer les services d'une partenaire occasionnels qui s' avérait être d'un grand secours, grâce à XXXX il avait considérablement avancé dans ces recherches sur son robot sonde sans compter que cette dernière lui apportait un soutien moral inestimable.

NON !! Jeremie ne pouvait pas avouer sa présence parmi eux,William Ulrich Odd et surtout Yumi ne devrait apprendre l'existence de XXXX que plus tard et peut-être même jamais si les événements prenaient une tournure favorables dans le futur.
La jeune fille dut accepter son sort, tant que cela serait nécessaire elle resterait dans l'ombre a aidé Jeremie en secret ce que bien entendu le petit génie ne désapprouva pas.

Maintenant que le débat était clos, elle et Jeremie pouvaient se recentrer sur l'activité du jour à savoir l'amélioration de la clé numérique.
L'accès du Réplika noir était beaucoup plus sécurisé que celui des autres Réplikas que Jeremie avait jadis rencontré par le passé, pour réussir à craquer toutes les sécurités il faudrait encore plusieurs jours de travail à Jeremie avant que ce derniers ne puisse mettre au point un système de déverrouillage efficace.

Une fois que ceci serait fait la sonde Magellan n'aurait plus qu'à pénétrer dans se mystérieux réplika noir, bien entendu Jeremie n'avait aucune idée de ce qu'il allait trouvé à l'intérieur mais connaissant leur vieil ennemi il fallait sûrement s'attendre à quelque chose d'inattendu est de spectaculaire.

L'effet de surprise était un peu le cheval de bataille de Xana,cette diabolique intelligence artificielle redoublait d'ingéniosité pour créer les stratagèmes et les inventions les plus tordus qui soit, tordues certes mais mortellement dangereuses pour ses ennemis,combien de fois les Lyoko-guerriers avaient ils failli succomber à des attaques aux proportions épiques. Tremblements de terre, incendie, inondations , attaques d'animaux ou de monstres on peut dire que ce côté-là Xana ne manquait pas d'imagination ni de ressources.
Fortiches serait celui qui pouvait deviner ce que la terrible intelligence artificielle avait put trafiquer à l'intérieur de ce Réplika noir.

Que crois-tu que Xana est caché à l'intérieur lui demanda la jeune fille.
Je n'en ai pas la moindre idée mais j'ai bien l'intention de le découvrir lui répondit Jeremie.
Et après que comptes-tu faire demanda la fille
Dés que j'aurais recueilli un maximum d'informations sur se Réplika nous le détruiront comme les autres lui répondit Jeremie.
Et en se qui concerne Aelita tu compte faire quoi lui demanda la fille
Tous est prévu pour sa récupération nos amis n'auront qu'à la conduire à la tour connectée à la sonde et la nous la téléporterons directement sur le Lyoko lui dit Jeremie.
Vu comme ça cela à l'air facile mais si elle à basculer du mauvais côté comment vas-tu faire pour la convaincre de te suivre demanda la fille au cheveux court.
Tu as raison il est fort probable que ce dernier l'ai convertis à sa cause tout comme il l'avait fait avec William lui dit Jeremie.
Fille : alors comment fera tu ?
Je ferais comme d'habitude ,j'improviserai lui répondit Jeremie

Avec le temps et les combats Jeremie était passé maître dans l' improvisation, à chaque nouvelle situation il était obligé de s'adapter et de penser à une solution de rechange si comme il le craignais Aelita c'était involontairement rangé du côté de Xana Jeremie trouverait une solution pour la libérer de son emprise, de toutes façons il n'avait pas le choix il fallait que Aelita soit a leur coté pour combattre Xana sans quoi rien ne serait possible.

Mais avant de ce lancer dans des théories sans fondements et entrevoir le pire des scénario, Jeremie devait déjà travailler avec les informations qu'il avait en sa possession sans perdre un instant il se remit à la tâche et avec la collaborations de la jeune fille, ensemble il continuèrent à élaborer le nouveau système de clé numérique pour la sonde.

Jeremie travaillait avec tellement d'ardeur qu'il était bien loin de se douter que tapi dans l'ombre un oeil noir reluisant l'observait avidement épiant le moindre de ces faits et gestes tout en guettant l'occasion de pouvoir lancer une attaque surprise.

---------------------------------------------- Troisième partie ----------------------------------------------

Cyclotron - section 5 - laboratoire numéro 1 - 10 h 00

Comme vous pouvez le voir l'installation est entièrement fonctionnel répondit l'ingénieur Mac Arthur.
D'après ce que je peux constater c'est le cas lui dit le docteur Hopkins.
Alors c'est donc d'ici que nous allons lancer la contre-offensive demanda Mr Huxley.
Tout à fait Mr. Huxley d'ici quelques heures tout sera prêt lui répondit l'ingénieur MacArthur.
Pourtant n'avez-vous pas dit à l'instant que tout était prêt lui fit remarquer Mr. Huxley
Certes le hardware est connecter et les softwares sont installés nous n'avons que quelques petits étalonnages à effectuer pour que tout soit vraiment fonctionnel à 100 % répondit MacArthur.
Et à combien de temps estimez-vous la fin de la phase d'initialisation des procédures demanda le docteur Hopper.
Nous avons estimé que dans huit heures et 25 minutes tous serais prêt lui répondit Mac Arthur.
Dans huit heures et 25 minutes !!! ce qui nous amène à 18 heures 25 ce soir lui dit Anthea. C'est exact docteur Hopper fit Adhitha qui emboita la pas de son collègue.
Parfait mieux vaut tard que jamais lui répondit Anthea.

La scène se déroulait actuellement dans le laboratoire numéro un de la section 5, toutes les têtes pensantes de la société Cyclotron ainsi que les principales équipes techniques c'étaient réunies pour voir comment la salle de contrôle avait été aménagé.

Les technicien n'avait pas chommé ces dernières semaines, la partie annexe inutilisée du laboratoire numéro 1 avait été transformé en un temps record en un centre de contrôle ultra perfectionner , la pièce ressemblait a un véritable poste de pilotage en U, il etait composé de trois fauteuil ayant chacun une console de commande a écran tactile et un grand écran haute définitions.
La pièce était surmonté dune grand bais vitré ou certain invités pouvaient assister en toute tranquillité au manoeuvre sans déranger l'équipe au travail, tout de fois un interphone avait été installé pour communiquer avec l'équipe Erynnies

L'équipe Erynnies fut le noms donner a la formations Morillon /Lakshana / Mac-Arthur , ce noms avait été choisi par Anthea elle même pour qualifier l' équipe qui porterai la vengeance par delà le réseau, le choix d'un telle noms fut sujet a débat mais ce fut Anthea qui eut le dernier mots.

L'équipe Erynnies commanderai l'assaut contre le monde virtuel ennemis, la répartitions des taches fut la suivante, Arnaud piloterai sa sonde et dirigerai les opérations d'assaut a l'aide de ces Cartha-guerriers, Adhitha assurerait la transition est le contrôle de Tanit au travers de la sonde pour activer la tour tandis que Richard Mac Arthur lui s'occuperait de gérer les transmissions.
Mais avant de se lancer dans l'inconnu le futur trio infernal avaient effectuer des simulations de combat ,durant une semaine il avait appris a travailler en équipe et a optimiser leur potentiel, une semaine pouvait paraître cours mais chacun des membres étaient très douer dans son domaine est le courant passa très vite entre eux.

Quand il s'agissait de diriger ces Cartha-guerriers Arnaud se montrait bien moins timide face a Adhitha,il assurait grave et ce comportait un peu comme un capitaine de Starfleet en donnant des ordre très precis de manoeuvre et de tactiques, qui sait peut être que le jeune garçon joufflu voulait il impressionner la jeune fille par ces talent de meneurs ou était il vraiment fait pour diriger, quoi qu'il en soit ils obtinrent tous de très bon résultat se qui laissaient présager une offensive rapide et sans bavure du moins c'est ce qu'il croyaient....

La sonde de Arnaud était opérationnelle ainsi que ces soldats assistés de Mac Arthur et Adhitha le petit génie terminait de mettre au point tous les détails de l'attaque, celle ci avait été programmé pour aujourd'hui même tous les pontes de la société, les docteur Hopkins et Hopper ,Simon Watson ainsi que Messieurs Huxley et Orwell c'était réunis dans la salle vitré pour assister au début des opérations mais celle ci ne serait pas pour tous de suite, a cause d'un petit retard celle devait être reporter en fin de journée en effet il fallait encore attendre 8 heures et 25 minutes pour que les programmes finissent leur initialisation dans les pupitres de contrôle mais une fois que tout serait prêt l'offensive pourrait commencer.

Le plan qui avait établi consistait a ce que Arnaud envoie sa sonde dans ce lieu mystérieux de connecter celle ci a l'une des interfaces appelées communément tour est activer cette dernière à distance par l'intervention de Tanit depuis son temple,c'est là que Adhitha et MacArthur entrerait en scène son rôle serait assuré de la bonne communication entre Tanit est la tour.
Une fois la connexion établi Tanit n'aurait plus qu'a générer un champ de force a l' extérieur du super calculateur ennemis et a le faire exploser dégageant ainsi un onde EM qui détruirait toutes l'électronique ennemis sur un rayons de 300 mètres sans que cela ne tue qui se soit.

Ne tuer personne faisait partir du plan initial est c'est bien la seul chose qui avait convaincu Arnaud de participer a cette offensive ,sans quoi le jeune garçons aurait refuser de prendre part a un telle acte.
Mais le docteur Hopkins partageais aussi cette opinions,pour lui personne ne méritait de mourir mais ces derniers temps celui était un peu affecter par certains événement tragique dans sa vie.
Son ami de toujours Sigmund Kessel avait recement trouvé la mort dans un très mystérieux accident, sa soudaine disparations avait affecter le docteur Hopkins mais celui ci essayât de ne pas le montrer, tout de fois celui avait lancer une discrète enquête pour savoir ce qui c'était vraiment passé

Mais en attendant il faisait le deuil de son ami, pour lui le carnage devait s''arrêter la c'est pour ça que l'opérations du jour ne pouvait pas être remis a demain des ce soir quand tous sera prés les hostilités pourront commencer avec toutes les conséquences que celle ci allait avoir sur la vie d'une jeune japonaise.

Car dans l'ombre un être sordide est son âme damnée avaient une tous autres visions des choses ,les objectifs secrets de Simon était bien sur la destruction complète du super-calculateur ennemis mais aussi celle de tous les témoins gênant de façon à effacer toute trace de ces activités illicites et si par la même occasion il pouvait éliminer Xana il ferait coup double.

Si ce que le professeur Kessel lui avait appris était juste Xana était un programme informatique très puissant qui avait certaine vue sur Neo-Carthage, en aucun cas Simon ne pouvait se permettre de laisser une stupide IA détruire son super-calculateur.
L'homme d'affaire devait proteger son investissement le plus précieux quitte a tuer plus de personne et pour cela il pouvait compter sur l'aide secrète de Tanit.

L'intelligence artificielle était aussi motivée que Simon à éliminer ces personnes qui représentaient une menace pour elle est sa mère, contrairement au plan établi Tanit allait se servir de ces pouvoirs non pas pour créer un sphère d'énergie mais des monstres de métal qu'elle animerait a distance ,ces monstre baptisé Golem de métal auront pour but de tuer sauvagement toutes les personnes présente dans le complexe ennemis après quoi Tanit détruira la machine de façons définitive.

Bien-sur pour réussir cette exploit il faudrait du temps a Tanit pour analyser la structure externe du complexe et trouver les matériaux a assembler mais qu'importe ce temps les Cartha-guerrier allait le lui donner.
Il aurait été naïf de croire que leur ennemis allaient se laisser détruire sans réagir ,comme l'avait expliquer Arnaud ce monde disposait d'anti-virus très sophistiquée, ces dernier n'allait pas rester les bras croiser pendant que Tanit détruirait leur monde.
Mais pour les contré les Cartha-guerrier serait la, les soldats virtuel de Neo-Carthage allaient être d'une aide indispensable il serait en charge de proteger la sonde connecter a la tour pendant que Tanit en prendrais le contrôle, mais si la sphère était endommagé durant l'opérations a coup sur se serait un échec.

Heureusement les Cartha-guerrier étaient très fort, leur combat exemplaire contre le Kraken en était la preuve ,avec de telle garde du corp la sonde n'avait rien a craindre.
Pour ce qui serait des combat se serait Arnaud qui donnerait les instructions à ces soldats, car ces derniers étaient programmé pour n'obéir qu'au jeune homme se qui rendait leur utilisation par tout autres membres de la société quasiment impossible, pour ça il faudrait décompiler la structure de bases des IA se qui reviendra a les tuer ou a les corrompre et ça jamais Arnaud n'autoriserait qu'on le fasse sur ces "enfants" bien que certain membres de la société aurait aimer avoir un contrôle sur elles pour éventuellement se passer des services du jeune homme sur cette affaire.

Mais les Cartha-guerrier étaient desservies à la cause de Neo-Carthage de ce côté-là Arnaud n'avait aucun doute sur la loyauté de ses intelligences artificielles en revanche c'était beaucoup difficile en ce qui concerne son cas.
Le jeune homme restait persuadé que cette attaque n'était qu'une magistrale erreur et qu'il faudrait sûrement intervenir d'une autre façons, malheureusement certains dirigeant de la société ne l'entendaient pas de cette oreille.
Cette attaque était programmées et devrais se dérouler ainsi, même si quelques part le docteur Hopkins désapprouvaient cette méthode ils n'en étaient pas de même pour tous les autres.

Pour Anthea il s'agissait avant tout de protéger sa fille contre toute agression externe susceptible de la détruire c'était surtout un instinct maternelle de protection qui avait motive sa décisions quand a ce qui concernait M. Huxley et Mr Orwell c'était surtout la défense des intérêts personnels de la société pour eux cette attaque était surtout défensive quant au docteur Hopkins cette attaque préventive était avant tous destiné à protéger les gens de cette entreprise.

Le seul finalement qui n'avait que des ambitions égoïstes parmi toutes ces personnes n'était autres que Simon Watson pour lui cette attaque représentait beaucoup plus qu'une simple défense mais il s'agissait de la défense de son bien le plus précieux.... l'argent...

Quoi qu'il en soit dans 8h et 25 minutes la situation allait dégénérer haut plus au point sans que personne ne puissent stopper cette engrenage infernal.


---------------------------------------------- Quatrième partie ----------------------------------------------

Collège Kadic - gymnase - 17 h 25

Pendant ce temps là au collège Kadic alors que William et Ulrich étaient encore en train de s'entretenir au sujet de leur japonaise favorites un autre jeune garçon s'entraînait activement dans la salles principales du gymnase.

Depuis que Aelita avait disparu Odd della Robbia avait beaucoup changé certes il avait toujours gardé son sens de l'humour très acerbe qu'il pouvait dégainer à n'importe quel moment et dans n'importe quelle situation, mais depuis ce fameux 18 juin 2005 il avait également un point commun avec Yumi.
Lui aussi nourrissait un certain sentiment de culpabilité dont il ne pouvait pas s'affranchir, culpabilité de ne rein avoir put faire pour la proteger alors qu'il lui avait promis de le faire en toute circonstance.

---------------------------------------- AELITA -----------------------------------------

Son amie ... sa princesse ... sa cousine ... sa petite soeur ... son .... bref les qualificatifs ne manquait pas pour dire l'importance que Aelita avait revêtu aux yeux du jeune homme a la mèche violette.

Durant toutes les vacances Odd avait beaucoup réfléchis a la situation actuelle, quelque part il ne pouvait pas se sentir pleinement responsable de ce qui était arrivé à Aelita puisque lui mène avait été contre le rallumage du super-calculateur.

Il ne pouvait nullement en vouloir a Jeremie car si ce n'est pas lui qui l'avait proposer Aelita aurait finis par le faire d'elle même, ceci Odd en était persuadé pour preuve il avait le court métrage de Aelita

------------------------------------------- Une vie Un enfer --------------------------------------------

C'était l'histoire d'une jeune orpheline a qui le bonheur était interdis sous peine de faire souffrir les gens et qui par désespoir avait commis l'irréparable.

Elle narrait les déboires d'une certaine Maya qui avait vu le jour dans un univers hostile, Maya était pure comme la neige est avait les cheveux de la même couleur mais voila elle était aussi victime d'une terrible malédictions.
Le bonheur lui était interdis si elle était heureuse des gens en souffrait mais le drame c'est que l'inverse se produisait aussi, son malheureux comblait de bonheur les autres.
La souffrance avait finis par avoir raison de la pureté de Maya, celle si c'était avilie avec le temps au point de devenir un être au coeur noir si bien que l'histoire se terminait de la façons suivante ,Maya devenu pleine de rancoeur vit son coeur se changer pépite de charbon ,celui ci se consumant d'un feu ravageur entraîna la jeune fille dans la tombe.

L'histoire ne prêtait pas a rire mais elle avait permis a Aelita gagner un concours vidéo qui l'avait jadis opposer a Odd. (1)
Dégoûter par la victoire Aelita Odd n'avait jamais pris le temps de comprendre le film ,mais avec la disparition de Aelita il avait eut envie de voir de plus près sa réalisation.
ce fut alors une révélation pour Odd qui comprit enfin ce que Aelita ressentait depuis longtemps.

La souffrance de Aelita était profonde et nulle ne l'avait remarquer a part Jeremie et Yumi,Odd c'était sentis bien stupide en comprenant ça que plus tard, tous comme l'héroine de son film Aelita était prête a tous pour accéder au bonheur, elle aurait sûrement agis de la même façons que Maya.....
Mais au lieu de vendre son âme au diable Aelita aurait sûrement choisi de rallumer le super calculateur ce qui finalement s'apparentait a un voyage vers l'enfer...

Ce cauchemar était arrivé puisque Aelita avait finit par disparaître dans l'abime laissant derrière elle des gens pleins de remords...

Odd Yumi et Jeremie avaient en commun cette souffrance, elle était parfois plus prononcer chez certains mais le résultat étaient le même, tous comme le coeur de charbon de Maya cette douleur les consumait de l'intérieur.
Yumi s'en voulait d'avoir fait pencher la balance en faveur du ré-allumage du super calculateur, quand a Jeremie il culpabilisait d'avoir agis de cette façons, en voulant faire son bonheur il avait conduit sa bien aimé et lui même au tourment éternelle a savoir le remords....

Si tous avait choisit d' expier leurs fautes en se lançant corp et âme dans la recherche de Aelita ,Odd avait décider de prendre part a la bataille a sa façons.
Il c'était mis au sport de combat et plus précisément au Penchak Silat, depuis la rentrée il s'entraînait avec Ulrich de façons intensive.
Odd voulait se parfaire dans la maîtrise de cette art de combat, pourquoi le clown de service voulait il soudain devenir le nouveau Bruce Lee ?..... la raison était simple il vouait libérer Aelita.

Ou qu'elle soit et quelque soit l'ennemi a affronter Odd délivrerait sa princesse ,si l'hypothèse de Jeremie était juste alors Aelita était peut être prisonnière de Xana, dans ce cas la il y avait de forte chance pour que celle ci se trouve sur le Replika noir mais rien n'était moins sur.

Si c'était le cas la partie serais loin d'être gagner, il faudrait attendre que Jeremie trouve un moyen de pénétrer dans ce mystérieux Replika après il faudrait explorer ce dernier pour découvrir ou Aelita et retenu captive, une vrai partie de plaisir avait dit Ulrich sans compter que chaque Lyoko guerrier devait être téléporter tour a tour se qui n'a arrangeait rien a la situations.
Concernant la téléportation,si il fallait un candidats pour le premier transfert Odd se porterai sans hésitations volontaire, Odd comptait s'investir à fond pour libérer Aelita quitte a prendre les risque les plus insensé. et affronter n'importe qui.

Cependant a part en découdre avec Xana quelque chose d'autre accaparait son esprit,
il s'agissait ni plus ni moins que de ce mystérieux fantôme noir, lors de leur première rencontre celui ci lui avait laisser a Odd une curieuse impression lorsque leurs regards c'était croiser, Odd ne serait dire pourquoi mais le regard de Skull l'avait perturbé comme si celui ci avait cherchez a l'hypnotisé ce qui n'était pas loin de la réalité.
Personne ne s'en doutait mais Skull allait avoir une influence assez néfaste sur la vie de Odd,le pauvre innocent était bien loin de se douter de ce qui allait l'attendre le jour ou il se retrouverai a nouveau en face au diabolique serviteur de l'obscur.

Préférant taire ces impressions par peur de se faire railler par les autres Odd avait décider de laisser ça de coté pour se concentrer sur son entraînement, alors qu'il enchaînait de nouvelle figure il n'entendit pas son téléphone sonner.
Jeremie avait essayer de joindre Odd mais celui ci était au abonné absent il lui laissa donc un message pour lui dire de venir se soir au laboratoire au alentours de 19 heures, afin de faire un premier bilan.
Jeremie envoya un message à tout le monde y compris à William mais ce dernier s'étant absenter il avait oublier son téléphone portable sur son lit il ne prendrait connaissance du message que bien plus tard mais juste a temps pour pouvoir sauver la situation.

















---------------------------------------------- Cinquième partie ---------------------------------------------

Cyclotron - section 5 - laboratoire numéro 1 - 18 h 30

Cartha-guerrier êtes vous prêt demanda Arnaud au travers du micro.
Nous sommes prêts à intervenir lui répondit Hannibal
Parfait alors nous pouvons commencer dit le jeune homme à cet instant en s'adressant a ces collaborateurs.

L'horloge interne affichait 18 h 30 cela faisait 5 minutes que tous le paramètre de gestion des pupitres de commande étaient entrer en fonctions, maintenant les systèmes de pilotage et de transmission étaient opérationnel, l'opération CHAOS allait pouvoir débuter.
L'équipe Erynnies était prés a intervenir ,assis devant leur pupitre de contrôle chacun des membres de la Team E oeuvrait a sa tache,Hannibal programmait l'itinéraire de sa sonde tous en avertissant ces IA que celle ci allaient devoir se tenir près de leur cote coté Adhitha et Mac-Arthur s'employait a peaufiner les réglages de transmissions pour permettre a Tanit d'entrer en connexions avec Vger 2.0.

La scène de préparations se passait sous le regard attentif du conseil d'administrations de la société Cyclotron, au travers de leur bais vitre ceux ci pouvaient assister au spectacle que leur offrait les membres de L'équipe Erynnies.
Tous les membres étaient satisfait de voir que les préparatifs étaient enfin finit et que l'opérations CHAOS allait pouvoir commencer, au travers de son microphone le docteur Hopkins interpella le jeune Arnaud pour lui demander si tous allait bien.

Tous est en ordre demanda le docteur Hopkins
Oui monsieur nous sommes prés lui répondit Arnaud en regardant le scientifique derrière la glace.
Parfait dans ces cas la vous pouvez commencer lui dit le Dr Hopkins.

Le docteur Hopkins venait de donner son feu vert, l'opération allait pouvoir débuter Arnaud se tourna alors en direction de ses partenaires pour leur signifier que c'était OK chacun commença à entrer les instructions de programmation donc il avaient la responsabilités.
Arnaud quand a lui interpella ces intelligences artificielles pour que ces dernières se tienne preste a agir, durant tous le long de l' opérations Arnaud serait le seul a pouvoir communiquer avec elles et ceci sur un canal spécial les autres membres eux ne pourrons observer la situation qu'aux travers du grands écran de contrôle afficher sur le mur.

Bon Hannibal, Astarté, Merkal et Didon tenez vous prés Vger 2.0 arrive leur dit Arnaud.
Nous allons voyager avec la sonde lui demanda Hannibal
Oui elle va vous servir de moyen de transport et de communication lui répondit Arnaud
Mais c'est super ça dit Merkal
Tu trouve lui fit Arnaud
C'est claire, un petit tour de sonde,un monde inconnu et peu être des ennemis a combattre que demander de plus.... rien c'est juste une journée bien remplis dans la vie d'un Cartha-guerrier fit Merkal sur un ton enthousiasme.
Si tu le dis fit Arnaud un peur surpris par la réaction soudaine de CG 03


Apparemment Astarté n'était pas la seule a être motivé par la perspective d'aller se battre ,Merkal faisait preuve de la même impatience que la jeune guerrière au cheveux blanc, on pouvait dire que ces deux la faisaient la paire.
Aussi têtu l'un que l'autre chacun prenaient un certain plaisir a se battre, fatigué de leur entraînement et d'avoir a se battre les uns contre les autres Merkal est Astarté trépignaient d'impatience a l'idée de se retrouver dans un nouveau monde et d'avoir a en découdre avec des ennemis parait il très puissant.

Nous allons affronter de puissant adversaire lui dit Astarté.
Mais pas aussi puissant que nous lui répondit Merkal.
C'est vrai nous sommes les plus valeureux a coté de nous personne ne fait le poids lui répondit Astarté.
C'est nous les meilleur fit Merkal
Nous vaincrons nos adversaires avec aisance et la gloire nous honorera fit Astarté.
Je vais pouvoir me la raconter grave après fit Merkal.

Décidément l'égo des deux IA étaient démesuré a un point ou elles se congratulaient mutuellement, pour elles la bataille qui s' annonçait allait être des plus facile , cependant Hannibal et Didon ne voyaient pas la chose de cette manière, contrairement a leur excité de frère est soeur les deux autres IA étaient beaucoup plus posé.
Personne ne savait contre qui ou quoi il allaient tomber dans ce monde parier sur une victoire facile est risque car généralement cela se termine par une catastrophe.

Ne vendons pas la peau de l'ours avant de l'avoir tuer fit Hannibal pour calmer un peu ces amis.
Toi dans le genre rabat joie on fait pas mieux lui dit Merkal.
De la part d'un faible c'est normal lui dit Astarté.
Arrêter vous deux leur dit Hannibal
Et pourquoi ça , il n'y as que toi qui crois que cette mission ne va pas être facile lui dit Astarte avec mépris
C'est vrai on va aller la bas mettre la pilule a tous le monde est s'en sortir les bras croiser fit Merkal
Vous n'en savez rein leur dit Hannibal
Franchement je pense qu'on devrait t laisser ici, tu ne nous servira a rein la bas a part gêner les vrai guerriers lui dis Astarté sur un ton très méprisant.

La discutions failli a nouveau tourner a la dispute et cela n'était pas le moment Arnaud fut contraient de rappeler ces 3 la a l'ordre pour le dire de ce calmer, aussitôt les trios IA s' excusèrent auprès de leur créateur, la seule qui ne fit rien fut Didon qui elle était rester en dehors de la conversations ,non pas qu'elle n'avait pas envie de donner son avis sur tous ça mais la petite IA était trop timide pour s' imposer face a ces trois la, entre Astarté quelle admirait, Hannibal qu'elle respectait et Merkal qu'elle .... la magicienne du cristal qu'elle était ne savait pas quelle bord choisir du coup elle restait dans son coin et plus généralement en dehors des disputes entre ces amis.
Arnaud lui avait pourtant dit mille fois quelle devait apprendre a s'affranchir un peu sinon elle se ferait manger toute cru par ces ennemis, pourtant a bien y regarder de plus près Didon n'était si faible que ça, L'IA faisait preuve dune force et d'une aptitude au combat des plus exceptionnel quand elle se battait vraiment Didon se métamorphosait complètement, Arnaud n'en doutait pas Didon avait tous ce qu'il fallait pour être une grande guerrière, il ne lui manquait qu'un peu de confiance en elle ou un bonne raison de se battre.

Mais pour l'heure se qui importait vraiment c'était d' accomplir la mission du jours , Arnaud fit descendre la sonde par l' ouverture du toit de la salle d'entraînement, elle posa au centre du tatami et fut rapidement entouré par les 4 Cartha-guerrier venu l' accueillir.
La premier chose qui frappa le petit groupe était que la sonde avait changer depuis la dernière fois, maintenant la sphère était munis de deux grands anneaux noirs , un vertical et un horizontal sa surface était toujours blanche est lisse mais maintenant la marque de Tanit était bien visible sur la machine.
Comme un navire arborant fièrement les couleurs de sa patrie, Vger 2.0 portait l' étendard de Neo Carthage a savoir la marque de Tanit, par le passé Arnaud l'avait déjà mis sur sa première sonde mais celui était plus discret tous au plus c'était un clin d'oeil pour faire plaisir a ces patrons, mais sur Vger 2.0 la marque signifiait bien que c'était Neo-Carthage qui prenait les devant
La sphère pivota sur elle même pour se mettre a la verticale, maintenant les croisements de chacun des anneaux se trouvent orientés vers le haut.

Cartha-guerrier veillez prendre place dans chacune des alcôves leur dit Arnaud.
C'est quoi une alcôve demanda Merkal
C'est le compartiment de transport de la sphère lui répondit Arnaud.

Maintenant que Vger 2.0 était a la verticale les séparations se trouvant entre chaque partie de la sphère était comme des petits réceptacles, il y en avait quatre puisque les anneaux divisait la sonde en quatre morceaux,chacun de ces morceaux était une alcôve destiner a recevoir un Cartha-guerrier.
C'est alors que chacune des quatre IA s'approcha d'une alcôve, ils posèrent la main dessus est automatiquement il furent englobé par cette dernière, couché dans une bulle protectrice est régénérant grâce au coeur de Vger, la régénération virtuel apporterait aux IA toutes l'énergie donc ils auraient besoin pour survivre durant leur voyage a présent les Cartha guerrier demeurerait immobile en attendant la suite des instructions , quand tous furent en place Arnaud confirma que le transferts des programmes dans Vger 2.0 était terminés.

L'opérations allait commencer, première phase se rendre sur le monde mystérieux, aussitôt Arnaud programma le décollage de sa sonde,celle ci effectua une ascension verticale très rapide, elle passa a travers l'ouverture du toit pour se retrouver en vol stationnaire au dessus de la salle d'entraînement,a cette hauteur les Cartha-guerrier avait une vue d' ensemble de la cité de Neo Carthage en son centre on apercevait le temple de Tanit suivit de la ville et des autres temple représentant chacun les interfaces de contrôle de tous les laboratoires de la section 5, la cité s'étendait sur un rayon de 1 kilomètre, celle ci était proteger par une grande muraille qui faisait le tour de la cité, sur cette muraille on pouvait distinguer clairement les 5 tours qui avaient été installer dernièrement

Wouah c'est magnifique fit Didon en voyant le spectacle au travers de sa bulle transparente
Oui c'est magnifique lui dit Hannibal.
C'est notre cité dans toutes sa splendeur dit Merkal a cette instant.
On c'est pourquoi on doit se battre maintenant leur dit Hannibal.
Ah oui fit Astarté.
Oui on doit proteger notre cite et tous les merveilles qu'elle recel lui répondit Hannibal.
c'est vrai lui dit Astarté.

C'était bien la première fois que Hannibal et Astarté tombaient d'accord sur la même chose, mais le but des Cartha-guerrier étaient non pas de se battre en vain mais de protéger, et c'est bien ce qu'ils allaient faire en allant attaquer un autre monde, il allait protéger leur cité d'une ennemis sournois.

Vous êtes prêts Mr. Morillon demanda Mr Mac-Arthur.
Je le suis répondit le jeune homme.
Êtes vous prête Miss Lakshana demanda Arnaud.
Je le suis fit la jeune fille.
Cartha-guerrier êtes vous parez demanda Arnaud a ces IA.
Nous le sommes répondirent en coeur les IA dans leur alcôves.
Alors c'est partit fit Arnaud en manipulant l'écran tactile de son poste de contrôle.

la sphère se dirigeait alors vers la mer numérique a vive allure, survolant la cité elle passa par dessus les murailles pour se retrouver pile poil en dessus de la mer, Arnaud opéra une descente progressive de cette dernière jusqu'à ce quelle arrive a fleur de l'eau virtuel.
Arnaud pris une grande inspirations,sa sonde allait plonger vers l'inconnu,Arnaud était très anxieux a cette idée, il espérait que tous se passerait bien est que sa nouvelle sonde ne subirait pas le sort de la précédente car cette fois il aurait plus a perdre que de simple donnés, Arnaud n'avait pas envie que ces IA meurent, après tous le mal qu'il c'était donner a les créer cela aurait aurais stupide de les perdre de cette façons la
Mais surtout ce serais le drame si il venait a en perdre une seule, car elle était plus que des programmes a ces yeux elle était comme ces enfants, Hannibal Astarté Merkal et Didon étaient ces petits.
Arnaud ressentait cette fierté que les hommes ressentent quand ils sont père, Arnaud aimait ces IA est voulait en faire de grande personne,sur le coup il se tourna en direction de la baie vitré pour jeter un coup d'oeil sur le public , la son regard croisa celui du docteur Hopper.

Avec le temps Arnaud avait finis par comprendre se que ressentait cette femme, Tanit sa petite fille avait beaucoup d' importance a ces yeux, mais jusqu'à présent Arnaud avait considèreé ceci comme une attitude déraisonnable de la part de la scientifique, mais depuis que Hannibal était née sa vision des chose avait évoluer.
Il comprenait vraiment ce qui animait le docteur Hopper car lui même éprouvait la même chose, de-lors difficile pour lui de dire que l'instinct maternelle de Anthea était illogique car lui même se sentais l'âme d'une père qui aime ces enfants.
Éduquer et Protéger ces enfants et le rôle de tous bon père et de toutes bonne mère qui se respecte, Arnaud le voyait comme ceci et c'est pour ça qu'il étaient inquiet pour ces IA.
Qu'est ce qu'elle allait rencontrer sur se nouveau monde, des anti-virus, le Kraken ou quoi d'autres ? seul l'avenir allait pouvoir le dire.
Arnaud activa le mode d'imersion et la sphère plongea dans la mer numérique, en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire celle-ci se retrouva dans l' océan numérique, les Cartha-guerrier furent ébloui par le spectacle qui se dessinait sous leur yeux , le réseau ne ressemblait a rien de ce qu'ils connaissaient chacun y alla de son petit commentaire pour décrire se qu'il voyait, quand a Arnaud il était soulager la sonde ne c'était pas désintégrer et celle ci faisait route a présent vers le monde inconnu, dés a présent le sort était jeter dans quelque minutes Vger 2.0 allait arriver dans un nouveau monde.



----------------------------------------------- Sixième partie -----------------------------------------------

Paris - rue de la destiné - 18 h 40

"Yumi et si tu savais combien je t'aime"

Non !!! ça c'est stupide jamais elle croira que sa viendra de lui fit William.*

"Toutes la Yumi que j'aime, elle vient de la elle vient du blues" ( Johnny Halliday)

Encore pire !!! franchement William tu touche le fond ce dit il a lui même.

Depuis plus de 3 heures William arpentait les rues de la capital a la recherche de l'inspirations, il voguait de rue en rue afin de rédiger une nouvelle lettre d'amour pour Yumi.
Non pas qu'il cherchait ces mots car ceux de son coeur était très clair, mais trouver ceux d'Ulrich n'était pas aisé.
Normalement écrire une déclarations incombe a celui qui aime,cette démarche est personnel en temps normal mais Ulrich avait beau être adroite au sabre sa fibre poétique était largement moins tranchante, du coup William devait se la jouer Cyrano de Bergerac, décidément les vielles habitude était tenace.
Certes la repartis de William n'était pas très adroite mais lui il savait être plus explicite que Ulrich dans ces propos, il savait sortir les mots et les coucher sur le papier quand il s'agissait de Yumi.

Tournant les vers de droite a gauche ,William cherchait toutes rimes possible, il se demandait surtout se qui dirait Ulrich, heureusement cette lettre ne devait être qu'une ébauche qui devait servir de modèle a Ulrich pour écrire la sienne, comme les sentiments de chacun des deux jeunes hommes convergeaient vers un but précis ,a savoir toucher le coeur est l'âme de Yumi.

surtout qu'en se moment l'âme de cette dernière était plutôt en peine avec tous ce qui était arriver ces dernier temps,difficile pour elle de investir dans une relation sérieuse avec Ulrich si toute son attention est braqué sur Aelita.
La belle japonaise nourrissait de la culpabilité a cause de ce qui était arriver a Aelita,se sentant responsable de sa disparitions elle se condamnait a souffrir bien plus qu'il n'en n'était nécessaire en s'imposant des pénitence trop lourdes pour elle.

Yumi voulait qu'on l'aide mais sa stupide fierté l'empêchait de l'avouer ni même d'appeler au secours, mais William avait compris ceci ,il se fit donc un devoir d'aider la belle japonaise.
Yumi portait ce fardeaux sur le coeur depuis bien trop longtemps, il était temps pour elle de comprendre qu'on pouvait le porter a deux.
Ulrich pouvait aider Yumi a surmonter cette épreuve, le beau jeune homme en était capable fallait que lui puisse l'avouer a Yumi et c'est la que William intervenait.

Ulrich pouvait aider Yumi et William devait aider Ulrich, le schéma semblait compliqué mais la relations entre ces trois la n'avait jamais été simple de toutes façons.
William aimait toujours Yumi mais cette amours était très diffèrent de celui d'avant,trop de choses avaient changer entre eux pour qu'ils puissent nourrir les mêmes sentiment et faire comme si de rein n'était.
Si le beau ténébreux avait abandonner le coeur de Yumi a son rival et amis, William n'abandonnait pas Yumi en temps qu'amie.
Entre elle est lui se serait désormais " copains et puis c'est tous" ainsi l'avait voulu William, pour lui c'était la meilleure chose a faire pour ne pas ajouter d'avantage de peine sur les épaules de Yumi.

William accusait un peu le coup de cette décision mais le jeune homme c'était fait une Raisons,quoi qu'il en soit sa décision était prise et il ne reviendrait pas là-dessus ... désormais Yumi et Ulrich sa serait a la vie a la mort.

La mort.... pourquoi diable fallait il que William pense a la mort ? si le beau ténébreux ne cherchais plus a conquérir le coeur de Yumi il ne pouvait pas non plus l'oublier et encore moins ignorer la menace qui planait sur sa tête.

Les cauchemars de William avaient redoublé d' intensité ces dernière nuits, plus violent plus précis et toujours avec se funeste dénouement.
Difficile pour lui de chasser de son esprit de telle vision d'horreur, la mort de Yumi avait de quoi le perturber, conscient que cela n'était pas des cauchemars ordinaire il en avait fait part Yumi ,celle ci avait accueillit plutôt fraîchement la nouvelle, la belle japonaise avait voulu convaincre William qu tous ceci n'était qu'un banal cauchemar, mais aller dire ça a un homme qui revit la même scène tous les soir....
Pour William Yumi était en danger et lui serait impuissant a faire quoi que se soit si sa devait arriver a moins que.....
Ah moins que d'autres personne ne l'aide a la convaincre de ne pas retourner sur Lyoko, ce fut pour cette raison qu'il trouva la courage de parler de son rêve a Ulrich ,après tous vu que cela concernait Yumi William espérait trouver en lui une oreille plus attentive que celle de la concerne qui avait refuser de le croire.

Ulrich ne cacha pas le fait qu'il avait du mal a croire William, mais contrairement a Yumi il pris le partis de William,si effectivement Yumi était en danger elle ne devait pas retourner sur Lyoko sans une garde rapprocher.
Yumi pouvait compter sur le soutien de deux chevalier servant,chacun d'eux serais près a mourir pour elle si il le fallait, cette perspective enchanta pas William mais faut de mieux.
Rassurez par la promesse que lui avait fait Ulrich de l'aider a convaincre Yumi William se remit a la recherche de l'inspiration mais se faisant déjà très tard il décida de renter ou collège Kadic et comme il avait fait la bêtise double son téléphone portable sur son lit fallait mieux qu'il se dépêche au cas ou on aurait besoin de lui.

Pendant ce temps au laboratoire Jeremie finissait de taper quelque ligne de code quand soudain une fenêtre s'ouvrit sur son écran,intrigué Jeremie regarda de quoi il en retournait ,mais quand il pris connaissance des données afficher il cru bien avaler sa chique.

Il s'agissait de la fenêtre d'alarme du radar de Lyoko, celui ci venait de détecter la présence d'un objet qui venait d' émerger de la mers numérique, en analysant les données relative a cette objet Jeremie avait reconnu la signature virtuel de la sonde responsable de la disparitions de Aelita.croyant a une erreur il Re vérifia les calculs mais il n'y avait pas de beug dans le programme.
Devant la gravité de la situation Jeremie n'eut d'autre choix que d'appeler les Lyoko-guerrier a la rescousse.

















---------------------------------------------- Septième partie ----------------------------------------------

Monde Inconnue - 18 h 52 m 33 s

Quand la sphère émergea son apparition fut immédiate retranscrit sur les écrans de contrôle de la Team E ( équipe Erynnies ) Arnaud activa alors une ascension verticale pour se rendre au niveau du plateau le plut près
Le petit prodige fit glisser son index sur la surface vitrée de l'écran tactile, progressivement il augmentait l'indice Y ce qui fit monter la sphère a la verticale tous en contrôlant sa dérive avec les axes X et Z.
Arrivé a l'attitude requise Arnaud stoppa la progressions et entama aussitôt une translation sur les axes X et Z, répondant c'est le cas de le dire au doigt et a l'oeil la sonde commença a se diriger vers un point précis du territoire.

Progression normale sur coordonnez pré établis dit Arnaud a ces collègues
Transmission du signal numérique optimal a 99,89 % fit Mac Arthur.
Système de prise de contrôle et interface du protocole Tanit charge est en attente fit Adhitha Arrivé sur cible dans 36 secondes dit Arnaud.

La sonde avança a vive allure sur le territoire a l'aspect désertique, celle-ci évita soigneusement tous les obstacles qui se dressait devant elle, silencieuse et rapide elle volait en raz motte laissant choir derrière elle un nuage de poussière que son déplacement arrachait du sol
devant son écran de contrôle Arnaud avait enfin une vue très net de se monde , la caméra embarquée lui donnait une vision très précise de ce qui se trouvait devant lui ,finis l'époque ou la représentation de l'environnemt était en fil de fer, cette fois ce monde virtuel pouvait lui apparaître dans toutes sa splendeur,du moins pour ce qu'il y avait voir.

Arnaud fut un peu déçu lui s'attendait a trouver un monde plus fouillé il se trouvait devant la pale représentation d'un désert quelqu'oncque composé de rocher marron pourpre et de sable jaune , mais qu'importe la déco Arnaud n'était pas la pour faire du tourisme mais pour accomplir son devoir.

Parler d'un devoir ,un acte de vandalisme serait une expression plus adéquate ace quel petit génie s'apprêtait a faire, mais Arnaud n'avait pas vraiment le choix il devait obéir au instruction qu'on lui avait donner.
Sans avoir a se retourner il sentis le regard lourd des pontes se poser sur lui, assis confortablement derrière leur bais vitrée, les principaux dirigeant assistaient au déroulement de l'opérations, tous attendaient de voir ce qui allait se passer une fois que la sonde aurait atteint son objection, cette attente fut des plus court car la sonde arriva dans la tour principale.

Objectif atteint dit Arnaud
Arrive sur cible confirmé dit Mac Arthur
Je confirme notre arrêt en 620 . 921 . 415 fit Adhitha en donnant les chiffres de la positions actuel.

Maintenant la sonde c'était stabilisé devant son objectif, celle ci se trouvait au pied d'un grand édifice de couleur crème auréolé de fumée blanche.Arnaud fit redresser sa sonde sur elle même en mettant a nouveau les intersections des anneaux a la vertical.

Sonde redressé .... transfert des fichiers activé fit Arnaud en activant 4 touches.

A la suite de ces instructions des rayons de lumière apparurent aux 4 coins de la sphère, des silhouette lumineuse en sortir pour prendre forme sur le territoire désertique.
Bottes bien cirée, tenue sans un pli, armes au fourreau et regard perçant l'horizon les Cartha-guerrier venaient de débarquer sur Lyoko.
Aussitôt la sphère s'éleva dans les airs pour se mettre a mi niveau de la tour,tandis qu'au sol les quatre guerrier de Neo-Carthage analysaient le territoire.

Alors c'est ça le monde Ennemis fit Astarté.
En effet c'est ici lui répondit Hannibal en surveillant la plaine désertique.
Franchement je suis déçu lui dit la guerrière métisse.
Je ne vois pas pourquoi tu dis ça lui fit Hannibal sans relâcher sa surveillance.
Personnellement je m'attendais a quelque chose de plus... sauvage ... mais la c'est le désert fit Astarté.
Ne te pleins que tous soit calme lui dit Hannibal.
Au contraire je le plains , je venu pour me battre lui répondit Astarté.
Ce n'est pas le but de notre mission lui répondit Hannibal.

Une fois de plus Astarté insulta Hannibal en le traitant de lâche qui fui le combat,Hannibal lui rétorqua sans s'énerver que but de leur présence ici c'était avant tous de proteger la sonde et pas d'aller chercher querelle a n' importe qui ou n'importe quoi.
Astarté ne préféra rein ajouter a cela car elle savait que tous au tard de ennemis allait se manifester et que la elle pourrait enfin se battre.

De leur coté Merkal et Didon étaient beaucoup plus détendu que leur aînée ,après tous Hannibal et Astarté étaient leur grand frère et leur grande soeur a tous deux,numériquement parlant Hannibal était le premier (CG 01) et Astarté la seconde (CG 02) en leur qualité de premier modèle ils étaient censée montrer l'exemple mais la ce n'était pas le cas.
L'attitude dédaigneuse de Astarté vis a vis de CG 01 et la passivité mollasone de Hannibal n'étaient pas vraiment des exemples que Didon est Merkal pouvaient suivre.

Du coup CG 03 et CG 04 avait développer leurs propre attitude en commun, ces deux la étaient toujours ensemble aussi bien en combat binomes que pendant leur temps libre.
Merkal était un vrai renard ( son emblème au passage) qui aimait s'amuser a faire des surprises cocasse a Didon pour lui faire peur, mais celui savait aussi qu'il fallait pas pousser la plaisanterie trop loin avec elle sinon il pouvait se ramasser une décharge de cristaux dans la figure, mais cette attitude espiègle amusait beaucoup Didon qui appréciait beaucoup les petites chatouille que lui faisait Merkal quand celui la surprenait par derrière.
Le rusé homme renard aimait attraper Didon par surprise quand cela arrivait il l'enlaçait dans ces bras pour la chatouiller ,a se moment Didon rigolait comme une petite folle tous en suppliant Merkal d'arrêter si celui si refusait la magicienne usait d'argument plus dissuasif en enfermant aussitôt Merkal dans un bloc de cristal.
Coincé dans ce bloc Merkal ne pouvait plus bouger, la seul chose qu'il pouvait faire c'est libéré Didon pour qu'elle a sont tour le libère de sa prison d'émeraude.
C'est petit jeu spéciaux était fréquent est distrayant voire bizarre pour Arnaud qui ne comprenait pas ou étaient le plaisir la dedans mais au moins ils étaient plus intéressant que ceux de Hannibal ou Astarté.

Entre découper des centaines de mannequins ou discuter reproduction humaine avec Maître Arnaud Didon préférait plutôt s' adonner a la créations
Didon ce plaisait a tester ces pouvoirs de création crystalin ,pour tous dire elle développait un sens artistique très spécial, elle avait réaliser des figures géometrique très complexe allant du tetraede aux fractale pur ou bien elle réalisait des reproduction grandeur nature de chacun de ces semblables, a noter que les statues les plus fréquente était celle de Astarté.

Didon vouait une grande admiration pour sa grande soeur, en tant que guerrière elle la trouvait formidable, Didon se surprenait a vouloir être comme la belle métisse car c'est qui impressionnait le plus Didon chez Astarté ce n'était pas sa puissance et son pouvoir car Didon en avait plus quelle mais plutôt le caractère émancipé de cette dernière.

Didon malgres ces jeux enfantin avec Merkal était en faite un personne très timide qui avait du mal a s'imposer, elle ne prenait jamais part au dispute entre Merkal Hannibal et Astarté non pas parce quelle n'avait rein a dire mais seulement parce quelle n'osait pas se mêlé au autres pour faire valoir son avis.

Mais Didon apprenait ,elle prenait Astarté comme modèle est essayait de l'imiter ,avec plus au moins de succès en retour la métisse lui donnait quelque conseil pour s'affranchir, le plus précieux de tous étaient celui qui avait surpris le plus Didon car il était sortit de la bouche même de Astarté

Bat toi oui...Mais bat toi pour ceux que tu aime lui avait un jour dit Astarté.

De la part de Astarté cela pouvait paraître surprenant mais Didon avait garder en mémoire ce précieux conseil qui parait il devait lui donner du courage pour se battre.
Car contrairement a son apparence de fille timide et fragile Didon n'était du genre a se laisser faire, en temps que Cartha-guerrière elle était très forte, si forte que la dernière foi ou elle avait utiliser son pouvoir a pleine puissance il avait fallut que Arnaud re programme une partie de la salle d' entraînement.
Depuis Arnaud avait interdit a Didon d'utiliser "l'attaque des milles étoiles" ,cette technique était trop destructrice aussi bien pour son adversaire qui n'avait aucune chance d'en rechaper que pour elle même, l'usage de se pouvoir lui demandait trop d'énergie.

Mais l'heure n'était plus aux souvenirs les Cartha-guerrier avait une mission a accomplir, il se mirent alors tous en position vers la tour, conforment au plan Didon se mit en prière et généra un champ de force crystalin autour de la tour et de la sonde, tandis que les autres guerriers se positionnaient sur les rebord de ce boucliers

TPendant ce temps la sur Neo Carthage Tanit se tenait prés a intervenir, la puissante IA n'attendait plus que le feu vert de Adhitha et de Mac Arthur pour commencer,quand la sonde fut mis en place et bien proteger par les Cartha-guerrier Arnaud passa le relais a ces coéquipier,Mac Arthur activa les relais de transmission de Vger qui émis aussitôt le signal d'appel a ce moment Adhitha cala la fréquence d'appel sur le système de réception du temple de Tanit,a cet instant précis par l intermédiaire de son socle de prière Tanit fut mis en relation avec Vger 2.0

Connexion établis avec Vger dit Adhitha.
Émission / réception fonctionnel confirma MacArthur.
Tanit est en phase avec la sonde fit Arnaud.

A cette annonce Anthea pris le microphone pour parler a Tanit, celle ci avait un information importante a lui communiquer.

Tanit tu m'entend lui fit Anthea.
Oui mère je vous entend fit Tanit
Et tu bien connecter avec Vger lui demanda Anthea
Oui mère je le suis fit Tanit.
Dans ces cas la Tanit tu peut commencer lui ordonna Anthea
Oui mère je me met au travail tous de suite lui répondit Tanit.

De la même manière que Didon Tanit se mis genoux sur son socle, la elle commença a se concentrer sur le signal émis,a cette instant a des centaines de kilomètre de la dans un monde virtuel connu de tous un édifice de nacre vit son aura blanche virer au violet.


---------------------------------------------- Huitième partie ----------------------------------------------

Laboratoire de l'usine - salle de contrôle - 18 h 55

la porte du monte charge s'ouvrit en libérant son souffle habituel d'air frais venant de l'extérieur, c'est alors que Yumi Odd est Ulrich firent leur entré en trombe dans le laboratoire.
Presque tous les Lyoko-guerriers avaient répondu présent a l'appel de Jeremie a l'exception de William qui était mystérieusement injoignable , après avoir reçu le message de Jeremie ils ne leur avaient fallu que 10 minutes pour rallier en toutes urgence l'usine.
Avant l'appel Ulrich était tranquillement dans sa chambre entrain de lire un magazine de super héros quand un message a caractère urgent fit sonner son portable, ayant pris connaissance de l'appel de Jeremie le samourai était partie direction du gymnase pour y retrouver Odd qui semble t'il ne répondait pas a l'appel du petit génie.

En effet le félin était entrain de s'entraîner comme un fou au Penchak Silat du coup il avait laisser son portable dans son sac de sport et n'avait pas entendu l'appel, quand quelque minutes plus tard Ulrich se pointa en courant dans le gymnase Odd compris immédiatement qu'on avait besoin de lui.
Sans prendre la peine de se changer Odd et Ulrich se rendirent aussitôt a l'usine en passant par la chaufferie, une foi dans les égouts ils prirent leurs skates pour rallier le plus rapidement possible l'usine,en sortant par la plaque d'égout il croisèrent Yumi qui arrivait de chez elle en même temps, réunis sur le pont les trois Lyoko guerrier filèrent donc jusqu'au monte charge pour retrouver Jeremie dans le laboratoire.

Que se passe t'il Jeremie lui demanda Yumi
Nous avons un gros problème sur les bras leur répondit le petit génie
Quels genre de problème lui demanda Ulrich
Ce genre de problème leur répondit Jeremie en leur montrant l'écran.

les trois amis regardèrent l'écran que leur montrait Jeremie ,dans le menu principale la fenêtre radar avait été ouverte en compagnie d'une autre , mais en dehors de cette fenêtre c'était surtout son contenu qui saisit le plus les trois jeunes.
Sur la représentation en fil de fer du radar des signaux inconnu avaient fait leur apparition auprès d'une tour et c'étaient même positionner a proximité.
Plus grave encore le super scan c'était lui aussi activer pour signaler que ladite tour était en phase d'activation ,avec ces deux éléments sous leur yeux il ne fallut pas longtemps au Lyoko-guerriers pour comprendre ce qui se passait. .... Une attaque venait d'être lancer.

Pourquoi faut il que Xana passe a l'attaque maintenant soupira Odd.
C'est pas Xana lui répondit aussitôt Jeremie.
Comment ça c'est pas Xana ? fit Odd.
Ce n'est pas Xana qui nous attaque répéta Jeremie
Tu est sur de toi lui demanda Yumi un peu septique
Sur de moi ce signal n'est pas celui de Xana insista Jeremie.
Si c'est pas Xana qui est ce demanda Ulrich
C'est Carthage leur dit Jeremie.

Carthage !! le noms suffit a faire tréssailir d'effroi tous le Lyoko-guerrier présent dans la salle,car ce noms était a juste titre synonyme de grand malheur.
Carthage !! Jeremie n'avait pas trouver meilleur dénominations pour qualifier ce nouvelle ennemis, car il ne fallait pas si méprendre des que le signal radar était apparu sur les écrans de contrôle de Jeremie ,celui ci avait effectuer une analyse complète du signal , il c'était alors avéré que celui était le même que celui émis par la sphère responsable jadis de l'enlèvement de Aelita en juin dernier.
Se signal allait de paire avec un mystérieux symbole gravé sur la sphère , le symbole que Ulrich avait décrit a Jeremie était celui de Tanit, pas de doute alors que leur ennemis inconnu devait avoir un lien avec le projet Carthage que Franz Hopper avait jadis voulu détruire, si ce n'était pas le cas il s'agissait alors d'une coïncidence vraiment énorme.
Quoi qu'il en soit Jeremie avait baptiser cet ennemis Carthage, il était plus facile pour lui de le nommer ainsi et surtout pour le différencier de Xana,seulement un noms c'est bien jolie mais se ne dit pas pourquoi cette sphère était de retour et pourquoi celle ci essayait d'activer une tour.

La sphère est de retour , sa veut dire que Carthage nous attaque fit Jeremie.
Carthage manquait plus que ça lui dit Ulrich.
Est ce pas le pire leur dit Jeremie.
Quoi d'autre encore fit Yumi.

Jeremie leur expliqua que cette sphère avait amener avec elle sont lot de nouveauté, quatre mystérieux signaux fait leur l'apparition pour se positionner vers la tour, pour Jeremie il devait sans doute agir de monstre destiner a surveiller celle ci pendant que la sphère activait la tour a son profit.
C'était d'aillieur la seule bonne nouvelle du moment ,malgré sa réapparition la sphère n'était pas encore parvenu a activer la tour a son profit, la raison de ce petit miracle était dut a une petite intervention de Jeremie.

Durant des mois Jeremie n'avait pas travailler que sur la Transcendance et la sonde Magellan, le petit génie avait mis au point tous un système de protection pour Lyoko, il avait par exemple renforcé les boucliers externe du monde pour éviter toute intrusion non désiré, visiblement cela c'était avérer inutile vu que Skull et cette sphère était parvenu a passer.

qu'importe Jeremie avait plus d'un tour dans sa tour, aussi c'était il atteler a la mise au point d'un petit système de radio diffusion très spécial qui permettrait de contré les ondes parasites de cette sphère.
Lors de son l'apparition la première fois la sphère avait émis une onde qui avait désactiver pas mal de système sur le super-calculateur,pour palier a ce problème Jeremie avait créer son propre émetteur d'onde pirates , un contre signal conçus pour annihiler celui de la sonde, en petit futée qu'il était Jeremie avait incorporé se système dans chacune des tours de Lyoko se qui faisait que si la sphère essayait de ce connecter dessus celle ci risquerait d'avoir une mauvaise surprise.

Donc la tour n'est pas activer fit Yumi.
Pas encore mais se ne serait tarder fit Jeremie.
Que fait ton alors demanda Ulrich.
Je crois que c'est clair il va falloir vous rendre sur Lyoko leur fit Jeremie.

La réponse de Jeremie était tellement évidente que Ulrich se sentis bête de l'avoir posée. mais tous furent d'accord sur le faite qu'il fallait intervenir rapidement car quoi que cette chose voulait faire cela ne présageait rien de bon.

Jeremie ordonna a ces amis de ce rendre sur place pour enquêter et pour stopper cette folie, aussitôt dit aussitôt fait les trois Lyoko-guerrier s'en allèrent dans le monte charge pour descendre en salle des scanners ,avant que la porte se referme Yumi demanda a Jeremie si celui ci avait des nouvelles de William,Jeremie lui répondit que non mais qu'il essayait encore de le joindre.

Malgres l'attitude de William ces dernier jours est son comportement spécial Yumi savait que son aide serait indispensable, un Lyoko guerrier de plus ne pouvait pas un être un luxe et quoi qu'on puisse en dire William était très fort, il fallait absolument qu'il vienne.

La porte du monte charge s'ouvrit sur une salle dorée dans laquelle trois grand tube métallique avait été aménage, aussitôt chacun des adolescent se dirigea vers un tube précis pour entrer dedans,

Transfert Odd - Transfert Ulrich - Transfert Yumi dit Jeremie

Une fois a l'intérieur les parois se refermèrent,à l'étage supérieur Jeremie commença a entrer les procédure de virtualisations.

Scanner Odd - Scanner Ulrich - Scanner Yumi

A l'intérieur de chaque tube un anneau de scannerisation commença a descendre le long de la paroi ,celui effectua un balayage de haut en bas pour numériser chacun des adolescents, quand les données furent acquise par le super-calculateur Jeremie appuya sur la touche entré en criant ....

________________________VIRTUALISATION___________________________


---------------------------------------------- Neuvième partie ----------------------------------------------

Cyclotron - section 5 - laboratoire numéro 1 - 19 h 07

Nous avons un petit problème dit Adhitha.
Quels genre de problème lui demanda Arnaud
Tanit n'arrive pas a se synchroniser avec la tour.
Il doit y avoir une erreur lui dit Arnaud
Je vous assure que non Mr Morillon lui répondit Adhitha en réglant ces vecteur.
Pourtant la tour est activé mes Cartha-guerrier mon n'en donner la confirmation visuel que le halo était passer au violet fit Arnaud.
Ce n'est que la halo qui a changer de couleur mais les fonctions primaire son inactive lui dit la jolie indienne.
c'est confirmé la tour n'est pas active dit aussitôt Mac Arthur.
vous êtes sur fit Arnaud en se tournant vers l'ingénieur.
Affirmatif nous n'avons pas de signal de retour lui dit Richard.

La absence de signal de retour confirma les dires de Adhitha, pour une raison inconnu Vger 2.0 était connecter a la tour est Tanit pouvait agir sur celle ci mais le signal de retour qui devait confirmer la prise effective de contrôle n'arrivait pas a être émis.
Sans se signal Tanit ne pouvait pas savoir si les paramètres quelle modifiait était actif ou non du coup cela empêchait l'intelligence artificiel de continuer sa tache.

Un problème Mr Morillon demanda la docteur Hopkins au travers du microphone.
Rien un petit contre mineur lui répondit Arnaud.
Que se passe t'il demanda le Dr Hopkins.
Un petit problème de retour de signal , mais nous sommes entrain de corriger ça fit Arnaud.
Bien poursuivez alors fit le docteur Hopkins.
Oui monsieur fit Arnaud en se retournant vers son pupitre.
Pas si mineur que sa lui chuchota Richard
je sais, mais c'est pas le moment qu'on nous mette la pression lui dit Arnaud.

La situation n'étant pas facile a gérer si en plus il fallait avoir ces patrons sur le dos cela n'arrangerait rein, cette pression inutile était biens la dernière chose donc Arnaud est les membres de la Team E avaient besoin.
La complexité du problème demandait un sang froid est une maîtrise exemplaire, Arnaud voulait comprendre d'où venait le problème il lança un auto diagnostique rapide de sa sonde,mais quand il voulu activer la fonction "AUTO-SCAN" celle ci refusa de fonctionner, Arnaud si reprit a trois fois avant de comprendre que le problème venait d'aillieur.

Visiblement quelque chose parasitait le signal de transmissions de la sonde,ce théorie fut corroborer par Richard qui lui aussi peinait a maintenir le contact quand a Adhitha elle ne n'avait plus de liaison avec Tanit et la tour
C'est alors que sur le monde mystérieux le halo de la tour redevint blanc sous les yeux incrédule des Cartha-guerriers.

Que se passe t'il demanda Hannibal en voyant ceci.
Je ne sais pas lui répondit Astarté.
vas savoir fit Merkal.

Tous comme la Team E les Cartha-guerrier étaient tous interpeller par ce phénomène, c'est alors que la tour se mit a briller d'une couleur verte très intense, le halo de fumée prit une teinture de couleur émeraude, a ce moment précis la tour dégagea une onde inconnu qui frappa de pleins fouet Vger et les Cartha-guerrier, aussitôt toutes les IA portèrent la mains sur la poitrine.

AAAHHH mais que se passe t'il dit Hannibal en suffocant.
J'ai ... J'ai mal fit Astarté en blêmissant.
aaaahhhh c'est ....aaaahhhh fit Merkal en se roulant par terre.
Pitié.... arrêter fit Didon qui en perdit sa concentration.

Sous l'effet de la douleur le mur de protection de Didon disparu, mais la souffrance qui habitaient chacun des Cartha-guerriers ne s'estompa pas au contraire elle redoubla d' intensité avec la disparition du mur de protection maintenant que les ondes n'étaient plus contenu celles ci pouvait se rependre sur tous le territoire.soumis a leur effet néfaste ces ondes torturaient les pauvres IA qui se roulaient au sol en convulsant.
Arnaud entendit le cris de douleur de ces IA alors que sur son écran de contrôle les données se brouillaient.

Mais que se passe t'il demanda le petit Génie.
J'en est pas la moindre idée lui répondit Mac Arthur.

La situation devenait hors de contrôle, les communication était hors service, les Cartha-guerrier était dans le cirage et personne ne comprenait rien a ce qui se passait, Arnaud se tritura les méninges pour trouver une explication mais surtout une solution, il ne pouvait pas laisser ces IA souffrir comme ça,il devait agir et agir vite pour cela il devait comprendre ce qui se passait.

Arnaud était bien loin de ce douter que derrière tous ça se cachait en fait le contre signal de Jeremie, son programme piège avait fonctionner a merveille, en se connectant sur la tour la sonde avait activer le système de défense de celle ci, elle émettait a présent une onde parasite qui affectait la sonde mais également tous les sous programmes de celle si a savoir les Cartha-guerriers et cerise sur le gâteau via le système de transmission de la sonde ce signal se répercutait sur les installation de Cyclotron.

Jeremie se félicitait de tous ceci, son système était au point et celui semblait mettre en déroute l'ennemi, car sur ces écrans les point violet qui représentait les monstres étaient devenu inactif, Jeremie supposa que son signal était finalement plus efficace que prévu car il neutralisait aussi les créatures mais la suite des évènements lui montra que ce dernier était trop efficace.

Soudain Jeremie reçu un appel au secours qui provenait de Yumi, aussitôt le jeune génie interpella la japonaise pour lui demander ce qui se passais celui lui répondit qu'elle souffrait horriblement et qu'elle n'était pas la seule Odd et Ulrich étaient dans le même état qu'elle ,coucher sur le sol les Lyoko-guerriers se tenaient la poitrine car leur coeur virtuel les faisaient terriblement souffrir.

Que se passe t'il Jeremie cria Yumi.
J'ai mal fit Odd.
aaaahhhh fit Ulrich en se contorsionant
C'est pas vrai s'écria Jeremie

Aussitôt le petit génie programma la désactivation de la tour,visiblement le signal n'affectait pas que les monstres,ces amis était également victime de se dernier.
Jeremie mit fin a leur souffrance en coupant le signal parasite, c'est alors que la tour retrouva un halo blanc est l'onde cessa d'être émis.
Panique Jeremie demanda a ces amis si tous allait bien, ceux ci commencèrent a reprendre des forces mais il était très affaibli par tous ceci ,Jeremie se confondit en excuse, jamais il n'aurait penser que son système puisse être aussi efficace.

C'était quoi ce truc dit Odd
Apparemment mon système et plus efficace que prévu lui dit Jeremie
Merci on avait remarquer lui dit Ulrich.
Vraiment désolé j'aurais pas cru que cela agirait sur vous leur dit Jeremie.
La prochaine tu fera des test avant de lancer un truc comme ça lui fit Yumi en se relevant

Finalement il eut plus de peur que de mal ,c'est amis allaient bien mais sur le coup ceux ci eurent coup une dent contre Jeremie et son système, par mesure de sécurité Jeremie désactiva celui ci.de façons définitive.
Quand le petit génie fut rassure sur l'état de santé de ces amis il demanda a ceux-ci si ils étaient près a poursuivre la mission, Odd fut le premier a réagir en disant que oui.
Aussitôt Ulrich et Yumi lui emboitèrent le pas ce qui rassura Jeremie surtout qu'a première vue les ennemis avaient eux aussi repris du poil de la bête


Vers la tour du passage les Cartha-guerriers étaient de nouveau sur leur deux jambes ,grâce a la régénération virtuel leur capacité de récupération était nettement supérieur a celle des Lyoko-guerriers quand le signal cessa d'être émis il ne leur avaient pas fallu plus de 10 seconde pour être de nouveau opérationnel

Du coté de la Tean E tous c'était aussi arranger , les systèmes étaient de nouveau opérationnel, aussitôt Arnaud pris contact avec ces IA pour savoir comment elle allaient ,quelle soulagement ce fut pour le jeune homme quand chacune d'entre elles lui dit que cela allait bien.
Puisque tous était rentrer dans l'ordre la mission pouvait continuer ,Arnaud reprit les opération de connections avec la tour pendant que ces partenaires s'attelaient a leurs taches, de leur coté les Cartha-guerrier reprirent leurs positions et a nouveau Didon érrigeat un bouclier de cristal qui entoura la sonde et la tour.

Tous allaient pouvoir recommencer quand d'un seul coup sur l'écran radar de la sonde trois forme inconnu firent leur apparition, Arnaud devina tous de suite de quoi il s'agissait, a première vue les anti virus de se monde avaient décider a faire volte face et ceux ci se dirigeait vers la tour.
Arnaud avertis alors ces IA de l'arrivée imminente des programme de défense de ce monde.

Les enfants vous allez avoir de la compagnie leur dit il
Nos ennemis arrivent demanda Hannibal
c'est confirmer trois anti virus vont fonce en plein dessus lui dit Arnaud
on se tiens près fit Hannibal

Arnaud indiqua de quelle coté ces anti-virus allaient arriver, les Cartha-guerriers se mirent alors cote a cote en plein sur la trajectoire de leur adversaire ,Hannibal était au centre de la formations tandis que légèrement en retrait se tenaient Astarté a sa droite et Merkal sur sa gauche

On va enfin se battre dit Astarté en sortant ces disques.
Un peu d'action ne nous fera pas de mal lui répondit Merkal en faisant tourner son bras droit pour s'échauffer les muscles du dos.
soyons sur nos gardes on ne sait pas contre quoi on vas se battre leur dit Hannibal.

Arnaud fut du même avis que Hannibal il exhorta Astarté et Merkal a la plus grande prudence en leur rappelant que ces "anti-virus " étaient responsable de la perte de Vger 1.0 et quand aucun cas il ne faudrait les sous estimer.

Je vous le répète soyez prudent leur dit Arnaud.
Nous le serons lui répondit Hannibal.
Nous ferons attention maître Arnaud lui dit Astarté.
Y'as pas de lézard lui dit Merkal.

Les Cartha-guerriers étaient près a se battre mais ils allaient le faire avec la plus grande prudence qui soit, vu ce qui c'était passer précédemment avec cette onde inconnue il valait mieux être attentif et organisé.
Didon reçu l'ordre de maintenir sa position et cela quoi qu'il arrive durant le combat, la jeune magicienne dut obéir bien qu'elle aurait voulu participer au combat elle aussi au lieu de rester en retrait, mais les ordres sont les ordres et Didon était très obéissante car elle était la plus discipliné de tous les Cartha-guerriers.

Astarté avait déjà sortit ces armes et se tenait prés a riposter a la moindre attaque quand a Hannibal lui il observait la situation calmement, le chef des Cartha-guerrier attendait de voir a qui il avait a faire avant de sortir ces glaives, sa patiente fut récompenser car au détour des rochers les ennemies firent leur apparition.

Les voila dit Hannibal....



















---------------------------------------------- Dixième partie ----------------------------------------------

Internat du collège Kadic - chambre de William - - 19 h 21

Alors que sur Lyoko une terrible bataille allait faire rage ailleurs sur terre un jeune homme au look de "bad boy" venait de regagner la tranquillité de sa chambre.
Il s'avança vers son lit et s allongea de tous son être dessus avant de pousser un ouf de soulagement.

Ah enfin fit le jeune en se prélassant

Après avoir passé plusieurs heures a vagabondé dans les rue de Paris a la recherche de l' inspirations William n'était pas fâché de retrouver le confort spartiate de son lit d'internat,bon le matelas n'était pas de première jeunesse et la souplesse du sommier a latte était plus que discutable mais quand on est vraiment fatigué ces choses la ne compte plus vraiment, ,seul le mal de dos au petit matin nous rappelle a quelle point l'inconfort d'un lit pour être douloureux.

Mais exténuer comme William l'était entre ces insomnies et sa marche a pied le beau gosse aurait put passer la nuit coucher sur un cactus sans le moindre soucis.
Coucher sur le dos les yeux rivée sur le plafond William était entrain se laisser gagner par la fatigue,mais une pensé bien précise l'obligea a rester éveillé, William commença a fouiller au fin fond de la poche droite de son jean pour en sortir aussitôt une liasse de feuille plier.

Sur ces feuilles de brouillions il avait consigné toutes les idées qu'il avait eut durant sa promenade du jour, sa petit marche exceptionnel avait pour but de trouver des rimes pour rédiger une lettre d'amour a Yumi afin que Ulrich trouve le moyen de lui dire ce qu'il ressentait vraiment pour elle.
William déplia ces feuilles pour en relire le contenu, il se coucha sur le coté en prenant appui sur son coude histoire de bien maintenir sa tête durant toute la lecture,William fit un cour résumé de tous ce que Yumi lui avait inspire pendant sa marche.

Yumi ton regard enflamme mes sens ..... perle noire plus scintillante que les étoiles .... un parfum de mystère qui m'enivre .... un millier de son doux son comme un matelas ... une caresse vaut une brise .... ton sourire illumine mon ciel ombragé ....

les phrases étaient très jolie, mais allait t'elle plaire à Yumi ? rien n'en était moins sur car a bien y regarder toutes ces rimes tournaient autour de la beauté de la jeune fille mais le physique ne suffit pas a séduire Sissi en était la preuve , la véritable beauté de Yumi était celle de son coeur, William le savait bien mais il peinait a la définir cette beauté.

Qu'est qui pouvait tant caractérise la belle japonaise ? sa force de caractère !! peut être se dis William,sinon sa générosité !! difficile a dire se dit William ou alors se serait la ...... !!!! OUI c'est ça qui caractérisait vraiment Yumi.
William se releva en trombe de son lit ,debout sur ces deux jambes en tenant ces feuilles d'une mains ,William survola a nouveaux ces notes ,c'est alors qu'un sourire se dessina sur son visage.
Cette soudaine gaieté avait pour origine le fait que William avait enfin trouver se qui différenciait tant Yumi des autres filles.

C'était pourtant évident ce dit William en tenant ces notes a la mains.

Le beau ténébreux se sentait tellement bête de ne pas y a voir pensée tous de suite alors que lui est Ulrich étaient autant concerné l'un que l'autre par ça.
Par le passé Yumi lui avait témoigné ceci, un qualité qui était propre a Yumi et qui la rendait unique, William se dit alors qu'il tenait le bon filon a exploiter, c'est sur cette qualité propre a Yumi que William devait bâtir son modèle de lettre d'amour ,une fois que se serait fait il invitera Ulrich a venir dans sa chambre pour lui faire par des ces impression ,si Ulrich aime vraiment Yumi il ne pourra qu'être d'accord avec la vision de William.

Espérons que mon intuition est bonne fit William a mi voix.

Alors que William c'était assis a son bureau pour mettre au propre ces idées et ajouter a celle ci ces nouvelles inspirations son portable se mit a sonner,William commença a le chercher du regard quand il vit que celui ci était a moitié caché sous son oreiller, le temps qu'il s'en saisisse c'était déjà trop tard son correspondant avait raccrocher, cela n' empêcha pas William de constater qu'il avait pas moins de six messages en absence, le premier datant de 18 h 51 et tous les autres avaient été passé dans un laps de temps aussi cours.
William reconnu tous de suite le numéro de Jeremie,mais ce qui interpella William c'était que ce numéro n'était autre que celui que Jeremie employait en cas d'urgence et notamment le genre d'urgence qui s'appellait "Attaque Xana"

Sans perdre un seconde William appela Jeremie,mais personne ne décrocha, tous de suite William entrevu le pire, durant quelques secondes les bips de sonnerie lui parurent interminable mais quand Jeremie décrocha se fut un soulagement sans noms pour William

William c'est toi fit Jeremie.
Oui c'est moi fit William.
Bon sang mais ou était tu passé, sa fait 30 minutes que j'essaie de de te joindre lui dit Jeremie.
J'etais sortie mais dis moi plutôt se qui se passe lui demanda William
C'est la cata total lui dit Jeremie.

Pèle mêle Jeremie expliqua a William que la situation sur Lyoko dégénérait dangereusement,les Lyoko guerrier étaient aux prises avec des adversaires inconnu qui leurs donnaient pas mal de fils a retordre, de plus ces derniers essayaient d'activer une tour si ils y parvenaient nul ne savait se qui pourrait se passer.
Jeremie n'eut pas besoin d'en dire plus,William lui dit qu'il arrivait immédiatement, le rebelle de service raccrocha et se précipita dehors dans le couloir, passer les portes coupe feu il descendit les marches d'escalier deux par deux pour arriver au porche mais au moment ou il faillit franchir celui ci il percuta une personne, le choc fut terrible si bien que elle est lui manquèrent de tomber au sous l'impact, mais heureusement tous deux restèrent sur leur deux jambes.

Tu peut pas faire attention espèce de crétin lui dit la personne.
Désolé Sissi je t'avais pas vu lui dit William.
C'est ça lui dit la jeune fille.
Vraiment désole Sissi lui redit William.
Tu sais pas qu'il est interdis de courir dans les couloirs lui rappela Sissi.
Je sais mais la je suis presser lui dit William
Vraiment est je peux savoir ou tu cours comme ça cette heure ci lui demanda Sissi.
Nul part je vais aller manger lui répondit William.
Je te signal que la cantine est ferme depuis 20 minutes lui dit Sissi.

A cette instant l'instinct soupçonneux de Sissi prit le dessus,elle voyait bien que William lui racontait des salades et que cette histoire de cantine n'était qu'un prétexte, tous cela cachait quelque chose est Sissi voulait savoir ce que c'était.

Ou court tu vraiment comme ça lui demanda Sissi.
En quoi sa te regarde lui rétorqua William.
Comme ça pour savoir lui dit Sissi avec le sourire.
Tu n'as pas a le savoir lui dit William en voulant franchir le porche
Oh que si sa me regarde lui fit Sissi en tendant son bras contre le cadre de la porte pour empêcher William d'avancé.

William était coincé ,Sissi lui barrait le passage et ne semblait pas disposer a le laisser continuer sa route, quand Wiliam lui demanda de bien vouloir le laisser passer Sissi refusa de s'exécuter, elle dit a William qu'elle ne se pousserait que si celui lui disait ou il comptait se rendre a une heure aussi tardive ,surtout que passé 19 h les élèves n'avait pas le droit de sortir du collège.
Parmi toutes les personne présente dans ce fichu établissement pourquoi avait il fallu que William tombe sur Sissi, dans le genre pot de colle on ne fait pas mieux du coup le beau ténébreux se trouva fort embêter lui qui devait rejoindre au plus vite ces amis devait faire face a un contre temps inattendue.

Cette situation lui sembla très familière et pour cause il avait déjà vécu la même chose avec Yumi ce fameux soir ou il l'avait croiser en revenant du cinéma, ce jour la il fut surpris de trouver Yumi en dehors de chez elle a une heure tardive , vu qu'elle était presser William avait vu la une occasion unique d' obtenir d'elle tous ce qu'il voulait, en gentleman qu'il était il voulu se contenter d'un simple baiser, mais Yumi le posséda et William se retrouva tous seul au milieux de la rue a poireauter comme un âne, William avait mal accuser le coup mais maintenant il avait compris les raisons qui avait obliger Yumi a agir de la sorte et pour la peine il ne lui en voulu pas trop.

Mais aujourd'hui la situation était inverser c'est lui qui était presser et c'est Sissi qui lui faisait obstacle, sur que la jeune fille ,n'allait pas le laisser passer partir comme ça.
William devait trouver un moyen de passer sans avoir a violenter Sissi, il eut alors l'idée de se la jouer a la réplique ( réplique de William) en simulant a nouveau un comportement anormal
Sissi lui dit William avec une voix douce
Oui fit Sissi
Sissi tu est si jolie lui dit William en lui lançant un regard doux
Quoi fit Sissi.

C'est a cette instant que William se mit a tenir un discourt très amoureux, il gratifia Sissi des plus belle éloges qui soit,la jeune fille surpris par se soudain changement fut pris au dépourvu ,William était entrain de lui faire du charme et cela l'indisposa un peu, elle finit meme par en relâcher sa surveillance
Voyant que sont stratagème fonctionnait William accompagna le geste au paroles, il posa sa main sur la porte pour encadrer Sissi et tous doucement il rapprocha son visage du sien.

Mais ça va pas William lui demanda Sissi
Quand je te vois je deviens fou ma Sissi ajouta William

Effrayer par cette situation incontrôlable Sissi ne sut comment réagir , l'année dernière William avait déjà opter une attitude semblable avec elle et voilà qu'il recommençait a nouveaux.
Avant que les lèvres de William ne touche les siennes Sissi s'écarta pour esquiver William tous en lui disant de ne pas s'approcher davantage d'elle, profitant de ceci William se précipita dehors et avant que Sissi ne comprenne se qui c'était passé William avait déjà disparu dans l obscurité de la nuit tombante.

Maintenant que William c'était débarrasser de Sissi il lui fallait rattraper son retard,il courait aussi vite que cela lui était permis, il arriva par le passage du parc et la il gagna les égout pour rejoindre au plus vite l'usine et le moins que l'on puisse dire c'est que son attente était inespérée car sur Lyoko les événements avait pris une mauvaise tournure depuis 2 minutes


---------------------------------------------- Onzième partie ----------------------------------------------

Le monde de Lyoko - territoire désert - 19 h 14

Qu'est ce que c'est que ces machins demanda Odd.
J'en est pas la moindre idée lui répondit Ulrich
Tous ce qui est sur c'est que se sont nos adversaires leur dit Yumi.
Einstein tu vois se que l'on voit lui dit Odd.
Pas vraiment lui répondit le petit génie.

En l'absence de Aelita Jeremie était privé de visuel, tous ce qu'il avait pour se représenter Lyoko c'était la structure en fil de fer, pour lui ces amis aussi bien que les monstre était symbolisé par des triangle surmonter d'un indicateur de statut.
Mais qu'importe le visuel le radar suffisait a définir la nature des créatures et leur positions,ces informations devaient en temps normal suffire aux Lyoko-guerriers.
Mais quand Jeremie demanda a quel genre de monstres ces amis avaient a faire la réponse de Yumi fut des plus saisissante.

C'est quoi comme genre monstre ? des araignées, des insectes ... demanda Jeremie.
Ce ne sont pas des monstres lui fit Yumi avec une petite voix.
Qu'est ce que c'est alors lui demanda Jeremie.
Ce sont des êtres humains lui dit la jeune japonaise.

Sur le coup Jeremie n'arriva pas a le croire, il devait avoir mal entendu ce que Yumi lui avait dit mais Odd et Ulrich lui confirmèrent qu'ils étaient bien en présence d'humanoïde.
Le petit génie resta sur le carreau vu qu'il ne s'attendait pas a une telle nouvelle, comment d'autres êtres humains avait ils put aller sur Lyoko ? étaient il possible qu'il existe ailleurs un super-calculateur équipé de scanner ? y avait il un autre monde similaire a Lyoko ou évoluaient librement des humains ? beaucoup de questions se bousculèrent dans la tête de Jeremie, a cet instant le petit génie fut partagé entre émerveillement , étonnement et inquiétude.
Pour apporter un élément de réponse il demanda aux Lyoko-guerriers de lui donner plus d'informations sur ces autres être humains.

Yumi lui fit une rapide description des êtres qu'elle avait en face d'elle, a première ces personnes ressemblaient à de jeunes adolescents, il y avait semble t'il 2 filles et 2 garçons mais a cette distance difficile d'être sur de la nature de leur sexe seul leurs vêtements permettait de les différencier.

Odd confirma qu'il y avait bien une fille parmi ces quatre la, une sorte de métisse au cheveux blanc vêtu comme Xena la guerrière a cote d'elle se trouvait un jeune garçon brun en armure de bronze et pour finir sur le flanc gauche il y avait une type "chelou" qui portait une combinaison orange.
En retrait de ce trio il y avait une jeune fille au long cheveux vert émeraude qui était habillé comme une paysanne de l'ancienne temps, celle ci se trouvait derrière un grand mur de cristal vert opalin ,le signe particulier de cette fille c'était qu'elle était a genoux est semblait prier.

Les descriptions de Odd étant ce qu'elles sont Jeremie fut quand même un peu plus avancé par les autres informations que lui fournit Yumi a cet instant, notamment le fait que la tour n'était pas activer mais que ces " humains " étaient bien la pour la proteger, le fait qu'une barrière isole la tour et la sonde signifiait bien que ces gens la ne voulaient pas que l'on s'en approche.
Seulement il fallait bien que les Lyoko-guerrier intervienne , il n'allait pas laisser ces personnes faire ce que bon leur semble sans réagir ,de plus elle étaient responsable de la disparation de Aelita raison de plus de ne pas les laisser agir a leur guise.

Je me demande qui sont ces personnes dit Ulrich.
Pareil pour moi, mais visiblement il font partis de Carthage lui dit Yumi.
J'avais remarqué lui répondit Ulrich.

Toutes ces personnes avaient un point commun entre elle ,chacune arborait le symbole de Tanit sur une partie de leur tunique preuve évidente qu'il faisaient partis de Carthage.
Il n'y avait pas d'erreur ,le même symbole était visiblement sur la sonde,d'aillieur celle ci était semble t'il connecter a la tour par le biais d'un faisceau violet.
Vu la description que venait de lui faire Yumi ,le petit génie compris rapidement que c'était la sonde qui essayait d'activer le tour ,la question était de savoir ce qu'ils voulaient faire avec une tour.
Mais plutôt que d'attendre bêtement sans rien faire et d'avoir un mauvaise surprise Jeremie ordonna a ces amis de stopper cette sonde par tous les moyens.

Il faut stopper le processus d'activation leur dit Jeremie.
Tu est marrant toi est on fait comment lui dit Ulrich.

Le samourai rappela au petit génie que la sonde était en altitude, que celle-ci se trouvait derrière une barrière de cristal du genre infranchissable et qu'en plus cette dernière était protégé par trois " humains " qui n'avaient pas l'air d'être des rigolos dans leur tenue de combat.

Il ont l'air plutôt balèze ces gars fit Ulrich.
Oui et le garçon du milieux me semble très fort lui dit Yumi.
Tous comme celui qui est a sa gauche fit remarquer Ulrich en jetant un coup d'oeil sur le coté
Oui lui aussi lui répondit Yumi en observant l'être a la tenue orange.
En tous cas la fille a droite c'est the " Canon "fit Odd.
Oh non tu vas pas t'y mettre lui fit Ulrich.
Sérieux Odd tu crois que c'est le moment de penser a ça lui dit Yumi.
Odd : bien quoi je constate et je donne mon avis, une métisse au cheveu blanc tres svelte avec une paire de .....
..... on se calme "Hormone Man" c'est pas le moment d'avoir une surchauffe au niveau "cérébral" lui fit Jeremie pour le ramener a la raison.

Odd exagérait parfois quand il s'agissait du sexe opposé ,comme si la situation actuel était propice a ce genre de choses, Jeremie n'eut pas a rappeler les enjeux qu'il y avait derrière, si cette tour était activé rien ne pourrait la déconnecter par la suite et une attaque de nature inconnu n'arrangerait pas vraiment leur situation déjà assez compliqué comme ça.

Odd Ulrich et Yumi le savaient très bien ,mais le problème restait entier pour atteindre la tour ils leur faudrait d'abord affronter ce trio mystérieux et n'ayant aucune idée de quoi ces personnes étaient capable il fallait mieux être prudent, même si de chaque coté ils étaient trois par équipe le doute subsistait quand a leur capacité respective, cette méfiance était aussi vive chez les Lyoko-guerriers que chez les Cartha-guerriers

Autant les Lyoko-guerrier se souvenaient du mal qu'ils avaient rencontrer la première fois qu'il avait affronter cette sphère et en particulier Ulrich qui c'était démener comme un beau diable pour la stopper sans pour autant y parvenir, non seulement cette sphère était puissante et capable de s'auto-régénéré mais voila qu'en plus celle ci avait maintenant des garde du corp pour la proteger ,la partie était loin d'être gagner mais les Lyoko-guerriers n'avait pas le choix l'avenir de Aelita celle du monde dépendait de leur victoire face a ces ennemis et bien sur face a Xana.

De leur coté les Cartha-guerrier étaient également passé dans une phase d'observation, l'apparition des "anti-virus" donc leur avait parler maître Arnaud n'avait pas manquer de les surprendre surtout qu'il ne s'attendait pas a ça de la part de ce monde étrange.
Des que les signaux de ces "anti-virus" étaient apparu sur les écrans de Arnaud celui ci avait avertis ces IA de ce tenir prés a recevoir les programme de défense de ce monde.
Croyant qu'il aurait a nouveau a faire a des monstres du même gabarit que celui qu'il avait affronter sur Neo-Carthage, Hannibal Astarté Merkal et Didon avaient pris les devant.
La magicienne du cristal avait ériger un bouclier de protections autour de la sonde et de la tour afin de proteger ces dernières quand a autres guerriers ils c'étaient positionner devant ce bouclier opalin afin de constituer la premier ligne de défense.

Tous se tenaient prêt a affronter des créatures monstrueuse, quels ne fut donc pas leur surprise que de se retrouver face a trois "IA" de petite taille, aussitôt Hannibal fit un rapport a Arnaud sur la nature suppose des "antivirus" a première vue ils avaient a faire a des "IA" d'aspect humanoïde.
Cette nouvelle informations ne manqua pas de surprendre Arnaud , lui qui avait suppose a juste titre que ces "anti-virus" étaient des IA il n'aurait pas penser qu'elles auraient aussi une forme humaine, mais en y réfléchissant bien c'était assez logique compte tenu qu'il avait créer ces Cartha-guerrier a partir de certaine de ces IA il pouvait paraître normal quelles se ressemblent un peu.

Cependant même si elles étaient en quelque sorte parent pas question de faire de sentiments,les Cartha-guerrier avaient une mission et ils se devaient de l'accomplir, avant toute chose Arnaud demanda des précisons sur ces fameuse IA car il ne pouvait pas avoir de visuel de la situation étant donner que toutes les ressources de Vger 2.0 étaient focalisé sur la tour hormis le radar et les communications audio il ignorait tous se qui pouvait se passer sur ce monde.

Pour satisfaire a ces ordres Hannibal lui donna une première descriptions des IA, avec ces propres termes il décrivit la formations ennemis comme étant composé de 2 "IA" mâle et d'une "IA" femelle, leurs tailles avoisinait les 1metre 50 et leurs carrures n'était pas spécialement développé.
Leurs équipements étaient des genre de combinaison futuriste très évoluer, coté armement seul L'IA situé au centre semblait disposé d'armes.

Quelle genre d'armes demanda Arnaud.
Je dirais des sabres ou des épées lui répondit Hannibal.

Des épées nota Arnaud sur l'ordinateur par la suite le petit génie demanda a Hannibal une évaluations de leur tactique et de leur formations, le chef des Cartha-guerrier fit alors une descriptions de leur agencement.
Selon lui L'IA du milieux devait être leur leader tandis que les autres étaient sûrement ces lieutenant ou ces subalternes .

Celui du milieux est leur leader dit Hannibal.
Alors sa doit être lui le plus fort fit Astarté d'un air intéressé.
Quand a la deuxième IA mâle qui se trouve a sa droite elle a l'air assez forte elle aussi dit Hannibal.
Quoi ce gigolo en violet tu le trouve costaud toi fit Merkal.
Aurais tu une autre analyse a formuler lui demanda Hannibal.
Sans vouloir de te contredire chef pour ma part je le trouve pas si costaud que ça lui Merkal.
Ne te fit pas a son apparence elle peut être trompeuse lui dit Hannibal
Tu crois sincèrement que se maigrichons puise pourrait être dangereux lui dit Merkal.
Méfie toi il cache peut être un potentiel insoupçonner lui dit Hannibal
On verra bien lui dit Merkal qui n'était nullement impressionner par cette espèce d' IA chat.
Par contre la guerrière me semble très faible leur dit Astarté
Qu'en sait tu lui dit Hannibal.
Hum ... a sa façons de se tenir on voit bien quelle n'est pas très agile, je suppose qu'elle vaut rein au combat au corp a corp dit Astarté.
Ton analyse manque de rigueur lui dit Hannibal.
Je ne fit pas a une analyse mais a mon instinct de combattante lui répondit la métisse.
Ouh la on est mal barré marmonna Merkal.

Si Astarté avait de nombreuse qualités ces défauts étaient a nombres égale ,l'un deux était quelle évaluait souvent mal le potentiel de son adversaire, a cause de son arrogance elle se croyais toujours plus forte que celui qu'elle avait en face d'elle,ce qui l'avait conduit a sous estimer le Kraken mais surtout a être complètement ignorante des vraie capacité de Hannibal ou du moins elle refusait de les voir.
Ces erreurs de jugement lui valait parfois de mauvaise surprise, et sous estimer cette guerrière pourrait lui être fatal, pour Astarté cela ne faisait pas un plis quelle était plus forte que cette IA femelle alors que Merkal lui avait une tous autres opinions a son sujet.

Elle est très sexy cette IA dit Merkal

Ces paroles n'étonnèrent cas moitié Arnaud et les autres IA, le petit génie ne savait pas pourquoi mais Merkal était une sorte d'obsède sexuel, pour une IA il avait un comportement très coquins et cela se ressentait dans ces dires et dans ces gestes ,d'aillieur les petit jeux qu'il pratiquait avec Didon était parfois moins innocent qu'on pouvait le croire.
Si Merkal n'était pas une IA Arnaud aurait pensé qu'il aimait peloter Didon, bien sur ce comportement indisposait Astarté et Hannibal qui ne se privaient pas de le remettre au pas.

Tu veux pas pactiser avec l'ennemi tant que tu y est lui dit Hannibal sur un ton sévère.
Je te signal que cette femelle est une ennemis lui dit Astarte.
ça va j'ai compris j'insiste pas leur dit Merkal.les deux mains en l'air.

Le temps n'était pas franchement a la rigolade ,en face deux leurs ennemis avaient commencer a bouger, nul doute que ceux ci allait passer a l'assaut.
des deux coté de l'écran chacun des petits génie donnèrent leur instructions a leur troupe / amis.

Jeremie : bon les amis vas falloir se dépêcher la tour va être active sous peu.
Compris Jeremie on va se bouger lui répondit Ulrich.
Arnaud : Cartha-guerrier tenez vos positions le tour va bientôt passer sous notre contrôle.
A vos ordre Maître fit Hannibal.

Chaque groupe ayant pris connaissance de ces instructions , ils s'apprêtaient tous a livrer bataille dans tous les cas la tour était quoi qu'il arrive leur priorité.

Qui prend qui ? moi je me charge de celui du milieux leur dit Ulrich
Moi je m'occupe de la fille fit Yumi.
Sympa les amis vous me laissez le clown leur fit Odd.
Te pleins pas Odd tu vas avoir un nouveau camarade de jeu lui dit Ulrich
C'est vrai avec lui je sens qu'on va pourvoir Jouer achat dit le félin
Bon on fait comme ça ,alors chacun le sien dit Ulrich.
Sa marche firent ces deux amis en sortant leur armes.
Soyez prudent les amis ont c'est pas de quoi sont capables ces humains leur dit Jeremie.
T'inquiète Einstein on vas tarder a le découvrir lui répondit Ulrich en dégainant ces sabres.

les Lyoko-guerrier se préparèrent a lancer l'assaut tandis que leur ennemis débattaient encore de la marche a suivre.

Hannibal : je m'occupe du leader quand a toi Astarté tu ....
Je ne suis pas d'accord lui répondit aussitôt Astarté.
Qui y as t'il encore lui demanda Hannibal surpris.
Pourquoi se serait toi qui affronterai le plus fort lui dit Astarté.
Parce que je l'ai décider lui dit Hannibal.
Tu devrais me le laisser et t' occuper de la femelle elle est plus de ton niveau lui balança Astarté.
Mais non car c'est lui le plus dangereux je dois logiquement n'en occuper dit Hannibal.
Non c'est moi qui doit l'affronter lui rétorqua Astarté.
Non c'est moi fit Hannibal.
Non moi fit Astarté.

Dans le laboratoire numéro 1, Arnaud se tapa la tête contre l'écran tactile et faillit provoquer un beug dans le système, sa soudaine réaction surpris ces partenaires qui se demandaient se qui pouvait bien arriver a Arnaud.
La raison de cette acte étrange était simple a comprendre, c'était la lassitude de cette situations qui avait donner envie a Arnaud de se taper la tête contre le mur , faute de mur il c'était rabattu sur la console de commande.
Arnaud était blasé de cette situation récurrente ,pourquoi fallait il encore que Astarté et Hannibal se disputent pour savoir qui était le plus fort, le plus rapide , le plus tous ..... franchement ils avaient bien choisit leurs moments ces deux la.

Arnaud mis tous de suite fin a cette querelle est distribua les adversaires comme a la loterie, Hannibal s'occuperait du chef ,Merkal du chat et Astarté se taperai la fille point final.
Ne pouvant désobéir leur maître les Cartha-guerrier s'exécuterent sans rechigner est surtout Astarté car malgres leur dispute il ne devaient pas oublier que leurs objectifs principal était avant tous la protection de la sonde.

Aussitôt Hannibal sortis ces glaives donc les lames commencèrent a s'allonger jusqu'à mesurer 80 centimètre de long , Astarté arma ces deux disques de combat contre elle tandis que Merkal leva la main droite au ciel et fit apparaître sa lance de combat qu'il fit tournoyer devant lui avant de la mettre de son dos tous en tendant sa main gauche bien avant comme à son habitude.

Maintenant la confrontation allait pouvoir commencer, les deux petits génies exhortaient chacun leur équipe à agir avec la plus grande prudence possible, les deux groupe s'observaient l'un l'autre avec beaucoup de méfiance,c'est alors que chacun des guerrier au centre de la formation s'écrièrent....

Lyoko guerrier en avant fit Ulrich en pointant son sabre vers leur ennemis.

Cartha-guerrier a l'attaque ordonna Hannibal a ces soldat.

---------------------------------------------- Douzième partie ----------------------------------------------

Le monde de Lyoko - territoire désert - 19 h 18

La confrontation fut terrible entre les deux groupes, les Lyoko-guerriers se séparèrent en trois pour prendre leur ennemis a revers ,Yumi partit sur la gauche en effectuant des pirouettes, Ulrich resta au milieux tandis que Odd fonça a quatre pattes a droite en direction des rochers ,n'étant pas dupe de la feinte les Cartha-guerriers se divisèrent eux aussi pour affronter leurs adversaires respectif, Astarté comptait bien avoir raison de cette pathétique guerrière en combinaison bordeaux tandis que Merkal se dit qu'il allait être fun de jouer a cache cache dans les rocher avec l'IA-chat.
Quand au chef "supposé " des deux groupe, ils restèrent au centre immobile a se dévisager ,chacun observait son adversaire pour capter de sa part le moindre mouvement suspect c'est alors que Ulrich se précipita sabre a la mains sur le chef ennemis qui en retour ce mit en garde.

Pour jouer sur l'effet de surprise Ulrich utilisa un super sprint combinant ainsi vitesse et attaque et d'un revers du bras droit il lança son estocade semi circulaire sur Hannibal, surpris par la soudaine vélocité de son adversaire Hannibal eut juste le temps de parer cette assaut en relevant son glaive gauche pour bloquer le coup.
Les deux lames s'entrechoquèrent en générant des étincelles mais elle restèrent l'une contre l'autre, chacun des combattant imprimait dessus une certaine force afin de faire plier son adversaire mais étant de niveau égale aucun n'eut l'avantage sur l'autre, Ulrich serrait les dents alors qu'il forçait comme un damné pour soumettre son adversaire mais c'était mal connaître Hannibal qui ne voulait pas céder de cette façons, L'IA résista du mieux quelle pouvait face a Ulrich.
Dans le feux de l'action leur regard se croisèrent soudain,Ulrich autant que Hannibal put voir dans les yeux de l'autre la détermination de vaincre,il comprirent alors que leur adversaire n'était pas du genre a abandonner.
Seulement la parade de Hannibal avait ouvert sont flanc gauche Ulrich retira son sabre droit pour tourner sur lui même en sens inverse tous en armant son sabre gauche il espérait ainsi surprendre son adversaire par cette feinte mais Hannibal tourna aussi sur lui même pour se retrouvé le dos face a son adversaire en même temps a l'aide son glaive droit il para le coup du sabre gauche de Ulrich.

Le samourai fut surpris par cette parade inattendu, comment son adversaire avait il put parer aussi facilement une des ces bottes secrète favorite ?
Profitant de la situation Hannibal contre attaqua en frappant la lame gauche de Ulrich avec son glaive gauche, le coup fut si fort qu'il déstabilisa Ulrich sur l'avant, voulant profiter du déséquilibre de son ennemis pour le frapper dans le dos Hannibal lui lança un coup de dans les fesses pour le faire tomber, Ulrich fut projeter en avant et roula sur le sol sans pour autant lâcher ces sabres, couvert de poussière Ulrich était plat ventre sur le territoire désert Hannibal fit alors un bon en l'air pour lui sauter dessus en armant ces deux glaive pour une frappe vertical mais le samourai se ressaisi a temps il effectua un petit soubre saut avec son corp pour se retourner, dos au sol il croisa in extremis ces deux sabres pour contrer le double impact de Hannibal.
Adosé au sol Ulrich résistait a un Hannibal dans les glaives étaient coincé par les sabres croisé du samourai, a moitié a cheval sur Ulrich et usant de son poids naturel Hannibal voulu faire plier son ennemis mais le jeune garçons ramena vers lui sa jambe droite et la déplia rapidement donnant ainsi un coup dans le ventre de Hannibal ,protéger par son armure le Cartha-guerrier ne sentis rien mais le choc le propulsa en arrière ce qui le déséquilibra a son tour, il effectua alors un saut périlleux en arrière pour se stabiliser a nouveau sur ces deux jambes, Ulrich rétracta ces deux jambes contre son torse avant de les déplier pour prendre de l'elan se faisant il se redressa lui aussi sur ces deux jambes et a nouveau les deux guerrier se faisait face.

Coriace celui la se dit Ulrich.
Ce guerrier est très habile jugea Hannibal.

Durant un cour instant il se regardèrent a nouveau pour analyser la situation, se bref échange de coup avait permis a chacun de voir a quelle point son adversaire était puissant, a l'avenir ils leur faudrait être prudent car a la moindre erreur de leur part leur adversaire serait en profiter, se mettant a nouveau en position de combat il se foncèrent mutuellement dessus avec l'attention de vaincre.

Yaaahaaa fit Ulrich sabre a la main.
Haaayaaa fit Hannibal glaive bien en avant.

A une centaine de mètres de leur positions deux autres combattant se livraient une lutte sans merci, en faite de combattant il s'agissait plutôt de deux guerrières qui avaient commencer les hostilités d'une manière assez ardu.
Yumi devait faire face a la hargne combative d'une Astarté démonté, dés le début du combat chacune des deux jeunes filles avait user des ces armes respective pour anéantir son adversaire ,Yumi ayant lancer ces éventails et Astarté ces disques, mais forte de leurs agilité respective les deux guerrières arrivaient a esquiver les attaques de l'autre, a plusieurs reprise chacune des deux avaient effectuer des roulades, des saut de carpes, des pirouettes pour éviter les projectiles adverse.

Se petit jeu de l'esquive perdura longtemps, a chaque fois leur armes leurs revenaient dans les mains sans avoir put toucher sa cible.
Aussi bien Yumi que Astarté commencèrent a être agacé par le petit manège de l'autre et cette situation étaient promis a s'éterniser vu que les deux combattante étaient du même niveau , leurs tirs infructueux se succédèrent ainsi pendant 5 minutes jusqu'au au moment ou elles lancèrent une attaque en simultané.
Pour fendant les airs leurs armes finirent par s'entrechoquer se qui les fit valser dans le décors de façons incontrôlable, les éventails de Yumi se plantèrent dans le sol tandis que les disques de Astarté finir leur course dans les rochers.
Désarmé et ne pouvant récupéré leur armes les deux guerrières n'eurent d'autres choix que de se lancer dans un combat au corp a corp.

Astarté fut la première a porter les coups grâce a quelques enchaînement bien placé elle toucha Yumi au visage en lui envoyant un direct du droit dans sa joue gauche puis elle lui asséna un coup de pied circulaire gauche dans le bas du ventre, mais Yumi ne se contenta pas de jouer les " Punching Ball " elle aussi savait rendre se qu'on lui donnait.
Quand Astarté voulu donner un coup de poing gauche direct dans le visage de son adversaire mais Yumi para le coup en le chassant sur le coté droite se qui lui ouvrit le flanc gauche de Astarté aussitôt Yumi lui fit manchette dans les cotes, Astarté poussa un petit cri de douleur mais se ne fut rien en comparaison du cri quelle poussa quand Yumi lui envoya un coup de pied dans le thorax. le coup fut si fort qu'il projeta la guerrière en arrière, celui ci fit plusieurs roulade sur le sol, fort de cette élan elle prit appuie sur ces mains et effectua une pirouette arrière pour se redresser, blesser au niveau moyen et dans son orgueil Astarté accusait mal le coup elle dévisagea méchamment son adversaire qui avait l'air en meilleur forme qu'elle.

Espèce de petite garce lui balançât Astarté en se tenant les cotes.

Yumi fut doublement surpris que son adversaire lui parle, elle ne s'attendais pas a ça mais ce fut le faite que celle ci s'exprime en anglais qui fut le plus troublant surtout quand Astarté lui lança un " You Fucking hell"
Yumi avait bien compris l'insulte et cela ne lui fit guère plaisir elle chargea son adversaire pour lui faire ravaler ces paroles, grave erreur de la part de Yumi en démarrant au quart de tour la jeune japonaise fit le jeu de Astarté.
La farouche métisse ne demandait pas mieux qu'un combat aux corps a corps car cela lui permettrait de charger sa réserve de FURIE.

Grand fan de StarTrek et de jeu vidéo "Old School " Arnaud avait eut l'idée de donner un nouveau pouvoir a Astarté, puisque celle ci s' énervait facilement pour un rein autant exploiter ceci.
Arnaud avait lui avait conférer un pouvoir particulier, Astarté avait la possibilité d'accumuler de la rage et de la transférer dans un réceptacle d'énergie spécial,plus Astarté accumulait les coups et la colère plus ce réservoir se remplissait de "FURIE" ,a la manière du jeu "Fatal Fury" quand celui ci était remplis a fond Astarté pouvait utiliser cette énergie délors elle passait en mode " FURIE "
Toutes cette énergie se déchargeait alors dans son corps et durant une vingtaine de secondes la farouche métisse était galvanisé , sa force, sa rapidité, ces réflexes étaient quadruplé se qui la rendait très dangereuse et malheureusement pour elle Yumi allait faire les frais du Mode FURIE de Astarté.
En attendant que cela se charge Astarté fit durer le combat pour évaluer son adversaire et analyser ces techniques de combat de la part d'une IA qui soi disant fonctionnait a l'instinct sa façons de se battre était très réfléchis.
Usant de sa carrure athlétique et semi bodybuldé Astarté accusait les coup de Yumi avec plaisir, car chaque impact la rapprochait du mode Furie, bien sur Astarté ne se laissait pas frapper sans réagir elle se contentais de parer le coups heureusement pour la métisse le manque de Punch de la jeune asiatique était un avantage et bientôt celle ci allait chèrement payer pour son affront.

Yumi se battait du mieux qu'elle pouvait mais son adversaire avait du répondant, elle était aussi agile qu'elle et ces techniques de combat rivalisait avec celle de la japonaise, pendant un instant Yumi avait cru qu'elle se battait contre son propre reflet tellement le style de combat cette jeune fille ressemblait au sien.

Elle est vraiment tenace celle la pensa Yumi.
Cette gamine a du répondant se dit Astarté.

Astarté attendait le bon moment pour agir alors que Hannibal se démenait tant bien que mal contre son adversaire et que Didon continuait a maintenir son champ de protection, mais dans le lot il y avait un autre Cartha-guerrier qui s'amusait comme un petit fou.

Accroupit sur un rocher sa lance bien en mains Merkal guettait la présence de sa proie comme un chasseur africain guette sont antilope, scrutant l'horizon et les rocher il se demandait bien ou le chat IA avait put passer.
De son coté caché derrière une plaque de roche Odd avait bien repérer ou se trouvait Merkal,

je te vois mais pas toi murmura Odd

A la façon donc Merkal était posé sur son rocher il faisait une cible facile pour le félin et ces fléchettes laser, mais le relief avoisinant n'était pas propice a un tirs lointain, pour être sur de faire un " HIT SCORE " il fallait que Odd se rapproche de lui.

Silencieusement le félin se rapprocha de lui en sautant de rocher en rocher, grâce a sa agilité naturel Odd n'avait aucun problème a bondir comme un chat est as atterrir de façons silencieuse sur ces coussinets, a chaque il s'assure que son adversaire n'avait pas bouger ou même remarquer sa présence mais visiblement celui ne voyait rien il restait tranquillement sur son rocher a scruter l'horizon, si tous continuait comme ça Odd se dit qu'il n'aurait aucun mal a le dégommer.

C'est dans la poche se dit Odd en se rapprochant encore d'un cran.

Immobile comme il l'était Merkal faisait office de pigeon d'argile prêt a être dégommer, mais avec le renard de Carthage il fallait être méfiant.
Odd ne s'en doutait pas mais Merkal lui avait tendu un piège, le renard avait utiliser son pouvoir spécial en créant des fils d'énergie presque invisible qu'il avait tendu entre tous les rochers qui l'entourait ,si Odd avait le malheur de marcher dessus Merkal pourrait savoir automatiquement ou se trouve son adversaire par rapport a lui et le neutraliser par la même occasion.

Le pouvoir de Merkal lui permettait de généré des fils d'énergie a l'extrémité des ces 5 doigts, il pouvait les manipuler a sa guise et faire tous se qu'il voulait avec, il pouvait les rendre presque invisible ou aussi tranchant qu'une corde a piano, les nouer entre eux pour faire une corde virtuel ou encore les accrocher a n'importe quelle surface cette particularité lui permettait d'attirer des petits objets a lui donc a sa lance mais a la base se pouvoir servait a neutraliser ces adversaires ou a les détecter.

Mais a force de côtoyer Didon Merkal avait aussi développer une certaine forme d'art, il c'était mis au tissage et plus précisément au tissage de piège genre toile d'araignée, il avait accroche 5 fils a l' extrémité dans rocher puis les tirant ils les avaient accrocher a un autre puis un a un autre et ainsi de suite ce qui finit par former une petit toile de protections autour de sa personne.
Si un adversaire avait le malheur de toucher un seul fils toutes les fixation se relâcheraient pour encercler le malheureux qui finirait saucissonner et c'est ce que fit Odd.
Le félin effleura l'un des fils ou moment ou il visait Merkal dans le dos, a cette instant le renard s'écarta de sa position pour éviter 3 des projectiles de Odd.

Zut raté fit Odd
Tu m'as raté petit chat mais moi je vais pas te louper fit Merkal

Aussitôt il tira sur ces fils d'énergie qui foncèrent tous sur Odd, mais se que Merkal n'avait pas prévu c'était que Odd avait entendu venir le coup, son oreille fine avait perçu le sifflement des fils venant sur lui en effectuant bon arrière sur bon avant avec vrille sur lui même le félin esquiva tous les fils a la grande surprise de Merkal, Odd finit même sa petite danse acrobatique d'esquive en assénant un coup de poing a Merkal qui avait commis l'erreur d' abaisser sa garde.

Le renard fut jeter au sol et Odd se tenait au dessus de lui percher sur un promontoire rocheux la il arma ses flèches laser est en tira trois sur son adversaire Merkal se releva juste a temps pour éviter les deux première mais il se pris la troisième dans l'épaule, la douleur fut si intense qu'il posa un genou a terre en se tenant l'épaule gauche.

dans le laboratoire numéro 1 de Cyclotron les paramètres vitaux de Merkal accusèrent soudainement une sérieuse baisse d'énergie ,celui ci venait de perde 30 % de ces réserves d'énergie, affolé Arnaud interpella tous de suite son IA pour prendre des nouvelle de lui.

Merkal que se passe t'il lui demanda Arnaud
Je suis touche lui fit l' IA.
tu est blessé fit Arnaud.
Oui mais ça va aller lui dit Merkal
Non ça va pas aller !!! tu perdu 30 % de ta puissance lui cria Arnaud.

Un seul tire de Odd avait blesser Merkal de façons spectaculaire, malgres son pouvoir de régénération virtuel Merkal n'était pas invincible comme Vger 2.0 , si son énergie tombait a zéro son corp se transformait alors en matrice primitive.
La matrice primitive était le coeur même des Cartha-guerriers,il s'agissait de leur forme original ainsi que de leur mémoire si celle ci était détruire un Cartha-guerrier pouvait être tuer de façons définitive.

Cette histoire de matrice primitive était bien le seul point faible des Cartha-guerriers, c'est a cause de ça que Arnaud n'était pas chaud a les envoyer combattre en dehors de Neo-Carthage, car dans l'enceinte de la cité de Tanit Arnaud avait le possibilité de proteger la matrice pour la mettre en lieu sur si un Cartha-guerrier était touché en dehors des murailles se processus n'était pas fonctionnel se qui faisait qu'une IA était par définitions très vulnérable sur ce monde.

Arnaud ordonna a Merkal de battre en retraite le temps que sa structure se régénère, le renard ne se fit pas prier il couru aussitôt se cacher mais Odd le suivait a la trace.
Le félin n'avait pas envie de s'arrêter en si bon chemin, c'est alors qu'un jeu du chat et de la souris s'engagea entre Merkal et Odd dans une dédale de rocher,restait a savoir combien de temps cela pourrais durer avant que les rôles ne soit a nouveau inverser.

Seulement du temps les Lyoko-guerriers n'en avaient pas plus beaucoup , selon les calculs de Jeremie la tour serait activer d'ici 12 minutes il fallait que ces amis passe a la vitesse supérieur entre temps Jeremie avait réussi a joindre William.
De l'autre coté de son écran Arnaud estima lui aussi qu'il était temps que les Cartha-guerriers débloque la situation , il ordonna alors a ces dernier de passer en phase deux.



---------------------------------------------- Treizième partie ----------------------------------------------

Les égouts de Paris - 19 h 31

" Run Run "

Grouille toi William c'est pas le moment d'avoir un point de coté se dit le beaux ténébreux

""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""


















---------------------------------------------- Treizième partie ----------------------------------------------

Les égouts de Paris - 19 h 31

" Run Run "

Grouille toi William c'est pas le moment d'avoir un point de coté se dit le beaux ténébreux

Le dos courbé en avant en soufflant comme un veau William venait de stopper sa course, fatigué par sa journée et marche et ses insomnies William était littéralement épuiser il n'avait plus a tenir le rythme d'une course soutenu dans les sous sols de la ville.
A peine avait t'il fait une centaine de mètres dans les égout qu'il avait chopper un point de coté,il fut obliger de ralentir son sprint pour finalement s'arrêter au premier détour.
Les jambes lourdes ,le coeur qui battait a cent a l'heure dans sa poitrine et la respiration difficile William n'était pas au mieux de sa forme, pourtant il ne pouvait pas se permettre de s'arrêter a mi chemin dans les égouts pour faire une pause.

On avait besoin de lui sur Lyoko, ces amis comptait sur son aide car il avaient a faire face a des ennemis redoutable qui n'avait rein a voir avec Xana mais qui semblait aussi belliqueux que la terrible IA.
A cette pensée William sera le poing et se redressa a nouveau droit comme un I il prit sur lui d'ignorer tant bien que mal la douleur et de continuer sa course car il n'avait pas le choix...

Mais c'était faux !!! William avait le choix, il pouvait renoncer et marcher tranquillement sans se presser si il l'avait voulu, mais William avait décider qu'il y irait jusqu'au bout quoi qu'il arrive.
Obstiné comme il l'était par nature William n'était pas du genre a lâcher le morceau comme ça, une certaine japonaise pouvait même en témoigner si on lui avait demander ,elle dirait alors que dans sa catégorie le beau ténébreux était plutôt du genre crampons et que quand il avait une idée en tête il était très difficile de l'en faire démordre mais si parfois les raisons de cette opiniâtreté était pour des choses aussi trivial que la séduction.
Mais aujourd'hui William avait de bonne d'être obstiné , il avait enfin trouvé un raisons pour se battre, il avait un idéal est non des moindres ... protéger ces amis.
William avait trouver des amis ,des gens avec qui il pouvait s'entendre et s'amuser, pour lui c'était la fin d'une longue solitude et même si les rapport étaient encore tendu entre eux il savait que cela finirai par s'arranger ... Optimiste il était le William a croire que tous pouvait toujours s'arranger.

Après tous ce qui c'était passé William avait un dette envers eux, il y a un an ils avaient pris le risque de l' accepter dans leur groupe alors que rien ne les obligeait a le faire mais après la destruction du territoire montagne et le coup des explosif William avait prouver son courage est sa volonté a aider les autres.
Ceci avait fini de convaincre la plus récalcitrante de la bande a l'accepter parmi eux, Yumi fut même convaincu que William pourrait devenir un atout même si elle ne l'avait jamais avouer au autres

Mais a cause de Xana William n'avait jamais pus se montrer digne de cette honneur, il les avait trahi contre son gré , par la suite il les avait molester dévirtualiser et avait même tenter de les tuer a plusieurs reprise.
A cause de ça un chose la confiance entre lui est eux avait été brisé et rein ne serait la recollé sauf peut être .....

William leur était redevable de tous,par le passé ces amis avaient été la pour lui , mais aujourd'hui se sont ces amis qui comptait sur lui, tous espéraient sa venu . ..Jeremie Odd Ulrich et surtout Yumi..
A cause de ces cauchemars prémonitoire William savait le sort qui attentait la belle japonaise sur Lyoko si jamais il n'arrivait pas a temps elle était condamné ,mais la William avait l'opportunité de proteger Yumi car il savait ce qu'il allait arriver.

Le futur n'est pas écrit lui avait ton dis un jour, celui qui prend en mains sa destinée peut la changer ,se pouvait il alors que ces cauchemar soit une opportunité que le destin lui offrait ?
Ces cauchemar n'était peut être que des avertissement fait a William pour qu'il puise changer cette avenir plein de désespoir Sauver Yumi était peut être son destin.

Cette simple pensé suffit a lui redonner des forces il pris un grande inspiration puis plusieurs petite inspirations / expirations pour se regonfler a bloc et aussitôt il repartie en courant en direction de l'usine en espérant ne pas arriver trop tard.

Pendant ce temps la dans le laboratoire Jeremie s'arrachait les cheveux sur Lyoko la situation n'était pas fameuse, aucun des deux groupes n'arrivait a prendre le dessus sur l'autre et les combat s'éternisaient ce qui finalement faisait le jeu adverse car dans 9 minutes la tour allait être activer ( 19 h 40 heure d'activation) Ulrich était toujours au prise avec Hannibal , leur duel au sabre est au glaive ne semblait pas avancer pourtant se combat allait bientôt tourner cour car Arnaud avait ordonner a ces guerrier de passer a la phase deux , celle ci allait réserver une bien mauvaise surprise a leur adversaire.
En attendant Hannibal essayait de tenir son adversaire éloigner de la tour alors que Ulrich faisait tous pour y accéder .

Tu vas me laisser passer lui dit Ulrich.
Je devine ce que tu veux mais tu n'y arrivera pas , je m'y engage lui dit Hannibal

Bien sur aucun ne comprenait ce que l'autre lui disait mais entre ces deux adversaire l' échange de paroles était inutiles, ils arrivaient très bien a échanger leurs impressions juste par leurs sourire ou leurs regards, tous deux usaient de code faciaux qu'ils arrivaient a décrire ce qui quelque part forçait le respect, leurs échanges de feinte ,de parade et de coup directe continuèrent a n'en plus finir.

Le samourai n'était pas le seul la s'en voir, pas loin de lui Yumi ne brillait pas tellement par son efficacité car Astarté s'amusait avec elle, bien sur la métisse s'en prenait pleins la tête mais sa hargne lui faisait affectionner les coups et dans peu de temps elle allait mettre une sacre dé rouillé a Yumi.

E pour finir le tour d'ensemble de cette situation a sens unique il restait encore Odd qui était obliger de jouer a chat dans les rocher avec un Merkal blesser qui fuyait son ennemis , ce fut sûrement la seule bonne nouvelle dans tous ça car de toute la bande odd était le seul qui avait réussi a avoir l'avantage sur son adversaire cependant il ne pouvait pas quitter les lieux pour aller vers la tour car son ennemis pourrais en profiter pour l'attaque par derrière, c'était tous le drame de la situation Odd devait en finir avec Merkal avant d'aller s'occupe de la tour et de sa mignonne petite gardienne.

Au final la situation stagnait, Jeremie avait beau avertir ces amis qu'ils devaient agir au plus cela ne changeait rein , leur adversaire étaient vraiment très fort et ceux ci ne semblaient pas près a lâcher le morceau, Jeremie regarda son horloge.

19 h 34 dans 6 minutes sa va être la cata lui cria Jeremie.
Merci de pas nous mettre la pression lui dit Ulrich
désolé mais je suis obliger de vous dire de vous dépêcher fit Jeremie
Si tu crois que c'est facile lui dit Ulrich en évitant un coup de glaive
Franchement ici c'est pas la joie dit Yumi en envoyant un coup de pied sur Astarté.
Et la cavalerie elle arrive quand demanda Odd
Sa je voudrais bien le savoir fit Jeremie.

Plus que Jamais William était attendu, Jeremie avait voulu l'appelé mais son portable répondait occuper pas moyen de savoir ou il se trouvait en se moment , cela fit monter le stress de Jeremie d'un cran car dans moins de 6 minutes la tour serait active et plus rien ne pourrais la désactiver.

Jeremie se demanda alors qu'elle serait la nature de l'attaque, si Carthage était en mesure d'activer une tour ils étaient sûrement mesure de s'en servir,connaissant le pouvoir de ces interfaces Jeremie savait qu'il fallait s'attendre au pire.
Au cours de ces 3 dernière années il avait suffisamment eut a faire avec Xana est ces tour activée pour savoir de quoi il en retournait.

Tremblement de terre , chute de météorite, gravité zéro, condition climatique extrême , destruction de centrale nucléaire et la liste était trop longue mais le peu qui fut énumérer suffisait a se donner une petite idée de se qui pouvait alors se passer.
A part encourager ces amis Jeremie ne pouvait rien faire d'autre, si le petit génie a lunette était soucieux de la situation un autre génie lui en était ravis.

Activation effective de la tour dans 5 minutes et 21 secondes dit Adhitha.
C'est parfait lui dit Arnaud qui nota ces indications.
Tous se passe bien Mr Morillon demanda le docteur Hopkins.
pour le moment la situation est stable nous avons l'avantage fit Arnaud.
c'est parfait continuer comme ça dit le docteur Hopkins.
Merveilleux fit Mr Husley
Je suis fière de toi Tanit dit Anthea.

Les dirigeant de Cyclotron derrière leur vitre étaient plutôt satisfait de ce qui se passait, Adhitha avait confirmer que l'activation de la tour serai faite dans moins de 6 minutes se qui permettrait alors a Tanit de passer a la phase 3.
Depuis son temple Tanit s' employait du mieux quelle pouvait a prendre le contrôle de l'édifice ennemis, agenouiller sur son socle de pierre la puissance IA concentrait toutes ces ressource a cette sale besogne, elle ne répondait pas as mère qui la félicitait car elle avait besoin d'un maximum de ressource pour réussir son crime.
L'objectif de Tanit était d' éliminer la menace ennemis mais de l' éliminer de façons définitive ,pour cela elle allait avoir recours a ces pouvoirs magnétique pour créer ces Golem de métal et non une simple petite bombe EM.

Mais avant d'en arriver la il fallait déjà que la tour soit activé,l'opération était délicate et les difficultés nombreuses car sans compter la distance, Tanit devait déjouer les différents par-feu de la tour et le bouclier de Didon.
Le bouclier cristallins de Didon avait pour but d'empêcher les IA adverse de s'approcher de la tour ,mais revers de la médaille il bloquait considérablement les transmission entre la sonde et Tanit, du coup a cause du bouclier l'opération demandait plus de temps que prévu.
la désactivation de ce bouclier accélérait les choses mais elle rendrait vulnérable la sonde, le moindre impact suffirait a perturber le système et a faire échouer la mission et ça Arnaud ne pouvait se le permettre,

Faute de pouvoir désactiver le bouclier il fallait compensé la transmissions numérique,se fut la tache dévolu a l'ingénieur Mac Arthur, le brave faisait en sorte d'améliorer le signal entre la sonde est Neo-Carthage tandis que Adhitha assurait l'osmose entre Tanit et la tour.
Ces deux la formait une équipe du tonnerre mais celui qui avait le plus de mérite était incontestablement Arnaud,sans lui tous ceci n'aurait jamais vu le jour.

Le petit génie maîtrisait la situation a merveille ,ces IA se battaient comme jamais même si elle ne dominaient pas la situation elle retenaient les autres IA les empêchant ainsi d' interférer.
Mais cette situation ne pouvait pas durer éternellement, quand la tour sera activer par Tanit la sonde n'aura plus besoin de relier le signal, délors les Cartha-guerriers devrons regagner Vger 2.0 pour évacuer les lieux avant que Tanit ne lance sa bombe EM
Il n'était pas question de fuir comme des lâches mais il seraient stupide que ces IA restent sur un monde en passe d'être détruit.
Et puisque l' activation était prévu pour bientôt Arnaud estima qu'il était temps pour ces Cartha-guerrier de débloquer la situations, pour cela Arnaud allait lancer la phase deux

La phase deux était une autorisation spécial de Arnaud, sans elle les Cartha-guerrier ne pouvait pas utiliser certains pouvoirs ,cela impliquait surtout la vison accrue de Hannibal ,le mode furie de Astarté et l'attaque des milles étoiles de Didon quand a Merkal Arnaud ne lui avait pas encore donner de pouvoir spécial hormis ces fil d'énergie.
Arnaud fit un rapide analyse de la situation actuel, puisque Didon était en mode défense et Merkal inactif ,seul Hannibal est Astarté allaient pouvoir user de la phase deux, aussitôt Arnaud pris le contact avec ces dus IA.

Hannibal comment cela se passe t'il demanda Arnaud.
Mon adversaire est une IA très douer pour le combat fit Hannibal.
A combien estime tu tes chance de victoire lui demanda Arnaud.
50.23% lui répondit Hannibal.
Je vois ... et toi Astarté quelle est ta situation fit Arnaud.
La femelle crois me dominer mais elle va avoir une surprise lui dit Astarté
Bon dans ton cas je dirais aussi 50 % lui dit Arnaud que dut faire lui même l'estimation.

Puisque les estimations étaient terminer Arnaud jugea qu'il était temps de renversé la vapeur, immédiatement il activa une commande vocal destiner a ces IA.

Cartha-guerrier activation de la phase deux dit Arnaud.

C'est alors que le symbole de Tanit de chacun des Cartha-guerrier se mit a luire d'une lueur spécifique pour chacun des individu , bleu pour Hannibal, blanc pour Astarté et vert pour Didon , a cette instant le mode deux venait d'être activé ces toutes les IA ( sauf Merkal)

Maintenant les capacités de Hannibal et Astarté étaient activé, le chef des Cartha-guerrier allait pouvoir utiliser vision accrue,délors sa force, sa vitesse et ces réflexes seraient quadruplés au même titre que ceux de Astarté mais a la différence de la métisse et de son mode Furie c'est état de chose durait plus longtemps.

A vous de jouer maintenant fit Arnaud.

Si jusqu'à présent le combat était équilibre celui ci allait tourner cours très rapidement pour les IA adverse
Ulrich se battait contre Hannibal quand celui ci activa "vision accrue" ,c'est alors que ces yeux devinrent bleu comme le ciel, en voyant ça Ulrich fut surpris mais avant d'avoir put dire quoi que se soit Hannibal lui envoya un coup rapide sur le coté gauche que Ulrich ne vit pas venir tant cette attaque était furtive,usant du plat de sa lame Hannibal frappa dans les cotes de son adversaire ,le choc fut si terrible que le samourai fut projeter sur le coté, il roula sur plusieurs mètre et perdit son sabre gauche, Yumi qui avait vu la scène s'écria...

Ulrich NON........

Erreur fatal de la japonaise car Astarté avait aussi activé son mode furie , a cette instant sont regard devient tous blanc car ces pupilles noire avait disparu elle frappa Yumi en pleins dans le ventre ce qui fit vaciller la jeune fille et contrairement a Hannibal elle se montra moins tendre avec son adversaire car elle n'avait que 20 secondes pour agir et elle comptait bin profiter pour rosser cette petite garce qu'elle avait en face d'elle.
01 secondes : coup droit dans le ventre , Yumi se pli en avant sous l'effet de la douleur
02 secondes : uppercut droite venant du bas dans la mâchoire , le choc fait décoler Yumi de 30 centimètre du sol.
04 secondes : Astarté lance un coup de pied circulaire gauche dans le cote droit de Yumi.
05 secondes : Yumi tombe au sol
07 secondes : Astarté la ramasse et la projette contre un rocher
10 secondes : Astarté se jette genoux droit en avant sur un Yumi a moitie avachi contre le rocher.
12 secondes : coince entre son genoux et le rocher Astarté donne un coup de coude droit dans dans la colonne vertébral de Yumi
14 secondes : avec sa mains gauche Astarté saisis la tête de Yumi part les cheveux pour lui fracasse le crâne contre les rochers
14 a 20 secondes : Astarté donne une rafale de coup divers a une pauvre Yumi hors de combat.

A la fin du mode furie les yeux de Astarté redevinrent normal, elle relâcha son adversaire qui s'écroula sur le sol quasiment inconsciente et roué de coup
sur les écrans de Jeremie c'était la panique total ,Ulrich avait perdu 30 point de vie en un seul coup mais en comparaison des 90 de Yumi cela semblait dérisoire, mais le constat était la ces deux amis venait de se faire laminer en point de temps Odd était coincé a perpète et la tour allait être active dans 4 minutes.

cette fois c'est perdu dis Jeremie

Mais a peine le petit génie avait 'til dit ça que la porte métallique du laboratoire se dévérouilla et que William fit son apparition.




William est arrivé sans se presser



















-------------------------------------------- Quatorzième partie --------------------------------------------

Laboratoire de l'usine - salle de contrôle - 19 h 36

William c'est toi demanda Jeremie qui n'en croyait pas ces yeux.
Désole pour le retard lui dit William.

Alors que sur Lyoko la situation avait pris une tournure catastrophique sur terre Williams venait enfin d'arrivée dans le laboratoire pour le grand bonheur de Jeremie, par contre le beau ténébreux était complètement essoufflé par sa course il était accoudé contre la paroi du monte charge en se tenant les cotes son visage rougi par l'effort témoignait bien que celui ci avec dut faire au plus vite pour venir ici.
Immédiatement William demanda a Jeremie qu'elle était la situations sur Lyoko mais faute de temps le petit génie ne pouvait lui expliquer car William devait au plus vite aller sur Lyoko.

Que se passe t'il lui demanda William .
Pas le temps de t'expliquer file aux scanner lui dit Jeremie....

Sans attendre une seconde de plus William appuya sur le bouton de descente du monte charge pour se rendre en salle des scanners afin de rejoindre au plus vite ces amis sur Lyoko.
Tous ce que William espérait c'était de pouvoir arriver a temps pour les sauver,il était bien loin d'imaginer que la situation dans le monde virtuel était des plus alarmante.

Ulrich était a la merci de Hannibal qui le tenait en joue avec son glaive, dos au sol le jeune samourai ne pouvait rein entreprendre pour se relever car son adversaire n'avait qu'a faire un geste pour l' achever,c'est d'ailleurs ce qui surpris Ulrich.
Pourquoi son adversaire ne lui portait il pas le coup de grâce ? alors que rien ne pouvait l'en empêcher
Sous la menace de la lame de Hannibal Ulrich attendait le coup décisif mais celui ne vins jamais, Hannibal venait de vaincre son adversaire en combat singulier mais il n'avait pas envie d'achever son ennemis pour raison étrange que lui même n'arrivait pas expliquer.

Hannibal n'avait pas envie de détruire cette IA ,car une petite voix l'en empêchait, au fond de lui le chef des Cartha-guerrier n'avait rien d'un assassin il était juste un soldat qui exécutait les ordres et comme Arnaud ne lui avait pas ordonner de détruire cette IA Hannibal n'avait donc aucune raison de le faire.

L'attitude chevaleresque qu'avait adopter Hannibal faisait de lui un guerrier loyal et valeureux il était dommage de constater que le reste de sa "famille" n'avait pas hériter de se genre de vertu.
A califourchon sur son ennemis Astarté prenait un malin plaisir a torturer la pauvre Yumi, ne pouvant pas l'achever tous de suite Astarté avait décider de la neutraliser en attendant que Hannibal en finisse avec son adversaire.
Après l'usage du mode "FURIE" la farouche métisse avait rouer Yumi de coup de pied pour se défouler apparemment Astarté prenait un certain plaisir à malmener la pauvre japonaise qui criait de douleur a chaque impact,pour avoir le paix Astarté la mis a plat vente et s'assit sur elle en lui tordant le bras droit et en lui enfonçant la tête dans le sable pour la faire taire.

Mange de la poussière c'est bon pour la santé "Bitch" lui dit Astarté

Mais Yumi n'entendait rein ,elle souffrait trop pour ça ,les coup sur puissant de Astarté lavait mis a moitié K.O et elle ne sentais presque plus son corp au loin Ulrich était témoins de la scène et sans se soucier de la lame qui lui pendait au nez il insulta la guerrière qui malmenait son amie.

Tu vas la lâcher espèce de %*# lui cria Ulrich.

Mais Astarté n'avait cure de que lui criait son ennemis car de toute façons elle ne comprenait pas ce que celui ci hurlait ,par contre quand Hannibal lui cria d'arrêter ceci , aussitôt la farouche guerrière réagit a cette ordre

Arrête ça lui cria Hannibal.
Quoi qu'est ce que tu as dit lui demanda Astarté.
Arrête de torturer cette IA lui dit Hannibal.
Et pourquoi je ferais ça lui dit Astarté.
Parce que c'est déloyal et digne d'une sauvage lui répondit Hannibal
La victoire et mienne et je fais ce que bon me semble des vaincus lui rétorqua Astarté.
Ce n'est pas une raison pour te conduire ainsi lui dit Hannibal.
La raison du plus fort et la meilleur fit Astarté.
Elle est aussi celle des êtres sans honneur lui répondit Hannibal.

La chose pouvait paraître absurde mais voila que Hannibal est Astarté se mirent a se disputer en plein m