Histoire : Code Tanit saison 1 (Partie 1/2)


Score : 0 sur 10 (0.0/10)   [0 notes]

Donner une notre :

Taille du texte :

Imprimer cette histoire

Écrite par julien-dupont le 01 janvier 2009 (364534 mots)

Dernière édition le 08 octobre 2009

chapitres 01 : souvenirs

- 15 septembre 2005

.............................
.............................

Tous va bien demanda Jeremie.
Sans problème Einstein il n'y a pas l'ombre d'une bébête lui répondit Odd.
Jeremie : parfait Aelita tu peux y aller ...

.............................
.............................

Me retrouver ici depuis tous ce temps dit Aelita.
Sa fait que trois mois seulement lui fit remarquer Ulrich.Je sais mais sa me fait quand même une drôle d'impression lui répondit Aelita avec une certaine émotions dans le creux de la voix.

.............................
.............................

Allez les pies au lieu de papoter mettez vous travail leur ordonna Jeremie derrière son écran.
Oui maman fit Odd
Et soyez sur vos gardes on ne sait jamais .... dit Jeremie en voulant exhorter ces amis a la plus grande prudence
Odd : relax Einstein ...

.............................
.............................
.............................

Au secours Jeremie cria Aelita apeurée
.............................
AELITA...AELITA cria Jeremie
.............................
Jeremie Jerem...
.............................
vite dépêchez vous Aelita......
.............................
Tu crois qu'on s'amuse...
.............................
La sphère se dirige vers la mer numérique...
.............................
Super-sprint
.............................
Impact
.....................
AELITA NOOOOOOOOONNNNNNN!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
.............................
C'est a cette instant que Jeremie se réveilla en sueur le bras tendu vers le mur en criant le nom de la jeune fille, soufflant et haletant de façons abondante il lui fallut quelques secondes pour vraiment reprendre ses esprits, il balaya la pièce du regard sans but précis mais hormis la table et la chaise, la chambre ou il se reposait était vide de toutes présence humaine, il se rendit vite compte que se n'était qu'un mauvais rêve qu'il avait fait sous l'effet de la fatigue et des médicaments, il se recoucha sur son oreiller en inclinant la tête pour regarder vers l extérieur.
Au travers de la vitre de sa chambre d'hospital il pouvait voir le beau ciel bleu de septembre,mais cela lui était égal il n'y prêtait plus attention,son regard ne faisait que se perdre dans le vide,pour lui il y avait bien longtemps que le ciel avait cessé d'être bleu.
Dans sa tête les idées et les souvenirs se mélangeait , il ne cessait de repenser aux évènements qui l'avait conduit ici.

Si il avait su ... il aurait du ... si il pouvait....

Parmi tous les sentiments qui l'assaillait le remords était celui qui le faisait le plus souffrir c'était pour lui aussi douloureux que les blessures de son corps, un remords très profond qui le torturait depuis si longtemps,il se sentais perdu dans les méandres de son esprit, parfois le temps d'un délires il lui arrivait de la revoir toute souriante qu'elle était.
Ces derniers mois il c'était raccrocher a l'espoir de la retrouve,se ruinant petit a petit la santé.

Aelita... murmurât il en fermant le yeux

Dans le gris de ce monde elle avait été son seul rayons de soleil, une présence douce et chaleureuse qui illuminait son quotidien, une présence aujourd'hui réduit a l'état de souvenir.

Un souvenir c'est tous se qui lui restait d'Aelita.

Pourquoi ? se dit il.... Pourquoi ?


9 septembre 2005 hôpital de ST Hélene

Comment va notre grande malade aujourd'hui ? demanda le docteur a sa patiente.
Docteur !!! vous m'aviez promis de plus m'appellez malade lui répondit la jeune fille.

Dans une chambre au mur grisatre une scène pour le moins étrange se déroulait entre un homme et une jeune adolescente ,visiblement la fille n'avait pas apprécier la remarque de l'homme en blouse blanche,elle croisa les bras et se gonfla les joues en fronçant les sourcils en signe de mécontentement,voyant que cela l'avait perturber sa patiente,le docteur lui présenta ces plus plates excuses.

Ne te braque pas comme ça Maeva,je disais ça pour te taquiné lui répondit le docteur en affichant un large sourire.

Aussitôt la fille reprit une posture plus enjouée et lui répondit a son tour par un sourire qui signifiait quelle était plutôt d'humeur joueuse que véritablement vexé.

Moi aussi je voulais vous taquiné Josphet dit elle a l'homme.
Tu est une sacrée blagueuse Maeva lui dit a son tour Josphet pas vraiment surpris par l'attitude versatile de la jeune adolescente.

les deux personne se mirent alors a rire de bon coeur, mais après un cette courte hilarité collective le docteur pris un air plus grave se qui intrigua Maeva ,se dernier avait sans doute quelque chose de très important a dire et cela devait requérir le plus grand sérieux, supposant de quoi il devait s'agir Maeva pris les devant pour savoir de quoi il allait en retourner.

Quels genres d'examens allez vous me faire passer aujourd'hui questionna Maeva.
Pas d'examens ni de nouveau test , car j'ai une grande nouvelle a t'annoncer lui fit le médecin.
a la fin de cette annonce l homme prit un grande inspiration, Maeva resta suspendu au lèvres du docteur se demandant se que celui ci allait bien pouvoir lui annoncer de si important.

tu vas pouvoir venir vivre a la maison lui dit alors le docteur.

la nouvelle fit l'effet d'un coup de feu qui figea Maeva sur place tellement elle ne s'attendais pas a ça.

C'est...c'est vrai je pouvoir quitter cette sinistre chambre dit Maeva qui trouvait a peine ces mots.
Fais tes bagages se soir tu déménage lui confirma le docteur de façons très poétique.

Sans perdre un seul instant Maeva se jeta autour du cou du docteur se dernier en retour l'homme commença a étreindre modérément sa patiente en faisant attention de ne pas se laisser aller a un débordement d'émotions.

C'est merveilleux dit elle
Attention je te rappelle que c'est dans le cadre de ton traitement pour t'aider a retrouver la mémoire. lui signifia le docteur qui venait de mettre un terme a leur accolade.
Peut importe !!! ailleurs sera toujours mieux qu'ici lui fit Maeva toutes joyeuse.
Ravit que sa te fasse plaisir lui fit le docteur.
C'est le deuxieme plus beau jour de ma vie dit Maeva.
Et quel a été le premier lui demanda le docteur
Celui ou je vous est rencontré lui clama Maeva

Après plusieurs mois a rester enfermer entre 4 murs a suivre diffèrent examens, la jeune fille qui avait été baptiser Maeva par le Docteur Robinson allait afin quitter sa chambre d'hospital pour suivre une nouvelle thérapie.



13 août 2004 - base militaire secrète

Opérateur : mon général sa recommence.
Général : c'est pas vrai !!!
Opérateur : écoutez.....
Le technicien tourna le bouton du volume de son poste de contrôle et un signal continu comparable a une palpitations se répandit au travers de la pièce, tous les technicien militaires présent purent entendre le même son qui s échappaient des haut parleur.
Général : ce sont les même parasitages ???
Opérateur : affirmatif mon général c'est toujours la même fréquence oscillatoire.
Alerte général claironna l'officier supérieur.
Aussitôt tous les techniciens se mirent en brans le bas de combat chacun accomplissant la tache pour laquelle ils étaient entraîner en moins de temps qu'il ne fallut pour le dire les soldats étaient en place,d'une voix très forte le général ordonna a tous les techniciens de se mettre en alerte total.
Général : passer en mode defcom 6
Opérateur : a vos ordres.
Général : sécurité maximale du réseau - état d' alerte niveau 6
Opérateur : a vos ordres mon général.
Général : j'appelle le président....


8 juillet 2005 - niveau 4 laboratoire n°3

Bon vous avez des résultats demandât l'homme avec beaucoup de nervosité.
Écoutez Mr Watson,si vous croyez que c'est facile de Re-programmer un tel système vous vous foutez le doigt dans l'oeil.
Watson : je vous demande seulement de décrypter ces données pas de réinventer l' informatique.
Je vous signale que sa fait trois semaine que j'y travaille et c'est pas en me mettant la pressions que j' avancerais plus vite dit le jeune homme.
Moi c'est le comité de direction qui me met la pression dit l'homme qui répondait au nom de Watson.
On a tous nos soucis répondit le jeune homme a son interlocuteur.
Arnaud vous savez combien on a investit dans se projet lui dit Watson.
je dirais...au hasard...13 millions de livres vous me le répéter depuis 21 jours lui fit Arnaud.
Watson : 13 millions de livres vous saisissez bien valeur de la somme.
sa va j'ai imprimer depuis lui répliqua Arnaud
Watson : je trouve que vous prenez trop ceci a la légère.

Dans le laboratoire remplis ordinateur sophistiquée, les échanges verbales pour le moins agite entre les deux hommes avait de quoi refiler un sacrée mal de tête chacun rejetant la faute sur l'autre ,Arnaud tempéra l'humeur de Watson en lui rappelant que tous n'était pas perdu.

Arnaud : ...des que la matrice de base sera Re-initialiser on pourra enfin exploiter les données recueillis par la sonde.
Watson : j'espère quelle en vaille la peine.
Arnaud : d'après se que j'ai déjà put en retirer cela m'a l'air très prometteur.
Watson : vous pouvez développer S.V.P
Arnaud : a première vu nous sommes tomber sur une base de données très riche, je peut même affirmer sans me tromper que ce ma sonde a trouver repose sur concept technologique similaire au notre ,voir plus évoluer.

Il eut soudain dans le regard de Watson un air très intéresse parce que Arnaud venait de lui apprendre, la crainte de se faire renvoyer pour faute professionnel c'était estompé d'un seul coup, la perspective du profit venait d'exciter son sens de requin de la finance.

Watson : serez vous en mesure de les exploiter ?
C'est a ma porté lui affirma le jeune homme
Watson : je vous conseille de ne pas échouer si je tombe, vous tombez avec moi, et la vous pourrez dire adieux a votre carrière et au super calculateur.
C'est trop facile de tous me mettre sur le dos,c'est quand même vous qui avez insister pour qu'on la fasse cette exploration dit Arnaud qui n'avait pas l'intention d'être le bouc émissaire de l'histoire.
Seulement parce que vous m'aviez garantie que sa serait sans problème.se défendit Watson a on tour l'air assez contrarié.
Arnaud : le hasard fait partie du jeu, comment aurais je put prévoir que les anti virus serais aussi efficace.
Je vous cite mon petit "Vger et indestructible... il y a rein a craindre ...ayez confiance" fit Watson sur un ton sardonique.
Lâchez moi un peu dit Arnaud avec un air de petit garçons coupable.
Watson : je vous et fais confiance et voila le résultat, dans 3 semaines je suis sensée présenter un projet qui doit révolutionner le monde informatique et j'ai rein a leur montrer car un" petit anti virus basique" a réussi a endommager votre " indestructible sonde"
Arnaud : ok mea culpa j'ai sous-estimer les systèmes de protection de cette environnent , mais sa ne se reproduira plus
Watson : c'est sur si on a rein a présenter d'ici mois d'août c'est le licenciement assure pour nous deux

Devant l'urgence de la situations Arnaud devait impérativement trouver une solutions pour palier a la disparition de Vger, heureusement pour lui il était un garçons plein de ressource qui aimait bien les défis et ce contre temps n'était rein d'autres qu'un défi a surmonter, il proposa alors une première solution de rechange.

Arnaud : écoutez je pourrais toujours leur présenter le bêta de ma sonde et dire que pour des raisons de sécurité on ne dévoile pas tous.
Watson : il ne se contenterons pas de ça.
Arnaud : ou alors il me reste les 4 prototypes d'intelligence artificiel que j'ai créer.
Watson : elles sont opérationnel ?
Arnaud ne répondit pas a la question que Simon venait de lui posé il semblait assez hésitant a poursuivre étant donner que se n'était pas vraiment achevée

Watson : sa marche ou moins ?
Arnaud : a deux ou trois petit détail près oui
Il y 'a quoi qui cloche ? lui demanda Simon
Arnaud : disons qu'il leurs manquent encore un profil de personnalité.
Et alors ? vous ne pouvez pas leur en donner une basique lui demanda Watson
Arnaud : un personnalité c'est très complexe c'est grâce a ça quelles seront capable de prendre des décisions ou d interpréter correctement les ordres.
Watson : on ne leur demande pas de jouer du Skakespeare mais juste de faire illusion
de toute facon elles en sont incapable pour le moment dit le jeune homme.
Watson : a quoi sa sert alors de les présenter
Arnaud : c'est histoire de montrer l'avancer du projet , nous rappelons au publics que ce sont des IA et quelle ne seront automne des que ont leurs aura ajouter un profil de personnalité
Watson : en tourne en rond la
Arnaud : c'est un cercle vicieux , pas de personnalité pas d'autonomie c'est aussi simple.
Watson : en somme elle sont pas plus dégourdis que des nourrissons vos IA, encore un projet qui va capoter vu comme c'est partis.
Arnaud : vous ete lourd la, j'ai quand même réussi a créer en 10 mois ce que le docteur Hopper a mis presque 7 ans a mettre au point ,vous pourriez au moins applaudirent l'exploit
Watson : je sais Arnaud que vous ete un génie sinon je ne vous aurait pas engager mon garçon,mais la je ne vous parle pas de vos IA mais de votre autres grand projet
Arnaud : le projet NX 4759 !!
Oui celui que vous avez si brillamment égaré lui signifia Watson.

Il n'y avait rien a faire Watson ne démordait pas de la perte de la sonde mais Arnaud c'était engage a résoudre la problème,et foi de geeks il allait tous y parvenir.

Arnaud : je suis pas aider mais quoi qu'il arrive vous l'aurez votre projet de "parade"
Watson : je l'espère
Arnaud : toujours plus loin toujours plus haut c'est ma devise
Watson : je le sais
Deux semaines c'est le temps qu'il me faut pour décrypter les données mais pour ça il faut que j'ai accès au super calculateur lui demanda Arnaud.
vous plaisanter la fit Watson
C'est la seule solution il faut pour cela que je sois accréditer du niveau d'accès numéro 5lui dit Arnaud qui ne semblait pas plaisanter.
Watson : c'est pas possible pour le moment
Arnaud : je ne vois pas ou est le problème ?
Watson : le problème, c'est que vous n'éte pas le seul a travailler sur le super calculateur,et bien que vous en connaissez l'existence vous ne faite pas officiellement partie du projet Tanit.
Arnaud : dans ce cas vous pouvez dire adieux a votre place.

la situation était inverser maintenant il fallait que Sinon cède au avance d'Arnaud sont avenir au sein de la société en dépendait, pour cela il devait permettre au jeune génie d'utiliser le super calculateur de la section 5, au dire d'Arnaud c'était le seul moyen de se sortirent de cette impasse dans laquelle les deux hommes c'étaient mutuellement mit, quitte a violer le règlement en permettant a un novice d'utiliser la haute technologie de la société, mais Simon était dos au mur quoi qu'il lui en coûte il lui fallait retrouver ces données.

Watson : très bien je vais faire le nécessaire
Arnaud : merci
Watson : ne me décevez pas
Arnaud : pas de risque

Le plus dur était encore a venir pour Arnaud, mais il allait bientôt disposer de la puissance informatique qui lui manquait pour décrypter les 5 tera-octets d'informations que sa sonde lui avait fait parvenir avant de disparaître

allez mon gars au travail se dit Arnaud.












chapitre 02 : inquiétude

18 juillet 2005 laboratoire de l'usine

Dans le calme du laboratoire Jeremie travaillait ardemment sur l'ordinateur, une scène pour le moins habituel si ce n'est que cela faisait bientôt 4 mois que Xana avait été détruit, mais entre temps Aelita avait disparu et le petit génie mettait tous en oeuvre pour la retrouver.
L'année scolaire étant fini, chacun des ex-lyoko-guerrier avaient du regagner son foyer respectif même si au fond d'eux ils ne voulaient pas abandonner Jeremie a une tache ingrate, ils étaient obliger de repartir.
- Odd était retourner auprès de sa famille en Espagne pour y voir c'est grand-parents, mais il téléphonait tous les jours pour avoir des nouvelles par le biais de yumi.
- Ulrich aussi était partit a l'étranger pour suivre ces parents pour des vacances sous le soleil dans les îles du sud ,il n'avait put se soustraire a ce voyage "d'affaires familiale" son père c'était montrer particulièrement persuasif a ce sujet en le menaçant de le mettre dans une école privée si il refuserait de les suivre, ne voulant pas être séparé de ces amis, il avait du accepter a contre-coeur.
- William Quand a lui avait été tenu au secret il était retourner auprès de ces parents sans se douter de se qu'il se passait, les lyoko-guerriers estimant que ce dernier avait eu son lot de souffrance,d'un accord commun ils avaient voulu le préserver de se nouveau désastre.
Quand a Jeremie afin de masquer son absence il avait créer un clone de lui même qu'il avait envoyer pour le remplacer a la maison de façons a ce que ces parents ne se doute de rien, même si quelque part le faite de pas les revoir était un coup dur a encaisser pour le jeune adolescent, il devait faire se sacrifice pour sauver Aelita.
Au final seule yumi était rester auprès de Jeremie vu quelle habitait dans le secteur, elle était la seule personne du groupe a pouvoir soutenir Jeremie dans cette épreuve.
De manière régulière Yumi venait tous les jours pour lui apporter a manger et lui fournir divers choses donc le génie avait besoin durant son séjour a l'usine, pour cela elle avait pris un petit boulot d'été pour se faire un peu d'argent de poche ce qui lui permettait aussi d acheter certains composants que Jeremie lui réclamait , ces allées et venu quotidienne dans laboratoire était le seul vent frais que recevais Jeremie qui n'avait plus vu le soleil depuis fort longtemps ,de son coté Yumi ne comptait plus le nombre de journées ou elle était resté assise a le regarder travailler,mais plus le temps passait plus elle était assez critique envers le rythme de vie que Jeremie s'imposait.
A force de travailler le petit génie avait déjà perdu 7 kilos !!! pour un être aussi frêle que Jeremie cela se voyait sur son visage, certains trait était creusé, il avait le teins blafard, les cernes sous ces yeux témoignais de l'état de fatigue dans lequel il se trouvait. Jeremie faisait tous pour ne pas le montrer ,mais Yumi n'était pas stupide elle voyait bien que les mains de Jeremie tremblaient sur le clavier,et que le petit blondinet avait une mine passablement amaigris et bien qu'elle comprenne son désir de retrouver Aelita, yumi ne pouvait pas laisser son ami se tuer a la tache sans rein faire, avant tous elle se voulait protectrice, un beau jour elle décida que cette situation ne pouvait plus durer et le lui fit savoir.

Soit raisonnable Jeremie sa fait un mois que tu n'est pas sortis de ce laboratoire lui dit yumi

Mais le petit génie visiblement absorbé par sa tache ne pris pas la peine de répondre a son amie, toutes sont attention était concentré sur une suite de chiffres qui défilaient sur l'écran, la présence de yumi a ces cotes était on peut dire... inexistante, cette dernière jeta un regard furtif sur se qui s' inscrivait sur l'ordinateur sans pour autant y comprendre quelque chose, pourtant au détour d'une fenêtre il vit que Jeremie travaillait sur un programme appelé... TRANSCE----- machin .... bidules ????
Il était tellement concentré qu'autour de lui rein ne semblais avoir d'importance, il travaillait sans relâche nuit et jour, a plusieurs reprise Yumi avait trouvé Jeremie endormis sur son clavier, elle avait souvent dut lui posé une couverture dessus,
de bien des façons la brave Yumi s'employait au bien être de Jeremie et dans cette même logique elle voulait lui faire comprendre que son obstination a travailler sans s'arrêter lui était néfaste.
Elle insista encore auprès de Jeremie qui resta impassible a ces suppliques,voyant que cela ne servait a rien Yumi usa de la manière forte et fit soudainement tourner le fauteuil se que arracha Jeremie son concentration.

Sa va pas la tête yumi que est ce qui te prend de faire ça lui hurla presque Jeremie
il y a que je m' inquiète pour toi lui dit alors Yumi d'une voix grave
Il n'y a pas de raison de s'en faire je vais bien lui dit Jeremie.
yumi : ne me ment pas
Puisque je te dis que tous va bien insista le petit génie.
yumi : non tous va pas bien, mais bon sang regarde toi Jeremie tu as maigri, tu tremble, tu ...
Jeremie: mais yumi !!!
Odd m'a encore téléphoner ce matin pour me demander de tes nouvelles, il s'inquiete pour toi, nous nous inquiétons tous pour toi lui dit la japonaise avec un regard plein de compassion
Je sais lui dit Jeremie qui bien qu'obsèdé par son travail n'avait pas oublier que ces amis pensait a lui.
Yumi : Odd voudrais que tu ralentise la cadence et je d'accord avec lui

Depuis que Aelita avait disparu il n'y avait pas un jour ou odd n'avait pas appelé, il savait combien cette épreuve était dur pour le pauvre Jeremie,il avait appris l'état de santé de Jeremie de la bouche même de yumi ,cette derniere cherchait en son blond ami quelques conseils pour aider Jeremie,Odd lui avait conseiller dernièrement d'obliger Jeremie a se reposer, conseil que yumi s apprêtait a mettre en pratique.

yumi : je veux que tu sorte prendre l'air.
Jeremie : je sais que vous vous inquiéter pour moi, mais je ne peut pas arrêter.
fait au moins une pause, tu va t'abîmer la santé lui supplia presque Yumi.
Et celle d Aelita tu y as penser peut être !!! lui répliqua sèchement le petit génie.

La jeune japonaise ne savait que répondre a cette argument, elle comprenais le désir qui animait son ami, il était clair que Jeremie avait fait un choix et quoi qu'il arrive il en supporterait les conséquences et quoi qu'en disent Yumi sa décision était prise, et rien ne pourrait l'en faire démordre, pas même la très tenace Yumi.

Qui était elle pour si opposer ?

D'un geste compatissant elle posa sa mains sur l'épaule du pauvre Jeremie ne pouvant finalement faire que ça. elle jeta a Jeremie un regard pleins de tristesse car Yumi ne pouvait s'empêcher au fond d'elle même de nourrir un remords.

Un remords profond !!!!

Yumi c'était toujours considère comme étant la plus mature du groupe, celle dont les choix devait paraître les plus sensée, seulement voila, il y a peu de temps elle avait fais pencher la balance dans une décision qui fut loin d'être unanime.
En y repensant elle se disait qu'un simple refus de sa part aurait tous changer, mais voila elle avait dit OUI ... et cela la faisait terriblement souffrir d'y repenser,
elle avait fini par douter d'elle même , en y repensant elle se disait que chacune des décisions quelle avait prise par le passé n'avait pas été les bonnes.
Le jour ou elle avait dit a Ulrich qu'en entre deux sa serait désormais "copains et puis c'est tous" avait été sa première erreur, par la suite son refus obstiné a ne pas vouloir intégrer William et toutes les conséquences que cela avait entraîner pour lyoko, et quand bien même ce dernier fut libérer de l' emprise de xana elle avait refuser que William revienne sur lyoko et le père d'aelita en paya le prix de sa vie.
A bien des égards elle se disait que les choix de Yumi Ishiyama avait était bien pitoyable.
Pourtant pour seul alibi elle avancait toujours son âge ainsi que sa maturité.

Mais quelle maturité ?

elle n'était guère plus âgé que d'un ans par rapport a ces compagnons, mais elle n'en restait pas moins une adolescente qui avait encore beaucoup a apprendre, mais cela ne la rendait pas moins responsable, a la guerre comme en amour elle avait dut faire un choix, mais était ce le bon ?

Devait elle toujours se tromper dans chacun de ces choix ?

ULRiCH - WILLIAM - AELITA - JEREMIE - 0DD

Tous avaient ou faisaient les frais d'une décision quelle avait dut prendre a un moment.
Et aujourd'hui a cause d'un choix dicter par l'émottions, le pauvre Jeremie était la a travailler comme un damné pour sauver Aelita.
Pourtant si elle le voulait,Yumi pourrait faire autorité sur Jeremie en usant de son âge comme arguments, elle pourrait l'empêcher de s'autodetuire comme il le fait, mais sa serait encore pire, Résigné dans son être elle ne pouvait que soutenir Jeremie dans cette épreuve en guise de pénitence.
Elle regarda tous le bazar amoncelé autour d'elle , a coté du matelas ou dormais Jeremie,moulte composants électronique et mécanique étaient répandu sur le sol, outres les recherches pour retrouvé Aelita, Jeremie devait aussi effectuer des réparations sur le super calculateur.
Car lors de l'attaque sur le territoire de la foret , le kidnappeur d'aelita avait causé énormément de dégât en s'enfuyant, le super calculateur en avait partis, dans la foulé celui ci avait perdu la moitié de sa puissance et nombre de programme avait été perdu, notamment le retour vers le passé avait été détruit par la surcharge et d irremplaçable composant électronique avait été irrémédiablement endommagé.
Jeremie utilisait tous se que pouvait lui ramener yumi pour effectuer une réparation de fortune.
Pourtant parmi les circuits et les diffèrent schéma qui garnissait le sol de la pièce,se fut un objet caché sous un drap qui avait attiré l'attention de yumi, voulant savoir de quoi il s'agissait Yumi souleva légèrement le drap.

Yumi !!!! ne touche pas ça lui cria le génie qui aussitôt bondit de son siège pour rabattre le drap sur le curieux objet .
Pardon s'excusa alors yumi très surpris par la réaction soudaine de son ami.

Voyant bien que son amie ne pensait pas a mal ,Jeremie lui pria de l'excuser a son tour de lui avoir hurler déçu en lui disant que en ce moment il était assez a cran,ce que yumi put parfaitement comprendre, mais le mystérieux objet continuait d'intriguer Yumi.
Yumi : que fabrique tu de si important ?
Une solution pour récupérez Aelita lui dit assez évasivement Jeremie en regardant de coté.
vraiment de quoi s'agit il ? demanda alors la japonaise
Je préfère ne pas en parler pour le moment, je ne voudrais pas vous donner de faux espoir. répondit Jeremie qui ne voulu pas en dire d'avantage.
Yumi vit bien que Jeremie mettait tous en oeuvre pour sauver sa princesse et elle que faisait elle ?
Yumi éprouvait le besoin d expier sa faute et voulait que Jeremie le sache
- Jeremie
- Oui yumi
Yumi faisait face a Jeremie mais elle ne parvenait pas a trouver ces mots du moins ceux ne parvenait pas a sortir
Je voudrais m'excuser pour tous , Sur lyoko on pas été a la hauteur lui dit yumi
Jeremie : ne culpabilise pas Yumi personne n'aurait prévoir que ....
Yumi : moi j'aurais du ....
Jeremie : non c'est moi qui ....

Il eut un grand silence presque gênant entre les deux chacun repensant a ce qu'il avait fait
,Jeremie aussi avait sa part de responsabilité dans la disparition d'aelita .

Pardonne moi Jeremie lui demanda Yumi donc le timbre de voix vibrait sous l'émottions
Jeremie : je ne t'en veut pas Yumi c'est moi le fautif je suis ...

LE SEUL FAUTIF....

Se fut instinctivement que yumi étreigna soudainement Jeremie qui s'en plus attendre passa ses bras dans le dos de la japonaise, il restèrent accoler ensemble de longues minutes sans rien dire, même si il ne le vis pas de ces yeux, Jeremie sentis bien que yumi pleurait, malgres les efforts que celle-ci faisait pour le cacher mais Jeremie ne répliqua pas et préféra rester impassible pour ne pas ajouter a la souffrance de yumi qui pour la première fois de sa vie se laissait aller a ces sentiments.

Comment en étaient ils arriver la ?

anxiété 10 septembre 2005

alors comment trouve tu ta nouvelle chambre ? demanda Joseph.

Mais la jeune fille ne répondit rein,elle était en admiration devant le cadeau qui lui était offert, ce n'était pourtant qu'une chambre en somme toute banal,la décoration laissait même deviner que le précèdent occupant devait être de sexe féminin, le lit en bois bordé de drap rose était posé a coté d'une armoire a vêtement de couleur blanche,quelques posters décoraient le mur donc un des Subdigitals, l'unique fenêtre au rideaux bleu donnait une vue imprenable sur le quartier huppé ou le docteur Robinson avait sa maison.

elle est magnifique Joseph dit Maeva.
ravi quelle te fasse plaisir lui dit Joseph qui afficha alors un large sourire de satisfaction.

Le faite que la chambre convienne a Maeva lui enleva un sacre poids sur l'estomac, juste avant d'entrer dans la pièce le docteur doutait que cela puisse faire plaisir a sa protégé ,mais pour Maeva tous autres chambres que celle quelle avait connu a l'hospital était pour elle une délivrance même si elle fut surpris que Joseph puisse avoir une chambre aussi coloré dans sa maison, mais qu'importe pour la jeune amnésique c'était une bénédiction.
Maeva pris son sac qu'elle posa a coté du lit ,elle était assez hésitante a se poser sur le sommier le docteur lui dit quelle pouvait vu que cette chambre était la sienne mais pour Maeva une question subsistait.

A qui est cette chambre ? demanda Maeva
C'est la chambre de ma fille lui répondit le docteur

en effet sur le rebord la table de chevet il avait un cadre photo représentant le docteur qui tenait dans ces bras un petite fille brune toute souriante, Maeva s'imaginat qu' il devait sans nul doute s'agir de la fille de Joseph

Elle très jolie votre fille dit Maeva en montrant le cadre au docteur
Dr : c'est ma petite josephine
elle vous ressemble beaucoup je trouve dit Maeva qui détailla la photo
On me dit souvent quelle a mon nez lui répondit le docteur.
Maeva : ou est elle votre fille?

la mine du docteur s'assombri quelque peu a la question en sommes toutes innocente de Maeva, sans le savoir l'adolescente venait de raviver chez le docteur un vielle blessure, qui ne voulait pas trop s'exprimer sur le sujet, mais Maeva insista en demandant si elle aurait la chance de la rencontrer un jour, craignant que d'autres questions plus embarrassante ne suive le docteur dut donner une réponse

Dr : non elle n'est plus la ?
Maeva : comment ça ?
Dr : disons que sa mère et moi nous sommes divorcée et que ma fille et partis rejoindre sa mère a Los Angeles.
Il avait quelque que chose qui sonnait faux dans ce que le docteur avait expliquer Maeva le sentis bien mais voyant que cela troublait Joseph elle préféra remettre ces questions a plus tard, plus que tous le docteur voulait rester évasif sur le sujet même si il savait que Maeva pourrait comprendre se genre chose il ne voulait pas lui en parler, du moins pas pour l'instant,le docteur écourta donc la conversation en changeant de sujet

Dr : dis moi Maeva tu as faim ?

Il était midi passé depuis longtemps Maeva avait été tellement pressé de quitter l'hospital, qu'elle n'avait pas pris la peine de déjeuner et maintenant la faim se faisait sentir

Je suis affamée lui répondit la jeune fille
Pour ton premier repas tu veux quoi lui demanda le docteur
Maeva : je ne sais pas
Dr : je dois avoir des lasagne surgelées sa te dis ?
Maeva : j'en ait jamais manger... je crois du moins.... euh c'est bon ?
Dr : je suis sur que tu vas aimer.
je vous crois lui répondit la jeune fille
Dr : pose ta valise sur le lit on la défera après

La jeune fille s'exécuta rapidement et se depecha de ce défaire des quelques habits quelle portais pour aller manger mais au moment de sortir de la pièce le docteur l'intepella

Maeva dit le docteur
Oui Joseph fit la fille
Dr : avant de visiter le reste de la maison je voulais te rendre ceci

Le docteur sortis alors un petit livre noire de sa serviette qu'il tendit a Maeva

Mon journal intime !!! c'est vous qui me l'aviez pris s'exclama Maeva
Dr : oui c'est moi
Maeva : je l'ai chercher partout sans succès j'ai même cru que l'un des infirmiers l'avait jeter par erreur alors que c'est vous qui l'aviez depuis tous se temps !!
Dr : je m'excuser de ne t'avoir rien dit mais vois tu j'avais besoin d'étudier tes rêves pour essayer de comprendre.
Vous avez violez mon jardin secret lui répliqua la jeune fille qui se sentis trahis sur le coup
Dr : c'est un mal pour un bien je devais comprendre tes rêves mais surtout je devais convaincre mes supérieurs que le changement d' environnement te serais profitable

malgres sont grade et ces bon état de service le docteur n'aurais jamais put obtenir de sa hiérarchie la possibilité d'enmener une patiente chez lui pour un traitement spécial, pour se faire il avait du faire des démarche afin de devenir le tuteur légal de Maeva.

Dr : tu n'en veut pas j'espère

En dépit du coup tordu dans le dos de la part du docteur, Maeva savait pertimenent au fond d'elle même que se dernier avait agit pour son bien,toutes les attention que le docteur avait manifester suffisait pour que Maeva lui fasse confiance, depuis le début c'est lui qui l'avait aider a s'éveillé a la vie et si il avait insister pour que jeune patiente viennent chez lui c'est parce qu'il était sur que cette dernière aurait plus de chance de découvrir qui elle était, de plus les "dons" exceptionnelle que Maeva avait manifester en faisait un cas unique, il ne voulait surtout pas que ces autres collègues en fasse un phénomène de laboratoire, il craignait que des test abusif ne finisse par la perturber ,il avait du opter pour l'adoption afin de soustraire Maeva as se cycle hospitalier, ce dont Maeva avait besoin pour guérir c'était de l'attention et de l'amours.

Maeva : je sais que vous faite sa pour mon bien, donc je vous pardonne
Dr : merci a toi
Maeva : mais la prochaine demander moi
Dr : promis a l'avenir avant de consulter ton journal je te demanderais la permition
Maeva : je préfère
Dr : je te le rend pour que tu puisse continuer consigner tes impressions et tes rêves,
Maeva : sa lecture vous a telle appris quelque chose au sujet de mon passé.
Dr : pas pour le moment ,je cherche toujours un sens a tous ça, mais je reste persuader que la clef du mystère se trouve dans tes rêves
Maeva : mes rêves!!!
Dr : c'est la clef j'en suis sur, il est donc important que tu soit honnête quand tu consigne tes impressions dans ton journal, surtout ne triche pas dans sa rédaction,
Maeva : pourtant mais mes rêves sont tellement étrange
Dr : les rêve sont toujours étrange
Mes rêves me font peur confia la jeune fille

Dr : écoute moi Maeva ,même si tes rêves de démons te font peur ici tu n'a rien a craindre je suis la.

Il fallait comprendre ce que ressentait Maeva, les nuit de la jeune amnésique était affreusement ponctuer de cauchemars ceci revenait inlassablement, combien de fois c'était elle réveiller sous l'effet de la peur, Maeva était souvent fatiguer car elle avait peur de s'endormir craignant que ces cauchemar ne finissent par la rendre folle,elle avait essayer d exorciser ces peurs en consignant ces rêves pour se convaincre de leur absurdité mais le docteur y vis dans cette activité nocturne le moyen de guérir Maeva.

Maeva : ils me font vraiment peur ces cauchemars
Dr : Se sont des souvenirs Maeva j'en suis persuader.
Que voulez vous dire demanda Maeva assez intriguée
Le docteur s'assit sait sur le lit et invita Maeva a le rejoindre, la jeune fille se posa a coté de lui.
Dr : vois tu tes rêves selon moi sont le souvenir d' événement que tu as vécu
Maeva : mais ce que je vis dans mes rêves et si incroyable je ne peux pas croire que se soit réelle
Dr : d'un certain point de vue c'est tous a fait possible.
Maeva : vous voulez dire que j'aurais vraiment croiser un lion violet a la crinière d'or dans ma vie passé ?
Dr : honnêtement je ne crois pas qu'un lion violet puisse exister dans la réalité pas plus que le démons et le fantôme qui l'accompagne mais vois tu il arrive que le cerveau humains fasse des associations
Maeva : que voulez vous dire?
Dr : tu n'a peut être pas rencontrer ces êtres, mais ils peuvent avoir une valeur symbolique ou n'être qu'un petit détail de ta vie passé, dans le cas de ton amnésie ton imaginaire a put s'inspiré de brides de souvenirs basé sur des fait réels et les transposer de façons onirique.
Maeva : mon lion violet
Dr : ton lion violet n'est peut être rien de plus qu'un de tes dessins

en plus de consigner ces impression dans son journal Maeva dessinait beaucoup ,mais tous comme les rêves ses esquisses ne représentait rein de concret, ces dessins n'étaient une succession de paysage divers Maeva ne dessinait que des désert et des montagnes et parfois même des foret.
Maeva : vous croyez que l'analyse de mes rêves va me permettre de retrouver la mémoire.
Dr : c'est dans ce but que j'ai décider de te sortir de l'hospital, il faut arriver a dissocier ce qui est fictif de ce qui est réelle , je vais pour cela t' emmener dans pleins de lieux commun au adolescent de ton âge et qui sait un détail pourrait déclencher une autre série de souvenir
Maeva : vous pensez a quoi en particulier
Dr : a des lieux comme une école, un parc public et même une fête foraine
Maeva : une fête foraine
Dr : je me suis dit que le week end prochain on pourrais aller a une fête foraine
Maeva : sa serait génial
Dr : cela devrait ravier des souvenirs
Maeva : vous pensez que je pourrais y arriver
Dr : la première fois qu'on c'est vu tu était incapable de t'exprimer, tu as retrouver l'usage de la parole et de l'écriture en mois d'une semaine et tes capacité d'apprentissage sont exceptionnelles
Maeva : et mes "dons" ?
Dr : c'est un mystère que nous allons essayer de résoudre ensemble et qui sait on pourras peut être réussir a savoir ce qu'est ce monde que tu nomme Lyoko.




colonel Perec quartier général de la DRM - 10 septembre 2004

On frappa a la porte d'un bureau ou un homme en uniforme militaire était entrain de lire un dossier.
Entrez fit il une voix imposante.
la porte s' ouvrit laissant apparaître un homme en tenue militaire,il avança jusqu'à a limite du bureau avant de s' immobiliser pour effectuer un salut militaire a l'homme qui était assis derrière le bureau.
Bonjour mon général,colonel François Perec au rapport dit l'homme en se pressentant
Le général assis se releva et lui adressant le même salut officiel.
repos colonel fit le général
l'homme rompit sa posture de salut et resta droit devant son officier supérieur en attendant un réaction de sa part, le général un homme d'un cinquantaine d'année la stature imposante et le regard perçant invita le colonel a s'asseoir.
Veilliez vous asseoir colonel fit le général.
l'homme retira son képi et s'assit sur la chaise et en attendit de nouveau que le général lui adresse la parole,celui ci refermât le dossier qu'il lisait
Général : colonel Perec je finissais de relire votre dossier a l'instant, c'est très intéressant.
Le général fit alors un rapide résumer du dossier de son interlocuteur afin de s'assurer que les informations a sont sujet n'était pas erronée.

" François Eugéne Perec né le 26 octobre 1975 a l hôpital militaire de saint augustin ,fils du colonel Antoine Perec et de Simone Perec.
a suivit une scolarité normal avec une très bon niveau dans toutes les matière général
et rentré a 16 ans sur recommandation a l académie militaire de saint -Cyr pour suivre une formation d'officier .
Est sortis premier de sa promotion avec mention très bien.
Promu au rang de chef de brigade a l'âge de 24 ans puis commandant d'un bataillons en 2002 blessé a la jambe droite lors d'une attaque surprise des Talibans sur un champ de bataille en Afganistan en allant porter secours a une unité en détresse, c'est démarqué alors par un fait d'armes exceptionnelle en sauvant la vie de trois soldats et de leur supérieur, décoré de la médaille militaire pour action de courage et promu au grade de colonel pour bravoure en 2003 vous avez quitter le service actif une fois remis de ces blessures avant d'être affecter au service de la DRM au service du contre espionnage.en temps qu'analyste, poste que vous occupez toujours a l'heure actuel.

Une fois la présentation finit le général demanda au colonel si le dossier n'avait rien omis

Affirmatif mon général tous est parfaitement exacte lui répondit le colonel sans broncher
général : ont peut dire colonel que vous avez un dossier exemplaire.
colonel : merci mon général.
l' homme croisa ses main et se mis legerment en retrait
Général : colonel Perec connaissez vous la nature de votre convocation
Perec : non mon général
Général : colonel Perec , sachez qu'après avoir passé un ans a remplir des formulaires je vous annonce que vous reprenez officiellement du service
le colonel était assez surpris il pensait que sa carrière était finis a cause de sa blessure et voila que le général Dumont lui annonçait son retour au sain de l'armée.
Sur les champs de bataille redemanda alors officier
Général : négatifs vous ete affecter au service actifs du renseignement
Perec : contre espionnage ?
Général : Affirmatif colonel ,
Perec : mon général s'agit il d'une promotion ?
Perec : il s'agit une mission alors que dite vous de ça
Perec : un seul question mon général ,pourquoi moi ?
Général : après avoir longuement étudier votre dossier votre superieur le directeur du centre ma certifier que vous étiez le meilleur élément de votre unité d'analyse.
Perec : en quoi mon dossier a t-il supplanter celui des-autres agents du service
Général : la nature très particulière de la mission que je vais vous proposé demander une grande capacité d'adaptation et un bonne réactive face a l'imprévu, des capacités donc vous sembler pourvu, se qui fait de vous le soldat le plus apte a pouvoir accomplir cette mission.
Perec : Merci pour le compliment mon général

le géneral sortit alors de son attaché caisse un dossier de couleur grise, celui ci était selle du sceau secret défense
Général : se que je vais vous monter est classé secret défense seulement voila , vous n'éte ici que sur recommandations en aucun cas je ne peut vous obliger a acepter cette mission
tous se que je peut vous dire la sécurité national est en jeu.

le général se tut alors pour observer la réaction de son subalterne, le colonel vit la une occasion de ce sortir des bureau ou il moisissait depuis un ans sa réponse fut sans équivoque

Perec : mon général je sais ou et mon devoir, j' accepte la mission

très satisfait par la réponse de son officier le général tendit le dossier au colonel, celui ci le prit et enleva le cachet secret défense qui fermait le dossier, signe évident de l'acceptation de cette mission, en premier page on put lire inscrit en gros caractère

OPERATION XANA

Xana de quoi s'agit il ? demanda le colonel
Général : voici un rapide topo de la situation , depuis maintenant deux mois le réseau des télécommunication du pays subis des troubles inquiétant.
Colonel : de quelle nature mon général ?
Général : perte d'informations, communications brouiller, ralentissement de certains serveur et ceci aussi bien sur les réseau civils que sécurisé
Colonel : avons nous une idée de ce dont il s'agit
Général : tous ce que nous savons pour l'heure se trouve dans ce dossier

le colonel survola rapidement le dossier, celui faisait état de nombreuse anomalie dans les système de communication ainsi de ce qui semblais en être a l'origine


Général : pour le moment la seule piste que nous avons c'est ce non ....
Perec : Xana !!!
Général : Xana ainsi qu'un mystérieux logo

Dans le dossier il avait plusieurs photo représentant des moniteurs d'ordinateur sur lesquels un mystérieux symbole compose de trois cercle et de 3 pointe oriente vers le bas et dune pointe vers le haut
Perec : a quoi avons nous a faire ?
Général : il se pourrait qu'il s'agisent d'une nouvelle forme d'attaque terroriste peut être orchestrer par une puissance étrangère.
colonel : avons nous déjà subis des pertes
Général : négatifs pour le moment les perturbation non encore cause aucun dégât ,aucun site militaire n'a encore ete visé mais se n'est qu'une question de temps
Perec : savons nous se qui se cache derrière Xana
Général : d'après nos meilleurs technicien l'organisation Xana et assez tentaculaire, on a trouvé des traces de son activé a diffèrent point du globe.
Perec : a ton déjà identifier des agents actifs.
Général : rien de tous ça colonel, a par sa présence sur le réseau il n'existe aucune trace d' activiste ou de sympathisant ouvertement déclaré se qui nous amène a pensé que...
Perec : ...que Xana pourrait être un projet et non un groupe armé.
Général : un nouveau type de système "black-out" des communications.
Perec : comme le projet "crépuscule" des soviétique ou "Carthage" de l'Otan au temps de la guerre froide.
Général : vous connaissez vos classique a ce que je vois,
Perec : c'est l'avantage de travailler aux services d'analyse du contre espionage, on a accès a pas mal de vieux dossier,et comme les journées sont longues sa nous laisse le temps de parfaire sa culture.
Général : je vois, mais vous avez vu juste c'est similaire et vu se donc cette organisation et capable il faut s'attendre au pire, pour le moment ceux qui le contrôle sont en mesure de créer de sacrée trouble dans notre système de défense.
Perec : je mesure l'ampleur du danger en cas de conflit, privé d'informations une armée serait a la déroute
Général :nous craignons que les différents incident ne pourrait être qu'une répétition avant une attaque de haute ampleur.
Perec : avons nous un moyen de lancer une contre offensive
Général : dans l 'immédiat NON et sans savoir contre qui ou quoi nous nous battons difficile de contre attaquer
Perec : c'est logique, il faut connaitre son ennemis avant d attaquer
Général : le problème et que nos nos service se limite a la sécurité du territoire et c'est la que vous intervenez colonel, si c'est une attaque externe vous deviez en découvrir l'origine
Perec : se sera donc une mission en solitaire
Général : pas vraiment
Perec : ........
Général : nos allier anglais sont également concerné, des perturbation identique on été observé sur le territoire britannique, les services du mi5 nous l'on confirmé, la nature de leurs perturbations est identique au notre
Perec : notre ennemis invisible a donc choisit de frapper plusieurs cibles en même temps
Général : quelle que soit l'organisation qui se cache derrière Xana , leurs objectifs sont visiblement situer en France est en Angleterre c'est pour cette raison que nos services vont collaborer étroitement avec le mi5, pour cela nous partons immédiatement pour Londres ou nous irons rejoindre nos homologues.
Perec : nous partons quand
Général :soyez près pour a 15H30
Perec : a vos ordres
Général : vous avez compris quelle est votre mission
Perec : affirmatif mon général
Général : votre mission est de découvrir se qui se cache derrière Xana et qui le contrôle et si possible de le détruire par tous les moyens
Perec : infiltration et sabotage en sommes mon Général
Général : affirmatif colonel
Perec : sa ne sera pas facile mais je réussirais
Général : la patrie compte sur vous colonel
Et elle peut se reposer sur moi ajouta le colonel
Général : rompez colonel
Perec : a vos ordres mon général.
il se saluèrent et le colonel sortis du bureau.


acces 10 juillet 2005 - niveau 5 laboratoire n°7

veilliez introduire votre badge dans la serrure magnétique

----------------------------------

entrez votre code d identifications

_XXXXXXX-XXXXX

accès autoriser

_--------------------------------

Soyez le bienvenue dans la section 5 Mr Arnaud Morillon dit alors un voix informatique synthétique.

Les serrures se dévérroullièrent et l'imposante porte blindée s'ouvrit, un léger souffle d'air frais se fit sentir sur le visage du jeune homme qui s'avança dans la pièce avec un certain entrain qui laissait devinez qu'il était assez enthousiaste.
Et pour cause Arnaud venait d'obtenir de Simon Watson l'accès au super calculateur de la société, il venait d'être promu officiellement chercheur de niveau 5, Acrediter son protéger fut chose facile pour Watson qui avait en charge la gestion de la sections 5 depuis deux ans, le laboratoire n7 avait été totalement allouer pour Arnaud, a présent il disposait de la puissance nécessaire pour décrypter les données de sa sonde, c'est avec la-nonchalance du nouveau propriétaire que Arnaud fit le tour de son lieu de travail,il scruta le laboratoire, a coté des appareils de mesure et autres ordinateur de dernière générations il y avait l'objet de ses rêves.
Le terminal d'accès numéro 7 au super calculateur n'attendais plus que lui, un large rictus se dessina sur son visage a la vu de l'interface,il savait que tous les laboratoires du niveau 5 en était équipé, ils permettaient au scientifiques d'avoir accès a une partie des ressources de l'unité centrale, il y avait en tous 10 sections et chacune avait un projet top secret en cour qui était rattaché au super calculateur.
cependant tous les scientifiques de la section 5 savaient que le laboratoire numéro 1 était consacré au projet phare de la société


LE PROJET TANIT

Pour le jeune homme qui venait juste d'attendre sa majorité Arnaud était au anges dans ces rêves les plus ou il n'aurait pas imaginer qu'une telle machine existait et encore moins que cette dernière était gérer par une intelligence artificielle super évolué, il se souvenait de ce qu'il avait ressentir la première fois qu'il l'avait vu , un ans bientôt qu'il ne l'avait pas revu
Il s'approche du miroir de projection qui servait d'interface de communication, a son approche le miroir s'activa,c'est assez timidement qu'il interpella l'I.A ne sachant pas si celle ci allait lui répondre et encore moins le reconnaître.
Il ne fallut pas moins pour que cette dernière n' apparaisse telle un diable sortant de sa boite
surpris sur le coup Arnaud faillit en tomber a la renverse pourtant elle etait la en virtuel et en pixel et elle lui parlait
bonjour lui fit alors l'I.A
Arnaud : bonjour
Je suis content de vous revoir Mr Morillon lui dit l'I.A.
Et bien moi aussi lui répondit Arnaud avec joie
I.A : vous allez bien
Arnaud : très bien et vous ?
I.A : je suis pleinement opérationnel
Arnaud : ravi de la savoir
I.A : Mr Watson ma avisé que vous et moi allions travailler ensemble,sachez que cela me fait très plaisir.
Et moi donc lui répondit Arnaud
I.A : il s'agit d'un travail de décryptage.
Arnaud : pas moins de 5 tera-octets de données a décompilée , que du lourd
I.A : voulez vous que je vous alloue une partie de la cité.
Arnaud : c'est le but de ma présence ici
I.A : un temple devrait suffire ,vu que cela représente une sacrée masse de calcul
Arnaud : sa devrai être largement suffisant

L'I.A évoluait également dans un monde virtuel,la puissance du super calculateur était telle quelle avait permis la créations d'une cité antique, il s'agissait d'une île borde d'une mer numérique , les abord de la cité était composé de rempart, qui protégeait des maison des ruelles et de temple, les différent édifices qui composait la ville n'était en faite que la représentation algorithmique de la puissance de calcul de la machine, les temples sont en faite des espace de travail pour les chercheurs de chaque secteurs, ils servaient de base de simulations a divers projets,

I.A : votre temple est prés a décoder vos données
I.A : je ne voudrais pas abuser mais en faite j'ai peu exagérer la nature du problème ?

La vérité était que Arnaud c'était jouer de Simon il aurait très biens put décrypter les 5 tera octets mais il n'avait pas résister a l'envie de travailler sur le super calculateur
il savait qu'avec laide de L'IA il ne lui faudrait pas plus de deux jours pour extraire les données collecter par sa sonde Vger, la vrai raison que l'avait amener ici a c'était qu'il pouvait mettre un terme a un projet de longue date.
I.A : si ce n'est pas pour le décryptage pourquoi avez vous besoin d'un temple ?
Arnaud : j'ai en faite un projet un peu plus intéressant a te proposer
I.A : de quoi s'agit-il ?
Arnaud : et bien voila j'ai pratiquement fini de mettre au point 4 nouveau type d intelligence artificiel.
Des I.A comme moi ? demanda l'I.A
Arnaud : quasiment identique, basé sur un concept d' autonomie révolutionnaire
I.A : plus perfectionner que le mien ?
Arnaud : certes pour le moment elle ne sont pas aussi sophistiquée que tu l'est, mais sa s'annonce prometteur.
I.A : auront t'elle une identité qui leur sera propre.
Arnaud : c'est la raison de ma venu ici
I.A : que voulez vous dire ?
Arnaud : vois tu parmi les données que ma sonde a ramener, se trouvait des profils de personnalités pré-établis

Dans les trois jours qui avait suivi la perte de sa sonde Arnaud avivait requis a décrypter des données , il était apparu après analyse que celle ci faisait référence as des schéma neuronales,Arnaud avait tous de suite saisis l'incroyable opportunité qui lui était offerte de donner a ces projet d'intelligence artificielle,l'autonomie qu'ils leur manquaient, mais pour intégré ses profils il lui fallait une sacrée puissance informatique et seul le super calculateur pouvait le permette, voila qu'elle était l'origine de sa ruse.

Arnaud : vois tu il faudrait des années a un programateur pour mettre au point une personnalité autonome
I.A : je confirme le docteur Hopper a mis 7 ans a me créer.
Arnaud : moi j'en est 4 qui sont toutes prête
d'où viennent ces profils demanda l'I.A
Arnaud : c'est un secret
I.A : vous pouvez me le dire, chaque laboratoire est securise, les informations ne sortiront pas de ce local.
Arnaud : dans ce cas....
L'I.A écouta avec beaucoup d'attention se que Arnaud lui révéla...

-----------------------------
-----------------------------

Cela parait difficile a croire.lui dit lI.A
Arnaud : je sais, mais sa me laisse supposer qu'elles sont originaire d'un cerveau humains
I.A : a ma connaissance il n'existe encore aucun moyen de scanner un cerveau humains et d'en extraire des données numérique d'intelligence
Arnaud : mais le faite est que ces profils existent
I.A : c'est indéniable
Arnaud : c'est pour ça que je veux les intégré au projet
I.A : il s'agit la d'un processus long et complexe
Arnaud : je sais mais....
I.A : mais....
Arnaud :.... il pourrait s'agir d'une grande découverte.
I.A : de quelle genre
Arnaud : des systèmes basé sur un cerveau humains offre de nombreuses possibilités
I.A : j'en suis la preuve.
Arnaud : alors,pouvons nous commencer ?
C'est quand vous voulez mon cher Arnaud lui fit L'I.A sur un ton très amical
Arnaud : a nous deux, je sens que nous allons faire du bon travail ma chère TANIT














vu les problemes que des gens ont pour lire les textes en couleur j'ai decide de ne mettre que les titres en couleur (sauf pour tanit)

voila la suite qui je le precise et un chapitre charniere, chacune des histoires vont basculer vers un flashback, on pourrait me reprocher l'absence de combat qui dans la partie aventure devrait etre tres present normalement mais je met en place toute l'intrigue et je me concentre sur la psychologie des personnages et leur relation,de plus je joue avec une intrigue policiere,vous aurez surement plus de plaisir a essayer de recoller les morceaux pour percer les different mystere de cette fics cas voir des gens se taper dessus, mais patience de l'action il y en aurat + tard,pour l'heure place au mystere.

chapitre 03

Le journal de Jeremie Belpois - 26 juin 2005

---------------------------------------ENREGISTREMENT-------------------------------

Je m'appelle Jeremie Belpois, je suis élève de seconde au collège Kadic.
Nous sommes le 26 juin 2005, aujourd'hui je me lance dans l'écriture d'un nouveau journal.
.---
Mon précédent journal ayant été détruit il est devenu impératif pour moi d'en écrire un autre.
(honnêtement il ne m'aurait pas été nécessaire d'avoir a en tenir un nouveau, mais les récents événements m'ont démontré qu'une sauvegarde est indispensable.)
---
Dans ce nouveau journal je consignerai mes impressions et mes découvertes ainsi que les raisons qui m'ont poussées à la rédaction de ce dernier.
---
Ce que je vais vous relater peut paraître extraordinaire voire complètement fou et pourtant il s'agit de la pure vérité.
---
j'essayerait de faire simple.
---
On peut dire que tous a commencer en octobre 2002,alors que j'étais en cinquième je fis par hasard la découverte d'une installation scientifique cachée dans les entrailles d'une vieille usine désinfecté situé à côté de mon collège.
Ce qui m'a frappé en premier lieu, était l'incroyable modernité de cette installation qui en dépit de son âge m'a semblé encore fonctionnel, suite a un rapide aperçu de la nature de cette machine je compris rapidement que j'étais tomber sur une sorte super-calculateur,après quelques jours d'hésitation et de recherches je pris donc sur moi de rallumer cette superbe machine sans avoir la moindre idée de ce que j'allais découvrir...

Si j'avais su.............

Mais voila cette machine exerçait sur moi un attrait tout particulier c'était comme un appel auquel je ne pouvais pas résister.
Peut-être que d'autres personnes plus sensée se seraient abstenues à ma place,mais j'étais à l'époque animée par une certaine curiosité scientifique ce qui ne conduisit en la date du 7 octobre 2002 a réactiver le super-calculateur.

Ah vraiment si j'avais su .....


Je dut attendre la nuit pour me rendre a l'usine, il faut dire que lors de mes prospection j'eus la chance de découvrir deux passages secret qui me permettait de quitter le collège Kadic en toute discrétion, l'accès à l'usine pouvait se faire en passant par les égouts, pour atteindre le laboratoire secret il fallait passer par ce que nous avons appelé la "cathédrale de verre" là se trouve à monte-charge qui permet d'accéder au niveau inférieur (Je tient à préciser que le monte-charge est l'un des deux accès au laboratoire l'autre étant une échelle qui se trouve dans la chaufferie)
---
Le laboratoire est protègé par une porte blindé,pour l'ouvrir il suffit de taper le code secret sur le clavier numérique qui est caché derrière le panneau de contrôle du monte charge.
---
le code est 3.7.6.2.6
---
Pour vous détailler un peu plus en précision le laboratoire celui-ci se compose de trois niveaux.
---
- premier niveau : la salle de contrôle.
c'est l'endroit que j'appelle clairement le laboratoire car c'est dans cette espace que se trouve le terminal d'accès aux super-calculateur c'est a partir de cette endroit que toutes les opérations de commandes peuvent être effectué.
---
- deuxième niveau la salle des scanners.
dans cette pièce se trouvent trois tubes qui sont en fait des scanner géants c'est à partir de cet endroit que l'on peut effectuer une virtualisation, mais je reviendrai plus tard sur la fonction des scanners.
---
- troisième et dernier niveau la salle du super-calculateur
dans cette pièce réfrigérée se trouve le coeur même de l'installation j'ai nommé le "super-calculateur quantique",une machine composée de deux cylindres enchevêtrées l'un dans l'autre,elle fonctionne a l'aide d'une pile atomique, a ce jours il n'existe aucun ordinateur plus puissant que celui ci.
---
la présentation que je fais du laboratoire et du super-calculateur est assez sommaire je vous l'accorde, c'est juste que je préfère ne pas trop m'attarder dessus pour venir au coeur même du sujet.
---
J'ai donc rallumé le super-calculateur pour découvrir que celui-ci gérait un environnement virtuel du nom de Lyoko.
Ce monde virtuel est composer de quatre plateaux différents qui l'on peut respectivement nommé:
- territoire banquise
- territoire montagnes
- territoire Foret
- territoire désert

Par la suite nous découvrimes l'existence d'un cinquième territoire situe au centre des 4 premiers dénommé Carthage,mais je reviendrai également plus tard sur sa découverte.
---
Outre leurs environnements respectif ses territoires sont jonchés de tours qui sont en faite des interfaces entre le monde virtuel est notre réalité.
---
Peu de temps après avoir rallumé le super calculateur Je me rendu au pupitre de commande après seulement quelques manipulations sur le clavier une fenêtre informatique s'ouvrit devant moi et la je fis la connaissance de Aelita, Après quelques échange avec elle je compris que j'étais tombé sur une intelligence artificielle hyper développée, la première foi que je l'ai vu elle ma faite forte impressions,Aelita avait l'apparence d'une Elfe vêtu de rose,sur le coup je peux dire que je suis tombé sous son charme et ....


------------------------------------------ PAUSE ----------------------------------------------------

A cet instant Jeremie eut comme un pincement au coeur il venait de se rappeler sa première rencontre avec Aelita, jusqu'à présent ce souvenir il l'avait gardé au fond de lui, puis avec le temps,les épreuves et la complicité avait fais place a la banalité et la routine faisant oublier à jeremie a quel point cette rencontre avait été déterminante pour sa vie, mais depuis la disparition de Aelita se souvenir avait revêtu une tout autre importance à ses yeux.
Aussi loin que sa mémoire pouvait l'emmener, ses pensés le ramenait à cette époque ou il sacrifiait tous pour Aelita. toutes les nuits blanches qu'il avait passées a cherchez le moyen de la faire venir sur terre,les frayeurs que lui faisait Aelita a chaque fois qu'elle risquait sa vie pour sauver celle de ces amis, tous ces rapports privilégié, presque intime qu'il entretenait avec elle,Aelita était une jeune apprentie et Jeremie tenait le rôle d'un professeur qui lui expliquait les choses de la vie, ces moments qu'ils avaient partagé étaient unique.

Oui ces souvenirs était devenu très précieux pour jeremie.

Jeremie posa ses lunettes sur le clavier est se frotta les yeux sans doute pour chasser toute nouvelle larme naissante, il avait tant pleuré ces derniers temps, mais ce n'est pas comme ça qui la ramènerait.

pleurer n'arrange pas les choses.

Puisant sa force dans ces souvenirs Jeremie c'était forgé une nouvelle déterminations sans pour autant renier le passé,désormais il lui fallait aller de l'avant.

il sauverait Aelita quelque en soit le prix.


---------------------------------------------REPRISE-------------------------------------------------


Aelita vivait sur Lyoko,elle ne savait ni qui elle était ni ce qu'elle faisait la,de toute évidence il y avait la un grand mystère à résoudre sur l'origine de tout cela,malheureusement nous n'ume pas le temps d'approfondir nos recherches.
Car tel Pandore qui ouvrit la boîte et répandit sur le monde les pires fléaux ,en rallumant le super-calculateur je tirai de son sommeil sans le savoir la plus terrible menace que l'humanité n'avait jamais connue à ce jour.

XANA

Xana était une intelligence artificielle extrêmement développée et très en avance sur notre temps
sa nature belliqueuse ne tardât pas a se manifester, par l'intermédiaire des tours que j'ai précédemment cité il avait la capacité de lancer des attaques de nature électrique dans notre monde.
---
Nous fumes moi et plusieurs personnes a être impliqué dans un combat que je n'avais jamais souhaiter ,au moment de ces agressions une solution évidente s'est imposée,nous aurions pu éteindre le super-calculateur,prévenir les autorités et ainsi oubliée a jamais cette histoire.
---
Mais voilà il y avait Aelita,je ne pouvais me résigner à l'abandonné,elle n'était pas responsable des actions de Xana,la condamnée a cause des crimes d'un autre aurait été injuste.
---
Était-ce a cause des sentiments que je nourrissais pour elle que je refusais déteindre le super calculateur ?
Ils pouvait paraître ridicules qu'un adolescent de mon âge puisse craquer sur un programme informatique (d'ailleurs Odd ma souvent bâché à ce sujet),cependant je ne pouvait ignorer l'existence des scanners et du procédé de virtualisation.

La virtualisation selon ma théorie était un procédé qui permettait de transférer un être humain sur lyoko,le virtualisé comme je l'appele prenait la forme d'un avatar numérique, il pouvait ainsi évoluer dans ce monde comme dans le notre, mais le processus n'était pas a sens unique un virtualisé pouvait revenir par le biais des scanners.
Dès lors un choix cornellien s'offrait à moi pour sauver le monde du joug de Xana il me fallait éteindre le super-calculateur et oublier a tout jamais Aelita, soit trouver un moyen de la ramener parmi nous (la perspective de pouvoir ramener Aelita sur terre était séduisante) Je ne vous cache pas que c'est la seconde options qui s'est imposée car nous avions une chance de contrecarrer Xana,aux hasard du premier combat nous découvrimes que Aelita avait le pouvoir de désactiver les tours ce qui avait pour effet de stopper toutes les attaques de Xana sur la terre, cette désactivation déclenchait la mise en marche d'un autre processus dont le super-calculateur était doter et non des moindres car il s'agit du retour vers le passé.
---
C'est incroyable fonction qu'est le retour vers le passé permet de remonter le temps de 24 heures grace a cela nous pouvions réparer tous les dégâts occasionné par xana sans que qui que se soit n'en garde le souvenir,dès lors mon seul objectif fut de trouver le moyen d'amener Aelita sur terre.
---
Pendant près 1 an et demi j'ai effectué toutes sortes de recherches pour y parvenir et durant ce laps de temps nous avons combattu Xana dans le plus grand secret, je vous avoue que concilier vie secrète et vie scolaire ne fut pas facile mais au prix de grands efforts je parvint a virtualisé Aelita sur terre.

Mais xana n'avait pas dit son dernier mots.

Le journal de Maeva 11 septembre 2005


"On m'appelle Maeva et je ne sais rein de moi..."

oh vu de ma morphologie il apparaît que je suis une jeune fille d'environ 14 ans (mais là rien n'est sûr non plus) je mesure 1.45 mètres ,je suis assez mince ( ce qui n'est pas pour me déplaire), détails particulier me concernant mes cheveux sont d'une couleur peu banal, il sont... je préfère ne pas en parler.
Il peut vous paraître étrange que je sache si peu de choses sur moi, la vérité c'est que j'ignore tout de mon passé.

qui suis-je ?
---
d'où viens je ?

Tant de questions qui pour le moment sont sans réponse,et pour cause cela ne fait maintenant que quelques mois que j'ai commencé a m'éveiller à la conscience,auparavant les formes les sons qui m'entourait était pour moi un grand mystère, mais petit a petit j'ai appris, j'ai commencé à saisir et à comprendre les nuances de ce monde.
Actuellement je suis en traitement pour essayer de retrouver la mémoire,ma réadaptations a la vie n'est pas des plus facile, car je dois tous redécouvrir...

Manger... boire... dormir.

toutes ces choses si banal pour les autre personnes me paraisse tellement nouvelle pour moi,j'ai du mal a mis faire,mais je m'accroche...

Je veux savoir...

Maintenant que je suis en mesure décrire je commence la rédaction de mon journal intime,je consigne à l'intérieur toutes mes impressions et mes sentiments,le moindre flash-back le plus infime détails qui me revient pourrait être un facteur déclenchant me permettant de retrouver la mémoire.
Alors j'essaye de tenir celui ci de façons régulier, c'est un bon moyen selon le docteur Robinson pour m'aider à déchirer le voile qui recouvre ma mémoire,autant qu'il est permis de me rappeler , il m'est impossible de revenir plus loin que le jour ou l'on ma retrouver errante dans un bois perdu au milieu de nulle part.

Le froid, la peur et la faim sont les premières chose que j'ai resentis,et pendant plusieurs jours je suis rester prostrée a ne pas savoir quoi faire, jusqu'à l'arrivée de mon sauveur...

----------------------------------------Pause-------------------------------------------

Maeva posa sont stylo quelques instants sur le rebord de son bureau,sa première rencontre avec le docteur venait de lui revenir en mémoire.
Elle ferma les yeux et un grand sourire se dessina sur son visage, cette homme était un jour apparu quand tous autour d'elle n'était que chaos quand bien même maeva se montra sauvage quand le docteur lui tendit la mains,tous se que celui ci lui avait apporté par la suite était dune valeur impérissable pour Maeva.

De la chaleur, de l'attention et mille autre merveilles qui faisait que Maeva se sentais bien, en dépit de son malheur.
Oui Maeva éprouvait de la reconnaissance pour le docteur et peut être plus encore.

-----------------------------------reprise -----------------------------------------

le docteur est un homme très gentil c'est lui qui m'a baptisé Maeva,en guise de "bienvenue" c'est la signification de mon noms

"Bienvenue"

je trouve ce prénom très joli en tout cas il me va mieux que celui de "patiente de la chambre 24A"
---
Le docteur me consacre beaucoup de temps je me suis très attaché a lui,il m'aide a comprendre qui je suis, il m'assiste dans chacun de mes pas de son propre aveux il teste sur moi une nouvelle méthode base sur l'interprétations des rêves et des souvenir refouler mais surtout mes rêves...

Mes rêves.......

Mes nuits sont peuplés de rêves pour le moins étrange,d'après le docteur robinson mes rêves serait la clef de ma guérison, mais ait je vraiment envie de guérir ?
Il est vrai que j'ai envie de savoir qui je suis et d'où je viens,mais au fond de moi j'en doute..
Mes origines me paraissent trouble et mes rêves ne font rien pour me rassurer.

Car la nuit je rêve que je vis dans un monde étrange appelé Lyoko,c'est un noms bizarre mais c'est celui d'un monde qui ne ressemble à aucun autre.
Il est habité par des chimères et de créatures très mystérieuses,pour une raison que je ne serais expliquer ce monde me fait peur, il n'est que violence et haine le peu que je peut m'en rappeler c'est un spectacle macabre ou des êtres a l'aspect hideux s'entretuent est se mutilent et moi je suis au milieux de tous ça,quelque part cela me fait très peur.... j'ai peur de découvrir la vérité à mon sujet.

Qui je suis vraiment ?

Suis je vraiment lié à ce lieu ? si tous ceci existe pour de vrai,alors je préfère en oublier l'existence car devant moi s'offre une nouvelle vie.

-----------------------------début de mon journal------------------------------

Je m'appelle Maeva et je débute une nouvelle vie...


mémo personnel 12 févriers 2005

----------------------------------------ACTIVATION----------------------------------

identité confirmé: Colonel François Perec

12 févriers 2005 mémo personnel

Cela fait bientôt 3 semaines que je suis hospitalisé a l'hospital militaire de Brest,pour le moment ma convalescence se passe bien.je me remet assez vite de mes blessures.
Le major Cartwright viens me rendre visite tous les jours pour prendre de mes nouvelles, je trouve ces attentions très délicates a mon égard ,après tous je lui est sauvé la vie en premier et elle me la sauver en retour sur ce point la on est quitte, mais en dépit de ça nos point de vue diffère toujours.
Cette femme a vraiment un caractère bien a elle, et quelque part sa me plaît.

Bon revenons en a l'essentiel, la deuxième tentative d'assassinat sur ma personne a encore échouer , mais il s'en est fallu de peu cette fois, quelques secondes de plus dans cette chambre radioactive et j'y passait.

Au vu des dernier événement il apparaît clair maintenant que pour notre mystérieux adversaire appelé Mr.X. nous sommes de plus en plus gênant.
---
Les aveux de son homme de mains nous ont permis de remonter sa piste maintenant je sais que tout est lié à un mystérieux projet appelé Neo-Carthage.
Je ne sait pas encore se qui se cache derrière,mais tous ceci semble lier à l'ancien projet Carthage qui a l'origine était destiner à un brouillage des communications.
---
Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions mais il se pourrait bien que le projet Neo-Carthage soi un nouveau système de brouillage de communication très perfectionnée et si Mr.X n'est pas une puissance étrangère, il est sûrement liée à ce fameux projet d'une manière ou d'une autre.

D'après mon mystérieux informateur,Mr.X serait responsable de la vague de parasitages sur le réseau, donc il se pourrait que derrière le projet Neo-Carthage se cache l'organisation Xana.

*note au passage* il n'est pas très original de ce fait rappelé Mr.X quand on a un projet qui s'appelle Xana,je vais finir par croire que les terroristes ont vraiment un sens de l'humour très particulier. *fin de note*

les indices que mon informateur nous a laisser nous amène a nous pencher sur les membres qui composait le projet Carthage d'origine.
Seulement l'enquête s'annonce compliqué vu que la plus part des personnes travaillant sur le projet carthage sont morte en 1979 lors de la destruction du laboratoire.
Les suspect principaux sont les trois scientifiques qui on survécu a l'explosion

Sigmund Kessel,Henry Hopkins et Waldo Schaeffer

Mon premier suspect : Sigmund Kessel c'est retiré de la vie publique depuis plus de 25 ans il vivrait depuis dans un chalet quelque part en suisse allemande, sont dossier ne fais mention d'aucune activité particulière depuis.

Mon deuxième suspect Henry Hopkins il devenu un important homme d'affaires, il serait le PDG de la société Cyclotron c'est un homme très puissant, l'abordé ne sera pas facile.

Le dernier suspect et le plus intriguant de tous Waldo Schaeffer

au début des années 80 les services secret on lancer une enquête a son sujet il serait responsable du sabotage du projet carthage ainsi que de sa destruction , il serait soupçonner d'avoir volé du matériel radioactif et d'avoir vendu des secrets militaire au russe,il fit l'objet d'une étroite surveillance (son noms fut même cité dans le dossier Farewell)
mais aucune preuve n'a jamais put être apporté car les dossiers le concernant on mystérieusement disparu.
On peut supposer que quelqu'un a essayer de le protéger, on a perdu toute trace de lui depuis 1994 alors que les service secret le traquait, selon nos meilleur spécialiste il se serait passer dans un camps ennemis ce qui fait de lui le suspect numéro un.
Noe pouvant pas savoir ou se trouve Waldo Schaeffer pour le moment je dois me rabattre sur les deux autres il sont le seul liens que j'ai avec Mr.X , je ne dois négliger aucune piste.

*Note personnel*

Avant de reprendre l'enquête je ferais mieux de convaincre les médecins que je vais bien,toute foi même moi j'en doute.
Depuis la deuxième tentative d'assassinat j'ai comme des flash-back, c'est assez troublant j'ai l'impression....

NON......

j'ai même la certitude que je revis la même journée,même si cela peut paraître dingue pourtant d'après les médecin militaires les particules auxquelles j'ai été exposé ne peuvent pas provoquer de dégénérescence cellulaire et encore moins des troubles physique donc j'ai l'air d'être atteint.
Mais un doute subsiste, la chambre d'isolement radioactive ou j'ai ete enfermé était expérimentale on ne sait pas a quel genre de radiation j'ai bien put être expose de plus le super-calculateur qui contrôlait cette environnement a lui aussi été détruit par la même surcharge qui en a endommage plein d'autres.

alors pourquoi ai-je cette sensation de déjà vu certains jours ?
il m'est arrivé de prédire des évènements futur de façons très précise non pas parce que je les avait vu dans un rêve mais parce que je les avait déjà vécu.

ça m'est arrivé que 4 fois

--------------------------------------------pause----------------------------------------------

A laide de sa touche majuscule le colonel surligna alors les 20 dernier lignes qu'il venait décrire et les effaça.
Le colonel préfèra passer sous silence ces "bond dans le futur"
Si quelqu'un de son service venait a tomber sur ces notes cela pourrait compromettre sa mission, car ces supérieur ne laisserait jamais un fou en service et vu son cas particulier il valait mieux se taire et chercher par lui même une explication a tous ça.

-------------------------------------------reprise-------------------------------------------------


dans trois jours je sortirais de l'hospital et la je reprendrai l'enquête,qui aurait penser il a encore 5 mois lors du fameux briefing avec mes officier supérieur que cette affaire me conduirait si loin...

Pas moi en tous cas...


----------------------------------------FERMETURE----------------------------------------------------

Journal de Arnaud Morillon 17 juillet 2005

compte-rendu d'analyse journal video numéro 6

9 h 30 - cela fait maintenant une semaine que j'ai été promu chercheur de la section cinq, c'est pour moi un grand honneur et une reconnaissance mérite de mon génie.. enfin c'est normal...je suis un as.
Donc comme je disais sa fait une semaine que je travaille sans relâche sur le décryptage des données que ma sonde VGer 1.0 a recueilli. ( je ne compte pas toutes les heures supplémentaire que j'ai faite, ma fiche de salaire a la fin du mois va être garnis)
Grâce a Tanit et au super-calculateur j'aurais finis dans quelques heures....
---
13 h 44- ça y est j'ai fini le décryptage de l'ensemble des données, je vais pouvoir les étudier de plus près et a mon avis je risque d'y passer du temps vu leur taille ( 5 tera octet il faut se les farcirent), se que je peut déjà en dire c'est que j'ai pas moins de 6 fichiers a étudier .... bon au boulot....

17 h 02- un petit point sur la situation, à l'aide du temple que Tanit m'a dédié j'ai put effectuer une étude très approfondie des données je peux dire que ce que ces dernières se sont révélé est fort intéressant
-les fichiers sont en fait des protocoles de commande et d'exécution de taches pré-définie ( des programmes si vous préfrèré).

- le premier semble être un système d'interface, je l'ai fait apparaître dans le temple afin d'en avoir une représentation 3D,on dirait une sorte de tour blanche avec une base l'aspect organique ,pour le moment je n'arrive pas a en définir son fonctionnement et son utilité je verrai ça plus tard....a vrai dire ce sont les quatre aux autres protocoles qui m'ont vraiment intéressé.
Je vous cache pas que depuis le début je savais qu'il s'agissait du scanner des anti-virus qui ont attaqué ma sonde mais la je ne m'attendais pas a tomber sur des profils de personnalité préétablis.... j'ai hâte de les intégrer a mes prototypes d'I.A pour voir ce que sa donne... en attendant je vais étudier le dernier programme...



20 h 33 - JE SUIS FOU ou je dois halluciner... ressaisit toi Armaud.....(Arnaud se donne des tape sur le visage)
je ne sais pas par par ou commencer et si même a l'heure actuel je me suis pas tromper...mais j'ai la sous mes yeux un protocole d'activation pour processus de déstructuration et de restructuration de la matière....Non non je suis pas fou c'est..c'est vraiment les protocoles de base de ce programme.... peu de gens peuvent se rendre compte de ce que sa veux dire et pourtant c'est vrai..... ça peut paraître dingue mais il se pourrait que j'ai entre mes mains les clés de la téléportation.

la téléportation comme dans StarTrek
---
c'est hallucinant incroyable je manque de mot pour d'écrire ce que je ressent a cette instant...
dire que pendant des années des chercheurs de tous bords on essayer de trouver un moyen de téléporter la matière sans jamais y parvenir, car le principale obstacle et que si on sait la décomposer la reformer c'est une autre histoire.... et la j'ai le détaille précis d'un processus qui permet cette délicate opérations.

HALLUCINANT


voilà un rêve de fan de science fictions qui devient enfin réalité je commence à me demander quelles sont les autres richesses que peuvent receler le monde que j'ai découvert mon insistance à vouloir percer et explorer ce monde a été payante je n'aurais jamais imaginé que j'allais tomber sur une telle caverne d'Ali Baba, un véritable trésor scientifique.

je me demande qui peux bien se cacher derrière ? une puissance étrangère ou un laboratoire de recherche ? qui qu'il soit ils ont des décennies d'avance sur nous.

Mais je dois garer la tête froide et ne pas oublier qu'avant tous il sont nos ennemis.

fin du message.












Chapitre 04 Code Lyoko

laboratoire 28 juillet 2005


----------------------------------------ENREGISTREMENT----------------------------------------------

Voilà bientôt deux semaines que je n'ai pas pris la peine d'éditer mon journal personnel ,il faut dire que je suis extrêmement débordé par mon travail.
Je passe énormément de temps sur les réparations du super-calculateur ,le reste du temps je le consacre a la création et la programmation de mes deux autres projets principaux, donc en guise de pause je vais me rattraper en complétant les informations qui ont déjà été données précédemment.

Journal de Jeremie Belpois deuxième partie.

Dans mon message précèdent Je vous ai fait une présentation rapide de ce qu'était Lyoko et Xana.
Chaque jours qui passait depuis la découverte du super calculateur nous le vivions sous la menace d'une attaque de Xana et je peut dire que ce dernier rivaliserait d ingéniosité pour nous détruire, animaux possédé,robot,phénomène physique extrême et même un ours en peluche géant c'est vous dire !!!!!
Mais cela ne nous a pas empêcher de continuer et jamais a ce jour nous avons eut a pleurer la perte de qui que se soit jusqu'à dernièrement.....

------------ ( Jeremie marque un temps de silence)--------------

....quoi qu'il en soit,au bout d'un an et demi de recherches j'ai finalement fini par trouver le moyen de matérialiser Aelita sur terre.
Grâce à un protocole spécial il lui suffisait de rentrer dans une tour et de rentrer le CODE TERRE de là tous un processus de transfert pouvait d'activer qui devait permettre à Aelita de se matérialiser dans les scanners.

Lors d'un combat qui nous opposa a Xana vous finîmes par faire venir Aelita sur terre,
ce fut le plus beau jour de ma vie ,la première fois que je l'ai vu cela a été magnifique, elle était apparu allonger dans les scanner ce fut pour moi un vision angélique,même odd en était rester bouche bée,après tant d'effort et de sacrifice nous étions enfin récompensé,ce jours la nous pensions qu'on en aurait finis avec Xana.
Malheureusement pour Xana le départ de Aelita de Lyoko signifiait l'extinction du super-calculateur.
Afin de se préserver du funeste sort qui l'attendais Xana a implanté une sorte virus dans le corp de Aelita au moment ou celle-ci quittait lyoko.

Ce virus compliquait sensiblement la situation, à cause de lui Aelita était liés au fonctionnement du super calculateur, l'arrêt de ce dernier signifiait la mort de Aelita et en aucun cas je ne pouvais me le permettre.
Tous était a recommencer,après voir passer plus d'un an à plancher sur le moyen de la faire venir il ne fallait maintenant trouver un moyen de la guérir, sans plus attendre je me mis donc en quête d'un anti-virus.

En dépit de ce nouveau coup du sort je garde toujours en mémoire les merveilleux instants que Aelita est moi avons passée ensemble pendant le peu de temps qu'elle a été humaine.
Ce fut grandiose, mais de nouvelles questions venait de surgir a mon esprit.
La donne était changé je pouvait faire venir Aelita sur terre quand bon me plaisait.
Alors pourquoi pas la faire venir de façons permanente et ne retourner sur Lyoko que quand sa serait nécessaire.

Pourtant Aelita éprouvait quelques réticences a cette idée,la perspective d'être loin de son lieu de naissance et dans un monde dont elle ignorait tous avait de quoi l'effrayer moi au contraire je me disais quelle pourrait avoir sa place au collège kadic.
Tous de fois Aelita avait certaine appréhension a cause de sa véritable nature,elle ne se sentais pas vraiment humaine, un aspect de son être qu'elle est moi avions déjà évoqué ,il me revient en tête une discussion que nous avons eut un soir peu de temps après son retour sur Lyoko.

############################ FLASHBACK ############################


Le réveil matin de Jeremie affichait 2 h 30,comme a son habitude le petit génie ne dormait pas, il était accoudé sur le bureau de son ordinateur,Mais cette fois si il n'était pas entrain de travaillé sur un programme.!! Non !! il discutait simplement avec Aelita.

Tu sais Aelita je suis vraiment désolé que tu n'ai pas put rester avec nous lui dit jeremie un peu triste.
Ce n'est pas ta faute Jeremie, visiblement Xana n'est pas près a me laisser partir lui répondit Aelita.
Jeremie : Il a trouver le moyen pour qu'on ne puissent pas le désactiver, mais je te jure que je trouverai un anti-virus est ce jour la sa sera bye bye Xana pour de bon.
Aelita : j'ai confiance en toi Jeremie,tu est très doué et je sais que tu réussira.

Le petit génie rougit a ce que venait de lui dire Aelita, elle n'avait jamais cesser de croire de lui, elle savait que le jeune garçon mettrait en tous en oeuvre pour la guérir,l'estime que lui portait Aelita était très gratifiant pour Jeremie qui avait toujours manquer de confiance en lui,il se promis alors qu'il ferait tous pour ne pas la décevoir.

Jeremie :tu sais, j'ai commencer a travailler sur de nouveaux programmes
Aelita : de quelle genre?
Jeremie : des véhicules pour nos amis, grâce a eux nous gagnerons du temps pour aller des activer les tours et cerise sur le gâteau tu pourra aussi les emprunter.
Aelita : c'est magnifique Jeremie, mais comment est ce possible ?
Jeremie : avant je manquais de puissance pour le faire,mais plus maintenant ,le super calculateur semble avoir de nombreuses ressources cachés,d'aillieur je lui en découvre tous les jours.

Depuis que Aelita était venu sur terre le super calculateur avait subit des modifications, Lyoko avait évoluer d'une façons stupéfiante.
D'une manière plus général ce monde avait gagné de l'espace, les territoires c'était agrandis par eux-même,le résultat était un gain de puissance assez inattendu qui avait permis a jeremie d'entamer la programmation de nouveau éléments donc les véhicules,tousdefois en dépit de cette bonne nouvelle de nombreuses questions restaient en suspend.

Jeremie : il y a quand même plusieurs choses qui m'intrigue
Quoi donc ? demanda aelita
Jeremie : c'est Xana
Aelita : Xana !!!
Jeremie : la nature du virus qu'il t'as implanté et très étrange, mise a par le faite que l'on ne puisse pas débrancher le super calculateur sans te tuer, ce programme ne te fais pas souffrir,et il n'affecte ni ta personnalité ni ton corp,ce qui veut dire ...
A quoi pense tu jeremie ? se demanda Aelita
...Que ce virus a simplement renforcer le lien qui existe entre toi et Lyoko lui répondit jeremie.
de quelle lien parle tu Jeremie ? demanda alors l'humanoïde au cheveux rose.
Jeremie : Vois tu Aelita j'ai toujours trouvé très étrange que tu puisses désactiver les tours simplement en y rentrant ton nom,ce qui m'amène a me poser pas mal des questions.
Aelita : lesquelles ?
Des questions sur tes origines, je veux dire ... cette installation n'est pas arrivée là par magie il a bien fallu que quelqu'un la crée lui dit jeremie.

A cette instant jeremie venait de poser la grande question, d'où venait toute cette installations ? qui avait bien put créer le super-calculateur et dans quelle but? a quoi pouvais servir lyoko et Aelita dans tous sa quelle pouvait être son rôle ? des questions mais pas de réponses.

Jeremie : là où les personnes qui t'on créé ton sûrement mit la dans un but précis.
Aelita : et quelle serait ce but selon toi.
Jeremie : difficile a dire, tu est peut être une sorte de gardienne.
Aelita : et Xana il serait quoi un virus ?
Jeremie : Non !! Xana n'est pas un virus il est bien plus que ça.
Aelita : comment ça ?
Jeremie : il ne fait plus de doute que Xana est un programme multi agent très élaboré
Aelita : un intelligence artificiel en somme.
Jeremie : je n'ai pas de doute sur sa nature c'est seulement son lien avec lyoko qui m'échappe encore.
Aelita : lui aussi aurais un lien ?
Jeremie : tu vois lui aussi d'une certaine manière est lier lyoko, l omniprésence de son symbole en est la preuve.
Aelita :alors ce symbole serais celui de lyoko et non de Xana.
Jeremie : c'est possible ce qui voudrais dire que ce lien que le relie a lyoko et le même que celui qui te retiens.
Aelita : je serais donc lier a Xana
Jeremie : par l'intermédiaire de lyoko oui il se pourrait que se soit ça.
Aelita : alors cela fait de nous des êtres semblables, crois-tu que lui et moi nous pourrions être comme "frère" et "soeur".

La question de aelita avait de quoi surprendre comment pouvais elle s imaginer avoir un liens si profond avec Xana,ce MONSTRE ou plutôt ce DEMON n'avait rein de commun avec Aelita, Jeremie rejetait cette hypothèse Aelita n'était pas un monstre.

Jeremie : je me permettrai pas de te comparer a Xana ,il y a tant de différence entre vous .
lesquelles ? demanda aelita.
Jeremie : pour commencer ce n'est pas une personne à part entière c'est une entité abstraite qui n'a pas de forme réel a la différence de toi.
Aelita : je ne vois pas tant différence sur la forme que sur le fond.
Comment ça ? s'interrogea le petit génie.
Aelita : tu dis que contrairement a moi Xana n'est une entité virtuel sans Corp mais alors qu'est-ce qui l' empêcherai d'en avoir un ?
Jeremie : que veut tu dire ?
Aelita : et bien si j'ai pu devenir humaine, pourquoi Xana ne le pourrait-il pas ?

Étrange question de la part de Aelita ,jeremie ne comprenait pas ou sa douce amie voulait en venir, en quoi le faite que Xana puisent devenir humain pouvait il tant l'intrigué.

Jeremie : voyons c'est impossible comme je te l'ai dit Xana n'a pas de forme précise, il ne pourrait pas être humain de plus il prône la perfection informatique je ne crois pas qu'une enveloppe charnel puisse lui faire envie.
Aelita : pourtant il nous a déjà prouvé qu'il pouvait créer des êtres vivants comme la copie De Yumi ou les robots géant.
Jeremie : les robots c'est une chose,ce sont des êtres mécaniques ne sont pas pourvus de chair quant à la seule copie qu'il n'est jamais faite d'un humain ce n'était tout au plus qu'un champ force magnétique a vibrations aléatoire , une chose sans consistance, une chimère sans âme.

La dernière réplique de jeremie venait de rendre Aelita bien pensive cela intrigua de plus en plus le petit blondinet.

Jeremie : tu semble bien songeuse
Aelita : je me demandais justement....
Jeremie : quoi donc ?

Et moi jeremie crois-tu que j'ai une âme ? après tout moi aussi je ne suis pas humaine. lui dit alors Aelita.

La question était assez épineuse pour jeremie, que pouvait il répondre a cela ? certes l'espace de quelques heures Aelita avait eu un corps humain, de simple entité virtuel elle était passées à celui d'être vivant fait de chair et de sang.
Mais avoir un corps suffisait-il à faire d'elle un véritable être humains ?
Aelita se le demandais, la nature profonde de l'être humain la surprenait beaucoup, elle était consciente d' exister et d'être vivant mais cette conscience de soit avait pris une tous autre dimension au moment ou elle était devenu humaine chaque chose qu'elle avait pu découvrir lors de son court séjour lui avait paru étrange et merveilleux,toutes ces nouvelles sensations auxquels elle c'était ouverte.

Dormir,manger,sentir la chaleur, avoir un frisson, respiré de l'air, sentir le sang bouillir en soi.

............sentir la vie....................

Cette expérience avait été très troublante pour Aelita le fait d'être devenu humaine lui ouvrait de nouveau horizons sur la vie.
Devenir humain ne serait il pas le rêve que nourris en secret toute créature virtuel doté d'une conscience.

Voilà quelle était la véritable question de Aelita.

Malgres tout son savoir jeremie ne put répondre à cette question peut-être parce que la réponse c'est il n'y avait que Aelita qui la possédait, mais jeremie avait quand même en lui une conviction que Aelita se devait de connaître.


Jeremie : pour moi sa ne fais pas de doute Aelita... tu est humaine.
Il ne suffit pas de le dire faut il encore que se soit vrai.lui dit la petite elfe virtuel
Jeremie : Aelita veut tu que je te dise ce qui fait vraiment de toi un être humains
Je veux le savoir lui dit aelita.
Jeremie : aelita... tu est un être pure.
Aelita : un être pure ?
Jeremie : un être pure dénuer de toute méchante c'est pour moi une preuve de ton humanité.
Aelita : ma pureté fait de moi un être humain ?!!
Jeremie : c'est la pureté de tes sentiments, si tu était un être démoniaque comme Xana tu ne poserait pas ces questions,depuis qu'on se connaît le dévouement donc tu as fait preuve en vers les autres et admirable durant tous ces combat ton sens du sacrifice c'est mainte fois manifester et ce sont la des qualités qui honore le plus les être humains.
Aelita : cela suffit t'il a me différencier de Xana.
Jeremie : oui car en plus tu sait aimer les gens.
Aelita : Aimer ?
Jeremie : Oui Aimer !! tu aime les humains a la différence de ton "frère virtuel" ,Xana nous a prouver comment il jugeait les humains quand nous étions dans le canal fantôme, ce jour la il nous a montrer sa véritable nature ,Xana n'est qu'un être froid et égoïste qui ne pense qu'a lui, l'amitié et l'amour sont des sentiments que Xana ne pourrait jamais comprendre et que seul des être pourvu d'une âme le peuvent, des être humains comme toi Aelita.

Les paroles de Jeremie était si réconfortante pour Aelita, même si elle avait encore des doutes sur sont humanité, Jeremie lui accordait plus que de la confiance et après tous c'était a elle de croire en son humanité.


----------------------------------------------------------------------------------

Dans la tranquillité de sa nouvelle chambre Maeva relisait les premières pages qu'elle avait rédigées sur son journal.
Parcourir les quelques lignes qu'elle avait écrite la replongeait dans l'obscurité de ces origines.
De ces premiers souvenirs elle revoyait surtout l'endroit où tout avait débuté.

C'était un jour de pluie...

############################ FLASHBACK ############################

le Journal de Maeva chapitre 01 jour de pluie

Ce jour là le temps était assez pluvieux, la petite ville de Kingston valley d'ordinaire si radieuse était pris dans un violent orage, deux jours de pluie incessante si en cette période de l'année cela pouvait ravir les agriculteurs ,cette pluie diluvienne avait commencé à poser des problèmes, la rivière qui longeait la ville menaçait de débordé, le seul pont qui reliait la ville au conté voisin menaçait aussi de s'écrouler sous l'impact déchaîné des flots , devant cette état de crise le maire avait par mesure de sécurité déclaré l'avis de tempête.
Afin de prévenir tous le monde de cette décision le shérif avait fait des annonces à la radio locale pour inciter les habitants a ne pas bouger de chez eux et a se barricader le temps que sa se calme, les différents commerces et entreprises avaient du fermé leurs portes temporairement pour ne par risquer la vie de leur employés ,même le resto-route de chez Clarise habituellement si fréquenté par les routiers et les bûcherons avait dû être fermés a cause des bourrasque de vent.
La ville tournait au ralenti, et comme si cela ne suffisait pas tous le secteur était en crise, le médecin local et les pompiers ainsi que quelques bûcherons volontaires avaient été recrutés pour combattre un incendie de forêt dans le comté voisin.
Il y a maintenant 3 jours la très tranquille petite ville de Brayton Wood's avait été victime d'une terrible catastrophe industrielle, incendie est explosion c'était succédé.
En peu de temps des hectares entier de forêt était partie en flammes,de sombres nuages de fumée noire recouvrait le ciel tous les forces de l'état du Wisconsin avait été mobilisé pour combattre se désastre,une cellule psychologique avait été mise en place pour soutenir les victimes,contrairement a la bourgade de Kingston valley cette pluie était providentielle, elle aidait dans leur tache les soldat du feu qui devait lutter de toutes leurs forces pour endiguer le désastre.

C'est dans ce marasme indescriptible que le shérif Peebody devait faire son travail alors que tous son personnel était partis preté mains forte de l'autre coté de la montagne lui était tenu de rester a son poste afin d'assurer le maintient de l'ordre public.
C'est dont un homme donc le poids de années et la forte ceinture abdominale avait contraint a rester tranquillement au chaud dans son bureau a attendre que tous cela se calme.
Pour tuer le temps le shérif se tenait prés de la radio et du téléphone près a répondre a cas ou on aurait besoin de ces services.
La pluie et le vent battait contre les carreaux du bureau, le shérif buvait une tasse de café histoire de se tenir éveiller devant se spectacle si monotone.

Quelle sale temps se dit ils en regardant a l extérieur.

Soudain la porte s'ouvrit , le courant d'air qui l'accompagna fit voler quelques un des documents posé sur le bureau du Shérif, ce dernier essaya dans tant bien que mal de les rattraper ,deux personnes venait de rentrer dans la pièce il s'agissait du shérif-adjoint Johnson, le shérif Peebody l'avait reconnu tous de suite a sa lourde parka et au bonnet vert qu'il portait sur les oreilles , ce dernier était accompagné d'un autre homme en trensh coat. le shérif pria instamment son adjoint de fermer la porte.

Bon sang Johnson vous pourriez faire attention quand vous rentrez lui dit shérif
Adjoint : pardon shérif mais c'est une vrai tempête la dehors.
Ce n'est pas a moi que vous allez apprendre ça lui répondit le shérif

l'Adjoint hota sa parka toute trempé qui recouvrait son uniforme, il était a présent en meilleur condition pour subir les foudres du shérif.

shérif : regardez moi se bazar, ce foutu vent a fait voler tous mes documents
Adjoint : et dehors c'est encore pire shérif.
shérif : faite attention la prochaine foi
Adjoint : ne vous plaignez pas shérif je vous ai quand même amenez le toubib.

A sont tours le deuxième individu posa ces vêtements , il s'agissait d'un homme d'une trentaine d'années les cheveux noirs coupé assez courts il mesurait au moins 1mètre 80 et portait de petite lunette rectangulaire légèrement arrondie sur les rebords qui cachait derrière des yeux d'un noir éclatant.

alors c'est vous le toubib que l'hospital central nous envoyé ? lança alors le shérif au nouvelle arrivant.

L'homme fut quelque peu vexé de se faire appelle si vulgairement "toubib", mais dans cette région a forte activer rural le langage familier des bûcherons était chose commune alors pourquoi s étonner que les forces de l'ordre n'en fasse pas autant, l'acceuil pouvait paraître glacial mais il était coutumier.

Parfaitement je suis le docteur Joseph Edward Robinson répondit l'homme
shérif : Robinson hein !!!
Dr : c'est cela, et si vous pouviez m'appeler docteur et pas toubib sa m'arrangais
Messieurs a ces petites préférence mais soit "docteur" répondit le shérif
Dr : question de respect.
shérif : et bien docteur soyez le bienvenue a Kingston valley
Dr : merci de votre acceuil shérif.
shérif : vous avez fait bon voyage ?
Dr : en général les 4x4 sont assez confortable sauf quand la route est accidenté....
Dr : vous n'avez pas eu trop de problème pour venir j'espère ?
Adjoint : comme la dit le toub ..docteur la route n'est pas en bonne état, on a eut de la chance

A cause du mauvais temps des arbres étaient tomber sur la route et quelques chutes de pierre était a déploré, mais le 4x4 de fonction du shérif était bien équipé cela n'avait pas posé trop de problème a son adjoint que de piloté sur ce parcours du combattant bien qu'a certain tournant il donna au docteur quelques belle frayeur.

shérif : l'important c'est que vous soyez la docteur
Adjoint : vous ete docteur de la tête c'est ça.
Je suis docteur en psychanalyse infantile répondit le docteur qui avait un peu de mal a encaisse que le faite que l'on puisse vulgariser autant sa profession.
Adjoint : au faite shérif vous avez pas dit pourquoi on a besoin d'un philosophe
Psychanalyste repris aussitôt le docteur.
Adjoint : Psychanalyste alors ?
shérif : j'avais demandé par radio qu'on nous envoyée un docteur pour osculter notre "petite pensionnaire"
ah je vois c'est pour la fillette dit l'adjoint.
shérif : tous a fait Johnson.
Dr : des que le service de l'hospital a reçu votre appelle il mon demander d'y aller.
shérif : ravi de voir qu'il ont accepte ma demande malgres tous se qui se passe a Brayton wood's
Dr : je vous cache pas que c'est pas le travail qui manque de l'autre cote en se moment.
shérif : le contraire serait étonnant docteur.

de l'autre cote de la montagne l'hospital central de Brayton wood's était en pleine éffervecence tous les médecins des alentour avait été mobiliser, le faite que le docteur Robinson et pus se libéré s' expliquait par le faite qu'il n'y avait pas d'enfant parmi les victimes de l'incendie, et vu le cas particulier auxquelles le shérif Peebody avait a faire, la venue du docteur était inespère.

Dr : vous savez j'aurais pu venir par moi même
shérif : vu l'état de routes sa n'aurait pas été prudent de votre part
Dr : d'où le 4x4
shérif : vu que mon adjoint était dans le secteur de Brayton Wood's j'ai fait en sorte qu'il vous serve de taxi.
Dr : Merci shérif mais si sa ne vous dérange pas est ce que je pourrais voir l'enfant.
shérif : venez c'est par ici.

Le shérif conduisit alors le docteur dans une petite pièce situer a cotée des cellules, le shérif s' arrêta devant une porte est frappa délicatement sur celle ci, une petite voix se fit alors entendre derrière,l'homme entreballia légèrement la porte et passa la tête au travers de l'ouverture.
Dans la pièce une femme assez forte se trouvait la ,en voyant les deux hommes elle leur fit comprendre de faire silence en mettant son index devant sa bouche.
A cote d'elle coucher sur le sofa une petite fille dormait profondément ,la femme fit signe aux deux hommes de ne pas rentrer dans la pièce , le shérif et le docteur s éxecutérent en silence. Après s'etre assuré que l'enfant dormait vraiment elle les rejoingnis et referma sans bruit la porte derrière elle. la femme faisait a présent face aux deux intrus.

shérif : Docteur je présente ma femme Clarise
Enchanté Madame dis le docteur
shérif : ma chérie voici le docteur robinson,c'est le docteur qui a été envoyé pour la petite fille --
Clarise : c'est vous le docteur ?
Dr : je fais partis de la cellule psychologique qui a été mis en place a Brayton Wood's
shérif : cellule a qui j'ai demander de l'aide.
Dr : on ma fait venir cause de votre cas "particulier "
shérif : particulier c'est le moins que l'on puisent dire.
Dr : comment va telle ?
Clarisse : pour le moment elle dort.
Dr : et sont état de santé général .
Clarisse : elle n'a pas de fièvre pour le reste il vous faudra voir par vous meme.
Dr : bien alors j'aimerais bien l'examiner
Clarisse : pas pour le moment docteur, elle besoin de repos la pauvre petite elle était vraiment fatigué.
shérif : vous pouvez faire confiance a ma femme docteur, durant des années elle a ete sage femme auprès du médecin local alors les enfant ça la connaît.
Clarisse : j'en ai meme eut trois de l'homme qui est a coté de vous.
Dr : je ne doute pas que vous connaissez les enfants , mais un avis maternel ne vaut pas un avis médical.
Clarisse : je comprend docteur mais attendez au moins qu'elle se réveille pour l'examiner
Dr : très bien j'attendrais
shérif : en attendant vous prendre bien un peu de café
Dr : sa ne sera pas de refus vus que ces derneires 24 heures j'ai pas vraiment dormi
shérif : je peut vous comprendre moi meme je suis un peu a cran, tous mes effectifs sont mobilisés et je dois tous faire moi meme.
Dr : ont est tous dans la meme galère.
shérif : nous parlons plus en détails de tous devant un bon café.
Dr : je vous suis.

les trois personnes se retournèrent donc dans le bureau du shérif pour y rejoindre le shérif adjoints afin de mieux discuter de la présente situations.

########################################################

Maeva fut tire de ces pense par l' appel du docteur qui lui annonçait que le repas était servis, sans plus attendre la très gourmande adolescente se pressa d'aller manger.


base militaire de Westfield -Angleterre - 10 septembre 2004 17 h 34


Se fut sous une pluie battante de côté que l'hélicoptère se posa sur la piste,quand les pales de l'hélice eurent finir de tourner un homme vêtu d'un imperméable jaune kaki qui attendait patiemment sous un hangar couru jusqu'à l'appareil pour en ouvrir la porte latéral, de la deux hommes en ciré en sortirent aussitôt,pressant le pas les trois personnes se rendirent vite sous le hangar pour se mettre a l'abri des caprices de la météo, quand il parvinrent au bâtiment ils étaient complètement mouillé, leur courses sous la pluie n'avait fait que les trempé un peu plus.

Quel temps de chien fit l'un fit les deux hommes
Je ne vous le fait pas mon général lui fit remarquer le deuxième homme.

A ce moment un homme a la stature assez imposante et visiblement très gradé s'avança vers eux et de façons très respectueuse il leur adressa un salut militaire

Général Dumont ,colonel Perec soyez les bienvenue sur la base militaire de Westfield, je me présente je suis le Général Ryan chef de cette base leur dit a se moment la l'officier.

les deux hommes furent très surpris que leur interlocuteur leur parle en français, mais ils lui rendirent aussitôt sa politesse et saluèrent leur hôte.

G Dumont : merci pour votre accueil général Ryan.
G Ryan : avez vous fait bon voyage messieurs ?
G Dumont : le vol a été agité a cause du temps mais nous sommes arriver sans dommages c'est l'essentiel .
G Ryan : les précipitations sont choses communes de notre pays vous savez.
G Dumont : je n'en doute pas.
G Ryan venez avec nous Messieurs vous amène nous avons fait préparer une petit collation cela vous réchauffera.
G Dumont : merci général Ryan c'est très aimable a vous
C Perec : merci mon général

Ce début d'entretient s'annonçait pour le mieux,mais très vite les deux officiers déchantèrent en voyant la nature de la collations , tranche de lard grillé et saucisse de porc accompagné d'un coulis verdâtre peu appétissant , sur le coup ils avaient oublier que si l'hospitalité anglaise n'est pas a remettre en cause sa cuisine laissaient toujours autant a désirer.en bon petit français qu'il était il n'aurait pas cracher sur une tranche de pain et de fromage a se moment la.

Comment trouver cela dit le général Ryan en avalant un morceau de lard de la taille d'un poing.
délicieux dit alors le général Dumont a sont homologue Anglais.

Le colonel préféra s'abstenir de tous commentaires en la présence de son officier supérieur mais il vit bien que celui ci faisait semblant d' apprécier la petite collation , les gouttes de transpiration sur sont front témoignait bien de la difficulté que le Général Dumont avait a avaler cette nourriture mais comme il ne fallait pas fâcher leur hôte le général dut se sacrifié pour la patrie mais des fois sa frôle le ridicule un telle dévouement.
Remis de leur petite collations le général Ryan emmena les Deux hommes dans les sous sol du hangar ,après avoir passer plusieurs check point il s'arretérent devant une énorme porte blindé protéger par un digicode.
Le général Ryan entra son code secret et l' énorme porte s'ouvrit, il pénétrèrent alors
dans une petite pièce aménager, le mobilier qui ornaient la salle étaient très sobre juste une table et des chaises et un grand écran sur le mur et une photo de la reine d Angleterre deux personnes étaient déjà présent dans la salle c'était un homme est une femme qui travaillait sur un ordinateur , a la vu de leur officier supérieur les deux soldat se levèrent et saluèrent leur général qui les salua en retour, le général Ryan fit alors les présentations

G Ryan : Général Dumont,colonel Perec je vois présente le major Cartwright et le lieutenant Fraggle.

A leur tour les deux officiers saluèrent les nouveau venu.

G Ryan : le major Cartwright est notre plus grande spécialiste en informatique et en radio télécommunications quand au lieutenant Fraggle il est spécialiste en système logistique.
G Ryan : soldat je vous présente le général Dumont des services de la DRM. et le colonel François Pérec.
Messieurs ce sera un grand honneur de travailler avec vous dit alors le major M Cartwright

A la grande surprise de deux hommes le major s' exprimait dans un français des plus correcte qui soit, cette femme d'environ un trentaine d'année avait les cheveu roux et les yeux vert elle mesurait pas loin des 1.70 et semblait assez sur d'elle dans ces propos et sa tenue.

G Dumont : c'est une bonne chose que vous parliez français major cela au moins facilitera les échanges.
M Cartwright : je vous traduirait se que le lieutenant Fraggle vous dira
Yes I don't speak french dit le lieutenant Fraggle.
2 sur 3 c'est déjà pas si mal dit le général a son subordonné.
Je ne vous le fait pas dire approuva le colonel a son tour.
G Ryan : messieurs les présentations d'usage étant faite il est temps pour nous d'entrez dans le vif du sujet .

Par le suite le général Ryan pria ces invités a prendre place autour de la table, la porte métallique se referema , des a présent ils étaient tous les 5 dans un lieu sécurisé loin des regard et des oreilles indiscrète.

G Ryan : Messieurs vous connaissez tous les raison de notre présence ici et afin de clarifier tous ça le major Cartwright va vous faire une résumé de la situation.

Il pouvait paraître surprenant que les Britanniques sont si coopératifs d'habitude ceux ci avaient par nature tendance à régler les problèmes par eux-mêmes mais le contexte actuelle était bien trop grave pour qu'il se risque a faire cavaliers seul et étant donner que leurs deux nations étaient en danger, la collaboration s'imposait.
Le major tapota quelques touches de son ordinateur, sur l'écran principal de la pièce une carte satellite de l'Angleterre apparu en même temps que plusieurs paramètres s'affichaient au-dessus.

M Cartwright : messieurs voici se que nous savons, depuis deux mois maintenant les réseaux informatiques subissent de mystérieuses fluctuations, cela se traduit notamment par des perturbations entraînant des pertes d'informations,des parasitages,et des échos.
Pour le moment tous se que nous savons c'est qu'une organisation du noms de Xana et a l'origine de ces phénomènes pour preuve les photos suivantes.
Sur l' écran plusieurs photographies de rapport montraient des terminales d'ordinateur sur lesquels le symbole de Xana étaient apparu.

M Cartwright : C'est tous se que nous connaissons de Xana un symbole et son noms
G Dumont : vous n'avez pas plus d'informations que nous a ce sujet si je comprend bien.
M Cartwright : la seule chose que l'on peut affirmer pour l'heure c'est que ces phénomènes vont aller en s'amplifiant.
C Perec : qu'est qui vous fait dire que cela va s'aggraver?
M Cartwright : les points en rouge que vous voyez situer sur la carte sont les différents endroits qui ont été frappés par le signe de Xana.
G Dumont : s'agit il des points stratégique de votre défense ?
M Cartwright : justement non c'est ce qui est étrange pour le moment les installations militaire on été épargnés, les objectifs de Xana sont étrangement plus diversifier.
C Perec : que vous voulez vous dire?
M Cartwright : c'est la spécificité des endroits attaqués qui nous laissent perplexe.

Le major fit un agrandissement local de la carte en appuyant sur une des touches et plusieurs point en blanc marqué d'un X firent leur apparitions.

M Cartwright : université scientifique, centre de recherches et quelques entreprises privées, semble être les cibles de Xana
G Dumont : il n'y a pas d'autres cibles.
M Cartwright : négatif général Dumont tout ce qui pourrait être stratégiques comme les bases militaires, les banques, les hôpitaux , les réseaux ferroviaire et électrique semble totalement épargné par ces phénomènes.
G Dumont : vous avez une explication a cela.
M Cartwright : il pourrait peut être s'agir d'une répétition avant une attaque plus massive mais la encore j'ai des doutes.
G Ryan : veilliez préciser Major
M Cartwright : et bien je dirais que ces attaques s'apparent plus a une prise de contrôle qu'a une destructions.
C Perec : si c'est une prise de contrôle en quoi des sites civiles sont t-il plus intéressant que des sites militaires ?
M Cartwright : c'est une grande inconnu, les motivations de Xana nous échappe encore
G Dumont : dans ce cas comment pouvez vous être sur que ces environnements ont vraiment subi des attaques.
M Cartwright : tout simplement a cause de la nature des dégâts, les accidents qui ont été occasionnés tous ont pour origine une surcharge importante des systèmes informatique, explosions et incendies ont tous étés provoqués par un apport massif d'énergie.
G Dumont : il pourraient s'agir d' accident isolé et non d'attaque.
M Cartwright : par le biais des réseau d'assurance, nous avons recouper différente informations ce qui nous a permis de dissocier les accidents des attaques.
C Perec : dont si je vous comprends bien l'organisation qui se cache derrière Xana serait en mesure de détruire n'importe quel terminal d'ordinateur en provoquant une surcharge de celui- ci
M Cartwright : c'est ce que j'en conclus.
C Perec : mais ce n'est pas logique quelle intérêt de s'en prendre a des écoles.
M Cartwright : il y a un facteur commun a tous ça quelque soit le but de l'organisation Xana ils semblerait que leurs cheval de bataille se soit là haute technologie et plus précisément les super-calculateurs.
C Perec : les quoi ?
M Cartwright : a la différence des ordinateurs classiques les super-calculateur on une puissance de calcule bien supérieur a ceux que l'on peut trouver sur le marché et l'organisation Xana on font leur cible prioritaire.
C Perec : ce qui me ramène encore a ma question de départ quelle intérêt on t'il faire sauter des écoles.
M Cartwright :je me répète aussi colonel nous n'en savons rein.
G Ryan : est c'est précisément la que vous intervenir colonel
C Perec : moi ?
G Ryan : oui vous ,il va vous falloir découvrir se que recherche Xana.

La mission était de plus simple mais un problème se profilait déjà a l'horizons pour le colonel Perec

C Perec : sachez général qu' en matière d'informatique je ne suis pas un expert.
G Ryan : mais vous ne serez pas seule dans cette mission , puisque nos services doivent collaborer ensemble vous allez faire équipe avec le major Cartwright.

le colonel se tourna alors vers la jeune femme qui sans afficher le moindre sourire semblais assez ravi de cette collabaration.

M Cartwright : se sera un honneur de travailler avec vous mon colonel
C Perec : moi de même major.

Le général Ryan et Dumont interpellèrent les deux officier pour leur signifier toute l'importance de la mission.

Colonel Perec ,Major Cartwright nous comptons sur vous pour élucider cette affaire.dit alors le général Ryan

C Perec : soyez assurer mon général que nous ferons tous pour réussir......


Note personnel

tous pour réussir.... se sont des paroles prononcer sur le moment si j'avais su que l'enquête qui s' annonçait aller nous exposer a tant de danger j'y aurait peu être réfléchi a deux fois avant de dire oui.
Aujourd'hui je suis dans un lit l'hospital je ne suis pas sur que nous en viendrons a bout.
Il y a temps de mystère derrière tous ça, de personnes qui semble comploter dans l'ombre et tous cela semble si peu conventionnel, entre les assassins, les fantômes,les adolescent costumé et les créatures surnaturelles et "les bonds dans le futur" je me demande je ne suis pas entrain de rêver et a chaque fois je suis le seul témoins de tous ça.

Fin du message.

------------------------------------------------------------------------------


Journal de Arnaud Morillon 18 juillet 2005

compte-rendu d'analyse journal vidéo numéro 7

La téléportation... La téléportation ..... je n'ai plus que se mot la a la bouche, mais il faut me comprendre c'est tellement merveilleux .
OK je sais J'ai l'air un peu fatiguer c'est normal faut dire que je suis pas rentrer chez moi (j'ai personne qui m'y a attend alors quel différence) je vous cache pas que je suis rester toute la nuit a travaillé sur ce programme.
---
Dire que j'ai pour moi tous seul se fabuleux procède il y a de quoi ne pas en dormir.
---
Quoi que réflexion faite c'est pas tous a fait vrai.....
---
Je sais que le docteur Howard Kinsley du laboratoire 4 de la sections 5 travaille dans le plus grand secret sur une variante de la téléportation je n'est guère plus de détails sur ces activités ,mais si ce dernier savait ce que j'ai entre les mains il serait sûrement fou,pour le moment je vais garder sa pour moi le temps que je fasse mes propres recherche sur ce procède,après quoi j'en parlerai a Simon.
---
Lui aussi va péter un câble quand il sera ça.
---
Un peu de technique sa ne vous fera pas de mal, voici donc une explication non exhaustive du fonctionnement de ce programme.
---
d'après les données le processus de téléportation comporte 3 phase bien distincte
- la scannerisation
- la virtualisation
- le transfert
---
il apparaît que je suis pas sur de l'ordre d'exécution des procédures, je verrai sa après. je vais juste me contenter de vous les détailler
---
La scannerisation me semble t'il et le procède qui permet de mettre en mémoire l'organisation moléculaire de l'objet a téléporter,cette phase est accompagné d'un système de rotations ce qui parait logique en faite.
Pour reproduire un objet dans un espace il faut une représentation 3D de ce dernier
ce qui explique la rotations dans la cabine de téléportation...
---
je sais qu'il existe des chambres d'essai nucléaire qui aurait ces caractéristique mais sa ne suffit pas, pour mémoriser une telle somme d'informations il faut un super ordinateur d'une incommensurable puissante.
---
quelle chance ont a un et pas et les autres. surtout mes Ex-professeurs de classe.
---
je sais c'est pas bien de se moquer mais sa fait du bien (rire)
---
Sérieux la ... la seconde phase ou la troisième plutôt.
---
faut vraiment, que je me décide a trouvé l'ordre de tous ça moi.
---
bon ... le noms suivant me parait étrange on devrait parler dématérialisation,c'est a dire la transformation de la matière en énergie mais la il parle de virtualisation..
---
virtualisation !!? sa veut rien dire ce mot.
---
c'est sûrement dut a une différence de traduction.
---
NOTE ANNEXE
" la langue d'origine des données était le français ce qui laisse supposer que le laboratoire de nos ennemis se situe chez nos voisins d'outre manche"
FIN
--
Oublier la traduction et focalisons nous sur la dernière phase appelée le transfert il s'agit d'envoyer l'énergie vers un lieu déterminer.
---
mais c'est la que le problème devient entier.
---
il n'y pas de procéder de restructuration vers endroit précis et sans point de chute pour l'énergie pas moyen de reformer la matière
---
vraiment bizarre.
---
je ne peut en conclure qu'une seule chose....
---
c'est que la téléportation ne peut se faire que d'un téléporteur a un autre.
---
il semble que la technologie du téléporteur soit a mettre au point mais avec ces données sa ne devrai pas me poser de problème, les ressources de la section 5 sont énorme Si je voulais m'y mettre la conception d'une "cabine de téléportation" ne prendrais guère plus d'un mois.
Mais comme j'ai déjà plusieurs projets sur le feu ne brûlons pas les étapes.
---
j'ai le temps devant moi
---
Et si il le faut je laisserai ça a une autre équipe d'ingénieur, après tous la société Cyclotron a tous un panels de savant et de chercheur a sa dispositions, si ils n'y arrivent pas on peut vraiment se poser des questions.
---
quand jy repense sa reste une sacre découverte qui risque de changer la face du monde.
---

Je vous vois venir vous me dites que je devrait être tiraillé de quelques scrupules d'avoir honteusement volé des secrets aussi fabuleux mais il n'en est rien.
Car qui que ce soit qui se cache derrière ce monde virtuel je l'ai déjà dit il sont avant tous nos ennemis.
---
Vous me direz aussi que nous sommes un entreprise privé et non pas des soldats alors Pourquoi est-ce que je les qualifient d'ennemis ?
---
la réponse est simple....
---
...ils ont été les premiers à ouvrir les hostilités.
---
alors que nous n'étions nullement agressifs , ils ont essayé au mois de mars dernier de nous attaquer et de détruire le super-calculateur.
--
du moins je le suppose vu que leur tentative a échouer,car le réseau de communication a été coupé a se moment la, ce qui finalement nous a sauver
--
normalement ces infos sur l'attaque ne sont connu que des dirigeants et de quelques scientifiques et cela devait rester secret pour éviter toute forme de panique.

Seulement voila bien avant l'attaque j'avais déjà repère une activité anormal sur le réseau , a l'époque je testait la version béta de ma sonde que je faisais naviguer dans le réseau mondiale.
---
Ne vous étonner pas si j'utilise le terme naviguer (après tous ont dit bien surfer sur le web) car le réseau est un océan.
Bien sur je ne vous parle pas d'un océan réel mais de la représentation virtuel d'un l'océan sous sa forme 3D
les flux et les bases de données sur les réseau on un aspect liquide et solide qui rappel assez les fond marins.
---
je sais c'est assez abstrait mais ni voyez la qu'une vision onirique de ce monde de la supposer que des monstres si promène....
...... et pourtant un monstre c'est bien ce a quoi nous avons eu a faire.
---
je ne l'ai pas vu de mes yeux mais les rumeurs qui circulent a son sujet font état d'une sorte de géant qui s'en serait pris aux remparts de Neo-Carthage.

c'est d'ailleurs à la suite de cette attaque et que je me suis lancé à leurs poursuite, a l'aide de Vger 1.0 (version bêta) j'ai réussi a tracé le signal du monstre sur le réseau ce qui ma amenée a découvrir tous un système d'avant poste.
Ces postes avancés semblait servir de relais d'énergie pour le monstre, en dépit de ça tous les signaux convergeait vers un point précis du réseau
---
le fameux monde gère par un ordinateur aussi perfectionner que le notre.
---
NOTE ANNEXE
Depuis la fin mois de mars ces avant postes on mystérieusement disparu
du réseau on t ils été détruit ? ou sont ils seulement caché ? je n'en sais rien pour l'instant récemment j'ai capté un très faible écho.
- il semblerais qu'il y est encore une activité sur le réseau.
quand Vger 2.0 sera opérationnel je me lancerai a la recherche de ce mystérieux échos qui semble venir du fond des abysses.
FIN

Je profite aussi de sa pour dire j'ai perdu tout espoir de retrouver ma sonde le dernier signal émis dans le réseau a disparu voilà maintenant trois semaines je crains bien que les échantillon récoltées soient à jamais perdu.
Une chance le système de compression des données a permis une transmission d'une copie de celle-ci.
---
Dommage j'aurais bien aimé étudier de plus près Le backup principales que ma sonde a initialement prélevé.mais qui sait peut être le retrouverais -je un jour.
---

Pour le moment notre priorité est désormais la défense de notre cité pour cela je me suis attelé à la création de ces gardiens plus exactement il s'agirat de programmes multi agent autonomes axés sur la défense.
---
mes fameuses IA
---
Les premières données qui ont été recueillies par la sonde ma fournit quatre bases de travail sur lesquelles je vais élaborer toutes leurs personnalités.

Quand je pense qu'il n'y pas si longtemps Watson m'avait fait remarquer qu'elle n'étaient pas très dégourdis comme Intelligence artificiel.
---
Et il avait raison.
---
et c'est en toutes humilité que j accepte la critique, je conçois parfaitement qu'en comparaison de Tanit elle font vraiment pale figure,mais je ne doute pas qu'un jour elles puisent égalé le chef d'oeuvre du docteur Hopper.
---
Encore un défi qui me stimule...


je termine se message pour l'instant car je vais avoir beaucoup de travail, a l'aide des données récolté je vais finir de mettre au pont mes IA et le projet Vger 2.0 bien que je dois garder mon travail secret vis-à-vis de mes autres collèges le prestige de mes découverte n'en sera que plus éclatant.
quand je pense qu'il y a à peine un an tout cela était encore pour moi que de la science-fiction.
---
je ne remercierait jamais assez Simon Watson de m'avoir intégré a se projet
---
pour moi le 24 mai 2004 et a jamais une date bénis des dieux....

FIN












Chapitre 05 William Dumbar

laboratoire 1 août 2005


----------------------------------------ENREGISTREMENT----------------------------------------------


Il paraît que l' été bats sont pleins aujourd'hui, je regrette fortement de ne pas pouvoir en profiter, inlassablement je continue mes recherches et les réparations tous ça dans l'espoir de sauver Aelita.
Pour l'instant je n'est pas grand chose a signaler si ce n'est que le projet Magellan est en bonne voie, ce matin j'ai testé les systèmes de contrôle de la dérive ainsi que les modules de propulsion, cet après-midi si tout va bien Yumi devrait m' apporter quelques-un des composants qui me manquent pour parfaire mon système de navigation.

j'ai beaucoup de chances d'avoir Yumi, sont indéfectible soutiens me permet de tenir le coup, par moment je me demande ce que je deviendrais sans elle....

Puisque pour l'heure je ne peux pas continuer à travailler sur mon projet je vais donc poursuivre la rédaction de mon journal.

Journal de Jeremie Belpois troisième partie.

Maintenant qu'ils était possibles de matérialiser Aelita sur terre quand bon me semblait, il me fallait partir en quête d'un anti-virus afin de la libérer de l'emprise de Xana, la puissance accrue du super-calculateur me permis de créer de nouveaux équipements pour les Lyoko guerriers trois véhicules personnalisés est correspondant bien à la personnalité de son pilote.

les véhicules étaient les suivants :

L' Over-bike : une moto uni-roue pour le tempérament fonçeur de Ulrich.

L' Over-Wing : sorte de trottinette géante muni d'un grand plateau pour le caractère plutôt posé de Yumi.

Est bien sûre n'oublions pas L' Over-board : planche de skate anti-gravitationnelles si chère à notre casse-cou de Odd.

Pour ma part je progressais techniquement ,la programmation de ces engins en fut le plus bel exemple.
Évidemment il fallait les tester sur Lyoko, il s'en suivi une course effrénée entre Odd et Ulrich qui avait tous les deux envies de voir ce que ces engins avaient dans le ventre ( il faut croire que les hommes ont toujours en eux cet esprit de compétition)
le test fut des plus concluants la maniabilité des engins était irréprochable, nous pensions que cela allait nous donner un avantage tactique non négligeable Xana.

Malheureusement pour nous celui-ci n'était pas resté à se tourner le pixel dans son coin, de son côté lui-aussi avait procéder à l'amélioration de son effectif de monstres .
Ce jour-là nous fîmes la connaissance d'une nouvelle créature , bénéficiant de l'effet de surprise et de puissant canon laser ce nouveau monstre ne mis pas longtemps à renvoyer tous mes amis sur terre, par la suite nous nous retrouvâmes tous au laboratoire afin de faire un point sur la situation, comme à son habitude Odd ne tarda pas à trouver un nom au poil pour ce nouveau monstre qu'il baptisa à très amicalement "Tarentula" (par la suite elle fut renommée tarentule).
Il faut savoir que depuis le début de nos aventures sur Lyoko ,c'était Odd qui avait affectueusement donné un nom à tous les monstres que nous combattions... Krabe, Kube, Kankrelat, frôlions fut la seule exception ( c'est moi qui l'avais trouvé ) quant aux méga-tank au départ il devait s'appeler méga-bouboulle,trouvant ce nom peut pratique nous avons opter pour le nom qu'il porte actuellement.

A première vue Xana avait lui aussi renforcé sa puissance,nous étions de nouveau à forces égales ( du moins nous le pensions)
en dépit de ce revirement de situation cela ne gâchât en rien notre bonne humeur car en ce début d'année 2004 nous allions offrir à Aelita la surprise de sa vie.

Je venais de l'inscrire comme pensionnaire au collège Kadic ou elle serait une élève à part entière.
A l'aide de mes talents d' informaticiens ( et non pas de pirates comme certains s'amusent à le dire je ne vise nullement Sissi.) il ne fut très facile de lui créer une fausse identité ( carte d' identité et de sécurité sociale etc ....) désormais Aelita s'appellerait Aelita Stones, jeune orpheline originaire du Canada et cousine éloignées de Odd.

Je ne vous cache pas que cela fut pour elle une agréable surprise, le peu de temps qu'elle avait déjà passé sur Terre lui avait données une petite de petite idée de ce que c'était que de dormir et de manger,mais il lui restait tant de chose a apprendre sur les être humains.
Pour ne pas éveiller les soupçons nous devions tour à tour lui apporter notre soutien, mais la ce fut plus facile à dire qu'à faire car pour ma part j'étais très occupé a travaillé sur l'anti-virus, Odd aurait pu la chaperonné en mon absence mais pour d'obscures raison celui-ci était toujours absent, Aelita aurait pu se rabattre sur Yumi et Ulrich ,mais l'arrivée au collège d'un nouvel élève allait considérablement compliquer la relation "assez spéciale" qui existait entre ces deux la, ce nouvel élève s'appelait ...

William Dumbar.

il était très discrètement arrivé au début du mois de janvier après s'être fait renvoyer de son ancien collège.
Ce garçon était assez costaud, il avait chez lui un petit quelque chose de particulier un petit je ne sais quoi de rebelle.
Pour ma part il ne me paru pas très sympathique bien qu'en vérité il ne se soit jamais mal comporté avec moi n'y avec aucun autre élève d'ailleurs, parfois les préjugés ont la peau dur et ce n'est pas Yumi qui pourra dire le contraire.

D'un point de vue plus général son arrivée allait changer beaucoup de choses au sein de notre groupe il deviendrait par la suite un acteur déterminant de la situation a venir, je me souviens en particulier d'un soir où nous avions évoqué son cas.


############################ FLASHBACK ############################

Ce soir-là dans le réfectoire Aelita ,Jeremie et Odd discutaient ensemble de la journée qu'il venaient de passer, un nouvelle attaque de Xana venait d'être contré et a son habitude Odd fanfaronait sur ces incroyables exploit du jour, il fallait néanmoins noter a la table l'absence de Ulrich.

Personne n'a vu Ulrich demanda Jeremie surpris de son absence .
Odd : comme toujours il doit être entrain de téléphoné à sa chère Yumi pour s'excuser de son comportement du jour.
Ne me dit pas qu'ils se sont encore disputés dit alors Aelita.
Odd : ne généralise pas comme ça Princesse, tu a quand meme deux explication au choix
Aelita : lesquelles ?
Soit il se sont disputé soit il se font la tête.lui dit Odd avec son humour habituelle.
Aelita : mais il n'y a pas de différence !!!!
Odd : Si il y en a une, mais chez eux c'est comme pour tous le reste, c'est très spécial.
Jeremie : en tous cas sa n'a pas l'air d'aller en s'arrangeant leur histoire.

Depuis ces derniers temps la relation entre Yumi et Ulrich était devenu plus ou moins tendu, à plusieurs reprises Ulrich avait manifesté des crises de jalousie a chaque fois Yumi semblais s'intéreser de trop près a William a moins que cela ne soit le contraire, cela se finissait toujour par des accrochages avec se dernier, bien-sur à chaque retour dans le passé la situation semblait s'arranger pour le mieux, mais chaque nouvelle situations était une bombe à retardement sur le point d'exploser ,à cause de certains de ces excès de jalousie Ulrich mettait en péril l'unité du groupe, bien sur Yumi avait sa part de responsabilité dans l'affaire son attitude pour le moins distante envers Ulrich et la présence de Williams n'arrangeait pas les choses.

Odd : et tous sa a cause de William
Aelita : encore William !!! je trouve que ces histoires commencent à mettre une sale ambiance dans le groupe.
Jeremie : sa nous divise et réduit notre efficacité et pourquoi tous ça je vous le demande ?
pour une bête histoire de jalousie .
Aelita : nous ne pouvons pas trop dire a ce sujet nous meme avons failli faire voler notre amitié en éclat a cause de cette même jalousie.
Quand ça ? demanda Jeremie.
Aelita : tu te rappelle la fois où Xana c'est mis à distribuer des bisous à tout le monde.
Jeremie : comment oublier ça, on a vraiment été stupide ce jour la,
Cela avait été terrible.dit Aelita en regardant ses compagnons de table.
Odd : ne me demander pas ça a moi, j'étais sur le carreau face a spectro-man.
Aelita : Xana avait décidé de détruire notre unité.on bien failli se faire avoir
Jeremie : diviser pour mieux régner.
Aelita : heureusement pour nous il a échoué.
Jeremie : ce qui nous montre une fois de plus que Xana ignore bien des choses sur la nature humaine.

Jeremie n'avait pas tort sur ce point, Xana c'était peut-être renforcé, en tant qu'intelligence artificielle il avait acquis une conscience mais il en restait pas moins un être dominé par la logique,il considérait toujours les humains comme des animaux bêtement régis par leurs instincts.
la petite séance de "Kiss free" à laquelle il c'était adonner à l'aide de l'un de ses clones n'était ni plus ni moins qu'une expérience dont il n'avait rien retiré ,si ce n'est encore qu'une défaite de plus à ajouter à son compteur, mais d'un autre point de vue cette histoire n'avait pas été déplaisante pour tous le monde.

Aelita : quand je repense a tous ça je trouve que cette histoire a été très intéressante
Jeremie : sur quel point ?
Aelita : honnêtement je trouve que ce n'est pas désagréable un baiser.

Aelita avait elle seulement conscience de ce qu'elle venait de dire de façon presque instinctive ? sans se rendre compte de la gêne qu'elle venait de provoquer chez Jeremie qui c'était mis à rougir.
Pourquoi se le caché, tous deux éprouvaient une attirance mutuelle très forte, ils étaient très hésitant à se prendre la main dans la main c'était pour eux quelque chose de très nouveau curieusement Odd s'absteint de faire tout commentaire alors que s'offrait à lui une occasion en or de faire rougir ces deux amis.

On peut revenir au sujet de la conversation dit Odd qui voulait changer de sujet.
Aelita : vous croyez que cette histoire avec William va durer encore longtemps ?
Jeremie : d'ailleurs qu'on ton parle du loup il montre le bout de son museau regarder qui vient d'entrer.

Leur principal sujet de conversation venait de franchir le seuil de la porte de la cantine et se dirige à présent plateau repas en main vers les entrées de salade.

Odd : regardez le celui la, depuis qu'il est arrivé sa coince entre nos deux tourteraux
Jeremie : un vrai casse pied.
Aelita : il ne faut pas exagère William n'y est pour rien après tous.

Aelita avait raison, il était ridicule témoigné autant de autant de rancoeur envers la personne de William, il n'avait jamais fait de mal à qui que ce soit mais voilà il s'agissait là d'un engrenage vicieux dans lequel il était pris,la relation de bonne camaraderie qu'il entretenait avec Yumi suffisait a créer un sentiment de jalousie chez Ulrich est selon un schéma préétabli Ulrich se disputait avec Yumi qui en retour par son caractère bien trempé mettait à mal Ulrich ce qui donna naissance à des scènes de jalousie et de dispute récurrent qui finissait par nuire durablement à leur mission, au final le seul qui avait tout à y gagner c'était Xana.

Aelita : au fond de moi je pense que Ulrich devrait parler a yumi
Jeremie : avec William dans les parages sa sera dure.
Odd : sur c'est le genre de mec qui vous casse un plan.et si sa continue....
C'est vrai que ton expérience dans le domaine n'est pas approuvée lança alors Jeremie a odd sur un ton ironique.

Einstein qui se mettait a faire des blagues, fait unique dans l'histoire de Kadic il faut croire
que la bonne humeur que lui inspirait Aelita avait rendu Jeremie un peu plus taquin cela était beaucoup plus plaisant de voir Jeremie moins crispé qu'a son habitude,le blondinet à la coupe en flammes voulue quand même finir d'exprimer le fond de sa pensée.

Odd : ce que je voulais dire c'est que si sa continue comme ça un jour elle lui sortira une réplique du genre "on est ami et ça suffit" (1)
Sa sera sûrement le début d'une nouvelle histoire à ce moment-là.lui répondit Aelita.
M'en parlez pas j'ai déjà mal à la tête rien que d'y penser.dit odd en soupirant.

la mine deconfits de Odd était compréhensibles , ce soir il allait sûrement devoir subir les contrecoups de la vie amoureuse et tumultueuse et son compagnon de chambre, cette pensée avait de quoi amuser ses amis et finalement même Odd finit par se prendre au petit jeu du rire de groupe,tranquillement assis à sa table où William remarqua la bonne humeur qui venait de la table de la bande a Jeremie
depuis le départ il avait remarquer le lien très fort qui semble unir ses personnes, cela lui avait d'ailleurs toujours paru étrange que Yumi d'ordinaire si froide et si distante avec tous les élèves de sa classe, que cette même Yumi puisse nourrir une telle amitié avec cette petite bande.

Qu'est-ce que cela peut-il bien cacher ? se demanda-t-il

pourquoi est-ce que William se posait-t-il une telle question ? la réponse à la question était simple c'est une certaine Elisabeth Delmas qui lui avait mis un jour la puce à l'oreille,

Un jour qu'il était à la piscine ,Elisabeth était venu s'entretenir avec William après que celui-ci eut sauvé Ulrich de la noyade,bien sûr cette rencontre n'était pas le fruit du hasard, il ne faisait pas de doute qu'elle avait une idée derrière la tête, mais William pris quand meme la peine de l'écouté.

elle raconta alors quelle flashait sur Ulrich depuis la maternelle et que si il n'y avait pas cette peste de yumi cela ferait longtemps qu'elle sortirait avec Ulrich ,d'une certaine manière William savait ce que pouvait ressentir Elisabeth, il éprouvait un certain sentiments pour Yumi mais c'était plus une sorte d'attirance qu'un véritable amour de plus il savait pertinemment que tant que Ulrich se trouverai dans les parages sa serait "Nada".
Peut-être tous deux auraient trouvé un intérêt commun à unir leurs forces pour séparer les deux tourtereaux mais c'est une proposition à laquelle William ne donna pas de suite quelque part il considérait ce genre de procéder comme mesquin ce qui lui valut d'avoir une fâcheuse opinion sur Sissi.
d'ailleurs lors de leurs échanges Sissi avez évoqué à William le fait que Jérémie et sa bande avait un secret.

Un secret en voilà une drôle d'idée..............

William voyait plus dans leurs relations un esprit de franche camaraderie il était bien loin de douter de la vérité, pourtant avec le temps il commença a se poser des questions..

Et après tous en quoi cela le regardait il ?

William n'attachait pas bien beaucoup d'importance à ce qui pouvait se dire autour de lui,ce détachement c'est lui qui le voulait , il avait besoin de se calmer, sa précédente relation amoureuse lui avait attiré bien des problèmes.
Ici au collège Kadic il espérait pouvoir repartir sur de nouvelles bases car dans le fond William était un grand enthousiasme, se qui parfois l'amenait à faire des bêtises plus grosse que lui.

Comment aurait il pus deviner qu'un jour cette enthousiasme provoquerais sa perte....



(1) "on est ami et ça suffit" et la variante de "copains et puis c'est tout" que j'utilise dans ma fanfics Code Ryoko,ça c'était juste pour souligné le gag.


----------------------------------------------------------



Et bien Maeva tu ne finit pas ton assiette ?

je voudrais bien mais vous avez fait à manger pour un régiment je crois que si j'avale une bouchée de plus mon ventre va exploser de plus il faut que je surveille ma ligne. répondit alors l'adolescente.

Il faut dire que pour le dîner du soir le docteur Robinson avait eu la main un peu lourde en plus des lasagnes celui-ci avait préparé une grosse salade verte accompagne d'une bouteille de Coca-Cola Light de 2 l.
en dépit de son aspect svelte Maeva était pourvut d'un sacré coup de fourchette, elle n'avait sortis l'argument du régime que par pure plaisanterie,ce fut sans se faire prier qu'elle c'était jetée sur les lasagnes, le plat ne fit pas long feu sous les assaut répété de la jeune fille qui s'empiffra comme une baleine a s'en rompre l'estomac maintenant elle en frôlait presque l'indigestion tous de fois il restait un petit peu de place pour le dessert.

je crois qu'une petite douceur ne me ferais pas de mal docteur.dit elle a cette instant

Le docteur compris le message, car par dessus tous Maeva avait un faible pour les sucreries , le docteur ouvrit le four est sorti le gâteau qu'il avait patiemment cuisiné tandis que Maeva était dans sa chambre, il lui avait préparé un délicieux Brownies aux noisettes c'était d'aillieur le seul plat qu'il soit capable de cuisiner ,sans risqué de mettre le feu a la cuisine, cette pâtisserie était celle que sa petite fille adorait tous particulièrement mais cela plairait-il à Maeva ?

Le délicieux parfum de chocolat fondu fit frétiller les narines de Maeva, elle en eut presque la bave aux lèvres,le Docteur coupa une grosse part est la mit dans une petite assiette qu'il servit a Maeva, sans raison particulière cette dernière resta quelques instant figé à regarder le contenu de son assiette comme si c'était la première fois qu'elle en voyaient une,cela ne manqua pas d'étonner le Docteur.

- est bien Maeva qui y a-t-il ? tu n'as plus faim lui dit le docteur.
- Non c'est pas ça docteur... lui répondit Maeva.
- c'est quoi alors demanda le docteur.
- Je me disais juste que ce gâteau ressemblait beaucoup à celui que vous m'aviez offert la première fois que l'on s'est vu lui dit alors Maeva.

Le docteur fit rapidement la correspondance entre ce gâteau et ce que venait de lui dire Maeva , il lui revint alors en mémoire les circonstances dans lesquelles il avait rencontré la jeune fille,et la manière dont il si était pris pour gagner sa confiance,il se dit qu'à l'époque la méthode utilisé avait été un peu humiliante pour Maeva, et quelque part il s'en voulait d'avoir du agir de la sorte.

Pour sa part Maeva était très attachée au souvenir de leur première rencontre, car ce fut le premier geste de bonté que le docteur avait eu envers elle, celle-ci s'en souvenait parfaitement et avait meme consigné dans son journal les détails de leur première rencontre.


############################ FLASHBACK ############################

le Journal de Maeva chapitre 02 dis moi comment tu t'appelle ...

Cela fait déjà plusieurs heures que le docteur était arrivé à Kingston valley en attendant de pouvoir ausculter la petite qui dormais dans la pièce d'a coté, il avait lui-même pris un peu de repos, l'hôtel étant fermé à cause de la tempête le shérif avait gentiment alloué une des ces cellules à son hôte, le confort était certes spartiate mais le docteur harassé par la fatigue n'eut pas de mal à s'endormir, six heures plus tard ce dernier fut tiré de sa torpeur par le shérif qui était venu lui proposer une tasse de café.

- Debout la dedans !!! allez docteur c'est l'heure de se lever s'écria le shérif.

Le docteur encore visiblement abruti de sommeil avait toutes les peines du mal à émerger, un bon un petit café ne serait vraiment pas de refus,le docteur prit la tasse que le shérif lui tendait.

-Merci shérif dit le docteur

le docteur porta la tasse à ses lèvres mais quand il eut le très précieux breuvage en bouche le goût ocre et amère de celui-ci lui laissa un arrière-goût très désagréable il se retenue bien de tous recracher et se força à avaler cette mixture, visiblement quelqu'un avait forcer sur les doses de café.

- Il est corsée votre café shérif fit remarquer le docteur.
- C'est normal je le prépare toujours comme ça, c'est pour m'aider à maintenir éveiller.lui répondit alors le shérif.
Dr : avec un tel condensé de caféine il serait en effet dur de dormir après.
shérif : venez avec moi docteur,vous serez bien mieux dans le bureau qu'en cellule.

Le docteur accompagné du shérif se rendit dans le bureau principal ou l'adjoint Johnson et Clarisse les attendaient tous les deux, en dehors la tempête commençait à se calmer, d'ailleurs tout le monde était resté à l'écoute du bulletin météo qui annonçait officiellement que le plus gros de celle-ci était déjà passé, il n'en fallut pas moins pour rendre le morale à l'assistance,en ce début de matinée
les première lueur du jour se faisait entrevoir, les différente personne presente dans le bureau avaient déjà attaqué le déjeuner, au menu café et pâtisserie.

prenez un petit gâteau Docteur lui dit Clarisse

Le docteur accepta volontiers la proposition de la femme du shérif avec toutefois une petite appréhension , il espérait que le gâteau ne sont pas aussi corsées que le café mais il n'en fut rien la pâtisserie était d'un fondant exquis,ce petit gâteau chocolat était un vrai régale pour les papilles ,le docteur en reprit un deuxième puis un troisième sous le regard pour le moins satisfaits de Clarisse.

ces petits gâteaux sont vraiment délicieux dits le docteur
Ma femme est une excellente pâtissière dit le shérif avec fierté.
Clarisse : c'est un peu normal je tiens le resto route qui est situé en bordure de la ville

Chez Clarisse était le nom de cet établissement un lieu incontournable qui faisait quelque part la renommée de Kingston valley,les talents et émérites de cuisinière de la femme du shérif n'étaient pas a prouver,la carrure bien portante de son mari en attestait même.

Dr : en tout cas c'est délicieux surtout ces petits gâteaux aux chocolats.
shérif : ces petites pâtisseries sont la spécialité de la femme,
Clarisse : ici tous le monde en raffole y compris "notre petite invité".

Sur le coup le docteur avait oublié l'objet de sa visite,il était venu à domicile pour consultations privées.

Dr : et bien maintenant que vous me le rappeler nous pourrions peut-être parler du cas de la fille.

Le docteur avait été sollicité pour ausculter la fille, mais très peu d'informations lui avait été donné par le shérif et pour établir un diagnostic correct il lui était nécessaire d'avoir un maximum d'informations,le peu qu'il savait jusqu'à présent était que cette petite fille avait été retrouvée errante et toute nue aux abords des bois de Kingston valley.

Dr : puis-je savoir qui l'a découvert dans cet état ?
shérif : c'est moi qui l'ai découverte alors que je patrouillait le long du fleuve.
Dr : quand vous l'avez trouvé elle ne portait vraiment aucun vêtements.
shérif : elle était aussi nue qu'un bébé qui viens de naître,mais pourquoi cette question ?
Dr : eh bien je me demandais si vous aviez remarquer sur elle des traces de sévices.
A quoi pensez-vous docteur ? demanda le shérif qui en vérité se doutais de quoi le docteur voulait parler.
Dr : je pensait à des violences de nature sexuelle.
Je suis pas gynécologue Docteur, je ne suis pas allé vérifier.lui clama alors le sherif.
Clarisse : docteur je crois pouvoir répondre à votre question, en ma qualité d'ancienne sage femme je peut dire que cette enfant n'a subi aucune... euh... "intrusion" dans son être.
Dr : vous êtes sûrs de ce que vous dites.
Clarisse : vous savez Docteur c'est le genre de petits détails que nous les femmes ont remarque tout de suite.
Et en quoi cela docteur vous avance t'il de savoir ça demanda alors le shérif

Le terrain sur lequel les deux personnes étaient en train de s'avancer étaient pour le moins délicat à évoquer mais nécessaire,le docteur devait prendre en compte toutes les informations qu'on pouvait lui donner, si la petite fille avait subi des violences sexuelles il en résulterait aussi des troubles psychiques très profond.

Dr : vous m'avez dit que cet enfant n'avait pas l'usage de la parole
shérif : en effet pas moyen de lui faire dire une mots.

les circonstances particulières dans laquelle la petite fille avait été retrouvée était bien mystérieuse, outre son état physique la petite fille semblait atteinte de quelques déficience mental, en apparence elle avait l'air de comprendre ce qu'on lui disait mais elle était incapable de s'exprimer, se fut d'ailleur la raison pour laquelle un psychologue pour enfant fut appeler.

Dr : si elle ne parle pas,difficile de savoir quoi que ce soit son sujet
shérif : c'est vrai que pour le moment on ne sait rien d'elle.
Dr : vous n'avez vraiment aucune une idée sur son identité ?
shérif : pas la moindre docteur ,les empreintes digitales n'ont rien donné.
Dr : comment est-ce possible aujourd'hui tout le monde devrait être fiché.
shérif : malheureusement docteur dans cet État les fiches biométriques pour la population n'ont pas encore été adoptées.
Dr : c'est bien dommage un seul prélèvement d'ADN nous aurait permis de savoir qui elle était, et si elle faisait partie d'enfants qui auraient récemment été enlevés.
shérif : j'ai envoyé une demande sur informatique au fichier central, mais aucune déclaration de disparitions d'enfants n'a été signalée dans cet État ni dans le comté voisin.
Dr : aucune disparition signalée ?
shérif : aucune c'est ce qui est le plus étrange docteur, à croire que cette fillette semble débarquer de nulle part.
Dr : pensez-vous shérif qu'elle soit originaire du comté de Brayton wood's vu tout ce qui s'y passe en ce moment,elle est peut-être une victime de cette catastrophe industrielle.
shérif : Brayton wood's !!! ça me paraît impossible,comment aurait-elle fait pour franchir la montagne ?

le conté de Brayton wood's et celui de Kingston valley étaient séparées par une chaîne de montagnes très abruptes la seule route qui reliait les deux villes étaient surveillés par des barrages routiers,personnes ne pouvait y passer sans se faire remarquer,et il paraissait impossible qu'une enfant sans vêtements adéquate et pus escalader la montagne et les chemins escarpés sans s'y blesser.

shérif : ça ne tient pas debout une seule seconde, si c'était le cas son corps serait couvert de blessures,or la seule blessure qu'elle se soit fait de c'est quand elle a essayé de me fuir
Dr : de vous fuir ?
shérif : quand elle m'a vu elle s'est enfui,malheureusement elle a fait une mauvaise chute dans un fossé, c'est donc une enfant inconsciente mais bien vivante que j'ai ramené avec moi ,par chance ma femme etait à aux bureau, en l'absence de docteur elle a pu lui donner les premiers soins.
Dr : quel genre de soins lui avez-vous prodigué ?
Clarisse : elle était blessée à la tête,je lui ai juste fait un bandage.
Dr : sa chute dans le fossé a pu provoquer un traumatisme crânien,cela expliquerait pourquoi elle a perdu quelques-unes de ses facultés,et notamment la parole.
shérif : vous pensez que ça pourrait être sa.
Dr : c'est possible, il sera donc important de lui faire passer au plus vite une radio du crâne,afin d'y déceler toute trace de traumatismes.
shérif : je doute fort que vous arrivez à lui faire faire quoi que ce soit.
pourquoi dite vous ça demanda le docteur
shérif : voyez-vous docteur mis à part ma femme la gamine ne laisse personne s'approcher d'elle,elle a peur des étrangers.
Dr : mais pourquoi ?
Clarisse : il faut la comprendre elle est effrayé par tout ce qui lui arrive.
Dr : ce qui m'amène à me demander ce qui peut bien l'effrayer.
shérif : si on a affaire à un rapt d'enfants ça pourrait bien être son kidnappeur.
On se demande bien quel genre tordu pourrait faire sa à une gamine dit alors l'adjoint qui jusque-là avait été exclus de la conversations.
Dr : vous savez adjoint Johnson les kidnappeurs d'enfants sont pour la plupart du temps des pédophiles récidiviste.
shérif : ah ne m'en parler pas, les détraquer dans ce pays sait pas c'est qui manque, assassin pédophiles ,tueur en série et compagnie.
Dr : les détraquées sexuelles ne sont pas une exclusivité de notre pays, ils sont légions à travers le monde entre les Wilbert burst, les Damien Foliet et les Julian Bridge *, non je vous jure on pourrait faire fonctionner la chaise électrique de façon continue.pendant un ans si on devait tous les condamné à mort.
Et ils le mériteraient tous car je trouve ça monstrueux de s'en prendre à de jeunes enfants dit alors clarisse qui était révolté par le fait que des personnes puissent agir de cette façon.
Dr : comme je vous l'ai dit ils sont bien plus nombreux qu'on ne le croit et tous ont des vices très particuliers, tenez par exemple......

Damien Foliet

Dr : vous avez déjà entendu parler de son cas ?
shérif : ce nom ne me dit rien
Dr : c'est un Français qui a défrayé la chronique médicale en 2004
shérif : un Français vous dites !!!
Dr : on devrait dire un boucher,au cours de sa vie,ce psychopathe a assassiné et mutilé pas moins de cinq jeunes adolescentes,dans son pays il a été surnommé "le praticien".
Clarisse : "le praticien".
Dr : c'est le genre de malade qui se dit médecin et se croit autorisés à opérer comme bon lui semble.
shérif : un émule de Jack l'éventreur en somme.
Dr : en quelque sorte, a ceci près que ces "patientes" ne survive jamais a ces "opérations''
Clarisse : et qu'est-il devenu ?
Dr : ils ont réussi à l'arrêté,et croupis a présent au fond d'une salle capitonnée.
Clarisse : j'espère qu'il finira rôtie sur la chaise électrique.
Dr : sa ne risque pas, en France la peine de mort est abolie depuis 1981.
shérif : c'est pas la meilleure chose qu'ils ont faite à mon avis.
Dr : c'est comme ça certain ont militer pour le droit à la vie,alors que des bouchers de son genre n'ont aucune considération pour elle.
Clarisse : a croire qu'il existe un dieu pour les crapules.

il y avait un certain sentiment d'injustice a se dire que certains meurtriers de ce genre ne recevront jamais le châtiment qu'ils méritent, mais de là à s'en remettre a des forces surnaturelles,c'etait un point de vue que le docteur ne partageait pas.

Dr : si vous compter sur un châtiment divin, croyez-moi s'est pas près d'arriver.
shérif : en se qui concerne la petite si elle a été victime de l'un de ces sadiques il est normal qu'elle en soit traumatisée
Dr : et ça shérif il n'y a que elle qui pourra nous le dire.
Clarisse : dans ce cas-là docteur je vais aller voir si elle est réveillée.
Je vous accompagne dit le docteur

Clarisse et le Dr Robinson partirent ensemble ,arrivés devant la porte clarisse demanda au docteur d'attendre en dehors ce dernier fut d'accord pour éviter effrayées l'enfant il fallait mieux que Clarisse passe en premier, la vue d'un visage familier la mettrait en confiance.
Les minutes passèrent le docteur gardaient une oreille attentive coller à la porte pour essayer de savoir ce qu'il se passait à l'intérieur,il pouvait entendre Clarisse qui expliquait tant bien que mal à la petite fille que quelqu'un de très gentil allait venir.
Quand la porte s'ouvrit de nouveau clarisse sortie de la pièce, elle expliqua au docteur qu'il pouvait rentrer, mais qu'il lui faudrait montrer patte Blanche pour ne pas effrayer l'enfant,par expérience le docteur était bien rodé à ce genre d'exercice, il promit a clarisse de se montrer très doux.
A sa plus grande surprise quand le docteur entra dans la chambre pièce, il découvrit que la petite fille avait disparu, il ne restait sur le canapé où elle avait dormi que sa couverture n'ayant visiblement pas pu quitter la pièce il semblait évident que l'enfant s'y cachait. le docteur scrutin de droite à gauche avec ses yeux pour y détecter toutes les cachettes éventuelles.

La pièce étant très dépouillé il apparaissait évident que la fille n'avait pu se cacher que derrière le canapé,c'est avec le plus grand soin et une distance de sécurité raisonnable que le docteur s'approcha du meuble et là il la vit effrayée et recroquevillée sur elle-même.

bonjour... dit alors le docteur avec le sourire.

la petite fille ne répondit rien elle restait là à regarder le docteur comme un animal craintif face au danger.
Il était primordial pour le docteur de gagner la confiance de l'enfant, il devait lui montrer qu'en aucun cas il ne voulait lui faire du mal, il décida donc de se reculer, il s'assit en tailleur dans un coin de la pièce pour observer la jeune fille,il lui faudrait être patient cela pourrait durer des heures.

Et ce fut le cas pendant près de quatre heures le docteur ne cessa de parler à l'enfant tout en gardant ses distances avec elle,celle-ci semblait comprendre ce que le docteur lui disait mais était incapable de pouvoir lui répondre, dans une autre pièce du bâtiment le shérif discutait avec son adjoint sa femme.

Adjoint : shérif vous pensez qu'il arrivera en tirer quelque chose ?
shérif : faut l'espérer
Adjoint : c'est pas rapide comme interrogatoire .
shérif : Johnson ce genre de choses se fait pas aussi facilement
Clarisse : sa demande du temps pour gagner la confiance d'un enfant et en plus la petite est très effarouchée.

C'est alors que le docteur fit son apparition dans la pièce visiblement celui-ci n'avait pas réussis à obtenir le moindre résultat, la partie s'annonçait difficile mais il n'était pas homme à renoncer aussi facilement au cours de la séance une idée lui était venu, il se rappela d'une chose que Clarisse lui avait dite au sujet de la petite.

Clarisse : alors Docteur vous avez des résultats ?
Dr : pas pour le moment mais ça ne devrait pas tarder,par hasard vous reste-t-il des petits gâteaux ?

étonnante question de la part du docteur,avait-il encore faim ? mais la réponse était tout autres, le docteur avait trouvé un moyen pour amadouer la "sauvage" petite fille.

il allait lui donner à manger.

Clarisse : qu'est-ce que vous allez faire avec ces gâteaux ?
Dr : rien de très particulier je vais juste donné à manger à la petite fille
Clarisse : vous quoi ?!!!

Puisque le dialogue n'avait rien donné le docteur allait avoir recours à un procédé plus instinctif,il s'en retourna aussitôt dans la pièce,au milieu de celle-ci il posa une serviette de table sur le sol,il prit l'un des gâteaux et le montra à la petite fille, ceci fait il le coupa en deux et en déposa la moitié sur la serviette puis tout doucement il sortit de la pièce en laissant la porte légèrement entrouverte pour observer ce qui allait se passer.
A peine fut-il sorti qu'il vit la petite fille se jeter sur le gâteau et l'avala aussi sec avant que celle-ci ne retourne se mettre à l'abri derrière le canapé,le docteur entra de nouveau dans la pièce,il recommença l'opération à plusieurs reprises, il savait que pousser par la faim il parviendrait gagner la confiance de l'enfant.

Technique pour le moins primitif dont on se sert généralement pour dresser les animaux,
mais comme on dit à cas exceptionnels méthodes exceptionnels,il était temps pour lui de voir si la confiance était acquise,il recommença encore la même opération avec cette fois-ci une petite variante.

le docteur était assis à coté de la serviette et tenait un gâteau entier dans le creux de sa main,et comme il l'espérait la réaction de la petite fille fut très différente, elle osa s'approcher de cette main qui lui tendait de la nourriture,d'une façon moins craintive elle se saisi du gâteau et le porta aussitôt à sa bouche,mais aux lieu de s'éloigner pour se réfugier derrière le canapé,elle resta à côté du docteur qu'elle ne quitta pas du regard, il l'intriguait autant qu'elle l'intriguait.

tu trouves ça bon lui dis alors le docteur.

La petite fille hocha légèrement la tête de haut en bas pour lui signifier que oui, au fond de lui le docteur savait qu'il avait réussi son opération, grâce à son petit stratagème un début de contact venait d'être noué,mais le plus dur était encore à faire, il se risqua donc à lui poser la question la plus élémentaire qui soit.

dis moi comment tu t'appelle .......


-----------------------------------------------------------


Quartier général du MI5 Londres -Angleterre - 12 septembre 2004

Cela faisait maintenant deux jours que l'enquête sur les mystérieuses perturbations du réseau avait commencés, le lieutenant de Fraggle spécialiste en logistique rappelons-le avait fourni au colonel Perec et au majors Cartwright le matériel nécessaire pour mener à bien leur mission, en dehors des habituelles fausses identités requise pour ce genre de mission il avait droit a un bonus, une superbe Aston Martin de classe 3 de la firme du même nom, ce véhicule de fonction leur avait été soigneusement prêter par les gracieux service de Sa Majesté.
le lieutenant avait insisté sur un point précis dans la mesure du possible éviter d'abimer le véhicule,pour une raison qui apparaissait évidente se fut le Major qui conduisit la voiture.
Leur ordre de mission était d'aller enquêté dans une usine a 75 kilomètres en dehors de Londres au vu le trafic ils leur fraudaient au moins deux bonnes heures pour arrivé a destination.
Le colonel estima que ce laps de temps lui donnerait l'occasion de faire un peu plus de connaissance avec le major,jusqu'à présent les deux officier n'avait pas pris la peine d'échanger des informations entre eux mais comme leur destinations était assez loin,c'était là une bonne occasion de discuter fallait-il encore que le major laisse tomber le masque d'austérité qu'elle portait,le colonel tenta quand même une première approche.

C Perec : bon major vu que nous allons travailler ensemble nous pourrions peut-être faire un peu plus ample connaissance.
M Cartwright : à quoi pensez-vous mon colonel
C Perec :pour commencer je me disais que nous pourrions nous appeler par nos prénoms.

devant l'absence de réponse du major Cartwright,le colonel estima que c'était à lui de faire le premier pas.

C Perec : moi je m'appelle François c'est facile à retenir tu vois sa rime avec français.

la familiarité avec laquelle le colonel se permettait de parler, déplaisait fortement au major,elle se priva pas de le faire remarquer à son officier supérieur.

M Cartwright : colonel je conçoit bien que l'on doit se tutoyer en présence de civils mais en leur absence je viendrait bien que nous respections le protocole militaire.

le protocole militaire à croire que cette femme n'avait que ces deux mots-là à la bouche,ces dernières 24 heures le colonel n'avait presque entendu parler que de ça.

C Perec : je comprends parfaitement que vous teniez au respect du protocole mais vu que vous et moi ne sommes plus des agents secrets pour le moment que des militaires nous n'avons pas de raison d'être aussi formels envers l'autre.
M Cartwright : ceci est votre point de vue colonel pas le mien.
C Perec : je ne vois pas ce qui diffère du mien.
M Cartwright : dans l'armée britannique ont nous enseigne qu'en toute situation nous nous devions de rester impassible face aux dangers.
C Perec : je vois le fameux flegme "britannique".
M Cartwright : sauf votre respect mon colonel, je trouve votre ton tres condescendant quand vous utilisez le terme "britannique"
C Perec : veuillez m'excuser Major, je cherchais juste à détendre l'atmosphère.
M Cartwright : colonel je trouve votre approche plutôt maladroite voir assez rustre.
C Perec : qu'avez a me dire sur mon approche.
Je la trouve assez dénué d'humour lui répondit le major.
C Perec : je permets de vous contredire Major,je suis un homme plein d'humour même s'il n'arrive d'être un peu rigide.
dois-je comprendre colonel que vous voulez coucher avec moi ? lui dit alors le major sans la moindre pudeur.

Devant la réponse directe du major le colonel en perdit quelque peu ces moyens il ne s'attendait vraiment pas à une réponse de ce genre-là.

Euh non... je bah.... euh... je ne voulais pas dire ça balbutia plutôt maladroitement le colonel.
Alors j'ai du mal comprendre le sens de votre phrase, veuillez m'en excuser lui dit alors le major dont le visage ne laissait transparaître aucune émotion.
C Perec : c'est le moins qu'on puisse dire Major,où diable avez-vous été pêcher une idée pareille.
M Cartwright : votre allusion concernant votre "rigidité"
C Perec : écouter major je sais que nous les Français nous avons une réputation de "French Lover", mais là je vous parlais de la rigidité de mon caractère est non pas de ... enfin bref vous voyez ce que je veux dire..
M Cartwright : parfaitement mon colonel.

Le colonel ne s'était pas trompé dans son analyse le major était le genre de femme qui avait sont propre caractère, se doutait-il seulement que toute sa vie le major avait été obligé de se battre pour en arriver là et que en aucun cas elle ne voulait pas se laisser dicter sa conduite par un "petit français" et encore moins se laisser embobiner par les dires de ce dernier qui n'en restait pas moins son officier supérieur bien que leur corps d'armée soient différents.

C Perec : ceci dit major je ne connais toujours pas votre prénom.
M Cartwright : si vous voulez tant le connaître vous n'avez qu'à prendre la petite mallette qui se trouve sur la banquette arrière.

sur la plage arrière de la voiture ne sorte de petit attaché caisse en métal était posée,le colonel s'en saisit tout de suite et demanda au major ce que celui-ci contenait

M Cartwright : à l'intérieur vous trouverez nos identités pour cette mission

visiblement le major Cartwright n'était pas disposé à vouloir répondre,soit le colonel attendrait le bon moment pour lui reposer la question dans l'immédiat il se contenta de regarder le contenu de la valise,parmi les quelques documents officiel,il y avait les passeports de leur identité pour cette mission.
le colonel devait s'appeler Robert Powell , agent d'assurances de la Royal Insurance Bank la très prestigieuse R.I.B, quant au major elle se prénommait Janet Parker.


C Perec : donc si je comprends bien nous sommes des agents d'assurance.
M Cartwright : affirmatif mon colonel
C Perec : pourrait je connaître les raisons qui font de nous des assureurs.
M Cartwright : c'est le meilleur moyen que nous avons trouvé pour nous introduire à l'intérieur des locaux de notre objectif.
C Perec : c'est bien beau Major mais vous devez toujours pas informer de l'endroit où nous allons.
M Cartwright : connaissez-vous la société Quantum Conductivity
C Perec : ce nom m'est inconnu,de quoi s'agit-il ?
M Cartwright : cette entreprise est spécialisée dans la création des matériaux supra-conducteurs destinés à différents applications industrielles.
C Perec : très bien il fabrique des composants mais encore.
M Cartwright : pas plus tard qu'hier sur le coût de 14 h 01 de leurs laboratoires a été détruit
or au moment de l'accident des pulsations ont été détecté qui convergeait vers se point précis
C Perec : ce serait donc une nouvelle offensive de Xana.
M Cartwright : tous les indicateurs nous le laisse supposer.
C Perec : et moi je suppose que cette société n'est pas non plus un un point stratégique de votre défense.
M Cartwright : affirmatif mon colonel.
C Perec : et à part produire des supra-conducteurs cette société c'est tels diversifiés dans la haute technologie ou quelque chose de ce genre , je veux dire ont-ils un supercalculateur en leur possession.
M Cartwright : c'est tous le problèmes colonel, le secret industriel les protège ce genre d'incursions de la part de nos services.
C Perec : il y aurait des choses que vous ignorez sur votre propre territoire.
M Cartwright : apprenez colonel que pour préserver notre économie certaines grandes sociétés sur notre territoire dispose d'une "immunité industrielle".
C Perec : une "immunité industrielle"c'est bien la première fois que j'entends parler de sa.
M Cartwright : c'est très simple à comprendre mon colonel,les sociétés qui contribuent à aider notre pays dispose de la part du gouvernement d'une certaine protection.
C Perec : si je comprends bien votre gouvernement soutiens les sociétés qui lui rende de menus services
M Cartwright : affirmatif mon colonel, est en général ces sociétés ne sont pas inquiétées par nos services.
C Perec : ce serait le cas de la société Quantum Conductivity .
M Cartwright : Quantum Conductivity finance un grand nombre de caritatives,et ont dernièrement contribué à la réélection de notre premier ministre.
C Perec : je comprends qu'avec de tels appuis politiques il est difficile pour vos services d'aller là-bas de fouiller quand bon nous semble, sans avoir en retour un sacré coup de bâton de la part de vos dirigeant.
M Cartwright : c'est pour ça qu'ils a été demandés de d'enquêter discrètement
C Perec : en somme vous voulez passer outre cette "immunité industrielle".
M Cartwright : nous pourrions procéder autrement mais une enquête sur place s'avèra peut être plus fructueuse.
C Perec : vous pensez qu'on va y trouvé des indices sur l'organisation de Xana.
M Cartwright : mis à part les quelques photos et les indications que nous ont fourni les maisons d'assurance nous ignorons toujours de quelle nature et la surcharge qui détruit tous ces appareils
C Perec : et qu'est-ce qui nous fait dire que l'on va trouver ce genre d'informations dans cette société ?
M Cartwright : cette société et tout particulièrement intéressante d'un point de vue technique, pour leurs expérimentations sur la supraconductivité ils utilisent des appareils de mesure très sophistiqué.
C Perec : et vous espérez que l'un d'eux aurait enregistré un petit quelque chose.
M Cartwright : c'est une possibilité qu'il ne faut pas exclure.

le colonel connaissait désormais les raisons de son déplacement maintenant il fallait espérer que cette piste ne soit pas une impasse,le reste du voyage se passa dans la monotonie la plus confondante qui soit, le major Cartwright était loin d'être un bout entrain, au bout de 1h30 de route dans le silence radio le plus total les deux agents en finirent par arriver devant les portes de la société Quantum Conductivity.

-----------------------------------------------------------------------------



C'est un monde de silence.
Au récif de nacre et de couleur saphir.
Elle est la flèche d'argent tiré au milieu de l'immensité.
A la dérive ballotter par les flot est seule.
Dans les profondeur luisent deux reflets teinté de haine.
C'est l'obscur.

Il jaillit du plus profond de nos peurs.
Il est née de la mort.
Fruit d'une insondable angoisse
L'innocence est une proie facile.
Il enlace la docile flèche.
Il l'amène a lui pour l'entraîner dans son antre
Ou il pourra s'en repaître.
Il est l'obscur.












Chapitre 06 Franz Hopper

laboratoire 3 août 2005


----------------------------------------ENREGISTREMENT----------------------------------------------

Il fait chaud très chaud même, le bulletin météo du jour a annoncé que le mercure devrait grimper jusqu'à 29°, j'ai déjà pu constater ce matin en me levant que la température au dehors n'était pas désagréables.
---
Cela peut vous surprendre de m'entendre dire sa,mais après être resté plus d'un mois enfermé dans le laboratoire j'ai resenti le besoin de m'aérer un peu.
---
La douceur d'une brise matinale sur mon visage était une sensation agréable, j'avais presque oublié à quel point c'était bon.
---
Yumi à raison je dois ménager mon corps, ce n'est pas en tombant malade que j' aiderai au mieux Aelita.
Sortir prendre l'air me fait beaucoup de bien ça me permet d'avoir les idées un peu plus claires, est cela se connaît déjà son travail.

Avec les composants que Yumi m'a fourni j'ai pu parachever le montage ma dernière carte électronique,le résultat des tests préliminaire sont concluants, je dispose maintenant d'un système de navigation qui fonctionne au poils,Reste maintenant à peaufiner le reste de l'armature.
---
Grâce à cette avancée sur mon planning,je vais pouvoir me consacrer un peu plus à l'élaboration de mon deuxième projet phare.

Le projet T.

La mise au point de ce programme est vitale pour la suite des opérations,si le projet Magellan nous donnera enfin le moyen de partir à la recherche de Aelita sur le réseau, le programme sur lequel je travaille nous permettra de la libérer.
Si mes théories sont juste ce nouveau procédé nous permettra de vaincre toutes adversaires potentielles aussi puissants soit-il.

Faut-il espérer que ce dernier soit totalement sans danger.

Malheureusement les premières simulations me laissent penser le contraire, son élaboration fera donc l'objet de minutieuses recherches.

Le temps n'est pas mon allier et j'ai peur que les forces commencent à me manquer,en dépit de mes sorties quotidiennes je m'affaiblis de plus en plus, nerveusement parlant je suis tres tendu.

Mais comment faire pour ne pas l'être.

Ceux ou celles qui ont enlevé Aelita,doivent sûrement la maintenir prisonnière quelque part dans un laboratoire secret, et Dieu sait ce qu'ils sont en train de lui faire subir.

Je préfère ne pas y penser.

C'est pour ça que je m'accroche malgré mon mauvais état de santé, je reviens d'ailleurs à l'instant de ma petite balade quotidienne, je profite donc de cette petite pause pour continué la rédaction de mon journal.


-----------------------------Journal de Jeremie Belpois quatrième partie.-----------------------------

Comme je l'ai évoqué précédemment l'arrivée William allait avoir une influence considérable dans notre lutte contre Xana, mais ce ne fut pas la seule chose qui allait être remis en cause.
Aelita était désormais sur terre et mise à part le fait que je sois a la recherche d'un anti-virus nous pensions que notre combat contre Xana ne serais pas très différent de celui que nous avions déja mener pendant 1ans est demi cela allait nous demander encore quelques petits sacrifice mais au bout du compte ce serait le retour à une vie normale.

Mais nous nous trompions !

La donne avait échangé sur bien des points de nouveaux mystère sur les origines de Xana et Aelita allait bientôt être porter a notre connaissance.

Tous pourrait se résumer par l'apparition d'un nouvel individu dont l'existence même semble être lié à celle du super-calculateur, un personnage pour le moins énigmatique que nous ne connaissions que de nom mais dont l'influence sur le monde de Lyoko paraissait énorme,cette personne se faisait appeler...

Franz Hopper

Au cours d'une nouvelle attaque de Xana, Yumi et Ulrich furent pris au piège dans une vieille maison, grâce a une vision de Aelita ils furent sauver a temps, par la suite nous découvrimes que la maison appelée l'ermitage était au noms d'un certain Franz Hopper.

Hors Franz Hopper était semble-t-il un ancien professeur de mathématiques au collège Kadic,celui-ci aurait mystérieusement disparu voilà 10 ans, il y avait trop de points communs pour ce soit le fruit du hasard.

Mais le mystère ne s'arrêtais pas la, les nuits de Aelita était peuplé de rêves étranges, de cauchemars mêmes selon ses dires, elle se voyait vivre dans des lieux qu'elle n'avait jamais vu auparavant, tous les souvenirs qu'elle avait été rattachée à l'ermitage,ce fut d'ailleurs grâce à l'un de ses rêves que nous fîmes la découverte de M. Puck.

M. Puck était le nom d'une poupée qui avait l' aspect d'un lutin, Aelita la trouvé cacher dans un mur dans ce qui pouvait s'apparenter à l'ancienne chambre d'une petite fille dans l'un des étages de l'ermitage.

Comment à Aelita pouvait elle savoir sa ?

Le mystère s' épaississait de plus en plus,à l'intérieur de M.Puck était caché la clé d'une consigne de gare,il ne nous fallut pas longtemps pour identifier a quel gare appartenait la clé, un après-midi ou nous n'avions pas cours nous nous rendîmes à la fameuse consigne, à l'intérieur de celle-ci nous trouvâmes une mallette qui contenait une multitude de disques laser estampé des initiales F.H

Encore Franz Hopper.

Le contenu de ces disques était crypté,et sans la clé du code impossible d'en déchiffrer le contenu,mais si les réponses à toutes nos questions se trouvaient dans ces fameux disques, il me fallait trouver un moyen de les débloquer tandis que les autres rentrèrent au collège je fis un détour par l'usine pour stocker une copie de ces informations dans une zone protégée du super calculateur,je gardais alors avec moi les originaux pour les étudier le soir dans ma chambre.

note annexe
- il apparaît aujourd'hui que la mallette était destinée à une personne qui visiblement n'est jamais venue la chercher.
fin

Mais une terrible menace encore plus grande planait sur nos têtes en particulier sur celle de Aelita, j'avais évoqué avec elle le faite que le super-calculateur avait gagnée en puissance ce gain de puissance ne servit pas que nos intérêt

La tarentule ne fut pas le seul monstre que Xana avait créé, ce dernier avait donné la vie à l'une des plus terribles créatures de son bestiaire.

La méduse.

Pour des raisons que nous ne connaîtrions que plus tard la méduse cherchait par tous les moyens a voler la mémoire de Aelita.

Comme je l'ai dit, là donne avait changé,désormais les attaques de Xana ne visais plus à nous détruire mais a obligé Aelita à revenir sur Lyoko pour lui voler sa mémoire.

Quel secret pouvait bien se trouver enfoui au fond de la mémoire d 'Aelita pour que Xana veuille tant s'en emparer.

Pour une raison que j'évoquerai la prochaine fois les pouvoirs de Xana avait augmenté ,il était désormais en mesure de contrôler les humains par un procédé que nous avons nommé Xanatification.
Il pouvait prendre le contrôle des êtres humains à l'aide de spectres qui s'infiltraient dans le corps de ses victimes, grâce à ce procédé il pouvait soumettre n'importe qui à sa volonté, les Xanatifiés comme on les appelaient, disposaient alors de facultés surhumaine
--- force herculéenne ,super saut,super vitesse,super intelligence, pouvoir de dédoublement,projection d'éclair et de boules d'énergie et tout un panel de faculté qui serait trop longs à énumérer ici.
Par chance Xana était incapable de posséder une personne qui était allée sur Lyoko, les personnes qui passaient dans le scanner n'était plus affectée par le retour dans le passé et encore moins par les spectres de Xana.

malheureusement nous découvrîmes cette solution un peu tard,je fus possédé par l'un de ces spectres et ce jour-là j'ai bien failli livrer Aelita a Xana,ce dernier me fit détruire les notes de Franz Hopper.
Mais cela ne m'a pas empêché de les décrypter par la suite,comme quoi j'ai été bien inspiré d'en faire une copie avant de les ramener avec moi.
Ce fut d'ailleurs pour me protéger de futurs incidents de ce genre que je fus obligé d'aller sur Lyoko pour m'immuniser contre la Xanatification.
Ce fut l'une des pires expériences de ma vie, faut dire que j'avais comme coach personnel Ulrich et Odd.
cette petite virées entre hommes sur Lyoko fut la première de ma vie mais sûrement pas la dernière.
en tout cas maintenant je sais ce que ressent mes amis quand ils vont sur Lyoko c'est une expérience unique,je m'en rappelle comme si c'était hier.


############################ FLASHBACK ############################

Attention Jeremie sur ta droite un méga-tank s'écria Odd.

la monstrueuse boule d'acier venait d'arriver sur le flanc droit de Jeremie alors que celui-ci était déjà en train d'essayer d'échapper à un kankrelat qui l'avait pris pour cible,sans perdre une seconde le méga-tank arma une charge d'énergie et s'apprêtait à renvoyer sur Terre le téméraire explorateur.

c'est pas vrai !!!! s'écria une voix.

Dans sa fuite de Jeremie trébucha et s'aplatit lourdement sur le sol désormais à la merci de son ennemi ,Jeremie paralysé par la peur resta figé sur place les yeux fermés en attendant la terrible salve du monstre.
---
- super sprint
---
- impact
---
Ces deux expressions furent suivies d'une grande explosion,quand Jeremie Re-ouvrit les yeux il découvrit Ulrich à la place du méga-tank.
Pour la troisième fois consécutive Ulrich venait de sauver la mise à Jeremie de son côté Odd c'était chargé du kankrelat,les deux lyoko-guerriers allèrent voir si leur ami se portait bien.

décidément c'est pas mon truc dit alors Jeremie

Franchement Einstein tu me déçoit,pour un puissant magicien tu fais plutôt pâle figure.lui dit Odd sur un ton légèrement moqueur.

La petite allusion de Odd était très de circonstances, il est vrai que la tenue de Jeremie était pour le moins ridicule, son vêtement était une sorte de grande toge bleue surmontée d'une coiffe de la même couleur le tout décoré de quelques symboles mathématiques, et il avait pour arme une sorte de baguette magique pour le moins inutile,comme dans le monde réel son avatar sur Lyoko avait conservé ces lunettes,avec son petit air de Geek's Jeremie ne paraissait pas tellement menaçants pour les monstres de Xana,
dès que ces derniers l'avaient vu, ils l'avaient systématiquement pris comme bouc émissaire, il fallait croire que l'imaginaire de Jeremie s'apparentait plus à Merlin l'enchanteur de Walt Disney qu'à celle d'un grand guerrier d'héroïque fantaisie.


Jeremie : je vais pas me répéter 100 000 fois ,c'est pas mon truc les combat sur Lyoko.
Odd : tout ça pour quelques petits megatank.
Jeremie : il sont pas si petits que ça je te ferai remarquer, bon je pense que ça suffit pour aujourd'hui, on pourrait pas rentrer sur Terre maintenant.
Odd : quoi déjà !!! tu viens à peine d'arrivé que tu veux déjà repartir.
Ulrich : c'est vrai Jérémie tu as encore plein de choses à voir.
Il reste le territoire de la banquise du désert et celui de la montagne.lui énumèra Odd
Jeremie : Odd je suis pas venu ici pour faire du tourisme.
Odd : à plus forte raison comme c'est pas tous les jours que tu viens sur Lyoko autant en profiter.
Ulrich : c'est vrai c'est pour toi une expérience unique ça serait dommage de tout arrêter maintenant.
Jeremie : merci à Ça je le savais.

Jérémie n'était pas spécialement rompu à ce genre d'exercice il avait accepté de se faire visualiser par Aelita dans le seul but de s'immuniser contre les attaques spectrales de Xana, mais sa petite embarquée sur Lyoko n'était pas de tout repos, en tant qu'apprenti Lyoko-guerriers il lui fallait encore tout apprendre,et personnellement Jérémie ne se sentait pas près.

Jeremie : bon alors on rentre ?
Odd : Oh lala il est vraiment pressé de partir notre Einstein national.
Jeremie : c'est que j'ai encore beaucoup de travail et..
Ah ça c'est une excuse lui dit odd.
Jeremie : qu'est-ce que tu me chantes la.
Odd : moi je crois que quelques part tu as peur..
Jeremie : dont si je comprends bien que tu me traites de Froussard.
Odd : disons que je peux comprendre que tu es un peu les "chocotes"

Plus que l'envie de rentrer sur Terre, Jeremie voulait quitter cette environnement hostile,
mais Odd se trompait ce n'est pas la peur qui animait Jeremie ,c'était un tout autre sentiment
ce que Jeremie redoutait le plus c'était de ne pas avoir le contrôle de la situation.
quand il est devant son clavier Jeremie a les moyens d'agir tandis que sur Lyoko il se sent plus inutile qu'autre chose, le nombre de fois ou ces amis ont été obligés de le sauver en témoignent.

Odd : il faut que soit un peu plus courageux Einstein sinon c'est pas comme ça que tu plaira à Aelita.
Je vois pas le rapport lui dit jeremie.
Odd : est bien laisse-moi t'apprendre un petit secret qui, tu sait les femmes, ces petites choses fragile ont besoin de se sentir rassuré.
Ulrich : c'est le grand expert en femme qui parle se moqua alors Ulrich.
Oui et le grand expert que je suis,vous affirme que ce qu'il dit est vrai lui rétorqua Odd un peu échaudés par la réplique de son ami.
Ulrich : ne ne te vexe pas, je vais vous laisser continuer Monsieur "l'expert"

Odd repris sa discussions en expliquant à Jeremie les quelques petites subtilités qui faisait que certains hommes plaisent aux femmes et pas les autres, Odd pris le cas de Hervé Pichon en exemple,il fit bien comprendre à Jérémie que celui-ci n'avait rien de commun avec l'autre boutonneux.

Odd : Einstein tu la chance d'avoir une fille qui a le béguin pour toi.
Jeremie : je devrais me considérer comme quelqu'un de chanceux
Odd : et plutôt deux fois qu'une.

Aimé et être aimer en retour,savates quelque chose de merveilleux lui dit odd à cet instant.

il y avait quelque chose d'inhabituel dans le discours de Odd,cela ne lui rassemblait pas de jouer les entremetteurs,lui d'habitude si frivole en ce qui concerne le sexe opposé,ce même Odd était en train de donner des conseils de séduction au garçons le plus timide de la Terre,cet autre aspect de la personnalité de code ne manqua pas d'étonner son compagnon de chambre,qui sur le coup ne put résister à l'envie de bâcher un peu son ami.

Ulrich : est bien Odd je ne te connaissais pas coté mère poule.
Ulrich toutes les femmes ont besoin d'être rassurées et c'est pas Yumi qui dirait contraire lui répondit Odd au tac au tac
Pourquoi tu dis ça balbutia alors Ulrich.
Oh pour rien répondit Odd

Odd : en tout cas je reste persuadé que Aelita voudrait d'une demie portion qui serait incapable de la proteger.
Jeremie : je suis peut-être pas taillé comme un athlète,mais je suis parfaitement capable de la protéger.
Odd : peut-être mais je pense que tu devrais t'affirmer un petit peu
Jeremie : et à quoi tu penses
Odd : de temps en temps pense a monter au front aller sur Lyoko et combattre les monstres
Jeremie : est pourquoi je ferai une chose pareille ?
Odd : sa lui montrera au moins que tu est prêt à te battre pour elle.
Jeremie : désolé moi je préfère combattre à ma façon,derrière un clavier je suis plus efficace
Odd : peut-être mais ça ne fait pas de toi un vrai combattant.
Jeremie : et qu'est-ce que tu racontes !!! je suis un Lyoko-guerrier au même titre que vous tous.
Odd : je ne suis pas sûr que cette définition te correspond bien
Jeremie : que veux tu dire ?
Odd : est bien disons qu'elle ne convient mieux a un guerrier qui va et combat sur le Lyoko.
Jeremie : à ma façon aussi je combat Xana, pendant que vous êtes sur Lyoko à combattre les monstres, moi je reste au laboratoire à subir toutes les attaques sur terre.

Il est vrai que si Jerémie n'était pas directement exposé aux monstres, il arrivait souvent de faire les frais des attaques spéciales de l'ami Xana, et dans le fond qu'il ne soit pas sur le champ de bataille de Lyoko ne changeait rien,à sa façon à lui il combatait Xana de toutes ses forces.

Jeremie : La manière est différente mais le but reste le même détruire de Xana est sauvé Aelita.


-------------------------------- FIN DU FLASBACK -----------------------------------------

détruire Xana est sauvé Aelita...... (se dit alors Jeremie.)
---
finalement l'un dans l'autre, cela a toujours été les deux buts que nous nous étions fixés depuis le début.
---
Aujourd'hui Xana n'est plus, mais Aelita doit toujours être sauvée.
---
et ce que je dois faire pour pouvoir y arriver c'est de tenir le coup encore et toujours., je sais que dans cette épreuve je peux compter sur le soutien de mes amis,eux aussi n'abandonneront pas la lutte,malgré la distance qui nous sépare je sais que leurs pensées sont tournées vers moi et Aelita.
---
je ne dois pas les décevoir et pour cela il faut que je me hâte de terminer mes projets
---
je me remets immédiatement au travail.


----------------------------------FIN DE L'ENREGISTREMENT-------------------------------------




OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Bon Maeva il est 20 h 30 passée, je pense qu'il est temps pour toi temps d'aller te coucher dit le docteur.
Maeva : avant je vais aller me prendre une douche et me brosser les dents.
Dr : et après aux dodo, tu as besoin d'une bonne nuit de sommeil, ton emploi du temps de demain risque d'être chargé.
Maeva: qu'avez-vous prévu ?
Dr : est bien a partir de demain nous allons débuter ta nouvelle thérapie.
Maeva: vraiment docteur !qu'allons-nous faire ?
Dr : nous allons reprendre nos séances d'hypnose.
Maeva: cela n'a pas donné grand-chose pour le moment.
Dr : oui mais cette fois-ci le contexte est différents, nous ne sommes plus à l'hospital,le changement de cadre ne peut que t'être bénéfique.
Maeva: vous croyez Docteur
J'en suis même persuadé lui répondit le docteur.

Les multiples tentative de soins employée par le docteur pour guérir Maeva avait jusque-là échoué, seule l'hypnose pouvait permettre d'accéder au subconscient de Maeva,mais jusque là il n'avait essuyer que des échec,la faute en partie à sa patiente qui faisait un blocage au niveau de ces souvenirs,mais ce ne fut pas le seul facteur déterminant le docteur imputait une partie de ce blocage au fait que Maeva ne se plaisait pas à l'hospital.
maintenant que celle-ci était pensionnaire chez lui il se disait que l'hypnose aura plus de chances de marché.

Dr : aller Maeva va prendre ta douche.
Maeva: docteur est ce bien prudent de me laisser toute seul dans la salle de bains.
Dr : de quoi as tu peur ?
Maeva: si je venais à m'évanouir de nouveau
Dr : si ça peut te rassurer tu n'as pas besoin de fermer la porte à clef il n'y a personne d'autre dans cette maison en part toi et moi, il n'y a aucun risque que quelqu'un n'entre dans la salle de bains pendant tu y soit.
Maeva: vous êtes sur que je ne risque rien docteur.
Dr : absolument, et même si tu venais de nouveau à t'évanouir,il n'y aurait pas de problème, j'ai tous les équipements nécessaires pour te donner les premiers soins.

Oui d'ailleurs à ce sujet .... s'interrompit alors Maeva qui sembla un peu hésitante à continuer sa phrase.
je t'en prie fini sa phrase lui demanda le docteur.
Maeva : vos équipements ce n'est pas dangereux de les avoir à la maison alors que j'y suis.
Dr : ne t'inquiète pas je n'ai laissé aucun appareil hight tech branché dans cette maison.

Pour des raisons de sécurité le docteur avait débranché tous les appareils électronique de la maison... télévision, radio, ordinateur tout avait été soigneusement rangé dans le garage,afin d'éviter que Maeva n'entre en contact avec eux,à cause de ces dons particulier Maeva était un vrai danger ambulant pour la technologie,les différents des incidents qui ont émaillé son séjour à l'hospital en était la preuve, les derniers test que Maeva avait passer avant son départ n'avait fait que confirmer les doutes du docteur au sujet des "facultés" de sa petite protégée.

Pourtant ces incidents ne furent pas des cas isolés,lors de leur première rencontre un incident pour le moins anodin avait déjà attiré l'attention du docteur,à l'époque celui-ci n'y avait pas prêté grande attention et aujourd'hui il apparaissait clair que Maeva en était à l'origine.

Maeva elle-même était consciente qu'elle était très différente des autres enfants,
la première fois que ces dons se sont manifestés ils avaient bien failli coûter la vie à une personne très chère au coeur de Maeva.

être amnésique ne suffisait-il donc pas ? Fallait-il en plus qu'elle soit maudite.

La malédiction dont elle semblait atteinte la condamnait elle à faire souffrir tout ceux qui l'entoure.
A un moment de leur vie tous les enfants ont rêvé d'être des super héros et d'avoir des super pouvoirs pour s'amuser, mais aussi fort qu'ils pouvaient le souhaiter ,cela restait toujours du domaine de l'imaginaire.

Maeva elle, aurait souhaité que cela ne soit qu'un rêve,mais ces "dons" était bien réel, une malédiction que Maeva ne pouvait ignorer, tant ceux ci lui pourrissait la vie,Maeva donnerai sûrement tous ce qu'elle as au monde pour être une enfant normale comme tous les autres voila le seul voeux quelle pourrait souhaiter,si le bon génie de la lampe existait.

Son "anormalité" comme elle l'appelait la faisait souffrir,ces capacités furent bien les seules choses qu'elle ne consigna jamais dans son journal.



############################ FLASHBACK ############################

Le Journal de Maeva chapitre 03 accident

Cela faisait bientôt 12 heures que la situation était revenue à la normale dans le conté de Kingston valley,l'avis de tempête avait été officiellement levé,un peu partout les habitants de la ville commençait a sortir de chez eux.
Petit à petit la vie reprenait ces droits,la ville pensait ses blessures, de l'autre côté de la montagne l'incendie qui ravageait le comté de Brayton wood's avait finalement pu être maîtrisé au termes d'une lutte acharné des pompier et de la garde civil qui fut appelée en renfort.
Le pire fut éviter mais cette catastrophe avait été terrible , le désastre écologiques, matérielles et humains allait être très difficiles à chiffrer, à coup sûr les compagnies d'assurances allaient avoir beaucoup de travail ,en ce début d'année les primes d'assurance des particuliers risquaient d'en prendre un sacré coup.

Dans le bureau du shérif Peebody,le docteur avait fait beaucoup de progrès pour entrer en communication avec l'enfant,celle-ci avait fini par considérer le docteur Robinson comme un être amical qui lui voulait du bien,et ce n'était pas faux de le penser les égards du docteur envers sa patiente était sincère,cela dépassait même les normes qu'exigeait son cadre professionnel.
Mais pour aider la petite il fallait bien sa,le docteur avait tellement bien oeuvré que la présence simultanée dans la même pièce de Clarisse du shérif et de son adjoint n'effrayait plus l'enfant, la confiance était désormais acquise et la peur de l'inconnu surmontée.

Les bonnes nouvelles s'arrêtèrent la,un message à la radio annonçait que le médecin de la ville ne tarderait pas à rentrer,cela eut pour effet de ravir le shérif Peebody de savoir que le reste de ces hommes et le Dr Warner allaient revenir en ville, seulement il ne seraient de retour qu'à partir de demain, pour l'enfant cela était une mauvaise nouvelle.

shérif : c'est confirmer Docteur le médecin ne rentra pas avant demain.
Dr : c'est trop long, la fillette est déjà resté de plus de deux jour et demi sans être ausculté.

Le retour programmé du médecin de la ville compliquait sensiblement la situation, le docteur Robinson avait pourtant prévenu le shérif,qu'il fallait impérativement effectuer une radio de la tête sur la petite pour voir si elle n'avait pas subi un traumatisme crânien, en l'absence de diagnostic cela pourrait s'avérer dangereux pour l'enfant, voir mortel.

Il était inconcevable pour le docteur qu'une telle chose puisse arriver dans ce beau pays que sont les États-Unis , inconcevable qu'une jeune enfant puisse mourir par manque de soins adéquate.
Dr : shérif il n'y a pas moyen de précipiter le retour du docteur Warner.
shérif : écoutez Docteur je ne peux pas faire de miracles, vous savez aussi bien que moi qu'ils ont encore beaucoup à faire de l'autre côté.
Dr : je sais shérif veilliez m'excuser.

Sous le coup de l'émotion le docteur avait oublié qu'ailleurs d'autres personnes souffraient énormément et qu'avant tout la vie de ces personnes passaient en priorité,mais le shérif n'était pas un homme insensible,il voyait bien que le docteur s'inquiétait pour la petite comme toutes les personnes présente dans la pièce d'ailleurs.

je peux comprendre notre inquiétude Docteur mais pour l'instant on ne peut rien faire dit alors le shérif.
Dr : quelle poisse que votre médecin ne soit pas la avant demain.
Alors pourquoi on enverrait pas la petite à Brayton wood's suggérera alors l'adjoint
Dr : sa ne serait pas la meilleure chose à faire adjoint Johnson, quand je suis parti de l'hospital les services étaient tellement débordé qu'ils étaient obligé de mettre les malades dans le couloir.
shérif : c'est l'enfer à ce point la a Brayton wood's
Dr : vous n'avez pas idée shérif et ne parlons pas de tous les appareils de diagnostic qui sont mobilisés 24 heures sur 24.
shérif : dans ce contexte difficile de soigner la petite efficacement
Dr : à part Brayton Wood's, l'hôpital le mieux équipé et à 80 milles d'ici.
shérif : est pas question de prendre la route pour le moment à cause de tous les arbres qui sont tombés au sol.
Dr : nous pourrions peut-être appeler un l'hélicoptère.
shérif : la tempête ne fait que se déplacer docteurs pour le moment tous les vols sont suspendus au-dessus de l'État.
il fallait croire que dame nature se liguait contre eux, il n'était pourtant pas en temps de guerre mais quelque part les événements s'y prêtait entre les incendies les explosions les morts et blessés cette situation avait un arrière-goût de 11 septembre.

shérif : il faut se faire une raison pour le moment nous sommes coincée ici
Dr : si au moins on pouvait lui faire une radio du crâne,cela suffirait a me rassurer.
il y a peut-être une solution dit alors Clarisse
laquelle demanda alors le Docteur.
Clarisse : dans le cabinet du docteur Warner il y a un vieil appareil à rayons X pour prendre des photos.
Dr : mais c'est magnifique pourquoi m'en avez-vous pas parlé tout de suite.
Clarisse : sur le coup j'avais oublié

Avec tous les événements qui s'étaient succédées Clarisse avait oublié qu'au temps où elle était infirmière elle avait souvent à assister le Dr Warner, Tous les Bûcheron venaient se faire soigner chez lui suite à un accident,le médecin de la ville disposait donc d'appareils a rayons X pour déceler d'éventuelles fractures, dans le cas présent la présence d'un tel appareil en ville était une aubaine pour le Dr Robinson.

Dr : parfait mêmes une rudimentaire photo faite aux rayons X me permettrait déjà de détecter d'éventuelles fractures ou lésion post-craniene.
Clarisse : si vous voulez docteur je pourrais vous assister,que je connais assez bien le matériel médical qu'utilise ce bon vieux harold.
Dr : parfait pouvons-nous nous y rendre tout de suite.
Clarisse : le problème c'est que le docteur a fermé son cabinet avant de partir.
shérif : ça ne sera pas un problème ma chérie, dans le cas d'urgence que je conserve un double des clés et de son cabinet.
Dr : alors ne perdons pas une minute allons-y tout de suite
shérif : mon adjoint va vous accompagner ,on sait jamais
Dr : merci à vous pour votre aide shérif.
shérif : je ne fais que mon devoir "servir et protéger" et cet enfant a vraiment besoin qu'on l'aide.
Dr : je n'en doute pas une seconde shérif.

Aussitôt dit aussitôt fait le docteur Clarisse et l'adjoint emmenèrent avec eux la petite fille celle-ci fut très hésitante a quitter la prison, elle ne voulait pas sortir à l'extérieur car la lumière du jour lui faisait peur, en bonne une mère poule qui protège ces petits, Clarisse se montra très rassurante avec l'enfant, elle lui dit qu'elle lui tiendrait la main tous le long du chemin et que jamais elle ne la lâcherait.

Mis en confiance par les paroles de Clarisse la petite serra très fort la main de cette dernière qui l'emmena en dehors, la petite suivait cette femme qu'elle considérait comme une sorte de mère adoptive, il faut dire qu'en seulement 2 jours un lien très fort c'était semble-t-il tisser entre ces deux personnes.
Les trois adultes et la petite fille se déplacèrent au sein même de la ville qui avait beaucoup souffert de la tempête, certains arbres étaient tombés et le sol était recouvert de fragments de tuiles que le vent avait arrachées des toits.
Cette tempête avait donné à Kingston valley un faux airs d'apocalypse,ce fut donc avec beaucoup de prudence qu'ils avancèrent dans la rue, en bout de 10 minutes ils finirent par arriver devant la maison du médecin.
a l'aide des clés Clarisse et déverrouilla là porte d'entrée du cabinet pour que tout le monde puisse entrer à l'intérieur

La décoration du cabinet était des plus simple,elle ne différait pas tellement de toute les maisons de médecin de campagne,un diplôme accroché sur le mur une petite bibliothèque avec quelques ouvrages de médecine un vieux bureau en chêne une table de soins et tout autour les appareils de diagnostic.
se fait à ce qui attira en premier l'attention du docteur, même si les appareils n'étaient pas à la pointe de la technologies ils étaient quand même assez perfectionnés pour effectuer des tests préliminaires.

Avec le concours de Clarisse le docteur fit asseoir la petite-fille sur la table,
le temps d'assister correctement le Docteur Clarisse lâcha la main de la petite fille et lui demanda de ne pas bouger le temps que le docteur prenne la photo
La petite fille ne quitta pas clarisse du regard pendant que celle-ci mettait en place tous les appareils destinés à l'ausculter.
de son côté le docteur prit un stéthoscope pour vérifier les battements du coeur ainsi que la respiration de la petite,de ce côté là il n'y avait rien d'anormal
même si cela n'était pas son domaine de prédilection il effectua sa tâche le plus consciencieusement du monde en prenant soin de n'oublier aucun détails

tension - réflexe - pouls -rythme cardiaque - test auditive et acuité visuelle.

il fallait maintenant passer à l'état de la radiographie,Clarisse signifiait au docteur que tout était prêt
Mais au moment ou le docteur amena le télé- objectif la fillette eu comme un mouvement de recul à la vue de ce gros appareil.

Pourquoi cette machine lui inspirait-elle donc autant de crainte ? le docteur rassura la fillette en lui disant que cela ne faisait pas mal,

Certes il n'avait pas une formation de base en matière de radiographie mais avec Clarisse comme assistante il n'eut pas trop de problèmes à faire fonctionner le terrible appareil
en l'espace d'une seconde une première radio fut prise.
Le docteur fit alors mettre la petite-fille de côté pour faire la deuxième photo du crâne la petite fille
Une vue de face et une vue de côté lui serait suffisant pour établir son diagnostic, le temps que les photos se développent il pria Clarisse d'emmener la petite fille dans la salle d'attente ont quelques jouets et livres pour enfants pourraient peut-être l'occuper.

Pendant que les photos étaient en cours de traitement le docteur resta dans la salle de diagnostiques en compagnie de l'adjoint qui avait d'ailleurs quelques questions à poser au docteur sur le pourquoi du comment.

Adjoint : à quoi cela va-t-il me servir tout ça docteur ?
Dr : voyez vous adjoint Johnson avec ces clichés nous allons voir si la petite n'a subi aucun traumatisme cortical profond.
Adjoint : ça veut dire ce charabia docteur ?
Dr : est bien si le traumatisme est profond cela pour être dangereux pour sa santé
Elle pourrait en mourir lui demanda l'adjoint
Dr : c'est une possibilité qu'on ne peut pas écarter.
Bon sang !!! qu'est-ce qu'on attend pour l'envoyer dans un hôpital.s'écria alors l'adjoint.

le docteur essaya de calmer les craintes du shérif adjoint en lui rappelant que le traumatisme crânien n'était qu'une supposition, et que la radiographie lui permettrait de détecter une anomalie est que si cela se produit ils prendraient les mesures adéquates bien que cela sembla plutôt difficile dans le contexte actuel.

Dr : de toutes façons dans l'immédiat nous sommes coincées, l'hospital le plus proche et celui de Brayton wood's et pour le moment ils sont plutôt occupés et l'hospital le mieux équipé et à 80 milles d'ici
Adjoint : c'est quand même bête d'avoir à courir à 80 milles, alors que nous avons un hôpital si près de chez nous.
Dr : oui mais la catastrophe a mobilisé toutes leurs ressources.
Adjoint : et bien sûr il fallait qu'ils fassent tous sauter maintenant ces malades.

le docteur remarqua qu'il y avait une intonation très particulière dans les propos de l'adjoint,un peu comme si ce qui c'était passé à Brayton wood's n'avait rien de surprenant pour lui.

Dr : que voulez-vous dire par " qu'ils fassent tout sauter maintenant ces malades"

Adjoint : je veux dire par là que depuis le temps que ça nous pendait au nez et bien sa y est c'est fait.
Dr : vous dites ça comme si cette catastrophe avait été prévisible.
Adjoint : ont étaient sûr que ça allait arriver un jour a cause de tous ces Docteur Folamour qui travaillent dans le coin.
Dr : mais de quoi parlez vous officier Johnson ?
Adjoint : je vous parlent de tous ces dingues qui travaillent dans les laboratoire de la société Génitech.
Dr : des laboratoires, mais je croyais que c'était juste une usine de produit chimique.
Adjoint : en fait c'est pas vraiment une usine c'est plutôt un centre de recherche.

la catastrophe qui avait ravagé le comté de Brayton-Woods avait pour origine une explosion dans les laboratoires de recherche de la société Génitech
les incendies qui s'étaient déclarés à la suite d'une mysterieuse déflagration avaient fait sauter le reste des réservoirs de stockage de produits chimiques, le souffle de l'explosion avait projeté des trombes de feu sur un rayon de 300 mètres
la forêt avoisinante fut touchée par ce déluge de feu et de fil en aiguille l'incendie c'était propagé à tout le comté.

Mais les dires de l'officier Johnson laissait à penser que cette catastrophe industrielle devait arriver,cela ne manqua pas d'étonner le docteur de voir que l'adjoint faisait preuve d'un tel fatalisme.

Dr : officier Johnson je vous trouve un peu pessimiste.
Adjoint : docteur on voit bien que vous n'êtes pas du secteur sinon vous seriez que l'ouverture de ce centre n'a pas été sans faire des vagues.
Dr : pourtant pour l'activité économique de la région l'ouverture d'une usine est toujours une bonne chose
Adjoint : à part que l'ouverture celle-ci ne s'est pas passée s'en heurte
Dr : que s'est-il passé ?
Adjoint : peu de temps avant son inauguration moi, le shérif et quelques hommes avons été appelés en renfort pour calmer une émeute.
Dr : une émeute ?
Adjoint : oui des groupes religieux avaient voulu empêcher l'ouverture de ce centre de recherche.
Dr : en quoi l'ouverture d'un laboratoire pharmaceutique peut-il déranger les fanatiques religieux.

En tant que psychanalyste le docteur est souvent confronté à des cas de croyants qui se laissait emporter par leur dévotions, cela lui avait donner une mauvaise opinion de la religion,à cause de l'extrémisme destructeur de certains de ses pratiquants

Dr : et pourquoi ont ils voulu empêcher son ouverture
Adjoint : s'est pas tant l'usine qui était en cause mais plutôt son directeur.
Dr : son directeur !!!
Adjoint : Docteur avez-vous déjà entendu parler du professeur Terrence Miller
Dr : ce nom-là ne m'est pas inconnu, qui est ce déjà ?
Adjoint : c'est un docteur qui a beaucoup fait parler de lui à cause de ces expériences sur.....

Mais l'officier n'eut pas le temps de terminer sa phrase, une explosion se fit entendre dans la pièce d'a coté aussitôt les deux hommes se précipitèrent pour voir ce qui cétait passé,en arrivant il virent Clarisse allongé sur le sol, la petite fille quand a elle c'était recroquevillée dans un coin de la pièce.
Le climatiseur accroché au mur venait de prendre feu, le docteur s'approcha du corp de Clarisse pour voir si elle n'était pas blesser de son côté l'adjoint se saisit d'un extincteur pour éteindre ce début d'incendie.

Grâce à une intervention rapide des deux hommes il y eut finalement peu de dégâts, le docteur pris le pouls de Clarisse ,il constata que celle ci était juste sonné mais nullement blesser.
Après s'etre assuré que le feu était bien éteins les deux hommes aidèrent Clarisse à se relever,
l'adjoint amena la femme du shérif dans le cabinet tandis que le docteur s'occupa de la petite fille.

Quand le docteur s'approcha de la petite fille, celle ci était prostrée et n'osait plus bouger
il semblerai que la vision de l'incendie l'avait effrayer, le docteur la pris dans ces bras elle lui chuchota des mots doux pour la rassurer, il lui dit que c'était finis qu'il n'y avait plus rien à craindre la petite fille ce cramponna au vêtement du docteur pour calmer sa peur.
Après un cours instant le docteur aida a son tour la fillette a se relever et lui demanda de venir avec lui pour voir comment allait Clarisse.

Dans la pièce d'à côté Clarisse avait commencé à recouvrer ses esprits,l'adjoint lui donna un petit remontant qu'il avait trouvé dans la bibliothèque du medecin.

Clarisse que c'est-il passé demanda le docteur
Je n'en sais trop rien lui répondit Clarisse
Adjoint : vous pouvez nous dire pourquoi le climatiseur a pris feu
Dr : prenez votre temps Clarisse racontez-nous sa calmement.
Clarisse : et bien voilà je me trouvais que dans la pièce avec la petite.....
Dr : et ensuite
Clarisse : je trouvais qu'il faisait un peu moite dans la pièce à cause de l'humidité,je me suis dit que sa ne serait pas bon pour la petite....
Dr : continuer...
Clarisse : à l'aide de la télécommande j'ai mis en marche le mode deshumidificateurs du climatiseur.....
....et c'est là qu'il a pris feu dit l'adjoint
Clarisse : pas du tout Johnson l'appareil s'est mis en marche sans problème.
Dr : que s'est-il passé alors ?
Clarisse : je ne suis pas trop sur....
Dr : essayer de vous souvenir.

A ce moment Clarisse jeta un petit coup d'oeil en direction de la fille,cette derniere ne quittait pas des yeux Clarisse,le docteur remarqua bien que quelque chose tracassait Clarisse il lui demanda de continuer son récit.

Clarisse : .....la petite avait l'air très intrigué par le boîtier que je tenait en main alors je lui est montré comment fonctionnaient les touches + et -
Dr : et après
Clarisse : elle s'est amusé avec les touches de la télécommande et la sans raison apparente le climatiseur s'est emballé.
Dr : comment ça emballé ?
Clarisse : il s'est mis à fonctionner très fort et très rapidement ne parvenant pas à l'arrêté avec la télécommande j'ai donc voulu le stopper manuellement et c'est là que ...

Clarisse marqua un temps de pause dans ses explications.

Clarisse : ..... c'est la que le panneau de contrôle a carrément explosé

Adjoint : exploser !!!!

après avoir éteint le feu avec l'extincteur l'adjoint avait en effet remarqué que c'était la partie commande du climatiseur qui avait brûlé.

Adjoint : vous pensez que c'est un court-circuit due à vétusté du matériel
Clarisse : ça m'étonnerait ce climatiseur a été installé il y a deux ans
Adjoint : c'est quand même un comble on ne met jamais assez les gens en garde contre les dangers de la technologie.
Clarisse : que racontez-vous la johnson, il n'y a aucun danger particulier à utiliser un climatiseur.
Adjoint : ce que je veux dire par là c'est que c'est la petite qui a déréglé l'appareil en manipulant les touches,c'est quand même pas croyable on laisse les enfants s'amuser avec des objets dangereux est après ont s'étonne qu'il y est des accidents.

Clarisse : ne dit pas de bêtises Johnson, il n'y avait que trois touches sur sa télécommande,qu'est-ce que vous voulez que la petite dérègles avec seulement sa.
Adjoint : je crois que par mesure de précaution il serait préférable de couper le courant quand on sortira de la maison.
clarisse : je suis d'accord avec vous Johnson ça serait plus prudent
Adjoint : le docteur Warner aura plutôt intérêt à faire contrôler son installation électrique quand il reviendra.

Par mesure de sécurité tout monde resta dans la même pièce, le Dr avait fini par obtenir les clichés, par bonheur aucune trace de liaison de fracture ne fut décelé sur le crâne de la petite
cela apaisa leurs craintes, après avoir débranché le disjoncteur principal ils retournèrent tous au bureau du shérif pour faire un point de la situation concernant l'avenir de la petite.












oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo


Société Quantum Conductivity -Angleterre - 12 septembre 2004 - 14 h 36

La voiture s'immobilisa devant la grille de l'usine,à côté de l'entré principal trois gardes étaient posté à ce moment-là l'un deux s'approcha du véhicule pour s'adresse à son conducteur

Bonjour puis-je vous aider leurs demanda le gardien.
Janet : en effet vous le pouvez, nous sommes les agents d'assurance de la société R.I.B ,nous avons rendez-vous avec Mr Stenton.

Le gardien pris les papiers d identité que lui tendit "Janet" ce dernier s'en retourna dans sa cabine pour téléphoner à sa direction tendit que les deux autres gardiens restèrent à proximité de la voiture pour garder un oeil sur ces occupants,dans l'habitacle les deux "agents d'assurance" virent bien que la tension était palpable.

Ils m'ont l'air un peu nerveux fit remarquer Robert.
Janet : c'est compréhensible depuis l'incendie ils doivent être un peu sur les nerfs.
Robert : je trouve leurs dispositifs de sécurité un peu exagérée quand même.
Janet : cette entreprise cherche juste a se protéger.
Robert : c'est ce que je vois, ont ne badine pas avec la sécurité chez eux.

L'entreprise ressemblait à une véritable forteresse les habituels clôture que l'on pouvait trouver était remplacés par des murs d'une hauteur de trois mètres surmontés de fils barbelés tendu, l'entrée principale était fermée par une lourde grille en acier pourvu d'un mécanisme d'ouverture latérale.
Les gardiens eux-mêmes n'étaient pas en reste,leur allure tranchait nette avec celle des policiers que l'on pouvait généralement apercevoir dans les rues de Londres, Arme de poing semi automatique, bombe de gaz incapacitant et même Tazzer faisait partie de leur attirail de sécurité.

Le colonel était assez surpris d'un tel déploiement pour la sécurité, même en France les casernes militaires n'était pas aussi a cheval sur la sécurité que cette entreprise anglaise, les seuls murs d'enceinte de ce style que l'on pouvait trouver sur les casernes françaises dataient tous de la seconde guerre mondiale,mais là il ne s'agissait pas d'une caserne mais d'une entreprise privée, à croire que les dirigeants de l'entreprise avaient quelques petits secrets qu'ils voulaient bien garder au chaud.

Quand l'identité des deux occupants de la voiture fut confirmer le gardien revint leur rendre leurs papiers d'identité.

Gardien : tout est en règle vous pouvez entrer.
merci bien lire simultanément les deux agents.
Gardien : M. Stenton vous attend à l'entrée du bâtiment A
Janet : ou devons nous aller ?
Gardien : vous continuer tout droit sur 500 mètres le parking se trouve sur la première route a gauche.
Janet : et bien merci.

Après avoir salué comme il se doit les deux personnes le gardien fit signe à son collègue qu'il pouvait ouvrir la grille,le véhicule se remit en marche et les deux agents purent entrer alors dans l'enceinte même de la société Quantum Conductivity, en jetant un coup d'oeil sur la gauche Le colonel vit que la façade de l'un des bâtiments été complètement carbonisé,il fit remarquer cet élément au major.

C Perec : selon toute vraisemblance Major je pense que c'est dans ce bâtiment qu'a eu lieu l'incendie.
M Cartwright : il y a de fortes chances pour que ce soit le cas mon colonel.

le major ralentis la cadence du véhicule pour prendre le temps d'observer les extérieurs du bâtiment, celui-ci etait complètement éventré sur le haut, il fallait croire qu'il y avait eu ici une sacrée explosion, aucun des deux agent n'avaient la moindre idée de ce qu'il allait découvrir une fois a l'intérieur.

La voiture se gara sur le parking visiteurs mais à peine eut ils le temps de sortir qu'ils furent immédiatement interpellés par un homme venu les accueillir.

Bonjour Messieurs dames soyez les bienvenus, je me présente Maxwell Stenton leur dit l'homme.
Vous êtes le directeur de l'entreprise demanda "Janet"
Mr Stenton : en effet je suis le directeur général de la sociéte Quantum Conductivity.
Janet : est bien vous n'avez pas perdu notre temps M. Stenton pour venir nous accueillir
Mr Stenton : des que le gardien m'a annoncé que les deux agents du R.I.B étaient arrivés je me suis précipité à votre rencontre.
Janet : et bien je me présente je m'appelle Janet Parker et voici mon partenaire Robert Powell, je vous prie de bien vouloir l'excuser si il ne parle pas bien anglais,il est d'origines françaises et il a encore du mal à maîtriser notre langue.
Robert : je sais que j'ai un accent mais je parle très bien l'anglais.

A la surprise générale le colonel s'adressa à Mr Stenton dans un anglais des plus parfaitement, il n'avait pas jugé utile de montrer ses capacités dans la mesure où seul le Major s'était exprimé jusque-là,

Et bien Robert vous m'aviez caché vos talents lui dit-elle à cet instant.
J'aime bien surprendre mon entourage lui répondit Robert.

Et pour une surprise c'en fut une de taille pour le major qui ne s'attendait pas à ce que son coéquipier maîtrise aussi bien la langue de Shakespeare.

Robert : je parle couramment l'anglais depuis l'âge de 12 ans.
Janet : c'est ce que je constate mais peut-être pourrions-nous nous concentrer sur notre travail
Robert : j'allais vous le proposer très chere

les deux agents arrêtèrent là leurs échanges linguistiques pour en revenir aux principales raisons qui les avaient amenés ici.
Vous êtes venus pour constater les dégâts je suppose demanda Mr Stenton
Janet : c'est le but de notre visite, nous sommes mandaté par la société R.I.B pour expertiser les dégâts.
Mr Stenton : dans ce cas-là veuillez me suivre

Escorté par le directeur les "deux agents d'assurance" passèrent le hall d'entrée avant de s'engager dans les couloir de l'usine,l'intérieur de celle-ci tranchait net avec son extérieur
les locaux étaient assez colorés et plein de vie, le bruit très significatif des machines sur lesquels de nombreux techniciens s'affairaient ronronner à plat régime de façon très harmonieuse, chose rare dans une usine de nos jours
Accompagné du directeur,Janet et Robert traversèrent l'imposant complexe sans perdre une miette de l'imposant spectacles qui leur étaient offerts, Mr Stenton en profita pour leur faire un petit exposé sur sa société...

Mr Stenton : comme vous voyez nous sommes le leadership en matière de production de supra-conducteurs, notre entreprise peut se targuer d'avoir des clients très illustre fort,nous travaillons pour le compte de centrales nucléaires,de laboratoires de recherche fondamentale mais notre principal atout s'est......

C'est très intéressant Mr Stenton mais nous ne sommes pas là pour faire une visite guidée de votre entreprise mais pour constater les dégâts lui répliqua presque aussi sec Janet.
Mr Stenton : oui bien sûr je comprends parfaitement

Dans son fonds intérieur le colonel pensa que le major était aussi cassant avec le directeur de l'usine qu'elle ne l'avait été avec lui dans la voiture lors du trajet,
décidément cette femme était elle toujours aussi stricte et directe dans la vie de tous les jours qu'elle ne l'ai dans son travail ?
Le colonel se laissa même imaginer que lorsque le major avait des permissions celle-ci devait sûrement plus s'éclater à rester chez elle à lire des revues scientifiques qu'à sortir en boîte de nuit, cette pensée l'amusa quelque peu, mais il essaya de garder son sérieux pour ce concentré sur le but de leur mission.
Au bout de cinq minutes il finir par arriver devant une porte où se tenait également un gardien à l'aspect peu sympathique

Mr Stenton : voici le seul couloir d'accès au laboratoire d'analyse de conductivité
Robert : c'est le laboratoire qui a été endommagé.
Mr Stenton : tout à fait M. Powell au bout ce couloir vous pourrait trouver tout ce qui reste de notre infortuné laboratoire.
Janet : est bien qu'attendons-nous pour y aller.
Mr Stenton : toutefois avant d'entrer dans cette zone nous allons passer par le secteur de transit afin d'enfiler quelques combinaisons de protection chimiques
Janet : devons nous comprendre qu'il y a un risque particulier de contamination
Mr Stenton : en aucun cas je vous assure mais comprenez que depuis l'accident nous sommes obligées de prendre énormément de précautions
Robert : cela va de soi

chacun leur tour ils rentrèrent dans le secteur de transit où des combinaisons de protection avaient été spécialement préparées à leur attention,des techniciens étaient là pour les habiller et s'assurer que tout le monde fut bien protégé , dans le cas présent le port d'un casque à visière pouvait paraître un peu superflu, mais il était livré d'office avec la combinaison.
De toute évidence le directeur voulait être au petit soin avec ses agents d'assurance ,après 10 minutes de préparation ils furent prêts à pénétrer dans la zone sinistrée,équipés de quelques appareils de mesure qu'elle avait haut préalablement préparée Janet et Robert commencèrent a avancé dans le couloir en compagnie du directeur.pendant qu'ils arpentaient le couloir Janet sortie un petit magnétophone,et commença à donner certaines consignes au directeur.

Janet : Mr Stenton pour les besoins de notre rapport nous allons enregistrer votre conversation, veuillez dont répondre sans détour à toutes les questions qui vous seront posées.

le directeur fut plutôt étonné de ce genre de procédé mais le sérieux de l'établissement où il avait contracté son assurance n'étant pas approuvé et étant un honnête homme qui n'avait rien à cacher, il se prêtà donc au jeu de l'interview.

Mr Stenton : soit
Janet : nous pouvons donc commencer, Mr Stenton veuillez donc nous donner des informations sur la zone qui a été détruite.
Mr Stenton : que voulez-vous savoir ?
Janet : pour commencer quel genre d'expérience pratiquiez vous dans cette zone.
Mr Stenton : il s'agissait de notre zone de test à l'intérieur duquel nous contrôlons la conductivité des matériaux produits.
Janet : pouvez-vous préciser.
Mr Stenton : dans l'élaboration de nos matériaux supra-conducteurs nous procédons à dés test d'échantillons pour vérifier leur bonne conductivité, aucune production de masse n'est lancée si l'échantillon analysé ne répond pas aux critères de qualité demandée.
Janet : et quand les tests s'avère concluant que se passe-t-il
Mr Stenton : nous lançons la production.
Janet : et pour effectuer ces tests quel genre de matériel utilisé vous ?
Mr Stenton : principalement des appareils de mesure.
Janet : et dans votre zone de test manipulez-vous des produits chimiques extrêmement dangereux est susceptible d'exploser
Mr Stenton : en aucun cas, les tests sont tous de nature électrique, nous soumettons les matériaux à de fortes décharges afin d'en mesurer la résistance.
Janet : se pourrait-il que l'incendie soit dû à un court-circuit.
Mr Stenton : c'est ce que nous supposons du moins.
Janet : vous supposez ?!!! devons nous comprendre que vous avez un doute.
Mr Stenton : c'est le cas car l'explosion s'est produite dans notre laboratoire de simulation informatique.
Janet : votre laboratoire de simulation informatique ?
Mr Stenton : oui en fait notre zone de test est composée de trois laboratoires bien distinctes, et dans le cas présent c'est le laboratoire de simulation informatique qui a été détruit.
à quoi sont destinés aux simulations informatiques demanda Robert
Mr Stenton : est bien avant de soumettre une série d'échantillons aux décharges électriques nous effectueront une simulation de leurs probable réactions sur ordinateur
Janet : en fait vous effectuez des extrapolations sur la réaction des matériaux
Mr Stenton : c'est tout à fait sa,à l'aide de ces simulations nous obtenons des graphiques que l'on compare par la suite avec ceux obtenus lors du test des matériaux.
Robert : et tout ça grâce à l'outil informatique.
Mr Stenton : est jusqu'à présent tous les simulations effectuées à ce jour sont fiables
Janet : à ma connaissance pour établir de tels calculs il faut disposer d'une machine extrêmement puissante
Mr Stenton : c'est pour ça qu'il y a deux ans nous avons fait l'acquisition d'un super-calculateur.
Robert : un supercalculateur vous dites
Mr Stenton : est d'ailleurs c'est lui qui est à l'origine de l'incendie.

Un super-calculateur la cible favorite de l'organisation Xana,pour le moment tous les éléments collaient entre eux, il était maintenant crucial pour les deux agents d'obtenir un maximum d'informations sur cette machine.

Janet : parlez nous un peu plus de ce super-calculateur a explosé
Mr Stenton : que voulez-vous savoir son sujet
Janet : votre super calculateur était il un ordinateur quantique.
Mr Stenton : pas vraiment c'était plutôt un prototype destiné à faire des simulation.
Robert : servait-il seulement à faire des simulations
Mr Stenton : c'était sa seule fonction mais s'il n'y avait pas eu cet accident nous étions en passe de le faire évoluer
Janet : de quelle manière
Mr Stenton : la société Global Computer basée à la Silicon Valley nous est proposée à de faire l'acquisition d'un nouveaux modèles de cartes à puce.
Janet : et pour info qu'est ce que cela aurait changée
Mr Stenton : d'après le représentant cela nous aurait permis de multiplier la puissance de notre super-calculateur par 10.
Janet : par 10 vous dites !!!
Mr Stenton : par 10 c'est assez extraordinaire
Janet : cela me paraît même impossible
Mr Stenton : je vous cache pas que j'avais un peu de mal à y croire moi aussi, mais leur réputation dans le domaine n'est pas à faire, cette société a déjà équipé une bonne cinquantaine de super-calculateurs à travers le monde et même le nouvel ordinateur de bord de la future station spatiale internationale.
Janet : la station Copernic
Mr Stenton : celle-là même.
Janet : c'est assez passionnant mais ne nous éloignons du sujet, revenons-en dont à l'essentiel.
Robert : si nous vous suivons bien Mr Stenton c'est donc la destruction du super calculateur qui a provoqué cet incendie
Mr Stenton : c'est cela même
Janet : avez-vous pu déterminer ce qu'était à l'origine du dysfonctionnement
Mr Stenton : certains des techniciens qui opéraient sur cette machine à ce moment-là on parler d'une brusque montée d'énergie.
Robert : une montée d'énergie.
Janet : comment pouvez vous savoir qu'il s'agissait d'une montée de l'énergie
Mr Stenton : le super-calculateur n'éffectuait pas que des simulations mais également des mesures et juste un peu avant l'accident l'un des appareils a enregistré une brusque montée de l'énergie.
Robert : de quel ordre
Mr Stenton : au dire du technicien qui opérait à ce moment-là sur l'appareil la puissance serait passée de 5000 W 500 000 W en l'espace de 10 seconde.
Janet : vous dites 500 000 W !!!!,ce n'est pas possible il doit y avoir une erreur
Mr Stenton : je l'ai cru au début mais les techniciens sont catégoriques,pour une raison inconnue notre super-calculateur s'est soudainement vu insuffler une puissance de 500 000 W
Robert : il n'est rien d'étonnant qu'avec une telle puissance cela est fait une si belle explosion
Janet : toutefois cela me parait étrange, vos techniciens n'ont-ils pas commis une erreur de lecture.
Mr Stenton : nous avons une sauvegarde informatique des valeurs qui ont été enregistrées à ce moment-là,il n'y a pas d'erreur.
Janet : ces données ont put-être pu être falsifiées .
Robert : vous pensez à un acte criminel ?
Janet : je pense à un acte de sabotage plutot qu'à une erreur de manipulation.
Mr Stenton : là non plus je ne peux pas y croire je réponds personnellement de l'intégrité de tous les techniciens qui travaillent sur ce super-calculateur à ce moment-là
Janet : pourtant cet incident n'est pas le fruit du hasard quelque chose à dire provoquer cette surcharge
Mr Stenton : c'est évidement mais la cause est inconnu pour l'instant
Robert : dans ce cas-là nous allons procéder à l'évaluation des dégâts
Janet : c'est ce que nous avons de mieux à faire pour le moment que de nous perdre en supposition
Mr Stenton : je vous en prie passer devant

Protégés par leur combinaison les deux agents d'assurance passèrent devant le directeur pour se rendre aux laboratoire,quand ils rentrèrent dans la pièce il ne restait pas grand-chose à expertiser tout avait été carbonisé et l'intervention des pompiers n'avait pas arrangé l'affaire, s'il y avait des indices il serait très difficile de les trouver, ils arrivèrent devant ce qui semblait être la carcasse du super-calculateur donc le corp éventrée qui laissait entrevoir que l'explosion était partie de la
Mr Stenton : voilà tout ce qui reste de notre défunt super-calculateur
Janet : a en juger par la nature des dégâts l'explosion a dû être terrible
Mr Stenton : on aurait pu dire que c'était l'enfer sur terre,les flammes montaient jusqu'au ciel
Robert : une chance finalement que tous ne se soient pas propagés au reste du bâtiment.
Mr Stenton : je crois que nous pourrons nous vanter d'avoir eu la chance ce jour-là

mais le temps n'était aux discussions, Janet demanda au directeur de se retirer

Janet : Mr Stenton , si vous voulez bien nous excusez, nous aimerions procéder à notre expertise.
Mr Stenton : je comprends si jamais vous avez des questions n'hésitez pas à me faire appeler et je me tiens a votre entière disposition
Janet : très aimable a vous Mr Stenton.

le directeur se retira si simplement qu'il était venu, laissant sur place les deux agents d'assurance
Le colonel et le major eurent forte à faire, le colonel prenait des photographies tandis que le major récoltaient tous les documents qu'elle pouvait trouver,ils passèrent tout le reste de l'après-midi à collecter des informations,par la suite une autre équipe de techniciens spécialistes seraient envoyés derrière eux pour procéder à des prélèvements d'échantillon,en attendant le colonel évoluait au milieu des carcasses calcinées de coûteux appareils scientifiques il souleva une plaque qui recouvrait une partie de l'unité centrale qui sous l'effet de la chaleur et du souffle avait été complètement tordue. mais la combinaison qu'il portait l'entravait dans ses mouvements,il décida donc de se mettre un peu à l'aise

que faites-vous Robert ? le demanda janet
Robert : si vous me permettez je me débarrasser de cette visière
Janet : vous devriez garder votre protection se serait plus prudents
Robert : vous avez entendu le directeur comme moi il n'y a pas de danger
Janet : ça ne veut rien dire
Robert : avez-vous détecté une trace de radioactivité
Janet : les appareils ne détectent rien
Robert : alors vous voyez, n'était-vous un peu à l'aise

il est vrai que le major commencait aussi un peu à étouffer sous cette combinaison,Elf se fit donc pas prier pour également poser la visière

Robert : on n'est pas mieux comme ça
Janet : de reconnaître que vous aviez raison,c'est plus agréable

il est vrai que débarrasser de cet attirail le major se sentait mieux dans sa peau, pour procéder à ces recherche il fallait un minimum de confort, cela n'empêcha pas le major de se désoler devant le spectacle de désolation que lui offraient les différentes machines.

Janet : c'est pas très joli à voir tout ça.
on peut dire que Xana a fait du beau travail.lui répondit Robert
Je vous conseille d'éviter de parler de ce nom ici lui dit aussitôt Janet

Pendant un court instant le nom fatidique avait échappé au colonel, le major aurait bien voulu lui lancer une réprimande a ce sujet, mais il ne fallait pas qu'ils se trahissent eux-mêmes, personne ne devait savoir ce qu'il cherchait vraiment,mais l'incident fut oublié vu qu'il n'y avait personne d'autre que dans la pièce.
ils continuèrent leurs investigations dans l'espoir de trouver le moindre indice qui pourrait leur donner une indication dans leurs enquêtes,ils étaient tellement absorbé par leurs recherches qu'aucun des deux ne remarqua que dans un des angles de la pièce est une des caméras de surveillance c'etait remit en fonction, l'objectif fit un zoom sur les deux agents en train de discuter.

en un lieu pour le moment indéterminé quelqu'un les observait....................





Journal de Arnaud Morillon 20 juillet 2005

compte-rendu d'analyse journal vidéo numéro 8

Plus le temps passe et plus je m' émerveille devant les résultat que j'obtiens avec ces donnés
---
Aujourd'hui je viens d'intégrer les profils de personnalité recueillie à chacune des mes I.A
---
je demande bien ce que ça va donner.
---
Sa sera la surprise.
---
Franchement quand j'y repense je me dis que si je n'avait pas acquis ces données,j'aurais sûrement passé le reste de l'année a élaboré un profil potables.
---
Ce profil je l'aurais intégré à mon programme d'intelligence artificielle,mais nul doute que le résultat n'aura pas été le même qu'avec ce que j'ai en main.
Sans cela j'aurais sûrement fini par créer un être virtuel doté d'une intelligence artificielle mais qui n'aurait aucune aucune conscience de soi.
---
Cette intelligence n'aurait eut aucune âme.

Une âme !!!!!


Pour un pur cartésien le concept de l'âme est une approche qui n'est pas très scientifique,mais moi je ne suis pas comme tous ces vieux sénile de philosophes mathématiciens, et je crois qu'il ne serait pas déplacé de parler d'âme virtuelle.

Une âme virtuelle pour chacune de mes I.A.

Quoi qu'il en soit mon projet est en bonne voie,dans peu de temps je l'espère notre super-calculateur quantique aura à sa disposition les meilleurs protocoles de défense qui soit,à savoir...

...Les Cartha-guerriers.

Neo-Carthage et Tanit pourront compter sur eux pour les défendre, et à mon avis leur tâche risque d'être ardu,l'environnement particulier de Neo-Carthage en fait une cible de choix pour toutes les attaques de virus.
Le statut particulier de Tanit fait qu'elle a la puissance nécessaire pour se défendre de par elle-même.

Mais pour des raisons qui apparaissent évidentes Tanit est à la fois la force et la faiblesse de Neo-Carthage, et c'est là que mes I.A vont intervenir, elle seront en quelque sorte la garde rapprochée de Tanit.
Les Cartha-guerriers seront les anticorps du système, la défense immunitaire virtuel absolue.

"""noter au passage le petit jeu de mots que j'ai faits entre Carthage et guerriers"""
---
je vous jure un rien m'amuse ^_^.
---
Je sais ce que vous allez dire ......Arnaud tu en fait trop......Arnaud il faut que tu gardes la tête sur les épaules.....eh gamin t'excite pas comme ça ..... M. Morillon modérer votre enthousiasme.....

Combien de fois je les ai entendus ces petites répliques de la part de mes parents, de mes amis et de mes professeurs. -_-.

C'est vrai je reconnais que j'ai tendance à m'emballer un peu vite , je me laisse emporter par mon enthousiasme, mais mettez-vous un peu à ma place on m'a servi sur un plateau en or ce donc rêve n'importe quel petit génie de l'informatique.

Un super calculateur quantique d'une puissance incommensurable qui gère en son sein une cité virtuelle habitée par une intelligence artificielle hyper développée.
Je vous jure c'est le rêve de tous informaticien qui se respecte,et tout cela je le dois à un seul homme..

Simon Watson

Je lui dois tous,contrairement aux autres, il a cru en moi et en mes théorie sur les intelligences artificielles et la régénération virtuelle.
Si je ne l'avais pas rencontré je me demande bien où je serai à l'heure actuelle ?
---
Sûrement chez McDonald's à servir des frites et des boissons gazeuses.

Je sais que sans son intervention il y a longtemps que je me serais fait renvoyer de l'université tout ça à cause de mon côté enthousiaste et peut-être aussi je l'avoue à cause de mon petit mépris pour le système scolaire et ces "pseudo" professeurs de science.

Pour moi le 24 mai 2004 est le jour ou ma vie a pris un tournant radical



############################ FLASHBACK ############################

LTI ( london tecnhologie institute) 22 mai 2004

Bon alors Arnaud tu viens avec nous fit la voix.
Pas maintenant Jack j'ai encore un rapport a terminé,je vous rejoindrai plus tard répondit Arnaud.
Jack : pas question Arnaud à chaque fois tu nous fait le même coup, tu dis que tu nous rejoins plus tard et quand je reviens le lendemain je trouve toujours endormie sur ton clavier d'ordinateur.
Arnaud : c'est vrai tu as raison, mais il est important pour moi que je finisse de boucler ma thèse.
Jack : ta thèse... celle sur la génération intellectuel...
...Régénération Virtuelle repris aussitôt Arnaud.
Jack : y'a pas dire tu est vraiment un "mordu" monsieur le petit génie de l'informatique.
Arnaud : Jack je sens que tu utilises un ton très sarcastique à mon égard.
Jack : te vexe pas, je te charrie mon pote.
Arnaud : j'avais bien compris
Jack : c'est dans l'ordre des choses, nous les petites frappes ont aiment toujours s'en prendre aux intellos a lunettes.
Oh malheur sur moi repris en choeur Arnaud.

Arnaud Morillon avait pour compagnon de chambre un vrai cas sociale prénommé Jack Lewis,ce garçon était connu dans tout le campus comme étant la brute de services,le mec qui fallait pas faire chier mais qui s'octroyait le droit de mettre sur le carreau celui qui avait le malheur de le regarder de travers.
il était également le chef d'une bande de lascars avec qui il faisait les 400 coups et parallèlement en distribuait tout autant certain soir en sortant des pubs
le plus paradoxal dans tout ça c'est que ce type faisait des études de droit pour devenir avocat,le hasard avait voulu qu'il se retrouve dans la même chambre que Arnaud.
malgré sa petite tronche d'intello à lunettes Arnaud réussi à s'attirer la sympathie de Jack et parallèlement et lui faisait ses devoirs de maths, en contrepartie Jack s'assurerait que d'autres petites frappe ne s'en prennent pas à Arnaud.
la vraie raison qui avait fait que ces deux garçons avait fini par sympathiser était surtout lié au fait que tous deux avaient des points communs.
Ils avaient un certain mépris pour l'autorité et les règles et en particulier celles que certains professeurs essayaient de leur imposer.

Arnaud :
Jack : alors c'est sûr que tu ne veux vraiment pas venir
Arnaud : dans deux jours je passe mon examen de fin d'année,et si je veux m'assurer une bourse pour l'année prochaine et poursuivre mes études j'ai intérêt à convaincre le jury.
Jack : oui mais l'a je crois que c'est mal barrer pour toi.

Jack n'avait pas besoin d'en dire plus il vis que Arnaud avait compris de quoi il parlait,
pour valider sa thèse Arnaud devait se présenter devant un jury composé de cinq professeurs,or il s'avérait que trois des juges sur cinq avaient une dent personnelle contre Arnaud.
,c'était la raison pour laquelle il travaillait assidûment sur sa thèse il ne fallait qu'en aucun cas celle-ci ne souffre du moindre défaut.
malheureusement la tâche s'annonçait difficile pour le jeune étudiant et sa Arnaud le savait pertinemment.

Jack : tu sais bien comme moi qui va présider le jury cette année
Arnaud : pas la peine de me faire un dessin je sais bien que le professeur Weller ne peut pas me sacé
Jack : tout comme le professeur Zalinsky,
Arnaud : sans oublier le professeur Moritaka.
Jack : si dans deux jours tu te fais recaler tu l'auras quand meme un peu chercher.
Arnaud : de toute façon pour le crédit que ces trois-là apporte à mes théories
Jack : ils les dénigrent seulement parce qu'ils sont jaloux
Arnaud : tu crois ça toi
Jack : tu n'as pas à te rabaisser devant eux Arnaud tu as prouvez à tout le monde que tu était plus intelligent que ces trois-là réunis.
Arnaud : seulement voilà eux il sont professeur de science réputé et moi je suis un simple étudiant anonyme.
Jack : pour le moment, mais quand tu auras ton doctorat ils ne pourront plus de tenir la dragée haute ces bouffons....
Arnaud : c'est bien beau de se projeter dans l'avenir, tant que ma thèses ne sera pas validées mes aspirations de grandeur ne seront que des rêves.
Jack : raison de plus pour ne pas te laisser démoraliser.
Arnaud : c'est vrai ce que tu dis jack ,mais je ne dois pas perdre de vue qu'ils ont entre leurs mains LES CLES DU FUTUR.
Jack : les clés du futurs ?
Arnaud : c'est ma petite expression personnelle pour définir mon dernier espoir.



Le travail les efforts sont deux critères importants pour avancer dans la vie,mais quand on se fixe un but il faut aussi se rattacher à l'espoir

l'espoir de croire en un futur radieux
---
l'espoir de croire en sa réussite

les clés du futur était une jolie métaphore que Arnaud employait pour se donner du courage,et ceci malgré l'adversité et les coups du sort.
et du courage il lui en faudrait pour affronter ces trois professeurs le jour de son examen
car chacun d'entre eux etait particulièrement rancunier envers le jeune homme.

Jack : il n'y a pas de doute à avoir ils vont essayer de te descendre
Arnaud : venant d'eux ça ne me surprendrait pas
Jack : visiblement ils ont toujours pas digéré le coup que tu leur as fait l'année dernière.
Arnaud : tout ça parce que je leur ai donné une petite leçon d'humilité en public.
Jack : oui en les faisant passer pour des crétins devant toute la commission universitaire.

pour comprendre l'histoire il fallait revenir quelques mois en arrière

les trois professeurs devant lesquels Arnaud devait passer était connu pour être de brillants mathématiciens,leur contribution à de nombreux projets scientifique leur avait valu une reconnaissance internationale.
ils étaient tous trois considérés comme de grands savants mais avec le temps ils étaient devenus pédants et leur notoriété leur étaient montés à la tête,ils ne supportaient plus aucune forme de critique,ils avaient fini par former un trio infernal qui se soutenait mutuellement
il suffisait que l'un d'eux prenne en grippe un élève pour que les deux autres l'accompagne
A cause de cette attitude plusieurs élèves pourtant très doués avaient fini par arrêté leurs études tellement ce trio les avait dégoûtés de la science.

Et bien sûr personne n'osait rien leur dire pas même le recteur si bien que n'étant pas aveugle ne pouvait pas prendre le risque de sanctionner un seul de ces hommes, car grâce à leurs notoriété ces trois-là étaient de véritables aimant a fric, de nombreuses sociétés investissaient dans les recherches universitaires à cause de la seule présence d'un seul de ces trois-là

Il pouvaient donc en toute impunité continué leur petit manège sans rien avoir à craindre de qui que ce soit pourtant un jour lors d'une manifestation scientifique de grande ampleur à l'université un élément imprévu allait porté un sacré coup à leur réputation.

à l'occasion de cette manifestation ces trois professeurs avait élaboré un casse-tête mathématique extrêmement complexe basé sur les loi de la continuité quantique.

Avec se petit exercice ils espéraient montrer leur supériorité à toutes les personnes présentes, alors que tout le monde s'extasiaient devant leur incroyable exposé de quatre heures,quelqu'un dans les gradins se préparait à leur rendre la monnaie de leur pièce.

alors que le silence le plus complet régnait dans la salle pour ne pas perdre une miette de leurs explications et une voix s'éleva pour crier stop à l'imposture

Il s'agissait de Arnaud morillon

Ce jour-là Arnaud avait decider de mettre à mal tous leurs concepts à l'aide d'un petit ordinateur portable,dans la salle on cria scandale,qui était donc ce jeune blanc bec qui avait osé interrompre une si belle explication.

Pour sa seule défense Arnaud déclara qu'il avait réussi à résoudre le casse-tête.

Ces déclarations déclencha l'hilarité générale dans la salle, parbleu pour qui diable se prenait ce jeune homme pour affirmer une chose aussi ridicule.

Ne se laissant pas démonter par la situation Arnaud demanda a ce qu'on lui donne l'occasion de prouver ce qu'il affirmait.

et curieusement personne ne fut contre ,le trio infernal invita le jeune homme à venir au tableau de faire sa démonstration.

dans le font-ils espéreraient tous que ce jeune homme allait se ramasser, et après tous rire un bon coup aidera a détendre un peu l'atmosphère.

Mais ce qui suivit fut tout le contraire d'un gag, en l'espace de cinq minutes Arnaud mis à mal leur petite théorie ,il en démontra argumentations et preuves scientifiques a l'appui toutes les petites faiblesses de leur casse-tête, dans la salle plus personne n'osa cligner un sourcils devant l'incroyable exploit auquel le jeune homme se livrait, de leur côté le trio infernal n'en revenait pas, comment ce gamin avaient-ils pu résoudre ce problème aussi vite alors que eux-mêmes avaient planché des mois dessus,
tirant à la craie une longue ligne blanche en dessous de la formule qu'il venait d'écrire Arnaud conclut alors sa démonstration en ajoutant que trois grosses tête gonflées à l'hélium ne décolleront jamais plus haut que la montagne qui leur sert d'orgueil.

l'hilarité dans la salle fut générale ce jour là, ce qui d'ailleurs au passage mis à mal la réputation du trio infernal.

"trois brillants scientifiques mis à mal par un novice"

voilà ce que titra le lendemain la presse scientifique spécialisée qui ce jour-là n'avait n'a pas manqué de couvrir l'événement,partout les blagues les plus foireuse fleurissaient sur le trio.
pour sa part Arnaud gagna la considération de tous les élèves de l'université,il reçut même des E-mails de la part de certains anciens élèves qui les remerciaient d'avoir donné une bonne leçon à ces trois imbéciles.
dès lors la rancoeur tenace que tenaient ces trois hommes ne cessa jamais de croître et Arnaud lui-même allait bientôt payer chère le prix de sa propre arrogance, car pour accréditer ça thèse est ainsi poursuivre ses études afin d'obtenir un doctorat ils devaient passer devant une commission qui justement était présidée par ces trois hommes la autant dire qu'ils n'allaient pas se priver pour prendre leur revanche.
C'est pour ça que Arnaud planchait comme un malade sur sa thèse,il devait coûte que coûte réussi à convaincre le jury.

son avenir en dépendait.













Chapitre 07 il était une fois Carthage

5 août 2005


----------------------------------------ANOMALIE 907 ----------------------------------------------


Attend fiston ne va pas si vite je n'arrive pas à te suivre ....dit l'homme en s'essoufflant.
Dépêches-toi a peu papa tu es entrain de faire baisser notre moyenne dit alors Jeremie qui courait sur place.
Je fais ce que je peux fiston lui dit Michel.
Jeremie : applique-toi un peu nous sommes sur les 800 derniers mètres.

Michel rassembla les dernières forces qui lui restait pour finir la course alors que Jeremie lui entama un sprint pour rattraper le temps perdu est bien entendu il fut le premier à franchir le portail de la maison.

Champion du monde toutes catégories s'écria Jeremie en levant les bras au ciel.

Une minute après il fut rejoint par son père qui avait le visage rougi par l'effort et le manque de souffle,alors que son fils lui était frais comme quelqu'un qui sort du lit,il ne transpirait pas même après l'effort qu'il venait d'accomplir.

Rien de tel qu'un bon petit jogging de 12 kilomètres, dès le matin pour avoir la pêche le reste de la journée dit alors Jeremie a son père.

Mais Michel n'était pas en bonne disposition pour entendre ce que lui disait son fils, la seule chose à laquelle il inspirait c'était de pouvoir se poser sur le canapé et mourir.... ce fut donc avec une démarche de bagnards qui traîne son boulet et les mains posées sur le bas de son dos que Michel rentra dans la maison, Jeremie passa devant pour prévenir sa mère qu'ils étaient revenu de leur petit footing.

Jeremie : maman ont est rentré.
Femme : c'est bien mon chéri,vous avez faits une bonne course.
Jeremie : excellente même, sauf vers la fin où papa était un peu à la traîne.
je ne suis pas surpris lui répondit la femme.
Jeremie : bon je monte me prendre une douche maman.
Femme :et bien Jeremie quelle énergie débordante.
J'ai une pêche d'enfer je crois bien que j'arriverais à déplacer les montagnes dit Jeremie en se tâtant le biceps droit.
Et où est ton père ? lui demanda sa mère.

je suis là se fit entendre une voix plaintive.

Ce fut au prix de grands efforts que Michel parvint à rejoindre le canapé il se posa lourdement sur le coussin qui s'enfonça sous son poids,les jambes bien étendues la tête en arrière Michel se demandait comment il pouvait être encore en vie, sa femme s'avança vers son époux pour voir comment celui-ci allait.

Et toi mon chéri a tu aussi fait une bonne course lui demanda sa femme.
Je crois que notre fils a décidé d'avoir ma peau lui répondit alors Michel.
Femme : pourquoi dis-tu ça ?
Michel : je viens de faire un footing de 12 km avec notre fils et il veut remettre ça dans une demi-heure.
Femme : sérieusement ?!!!

l'homme complètement avachi sur le canapé commençait déjà à retrouver des couleurs, depuis le début il se demandait ce qui avait bien pu lui passer par la tête pour accepter d'aller courir avec son fils.

Michel : dis-moi Laurence pourquoi j'ai accepté d'aller courir avec notre fils.
Laurence : parce que tu as exprimé le voeu de passer un peu plus de temps avec lui.
j'aurais mieux fait de casser une jambe le jour où j'ai dit ça se lamenta alors Michel.
Femme : voyons mon chéri un peu de sport ne peut pas te faire de mal.
Michel : mais beaucoup peut me tuer.

Michel Belpois n'était pas réputé pour être un athlète de haut niveau, ni même un sportif occasionnel,c'était plutôt un homme qui aimait être tranquille, mais par amour pour son fils il avait décidé de faire un petit effort,
il voyait si peu souvent Jeremie depuis que celui-ci était interne qu'il avait voulu passer un peu plus de temps avec lui, histoire d'avoir une vraie relation Père / fils.

Michel : je crois que je vais pas insister sinon je vais y laisser ma peau.
Laurence : et toi qui te faisais une joie de dire que Jeremie avait changé .
Michel : ça pour changer il a changé, je ne reconnais plus notre fils.
Laurence : personnellement je préfère qu'il soit devenu sportif et qu'il ait abandonné cette fâcheuse manie qu'il avait de toujours rester des heures et des heures a travailler sur son ordinateur, ce n'était pas très bon pour lui est le faite qu'il fasse du sport est une bonne chose.
Michel : c'est vrai que ça ne peut pas lui faire de mal.
Laurence : tu as raison, je trouve qu'en trois ans notre fils a bien mûri
Michel : il s'est complètement métamorphosé tu veux dire.
Laurence : c'est sûr que c'est pas dans son ancien collège qu'il aurait pu s'épanouir comme ça
Michel : c'est vrai que tu n'as pas tort je dois reconnaître que ce changement d'ambiance lui a été très profitable.

Avant d'arriver au collège Kadic Jeremie était élève externe au collège Turing,et bien qu'étant déjà particulièrement brillant il n'en était pas moins malheureux
chaque jour l'escalade de la violence se faisait plus grande, et Jerémie était devenu la cible systématique des brutes de tous genres qui ne pouvait pas encaisser sa petite tête d'intellectuelle à lunettes.
Certain soir il lui arrivait de revenir avec des yeux au beurre noire,à cause de tout ceci il avait fini par se replier sur lui-même, il n'osait plus entrer en communication avec les enfants de son âge,il passait de longues journées dans la bibliothèque a étudié et c'était finalement recentré sur la science.

Devant cette situation intolérable ces parents avaient décidé de le mettre dans un autre collège,il espérait ainsi qu'il serait moins exposé au danger,le seul établissement dont les références était assez bonnes se trouvait à 50 km de chez eux.
Dans cette condition il était claire que Jeremie ne pourrait pas rentrer tous les soirs chez lui.
au début de l'année scolaire 2002 il fut alors inscrit comme pensionnaire au collège Kadic
ses parents pensaient qu'au sein de cet établissement réputé lors leur enfant pourrait pleinement s'épanouir.
De ce point de vue là le résultat avait dépassé leurs espérances en a peine quelques mois leur fils c'était fait des amis et même une petite amie.
Leur enfant c'était métamorphoser, du timide petit élèves introvertie il était devenu un beau jeune homme plein de vie.

Le vilain petit canard c'était transformer en cygne pour le plus grand bonheur de ses parents.

Et parmi tous ces changements le plus significative fut celui qui avait marqué la fin de l'année scolaire 2004-2005,leur fils était revenu chez eux pour passer les grandes vacances d'été, mais celui-ci avait changé de façon fulgurante.
Jeremie d'ordinaire si chétif et peu enclin aux activités physiques était devenus d'un coup de baguette magique un fanatique de sport de haut niveau.

Le matin il se levait très tôt pour aller faire un petit footing de 12 km par la suite après un petit déjeuner ultra nutritifs il faisait quelques exercices de musculation,passer le coup des 10 heures il allait à la piscine pour n'en revenir que deux heures après,sur ces entrefaites il avalait un solide déjeuner avant de prendre son vélo et partir faire un petit tour d'une centaine de kilomètres le tous en moins de trois heures,et le soir quand il revenait pour couronner une journée bien remplie il refaisait un peu de musculation.

Son père se demandait bien où son fils pouvait trouver une telle énergie, un soir où il ne dormait pas il avait même surpris Jeremie à faire une cinquantaine de pompes d'une seule main dans sa chambre.

On peut dire qu'en trois ans son fils avait bien mûri, il se demandait même ce qui avait pu provoquer un tel changement chez Jeremie ,il y avait la de quoi se poser des questions, mais pour Laurence la réponse était évidente, la seule chose qui peut changer un homme à se point la c'est....

L'amour.

L'amour que leur fils éprouvait pour une jeune orpheline canadienne qui était un jour entrer dans sa vie par on ne sait quel miracle, sa seule présence avait illuminé la vie de Jérémie qui avant sa rencontre semblait être condamné à vivre une existence d'études et de solitude.
si cela semblait normal pour sa mère ce changement avait fortement étonné son père.

Michel : mon fils me surprend vraiment.
Laurence : il n'y a rien d'étonnant non chéri, notre fils est amoureux.
Michel : je veux bien croire que l'amour donne des ailes mais à ce point-là !!!! j'ai l'impression que notre fils est devenu Superman.
Laurence : c'est fait, les habitants du quartier le surnomme déjà Super Jeremie.*(1)
Michel : notre fils était déjà le premier de sa classe au niveau des notes, si en plus il devient un grand sportif,jusqu'où peut-il aller après.
Laurence : venant de lui faut s'attendre à tout.
Michel : s'il continue comme ça toutes les filles du lycée vont lui courir après.
Laurence : avec Aelita dans les parages cela m'étonnerait, d'ailleurs je me disais a ce sujet que tu devrais peut-être avoir une discussion avec lui.
Michel : à quel sujet ?
Laurence : est bien notre fils à 15 ans et l'adolescence est toujours une période de transition, à cet âge-là le corps se métamorphose,le caractère évolue,et de nouveaux besoins se font sentir si tu vois ce que je veux dire.
Michel : je vois tu me parles de l'abeille et de la fleur.
Laurence : c'est un point assez délicat que je ne peux pas aborder directement avec notre fils.
Michel : et pourquoi ça serait à moi de le faire ?
Laurence : et en tant que père c'est à toi qu'incombe cette tâche de lui expliquer les "choses de la vie"
Michel : tu ne sais rien ne presse et je ne crois pas qu'à l'heure actuelle il soit très portée sur la chose, jusqu'à présent il n'a jamais manifesté de grand intérêt pour les filles.
Laurence : oui mais maintenant dans sa vie il y a Aelita, et tu sais quelle place importante elle a pris dans le coeur de notre enfant.
Michel: je le sais ma chérie.
Laurence : Aelita est une adorable enfant elle ne ressemblent pas a ce genre de filles dévergondée que l'on voit de nos jours .
Michel : c'est vrai que de ce côté-là il n'y a rien à redire sur elle.
Laurence : rappelle-toi,cet hiver quand elle est venue chez nous pour les fêtes elle n'a fait l'impression d'une jeune fille très sérieuses et très timides, presque un peu gênées quand on a évoqué sa relation avec Jeremie
Michel : pas tant que ça.
Laurence : chérie tu n'est pourtant pas aveugle, tu as bien vu comme moi les moments de complicités qu'ils ont partagées ensemble quand ils étaient là.
Michel : c'est vrai tu as raison.
Laurence : notre fils était tellement joyeux,il n'y a pas de doute à avoir il est sûrement tombé raide amoureux d'elle.
Michel : il devrait faire attention à ce que l'amour ne lui fasse pas perdre la tête
Laurence : notre fils est quelqu'un de très sérieux, il ne se laissera pas distraire aussi facilement.
Michel : je ne sais pas dans sa façon à lui de séduire je crois qu'il veut prouver par son travail ce dont il est capable et tu sais à quel point notre fils peut être un vrai bourreau de travail.
Laurence : n'exagérons pas tout de même, il n'irait quand même pas jusqu'à mettre sa vie en danger pour elle.
Michel : l'amour est un sentiment très étrange il ne faut pas en sous-estimer la force.
Laurence : il est vrai que par amour les hommes sont prêtes à tout
Michel : le meilleur comme le pire.
Laurence : dont c'est pour ça que j'insiste que tu lui expliques les choses de la vie
Michel : tu y tiens vraiment ?
Laurence : absolument
Michel : très bien tu as gagner j'aborderai le sujet avec lui un de ces soirs mais pour le moment il faut que j'aille me préparer pour la suite.
Laurence : où vas-tu encore ?
Michel : on est dimanche et j'ai promis à notre fils que je filmerais ses exploits pendant la compétition de triathlon.

----------------------------------------ANOMALIE 907 ----------------------------------------------

De son côté Jeremie s'arrachait les cheveux sur la tête; les patchs correctifs qu'il avait installés sur sa réplique avait causé un Beug.

Afin de dissimuler son absence au foyer Jeremie avait été obligée de ressortir sa réplique ayant été obligé à l'époque d'improviser rapidement une copie de lui-même, il n'avait pas pris le temps d'élaborer pleinement la personnalité de son double,pour corriger ces défauts il avait mis aux points quelques patchs correctifs.

Ces patchs étaient destinés à supprimer la propriété émergente qui la première fois avait fait de son avatar un être égocentrique et frimeur comme pas deux.

Mais comme le dit l'expression "un clou chasse l'autre" ce nouvelle addon's avait certes supprimé le côté vantard de son avatar,mais il avait fait de celui-ci en contrepartie un "fondu" de sport.

Quitte à tout prendre Jeremie choisi de ne pas corriger ce défaut, il avait déjà suffisamment à faire avec ses propres projet sans avoir à se soucier des petits extra de sa réplique plus que tous il lui fallait reprendre ses recherches et continuer l'édition de son journal.

-----------------------------Journal de Jeremie Belpois cinquième partie.-----------------------------

Dans mon précédent message j'avais fait état de l'accroissement de la puissance du super-calculateurs ainsi que tout le mystère qui entourait Aelita et Xana ainsi que de l'apparition du mystérieux Franz Hopper

Dans mes premières explications il n'a fallu être assez sélect car la masse d'informations à énuméré était assez conséquente.

Hopper, l'Ermitage, Mr puck n'en sont qu'une partie.

Après avoir établi qu'il existait une relation entre Hopper et l'Ermitage nous sommes retourné dans cette maison afin de trouver des indices qui nous permettraient de tirer au clair ce mystère.

Mr Puck ne fut pas la première chose que nous avions découvert dans l'Ermitage lors de nos premières investigations j'avais découvert un vieux livre gribouillé d'inscription qui traitait sur les guerres puniques, guerres qui a l'origine avait opposé la flamboyante cité de Rome à la mythique cité de Carthage.

Cette découverte pour le moins anodine allait se révéler essentielle par la suite,lors d'une nouvelle attaque de Xana celui-ci parvint à s'emparer de Aelita et la emmener sur un nouveau territoire que nous ne connaissions pas ,une partie de Lyoko qui était encore inconnus et qui était appeler

Carthage

Pour y accéder il fallait rentrer un code secret, et c'est là que le livre est intervenu,l'évocation de Carthage ne pouvait pas être une coïncidence il était possible que parmi les annotations du livre qui faisait référence à Carthage se trouve un indice qui nous permettrait d'y rentrer, grâce à une déduction de ma part je finis par découvrir que le code d'accès s'appelait Scipion en référence au général romain qui réussit à vaincre Carthage.

Et mon intuition fut la bonne à l'aide du code Scipion nous fîmes apparaître une espèce de sphère blanche appelée transporteur grâce à elle nous pouvions nous rendre sur Carthage à partir de n'importe quelle extrémité d'un territoire.

Carthage était un lieu bien mystérieux une sphère en lévitation à l'intérieur de laquelle se trouvait une autre sphère qui était relié aux autres territoires par des flux de données continue les parois de la sphère principale formait une sorte de voûte céleste.
la seconde sphère était composée de grandes structures de bloc bleu assemblés les uns aux autres, Carthage était un endroit très dangereux rempli de pièges que nous devions désactiver au bout d'un certain temps qu'à l'aide d'une clef spécial cachée contre un mur
je tiens d'ailleurs à préciser que ce fut d'ailleurs dans Carthage que nous rencontrions pour la première fois la méduse ,d'autres monstres étaient également présent dans cette endroit

Ce territoire avait lui aussi une tour et lors de notre toute première exploration nous découvrîmes que Carthage était le lieu où habitait Xana,toute l'existence meme Xana été rattaché à Carthage qu'elle pouvait bien en être la raison ?

Par le biais d'une interface qui se trouvait à l'extérieur de la sphère Aelita avait accès à la mémoire de xana nous tenions peut-être là le moyen de trouver un anti-virus pour la guérir
bien évidemment Xana n'appréciait pas tellement que l'on vienne chez lui pour fouiller dans ses petits papier et découvrir ses secrets, il avait donc élaboré tout un système de défense pour nous détruire, Carthage était donc un lieu potentiellement dangereux et mortel.

Mais le succès de ces opérations était à la hauteur du risque encouru

En dehors de ça Xana continuait a multiplier les attaques, chaque jour celle-ci étaient de plus en plus impressionnant à chaque fois nous parvenions à les contrecarrer et grâce au retour dans le passé nous pouvions limiter les dégâts,malheureusement je finis par découvrir que cette fonction du super-calculateur faisait le jeu de Xana.

Je savais déja que la puissance de Xana était liée à celle de super-calculateurs ce que j'ignorais ce que la puissance accrue de ce dernier venait du fait nous effectuons des retours vers le passé.

Peu de gens sans serait douter mais cette machine était un super-calculateur quantique et par conséquent celle-ci était sensible aux variations de l'espace temps à chaque retour dans le passé l'ordinateur gagné un Qbits quantique d'une façon plus générale sa puissance doublait.

est fatalement plus la puissance super-calculateur augmentait plus la puissance de Xana grandissait il devint alors un enjeux stratégique de ne pas utiliser cette fonction est bien des fois ce fut plus facile à dire qu'à faire.

notre combat n'en fut que plus dur.

----------------------------------------FIN -------------------------------------------------------------------

( Note Annexe )

Une chose m'interpelle,si notre ordinateur réagi de cette façon à chaque retour le passé qu'en est-il des autres super-calculateurs quantique à travers le monde ?

Si tous les ordinateurs quantique agissent de la même façon cela aurait de quoi faire peur.

Imaginez donc un super calculateur avec la même puissance que le notre.

En pratique ça me paraît impossible il faudrait que cet ordinateur soit construit sur le même principe que celui-ci. et jusqu'à preuve du contraire celui que nous avons en notre possession est unique en son genre.

Cependant un doute subsiste là où les personnes qui sont responsables de la disparition de Aelita doivent disposer une puissance informatique assez conséquente,car pour réussir à contourner les défenses de Lyoko,il faut soit être un génie soit avoir en sa possession un super-calculateur ou peut-être les deux.

Et à ce jour les deux seuls êtres qui ont pu être capables d'un tel exploit étaient Franz Hopper et Xana.
Pour le plus grand malheur et bonheur de Aelita tous les deux sont mort aujourd'hui tous deux sont désormais réduits à l'etat de souvenirs et de rêves

les rêves de Aelita...




############################ FLASHBACK ############################

- le vent souffle et fait danser la cimes des arbres.
- c'est un vent très froid dont la morsure vous dévore le visage.
- la forêt est sombre et lugubre.
- la petite fille cours dans les bois elle est seule est apeuré.
- au loin un hurlement se fait entendre.
- un cri qui vous glace le sang.
- le loup est la, ses croc sont acère et sont appétit est féroce.
- sont regard luisant vous transperce l'âme.
- la petit fille pleure.

cours fit une voix au loin.

fui et sauves ta vie fit de nouveau la voix.

- dans une caverne la bête se rit

AAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHH...................


une fois de plus Aelita venait d'être tiré de son sommeil par un affreux cauchemar, ce qui lui value une nouvelle fois une réprimande de la part de Sissi, le calme revenu Aelita essaya de se rendormir pourtant dans sa tête de nombreuses questions se posait.

quelle rêve étrange se fit Aelita

Ces nuit étaient peuplé de cauchemar, elle se voyait sur Lyoko,elle se voyait avec ses amis,ils étaient toujours là pour la protéger pourtant parfois quand elle croisait leur regard elle pouvait y voir de la haine.
Ces cauchemars se produisaient toujours après que la méduse l'avait capturée,peut être subissait elle le contrecoup de sa capture ou alors peut-être que le virus que lui avait implanté Xana avait des effets secondaires, il devait forcément y avoir une explication sinon pour quelle raison ces amis lui voudraient-ils du mal ?
Aelita chassa cette pensée de son esprit cela lui paraissait impossible.

"Non se sont mes amis jamais il ne me voudrons jamais du mal"

non c'est un leurre c'est le loup se dit elle

"Ou alors est ce un rêve prémonitoire ou une vison du passé ?"

"Mais quelle passé ?"

"Est je seulement un passé donc je pourrais me souvenir ?"

Dans ses rêves elle voyait autre chose, cette maison l'ermitage, les traces d'une vie qu'elle n'a jamais connu, une vie quelle ne pouvait pas connaître.et cet homme qui joue du piano pourquoi ne pouvaient elle le voir que de dos,quelle était donc cette apparitions ?

Qui est il ?

Qui suis je ?

De quel abîme obscur ces souvenirs peuvent ils bien surgi ? et ce sentiment d'abandon que Aelita approuvait au fond d'elle-même,d'où pouvait il venir ?

des questions mais pas de réponse, heureusement pour Aelita, elle n'était pas seule en ce monde elle avait des amis sur qui se reposer, et quand venait le soir et que ses amis n'étaient plus là il y avait toujours Mr puck pour la rassurer, c'est en le serrant très fort dans ses bras que Aelita pouvait trouver un peu de réconfort, Aelita se posait quand même la question sur le lien qui existait entre elle et cette poupée, Mr Puck était un lutin et Aelita une elfe, étaient il tous les deux originaire du meme monde ?

le monde des rêves.


000000000000000000000000000000000000000000000


Prendre une douche cela fait un bien fou cela apaise les nerfs et détend le corp,Maeva adorait la sensation de l'eau qui suinte sur son corps, elle pourrait passer des heures sous la douche si cela lui était permis.

Quand elle sortit de la salle de bain en robe de chambre elle croisa le docteur Robinson qui lui avait déjà pris sa douche en bas, la maison du docteur était très spacieuse ,il n'avait pas moins de 2 étage pourvu de 3 chambres avec une salle de bain a chaque niveaux.

Après avoir souhaité bonne nuit au docteur elle se rendit dans sa nouvelle chambre pour enfiler a son pyjama, mais avant tous elle pris soin de finir sa toilette.
A l'aide d'une brosse elle commença à peigner soigneusement ces cheveux.
Soudain elle s'arrêta net ,sa figure se durcit quelque chose la dérangeait dans ce qu'elle voyait, elle resta de longues minutes à se fixer dans le miroir ,a la longue son regard finit par se perdre dans celui de son reflet.

A force de trop contempler l abîme on finit par si perdre......

Maeva n'aimait pas l'image que lui renvoyait le miroir,quelque chose au fond d'elle meme lui déplaisait elle regarda alors ses mains avec un certain dégoût.
A cause de ses dons elle avait failli tuer Clarisse par chance ce jour-là heureusement ce ne fut pas le cas mais cet incident ne fut pas le seul,elle savait au fond d'elle que quelque chose de la rendait spéciale,une chose qui la rendait très différentes des autres enfants,cette faculté à dérégler les appareils électroniques juste en les touchant.

Sa malédiction.

Cette malédiction serait une fatalité si elle ne faisait rien pour la combattre, Maeva s'employait du mieux qu'elle pouvait à cacher ses dons, par chance jusqu'à présent personne hormis le Dr ne c'était rendue compte qu'elle avait ses facultés, mais a cause de celle ci cela l'a condamnait à vivre en retrait de la société si elle ne prenait pas garde.
elle pouvait encore en faire abstraction de cette difficulté, il lui suffisait pour ça d'être très prudente,s'il ne commettait pas l imprudence de toucher un ordinateur ou toute autre appareil électronique personne ne saurait jamais ce qu'elle est capable de faire.

Mais au fond d'elle l'idée de vivre quelque part en reclus dans une bulle ne la dérangeait pas tant que ça, car cela lui permettrait d'éviter bien des désagréments car en dépit de ces efforts il y avait une chose qu'elle ne pouvait cacher au reste du monde.

Une tare

Une tare qu'elle la portait sur elle,quelque chose contre lequel elle ne pouvait rien faire,à chaque fois que elle se regardait dans un miroir elle n'y voyait que sa pigmentation très particulière, aucun artifice n'avait été n'avait été utilisé pour lui donner cette couleur,il fallait croire qu'elle était née comme ça,systématiquement tous les regards se fixaient sur elle, à cause de sa couleur de cheveux elle passait pour une bête curieuse,une sorte de phénomène de foire et ça Maeva le vivait très mal.

Elle aurait voulu se faire raser la tête,se teindre les cheveux, faire tout ce qui était possible pour le cacher , car elle n'arrivait plus à supporter ces discriminations, ses regards obliques que les gens lui adressaient à chaque fois qu'ils la croisait dans les couloirs de l'hôpital.
elle se souvenait d'avoir entendu a mainte reprise les messes basses de certaines infirmières a son sujet.

"tu as vu sa couleur de cheveux" ..... "c'est une mutante vous croyez" ....." si ma fille devait avoir cette couleur je préférerait encore quelle se rase la tête"

tout cela était très dur à entendre tout pour Maeva, certes cela ne lui avait jamais été dit ouvertement,toutes ces critiques avaient toujours été fait dans son dos, seulement Maeva avait une ouïe parfaitement développer et tous les commentaires a son sujet et les entendait parfaitement et cela lui faisait beaucoup de mal.

Pourtant Maeva était loin d'être hideuse, pour une adolescente de son âge on peut même dire qu'elle était plutôt mignonne, une silhouette svelte, des formes moyennement avantageuses mais surtout elle avait un visage angélique.

Un visage d'ange voilà ce que lui avait dit Kevin son petit copain autre proclamé à l'hopital,c'est en toute sincérité que ce garçon lui avait dit qu'elle était très jolie et très gentille,il était l'une des rares personnes qui n'avait jamais dit du mal à son sujet, par ailleurs Kevin fut le seul amis que Maeva se fit durant son séjour à l'hospital.

en dépit de tout le mal qu'on lui avait fait ou dit sur elle et elle ne pouvait oublier les gens qui avaient toujours été gentil avec elle.

Kevin, Joseph, Clarisse, le shérif Peebody est meme l'adjoint Johnson.

Depuis le premier jour aucun d'eux ne l'avait jamais discriminé pour sa différence, Maeva avait un souhait,elle aurait voulu retourner là où tout avait commencé pour elle,peut-être était il possible d'y trouver des réponses sur ses origines car avec le temps Maeva c'était fondée une certitude,cela concernait ces parents.

Pourquoi l'avait-ils abandonné au milieu de cette forêt ?

Etait-ce parce qu'ils ne l'aimaient pas,cela serait une explication plausible,finalement ça peut se comprendre, quels parents ne serait pas dégoûté d'avoir enfanté un tel monstre.

Maeva pouvait-elle seulement se comparer à un monstre ?

en avait-elle le droit ?

L'origine même du mot monstre était ce que l'on montre ou ce que l'on regarde et les gens ne faisaient que la regarder quelque part aussi cela la bloquait pour retrouver la mémoire si le souvenir de Lyoko en faisait un endroit terrible pour Maeva qu'en était-il du monde réel ?

Une petite voix au fond d'elle lui disait que on l'avait toujours haï,que sa vie était rattaché a la souffrance et la peine.

Maeva en arrivait même à se demander si la mort ne valait pas mieux qu'une vie de mépris pourquoi vouloir ressembler à des gens qui systématiquement vous rejettent.
Mais Maeva n'arrivait pas à se faire à cette idée,quelque chose au fond d'elle la poussait à ne pas abandonner,elle devait se battre pour retrouver le jeune homme de ses rêves.

Dernièrement une autre image de ce qui pourrait son être son passé, lui était apparu
mais cette fois-ci point de Lyoko elle était dans le monde réel dans un lieu moins abstrait, elle revait qu'elle se trouvait dans un couloir ou plutôt une sorte de préau
tout autour d'elle le décor était assez floue mais elle arrivait quand même à distinguer ce qui se trouvait en face d'elle, et il était la.

Le garçon.

Bien qu'elle ne puisse le voir que de dos, les traits caractéristiques de sa silhouette laissait penser qu'il s'agissait d'un homme et plus exactement d'un jeune garçon.
Il avait les cheveux blonds et portait une sorte de pull bleu qui surmontait une sorte de pantalons marrons très courts retrousser au niveau des chevilles.

Qui était cette personne ?

Pourquoi ne pouvait elle pas voir son visage ?

Dans son rêve à chaque fois que Maeva essaie de s'approche de lui le garçon s'avançait et s'éloignait elle courait après lui mais ne parvenait jamais à le rattraper elle semblait faire du surplace, le couloir se déformait la distance s'agrandissait exactement à la manière d'un zoom arrière sur une caméra, et ceci jusqu'à perdre le garçon de vue.
Maeva avait une sensation étrange à chaque fois qu'elle le voyait dans ses visions, au fond d'elle-même elle sentait qu'elle était très attaché à cette personne mais que parallèlement elle le haïssait, et qu'en retour ce garçon semblait éprouver les mêmes sentiments contraires.

Comment pouvait-on aimer et à haïr en même temps ?

Maeva était habitée par un sentiment très ambivalent

Comment peut-on aimer des gens qui vous haïssent et en même temps haïr des gens qui vous aiment ?

L'amour et la haine ne seraient-ils finalement que les deux faces d'une même pièce ?

il y avait là une question mais pas de réponse.

Meava ne voulut pas se coucher tout de suite elle tenait à relire quelques uns des passages de son journal intime, en feuilletant les quelques pages elle finit par tomber sur le récit ce qui allait être le début d'un nouvel enfer pour elle.

############################ FLASHBACK ############################

Le Journal de Maeva chapitre 04 désormais tu t'appellera Maeva...

Une journée entière venait à nouveau de s'écoulé depuis la fin de la tempête mais à cause des dégâts occasionnés par celle-ci le docteur avait encore obligé de passer une nuit de plus en cellule, pour lui un bon lit d'hôtel aurait été beaucoup plus agréable

Pourtant Clarisse avait proposé au docteur de venir se loger chez eux mais comme le docteur ne voulait pas abandonner la petite et que celle-ci se plaisait dans sa chambre de fortune il avait été obligé de décliner l'offre.

le docteur n'était pas spécialement très frais ils n'avait pas pris de douche depuis au moins trois jours et cela commençait à se sentir sur ses vêtement et son visage était recouvert d'une barbe naissante de deux jours ce qui commençait à lui donner un air assez patibulaire, cela ne fait pas très sérieux pour un médecin de son côté le shérif n'avait pas chômé il avait été très pris ces dernières heures ,il fallait maintenant coordonner les réparations dans toutes la ville,en revenant dans le bureau il reçut un imprimé par fax, à la lecture de celui-ci il se dépêcha d'appeler le docteur qui faisait un brin de toilette dans le lavabo des wc ,en effet le shérif venait de recevoir des nouvelles des autorités de Brayton wood's

shérif : c'est officiel docteur nous avons reçu un premier bilan de l'accident.
Dr : et qu'en est-il shérif
shérif : la situation est inchangée,Aucun enfant n'a été déclaré enlevée ou porté disparu
Dr : et maintenant que va-t-il se passer ?

La suite des événements n'était pas difficile a deviner en l'absence de toute disparition officielle la petite allait être prise en charge par les services sociaux,et cela déplus fortement au docteur qui se doutait bien que ceux ci allaient sûrement placer l'enfant dans un orphelinat
Dr : shérif ne me dites pas que ce sont ses incapables de fonctionnaires qui vont récupérer la petite.
J'ai bien peur que ce soit le cas docteur lui répondit le shérif

Clarisse est l'adjoint était aussi présent dans la pièce,quand à la petite, elle etait posée sur le canapé,elle essayait de comprendre ce qui se disait, mais tout ce qu'elle pouvait voir c'est que le visage de Clarisse c'était quelque peu assombri.

shérif : j'en ai reçu la confirmation,dans deux jours se sont les services familiaux spéciaux qui vont prendre en charge son cas.
Dr : mais c'est de l'inconscience pure cette enfant est traumatisé on peut pas la laisser partir avec ces gens la,elle a besoin d'une aide spéciale.
shérif : vous croyez peut-être que je ne sais pas sa docteur.

Malheureusement la loi était ainsi faite, en l'absence de disparition officielle cet enfant dont l'identité était inconnue se devait d'être placé dans un institut spécialisé en l'occurrence un orphelinat,cela fut tres dur à admettre pour le docteur.

Dr : en somme elle ne sera juste qu'un nom et un numéro de matricule, pire qu'un prisonnier
shérif : c'est moche je sais mais la loi c'est la loi.

Le docteur aurait beau dire il ne pouvait rien y faire,le sort de la petite semblait scellé

Peter il n'y a rien que l'on puisse faire demanda Clarisse à son époux
shérif : je regrette chérie mais c'est comme ça.

Clarisse jeta un regard désespéré sur la petite,cette enfant avait l'air si pur et si innocente et ce qui l'attendait n'avait rien de réjouissant,un orphelinat et un endroit si triste. l'enfant etait consciente de la peine qui semblait habiter la femme,elle lui adressa un sourire pour lui redonner le moral, la petite avait compris depuis bien longtemps qu'à sourire parfois pouvait faire beaucoup de bien aux gens qui l'entouraient, cela peina encore plus Clarisse qui s'efforça de ne pas le montrer.

Clarisse : et comment ça va se passer avec les services sociaux ?
shérif : ils vont venir ici pour la petite, il me feront signer une décharge et l'emmèneront avec eux
Dr : et c'est pas la meilleure chose qui puisse lui arriver.
Clarisse : que voulez-vous dire docteur
Dr : simplement que si cette enfant n'a pas de traitement adéquate c'est sûr qu'on va la perdre, elle est encore effrayé par le monde qui entoure, alors vous l'imaginez au milieu d'un environnement qu'elle ne connaît pas parmi les gens inconnus cela va être terrible pour elle.

Clarisse : on ne peut pas laisser faire ça
Dr : on ne peut rien faire d'autre

il n'y avait rien d'autre a expliqué tout était dit dans 48 heures la petite serait placé dans un orphelinat, le docteur insista encore auprès du shérif pour savoir s'il n'y avait pas une solution pour la retenir

Dr : c'est vraiment sans espoir.
shérif : que voulez-vous que je vous dise quand ils viendront la chercher elle ne sera plus ma responsabilité.

A ce moment-là les paroles du shérif interpellèrent le Docteur

qu'est-ce que vous venez de dire shérif demanda le docteur
shérif : sur quoi ?!
Dr : a l'instant vous venez de dire quelque chose sur la responsabilité
shérif : a oui dans la mesure où j'ai retrouvé l'enfant et qu'elle n'a pas d'identité en tant que gardien de l'ordre, je suis pour le moment responsable de sa personne.
Dr : si vous êtes responsables vous avez votre mot à dire
shérif : d'une certaine manière oui
Dr : très bien dans ce cas-là opposez-vous à son départ.
shérif : j'y ai bien pensé mais ça ne marche pas comme ça, les services sociaux ont une autorité bien plus grande que la mienne en matière de petite enfance.
Dr : c'est vrai qu'il s'agit là de leur domaine.
shérif : à la limite je pourrais gagner du temps en la plaçant sous le coup d'une enquête mais vu qu'elle n'a pas commis de délit.
Dr : n'exagérons rien quand même
shérif : légalement il n'y a pas d'échappatoire est moins que quelqu'un ne se porte garant d'elle elle sera donc prise en charge par les services familiaux dès leur arriver

Sans le savoir le shérif se venait de donner la solution, à ce moment une idée germa dans la tête du Docteur.

Dr : dites-moi chérif quel genre de personnes peuvent se porter garant d'une enfant ?
shérif : ces parents , sa famille proche, et tous les officiels assermenté de l'etat.
Dr : don si je comprends bien si un fonctionnaire venait à se porter garant pour l'enfant vous ne pourriez pas l'en empêcher
shérif :c'est exact docteur si un officiel assermenté par l'etat. ou un fonctionnaire venait et me demandait de prendre en charge la petite je ne pourrais pas m'y opposer
Dr : et dit moi shérif un officiel à ce que ça inclut aussi le corps médical.
shérif : bien sûr tout ce qui est médecin, docteur et oooooohhhh.................

à ce moment-là le shérif comprit rapidement ou le Dr voulait en venir

shérif : ne me dite pas que vous voudriez.....
Dr : et pourquoi pas shérif
shérif : vous seriez vraiment prêts à vous porter garant pour elle
Dr : pour aider la petite oui
qu'est-ce que ça veut dire mon chéri demanda Clarisse
Dr : de part mon statut de médecins je suis reconnu comme étant un officiel assermenté de l'état.
Clarisse : ce qui veut dire ?
Dr : que j'ai parfaitement le droit de réclamer la garde de cet enfant.

En tant que docteurs en psychanalyse Joseph Robinson avait un statut de fonctionnaire sa récente mobilisation à Brayton wood's en était la preuve,illégalement il avait le droit de demander la garde de l'enfant à la condition bien entendue que le shérif accepte

Dr : si je fais une demande officielle a mon service et que je suis appuyé par une recommandation de la part d'un homme de loi,à ce moment-là les services sociaux ne pourraient plus rien faire
Clarisse : est à ce moment-là que se passerait-il
Dr : je pourrais devenir légalement le tuteur de cette enfant
Clarisse : c'est une merveilleuse nouvelle Docteur.
Dr : c'est la meilleure chose qui puisse lui arriver, avec moi cet enfant àura plus de chances de s'en sortir.
Clarisse : qu'attendez-vous pour le faire
Dr : cela ne dépend désormais que du shérif.
shérif : moi
Dr : oui vous, cet enfant est sous votre responsabilité shérif si vous me déléguez cette responsabilité de façon officielle les services familiaux ne pourront plus rien faire
shérif : je crois bien voir un formulaire pour ce genre de cas
Dr : c'est parfait avec d'autres accords il vous suffit juste de me faire signer le formulaire adéquat et ainsi vous me transférez la garde de cette enfant.
shérif : mais cela risque de vous coûter cher
Dr : je prendrai à ma charge les frais d'hospitalisation.

La proposition était pour le moins hors normes le docteur allait engager sa propre responsabilité pour une enfant inconnue mais l'argument était plus que convaincant et la sollicitude que le docteur avait fait preuve envers l'enfant avait suffi à convaincre le shérif

shérif : très bien Docteur je vais faire le nécessaire
Dr : merci shérif.

Une fois que les papiers seront remplis et signés le docteur deviendra légalement le tuteur médical de la petite bien sûre il allait devoir payer de sa poche tous les frais d'hospitalisation mais de l'argent le docteur en avait, et la il allait s'en servir pour une bonne cause.

shérif : toutefois il y'a encore un problème à résoudre.
Dr : lequel shérif ?
shérif : je veux bien vous déléguer la responsabilité de cet enfant mais le problème c'est qu'elle n'as pas d'état civil il va falloir lui en créer un.
Dr : en somme il va falloir lui donner une identité de substitue
shérif : c'est tout à fait sa docteur, il lui faut un nom et un prénom
Dr : bon pour le nom ce n'est pas un problème, je pourrais lui donner mon nom de famille étant donné que je vais devenir son tuteur légal.
shérif : très bien je note Robinson pour le non et comme prénom que voulez voulu donner
Dr :euh l'a par contre que j'en ai pas la moindre idée.

Il n'était pas évident de choisir, pourtant il fallait donner un prénom à l'enfant,ce n'était pas ce qui manquait, tout le monde se mit alors à réfléchir pour trouver un prénom qui pourrait bien convenir à la petite, l'adjoint fut le premier à faire une proposition

Johnson : et si on l'appelait Marge.
Marge !!! où êtes-vous allé pécher un prénom pareil lui demanda le shérif
Johnson : c'était le nom de mon ex copine au lycée.
Clarisse : voulez quand même pas l'appeler Marge s'est pas sérieux.
shérif : on va pas lui donner le nom de votre ex quand même.
Johnson : bon trouvons autres choses.
Dr : dans ces cas-là pourquoi ne l'appellerait-on pas Joséphine
shérif : pardonnez-moi de vous faire la remarque docteur mais vous vous appelez bien Joseph
Dr : en effet
Clarisse : je ne trouve pas que ce soit très original
Johnson : Marge c'était mieux
shérif : la ferme Johnson
Clarisse : j'en ai un qui est pas mal
Dr : que proposez-vous
Clarisse : et que pensez-vous de Clara
Dr : et c'est vous qui me reprochez de ne pas être originale.
shérif : là ma chérie le docteur a raison
Bon sens qui aurait cru que ce serait aussi difficile de trouver un prénom pour une gamine. lança alors l'adjoint

Britney, Lara,Carmen, Samantha, Lucy, kimberly, tous les prénoms du calendrier furent passés à la moulinette mais aucun ne semblait plaire,l'adjoint se risqua encore à faire une autre suggestion pour le moins étonnante.

Johnson : j'en ai un autre si sa à vous intéresse
Dr : dite toujours
Johnson : et que pensez-vous de Aelita.
Dr : Aïda !!!!!
Johnson : non Aelita.
shérif : c'est quoi comme prénoms ça ? c'est russe ?
Dr : j'ai jamais entendu un prénom pareil.
Johnson : c'est le prénom que porte le personnage d'un vieux film en noir et blanc de 1927.

Des fois Johnson je me demande vous vous allez chercher des idées pareil lui dit le shérif.

visiblement ce nouveau nom ne semble pas faire l'unanimité pourtant ce n'était pas une mauvaise idée qu'avait eue l'adjoint Johnson en cherchant dans les vieux classiques du cinéma un prénom qui pourrait convenir à la petite.

Clarisse : quand vous aurez fini de dire des bêtises peut-être pourrait et de lui trouver un nom
Johnson : moi je trouve pourtant c'était joli c'est un prénom qui lui irait bien pourtant.
shérif : soyons sérieux un instant, il faudrait lui trouver un prénom qui correspond à sa personne.
Dr : vous avez raison quelque chose qui lui soit propre, qui la définisse bien
Clarisse : on pourrait lui donner un prénom qui serait en rapport avec son physique
Dr : c'est une bonne idée vous avez une suggestion
Clarisse : on pourrait l'appeler saphir en rapport avec la couleur de ses yeux
Dr : je ne crois pas que ce soit bien approprié.
Johnson : sinon on pourrait l'appeler rose ça irait bien avec la couleur de ces...
Rose vous croyez vraiment que c'est un prénons qui lui va bien dit le shérif
Johnson : c'est sûr que ça serait difficile de l'appeler barbe à papa.
Dr : Messieurs soyez sérieux je crois bien avoir trouvé la solution

Le dioctur s'avança vers la petite fille et lui dit
Dr : écoute on voudrais te donner un prénom tu sais ce que c'est qu'un prénoms :

la petite fille hocha de nouveau la tête pour lui signifier que oui
Dr : tu vois moi je m'appelle Joseph, la madame elle s'appelle Clarisse le gros monsieur lui c'est Peter et adjoint Johnson c'est..... au fait c'est quoi votre prénom ?
Johnson : je m'appelle Harry
Et lui c'est Harry dit le docteur en désignant l'adjoint.

Dr : et moi je t'ai trouver un prénom par lequel on va t'appeler ,comme tu es une nouvelle et que tu sembles découvrir ce monde il est normal qu'on te souhaite la bienvenue, aussi je vais t'appeler Maeva

shérif : Maeva ?!!
Johnson : Maeva ?!!
Clarisse : Maeva.... je trouve ce prénom très joli docteur ça fait ça fait un peu noms des îles
Dr : c'est en effet un nom des îles qui signifient "bienvenue"
Clarisse : c'est en effet un nom qui risque bien de lui coller
Dr : alors qu'est-ce que tu en penses, Maeva est-il prénom qui te plaît

la petite fille fit un signe de la tête et afficha un grand sourire visiblement le prénom que lui avait choisi le docteur lui plaisait énormément, tout le monde dans la pièce fut unanime.

Dr : alors désormais tu t'appellera Maeva....











0000000000000000000000000000000000000000

Quartier général du MI5 -Angleterre - 13 septembre 2004 - 09 h 24


De retour au quartier général du MI5 les deux agents très spéciaux devaient a présent étudier en détails les documents qu'ils avaient ramené de la société Quantum Conductivity, dans l'espoir de trouver une piste ou un indice qui pourrait les mener a l'organisation Xana.

Alors que le major Cartwright s'affairait au niveau des archives,dans une autre pièce le colonel Perec s'entretenait avec le lieutenant Fraggle,mais leur discussion ne portait pas sur les agissements de l'organisation Xana nous a ni même sur la bonne tenue de leur mission, non !! leurs discussions étaient beaucoup plus terre à terre, elles concernaient le major Cartwright.

C Perec : alors c'est sur lieutenant vous ne voulez vraiment pas me le dire.
L Fraggle : je m'excuse Sir mais c'est confidentiels.
C Perec : je ne vois pas ce qu'il y a de confidentiels à connaître le prénom du major.

Depuis que leur enquête avait commencé le colonel ignorait toujours le prénom du major Cartwright, et cela n'avait pas été faute de lui demander sur le chemin du retour, mais cette dernière c'était toujours retrancher derrière le protocole militaire qu'il fallait observer et comme les déplacements du colonel était limité à l'intérieur du quartier général ils n'avait trouvé personne qui serait susceptible de le renseigner, seul le lieutenant Fraggle était en mesure de lui donner cette information,mais celui-ci n'était pas spécialement disposé à le faire, il craignait beaucoup trop les réactions de son supérieur.

L Fraggle : mon colonel si je vous donne cette information le major sera que la fuite viendra de moi.
C Perec : promis je vous jure que je ne lui en soufflerait pas un mot.
L Fraggle : j'ai votre parole.
C Perec : vous avez ma parole d'honneur d'officiers.
L Fraggle : très bien mon colonel je vous fais confiance, alors son prénom c'est A.....


Mais avant que le lieutenant eut le temps de finir sa phrase le Major entra dans la pièce les bras chargés de dossiers,cela c'était jouer à une seconde le colonel venait encore de perdre une occasion de connaître le prénom du major,par bonheur celle-ci n'avait rien entendu de leurs discussions, elle déposa sur la table son paquetage,le poids de toute la paperasserie fit un bruit significatif qui n'était pas étranger au colonel.


C Perec : eh bien Major peut ont savoir ce que vous nous avez amené ?
M Cartwright : ceci est le détail complet de tous les achats effectués par la société Quantum Conductivity depuis ces 2 dernières années.

le nombre de dossiers empilés les uns sur les autres laissaient à penser que la société n'avait pas fait de petites économies,mais où diable le major était-elle allé chercher tout ça ?

eh bien Major vous avez dévalisé les archives nationales dit le colonel non sans humour.
Colonel épargnez-moi votre humour lui répondit aussitôt le major CartWright

Décidément le major était vraiment une indécrottable pince-sans-rire, cela lui arrivait seulement de sourire des fois, le colonel commençait à en douter, mais le major était apparemment le genre de personnes qui s'appliquent à fond dans son travail et qui laisse peu de place à la distraction dans celui-ci,est vu le nombre de dossiers qu'elle venait d'amener elle risquait bien de contaminer tout le monde avec sa frénésie du travail,à la seule perspective d'avoir à éplucher tous ces dossiers le colonel en avait déjà mal à la tête.

C Perec : sérieusement Major vous ne compter tout de même pas éplucher tous ces dossiers.
Je ne les est pas amener ici pour décorer la table lui répondit le major.
Je m'en doute bien lui fit le colonel avec un air assez perplexe.

Il fallait comprendre la réaction du colonel, celui-ci avait passé pas moins d'une année aux archives nationales de son pays en tant qu'analystes , à force de jouer les grattes papiers à éplucher divers dossiers pendant des heures et des heures le colonel avait développé une certaine allergie à la paperasserie, et lorsqu'on lui avait proposé cette mission il avait vu la l'occasion de repasser dans le service actif est de devenir agent de terrain, il se voyait mal passer le reste de sa vie comme un petit bureaucrate et voilà que le major le replongeait automatiquement dans le cauchemar administratif,le pauvre militaire en arrivait même à regretter les champs de bataille,au moins quand un ennemi veut vous descendre ils ne le fais pas en trois exemplaires.

je commence déjà à regretter les enquêtes de terrain se dit-il.
Je n'aurais jamais pensé qu'un officier de votre trempe se laisserait impressionner par quelques rames de papier ironisa un peu le major.

De l'humour voilà qui était nouveau de la part du Major certes ce n'était pas le plus drôle qui soit mais c'était déjà un bon début,et comme pour répondre à cette petite attaque le colonel répliqua au major qu'il était presque devenu un expert en matière de paperasserie, il connaissait le format des papiers sur le bout des doigts,le calibre des agrafes et toutes les règles de typographie.

M Cartwright : cela est très impressionnant colonel.
C Perec : est encore si vous saviez ce que je suis capable de faire avec un stylo à bille.
M Cartwright : je n'en doute pas colonel,il faut croire que vos journées étaient longues.
C Perec : long est encore un peu trop court pour dire à quel point c'est chiants de jouer les analystes.
M Cartwright : je comprends que cela puisse nous rebuter quelque peu.
C Perec : votre sollicitude me touche Major
M Cartwright : j'en déduis surtout que vous êtes parfaitement rôdé cet exercice
C Perec : je me suis fait avoir pensa le colonel

de toute évidence le colonel ne pourrait pas couper à cet exercice il prit en main le premier dossier qui se trouvait au dessus de la pile ,celui-ci contenait un détail précis de toutes les factures concerne les achats allant de la période du 01/01/ 2002 au 01/02/ 2002 et la liste semblait encore longue.

C Perec : dite moi Major tous ces dossiers concernent il la société Quantum Conductivity .
M Cartwright : bien sûr que non colonel,j'ai également amener les rapports des autres sociétés qui ont subi les mêmes attaques.
C Perec : et qu'est-ce que vous espérez y trouver
M Cartwright : je cherche le mobile de Xana.
C Perec : un mobile dites-vous !!
M Cartwright : comme vous le savez, les agissements de l'organisation Xana sont bien mystérieux,nous avons affaire à un ennemis étrange qui n'attaque pas de façon conventionnelle et dont les objectifs sont flous.
C Perec : c'est précisément leur objectif que nous essayons de découvrir
M Cartwright : mais contrairement à avant nous avons déjà plus d'information a son sujet
C Perec : oui mais maintenant nous savons que Xana envois des décharges de 500 000 W dans les ordinateurs pour les faire exploser.
M Cartwright : avec cette information nous avons les moyens d'établir une contre-mesure efficace,pour ce faire nous pourrions équiper les réseaux informatiques de barrière de protection contre les surcharges.
C Perec : ce serait une solution mais comment ne pas bloquer les informations en même temps ?
M Cartwright : tous simplement en isolant les conducteurs électriques du réseau aux points stratégiques, ainsi aucune surcharge ne serait susceptibles de passer.

Le major se lança alors dans une explication technique très complexe de la méthode qu'elle comptait employer pour faire barrière a Xana, le colonel était un peu perdue devant toutes ces explications scientifiques à laquelle il ne comprenait pas un traître mot, pourtant la solution que proposait le major avait l'air efficace, cependant un détail avait chiffonné le colonel cela concernait la dernière attaque qu' avait lancé Xana.

C Perec : votre approche du problème me semble correcte major, toutefois il y a un détail qui cloche dans votre explication.
Laquelle demanda le major Cartwright qui ne voyait pas où il pouvait y avoir une faille dans son explication.
C Perec : vous avez dit que Xana utilisait les réseaux informatiques pour envoyer les décharges électriques pour détruire les super-calculateurs, c'est bien ça
M Cartwright : tout à fait ils passent par les conducteurs électriques qui relie entre eux les différents terminaux.
C Perec : est si bien ça qui cloche il s'avère que le super-calculateur de la société Quantum Conductivity n'était reliée à aucun réseau filaire.
qu 'est ce qui vous permet d'affirmer sa mon colonel.lui fit le major quelque peu perplexe.
C Perec : c'est tout simplement marqué dans le dossier que je tiens en main.

Le major se saisit du dossier que tenait en main le colonel, après une rapide lecture il apparut que le colonel avait raison il était clairement mentionné que le super-calculateur de Quantum Conductivity était totalement indépendant du reste du réseau informatique, il se posait alors un nouveau problème si les surcharges n'étaient pas amenées par le réseau électrique filaire comment l'énergie pouvait-elle être transmis.de toutes evidences les surcharges d'énergie qu'utilisait Xana n'etait pas conventionnelle.

M Cartwright : cela voudrait dire que Xana arriverait à agir depuis les réseaux sans fil
L Fraggle : se pourrait il qu'il envoie des décharges d'énergie par onde radio.
M Cartwright : c'est théoriquement impossible d'énergie électrique ne peut pas être transmises par onde radio.
C Perec : dans ces cas-là comment il fait pour atteindre les super-calculateur.
M Cartwright : il utilise peut être une transmission par satellite via des antennes a micro onde
C Perec : dans ces conditions il serait impossible de mettre en place une barrière efficace
M Cartwright : je vous l'accorde colonel il faudrait mettre en stand-by pour les systèmes de communication à la moindre alerte se serait impossible à gérer.

le mystère était entier s'il ne faisait aucun doute sur le faîte qu'une surcharge d'énergie était a l'origine des destructions la façon dont celle-ci étaient véhiculés était un vrai mystère, la conséquence directe était que par satellite tous les moyens de communication pourrait devenir une arme que Xana serait en mesure d'utiliser, a ce moment le colonel se hasarda a émettre ne théorie.

C Perec : finalement cela pourrait être ça le mobile de Xana.
M Cartwright : que voulez-vous dire colonel
C Perec : que le but recherché par Xana serait de brouiller les communications.
M Cartwright : un telle menace nous obligerais a couper nous meme nos réseau d informtion
C Perec : et au final le résultat serais le meme, que se soit nous ou l'ennemis nos réseaux serait hors service.
M Cartwright : admettons que Xana puissent détruire n'importe qu'elle système de communications , il ne peut pas le faire aussi facilement et cela pourrait devenir un avantage pour nous
C Perec : que voulez-vous dire ?
M Cartwright : en plus d'un système de barrière nous pourrions mettre en place un système de détecteurs.
C Perec : dans quel but ?
M Cartwright : nous savons que Xana agit a l'aide de surcharge, il apparait logique que celle ci ne sont pas instantanée car pour envoyer une telle énergie il faut bien qu'elle soit accumulée à un endroit, de plus pour bien cible son objectif Xana doit établir une sorte de près-connexion avant chaque attaque.
L Fraggle : les fameuse pulsation que nous dectectons avant chaque attaque
C Perec : dont si je vous suit bien de Xana utiliserait une brèche dans la défense des installations qu'il veut detruire.
M Cartwright : c'est exactement ça.

C Perec : alors des détecteurs placé sur les principaux points de communication.....
M Cartwright : .... nous permettrait de détecter son attaque,et comme le processus d'intrusion prend du temps, nous serions en mesure de détecter ou l'attaque serait lancée et de prendre les mesures adéquat pour nous défendre.
C Perec : selon vous cela nous laisserait une fenêtre de combien de temps pour agir.
M Cartwright : en théorie pour stocker et accumuler autant d'énergie il faut au moins une demi-journée.
C Perec : dont nous aurions 12 heures devant nous pour stopper une attaque.

M Cartwright : affirmatif mon colonel, si au moment les fluctuations sont détectées sur le réseau on arrive à déterminer leur objectif avant qu'ils ne lancent l'attaque nous serons en mesure de a contrecarrer, de plus notre champ de recherche est très facilitée puisque nous savons qu'il s'attaquent qu'au super-calculateurs.

cette fois ci la théorie du major Cartwright ne souffrais d'aucune faille le colonel en fut très impressionner par la vitesse a laquelle le major était retombe sur ces pied et comment elle avait réussi a retourner la situation a son avantage seulement a la suite des ces explication le colonel fut pris d'un nouveau doute.

C Perec : ce qui m'amène à me poser une question
M Cartwright : laquelle mon colonel ?
C Perec : peut-être nous trompons-nous sur les agissements de Xana
L Fraggle : que voulez-vous dire colonel ?
C Perec : jusqu'à présent Xana n'a fait que détruire des super-calculateurs.
M Cartwright : tous les dégâts qu'il à occasionner n'en sont la preuve.
C Perec : seulement vous l'avez vous-même rappelés Major, nous avons affaire à un enemis étrange qui n'attaque pas de façon conventionnelle et dont les objectifs sont flous
M Cartwright : et à quoi pensez-vous colonel.
C Perec : je pense que les destructions de super-calculateurs ne sont peut etre pas le but recherché par Xana.

l'hypothèse que venait d'annoncer le colonel surpris les deux officiers anglais comment celui-ci pouvait-il douter que le but recherché n'était pas la destruction alors que tous les dégâts occasionnés jusqu'à présent attestait du contraire, mais le colonel savais par instinct que parfois les apparence sont trompeuse ,et quelque lui faisait dire que tous n'était pas aussi simple que ça.

Si ces attaques ne sont pas destiner a détruire, que sont-elle alors demanda le major Cartwright
C Perec : pour moi ces attaques ne sont que des tentatives
M Cartwright : des tentatives pour faire quoi ?

Une prise de territoire répondit le colonel

Une prise de territoires ?!!! firent les deux officiers

M Cartwright : et qu'est-ce qui vous fait dire ça mon colonel ?

C Perec : c'est une supposition de ma part,mais ce pourrait bien que le but de Xana n'est pas de détruire mais de s'en emparer.

il est vrai qu'en temps de guerre detruire les infrastructures ennemis et parfois un objectif principal pour mener à bien une bataille, il arrive aussi que s'emparer d'un territoire fasse parfois parties des objectifs militaires, cette autre aspect avait échappé aux officiers anglais mais pas à la perspicacité du colonel qui s'appuyait sur le fait Que Xana ne visait pas des objectifs militaires mais civils.

M Cartwright : leur but serait une sorte de prises territoires
C Perec : tout à fait Major
L Fraggle : admettant qu'il veulent s'emparer d'un supercalculateur à quoi cela pourrait il leur servir ?
M Cartwright : il disposerait alors d'une puissance de calcul phénoménal, mais cela ne presente pas d'interet dans l'immédiat
C Perec : comme vous l'avez dit major nous ignorons tous des agissements de Xana c'est bien pour ça que nous cherchons un mobile
M Cartwright : pour reussir un tel exploit il faudrait que eux-mêmes soient en possession d'un super-calculateur pour en prendre le contrôle d'un autre.
L Fraggle : mais pourquoi ?
C Perec : bonne question, mais j'ignore la reponse.
M Cartwright : il est donc capital d'en apprendre un maximum sur notre enemis.
C Perec : apprendre à connaître ton ennemi pour mieux le surprendre comme disais l'autre
M Cartwright : c'est un extrait de l'art de la guerre.
C Perec : non, c'est mon entraîneur de football qui me disait ça tout le temps

à ce moment-là le colonel aperçu un début de sourire sur le visage du Major s'était bien première fois qu'elle se déridait un tout petit peu mais cela ne durera pas c'était une sorte de sourire étouffer,elle retrouva aussitôt son sérieux

M Cartwright : bon Messieurs il est temps de se mettre au travail, vous avez des dossier a etudier
C Perec : et vous major qu'aller vous faire pendant ce temps-là ?
M Cartwright : je vais voir si je peux mettre au point un protocole de détection
vous êtes capable de faire ça a dit le colonel.
M Cartwright : apprenez mon colonel que j'ai fait mes classes à la prestigieux LTI
C Perec : connaît pas.
L Fraggle : voyons c'est la plus grande université de technologie de Londres.
ça me parle toujours pas dit le colonel.
M Cartwright : est bien disons simplement que c'est la que j'ai étudie l'informatique et que j'ai décroché mon doctorat.
C Perec : très impressionnant
M Cartwright : j'ai peu de mérite j'ai eu la chance d'avoir comme professeur l'un des plus grands savants de notre pays.
C Perec : qui ça ?
M Cartwright : le professeur Yusuke Moritaka, d'ailleurs maintenant que j'y repense,il serait interresant que j'aille lui rendre une petite visite.
C Perec : croyez-vous Major que ce soit le moment de retourner sur les bancs de la classe pour faire un "p'tit coucou" à un de vos anciens professeurs
M Cartwright : détrompez-vous colonel ce ne sera pas qu'une visite de courtoisie surtout quand vous serrez que l'université à également un super-calculateur en sa possession
C Perec : ma foi voilà qui change tout
M Cartwright : et le L.T.I n'a pas encore été frappé par l'organisation Xana
C Perec : ce qui en fait fatalement une cible de choix pour eux
M Cartwright : ça me paraît évident.
C Perec : dès lors que nous pourrions peut etre nous servir de ce super-calculateur comme d'un appât.
M Cartwright : j'envisage cette possibilité ,mais avant cela il nous faut prendre contact avec l'université.
C Perec : allons reprendre nos identités d'agent d'assurances pour aller les voir
M Cartwright : cela ne sera pas nécessaire le professeur Moritaka a une très grande estime pour moi
C Perec : tient dont
M Cartwright : j'ai été la meilleur élève du campus a sortir avec un doctorat depuis ces 10 dernières années
C Perec : je le redis impressionnant
M Cartwright : je prends contact avec lui et j essais d'obtenir un rendez-vous au plus tôt Lieutenant Fraggle vous vous occuperait des modalités pour préparer un véhicule
L Fraggle : à vos ordres Major
C Perec : et en attendant je fais quoi moi ?
M Cartwright : colonel je vais vous apporter un dossier sur le L.T.I afin que vous en sachez un peu plus.
C Perec : très aimable a vous major
M Cartwright : après tout vous et moi nous avons travaillé ensemble

Le major et le lieutenant sortir de la pièce en y laissant seul le colonel, pour passer le temps celui-ci feuilleta les quelques dossiers que le major avait apportés, c'est alors que son téléphone se mit à sonner, ce qui intrigua pour le moins le colonel, le portable qu'il utilisait était une ligne sécurisée personne n'était censée pouvoir le joindre sur ce téléphone.
Il décrocha et sans prendre la peine de se présenter il demanda qui était à l'appareil mais personne ne lui répondit.....seule une succession de bips se faisait entendre en regardant son écran il vit que l'identification d'appel était signée d'un W majuscule

étrange fit le colonel.


Journal de Arnaud Morillon 26 juillet 2005

compte-rendu d'analyse journal vidéo numéro 9


Dans six jours bientôt nous serons le 1er août,je peux dire que dans tous les laboratoires il y a une grande effervescence autour de la démonstration officielle.
---
En particulier à notre niveau étant donné que la majorité des projets présentés sont pour la plupart tous originaires de la section 5
---
Il ne s'agit pas là d'une exposition grand publique mais plutôt d'une fiesta privée, réservé à quelques privilégiés, parmi les invités il n'y a que du beau monde , des grands scientifiques,des industriels,des militaires et quelques éventuels investisseurs étrangers.
---
A ce sujet d'ailleurs mes collègues sont très inquiets, selon des bruit de couloirs la santé financière de l'entreprise est au plus mal,la faute en incomberait à son patron directeur général le docteur Henry Hopkins,toujours selon ces mêmes rumeurs de mauvais investissements en seraient la cause.
---
Conséquence de quoi des coupes massives dans le budget de la recherche a été établi afin de limiter les dégâts.
---
Personnellement à mon niveau je n'ai pas encore ressenti le contrecoup de cette décision, c'est peut-être l'un des privilèges octroyés aux chercheurs de la section 5,il me paraît comme difficile de croire que l'entreprise pourrait être en faillite,si c'est le cas je commence à comprendre un peu mieux la nervosité dont Simon faisait preuve ces derniers temps
---
Finalement je comprends toute la pression qu'il doit ressentir en temps que numéro trois de la société.
---
si nous faisons faillite se serait vraiment la catastrophe,cela mettre un frein définitif à tous les projets de la section 5 a commencé par les miens.
---
Mais j'ai bonnes espoirs, je crois que ce qui va nous sauver ce sera la présentation du projet spécial du laboratoire numéro 1 de la section 5, en effet j'ai appris de la bouche même de Simon que le Dr Hopper a décidé de présenter le projet Tanit.
---
Et selon moi cela risque d'en épater plus d'un,j'aimerais bien que mes propres intelligences artificielles soient prêtes d'ici la,mais ça n'étonnerait que j'ai encore beaucoup à faire avec Vger 2.0
---
Car grandes nouvelles j'ai réussi à réinitialiser le projet de base et ceci a l'aide des données recueillies par Vger 1.0 et plus précisément grâce au premier protocole que j'ai décrypte vous savez celui qui a la forme d'une tour.
---
il s'est avéré que cette technologie était compatible avec mes propres recherches

dès lors grâce à un petit exercice d'interfaçage de ma part j'ai réussi à intégrer le beta de ma sonde à l'architecture virtuelle de cette tour,la transformation qui en a résulté a dépassé toutes mes espérances.ainsi est né Vger 2.0
---
cette nouvelle version de ma sonde est encore plus perfectionnée que l'ancienne,la première version de Vger était basée sur mes théories et celle-ci souffrait de nombreuses lacunes,en particulier la vulnérabilité de son coeur.
---
Mais aujourd'hui tout ceci appartient au passé, Vger 2.0 est beaucoup plus perfectionné son coeur est désormais mieux protégé de toute attaque extérieure et ceci quelle que soit la forme que ma sonde prendra, de plus elle pourra transporter des programmes sans avoir à les compresser,elle sera en mesure de s'interfacer avectous les environnements qu'elle rencontrera.
---
On peut dire que de simple sonde elle est passé à celle de sous-marins multi -agents
---
Oui je sais toujours cette approche métaphoriques d'un océan numérique qu'est le réseau,mais bon grâce à sa mise a jour nous sommes à l'aube d'une grande révolution,car Vger 2.0 sera le programme que je vais présenter lors de la démonstration.
---
Un nouveau protocole de transfert et de protection des données,un système innovant et unique en son genre,un système de transport des données fiables et indestructibles.
---
Quasiment indestructible devrais-je dire car la dernière fois je n'ai pas pu empêcher les antivirus de l'autre monde d'endommager mon premier prototype, mais je ne commettrai pas deux fois les mêmes erreurs.
---
il faut dire que sous sa forme de flèche Vger 1.0 était bien trop vulnérable, cela explique pourquoi les anti-virus ont réussi à l'endommager.
---
Sous sa nouvelle forme le coeur de Vger 2.0 sera parfaitement protégé,ce qui devrait lui éviter pas mal de désagréments.
---
Voilà c'est tout ce que j'avais à dire dans mon rapport du jour quoi que.....
---
toutefois pour des raisons personnelles il me tarde d'être le premier août et pas seulement pour montrer mon nouveau jouet.
---
Simon ma fait parvenir la liste des invités hors en jetant un coup d'oeil dessus j'ai pu voir que figuraient le nom de trois crétins que je ne pensais pas revoir de sitôt.
---
Les biens nommés professeur Weller zalinski et Moritaka
---
quelque part ça va me faire drôle de me retrouver face à eux, la dernière fois que je les est vu ça remonte à il y a plus d'un an et je garde un très mauvais souvenir de notre dernière entrevue.
---
Mais cette fois-ci c'est moi qui vais leur en mettre plein la vue à ces imbéciles, à mon tour de les prendre de haut car depuis l'université les choses ont bien changé.
---
je suis devenu chercheur de la prestigieuse entreprise Cyclotron, est j'ai maintenant accès à un super-calculateur à côté duquel celui de l'université fait office de calculatrices de poche
---
je vais pouvoir leur montré que mes théories étaient justes et cette fois-ci c'est moi qui aurais le dernier mot.



############################ FLASHBACK ############################

LTI ( london tecnhologie institute) 24 mai 2004

Le jour fatidique arriva Arnaud devait passer devant la commission qui devait évaluer sa thèse, Arnaud était particulièrement tendu, le jeune homme n'arrivait pas à tromper son inquiétude la nuit dernière il avait très mal dormi et le réveil n'en fut que plus difficile.

Et il avait de quoi être stressé aujourd'hui il jouait son avenir est s'il échouait il pourrait dire adieu à la vie universitaire ainsi qu'à son futur doctorat,il avait beau relire ces fiches et tourner en rond dans sa tête son argumentation il savait que la partie ne serait pas évidente,il connaissait très bien quels était les points faibles de son exposé et il suffirait simplement que l'un des professeurs appuient dessus pour tout compromettre.

la cloche sonna pour indiquer qu'il était 11 heures,le temps était venu pour Arnaud de faire ses preuves,quand il rentra dans la salle il ne pu s'empêcher de voir que les trois principaux professeurs lui jetaient un regard dédaigneux, ils avaient là une occasion de prendre leur revanche sur l'humiliation publique que le jeune homme leur avait fait subir, et ils n'allaient pas se priver d'épingler le jeune homme à la moindre erreur.

Courage se dit Arnaud dans sa tête

"tu peux le faire"

Il posa un exemplaire du dossier devant chacun des professeurs et se rendit vers le tableau pour commencer sa présentation si les deux autres professeurs avaient déjà ouvert leurs dossiers pour en examiner le contenu le trio infernal lui se contentait simplement de laisser ses mains posées dessus, il était évident qu'ils n'étaient pas prédisposer à lire ce qui étaient écrit dedans.

Parfait M. Morillon nous vous écoutons lui dit le professeur Weller

il y avait la voix de son professeur un petit quelque chose de méprisant qui ne passa pas inaperçue

Arnaud : eh bien Messieurs les membres du jury, voici ma thèse sur la régénération virtuelle,pour consolider mon argumentation vous trouverez également ci-joint une deuxième thèse qui traitent des intelligences artificielles tout au long de mon explication je vais vous démontrer que ces deux-là sont parfaitement compatibles.

Arnaud commença alors son exposé sur la régénération virtuelle en expliquant au jury les principes de base de sa théorie

Arnaud : comme vous le savez les lois de l'informatique sont basées sur une logique mathématique très complexe,plus généralement présentée sous la forme de données binaires faite de un et zéro, tous les procédés sont régis sur un système de porte logique et d'état actifs et inactifs à partir de quoi nous concevons des programmes.

Weller : vous ne nous apprenez rien de nouveau M. Morillon
Arnaud : je vous pose la les bases afin que vous puissiez bien comprendre mon procédé,hor ces programmes sommes obligés d'être stockés sur des supports fixes car ils ne peuvent rester indéfiniment sous l'état de mémoire vive et c'est à partir de ce moment-là que tout se complique.

"Le support sur lequel repose les données est susceptible de subir des dégâts conséquence de quoi les programmes sont endommagés, il se produisent alors des anomalies que nous appelons généralement des beugs"

"hors les beugs sont un véritable fléau ils peuvent transformer un simple programme en un virus et sans un contrôle permanent d'un technicien ou d'un programme spécifique tout ceci peut avoir des répercussions catastrophiques. "

"je cite en exemple les ordinateurs de bord des avions ceux des sous-marins, les réseaux informatiques de gestion de l'énergie , et dans le cas d'une anomalie une rapide intervention humaine est nécessaire,mais cela n'est pas sans poser de problèmes cela nécessite de l'argent des moyens des connaissances et surtout du temps.

hors le temps et parfois un facteur qui fait cruellement défaut dans ce genre de problème,en conséquence de quoi ses beugs peuvent avoir des répercussions catastrophiques.

hors je vous annonce que grâce à mon procédé les beugs appartiendront désormais au passé grâce a la mise au point d'un nouveau système algorithmique qui pourrait mettrait au programme de se réparer eux-mêmes.

Des programmes qui se réparaient à même ?!! dit alors le professeur Moritaka.

Arnaud : c'est parfaitement exact tout repose sur un système de compression des données extrêmement révolutionnaires que j'ai mis au point,à l'avenir chaque programme pourrait être équipée d'un coeur de régénération qui contiendrait les données relatives aux programmes.

pouvez-vous nous en expliquer le principe M. Morillon demanda le professeur zalinski .

"le coeur scannerait automatiquement le programme dans lequel il se trouve et si celui-ci comporte une anomalie il entamera automatiquement un processus de réparation,d'où la notion de régénération, car la régénération est un procédé qui se fait en interne"

"de plus le système de compression révolutionnaire de ce coeur et permettra un stockage optimal des données, par exemple un programme d'une taille de 1 Go octets une fois compressée dans le coeur du système pourrait à peine prendre une centaine de méga-octet"

" Mais ça ne s'arrête pas là le coeur a aussi la propriété de scanner d'autres informations un programme pourrait donc devenir évolutif et c'est la Messieurs que je rejoins avec une intelligence artificielle"

Arnaud fit alors la présentation de sa deuxième thèse basée sur les intelligences artificielles avec la même éloquence il expliqua comment à partir d'un modèle de base d'intelligence qu'il avait déjà créée il suffirait d''intégrer des profits de personnalités calqué sur un modèle humain, pour Arnaud les intelligences artificielles ne devaient être construits que sur un modèle humain il fallait donner un corps virtuel a l'IA et la faire évoluer de façons naturelle en faisant son éducation.

Le jury fut très perplexe sur cette histoire d'intelligence artificielle qu'il faudrait éduquer comme un enfant de plus cette explication un peu farfelue ne reposait sur rien de précis
Un programme capable de se réparer et d'évoluer à partir des informations qu'il assimilerait deviendrait forcément plus intelligent selon Arnaud.

C'est très intéressant ce que vous dites ,tousdefois je dénote une grave erreur dans notre explication dis alors le professeur zalinski
Arnaud ; laquelle ?
zalinski : si je vous comprends bien votre programme serais capable d'évoluer par lui-même
Arnaud : d'une certaine manière oui
zalinski : dans ces cas-là qu'est-ce qui empêcherait votre programme de déraper
Arnaud : que voulez-vous dire ?
zalinski : si une intelligence artificielle apprend par elle-même elle finira par acquérir son autonomie.
Arnaud : c'est un peu le but recherché,
zalinski : alors qu'est-ce qui empêcherait votre intelligence artificielle de devenir mauvaise.
Arnaud ; mauvaise !!!
zalinski : si elle peut raisonner par elle-même pourquoi devrait elle obéir aux ordres des êtres humains
Arnaud : pour éviter ce problème il faut mettre en place un système de barrières de moralité,des sortes d'inhibiteurs de personnalités programmé selon les trois règles de la robotique.
zalinski : ne seriez pas un peu trop fan de Issac Asimov
Arnaud : nullement mais ces règles sont selons moi universel.
Moritaka : mais elles ne reposent sur rien de concrets c'est juste de la science fictions
zalinski : veuillez notez chère collègue que le système de compression conjuguée à un programme d'intelligence artificielle serait la porte ouverte au piratage et aux vols de données Weller : c'est indéniable avec un tel procédé n'importe qui pourrait s'introduire dans un système en copier les données et repartir aussi vite
Arnaud ; seul des personnes malveillante pourrait en faire une utilisation malhonnête,mais cela n'arrivera pas.
Moritaka : et quelles garanties pouvez-vous nous donner à ce sujet
Arnaud : aucune pour le moment mais il est toujours possible d'empêcher ce genre de dérapage
zalinski : de quels maniere mr Morillon
Arnaud : c'est un point que je n'ai pas pris la peine de dévellopper.
zalinski : voila qui fait un peu bâcler.
Weller: peut-être pourriez-vous nous en faire une démonstration
Arnaud : pour le moment cela m'est impossible crée un tel coeur nécessiterai d'avoir accès à une puissance de calcul assez conséquente, et pour le moment les ordinateurs conventionnels ne peuvent pas fournir la puissance nécessaire seule les super-calculateurs sont....

mais Arnaud fut coupé dans ses paroles par le professeur Weller qui revenait à la charge de plus belle

Weller : donc si nous comprenons bien votre projet n'est que théorique pour le moment vous ne pouvait nullement apporter la preuve qu'il fonctionne.
Arnaud ;je n'en ai pas encore les moyens certes mais....
Je crois monsieur que tout est dit a ce moment-là le professeur weller a ces autres collegue.

Visiblement le jury n'avait pas l'air très convaincu, Arnaud se retrouve alors dans une fâcheuse posture ce qu'il avait tant redouté étaient arrivé il ne pouvait pas démontrer que ces théories étaient fonder, car il n'en avait pas les moyens techniques pour les mettre en oeuvre et comme il l'avait prévu les trois professeur ne furent pas tendre avec lui, jusqu'au bout il essaya de défendre ses théories mais visiblement sans succès.

Après un court moment de délibérations le jury finit par rendre son verdict celle-ci fut fut sans équivoque , sa thèse fut rejetée car elle fut considérer comme une énorme spéculation scientifique

""la régénération virtuelle concept fantaisiste"" d'après le professeur Moritaka

""des programmes informatiques qui seraient capables de se réparer eux-mêmes" utopie scientifique argumenta par le professeur Weller

""et les intelligences artificielles si c'est si faciles d'en créer pourquoi ne l'avez-vous pas déjà fait M. Morillon lui fit adroitement remarquer le professeur zalinski.

à la fin de la séance Arnaud quitte la salle sans ajouter un mot, de leur côté les trois professeurs riaient intérieurement, quand il rentra dans sa chambre Arnaud tapa du poing contre le mur à la grande surprise de Jack qui n'avait jamais vu son colocataire agir de la sorte plus que jamais Arnaud avait profond dégoût pour les institutions

enfoirés de bâtard dit-il

Jack comprit tout de suite ce qui c'était passé et ne pu feindre d'étonnement ,il savait à quel point son ami avait travaillé dur sur sa thèse et qu'à cause de la rancoeur que lui portait 3 scientifiques de renommée ,tous ses espoirs venaient d'être balayés en un instant, les clés du futur venaient de lui être refusés.
Jack voulut faire preuve de sollicitude envers son ami, il préféra argumenter à sa manière

on devrait leur casser la gueule à ces bâtards dit-il a Arnaud.

Maigre consolation de la part de son ami, il venait de perdre la seule chance qu'il avait un jour pour travailler sur un super ordinateur,

Tu auras peut être ta chance ailleurs lui fit jack
Arnaud : pas dans une université en tous cas ni meme dans une entreprise privée.
Jack : dis pas ça je suis sur que des gens seraient intéressés par tes idées
Arnaud : aucune entreprise privée ne voudra accepter les délires d'une thèse qui n'a même pas pu être accréditée par une haute autorité scientifique
Jack : vu comme ça tu n'as pas tord.
Arnaud : a cause de ces trois enfoirés le monde va sûrement passés à côté d'une grande découverte.

Arnaud n'avait vraiment pas le moral il broyait du noir a tous les étages et comme pour ajouter à son malheur le surveillant des chambres Mr gonzales fit éruption dans la pièce

Arnaud M. le recteur veut te voir tout de suite lui hurla presque M.Gonzales

Cette annonce fut sans surprise pour Arnaud qui savait très bien ce que cette convocation signifiait, le refus de sa thèse avait marqué la fin de ses études désormais il pouvait faire une croix sur la vie l'université et sur son doctorat,mais tant pis il serait décidé à se battre et irait s'il le faut faire ses classes dans une autre université.

Ce fut le pas lourd que Arnaud se rendit dans le bureau du recteur, il n'avait pas spécialement envie de le voir, mais si il n'y était pas aller de son plein gré ce serait M. Gonzales qu'il y aurait envoyé de force, mais maintenant quelle importance cela pouvait-il encore avoir ? tout ce que serait susceptible de lui dire le recteur. Arnaud s'en foutait éperdument

Ce jour-là Arnaud en voulait à la terre entière.
















Chapitre 08 les clés de Lyoko

Laboratoire 8 août 2005


----------------------------------------ENREGISTREMENT----------------------------------------------

Décidément je crois bien que je n'arriverai jamais à voir le bout de cette histoire, le projet T est beaucoup plus compliqué à mettre en oeuvre que je ne l'aurais pensée.
---
Pourtant au départ cela me paraissait si facile.
---
Seulement voila Il y a tellement de paramètres de vecteurs dont je dois tenir compte, et surtout il ne faut rien négliger pas meme la moindre petite virgule sur le code source, la plus infime erreur pourrait avoir des conséquences catastrophique.
---
Outre mon savoir en mathématiques et en informatique, il faut que je fasse appel à des connaissances en physique nucléaire.
---
Et sur se point la j'ai plutôt intérêt a faire gaffe, franchement j'ai pas envie de faire exploser Lyoko et le super-calculateur au premier essai.
---
Coûte que coûte je dois trouver un moyen de stabiliser le dégagement d'énergie..... peut être qu'en augmentant la résistance du champ de force de l'enveloppe virtuel j'arriverai a canaliser la déflagration.
---
Plus facile a dire qu'a faire.
---
Comme s'il était simple pour une personne de contenir une explosion atomique dans le creux de ses mains, alors un corp entier vous imaginez.....
---
De plus la destruction moléculaire consomme plus de 40 % de la masse totale du corp lors de l'activation du procédé, la réactions en chaîne qui s'en suit finis de consumer les 60 % restant, ce qui veut dire qu'un Lyoko guerrier ne peut pas rester indéfiniment dans cette état second.
---
En d'autres termes le procédé est limité dans le temps, selon mes calculs j'estime cette durée a moins d'une minute, au delà les conséquences sur l'organisme serait dangereuse pour son utilisateur... voir mortel en cas d'utilisation prolongée.
---
Une minute pour vaincre sa peut paraître cour, mais vu la puissance déployer a se moment la, sa parais faisable, surtout s'ils si mettent a plusieurs.
---
Mais une durée accrue serait quand meme souhaitable .
---
La solution la plus évidente pour palier a ce défaut serait d'utiliser une matrice d'énergie renouvelable et infini, mais a ce jour il n'existe rein de telle dans le monde.
---
Mais je ne désespère pas, je sais que je vais y arriver, je sais que je peux y arriver, c'est ce que me dirait Aelita si elle était la.
---

AELITA...

---
Pour toi Aelita je réussirait quoi qu'il m'en coûte, et quelque qu'en soit le risque.
---
J'ai appris depuis longtemps que même quand la situation semble désespéré , il y a toujours un espoir.
---
Est aujourd'hui l'espoir c'est tous ce à quoi je peux me raccrocher.
---
Un jour j'ai bien cru que je t'avais perdu, est alors que tous semblais perdu et que Xana avait gagner, un miracle était survenu.
---
En suis-je donc réduit à croire aux miracles ?
---
Oui je dois y croire pour toi ... pour nous.



-----------------------------Journal de Jeremie Belpois sixième partie.-----------------------------

Cela faisait 5 mois que Aelita était arriver sur terre, 5 mois que nous continuons la lutte dans le plus grand secret, dans la mesure du possible nous évitions les retours dans le passé pour ne pas renforcer Xana.
Si Aelita s'habituait de plus en plus à la vie terrestre, de mon côté je continuais mes recherches pour trouver un anti-virus,mais plus le temps passait et plus je me disais que la solution au problème devait se trouver dans les notes de Franz Hopper, la fausse réplique que Xana nous avait envoyée n'a fait que confirmer mes doutes.

Mais ce fut par l'intermédiaire de Sissi que mes doutes devinrent une certitude, à l'aide d'une tour dont il avait réussi à prendre le contrôle Franz Hopper nous avait fait parvenir un message codé.

Il disait vouloir nous aider et sur ce point-là je n'avais pas de doutes,pour que Xana s'emploie avec tant d'ardeur à nous cacher l'existence de Hopper, tous les subterfuges qu'il a employé pour nous empêcher d'entrer en contact avec lui, il était facile d'en déduire que Xana avait très peur de Franz Hopper.

Dès le début cela apparu comme une évidence,le faîte que Xana m'est fait détruire les disquettes informatiques était pour moi la preuve que leur contenu était une menace réelle pour Xana, mais ayant réussi à les sauvegarder dans une zone protégée du super-calculateur,il était devenu pour moi prioritaire d'en décrypter le contenu, peut-être y trouverai-je a l' intérieur le moyen de guérir Aelita.


Le seul moyen de déchiffré ces données était d'utiliser la puissance du super-calculateur, et seul Aelita pouvait faire ceci, à l'aide d'une tour du passage que j'ai activé a notre profit j'ai dérivées de l'énergie pour augmenter la puissance de calcul et nous commençâmes le décryptage des données qui étaient contenues sur les disques numériques.

Là encore Xana avait tout fait pour essayer de nous en empêcher et ce jour-là et il a bien failli réussir seule une intervention inopinée de Franz Hopper nous a permis encore une fois d'éviter le pire.

Les données cryptées étaient en fait le journal vidéo de Franz Hopper ,ce que nous allions apprendre allait bouleverser notre connaissance de Lyoko n'est plus encore celle de Aelita.

Et quelque choc cela fut pour elle de savoir quelle était humaine,et qui puisait la fille de Franz Hopper.

Dès lors tous ces rêves étrange donc elle faisait l'objet avait maintenant un sens il était les souvenir de sa vie passé.

Son père était le créateur du super-calculateur,c'est lui qui avait donné la vie à Lyoko et pour notre plus grand malheur il avait aussi créé Xana.

nous en apprîmes même un peu plus de la nature réelle de Xana a la base celui-ci était un programme d'attaque conçue pour détruire un mystérieux projet dénommé Carthage.

Encore Carthage !!

Nous savions que le cinquième territoire s'appelait Carthage et qu'il était le lieu où vivait Xana mais nous n'aurions jamais pensé que Xana puisse être à l'origine un programme destiné à nous protéger.

Xana un protecteur !!!

Cela pouvait paraître fou a croire mais selon les explications de Franz Hopper le projet Carthage était une menace qu'il fallait détruire, un très grand pouvoir qu'il ne fallait surtout pas laisser entre les mains de gens irresponsables.

Cette attitude pouvait paraître paranoïaque de la part de Franz Hopper mais peut-être que son éthique de savant lui avait dicté de s'opposer à ce projet.
nous n'en apprîmes une guère plus sur ce mystérieux projet Carthage si ce n'est que Franz Hopper avait toujours oeuvrée pour le bien-être de l'humanité.

C'est dans ce but qu'il avait créé le super-calculateur, Lyoko et Xana, mais le temps lui était compté il pensait que ces recherches ne pourraient jamais aboutir, c'est alors qu'il découvrit que cette machine était dotée d'une faculté incroyable.

Le retour dans le passé

Grâce à cette fonction il put mettre un terme à ces recherches,il effectua pas moins de 2546 retour vers le passé, en l'espace d'un jour Franz Hopper avait cumulé l'équivalent de 7 ans de travail le tout sur une machine dont la puissance ne cessait de grimper de façon exponentielle.
on peut dire sans se tromper qu'il a fait progresser l'informatique de plus d'une vingtaine d'années en une seule journée.

Dans son dernier message vidéo nous apprîmes que Franz avait l'intention de ce scanneriser sur Lyoko lui et sa fille ceci dans le but d'échapper à ses poursuivants

Dans ce nouveau monde et avec laide de Xana, il espérait se mettre à l'abri, ils seraient alors les maîtres absolus deLyoko et il pourraient y vivre pour l'éternité car tous deux étaient les possesseurs des clés de Lyoko.

Les clés de Lyoko

Voilà pourquoi Xana voulait s'emparer de la mémoire de Aelita, grâce aux clés de Lyoko il pourrait s'échapper du super calculateur.

il ne fallait surtout pas qu'il s'en empare.

En la date du 6 juin 1994 Franz Hopper se virtualisa lui et Aelita, mais pour une raison encore inconnue Xana échappa à tout contrôle, alors que sa fille était libre lui était retenu prisonnier quelque part dans Carthage.

En étudiant plus attentivement le journal je compris que ce qui reliait Aelita a Lyoko n'était pas un virus mais un fragment de sa mémoire que Xana lui avait voler,désormais le retrouver était devenu essentiel.

A l'aide des notes de Franz Hopper j'ai pus améliorer le super scan et j'ai découvert un signal d'énergie propre a Aelita, il devait sans nul doute s'agir du fragment volé.

Il fut décider que nous allions le récupérer le jour meme et ainsi en finir pour de bon avec Xana , mais Aelita était contre si Xana venait a s'emparer de sa mémoire il serait alors en possession des clés de Lyoko.

Pour tous nous protéger, Aelita tenta de mettre fin a ces jours, en désactivant le super calculateur, par chance je pus la secourir a temps.

Mais quelle folie avait elle voulu faire la.

Elle voulait nous protéger c'est sur, mais nous depuis le début nous la protégions conte tous les danger et contre elle si il le fallait,après avoir réussi a la résonner les lyoko-guerriers partirent a l'assaut de Carthage afin de récupérer sa mémoire.

Malheureusement ce fut une nouvelle embuscades que Xana nous avait tendu malgré l'aide de Franz Hopper nous ne pûmes empêcher l'inévitable.

Grâce a la méduse Xana parvint à s'emparer des clés de Lyoko , désormais il avait en main le moyen de s'échapper du super calculateur et de fuir sur le réseau.

Le départ de Xana signifiait la fin de Lyoko, tous les systèmes s'arrêterent les uns après les autres et seule le corp sans vie de Aelita demeurai dans Carthage.

Ce jour-là j'ai eu la peur de ma vie, j'ai bien cru que Aelita était morte mais heureusement son père se sacrifia en libérant toute l'énergie de son corp pour faire revivre Lyoko.

Quelle ne fut pas ma joie que de la retrouver en vie dans les scanners

Mais Xana était libre, le monde courait un grave danger sans le savoir ,pour Aelita arrêter et détruire Xana était désormais son but, mais elle ne serait pas seule a mener ce combat elle pouvait compter sur nous pour l'y aider.

En ce 12 juin 2004 nous renouvelions notre serment de tous lutter contre Xana

--------- Note annexe ---------------

Pour sauver sa fille Franz Hopper a libéré une grande quantité d'énergie, pour cela il a utiliser
un procédé que je ne connaissait pas.
Mais si lui avait put le faire pourquoi pas moi, c'est en me rappelant cette épisode que j'ai élabore ma théorie et je peux dire que c'est ce jour la que le projet T et vraiment née.
J'en viens meme a croire que Franz Hopper avait envisager se procédé bien avant moi.
si c'est le cas cela expliquerait pourquoi il n'avait plus de forme humaine sur Lyoko, n'ayant plus de Corp il ne pouvait pas revenir par les scanner ,désormais il ne pouvait subsister que sous la forme d'une sphère d'énergie pure.
aujourd'hui bien que Franz Hopper soit mort , il continue toujours de veillez sur sa fille, cette tache c'est a moi de l' assumer maintenant.

Et je jure sur notre serment que je sauverai Aelita.




############################ FLASHBACK ############################

"Non Aelita c'est notre mission"

Tour a tour les adolescents se prirent la mains pour former un cercle afin de symboliser leur unité et de leur amitié face a l' adversité.

un pour tous tous pour un dit alors Odd.

Dans sa lutte contre Xana Aelita savait qu'elle ne serait jamais seul, quoi qu'il arrive elle pourrait toujours compter sur ces amis pour l'aider, ils seraient toujours la pour la soutenir quelque soit le danger auxquelles il faudra faire face.

Jeremie leur dit alors qui fallait maintenant traquer Xana sur le réseaux et que pour cela il lui faudrait bien 6 mois de travail pour mettre aux point tous l'équipement nécessaire.

Mais déjà un autre problème se profilait a l'horizons, les grandes vacances s'annonçait et durant cette période l'internat du collège serait fermer, il fallait que Aelita trouve un endroit ou passer l'été

Jeremie se serait bien proposer de l' accueillir chez lui mais cela risquerait d'éveiller les soupçons de la part de ces parents, meme si ceux la étaient d'ordinaire très cool.

Ne pouvant loger ces aucuns de ce amis pendant un si longue période pas plus qu'a l'ermitage il fut convenu que Aelita dormirait a l'usine et quelle irait de temps a autres chez Yumi pour faire sa toilette, en retour Yumi lui fournirait de quoi manger et se changer.

Cela pressentait un avantage que Aelita soit a l'usine , présent sur place elle pourrait toujour surveiller le super-calculateur.
Pour tous l'été Jeremie mis alors le super calculateur en mode stanby, Lyoko était endormis mais toujours actif ,dans ce mode au moins Xana ne pourrait pas activer de tour, pratiquement tous les week-end Jeremie prétexta d'aller passer un séjour chez des amis, il prenait alors le train pour aller a paris afin d'y retrouver Aelita.

Ainsi ces longues semaines passer avec Yumi lui semblais moins longues des que Jeremie venait la voir.
Un samedi soir que Yumi était absente ils restèrent ensemble toutes la nuit au laboratoire,il se remémoraient ensemble tous ce qui c'était passé depuis le début de l'année, les bons comme les mauvais souvenirs furent évoquer.

Jeremie : ...et la Odd dis a Sissi.....

"c'est pas de chance qu'a ta naissance ils est perdu le mode d'emploi de ton cerveau cela t'aurais été utile fit-il en imitant la voix de Odd de façons assez maladroite.

Mais Aelita n'y accordait aucune importance,elle riait au éclat en se souvenant de ce passage et de la tête qu'avait fais Sissi devant tous la classe de madame Hertz .
Une bonne partie de la soirée fut un succession de blagues diverses, mais le ton n'était pas toujour a la plaisanterie il abordèrent aussi des sujet plus intime et existentiel notamment sur la vie passé de Aelita qui ne pouvait se confier qu'a Jeremie comme elle l'avait toujours fais a ce jours.

Aelita : Jeremie tu sais tous se temps passer ensemble a me demander si j'étais humaine
Jeremie : oui et bien ?
Aelita : et maintenant que je sais que je suis humaine j'ai de la peine
Pourquoi ? lui demanda Jeremie.
Aelita : quand je suis arriver sur terre je n'avais pas le moindre souvenir de mon passé jusqu'à la j 'étais considéré comme un être de pixel crée par un être inconnu.
Jeremie : et maintenant tu est humaine a part entière.

Cela faisait plaisir a Aelita que Jeremie lui dise ceci,elle se sentais plus valorisé de vraiment faire partis des humains meme si les souvenirs de sa vie antérieur était encore flou elle tenait a les partager avec Jeremie pour les faire revivre.

Aelita : tu sais Jeremie meme si c'est flou j'ai des souvenirs de mon passé.
Jeremie : sa fais longtemps
Aelita : depuis que mon père c'est sacrifier j'ai revécu une partie de mon passé.

Avec une l'oreille très attentive Jeremie écoutait les états d âme de son amie

Aelita : dans se passé j'ai revu mon enfance et surtout ma mère
Jeremie : ta mère !!
Aelita : elle était belle et très gentil elle avait les cheveux rose comme moi.
Ce qui en fait bien ta mère argumenta Jeremie.
Aelita : sa me rassure que se soit naturelle cette couleur, on aurait pus croire a un effet secondaire du a mon séjour sur Lyoko
Jeremie : il est vrai que ta couleur de cheveux en a étonner plus d'un la première fois
Aelita : une chance que le proviseur ne soit pas trop regardant sur ce genre de chose sinon j'aurais eut des problèmes.
Jeremie : tu peux le dire.
Aelita : tu sais Jeremie....

Aelita se tue un instant elle regarda Jeremie qui attendait de sa part la suite de sa phrase.

Aelita : ma mère... je ne connais meme pas son prénom.

Si Franz était le prénom de son père en revanche celui de sa mère ne lui revenait pas l'esprit, elle se rappelait seulement que sa mère l'aimait beaucoup mais qu'un jour pour une raison inconnu celle ci avait disparu, ceci par contre Aelita s'en souvenait parfaitement, elle éprouvât alors une sorte de nostalgie dut a cette perte, quelque part elle ne pouvait se consoler de cette perte d'une partie de son existence.
Pour Aelita son enfance lui avait été volé et ça elle ne pouvait l'accepter

Mon père a disparu ma mère aussi, Mr puck c'est tous se qui me reste , ça et quelques souvenirs très flou confia alors Aelita a Jeremie.
Je suis sur que cela te reviendras un jour lui dit Jeremie
Aelita : quand
Jeremie : difficile a dire, ton séjour sur Lyoko a dut affecter ta mémoire,il est possible que sous une forme numérique le non fonctionnement de la machine et puis provoqué des beugs qui on progressivement érodé tes souvenirs.
Alors Jeremie je dois te remercier lui dit Aelita
Jeremie : pourquoi .
Aelita : si tu n'avais pas rallumer le super calculateur j'aurais finis par disparaît pour de bon.
Jeremie : non je ne pense pas que ...
Ne dis pas le contraire tu sais très bien que c'est faux le coupa Aelita

Soudain le doux visage de Aelita s'obscurcit on pouvait lire dessus une expression de fermeté, ces sourcil froncé et son regard resserré en témoignait.

Aelita : si tu ne avait pas réveiller Jeremie, je ne me souviendrais peut être de rein et tous sa par la faute de mon père.

Pourquoi Aelita se remettait elle a en vouloir a son père ? il était apparu qu'il avait voulu la protéger contre ces ennemis, mais Aelita ne voyait pas la chose sous cette angle pour elle il était indirectement responsable de son malheur, cette vie de fugitive elle ne l'avait jamais voulu alors pourquoi avait il fallu qu'elle en fasse les frais ?

Jeremie : tu en veux a ton père.
Aelita : oui il ma pris ma vie, a cause de ces expériences.
Jeremie : il a fait sa pour te protéger
Aelita : me protéger de quoi ? de qui ?
Jeremie : des gens du projet Carthage
Aelita : les hommes en noir de mes rêves.
Jeremie : ceux la meme.

Mais cette excuse ne suffisait pas a apaiser la colère qui c'était soudainement manifesté chez Aelita, ce n'était pas la première fois que Jeremie vouait cette expression sur le visage de Aelita, la dernière fois cela avait conduit Aelita a commettre un acte désespère, Jeremie espéra que Aelita n'allait pas récidiver, mais la réponse que celle ci lui donna finis de le consterner.

Aelita : sa peut paraître ingrat de dire ça mais quelque part je hais mon père pour ça
Comment peux tu dire ça ? lui dis alors Jeremie qui n'arrivait pas a croire ce que Aelita puise dire ça.

Le petit génie fit choqué par ce que venait de lui dire Aelita, il savait bien qu'elle avait beaucoup souffert de tous ça, mais de la a haïr son propre père alors que celui ci c'était sacrifier pour la sauver quand Xana lui avait voler sa mémoire, Aelita finis par se calmer un peu ,elle retrouva vite sa lucidité bien qu'une colère sourde rugissait au fond de son coeur.

Je suis désole Jeremie je crois que la peine m'égare s'excusa Aelita
Jeremie : je comprend que tu soit contrarier par tous ça.
Aelita : je suis en colère mais sa va me passer
Je l'espère, la colère et toujours mauvaise conseillère lui fit Jeremie
Aelita : tu as raison je ne dois surtout pas me laisser emporter par mes émotions.
Jeremie : surtout par la colère qui et un sentiment puissant et très dangereux.
Aelita : ce sentiment mais tellement nouveau je ne crois pas l'avoir déja ressentis avec tant de force.
Jeremie : prend garde a ne pas t égaré a cause de ce sentiment sinon il te conduira vers bien pire.
Aelita : pourquoi me dis tu ça Jeremie.
Jeremie : c'est un cercle vicieux celui que cède a la colère finira par haïr tous le monde et en retour on haïra cette personne.
Aelita : pourtant il est si facile de haïr pour la moindre chose qui nous contrarie.

Aelita avait mûrir depuis son expérience de "mort" cela lui avait donner une nouvelle approche de la vie, qui était un peu cynisme malheureusement. Aelita avait besoin d extérioriser cette colère mais elle devait prendre garde de n'a pas ce laisser submergé par celle ci et Jeremie l exhorta a le faire.

Jeremie : tu sais Aelita sa demande beaucoup de courage et de volonté pour ne pas céder a la haine
Aelita : et tu crois que j'ai assez de volonté pour y résister,moi j'en doute
Jeremie : je te l'ai dis Aelita tu n'est pas comme ça tu sais aimer les gens ce qui fait que tu ne peut pas haïr ton prochain.
Aelita : sa ne suffit de le dire faut encore le prouvé.
Jeremie : tu mas déjà posé la meme question au sujet de ton âme
Aelita : maintenant que je sais que je suis humaine je sais que j'ai une âme
Une âme pure lui répéta le blondinet a lunette.

Mais la aussi Aelita fut en désaccord avec se que venait de lui dire Jeremie, Aelita savait qu'en se monde tous n'était pas aussi blanc que Jeremie pouvait se l'idéaliser.

La pureté n'existe pas Jeremie c'est une vison idéaliste de nos bon coté.lui dit alors Aelita avec une conviction dans le fond de sa voix.
Qu'est ce qui te faire dire ça Aelita lui demanda Jeremie.
Aelita : tu ne peux pas parler de pureté en désignant les humains car c'est faux.
Jeremie : comment ça faux !!!
Aelita : nous ne sommes pas aussi pure que ça,il n'y a qu'a voir comment nous nous comportons entre nous.
Jeremie : entre nous !!!
Aelita : les hommes disent vouloir s'aimer et se font quand meme la guerre, et meme ce qui semble bon a l'extérieur et en faite pourri a l'intérieur.
Jeremie : ce n'est pas une certitude.
Aelita : rein n'est jamais sure et les apparences sont parfois trompeuse , regarde Sissi elle se conduit comme une peste et pourtant elle a montrer quelle pouvait faire preuve de courage et de sollicitude envers les autres,et pourtant les gens pour la plus part la déteste.
Jeremie : oui mais la tu parle de Sissi.
Aelita : elle ou un autre quelle différence dans le fond , nous vivons tous derrière des masques, que nous fabriquons avec des mensonges.

Pour Aelita si les gens ne sont pas honnête envers eux meme comment pourraient ils l'etre envers les autres.

Aelita : avec un telle comportement entre nous on peut comprendre que Xana veulent nous anéantir.
Jeremie : ne dis pas se genre de chose
Aelita : nous sommes plein de contradiction par rapport a Xana.
Jeremie : et lui est logique c'est ça , sa revient a dire que Xana a raison de vouloir nous exterminer.
Aelita : non Jeremie ce que je veux te dire c'est que je ne suis pas aussi forte que tu veux bien le croire.

"JE SUIS FAIBLE"


Aelita avait beau vouloir détruire Xana elle savait que seul elle ne pourrait pas y parvenir car falliat pour ça un détermination de caractère qui commençait a lui faire défaut a cause du doute.
Voila qu'elle était l'origine de la colère de Aelita sa propre faiblesse de caractère en faisait la proie au doute et a la peur et logiquement a la colère,Jeremie le compris a cette instant et pour lui une seule solution s'imposait pour Aelita

Alors a toi de devenir forte lui dit il a ce moment la.
Comment veut que je devienne forte alors que je suis si faible. lui répondit Aelita qui avait presque les larmes au bord des yeux.
Jeremie : tu dis ne pas être forte c'est déjà un pas vers la force
Aelita : comment ça ?
Jeremie : savoir reconnaître qu'on a des faiblesse et chercher a les combattre c'est la première étape

Il avait chez Jeremie le caractère déterminer que semblait manquer a Aelita, elle retrouva a son contact un peu de confiance en elle.

Jeremie ou trouve tu cette volonté lui demanda Aelita
Jeremie : en toi Aelita
Aelita : en moi
Jeremie : tu as inspire ma vie et je me me bat car je crois en toi

La foi en Aelita que témoignai Jeremie finit par convaincre Aelita de se battre, elle devait se montrer la hauteur des attentes de Jeremie, et plus que jamais la lutte contre Xana serait son objectif quelle qu'en soit le prix a payer.

Alors je deviendrai forte dit elle a Jeremie
Et je vais t'y aider lui répondit Jeremie.

Par la suite sous la tutelle de Jeremie Aelita développa un nouveau pouvoir, elle était maintenant capable de créer des champs des force dans ces mains, elle allait sur Lyoko pour s'entretenait a maîtriser ces nouveaux pouvoirs en prenant garde de ne pas trop s'éloigner de la tour du passage par laquelle Jeremie pouvait la ramener.

Le reste du temps Yumi venait leur tenir compagnie elles jouaient au jeu de GO avec Aelita pour lui change les idées,d'aillieur Aelita était très forte a ce jeu,cela avait au moins eut sa de positif d'être rester aussi longtemps sur Lyoko grâce a sa Aelita était devenu très intelligente

De son cote Jeremie travaillait sur un moyen d'aller traquer Xana sur le réseau,pourtant un doute subsistait dans l'esprit de chacun

Que diable Xana pouvait-il bien faire sur le réseau ?

Sans le savoir la prochaine rentré scolaire allait s'annoncer des plus agiter pour eux.





- Je ne veux pas mourir.

- j'ai peur.

- il fait froid...très froid.

- pourtant je ne peux pas ressentir la chaleur.

- j'ignore ce que c'est.

- je le crois du moins.

- il fait si noir maintenant.

- et cette sensation étrange

- serait-ce la solitude ?

- mais est-ce que je sais seulement ce que c'est que d'être seul ?

- autour de moi j'entends des voix.

- on parle , on s'agite ,on se perturbe.

- mes yeux s'ouvrent a la vie.

- est devant moi ,elle sont la.

- les ombres.

- je les connais

- je crois !!!

- qui sont-elles ? que sont-elles ?

- les ombres dansent autour de moi.

- elles s'approchent et me regardent.

- que me veulent-elles ?

- les ombres me saisissent et m'emmènent avec elle dans leurs danses.

- je ne peux pas leur résister.

- je ne cherche même pas le faire.

- je me laisse porter par elles.

- mon corp flotte au milieux du ballet des ombres

- où suis-je ?

- quel est ce couloir ténébreux ?

- Pourquoi les ombres m'y emmène t'elle ?

- y' vais-je pour mourir ?

- soudain la lumière !!!!

- j'en sens la chaleur.

- il fait très chaud.

- les ombres s'agitent, la lumière leur fait peur.

- la lumière se rapproche.

- une à une les ombres disparaissent dans la lumière.

- la lumière me fait peur a moi aussi.

- va telle m'emporter ?

- je ne sens plus mon corps.

- suis je morte ?

- je m'élève dans les cieux, je vole.

- mon corp et si léger.

- plus rien, le néant.

- Le tumulte fait place au silence.

- les ombres ont disparu , la lumière aussi.

- je marche je me mouvois par moi meme.

- ou vont me mener mes pas ?

- j' ère sans but.

- il fait froid et je me sens seul.

- ma vision se brouille.

- les ténèbres pose un voile sur mon regard.

- je m'égare, je me perd dans mes pensés

- où suis-je ?

- quel est ce lieux ?

- et cette autre question à laquelle je n'ai pas de réponse.

- qui suis-je ?

- Simplement quelqu'un qui doit mourir me dit la voix

- il y a quelqu'un ici ?

- Oui moi me fait la voix.

- Ou ete vous je ne vous vois pas ?

- je suis partout.

- qui ete vous ?

-..........

- pourquoi ne répondez vous pas ?

- sache que je suis celui qui te haïs.

- Pourquoi me haïssez vous ?

- Juste parce que tu existe.

- Alors j'existe !!!

- oui et tu m'est nuisible,pour ma propre survit je dois te tuer.

- lâchez moi !!!

- lâchez m... !!!

- j'..j'étouffe.......

A secours .................................aidez moi.


Brutalement Maeva se réveilla dans son lit dans un gloussement de fureur étouffé par le son râle de sa voix elle porta sa main a sa gorge.

Mais rien

Tous était calme dans sa chambre la seule chose qui fasse du bruit c'était le vent en dehors qui soufflait entre les feuilles des arbres, très perturber Maeva prend un certain temps a reprendre son souffle, peu a peu elle recouvre ces esprits et se rend a la réalité.

Ce n'était qu'un rêve, un autre rêve se dit elle a cette instant.

elle se recoucha sur son oreiller et fixa le plafond, dans la pénombre de sa chambre éclairé par la demi lune Maeva ne parvenait pas a retrouver le sommeil, biens blotti dans ces drap Maeva se pencha de coté le regard fixant toujours le néant,le repos lui semblais interdis tant son esprit était agité par moulte questions.

Ce rêve que pouvait il bien signifier ? se demanda t'elle

"Non ce n'est pas un rêve c'est un cauchemar".

A force de tourner dans son lit sans jamais trouver l'apaisement que réclamait son corps ,elle décida de consigné cette événement dans son journal temps que celui était encore présent dans son esprit.
Elle se leva et se dirigea vers son bureau et alluma sa lampe de chevet ,la lumière éclaira la pièce les ombres furent chassé par la lumière vacillante, elle pris son journal et détailla tous ce quelle avait vu et resentie dans ce cauchemar, peut être qu'en en parlant demain au docteur elle y verrais plus clair,sur ces nouvelles apparitions.

Que lui voulait ces ombres ?

Et cette voix qui voulait sa mort ? qui était elle ?

Qui pouvait bien souhaiter sa mort ?

Et en quoi son existence pouvait elle être nuisible a autrui ?

A chaque fois qu'elle fermait les yeux, Maeva savait que ces rêves allaient l'emmener dans des lieux bien étrange, ce cauchemar était tout aussi mystérieux que les autres, mais cette fois point de Lyoko ou de lion, point de miroirs sans reflet ni de jeunes hommes blond.
tous avait disparu au profit des ombres,Maeva se demandait bien qui pouvait être ces ombres qui l'avait transporter dans les ténèbres et cette lumière qui leur faisait si peur qu'est ce que cela pouvait être ?

Ombres et lumière encore une dualité, des sentiment très partagés,chaque endroit que visitait Maeva durant ces périples onirique était rattaché a un sentiments bien précis.

Amour et haine semblaient être ce que certaines personnes ressentaient pour elle dans le monde de Lyoko.
Même sa vision du jeune jeune était assez confuse, elle éprouvait pour lui une attirance inexplicable et en meme temps un dégoût profond.

Mais dans ce rêve-là c'était un tout autre sentiment qu'il l'habitait, une sensation que Maeva ne connaissait que trop bien pour l'avoir mainte fois éprouvé, ce sentiment était ....

La peur.

Mais la peur de quoi ?

La peur de qui ?

La peur des ombres ?

la peur de cette endroit inconnu ?

la peur de cette voix?

Pour Maeva la peur ne lui était vraiment pas étranger, dans ces rêves les démons qui peuplaient Lyoko lui faisaient peur car elle savait qu'ils lui voulait du mal,alors que paradoxalement d'autres semblaient se battre pour la protéger et maintenant voila qu'une ombre indéfinissable voulait sa mort, une ombre emplis de haine.

Encore et toujour de la haine a son égard cela ne finira donc jamais ?

Peut être n'était-ce juste un banal cauchemar se dit Maeva.

Etait-ce du au faite qu'elle passait sa première nuit dans un lit qui n'était pas le sien, il faut dire qu'avec le temps Maeva c'était habitué à lit de l'hospital et meme si il n'était pas aussi confortable que celui ci, les raisons de ces insomnies étaient tous autres.

L'hôspital, sûrement le pire souvenir de sa courte vie que aurait bien voulu gommer de sa memoire, jamais au monde elle n'avait pu connaître un endroit plus effrayant que celui-ci hormis peut-être le monde de Lyoko.

Mais celui n'était pas un rêve, ce quelle y avait vécu avait été bien réel, un cauchemar éveillé donc elle ne pouvait pas s'échapper.
Dans cette endroit Maeva avait appris ce qu'était le mépris, mais paradoxalement elle y avait aussi appris la vie.

Elle se souvient parfaitement du premier jour où elle est arrivé à l'hospital et de ce qu'elle a ressenti ce jour-là
cette impression d'être enfermé de n'être considéré comme une moins que rien par tous ceux qui la côtoyait.

Une prison voila ce qu'était l'hospital pour Maeva.

############################ FLASHBACK ############################

Le Journal de Maeva chapitre 05 hospitalisation.

Bon il est temps dit aller fit le docteur.

Clarisse pris Maeva et la serra très fort dans ces bras, le petite fille en fit de meme en retour, elle pouvait ressentir la peine qu'éprouvait cette femme qui jusqu'à la avait été une mère pour elle.
Privée de l'usage de la parole Maeva ne pouvait pas exprimer ce quelle ressentait mais au fond d'elle ce départ lui faisait de la peine.
Même si la situation lui avait été expliquer par le docteur et Clarisse la séparation était inévitable et le docteur pressa la pas car plus sa durerait plus se serait douloureux pour tous.

Maeva regarda toutes ces personnes qui lui disait au revoir en lui demandant d'être forte, de faire attention et surtout d'être très sage avec le docteur, lui meme adressa ces remerciement au shérif et a Clarisse pour tous ce qu'il avait fait,il leur promis qu'il s'occuperait bien de Maeva et qu'il ferait tous l'aider a guérir.
Le docteur invita la petit fille a monter sur le siège avant du véhicule il lui attacha sa ceinture de sécurité,il monta a son tour a l'avant il pris le volant et mit en marche le moteur
tous doucement la voiture commença a faire demi-tour dans la cour avant de rejoindre la route.
Maeva jeta un dernier regard sur ceux qui lui faisait de grand geste d'adieux, au fur est mesure qu'ils s' éloignait Maeva ne les quitta pas des yeux et ceci aussi loin que son regard pu porter elle les regarda jusqu'à ceci ne fusse plus que des points noir imperceptibles.

Elle aurait du être effrayer par ce subite changement mais le docteur était a ces cotes et cela suffisait a la rassuré
Peu a peu la le véhicule quitta la petite ville de Kingston valley il passa par la route national N74 qui était de nouveau ouverte, d'après l' itinéraire choisit par le vendeur de locations de véhicules pour rejoindre l'hospital de Madison il faudrait une bonne heure et demie de route.

Les paysages défilaient sous les yeux de Maeva, la petite était en émerveillement a la vue des arbres qui se dressait sur les montagnes et des rivières qui coulait dans leur lit,rapidement aux paysage rupestre se succédèrent quelques étendues de praire verdoyante et a chaque fois qu'il croisait une voiture Maeva tournait la tête pour la voir passer.

Chaque chose que voyait Maeva semblais être nouvelle pour elle, les couleur or et vert de la nature et celle de ces animaux bizarre dans les champs qui semblaient manger le sol,tous en regardant le docteur elle pointa du doigt contre la vitre pour savoir ce que c'était.

Le docteur était surpris de cette réaction, Maeva n'avait t'elle jamais vu de vache de sa vie, c'était a croire qu'elle avait été tenu a l'écart du reste du monde,si cela s'avérait vrai il y aurait beaucoup de travail a fournir pour la guérir.
Au bout de 40 minutes de trajet le docteur fini par rejoindre la voie principal de l'autoroute qui devait les conduire jusqu'à là grande ville de Madison.

Roulant a vive allure le docteur alluma la radio histoire de mettre un peu d'ambiance, Maeva regarda avec curiosité cette étrange boite d'où provenait cette musique, mais elle ne s aventura pas a la toucher,Maeva se laissait bercer par cette musique et en particulier par cette chanson," a secret life" que diffusait la station radio.

A la sortie de l autoroute , les panneaux indiquèrent que l'hospital n'était qu'a 5 miles c'est encore la banlieue au bout de 10 minutes la voiture arriva devant le centre hospitalier de Wilbertown.

Le bâtiment était flambant neuf l'aspect un peu carré et les mur blanc qui parcourait l'enceinte lui donnait un coté bloc, c'était dans l'une des ailes de cet hospital que se trouvait le service de la petite enfance ou serait soigner Maeva.

Et elle pouvait espérer être bien soigner grâce a généreuse subvention octroyer par l'état et quelques entreprise privée, l'hospital était équipées des dernières technologies de diagnostique et il comptait en son sein de brillant médecin ,régulièrement l' université de Madison y envoyait beaucoup de stagiaires pour faire leur classe.
Le docteur avait le privilège d'y avoir son propre bureau, ce qui lui facilitait assez la tache lors de ces diagnostiques,arrivant par la petite entrée de service le docteur se gara sur son parking privé.
Une fois sortis du véhicule il prit Maeva par la mains et allèrent ensemble en direction de l' entré numéro 3 Maeva était un peu intimider par cette endroit
ils passèrent sans encombres les portes automatiques mais avant d'avoir pus aller vers son bureau le docteur fut interpoler par un infirmier.

Bonjour docteur Robinson fit bien un infirmier
Dr : bonjour Samuel comment allez-vous ?
Samuel : très bien et vous ?
Dr : de meme je suis en pleine forme.
Samuel : comment c'est passer votre voyage ?
Dr : bien je n'ai pas eut trop de problème pour revenir ça a été assez rapide.
Samuel : je vois nous ne vous attendions pas aussi vite.
J'ai précipite mon retour dis alors le docteur en regardant sa petite protégé.
Samuel : bien je vois que vous nous amener une nouvelle patiente
Dr : je vous présente Maeva
Bonjour Maeva lui fit alors Samuel.

Maeva eut un petit mouvement de recul a la vue de cette homme a la couleur de peau très différente, Samuel était un afro-américain et Maeva n'avait encore jamais vu personne avec cette couleur de gâteau au chocolat, de plus sa carrure massive d'ancien footballeur américain ne fit rein pour arranger les choses , elle se mit alors en retrait derrière le docteur Robinson .

elle peur de moi fit Samuel
Dr : elle est très traumatisé et elle a peur de étrangers
Je vois fit l'infirmier.
Sinon est ce que tous est près demanda la docteur.
Samuel : oui docteur nous avons préparé la chambre 24 A.
Dr : c'est parfait

Ayant pris le soin d'avertir l'hospital a l'avance le docteur avait fait préparer une chambre spéciale pour Maeva, c'est dans cette nouvelle environnemt que Maeva allait passer les 5 prochain mois a se faire soigner.

Vient Maeva je vais te monter ta nouvelle chambre fit le docteur
Samuel : attendez je prend mon pass et je vous accompagne
Dr : on vous attend

Après s'etre muni de sa carte électronique l'infirmier accompagna le docteur et Maeva jusqu'à sa futur chambre, en passant par les couloir Maeva croisa d'autre enfant comme elle,mais ils étaient très bizarre, ils portaient tous des sortes de grande robe verte et d'autre était dans des chaise avec de grande roues, il en eut meme un qui poussa des cris sans raison au passage des trois personnes cela fit très peur a Maeva qui se cramponna de plus belle au docteur,celui ci passa sa mains derrière sa tête pour lui signifier qu'il la protégeait.
Maeva n'était pas dans asile de fou mais dans un service qui s'occupait des enfant peu développé ou atteint de troubles de neurologique, Maeva ferma les yeux et se laissa guider par le docteur jusqu'au bout du couloir, il finirent par arriver devant une porte métallique vitrée

Nous y voila chambre 24 A dit alors Samuel.

L'infirmier pris sa carte magnétique et la passa dans la serrure électronique,le bruit significatif de la gâche électrique signala que le verrou était débloquer et la porte s'ouvrit.
tour a tour tous les personnes rentrèrent a l intérieur de la future chambre de Maeva.

La pièce était très dépourvu de mobilier particulier a par un lit sur lequel était posé une couverture et un oreiller il n'y avait guère de chose, la chambre avait une fenêtre qui donnait sur l'extérieur mais il y avait des barreaux et la fenêtre était derme l'infirmier expliqua au docteur que de nouvelle directive avait été donné par le responsable de l'hospital le docteur Holstein et que c'était pour sa propre sécurité se que le docteur approuva moyennement.

Elle ne le savait pas encore mais Maeva allait passer ici les pires moments de sa vie,l'hospital allait être pour elle un enfer aseptisée de tous sentiments.

C'est alors qu'un autre infirmier arriva il informa le docteur Robinson que le directeur voulait le voir immédiatement, le docteur ne voulait pas abandonner Maeva tous de suite mais vu l'urgence il dut s'exécuter , il expliqua la situation a la petite fille et lui promis de revenir le plus vite possible
Dr : écoute moi Maeva je vais absenter un petit moment mais après je vais revenir.

la petite fille le compris bien elle laissa le docteur s'en aller avec Samuel après que la porte se sois refermer Maeva fit le tour de la pièce elle regarda chaque chose qui si trouvait mais seul le lit et une table donc le coin était arrondi pour ne pas qu'elle se blesse

Dans le couloir elle pouvait entendre des voix mais elle avait du mal a comprendre se qui se disait
une drôle de sensation s'empara d'elle, elle eut soudain du mal a respirer elle se mit sur son lit pour essayer de se soulager mais rein n'y fit, cette sensation d'être enfermé lui était familliere mais elle ne savait en quoi et cela déclencha ces elle un crise d'angoise qui fut accompagne d'une respiration saccadée elle aurait voulu se lever mais sont corp refusait de lui obier, panique elle regardait de tous les cote sans pour autant pour faire quoique se soit,son manque de souffle finit par la faire sombrer dans l'inconscience.














L.T.I -Angleterre - 17 septembre 2004 - 10 h 52

Dans les allées de l'université deux personnes posé sur un banc en bois attendaient tranquillement que l'on vienne a leur rencontre.
Le colonel et le major avaient réussi a obtenir un rendez auprès du professeur Moritaka, en homme occupé qu'il était le professeur avait du faire attendre ces invités dans le couloir principal.

Pour passer le temps le colonel fit quelques allé et venu dans le couloir,l'université était un bâtiment de style assez ancien formé de plusieurs ailles parcouru par de grand couloir en forme de voûte et donc le sol était fait constitue de dalle marbré verte, lors de son petit tour le colonel en profita pour jeter un coup d' oeil sur les différentes vitrines en bois ou étaient exposer diplômes et trophées , tous le long du mur était accroché les photos des plus illustres professeurs et celle des élèves qui avait en leur temps marqué leur passage .
a contrario de son officier supérieur le major était très sereine, pour passer le temps elle avait amenée quelques revu scientifique,de son côté l'homme ne savait plus comment calmer son impatience cela faisait bientôt une heure et demi qu'on les faisait attendre.

C'est long fit le colonel au major
M. Cartwright : je vous avais prévenu mon colonel qu'on aurait sûrement a attendre
C.Perec : je me dis qu'on aurait puis venir avec une heure de retard cela n'aurais déranger personne.
Cela n'aurait pas été correct.lui répondit alors le major.
Ah parce que vous trouvez qu'il est correct de nous faire attendre pour rien rétorqua le colonel.
M. Cartwright : de toute façons maintenant que nous sommes la, nous n'allons pas rentrer.

Le colonel dut se faire une raison , il était embarqué dans cette histoire et il devrait attendre dans cette endroit de rigueur et de solitude, la seul animations qui vint briser cette monotonie fut l'apparition d'un surveillant général qui amenait avec lui un élève pour le moins récalcitrant.

Cette fois si Jack tu va pas y couper, je vais t'amène chez le recteur et la mon gaillard tu va voir ce qui t'attend lui fit l'homme
Vous pouvez me lâcher Mr gonzales je connais très bien le chemin lui signifia le jeune homme
On me la fait pas a moi , si je te lâche la bride tu serais capable de te sauver lui rétorqua l'homme.

L'homme dont la corpulence en imposait semblait savoir se faire respecte mais il avait un petit coté gros nounours qui lui donnait un air peu méchant.
il fallait croire que la disciple était très stricte dans ce genre d établissement, le major expliqua au colonel que l'on pouvait toujour trouver des "WILD GUYS " dans les campus.

Mais il ne fallait pas se leurrer sur la dégaine chaloupé du garçon elle n'était en rien le reflet significatif de sa vraie condition sociale, en effet seul des gens issu des milieu aisé pouvait s'offrir des études dans cette université a l'exceptions des élèves qui avaient put obtenir une bourse d'études.
Aussi rebelle qu'il pouvait en donner l'air ce garçon était sûrement un de ces fils a papa qui se la joue insoumis et qui rejoigne des confrérie qui préfère se faire appeler bande car sa rajoute un petit coté insoumis a leur démarche
mais il n'y a pas a douter que plus tard ces "Anarchistes" intégrerons la société comme de gentils petit moutons.

Le colonel se trouva alors une certaine ressemblance avec ce garçon il se rappela que dans sa jeunesse il faisait lui aussi partie d'une bande et que l' autorité il l'avait souvent bravé.
Mais depuis qu'il était rentrer dans l'armée il c'était assagit pour mieux répondre au attemte de sa hiérarchie mais au fond lui il y avait toujour conservé se petit coté adolescent rebelle et cela je traduisait encore un peu par son manque de patience.

C.Perec : bon il va encore nous faire attendre longtemps votre professeur ?
M. Cartwright : je vous en prie colonel modérer votre impatience.
C.Perec : je la modère je trouve juste que votre "doc" il fait une sacrée entorse à la ponctualité anglaise.
Son statut particulier du professeur l'en excuse lui répondit le major.
C.Perec : sa n' excuse pas tous major.
M. Cartwright : c'est parfaitement compréhensible colonel, c'est un homme très occupé il et donc normal qu'il accuse un léger retard.
C.Perec : un léger retard !!!! 1 h30 vous appelez ceci un léger retard.
M. Cartwright : n'éxagérons rien ce n'est pas un drame.
C.Perec : major je ne vais pas vous apprendre que le manque de ponctualité peut parfois tous gâcher.

Le colonel n'avait pas tort dans l'armée la ponctualité est une notion vitale, savoir respecter un horaire était une condition nécessaire à la réussite d'une bonne mission, mais apparemment le major faisait défaut a cette règle ce qui pouvait apparaître étrange de la part d'une personne si a cheval sur le règlement, mais comme cette dernière n'était prêt a vouloir en débattre le colonel préféra changer de sujet et demanda au major si celle ci avait progresser dans ces travaux.

Sinon de votre côté ça avance votre petit projet personnel dit le colonel
M. Cartwright : j'ai bonne espoir de réussir à trouver une solution aux problèmes
C.Perec : je le souhaite pour nous tous.

Le colonel ne pouvait évoquer ouvertement leur sujet de conversation, il devait avant tous se montrer discret au cas ou d'indiscrètes oreilles viendrait a entendre ce donc il discutait, alors ils parlèrent de choses un peu floues,de progrès accompli,ce qui ne pouvait que passer inaperçu dans un milieux aussi technologique.

Au bout d'une demi-heure d'attente supplémentaire une personne finit par venir à leur rencontre.

C'était un homme typée asiatique, la cinquantaine bien accompli, il étaient vêtu dune grande blouse blanche et d'un pantalon en tweed il portait avec lui une petite serviette, à sa vue le Major se leva et s'en alla le retrouver immédiatement.

Bonjour professeur Moritaka dit alors le major a l'homme
Bonjour a vous miss Cartwright lui répondit alors le professeur
M. Cartwright : je suis si heureuse de vous revoir.
P. Moritaka: et moi aussi cela me fait aussi tres plaisir de vous revoir, cela fait quoi maintenant ? 10 ans que nous ne nous sommes pas vu
M. Cartwright : 9 ans depuis la fin de mes études secondaires et l'obtention de mon doctorat, et depuis j'ai été très très occupé.
P. Moritaka: j'ai appris que vous aviez opter pour une carrière militaire.
M. Cartwright : en effet professeur je vois que vous êtes bien informer.
P. Moritaka: je trouve dommage que vous ailler choisit la voie militaire, alors que vous étiez promis a un grand avenir en temps que scientifique.
M. Cartwright : j'ai fait le choix de servir mon pays.
M. Cartwright : je ne suis pas surpris,j'ai toujours vu en vous une grand patriote.

Le colonel semble-t-il tenu a l'écart se mis a toussé pour rappeler que lui aussi existait

P. Moritaka: pardonnez-moi je crois que nous n'avons pas été pressente je suis le professeur Yusuke Moritaka
C.Perec : enchanté professeur moi je ...

Mais avant que le colonel n'eut le temps de dire quoi que se soit le major lui coupa la parole

Je vous présente M. Perec, mon secrétaire particulier fit alors le major
P. Moritaka: votre secrétaire !!!
C.Perec : son secrétaire !!!
M. Cartwright : mon secrétaire oui ,vous savez ce que c'est d'être occupé a la recherche on n'a pas le temps de s'occupé de l'administratif alors c'est lui qui prend en charge la plupart de mes dossiers.
comme je peux vous comprend lu dit le professeur
Et il m'est très utile pour preuve je l' emmène partout avec moi fit le major
P. Moritaka : un secrétaire particulier, j'ai impression que l'on vous bichone dans l'armée
Le privilège du grade répondit le major.
il semblerait dit le colonel tous bas

Le colonel se retint bien de dire quoi que ce soit devant le major et le professeur mais il ne pouvait pas encaisser ce coup bas
Apparemment il y avait aussi chez le major ce mépris qu'on les Anglais pour les Français, par tradition il savait que ces concitoyen avait toujours été rabaissés depuis la nuit des temps par les britanniques,il faut dirent qu'en contre partie il en avait toujour et de meme pour les français qui considérait les rosbif comme des être snob, il décida donc garder ces reproches pour plus tard et d'attendre le bon moment pour les ressortirent.

P. Moritaka : je vous envierait presque, nous n'avons qu'une secrétaire pour 5 professeurs ici
M. Cartwright : professeur je sais que nous pourrions passer des heures a évoquer tous ça mais ce n'est pas le but de notre visite.
Je m'en doute bien lui fit le professeur
M. Cartwright : je voudrais vous exposer la raison de notre visite
P. Moritaka: soit mais je ne pense pas que ce soit l'endroit le plus adéquate, venez allons dans mon bureau nous serons plus a l'aise pour discuter.
M. Cartwright : nous vous suivons professeur, venez Mr Perec.
Je vous suis Miss Cartwright fit le colonel en grinçant légèrement des dents.

Escorté par le professeur Moritaka, ils se rendirent dans son bureau ou plutôt sa loge comme elle était appelée ici , et à celui-ci ne tranchait pas beaucoup les autre pièce du bâtiment qu'avait pus voir , a la différence peut être de la présence de pleins de livres et bouquins d' astrophysique est de mathématiques ainsi que quelque ouvrages traitant sur les ordinateurs est bien sur sans oublier les mémorables récompense et diplômes qui étaient accrochés au mur qui montrait toute l'importance que cet homme avait et toute l' autorité qu'il pouvait exercer dans son domaine, le professeur s'assit sur son fauteuil et pria ces invités d'en faire autant.

P. Moritaka : asseyez vous.
M. Cartwright : merci professeur.
P. Moritaka : venons en faite quel est le but de votre visite miss Cartwright.
M. Cartwright : toujours aussi directe professeur
P. Moritaka : tous comme vous l étiez a l'époque.
M. Cartwright : et bien voila j'aurais besoin de votre aide professeur.
De mon aide !! dit le professeur.
Oui parfaitement de votre aide répéta le major
Et de quelle façon puis je vous aider demanda le professeur.
M. Cartwright : en faite se serait plutôt le concours du votre super-calculateur de votre université qui me serait utile
P. Moritaka : est en quoi notre super-calculateur peut bien vous intéresser ?
M. Cartwright : se serait pour effectuer une série de calculs très particuliers.
P. Moritaka : ne disposez vous donc pas de se genre de matériel dans vos laboratoire militaire.
M. Cartwright : oui mais il sont tous utiliser pour d'autres application et je n'ai guère l'occasion de pouvoir les utiliser pour mes recherches.
P. Moritaka : et sur quoi porte vos recherches
M. Cartwright : sur la télémetrie asymétrique et sur les ondes courtes des fréquence atomiques .
P. Moritaka : intéressant vous étudiez les effets des retombes atomiques.
M. Cartwright : en effet c'est cela.

Les explications que fournissait le major était des prétextes bidon elle ne pouvait pas informer le professeur que ces véritables recherches concernait la sécurité national

M. Cartwright : .... se sont des simulations que je dois effectuer.
P. Moritaka : et quoi cela pourra vous servit effectuer de telle simulations
M. Cartwright : je regrette mais mes recherches doivent rester secrète
P. Moritaka : je comprend,mais alors pourquoi passer par moi vous aurez dut voir le recteur pour ça ?
M. Cartwright : voyez vous professeur il se trouve que j'ai la un papier pour un ordre de réquisition de votre machine que je dois remettre au recteur, mais plutôt de le faire de force je préfère vous le demander comme un service de scientifique a scientifique et j'espère votre soutiens, après le reste ne serait alors qu'une formalité.

Par respect envers le professeur Moritaka le major n'avait pas voulu abuser d'un pouvoir qui lui avait été légué par ces supérieur, elle avait voulu la jouer tous en douceur , elle savait que le professeur Moritaka n'aimait pas qu'on lui force la mains et elle ne pouvait pas faire sa a son ancien mentor, en retour si il disait oui elle savait qu'elle pourrait compter sur son concours pour ces expériences pour la mise au point d'un filtre anti-parasite tous en prenant soin de lui cacher l'essentiel.
la chance voulu aucune expérimentation n'est prévue pour les deux semaines à venir ,se fut avec le plus grand plaisir que le professeur appuya la demande du major qui avait par le passé été sa meilleure élève.

Après être passer par le bureau du recteur afin d'officialiser la démarche le professeur Moritaka emmena ses hôtes visiter la salle du super calculateur.afin que le major puisse se familiariser avec son nouvel environnement de travail

Accompagné du professeur ils commencèrent à déambuler dans les différents couloirs de l université passant dans pavillon a l'autre la il arrivèrent devant une énorme porte en bois massif.
Ils entrèrent dans la pièce et la le major cru bien qu'elle allait défaillir quand elle se trouva en face du super-calculateur.
Celui avait la forme d'un demi cylindre posé sur le sol,les câbles d'alimentations électrique arrivait par derrière l'énorme machine sur les flan de laquelle se trouvait deux terminaux d' ordinateur.
C'est avec une certaine fierté que le professeur fit les présentations.

P. Moritaka: voici le N. H. K. 63 le dernier modèle de super-calculateur de simulation.capable de d' effectuer 40 téraflop a la seconde.
C'est une merveille technologique dit alors le major

Pour la première fois le regard d'austérite du major avait disparu , il avait fait place a une mine enjouer presque émerveillé , le major s'approcha de la machine pour mieux la contempler.
Le spectacle avait de quoi surprendre le colonel , le très sérieux major c'était soudainement effacé pour laisser la place a une autre personne, on aurait dit une petite enfant devant un succulent gâteau, comment une telle machine pouvait elle la mettre dans un tel émoi ?

Décidément je comprendrait jamais les scientifiques se dit le colonel Perec dans sa tête.

P. Moritaka: ce super calculateur nous permet de simuler des percussions d'atomes lancer a la vitesse de la lumière.
M. Cartwright : sur quelle base de travail effectuer vous simulations
P. Moritaka: sur les phénomènes de diffusion
M. Cartwright : les théorèmes de thompson
P. Moritaka: oui et nous extrapolons sur les éventuelles radiations et émissions d'énergies qui pourront être produites par ces percussions
M. Cartwright : par effet de.............

Alors que les deux scientifique parlaient physique nucléaire le colonel quant à lui était complètement en dehors de la conversation, il ne comprenait pas un mot de ce que disaient les deux personnes, il préféra regarder la machine qui était devant lui,pour sa part il n'avait jamais vu de super-calculateurs du moins un modèle qui soit intact.
Il se demandait bien ce que l'organisation de Xana pourrait bien faire avec une telle machine, il pris alors le risque d interrompre la conversation afin de s'assuré d'un petit détails qui le travaillait depuis peu.

Excusez moi professeur je pourrais savoir si cet ordinateur est connecté au réseau mondial.demanda alors le colonel au professeur Moritaka.
P. Moritaka: en quoi cela vous intéresse il Mr Perec ?
C.Perec : oh simple curiosité technique c'est pour un des rapport du major.
C'est exact confirma le major qui voyait ou le colonel voulait en venir.
P. Moritaka: oui par extension il est connecté au serveurs de l'université de façon à ce que d'autres laboratoires universitaires dans le monde puissent disposer en temps réel des calculs et des résultats que nous obtenons sur la machine.
C.Perec : et votre réseau et il sécurisé ?
P. Moritaka : en voila une drôle de question
C.Perec : simple question , mais de nos jour avec Internet et tous ces pirates du web ,je me disais qu'il serait tentant de le pirater pour s'amuser.

A cette instant le professeur faillit s'étouffer de rire mais il se retiens bien pour ne pas vexer son interlocuteur.

P. Moritaka : sachez que cette machine n'est pas un ordinateur de bureau, on ne peut pas le pirater comme ça.
C.Perec : vous savez moi je vois un clavier un écran et une unité central dune taille certes conséquente alors je me dis....
P. Moritaka :.. il n'y aucun risque de ce coté la car son principe de fonctionnement est très différent des ordinateurs que l'on peut trouver sur le marché, celui ci est pourvu de verrou de sécurité très performant,qui nous en protége contre toutes éventuelles intrusions extérieures.
C.Perec : je sais par expérience que rein n'est inviolables.
P. Moritaka: dans la pratique c'est autres choses, pour réussir a forcer l'accès il faudrait une puissance équivalent ou supérieur au 40 téraflop donc nous disposons et dans le cas présent je doute que cela soit possible surtout depuis que nous avons fait améliorer cette machine.
M. Cartwright : vous l'avez améliorer
P. Moritaka : oui il y as peu de temps nous avons intégré un nouveau composant qui nous ont permis d'augmenter de façon considérable sa puissance,
M. Cartwright : un Upgrade
P. Moritaka: c'est exactement ça et au niveau des expérimentations cela c'est connut immédiatement.
M. Cartwright : sur quelle échelle de proportion
P. Moritaka: la puissance de la machine a été multiplier par 4
M. Cartwright : par 4 ?!!!
oui par 4 confirma le professeur Moritaka
M. Cartwright : c'est une sacré mise a niveau mais comment cela est il possible
P. Moritaka: grâce a un nouveaux modèle de carte a puce révolutionnaire que nous avons a achète récemment.
M. Cartwright : un seule carte a puce a pus faire ça !!!!
P. Moritaka: sa peut paraître surprenant mais le résultat et la
M. Cartwright : vous n'avez pas eut besoin de tous changer pour amélioré le système de base
P. Moritaka: cela n'a pas été nécessaire nous avons juste eu a l interfacé avec le système existant et en un claquement de doigt notre ordinateur était 4 fois plus puissant.

Le professeur aurait continuer son explication mais le premier son de cloche des cours de l'apres midi venait de sonner.

P. Moritaka: il est l'heure je dois vous laisser on m'attend en cours
M. Cartwright : faite donc professeur je serais me débrouiller
P. Moritaka: je vous revois dans 3 heures
M. Cartwright : a tous a l'heure professeur Moritaka.
P. Moritaka : amusez vous bien miss Cartwright fit le professeur en clignant de l'oeil

Après que le professeur se soit absenter, le major et le colonel restèrent un moment dans la salle pour observer cette machine d'ailleurs le colonel profita de cette occasion pour faire quelques remarque au major.

Alors ainsi je suis votre secrétaire dit le colonel au major
M. Cartwright : je vous en prie colonel vous n'allez pas me le reprocher
C.Perec : non mais vous auriez pus trouver autre chose que "secretaire particulier"
M. Cartwright : et quoi donc ? je ne pouvais pas vous présenter comme étant un scientifique
C.Perec : vous auriez put
M. Cartwright : est quand le professeur Moritaka aurait commencé à vous poser des questions d'ordre technique qu'auriez-vous répondu ?
C.Perec : et bien...

Le Major venait encore de marquer un point, le colonel aurait été totalement incapable de répondre à la moindre des questions techniques qui lui aurait posées le professeur Moritaka, une fois de plus le major c'était montré plus perspicace que son supérieurqui dut reconnaitre sa défaite.

C.Perec : bon pour cette fois je vous concède la victoire.
M. Cartwright : je pensais que nous faisons équipe et non une compétitions
C.Perec : vous aimez toujours avoir le dernier mot vous
M. Cartwright : quand je conclus un exposé et je veux etre sur qu'aucun doute ne subsiste
C.Perec : c'est ce que je disais vous voulez toujours avoir raison.
M. Cartwright : peut importe maintenant nous avons accès au super calculateur je vais pouvoir expérimenter mes recherches.
C.Perec : sur vos fameux filtres anti parasite
M. Cartwright : et sur la détections des charges d'énergie sur le réseau, je vais en avoir pour des semaines.
C.Perec : on dirait que sa vous fit plaisir tous ça.
M. Cartwright : pourquoi dites vous ça ?
C.Perec : elle a l'air de vous fascinez cette machine
M. Cartwright : c'est vrai si nous pouvions bien avoir des super calculateur comme ça a la base je ne sortirait sûrement plus du laboratoire.
Ah bin bonjour les permissions lui fit le colonel.

Le major était vraiment un féru de travail a croire que manipuler des chiffres a longueur de journée était une passion pour elle,le colonel l'avait remarquer au nombre de grille de soduku qu'elle avait remplis en heure sur son magazine.mais le major avait d'autre objectif pour le moment, travailler sur cette machine en était un

M. Cartwright : au moins maintenant je pourrais mettre au point mes programmes sur ce super-calculateur durant les deux semaines a venir
C.Perec : et avec un peu de chance Xana cherchera peut être a s'en emparer.
M. Cartwright : vous croyez toujours que l organisation Xana cherche a prendre le contrôle des super-calculateurs.
C.Perec : j'en suis persuader
Vous vous basé sur quoi pour affirmer ceci demanda le major
Je fonctionne a l' intuition lui répondait aussi sec le colonel
Et moi a la logique rétorqua le major
C.Perec : chacun sa méthode
M. Cartwright : c'est a ce demander comment notre équipe peut fonctionner
C.Perec : je me le demande aussi

Les deux agent avait semble chacun de leur façons de procède mais pour le moment l'avantage était du cote du major qui avait une théorie pour repousser les attaques de xana mais le colonel n'entendait pas en rester la, il trouvait bien le moyen de prouver au major que lui aussi pouvait être utile.

Les deux prochaines semaines allait etre consacre a la mise au point d'un système de barrière pour contrer Xana, le colonel lui se demandait bien se qu'il pourrait affaire pendant ce temps le major lui conseilla de lire tous les dossiers quelle avait pris soin de mémoriser sur son ordinateur portable , a cette nouvelle le colonel sentais de nouveau le mal de tête le gagner.

Mais les événements qui allait survenir donnerai une nouvelle tournure a leur enquête.






Journal de Arnaud Morillon 29 juillet 2005

Compte-rendu d'analyse journal vidéo numéro 10

Le grand jour approche et je suis de plus en plus excité à l'idée de faire la présentation de mon projet Vger 2.0
---
A coup sur cela va tous les étonner.
---
En particulier mes trois ex professeur ou plutôt mes deux vu que l'un est a L'hôspital,
je l'ai appris récemment par jack mon ancien colocataire de chambre que l'un des membres du trio infernal avait finis a l'hospital suite a un accident, d'après ce que ma dit jack il aurait été blesser au cours d'une expérience sur le super-calculateur de l'université.
---
En dépit de tous je souhaite au professeur Moritaka un prompt rétablissement.
---
Je suis du genre rancunier mais pas au point de souhaiter la mort de quelqu'un.
---
Ceci dit il me reste toujours les deux autres a me farcirent et croyez bien que dans deux jours je vais pas les louper.
---
Se sera magnifique
---
Quoi que .....
---
Malgres cette réjouissante perspectives, je ne peux pas m'empêcher d'être un peu de jalousie vis a vis de Tanit
---
Car je sais que toutes l'attention va être concentrer sur elle.
---
Du coup sa va me laisser peut de place pour briller.
---
Mais pas c'est grave je suis jeune et je sais que le jour venu mon heure de gloire viendra
---
Comme l'as dit l'autre : "il faut savoir commencer dans l'ombre des plus grand"
---
Et si j'avais voulu brûler les étapes peut être n'aurais je jamais rencontrer Sinon et la dieu seul sait ce qu'il serais advenu de moi.
---
Mais aujourd'hui j'ai la chance de pouvoir controler mon destin et je vais montrer a tous que la vie n'est pas une fatalité.
---
J'ai un regret tous de fois j'aurais voulu que ma mère soit encore la pour assister a sa
---
elle aurait été si fier de son fils.
---

( Maman...tu me manque.)
Bon je ne vais pas m'apitoyer sur mon sort j'ai depuis longtemps pris en mains les rennes de mon destin, avec la meme audace qui m'as toujours fait avancer je vais braver la foule et leur montre se donc je suis capable.
---
Oui Arnaud tu peut le faire.



############################ FLASHBACK ############################

LTI ( london tecnhologie institute) 24 mai 2004 13 h 27

On frappa à la porte du bureau du recteur, la personne qui se trouvai a l'intérieur autorisa a ce que l'on rentre ,sans attendre un homme pénétra dans la pièce il s' agissait du surveillant général des dortoirs Mr Gonzales qui amenait Arnaud.

Gonzales : je vous amène Mr Morillon
Recteur : merci a vous Tim vous pouvez vous retirer
A vos ordres Mr le recteur fit Mr gonzales en faisant un salut militaire.
Recteur : et Tim je vous en pris arrêter d'être aussi formel ce n'est pas l'armée ici
Gonzales : Pardon Mr le recteur

Sans plus attendre Tim Gonzales se retira laissant Arnaud en compagnie du recteur de l'université et d'un autre homme qui était assit dans un fauteuil.
Arnaud regarda attentivement le recteur qui l'avait fait convoqué pour une raison qu'il devinait aisément, le recteur était un vielle homme a l'air austère âgée d' une soixantaine d'années très dégarnies le niveau de la tête, pour Arnaud il lui faisait penser a Jean Luc Picard le capitaine de l' entreprise D , en face de lui se tenait l'autre homme qui devait avoir la trentaine ,il portait un costume noir et gris très chic ces cheveux noir bien coiffé lui donnait un air BCBG seulement sont regard perçant avait de quoi vous glacer le sang.

Asseyiez vous Mr Morillon lui pria le recteur

Arnaud obéie sans discuter mais l'homme dans le fauteuil ne cessas pas de le dévisager, cette attitude parut pour le moins gênant pour Arnaud qui se demandait qui était cet homme.

Recteur : Mr Morillon je vous remercie d être venu.
Comme si j'avais eut le choix lui répondit froidement Arnaud qui était encore énerve par son échec.

Vexé par la réflexion de Arnaud le recteur préféra ne rein dire devant son invité, il fit d'abord les présentations avant de lui expliquer le but de sa convocation.

Recteur : en premier lieu Mr Morillon je voudrais vous présenté Simon Watson de la société Cyclotron.
Arnaud : Cyclotron !!

Le noms que venait de prononcer le recteur n'était pas étranger a Arnaud ,la société Cyclotron était le plus importants financier de l'université, elle était très réputé a travers tous le royaume unie pour son apport a la technologie informatique, c'est elle qui leur avait fournit le modèle de super-calculateur et bon nombre d'étudiants travaillait dure dans l'espoir de pouvoir un jour intégrer la société, mais seul l'élite était choisit
Intégré la société n'était pas seulement pour le prestige mais aussi dans l'espoir de pouvoir collaborer avec l'un des plus grand chercheur au monde en matière d'informatique.

Un homme très connu donc le noms était plus respectable a lui tous seul que celui de Weller Moritaka et zalinski réuni, il s'agissait du professeur Henry Hopkins,connu dans le monde entier pour ce contribution dans le domaine de l'informatique.
sans plus attendre Simon Watson tendit une main amical au jeune homme qu'était Arnaud.

Bonjour Mr Morillon cela faisait longtemps que je voulais vous rencontrez fit Simon Watson moi !! fit Arnaud
oui vous lui répondit Simon.
Recteur : c'est d'ailleurs la raison de votre convocation, Mr Watson ici présent souhaitait s'entretenir avec vous dans les plus bref délai.
Arnaud : c'est pour ça !! je croyais que.....
Mr gonzales ne vous pas évoqué la raison de votre venu coupa alors le recteur
Arnaud : pas un mot il ma juste dit que j'étais convoqué dans votre bureau de toute urgence sans plus.
Recteur : a celui la je le retiens toujours prés a faire le G.I américain mais pas foutu d'aligner trois mots correctement, je lui avait pourtant bien dit....
...Alors ce n'était pas pour mon orientation dit aussitôt Arnaud
Recteur : c'est n'était pas le but de votre convictions.
D'une façons plus général c'est bien de ça donc il s'agit reprit alors Mr Watson

Le garçon regarda cette individu avait beaucoup d inquiétude que pouvait bien signifier tous ça ?

Mr Watson : maintenant si vous voulez bien nous excusez Mr le recteur j aimerais entretenir seul a seul avec Mr Morillon .
Recteur : je comprend parfaitement donc si vous voulez bien m'excuser
Mr Watson : je vous prie.

Sans ajouter un mot de plus le recteur se retira sans un bruit laissant alors Arnaud avec le mystérieux Watson, Arnaud se demandait de plus en plus ce que pouvait bien lui vouloir cette homme que le recteur semblait redouter a l'attitude fuyante que celui venait d'adopter face a lui.
Dans le calme du bureau ou se trouvait les deux hommes se fut Mr Watson qui pris l initiative d'adresser la parole en premier.

Watson : Alors Arnaud comment sa gaze
Arnaud : comment !!!
Je veux dire tu va bien, tu est bonne santé lui dit l'homme qui se permit de le tutoyer comme s'ils étaient des vieux amis l'enfance.

Devant cette attitude désarmant de simplicité Arnaud ne savait quoi répondre, bizarre que cet homme en apparence bien sur lui puisse parler d'une façon très décontracté, Arnaud ne sachant comment réagir devant cette situation se contenta de dire que ça allait bien sans plus

Nickel chrome lui fit Mr Watson en souriant

vraiment cette personne est étrange se dit Arnaud

Mr Watson : et sinon sa se passe toujours bien les études
Arnaud : ouais ça va
Mr Watson : je te sent un peu tendu mon pote
Arnaud : c'est que votre attitude me déstabilise un peu et moi sa me crispe.
Mr Watson : il faut pas regarde moi je suis décontracte qu'est ce qui te gène ?
Arnaud : vous me tutoyer alors qu'on ne se connaît pas
Mr Watson : et bien c'est la que tu te trompe mon garçon parce que moi je te connais
Arnaud : d'où me connaissez vous ?
Mr Watson : disons que je suis ton parcours depuis un bon moment.
Arnaud : vous vous intéressez a moi
Et de très près lui dit MR Watson
Et ça fait longtemps lui demanda Arnaud légèrement intrigué
Mr Watson : depuis que tu est entré a l'université pour être plus exacte.
Arnaud : sa fait 3 ans alors
Mr Watson : un éternité en somme.

Pour quel raison cette homme s intéressait il a son parcours scolaire ? Arnaud avait pourtant la réputation d'être un élève douer mais son problème de discipline lui avait valu de mauvais point sur son dossier et voila qu'un homme inconnu lui dit qu'il l'observe depuis le début de son cycle universitaire.

Mr Watson : jusqu'à présent tu n'as jamais eut de problème en classe.
Arnaud : je m'en sort pas trop mal mis a part quelques blâmes ici et la.
Mr Watson : ont est tous passer par la mon garçons moi comme les autres.
Arnaud : si vous le dites.
Mr Watson : mais sa ne tas pas empêcher de continuer
Arnaud : c'est pas facile il faut s'accrocher pour réussir
Mr Watson : et heureusement pour toi que tu soit titulaire d'une bourse sans quoi
Arnaud : c'est vrai on peut dire que j'ai de la chance de se cote la.

A l'époque la mère de Arnaud n'avait pas les moyens financier d'envoyer son fils à l'université mais par chance grâce a ces bon résultat scolaire celui-ci avait réussie a décrocher une bourse universitaire, elle n'était général offerte qu'à quelques personnes candidat choisies au hasard et jusqu'à présent Arnaud avait toujours eut la chance de bénéficier d'une de ces bourses a chaque fin d'année se qui lui avait permis de continuer.

Mr Watson avait en mains le dossier scolaire de Arnaud, il pouvait y a voir les résultat que celui avait fournit durant ces dernière années, et sur presque tous les abord celui était exemplaire pas moins de 19.5 de moyenne dans toutes les matières ,et curieusement M Watson semblais assez satisfait de ce qu'il pouvait lire et ne le cacha pas a Arnaud.

Mr Watson : je peux dire que ton parcours scolaire et excellent , premier dans toute les matière sauf en sport.

Arnaud avait de ceci de commun avec la plus part des génie de l'informtique, il n'était pas de nature très sportive et forcement les cours dispensé pars Tim était pour lui un calvaire sans noms, qui le pénalisait un peu. surtout que la pratique du rugby lui avait laisser quelques bleu.

Le sport c'est pas mon truc répondit Arnaud
Sa m'étonne pas tu est comme toutes les grosses tête, tu n'arrive pas a traimer ton "big" cerveau dit Simon en rigolant.

La réflexion de ce dernier vexa légèrement Arnaud qui aujourd'hui n'était pas d' humeur a supporter qu'on se moque de lui.

Mr Watson : si je me trompe pas aujourd'hui tu as présente ta thèse.
Oui c'était ce matin lui dit Arnaud
Mr Watson : est ça c'est passe comment

Arnaud n'avait pas spécialement envie d'en parler mais Simon se fit très insistant, il voulait savoir ce que que les examinateurs avaient penser de son travail, mais Arnaud se mura dans un certain mutisme qui voulait dire bien des choses, a sa grande surprise Mr Watson lui parla alors du contenu des ces travaux.

Mr Watson : en tous qu'a tu as fait un sacré boulot avec ta thèse sur la régénération virtuelle et les intelligences artificielles.
J'y est passe du temps lui répondit Arnaud
Mr Watson : combien de temps exactement
Arnaud : sa fait plus de trois ans que j'y travaille
Mr Watson : et bien on peut dire que tu as consacré beaucoup de temps a tes théorie
Arnaud : c'est le moins que l'on puise dire.
Mr Watson : c'est con comme comportement de ta part tu aurais mieux fait d'aller faire la fête comme tous les jeunes de ton âge, au lieu de sa tu est rester comme un "geeks" dans ta chambre a travailler.

Que signifiait cette provocation, pourquoi cet homme semblait t'il s intéresser au travail de Arnaud et en meme s'amuser a le démonter, il y avait vraiment quelque chose qui tournait pas rond chez se type.

Mr Watson : tous ça au final pour nous pondre quoi !! une thèse assez flou.
Arnaud : comment pouvez vous dire ça
Mr Watson : pourtant si je me trompe pas le jury t'as recalé

Visiblement cet homme était au courant de la situation dans laquelle Arnaud c'était retrouvé,

Mr Watson : pourtant tu l'air de quelque de serieux et travailleur je trouve que tes effort aurait mériter d être récompense
Arnaud : oui mais cela n'a pas suffi à convaincre le jury.
Mr Watson : et pour cause un tel tissu d'annerie ne mériterai même pas d'être de figurer dans un livre de blagues.
Arnaud : quoi !!!!
Mr Watson : c'est vrai quoi tu as passé trois de ta vie a travailler au lieu de t'amuser et pour quoi je te le demande.
.....
Tous ça pour nous pondre une thèse bancale qui ne s'appuyait sur rein de concret et qui est purement fantaisiste lui fit alors Simon.

C'en était trop pour Arnaud pourquoi cet homme qu'il ne connaissait pas s'amusait t-il a le provoqué aussi ouvertement, cela ne suffisait-il pas de s'être fait recalé, fallait il encore en plus qu'on se moque de lui,vexé par cette remarque Arnaud préféra ne rien ajouter si ce n'est.

Arnaud : écoutez Mr Watson si c'est pour me dire des choses pareil c'est pas la peine qu'on continu l'entretien.

Vexé Arnaud se leva de sa chaise et tourna aussitôt les talons a Mr Watson, il alla en direction de la porte, mais qu'en il s'apprêtait a tourner la poignée de la porte Mr Watson lui dit une chose qui figea Arnaud sur place.

Bizarre cette attitude fuyante, elle ne ressemble pourtant pas a celle du jeune homme a qui j'ai financer les études lui dit alors Simon.

Arnaud resta clouer sur place par cette annonce,de son cote Simon était satisfait, son petit stratagème fonctionnait a merveille.

quoi !! c'était vous dit Arnaud en se retournant vers son interlocuteur.
Mr Watson : oui mon garçon c'est moi le mystérieux mécène qui t'a permis de continuer tes études.
Arnaud : alors c'est vous qui m'avez octroyer mes bourses d'études depuis trois ans.
Qu'elle surprise n'est-ce pas
Arnaud : je ne comprend plus rein a quoi vous jouer
Mr Watson : reviens vers moi et je vais t'expliquer.

Arnaud ne comprenais pas ou cette homme voulait en venir, depuis le début il n'avait pas cesser de le critiquer et voila qu'il lui annonçait que c'était lui qui avait financer ces études , Arnaud voulu comprendre ce que tous cela pouvait signifier, il retourna vers Simon pour obtenir des explications.celui ci pris un autre ton.

Mr Watson : d'abord tu m'excusera pour ma précedente attitude mais je voulais te mettre a l'épreuve.
Arnaud : pourquoi vous avez fait ça ?
Mr Watson : tout simplement mon garçon parce que tu as du génie et que selon moi tes théorie sont justes
Arnaud : vous le pensez vraiment
Mr Watson : tu ne crois pas on dirais.
Arnaud : je ne sais plus quoi penser venant de vous
Mr Watson : alors peut être me croira tu si je te montre ceci.

Simon sortit alors de sa chemise une feuille qu'il tendit a Arnaud ce dernier en fit la lecture et il reconnut tous de suite de quoi il s'agissait

Arnaud : c'est ma théorie ça.
Mr Watson : apparemment oui, sa parle de quoi déjà?
Arnaud : ceci est la première ébauche de ma thèse sur les intelligences artificielles
Oui c'est juste, ça me reviens maintenant lui fit Simon avec un air faussement étonné
Ou avez trouvez ça lui demanda Arnaud
Mr Watson : ont as trouvé ça dans la partie science et technologie du site de "Star Trek fédération.uk.com".
Mr Watson : "Star Trek fédération !!!! mais sa remonte a quatre ans.
Mr Watson : quatre déjà c'est fou ce que le temps passe vite.
Arnaud : mais le site a fermé ces portes il y a 3 ans.
Mr Watson : je le sais ça,c'est a se demander comment ta théorie a put atterrir la dedans
Arnaud : c'est moi qui avait poste ceci a l'époque c'était pour débattre du sujet sur l'intelligence artificiel de Mr Data.
Mr Watson : le fameux robot Data, je vois et je suppose que tu as voulu affirmer tes dires en y mettant ta théorie
Arnaud : c'était juste pour le fun j'avais que treize ans a cette époque
Mr Watson : mais tu l'ai fait.
Arnaud : ce n'était que pour m'amuser sans plus, quel rapport cela a til avec vous
Mr Watson : et bien figure-toi que tes théories poste sur ce forum ont attiré l'attention de quelqu'un en particulier et de fil en aiguille c'est revenu a mes oreilles alors j'ai pris sur moi de financer tes études.
Arnaud : juste pour ça
Mr Watson : je voulais voir ce que tu serais capable de faire avec une bonne formation,par la suite j'ai suivit tes exploit en particulier ton petit tour de passe passe mathématique lors de la dernière conventions universitaire, ta démonstration n'a fait que confirmer mes doutes a ton sujet.
Arnaud : c'est a dire ?
Mr Watson : que tu est un vrai génie.
Vous le pensez vraiment lui fit Arnaud
Mr Watson : crois moi que si je n'avais pas la convictions que tes théories étaient réalisables je n'aurais jamais financé tes études.
Arnaud : seulement pour le moment mes théories ne sont que théories je ne suis pas en mesure de les appliquer.
ah bon est pourquoi ça fit Simon
Arnaud : car pour mettre au point de tels systèmes il faut disposer d'une puissance de calcul que je n'ai pas.
Mr Watson : pourtant votre université dispose d'un super-calculateur de type N. H. K. 63 je le sais car c'est nous qui vous l'avons vendu.
Arnaud : l'ennui c'est que le super calculateur n'est destiné aux professeurs,un élève comme moi n'a pas le droit de s'en servir.
Mr Watson : je trouve ça un petit stupide un brillant élève comme toi devrait avoir accès a cette machine pour ces expérimentations.
Arnaud : c'est pour sa que je travaille a l'obtention d'un doctorat
Mr Watson : je vois ainsi tu espère gagner ton droit d'accès a une telle machine.
Vous avez tous compris fit Arnaud :

Tous le travail qu'avait fournit Arnaud était dans but d'obtenir son doctorat qui serais pour lui le sésame qui lui ouvrirait les portes de plus grand laboratoire d informatique.

Mr Watson : seulement cela me semble compromis car ta thèse a été rejetée
Arnaud : ne me le rappeler pas c'est déjà assez dure comme ça a digérer.
Mr Watson : ça doit être frustrant de ne pas pouvoir utiliser un telle bijou de technologique.
Arnaud : les pseudo scientifique de notre université préfère analyser des particules qui s'entrechoquent, calculer les trajectoires explorées l'infiniment petit
Mr Watson : tu ne semble pas d' accord avec ça
Arnaud : c'est une perte de temps car l'avenir est virtuel
Mr Watson : les I.A et les mondes virtuel en somme
Arnaud : a dire comme ça je passe pour un rêveur
Mr Watson : les rêveur sont ceux qui font avancer le monde pourtant moi j'ai la conviction que tes idées pourraient révolutionner le monde.
Arnaud : vous ete bien le premier a me dire ça
Mr Watson : je suis un homme d affaire avec formation techno commercial et je sais reconnaître les gens qui ont un gros potentiel et toi mon garçon je te sens promis a grand
avenir.
Arnaud : pour cela il faut d'abord que je réussis a obtenir mon doctorat

Il était bizarre que ce jeune homme d'ordinaire peut bavard de ce besoin de se confesser d'une certaine manière ,il y avait chez Arnaud un désespoir que Simon allait exploiter.

Mr Watson : tu n'as pas besoin d'un super calculateur pour prouvé que tu a raison
Arnaud : vous me tester encore
Mr Watson : pourquoi dis tu ça
Arnaud : il est vrai que je pourrais programmer un système de base mais sa mise en fonction requière une puissance de calcul infini.
Mr Watson : infini !!!
Arnaud : pour ça il faudrait un ordinateur quantique.car il fonctionne sur un principe valeur infini.
Mr Watson : et selon toi sa suffirait
Arnaud : largement mais ont n'est pas près d'y voir il faudra encore un vingtaine d'année avant qu'un ordinateur de ce type n'existe et soi pleinement fonctionnelle a l'heure actuelle les les ordinateur quantique n'en sont qu'au stade expérimentale
Mr Watson : tu le crois
Arnaud : c'est une certitude
Mr Watson : que me dirais tu si je te disais qu'il existe une machine plus puissante que tous les super calculateur du monde réuni.
Arnaud : je vous répondrai que ce serait merveilleux si une telle machine existait.mais a part la trouver dans un film de science fiction je doute que sa puisse existé a notre époque
Mr Watson : c'est un point sur lequel je trouve que tu as tort.
Arnaud : comment ça ?
Mr Watson : tu vas le découvrir car c'est le but de ma visite,vois tu mon garçon j'ai un marché a te proposer.
Arnaud : quel genre de marché ?
Mr Watson : c'est simple je voudrais juste que tu renonces à tes études pour devenir docteur.
Arnaud : qu'est ce que vous venez de dire

Simon remit alors un papier a Arnaud, il s'agissait d'un document Arnaud s'engagait sur l'honneur a ne rein divulguer de ce qui allait voir sous peine de poursuite en justice, une clause avait cependant été ajouté il devait par la même renoncer a sa vie d étudiant et rentrer sur le champ dans le monde du travail.

C'est quoi se deal fit Arnaud
Mr Watson : un défi lui répondit Watson.
Arnaud : un défi.
Mr Watson : je offre la chance de ta vie
Arnaud : vous pouvez m'en dire plus
Mr Watson : pour cela il faut que tu signe cette décharge
Arnaud : mais c'est n'importe quoi si je fais ça je gâcherai la seul chance que j'ai de travaillé un jour sur un super-calculateur.
Mr Watson : c'est vrai mais n'est-ce déjà pas le cas avec le refus que tu viens d essuyer aujourd'hui.
Arnaud : pourquoi me mettez vous au pied du mur
Mr Watson : crois moi je n'ai pas financer tes études pour te voir gâcher ton avenir dans des petit laboratoire,si tu décides de venir avec moi a la compagnie alors je te montrerai
Arnaud : me montre quoi ?
Mr Watson : signe et tu le sauras
Arnaud : vous me tester c'est ça
Mr Watson : plus de test la je te demande de prendre un risque,celui de faire confiance a quelqu'un qui crois en toi
Arnaud : que pouvez m'offrir qui en vaille un telle sacrifice ?
Les clés du futur lui dit alors Simon
Arnaud : les clés du futur
Mr Watson : c'est ton expression il me semble.
Arnaud : c'est en effet mon expressions favorite mais je ne vois pas le rapport
Mr Watson : moi si tu en as souvent l'usage sur le site de Startrek et de ce que j'en est lu et représente pour toi l'espoir.
Arnaud : c'est l'espoir de lendemain meilleurs
Mr Watson : et c'est que je peux t'offrir un meilleur avenir.
Arnaud : comment le pourriez vous ?
Mr Watson : signe et tu le sera.

Simon sortis un stylo qu'il posa sur la table. Arnaud ne savait plus quoi penser,il se mit a réfléchir a cette proposition l'homme qu'il avait en fasse de lui proposait les clés du futur et si celui ci croyait vraiment en lui qu'avait t'il a perdre de tous façons pour lui la vie d' université était finis, Arnaud devait tenter sa chance, il prit le stylo est signa.














chapitre 09 la nouvelle recrue

Maman..papa.. je suis de retour dit Yumi en arrivant dans la cuisine.
Ta journée c'est bien passé ma chérie lui demanda Md Ishiyama qui faisait la vaisselle.
Yumi : bien a part une cliente qui ne savait pas faire la différence entre un paquet de nouille et de spaghetti, je vous jure les gens sont vraiment pas douer des fois.
Ah sa ma chérie c'est pas donner a tous le monde de faire la différence entre les deux lui dit
Mr Ishiyama qui lisait sont journal.
Yumi : les gens pourrait au moins faire un effort, c'est pas complique quand meme.
Md Ishiyama : on ne peut pas demander a tous le monde tous savoir.
Yumi : mais il pourrait au moins savoir ce qu'il achète.
Md Ishiyama : c'est ton travail que de conseiller les gens ma chérie.
Yumi : c'est pas facile des fois.
Mr Ishiyama : c'est le monde du travail qui veut ça, je suis bien placer pour le savoir.

Yumi ne répondit rein a cette argument, son père n'avait pas tord le monde du travail et impitoyable et elle en faisait aujourd'hui l'expérience, car depuis le début des grandes vacances Yumi avait trouvé un petit job d'été,elle travaillait comme vendeuse dans une grande surface ou elle passait ces journées a remplir des rayon et a conseiller des client sur tel ou telle chose.

Pour l'occasion elle faisait le service de nuit jusqu 21 heures ce qui présentait l'avantage d'être mieux payer meme si cela la faisait rentrer tard le soir, en moins d'un mois elle avait pris le rythme de vélo boulot dodo.

Ces parents voyaient d'un bon oeil que leur fille rentre si vite dans le monde de travail, ils croyaient a un prise de responsabilité de celle ci et a une envie de vouloir de se frotter a la dure réalité de la vie active.
pour se justifier elle avait prétexter vouloir économiser pour se payer un scooter afin de faciliter ces déplacement en cours,ces parent n'avait rien contre après tous Yumi était une adolescente cela leur paru tout a fait normale, ils lui avaient donc donner leur bénédiction,mais en réalité les motivations de Yumi étaient tous autres.

Ce travail ingrat elle l'avait accepté comme pénitence en se disant quelle faisait ça pour Aelita et Jeremie, mais c'était dure elle devait accuser tous les coups, Yumi dut a plusieurs reprise mettre sa fierté de coté a chaque foi qu'un client lui répondait mal,elle ne pouvait pas se permettre de perdre cette place.

Elle avait trop besoin d'argent pour acheter le matériel donc Jeremie avait besoin pour réparer le super calculateur et pour finalisé son projet secret, rein que son premier salaire était intégralement partis en composant électronique.Voila qu'elle était la vrai raison qui motivait Yumi.

Yumi : bon je vais aller me laver et après je mange.
Md Ishiyama : je t'ai préparer ton dîner il est dans le frigo.
Yumi : merci maman
Mr Ishiyama : tu dois être affamé après une si long journée
C'est le moins que l'on puisse dire dit Yumi.
Md Ishiyama : je trouve que c'est bien de ta part que faire se petit travail d'été.
Je le fais pour m 'offrir mon scooter dit Yumi.
Et c'est très bien de ta part dit Mr Ishiyama.
Bon je vais aller me laver dit Yumi en voulant écourté la conversation.

De ce pas Yumi monta a l'étage pour aller se prendre un bain après quoi elle prendrait un rapide petit souper avant d'aller se coucher pour attaquer le lendemain une nouvelle journée de travail.

Alors que leur fille se lavait dans la salle de bain ces deux parents passèrent dans le salon ou se trouvait Hiroki qui a son habitude jouait a un jeu vidéo sur sa console portative.
Outre les sujet de l actualité qui annonçait comme toujours les fait le plus divers entre la guerre en Stanilasie (3) la disparition d'un bateau dans le pacifique et les nouvelles sortie au cinéma tous n'était que banalité sans intérêt.

Pour changer de conversation ils vinrent a parler de Yumi et de son attitude très responsable et ainsi que de ces motivation au travail.
Mr Ishiyama n'y aucun inconvénient a se que sa fille travail pour d'offrir ce donc elle envie
meme si la perceptive que leur fille se déplace en scooter ne ravissait pas vraiment sa mère.

Md Ishiyama : quelle idée de vouloir s'acheter un scooter
Mr Ishiyama : tous les jeunes de son âge en ont, alors pourquoi pas elle, deplus elle travaille pour se l'offrir donc je ne voit pas ou et le mal.
Md Ishiyama : un scooter !
Mr Ishiyama : arrête de la couver que se passera il le jour ou elle voudra une voiture ?
Md Ishiyama : je trouve tousdefois son soudain intérêt pour le travail bizarre
Mr Ishiyama : elle veut se donner une première approche du monde du travail et c'est un bonne chose sa lui enseigne le sens des responsabilité.
Md Ishiyama : je ne sais pas
Mr Ishiyama : tu en doute notre fille et déjà une personne responsable, elle fait une expérience c'est une bonne chose pour elle
Md Ishiyama : je m inquiète peu être pour rien.
Mr Ishiyama : les parents de nos jours sont confronté a temps de problème nous devrions nous estimer heureux d'avoir un fille qui ne fait aucune grosse bêtise. il y a temps de jeune qui font tourne mal.
Md Ishiyama : c'est vrai de ce coté la nous ne sommes pas a plaindre,meme si il lui est arrive de nous cacher des choses se n' était rein de grave dan le fond.
Mr Ishiyama : tu parle de son histoire d'amour avec un de ces amis
Md Ishiyama : sa fait un ans quelle ne nous en a pas l'appeler
Mr Ishiyama : c'était juste un amour d adolescente ça lui est déjà passer, sa ne devait pas être sérieux
Md Ishiyama : on en sait rein tu sait a quel point notre fille est très réserve.
Mr Ishiyama : pour ça on la changera pas.

Les parent se félicitait de l'attitude de Yumi, il dirent meme a Hiroki de prendre exemple sur sa grande soeur et de faire preuve d'autant de maturité et de développer un sens des responsabilité aussi aigu qu'elle.

Mais le jeune garçons de 12 ans n'était pas aussi aveugle que ces parents, il avait bien vu que sa soeur avait changé, il savait parfaitement qu'elle était préoccuper depuis ces derniers temps et que cette histoire de scooter n'était qu'une façade qui cachait autre chose.
Certain soir quand il collait une oreille contre le mur de sa chambre. il lui était arrivé d'en-tendre Yumi pleurer dans sa chambre .

Etait-ce a cause de Ulrich ? ou y avait il une autre raison.

Après avoir un prendre un bain pour se délasser les muscles du corp Yumi descendit a la cuisine pour avaler un léger petit repas,après avoir saluer ces parents pour leur souhaité bonne nuit elle regagna sa chambre.

Avant daller se coucher Yumi devait encore se coiffer en fouillant dans ces affaires pour faire refaire son chignon elle tomba par hasard sur son journal intime
Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas rouvert son livre a la couverture noir et parsemer détoile, elle se posa sur une chaise pour en lire le contenu.

Elle pouvait y relire le récit de sa vie, tous ce quelle avait ressentis, ces promesses et ces espoir, en tournant chacune des pages charges de souvenirs elle poussait parfois des petits rire nerveux a lecture de ces épisodes tragi-comique.
Mais tous c'était arrêter un lundi de juin depuis rein d'autre n'avait été consigné dedans.
Éprouvant soudain le besoin de soulager sa conscience elle ouvrit son tiroir et pris un stylo.


------------------------------------Journal intime de Yumi Ishiyama------------------------------------

11 août 2005 - 22h 26
#
Cela faisait longtemps que je n'avait pas rouvert ce journal, en faite depuis se fameux lundi de juin ou notre vie a de nouveau basculer dans l'angoise. (1)
#
La semaine prochaine cela fera deux mois que Aelita a disparu, deux mois déjà que nous vivons tous un enfer quotidien et surtout le pauvre Jeremie.
#
Sans relâche celui ci continu ces recherches pour retrouvez Aelita, travailler comme il le fait est mauvais pour lui je lui en est fait le reproche assez souvent.
##
j'ai réussi a le résonner, maintenant il lui arrive de sortir pour pendre l'air, je crois que lui meme a pris conscience que ce n'est pas en se tuant a la tache et en tombant malade qu'il sauvera Aelita.
#
Pourtant je réalise bien que le travail a accomplir pour un seul homme semble colossal,en plus des réparations qu'il effectuer sur le super-calculateur, il m'a confier qu'il travaillait sur deux projets importants.
#
Je me demande bien ce qu'il peut inventer pour avoir besoin d'autant de pièce détaché , selon Jeremie ces projets seront vital pour sauver Aelita.
#
D'après ce que j'ai put comprendre l'un serais une machine et l'autre un programme informatique, c'est tous ce que je sais il n'as pas voulu me donner plus d' explication.
#
alors il travaille encore et encore , il culpabilise, il se sens responsable de la disparition de Aelita, je trouve qu'il trop dure envers lui meme
#
Pour ma part je ne peut pas lui reprocher, personne n'aurait pu prévoir ce qui allait arriver .
#
mais cela ne suffit pas a apaiser mes remords je me sens si coupable d'avoir dis OUI
#
j'ai fais preuve de faiblesse ce jour la.
#
j'aurais dut dire NON !!! m'opposer a ceci mais pour la première fois de ma vie j'ai laisser parler mes sentiments et voila ou cela nous a conduit.
#
Le jour ou nous avions voter pour éteindre le super calculateur, de tous j'ai été la première a y a être favorable.
Au bout de 2 ans et demi de combat nous avions enfin réussi a vaincre Xana, Aelita et William était tous les deux libres, plus rein ne nous menaçais.
#
De-lors Lyoko n'avait plus de raison d'être, nous pouvions tirer notre révérence, nous devions grandir,passer a autres choses, nous n'allions pas passer le reste note vie a jouer au super héros jusqu'à 80 ans.
#
Le seul a abonder dans ce sens était William qui tous comme moi était conscient du danger que cela représentais si nous laissions cette machine en activité ,mais tous mes amis n'étaient pas de cette avis.
#
Outre la vie trépidante d'aventurier que cela procurerait a certains, le super-calculateur et Lyoko était pour eux le symbole de notre amitié et si sous l' éteignons a coup sur cela ne serais plus pareil entre nous.
#
Un telle raisonnement pouvait paraître égoïste et immature de leur part mais après bien des échanges se fut la raison qui finit par l'emporter sur les sentiments, le dernier incident avec Sissi nous a démontré a quelle point il était urgent d'en finir,un ultime retour vers le passé fut alors lancer.
#
Par la suite Jeremie nous proposa de voter une deuxième fois et la nous fumes tous d'accord ce fois ci
#
Lyoko avait vécu et nous devions tirer un trait sur nos vie de Lyoko-guerriers.
#
En ce 29 mars 2005 Jeremie abaissa le levier qui contrôlais l'alimentations du super-calculateur ,la machine se désactiva dans un bruit d'agonie, les deux cylindre de l'unité central s'enfoncèrent dans le sol et la trappe principale se referma dessus pour l'éternité.
#
fini les secrets, le danger et les attaques désormais le monde devrait apprendre a vivre sans ces protecteurs.
#
Du moins c'est ce que nous pensions tous.
#
Nous réprimes une vie de collégien/lycéen normal,nous pouvions a nouveau nous promener sans courir le risque de se faire attaqué par un ours en peluche géant ou qu'une pluie de météorite ne s'abatte sur nous.
#
Mais très vite nous nous retrouvâmes face a des problèmes donc nous ne nous étions pas préoccuper avant, notre vie de guerrier nous avait fais passer a coté de bon moment nous avions pas moins de 2 ans de notre insouciante jeunesse a rattraper.
#
Nous allions nous embarquer sans la savoir dans la plus effroyable routine qui soit ,et il ne fallut pas moins de 2 mois pour que tous bascule.
#
Nos rapport devinrent plus froid les uns envers le autres, j' aurais penser que notre amitié était plus forte que ça mais je me trompais.
#
Lyoko était ce qui nous avait unis et nous avions nous meme couper se liens très particulier,chacun a sa façons essaya de faire l' impasse dessus.
#
Jeremie était retourné a la conceptions de ces robots un nouveaux concours était prévu a la fin de l'année et il voulait encore mettre une pâté a Hervé.
#
Odd lui se consacrait pleinement au tournage de ces films il avait trouver dans la créations un exutoire qui lui faisait presque oublier les filles.
#
Ulrich devint plus assidu au travail pour remonter ces résultat scolaire et de coté la il réussi son pari.
En deux mois il passa de juste 10 de moyenne a 13 a la grande surprise de madame Hertz qui se demandais bien qui avait bien put remplacer Ulrich par son frère jumeaux travailleur et consciencieux.
#
Pour moi la disparition de Lyoko n'avait rein changer je me cantonnait toujours a mes 15.5 de moyenne général.
#
Pour nous quatre tous allait pour le mieux Mais Aelita elle n'en menait pas large ces résultat était en chute libre
#
elle souffrait meme si elle faisait tous pour le cacher j'en jetais consciente et je le voyais bien. #
je n'étais pas la seule, Jeremie aussi s'en était rendu compte, il était peut être un génie, il avait souvent négliger Aelita quand nous combattions Xana.
#
Mais la il n'avait pas d' excuse, Xana n'était plus il aurait plus faire un geste envers Aelita.
#
Mais se que nous ne savions pas c'est qu'il c'était mit en quête d'un moyen de redonner le sourire Aelita et que paradoxalement il avait créer un vide entre eux deux pour cette recherche.
#
fatalement cela ne fit que renforcer le sentiment de solitude de Aelita qui avait un temps trouver un but dans sa vie en participant a un concours de film amateur mais derrière cette façade joyeuse se cachais une grande blessure. (2)
#
l avenir pour elle lui semblais incertains car son passé avait disparu.
#
Aelita ne cessait de se poser cette éternelle question sur ces origines, d'où venait elle ?
#
Pour répondre a cette question Jeremie décida de rallumer en secret le super calculateur,afin de retrouver le passé de sa douce amie, Aelita approuva cette décision.
#
mais nous découvrimes le pot au rose avant qu'il ne le fasse,de-lors le problème fut cornellien,jeremie voulait le faire et l'aurais fait si nous n' étions pas intervenu.
#
Maintenant il ne s'agissait plus d'être unanime cette responsabilité Jeremie et Aelita voulaient l' assumer seul.
#
Jeremie nous dit qu'il voulait compter sur notre soutiens, pour cela il fallait voter pour savoir qui serai de la partie,et cette fois ci se serait 50/50.
#
A notre plus grande surprise Odd fut contre, il prétexta que se serais une mauvaise idée cela nous étonna tous lui qui d'habitude était toujour enclin a partir a l'aventure, c'est cela qui m'a le plus surpris.
#
A mon grand regret cette fois ci c'est lui qui avait fais preuve de discernement, quelque part je trouve que Odd a bien mûris depuis son concours de vidéo amateur et sa relation avec Aelita avait changer.
#
Il y a des signes qui ne trompe pas.
#
Ulrich eut la meme réaction que Odd, Lyoko nous avais tous couter et nous ne devions pas nous y aventurer.
#
Au final se fut moi qui du trancher.
#
Et je suis coupable d'avoir dit OUI.
#
il n'y a pas un jour ou je ne regrette pas cette décision.
#
alors qu'il y a deux mois et demi j'avais voulu qu'on en finisse, je fus celle qui fit pencher la balance en faveur de la réactivation du super calculateur.
#
Et ce jours la je crois bien que de tous ce fut Ulrich qui men voulu le plus.
#
Avec tous ça je n'est jamais su ce que Ulrich avait voulu me dire dans le parc,ce fameux lundi nous nous nous étions donner rendez vous, il voulait me dire quelque chose de très important et il n'était pas le seul, le hasard avait fait que moi aussi je voulais mettre au claire un sujet nous concernant, j'avais tous préparer et rein ne semblait y faire obstacle.(4)
#
Mais le destin a en décider autrement et cette foi William ou Sissi n'était en rein responsable.
#
WILLIAM...
#
peu de temps avant William m'avait dit qu'il ne serait plus jamais un obstacle entre moi et celui que j'aime.
#
Quand je repense a son petit stratagème je me suis bien fait avoir par lui.
#
pourquoi je me met a parlé de lui ? peut être parce que je lui doit beaucoup.
#
Il m'as aider a me rapprocher de celui que j'aime,et je l'en remercie.
#
Que fait il en se moment ?
#
Tous se que je sais c'est qu'il est en vacance avec ses parents dans le sud de la France, dernièrement il m'a téléphoner une fois pour me demander si j'avais ou non franchis le pas.
#
Que pouvais je lui répondre !!!
#
Que nous avions rallumer le super calculateur sans lui dire et que Aelita c'était fais enlever par une mystérieuse sphère venu de la mer numérique.
#
Non William avait eut son lot de souffrance je ne voulais pas qu'il continue a faire les frais de nos escapades virtuelle.
#
WILLIAM...
#
Sa peut paraître étrange de ma part que je sois si enclin a protéger William, mais je crois je suis la mieux placer pour parler de lui.
#
A son arrivé il est vrai que je lui est trouver un certain charme et toutes ces attention a mon égard je trouvais sa adorable,j'ai quand meme toujours été méfiante envers lui, a la longue je n'aimais pas sa façons qu'il avait de me coller et son attitude de tête brûler n'inspirait aucune confiance, les autres aurait voulu en faire un des nôtres mais moi j'y étais opposer.
#
Pourtant par la suite il deviens urgent de recruter un nouveau Lyoko guerrier et le choix le plus logique se porta sur William.
#
Depuis son évasion de Lyoko les objectif de Xana avait changer il voulait détruire le super-calculateur pour nous empêcher de la traquer sur le réseau
#
A l'aide la méduse il pris le contrôle de Aelita a plusieurs reprise pour lui faure détruire les territoire de lyoko.
#
Sa manoeuvre consistait a lancer des attaques sur Lyoko pour forcer Aelita a y aller
quand il y arrivait a se saisir de cette derniere,il obligeait Aelita a détruire un territoire en lui faisant rentrer le code Xana dans une des tour du passage.
#
A chaque fois qu'un territoire disparaisait il nous priverais du seul moyen de le combatte efficacement a plusieurs fois nous sommes parvenu a le contrecarré mais en en dépit de tous nos effort nous ne pumes empêcher Xana de détruire le dernier territoire.
#
la priorité était de réussir a se matérialiser sur le cinquième territoire et de protéger le coeur de Lyoko
#
mais il fallait se rendre a l'évidence a nous 5 nous ne suffisions pas a lutter efficacement contre Xana, il était temps de recruter un nouveau guerrier.
#
Tous étaient d'accord pour intégrer William dans la bande, il nous avais prouver sa valeur en empêchant une bombe de détruire l'usine
#
Mais ce jour la je m'étais opposer a son intégrations en votant contre lui, mais aujourd'hui il n'était plus question de faire la fine bouche la situation l'exigeait.
#
Ce qui m'avait convaincu c'est que le jour meme il m'avait parler d'un rêve etrange dans lequel il m'avait aider et que cela lui avait fait très plaisir.
#
se serait il douter que cela était la vérité,déplus il m'avait couvert lors de ma fuite du laboratoire photos
#
il m'avait toucher pas son actions ,et il méritait qu'on lui donne sa chance
#
Tous mes amis estimèrent que c'était moi de le lui demander et c'est ce que je fis le jour meme.


############################ FLASHBACK ############################

Ce jour la tous les Lyoko guerrier étaient réuni devant le préau, alors que dans un coin de la cour, posé sur un banc William discutait avec Yumi
2 heures auparavant Xana avait réussi a détruire le territoire montagne rien ne pourrait plus l empêcher de détruire le coeur de Lyoko
Mais Jeremie était parvenu trouver le moyen de matérialiser directement sur le cinquième territoire.
La lutte pouvait continuer.
Il avait été décider de recruter un nouveau guerrier et après bien des hésitations William fut designer comme étant le candidat idéal.
Fallait il encore lui annoncer la nouvelle, cette tache incombait a Yumi, le coup de mains que William avait donner a Yumi avait finis de la convaincre.

William : humm tu veux dire que mon rêve, ça n'avait rein d'un rêve
Yumi : et bin non
William : et que tous ça c'est vraiment arrivé.
Yumi : bin ouais
William : et c'est sérieux vous avez besoin de mon aide.
Yumi :ouais

alors que Yumi s'affairait a convaincre William de le rejoindre dans leur combat, les autres Lyoko guerriers observeraient la scène en se demandant si ce dernier allait accepter.

Aelita : vous croyez qu'il va dire oui ?
Odd : bien sur Yumi lui demanderais de sauter d'une falaise il plongerai sans hésiter.

Et Odd avait bien raison de dire ça, William accepta la proposition,il conclu accord avec Yumi dune bonne poignée de mains en lui signifiant qu'il était de la partie désormais.

Il allèrent retrouver la petite bande qui accueillirent tous William a bras ouvert,meme Ulrich sans le savoir, la nouvelle recrue, allait s'embarquer dans un aventure extraordinaire, Jeremie tiens a dissiper les doutes en demanda a William si on pouvait compter sur lui.

tu est avec nous William lui demanda Jeremie
il faudra que vous me donniez tous les détails mais oui lui répondit le beau ténébreux
Compte sur nous pour tous expliquer lui dit Aelita
Jeremie : sois le bienvenue dans la bande.

Le soir meme il se rendirent tous a l'usine en compagnie de leur nouveau compagnons d'armes, William était exciter a l'idée de combattre des monstres dans un monde virtuel, pour la premier fois Ulrich d'ordinaire si peu bavard lui expliqua les fondement de Lyoko.

Durant le trajet il ne cessa pas déposer des tonnes de question alors qu'avant et après le repas on lui avait fournit pleins d information sur Lyoko et Xana ainsi que sur la mission des Lyoko guerriers,il entra dans le monte charge avant d'aller au scanner il firent un arrêt par le laboratoire, William fut impressionner par l' ampleur de l installation.

William : alors c'est ça votre laboratoire secret.
Yumi : c'est ici que Jeremie contrôle tous le programmes
William : c'est cool et sa coûte combien se joujou.
Jeremie : c'est sérieux William.c'est pas un jeu

mais William était très enthousiaste, mais vu le coté autoritaire que Jeremie avait pris il devina qu'il était la tête pesante du groupe.

William : c'est Jeremie le chef si je comprend bien.
Yumi : pas vraiment
Ulrich : c'est plus le tacticien de service
William : le chef radar en somme.
Yumi : si on veux
William : et maintenant c'est quoi la suite
Jeremie : le plus intéressant est en bas

Sans plus tarder ils descendirent au niveau inférieur la William fit la connaissance des scanners.
La première étape consistait a le scanneriser de façons a ce que le retour vers le passe n'est plus d'effet sur lui
le temps n'était plus a la rigolade tous les Lyoko guerrier présent fixèrent William avec le plus grand sérieux, le moment était solennel car William devait prêter serment de toujours garder le secret,et comme c'était Yumi qui l'avait introduit dans la bande se fut a elle de lui poser la question.

Yumi : William ..... tu jure de toujours garder le secret
je le jure ouais dit William
ouais bien parler William dit Jeremie dans le microphone.

Alors que Jeremie donnait les dernière directives l'un des scanner ouvrit,William éprouva alors une petite appréhension a entrer dans le tube, il ne savait pas quel effet cela faisait de se faire scanneriser.

bon alors tu y va tu as peur lui lança Ulrich sur un ton moqueur.
pas du tous non lui répondit !! pourquoi tu as eut peur la première fois lui répondit William
moi non dit Ulrich
arrête tu parle fit odd
Ulrich : j'ai pas eut peur je te dis
ah bon alors désole c'est que je dois confondre avec un autre Ulrich Stern lui fit odd sur un ton sarcastique.
Tu peut encore changer d'avis tu sais lui alors Yumi
Quoi tu veut rire fit William.

Et d'un pas décidé il entra dans le tube, les portes se refermèrent sur lui, Jeremie lança alors le processus de scannerisation,sur son écran le corp virtuel de son avatar pris forme désormais les caractéristique physique de William faisait partis du super-calculateur.

Bien venu au club William lui dit Jeremie

Le tube s'ouvrit de nouveau laissant échapper de la fumée grise et un William légèrement étourdis qui pris appui sur le rebord.

Odd : alors comment tu te sens.
Près a aller en découdre avec Xana et ces monstres fit William a cette instant un sourire au lèvres.

En la date du 25 octobre 2004 William devient officiellement le sixième Lyoko guerriers.


(1) plus tard voir la fanfic "Tranche de vie" intituler "Lundi"
(2) voir la fanfic "Tranche de vie" intituler "Odd un artiste incompris" et " solitude"
(3) petit clin d'oeil a Général Xana pour sa fics "Xana et l'hypogriphe de l' empereur"
(4) voir la fanfic "Tranche de vie" intituler "cruel faiblesse"





chapitre 09 nouvelle thérapie.

continue Maeva

Maeva :... et la voix m'a dis quelle voulait ma mort.
Dr : et pourquoi voulait telle ta mort ?
Maeva : selon elle c'est parce que j'existe et que mon existence lui est nuisible
Dr : en quoi ton existence lui serait elle nuisible ?
Maeva : je ne le sais pas.
Dr : a telle préciser autre chose.
Maeva : non elle n'as rien dit de plus.
Dr : et cette voix tu ne sait vraiment rien d'autre a son sujet
Maeva : si une chose.
Dr : laquelle.
Elle me haïs dis alors Maeva en regardant le docteur.

Sur le divan ou Maeva était allongé le docteur se tenait a ces coté un calepin a la main pour relever toutes les informations que Maeva pouvait lui donner, aujourd'hui il débutait avec elle sa nouvelle thérapie basée sur des séance de relaxation et d'hypnose.

C'est dans une position allongé et les mains le long de son corp que Maeva faisait le récit du rêve qu'elle avait fait cette nuit, le docteur l'incita a extérioriser les angoisses quelle avait éprouvé face cette nouvelle menace, il voulait obliger Maeva a franchir le seuil, l'obliger a voir par delà le miroir.

De nouveau éléments étaient apparu ces derniers temps, Lyoko et de ces démons avait fait place a des êtres humains, bien que dans ces rêves tous ne soit encore qu'a l'état de forme abstraite , d'ombres et de cri de fureur.

Parmi les cris et les ombres Maeva avait clairement le souvenir d'un jeune blond vu de dos dans un couloir, mais cette vision lui inspirait des sentiments contradictoire, le docteur voyait dans ce jeune homme blond un manifestation évidente du passé de Maeva
le caractère particulier que revêtait cette personne montrait bien que Maeva y était très attaché.

Qui était il ?

- un parent ?
- un ami ?

Et en quoi pouvait il être lier a Lyoko ?

Maeva avait bien essayer de le représenter en dessin mais son visage lui échappait,parmi tous les croquis que Maeva avait dessiner les humains y avait toujour été absent, jusqu'à peu.

"Les humain ne font pas partis de ton monde" lui avait dis le lion violet dans un de ces rêves

meme si celui ci avait voulu la dévorer juste après les paroles du lion lui était rester, en quoi Maeva était elle si différente des autres hommes

Était ce a cause de ces pouvoirs ?

Ou était ce le faite quelle soit sans souvenir de son passé.

Maeva peinait a se définir elle meme, dans un rêve on ne peut pas se voir normalement, notre vision et toujours subjective car nous sommes témoin de la scène, mais il existait des exceptions de personne qui avait rêver se voir elle meme dans un lieu bien précis et qui était conscience quelle se voyait elle meme.

"C'est ce qu'on appelle la vision du miroir" lui avait expliquer le docteur.

Un miroir c'est le reflet de sa personnalité profonde, c'est généralement le fond de son âme qui se manifeste dans ce miroir et l'on peut y apprendre beaucoup sur soi on le regardant, mais il arrive la vision que l'on peut avoir de soit meme et parfois effrayante car on peut être confronté a la représentation d'une personne en lequel on ne se reconnaît pas forcement et pour Maeva c'était le cas.

Dans ces rêves le miroir qui lui servait de pont entre notre monde et celui de Lyoko renvoyait un curieux reflet de Maeva.

Dans ce qui semblais être notre monde Maeva n'avait pas de reflet dans ce miroir mais une fois passer de l'autre coté dans le monde de Lyoko elle pouvait s'y voir.
L'image quel avait d'elle meme dans le miroir était celui de la jeune fille au cheveux rose quelle était peut être dans le passé avant son amnésie.

Bien que sur ce dernier point un détails ne collait pas avec le reste.

Le docteur autant que Maeva savait que cette histoire de miroir avait un double sens,il était une séparation, il servait a marqué une différence dans sa vie celle d'une autre existence.

Maeva aurait elle eut une double vie ?

Si c'est le cas ces sentiments serai alors le mélange de sa double existence celle sur terre et celle sur Lyoko.
Mais comme Lyoko et un monde imaginaire les sentiments quelle peut y avoir éprouver le son tous autant

Maeva devait faire la part des choses,elle devait réussir a dissocier le vrai du faux pour trouver sa vérite, mais comme si lyoko ne suffisait pas voila qu'un nouveau monde venait de faire son l'apparition.

Le monde des ombres

D'où venaient elles ces ombres ?

qui étaient elles ?

Mais a la différence de Lyoko Maeva ne semblais pas éprouver de peur a leur contact car elle avait choisit de se laisser entraîner dans leur danse de son propre chef meme si celle ci voulait l'emmener dans le tunnel de lumière, ce qui interpella le docteur c'étaient alors la motivation des ombres a l'égard de Maeva

Dr : elle voulaient te tuer selon toi.
Maeva : je ne crois pas.
Dr : alors que te voulaient t'elles ces ombres ?
Maeva : je crois quelle voulaient me protéger
Dr : de protéger de quoi
Maeva : de la lumière.
Dr : mais la lumière a fait fuir ces ombres
Maeva : je sais
Dr : et cette lumiere a quoi peut on la rattacher.
Maeva : c'était sûrement la lumière de notre seigneur
Dr : la lumière de dieu.
Maeva : peut être que dieu voulait me rappeler a lui.
Dr : alors se serait de ta mort que les ombres voulaient te préserver
Maeva : c'est possible docteur.
Dr : ce qui est étrange c'est que de façons symbolique les ombres renvoi a l image qu'on se fait de la mort.
Maeva : et lumière a celle de la vie
Dr : bizarre.

mais ces ombres ... elles voulait que je vive dis Maeva a ce moment

Dr : tu en est sur
Maeva : mon heure n'était peut être par arriver
Quand sait tu lui demanda le docteur.
Maeva : quand dieu veut nous rappeler a lui on ne peut pas lui résister et rein ne peut si opposer ni ombres ni voix, rien....

La ferveur qui habitait cette enfant était étonnante, depuis que Maeva avait ouvert une bible sa foi n'avait cesser de croire,elle avait trouver dans la religion un réconfort, une raison d'exister, sa foi lui permettait de différencier ces deux concept que sont le bien et mal

Pour le docteur Robinson tous ces détails était précieux indice sur la dualité qui semblais habiter Maeva

Avait elle rêver sa vie ?

mais le sujet n'etait pas les croyances de Maeva mais bien le mystère qui entoure les ombres et la lumière
le docteur ne voyait pas d'un bon oeil que Maeva soi devenu si croyante mais cela était du au fait que lui avait perdu depuis longtemps la foi.

le docteur voulu ne apprendre plus sur la voix mystérieuse car d'une manière ou d'une autres elle était importante, si quelqu'un lui voulait vraiment du mal, le docteur était persuader que Maeva connaissait celui qui lui portait une telle haine, et si c'était le cas il se pourrais que cette personne soit responsable de son état et de tous le reste.

Dr : Maeva je voudrais en savoir plus sur la voix
Maeva : je vous et déjà dis tous ce que je savais.
Dr : pas tout a fait.
Maeva : que pourrais-je vous en dire plus ?
Dr : dis moi, comment décrirait tu le son de cette voix.
Maeva : assez froide et sans sentiments.
Dr : était elle grave, aigu, ou bien perçante.
Maeva : rein de tous ça,cette voix n'était pas humaine.
Dr : comment ça pas humaine !
Maeva : elle était métallique.
Dr : une voix métallique !
Maeva : comme celle d'un robot.
Dr : un robot !
Ou un être artificiel, je ne sais pas, je ne sais plus. c'est si confus dit Maeva en se prenant la tête.

Cette expérience avait été traumatisante pour Maeva le docteur ne voulait pas la brusquer il fallait procéder par étape pour réussir a discerner le vrai du faux et l'imaginaire du réel.

Dr : calme toi Maeva et revenons a des questions plus simple
Oui docteur fit Maeva en jetant un regard de chien battu au docteur
Dr : peut tu associer une forme a cette voix.
Maeva : non rein du tous, je n'est rein vu d'elle quand elle a commencer a me ...

Maeva ne dit plus rein elle ne voulais pas évoquer la tentative de meurtre sur sa personne , le docteur le compris très bien et se concentra sur le moyen et non la finalité des actes de la voix.

Dr : et cette entité comment voulais t'elle te tuer
Maeva : c'est assez confus.
Dr : essaye.
Maeva : disons que se n'est pas physiquement quelle voulait me tuer.
Dr : de quelle façons alors ?
Maeva : elle voulait tuer mon âme.
Dr : ton âme ?
Maeva : oui elle a cherchez a m'anéantir au plus profond de moi meme.
Dr : et avec quoi voulait elle tuer ton âme
Maeva : avec sa haine.
Dr : sa haine !?
Maeva : elle voulait me corrompre pour me faire mourir.

Pour l'avoir lut dans la bible Maeva savais depuis longtemps qu'il n'existais qu'une façons de tuer une âme.
Aussi immortelle et pure que puise être une âme a la naissance, celle ci pouvait s'avilir avec le temps si par faiblesse cette dernière ce laissait corrompre et qu'elle choisissait la voie du mal,alors le pire pouvait arriver.

Quand on éprouve de la haine pour son prochain, on porte la haine dans son coeur et irrémédiablement on se consume de l'intérieur, de-lors on est damné et condamné a subir une souffrance éternel.
Seul la foi peut nous préserver du mal et Maeva y puisait sa force en elle,ne pas céder au mal voila le combat auquel Maeva devait se livrer dans ces rêves et la voix avait chercher a la pousser au vices.

Maeva : je me suis sentis envelopper par la voix, elle voulait me pousser au péché elle ma susurrer de commettre des actes horribles.
Dr : quelle genre de pécher
Maeva : je ne sais plus mais cela m'as fait tres peur.
Dr : de quoi a tu peur.
Maeva : j'ai peur de faire du mal
Dr : a qui ?
Maeva : a tous le monde.
Dr : et comment pourrait tu faire du mal au gens ?
Vous le savez docteur répondit alors Maeva.

Maeva n'eut pas besoin d'en dire plus, elle avait fais assez de dégât autour d'elle pour que le docteur se doute bien de quoi il en retournait, il pouvait comprendre pourquoi Maeva avait tant peur de blesser autrui car meme sans le vouloir elle le pouvait, elle en avait le pouvoir.

Pour combattre cette malédiction Maeva cetait réfugier derrière la foi.

Le salut de son âme c'est tous ce quelle pouvait espérer en ce monde en me commettant pas volontairement le mal et pour cela elle luttait pour ne pas s'avilir, son caractère s' affirmait de jour en jour, et meme si cela devait arriver un jour elle préférerai mourir que de nuire.

Cette voix c'est le mal.dit Maeva au docteur
Dr : comme les ombres.
Maeva : non elle ce n'était pas pareil
Dr : en quoi.
Maeva : se que j'ai ressentis était différent
Dr : et qu'as tu ressentis
Maeva : je me suis sentis oppresser
Dr : une nouvelle crise d'angoise
Maeva : oui

Maeva était souvent sujet a des crises d'angoise qui lui coupait le souffle et la paralysait entièrement , c'est a l'hospital que cela lui était arriver pour la première fois, meme si c'était que passager elle courait a chaque foi le risque de mourir asphyxier,c'est pour cela que le docteur avait tous l'équipement sous la mains pour se tenir prés au cas ou il devrait intervenir pour la réanimer, il avait pour cela suivit un stage très pousser en premier secours.

Ce défaut respiratoire rendait Maeva très fragile et parfois sous le coup d'une vive émotion une crise pouvait se déclencher,comme si son amnésie ne lui suffisait il fallait aussi que son corp lui fasse défaut.

Mais les raisons réel de ces crises était connu par le docteur, selon toute vraisemblance cela était du a cette implant qui se trouvais dans le cerveau de Maeva.

Au cours d'un IRM le docteur avait déceler la présence d'un curieux objet métallique implanter dans le cerveau de Maeva, il avait la forme d'une micro araignée, et il se pouvait qu'il soit responsable de l'amnésie de Maeva et de bien d'autre choses.

l'extraire aurait put être une solution mais il était implanter dans une zone sensible du cerveau sans compter qu'il etait relier a une sorte de micro réseau filaire parallèle a celui du système nerveux de Maeva et comme toutes ces interconnexion était fragile , cela le rendait inopérable, quoi qu'on fasse Maeva devait vivre avec.

Les quelques expériences auxquels le docteur c'était livré avec Maeva avait montré qu'il était bien la source de ces dons particulier, une théorie que le docteur avait envisager et qui expliquerait pourquoi Maeva avait cette faculté de pouvoir s'interconnecter avec les ordinateurs juste en touchant le clavier.

Mais se qui restait le plus intrigant a part la fonction de cette objet c'était la manière dont il avait plus être implanter dans le cerveau de Maeva, car a bien observer le crâne de Maeva celui ne portait aucune race d'opérations, c'était a croire quelle été née avec ou que l'implant si était mis de lui meme.

Le docteur se demandait bien ce que l'on avait puis faire subir a Maeva, a quelle sinistre expérience avait ton pus se livrer sur son corp et dans quelle but ?

la seul question a tous ça c'était pourquoi ?

Il était claire pour le docteur que les réponses se trouvaient dans les rêves de Maeva et le docteur ferait tous pour percé le mystère de ces origines.





L.T.I -Angleterre - 24 septembre 2004 - 14 h 45

Cela faisait bientôt une semaine que le major s'affairait comme une diablesse sur le super calculateur de l'université pour mettre au point ces filtres anti-parasites.
Pour parvenir a ces fins elle effectuait des simulations de surcharge sur des répliques virtuel de super calculateur quelle avait programmé.
Elle soumettait ces derniers a une attaque de Xana et elle les protégeait a l'aide de ces programmes.

Grâce au résultat qu'elle obtenait elle pouvait mettre au point un système de boîtier électronique qui une fois intégré a un super calculateur devait en théorie protéger celui ci des décharge d'énergie de Xana.
la création de ces boîtiers se faisait de façons théorique dans un premier temps mais elle avait déjà commencer l'élaboration d'un prototype.

Au bout de 5 jours de manipulation et de simulations , un premier prototype avait put voir le jour,sur l'une des tables du laboratoire un curieux boiter noir entouré de multiple composant électronique côtoyait schéma technique et produit chimique, dans sa conceptions il devait être un réponse efficace au attaque de l'organisation Xana.

Mais pour le major une solution hardware ne suffisait pas, pour que la protection soit totale elle c'était aussi a employer a la créations d'un protocole de pare-feu,"Les barrière virtuelle de défense" comme elle les appelait était des sortes de grillage numérique destiner a contenir les effluves d'énergie,voir a les stopper.

Le major pensait qu'a l'aide de ces deux système de protection elle pourrait protéger les infrastructures de son pays et ceux de leur allier.

Le major était assez fière d'elle et pouvoir travailler sur le super-calculateur la ravissait, c'était une vrai scientifique dans l'âme ce qui expliquait finalement sont coté froid et distant vis a vis du colonel, pas de place pour le sentimentalisme chez elle seul la logique prime et le sens du devoir.

Alors qu'elle effectuait une dernières série de test elle fut rejoint par le professeur Moritaka
qui avait profiter d'un creux dans son emploi du temps de la journée pour venir prêter mains forte a son ancienne élève

A son arrive le major ne cacha pas sa joie, celui ci lui avait propose le matin meme de l aider dans ces recherches en effectuant une série de simulation, a peine fut il arriver qu'il se mit a son tour au travail en prenant place sur le deuxième terminal , la se trouvait les programmes destiner a créer des surcharges,les deux scientifique se préparaient sous le regard déconfits d'une autre personne qui ne manqua pas d'attirer l'attention du professeur Moritaka.

Et votre secrétaire il reste toujour avec vous demanda le professeur Moritaka en désignant le colonel qui était assis dans un coin du laboratoire

M.Cartwright : je lui est donné du travail, des dossier a classer
P.Moritaka : vous avez de la chance. d être débarrasse de l'administratifs
M.Cartwright : c'est vrai sa me soulage.
P.Moritaka : et il arrive a s'en sortir avec vos notes.
M.Cartwright : bien sur , il doit rédiger mes rapports et classe le reste il passe souvent des coup de téléphone et prend des notes a ma place.
P.Moritaka : des téléphones ici ?
M.Cartwright : oui on m'appelle souvent et je n'aime pas être déranger lors de mes expériences.
P.Moritaka : lui avez vous dis qu'il ne fallait pas brancher de portable dans un laboratoire
M.Cartwright : ce n'est pas nécessaire.
P.Moritaka : Miss Cartwright je ne vais pas vous apprendre a vous ce que les ondes des portables cellulaires peuvent provoquer comme dérèglement sur un ordinateur.
M.Cartwright : oui mais le revêtement structurel de celui ici le protège de se genre de désagrément.
P.Moritaka : bien observer Miss Cartwright je vois que vous pensez a tous comme habitude.
Je suis très consciencieuse dans mon travail lui répondit le major
P.Moritaka : vous l'avez toujours été, c'est pour ça que vous avez été ma meilleure élève.
J'ai eut pour ma part un bon professeur dit le major.
je ne vous le fait pas dire lui répondit le professeur en souriant

Alors que les deux savant se fourvoyait en compliment , le colonel Perec s attelait a sa tache, ne pouvant assister le major dans ces travaux, il passait donc ces journées a lire des revues scientifique pour parfaire ces connaissances en matière d'informatique ainsi que tous les dossier sur les récente activité de Xana et la liste était longue.

Des perturbions des communications avaient été détecter a travers toute la planète entière mais aucun incident n'avait été déploré pour le moment.
A première vu seul l' Angleterre et la France semblais atteinte par ces phénomènes se qui confirma les doutes du colonel au sujet des motivations de l' organisation Xana , quelque soit leurs objectifs ceux ci se trouvaient dans leur deux pays respectif.

Des lors le mystère était entier si la cible était précise quelle pouvait elle bien être ?

- une base militaire ?
- une usine ?
- une ville ?
- ou autre chose ?

Le colonel aurait bienfait part de ces intuitions au major mais il se doutait que celle-ci ni accorderait aucune crédit et qu'une intuition n'est pas un fait scientifique , le manque d' ouverture d' esprit du major était assez consternant, et pour l heure celle ci semblait bien trop occupé a débattre sur la nocivité des champs magnétique qu'a écouté son supérieur.

Elle ne se repose donc jamais pensât le colonel

Dans le laboratoire la seule chose qui soit plus agité que les électrons libre du super calculateur c'était bien le major, passant d'un terminal a l'autre montant et descendant les marches pour aller sur la table et souder un composant ou deux avant d écrire ces notes sur le papier pour aussitôt retourner observer les simulations encours et tous cela a un rythme effréné, le colonel se demandait comment cette femme arrivait a travailler 12 heures d'affiler sans ce reposer et si meme elle prenait le temps daller dormir dans sa chambre.

Pour l'occasion deux appartement universitaire avait été louer pour permettre au major de travailler le soir ci nécessaire ,le colonel avait trouvé l'endroit assez confortable bien qu'il puisent paraître étrange de voir un homme plus âgé se promener dans les couloirs de jeunes élèves cela le gênait d'ailleurs car beaucoup de jeunes étudiantes lui faisaient de l'oeil.

Il faut dire que le colonel était assez belle homme et qu'a bien des reprise il avait eut des relations amoureuse avec de nombreuses femmes mais ce n'était que des aventures d'un soir, le brave soldat n'avait pas encore trouver son âme soeur.

Sa mère lui demandait souvent si un jour son grand garçon allait lui ramener une gentille fiancé, mais le colonel n'était pas spécialement presser et dure de trouver quelque qui pouvait s'accomoder de son caractère particulier.Il fut tirer de ces réflexion par le major qui l'interpella a ce moment la.

Mr Perec pourriez vous m'apporté mon dossier bleu s'il vous plaît lui dit le major

Devant se plier au ordres du major en temps que son secrétaire le colonel lui apporta le dit dossier,il rejoignit les deux personnage sur la machine

C.Perec : voila pour vous Miss Cartwright
M.Cartwright : merci Mr Perec.

Sans prêter plus d'attention au colonel le major montra ces notes au professeur en lui demanda son avis par rapport au simulation en cours le vieux scientifique trouva que les calculent avaient l' air juste
le major lui expliquât que pour effectuer ces mesures, elle avait mis au point un système de filtre mais elle devait les perfectionner dans le cadre ces expériences.
le professeur lui dit qu'un telle système ne pourrais pas vraiment bloquer un signal d'énergie mais juste le freiner.

Un frein c'est pas vraiment un bouclier pensa le colonel mais si sa peut permettre de gagner du temps cela était toujour bon a prendre.

Le professeur Moritaka assista le major durant toute l'heure qui allait suivre, ensemble il se livrèrent a une véritable guerre atomique virtuel

P.Moritaka : vous éte prête je lance une seconde décharge
M.Cartwright : ce suis paré professeur
P.Moritaka : charge en cours je la lance dans 10 secondes

10-9-8-7-6-5-4-3-2-1.... feu s' écria Moritaka

Le professeur lança la surcharge d énergie depuis le terminal numéro 2 alors que le major la bloquait depuis le terminal numéro 1
Si il n'avait pas s'agit d'une expérience scientifique le colonel aurait bien cru assister a une partie de ping pong entre savant.
a chaque assaut du professeur le major contrecarrait la décharge en reprogrammant les filtres virtuel
le professeur augmentait l'intensité du courant de façons aléatoire pour vérifier comment les barrières pouvaient résister a un assaut d'ordre diffèrent, pour accomplir de telle simulation de puissance la machine devait répondre au doigt et a l'oeil, au bout de 6 simulations le major estima avoir pleinement remplis sa journée, les différend appareil de mesure étaient presque a saturation.

P.Moritaka : je pense que cela devrait suffire pour aujourd'hui
P.Moritaka : vous croyez que cela suffira.
M.Cartwright : avec la quantité de données que nous avons enregistrer je le crois, maintenant il va falloir que je traite une a une toutes le mesure relevée aujourd'hui

Le major se tourna vers son secrétaire pour lui demander ou celui en était avec ces dossier

Alors Mr Perec vous avez finis de classer les analyses du jour
C.Perec : presque miss Cartwright.
M.Cartwright : dépêchez vous Mr Perec on ne vous paye pas a rein faire
C.Perec : oui miss Cartwright

Décidément le major abusait de son statut, meme si il devait donner le change le colonel n'aimait pas la façons donc le major se comportait avec lui
il avait déjà rangé tous les dossiers de sont coté tandis le major récupérait les imprimé du dernier test.
Quand soudain l'un des appareil de mesure s'affola, le major regarda ce qui pouvaient en être la cause, sur le cadran celui venait de détecter une subite hausse d énergie, cela intrigua le major, cette monté d'énergie ne provenait pas de la simulation étant donné que les programmes étaient arrêter.

D'où cela pouvait il bien venir alors ?

Subitement la surface du super-calculateur fut parcouru d'éclair le colonel bondit de son siège pour se précipiter vers le major

Que se passe t'il ? demanda le colonel.
Je ne sait pas répondit le major.
Il faut consulter le système leur dit le professeur.

les trois individu se rendirent au terminal numéro 1, le major tapa quelques directives sur le clavier mais l'écran était parcouru de neige les données étaient a peine perceptible pour arranger la situation le major utilisa alors son protocole de filtrage.
Au bout de quelques instant l'image se stabilisa peut de temps après une nouvelle fenêtre fit sont apparition sur l' écran.

C'est quoi ça demanda le colonel

Mais le major autant que le professeur ne savaient pas quoi répondre si ce n'est qu'il l'ignorait cette fenêtre ne faisait partis d'aucun des programmes installé sur la machine,
cette fenêtre n'était qu'un écran moir dans un cadre rouge a l'intérieur duquel au fur a mesure des particules s'amoncelait entre elle pour former une sorte de nuage.

C.Perec : c'est un nuage ce truc ?
M.Cartwright : on dirait plutôt une entendue d'eau.

sous leur yeux le nuage se mua en une vaste entendu d'eau et le fond noir devient progressivement de couleur jaune

C.Perec : qu'est ce que sa signifie major
M.Cartwright : on dirait une tentative de piratage
C.Perec : je croyais que il était impiratable votre "pc"
voyons c'est techniquement impossible leur dit le professeur a cette instant.
M.Cartwright : je n'y comprend rein

Mais les faits parlaient deux meme un programme inconnu était entrain de s'exécuter sous leur yeux, par la suite de multiples lignes vectorielle se dessinèrent d'elle meme et commencèrent a donner naissance a des formes géométrique virtuel.

C.Perec ; et la il se passe quoi maintenant.
M.Cartwright : on dirait qu'en environnent est entrain de se créer.
P.Moritaka : ne dite pas de bêtise vous savez bien que c'est impossible.

Quand les premières ligne eurent fini de dessiner une sorte de plate-forme sur laquelle une texture jaune s'appliqua aussitôt, a celle ci d'autres se succédèrent mais le processus ne semblais pas vouloir s'arrêter la, très vite un bien curieux édifice en forme de cylindre commença a apparaître devant ce phénomène étonnant le major eut un éclair de lucidité.

Nous devons bloquer ceci criât t'elle aux autres.
Vous avez raison approuva le professeur
M.Cartwright : mettons en place la procédure de blocage que j'ai inventer, professeur Moritaka aller sur le deuxième terminal.
P.Moritaka : entendu j'y vais

Le professeur alla se placer pour bloquer l'intrusion, une fois le savant en place sur le terminal secondaire, le major lança son protocole de filtre le colonel Perec lui ne pouvait que ragerez sans pouvoir faire quoi que se soit, l'effet du filtre ne se fit pas attendre le procède d'intrusion ralenti.

Sa marche sa le ralentis s'écria fièrement le major
mais sa ne le stop pas lui fit remarquer le colonel
M.Cartwright : mais je n'ai pas finis

A partir d'autres manipulation sur ces filtres le major arriva a bloquer la transmission des données le processus de construction était au point mort

M.Cartwright : la c'est bon sa ne bouge plus nous venons de stopper l intrusion
P.Moritaka : en effet
Vous pouvez supprimer tous ça demanda le colonel
M.Cartwright : nous allons lancer un programme de nettoyage de ma composition
P.Moritaka : entendu

Alors que les deux scientifique était affairé a essayer de détruire cette mystérieuse intrusion le portable du colonel se mit a sonner sans raison.
Par réflexe le colonel se saisit de son portable pour savoir qui pouvait bien l'appeler a un telle instant, il vit sur l'écran le symbole W le meme que celui qui était apparu quelques jour plutôt, intrigue le colonel décrocha alors que la situation semblais de nouveau échapper au contrôle du major.

"Allô"

"Colonel Perec vous devez couper l' alimentions électrique du super calculateur" fit alors une voix métallique dans le combiné.

La surprise fut de taille pour le colonel non seulement son interlocuteur avait accès a une ligne sécurise mais il connaissait le non du colonel, prenant son téléphone a deux mains le colonel voulu connaître l'identité de son interlocuteur qui ne fit que répéter son avertissement
"Pas le temps de vous expliquez couper immédiatement l'alimentations électrique du super calculateur votre vie est en danger" dit la voix de façons plus instante.

La communication fut subitement interrompu mais le colonel saisit tout l'importance du message.
Son mystérieux interlocuteur venait de le prévenir d'un danger et lui avait par la meme indiqué la meilleur parade possible, et il fallait faire vite le major avait du mal a contenir la décharge qui avait soudainement doublé d'intensité alors que sur l écran de contrôle le cylindre était presque achevée.

il fut couper le courant lança le colonel au major
M.Cartwright : quoi !!!
C.Perec : il faut tous débrancher avant que le processus n'arrive a son terme
M.Cartwright : mais j'arrive a le bloquer.
Major !! je vous ordonne de couper le courant fit le colonel avec une voix très autoritaire

Devant un ordre clairement dictée par son supérieur le major commença activer le programme de coupure du courant mais quand celle ci allait valider le processus le symbole de Xana apparu sur l'écran.

C.Perec : Xana !!!
M.Cartwright : Xana !!!

Avant meme d'avoir pus faire quoi se soit le major se ramassa une décharge électrique venant du clavier qui la mis hors combat, sous le effet du choc elle s écroula sur le sol

Major !!! cria le colonel

Le colonel se précipita pour porter secours au major le professeur Moritaka en fit de meme, le colonel prit le pouls de la femme, sa respiration était faible mais elle était vivante par chance la décharge n'avait fait que la sonner mais la situation dégénérait le clavier de contrôle était brûler on ne pouvait plus couper le courant de manière informatique.

La vie du major n'étant pas en danger le colonel demanda au professeur si il y avait un autre moyen de débrancher cette satané machine,celui ci lui répondit qu'il falliat le faire manuellement.

C.Perec : on fait comment ?
P.Moritaka : il faut le faire manuellement en abaissant le commutateur situer dans l'armoire électrique au bout de la pièce.
C.Perec : allez y moi je reste avec le major.
P.Moritaka : je m'en charge

Courant le plus vite possible le professeur Moritaka se dirigea vers le disjoncteur principal il passa devant le second terminal ou également un symbole de Xana était apparu
arrivé devant l'armoire il ouvrit celle ci pour accéder au commutateur principal mais au moment ou il allait abaisser la manette une sorte d éclair violet le frappa a son tour de part en part, il resta immobile droit comme un i comme si il avait été pétrifier sur place le colonel qui venait d'assister a la scène lui demanda pourquoi il ne coupait pas le courant.

Qu'est ce que vous attendez pour couper l 'alimentation lui cria le colonel qui tenait le major dans ces bras.

mais le scientifique ne réagissait plus il s écroula sur les genoux le dos et la tête voûte en avant, le colonel se précipita alors vers lui lui pour voir comment il allait au moment il s'approcha de lui le professeur se releva aussi sec est s'interposa entre le colonel et le commutateur ,rassuré de voir que celui allait bien le colonel posa sa mains sur l'épaule du savant

vous allez bien professeur Moritaka demanda le colonel.

C'est alors que le professeur se retourna rapidement pour faire volte face a l 'officier ,celui ci fut stupéfait parce qu'il vit , l'espace d'un instant les pupilles du professeur avait disparu, a leur place se trouvait le symbole de Xana.

Ce spectacle le surpris tellement qu'il ne vit pas le professeur levée sa main ,il en jaillit une vague d' éclair qui frappèrent de pleins fouet le colonel, sous l'effet du choc il fut projeter 5 mètres plus loin, il chuta lourdement sur l'une des tables en contre bas en renversant au passage le contenu sur le sol.

malgres le choc il n'était que légèrement sonné mais il éprouvait quand meme une douleur au niveau du thorax suite au passage du courant, s appuyant sur le rebord de la table le colonel se releva la main gauche pose sur sa poitrine pour reprendre son souffle, la il vit le scientifique qui le regardais avec un air agressif,celui tendit a nouveau la mains en direction du colonel.

Réagissant au quart de tour le colonel se jeta sur le coté avant qu'une autre série d'éclair ne pulvérise le coin de la table il avait pris appuis pour se relever, a l'abri derrière une autre table laboratoire qui pressentais avantage d être couvert d'une paroi qui le dissimulais ,le colonel essaya d'analyser la situation, bien qu'il avait du mal comprendre se qui se passait.

Pourquoi et comment cet homme arrivait il a faire ça ?

Si cela restait un mystère ce qu'il l'était moins c'était bien ces attention a l'égard du colonel, cette homme cherchait a l éliminer, n'ayant pas le choix le colonel sortis son arme a feu caché derrières son dos.
Il fit une autre roulade sur le coté et se releva immédiatement en braquant son arme en direction du scientifique qui s'arrêta net a la vue du terrible objet.

Ne bougez plus lui ordonna l'officier qui tenait son adversaire en joue.

Mais l'effet de surprise ne dura qu'un temps le professeur afficha un sourire pour le moins amuser se qui étonna le colonel, il se mit alors a avancer vers le soldat le regard menaçant et le sourire au coin,le colonel intima l'ordre au scientifique de ne pas faire un pas de plus mais celui ne semblais pas vouloir obtempérer.

Ne voulant pas tirer froidement sur le professeur qui semble-t-il n'était pas dans état normal le colonel visa la cuisse gauche de celui ci, il ouvrit le feu, la balle siffla et alla se loger dans en pleins dans la jambe du savant, mais a sa grande surprise la jambe du savant ne fit que se déformer,il resta immobile quelques secondes avant que celle-ci ne retrouve sa cohésion.

Une fois rétablis il se jeta sur le colonel qui n'eut pas d'autre choix que de tirer dans le buste du scientifique, les trois balles atteignirent avec succès leur cible, mais tous comme avec la jambe le corp ne fit que se déformer sans pour autant se mettre a saigner,pour le colonel se phénomène était semblable a une image de télévision brouillé.

le savant parvient a saisir du colonel par le col, avec une force surhumaine il le fit passer par dessus son épaule pour le jeter sur une table sans pour autant le lâcher, sous l'impact le colonel sentis les morceaux de verre des éprouvette brisé lui renter dans la chair,mais celui avait réussi a garder son arme au poing.

maintenant fermement le colonel par les habits, le savant possèdé le fit glisser sur toute la longueur de la table avant de le faire voltiger contre l'une des armoires, allongé sur le sol
le colonel sentis quelque chose qui le brûlait dans le dos certains des acides contenu dans les éprouvette lui attaquait sa veste, il s'en défit vite avant de la jeter sur son agresseur qui la désintégra aussitôt d'un nouveau jet d'éclair.

Essayant de esquiver sur le coté le colonel fut rattraper par le professer qui fit un bon gigantesque par dessus la table avant de faire de nouveau face au colonel, d'un revers de la mains il lui donna une claque qui fit voler l'officier contre la paroi du super calculateur celui en lâcha sur arme sur le coup, couche a cote de la machine il avait très mal alors le major était toujour dans les vapes

Son adversaire visiblement grogis par le coup le savant souleva une table a roulette avec la ferme intention d'écraser son adversaire avec
voyant ça le colonel réussi a se saisir de son arme et tira 3 autres coup de feu sur le savant meme si cela était inutile sa lui donnait un peu de répits pendant que le savant se reformais.

C'est alors le colonel se remémorât le coup de téléphone, quelques chose avait pris le contrôle du scientifique et cela ne pouvait venir que de la machine, tentant le tous pour le tous le colonel vida tous son chargeur sur le panneau d' alimentation du super-calculateur.

Avec succès toutes les balles allèrent se loger dans l armoire électrique , les composant endommager par les projectiles créèrent un cour circuit il s'en suivi une violente explosion accompagné de gerbe d'étincelles , le super calculateur fut parcouru d'éclair et un cri bestial se fit entendre a cette instant.

Tous les système s éteignirent a cette instant, prie de convulsion le professeur s'écroula sur le sol en se faisant tomber dessus la table qu'il soulevait.
Le super-calculateur était totalement hors service,le colonel se releva péniblement en pointant toujours son arme en direction du savant bien que celle ci soit vide, le cour circuit déclencha un début d'incendie donc les flammes s'élevèrent jusqu'au plafond.

Le colonel évacua au plus vite le professeur et le major de la salle a l'aide de quelques élèves qui avait entendu l'explosion et qui s'étaient rendu sur place pour voir ce qui se passait.

Très vite les pompier et les secours furent dépêcher sur place, le professeur Moritaka fut transporter a hôpital ainsi que le major, le colonel lui était rester sur place pour constater les dégâts, un infirmier se contenta juste de lui panser ces brûlures.

Partout dans le campus se fut l'agitation et la panique, le colonel avait beau être habituer au champ de bataille quand la panique s' installe quelque part c'est tous de suite le chaos.

Si c'est le but que recherchais Xana alors les conséquences seraient catastrophique a l' échelle d'un pays entier, le colonel réalisa a cette instant que cette enquête allait être plus compliqué que prévu.














Journal de Arnaud Morillon 31 juillet 2005

Compte-rendu d'analyse journal vidéo numéro 11

Demain c'est le grand jour c'est l'exposition tant attendu je vais pouvoir faire la présentation de mon projet Vger 2.0.
---
La tenue de rigueur est exigé.
---
Je me suis acheter un smoking pour l occasion, sa va être grandiose.
---
d'après ce que j'ai put comprendre cela sera assez solennel et en meme temps assez fun, un podium a été installer dans la salle de démonstration du niveau 01. il est meme prévu qu'un célèbre DJ sera de la fête,sa vas être très "show".
---
On va avoir droit a un sacré spectacle demain.
---
La première partie va être assuré par le docteur Henry Hopkins en personne qui va pas manquer de faire les traditionnelles discours d'usage sur l'histoire de l'entreprise et les valeurs que prône celle ci...et blablabla.....
---
Par la suite le docteur Hopper prendra le relais pour faire la présentation officiel du projet Tanit.
---
Et la sa va faire du bruit , croyez moi.
---
Car avoir réunis dans la meme pièce le créateur du super-calculateur et de Neo-Carthage ainsi que celui de Tanit.
---
Folie absolue garantie.
---
mais il est aussi prévu qu'un autre invité de marque serais la pour la démonstration,une personne que les docteurs Hopkins et Hopper tiennent en grande estime...

Le docteur Sigmund Kessel.

Je n'ai jamais entendu parler de ce type, mais d'après Simon lui et les docteurs Hopkins et Hopper seraient tous des amis de long date et il serait aussi indirectement l'un des créateur du super-calculateur quantique.
Si c'est le cas j'ai hâte de pouvoir rencontrer cette homme.
---
J'ai fait des recherche pour en savoir plus sur lui et sa contributions a la science, a premier vu il serais un spécialiste en physique quantique et en phénomène espace-temps mais a part ça il n'y' pas grand chose de plus sur son travail a part un article ou il traitait des paradoxes temporel, des multi-vers et des machines quantique.
---
Dans cette article il expose un théorie selon laquelle des machines construit sur un principe quantique serait susceptible de gagner en puissance relative si celle ci subissait les effets d'une altération de l'espace temps.
---
Jolie théorie ma foi a condition que l'on puisse revenir dans le passé de façons constante.et la c'est par encore le cas a notre époque mais qui sait dans le futur peut être qu'un jour on y arrivera.
---
Pour en revenir a Sigmund Kessel, il semble qu'il ne se soit pas spécialement manifesté durant ces trente dernière années, a ce que j'ai lu il vivrait en reclus dans un chalet en suisse coupé du reste du monde.
---
Je vous jure nous les scientifiques ont est vraiment des orignaux et des rêveur.
---
mais c'est nous qui faisons avancer le monde d'après Simon.
---
C'est assez gratifiant de savoir que nous oeuvrons pour le bien être de l'humanité bien que nous ne sommes pas vraiment les seul, sans des gens comme Simon Watson nous ne serions justement que des originaux que personne ne prendrait au sérieux.
---
Les pragmatiques comme Simon savent reconnaître le talent quand il le voye
---
bien que dans son cas je crois que ces préoccupation soi purement financière, mais temps pis sa fait partie du jeux.
---
L'histoire nous enseigne que la plus part des grands savants on toujour bénéficier du soutien des rois ou de riches mécène pour mener a bien leurs recherches et au final c'est l'humanité qui y gagne.
--
Et Simon Watson doit etre le type le plus bizarre que j'ai rencontrée, tousdefois j'ai bien cerné sa personnalité, c'est un homme intelligent et manipulateur qui sait ce qu'il veut et qui m'utilise pour parvenir a ces fins.
---
Mais je suis loin d'être dupe et moi aussi je sais en tirer partie .
---
il m'accorde tous ce je lui demande car je sais qu'il a besoin de moi pour gravir les échelons de la société et peut être qu'un jour il deviendra le nouveau PDG de Cyclotron, j'ai donc intérêt a faire tous ce qu'il me demande et a rentré dans ces bonnes grâce sans pour autant oublier que je suis sa poule au oeuf d'or et que tous comme moi ces rêves de grandeur ne tiennent qu'a ma réussite.
---
En somme nous nous aidons mutuellement.
---
Si lui il le fait pour l'argent,mon action est assez désintéresser car pour moi la science et se qui permettra a l'homme d' évoluer et de ne plus se faire la guerre...
---
... et c'est la que ironiquement je fais défaut a ce que je dis, car dans le cadre de mon projet j'ai conçu des I.A guerrière.
---
Pour un homme de paix comme moi c'est plutôt paradoxale.
---
Mais qui veut la paix se prépare a faire la guerre,c'est bien connu,c'est pour ça qu'il faut rester prudent car dans le monde des gens ne sont pas aussi pacifiste que ça.
---
Nous en avons eut la preuve en mars dernier lors de l'attaque et d'ailleurs a ce sujet je suis très inquiet, ces derniers jours les échos en provenance du réseau se sont amplifier.
---
Serais les prémices a une contre attaque des nos ennemis ?
---
si c'est le cas je dois me dépêcher de terminer la formation de mes Cartha-guerriers, afin qu'ils soit près a riposter en cas de nouvelle attaque
---
leur tache risque d être ardu, mais leur entraînement se passe merveille,et leur performances sont assez spectaculaire en particulier chez Hannibal qui surclasse tous ces compagnons, voila qui promet pour la suite.
---
Mais laissons se de cote pour le moment est concentrons nous sur l'essentiel... l'exposition demain.
---
Tanit va en surprendre plus d'un.
---
Je sens que les gens vont être aussi surpris que moi que lors de ma première rencontre avec Tanit.
---
bon sang sa fait déjà un ans et deux mois
---
Le temps passe si vite.



############################ FLASHBACK ############################

Société Cyclotron 25 mai 2004 10 h 00

La voiture arriva devant un immense bâtiment gris entouré de clôture, une fois le portail franchis le véhicule se dirigea vers une porte blindé en métal que se referma aussitôt derrière elle.
Le véhicule emprunta alors un long tunnel qui semblais descendre dans les entrailles de la terre après 5 minutes elle finit par se stopper au niveau d'un sas d'entrée.
Deux personnes en sortirent, il agissaient d'un homme au cheveu noir et d'un jeune garçons au cheveux bouclés.
Les deux personnes prirent un escalier puis arrivèrent devant un ascenseur,
l'homme passa sa carte magnétiques dans le lecteur et posa sa main l'endroit sur un lecture optique empreintes digitales,une voix informatique informa que l'identité du porteur était confirmé.

Bienvenue Mr Simon Watson dit la voix.

Ce fut au jeune homme de se présenté , pour l' occasion un badge spécial lui avait été remis,et son statut de V.I.P ainsi que sa venu aujourd'hui avait été au préalable enregistré dans la mémoire central,il n'avait juste qu'a confirmer vocalement son identité.

Je suis Arnaud Morillon dit le jeune homme devant le micro qui lui était présenté.

la machine autorisa le passage et une porte métallique ouvrit devant les deux individu , il embarquèrent alors dans un ascenseur,dans celui ci le panneau de contrôle comportait 4 bouton, a l'aide d'une clé Simon dévérouila l 'accès a un cinquième bouton.

En appuyant dessus l ascenseur commença sa descente vers les niveau inférieur,sur l'affichage les niveau défilaient passant de 1 a 5 assez rapidement, un fois le cinquième étage atteint les portes s'ouvrirent sur un grand couloir blanc en forme de spirale.

Ou sommes nous demanda Arnaud
Mr Watson : c'est un ancien complexe militaire que nous avons transformé en laboratoire de recherche, il est composé de cinq niveaux différents.
Arnaud : laboratoire souterrain sa fait très James Bond votre affaire
Mr Watson : nous sommes au cinquième niveau le plus sécurisé de tous, Arnaud sois le bienvenue dans la section 5
Arnaud : la section 5 qu'est ce qu'est ce que c'est?
Mr Watson : tu est dans la zone de recherche la plus perfectionner de l'entreprise Cyclotron
Arnaud : et vous faite quoi ici comme recherche.
Mr Watson : tu va vite le découvrir,

accompagné de Mr Watson Arnaud avança le long dune ligne jaune. sur le coté des machines automatisé se deplacaient sur des lignes de couleur rouge
Vous avez des robots a cette étage demanda Arnaud
Mr Watson : ce ne sont que des système de transport automatiser entre les diffèrent laboratoire.
Arnaud : et combien de laboratoire il y a ce niveau.
Mr Watson : il y en a 11 en tous
Arnaud : 11
Mr Watson : et tous effectuent des recherches dans diffèrent domaine
Arnaud : lesquels
Mr Watson : désole mon garçons c'est un secret industriel
Arnaud : je comprend et ou m'emmenez vous
Mr Watson : dans le laboratoire numéro 10.

Ils finirent par arriver devant le laboratoire numéro dix, la porte s'ouvrit avec un bruit de décompression significatif, il entrèrent dans un laboratoire qui ressemblait à une immense salle de contrôle où une grande baie vitrée surplombait une autre pièce plus immense.

Arnaud vit une grande salle ou milieu de laquelle se trouvait une énorme machine ,c'était une sorte de demi cylindre posé sur le sol composé de cinq colonnes de métal affublée du logo de radioactivité la partie principal était raccordé a de grande conduite métallique composé de câbles qui convergeaient tous vers ce point central.
Arnaud n'avait jamais vu un tel décor si ce n'était dans un épisode de Star Trek, a la vue de spectacle il se serait presque cru dans un film de science fiction

Qu'est-ce que c'est cet endroit demanda Arnaud
Mr Watson : nous sommes ici dans le centre de contrôle numéro 2
Arnaud : j'avais bien deviné que c'était un centre de contrôle, mais pour contrôler quoi
Mr Watson : la machine que tu as en face de toi.
Arnaud : et je pourrais savoir ce que c'est que cette machine justement.
Mr Watson : oh trois fois rien, tu as juste devant toi le super-calculateur quantique le plus puissant du monde.

Arnaud avait un peut mal a croire ce que Mr Watson venait de lui dire, il venait de lui parler de super calculateur quantique.

Arnaud : attendez là ! vous avez dit "super- calculateur quantique"
Mr Watson : c'est cela est la même.
C'est un prototype expérimental demanda Arnaud
Mr Watson : non c'est un machine finis et fonctionnelle
Arnaud : vous éte sérieux
Mr Watson : tous a fait.

Cela paraissait assez imcroyable, Arnaud regarda cette machine en détails, sa taille impresionante et son aspect inacheve fit planer quelque doutes sur état, mais il s'agissait bien d'un ordinateur, Aranud avait même du mal à croire que ça pouvait exister et pourtant il n'était pas encore au bout de ses surprises ce qui allait suivre allait le scotcher sur place

Arnaud : un super calculateur quantique, c'est fou je n'arrive pas le croire
Mr Watson : et tu n'as encore rein vu car pour tous te dire ce n'est pas vraiment cette machine que je voulais te montrer mais autre chose.
Et quoi d'autre demanda Arnaud intrigué
Simon : je voudrais te présenter la personne qui a remarqué tes théories sur le web
Arnaud : qui est ce ? un scientifique, un technicien ,
Mr Watson : humm disons qu'elle est tous ça a la fois.
Arnaud : elle !! c'est une femme .
Mr Watson : d'une certaine manière oui et elle veux te rencontrer
Arnaud : ou est elle ?
Mr Watson : dans cette pièce.

Arnaud regarda de droite a gauche mais a part un technicien il n'y avait personne d'autre dans la pièce, Arnaud ne vit pas l'ombre d'une femme.

Je ne vois personne dis le jeune homme.
Mr Watson : et pourtant elle est la je peux te le garantir.
Arnaud : c'est quoi encore cette blague ?
Mr Watson : tu vas comprendre, tu vois ce "miroir"

Pose au milieu de la pièce il y avait un socle en métal surmonté d'une énorme glace rectangulaire

Qu'est ce que c'est demanda Arnaud.
Mr Watson : ceci est un système diffusion d'images tridimensionnelles par rayons laser sur une paroi poly cristalline
Un projecteur holographique pour faire simple lui dit Arnaud
Mr Watson : c'est tout à fait sa

Simon fit un geste pour signaler au technicien qu'il pouvait lancer le programme, le socle s' illumina sous l'effet des diffèrent rayons laser qui le parcourait, et petit a petit une forme virtuel commença à naître de la lumière,très abstraite au départ voie fantomatique elle finit par prendre une silhouette plus humaine et devant les yeux ébahis de Arnaud une jeune fille fit son apparition.
Elle portait une longue robe blanche et ces cheveux autant que ces yeux étaient violets sa silhouette très fine et sa jeunesse apparente donnait l impression a aranud d être devant une jeune adolescente de 14 ans qui jugeat que son rendu graphique était très réussi pour un personnage virtuel, on aurait pus la prendre pour une vraie personne.

Mr Watson : Arnaud je te présente Tanit.
Arnaud : TANIT !
Mr Watson : c'est son noms.
Arnaud : drôle de noms on dirait celui d'un personnage de jeux vidéo.
Je trouve cette définition de mon même plutôt réductrice lui répondit alors l'hologramme.

Arnaud fut surpris par la réaction de hologramme il ne devait pas s'attendre a ce que celui ci lui réponde

Arnaud : attendez je rêve ou elle vient de me parler
Mr Watson : il y a des chance
Non seulement je peux vous entendre mais je peux aussi vous répondre lui fit Tanit.
c'est quoi se délire fit Arnaud
Mr Watson : c'est pourtant simple a comprendre... Tanit est une intelligence artificielle

La Arnaud ne pouvait pas en croire ces oreilles, Mr Watson venait clairement de lui dire que la jeune fille virtuel que se trouvait devant lui était une intelligence artificiel, mais cela lui fut difficile a avaler

Arnaud : attendez vous vous moquez de moi la

Mr Watson : pas du tous c'est la vérité
Tanit : je confirme je suis un programme artificiel motivé par un programme comportemental évolutif et dote d'une personnalise autonome. ou Intelligence artificiel abrégée I.A

En dépit de se que venait de lui dire Mr Watson et Tanit ,pour Arnaud cela sentais encore le coup fourré, il faut dire que le garçons était devenu très méfiant a cause de tous les faux semblant et test que son hôte lui avait déjà fait subir.



C'est encore un canular de votre part dit Arnaud
absolument pas lui certifia Mr Watson
Arnaud : je veux dire votre I.A c'est une blague que vous me faite.
Mr Watson : je te garantie que Tanit est bien une intelligence artificiel
Je confirme fit Tanit
Arnaud : soyez honnête Mr Watson vous voulez encore me testez
Mr Watson : je te garantit que non.
Tanit : je suis bien réel
Arnaud : vous me ferez pas avaler ça à moi, votre I.A c'est encore une imposture.
Mr Watson : mais que faut il que je fasse pour que tu nous croie
Arnaud : ne vous moquez pas de moi, je suis quand meme bien placer pour savoir qu'à l'heure actuelle on peine encore à définir des lois et des principes sur l'intelligence artificiel est vous voulez me faire croire que j'en ai en face de moi.
Mr Watson : tu en doutes pourtant elle te parle
Arnaud : ça c'est facile a faire, un micro et une personne caché dans une autre pièce et le tour est jouer
Mr Watson : pour toi c'est pas réel
Arnaud : plutôt oui, pour moi c'est juste l'image d'une jolie jeune fille en images de synthèse et mais en vérite derrière il y a un informaticien qui la contrôle ,pour moi votre Tanit c'est une arnaque du type Turque mécanique

le Turque mécanique est connue pour être un pantin qui était soi-disant capables de jouer aux échecs, une sorte d'intelligence artificielle avant le heure, alors qu'en vérité ce n'était en fait qu'un énorme canular qui donnait l'illusion de l'intelligence, pourrait paraître parfaite les méthodes et les outils ont changé mais le principe reste le même

Mr Watson : alors pour toi c'est une arnaque
Arnaud : et une belle
Mr Watson : si tu est si sur de toi tu n'as qu'a la mettre a l'épreuve et tu sera fixer.
Arnaud : vous me prenez pas les sentiments M. Watson vous savez que je suis un jeune homme qui adore les défis
Mr Watson : et bien la tu risque d'en avoir un a ta taille.
Arnaud : vraiment
Mr Watson : je peut te le garantir
Arnaud : c'est que qu'on va voir.
Mr Watson : et que propose tu pour confondre la supercherie.
Arnaud : une épreuve cognitive fera l'affaire
Voulez vous faire une partie d'échec proposa Tanit
Mr Watson : c'est une bonne idée.
Arnaud : vous me prenez pour un âne ou quoi !! depuis la défaite de Kasparov on sait tous que les ordinateurs ont le dessus sur les joueurs d échec
Mr Watson : que propose tu alors mon garçons
Arnaud : un petit problème de mathématiques.
Mr Watson : du calcul pour une I.A !
Arnaud : c'est le meilleur moyen de déjouer les arnaques.

Tanit : cela me convient
Mr Watson : puisque que tanit est d'accord alors allez y.
Arnaud : bon pour ça il faut juste que j'ai accès a un terminal
Mr Watson : tu peut te servir de celui ci

Mr Watson demanda aux techniciens de céder sa place à Arnaud de façon ce que celui-ci puisse procéder a son test, a l'aide du clavier il entra une séquence numérique sur la machine.

Arnaud : bon écoute moi "Tanit" je viens te donner une séquence numérique il s'agit en fait d'un message codé , tu vas essayer de le décrypter
Tanit : un test de décryptage c'est dans mes cordes
Arnaud : "dans tes cordes" on va bien voir.

Arnaud entra une série de 32 symboles q'uil separa par une virgule avant d'en rentrer une autre de 6 chiffres

Arnaud : "Tanit" voici une partie de la clé du code elle est base est un algorithme de 24 chiffres tirées des séquences de Banner.
Tanit : je connais
Arnaud : Et bien vas y Tanit montre-moi ce dont tu es capable de faire.
Tanit : je lance les calcules
On se revoit dans quelques mois avec la réponse lança ironiquement Arnaud

Arnaud se leva du fauteuil est se rendit vers Mr Watson avec un large sourire au lèvre ,cela témoignait de la grande confiance qu'il avait en lui

Mr Watson : vous semblez bien sûrs de vous Monsieur Morillon
Arnaud : et il y a de quoi l'être Mr Watson, les séquences de Banner sont des combinaisons quasiment infinies ce qui en fait un test parfait pour déjouer les arnaques, c'est un peu ma version personnelle du test de Turing a part que pour voir si mon interlocuteur était artificiel ou non,j'utilise un message codé et je donne une clé de code incomplète.
Mr Watson : c'est très astucieux comme méthode.
Arnaud : et fiable !! meme une dizaine de spécialiste en décryptage équipé d'ordinateurs de dernières génération mettrait en minimum 6 mois pour pouvoir cracker ce code et cela m'étonnerait fort que votre "intelligence artificielle" soit capable de.....

"Scotty il nous faut plus de puissance" dit alors Tanit.

Qu'est-ce que tu viens de dire Tanit demanda Mr Watson.
"Scotty il nous faut plus de puissance" répéta alors Tanit
qu'est-ce que c'est que ce charabia dit alors Watson

Arnaud lui ne répondit rien il était complètement estomaqué par ce que Tanit venait de dire

Ce n'est pas possible dit Arnaud.
Vous comprenez quelque chose a ce charabia lui demanda alors Mr Watson.
Arnaud : un peu oui cette phrase c'est ce que le capitaine Kirk dit toujours à son chef mécanicien dans les situations périlleuses.

"Scotty il nous faut plus de puissance"

Arnaud se tourna alors vers Mr Watson avec un regard désabusé.

Arnaud : c'est la phrase que j'ai encodée.

Tanit avait réussi a décrypter la séquence et cela laissat le jeune génie sur le carreau.

Arnaud : comment a t'elle en une minute pour réussir à décoder cette phrase.
En réalite il m' a fallu 54 seconds et 25 millièmes pour décrypter ce code corrigea l'I.A a cet instant.

Le seul qui ne fut pas surpris fut bien MR Watson qui attendait la réaction de Arnaud

Mr Watson : je vous l'ai dit M. Morillon , Tanit et l'intelligence artificielle plus développée du monde.
Arnaud : alors c'est vrai c'est vraiment vrai Tanit et bien une I.A
Mr Watson : c'est ce que je me tue a vous dire depuis le début
Arnaud : mais qui.. comment ... quoi....

Arnaud ne trouvait plus ces mots cela était tellement incroyable qu'il ne décolla plus son regard de celui de Tanit qui observait les deux être humains.
Mr Watson :
Mr Watson : tu ne t'attendais pas a ça.
Arnaud : jetais loin d'imaginer que se soit possible.
Mr Watson : se que tu as imaginer dans tes théories est déjà réel , il s'agit là d'un secret industriel de premier ordre que je te montre.
Arnaud : je veux bien vous croire la
Mr Watson : tu comprend pourquoi je t'ai fait singer une décharge de confidentionalité.
Arnaud : c'est le genre de secret que l'on veut garder pour soit
Mr Watson : et ça ne s'arrête pas la , Tanit gère a elle seule une cité virtuel
Arnaud : un monde virtuel
Mr Watson : un monde complet
Arnaud : c'est a peine croyable

mais le plus incroyable c'est ce que Mr Watson allait reveler a Arnaud

Mr Watson : c'est ce que je voulais te montrer, vois tu c'est en naviguant sur le net que Tanit a découvert l'existence de tes théories et comme celle-ci se rapprochait assez de celle qui lui ont permis de naître, en tant que responsable de ce laboratoire j'en fur informer de-lors j'ai financer tes études pour voir ou cela pourrait te mener et la réponse est facile a deviner
Ici fit Arnaud


Mr Watson : exact mon garçons ce que je t'offre c'est la possibilité de travailler sur cette machine et l'occasion unique de mettre en pratique des théories
Arnaud : c'est vrai
Mr Watson : la cité virtuelle dans laquelle vit Tanit est encore imparfaite, elle a besoin d'évoluer de progresser et toi tu peux apporter ta contribution à cet édifice
Arnaud : moi !! vous pensez que j'aurais ma place ici
Mr Watson : ton talent pourrais nous aider considérablement
Arnaud : c'est sérieux comme offre.
Mr Watson : bien sur, mais tu est libre de refuser après tout tu m'as dit toi-même que tu avais un doctorat à passer.

Tous les tests que lui avait fait passer MR Watson prenait un sens maintenant pour Arnaud , il voulait que Arnaud vienne au laboratoire de son propre chef pour y défier Tanit et voila qu'on lui proposait de rejoindre la société Cyclotron, l'opportunité était inespéré une telle proposition ne se représentera peut-être plus jamais.

Arnaud : vous pouvez me garantir l'accès a cette machine
Mr Watson : si tu arrive a faire tes preuves oui
Arnaud : alors croyez moi que je ferais tous pour y parvenir
Mr Watson : alors marché conclu.
marché conclu répondit Arnaud .

les deux hommes se serrèrent la main pour sceller leur accord, Arnaud allait faire partie des leur Tanit en fut ravit et Mr Watson aussi.

Mr Watson : Arnaud mon garçon soit le bienvenue dans le projet Neo-Carthage.















Chapitre 10 le début de la fin

Laboratoire 13 août 2005


----------------------------------------ENREGISTREMENT----------------------------------------------

Bien je crois que je peux être satisfait de mon travail.
---
le projet Magellan et enfin achever.
---
Youpi.
---
Bon il faut avouer que cela n'as pas été de tous repos, j'ai a mon actif un bon nombre de nuit blanche.
---
Mais c'est pour la bonne cause.
---
Encore quelques petits réglages a faire et je pourrais lancer la phase de tests.
---
quoique là c'est encore pas gagné.
---
Ma machine est un peu plus lourde que ce que j'avais prévu, la faire entrer dans un scanner ne va pas être de tout repos.
---
C'est bien là que je me dit que les bras musclés de Odd et Ulrich me seraient utiles.
---
(soupir)
---
Heureusement pour moi j'ai été bien inspiré de la construire sur une table à roulettes au moins je n'aurais pas trop de mal à la descendre dans la salle des scanner
---
Pour la suite j'essayerais d'improviser... comme d'habitude.
---
Il faut dire que ces derniers temps,l'improvisation est un petit exercice dans lequel je suis devenu un expert.
---
Même si la, sa risque d'être un peu lourd pour moi
---
je sais bien que je suis chétif et pas très sportif, mais 90 kilos de haute technologie sa pèse son poids.
---
seul sa ne sera pas simple.
---
(re)(soupir)
Dans le pire des cas je pourrais toujours demander a Yumi de m'aider a la mettre en place.
---
Bien que cela m'ennuie d'avoir à lui dévoiler une partie de mes projets avant que ceux ci ne sois totalement finis.
---
si elle voyait ce que j'ai construit elle se demanderais sûrement ce qui a bien pu me passer par la tête a ce moment la.
---
Même moi je me le demande des fois.
---
Voyons le bon coté de la chose plus tard je pourrais toujours me reconvertir dans la recherche spatial ou maritime.
---
Mais avec cette invention nous pourrons partir a la recherche de Aelita en toutes sécurité.
---
C'est pour ça queJe voudrais bien leur faire la surprise.
---
Ceci dit je pourrais la laisser cacher sous le drap et me contenter de la mettre dans le scanner sans pour autant lui dévoiler quoi que ce soit
---
bien sur je n échapperai pas aux 'inévitable question de Yumi du genre...

qu'est ce que c'est ? , sa sert a quoi ?

Pour lui masquer la vérité je pourrais toujours lui répondre que c'est ce pourquoi elle travaille si dure et que temps que ce ne seras pas finis je préfère garder le secret
---
je sais.... c'est pas chic de ma part d'avoir des petits secret pour mes amis.
---
Mais ce n'est pas ma première trahison après tous.
---
Qui veut la fin mais les moyens
---
et le moins que l'on puisse dire c'est que je me suis très investi dans ce projet.
---
le futurs essaie serons capital pour la suite des opérations.
---
Mais je ne pourrais pas le faire seul.
---
Je vais avoir besoin que quelqu'un m'assiste dans mes expériences.
---
à ce sujet il faudra que j'en touche deux mots a Yumi prochainement.
---
Je pense qu'elle fera une parfaite assistante.
---
J'ai donc décidé de l'initiée à la manipulation du super-calculateur
---
j'ai d'ailleurs commencer a lui préparer un petit cours accélère sur les manipulations secondaire du super calculateur.
---
Pour l'aider ,j'ai élaboré toute une série de programmes qui permettront aux non-initiés de se servir du super-calculateur aussi bien que moi.
---
Ces petites applications seront très utiles
---
"le super calculateur pour les nuls" voila le titre de mon futur bouquin.
---
déjà la grande époque j'avais jugé utile de leur enseigner la façon de se matérialiser et de faire apparaître les véhicules et a ce jour ces manipulations se sont avéré être payante.
---
Alors pourquoi ne pas poussé l'expérience un peu plus loin.
---
J'ai donc crée un programme d'émulation qui permettra à n'importe qui de se servir du super-calculateur aussi facilement que s'il s'agissait d'un jeu vidéo.
---
Dans un soucis de simplicité, ces fonctions seront autonomes et très facile a prendre en mains
---
cette fois j'ai fais un gros effort pour mes amis.
---
ces programmes sont devenu incontournables maintenant.
---
De toute façons ils découlent directement des modifications que j'ai été obligé de faire sur le super-calculateur.
---
Cette mystérieuse sphère grise a causé beaucoup de dégât sur le hardware de la machine,certains composants ayant été irrémédiablement détruit pas moins de 14 cartes électroniques indispensables sont hors d'usage .
---
Pour faire simple sans entrer dans le technique pure il m'a fallu en créer d'autres.
---
Pour pallier à cette absence j'ai créé des dérivations que j'ai connectée à d'autres ordinateurs,et pour ça il me fallait du matériel électroniques.
---
Une chance pour moi, c'est pas les décharges publics qui manque dans le coins, le soir au prix de quelques acrobaties j'allais faire "mes courses" dans les bennes a ferrailles,
---
microprocesseurs, carte mère, RAM, disque durs, je récupérais tous se que je pouvais trouver pour bricoler du mieux que je pouvais.
---
Si mes parents me voyaient en train de jouer au récupérateur
---
Je vous jure que faut-il pas faire des fois
---
(soupir)
Avec tous ça la salle du super-calculateur ressemble à un vraie laboratoire expérimental, il y a des câbles qui pendent de partout sur plusieurs endroits le super-calculateur et ouvert sur les cotes et plusieurs pièce sensible son exposé a l'air, mais je n'ai pas le choix.
---
En dépit de toutes ces réparations je n'ai toujours pas réussi à remettre en marche le retour vers le passé.
---
Et je crains bien que je n'y arriverai jamais.
---
Le protocole particulier qui régissait cette fonction a lui aussi été endommagées et dans le notes de Franz Hopper il n'y a rien qui précise sa conception.
---
les seuls qui connaissait ce protocole était Aelita, Franz et Xana.
---
et sans Aelita impossible de réactiver ce programme.
---
donc on ne peut plus compter sur le retour vers le passé.
---
quelle ironie du sort
---
De plus je ne peux pas m'investir pleinement a sa réparation, je dois me consacré au projet T.
---
le projet T demande autant de soin et de minutie que les réparations du super calculateur ou la conception du projet Magellan.
---
Et j'ai plutôt intérêt à un à réussir mon coup.
---
Les équations de la dispersion d'énergie sont très complexes à mettre en oeuvre et comme je l'ai déjà précisé a la moindre erreur c'est l'explosion atomique
---
du moins l'explosion atomique virtuel.
---
franchement j'ai pas envie de rayer les territoires de Lyoko restant au premier essai.
---
mais si j'y arrive...

"si j'y arrive"


Nous aurons entre nos mains l'arme ultime,avec laquelle nous libérerons Aelita.
---
Je n'est pas le choix et il faut que j'y arrive.
---
Pour ça l'aide de mes amis me sera très précieuse dans l'avenir.
---
Si seul Yumi et a mes cotés pour le moment je sais que le moment venu les autres me rejoindrons dans mon combat.
---
Cependant pour être honnête Yumi n'est pas la seule personne à me donner un coup de main.
---
heureusement que je peux aussi compter sur " Maya 2."
---
j'apprécie énormément ça compagnie.
---
Par contre je me suis bien cacher de révéler ça a Yumi
---
elle me prendrait pour un fou si elle savait à quoi je passe certaine de mes nuits.
---
mais je pourrais difficilement me passé de "Maya 2"
---
Sa présence me réconforte.
---
ça peut paraître débile mais elle m'aide a garder intact le souvenir de Aelita.
---
Un souvenir que je ne veux pas voir périr.
---
est bien qu'elle soit à son image je n'ai pas voulu l'appeler du meme prenons que l'original
---
Pour moi il n'y a qu'une seule vrai et unique Aelita
---

CELLE QUE J'AIME.

---
Aussi ressemblant que soit sa copie numérique elle ne pourra pas la remplacer.
---
je ne peux pas tomber amoureux d'un souvenir et encore moins d'une réplique virtuel
---
Franchement quel scientifique censée pourrait tomber amoureux de sa propre création ?
---
je vous le demande.
---
Même si je l'avoue que le jour du départ de la fausse Aelita, je me suis comporter de manière illogique.
---
Après tous le coeur a ces raisons que la raison ignore.
---
Quoi il en soit vu que j'ai un peu de temps devant moi je vais vous faire le récit de ce qui s'est passé après l'intégration de William


-----------------------------Journal de Jeremie Belpois septième partie.-----------------------------

Depuis que Xana avait détruit le dernier territoire la situation avait bien évoluer

Nous devions recruter un nouveau Lyoko guerrier ,et tous naturellement se fut William qui fut choisit par le groupe.
Après avoir l'avoir informé de la situation et lui avoir fait prêter serment de toujours garder le secret j'ai virtualisé William dans le scanner de façon à rentrer sa forme numérique dans le super calculateur.
Ces paramètres en mémoire le retour vers le passé n'aurait plus aucun effet sur lui, il était donc devenu un membre à part entière.
Désormais William faisait partie de notre bande,pour le meilleur et surtout pour le pire.

Comment aurions nous peut prévoir se qui allait se passer

Bien sûr à cause de son statut de petits nouveaux, il n'était pas question de l'envoyer directement en première ligne,si nous l'avions lâché au plein milieu d'un champ de bataille son inexpérience lui aurait été fatale.

Et elle le fut...

Tous les territoires ayant été détruits Aelita ne courait plus le risque d'être capturés par la méduse pour l'obliger a rentre le code Xana ,la tour du cinquième territoire était à l'abri de ce genre de problème.
Non la seule partie vulnérable était le coeur de Lyoko, bien que deux bouclier le protège il suffisait d'un seul coup et sa en serait défini du monde de Lyoko , tous disparaîtrait dans son intégralité aux pires il ne subsisterait de lui que la mer numérique.
Dès lors nous nous retrouvions avec une machine puissante mais sans aucune possibilité d'interagir avec.

Pour faire simple à un ordinateur sans système d'exploitation.

Nous avions donc donné comme consigne à William que dans les premiers temps il devrait rester en arrière et se contenter d'observer, lui-même rétorqua qu'il n'était pas du genre tête brûler ni meme à foncer sans réfléchir.

Nous avions pris ces paroles comme une bonne résolution de sa part et nous pensions qu'il se montrait suffisamment discipliné pour respecter ses engagements

Malheureusement les circonstances firent que le lendemain même de son intégration Xana lança une attaque de grande envergure.

Se croyant l'abri de toute contre-attaque ce satané virus avait décidé d'en finir une bonne fois pour toutes avec le coeur de Lyoko.

Pour diverses raisons et coup du sort, les Lyoko guerriers officiels ne purent se rendre sur place, au moment même de l'attaque les seules qui parvint à se libérer furent Aelita et William.

Bien que ce soit sa première mission William allait avoir a faire a forte partie, si les circonstance avait été autres, ils auraient put attendre les renforts mais le temps était compté
s'il avait fallu attendre que tout le monde soit la Xana aurait eut le temps de détruire Lyoko 10 fois.

Aelita et William se virtualisèrent sur le cinquième territoire afin d'aller en protéger le coeur

William fut très surpris de se retrouver sous forme numérique,la combinaison qu'il portait était très futuriste, en faite son avatar était une sorte de guerriers cybernétique équipées d'un grande épée appeler Zanbatō

d'après Aelita William était très excités de ce voir en guerrier, il faisait preuve d'un grand enthousiasme a l'idée d'en découdre avec les monstres de Xana.

Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il fut servis, pas moins d'une dizaine de rampants furent là pour les accueillir à leur sortis de l' arena est aussi étonnant que cela puisse paraître pour ça première fois William parvint à lui seul à tous les dégommer.

Ce qui témoigne que William était un très puissant guerrier , Aelita eut l'occasion de s'en rendre compte par elle meme , malheureusement elle ne fut pas la seule.

A cause de son enthousiasme William tomba dans un traquenard que lui avait tendu Xana
(aujourd'hui avec du recul je pense que ce piège est en faite destiné à Aelita)ce qui se passa par la suite se passerait bien de commentaires , ce fut le plus terrible coup du sort que l'on puisse connaître.

La trahison de l'un des nôtres

Biens que celles-ci ne sont pas volontaire, Xana avait réussi à prendre le contrôle de William, en moins de temps qui ne fallut pour le dire il dévirtualisa Aelita d'un seul jet d'énergie de son épée par la suite en compagnie d'autres rampants il partit à l'assaut du coeur de Lyoko.

Bien sûr peu de temps après les autres Lyoko guerriers arrivèrent au laboratoire, avertis de la situation il se rendirent aussi vite que possible dans la salle du coeur pour essayer de stopper William et l'empêcher de commettre un acte irréparable, de mon côté j'avais réussi à retrouver la trace de Franz Hopper j'avais peut-être une chance de le ramener parmi nous.

Mais nous n'en n'ûmes pas le temps,sous le contrôle de Xana la puissance de William était décuplée il parvint à dévirtualités Odd et Ulrich en un clin d'oeil.
Yumi fut la dernière a être victime de William avant de disparaître, elle lui avoua que cela n'avait pas été une bonne idée de l' engager.

Et ce qui devait arriver arriva, William détruisit le coeur de Lyoko sous nos yeux, ce monde entier disparut alors dans une violente explosion.

Lyoko était détruit pour de bon, William était probablement tombé dans la mer numérique et Franz Hopper disparu à tous jamais.
Mais tout n'était pas perdu alors que nous nous lamentions sur notre sort et sur celui du monde nous reçûmes à messages codés en provenance du réseau celui-ci était signé Franz Hopper.


############################ FLASHBACK ############################

Ce jour-là à l'Ermitage, une ambiance d' enterrement flottait dans l'air le coeur de Lyoko venait d'être détruit par William, ce dernier posséder par Xana était peut-être tombé dans la mer numérique et virtualisé a jamais et Franz Hopper était probablement mort.
Mais ce dernier fit parvenir a Jeremie un message depuis le réseau ,des informations cruciales furent transmis à Jeremie permettant au petit génie de pouvoir recréer Lyoko.
L'espoir était encore permis.
Il faudrait une semaine de travail a Jeremie pour réussir cette exploit mais un nouveau problème se profilait déjà à l' horizon.

Comment allaient ils faire pour justifier la disparition soudaine d'un élève.

.... et pour William comment va-t-on faire pour expliquer sa disparition demanda Yumi.
Jeremie : on peut s'arranger pour faire croire qu'il est malade et qu'il a du rentrer d'urgence chez lui pour se soigner.
Yumi : et après.... mais il ne va pas être malade toute l'année le proviseur ne voudra jamais avaler une histoire pareille.
Aelita : sans oublier qu'il faut aussi trouver un moyen de le ramener si il est encore en vie.
Jeremie : chaque chose en sont temps, d'abord il nous faut convaincre le proviseur que William et malade et sera absent un certain moment
Et comment va tu faire demanda Aelita
Jeremie : je vais utiliser mon programme de synthèse vocale.
Odd : c'est quoi encore sa ?
Jeremie : une petite invention de ma composition basés sur un échantillonage de fréquence vocale en harmonique et...
... et pour simple sa donne quoi demanda Odd qui coupa la parole a Jeremie.
Sa permet d'imiter la voix de m' importe qui expliqua Aelita.
Jeremie : à l'aide de différents échantillons sonores que j'ai récupérés je suis en mesure de recréer n'importe quelle voie humaine.
Odd : mais c'est génial ça.
Aelita : et où as-tu trouvé ces échantillons sonores ?
Jeremie : disant que pour faire simple j'ai mit tous les téléphone de Kadic sous écoute
Aelita : tu as fait quoi ?!!!
Yumi : comment tu as réussi un tour pareil.
Jeremie : en me connectant sur l'antenne parabolique du laboratoire de science.
Aelita : aussi simplement ?
Jeremie : oui grâce à une dérivation des protocoles de communication sur un serveur....
... ok tu as des échantillons fit Odd
Aelita et d'où sa t'est venu une telle idée ?
Jeremie : c'est l'incident du satellite qui ma inspiré cette bonne idée
Cette attaque aura au moins servit a quelque chose dit Odd.
Jeremie : à présent j'ai le numéro de téléphone de toutes les personnes qui se trouvent au collège ainsi que ceux de tous leurs contacts les plus proche.

Une fois de plus Jeremie c'était surpassé,avec se programme il aurait la possibilité de duper le proviseur mais Odd s'écarta de la conversation pour demander au petit génie une petite information.

Dis moi Einstein tu as vraiment tous les numéro de portable du collège demanda Odd.
Jeremie : presque tous oui
Odd : par hasard tu n'aurais pas celui de Anaïs Fiquet
Jeremie : bien sûr je l'ai en mémoire sur mon ordinateur
Mais c'est génial ça s'écria Odd.
Jeremie : et pourquoi donc ?
Odd : ça fait un sacré bout de temps que j'essaie de lui soutirer sans succès

A ce moment tous le monde regarda Odd avec un air très fâché, comme ci la situation présente était propice au histoire de coeur du Don-Juan du collège.

Odd tu crois que c'est le moment de penser à la drague lui dit Ulrich
Aelita : l'avenir du monde est menacer et toi tu pense qu'a flirter
Odd : vous y connaissez rien de vous.
Ma parole il est incorrigible celui la dit Aelita en mettant sa mains sur son front.

Cela aurait put tournée au débat sur les utilisations dérivé de la technologie mais Odd ne préféra ne pas insister, quand a Jeremie qui n'avait pas perdu son sérieux il proposa donc a ces amis de procéder ainsi pour un temps.

Jeremie : on fait comme ça
Yumi : on fait comme ça
Aelita : sa me va
Odd : on a pas le choix de toute façons.

Le jour meme le proviseur reçu un appel de la part du (faux)père de William pour lui annoncer que son fils serait absent pendant un certain temps.
grâce au programme la supercherie fut sans équivoque, le proviseur n'y vit que du feu, il faut dire que Jeremie fut très convaincant dans son rôle.
Tous le reste de la semaine Jeremie et Aelita le consacrèrent a recréer Lyoko grâce aux informations que Franz Hopper leur avait fourni.

Désormais de tous les espoirs était permis.





chapitre 10 programme de soin. 12 septembre 2005 11h 30

Dr : bon je pense que cela suffira pour aujourd'hui.
Maeva : vous croyez Docteur.
Dr : ça ne sert à rien de trop en faire pour l'instant on déjà a bien progresser
Maeva : vraiment.

Le docteur avait poser son calepin de notes sur la table ou il venait d'y consigner tous se que la jeune fille lui avait raconter, il se tourna alors vers Maeva pour lui répondre.

Dr : en effet les nouveaux éléments que tu m'as fournis vont me permettre d'établir un premier schéma de tes rêves.
Maeva : vous penser pouvoir leur trouver un sens.
Dr : l'interprétation des rêves et révélateur de beaucoup de chose tu sais.
Maeva : notamment mes souvenirs.
Dr : absolument ma petite Maeva il est important pour nous de procéder par étapes et de rien brusquer.
Maeva : vous avez raison docteur après on vient juste de commencer.

Pour Maeva la thérapie venait à peine de débuter, il était claire qu'elle n'allait pas retrouvé la mémoire d'un seul coup, tout cela nécessitera un processus long et peut être pénible pour la jeune fille. Car en plus de son amnésie elle devait affronter les démons de ces rêves, des êtres qui apparemment lui voulaient du mal.

Des démons issu d'un passé obscur et troubles qui effrayait Maeva, mais en dépit de ça le docteur avait bonne espoir de réussir a la guérir.
Car plus le temps passait et plus le voile qui recouvrait la mémoire de Maeva se déchirait peu a peu, chaque jour de nouveaux souvenirs immergeait.
Mais ci ceux étaient assez confus et ils ne se manifestaient qu'au travers des songes de Maeva et forcement leurs interprétations allait devenir un enjeux crucial pour le docteur

Pour cela l'hypnose était le meilleur moyen de procéder, en plongeant Maeva dans un sommeil artificiel dit paradoxale le docteur pouvait avoir accès a ces rêves de jour comme de nuit.
Tous étant consciente quelle rêvait, Maeva guidé par la voix du docteur pouvait avancer sans crainte sur les territoires de Lyoko et en cas de danger il suffisait au docteur de claquer des doigts pour la ramener a la réalité.

Mais pour que l'hypnose fonctionne il fallait que Maeva soit détendu ,le stress et l'oppression ne sont pas des éléments favorable a la guérison et d'autant plus quand il s'agit des blessures de l'esprit, les diffèrent essaie a l'hospital avait démontrer qui Maeva n'arrivait pas se détendre suffisamment et jusqu'à présent les tentatives c'était toujours solder par des échec.

Mais en cette fin de septembre tous avait changer le simple fait d'avoir soustrait Maeva au milieux hospitalier lui avait déjà permis de débloquer de nouveau souvenir.

Il ne faisait pas de doute pour le docteur que le cas de Maeva allait allé en s' améliorant c'est pour ça qu'il avait fractionner son programme de thérapie en deux partie.

Le matin Maeva aurait droit a une thérapie sur le divan pendant une bonne heure et demi tandis que l' après midi se serais quartier libre.
Le docteur procédait méthodiquement pour retirer un maximum d'informations.
Comparaison et suppositions seront les méthodes qu'il devrait employer à l'avenir,mais pour l'heure il était important que Maeva se change les idées d'une manière ou d'une autre.

En offrant a Maeva une détente récréative, il pensait que cela lui ferait beaucoup de bien pour sa santé mental.
Pour ce faire le docteur avait prévu de l'emmener dans différends endroit qui serait susceptible de lui évoquer quelques choses de familier.
Il est prouvé que la vue d'une forme ,d'un son, d'une image, ou d'une couleur peut parfois déclencher un mécanisme complexe de flash-back.
Ce qu'il faut c'est être très attentif a se moment la,et le docteur comptait bien ne pas laisser Maeva sans surveillance.

Dr : donc cette après midi nous allons sortir
Maeva : pour aller ou
Dr : c'est a toi de voir


Entre les quatre murs de l'hospital où elle était fermer Maeva n'était allé que très rarement dans le parc elle n'avait rien vue ni de la grande ville ni de ces alentours pour cela le docteur c'était proposé de lui faire visiter la ville de Madison, pour commencer il pensa que Madison square serais un jolie endroit a visiter mais il fallait encore que Maeva soit d'accord.

Dr : alors cet après-midi que veux-tu faire
Maeva : je ne sais pas encore, peut-être vais je lire quelques livres de mathématiques pour me détendre.
Dr : il est vrai que se que je vais te dire peut te paraître bizarre....

Maeva attendait la suite de la phrase du docteur

Dr : ... mais tu devrais peut être arrêter de t'instruire pour le moment
Maeva : difficile Docteur je ne peux pas m'en empêcher
Je m'en doute bien lui fit le docteur en soupirant.

Si Maeva avait le pouvoir de dérégler les appareils électronique juste en les touchant elle disposait en revanche d'une faculté d'apprentissage incroyablement développé.
Maeva avait une excellente mémoire photographique et auditive ainsi qu'un don innée pour les langues étrangère notamment le français et l'allemand.

C'est en mémorisant des sons et des images que Maeva avait très rapidement retrouvé l'usage de la parole, a titre d'exemple il lui suffisait de lire la page complète d'un livre une seule fois pour pouvoir la récité par coeur 5 minutes après.
Cette capacité a retenir les sons et les images et de les interpréter aussi rapidement tentait a prouver quelle était loin d'être une attardée mentale comme certaine personne a l'hospital avait put le penser, non en réalité Maeva était une fille très intelligente pour ne pas dire une surdouée.

En l'espace de deux mois Maeva avait emmagasiner des informations a la pelle dans diffèrent domaine , cela allait de l'histoire au science physique.
Après lui avoir fait passer un test de QI, il en était ressortit qu'elle avait un quotient intellectuel de 198 et encore ce jours la elle était loin d'avoir répondu a toutes les questions.

Elle lisait tous se qui lui passait sous la mains mais cela ne s arrêtais pas la elle était tres douer pour les arts notamment la musique et le dessin.

Cela témoignait d'une grande sensibilité artistique, le docteur lui avait appris a ressentir les choses et non a les percevoir comme des donnes brutes, le docteur savait que Maeva avait besoin de ressentir la vie, Maeva était parfois trop sérieuse et avait tendance a s'enfermer derrière une logique stérile qui finirait pas la rendre aussi insensibles que les meubles de sa chambre si personne ne la prenait en mains.

Dans le fond Maeva était une jeune fille pleine de vie qui ne demandait qu'à s'épanouir pleinement, c'est pour ça que le docteur avait décidé de l'emmener faire une sortie cet après-midi, il proposa d'ailleurs à sa jeune protégé daller faire un tour dans le parc de Madison square.

Dr : je me disais que nous pourrions sortir cette après midi ,je crois que ces derniers mois tu est rester suffisamment enfermés comme ça
Maeva : vous avez raison docteur j'ai vraiment besoin de prendre l'air.
Dr : alors peut-être pourrions nous aller faire un tour a Madison square
Maeva : qui a t'il a voir la bas
Dr : il a le lac artificiel de roman et les statues des fondateurs de la ville.
ah juste ça ? dit Maeva

Maeva semblait un peu déçu par la proposition du docteur apparemment une sortie au parc ne semblais pas la ravir

Dr : sa n'a pas l'air de te faire plaisir
Maeva : c'est que je pensais que vouliez me faire visiter un autre endroit.
Dr : que propose tu.
Maeva : en vérité il y a un bâtiment ou je voudrais aller
Dr : la mairie.
Maeva : non
Dr : l université.
Maeva : non
Dr : une église alors
Maeva : plus tard
l'hospital fit le docteur un peu perplexe
Surtout pas lui fit Maeva en secouant la tête.
Dr : ou alors
Maeva : c'est lieu ou l'on s'instruit
oh par pitié ne dis pas que tu veux aller dans une bibliothèque fit le docteur en se lamentant.
Maeva : presque
de quoi s'agit-t-il demanda le docteur
Maeva : j'aurais envie de voir un musée
Dr : un musée !!
Maeva : oui un musée

le docteur fut assez étonné de cette proposition de Maeva parmi toutes les merveilles qu'elle pouvait voir en ville pour sa première sortie, il fallait qu'elle choisis d'aller s'enfermer dans un musée, cela ne cachait-t-il par quelques raisons obscures, c'est ce que le Docteur n'allait pas tarder à découvrir.

Dr : as tu une raison particulière de vouloir visiter un musée ?
Maeva : oui car le musée est un temple du souvenir.
Dr : un temple du souvenir en voilà une jolie expression
Maeva : c'est comme ça que je les considère
Dr : et pourquoi donc
Maeva : dans un musée ont trouve des fragments d'histoire.

Le docteur fini par comprendre ou Maeva voulait en venir, l'histoire était la matière préférée de Maeva, elle était particulièrement douer pour retenir date et événements le docteur compris assez vite la relation que Maeva faisait entre un musée et sa personne.

Dr : je vois la relation que tu fais .... fragments d'histoire égale fragment de souvenirs pour toi
Maeva : vous avez vu juste docteur, mais ce n'est pas la seule raison qui me motive
Dr : ah bon et quoi d'autre
Maeva : en faite j'ai très envie de voir un tyrannosaure.
Dr : un tyrannosaure ?!!!!

Voila une réponse a laquelle le docteur ne s'attendais pas, meme si par expérience il savait que Maeva était assez espiègle comme enfant et que parfois ces réponses pouvait paraître étrange,les motivations de celle ci était un mystère encore plus grand que celui de ces origines.

Dr : et pourquoi un tyrannosaurus rex
Maeva : c'est une bête qui me fascine.
Dr : et que trouve tu de si fascinant chez un monstre géant pourvu de mâchoires horribles .
Maeva : je sais pas mais sa m'intrigue.
Dr : et sa ne te fais pas peur.
Maeva : un ours en peluche géant me ferait sûrement plus peur que ça
Dr : sa serait moins monstrueux et plus jolie a voir
Maeva : sa peut paraître idiot mais au fond de moi je pense que sa serait le contraire, de plus docteur les dinosaures ne sont pas des monstres mais des créatures qui on vraiment exister.
Dr : c'est vrai, c'est juste qu'elles étaient plus grande que les autres.
Maeva : de toute façons des monstres j'en voit suffisamment dans mes rêves

A cette instant Maeva se mordit les lèvres pourquoi fallait-il qu'elle lui reparle de sa
le docteur ne dit rein sur cette accident, et redemanda a Maeva si c'est quelle voulait vraiment.

Dr : c'est ce que tu veux
Maeva : absolument
Dr : donc c'est décidé à cet après-midi nous allons faire un tour au musée
génial s'écria Maeva

Maeva fut plus que ravis a cette nouvelle mais savait elle seulement ce quelle allait y trouver

















chapitre 10 hospitalisation

Hôpital militaire de Westfield -Angleterre - 26 septembre 2004 - 9 h 21

Dans une des chambres de hospital militaire de Westfield le major Cartwright se remettait doucement de son accident, par chance celui avait été sans gravité , la décharge électrique qu'elle avait reçu lui avait juste légèrement brûler les mains.
Mais avec un traitement adéquat elle ne devait pas en garder de séquelle trop visible.
Cela dérangeait quelque peu pour travailler, une infirmière était obliger de lui glisser un stylo dans ces bandages et son écriture était pour le moins assez maladroite mais elle pouvait aussi tapoter avec deux doigts sur les touches de son ordinateur portable.
Son travail était un peu plus lent mais au moins elle pouvait continuer ces recherches, elle avait pas spécialement besoin de repos pour guérir.
c'est donc assidûment qu'elle continuait ces recherches sur son ordinateur portable quand soudain on frappa à la porte.
Quand le major autorisa ce se que l'on rentre, la première chose qui émergea du coin de la porte fut un bouquet de fleurs cette apparition étrange ne manqua pas de surprendre le major

A cet instant le colonel entra dans la pièce il était venu rendre visite a sa partenaire
cette visite pour le moins inattendu fit plaisir au major, qui pour une fois en laissa tomber ses notes quand le colonel s'avança vers elle.

Bonjour major comment allez-vous aujourd'hui demanda le colonel
M.Cartwright : je vais très bien lui répondit le major.
C Perec : je suis ravi de d'apprendre que voulez aller bien.
M.Cartwright : grâce à vous oui
Je vous est apportez ces quelques fleurs en espérant que cela vous fera plaisir fit le colonel en lui tendant le bouquet.

Le major avait les deux mains enveloppés dans de larges pansements elles aurait volontiers pris les fleurs que lui tendait son officier, en voyant ça le colonel pris l'initiative de les mettre dans le vase qui se trouvait sur la table il alla dans la salle de bain pour le remplir d'eau avant de déposer le bouquet dedans.
Après avoir posé le tous la table il pris une chaise pour s asseoir a coté du major et entra sans détours dans le vif du sujet.

C Perec : alors vous en avez pour combien de temps
M.Cartwright : selon le médecin je pourrais sortir d'ici deux à trois semaines
C Perec : c'est une bonne nouvelle et comment vont vos mains ?
M.Cartwright : par chance les brûlures ne sont que superficielles,le docteur me traite avec de la pommade cicatrisante
C Perec : et c'est efficace
M.Cartwright : la douleur s'est estompée et des que je serais rétablies nous pourront reprendre notre enquête, je continue mes recherches dans ce but.
et bien je vois que vous ne perdez pas votre temps major dit le colonel
M.Cartwright : oui d'ailleurs à ce sujet j'aurais voulu avoir des nouvelles au sujet de cette affaire
lesquelles major demanda le colonel.
Comment va le professeur Moritaka demanda alors le major.
C Perec : d'après le médecin de l'hospital son état est stable.
M.Cartwright : c'est il réveiller ?
C Perec : non il n'a toujours pas repris connaissance.
M.Cartwright : et son état général
C Perec : selon le médecin il est difficile de se prononcer.l'espèce de mini coma dans lequel il est tombé laisse envisager toutes les possibilités

Cette nouvelle attrista le major, le timide sourire qui c'était peint sur sont visage avait disparut a cette annonce ,le colonel le vit bien

M.Cartwright : c'est dingue comment cela a pu lui arriver ?
Vous savez ça n'a rien de surprenant fit le colonel
M.Cartwright : vous trouvez-vous
C Perec : il c'est quand même pris une table à roulettes sur la tête, en général cela n'a pas tendance à laisser qu'une grosse bosse.

Lors de son combat contre le professeur possédé le colonel avait souvent fais usage de son arme a feu sans le moindre succès , le savant semblait alors invulnérable, quand le contrôle de Xana fut interrompu le Dr Moritaka c'était écroulée au sol malheureusement la table qu'il soulevait a cette instant lui était tombée sur le crâne, cela avait provoqué un traumatisme crânien assez important chez le vielle homme, pas assez grave pour le tuer mais suffisamment important pour le plonger dans un mini coma.
Transporter de toute urgence a l'hospital central de Londres il fut pris en charge par les meilleurs neurochirurgien.
Sa vie n'était pas en danger mais son rétablissement laissait les médecins très dubitatifs, selon eux il en aurait peut-être pour des mois voir pour des années avant de reprendre connaissance mais par chance aucune des voix périphérique nerveuse importante n'a été touchée ce qui était plutôt une bonne nouvelle.

Le major fut très peiné d'apprendre sa elle avait beaucoup d'estime pour le professeur Moritaka son mentor, elle avait beaucoup de mal à croire que celui-ci avait essayé de tuer le colonel mais ce qui était le plus à incroyable encore ce fut le rapport que le colonel avait rédigé sur cette accident.

Le contenu du rapport était assez incroyable, s'il ne faisait aucun doute que le super-calculateur avait été victime d'une attaque de Xana le récit de la soudaine crise de folie du professeur était beaucoup plus dure à avaler.

"crise de folie avait écrit le colonel dans son rapport"

le major connaissait très bien le professeur Moritaka , comment aurait pus penser une seule seconde que celui-ci use été capable d'un tel acte, mais les faits parlait d'eux-mêmes le colonel avait été obligé de se battre contre le savant et si le colonel n'avait pas usé de son arme pour détruire le super-calculateur il serait peut-être tous mort a cette heure-ci
Ce récit le major voulait l' entendre de la bouche meme de son supérieur, sa version des faits et non celle qu'il avait rédigé, elle avait beaucoup de question a poser a ce derniers

M.Cartwright : mon colonel le lieutenant Fraggle m'a fait la lecture de votre rapport
C Perec : ah oui je me demandais bien quand vous alliez m'en parler.
M.Cartwright : j'avoue que j'ai beaucoup de mal à croire ce que vous avez écrit
C Perec : si cela peut vous rassurer major j'ai beaucoup de mal à croire moi-même ce que j'ai vécu
M.Cartwright : vous dites que le professeur a été possède par Xana.
C Perec : je sais que ça peut paraître fou mais c'est la vérité.
M.Cartwright : c'est assez invraisemblables
C Perec : je comprend que vous doutiez
M.Cartwright : vous avez peut-être imaginé ceci
C Perec : mes blessures me disent le contraire
C'est sûrement du a l'explosion supposa le major.
C Perec : dans ce cas-là vous n'avez qu'à t'expliquer pourquoi le professeur a voulu me tuer

Cette fois-ci le major ne put trouver aucune explication quant à l'attitude étrange du professeur celui-ci était pourtant réputé pour être un homme très pacifique, pour quelle raison aurait-il voulu s'en prendre au colonel
Quelque chose ne collait pas dans cette histoire, pourtant jusqu'au bout le major essaya de trouver une explication rationnelle il était peut-être possible que le colonel avait imaginé la scène et tous n'était qu'une hallucination provoqué par les différents produit chimique du laboratoire répandu dans la pièce suite l'explosion de la console de commande.
Le colonel ne comprenais pas pourquoi le major faisait preuve d'un telle scepticisme

M.Cartwright : c'est une hallucination
C Perec : mes brûlures ne sont pas un rêve
M.Cartwright : il avait des produit corrosif sur les table ou vous avez été projeter.

Le major n'en démordait pas pour elle il devait y avoir une explication rationnel a tous ça, mais le colonel fut bref dans sa réplique.

C Perec : major il faut vous rendre a l'évidence l'organisation Xana peut contrôler des gens a distance depuis un ordinateur.
M. Cartwright : L'idée meme que Xana puisse s'emparer comme ça d'une personne me parait impossible
C.Perec : c'est une possibilité qu'il ne faut pas exclure
M.Cartwright : un programme informatique capable de prendre contrôle des gens
C Perec : ça paraît fou
M.Cartwright : admettons que se soit possible , il agissent comment ?.... par hypnose
C Perec : je ne sais pas.
M.Cartwright : c'était peut-être parle biais d'un message subliminal
C Perec : dans ce cas-là comment vous expliquez la force surhumaine et les éclairs
M.Cartwright : et vous dites qu'il vous a lancé des éclairs.
C Perec : pas seulement il m'as également soulever comme un faitu de paille avant de me jeter sur plusieurs mètre sans compter que je lui est tirer une dizaine de balles dessus sans pouvoir le blessé.
M.Cartwright : vous l'avez peut-être raté
C Perec : à bout pourtant ça m'étonnerait.
M.Cartwright : et vous dit qu'il était déformé comme une image télé
C Perec : on aurait dit qui n'était pas un réel que c'était un surhomme à ce moment-là.
M.Cartwright : c'est ridicule
C Perec : vous n'êtes pas aveugles major, vous comme moi avons vu le symbole Xana apparaître sur cette machine.
M.Cartwright : il est vrai que le symbole est apparu

sur ce point-là le major ne pouvait rien contredire avant de perdre cette naissance suite à la décharge elle avait pu constater l'apparition du symbole Xana sur l'ecran

M.Cartwright : et pour le reste
C Perec : c'est a dire ?
M.Cartwright : comment vous est venu l'idée de couper le super calculateur
C Perec : l'idée n'est pas de moi mais celle de mon mystérieux contact
M.Cartwright : le fameux W
C Perec : W comme je l'ai nommée m'as avertis du danger et m'as dis quoi faire
M.Cartwright : apparemment des gens sont au courant de notre enquête
C Perec : vous pensez qu'il y a eu des fuites
M.Cartwright : de la part de qui cette opération est censée être secrète
C Perec : pas si secrète que ça vu que mon interlocuteur connaissait mon nom et mon grade
M.Cartwright : en effet c'est très troublant..
C Perec : ...et dangereux si des gens sont au courant nous risquons d'être très exposé.
M.Cartwright : c'est un risque a courir mon colonel.
M.Cartwright :
C Perec : a l'avenir il nous faudra être plus prudent
M.Cartwright : je ne vous le fait pas dire
C Perec : actuellement le lieutenant Fraggle est en train de faire des recherches sur le répertoire de mon téléphone pour localiser la provenance de l'appel
M.Cartwright : il a déjà trouver quelque chose
C Perec : rien pour le moment.
M.Cartwright : c'est juste une question de temps
C Perec : si vous le dites major
M.Cartwright : un mystère de plus résoudre
C Perec : sinon pour parler d'autres choses vous aimez les fleurs que je vous ai apportées
M.Cartwright : je les trouve magnifique
C Perec : sa me rassure vu que je ne connaissais pas vos goût j'ai pris des fleurs blanches ,c'est neutre comme intentions.
M.Cartwright : je vois que vous avez même mis une carte
C Perec : a oui c'est vrai.

Dans le bouquet on pouvait voir glisser un petit cartons destiner au gens

M.Cartwright : peut-être pourriez-vous me la lire
C Perec : ce n'est pas a vous de le faire normalement
Colonel j'ai les deux mains dans les pansements fit remarquer le major

La réponse était tellement évidente que le colonel se sentit un peu bête à ce moment-là pour faire plaisir aux major il prit la carte qu'il avait glissée soigneusement dans les fleurs et en fit la lecture.

"voici un modeste cadeau de ma part en vous souhaitant un prompt rétablissement major Cartwright

- signé
- colonel François Pérec

le major fut très touché par cette délicate attention de son officier supérieur mais toutefois un petit détail la dérangeait dans ce qui avait été écrit sur la carte

M.Cartwright : c'est très gentil de votre part mon colonel
C Perec : je vous en prie major ce n'est rien
M.Cartwright : je trouve juste que le major sur le carton c'est un peu formel
C Perec : oui mais je ne peux pas vous appeler autrement,vu que vous n'avez jamais voulu me donner votre prénom alors pour vous ce sera Major...

Amanda

C Perec : pardon !!!
mon prénom c'est Amanda fit le major a cette instant.
M.Cartwright : vous voulez connaître mon prénom et bien voilà c'est fait je m'appelle Amanda Cartwright.
Amanda c'est un très joli prénom que vous avez la fit le colonel
M.Cartwright : je sais.
pourquoi vous vouliez me le cacher demanda le colonel
M.Cartwright : j'ai mes raison.
C Perec : qui sont ...
M.Cartwright : c'était le prénom de ma grand-mère maternel
C Perec : vous m'en direz tant, en tous qu'a cela vous va très bien
M.Cartwright : merci mon colonel
C Perec : dont je peux vous appelez Amanda maintenant.
M.Cartwright : si nous pouvions tous de fois à nous en tenir au protocole militaire

Le cordiale échange entre le colonel et le major n'avait pas duré longtemps , le major avait vite remis le masque d' austérité quelle portait depuis le début, mais au moins le colonel se connaissait maintenant prénom de sa partenaire.

C Perec : bon je vais vous laisser major j'ai rendez-vous avec le lieutenant Fraggle
M.Cartwright : vous voulez savoir si celui ci a rassure a localiser l'appel
C Perec : pas vraiment , il veut me voir pour me faire signer les formulaires A83 et A84
C'est quoi ces formulaires demanda le major
C Perec : ce sont les formulaires d'assurance pour autoriser les dédommagements que j'ai causés.
M.Cartwright : les assurance militaires.
C Perec : vous savez griller un super-calculateur comme je l'ai fait ça coûte cher
Je m'en doute bien fit le major
C Perec : reposez-vous bien major je passerai voir demain
M.Cartwright : merci et bonne chance avec la paperasserie
C Perec : je vais en avoir besoin.
Après avoir saluer le major , c'est avec un pas bien décidé que le colonel se rendit alors au bureau du MI5 où l'attendait le lieutenant Fraggle qui avait quelques réprimandes a lui faire concernant sa petite intervention, alors que la voiture de fonction du colonel faisait route vers le quartier général sont portable se mis de nouveau à sonner....






chapitre 10 le projet Tanit

1er aout 2005

Dans le complexe sécurisé de Cyclotron il y avait un nombre assez impressionnant de personnes amassé dans le grand hangar du niveaux 01
Les différentes délégation comprenait des scientifiques, des militaires des diplomate et des industriel de toutes horizons venues pour assister à la grande première.
Tous les haut membres et cadres de la société était la Simon Watson en tête de file il étaient accompagné des principaux acteur du projet Neo-Carthage, tous les scientifiques de la section 5 étaient la et parmi eux Arnaud.

Le buffet spécialement aménagé faisait le plaisir des plus gourmands, pour l'occasion la nourriture anglaise avait été mis de coté au profit des toast de saumon et de caviar et les fontaines a champagne coulaient a flot dans les verres.

Partout sa parlait, sa discutait, sa débattait de chiffres d'affaires, de thermodynamique, stratégie de guerre au moyen-orient,tous sa formait un broua de paroles inaudible ou chacun semblait quand meme si comprendre.

pour Arnaud cela être un grand moment, son talent allait être reconnu car les autres projet faisait assez pale figure en comparaison du sien,mais n'ayant personne avec qui en discuter il restait prés du buffet a manger des petit four une flûte de champagne a la mains, alors qu'il voulais prendre un autre petit four une autre mains se saisit de celui qu'il convoitait.

Eh vous gênez par surtout répliqua aussi sec Arnaud.

Mais se que Arnaud n'avait pas vu c'est que la personne qui venait de prendre le petit four faisait deux tête de plus que lui,

je vous demande pardon fit l'homme a cette instant

Sans pour autant se laisser impressionner Arnaud fit remarquer a l'inconnu qu'il avait voulu prendre se petit four ,cela pouvait paraître puéril de se comporte comme ça pour un apéritif mais Arnaud n'aimait pas qu'on lui passe devant, en revanche la réaction de l'homme fut étonnante.

Tenez je vous le laisse si vous voulez dit l'homme en tendant le petit four a Arnaud

Arnaud ne s'attendais a que ce grand gaillard au cheveux brun et a lunette se montre aussi docile que ça ,cela pris un peu le jeune au dépourvu.

Et bien merci fit Arnaud qui pris le petit four que lui tendait l'homme
Vous faite partie de la délégation demanda l'homme.
Non je fait partie de l'entreprise fit Arnaud en avalant le toast
Ah je vois vous éte un stagiaire fit l'homme.

Arnaud faillit bien avaler de travers a la remarque que l'homme venait de lui faire

Je suis chercheur dit il alors pour dissiper les doutes
homme : vous
Arnaud : oui moi
homme : vous éte pas un peu jeune pour travailler dans un laboratoire.
j'ai 18 ans et je appelle Arnaud Morillon scientifique du niveau 5 fit fierement Arnaud a son interlocuteur .
homme : et moi je me nomme...

Mais une femme arriva est interpella l'homme avant que celui eut finis les présentations
Mr Darbois venez on nous attend fit la femme.
j'arrive miss Sklodowski fit l'homme
Mr Darbois : et bien Mr Morillon se fus un plaisir de parler avec vous.
moi de meme fit Arnaud

Arnaud regarda cette homme qui s'en alla rejoindre une jeune femme rousse,avant que tous deux ne disparaisse dans la foule Arnaud eut pas le temps de s attarder sur ces deux personnes.
Une annonce faite au micro attira bientôt l'attention de tous les invités, en effet un représentant annonça que le spectacle allait bientôt commencer, tous les personnes se rapprochèrent du podium pour assister a la démonstration tant attendu.

A l'entrée un programme avait été distribuer a chacun des hôtes, il était mentionner dessus qu'en première partie aura lieux la présentation du projet principale et par la suite de toutes les déclinaison de celui ci.

Soudain la lumière se tamisa seul le podium resta éclairé, c'est sous une musique tonitruante que se présenta un homme en complet gris, il était grand et mince et était âgée d'au moins une soixantaine d'années, il portait des lunettes rectangulaire, il se déplaça sur le podium accompagné par le faisceaux des projecteur jusqu'au pupitre, à l'arrière-plan de lui une grande image holographique était apparue le représentant en gros plan a présent tous les regards et les caméras étaient braquées sur lui .
l'homme remonta légèrement ses lunettes et commença à s'adresser à la foule en ces termes

"Mesdames et Messieurs je vous souhaite à tous et à toute la bienvenue au sein de la société Cyclotron"

"je me présente je suis le docteur Henry Hopkins"

Parmi la foule des invités le jeune Arnaud était posé sur un banc il était avec tous les scientifiques de la section 5, enfin pratiquement tous un seul membres manquait à l'appel mais la raison en étaient connue de tous.
Sur scène le docteur Hopkins se lança alors dans la présentation de son entreprise de ce qui avait été fortement prévisible Arnaud l'avait bien prévu, sur le grand écran allait bientôt débuter la présentation officielle du projet Neo-Carthage.

La lumière se ralluma, un silence de plomb fut enregistré dans la salle le docteur Hopkins commença à faire le déballage de l' historique de Neo-Carthage

- "Mesdames et Messieurs avant de rentrer dans le vif du sujet laissez-moi vous faire un petit rappel historique de l'histoire de la mythique cité de Carthage"

- "jadis Carthage était la puissance cité maritime du monde antique, aucune autre flotte maritime ne pouvait rivaliser avec sa puissance, sa culture a rayonner sur tous le bassin méditerranéen.durant des siècles"

- "Bien sur avec le temps elle finit par faire de l'ombre a une autre puissance émergente que sera par la suite le colossal empire romain."

- "La cité fut détruite par les Romains lors des guerres puniques et plus précisément par le général Scipion, l'explication de sa chute est des plus simple"

- " sa puissance par rapport à sa petite taille faisait la jalousie des autres puissances de ce temps car toutes les nations s'inclinaient devant la puissance de Carthage"

- " et oui car la taille et la grandeur d'un empire ne se mesure pas forcément à son étendue mais au rayonnement de sa culture et si l'histoire n'avait pas été aussi injuste envers Carthage nous pourrions aujourd'hui dire que nous vivons dans une civilisation cartho-romaine"

C'est avec une maîtrise sans pareil de la rhétorique que le Docteur Hopkins faisait le récit de l'histoire de Carthage. il démontra incontestablement à quel point cette cité aurait pu avoir de l'influence à travers le monde.si celle-ci n'avait pas subi les aléas de l'histoire

"mais aujourd'hui je vous annonce le début d'une nouvelle ère car Carthage la cité des dieux va revenir à la vie"

"nous l'avons recréé artificielement dans un environnement virtuel"

" Mesdames et Messieurs voici Neo-Carthage

Dans la salle la cité virtuel apparus au-dessus des invités qui furent éblouis par le système de la technologie holographique, l'on pouvait voir des rues et des habitation antique des temples au aspect diverse se dressaient de part en part, la cité était entouré d'un énorme mur d'enceinte destiner a la protéger, au centre de la ville un énorme temple avait été bâti, et sur chaque façade le symbole de Tanit était omniprésent, le docteur repris alors la paroles pour continuer sa présentation.

"mais je vous entends déjà dire en quoi est ce que Neo-Carthage est telle différente des autres mondes virtuels qui existent à travers le monde et bien je vous répondrai simplement par ceci Mesdames et Messieurs."

"Neo-Carthage est gérés par un super ordinateur quantique le plus performant au monde"

cette nouvelle fit l'effet dune bombe dans la salle beaucoup de personne furent sidère de ce que venait annoncer le professeur Hopkins mais se dernier n'allait pas en rester la au niveau des révélations

"Et oui que nous avons la chance de posséder la machine la plus performante au monde capable d'atteindre 3000 téraflop de puissance

"bien sûr une telle puissance doit être maîtrisée, sinon cette derniere serait vaine"

"tous comme dans la mythologie phénicienne la cité avait ces dieux protecteurs et plus précisément pour Carthage il s'agissait d'une déesse protectrice"

bien sûr ici. pas de dieu ou de quelconques chimères mythologiques mais une entité supérieure dit le professeur Hopkins

"j'entends par là une intelligence artificielle."

à cette annonce le docteur se tu à pour écouter les quelques réactions à l'intérieur de la salle quelques rire étouffé se firent entendre certains des scientifiques présents dont notamment les professeur zalinski et Weller contenaient mal leur fou rire, Arnaud le vit bien mais il se contenta de les regarder il ne voulait surtout pas perdre une miette de ce qui allait suivre ,ne se laissant pas déstabiliser le Dr Hopkins continua.

"A ce que j'entend certaines personnes ont l'air plutôt sceptique a ce que je viens de dire"

"laisser-moi dont vous présenter notre intelligence artificielle"

c'est alors qu'un milieu de tous les invites sur un miroir de projection holographique, une forme gélatineuse commença à se matérialiser et laissa apparaître une belle jeune fille d'environ 14 ans ,ce fut avec une immense joie et un plaisir indescriptible que le professeur Hopkins fit les présentations

"Mesdames et Messieurs j'ai l'honneur de vous présenter"

____________________________TANIT_________________________________

très respectueusement le spectre s'inclina devant tous les invités

Soyez tous les bienvenus à Carthage dit alors Tanit

Devant la foule ébahi le spectre commença à sortir de sa glace sous une forme tridimensionnelle elle commença à déambuler au milieu de tous les invites, un peu partout dans laquelle des projecteurs holographique tridimensionnel a été placé il permettait à l'image de se déplacer parmi la foule
tous le monde fut stupéfait et en particulier deux scientifique vachard qui ne pouvait plus rien ajouter, beaucoup d'invites commencèrent à lui poser des questions Tanit y répondait très aisément et dans toutes les langues.
l'un des invités demanda si on pouvait la toucher

Peut on vous toucher fit l'un des invités


Je ne suis pas réel je n'ai pas d'enveloppes de chair je ne suis qu'une projection isomorphiques dépourvu de consistance fit Tanit.

Du haut de son podium le docteur pouvait contempler avec satisfaction le résultat de sa présentation ainsi que l'effet que Tanit avait sur les invités mais le spectacle se devait de continuer

" the show must gone "

"Mesdames et Messieurs je réclame votre attention ce n'est pas fini"

le public se tourna a nouveau en direction du docteur ,quelle autre surprise allait ont encore leur montrer ?

"maintenant j'aimerais vous présenter avec plaisir l'autre merveille de ce centre , a savoir la personne sans qui tout cela ne serait pas possible, le scientifique en chef du projet Tanit.

A ces mots une femme une blouse blanche les cheveux grisonnants fit son entrée sur scène juste avant de lui céder sa place le Dr Hopkins demanda à la foule de lui faire l'ovation qu'elle mérite.

"Mesdames et Messieurs je vous demande tous d'applaudir comme il se doit....

________________________le docteur Anthea Hopper.__________________

merci à vous lui fit à ce moment la femme placée devant le micro elle commença à faire l'explication de son oeuvre.

"je me présente à vous je suis le docteur Anthea Hopper je suis le créateur du projet Tanit.

" je suis là mieux placer pour vous dire que Tanit pas qu'une intelligence artificielle il s'agit en faite d'un modèle révolutionnaire de contrôle des environnements virtuels.

"A l'avenir la puissance des ordinateurs ne va cesser de croître de façon exponentielle, il ne suffira plus d'avoir des machines très puissantes il faudra encore que celle-ci soit réactive et autonome"

"L'émergence des intelligences artificielles est donc vitale pour l'évolution des prochaines générations d'ordinateur.

"Bien sur la mise en place d'un tel système est long et complexe"

la naissance d'intelligence artificielle comme Tanit n'a été rendu possible que grâce à une nouvelle génération de microprocesseurs

______________________________Les Quadrihoppes______________________________

"cette nouvelle génération de Neuro-microprocesseurs intégrés à la technologie des super calculateurs permettra à ces derniers d'en décupler la puissance"

"un super-calculateur ordinaire pourrait voir sa puissance multipliée par 4 d'où le nom de Quadrihoppes"

"Mais ceci ne constitue pas une nouveauté en soi cela fait des années que cette technologies a été mises au point d'ailleurs nous avons déjà commencé à équiper plusieurs succursales à travers le monde de cette technologie révolutionnaire."

"Tanit très chère pourrais tu nous faire une petite présentation globale."

Oui docteur fit Tanit.

au-dessus des invités une sphère représentant la terre apparut dans les airs, sur cette mappemonde holographique en plusieurs endroits bien distincts. des points rouges firent leurs apparitions, les continents ciblés furent alors encadrés d'une fenêtre qui s'ouvrit pour montrer des lieux bien précis en photos.

"Sur cette photo vous pouvez voir le super-calculateur qui gère les réactions nucléaires de la central russe de kaminski .
Super calculateur donc la puissance de calcul accru gère le contrôle de la fission nucléaire tous le système et parfaitement autonome et l'ordinateur gère a lui seuls les risques et tous les dérapages éventuels."

d'autres sites vers leur firent leur apparition des centrales nucléaires et des laboratoire de recherches pour la plus part des usines automatisées.

"comment on peu le voir sur cette carte pas moins de sept sites à travers le monde ont déjà disposé de cette technologie bien sur ses ordinateurs ne sont que des parties sous adjacentes du projet il sont bien moins puissants que le projet Neo-Carthage."

A l'avenir nous pensons équiper pas moins de 20 autres sites de se genre de dispositifs"

Quand le docteur eut finit son discours, elle dit au public que si celui ci avait des question ,elle y répondrais sans détour , les question fusèrent de partout et le Dr Hopper se dut d'être très sélect et lui fut demandé combien cela allait ils coûte , qui allait bénéficier d'une telle technologie ou encore si le capital de la société allait passer en bourse.
mais dans la foule un homme ce manifesta en particuliers en posant une question plutôt embarrassante.

Homme : Dr Hopper ont pourrait savoir quels sont les risques face à l'attaque dune intelligence artificiel diabolique.

tous le monde se retourna pour observer cet homme qui venait de poser une question pour le moins étrange, le docteur hopper interpella cette homme pour comprendre le sens de sa question.



excusez-moi monsieur mais je n'ai pas compris le sens de votre question fit le docteur

homme : je veux dire qu'elles sont le risque que vos systèmes tombent sous le contrôle d'une intelligence artificielle diabolique

Ce fut presque l'hilarité générale dans la salle à cette question, ou l'on crut d'abord à une blague de la part de cette homme et le docteur répliqua aussitôt.

DR Hopper : excusez-moi Mr mais je ne crois pas que votre question soit très sérieuse
homme : moi au contraire je trouve que cette question est parfaitement sérieuse et d' interet général meme.

le docteur Hopper demanda alors a l'homme de bien vouloir se présente et d'expliquer a tous le monde se que signifiait cette question , de son coté Arnaud reconnu l'homme avec qui il c'était entretenu quelques minutes plutôt

Je m'appelle Pierre Darbois fit l'homme cet instant.
Dr Hopper : et Mr Darbois peut-on savoir sur quoi vous fondez
Mr Darbois : en ma qualité d'ingénieur informatique j' émets des doutes quant à la sécurité de vos puces informatiques.
Et de quel nature son vos doutes demanda le docteur Hopper
Mr Darbois : sa concerne les risque de piratages.
Dr Hopper : alors je peux vous rassuré rein ne peut pirater notre système de puce
Mr Darbois : je n'en suis pas aussi sur que vous
Dr Hopper : vous mettez en doute l efficacité de cette tecnhologie.
Mr Darbois : je fais plus que sa, j'affirme meme quelle est dangereuse
Et sur quoi pouvez vous appuyer un telle affirmation lui lança alors le docteur Hopper
Mr Darbois : vous voulez vraiment le savoir
Dr Hopper : nous serions tous content de l'apprendre.
Mr Darbois : dans se cas la pourriez-vous nous donner quelques explications sur l'incident de Brayton Woods de la société Génitech.

à cet instant le Dr Hopper paru troublé par ce que venait de lui dire cet homme, elle resta quelques secondes sans voix, elle lui répondit alors en bafouillant qu'elle ne savait de quoi il pouvait bien parler.

Vous rester sans voix docteur, moi j'attend fit Mr Darbois
Si je savais de quoi vous parliez je répondrais volontiers lui fit le docteur Hopper
Mr Darbois : selon des sources-là à société Génitech a fait l'acquisition d'un super-calculateur qui aurait été équipé par l'une de vos Quadrihoppes

"or il se trouve que celle-ci aurait provoqué la panne du super calculateur qui avait la gestion de tout un complexe biochimique, a cause de sa la région a été victime d'un grave incident industriel, des hectares entiers de forêt ont été bruler plusieurs personnes ont perdu la vie dans la destruction du laboratoire dont le professeur Miller en personne"

"par conséquent nous sommes en droit de nous poser des questions si de tel incident ont pu se produire n'est il pas dangereux d'équiper des centres de recherche atomique avec un tel système."

"que pouvez vous répondre a sa ?"

A la fin de son annonce tous les invités alors se tournèrent en direction du docteur Hopper celle ci paru particulièrement troubler par ce que cet homme venait de révélé voyant que Anthea était dans le la difficulté le docteur Hopkins intervint pour se défendre d'une telle accusation.

Dr Hopkins : je ne sais pas où vous tirez-vous sur ce monsieur Darbois mais sachez que Génitech n'a jamais fait partis de nos client.
Mr Darbois : vous pouvez nous le prouver.
Dr Hopkins : bien sur sachez que j'ai rencontré le professeur Miller en personne il y a deux ans et a l'époque j'ai refusé de lui vendre un super-calculateur à cause de l'usage auquel il le destinait.
Mr Darbois : voilà qui étonnant de votre part que vous refusiez un contrat de 50 millions de livres Sterling.
Dr Hopkins : apprenez Mr Darbois que j'ai fondé Cyclotron sur une éthique scientifique selon laquelle la science doit servir le bien être l'humanité et non asservir celle ci
Mr Darbois : éthique est un beau mot qui fait bien à utiliser devant la presse mais devant des clients je doute fort que vous en usiez souvent
Dr Hopkins : comment pouvez vous dire une chose pareil
Mr Darbois : pensez vous que je dois vous croire sur paroles.
Dr Hopkins : je peux vous assurer que nous ne ferons jamais rien qui soit contraires à l éthique de l'entreprise et sachez tous que des sociétés comme Génitech qui se livre à des expériences sur le génome humain ne bénéficieront jamais d'un soutien de ma part.
Mr Darbois : cela n'empêche que le problème reste inchangé vous refusé peut-être de vendre des ordinateurs a des entreprises dans les agissements sont douteux mais vous n'avez pas répondues à mes questions sur la sécurité de votre système.
Dr Hopkins : se système et fiable a 100% vous ete bien le seul a en douter
Mr Darbois : je ne suis pas le seul à le penser la personne qui m'accompagne pense également moi
Dr Hopkins : vous parlez de la jeune femme rousse qui est a coté de vous.

je m'appelle Marie Skłodowski et je suis tout à fait d'accord avec mon partenaire
de tels systèmes présentes des dangers incommensurables, il est irresponsables de votre part d'équiper avec des installations aussi sensibles que des centrales nucléaires.

ce fut la consternation général dans la salle qui pouvaient bien être ces deux personnes pour ainsi osez mettre en doute plus de 20 ans de recherche informatique sur la seule base d'un incident isolé, ce que d ailleurs le docteur Hopkins ne se priva pas de faire remarquer

Dr Hopkins : vous ete bien les seuls voix qui soit dissonante à ce projet

ils ne sont pas les seules fit alors une voix venant des coulisses
tous le monde se tourna alors en directions de l'estrade, c'est alors qu'un homme apparut sur le podium, son entrée n'était pourtant prévue que vers la fin de la démonstration les docteurs Hopkins et Hopper furent surpris de son intervention,l'homme se presenta alors a la foule

"Mesdames et Messieurs je me présente sur le Dr Sigmund Kessel"

"m'a renommé n'étant pas à faire j'affirme publiquement que le projet de Neo-Carthage est un danger pour l'humanité"

Anthea et Henry n'en revenait pas comment leur amis de longue date pouvait-il leur faire un coup pareil.
Dans la salle ce fut la stupéfaction générale personne ne s' attendait à un tel retournement de situation à cause de sa déclaration le docteur Kessel venait de mettre publiquement dans l'embarras la sociéte Cyclotron et tout le projet Neo-Carthage.
















Chapitre 11 Replika

Laboratoire 15 août 2005


----------------------------------------ENREGISTREMENT----------------------------------------------


Aujourd'hui nous sommes le 15 août.
---
En temps normal c'est un jour férié, un jour ou je pourrais me reposer.
---
Mais je ne le peux pas.
---
Dans 4 jours cela fera deux mois que Aelita a été enlevé.
---
Deux mois... une éternité pour quelqu'un de captif.
---
Je ne peux vraiment pas me permettre de perdre mon temps, ne serais-je qu'un jour.
---
Si je devais apprendre que Aelita n'as pus être sauvé a cause d'un jour, c'est sur je ne me le pardonnerai jamais.
---
Alors je travaille d'arrache pied, je bosse dur, je fais tout ce qu'il faudra pour la retrouver.
---
Mais c'est pas facile de tenir le coup aussi longtemps.
---
je fatigue
---
Pas plus tard qu'hier j'ai reçu un appel de Odd en personne sur mon téléphone.
---
j'avais pourtant débrancher mon portable.
---
ça c'est un coup de yumi ,
---
Elle a dut me le rallumer en douce.
---
Ne pouvant pas lui raccrocher au nez je pris le temps de lui parler.
---
Pour lui dire quoi ?
---
Pas un seul moment nous n'avons évoqué nos vacances.
---
Enfin lui il as des vacances au soleil alors que moi je suis cloîtré dans un laboratoire sombre a faire des expériences tordues.
---
Il est bien conscient de ma situation et de tous les sacrifices que je fais.
---
il m'as dit regretter de ne pouvoir être plus utile pour le moment.
---
Malgres ça il m'encourage.
---
Il me dit de tenir bon et de garder espoir car la rentrée approche.
---
"nous pourrons vous aidez à ce moment-là" m'as il dit au téléphone.
---
Nous aider moi et Aelita
---
seulement il nous faut encore patienter.
---
la rentrée je ne pensais pas qu'on y serait déjà...
---
Pourtant c'est vrai, dans un peu plus de 15 jours ce sera la rentrée scolaire.
---
Nouvelle péripétie en perspective.
---
École - Lyoko - dodo
---
A part que cette fois ci se sera différend
---
Notre objectif principal a changer
---
Retrouver et sauver Aelita est notre seule but désormais.
---
Heureusement que nous n'avons plus de tour a désactiver
---
Sinon je ne vois se que nous pourrions faire sans Aelita
---
sur un plan plus général cette année nous avons tous réussis à passer en seconde. et Yumi en première
---
Ulrich et Odd ont fait beaucoup d'effort de leur coté pour remonter leur moyenne
---
c'est grâce a ça qu'il sont devenu lycéens.
---
Espérons seulement que nous ne seront pas dans la meme classe cette année.
---
dans le cas contraire Je ferais tous pour que nous soyons séparé.
---
Sa peut paraître idiot quand de telle circonstance que je souhaite ceci mais...
---
... j'ai mes raisons.
---
Si nous sommes dans la même classe, ce sera tous sauf une année de plus comme les autres.
---
certaine choses on changer entre nous
---
Il y a eu ma trahison et le reste...
---
Mais que cela ne nous empêche pas de mener a bien notre mission.
---
Comment je peux dire ça et me regarder encore dans un miroir
---
des fois je me dégoute moi meme.
---
Pourvu que tous Me et Se pardonnerons. Mes /Leurs fautes.
---
j'espère sincèrement que nous allons retrouver Aelita.
---
c'est pour cela que je prépare tous ce qu'il faut.
---
Bien sur le projet T et le projet Magellan nous serons d'une grande aide dans cette aventure.
---
Si l'un et finis ce n'est pas le cas de l'autre.
---
A l'heure actuelle le projet T est encore un sacré casse tête a résoudre.
---
En théorie et en simulation sa marche.
---
Mais en pratique c'est une autre histoire.
---
Il me reste encore améliorer toutes les extensions du super calculateur pour justement juguler la puissance au moment de l'activation du programme.

(petite annexe)

Ma théorie était juste, pour réussir à conserver la cohésion moléculaire lors de l'explosion il fallait bien que je renforce l'intégrité structurelle magnétique de l'enveloppe externe de l'avatar,
Et pour le moment mes simulations montre que sa tiens bon, meme si cela a tendance a déformer le tous.
Autant dire que ça donne un aspect assez particulier à son utilisateur.
Mais au moins celui-ci conserve son aspect humain tout en disposant d'une puissance énergétique considérable.

( fin de l'annexe )

Le projet T
---
notre dernier espoir
---
j'ai bien conscience que j'ai entre les mains un pouvoir considérable.
---
avec une telle puissance tous deviens possible dans le monde Lyoko
---
Bien sur toutes cette puissance sera utiliser pour une bonne cause.


________________________SAUVER AELITA_________________________


il ne faudrait pas surtout pas quel tombe entre les mains de quelqu'un de mal attentionné
---
Sa serais une catastrophe a l'échelle planétaire si un être démoniaque s'emparait d'un telle pouvoir
---
Je pense notamment a Xana.
--
Je commence a me demander si il ne serais pas responsable de ce coup la.
---
sa peux paraître fou alors que nous sommes sensées l'avoir détruit .
---
et si il avait survécu ?
---
après tous on as jamais su ce qu'il faisait avec les autres réplikas
---
et si meme il les a tous utiliser.
---
il aurait très bien put trouver refuge dans un super calculateur isolée du réseau.
---
a moins que quelqu'un l'ai sauver
---
Mais qui serais assez fou pour vouloir préserver un telle danger.
---
Sa ne reste qu'une spéculation mais vaut mieux ne rein exclure.
---
Qui c'est Xana est peut être définitivement mort est enterré
---
tous de fois le doute subsistera toujours
---
Pourquoi j'emet cette supposition maintenant ....?
---
Ce n'est pas seulement du au faite que Aelita a disparu.
---
c'est surtout a cause de la récente activité que j'ai découvert sur le réseau.
---
En traçant le signal du kidnappeur de AELITA j'ai détecter des sortes d échos qui provenait du fin fond de la mer numérique.
---
Il y a la bas une activité étrange qui provoque de légère perturbation.
---
Et pas de doute a avoir sa vient des abysses.
---
En Admettant que Xana n'y soit pour rein il n'empêche que quelque chose est responsable de tous ça.
---
Ceux ou celle qui se cache derrière cette sphère grise en sont peut être a l'origine
---
mais sa reste a prouver
---
Une chose est sure ils ont maintenant la vie de Aelita entre leurs mains.
---
Ou que se trouve Aelita j'espère qu'elle va bien.
---
Si ceux qui l'ont enlevé ne savent pas ce que c'est, il serait bien capable de pratiquer des expériences sur elle.
---
Et allez savoir ce qu'il peuvent lui faire en pensant qu'il ne s'agit que d'un simple programme.
---
Car sous une forme virtuelle nous ne sommes rein de plus qu'une suite de données informatique.
---
j'espère qu'ils ne l'ont pas effacé ou pire encore..........
---
Sa serais trop horrible.
---
Ne perdons pas espoir continuons quoi qu'il arrive.


-----------------------------Journal de Jeremie Belpois huitième partie.-----------------------------

Au bout d'une semaine de travail, nous avons réussi a recréer le monde Lyoko grâce aux données fournit par Franz Hopper ,mais beaucoup de choses restaient encore à faire.
tous les autres territoires restait a recréer cela devrait me prendre encore deux jour pour le faire
A un moment nous nous sommes fait leurrer par le prétendu retour de William, visiblement les objectifs de Xana avait changer son but était d'envoyer Aelita dans la mer numérique pour une raison que nous ignorions encore.
Même si William était sous le contrôle de Xana nous savions au moins qu'il était vivant .

Pour lutter contre se nouvelle ennemis j'ai améliorer les équipement de mes amis
ils étaient pourvu de nouvelle tenue de combat plus résistante au coup et aux impacts des laser
certes ils étaient toujours vulnérable a la dévirtualisation mais c'était déjà un plus.

Pour sauver William et détruire Xana, moi et Aelita nous sommes mit à la conception d'un sous-marin virtuel.
Grâce à lui que nous serions en mesure de traquer Xana où qu'ils soient dans le réseau.

Sa mise en chantier a donner suite a bien des péripéties et sur le fond il avait une forme assez atypique.
Il ressemblait une sorte de pince surmonté d'un long dard amovible équipe de mini navette.
il était prévu que Aelita serais au commande de ce vaisseau tandis que Odd Ulrich Yumi serait répartis dans 3 des 4 mini sous marins
Nous avions également prévus une quatrième navette dans le but de ramener William ou Franz Hopper, dans les deux cas nous avions prévu la présence d'un quatrième et hypothétique passager.

Pour ce qui fut de lui donner un nom les propositions ne manquèrent pas

Nautilus - Mélanie - Sous-marin ?!

Se fut Aelita qui lui trouva le nom le plus approprier, en se rappelant les histoires que lui contait son père autrefois ,elle donna a notre navire le noms d'un vaisseau vicking légendaire capable de voyager sur l'eau et dans les air, notre sous marin fut donc baptiser.

____________________________SKIDBLADNIR______________________________


Bien entendu Xana a tout fait pour nous empêcher de concevoir notre sous-marin, il a envoyé tour à tour William et la méduse vous pour essayer de détruire le skid ( diminutif de Skidbldanir trouver par Odd)

Mais comme toutes ces attaques celui ci furent sans succès nous avons toujours réussi à l'empêcher et au bout de 2 semaines nous pouvions nous lancer à l'assaut du réseau.

Notre sous marin était stationner dans une partie spéciale du cinquième territoire une sorte de quai d'embarquement que Odd a affectueusement appelé "Garage Skid" ( on se demande ou Odd va chercher des âneries pareille)

Les autres étaient impatient d'explorer le réseau, moi par contre j'étais encore assez réticent, il faut dire que nous ne savions pas dans quel environnement nous allions évolué ni même si le sous-marin n'allait pas explosé dès son premier contact avec la mer numérique.

Je réussis à m'en convaincre et la récompense fut à la hauteur des effort fournit des la première plongée se fut un succès.
Qui se serait douter une seule seconde que le réseau était un océan numérique (sous une représentation virtuelle bien sûre)

Mais c'était un incroyable spectacle a voir selon mes amis,au travers de ma fenêtre visuel j'avais droit a une sacrée vue en relief, personnellement j'aurais jamais imaginé que cela était possible.
Le réseau était un monde à part entière où foisonnait une vie virtuelle
Il était constituer d'un abysse sans fond et n'avait pas de surface a proprement parler il s'agissait d'un ensemble de banque de données se perdant a l'infinie, ce monde donnait l' impressions d'une ville construite a l'envers le tous baignant dans une lumière bleutée.

On peut comprendre que Xana se soit donner autant de mal pour s'emparer des clés de Lyoko afin de vouloir s'y propager.

Mais Xana savait jouer de son influence dans ce nouveaux monde si celui-ci était bleuté en temps normal des que Xana s'y manifestait à celui-ci passait au rouge et de nombreuses nouvelles créatures appelé Kongres et Rekin nous barraient souvent le chemin.

Le Skidbldanir avait de quoi se défendre (bouclier & torpilles) et pour les combat au corp a corp les navettes ( appelé navskid) étaient détachables, nous eumes bien des combats à livrer en sous-marins contre cette faune hostiles.

Le hasard voulu qu'au cours d'une expérimentation nous découvrimes une énorme sphère métallique flottant au milieu de l'océan numérique par la suite je compris de quoi il s'agissait.

Un peu partout dans le monde Xana avait créé des répliques de Lyoko, des mondes virtuel que nous avons nommé réplika et derrière lequel se cachait évidement un super-calculateur.

Chacun des réplika que nous avons découvert étaient la reproduction exacte d'un territoire spécifique de Lyoko.

Carthage , Foret, Désert, Banquise, Montagne. aucun n'avaient été oublier

( note annexe)

Au cours d'une autre mission nous avons découvert une réplique du territoire montagne mais ce dernier semblait présenter un défaut puisque qu'il c'est auto détruit de lui-même.
---
Au moins celui la nous n'avons pas eut a nous casser la tête pour le détruire, ce qui se révéla fort intéressant
---
A première vu Xana n'était pas en mesure de contrôler n'importe quel ordinateur, seul des machines bien spécifiques étaient susceptibles d accueillir un monde virtuel, le réplika du territoire montagne en était un bonne exemple.
---
L'ordinateur qui avait servi pour abriter ce réplika était celui d'un laboratoire de physique en Suisse , après quelques recherches j'ai découverts que celui-ci n'était pas un ordinateur quantique mais juste un super-calculateur amélioré par des étudiants.
---
Ce qui explique l'imperfection de celui ci ( a ces amateurs je vous jure)
---
Cela nous a donné une précieuse indications ,si Xana ne pouvait pas investir un super calculateur sans risque de le faire exploser alors son hégémonie était forcement limités ainsi que sont nombres de réplikas.
---
restait a savoir combien il pouvait y en avoir a travers le monde.

( fin de l'annexe)

De lors le constat était évident plus nous en détruirons de réplikas plus nous affaiblission Xana,nous partîmes alors en croisade contre tous les réplikas. derrière chaque super-calculateur se cachait également un laboratoire secret ou Xana travaillait a la conception d'armes, la finalité de chacune des chaînes d assemblage nous la découvrimes en sibérie dans un laboratoire souterrains.
Xana avait conçu une armée de robot avec lesquels il projetais sûrement de conquérir le monde.

(annexe n°2)

Les laboratoires visiter était vide de toutes présence humaine.
---
Ou pouvait être passer le personnel ? ou du moins qu'est ce que Xana en avait fait.
---
A ce jour nous ne le savons pas, bien que la petite expédition en Sibérie mais laisser entrevoir une explication.
---
Et si se que je suppose est vraie alors la réponse est sordide,et je préfère ne pas en parler.

(fin de l'annexe)

Nous avons quand meme fini par découvrir quelle était la vraie raison qui poussait Xana à vouloir enlever Aelita pour la jeter dans la mer numérique, en faisant ça il obligeait son père a venir la sauver.

Franz Hopper était devenu une sorte de sphère d'énergie capable de se mouvoir dans le réseau sans que Xana puisse la détecter.
Pour le détruire il devait le faire sortir de sa protection liquide et l'anéantir de façons classique en le dévirtualisant pour de bon, celui ci n'ayant plus de corp c'était la mort assuré.
Au début des vacances de noël il avait attiré Aelita dans un traquenard pour détruire Franz Hopper, bien sur il échoua.

Temps que Franz Hopper serait vivant il constituerait une menace pour Xana.

Et les craintes de Xana était justifier car en secret Franz Hopper préparait un moyen de le détruire.


############################ FLASHBACK ############################

En cette vielle de fête de noël Xana venait de tendre un piège a Aelita pour la jeter dans la mer numérique par chance Xana avait encore échoué grâce a une interventions de ces amis et du père de Aelita.
Réunis dans la chambre de Aelita il firent le bilan de la situation et sur les dessein de Xana, il apparaissait évident que Franz Hopper était une menace pour Xana.
Mais ce satané virus n'abandonnerait pas tant que Aelita ne serait pas tombée entre ses griffes et que Franz Hopper soit détruit.

Jeremie : au moins maintenant nous savons pourquoi Xana essaye de te jeter dans la mer numérique
Aelita : pour attirer mon père dans un piège et le détruire.
Jeremie : mais nous serons le stopper
Yumi : a nous d'être plus prudent a l'avenir.
Aelita : vous avez raison il ne doit pas réussir a tuer mon père.
bien dit Aelita fit Jeremie.

tous le monde avait retrouver le sourire et cette aventure ne fut plus qu'un mauvais souvenir, pour détendre un peu plus l'atmosphère Odd fit le pitre comme a son habitude

C'est pas tous ça mais j'ai quelque chose pour vous fit Odd a ces amis.

En ouvrant son sac Odd se mit a jouer au père noël avant l'heure il distribua une série de cadeau a chacun de ces amis, devant le coté farfelu de certain présent yumi et Ulrich évoquèrent la tradition japonaise qui consiste a ne pas ouvrir ces cadeaux en présence de celui qui vous la offert, l'excuse était toute trouver.

Après que Odd eusse offert a tous ces "cadeaux" Jeremie proposa a Aelita de venir passer les fête de noël chez lui, Aelita fut surprise de cette invitation, Jeremie lui dit que cela ne dérangerait pas ces parents et que meme si leur maison était toute petite il lui laisserai sa chambre tandis que lui irait dormir sur le canapé du salon.

tu sais Jeremie dit alors Aelita envelopper dans une écharpe rose
Jeremie : oui
Aelita : quand mon père et venu me sauver j'ai sentis sa présence autour de moi un peu comme si il me serait dans ces bras
Jeremie : je suis près a parier que lui aussi a ressentis la meme chose a ton contact

Cela pouvait paraître surréaliste mais sous une forme énergétique Franz Hopper pouvait communiquer avec sa fille d'une façons particulière,cette expérience Aelita l'avait déjà vécu le jour ou Xana lui avait voler sa mémoire, en lui redonnant la vie son père lui avait aussi rendu une partie de ces souvenirs et lui avait offert une façons de communiquer entre eux.

Jeremie : je te promet qu'un jour je trouverai le moyen de ramener ton père parmi nous.
puisses-tu dire vrai. fit Aelita qui regardait toujour en dehors.

Mais l'heure tournait et chacun se devait de partir pour passer les fête en famille

Bon c'est pas tous ça les amis mais il est temps d'y aller fit Odd.
Ulrich : m'en parle pas mes parents vont me tuer il doivent encore être dans la voiture coincé dans les embouteillages, il vont être d'humeur massacrante, surtout mon père.
mon vieux je t'envie fit Odd
Ulrich : et pourquoi
Odd : toi tu as juste tes parents a supporter pour moi sa va être les pires vacances de noël de ma vie
Ulrich comment ça les pires ?
Odd : Cette année toutes mes soeur seront présent a la maison, sur quelle vont pas me rater.
Ulrich : c'est vrai que la sa va être galère pour toi
Odd : dis Einstein il resterait pas une petite place pour moi chez toi
Désolé Odd mais l'hôtel Belpois affiche complet fit le génie a cette instant
Odd : et toi yumi tu pourrais pas m'accordé le statut de réfugier politique.
yumi : pardon Odd mais mes parents ne verrait pas d'un bonne oeil que je ramène un garçon chez nous pour les fêtes
Odd : vraiment
Yumi : il sont très méfiant sur mes fréquentation.
Alors je me demande comment tu feras le jour ou tu ramènera Ulrich a la maison fit Odd.
Ulrich : oh eh
Yumi : eh oh

C'est alors que les deux intéressé se regardèrent en rougissant, la petite taquinerie de Odd avait fait sont effet mais le problème de ce dernier semblais irrésolvable, et ces amis ne semblaient pas disposer a l'aider.

Merci les gars sa fait plaisir de voir que l'on compter sur les amis fit Odd
Jeremie : sa doit pas être si terrible que ça
Odd : pas si terrible on voit bien que tu ne connais pas mes soeur
yumi : moi j'ai un petit frère qui est énervant mais c'est supportable.
Odd : parce que c'est toi la grande soeur , a coté de se qui m'attend combattre Xana et William c'est un parcours de santé.
Jeremie : tu n'exagère pas un peu la
Odd : tu veux échanger pour voir
Jeremie : sans façons.

le pauvre Odd devait se faire une raison, il n'y couperait pas, et dieux sait ce que ces adorables grandes soeurs allait lui réserver cette année, si Odd se lamentait sur son sort Aelita elle demanda encore a Jeremie si il n'y a avait aucun problème a ce qu'elle vienne passer les fêtes chez lui.

Aelita : alors vraiment sa ne te dérange pas que je vienne pour les fêtes
Jeremie : je l'ai déjà proposer a mon père et il a avertis ma mère, ils seront ravis de t' accueillir chez nous .
Aelita : merci Jeremie

Aelita se jeta au coup du jeune blondinet dont les joues devinrent aussi rose que les cheveux de son amie le tous sous le regard amuser de ces amis, après cette touchante scène tous partirent avec le sourire.
Devant la grille du lycée le père de Jeremie attendais les deux adolescent pour les emmener a la maison.
Le noël qui se préparait allait être un des plus beau de toute leur vie.





chapitre 11 une journée au musée.


"Mesdames et Messieurs vous avez devant vous le tyrannosaurus rex"

Devant les yeux ébahi de la foule l'imposant squelette d'un tyrannosaure rex était exposé, La gueule grande ouverte il dominait tous le monde et semblais prêt a faire entendre son rugissement dans toute la salle paléontologique du musée de Madison.
Chacun pouvait observer sous les moindres contour les restes du terrible monstre qui faisait autrefois régner la terreur dans les jungles tropical et dernièrement sur les écran de cinéma.
Le guide faisait la présentation détaillé de ce fabuleux animal devant les enfants avide de sensation forte et leurs maîtresses ainsi qu'au curieux occasionnel et autres retraité qui fréquentait l'endroit.



"Ce dinosaure est considéré comme étant l'un des plus grands prédateurs de l'histoire"

"La carcasse reconstituer nous laisser librement imaginer toute la puissance que pouvait avoir cette animal ces impressionnante mâchoires en sont la preuve"

"Bien que de toutes récentes études tendraient à prouver qu'il était plutôt de la famille des charognards que celle des grands prédateurs"

"ces pattes avant n'étant pas vraiment utile lors d'un combat et d'une mise a mort de sa proie"

" Il n'empêche que dans l'imaginaire collectif il reste ancré comme étant un monstre sacré de la préhistoire "

"Le roi des dinosaures" voila comment il a été appelée autrefois par les premiers paléontologues qui l'avait découvert."

"Mais aujourd'hui ce grand et terrible carnassier de l'ère du jurasique fait bien pale figure a voir"

"Si vous avez des questions a me poser allez-y"

Une foule de doigt se levèrent parmi les jeunes enfants qui avaient sûrement milles questions a poser, le guide se dut d'en choisir une pour ne pas être submerger par le flot de questions

Vous mademoiselle dit le guide en désignant une jeune fille vêtu de bleu et blanc.
De quelle couleur était les dinosaures demandât alors la jeune fille.
C'est une bonne question fit le guide à ce moment-là

Le guide pris le temps de répondre a cette délicate question qui lui était mainte fois poser



"A vrai dire nous n'en savons rien pour le moment tous n'est que sujets a spéculations"

"mais nous pouvons supposer que la couleur de leur épiderme était adapté à leurs environnements pour y survivre, elles devaient peut être tiré sur le gris ou sur l'orange voir le vert en certaine circonstance"

Le guide pouvait difficilement affirmé ce qu'elle disait car comme il ne restait que des os, pour répondre il fallait se baser sur les théories de l évolution de Darwin et sur les récente travaux scientifiques pour donner une réponse assez satisfaisante.

Et pourquoi pas le rose fit un badaud a se moment.

Ce fut alors l étonnement général devant cette question pour le moins atypique, était-ce la présence de la jeune fille au cheveux rose et a la tenue noire trés "emotional Hardcore" qui se trouvait a coté de lui qui pouvait l avoir inspiré une telle question ou était ce a cause du faite que cette homme semblait un peu ivre.

C'est vrai quoi les éléphants sont bien rose alors pourquoi pas les dino... ? fit il alors.
C'est ma foi une théorie qui en vaut une autre dit alors le guide qui ne voulait pas vexer cette homme.

Si cela eut pour effet d'amuser la galerie cette réflexion déplus a Maeva qui n'aimait pas voir sa question tourner au ridicule.
En ce bel après-midi de septembre Maeva avait décider de visiter le musée national de Madison pour ce détendre un peu de sa thérapie du matin.
c'est sans rechigner que le docteur l'avait conduit dans ce "temple du souvenir" comme Maeva l'avait ainsi nommer.
Elle se plaisait énormément a parcourir les grands hall qui composaient l'impressionnant musée, le sentiment d'espace et de liberté qui se dégageait de ce lieu était une sensation unique, Maeva courait de droite a gauche et semblait inépuisable au grand dan du docteur qui commençait a fatiguer, Maeva était comme survolter a la vue de tous ces objets et de toutes choses qu'elle pouvait voir.
Elle passait d'une pièce a l'autre sans perdre une miette de ce quelle voyait, volant de tableau en statue sa curiosité était aussi insatiable que son grand appétit.
elle arriva dans la nef principal surmonté d'un grand dôme en verre ou un vieux biplan datant de la première guerre mondiale.était suspendu.

Tableaux de maître, vielles machines , fossiles et squelettes, tous ces vestiges appartenaient à une époque bien précise.

Parcourant les pièces et les époques Maeva était aux anges sans cesse elle pressait le docteur a accélérer le pas,ce dernier avait beaucoup de mal a la suivre tant la jeune fille semblait s' amuser a naviguer de vitrines en vitrines.

C'est avec curiosité et un meme un peu de tristesse que Maeva contemplais les diffèrent artefact exposés,car il ne fallait pas se tromper sur ses intentions Maeva cherchais quelque chose dans ce lieu.

Elle voulait trouver un sens a tous cela.

Pour certaines personnes tous ces objets n'étaient que des vieilleries bonne a jeter alors que pour d'autres elle appartenait aux patrimoine de l'humanité et était d'une valeur inestimable,un point sur lequel Maeva était d'accord mais sont interprétation différait quelque peu.

A la vue de ces objets Maeva y attachais un sens particulier, pour elle ces "fragments d'histoire" avaient connu en leur temps la splendeur bien qu'ils est appartenu a des époques et des âges aujourd'hui révolu.

Ils étaient tous se qui restaient d'un passé disparu de la mémoire des hommes, ces témoins des âges étaient réduits à l'état de morceaux qui dépérissent lentement mais qui semblait vouloir vivre pour l'éternité temps que des gens serait la pour se rappeler qu'un jour ils avaient exister.

Alors que Maeva c'était arrêter pour regarder une collection de vielles pièce datant de la rome antique elle fut rejointe par le docteur qui put enfin reprendre son souffle

Maeva : vous allez bien docteur vous êtes tous rouge
Dr : c'est que j'essaie de te suivre mais je n'y arrive pas, tu est infatigable ou quoi
Maeva : non je suis curieuse de tous et forcement sa me galvanise d'être ici
Dr : forcement.
Maeva : je peux ralentir la cadence si vous voulez.
Dr : s'il te plais sa m'arrangerait je suis pas comme toi
Maeva : pourtant vous aussi vous êtes jeune
Dr : mais je ne suis pas tellement sportif
Maeva : vous n'avez jamais penser a faire du sport
Dr : sache que dans ma prime jeunesse j'ai fait du triathlon
Maeva : vraiment
Dr : une fois seulement pour être honnête.
Maeva : pourquoi vous avez arrêter
Dr : j'ai faillis me noyer au bout d'un kilomètre de nage
Maeva : dans se cas je comprend
Dr : dont tu vois mon seul sport consiste a lire des livres.
Maeva : docteur.
Dr : oui.
j'ai faim fit Maeva.

Le docteur ne fut nullement surpris de se que Maeva venait de lui dire, a force de déambuler comme ça de pièce en pièce il avait de quoi avoir les crocs, et par nature Maeva avait un solide appétits.

Maeva : c'est que sa creuse de courir comme ça
Dr : et que veux manger
Maeva : 3 cheese-burger, une grande frite, un maxi soda et une glace vanille aux noix de pecans
Sa sera tous fit le docteur
Maeva : oui sa devrait me caler jusqu'à 16 heures
Dr : toi tu m'impressionne tu mange comme quatre et tu prend pas un gramme comment tu fais ?
Maeva : soit doit être génétique, je dois être naturellement mince.
Dr : ça doit être ça car quoi que tu avale tu reste toujours mince.
Maeva : je suis très svelte comme fille.
Dr : on peut dire que tu as une taille de guêpe a en faire pâlir d'envie certains mannequins
et meme Sissi ajouta Maeva

...... Sissi ?!.....

Dr : qui est Sissi ?
je sais pas dis alors Maeva.
Dr : c'est le noms d'un top model
Maeva : peu être....
Dr : ou as tu été pécher un noms pareil?
Maeva : je l'ignore.
Dr : tu dois bien le savoir
Maeva : c'est un noms qui m'est venu comme ça

Le visage du docteur s illumina de joie, il semblais que la mémoire de Maeva se débloquait et que certains noms au événement sortais sans quelle s'en rendre compte sous l'effet d'une comparaison ou d'un souvenir.

Dr : si se trouve c'est le noms que quelqu'un que tu connais.
Maeva : vous croyez
Dr : qui sait cette Sissi est peut être une connaissance, une amie ou une proche parente
c'est possible fit Maeva.

Pour le docteur tous cela n'augurait que de bon présage pour la suite de la thérapie ,ce genre de situation n'etait pas inédite, c'était déjà arrivé une fois a l'hospital avec Mr Xana sa peluche favorite.
Est voila qu'un nouveau noms venait de faire son apparition, il faudra savoir plus tard en thérapie qui est cette Sissi.
Mais ne voulant pas brusquer Maeva par des question trop pointue le docteur ne lui demanda rien et préféra changer de sujet.

On verra sa plus tard fit le docteur
Maeva : comme vous voulez docteur
Dr : sinon comment trouve tu cet endroit Maeva.
Maeva : je le trouve magnifique docteur
Dr : content de voir que cela te plaît
Maeva : vous ne pouviez pas me faire plus plaisir
Dr : je crois que aucun autre endroit n'aurait pu te convenir
Si la bibliothèque municipal fit Maeva
évidemment fit le docteur un peu blasée par cette évidence.
Maeva : toutefois j'aurais une chose a vous demandez docteur
Dr : quoi donc.
Maeva : eh bien je me demandais, tous ces objets exposé appartiennent à différentes époques n'est-ce pas.
Dr : oui en effet on peut trouver ici des objet appartenant aussi bien a l'air contemporaine qui en cotoye d'autres qui ont plusieurs millions d'années, pourquoi cette question ?
Maeva : et bien voila c'est parceque je leur trouve une certaine familiarité avec moi
Dr : tiens donc et laquelle ?
Maeva : ces objets sont unique si chacun d'eux pouvaient raconter son histoire ils auraient sûrement des choses à dire
Dr : c'est vrai
Maeva : tous autant qu'ils sont ils ont été témoins d' événement que nous n'avons jamais vécu.
Dr : ou donc on ne garde pas le souvenir, c'est ce que tu veux dire
Maeva : oui et je trouve qu'ils ont bien la chance finalement
Dr : je comprends ce que tu veux dire.

Contrairement à tous ces objets exposés Maeva ne savait rien de son passé, elle devait le recomposé a la manière d'un historien, finalement la quête du souvenir s'apparente assez a une fouille archéologique, a partir de fragment de souvenirs on reconstitue l'histoire ou la mémoire.
Mais comme dans la terre il fallait creuser pour trouver une explication ,une origine à tout ça. Maeva savait que pour aller de l'avant elle devait savoir d'où elle venait.

Maeva : qui suis je ? d'où viens je ? ou vais je? les éternelles questions
Dr : les réponse viendront avec le temps
Maeva : je me prend peut être la tête pour rien.
Dr : au contraire en te posant des questions tu favorite un processus d'auto guérison
Maeva : vous croyez
Dr : notre thérapie repose sur ce concept
Maeva : alors je ne doit pas m'en faire.
Dr : Maeva.
Maeva : oui docteur
Dr : et si nous allions manger
Maeva : je vous suis docteur


Le reste de la journée se passa sans aucun souci, après avoir mangé un hamburger frites dans l'un des restaurant qui se trouvait dans l'enceinte meme du musée Maeva décida de faire un tour dans une salle ou se trouvait une exposition d'art moderne.

Maeva évoluait aux milieu des sculptures crée par des artistes dont elle n'avait jamais entendu parler, sous chacune des oeuvres il y avait un texte qui donnait le noms de la statue et une l'explication de ce que l'artiste a voulu exprimer.

alors qu'elle naviguait parmi les oeuvres les plus biscornu qui soit l'attention de Maeva fut soudainement attirer par une étrange sculptures ,elle se mit devant et commença a la fixer longuement, a la basse de la sculpture il était marquée "racine de nos fondations"

Sur le texte l'artiste expliquait que son oeuvre de 2 mètre de haut était constituer d'une souche arbre a sa base sur laquelle était posé une colonne grecque en pierre plus élaboré elle meme surmonte d'un cylindre fait de verre et d'acier, mais cette haute colonne était inachevée a son somment, pour justifier cette arrête subite une simple phrase résumait la vision de l'artiste.

"le progrès ne doit pas s'arrêter mais aller de l'avant"

Pour Maeva ce cylindre lui évoquait autre chose, curieusement ça lui rappelaient les édifices qu'elle avait maintes et maintes fois vues sur Lyoko.
Ces espèces de tour de couleur ivoire entouré d'un halo rouge dont elle ne comprenait pas la signification.
A quoi pouvait elle bien servir dans le monde de Lyoko ? En reve il lui était souvent arrivé de se voir rentré dans ces tour sans porte s

Pourquoi entrait elle là-dedans ?

Dans quel but ?

Toujours ces questions n'est pas les réponses, Maeva était dévoré par cette insondable soif de savoir , celle de son histoire celle de son passé.

Cette sculpture t'intéresse lui demanda le docteur
Maeva : cette forme...
Dr : et bien quoi
Maeva : cette forme m'est familières
Dr : a quelle point
Maeva : elle ressemble assez au tour que je peut voir sur Lyoko
les fameuses tour du mal fit le docteur
Maeva : oui docteur les fameuses tours

Maeva eut soudain l'envie de toucher la sculpture mais celle ci était derrière une paroi en verre pour empêcher les curieux de l'abimer et bien qui soit interdis de mettre ces mains dessus Maeva voulu poser ces doigts sur la vitrine, mais a peine eut elle effleurer le verre que...

###############################FLASH BACK ###############################

Alors comment ça vas aujourd'hui princesse ?..................................tour désactiver....................................tu ne les vaincra jamais......................................a tous de suite mon trésor ..................................elle réagis bien au traitement........................................tu est un monstre.................................. a tous de suite papa............................................... tant que tu existera tu seras une menace pour moi ................................ou suis je..................................................une attaque a été lancer..........................................tu est douer en musique.............................................va te réfugier dans la tour....................................... moi j'y suis............................................je suis partout..................................................je te hais...........................racine carré de X sur facteur 3......................tu mix super bien...........................c'est comme les mathématiques.........................je voulais te dire......................................les fréquences synaptiques sont stable...................................que dirais tu de Maya.........................................on devrait arrêter cette folie docteur................................................ce soir c'est coucous boulette..........................................j'ai froid.................................alors miss Einstein on as des insomnies........................et moi est ce que j'ai une âme ?..... je ne veux pas mourir........

###########################################################################

Maeva posa sa mains droite contre sa poitrine, elle commença a se plier en deux ne parvenant plus a reprendre son souffle, soudain sa vue se brouilla et elle tomba dans l'inconscience.
















Quartier général du MI5 -Angleterre - 26 septembre 2004 - 13 h 44

L'appel sur le portable du colonel provenait du lieutenant Fraggle, celui ci voulait avertir son officier supérieur que leur réunions serait repousser a cause de divers petit problèmes techniques,et que celle ci n'aurait lieu qu'a 15 heures.

Arrivé au quartier général du MI5 le colonel fut immédiatement pris en charge par les hommes de la sécurité qui l'escortèrent jusqu'à la salle de réunions, ou pendant plus d'une heure il dut attendre la venu du lieutenant.

Visiblement il fallait avoir de la patience chez les britanniques, d'habitude ceux ci mettait généralement un point d'honneur a être a l'heure bien que dernièrement cette règle fut mise a mal,a croire que la discipline dans leur armée avait bien changé.

Alors que le colonel finissait de lire les derniers rapport sur les achats de matériel des différents sites touchés par Xana, il releva chaque détails qui pourrait être une piste.

Toutes ces attaques devait forcement avoir un point commun,le colonel restait persuader que l'organisations Xana cherchais a s'emparer de super calculateur ceci dans un but encore inconnu, l'incident de l'université n'avait fait que confirmer ces doutes.

En faisant la synthèse de toutes les informations donc il disposait il finit par recenser pas moins de 8 sites qui furent victimes de se genre d'attaque.
Mise a part les 6 premières attaques les dégâts les plus important avait été enregistrer chez Quantum Conductivity et a l'université

Quel pouvaient être le point commun entre toutes ces attaques ?

Le colonel ne pouvait s' empêcher de repenser a l'accident de l' université, en supposant que Xana cherche bien a prendre le contrôle de super-calculateur il y avait alors un détails qui clochait ,tous les précédent sites avait été détruit a cause de la surcharge lors des attaques, une question lui sembla alors évidente.

Pourquoi la dernière attaque avait réussi et pas les autres ?

Qu'est-ce qui rendait le super-calculateur de l'université si diffèrent des autres ?

Le colonel essaya de trouver une réponse dans les dossier d'assurance et d'achat des diverses société qui était rattaché a ces sites.
Pour le moment le seul lien que le colonel avait pu trouver c'est que la société Cyclotron avait été mentionner par 4 fois pour avoir fournit 2 super calculateur de type N. H. K. 63 et 2 de types N. H. K. 86 a des sociétés de production de matériel électronique.

Ces attaques avait il un lien avec cette société ou était ce juste le fruit du hasard, dans le doute le colonel évita de faire des supposition hâtive sans avoir plus d'éléments concordant
sans oublier que le mystère était entier sur la nature des attaques ,malgres ce que pouvait en dire le major, le colonel savait bien ce qu'il avait vu, meme si cela pouvait paraître fou que des gens soit capable par le biais d'un programme de prendre le contrôle d'autre personne a distance.

Et ce mystérieux environnement qui était apparu sur la machine a quoi pouvait il bien servir ?

Facilitait il la prise de contrôle du super calculateur ? ou était il la manifestation meme de la prise de contrôle ?

Mais les questions devrait attendre a cet instant le lieutenant Fraggle rentra dans la pièce, ce dernier avait les bras chargé de dossier qu'il posa aussitôt sur la table
le soldat se tordit le corp en arrière pour se remette les vertèbres en place, transporter de lourde charge n'est jamais bon pour le dos.

Il se tourna vers le colonel qui c'était lever pour le saluer mais le lieutenant semblait un peu éméchée d'ailleurs le colonel ne manqua pas de remarquer que l'accueil n'était pas spécialement chaleureux.

Que se passe-t-il lieutenant Fraggle vous avez l'air un peu tendu demanda le colonel
L.Fraggle : c'est le moins que l'on puisse dire mon colonel
C.Perec : c'est a dire ?
L.Fraggle : Il se trouve colonel que je voulais vous voir
C.Perec : et à quel sujet

à cet instant le lieutenant Fraggle sorti de son attaché caisse une petite note qu'il présenta au colonel, il en fit la lecture mais ne vit qu'une succession de chiffre dans des colonnes.

C.Perec : je peux savoir de quoi il s'agit.
L.Fraggle : simplement la facture de ce que va nous coûter votre petite intervention à l'université.

Le colonel cru qu'il allait s'étouffer en voyant la somme dans la case marqué Total, le chiffre inscrit était assez exorbitant, le colonel cru bon de faire de l'humour a se moment

Ah oui tiens j'avais oublié ce détail fit le colonel
L.Fraggle : est bien pas moi.....

__________________________20 millions de livres Sterling_________________________

L.Fraggle : 20 millions de livres Sterling voilà ce que ça va nous coûter votre séjour a l' université.
C.Perec : en effet la note est plutôt salée.
L.Fraggle : plutôt salée ?!! 20 millions de livres Sterling vous vous rendez pas compte de ce que c'est .....
C.Perec :.... c'est une sacrée somme
une sacrée somme c'est tous se que vous trouvez a dire mon colonel s'offusqua presque le lieutenant Fraggle.
C.Perec : que voulez vous que je vous dise de plus
L.Fraggle : je sais pas .... que vous pourriez être désole par exemple.
C.Perec : désole mais ce sont de petit imprévu.
L.Fraggle : "petit imprévu" ?!!.... colonel je vous rappelle que je suis quand même l'officier chargé de la logistique de cette mission et par définition c'est moi aussi qui suis obligé de régler les frais de tous les dégâts que vous seriez susceptible d'occasionner durant votre mission sur le territoire britannique, je dois justifier chaque Pence que l'on dépense
C.Perec : je comprend pas vous n'avez pas des assurances dans votre armée.
L.Fraggle : Si.... mais c'est pas une raison pour faire n'importe quoi.
C.Perec : bon sang vous savez bien qu'une guerre ou une mission sa génère des frais dans tous les cas.
L.Fraggle : si on peu éviter de faire des dégât on le fait.
C.Perec : c'est facile a dire ça on voit bien que vous étiez pas sur le terrain.
L.Fraggle : oui mais dans le cas contraire j'aurais éviter d occasionner autant de dégât.
C.Perec : j'aurais bien voulu voir ça.
L.Fraggle : je pense finance et budget dans une opération
C.Perec : pourtant vous avez de l'argent dans votre armée pour faire vos connerie en Irak
L.Fraggle : mais la il s'agit d'opération militaire de haute importance.
C.Perec : et que nous on essaie de sauver votre pays sa compte pas peut etre, donc sa coûte ce que sa coûte
L.Fraggle : mais c'est pas raison pour jeter l'argent par les fenêtres,vous allez voir je vais envoyer la facture votre état major on verra ce qu'il vont dire
C.Perec : si vous faite ça je crois que le général Dumont va avoir une attaque en voyant la note.
L.Fraggle : il y a des chances que sa lui face un choc.
La sa va me faire une sacré retenu sur mon salaire a la fin du mois fit ironiquement le colonel.
L.Fraggle : ravi de voir que vous prenez ça avec humour
C.Perec : une question lieutenant
L.Fraggle : oui colonel.
C.Perec : vous seriez pas écossais vous
L.Fraggle : pourquoi me demandez vous ça
C.Perec : juste pour savoir
L.Fraggle : je suis en effet originaire des Highlands mais je ne vois pas le rapport avec tous ça.
Moi si fit le colonel

Sans vouloir verser dans le stéréotype primaire le colonel se doutait bien que le lieutenant était un peu écossais sur les bords,sa façons de parler de l'argent et assez significatif des gens économe et par définition des écossais.
Si le colonel était détendu le lieutenant aurait eut besoin de lâcher la pression, tous le stress amassé sur cette affaire avait de quoi le rendre nerveux vu qu'il devait rendre des comptes auprès de l'armée et des services secret
Même si dans la cadre d'une missions ce genre de dérapages et dégâts collatéraux sont généralement couvert a 100 %
mais connaissant bien le système le lieutenant ne semblais pas aussi optimiste que le colonel a se sujet.

L.Fraggle : quand je vais présenter ça a la commission des comptes je vais me faire assassiner par mes supérieurs.

Le colonel essaya de convaincre le lieutenant que sa ne pouvait pas être si terrible après tous la sécurité de leur pays était en jeux.
Il lui lança meme une bonne vielle expression franchouillarde qui disait que l'on ne fais pas d'omelette sans casser des oeufs mais le Lieutenant n'écoutait rein,il c'était lancer dans un désespérant monologue sur la nécessite de faire des économies lors des mission et sur le sort qui l'attendais.

Le principal responsable des finances va me manger avec des petits oignons fit le lieutenant Fraggle.
C.Perec : vous dramatiser un peu trop je trouve
L.Fraggle : on voit bien que c'est pas vous qui risquer de vous faire muter en irak ou au en Afganistan.
C.Perec : et moi que devrais je dire , après avoir vu la note mon supérieur risque bien de m'envoyer dans les îles Kerguelen.
L.Fraggle : voila ce que sa coûte de vouloir jouer au héros
C.Perec : excusez du peu j'ai juste sauver ma vie et celle du major

Il fallu au colonel tous son pouvoir de persuasion pour faire comprendre au lieutenant que dans certaine situation on as pas forcement le choix et que devant l'acte il faut prendre les mesures qui s'impose et compter les points a la fin, bien que la facture semblais un peu élever par rapport au dégât occasionner, le colonel voulu avoir le détail des frais pour pouvoir se justifier auprès de son état majors si celui ci lui demanderais des comptes a son tour.

C.Perec : lieutenant Fraggle je pourrais voir le détail des réparations pour avoir une petite idée.
L.Fraggle : sa vous intéresse maintenant .
C.Perec : au moins je serais a quoi m'en tenir
L.Fraggle : si sa peu vous faire plaisir le voici

Le lieutenant pris alors la facture de chaque dossier et en fit la lecture au colonel, par moins de quatre bulletin de dédommagement avaient été adressé a l armée par le recteur de l'université.

L.Fraggle : alors pour commencer nous avons 5 millions de livres Sterling a payer a la société Cyclotron pour le diagnostique et la réparation complète de la machine que vous avez détériorée
C.Perec : sa fait 5 +...
L.Fraggle : ajouté à cela 2 millions pour les interventions des secours et les dommages moraux et les frais médicaux
C.Perec : 5 + 2...
L.Fraggle : rajoutez encore 3 millions pour les réparations sur le bâtiment de l'université
C.Perec : 5 + 2 + 3
L.Fraggle : et les 10 derniers millions serviront àu racheta de l'un des composants principaux qui a été endommagés.

Le dernier chiffre interpella le colonel par on coté exorbitant

C.Perec : quoi 10 millions pour quelques pièces.
c'est ça fit le lieutenant
C.Perec : dites moi , les pièces de rechange ne sont pas ce inclus dans les frais de la société Cyclotron.
L.Fraggle : la société Cyclotron fournit les pièces de rechange pour ces machines mais pour se qui est des extension la note est adressé aux autres sociétés , c'est logique
C.Perec : logique
L.Fraggle : leur achat se faisant a part il vont devoir la remplacer.
C.Perec : avec 10 millions l'université aura intéret a racheter plusieurs pièces de rechange a l''avance.
L.Fraggle : ça m' étonnerait au prix ou est vendu le composant il ne pourront en racheter qu'un seul
C.Perec : quoi vous allez me dire que c'est une seule pièce qui vaut 10 millions de livres Sterling.
L.Fraggle : et bien si il vont devoir changer l'extension de leur carte mère et comme c'est vous que l'avez détruit pas conséquent cette partie de la note sera adresser aux services financier de votre pays
C.Perec : il vont être être ravis chez moi
L.Fraggle : je n'en doute pas.
C.Perec : dites moi 10 millions pour une pièce vous trouver pas que c'est un peu excessif.
L.Fraggle : c'est le prix de ce composant, le recteur ma envoyer lui meme la facture.
C.Perec : votre recteur il aurait pas gonfler la note par hasard
L.Fraggle : pourquoi il aurait fait ça.
C.Perec : vous voulez mon avis, vu que c'est l'armée qui paye les gens on tendance a profiter de la situation des fois
L.Fraggle : mais la il n'y pas d'erreur c'est bien le prix.
C.Perec : quand même 10 millions pour une pièce, ma parole il ont achetée au prix de l'or ou quoi.
L.Fraggle : que voulez-vous que je vous dise mon colonel la haute technologie à son prix, si vous ne croyez pas regarder la facture par vous meme
C.Perec : montrez-moi ça.

Le lieutenant sortis le détail de la facture pour la présenter au colonel qui était assez dubitatif sur la somme que son pays allait devoir verser , a la lecture de celle ci il dut se rendre a 'évidence il n'y avait pas d'erreur, sur la facture était clairement indique le prix d'un composant de rechange pour un nouveau système de cartes mères qui avait été acheter il y a moins d'un an a la société Global computer.

C.Perec : Global computer ?!!!

A ce moment la le colonel se figea sur le noms de la société en question, Global computer ce noms ne lui était pas inconnu , sur le coup le colonel se saisit de l'ordinateur portable qu'il avait toujours en permanence avec lui il entra son code d'accès secret pour avoir accès aux données secrètes qui était stocker dedans.
il passa en revue les différents noms et lieux qu'il avait pris soin de classé la semaine dernière. le lieutenant se demanda bien quelle mouche venait soudain de piquer le colonel.

Que faite vous mon colonel ? demanda le soldat.
C.Perec : je fais des recherches
L.Fraggle : et que cherchez vous
C.Perec : depuis une semaine j'essaie de trouver un dénominateur commun à toutes ces attaques,jusqu'à présent rien ne les reliait entre elles mais c'est en faisant une comparaison des factures et liste d'achat que le noms d'une autre société et fréquemment réapparu

L.Fraggle : laquelle
C.Perec : là j'y suis regardez lieutenant.

________________________________Global computer._____________________________



L.Fraggle : Global computer
C.Perec : le non de cette société était déjà apparu dans l'un des rapport,
L.Fraggle : en quoi cette société vous interpelle t'elle ?
C.Perec : a cause d'une chose que m'as dis Mr Stenton
L.Fraggle : le PDG de Quantum Conductivity
C.Perec : il m'as dit avoir passer commande auprès de global computer
L.Fraggle : et alors
C.Perec : le but de cette commande était une pièce destiner a accroître les performances de leur super-calculateur.
L.Fraggle : ce que l'on appelle un UPGRADE
C.Perec : en effet et figurez vous que le professeur Moritaka nous as dit que leur super-calculateur avait subit une amélioration par l'ajout d'un nouveau composant.
L.Fraggle : la carte de global computer.
C.Perec : c'est exact
L.Fraggle : est qu'est ce que cela vous apporte ?
C.Perec : voyez vous lieutenant les deux dernier super-calculateur victime de Xana étaient du meme modèle fournit par la meme société
L.Fraggle : Cyclotron
C.Perec : des lors si il sont identique pourquoi l'un a sauté est pas l'autre ? je cherchais a savoir ce qui différenciait le super calculateur de l'université de celui de Quantum Conductivity.
L.Fraggle : et vous pensez que cette carte serait en cause
C.Perec : c'est ce que je suppose.
L.Fraggle : sa me parait tiré par les cheveux
Lieutenant vous êtes aussi ouvert d'esprit que le majors lui fit le colonel.

En cherchant dans les factures le colonel finis par trouver le liens qui lui manquait depuis le début

C.Perec : regarder ça la société Quantum Conductivity avait également fait commande d'un de ces composants pour la meme somme.
L.Fraggle : apparemment oui il y a la une commande faite pour une ....
C.Perec : .... une carte a micropuce Quadrihoppes .... c'est quoi ça Quadrihoppes ?
L.Fraggle : je n'en sais rein mon colonel
C.Perec : quoi qu'il en soit cette commande n'as pas pus aboutir a cause de la destruction de leur super-calculateur.
L.Fraggle : est alors je ne vois pas le rapport au colonel.
C.Perec : supposons un instant que ces composant favorise les attaques de Xana sa expliquerait tous.
L.Fraggle : ce n'est qu'une pure spéculation de votre part
C.Perec : c'est juste une intuitions mais sa vos la peine que l'on si intérrese , lieutenant pourriez vous me trouvez des informations sur Global Computer
L.Fraggle : vus que j'ai l'adresse sa sera facile de trouver des information sur cette entreprise.

le lieutenant Fraggle allait devoir faire des recherches sur le fichier central du MI5 pour trouver toutes les information possible sur la société global Computer après quoi le colonel irait faire part de sa théorie au Major Cartwright, mais pour l'heure une autre question vins a l'esprit du colonel.

C.Perec : parfaits sinon est ce que l'analyse de mon portable à révéler quelque chose
L.Fraggle : malheureusement non mon colonel, de ce côté-là nous n'avons rein obtenu, aucun appel n'a été enregistré sur votre portable.
C.Perec : j'ai pourtant reçu un appel dessus il devrait y avoir une trace sur vos système

Le téléphone du colonel était relier a un réseau sécurisé qui transitait par le système échelon tous les messages et conversation qui s'effectuait dessus était systématiquement enregistrer par les techniciens militaires, mais pour une raison inconnu il n'y avait aucune trace d'appel sur les banques de données,cela avait plutôt étonner le lieutenant Fraggle

C.Perec : donc sa n'as rein donner.
L.Fraggle : qui que ce soient, les personnes qui vous a contacter a tous fait brouiller les pistes C.Perec : comment c'est possible
L.Fraggle : d'après nos expert le seul moyen de contourner la surveillance c'est d'utiliser une communication via par un réseau informatique privée.
C.Perec : mon mystérieux interlocuteur m'aurais appelé depuis un ordinateur
L.Fraggle : sa doit être quelqu'un qui c'est connecter sur le réseau intranet de l université c'est pour ça qu'on a aucune trace.
C.Perec : sur un réseau interne ! donc pas de trace c'est très malin.
L.Fraggle : ainsi la personne reste donc anonyme et ne peut pas être localiser
C.Perec : se qui nous pose un sacré problème, on peut supposer que quelqu'un est au courant de notre opération.
L.Fraggle : c'est impossible votre mission et classer secret défense
C.Perec : il y a eut des fuites quelque part c'est obligé.
L.Fraggle : des fuites dans nos services !!!!
C.Perec : vous avez une autre explications
L.Fraggle : pas la moindre sir
C.Perec : j'ai déjà évoque se problème avec le major pour voir ce que nous allions faire.
L.Fraggle : sa peut devenir dangereux si quelqu'un vous a identifié votre couverture tombe a l'eau et votre vie et en danger
C.Perec : et c'est bien ça qui m'interpelle, la personne que j'ai eut au bout du fil nous a sauver la vie.
L.Fraggle : c'est peu être un ruse pour gagner votre confiance
C.Perec : j'y pense bien dans ce jeu d'espion la contre-vérité et une loi en vigueur
L.Fraggle : et sa ne vous fait pas peur
C.Perec : il faut bien que l'on résolve cette affaire on ne pas attendre ici que l organisation Xana mettent le pays a feu et a sang.
L.Fraggle : mais temps qu'on en sera pas plus il vaut mieux rester prudent
C.Perec : prudent est mon deuxième prénoms lieutenant

L'affaire devenait plus corsé et les pistes bien maigres tous cela n'augurait rein de bon pour la suite, le colonel s'éfforçait de trouver une piste alors que quelque part dans le monde Xana venait de s'emparer d'un nouveau super-calculateur et non des moindres puisqu'il s'agissait de celui d'un laboratoire en Sibérie.





Journal de Arnaud Morillon 1 août 2005 22 h17

Compte-rendu d'analyse journal vidéo numéro 12

Je suis vanné.
---
Est bien le moins que l'on puisse dire c'est que cela n'a pas été une journée de tous repos.
---
Ce qui devait être une présentation extraordinaire a bien failli dégénérer en pugilat général.
---
N'exagérons rien quand même on va pas dire que la salle c'est transformé en champs de bataille.
---
mais presque
---
on peut dire que la présentation n'a pas eu l'effet escompté.
---
voila qui ne vas pas redorer le blason de la société
---
enfin Tanit a fait sont effet malgres les dires alarmistes de certaines personnes.
---
Je crois que je suis obligé de réviser mon opinion sur le docteur Kessel.
---
Je n'arrive pas a comprendre pourquoi il c'est comporter comme ça durant la présentation.
---
c'est un coup en traître surtout envers des amis de longue date.
---
allé jusqu'à affirmer que le projet Tanit serait une menace pour l'humanité.
---
Comme si une intelligence artificielle pouvait être dangereuse (^_^)
---
Je n'y crois pas une seule seconde
---
il faut arrêter la parano on est pas dans 2001 odyssée de l'espace on travaille pas avec une I.A psychopathe.
---
franchement de la part d'un grand scientifique, je trouve ça minable comme attitude.
---
Je ne sais pas qui étaient les deux pseudo ingénieurs qui l'accompagnaient mais ont pas dire qu'ils n'ont pas été très tendre vis-à-vis du projet Tanit eux non plus
---
Ce Pierre Darbois j'aurais du lui laisser le petit four pour qu'il s'étouffe avec
---
D'après ce que j'ai put comprendre c'est le docteur Kessel qui les aurait introduit dans l'enceinte de la société.
---
C'est malin de sa part mais j''ai bien roder son petit stratagème.
---
Ces acolytes devaient sûrement être la pour créer la polémique et ainsi permettre au docteur Kessel de faire sa petite annonce en public.
---
c'est bien jouer mais c'est gros comme une maison se genre de procéder
---
tous ça pourquoi ?
---
sûrement pour attirer l'attention sur lui.
---
c'est pathétique d'en arriver la pour ce faire remarquer par la presse.
---
heureusement que les docteur Hopkins et Hopper on du répondant
---
Le docteur Hopkins ne c'est pas laisser démonter par ces accusations bidon.
---
C'est vraiment un homme incroyable pas étonnant qu'il est réussi a créer le super calculateur et fondée la société Cyclotron.
---
Par contre le docteur Hopper eut plus de mal a se défendre.
---
c'est peut être une femme mais c'est aussi une grande scientifique
---
cette histoire d'accident industriel a "Brayton machin truc" semble pourtant l'avoir ébranlé un peu.
---
Pas étonnant se faire accuser d'avoir provoquer un accident, c'est le genre d'annonce qui déstabiliserai n' importe qui
---
mais ces accusations sont grotesque.
---
Je sais que dans la charte d'éthique de l'entreprise que j'ai signée il est stipuler que les recherches sont destiner dans un but de progrès et non de profit.
---
nos recherches en informatique vise a améliorer des recherches médicales mais sûrement pas a cautionner des expériences sur le clonage.
---
Meme si nous aussi on recherche a créer des vie elle sont avant tous artificiel ce ne sont pas des êtres humains.
---
Bien que la limite entre les deux puissent être un peu flou parfois
---
Dans les deux cas c'est une conscience que l'on cherche a créer.
---
comme les clones humains, les I. A sont des consciences vivantes qui savent qu'elles existent mais la comparaison s'arrêtent là
---
On peut créer un humains ou une I.A partir d'un fragment d' ADN mais pas a partir d'un programme informatique.

Le jour où on arrivera créer un être vivant à partir d'un programme informatique se sera
vraiment une révolution et peut-être même une nouvelle évolution du genre humain.
---
Par contre je me demande comment on pourrait transférer la conscience numérique d'une I.A dans un cerveau humain.
---
???
---
les connexion électronique d'un micro-processeur et celle des synapses d'un cerveau sont loin d'être le meme
---
apparenter mes différentes.
---
a moins doter la créature d'un cerveau électronique comme dans le film DARYL ou d'un cerveau positronique comme dans les oeuvres de Isaac Asimov.
---
Ca je vous l'accorde c'est de la science fiction
---
Ce n'est pas spécialement une application de la science que moi-même j'approuve.
---
Ont a pas le droit de jouer avec la vie des être vivant..
---
bien que certaine personne on des considération pour le moins glauque de se que devrait être la vie.
---
dans le monde il y a des docteur Frankeinstein qui n'hésite pas a faire ce genre d'expérience tordu.
---
enfin c'est comme ça.
---
on peut pas enfermer tous les fou......
---
...... sinon il n'y aurait plus personne pour fermer les portes
---
(rires)
---
désolé pour cette blague a l'humour si British, mais j'ai besoin de lâcher la pression de ces derniers temps.
---
Et en particulier aujourd'hui.
---
mais la je peux enfin souffle ,je suis enfin de retour dans le seul endroit ou je suis à l'abri des agitations et des débat sans fin.
---
La quiétude de mon laboratoire
---
Ici je me sens comme un poisson dans l'eau
---
je vais bien y dormir cette nuit
---
certes un laboratoire n'est pas un hotel
---
mais la je m'y sens vraiment bien.
---
allez comprendre :?:
---
Au moins je sais que ce soir je serai tranquille.
---
Les invités sont sûrement encore entrain de débattre des problèmes techniques et de budgets
---
mêmes si j'ai pas pu présenter mon projet c'est pas grave, je préfère continuer à travailler à son amélioration pendant encore quelques semaines
---
sans pour autant oublier que j'ai 4 I.A à perfectionner
---
et la j'ai l'impression qu'elles vont me donner plus de mal que ma sonde vu l incroyable entende qu'il semble exister entre deux de mes créations .
---
CG 01 et CG 03 on l'air de s'entendre comme chien est chat.
---
faut que je fasse gaffe a ce que ces deux la ne s'entre-tue pas lors de leur entraînements
---
oh la galère je vous jure (-_-)
---
heureusement que CG 02 et CG 04 ne sont pas comme ces deux la
---
sinon je pourrais bien préparer les pansements virtuel
---
je pense qu'avec un peu plus de discipline sa va leur passer
---
c'est pour ça que CG 01 sera le chef de leur troupe
---
après tous c'est le plus puissant de tous.
---
Avec une hiérarchie a respecter meme la très téméraire CG 02 devra se plier au ordre de son chef
---
elle vas sûrement critiquer se choix comme je la connais
---
elle as vraiment un caractère très particulier celle la
---
faudra peut être que je revois deux ou trois point de sa personnalité.
---
mais en premier lieu c'est surtout leur créateur qui va falloir mettre a l'amende
---
Je suis incorrigible comme mec
---
je leur donné des noms a mes IA mais j'arrive pas a me le mettre dans le crâne.
---
J'utilise encore leur matricule alors que je déteste ça.
---
le micro processeur qui me sert de cerveau a vraiment des beugs des fois
---
Allez Arnaud secoue toi tu peut le faire.
---
Si tes IA le peuvent pourquoi pas toi ?
---
Après quoi faudra que je me vielle quand elle se battent entre elle
---
Avec les capacités que chacune possède elle serait bien capable de bousiller Neo-Carthage sous le coup d'une dispute
---
De la discipline voila se qu'il leur faut
---
Discipline !!!!
---
Amusant je me comporte comme Tim Gonzales mon ancien surveillant de l'université
---
Avec le recul je comprend que sa tache n'était pas de tous repos.
---
Maintenant que c'est moi qui doit jouer les "pions" je comprend mieux se qu'il a dut endurer le pauvre .
---
Surveillez de jeunes excité n'est jamais facile.
---
mais je m'acquitterai de ma tache.
---
de plus si mes doutes se confirme mes Cartha-guerriers pourraient bien avoir autre chose a se mettre sous la dent que leur dispute.
---
maintenant que ma nouvelle sonde est prête je vais pouvoir repartir dans la mer numérique
---
Histoire de savoir ou est passé Vger 1.0
---
Mais surtout pour essayer de tracer le signal que j'ai détecter récemment
---
Les mystérieux échos que j'ai capté n'augure rien de bon.
---
ils semblent provenir du fin fond de l'océan virtuel.
---
cette fois-ci pas question de prendre de risques
---
j'y ai déjà perdu une sonde je ne veux pas en perdre une deuxième
---
les erreurs de la première fois m'ont été bien utiles j'ai beaucoup appris.
---
j'ai considérablement renforcé la puissance des boucliers , lors des phases de transformation elle ne serat plus aussi vulnérables le blindage virtuel est plus perfectionner qu'avant et j'ai lui également intégré un système de balises qui permettra de la suivre où qu'elles soient
---
au moins cette fois-ci je ne vais pas la perdre celle la.
---
maintenant Vger 2.0 est au top
---
quand je repense à ce que j'écris , je me dis que cette sonde a été la plus belle de mes inventions. ( hormis mes IA)
---
Elle est le fruit de mes théories l' aboutissement de plusieurs années de travail
---
au départ je n'aurais pas pensé à fabriquer une sonde mais des fois l'inspiration vient de la ou on l'attend la moins.



############################ FLASHBACK ############################

Arnaud travaillait désormais pour la société Cyclotron, Simon lui avait spécialement alloué un laboratoire de la section 4 pour lui tout seul, il s'agissait plutôt d'un bureau de recherches que d'un véritables laboratoire.

Néanmoins grâce a lui Arnaud avait accès a un super calculateur, certes celui ci n'était pas très puissant ni de dernière génération.

Mais pour Arnaud c'était toujours mieux que celui qu'il avait au campus, il s'agissait d'un modèle N.H.X 86 légèrement moins puissant que celui l'université.

Il faut dire aussi que c'était la société Cyclotron qui avait fournis a l'université un modèle N.H.X 63 flambant neuf avec garantie pièce et mains d'oeuvre.

Avec le N.H.X 86 il aurait tous de fois la puissance nécessaire pour effectuer les calculs préliminaires donc il avait besoin pour mettre en pratique ces théories

d'ailleurs dès les premiers jours Simon était venu trouver Arnaud pour voir si celui ci avait un projet en tête qui serait susceptible d'être profitable au projet Neo-Carthage.

Le majeur problème qui se posait toujours au jeune garçon était de trouver un moyen pour illustrer ses théories sur la régénération virtuel et les intelligence artificiel.

Car aucun des projets auxquelles il réfléchissait ne convenait, pour Arnaud la mise en forme de ces théories restait un sacré casse tête a résoudre.

Comment donner du corp a ces théories ? le problème semblais insurmontable pour le jeune homme mais curieusement ce fut Simon qui lui apporta la solution.

alors que Arnaud se creusait les méninges pour faire fusionner ces principes avec la structure général de Neo-Carthage Simon fit irruption dans la pièce.

Comment ça va aujourd'hui lui fit Simon.
Arnaud : quel surprise quel bon vent vous amène
Simon : et bien je suis venu voir comment se débrouille mon investissement dans son nouveau cadre de travail.
Arnaud : comme vous voyez je travaille.

Arnaud avait bien pris ces marques dans son nouveau bureau/labo,qu'il avait personnaliser a son goût en y mettant quelques effet personnel au mur, un peu partout sur la table il y avait des schémas techniques et des plans de structures sa faisait un peu désordre mais tous les génie sont comme ça, il sont dans leurs univers et ne prennent pas conscience que parfois ils vivent dans une décharge.

Simon : alors mon garçon sa progresse
Arnaud : pas vraiment
Simon : et pourquoi donc
Arnaud : je bute sur un problème de taille et sa me déprime
Simon : sa ne te plait pas ? tu as pourtant la un défi a ta mesure.
Arnaud : j'ai pas dit que cela me déplaisait juste que je bloque
Simon : et sur quoi tu bloque mon Arnaud
Arnaud : sur la forme que pourrait prendre mon projet.
Simon : tu sais pas qu'elle aspect lui donner, si c'est une question d'esthétique il suffit de demander a nos dessinateur.
Arnaud : c'est n'est de son aspect donc je parle mais de sa fonction principal
Simon : régénérer un programme c'est bien ça ta théories.
Arnaud : dans sa finalité oui mais dans sa conception je ne sais pas ou intégrer le coeur de régénération


Dans la théorie de Arnaud sur la régénération virtuelle tous venait d'un coeur principal mais se coeur se devait d'être intégrer a un programme sinon il ne serait rein d'autre qu'une source d'énergie inépuisable, et pour l'heure il ne pouvait pas l'intégrer au projet Neo-Carthage les données technique qu'il avait sur la cité lui montrait que c'était très difficile a implanter et que cela ne pourrait pas se faire s'en remettre en cause tous les fondement de la cité.

Simon : meme avec les plans que tu as en mains tu n'y arrive pas ?
Arnaud : les rapports technique que vous avez fournis sur le projet Neo-Carthage son fascinant mais sa ne suffit pas.

Pour le besoin de ces recherches Simon avait fournit Arnaud quelques informations sur le projet Tanit, sa comprenais notamment les plans de la cité virtuelle,et quelques codes source, en sa qualité de numéro trois Simon avait accès a de nombreux secret et la moitié des laboratoire de la section 5 était sous sa direction.

Le reste étant administrer par le docteur Hopper quand au docteur Hopkins il n'avait plus de temps a consacré a la recherche fondamentale il était trop occupé a tenir les rennes de son entreprise.

Ce qui faisait que Simon et Anthea jouissait d'une grande liberté au sein de la section 5, ce qui expliquait pourquoi Simon avait put introduire aussi facilement Arnaud dans l'entreprise

Simon : au sujet de ces plans, j espère que tu n'en as parler a personne.
Arnaud : pas un mot, personne ne sait que j'ai ceci entre les mains.
Simon : je l'espère car je te fais une sacré fleur la, normalement tu n'est pas autoriser a avoir accès a ces données.
Arnaud : je sais il sont tous frapper du sceau du niveau 5
Simon : secret industrielle de catégorie 5 donc top secret.
Arnaud : pourquoi me les avoir fournit alors ?
Simon : je te l'ai déjà dit pourtant, je suis persuader que tes théorie pourrait apporté un plus au projet Neo-Carthage
Arnaud : et a votre carrière au passage.
Simon : bien vu

Arnaud n'étais pas dupe il savait bien que Simon oeuvrait pour lui meme c'était la raison pour laquelle il avait fournit a son jeune protégé des données essentiel sur Neo-Carthage,il espérait bien que le jeune prodige y fasse une découverte aussi incroyable que Tanit.

Arnaud : dans les plans j'ai vu que vous m'avez fournit tous les codes sources d'accès a la cité
Simon : on peut dire que tu a les clés du monde de Neo-Carthage en ta possession.
Arnaud : a défaut d'avoir celle du futur c'est déjà pas mal.
Simon : avec tu pourrait y entrer et en sortir comme tu veux
Arnaud : et pour aller ou ? en dehors c'est la mer numérique et le réseau mondiale, on a déjà Internet pour ça.
Simon : vu comme ça il est vrai que sa ne présente pas vraiment d'intérêt.
Arnaud : je pourrai sûrement faire quelque chose pour améliorer la cité mais...
Simon : mais...
Arnaud : ....mais il faudrait revoir toute la structure et les fondements de Neo-Carthage pour ça.
Simon : est alors ou est le problème ?
Arnaud : Tanit est le problème
Simon : ah oui Tanit
Arnaud : on ne peut pas toucher a la cité sans toucher a Tanit.
Simon : c'est vrai que Tanit est le...
Arnaud : .... elle est meme que ça, et pour modifier quoi que ce soit il faudrait revoir la matrice complète de Tanit.
Simon : et la sa m'étonnerai que Anthea te laisse toucher a sa précieuse petite Tanit.
Arnaud : c'est marrant la façons donc vous parler de Tanit et du docteur Hopper
Simon : et bien quoi ?
Arnaud : vous utilisez un ton différend quand vous évoquer le docteur Hopper et Tanit
Simon : c'est un peu normal on peut pas faire autrement quand on parle de ces deux la.
Arnaud : et pourquoi ça?
Simon : c'est que la relation qui existe entre Tanit et le docteur Hopper est assez... "spécial".
Arnaud : vous pouvez m'expliquez.
Simon : et bien pour faire simple disons que le docteur Hopper considère Tanit comme sa propre fille.
Arnaud : sa peu se comprendre après tous il s'agit de sa création, vous savez nous les savants on a tendance a être un peu attaché a nos "bébés".
Simon : oui c'est vrai dés fois mais la tu comprend pas ce que je veux te dire.
Arnaud : si que le professeur Hopper et très attaché a son oeuvre.
Simon : non c'est que pour Anthea Tanit est sa fille
Oui sa création répéta Arnaud
NON SA FILLLE .fit Simon
Arnaud : ???

Arnaud était un peu perdu dans ce qu'essayait de lui dire Simon , pourquoi se dernier insistait temps sur le faite que Tanit était la fille du docteur Hopper et non sa création.

Arnaud : sa fille ?! que voulez vous dire ?

A ce moment Simon semblais un peu gêner par ce qu'il venait de dire mais s'il ne revelait rien Arnaud continuerai a lui poser des question et finalement il fut dans l'intérêt de Simon que de mettre Arnaud au courant sur la relation particulier qu'entretenait Anthea avec Tanit a condition que celui ci garde ça pour lui.

Simon : je veux bien t'expliquer mais tu garde sa pour toi
je vous le promet fit Arnaud
Simon : soit je te fait confiance

Simon pris une bonne inspiration et se mis a cherchez ces mots pour bien expliquer a Arnaud de quoi il en retournait en espérant que le jeune homme le croie car la vérité était assez dur a accepter.

Simon : alors comment te dire ça ... disons que ... le docteur ..... Anthea ... est une folle.
Arnaud : quoi ?!!
Folle est un mot un peu fort disons plutôt une obsédé.se corrigea Simon a cet instant

Arnaud ne croyait pas ces oreilles pourquoi Simon qualifiait il le docteur Hopper de folle, Arnaud avait eut la chance de la croiser lors de son embauche, elle lui avait donner l impressions d'une personne équilibre et saine d'esprit et encore très jolie pour une femme qui approchait la cinquantaine mais elle n'avait vraiment rien d'une folle.

Arnaud : comment pouvez vous dire ça sur le docteur Hopper
Simon : quand tu connaîtras son histoire tu comprendra mieux.

Simon ce lança dans le récit de la vie de Anthea ,de jeune chercheuse elle était passé a celle de directeur en chef du laboratoire 5 Simon racontât tous se qu'il savait sur elle meme si certaine zone d'ombre recouvrait sa vie cela ne manqua d'étonner Arnaud.

Arnaud : wouah son cursus est impressionnant
Simon : sont histoire ne s arrête pas la tu vas savoir ce qui la lie vraiment a Tanit mais attend toi a du lourd.
Arnaud : vu ce que vous venez de me raconter je peux m'attendre a tous.
Simon : voila de son premier mariage le docteur Hopper avait une fille du noms de Aelita, mais un jour elle l'a perdu dans des circonstances tragique voila plus de 15 ans
Arnaud : j'en suis navrée pour elle.
Simon : c'était une brillante scientifique mais la perte de son enfant la fait déprimer
Arnaud : pour une mère c'est toujour dure de perdre son enfant.
Simon : elle a meme faillit se suicider
Arnaud : mais c'est horrible.
Simon : c'est le docteur Hopkins qui l'a sauver.
Arnaud : son époux actuel
Simon : oui vu que son premier mari a disparu en meme temps que sa fille.
Arnaud : et que c'est il passé ensuite.
Simon : et bien le 8 juin 1994 quand le projet Neo-Carthage fut lancer elle fut solliciter a y participer , deslors elle a travailler a la création de la cité, en voyant les possibilité que lui offrait le super-calculateur elle c'est mis en tête de recréer sa fille.
Arnaud : comme ça sur un coup de tête.
Simon : elle voulait comblé sont manque affectif en se créant une nouvelle enfant a qui elle pourrait donner de l'amour.

Sinon expliqua Arnaud que Anthea avait passer des années a peaufiner une intelligence artificiel, intelligence quelle avait pus créer a partir de certaine notes que son premier mari avait laisser dans certain de ces cahiers personnel avant sa disparition, le plus incroyable dans tous ça c'est que cette femme est pus si facilement faire abstraction de sa fille naturel au profit d'un être artificiel cela choqua un peu Arnaud qui compris pourquoi Simon avait qualifié le docteur Hopper de folle bien que mère désespéré lui aurait mieux convenu selon le point de vue de Arnaud, mais sa restait difficile a avaler et se que Simon allait dire a Arnaud le serai encore plus.

Arnaud : c'est fou de replacer comme ça sa vraie fille par une créature synthétique.
Simon : pas si synthétique que ça en vérité.
Arnaud : comment ça ? Tanit et purement virtuel elle n'as rein d'organique que je sache.
Simon : en faite Anthea l'a créer a partir de la séquence ADN de sa vraie fille.
Arnaud : une séquence ADN humaine dans un ordinateur !
Simon : grâce a la puissance du super calculateur elle a réussi a décoder la séquence de base du génome humain et a en reproduire une copie numérique quasi conforme .
Arnaud : sa voudrais dire que Tanit est une sorte de clone virtuel de sa fille
Simon : c'est tous a fait ça.
Arnaud : c'est incroyable cette histoire.
Simon : grace a ça Tanit c'est vraiment substituer a son enfant.
Arnaud : c'est fou
Simon : c'est abstrait et depuis maintenant 6 ans Anthea éduque Tanit comme si c'était une vraie petite fille
Arnaud : et sa marche !
Simon : tu as vu par toi meme les réactions de Tanit, on pourrait croire qu'il s'agit d'une vraie personne.
Arnaud : c'est vrai qu'elle simule bien les émotions pour une IA.
Simon : Tanit ne simule pas elle vraiment capable de ressentir des émotions.
Arnaud : Une I.A émotive !
Simon : Tanit est un être pure car elle n'as pas de notion du mal elle n'agit que par logique mais en meme temps par amour.
Arnaud : par amour !!!
Simon : et oui par amour pour sa mère

Arnaud fut saisis par cette révélation il se mit alors a réfléchir sur le sens de tous ça et un constat lui paru rapidement évident

Simon : sa a l'air de te surprendre
Arnaud : surtout sa m'interpelle cette histoire d'amour
En quoi lui demanda Simon intrigué
Arnaud : Tanit est un être informatique donc par définition animé par un système de logique
Simon : oui
Arnaud : mais vous dites aussi quelle est capable d'aimer
Simon : c'est le cas
Arnaud : il se pose alors le problème de contradiction
Simon : que veut dire ?
Arnaud : passion et raison se sont toujour opposé chez l'être humain,et cela nous a toujour amener a commettre des actes illogiques.
Simon : c'est le propre de l'homme que d'être illogique a cause de ces sentiments
Arnaud : mais quand est il des Intelligence artificiel ?
Simon : eh ben
Arnaud : sous le coup d'une contradiction un machine pourrait beugger
Simon : de quel façons ?
Arnaud : sous l'effet combiné de la logique et des émotions un être intelligent peut perdre ces repères
Simon : je n'avais jamais penser a ça et quel pourrait être les effets
Arnaud : beugs court-circuit et dans le pires des cas la machine pourrait logiquement dépasser sa programmation de base pour résoudre son conflit.
Simon : tu en est sur
Arnaud : j'ai basé une partie de mes théories la dessus, un être artificiel pour dépasser sa programmation d'elle meme si cela peut lui éviter un conflit.
Simon : et sa présenterai un risque
Arnaud : seulement pour l'environnemt que contrôle la machine
Simon : mais Tanit est au dessus de sa
Arnaud : en théorie oui tant quel n'est pas soumis a une contradiction sa peut aller
Simon : c'est effrayant ce que tu me dis
Arnaud : c'est le genre de dérive qui donne mauvaise réputation au IA,la machine devient automne car elle a conscience quelle existe et du coup elle se rebelle généralement contre ceux qui l'on créer
Simon : heureusement qu'avec Tanit sa peut pas arriver
Arnaud : tiens donc et pourquoi
Simon : car lors de sa conception le docteur Hopkins a intégré des verrous de securité sur le super calculateur pour juguler la puissance de celui ci
Arnaud : et alors
Simon : ces verrous contraigne les programmes et le système ce qui évite a la machine de s'emballer
Arnaud : c'est bien vu de sa part ,le docteur est vraiment un génie il a meme anticiper la possibilité d'un ordinateur.
Simon : sa s'explique aussi par le faite que c'est un grand fan de "2001 odyssée de l'espace" il en a retirer de sage enseignement de ce film
Arnaud : et bien pour une foi que la fiction sert la science.
Simon : voila pourquoi Tanit et préserver de ce genre de dérapage.
Arnaud : quand vous me dites ça je me sens un peu a la traîne par rapport a eux
Simon : y'a pas de raison le projet Tanit a fête ces 7 ans sa lui donne une confortable avance sur toi.
Arnaud : je vais pas être jaloux surtout que moi aussi j'y réfléchis que depuis 4 ans a mes théories
Simon : et puisque que tu en parle comment compte tu les appliquer
Arnaud : je n'en sais toujour rein

Le problème était toujours inchangé Arnaud ne savait pas comment rendre sont projet concret
Simon : ton procédé tu pourrais l'intégrer a une IA
Arnaud : a par la régénérer et lui donner un formidable gain de puissance sa ne servirait a rien.
Simon : et pour ce qui est de la cité c'est aussi compromis
Arnaud : donc je suis dans une impasse.

c'est alors qu'il vint une idée a Simon, il y a avait a sa connaissance un environnent de Neo-Carthage sur lequel Arnaud pouvait travailler sans avoir a tous Re-programmer.

Simon : dis moi ton coeur il permet bien de réparer les programmes
Arnaud : c'est le principe de base de la régénération virtuel le coeur génère une énergie infinie si quelque chose endommage le programme il le répare instantememt
Simon : c'est peut être une piste a creuser
Arnaud : vous pensez a quelque chose
Simon : peut être , figure toi que nous avons un problème que nous n'arrivons pas résoudre
Arnaud : lequel
Simon : la mer numérique
Arnaud : celle qui entoure Neo-Carthage
Simon : en effet on ne parvient pas a y envoyer un programme car tous se qui y "plonge" est systématiquement détruit
Arnaud : oui car les flux d' énergie de cette environnemt désintègre tous ce qu'il touche.
Simon : conclusion on ne peut pas y aller et c'est la que je me dit qu'un programme qui se répare de lui meme aurait une chance de pouvoir y évoluer
Arnaud : pas besoin de la régénération pour ça c'est une question de bouclier, un objet qui y plonge devrait être protéger par un champ de force c'est logique
Simon : puisque qu'on ne peut pas toucher au fondement meme de la cité, tu pourrais créer une sorte de programme qui serait indépendante de celle-ci
Arnaud : un système indépendant mais dans quelle but ?
Simon : l'exploration.
Arnaud : mais il n'y rein a explorer c'est le réseau.
Simon : on en sait rein on y est jamais allé.
Arnaud : oui mais la c'est ridicule tous le monde c'est bien que le réseau c'est Internet et rein d'autre il n'y a rien au delà de la mer numérique
Simon : étrange c'est que les gens affirmait avant Colomb et Magellan
Arnaud : quoi !!
Simon : avant que n'arrive ces deux explorateur les gens croyaient que le monde était plat, puis un jour ces hommes leur on prouvé le contraire et la tous a changer, et toi tu m'as l'air aussi borné qu'un paysan du 15 siècles.
Arnaud : comment vous pouvez dire ça.
Pour un fan de Startrek tu m'as l'air plutôt coince dan ton système solaire lui lança alors Simon.

Arnaud resta sur le carreau Simon venait de lui faire un majestueux cour d'histoire et de logique ne rappelant au jeune homme que les certitude ne peuvent se basé que sur des fait, cela fit l effet d'une claque au jeune homme

Simon : c'est quoi deja le credo de startrek .... " Where No Man..." ( ou nul homme)
"Has Gone Before" n'est allez avant fini Arnaud
Simon : alors que dit tu de ça ?
Arnaud : c'est vrai que j'avais pas penser a ça
Simon : donc si je te crois il n y a rein a
Arnaud : maintenant je ne suis plus sur
Simon : a toi de dissiper ce doute.
Arnaud : en trouvant un moyen d'y aller
Simon : et bin voila tu l'a ton projet tu pourrais créer un programme capable daller dans le réseau.
Arnaud : vous voulez que je crée une sorte de bathyscaphe virtuel
Simon : je ne pensait pas un sous marin mais a quelques chose de similaire
Arnaud : et quoi donc ?
Simon : une sonde
Arnaud : une sonde ?!
Simon : pour explorer l'espace et les grand fond marin on envoie bien des sondes pour reconnaître le terrain avant d'y envoyer un navire
Arnaud : en général on fait comme ça
Simon : alors pourquoi tu ferais pas la meme chose.

L'idée d'exploser le réseau n'etait pas si absurde après tous et une sonde serais plus maniable que n'importe quelle autre bâtiment, sa résistance et sa vitesse pourrait l'être aussi , en l'espace d'un instant le cerveau de Arnaud se mit bouillir les idées affluaient de toutes part

Arnaud : sa pourrais marcher
Simon : et sa ressemblerait a quoi.
Arnaud : je sais pas encore mais je pourrais peut-être m'orienter sur les formes primitives 3D comme base de travail.
Simon : convaincu
Arnaud : sa vaut la peine de tenter le coup, j'ai une direction a suivre
Simon : alors au travail.

Pendant plusieurs mois Arnaud se mis a la tache, il créa alors tous les protocoles d'un système d exploration basé sur ces théories et durant tous ce temps il accumula nuit blanche sur nuit blanche chaque démonstration démontrait les limites de sons système , il devait alors revoir sa copie est ces notes a chaque beugs, perfectionnant ainsi chaque étape de la conception.
il devait souvent utiliser le super-calculateur et les résultat de ces expérience finir par revenir assez cher a la société en 5 mois il avait déjà dépenser 8 millions de livres pour ces simulations le conseil d' administration aurait du lui demander des comptes, Simon le couvrait du mieux qu'il pouvait mais les résultat se faisait attendre.

Un temps même Arnaud se laissa allez au désespoir en pensant qu'il n'y' arriverai jamais, il finis par prendre 10 kilos a force de ne plus bouger de son bureau et a se gaver de nourriture riche en sucre,et cela ne semblat pas aller en s'arrangeant dans sa vie personnelle puisque il dut faire face au déces de sa mère.
cela porta un coup dur au moral du jeune homme qui s'enferma dans le travail pour tenir le coup
A chaque fois qu'il croyait tenir la solution le programme buggeait et le coeur refusait obstinent de se former.

Pourtant un soir un miracle comme il en existe peu se produisit, alors qu'il travaillait sur une énième tentative d'assemblage Arnaud fut terrasser par la fatigue et finit par s'endormir sur son bureau ,il eut la surprise en se réveillant le matin de voir que les données avait réussi a se compiler.
en dormant sur son clavier il avait taper une série de séquence aléatoire qui c'était soldé par la réussite de son assemblage , meme si il ne serait jamais quel valeur il avait rentrer le résultat était la
Une version bêta de son coeur était prête il falliat encore créer l'enveloppe mais cela ne serais qu'un détails, en moins de trois semaines sont prototypes était enfin achevée.

En ce début de janvier 2005 le projet NX4759 voyait enfin le jour, il avertis Simon qui en fut transporter de joie mais fallait encore tester NX4759 et la Arnaud ferait tous se qu'il faut pour que sa se passe bien.

Les premiers essai était concluant la sonde arrivait a plonger dans la mère numérique sans se désagrégé, grâce au coeur les système pouvais se régénéré de façons infini, la sonde pouvait donc rester stationnaire aussi longtemps que Arnaud le voulais, sa sonde était capable de s'interconnecter avec tous les interfaces quelle rencontrait a un moment il causa un léger beugs en se branchant une fois sur une base de données.au hasard

Dans le Times du lendemain il fut rapporter qu'un monstrueux bouchon fut enregistrer sur le périphérique routier nord suite a un beugs des systèmes d'affichages qui fut heuresement sans conséquences grave pour les utilisateurs.
Arnaud garda pour lui se petit accident et se contenta de naviguer dans l'océan numérique sans plus rein y toucher.

Sauf pour testé le système acquisition des données, il voulait savoir si celui était capable de copier des données et de les compresser, la aussi se fut un succès

mais au cour d'une plonge sa sonde fut soudainement attaquer par un programme inconnu, selon le visuel qu'il eut a se moment la , le programme ressemblait a une sorte de requin qui crachait des laser.
la sonde étant capable de s'auto-régénéré ce monstre ne put la détruire mais pour ne pas prendre de risque Arnaud choisit la fuite.

Conscient de-lors que le réseau pouvait très dangereux il équipa sa sonde d'un système de défense élaborée
Ainsi la fonction SPECTRE fut créer ,NX4759 pouvant scanner et analyser n'importe quel programme, la sonde avait la possibilité de générer des fantômes d'un ennemis pris dans son rayon d'analyse et d'en faire une copie conforme qui avait la particularité de pourvoir s auto détruire avec son ennemi de qu'ils se collait a lui.
Si Arnaud avait pare a toute éventualité un détails le chagrinait

NX4759

Ce noms il le trouvais si impersonnel pour sa sonde, Arnaud trouvais que ça faisait plaque d' immatriculation, il fallait lui trouver un noms qui convienne mieux a sa création.

Il connaissait les capacité de sa sonde qui était capable d'emmagasiner des information a la pelle et d explorer le cyber espace.
Il chercha parmi tous le noms de grand navigateur les pionnier de l'aviation et de l'air spatial
mais chaque noms le laissait insatisfait, dans son bureau adosser a sa chaise il se tourna vers l'affiche du film de Startrek qu'il avait accroché au mur, il en vient a demander de l'aide au personnage de la série.

Arnaud : Mr Spock prêter moi de votre logique.

il eut soudain une révélation, le film sur l'affiche était "Star Trek le film" premier du noms Arnaud fit le lien entre sa situation et celle du film sur le coup il rejeta cette idée un peu farfelu pour lui.

Arnaud : je vais quand meme pas .....

Il était hésitant après tous le rôle principal n'était pas tenu par l'un acteur mis par un être artificiel , c'était l'histoire d'une sonde "voyager" qui revenait sur terre après 4 siècle d' absence et sur bien des point son projet se rapprochait des caractéristique du vaisseau de ce film

Arnaud : apres tous il l'on bien appeler comme ça dans le film et finalement mon projet est se qui s'en rapproche le plus

Il se força a trouver autre chose mais l'envie fut plus forte que tous et finalement il céda au sirène de la science fictions se fut sur un ton très solennel que Arnaud parla a son projet

Arnaud : projet XN 4759 je te baptise du noms de la seule sonde intelligente de toute l'histoire de la science fiction, désormais tu t'appellera.

__________________________________Vger_____________________________________















chapitre 12 le Noël de Aelita

Ce matin en fouillant dans les affaires de Aelita je suis retomber sur un objet donc j'avais oublié l'existence.
---
Cela m'a fait énormément de plaisir de le retrouver
---
Tant de merveilleux souvenir y sont rattaché.
---
C'est un présent très particulier que j'avais offert a Aelita pour noël,quelque chose d'unique.
---
C'est un cd des Subdigitals,ce qui peut paraître banal a notre époque.
---
Mais ce qui le différencie des autres c'est sa pochette très particulière ainsi que sont son contenu qui n'était autre qu'un gage d' amitié de la part de tous ces amis.
---
C'est sûrement l'un des plus beaux de Noël que j'ai passé de toute ma vie mais pour Aelita c'était bien plus que ça.


############################ FLASHBACK ############################

23 décembre 2004 soir

Alors comment trouve tu ma tarte Aelita demanda la femme.
Elle est délicieuse Madame Belpois fit Aelita.
Je suis content de voir que tu l'apprécies par contre si tu pouvais me rendre un petit service demanda la femme.
lequel ? fit Aelita
s'il te plaît fait moi plaisir et appelle-moi Laurence dit alors la mère de Jeremie
Aelita : Laurence
Oui parce que Madame ça fait penser à ma vielle mère les rides en moins fit Laurence en mettant sa mains contre sa joue.
Moi je trouve qu'elles te vont bien tes rides ironisa sont mari sur le coup.

Vexé Laurence se gonfla a en devenir toutes rouge a cause de se que son mari venait de lui dire mais le regard amoureux que lui lança Michel à cet instant suffit à estomper cette fausse colère.

Tu est bête toi de fois fit Laurence a son mari.
C'est pour ça que tu m'as épousé fit Michel
C'est vrai fit Laurence en posant un furtif bisous sur le lèvres de sont époux

Cette scène pour le moins curieuse se déroulaient autour d'une grande table en bois soigneusement décoré pour les fêtes de fin d'années, mous sommes le 23 décembre 2004 dans le petit pavillon de banlieue de la famille Belpois
A chaque réveillons toutes la famille se retrouvait pour fêter ensemble noël mais cette année il devait compter a leur a table un invité de plus.

Pour marquer l'année qui se finissait Jeremie avait invité Aelita a venir passer les fêtes a la maison familiale,ce geste pour le moins étonnant avait fortement impressionné la jeune fille aux cheveux roses ainsi que les parents de Jeremie.

Mais Michel et Laurence éprouvaient une certaine fierté a ce que leur fils se comporte ainsi ,il était ravi de voir que peu à peu leur jeune et timide garçon se transformait en un beau jeune homme au final ils leur apparu que le choix du collège Kadic avait été très judicieux.

Jeremie si c'était fait des amis et il avait rencontre Aelita pour qui il nourrissait de profond sentiment, ce qui n'avait pas échapper au parents de Jeremie

Le repas étant fini Laurence commença a débarrasser la table alors que sont mari se proposa de l'aider Laurence déclina son offre préférant demander son concours a Aelita

Aelita tu veux bien m'aider faire la vaisselle lui fit Laurence.
Aelita : oui mad... Laurence
Laurence : alors prend les couverts et viens avec moi jusqu'à la cuisine.
Oui Laurence fit timidement Aelita.
Jeremie : je vais t'aider Aelita
Non merci Jeremie sa ira fit Aelita
Alors fiston ta petite amie se sent gêné lança son père a cet instant

les deux adolescent rougirent aussitôt à l'embarrassante affirmation que Michel venait de faire sur le coup.

Jeremie papa c'est gênant ce que tu dit.
Michel : mais je n'est rien dis de spécial juste que....
papa arrête s'il te plaît lui ordonna presque Jeremie qui était plus rouge que jamais

Il était adorable de voir à quel point les deux adolescent étés gênés par ses déclarations, ni Jeremie ou Aelita n'osèrent se regarder a cette instant craignant que leur regard se croissent se qui ne ferait qu'accentuer leur gêne mutuel ,Michel amuser par la situation n'ajouta rien de plus, il vit que sont fils était encore timide sur le sujet et il ne voulu pas ajouter a son malaise
Bien qu'ayant mûris a travers les épreuves de ces dernier temps Jeremie était encore incapable de s'avouer a lui même ces propres sentiments alors comment pourraient-ils le faire à ses parents et encore plus a Aelita.

Plus aucune autre allusion ne fut évoquer durant le reste de la soirée, une fois la vaisselle finit Aelita pris congé de ces hôtes pour aller se coucher.

Loger Aelita n'avait pas été un gros problème, elle dormait dans la chambre d'enfance de Jeremie, elle l'avait reconnu tous de suite au côté désorganisé de Jeremie, et surtout a cause de tous les ordinateurs présent sur le bureau ainsi que les prototypes de robot qui dépassait des cartons empilé sous le bureau et sur le placard.
Sans compter le poster de Albert Einstein qui était affichée au mur, ce détails avait amusé Aelita qui se disait que Jeremie devait l'avoir en double.

Le lit de Jeremie était particulièrement confortable, Aelita se sentait bien dedans, l'odeur de Jeremie imprégnait la couverture certes c'était plutôt la lessive que Laurence utilisait pour laver son linge mais le parfum de lavande était un peu sa touche personnel.

Cette senteur familière ne dérangeais nullement Aelita,au contraire cela la mettait en confiance un peu comme si c'était Jeremie qui l'enlaçait dans ces bras.
Elle pouvait alors s'endormir d'un paisible sommeil sans avoir à penser au lendemain alors que Jeremie lui couchait dans le salon qui était devenu sa chambre à coucher personnel

24 décembre 2004 le matin

Au petit matin du 24 le soleil inonda la pièce de ces chaud rayon tirant de sa torpeur Aelita, sa nuit avait été très douce et son réveil le fut tous autant.
elle s'étira avant de se lever et pied nu sur le sol elle s'en alla regarder a l extérieur,au travers de la vitre elle put voir que la neige était tomber cette nuit et avait recouvert tous le jardin de son blanc manteau, après avoir déjeuner Aelita irait y faire un tour.

9 h 52

Aelita ou est tu ? fit Jeremie

Mais personne ne répondit, il multiplia les appels qui restèrent sans réponse.

Bons Aelita ou est-ce que tu te cache sa devient lourd a la fin dit Jeremie de façons plus instante.

Jeremie était dans le petit jardin qui se trouvait a l'arrière du pavillon de quartier de ses parents, ce petit espace vert n'était pas spécialement grands.
Jeremie avait beau regarder de droite à gauche il ne voyait pas ou Aelita avait pus se cacher, il décida de suivre ces traces de pas dans la neige, cela le mena jusqu'à la cabane à outils.
Jeremie se demanda bien ce que Aelita avait bien pu aller faire là-bas, il avançait difficilement car ces grosses boots s'enfonçaient dans la neige a chacun de ses pas, tous en se rapprochant de la remise il continua à appeler Aelita.

Jeremie : Aelita tu est la ?

C'est alors que surgissant de derrière un arbre Aelita apparu en criant champ de force une boule de neige à la main, Jeremie surpris par ceci n'eut pas le temps d'esquiver le projectile qui alla s'écraser sur sa parka bleue.

Je t'ai eu le dit malicieusement Aelita.

Ce prêtant à la comédie Jeremie posa sa main sur sa poitrine et commença à vaciller en disant...
" tu m'as touché en pleins coeur aaaahhh .... je meurs....."

Non Jeremie ne meurt pas je voulais pas te blesser fit Aelita inquiète en mettent ses deux mains devant sa bouche.
Je t'est bien eut lui fit alors Jeremie en lui décochant un sourire au coin.
Idiot lui fit Aelita qui prépara alors une deuxième boule de neige

Il s'en suivit une mémorable bataille de boule de neige, l'ambiance qui régnait dans le jardin était bonne enfant pourtant en temps normal se genre de comportement puéril de la part de l'un de ses amis Jeremie l'aurait ouvertement critiqué si on lui avait fait un coup pareil au collège. mais aujourd'hui il n'était pas au collège.

Le collège, ces amis , Xana .... tous sa était si loin en se moment

Il était chez lui avec Aelita entrain de jouer dans le jardin, et il n'y avait qu'eux, tous les deux riant de bon coeur à se lancer des boules de neige en pleine figure, d'ailleurs le pauvre Jeremie en fit les frais, il n'arrivait pas éviter tout ce que lui envoyait Aelita alors que elle avec la grâce qui lui était propre esquivait sans mal tous se que Jeremie lui lançait, il faut dire qu'à force de se battre sur Lyoko elle avait fini par acquérir une certaine expérience de l'esquive.

Ce petit jeu se solda par la réédition inconditionnelle de Jeremie qui préféra se rendre avant de finir ensevelie, dans un registre plus pacifiste Aelita lui proposa une autre activité moins violente.
Elle proposa a Jeremie de faire un bonhomme de neige mais ce dernier lui suggéra autre chose.

A la place si on faisait un ange dans la neige lui dit alors Jeremie
Un ange ?! fit Aelita
tu ne sais pas ce que c'est lui fit Jeremie dubitatif.
je sais ce que c'est qu'un ange lui dit Aelita

Un ange voila un concept qui n'était pas inconnu a Aelita,sur lyoko ces ailes roses faisait d'elle une sorte d'ange virtuel mais ce que lui proposait Jeremie lui était inconnue.

Aelita : mais un ange dans la neige je ne connaît pas
Je te montre alors lui fit Jeremie

Pour donner l'exemple Jeremie se mit à tendre les bras en croix et se laissa tomber en arrière son corps entier s' enfonça dans le sol enneigé du jardin, Aelita se demandait bien a quoi Jeremie pouvait jouer.

Jeremie : est maintenant en exécutant des mouvements semi-circulaires on bat des bras et des jambes et sa forme un ange.

Pour illustrer son explication Jeremie se mit a exécuter les mouvement décris , la forme qui dessina ressemblait en effet a un ange avec le corp est les ailles,devant ce jeu amusant Aelita rejoint alors son compagnons dans sa démarche ludique.

Aelita : attend j'essaie moi aussi.

à son tour Aelita se laissa tomber en arrière et commença à reproduire les mêmes gestes que Jeremie ,du haut de la fenêtre du premier étage Michel et Laurence pouvait contempler le spectacle de deux petits anges dans la neige.

Michel : c'est pas mignon tout ça ma chérie
Laurence : je crois bien ne jamais avoir vue notre fils aussi heureux.

Confortablement au chaud Michel enlaça son épouse par derrière pour poser un doux baiser dans son cou sans perdre du regard le spectacle au dehors, ce qu'ils voyaient avait réchauffer leur coeur.

20 h 00

Tous le reste de la journée Aelita et Jeremie le passèrent à s'amuser ensemble, le soir venu la dinde de Noël fut cuisinée par Laurence qui avait pris Aelita comme assistante, la jeune fille se débrouillait bien pour battre les oeuf en neige avec un fouet, Laurence fit remarquer a Aelita que plus tard elle ferait sûrement une bonne épouse au foyer et que l'homme quelle épousera aura beaucoup de chance , ce compliment attentionné fit très plaisir a Aelita qui failli en oublier le gâteau quelle avait mis au four.

Le repas fut l'un des plus succulent que la famille est jamais goûté c'est avec les honneurs que les deux cuisinière se firent féliciter , pour le dessert ce fut un gâteau au chocolat qui fut servis aux convives.

Ce dernier était très crémeux Aelita s'en resservie deux fois sous le regard amuser des parents Belpois,ça faisait plaisir de voir qu'elle avait un si bonne appétit en plus d'un sacré coup de fourchette.

Michel : ma parole tu as un sacrée appétit Aelita,tu manges toujours comme ça
Aelita : assez souvent meme.
Laurence : pourtant tu es tellement svelte.
Aelita : je sais.

Comment Aelita pouvait elle avaler tous ça et rester aussi mince ? Laurence demanda a Aelita quelle était son secret.
Laurence : comment fait tu pour être aussi mince?
Aelita : je ne sais pas mais je ne prends pas 1 g à chaque fois que je mange.
Laurence : je suis presque jalouse alors que moi pour garder la ligne je suis obligé de faire des régimes hypocaloriques.
Aelita : mais vous n'êtes pas si grosse pourtant
car je suis obliger de faire attention fit Laurence.
Aelita : vous devriez faire du sport.

Cette remarque très innocente laissa un blanc sur le visage de tous les membres de la famille Aelita compris vite que la nature peu sportive de Jeremie était finalement héréditaire.

23 h 50

Après le repas les parents abandonnèrent les deux adolescents dans le salon fatigué de leur journée ceux était restèrent sur le canapé a regarder la télé le film du 24 au soir.

Demain ce serait la fête de Noël un grand repas avait été prépare pour accueillir toutes la famille, les parents de Jeremie devaient donc se reposer pour le lendemain pour être en forme pour accueillir toutes la famille Belpois et Duchêne.

Dans la cheminée le feu crépitait et Jeremie moins timide qu'à son habitude avait pris Aelita dans ses bras pour la tenir au chaud toutes cette journée a s'amuser les avaient fatigués et ce repas très copieux n'avait pas arranger la chose.
Pourtant aucun des deux ne voulais dormir , Il était tellement bien l'un contre l'autre que rein n'aurait pus les séparé.

La pendule du salon affichait minuit moins 10 quand le film se termina enfin, il allait bientôt être le 25 décembre, Jeremie avait demandé à Aelita de ne pas aller ce coucher avant minuit pour faire plaisir a Jeremie Aelita attendit encore quelque minutes pour pouvoir aussi lui souhaiter un joyeux noël

Elle savait que Jeremie avait une chose importante à lui dire, une chose qui ne pourrait pas attendre le lendemain matin c'est pour cela que Jeremie avait demander a Aelita d'être un peu patiente et de ne pas s'endormir

la jeune fille se demanda bien ce que Jeremie pouvait avoir de si important à lui dire mais elle n'allait pas tarder à le découvrir , minuit sonna 12 coups

25 décembre 2004 minuit.

Nous sommes le 25 lui fit Jeremie en regardant l'horloge du salon.

Cacher sous un cousin il sortit alors un paquet cadeau de couleur rose décoré d'un joli petit noeud doré qu'il tendit a la jeune fille.

Joyeux noël Aelita fit Jeremie en souriant.

Aelita ne répondit rein, elle ne s'attendais pas a cette action de la part de Jeremie meme si elle savait que c'était la coutume d'offrir des présent a noël.

Pourquoi Jeremie demandait elle simplement
Jeremie : c'est la tradition d'offrir des cadeaux à Noël mais je ne pouvais pas attendre demain matin alors c'est maintenant.

Jeremie lui tendais toujour le petit paquet a Aelita qui le pris elle le posa sur ces genoux elle resta alors immobile a contempler se beau présent .

Tu ne l'ouvre pas fit Jeremie
C'est un merveilleux cadeau que tu me fais la Jeremie dit Aelita qui ne faisait que tenir le paquet dans ces mains.
Attend de l'avoir ouvert avant de dire ça dit Jeremie un peu surpris.

Il vit une timide larme s'échapper des yeux de Aelita vraiment il ne comprenais pas sa réaction
Aelita tu pleure fit Jeremie .
Aelita : se n'est rien ,c'est juste l'émottions
Jeremie : alors ouvre le
Non fit alors Aelita
Bien pourquoi fit Jeremie qui ne comprenais pas l'attitude de Aelita
Aelita : parce que le contenu n'est pas aussi important que le geste et tous ce que tu viens de m'offrir

Sans rien ajouter de plus elle s'approcha de Jeremie et lui fit une bise sur la joue en lui murmurant a l'oreille

"tu m'as offert le plus beau cadeau qui soit... le premier noël donc je peux vraiment me rappeler et pour ça je t'en remercie".

Sans un mot elle quitta la pièce en laissant Jeremie assez abasourdit par ce quelle venait de lui dire , elle se retira dans sa chambre, tradition japonaise oblige on n'ouvre pas le cadeau devant celui qui vous la offert.
Plus tard dans l'intimité de la chambre de Jeremie elle déplia l'emballage, c'était un cd des Subdigitals dédicacé par tous ces amis, sur la pochette dessiner par Odd on pouvait lire le message suivant

"pour Aelita tes amis"

Et pour une fois c'est avec joie indescriptible qu'elle pouvait verser des larmes.


Fin du noël de Aelita


httpi222.photobucket.comalbumsdd247iggy-folCode%20Tanit/BarreTanit.jpg

pour lire ce passage je vous conseille d'ecouter cette chanson
http://www.youtube.com/watch?v=-BtcnY6NjoQ


Section 05 laboratoire 01

Dans le laboratoire numéro 01de la section 5 tous les techniciens avaient quitté leur poste, il était affiché 17 h25 a l'horloge, c'était la fin de journée tous étaient rentre chez eux pour retrouver leur famille ou leur lit avant de recommencé le meme cycle de travail le lendemain.

Cette zone d'ordinaire si agité avait retrouvé sa tranquillité, un silence profond régnait dans ce lieu, un silence seulement perturbé par le bruit des machines en état de veille donc le ronronnement constituait la seule forme d'activité dans tous le laboratoire.

C'est le pas tranquille qu'une femme vêtu d'une blouse blanche fit sont entré dans la pièce maintenant inoccupée, dans la salle éclairé d'une lumière blanche cette femme tenait un paquet dans ces mains elle dévérouila le sas d'accès et pénétra dans un grande pièce au centre de laquelle une immense machine se trouvait.

La femme se dirigea alors vers une zone précise de la pièce , elle passa a coté des tables de laboratoire ou diverse instrument scientifique était posé, elle arriva devant un miroir de projection installer a droite dans la pièce. se tenant devant la glace translucide elle se mit a appeler quelqu'un.

Tanit tu est la fit la femme

Le miroir s' illumina et le spectre holographique de la jeune I.A fit alors son apparition devant la femme pour répondre a l'appel.

Mère tu est la fit Tanit
Anthea : comme tu vois

Le docteur Hopper car il s'agissait bien d'elle avait du attendre la fin de la journée et le départ du personnel pour se retrouver seule a seule avec Tanit
Elle profitait de chaque fin de journée pour passer un moment intime avec Tanit loin des regards et oreilles indiscret des autres scientifique du laboratoire.
Anthea tenait ses mains dans son dos pour cacher la présence du paquet a Tanit qui elle la regardais au travers de ces capteurs optique placer sur la face avant du miroir, Tanit fut la première a prendre la parole.

Tanit : comment c'est passer votre journée mère.
Anthea : très bien et toi ma petite.
Tanit : j'ai assumer mes fonctions habituelle, j'ai calculer des phases de désintégration pour le docteur Howard Kinsley puis j'ai fais des extrapolations pour le docteur Boris Goliakof ensuite....

Tanit fit alors le récit de sa journée de travail, outres les aménagement de Neo-Carthage elle travaillait en collaboration avec tous les autres laboratoires de la section 5 bien que ces activités se limites finalement a faire des simulations ou des calculs a la demande de chacun des scientifiques.
la puissance du super calculateur était elle que Tanit pouvait se projeter dans plusieurs laboratoire a la fois.

Tanit : ... et le jeune Arnaud Morillon fini de mettre au point ces concepts d intelligence Artificiel.
Anthea : c'est une bonne nouvelle pour toi ça
Tanit : pourquoi mère ?
Anthea : sa vas te faire des compagnons de jeu
Tanit : je n'ai pas le temps de m'amuser et en plus c'est des garçons et des filles qui ne pensent qu'a se battre,moi sa ne m'intéresse pas leurs jeux guerriers.
Anthea : tu préférait jouer a la dînette avec eux.
Tanit : c'est quoi une dînette ?
Anthea : c'est un jouet pour petite fille qui veulent s'amuser a faire la cuisine.
Tanit : c'est quoi faire la cuisine.
Anthea : c'est une activité qui consiste mélangé des ingrédients pour faire des plats destiner a sustenter les êtres humains.
Tanit : comme la chimie organique en laboratoire.
C'est une façons de voir les choses fit Anthea.

Tanit avait beau avoir accès a une connaissance infinie elle était très étonner de certains aspect du comportement humain,meme si elle tentait de s'en rapprocher le pus possible
pour cela sa mère lui expliquait patiemment tous les concepts qui régis la vie humaine
Anthea faisait ainsi son éducation et cela lui procurait une grande joie que d' enseigner a Tanit.
En retour Tanit aussi éprouvait un grande joie, car au fil du temps Tanit avait développer plus que la reconnaissance du ventre pour le docteur Hopper et Anthea faisait tous pour que Tanit se comporte comme une petite fille ordinaire.

Sa petite fille

Pour cela Anthea avait passer du temps a établir un profil de personnalité qui se rapprochait assez de sa vision de l'enfant idéal, elle avait mis du coeur a l'ouvrage pour concrétiser ce projet le docteur Hopper enseignait tous ce qu'elle savait a Tanit depuis 6 ans, L'I.A enregistrait tous ce que sa mère lui apprenait.

Anthea se souvenait du jour ou Tanit c'était compiler pour la première foi, dans le laboratoire ou elle était apparu elle ne disait rein et semblais un peu perdu au milieux de cette espace virtuel.
Anthea fut la première personne avec qui elle pris contact, Anthea se présenta alors a Tanit comment étant sa mère et non son créateur.

Dés le début Anthea avait voulu gommer cette notion de créateur et créature qui pourrait exister entre elle est Tanit, Anthea ne considérait pas Tanit comme une suite de données mais comme la manifestation de son amour maternel pour sa fille disparu ,mais paradoxalement elle refusait de voir en Tanit un pale reflet de Aelita.

En créant Tanit Anthea avait voulu chasser Aelita de sa mémoire et non la faire revivre,quelque part Anthea avait perdu un peu pied avec la réalité, sa longue captivité en cellule y était pour beaucoup au fond d'elle meme elle savait que Tanit n'était pas humaine mais qu'importe elle la considérait comme telle, a ces yeux sa chimère était réel.

Quoi qu'en dise le personnel du niveau 5 de Cyclotron qui pour beaucoup étaient conscient que leur chef de projet était un peu obsédé par sa création,mais personne n'osait rien dire car Anthea n'avait jamais rein fait de mal et puisque cela ne se ressentait pas sur son travail on passait l'éponge sur sa lubie, on s'abstenait bien de faire des blagues a ce sujet

Bien que son mari s'en soit rendu compte lui meme, le docteur Hopkins n'avait pas le coeur a l'empêcher, après tous le mal qu'il c'était donner pour la sauver il n'allait pas la faire replonger dans le désespoir en la privant de la seule chose qui comptait a ces yeux.

Son enfant.

Anthea consacrait une partie de son temps améliorer la personnalité de Tanit chaque jour elle lui apportait un peu plus passant avec Tanit nuit et jour a se parler.
Mais aujourd'hui c'était un jour spécial quelle voulait fêter avec Tanit Anthea sortis alors le paquet de derrière son dos pour le tendre a Tanit.

Anthea : bonne anniversaire ma petite Tanit.
Tanit : tu as y penser mère et moi qui croyait que tu avais oublier.
Anthea : tu crois que j'allais oublier ce jour alors que j'y pense depuis des mois
Tanit : non évidement sa parait logique.
Anthea : aujourd'hui sa fait 7 ans que tu as vu le jour et comme sa fait dans ces cas la je t'ai apporter un cadeau.
Tanit : de quoi s agit il ?
Anthea : a toi de le deviner et tu n'as pas le droit utiliser tes scanner a rayons x, sinon sa serais de la triche.

Obéissant au moindre souhait de sa mère L'I.A se mit a chercher ce que le paquet pouvait bien contenir, connaissant les attentions de sa mère Tanit savait qu'il s agisait peut etre d'une amélioration technique ou d'un programmes informatique il était donc logique dans cette continuité du plaisir qu'il ne pouvait s'agir que de ça.

Tanit : serait-ce une nouvelle interface de régulation de mes système annexe
Anthea : non
Tanit : un code séquentiel de compilation
Anthea : non plus
Tanit : est ce hardware ou software ?
Anthea : ni l'un ni l'autre .
Tanit : c'est n'est pas technique comme cadeau ?
Anthea : Tanit ne raisonne pas technique, pense en petite fille

Mais le raisonnement d'un être humain était encore assez abstrait pour Tanit, elle n'arrivait pas deviner ce que pouvait cacher les attentions humaine et le faite que sa mère n'agisse pas de façons logique lui posait des problèmes a déterminer la nature du présent.
Mais Anthea avait toute le patience qu'il fallait, elle savait que sa fille finirait par y arriver mais il fallait pour ça lui donner un petit coup de pouce.

Anthea : pour t'aider je vais te donner des indices
Tanit : je vous écoute mère.
Anthea : pour commencer de quoi avons nous parler hier.
Tanit : nous avons débattu sur la résistance des structure atomiques des....
...Tanit fit Anthea pour reprendre a l'ordre L'I.A
Sur le plan personnel des fleurs et des couleurs se reprit L'I.A
Anthea : bien et cela nous a amener a parler de quoi.
Tanit : a parler du printemps
Anthea : très bien et j'ai évoquer quoi en parlant du printemps.
Tanit : vous avez parler des balades au bord de l'eau entre une mère et sa fille.
Anthea : hummm parfait et d'après ce que je t'ai dis comment commémore t'on le printemps.
Tanit : par les cadeaux du renouveau qu'offre les mère a leur fille.
Anthea : et qu'offre les maman a leur petites filles a ce moment la
Tanit : des vêtements
Anthea : alors tu ne devine toujours pas le contenu du paquet.
Tanit : c'est un vêtement ?!
Anthea : oui regarde ce que je t'ai acheté.

En dépliant le paquet Anthea en sortis une jolie petite robe violette décoré de fleur blanche

Anthea : comment la trouve tu ?
Tanit : elle est magnifique mère
Anthea : je savais quelle te ferais plaisir
Tanit : mère pourquoi m'offrez vous un telle présent
Anthea : car tu est ma fille
Tanit : mais je ne peux pas la porter.
Anthea : pas encore mais un jour viendras ou tu le pourra
Tanit : j'ai hâte d'être ce jour la
Anthea : il viendra d'ici la je te garderai cette robe. j'espère seulement quelle sera taille
Tanit : si vous avez bien choisit cela ne devrait pas poser de problème
Anthea : je voudrais tant te voir avec.
Tanit : pour ça c'est facile mère..... ne bougez plus.

A cette instant des faisceaux laser balayèrent la pièce pour frapper la robe qui fut aussitôt scanner sous toutes les coutures est en moins de temps qu'il ne fallut pour le dire un modèle numérique parfait de la robe fut reproduire, Robe que Tanit portais sur elle, elle se mit alors a tourner sur elle meme pour montrer a Anthea quelle points son cadeau lui seyait a ravis
Anthea en eut les larmes au yeux de voir que sa petit fille était encore plus belle avec cette robe.

Tanit : elle me va bien mère.
Anthea : c'est vrai mais celle-ci n'est que virtuel je voudrais que tu porte la vrai.
Tanit : c'est impossible je suis...
Anthea : je sais... mais un jour viendra ou tu pourras la porter pour de vrai
Tanit : vous le croyez vraiment mère
Anthea : je travaille dans ce but
Tanit : j'en serais si heureuse
Anthea : et moi je me réjouis à l'idée qu'un jour tu puisse être une vraie petite fille
Tanit : je suis déja votre enfant
Anthea : oui Tanit tu est ma fille
Tanit : tous comme grande soeur Aelita

Soudain le visage de Anthea s'obscurci a cause du noms que Tanit venait de prononcer ,L'IA vit bien qu'elle avait fait du tord a sa mère,sans le vouloir elle avait rouvert une vielle blessure que Anthea tentait de cicatriser, Tanit s'en excusa aussitôt

Tanit : pardon mère je ne voulait pas vous faire de la peine.
Sa ne partais d'une mauvais attention fit Anthea en relevant le visage tous en s'efforçant de sourire.
Tanit : je suis vraiment désole mère
Anthea : je sais ma petite fille tu n'as pas a t'excuser, sa ne change rein a tous ça

Anthea ne voulais plus parler de son passé seul l'avenir comptait maintenant, l'avenir qu'elle se construisait avec Tanit dans le but de faire de l'IA une vraie petite fille, une humaine faite de chair et de sang pour ça elle employait tous les ressources qui était a sa disposition pour que un jour.....

... je puisse te serrer dans mes bras fit Anthea.
Tanit : je l'attend aussi mère.
Anthea : mais il nous faut encore être patient
Tanit : ne n'aviez vous tu pas dit qu'un projet était en cour pour cela.
Anthea : il est compromis, l'homme avec qui j'ai passé un accord est mort.
Tanit : que c'est il passé ?
Anthea : apparemment l'expérience a mal tourner et le prototype a été détruit ainsi que le laboratoire et toutes les recherches.
Tanit : donc plus d'enveloppe de chair pour moi.
Anthea : pour ce qui est de te fabriquer un corp de substitue c'est terminé, il va falloir se rabattre sur mon deuxième projet
Tanit : la matérialisation.
Anthea : la matérialisation en effet , le docteur Howard Kinsley de la section 5 a bonne espoir de réussir a mette au point un système de scanner
Tanit : cela peut il marcher ?
Anthea : si sa marche la matérialisation serais la plus grande découverte qui soit.
Tanit : la matérialisation est telle un concept viable ?
Anthea : mon ancien mari avait lui meme émis une théorie pour un projet de scanner et de virtualisation.
Tanit : et que cela a t'il donner ?
Anthea : rien il n'as jamais put concrétiser sa théorie
Tanit : donc rien ne prouve que sa marche
Anthea : d'apres le docteur Kinsley les notes de Waldo sont justes mais incomplète
Tanit : donc se procéder est inachevé.
Anthea : pas tous a fait le scanner du laboratoire 4 est près mais il est encore expérimental , pour l'heure on sait décomposer un corp mais le restructurer c'est une autre histoire.
Tanit : si je comprend bien le processus est a sens unique
Anthea : c'est a cause que la théorie n'était pas achevée
Tanit : que lui manque 'til pour fonctionner de façon optimale.
Anthea : un protocole de matérialisation qui fonctionne, sans ça le systeme ne peut pas fonctionner en gros nous avons la serrure mais il nous manque la clé
Tanit : la clé ?
Anthea : oui la clé de la matérialisation.
Tanit : c'est donc un probléme mathématique basée sur un code.
Anthea : pas seulement le code génétique et aussi un obstacle car il faut pouvoir le recréer durant la phase de matérialisation.
Tanit : donc sans la clé et sans un code génétique il va être difficile de me matérialiser
Anthea : ton code génétique c'est celui de ma fille, je t'ai créer partir d'elle de ce coté c'est un plus,bien que pour l'adapter il y a fallu faire faire des concessions et modifier certaines chose
Tanit : comme la couleur de mes cheveux.
Anthea : le violet c'est imposer bien que aux départ j'avais opter pour le bleu.
Tanit : bleu ou violet quelle différence.
Anthea : tu as raison l important c'est que tu puisse venir,quand se jour arrivera j'aurais tant de chose a te faire découvrir dans notre monde , pour commencer nous irons nous promener au bord de la Tamise puis on iras voir les animaux au zoo
Tanit : sa sera merveilleux mère il me tarde déjà d'y être.
Moi aussi ma petite moi aussi soupira Anthea.

Anthea mis sa mains sur la vitre du projecteur Tanit en fit de meme en signe d'amour, une mains faite chair et l'autre de pixel poser l'une contre l'autre séparé par le verre, une barrière infranchissable pour deux coeur battant a l'unisson.















chapitre 12 Bon retour parmi nous.

Je ne sens plus son souffle...................son coeur bat encore...................vite apporter moi une assistance respiratoire ...................dépêchez vous...................infirmier...................injecter lui deux milligramme de...................respire bons sang................... respire.................n'abandonne pas...................

Au bout de quelque instants Maeva commença à reprendre ces esprits, ces yeux s'ouvrir de nouveau à la vie.
La réanimation artificielle avait porter ces fruits, Maeva respirait a nouveau normalement, quelle satisfaction cela fut pour le Docteur Robinson de voir sa petite protégé renaître,grâce a une intervention rapide des médecins le pire avait été évité sur le coup Maeva voulu se lever mais le docteur la pria de rester allongé.

Non Maeva reste allongé,surtout ne bouge pas.lui fit le docteur en la tenant sur le lit

On lui avait mis un masque a oxygène sur le visage pour stimuler sa respiration, elle voulu porter sa mains a sa bouche pour le toucher mais le docteur lui dit de ne pas le toucher, qu'elle devait garder ce gênant accessoire car c'était pour son bien.
Maeva regarda autour d'elle pour savoir ou elle se trouvait en clin d'oeil elle reconnu cette endroit...

___________________________Chambre 24A___________________________

Sur le coup cela lui paru incroyable elle était de nouveau dans la chambre d'hôspital ou elle était arrivé la première foi.
en voyant sa elle voulu vraiment se lever mais son corp refusait de bouger de plus le docteur insista de plus belle en lui disant de rester coucher.
Pourquoi l'avait t'on ramener dans cette chambre ? mais le plus étrange encore fut la présence du docteur Holstein et de Samuel l'infirmier.
Samuel ?! il n'avait pas été renvoyer se souvenait elle et comment avait telle put revenir Ici aussi vite ?

Est bien ont peut dire que tu nous fait une sacrée frayeur lui fit le docteur

Elle chercha a répondre mais en était incapable sa voix avait disparu, elle voulait ouvrit la bouche mais ne le pouvait pas car tous son corp était comme paralysé, Maeva venait d'être victime d'une attaque respiratoire elle ne parvenait plus trouver son souffle et risquait de mourir par suffocation.
Par chance le Dr Robinson accompagné de son directeur l'avait retrouver allongé sur son lit inanimé ils avaient pus la sauver en lui faisant une réanimation artificielle.
Mais le doute planait encore quant à son état de santé, par mesure de sécurité Maeva fut emmener dans la partie soin intensif de l'hospital pour y être placé en observation.

Tous ceci n'était pas étranger a Maeva cette situation elle l'avait déjà vécu, le Dr Robinson resta tous le temps à côté d'elle en lui tenant bien la main ne la quittant pas une seule seconde.
Il fallait rassurer Maeva qui devait être effrayer d'avoir subit une telle crise,accompagnée de son chef de service le docteur Holstein ils mirent Maeva sur un brancard, ils roulèrent tout le long du couloir franchissant porte sur porte pour finalement arriver dans une grande salle blanche que Maeva reconnu tous de suite.
C'était la salle des scanner ou elle avait passer son premier IRM elle la connaissais déjà mais pourquoi l'avait-on ramener de nouveau dans cette endroit ? , ne lui avait ton pas déjà fait passer tous ces test.
Maeva été incapable de bouger elle ne pouvait rien faire de plus que d'assister au spectacle

Dr : nous allons te faire une radiographie des poumons tu te souviens de ce que c'est une radio ? c'est ce qu'on a fait quand on était avec Clarisse.

Bien sur que Maeva savait ce qu'était une radiographie des poumons par onde magnétique elle l'avait appris en lisant des magazines scientifiques, pourquoi diable le docteur lui parlait comme si elle était une attardé ? il savait bien qu'elle avait un QI sur-développer.

Maeva fut allongé sur la table d'analyse,alors que les gros appareils étaient en train de lui passer dessus pour prendre de multiples photographies puis de nouveau Maeva fut prise de panique elle commença a s'agiter le responsable lui ordonna de se calmer mais Maeva ne parvenait pas a se calmer elle ne le contrôlait plus son corp celui ci semblais agir de lui même.

Calmez moi cette patiente fit le docteur Holstein

A cette instant Samuel l' infirmier se saisit de Maeva pour la plaquer contre le lit, ces lourdes mains firent mal a Maeva qui était plus agiter que jamais le docteur Robinson pria l'infirmier de ne pas serrer si fort mais celui si prenait un certain plaisir a maintenir la jeune fille de cette façon.
Le docteur Holstein arriva vers Maeva et lui fit une piqûre dans l'avant bras, la vision de Maeva se troubla et elle s'endormit, une fois les examen finis son lit fut transporté dans une autre chambre.
En attendant les premiers résultats des scanners le docteur resta auprès de la jeune fille qu'il ne quitta pas d'un sourcil, celle-ci dormait paisiblement sous l'effet du sédatif qu'on lui avait administré.

Le docteur Robinson espéra que ce genre d'incidents était seulement isolé et que celui-ci ne cachait pas quelque chose de beaucoup plus grave.
Il faut dire que les premiers tests du docteur Robinson n'était pas complets il avait surtout cherché à détecter un traumatisme crânien sans approfondir le reste.
Il fallait faire a Maeva un check-up complet pour s'assurer quelle n'avait par d'autres troubles et seule une analyse poussée permettrait de le déterminer

Le docteur Holstein demanda au Dr Robinson de sortir avec lui dans le couloir afin de statuer sur le cas de cette enfant. tous de suite le docteur Holstein ne cacha pas son mécontentement

Dr Holstein : et bien docteur Robinson on peut savoir ou vous avez été la pêché cette enfant ?
Dr Robinson : que voulez vous dire docteur
Dr Holstein : je dirais que vous avez dénicher la un sacrée cas
Dr Robinson : c'est en effet un cas particuliers
Dr Holstein : c'est une vraie sauvageonne que vous nous avez ramener la.

D'emblée le docteur Robinson n'appréciait pas le ton que venait de prendre le directeur, il faut dire que les deux hommes ne s'appréciait pas vraiment a cause de leur différent sur leur méthodes de travail.

Dr Robinson : elle n'est pas sauvage elle est juste traumatiser
Dr Holstein : c'est votre diagnostique préliminaire
Dr Robinson : le premiers que j'ai établis concernant cette patiente.
Dr Holstein : donc il n'est pas complet
Dr Robinson : au vu de la situation il ne m'as pas été permis de l'approfondir.
Dr Holstein : donc vous ne savez pas quelle trouble peut présenter ce cas
Dr Robinson : pas dans l'immédiat.
Dr Holstein : alors dans le doute il faudra prendre des mesures plus strictes si sont comportement ne s'améliore pas
Dr Holstein : que voulez vous dire ?
Dr Holstein : dans les premiers temps il faudra la tenir a l'écart des autres patients et maintenir sa chambre fermé.
Dr Robinson : vous voulez l'enfermer !
Dr Holstein : c'est pour son bien et celui de nos autres patient, on ne peut laisser une telle "agitée" au contact des autres enfants.

Le docteur Robinson resta sans voix , il n'aimait pas ce genre de méthodes venant d'un autre siècle mais le docteur Holstein était de la vielle école, pour lui les "cas particulier" devait être traité de manière particulière, concernant Maeva il doutait du faite que son subalterne puisse faire quoi que se soit pour aider ce cas la.

Dr Holstein : vous croyez pouvoir guérir son coté "sauvageonne"
Dr Robinson : je doute quelle soit si "sauvage" que ça, elle avait juste peur
Dr Holstein : peur ou pas si elle vient a faire ce genre de crise elle pourrait blesser d'autre enfant
Dr Robinson : c'est une possibilité que j'ai envisagé
Dr Holstein : je vous rappelle que vous êtes responsable de cette patiente
Dr Robinson : je le sais
Dr Holstein : en cas de problème tous vous retombera dessus

En ayant engagé sa responsabilité personnel le docteur c'était lui meme mis dans une position inconfortable tous ce que serais susceptible de faire Maeva lui retomberai automatiquement dessus.
Le docteur Holstein ne pouvait pas rêver d'une meilleure opportunité pour réprimander son subalterne d'avoir pris une telle décision sans en avoir informer ces services au préalable.
Le fait que le docteur Robinson introduise Maeva dans l'établissement de son propre chef avait irrité le docteur Holstein
Celui ci avait pris ceci comme un affront de la part du docteur Robinson de plus cela faisait longtemps que celui ci avait une dent personnel contre lui, il n'appréciait pas les méthodes de ce dernier qu'il jugeait trop simpliste et non conforme.
Mais les bon résultat obtenu part le docteur Robinson lui avait valu une certaine forme de jalouse de la part de son directeur
Le docteur traitait ces patients avec beaucoup d'humanité ce qui le différenciait assez des autres médecins
Mais son directeur ne l'aimait pas tellement il aurait bien voulu se débarrasser de ce médecin qui allait souvent a l'encontre des règles,il passait pour un original dans son approche des troubles psychologique mais jusqu'à présent il avait toujours réussi a soigner ces patients, le docteur Holstein ne pouvait rein intenter contre lui sans que le syndicat des médecin ne lui tombe dessus, donc il dut prendre son mal en patience.

Dr Holstein : vous avez de la chance d'être un bon médecin mais a l avenir ne prenez plus ce genre d initiative
Dr Robinson : vous voulez me blâmer
Dr Holstein : non juste vous avertir


Si jusqu'à présent le docteur Robinson n'avait pas commis d'impair de récent événement dans sa vie avait affecter son travail, il avait un peu perdu sa concentration et voila qu'il ramenait
un patiente visiblement "attardé"
Cette sensiblerie le docteur Holstein ne manquerait pas de la rappeler a son subalterne a la moindre incartade de sa nouvelle patiente.
Le docteur Holstein se frottait les mains, intérieurement il savait que a la moindre faute il pourrait éjecter ce docteur indélicat et cette enfant sauvage allait sûrement lui être très utile a limoger cette encombrant médecin, c'est pour ça qu'il avait accepter qu'elle vienne en a sachant qu'il ne ferait rein pour l'aider.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Loin des ces manigance médicales Maeva se reposait dans la chambre des soins intensif,elle était relier a un respirateur artificielle par un masque qui lui apportait de l'air, à côté d'elle le ballon d'oxygène n'arrêtait pas de monter et de descendre dans l'appareil.
Quand elle rouvrit les yeux elle ne pouvait toujours pas bouger son corp, elle put juste constater qu'au dehors la nuit était déjà tomber

- Que lui arrivait il ?

- Pourquoi sont corp se mettait il a la trahir ?

- Et cette impression de déjà vu !!!

Cette situation était vraiment bizarre, elle l'avait déjà vécu au début de son hospitalisation puisqu'elle l'avait consigner mot pour mot dans son journal.
Maeva se posait tous un tas de question quand soudain le docteur entra dans la chambre du moins elle supposait que c'était lui car subitement la pièce commença a s'obscurcir.

Maeva regarda autour d'elle, petit à petit tous les murs commencèrent à s'effacer et il fut remplacé par un environnement noir, son lit semblait flotter au milieu de l'espace, toujour paralyser Maeva ne pouvait que regarder que de droite à gauche avec ces yeux

Qu'elle pouvait être ce mystérieux phénomène qui lui arrivait il encore ?

Le docteur apparu soudain devant son lit Maeva poussa un cri sans bruit par ce quelle vit cette instant.
Le visage du docteur avait disparu, il n'y avait plus rein, les yeux le nez la bouche tous avait disparu la tête n'était plus qu'une face lisse, effrayée Maeva voulu se relever mais elle était incapable de bouger aussi bien les bras que les jambes ,elle compris rapidement pourquoi

De droite à gauche elle vit que des ombres translucide étaient apparues, ces ombres commencent à prendre une forme humaine,on aurait dit des enfants mais comme le docteur eux aussi n'avaient point de visage, il se saisirent de Maeva,son bras droit fut maintenu par ce qui semblait être une fille toutes vêtues de noir avec des cheveux mi longs alors que son bras gauche était maintenu par un garçon vêtu d'habit de couleur kaki très militaires il avait des cheveux marrons en face d'elle le docteur avait été remplacer par un être violet très svelte qui lui maintenait les jambes Maeva ne pouvait absolument plus bouger ne serait-ce qu'une partie de son corps.
Elle sentit aussi que quelqu'un d'autre lui maintenait la tête mais elle n'arriva pas à voir de qui il s'agissait.
Cette situation cauchemardesque qu'elle vivait lui paraissait suréaliste

C'est alors qu'elle put voir au-dessus d'elle le mystérieux jeune homme blond de ces rêves,celui-ci semblait flotter au dessus d'elle alors que les autres apparition se contentaient de la maintenir
Le jeune homme commença à se retourner pour faire volte-face a Maeva,mais lui aussi n'avait pas de visage cela effraya de plus en plus Maeva

Le jeune garçon en bleu commença à descendre lentement vers elle ,tout en restant a l' horizontal, arrivé a 50 cm de Maeva il s'arrêta alors, ces bras commencèrent à se reprocher du visage de Maeva doucement il posa ces mains sur ses joues comme si il voulais l'embrasser.
Ces mains étaient si glacé quelle auraient pus lui brûler la peau lentement il les fit glisser le long du menton de Maeva pour arriver au niveau de sa gorge l'éffleurant a peine du bout des doigts
Soudain le jeune homme lui serra violemment la gorge il commença alors une étreinte mortelle de plus en plus fort, Maeva suffoquait ne parvenant plus à respirer

Pourquoi faisait il cela ?

Au cour de cette torture il lui sembla entendre des rires joyeux, chacune des apparitions semblait rire de la voir souffrir alors qu'elle était en train de sombrer dans l'inconscience elle vit que des sourires commencèrent à se dessiner sur ces visages sans expression....

------------------------------------- je ne veux pas mourir-------------------------------------

Maeva se réveilla subitement sa respiration saccadée lui était revenu , elle était allonger sur le sol froid du musée alors que tous autour d'elle une foule de personnes c'était amassée pour voir ce qui se passait.
Elle vit le docteur qui était presque en pleure il n'avait pas pu contenir pas sa joie de la savoir en vie il s'inclina légèrement vers elle et lui demanda si tout allait bien.
Une fois de plus Maeva venait de subir une nouvelle attaque et celui-ci l'avait plongé dans un rêve paradoxale
Comme quand on revoit sa vie défiler sous ces yeux avant de mourir, l'espace d'un instant elle revécu l'un des épisodes les plus troublants de sa vie.
Celui de son hospitalisation et de l'attaque qu'elle avait subie par chance ce jour-là le docteur avait réussi à la ranimer à temps et aujourd'hui il venait à nouveau de lui sauver la vie

Elle voulut se lever le docteur lui dit de ne pas bouger mais Maeva insista pour se remettre debout parce qu'elle avait froid a cause de la dalle glacé du musée sur laquelle elle se trouvait

Tous cela n'était donc qu'un rêve pensât elle

Son attaque,l'infâme docteur Holstein et le tyrannique Samuel tous n'était qu'un cauchemar de plus ou du moins un souvenir de son journal.
Elle regarda le docteur avec des yeux étonné, comment avait-elle pu imaginer un instant que le docteur puisse lui vouloir du mal

Se pourrait-il que les souvenirs déclenchent chez elle ces crises ? Pour Maeva se fut un cauchemar sans noms, bien sur de nouveaux éléments étaient encore apparues
Cela faisait beaucoup d'informations assimilées d'un seul coup pour Maeva mais les réponse approchaient de plus en plus, elle le sentait

Lyoko est ces démons , des miroirs sans reflets , des ombres qui dansent , et maintenant des humains sans visage , mais une seule constante a tous cela

Sa mort...

Pourquoi voulait t'on la tuer dans chacun de ces rêves ?
Il faudrait sûrement encore des semaines de thérapie pour élucider ce mystère, mais elle ne voulait pas que cet incident gauche une journée qui avait pourtant très bien débuté

Mais cette incident ne fut pas sans conséquence pour Maeva, le docteur estima que Maeva devait impérativement retourner a l'hospital pour faire des examens supplémentaires,
il décida alors de la ramener à l'hospital pour une nuit histoire la mettre en observation

Quelle malheur pour Maeva voilà deux jours qu'elle n'avait pas quitté hospital qu'elle était déjà obligée d'y retourner, à croire vraiment que le sort s'acharnait sur elle.
Mais c'est sa vie qui était enjeux et le docteur ne voulait pas prendre la moindre risque.
Son supérieur lui avait bien rappelé les règle a suivre et le docteur comptait bien appliquer ces règles à la lettre.
Malgrés une protestation de la jeune fille,il en fut décider ainsi qu'elle le veuille ou non ce soir Maeva retournerai a l'hospital.





chapitre 12 W

Appartement 47 - Londres -Angleterre - 26 septembre 2004 - 21 h 05

Le soir venu le colonel avait regagné son appartement privée, pour les besoins de l'enquête on lui avait allouer un petit appartement d'immeubles de 5 pièces tous équipés plutôt luxueux pour un revenu moyen mais il ne fallait pas s'y fier.
Cette immeuble en apparence banal appartenait au MI5 il servait en faite de base pour des opération secrète,autant dire que de nombreux agent vivaient dans ce bâtiment , mais tous contact était interdis entre eux hormis les formules de politesse d'usage.

Bonjour - au revoir - a se soir - etc...

le colonel pouvait donc dormir sur ces deux oreilles, en sous sol des agents assuraient la surveillance du bâtiment derrière leur écran de contrôle via toutes les micro caméra caché dans le couloir question sécurité toutes les vitres de l'appartement était blindé et les appel téléphonique était filtré.

Le colonel aurait très bien pu rester sur la base militaire de Westfield mais pour les besoins de la missions il fallait qu'il soit très mobile,dans se bâtiment a la James bond il pouvait sortir en toute discretions en utilisant les passages secret du sous sol ou il pouvait accéder a un parking souterrains ou des véhicules de fonction l'attendais ce qui lui évitait de se faire repérer ou d'être surveiller par un éventuel ennemis.
Étant en parfaite sécurité le colonel pouvait travailler sans craindre de se faire attaqué en pleine nuit ,voila qui le changeait des champs de bataille en Afganistan ou il était dangereux de s'endormir.

Pour son enquête il avait emmené avec lui son ordinateur portable pour continuer la lecture de ces dossiers secret ,ceux-ci ne s'avérait pas tellement intéressant dans la mesure où le colonel les avait pratiquement déjà tous étudier.
Dans leur analyse il essayait pourtant de faire le lien entre ces affaires et les 8 sites visé par Xana,ceci dans le but de trouver un dénominateur commun à toutes ces attaques.
Mais a part les sociétés Cyclotron et Global computer rein ne semblait lier entre elle ces différente affaires.
A part le noms de ces deux sociétés il n'avait que ces deux pistes mais fallait il qu'elle soit bonne,en bref son enquête piétinait et beaucoup de choses restait a élucider

Il se frotta les yeux a cause de la fatigue, sa journée il l'avait passé a remplir des formulaires avec le lieutenant Fraggle ,il alla alors dans sa petite cuisine aménagée pour se servir un petit remontant.
C'est un verre a la mains qu'il sa posa a nouveau sur son canapé pour réfléchir calmement a tous ça.
En repensant a tous ces événements il se disait qu'il avait été plus de chanceux que le major dans cette affaire, quelques coupures dans le dos, des broutilles en comparaisons de la balle qu'il c'était pris dans la jambe gauche, une sale blessure de guerre qui lui avait valut plusieurs mois d'hospital et de rééducations et qui l'avait conduit a être muter au services du renseignement ou il avait du jouer aux analystes
Pendant un an il avait passer ces journées a filtrer des écoutes téléphoniques et a classer des dossier d'archives, ce travail était si peu passionnant qu'il prenait souvent le temps d'étudier des vieux dossier d'archives pour s'occupé,il avait lut par exemple tous les détails de l'affaire Farewell ou celle des projets secret des années 70 auxquelles sont père avait pris part.

En parlant paperasse il lui revint en mémoire que le lieutenant Fraggle lui avait fait signer les formulaire de dédommagement pour les dégât occasionner a l'université
Il imaginais déjà les piles de formulaire qu'il aurait a remplir lors dés son retour en France cela lui fit froid dans le dos ,l'administration française n'était pas en reste par rapport a celle des anglais, un vrai casse tête a elle seul plus difficile a détortiller qu'une pelote de laine cela avait au moins l'avantage de la mettre a l'abri des actes terroristes.

C'est donc sans entrain qu'il se mit à lire le reste des dossier, il parcouru les lignes avec beaucoup d'attention sans pour autant trouver la moindre correspondance.
A croire que les objectifs de Xana étaient vraiment commis au hasard.
Pour le colonel il fallait résonner autrement pas en terme d'attaque mais de conquête ,a l'aide d'un calepin il se mit a établir un raisonnement logique.

< Raisonnement >

"Si attaque il y a qu'est ce que l' organisation Xana cherche a faire ?"

"destruction massive et aléatoire"

" Non avec de telle moyen mis en oeuvre leur objectif et sûrement autres"

"Admettons alors que l' organisation Xana veuille prendre le contrôle des super-calculateur pour y aménager un environnement virtuel et après ?

"si c'est bien pour semer la destruction c'est réussi, ce serait la panique totale"

"mais si c'est dans un autre but ,ce serait quoi ? "

" préparer un invasion en neutralisant les moyen de communications"

" sa se tiendrais mais alors quelle intérêt a viser des sites civil non stratégique"

" serait ce un test ou une répétitions avant une attaque de plus grande envergure"

" si c'est le cas quelle est la cible ? et quel est leur modus operandi "

" Explosion et possession des gens par ordinateur ?!!!"

Le colonel avait du mal a croire ce qu'il disait, il devait forcément y avoir une raison plus sérieuse que ça,mais dans sa réflexion il m'arrêtait pas de repenser a l'accident du super calculateur de l'université avec tout ce que cela avait impliqué

"Si ils peuvent hypnotiser des gens il sont alors capable d'anéantir tous les structures de commandement d'un pays depuis l'intérieur"

" delors ils pourrait prendre en otage un pays en entier"

"mais pour cela il leur faut des bases, des sortes d'avant poste"

Le colonel raisonna en militaire en considérant que cette organisation pouvaient cherchez a implanter des avant postes via les super calculateur

" mettre en place des avant postes qui servirait de point de chute a une attaque plus massive"

" ça se teins.... on place les pions et on attaque c'est comme au échec"

Les échec et la guerre sont similaire, les plus grand généraux de l'histoire contemporaine savait tous jouer au échec car cela consistait a placer ces pions avant de lancer une attaque donc le but final etait de mettre le roi adverse en échec

"des lors si les super-calculateur sont les pions que l'on prend et place, qui est le roi qu'on recherche a mettre en échec ?"

"autrement dit quelle est l'objectif final"

le colonel tapota la pointe de son crayons sur le mot objectif , puisque l' activité de Xana se concentrait sur l Angleterre et la France et n'avait été recensé nul part ailleurs cela voulait dire que leur objectifs principaux si trouvait.

Mais le colonel n'avait plus la tête a ça fatiguée de sa journée de tout ce que lui avait dit en plus colonel commençait à se laisser a la fatigue
Avachi sur son canapé dans le calme de son appartement de fonction il se remit a penser au major.

Major Cartwright..............Amanda...................pensât il

Un sacrée petit bout de femme dotée d'un caractère bien trempé meme si il lui n'arrivait d'avoir des moment d'égarement une vrai scientifique en somme, le colonel se demanda si elle...

A quoi bon François tu n'as pas besoin de ça pour le moment se dit il en se frappant les joues avec ces mains.

Il sentis de plus en plus porté par la fatigue,il fut sur le point succombé au sommeil quand tout à coup son téléphone portable se mit à sonner tirant le colonel de sa torpeur il se jeta sur le téléphone posé sur la table et quelle surprise de voir sur l'affichage a cristaux liquide le symbole W

W fit le colonel

Le W était de nouveau apparu, aussitôt le colonel posa le téléphone sur la station de travail et mis le mode de détection en marche, au bout de la huitième sonnerie le téléphone était en phase avec le système de localisation le colonel décrocha alors son portable.

"Allô" fit-il

" François Perec" fit une voix métallique.

Le colonel n'avait plus aucun doute a avoir son mystérieux interlocuteur le connaissait, mais il ne devait pas se démonter est rester prudent cette appel inconnu ne lui inspirait que moyennement confiance,c'est alors qu'un subtile petit jeu de questions/réponses allait bientôt s'engagé entre les deux.

"qui est à l'appareil"

"cela n'a pas l'importance sachez seulement que je peux vous aider dans votre enquête"

"je ne vois pas de quoi vous voulez parler" fit le colonel en feignant l'ignorance.

"je comprends bien que vous fassiez l'ignorant vous êtes bien un militaire"

à cet instant le colonel ne répondit rien, son interlocuteur semblait en savoir énormément sur lui ,mais sans connaître la nature exact de W , il était hors de question de confirmer quoi que se soit ou de divulguer une quelconque information
C'est alors que la voix reprit de plus belle,apparemment celle-ci avait le temps de discuter cette fois.

"Écoutez colonel le temps nous est compté donc je serai donc bref veillez donc ne pas m'interrompre avec vos questions"

Le colonel était rompu écouter des ordres sans broncher il pris donc la peine d'écouter ce que son interlocuteur avait à lui dire sans poser de questions.

"Je vous écoute" fit le colonel

"vous voulez savoir ce qui provoque des perturbations alors sachez juste ceci"
pour stopper Xana je vous conseille d'enquêter sur les agissements de la société global Computer."

Global Computer voila que se noms sortit de nulle part prenait soudain une importance capital, le colonel rompit le silence en posant une question

"est-ce que vous pouvez m'en dire plus" demanda le colonel

"Non sinon votre vie serais en danger" fit la voix

W mettait en garde le colonel contre un nouveau danger de mort oui mais lesquels ? le colonel voulu vraiment en savoir plus.

"Mais qui êtes-vous" fit le colonel.

"Un allié" répondit la voix

"Un allié !" fit le colonel

"je n'ai plus le temps je vous recontacterai plus tard"

attendez ........ fit le colonel.


La communication fut coupée seul résonnait dans le combiné le signal des bip sonore, le colonel regarda sur la balise de son ordinateur pour voir si la source du signal avait été localisé,malheureusement cela n'avait rien donné l'appel semblait venir de nulle part, il avait sûrement été déroutée par de multiples satellites de télécomunication se qui rendait sa localisation impossible.

Il fallait croire que son interlocuteur avait pris toutes les précautions nécessaire pour ne pas être repéré par les services secret ou par ces ennemis ,car si effectivement le mystérieux W était un allié, il y avait des chances qu'il soit un ennemis de l'organisation Xana
Mais est ce que le colonel pouvait se fier à ce que lui avait dit son interlocuteur ?

Il lui avait pourtant sauver la vie lors de incident du super calculateur de l'université.
Mais les ruses de se genre était légion dans ce milieux fleurie qu'est l'espionnage et gagner la confiance d'un agent pour mieux le tromper et monnaie courante, la question alors etait de savoir si il fallait jouer ou non le jeu de W.

Mais si W était honnête peut-être le colonel tenait il enfin une piste,Global Computer il avait lui-même déjà suivit cette piste mais comment W pouvait il etre au courant qu'ils enquêtaient sur l'organisation Xana ?, y avait il eut des fuites dans les services secret ?

Le lendemain le colonel s'en alla retrouver le major Cartwright pour lui faire part de ces informations au détour il passa auprès du lieutenant Fraggle pour lui remettre son téléphone portable afin que celui-ci puisse en extraire les indications sur l'origine du signal.

Au passage le lieutenant lui remis a son tour un dossier sur Global computer le colonel se rendit alors en trombe a l'hospital pour apporter les dernières nouvelles au major Cartwright
Sur le chemin qui le conduisit a l'hospital il fit d'intéressante découverte dans le dossier concernant Global computer.

Le doute n'était plus permis... cette fois ci il l'avait sa piste.....















chapitre 13 le retour de William

laboratoire 20 août 2005


----------------------------------------ENREGISTREMENT----------------------------------------------


Aujourd'hui nous sommes le 20 août.
---
Soit 1 jour et deux mois après l'enlèvement de Aelita.
---
Triste anniversaire je ne vous le cache pas.
---
Mais a quoi bon se lamenter ce n'est pas ça qui va la ramener.
---
Ce sont les efforts que je fournis pour la retrouver qui le permettrons
---
Mes amis et mes projets
---
Enfin ça c'est quand tous sera près
---
jusqu'à présent toutes les modifications que j'ai effectué sur le super-calculateur tiennent le coup.
---
J'ai enfin réussi à stabiliser les matrices virtuelles
---
Cela m'a permis de réactiver quelques programmes de base
---
Je peux a nouveau créer des véhicules
---
Se sera toujours un avantage de plus si on doit affronter nos ennemis
---
Mais leur reprogrammation définitive attendra un peu
---
Il me reste encore beaucoup d'éléments a remettre en service.
---
C'est long est compliqué.
---
C'est pas facile a faire sans avoir a éteindre le super calculateur
---
Mais je suis obliger de le laisser brancher pour maintenir ma réplique active et poursuivre mes travaux.
---
Déplus si je l'éteint j'ai peur qu'il ne se rallume jamais.
---
ça ne me facilite pas la tache
---
Mais après tous ce n'est pas la première fois que je suis obligé d'intervenir sur cette machine a coeur ouvert.
---
Lorsque Xana avait essayé de la saboter j'ai bien été obligés de la réparer une première fois mais il faut dire qu'à l'époque le retour dans le passé avait grandement contribuer a ça remise en état.
---
Mais je ne dois plus compter dessus, il m'as fallut apprendre a faire sans.
---
et j'y arrive aussi
---
Pour information, j'ai aussi également mis en place un protocole de protection autour du coeur de Lyoko
---
A l'avenir les surcharges d'énergie ne risqueront plus d'endommager le système comme elle l'ont fait la première fois.
---
Pour la sauvegarde du super-calculateur la défense et devenu essentiel.
----
Pare feu , bouclier externe et interne assureront sa protection.
---
Mais ces modifications ne suffiront pas tant que je n'aurais pas terminé mon grand projet
---
Le projet T sera notre meilleur défense.
---
la prochaine foi ces espèces de spectre ne feront pas long feu face a un guerrier qui leur sera 100 fois supérieur en force,en puissance et en vitesse.
---
La revanche est un plat qui se mange au zéro absolu.
---
Il faudra espérer qu'à l'avenir que nous n'aurons pas a faire a de telle ennemis
---
Mais j'en doute (-_-)
---
Bon mais avec tous ça n'oublions pas l'essentiel.... la rentrée.
---
La rentrée approche à grands pas
---
Ce sera une nouvelle année qui commencera pour tout le monde sauf pour moi.
---
C'est un peu le retour de tous a la vie normale,enfin presque normale
---
Alors que certain vont revisser pour leurs examens mes amis et moi,nous allons devoir partir à la recherche de Aelita
---
"Passage secret - Insomnie - recherche active sur le réseau et combat"
---
Une rentrée normale quoi (-_-)
---
Du moins j'espère que nous n'aurons pas a nous battre
---
La aussi je ne dois pas me leurrer
---
On va pas aller frapper a la porte de nos ennemis en leur disant simplement.....

"Bonjour vous nous remettez ! vous nous avez attaquer il y a peu de temps et vous avez enlever notre amie donc maintenant si sa vous dérange pas on vient juste la récupérer et après on s'en vas.
---
Faut vrai pas rêver mon pauvre Jeremie sa ne sera pas aussi simple
---
( soupir )
---
De plus on sait pas grande chose sur cette agresseur
---
Si ce n'est qu'il est très dangereux, mais a par ça rien....
---
C'est comme a la grande époque où nous combattions Xana.
---
On plonge dans l'inconnu sans savoir se qui nous attend au bout.
---
C'est vrai que nous n'avons que très peu d'indices pour nous aider
---
Surtout des questions
---
qui se cache derrière cette sphère ?
qui la contrôle ? est dans quelle but ?
pourquoi nous avoir attaquer et capturer Aelita ?
---
Tant de questions sans réponse
---
Pourtant ceux qui sont responsable de son enlèvement on bien une raison pour avoir agit de cette façons.
---
On ne débarque pas dans un monde comme Lyoko juste pour faire du tourisme.
---
D'ailleurs comment ont ils réussi a découvrir Lyoko et a si introduire ?
---
(note annexe)

je ne parviens a pas comprendre comment ils ont réussi a contournée les défenses de Lyoko
normalement l'accès par le réseau est sécurisé et le système principal très protéger.
---
Si Xana lui pouvait passer c'est parce qu'il avait les clés de Lyoko en sa possession et si nous en retour nous pouvions rentrer dans ces réplikas c'est parce qu'il les avait construit sur le meme principe que Lyoko.
---
Ceci explique cela mais comment cette agresseur a put faire pour esquiver la barrière ?
---
A moins d'être natif du monde Lyoko c'est impossible de cracker ce système de l'extérieur ou alors il aurait fallut pour ça profiter d'une faiblesse du bouclier virtuel de la sphère comme une brèche dans un mur
Mais la aussi c'est impossible a aucun moment le bouclier n'as subit d'avarie sinon j'aurais eut un signal d'alerte qui m'aurait avertis a cette instant
En plus l'enveloppe externe de Lyoko a n'as qu'une résistance limité, sans le bouclier l'océan numérique la détruirait en moins de 30 secondes.

Il faut absolument que je comprenne ce qui c'est passé sinon notre agresseur serait susceptible de revenir quand bon lui semble (1)

( fin de l'annexe )

Pour les retrouver j'ai juste un signal émis que j'ai réussi à localiser dans le réseau
---
ça me semble assez floue et sans une recherche plus approfondie difficile de donner un avis
---
Pourtant au cours de mes recherches j'ai capté deux types de signaux
---
Le premier est celui de la sphère qui nous a attaquer.
---
Seulement voila j'ai perdu sa trace 3 semaines après l'attaque.
---
Pourtant je suis sur que la sphère n'as pas été détruit.
---
elle a juste "disparu" ,comme si l'océan l'avait happé.
---
j'ai les coordonnées précise de l'endroit ou le signal c'est interrompu
---
c'est la que nous devrons commencer l'enquête
---
Par contre ce qui m'intrigue un peu plus c'est le deuxième signal qui semble venir du fin fond de la mer numérique.
---
C'est plus une sorte d'échos en continue qu'un vrai signal.
---
Je ne veux pas émettre de théories alarmistes pour le moment mais cet écho pourrais bien être le signe d'une activité de Xana.
---
là ce serait vraiment un cauchemar si Xana avait survécu et qu'en secret celui-ci prépare son retour.
---
C'est une sacrée ironie du sort en soit.
---
Enfin de compte réactiver le super calculateur n'aura peut-être pas été une erreur.
---
Car si nous devions de nouveau avoir affaire à Xana nous serions mal barré.
---
Sans Aelita nous ne sommes pas en mesure de désactiver une tour.
---
Et impossible de détruire les tours car elle font intégralement partie du monde de Lyoko, elles en sont un peu le squelette
---
Désactiver le super-calculateur serais la seule chose qui pourrait nous protéger d'une attaque.
---
Mais sans Lyoko pas moyen de sauver Aelita
---
Sacrée dilemme
---
Notre derniers espoir sera le projet T
---
l'arme ultime.
---
Enfin ça c'est si je peux le finir avant une future "hypothétique" attaque
---
Si je l'achève dans les temps nous seront prêts à recevoir Xana.
---
Et la ce satanée virus aura la surprise de sa vie..
---
Mais en priorité notre nouvelle mission sera de retrouver Aelita et par la suite de s'assurer que Xana est bien mort.
---
Encore une fois-ci nous seront tous de la partie hormis peut-être William
---
William ... pour parler de lui a encore été au coeur d'une vive polémique
---
Pour ou contre sont retour !
---
Moi j'étais assez pour sont retour, un guerrier de plus nous serait utile dans le cas pressent
---
Mais les autres est en particulier Yumi se sont opposé a sa réintégration.
---
ils ont vraiment la rancune tenace.... a moins que sa soit autre chose.
---
Peut être estime t'ils que William ne devrais plus être mêlée a tous sa et que dans le fond ils veulent le protéger .
---
Sa pourrait se comprendre après tous le mal que nous nous sommes donner pour le récupérer ---
Ont aurait pas envie de le voir replonger du mauvais coté.


-----------------------------Journal de Jeremie Belpois huitième partie.-----------------------------


La traque des réplikas de Xana sur le réseau se passait plutôt bien.
Derrière chaque réplikas se trouvait un laboratoire de recherche, les Lyoko guerriers sous une forme translater pouvaient aisément détruire le super calculateur sans être trop déranger vu qu'il n'y avait personne dans les laboratoires.

( note annexe récapitulative )

Les laboratoires visiter était vide de toutes présence humaine.
---
Ou pouvait être passer le personnel ? ou du moins qu'est ce que Xana en avait fait.
---
A ce jour nous ne le savons pas, bien que la petite expédition en Sibérie mais laisser entrevoir une explication.
---
Et si se que je suppose est vraie alors la réponse est sordide,et je préfère ne pas en parler.

( fin de l'annexe récapitulative )

En l'espace de 4 mois nous avons réussis à détruire pas moins de trois réplikas + celui de la montagne bien que ce ne soit pas vraiment nous qui l'avons détruit.

La découverte du dernier réplikas a été plus qu'instructive car nous avons fini par découvrir le véritable plan de Xana.
Tous ces réplikas lui servait en faite à concevoir une armée de robots donc le principale site d'assemblage se trouvait être en Sibérie, tous les composants que nous avions pu trouver dans les différentes réplikas servait à ceci.

Mais nous ne fumes pas au bout de nos surprise lors de la première exploration du réplika banquise,Odd et Yumi furent confrontée à un adversaire inattendu.
Xana avait également inventé une technologie de translation, se qui lui permettait de transférer William sur terre.

Un combat furieux se déroula au sein de cette installation entre William et Yumi,finalement nous sommes parvenu a le stopper en interrompant son processus de translation en désactivant la tour qui la contrôlait, par la suite sa dévirtualisation ne fut qu'une formalité pour Ulrich et Aelita.

Alors que nous croyons que nous allions pouvoir détruire ce réplikas aussi facilement que les autres,nous découvrimes avec stupeur que Xana avaient en sa possession pas moins d'une centaine de réplikas.
A l'aide de ces réplikas il pouvait générer une énorme énergie et avec celle-ci il avait créé un nouveau monstre et non des moindres car il saisissait du....

------------------------------------------COLOSSE------------------------------------------

Le colosse un monstre d'au moins 50 mètres de haut donc le corps était composé de roches volcanique en fusion,outre sa taille impressionnante son puissant bras était armé d'une grande épée qui pouvait d'un seul geste dévirtualisé n'importe qui.
heureusement qu'il avait de petites jambes ce qui faisait que ces déplacement n'était pas très rapides,mais sa ne le rendait pas moins dangereux.

Sa puissance énergétique le rendait quasiment invincibles a titre de comparaison la seule chose qui pourrait égaler un telle dégagement d'énergie serait le projet T ,c'est vous dire a quel point il était puissant.

Lors de notre première confrontation une évidence apparue, détruire un a un les réplikas n'était plus la tactique a adopter.
Il fallait réorganiser notre stratégie pour sa l'élaboration d'un programme multi-agent s'avérait être la meilleure solution pour pouvoir se débarrasser définitivement de Xana.

Si la stratégie avait changé un nouvel espoir était apparu, ce jour-là Xana avait commis une erreur en translatant William
Grâce au code source récupérer dans la tour j'ai put concevoir un protocole qui permettrait de le récupérer

Nous sommes donc retourner une deuxième fois sur le réplika banquise pour lancer notre opération sauvetage,et la encore nous eumes a faire a forte partie l'armée de robot de Xana était opérationnelle et elle comptait nous empêcher de mener a bien notre mission.

Mais grâce au effort combiné de Odd et Aelita nous parvinme a récupérer William, il réapparu soudains dans la salle des scanner sous les yeux de Ulrich et Yumi, et il ne semblait pas avoir garder le moindre souvenir de sa capture par Xana.
Mais ce sauvetage eut un prix, durant l'opération nous perdimes le Skidbldanir pour de bon.
Sans notre sous-marin les futur combat sur Lyoko s'annonçait plus que difficile,du moins c'est ce que nous avons cru.


############################ FLASHBACK ############################


Dans la salle des scanners William était encore un peu étourdi par son retour sur terre, c'est au prix de grand effort que ces amis avaient réussis a l'arracher des griffes de Xana, troublé par le retour il n'avait pas gardé le moindre souvenir de sa malheureuse expérience sur Lyoko.

Ca va bien William fit Yumi un peu inquiète
Oui ça vas je crois fit William.
Yumi : tu est sure
Je crois oui mais je sais plus ce qui c'est passé dit William
C'est pas grave ou va t'expliqué fit yumi qui passa ses bras autour du cou de William

Yumi était si heureuse que William soit revenu qu'un moment elle oublia tous le mal que celui ci lui avait fait ,tous les soucis qu'elle c'était fait pour lui elle pouvait les oublier, dans cette étreinte elle se sentais libéré d'un sacrée poids sur la conscience.

Et bien mon vieux tu reviens de loin lui fit Ulrich en lui donnant une petite tape sur l'épaule.
Sa tu peux le dire lui répondit William.

Tous les Lyoko guerriers c'était réunis dans la salle des scanner pour fêter le retour du beau ténébreux ,Odd lança meme un petite vanne pour détendre atmosphère en faisant remarquer que Xana avait perdu son "bad boy"
Maintenant il fallait que le véritable William remplace la copie et la situation l'exigeait car les parents de l'original étaient venus récupérer leur fils a cause de son attitude pour le moins étrange.
La réplique avait largement éveillé quelques soupçons et tous ça commençait à tourner au vinaigre quand Sissi s'en était encore mêlé
Elle avait convaincu son père que le vrai William était sûrement le sujet d' expérience scientifique louche pratiqué par Jeremie et sa bande.

Alors que le petit groupe d'adulte se rendaient a la chambre de Jeremie pour obtenir des explications une substitution fut effectuer à ce moment-là le seul en être témoin fut Jim mais par chance personne d'autre ne s'en rendit compte.

Le vrai William se tenait alors devant ces parents il leur expliqua que depuis un certain temps il était un peu déboussolé mais que ça allait bien mieux maintenant, les parents furent très rassurés de voir que leur fils était redevenu sain d'esprit.

Lui-même n'était pas fâché que cette situation se termine enfin, il passa le reste de l'après-midi avec ces parents pour les rassurer de son état de santé, convaincue que leur fils allait bien il partirent en lui souhaitant de passer une fin d' année en meilleur forme,ce que William leur promis.

Le soir venu il réintégra sa chambre, par chance la réplique n'avait pas mis beaucoup de bazar dans celle-ci par contre quand il vit ces résultat scolaire William se dit qu'il aurait beaucoup de travail a fournir pour remonter tous ça.

Mais l'heure n'était pas a se lamenter sur sa moyenne général mais sur l'avenir , William s'allongea sur son lit les bras croisé derrière la tête a fixer le plafond, il se mit a réfléchir sur les derniers événements ,William essaya de faire un point sur la situation histoire de voir si des choses lui revenaient à l'esprit,mais a part quelques flash il ne se souvenait pas de grand chose de son expérience post-lyoko sous la domination de Xana.
Il n'avait pas vraiment les idées claire car il éprouvait au fond de lui une colère insondable.

Xana dit il en grinçant des dents

Il se dit que ce maudit programme lui avait voler une partie de son existence et qu'il l'avait utiliser pour faire des choses horrible.
Bien sur William n'en avait aucune preuve mais il s'en doutait bien, mais une partie de sa colère était aussi dirigé contre lui meme.
Il ne pouvait pas s'empêcher de s'en vouloir un petit peu, quelque part à cause de son imprudence il était devenu l'esclave de Xana et en retour il avait combattu ces propres amis essayer de tuer le père de Aelita et dieux sait qu'elle autre méfait avait-il commis contre son pleins grès, mais cela n'était rien en comparaison de ce que Xana lui avait fait perdre

A cause de Xana il avait perdu la confiance de ceux qui croyait en lui et il savait qu'elle serait très dure a regagner
Il était clair que William aurait beaucoup de choses à se faire pardonner Après tout il avait sa part de responsabilité dans l'histoire mais il ne voulait pas qu'on fasse de lui une victime ni même qu'il soit un bouc émissaire.
Même si il était responsables de certains événements,tous n'était pas entièrement de sa faute et dès que l'occasion s'en présenterai il ferait tout pour aider ses amis
Après tout il leur devait bien sa.

Et l'avenir en donnera l'occasion à William mais pour le moment le plus important pour Jeremie et sa bande était de vaincre Xana une bonne fois pour toutes
Mais la partie était loin d'être gagnée de Xana n'avait pas encore jouer toutes ces cartes et avec le colosse en sa possession, sa destruction n'était pas encore pour demain la veille.

Selon Jeremie l'armée de droides stationner en Sibérie n'était peut-être que l'avant-garde d'une autre armée plus importante donc le but serait de détruire l'humanité, stopper Xana était donc devenu une priorité, le programme multi agent de Jeremie était apparue comme la solution la plus efficace.
Mais sa mise au point nécessiterait encore quelques jours et d'ici la Xana aurait encore le temps de se renforcer encore plus,maintenant tous n'était qu'une question de temps.

a suivre

(1) les réponses seront dans les chapitres 17 et 18



chapitre 13 Ma petite protégée

14 septembre 2005

En cette fin d'été les nuits commençaient à se rallonger et les journées a se raccourcir,Il était déjà assez tard quand le docteur Robinson rentra chez lui après avoir passé une journée complète à l'hospital afin de s'assuré que Maeva allait bien ,suite a l'accident du musée il avait décide de la laisser en observation.

Maeva avait vivement protester mais le docteur c'était montrer assez ferme avec elle, ils eurent alors un échange verbal des moins cordial qui soit.
Maeva était en colère contre le docteur elle considérait ceci comme une trahison mais le docteur lui meme lui dit de ne pas se montrer aussi ingrate après tous se qu'il avait fait pour elle
Aussi intelligente quelle soit Maeva était avant tous une adolescente, et elle se comportait comme telle en refusant l' autorité parental.
Mais Maeva n'avait pas de parent contre qui se retourné et ce fut le docteur qui devait faire les frais de ces sautes d' humeurs juvénile,pour la peine le docteur lui avait dit quelle resterait trois jour et non une nuit
Cette punition il l'avait infliger a Maeva histoire de la faire un peu réfléchir, cela pouvait paraître assez sévère mais le docteur devait lui aussi fixer des limites.

Ce fut bien la première fois qu'une telle dispute éclatait entre ces deux la, jusqu'à présent tous n'avait été que bonne entende , compliment mutuelle et joyeuse accolade mais s'en était trop Maeva par son comportement de petite fille gâtée avait excédé le docteur qui par son professionnalisme et son expérience n'avait pas voulu céder aux caprices de Maeva.

Le devoir du docteur était de soigner ces patients et l'état de santé de Maeva primait sur tous et aussi capricieuse quelle pouvait l'être Maeva n'eut pas le dernier mot cette fois ci,de plus de nouveau examen avait révéler que l activité cérébrale de Maeva c'était encore amplifier.

Possible tumeur ou signe de guérison ?

Personne ne le savait et comme le docteur ne voulait pas prendre de risque Maeva se devait de rester a l'hospital en vue d'un examen plus intensif mais la jeune fille ne l'entendait pas de cette oreille
La dispute tourna vite cours quand le docteur dit Maeva qu'il allait rentré a la maison et ce fut bien la première foi en plusieurs mois que Maeva ne souhaita pas une bonne nuit au docteur en signe de protestation cela n' échappa pas au docteur qui en fit de meme, a bien y regarder le comportement de tous deux était des plus puéril qui soit.

Mais il fallait aussi comprendre Maeva , pour la jeune fille sa chambre était une prison au barreau doré, elle avait très mal pris le faite d'y retourner
sa dispute avec le docteur avait commencer par la, elle avait dit au docteur que celui ci n'était qu'un sale cabotins qui voulais la laisser dans cet enfer stérile.
Il lui avait répondu a son tour quelle n'était qu'une petite égoïste doublé d'une ingrate et que si il suait sang et eau c'était pour elle, il lui fit remarquer qu'elle pourrait au moins faire preuve d'un peu de reconnaissance.
Maeva c'était donc retrouver toute seule dans la pénombre de sa chambre éclairé par une demi lune mourante,avec le recul Maeva avait finis par s'en vouloir d'avoir proférer de telle insulte a l'encontre du docteur.
Elle savait bien que le docteur oeuvrait pour son bien et que sont attitude envers lui avait été démuséré,elle réalisa soudain qu'elle c'était conduite comme une petite peste.
Assise sur son lit en conflit avec sa conscience elle se mit sur le rebord et se mit a prier dieux de lui pardonner ces fautes et son attitude envers le docteur.

Pendant ce temps la a plusieurs kilomètres de l'hospital, le docteur avait finit par regagner son domicile situer dans la banlieue chic de Madison,ne prenant pas la peine de rentrer par le garage il laissa sa voiture dans sa cour , marchant le long de son allée fleurie il fut éclairé par sa lampe automatique des que celle ci détecta à sa présence arrivant devant le pas de sa porte il prit son trousseau de clés, dévérouila la serrure pour finalement entrer dans sa maison... dans sa grande maison.

Il faisait très sombre dans le hall d'entrée il ballada sa mains contre le mur pour chercher l'interrupteur, aussitôt qu'il l'eut trouver la lumière chassa les ténèbres en illuminant la pièce

Mais pour lui la pièce lui sembla toujours aussi sombre,il posa sa mallette sur la première chaise qu'il trouva et ne prit même pas la peine de ranger son manteau dans son armoire.
Il déserra légèrement le noeud de sa cravate et déboutonna les deux premiers bouton de sa chemise histoire de respirer un tout petit peu,il en avait plutot besoin après sa rude journée

En passant à côté du meuble du téléphone il consulta son répondeur, en sont absence il avait reçu pas moins de cinq messages malgres sa fatigue il prit quand meme la peine de les consulter, il brancha le haut-parleur puis pressa la touche lecture tout en écoutant il se rendit vers la cuisine alors que les messages étaient entrain de défiler.



"Bonjour nous avez la chance d'avoir été choisi pour participer a notre grande loterie du....."

Un message publicitaire voila qui n'avait aucun intérêt,le docteur pris un verre dans le placard alors que le deuxième message fit son arriver



"Ne manquez pas la grande promotions de votre Méga-Marché le 28 septembre prochain a 18 h..."

Décidément les publicitaires n'ont rein d'autre a faire de leur vie que d'harceler les gens au téléphone !! le docteur se servit un peu de glace dans son frigo Américain alors que débutait le troisième message



Docteur Robinson ici Karin Taylor je vous appelle pour vous rappeler que demain vous devez venir a notre groupe de ......

ah oui il avait ce rendez de prévu depuis des semaines , cela était complètement sortis de la tête du docteur qui maintenant versait le fond d'une bouteille dans son verre alors qu'aux autres messages se succéda le quatrième.



Docteur Robinson ici le docteur Sorbier cela faisait longtemps que j'essaie de vous avoir mais a chaque fois vous étiez en déplacement donc .......

Le docteur sorbier cela faisait longtemps que le docteur Robinson ne l'avait pas revu , 3 ans en faite depuis une conférence international sur les troubles nerveux infantile, entendre sa voix fit très plaisir au docteur.
Les deux hommes avait sympathisé durant son séjour en France, il avait notamment appris que le docteur Sorbier tenait une clinique a Paris
Jl faut dire qu'il avait beaucoup de chose en commun avec cet homme, tous deux avait la meme approche de ce que devait être la thérapie chez les jeunes enfants
Celui ci lui demandait de ces nouvelles, le docteur Robinson se dit qu'il devrait lui répondre un de ces jours prochain pour lui exposé le cas de sa petite protégée.

Alors que le docteur c'était poser sur son canapé, il avala son verre d'un trait quand le dernier message fut lancer



Joseph ici Sarah je t'appelle pour savoir si tous va bien, je n'ai pas eut de tes nouvelles récemment, tu ne m'as pas rappelée pour prendre des nouvelles de notre enfant...
tu est peu être déborder par ton travail mais je t'en pris appelle moi cela me rassurera.

j'attend ton appel

Sarah

< Fin >

Le répondeur se rembobina a la fin du message, ce dernier avait attiré l'attention du docteur,avec tous les soucis qu'il avait accumulé récemment le Docteur avait fini par négliger certains de ces devoirs en particulier celui qu'il avait envers son ex-femme et sa fille.
Il regarda l'horloge du salon, celle-ci affichait 23h 23 avec le décalage horaire qu'il y avait entre l'état du Wisconsin et celui de la Californie il avait encore le temps d'appeler son ex-femme pour prendre de nouvelles de sa petite-fille

Mais ce soir il ne se sentait pas le courage et n'en avait plus la force, ces deux derniers jours l'avaient moralement et nerveusement épuisé et si il appelait son ex femme se serait sûrement pour entendre des reproches.

il se dirigea vers son mini bar et commença à se servir un autre verre de glace il ouvrit une bouteille de whisky complète et alla se mettre sur son canapé posant le verre sur l'accoudoir il commença à réfléchir à la situation actuelle, il réalisa que ces derniers temps il avait été tellement accaparé par Maeva qu'il en avait oublié sa propre fille

Sa petite Camille

même si à l'heure actuelle cette dernière n'était pas en mesure de rendre ses intentions a son père et que celui ci de son coté s'occupait de Maeva à L'hôspital,a cause te tous ça il était devenu moins présent pour sa famille
avant toutes les deux semaines il organisait au moins un voyage de l'autre côté du pays pour se rendre au chevet de sa fille ,avec le recul il se rendit compte qu'il ne la voyait plus aussi souvent qu'avant

Pris dans sa réflexion il se demanda finalement si ses collègues n'avaient pas raison et que l' attachement qu'il portait à Maeva ne lui servait finalement qu'à combler son manque affectif.

- Peut-être que Maeva l'accaparait trop
- Peut être que finalement les avertissements de Dr Holstein n'étaient pas si négatifs que ça. - Peut-être qu'il risquait beaucoup à vouloir s'occuper de cette jeune amnésique.
- Peut-être devait il arrêter la les frais
- Peut-être ....

Mais qu'en était il au fond ?

Devait-il abandonner pour autant ?

De par sa nature généreuse le docteur ne pouvait pas se résoudre à laisser Maeva a sont triste sort, il ne pouvait pas non plus sous l'effet d'un coup de "blues" renoncer à tout ce qu'il avait entrepris avec elle,il savait qu'elle était dans la détresse et qu'il se devait de l'aider c'est la le devoir de tous bon médecin, pourtant quelque part il se sentait un peu fatigué.
Combien de temps pourrait-il encore assumer ce rythme sans se tromper ,sans commettre une erreur qui pourrait être dangereuse.

Ce n'est pas dans le fond d'un verre qu'il trouvera la solution pensat-il mais là il ne pouvait rien faire d'autre, terrassé par la fatigue il finit par s'endormir sur le canapé pour se réveiller que le lendemain matin
Dans ces rêves il revit la scène qui c'était dérouler peu avant la crise de Maeva a l'hospital

_________________________Le rêve du docteur Robinson_________________________

Maeva venait de découvrir sa future chambre en compagnie du docteur et de Samuel l'infirmier alors qu'il s apprêtait a faire visiter le reste du bâtiment a Maeva un autre infirmier vint transmettre un message au docteur Robinson,
Le directeur de l'établissement voulait le voir de toute urgence, laissant Maeva il se rendit alors au bureau de son supérieur pour voir ce que celui ci avait de si important a lui dire
Arriver dans la porte en chêne massif du directeur il frappa en trois coup bref et attendit que le docteur Holstein le prie d'entrer

Entrer fit une voix rauque derrière la porte
Assis derrière son bureau le docteur Holstein vit entrer le docteur Robinson, celui ci resta debout a attendre.
- Je vous en pris docteur prenez un siège on n'est pas a l armée ici fit le docteur Holstein

Le docteur ne se fit pas prier et s'assit sur la chaise qui faisait face au bureau,derrière lequel se trouvait son supérieur.

Dr Holstein : bon je vois que vous nous êtes revenu en pleine forme de votre petit séjour a Brayton Wood
Dr Robinson : comme vous pouvez voir
Dr Holstein : tous c'est bien passer la bas
Dr Robinson : cela n'as pas été sans mal c'était un peu l'enfer la bas
Dr Holstein : moi qui est fais les champs de guerre je me doute bien de ce que cela pouvais être.

Le docteur Holstein était un ancien médecin de guerre il avait l'habitude de ce que pouvait être un hôpital bondée lors d'une urgence,de ce coté la sa réputation n'etait pas a faire
"le chirurgien de guerre" voila comment il avait été surnommée par certain de ces anciens collègues.
cet homme savait parfaitement maîtrise ces nerf mais il lui arrivait aussi d'être explosif dans son caractère se qui le rendait difficile a cerner, d'ailleurs c'est cette attitude qui avait saisit le docteur Robinson qui se demandais quelle mouche avait piquer le docteur Holstein le jour ou il l'avait décider de l'envoyer a Brayton Wood en pleine crise.

Dr Holstein : vous en êtes revenu vivant c'est pas si mal
Dr Robinson : d'ailleurs je me demande pourquoi vous m'y avez envoyer la-bas.
Dr Holstein : tous le reste du personnel étant mobiliser ici vous étiez le seul disponible.

Cette excuse le docteur Robinson n'y cru pas une seule seconde, il se doutait bien que son supérieur avait fait exprès de le designer comme volontaire afin de l'éloigner quelques temps de l'hospital, mais le docteur avait surmonté ce "bizutage" et en était revenu plus fort.

Et comme vous pouvez vous en douter je suis près a reprendre du service répondit le docteur Robinson sans se laisser démonter
Dr Holstein : je le vois
Dr Robinson : donc vous voyez tous va bien
Dr Holstein : je vois aussi que vous nous avez rapporté un petit souvenir de votre séjour

Un souvenir voila un drôle de façons de qualifier Maeva le docteur Robinson vit bien que son supérieur n'utilisait pas l'ironie dans son discours, il semblait plutôt convaincu de ce qu'il disait.

Dr Holstein : j'ai en main son dossier complet.
Dr Robinson : heureux de voir qu'il vous et déjà parvenu
Dr Holstein : je vois que vous avez placer cette enfant sous votre garde personnel
Dr Robinson : c'est en effet le cas
Dr Holstein : Etait-ce obliger que vous fassiez ceci
Dr Robinson : pourquoi me dit vous ça ?
Dr Holstein : vous ne pouviez pas la laisser aux services sociaux, c'est leur boulot après tous
Dr Robinson : sauf votre respect monsieur les services sociaux sont des incapables et vu le cas particulier de ma patiente il n'aurait rein arranger du tous
Oui mais cette hôpital n'est pas un foyer d'accueil, cela nous coûte beaucoup d'argent d' accueillir de nouveau patient fit alors le Dr Holstein qui haussa le ton.
Nous noterez que les frais sont a ma charge repondit calmement le docteur robinson
Dr Holstein : j'ai bien vu et cela m'interpelle
Dr Robinson : sur quoi
Dr Holstein : c'est a se demandez ce qui vous est passé par la tête,vous connaissez pourtant les règles en vigueur dans cet établissement
Dr Robinson : oui bien sur
Dr Holstein : dois je vous rappele qu'aucune implication émotionnel n'est permis dans ce travail ,vous devez faire preuve de détachement vis a vis de vos patient
Dr Robinson : je le sait bien
Dr Holstein : et bien on ne dirais pas, nous avons des règles et vous les avez transgresser

En amenant spontanément Maeva a l'hospital et en la prenant a sa charge le docteur avait lui meme mis de coté un pan important du règlement et de l'ordre des médecin qui interdis se genre d'attachement,et ça le docteur Holstein n'allait pas se priver de lui faire remarquer

Dr Holstein : franchement docteur si tous le monde se mais a faire comme vous se sera vite l'anarchie dans se service
Dr Robinson : je suis conscient d'avoir légèrement outrepassé mon devoir
Dr Holstein : légèrement !! le mot est faible
Dr Robinson : un peu beaucoup meme si vous voulez
Dr Holstein : a l'avenir éviter ce genre d initiative
Dr Robinson : je ferais attention
Dr Robinson : très bien il est donc inutile de vous le rappeler par écrit
Dr Robinson : sa ne sera pas nécessaire

Le docteur Holstein était un homme assez froid par nature il tenait se centre médicale avec une poigne fer et n'autorisait pas les écart au règlement, et ce que son subalterne venait de faire l'avait irrité au plus au point,mais le docteur Robinson était un homme au talent réputé lui aussi il avait une approche de la thérapie était assez différente de celle de ces collèges, ce qui était aussi un sujet de discorde entre les deux hommes , mais pour l'heure le sujet était tous autres.

Dr Holstein : comme convenu vous aller débuter une thérapie avec elle j'espère que vous n'aurez pas de problème
Dr Robinson : je ne devrais pas trop en avoir
Dr Holstein : n'en n'oubliez pas pour autant vos autres obligations Dr Robinson
Dr Robinson : rassurez-vous je sais ce que j'ai a faire
Dr Holstein : maintenant la vie de cet enfant est entre vos mains vous vous en êtes porter garant
Dr Robinson : et j'assumerai ma responsabilité
Dr Holstein : je l'espère pour vous docteur Robinson

Tous était dis le docteur savait a quoi s'en tenir maintenant, il donnerais pas a son supérieur l'occasion de pouvoir lui nuire,il se jura a se moment la qu'il ferait tous pour guérir Maeva

Dr Holstein : et si nous allions la voir votre patiente.
Dr Robinson : allons y.

les deux hommes arrivèrent devant la chambre 24A, le docteur Holstein regarda aux travers du carreau de surveillance et mis que sur le lit la patiente c'était allonger
Dr Holstein : alors c'est elle
Dr Robinson : oui c'est Maeva
Dr Holstein : allons lui souhaiter la bienvenue
Dr Robinson : comme vous voulez mais faite attention elle est très craintive devant les étranger
Dr Holstein : je serais la persuader du contraire
Espérons le dis le docteur Robinson tous bas

Le docteur Robinson entra en premier dans la pièce pour avertir Maeva de la venu d'un autre homme, mais celle-ci gisait inerte sur le lit

Debout Maeva tu as de la visite lui fit le docteur

Mais la petite fille ne réagit pas le docteur voulu la secouer mais aucune réaction, il compris tous de suite que quelque chose n'allait pas, il ne l'avait pas vu respirer il porta son oreille sur le corp de Maeva

Dr Holstein : que se passe t-il
Dr Robinson : je ne sens plus a sa respiration.
Dr Holstein : quoi !!!
Dr Robinson : elle a fait un arrêt respiratoire
Dr Holstein : elle est....
Dr Robinson : non son coeur bat encore il faut la réanimer au plus vite.

Le docteur Holstein fit appeler les autres infirmiers ceux ci amenèrent un kit de réanimation le docteur Robinson se lança alors dans un d'exercice de respiration artificiel en faisant un bouche bouche a Maeva quand les machines arrivèrent Maeva fut placer sous assistance respiratoire le docteur fit tous se qu'il put pour la réanimer

Respire bon sang... respire n'abandonne pas Maeva je t'en prie fit le docteur.

l'espoir revint soudain chez le docteur Robinson quand Maeva réouvrit les yeux...















chapitre 13 nouvelle piste

Hôpital militaire de Westfield -Angleterre - 27 septembre 2004 - 8 h 57

"Non mais vous n'êtes pas sérieux mon colonel

C.Perec : pourquoi je ne suis pas surpris que vous ne croyez pas.
M.Cartwright : disons parce que cette histoire me parait un peu tirer par les cheveux
C.Perec : et pourtant que vous le vouliez ou non c'est la vérité

En ce beau matin de septembre le colonel était venu faire son rapport au major Cartwright sur les dernier événements de l'affaire , il informa le major qu'il avait de nouveau reçu un appel du mystérieux W et qu'en retour celui ci lui avait donner une piste a suivre, comme a son habitude et avec le scepticisme donc elle faisait preuve le major avait beaucoup de mal a croire ce que le colonel venait de lui dire mais elle voulu bien lui laisser le bénéfice du doute.

Donc si je vous comprends bien le colonel le mystérieux W veux nous aider fit le major
Il semblerait que ce soit le cas Major répondit le colonel
M.Cartwright : quelle fiabilité peut ont donner a cette source
C.Perec : aucune.
M.Cartwright : qui vous dit alors que ce n'est pas un piège.
C.Perec : j'ai déjà envisager cette possibilité.
M.Cartwright : ce mystérieux W pourrait bien vouloir nous égarer au profit de l'organisation Xana
C.Perec : c'est probable.

Le major essaya de garder la tête sur les épaules car apparemment des fuites au niveau des services secret avait eut lieu, si quelqu'un d'extérieur les avait repéré la mission devenais dangereuse pour eux.
A supposer que W était un allié ce dernier semblais bien renseigner sur le déroulement de leur enquête,des-lors qu'en était il de l'organisation Xana ?savait-il que des agents secret étaient sur leur trace
Pour le colonel W était une personne qui cherchais a les aider meme si son identité était un mystère pour le moment.

M.Cartwright : avez-vous une idée de l'identité de notre mystérieux indicateur informateur
C.Perec : pas la moindre pour le moment
M.Cartwright : savez au moins d'où provient l'appel
C.Perec : le lieutenant Fraggle travaille pour essayer de le localiser mais c'est pas gagné apparemment W prend toutes les précautions pour ne pas être repéré.
M.Cartwright : je vois cela aurait été trop simple
Comme vous dites major approuva alors le colonel.
M.Cartwright : sinon pensez-vous que les informations qu'il a donné soient fiables
C.Perec : difficile à dire mais c'est peut-être une piste
M.Cartwright : maigre piste
C.Perec : mais c'est la seule piste que nous avons pour le moment.
M.Cartwright : il n'empeche que sa peut être une fausse piste pour nous égarer
C.Perec : sa se pourrait sauf que pour l'heure tous les éléments concorde entre eux
M.Cartwright : quels éléments ?
C.Perec : je vais vous montrer.

Le colonel sortit alors tous les dossiers que le lieutenant Fraggle lui avait préparé sur global computer ainsi que les dossier des deux dernières attaques de Xana, il commença par présenter au major le dossier sur Quantum Conductivity.

M.Cartwright : le dossier de Quantum Conductivity !!
C.Perec : oui major Quantum Conductivity.
M.Cartwright : quel rapport cela a t'il avec la piste de global-computer
C.Perec : vous vous rappelez quand on est allé faire notre enquête sur les lieux de l'attaque nous avions enregistré la conversation de Mr Stenton
M.Cartwright : en effet c'est moi même qui est fait l' enregistrement
C.Perec : et bien je l'ai réécouter hier soir suite a l'appeler de W et la j'y est trouver un début de piste.
M.Cartwright : lequel ?
C.Perec : Major vous vous souvenez de ce que nous avait dit M. Stenton
M.Cartwright : a quel sujet ?
C.Perec : il nous a dit que la société global -Computer lui avait proposé de lui vendre ainsi un système de cartes à puce qui devait permettre de multiplier par 4 la puissance d'un super-calculateur
M.Cartwright : je m'en rappelle maintenant
C.Perec : et bien figurer vous que l'université a fait l'acquisition de la meme technologie
M.Cartwright : vous trouvez et que c'est une piste, je ne vois la rein d'autre qu'en coïncidence C.Perec : je le pensait aussi vu qu'après tous les deux super calculateur était fournit par la meme société.
M.Cartwright : Cyclotron
C.Perec : Cyclotron pouvait aussi constituer une piste sérieuse, pourtant un détail me chagrinait dans tous ça
M.Cartwright : quel détail?
C.Perec : vous voyez je cherchais un point commun a toutes ces attaques,et finalement j'ai finis par le trouver
M.Cartwright : et quel est-il ce point commun ?
C.Perec : je me demandais pourquoi l'attaque de l'université avait réussi et pas celle de Quantum Conductivity.
M.Cartwright : et vous avez découvert pourquoi
C.Perec : simplement que le super -calculateur de l'université était équipé d'une carte électronique supplémentaire par rapport a celui de Quantum Conductivity
M.Cartwright : quoi c'est ça votre détail un composant supplémentaire ?
C.Perec : oui major un seul composant différenciait ces deux machines pourtant du meme modèle.
M.Cartwright : et vous pensez que cela suffirait a créer une telle différence
C.Perec : sa explique simplement pourquoi l'un a explosé et pas l'autre alors que les deux ordinateur était du meme modèle
M.Cartwright : et la raison serait ....
C.Perec : que se composant rends les super calculateur insensible au décharge de notre ennemis
M.Cartwright : vous êtes entrain de me dire que ce composant serai capable d'encaisser les décharges d'énergie
C.Perec : oui car se composant est issue dune tecnhologie révolutionnaire
M.Cartwright : mais quelle technologie ?
C.Perec : une technologie appelé carte a micro puce Quadrihoppes
M.Cartwright : Quadrihoppes ?
C.Perec : vous savez ce que c'est ?
M.Cartwright : je n'en est pas la moindre idée c'est la première fois que j'entends parler de cette technologie.
C.Perec : et vous n êtes pas la seule personne ne sait de quoi il s'agit.
M.Cartwright : comment ça ?! c'est pas possible il doit bien exister un détail concernant cette technologie
C.Perec : c'est ce qui est étrange il n'y a rien
M.Cartwright : ce n'est pas logique il doit bien y avoir des brevets déposée qui en donne un descriptif.
C.Perec : et bien non justement nous n'avons rein trouver qui concerne cette tecnhologie

Dans le dossier que lui avait fournit le lieutenant Fraggle des noms et des lieux était indiquer mais aucun détail technique n'avait pus être trouver concernant la nature des produits vendu par global computer,cela avait suffit a attirer l'attention du colonel mais les fait troublants ne s'arrêtais pas la.

C.Perec : il n'a aucun brevet d'exploitation pour cette tecnhologie.
M.Cartwright : dans ce cas la comment peut ton la vendre sans autorisation légal.
C.Perec : grâce a une astuce commercial major
M.Cartwright : une astuce commercial ?
C.Perec : oui major car c'est une carte dans son ensemble qui et vendu et non pas la puce toute seule.
M.Cartwright : astucieux ainsi ils contournent les barrières légal sur l'approbation des nouvelles tecnhologie et leur commercialisation.
C.Perec : avouer que c'est plutôt malin comme procédé.

Le colonel avait découvert que la société Global-Computer c'était spécialisé dans la vente de carte informatique mais curieusement son catalogue ne comportait qu'un seul produit celui des cartes a Quadrihoppes cela avait aussi attiré son attention

M.Cartwright : donc cette société vendrait de la technologie non certifier le plus légalement du monde
C.Perec : bizarre n'est-ce pas
M.Cartwright : en effet c'est pas claire cette histoire, mais qu'elle pourrait bien être le lien entre notre affaire et ces fameuse cartes
C.Perec : j'y arrive.....

Le colonel remis au major le dossier que lui avait préparé le lieutenant Fraggle sur global-computer, elle commença a en faire la lecture,mais a part l'absence de détail technique sur les cartes elle ne vit rein d'anormal , du coup elle ne comprenais pas ou le colonel voulait en venir

Le contenu est il intéressant demanda le colonel
M.Cartwright : plutôt j'ai de nombreux détail sur cette société notamment que celle-ci est implanté au état unis a San José.
C.Perec : et rein ne vous choque dans ce que vous venez de lire.
M.Cartwright : j'ai beau regarde tous a l'air en règle je ne vois rein d'anormal
C.Perec : approfondissons un peu et vous allez voir

le colonel avait aussi en mains une copie du dossier il aborda point par point avec le major les diffèrent éléments présent dans le dossier, il voulait démontrer quelques chose au major mais il fallait que se soit elle qui constate les anomalies c'est ce que le colonel allait s'employer a lui faire découvrir a laide d'un petit jeu très subtil

C.Perec : pour commencer cette société à été créé il y a deux ans et c'est tous de suite spécialiser dans la vente de carte informatique.
M.Cartwright : c'est ce qui est marqué
C.Perec : par la suite cette société a rapidement faisait fructifier son capital en deux ans
M.Cartwright : la rein non plus anormal
Faux major déjà la sa cloche dit alors le colonel
A quel niveau demanda le major
C.Perec : et bien figurez vous qu'en moins tant qu'ils le faut pour le dire ils ont réussi à développer leur capital de façon considérable et l'année dernière cette société a meme fait son entrée en bourse.
M.Cartwright : il n'y a rein d'anormal la dedans, les entreprises qui réussisse sont légions
C.Perec : c'est vrai mais quand on y regarde de plus près vous savez ce qu'on trouve.
Je ne sais pas mais je sens que vous allez me le dire fit le Major
C.Perec : rien ......
M.Cartwright : comment ça rien ?!
C.Perec : rein , nul , zéro , que dalle , le désert total, le puits sans fond...
M.Cartwright : la je ne vous suis plus.

Le major était perdu par l'attitude que venait d adopter le colonel a quel jeu celui ci jouait il le major voulait bien le savoir

M.Cartwright : que voulez vous dire par rien ?!!
C.Perec : quand je dis rein c'est parce que cette société ne produit rien.
M.Cartwright : comment ça elle ne produit rien ?!
C.Perec : je veux dire par la qu'elle ne produit aucun composant,elle se contente juste d'en vendre
M.Cartwright : c'est ridicule comme affirmation pour vendre il faut bien produire.
C.Perec : je suis d'accord avec vous major mais c'est pas le cas de cette société
M.Cartwright : pourtant elle doit bien les fabriquer ces composant pour les vendre puisque il y a la une adresse pour leur entreprise.
C.Perec : certes major Global-Computer existe en temps que bureau ça c'est sur, puisque leur siège social se trouve au état-unis.
M.Cartwright : c'est parfaitement normal alors puisque la région ou il sont implanter et connu dans le monde entier pour leur production dans le domaine informatique.

A cette instant le colonel fit un large sourire au major, celui ci semblait ravis de la réponse du major ,ce qui intrigua encore plus l'officier scientifique.

M.Cartwright : pourquoi souriez vous mon colonel ?
C.Perec : parce que votre réponse m'amuse beaucoup major
Et puis-je savoir ce que ma réponse a de si amusante fit le major qui semblais être un peu véxé par le comportement puéril que le colonel avait soudainement adopter
C.Perec : juste parce que vous vous êtes fait avoir comme les autres.

Que diable le colonel voulait il dire ? en quoi le major pouvait elle setre tromper et pourquoi celui ci s'amusait il de cette situation pour le moins rocambolesque

Et ou me suis-je tromper dans ce que j'ai dis demanda le major.
C.Perec : vous avez juste fais remarquer qu'il ne pouvait rein y avoir d'anormal dans la provenance des pièces, puisque elle celle-ci sont produite dans un endroit mondialement réputé
M.Cartwright : c'est que j'ai dis et personne ne pourra vous dire le contraire car c'est endroit connu
C.Perec : vous avez raison major sa confirme se que je pensais .... c'est le camouflage parfait
Sa n'as aucun sens ce que vous dite fit le major qui se demandait si le colonel n'était pas devenu fou
C.Perec : vous allez vite comprendre , major vous pouvez me dire ou se trouve leur laboratoire de recherche ?
M.Cartwright : vous moquez vous de moi ?
C.Perec : pas du tous et je répète ma question, ou se trouve leur laboratoire ?
M.Cartwright : oh c'est facile laissez moi juste consultez le dossier.
Je vous en pris fit le colonel en souriant

Le major feuilleta tour a tour les pages du dossier pour trouver l'adresse de leur laboratoire de recherche mais elle ne parvint pas a mettre le doigt dessus,de son coté le colonel commença a lui mettre la pression.

C.Perec : alors major j'attend
M.Cartwright : une minute s'il vous plaît je cherche.
Ne cherchez pas major il n'existe pas.fit alors le colonel
M.Cartwright : qu'est ce que vous me dites la !!
C.Perec : vous ne trouvez pas d'adresse pour le laboratoire car il n'y pas de laboratoire
M.Cartwright : mais c'est impossible.
C.Perec : et pourtant c'est le cas.

En détaillant le dossier le major vit qu'il n'était fait mention nul part que la société disposait de laboratoire de recherche ni au États-Unis ni ailleurs dans le monde, la seule photo jointe dans le dossier montrait le bâtiment de la société mais celui n'avait pas l'air d'un laboratoire, et cela fut aussi l'un des nombreux détail louche que le colonel avait remarquer

C.Perec : major vous ne trouvez pas ça étrange vous,nous avons a faire a une société qui vends du matériel informatique de pointe a prix d'or mais qui n'as pas de laboratoire de production
M.Cartwright : c'est assez troublant en effet
C.Perec : et sa ne s'arrête pas la
M.Cartwright : qu'avez vous découvert d'autres
C.Perec : que cette société et administré par un certain Romuald H Landsey
M.Cartwright : Romuald H Landsey
C.Perec : voila sa photo

Le colonel présenta au major la photo d'un homme d'environs 40 ans les cheveux noir et les yeux bleu il avait une carrure assez athlétique pour un homme de son âge.

M.Cartwright : c'est lui Romuald H Landsey
C.Perec : affirmatif major
M.Cartwright : et quel est le problème avec se monsieur
C.Perec : voyez vous cet homme est originaire du Brésil et aurait été naturalisé américain la meme année ou il a fondé la société global computer.
M.Cartwright : et ou est le détail qui cloche cette fois.
C.Perec : simplement qu'a part ce que je viens de vous dire on n'as aucune autre information sur son passé.
M.Cartwright : quoi vous n'en savez pas plus cette personne ?
C.Perec : rein de plus, ce type semble débarquer de nul part
M.Cartwright : vous avez pas trouver la moindre trace
C.Perec : rien major , ni acte de naissance ni état civil au Brésil, nous avons affaire a Mr personne venant de nul part.

En fouillant plus attentivement dans les archives le lieutenant n'as pas puis fournir plus d'infos sur les origines de Romuald H Landsey, alors que celui avait bénéficier de nombreux appuis pour lui permettre d'obtenir la nationalité américaine, cela fut sans compter la facilité avec laquelle il avait pus fonder sa société

C.Perec : ... et plus étrange encore c'est que c'est ce monsieur personne a fondé une société aussi facilement que moi je pourrais ouvrir un stand de limonade dans la rue.
M.Cartwright : comment a t'il fait ?
C.Perec : des le début ce monsieur a obtenu des capitaux faramineux de la part des banques
M.Cartwright : vous voulez dire qu'on lu aurait accorder des crédit sans justification
C.Perec : oui car les versement provenait de banques étrangère
M.Cartwright : de quelle pays?
C.Perec : la suisse notamment et le Liechtenstein
M.Cartwright : des versements anonymes !!
C.Perec : en effet aucune trace des sommes investis si ce n'est les factures des divers entreprise du bâtiment qu'ils on contacter pour s'établir a San José.

le colonel venait de mettre le doigt sur un véritable mystère cela faisait beaucoup d'inconnu pour une seule société jeune de deux ans

C.Perec : sa fait beaucoup de coïncidence je trouve , nous avons la un homme qui sort de nul part et qui fonde une société qui développe sans laboratoire des composant électronique de haute technologie... faut il que s'ajoute autre chose
M.Cartwright : sa ne sera pas nécessaire mon colonel j'ai bien compris se que vous voulez dire, nous avons a faire a une société fantôme
C.Perec : et oui major une société fantôme.
M.Cartwright : donc cette société ne serait qu'une façade
C.Perec :vous comprenez mieux mon allusion au camouflage maintenant
M.Cartwright : c'est une ruse, du faite que cette société soit établis dans cette régions tous le monde pense forcement que leur laboratoire s'y trouve.
C.Perec : il joue sur la notoriété de l'endroit pour masquer leur activité.
M.Cartwright : et les gens tous comme moi se font avoir par ça
C.Perec : et comme cette société ne fait que vendre par des intermédiaires personne ne se rend jamais sur place pour vérifier.
M.Cartwright : c'est l'escroquerie parfaite.
C.Perec : sauf que si on commencer a gratter ou voit qu'il n'y a pas grand chose derrière
M.Cartwright : vous pensez donc qu'un organisme tire en secret les ficelles derrière tous ça.
C.Perec : et combien seriez vous près a parier que c'est l'organisation Xana
M.Cartwright : sa se pourrait

Les coïncidences et les fait troublant était trop important pour les ignorer , de plus si le mystérieux w les avait mis sur cette piste c'est qu'il devait y avoir une raison.

C.Perec : voila pourquoi W nous a mis sur cette piste, on peux supposer qu'il vendent leur composant pour faciliter l'implantation de leur programme a travers le monde est en plus on les paye pour le faire, c'est très rentable comme système.
M.Cartwright : payer pour ce faire détruire c'est assez paradoxale.
C.Perec : tordu serait plus exact avec mes termes.
M.Cartwright : que faisons nous maintenant mon colonel
C.Perec : pour l'heure remettez vous de vos blessures.
M.Cartwright : et après
C.Perec : après votre sortie nous irons rendre une petite visite a se Mr Romuald H Landsey
M.Cartwright : vous voulez aller enquêter sur place
C.Perec : en effet Major
Beau voyage en perspective fit le major
C.Perec : dites moi major vous n'avez jamais visité la Californie
M.Cartwright : Non jamais mon colonel
C.Perec : et bien à vous allez en avoir l'occasion major , en route pour la Silicon valley .



chapitre 13 ils sont les Cartha-guerriers

Journal de Arnaud Morillon 05 août 2005

compte-rendu d'analyse journal vidéo numéro 13

Depuis le mois de juillet j'ai passé un bon bout de temps a travailler sur la conception de ma sonde Vger 2.0
---
Mais le temps investit et les nuits blanches passé ont été payante j'ai pu décrypter une bonne partie des données prélève par Vger 1.0
---
Enfin pas toutes puisse que certaines on été perdu en meme temps que ma première sonde
---
mais j'ai obtenu l'essentiel et cela ma m'a beaucoup apporté

- ma nomination comme scientifique a la section 5
- un protocole d'interface 3d
- les clés de la téléportation
- et 4 profil d'intelligence artificiel
---
Finalement sa valais la peine de perde 13 millions de livres Sterling
---
A bien y regarder on ne les as pas vraiment perdu vu que j'ai put créer vger 2.
---
en fin de compte ma petite mésaventure et globalement positive
---
Cependant quel poisse d'avoir perdu le backup principal
---
je ne saurais jamais ce qu'était ce programme étrange
---
pas grave sa ne dérangera personne après tous....
---

CE N'ÉTAIT QU'UN PROGRAMME INFORMATIQUE

---
Et rien de plus
---
Et en comparaison de ce que j'y est gagné sa peu paraître dérisoire
---
Le reste des données m'as quand même permis de créer mes gardiens.
---
Je ne suis pas peu fière du résultat obtenu... quatre intelligences artificiel
---
Mes propres intelligences artificiel
---
Celle que j'ai conçu a partir de mes théories et des données recueillis
Elles ont tour a tour pris naissance sous mes yeux
---
j'ai accouche de 4 magnifique petit bébé virtuel
---
c'est une image je vous rassure je suis un homme
--
mais j'ai le sentiment d'être papa
---
Père a mon âge je vous jure (^_^)
---
Enfin comme tous parent qui se respecte j'ai commencer a les éduquer
---
Et la sa m'as demander un travail monstre.
---
Car mes I.A sont devenu de vrai conscience douer de raison.
---
Quelle progrès.
---
Le docteur Hopper n'est plus la seule a savoir créer des IA autonome.
---
Maintenant je vais pouvoir faire mon entré dans la cour des grand scientifique la tête haute
---
Prenez ça dans les dents docteur Weller zalinski et Moritaka
---
Arnaud est dans la place
---
YO......
---
Tous de fois je trouve qu'elle on évoluer plus rapidement que n'importe quelle autre prototype d' I.A que j'ai déja conçu.
---
Je n'ai pourtant utilisé que les programmes de bases qui ont servi à la concession de Tanit
---
Ceux que Simon m'as fournit
---
Sa ma bien aider pour leur donnés leurs intégrité structurelle
---
mais sa n'explique pas tous ... ???
---
le plus étonnant c'est qu'elle ont commencé à développer lors propres personnalité au cours de ces 2 dernière semaines.
---
il semblerait que leur personnalité oui je peux bien parler de personnalité pour ne pas parler du mot âme sois une propriété émergente des données que j'ai recueillis.
---
ils sont en quelques sortes des avatars des modèles originaux.
---
C'est a ce demander ce qu'était les originaux ?
---
Des anti-virus plus élaboré que je ne le pensais
---
Il y aurait donc d'autres I.A dans le monde.
---
Finalement sa n'as rien d'étonnants quand on sait ce que j'ai découvert....
---
en tout cas on ne pourra pas me taxer d'être un misanthrope ou un misogynie.
---
Car la parité a été respectée.
---
Deux hommes et deux femmes.
---
enfin plutôt deux garçons et deux filles.
---
Sur la forme mes IA sont plus proche d'adolescent que de véritables adultes
---
foutu propriété émergente aléatoire (-_-)
---
tant pis je ne vais pas modifier leur physique sa va très bien comme ça
---
Et vu quelle doivent se battre je ne vais pas en faire des top model.
---
Seulement quelle soit soldat ou projet toutes création se doit d'avoir un nom et qui a en faire les gardiens de la cité, il fallait leur trouver un noms qui colle au poils
---
je les est donc nommées

____________________________Cartha-guerriers____________________________

c'est un noms qui en jette...
---
....et plus c'est classe (^_^)
---
Mais bon ici dans cette société ils aiment donner des matricules a leurs projets
---
je savais pas que j'avais atterris au service des plaques minéralogique
---
j'exagère un peu
---
Mais quand meme ils abusent il font ça pour tous les projets
---
Quand je pense que Tanit était connu sous le noms de projet XN 4321
---
oh je me marre
---
4.3.2.1 zéro et feu
----
LOL
---
Pardon désole j'ai pas put m empêcher de la faire celle la
---
Je devrais pas trop me marrer ,après tous Vger s'appelait bien projet XN 4759
---
et pour mes Cartha-guerriers ils voulaient faire la meme chose
---
heureusement que j'ai pris le devant et nommée mes IA

CG01 - CG02 - CG03 - CG04
---
au moins je leur est épargnez le NX .......
---
bon sa c'est pour l'appellation officiel.
---
mais je trouvais que c'était un peu stérile.
---
je voulais leur donner un noms qui leur soit propre, quelque chose qui leur corresponde.
---
Vu que ce sont des guerrier(e) j'aurais pus utiliser l'univers de star-trek , en leur donnant le noms de grand guerrier Klingons
---
mais sa collait pas vraiment avec l'ambiance antique de la cité.
---
J'ai donc renoncer a la science fiction pour me concentrer sur la mythologie
---
C'est fou ce que l'on peut apprendre sur notre monde en lisant des bouquin d'histoire des fois
---
après avoir fait quelques recherches dans les livres d'histoire par rapport a la cité de Carthage j'ai décider de donner à chacune de mes IA un nom qui y serait rattacher.
---
Donc j'ai choisi des noms qui on marqué l'histoire la cité de façons réel ou légendaire
---
Et le moins que l'on puisse dire c'est que j'ai encore une foi été bien inspiré.
---
Je suis génial (^_^)
---
Bon commençons par CG01
---
Parmi toutes mes intelligences c'est celle qui a développé un talent naturel à l'autonomie et la prise de décision, les différents tests préliminaires sont sans équivoques c'est un vrai chef j'ai donc décidé d'en faire celui qui commanderai les troupes de mes gardiens.
Je l'ai donc appelé...

_______________________________Hannibal _______________________________

en référence au célèbre général qui a jadis défier les troupes romaines avec succès
---
ensuite CG02

elle par contre elle très forte c'est sur, mais elle a aussi un sacrée tempérament, c'est une vrai guerrière dans l'âme, je la trouve très agressive par rapport a la douce CG04
De plus elle n'arrête pas de se battre contre Hannibal et chose étrange elle arrive a le vaincre a chaque foi.
---
la il y a un truc qui cloche c'est pas normal.
---
enfin bref vu son caractère je lui est trouvé un noms au poil

_______________________________Astarté _______________________________

la déesse vindicative d'après les ancien écris
---
sa lui va comme un gant
---
bon passons a CG03
---
lui par contre il est bizarre, je serais pas vraiment comment dire mais il est "différent" ,sa façons de se battre est assez "casse-cou" donc je lui est donné le noms d'un dieu aussi étrange.

_______________________________Merkal _______________________________

et pour finir CG04
---
C'est un peu la timide du groupe elle ne s'impose pas vraiment en combat mais reste assez sur la défensive, elle admire beaucoup Astarté avec qui elle s'entend très bien ,elle sont devenu bonne amie meme si leur caractère est assez opposé
CG04 c'est faire preuve de discernement et peut-être de sagesse , en cette honneur je lui est donné le noms de première reine connu de Carthage

_______________________________Didon _______________________________

---
Ensemble ces quatre-là formeront la garde rapprochée de Tanit, il auront comme fonction de protéger la cite de Neo-Carthage contre toute nouvelle attaque.
---
c'est-on jamais ce mystérieux géant qui nous a attaqué en mars dernier pourrais revenir.
---
dans la vie on n'est jamais assez prudent.
---
Bon je vous laisse je vais allez voir comment se passe leur entraînement du jour
---

-----------------------------------FIN DU JOURNAL VIDEO N° 13-----------------------------------



############################ NEO-CARTHAGE ############################

Bat toi comme un guerrier !!!

Le disque volant arrivait droit sur Hannibal ,celui ci eut juste le temps de l'esquiver en sautant sur la gauche mais déjà Astarté lui fonçait dessus son autre disque a la mains,
elle sauta par dessus son adversaire pour se retrouver derriere lui, les deux combattant était maintenant dos a dos Astarté fit un tour sur elle meme pour frapper le flan droit de son adversaire.
Hannibal bloqua le coup avec son glaive déstabilisant du meme coup Astarté mais au lieu de lui lancer une estocade avec son deuxième glaive il poussa Astarté en arrière avec le plat de son arme,Astarté lui saisit le bras a cette instant elle s accroupit et lui fit un chassé dans les jambes, Hannibal en perdit l'équilibre est se retrouva au sol,Astarté s'agenouilla sur son corp elle lui mis aussitôt le tranchant de son disque sous la gorge.

Tu as perdu lui lança alors Astarté

Hannibal était a la merci de Astarté celle ci n'avait qu'un geste a faire pour lui trancher la gorge,mais elle n'en fit rein.

Admet tu t'as défaite lui dit Astarté
Je ....je me rend fit honteusement Hannibal

réédition accepter fit Astarté

A ce moment la guerrier retira son arme est se releva alors que son adversaire resta au sol elle raccrocha son arme a sa ceinture soudain au loin elle put entendre des applaudissement

Bravo Astarté tu a encore gagné fit une voix

C'est alors qu'un jeune garçons et une jeune fille firent leur apparition dans la salle ,la jeune fille portait un costume de boéhmiene c'est long cheveux vert lui descendant jusqu'aux épaule son visage était mince mais ces yeux était tous vert, ils n'avaient pas de pupille, Le garçons lui avait les cheveux rouge, il était vêtu comme Robin des bois mais dont le costume aurait virée au bordeaux.

Tu est très forte Astarté fit la jeune fille au cheveux vert d'une façons tres enthousiaste
merci pour le compliment Didon lui fit Astarté

Astarté était une fille au cheveu mi long dans la couleur était un peu plus foncé que sa peau café au lait elle venait de se battre contre le chef des Cartha-guerriers lors de leur entraînement et lui avait infliger une cuisante défaite, malgres sa carrure athlétique et son armure le brun Hannibal se faisait toujour battre par Astarté a chacun de leur entraînement alors qu'il était encore au sol a ruminer sa défaite le jeune garçons roux s'approcha de lui

Alors chef tu as encore perdu lui fit le garçon.
Hannibal : je t'en pris Merkal c'est assez humiliant comme ça sans que tu est besoin d'en rajouté
Oh je disais ça comme ça fit Merkal

Merkal aida Hannibal a se relever Hannibal s'en alla retrouver Astarté pour sportivement la félicité de sa victoire en lui disant que celle ci c'était bien battu et quelle avait remporté une victoire honorable.
Aussitôt Astarté se tourna vers Hannibal en lui jetant un regard aussi sombre que ces deux yeux , Hannibal le vit bien ce qui le figea sur place.

Il n'y pas d'honneur vaincre un plus faible que soit lui répondit elle sèchement

La réponse de Astarté fut cinglante Hannibal ne répondit rein, la défaite qu'il venait de subir ne lui permettait pas se répondre il devait accepter cette réplique comme une punition,mais Astarté ne s'arrêta pas la pour rabaisser son adversaire, par nature Astarté était un peu orgueilleuse et ne privait pas de souligner la différence qui existait entre elle est Hannibal

Astarté : pour un chef tu fait pale figure meme Merkal me donne plus de mal que toi
Sa veux dire quoi ça "meme Merkal me donne plus de mal que toi " interpella le principal intéresse
Ca veut dire ce que sa veut dire fit Astarté en se tournant vers Merkal
Je ne comprend pas fit le garçons en se grattant la tête.
Astarté : je veux dire qu'en comparaison de toi Hannibal est plus faible
Merkal : ouah sa veux dire que je suis plus fort que Hannibal

le pauvre Hannibal ne trouva rein a redire alors que Merkal était comme un fou a jubiler en criant a tue tête qu'il était plus fort que leur chef, Astarté souriait a voir Hannibal si désemparé la seule a ne pas être d'accord avec tous ça fut Didon

Didon : oui mais ça c'est pas possible Hannibal et plus fort que nous tous
Astarté : et bien c'est pas impression qu'il me donne
Ce ne qu'un entraînement sa ne révèle en rien la vrai valeur d'un guerrier fit Didon
Astarté : meme en combat réel sa ne changerait rein il est moins fort que moi
Didon : tu est bien trop sur de toi Astarté cela pourrait te porter préjudice
Astarté : sa m'étonnerai dans un vrai combat si il avait été mon ennemi il serais mort
Hannibal : mais nous ne sommes pas des ennemis mais des ...

Bon sa suffit pour aujourd'hui vous deux fit une voix venant du ciel

C'est alors que les Cartha-guerriers se mirent a genoux quand Vger 2.0 fit sont apparition dans pièce en passant par l'ouverture du toit.
La sonde se stabilisa devant eux, elle émit un faisceau de lumière qui format une sorte d écran sur lequel Arnaud fit son apparition celui depuis son bureau avait une vue de la salle entraînement, ou il communiquait avec ces IA par caméra interposés

Nous vous servons maître Arnaud firent toutes les IA en signe de respect devant leur créateur.
Bon sang mais c'est pas vrai je vous est déjà dit mille fois de pas m'appeler maître mais Arnaud fit alors Arnaud

Tous le monde aimerait surement se faire appeler maitre par des êtres soumis a leur volonté mais Arnaud avait une autre considération , il ne voulait commander personne et encore moins se faire qualifier de seigneur, mais ça il n'arrivait pas le faire comprendre a ces IA qui s'obstinaient a toujour l'appeler maître.

Mais ça y'a pas moyen de vous le faire entrer dans votre tête leur dit Arnaud
Astarté : nous vous respectons maître et ne voulons pas vous manquer de respect en vous tutoyant.
Arnaud : c'est bien Astarté de vouloir faire preuve de respect mais vous pouvez me tutoyer
Astarté : nous n'oserons jamais maître

apparemment ce n'est pas aujourd'hui que Arnaud arriverait a leur faire comprendre le concept du tutoiement

bon on oublie ça fit Arnaud
Astarté : en quoi pouvons nous vous servir maître
Arnaud : je viens de lire les statiques du jour et je suis être satisfait vous avez bien progresser
Merci maître firent toutes les IA
Arnaud : continuer comme ça

Depuis que Arnaud avait créer les Cartha-guerriers il n'y avait pas un jour ou ceux ci ne c'était pas entraîner au combat ou a améliorer leur performances , pour cela il leur faisait passer tous un tas d' épreuves donc il retirerait un maximum de donnés,grâce a ces relevés il pouvait juger des progrès de chacune de ces IA, il était très satisfait a chaque foi des résultats obtenu, si ces entraînements semblais ravir les IA une parmi leur groupe était assez insatisfaite de tous ça .

Astarté : j'aurais une question a vous posez a maître
Arnaud : que veux tu savoir Astarté ?
Astarté : maître allons nous bientôt nous battre.
Arnaud : Astarté va tu me poser la question a chaque fois que je viens vous voir
Astarté : c'est que je veux savoir pourquoi nous nous entraînons comme ça
Arnaud : je vous l'ai dit pour améliorer vos performances
Astarté : maître je n'est pas l'impressions de progresser
Arnaud : et pourtant tu progresse les chiffres le montrent meme si c'est lentement.
Astarté : mais pour progresser plus vite il nous fautt de vrai adversaire qui soit fort

Astarté était une redoutable guerrière virtuelle Arnaud l'avait créer a l'image de Xena la princesse guerrière, ces armes était semblable a l'original, Astarté possédait deux disques volant capable de trancher tous se qu'ils touchaient mais a la différence de son modèle d'origine sa peau était de couleur café au lait, Arnaud avait choisit une métisse comme symbole du combat et pour démontrer aussi que les origines ne sont pas un obstacle a la vrai valeur d'une personne.
Mais Astarté elle semblais assez mécontente de sa situation elle voulait se battre et devenir plus forte et cela était bien son principal défaut

Astarté : je n'ai pas d'adversaire qui soit a ma hauteur
Arnaud : faux tu as Hannibal comme adversaire
Astarté : maître je vous parle d'un vrai adversaire un de ceux qui peuvent me donner du fil a retordre
Arnaud : tu trouve que Hannibal n'est pas a ton niveau ?!!
Astarté : il est indigne de se battre contre moi et vu je suis la plus forte vous devriez faire de moi le chef du groupe
Arnaud : désolé mais seul le plus fort d'entre vous peut prétendre a se titre et c'est le cas de Hannibal
Astarté : mais c'est injuste maître alors que ....
Silence Astarté ne critique pas mes choix lui lança Arnaud qui perdit a un peu son sang froid

Astarté ne dit plus rein elle se contenta de baiser la tête en serrant des dents elle jeta un rapide regard sur Hannibal,elle ne pouvait pas comprendre pourquoi cette être qu'elle avait si souvent battu puisse avoir les bonnes grâce de son maître, elle nourrissait envers lui un très fort sentiment jalousie a son égard, mais Arnaud lui connaissait les raison de son choix et Astarté ne pouvait nullement aller a son encontre.

Arnaud : l'incident est clos,on en reparlera plus tard pour le moment partez inspecter la cité
Bien maître firent les IA

Les Cartha-guerriers se relevèrent tous et commencèrent a partirent faire leur inspections quand Arnaud les interpella

Arnaud : attendez une minute
Qui y'a t'il maître demanda Hannibal.
Arnaud : Hannibal reste ici j'ai a te parler
Hannibal : a moi maître ?!
Arnaud : oui toi quand aux autres vous pouvez y aller
A vos ordres maître firent les autre I.A
Cartha-guerriers en avant fit Arnaud.

Les Cartha-guerriers partirent pour allez faire leur patrouille habituel, sautant de toit en toit a la manière des ninjas il parcouraient a vive allure les abord de la cité,pendant ce temps Hannibal était au prise avec Arnaud qui avait pas mal de chose a lui dire.

Arnaud : dis moi Hannibal peut tu m'expliquez ce qui se passe
Hannibal : que voulez vous dire maître
Arnaud : arrête de m'appeler maître bon sang je t'ai créer pour que tu soit indépendant
Hannibal : mais je dois vous respecter en ....
oublie le respect lui fit aussitôt Arnaud

Maintenant qu'il était en tête a tête avec Hannibal Arnaud pouvait prendre un air plus décontracté car il avait beaucoup de chose a évoquer sur le plan personnel et cela ne regardait en rien les autres, Arnaud voulait que Hannibal lui explique les raison de son étrange comportement lors des combats

Arnaud : Hannibal ... je voudrais savoir ce qui ne va pas chez toi
Hannibal : c'est assez difficile a expliquer.
Arnaud : sa tombe bien je lui la pour comprendre.
Hannibal : et bien je crois que j'ai un problème d'autorité.
Arnaud : je ne te comprend pas Hannibal tu est leur chef
Hannibal : c'est le titre que vous m'avez donner mais...
Arnaud : mais.....
Hannibal : mais sa ne suffit pas a me faire respecter par les autres
Arnaud : visiblement Astarté ne semble pas t'apprécier
Hannibal : mes rapport avec elle sont assez tendu car elle ne reconnaît pas ma légitimité en temps que chef
Arnaud : mais elle est obliger de t'obéir a cause de moi.
Hannibal : est a cause de ça elle se prive pas de me le faire payer en m'humiliant a chacun de nos entraînement en voulant me rappeler a quel point je suis faible.
Arnaud : mais tu n'est pas faible
Hannibal : il faut croire que oui sinon comment expliquer que je perd a chaque foi.

Arnaud avait un peu de mal a comprendre pourquoi Hannibal se comportait comme cela, il était le premier protocole qui avait vu le jour et par définition le plus achevée de tous ,Arnaud avait concentrer tous ces efforts sur sa création en allant jusqu'à inclure des données supplémentaire que les autres I.A n'avaient pas, mais cela n' expliquai pas pourquoi Hannibal avait autant de problème.

Arnaud : il y'a vraiment un problème chez toi
Hannibal : je doit être beugé quelque part
Arnaud : je t'ai fais un diagnostique complet tu n'as pas le moindre beugs en toi Hannibal tes aptitudes ne sont pas en cause.
Hannibal : le problème viendrais pas de ma programmation.
Arnaud : la question est de savoir pourquoi tu perd a chaque fois contre Astarté
Hannibal : c'est parce qu'elle est plus forte que moi
Arnaud : ce n'est pas possible ton niveau d énergie et le plus élevé de tous, lors des simulation d'entraînement contre les sceptres de Vger 2.0 tu a facilement surclassé tes frères et soeur d'armes
Hannibal : mais sont ne sont la que de petit test individuel
Arnaud : des petits test individuel qui montre que ta force ta rapidité et ton agilité son largement supérieur a celle des autres.
Hannibal : peut etre mais dans combat au corp a corp c'est diffèrent
Arnaud : pas temps que ça la preuve tu as réussie a vaincre Didon et Merkal a toi tous seul en combat singulier
Hannibal : eux c'est facile mais Astarté c'est autre chose

En dépit de puissance qui était la sienne Hannibal n'arrivais jamais a avoir le dessus sur Astarté ,cette guerrière parvenait toujours a le contrer et l'envoyer a terre, Arnaud se demandait si le problème ne venait pas plutôt de la personnalité de Hannibal.

Arnaud : bizarre quand meme que tu ne perde qu'en face elle
Hannibal :comme je vous l'ai dit elle est plus forte que moi
Arnaud : dis moi quand tu est face a elle comment tu sens
Hannibal : je ne comprend
Arnaud : te déstabilise t'elle ?
Hannibal : non pas du tous
Arnaud : c'est peut être dut a son physique, quelle nouille je suis, moi et mes fantasmes d'adolescent et de guerrière en cuir je lui et peut être donner des formes trop généreuse.
Hannibal : je suis un guerrier et une IA de surcroît rein ne serait me troubler
Arnaud : mais tu es sujet a des émotions
Hannibal : je ne sais pas
Arnaud : sa présence pourrait avoir une influence sur ta façons de te battre,si sa se trouve votre comportement humain et plus dévellopé que celui de Tanit.
Hannibal : nous serons plus humain que Tanit ?

Basé sur le meme principe de construction que Tanit les Cartha-guerriers pouvaient aussi ressentir des émotions des lors il devenait possible que Hannibal soit victime d'une sorte de blocage en face de Astarté, en considérant que Tanit avait des sentiments il se pouvait que les IA de Arnaud soir aussi affecter par cela.

Arnaud : Tanit a des sentiment pour sa mère nous le savons tous
Hannibal : notre maître a tous et plus évoluer que nous
Arnaud : et pourquoi ne seriez vous pas capable d'en avoir vous aussi.
Hannibal : c'est pas possible ça
Arnaud : c'est aussi impossible que de créer des intelligence artificiel et pourtant vous existez
Hannibal : c'est vrai vous avez raison maître
Arnaud : vous êtes plus qu'une suite données vous êtes aussi un espoir
Hannibal : un espoir !
Arnaud : je vous est donner une part de moi en vous ,je vous est créer pour que vous vous rapprochiez des être humains

Quel révélation de la part de Arnaud celui avait créer ces IA dans un but précis,il voulait les voir évoluer et devenir autonome il en avait fait des guerrier a cause des circonstances présente mais sinon il en aurait fait des êtres destiner a aider leur prochains
Il était navré que Hannibal se sente si mal, il voulu lui remonter le moral comme le ferait un père pour son fils

Arnaud : Hannibal tu est fort et courageux ne doute pas et crois moi j aimerais être comme toi
Hannibal : vous maître ?!

En créant les Cartha-guerriers Arnaud voulait faire plus que ça il avait une part de lui dans chacune de ces création, elles étaient pour lui ces clés du futur

Ces espoirs

Arnaud : oui Hannibal je voudrais être comme vous un guerrier pour vivre des aventures extraordinaires et pas un rat de laboratoire avec un problème de sur poids
Hannibal : pourtant nous ne faisons que passer nos journée a nous battre et nous entraîner
Hannibal :
Arnaud : seulement dans le but de vous améliorez et de devenir plus humains
Hannibal : je n'avais jamais vu la chose sous cette angle la
Arnaud : vous devez pas seulement devenir fort mais aussi améliorer votre caractère

évoluer

Arnaud : si un jour vous pouviez dépasser votre propre programmation se serais merveilleux
Hannibal : mais dans quelle but
Arnaud : a cette question je n'ai pas de réponse a vous de la trouver
Hannibal : je ne sait pas ou chercher
Arnaud : c'est la destiner de chaque être vivant que de trouver son but,cela me ferait plaisir de vous voir accomplir de grande chose
Hannibal : nous ne vous décevrons pas maître je vous servirais toujours et ferais tous ce que vous voulez
Arnaud : alors commence par m'appeller Arnaud sa serai bien
Hannibal : Arnaud !!!
Arnaud : ne vois pas comme ton créateur mais comme un ami
Hannibal : un ami ?!
Arnaud : une personne avec qui tu peut partager des choses ,une personne avec qui tu peux avoir confiance .
Hannibal : un ami c'est ça ?
Arnaud : c'est aussi une personne avec qui tu peux être unis par de vrai liens affectif
Hannibal : unis comme les Cartha-guerriers
Arnaud : oui comme les Cartha-guerriers d'ailleurs il sont eux aussi tes amis
Hannibal : tous sauf Astarté elle est moi sommes loin d être si amis que sa
Arnaud : il y a vraiment quelque chose qui cloche entre vous deux
Hannibal : je ne sais que dire
Arnaud : bon je te laisse joindre les autre pour ta patrouille et oublie ce que je t'ai dis tu dois croire en toi
Hannibal : oui mait... Arnaud

Hannibal disparu de la pièce pour aller rejoindre ces amis ,d'avant son fauteuil Arnaud sentait satisfait de se dire que son IA allait progresser mais déjà un autre problème ,il ne devait pas seulement consacrer son temps a l amélioration de sa sonde Vger 2.0
Simon lui avait confier depuis peu un autre travail celui d analyser les deux autres protocole qu'il avait récupérer lors de son expédition,Simon tenait a voir des détails sur ces deux programme en particulier celui en forme de tour. Arnaud ne le savait pas encore mais il avait mis la mains sur un système qui allait faire gagner Tanit en puissance et permettre a d'autres d'accomplir de sombre dessein.
















chapitre 14 La mort de Xana

Laboratoire 22 août 2005


----------------------------------------ENREGISTREMENT----------------------------------------------

Aujourd'hui constitue un grand tournant dans mes recherches.
---
J'ai peut-être fini de mettre au point le projet T.
---
Pas tous a fait , il ne s'agit encore pour le moment que d'une version bêta.
---
On va plutôt dire que j'ai juste une solide base sur laquelle travailler.
---
Deux mois d'effort on été nécessaire pour parvenir a cela.
---
Deux mois déjà !!
---
Le temps passe si vite
---
Sur que si j'avais put utiliser le retour vers le passé il ne m'aurait fallut qu'un jour pour tous mettre au point.
---
Enfin c'est comme ça on n'y peut rien.
---
Reste maintenant a savoir si celui-ci fonctionne.
---
Marche ou marche pas ?
---
Tant qu'un test a échelle humaine n'aura pas été réalisé difficile de savoir si celui ci est au point.
---
Une chose est sûre si personne ne l'essaie on ne saura jamais
---
bien sûr avant de vouloir procéder à un essai réel il faut que j'effectue toutes une série de test supplémentaire pour m'assurer que celui-ci est vraiment sans danger.
---
En tous cas mes premières simulations montre que les commandes vocales ont l'air de bien fonctionner.
---
Le programme s'active et se désactive a la prononciation de son nom sans le moindre problème.
---
Mais les simulations ne suffisent pas.
---
Seul un essai grandeur nature pourra m'apporter les certitudes donc j'ai besoin.
---
Un "cobaye" voila ce qu'il me faut.
---
Si jusqu'à présent je n'ai pas employé le mot "cobaye" c'est parce que j'avais de bonne raison de le faire.
---
Pour le moment je me refuse à une telle extrémité de test.
---
Pour palier a ce problème de "cobaye" j'ai mis au point petit bonhomme qui servira de simulation.
---
Une sorte de mannequin crash-test.
---
Au moins celui-ci ne présentera pas le danger d'exploser vu que sa taille est tellement infime. ---
Il est à peine plus grand qu'une poupée.
---
Sa limitera les dégâts en cas d'erreur de ma part.
---
Selon mes estimations si celui-ci venait à exploser il ne détruirai tout au plus qu'un plateau
---
Je peux dont me lancer, meme si c'est risqué.
---
Mais qui ne tente rien n'à rien.
---
Si le procédé peut s'appliquer sur lui sans problème je passerait alors a l' échelons supérieur
---
Un test sur personne réel
---
Avec un être humain les résultats risquent d'être des plus (d') étonnants.
---
Aujourd'hui l'espoir renaît enfin.

-----------------------------Journal de Jeremie Belpois neuvième partie.-----------------------------

En cette fin de mars 2005 nous allions engagé le combat final contre Xana

Mon programme anti-Xana était presque finis quand je reçus un message de la part de Franz Hopper nous demandant de la rejoindre sur Lyoko, les données qu'il allait me transmettre me permettrais d'achever mon programme multi-agent .

Franz Hopper nous donna rendez-vous sur le territoire banquise afin de nous transmettre les dernières informations .
Cette nouvelle pouvait paraître à peine croyable,mes compagnons avaient beaucoup de mal à le croire mais si cela n'était pas une ruse de Xana alors nous allions bientôt pouvoir en finir avec Xana.

Après deux ans et demi de combat la victoire semblait proche, la lutte finale approchait enfin.La première étape fut de nous rendre au laboratoire et je ne sais pas ce qui passé dans la tête de Sissi ce jour-là mais celle-ci a tout fait pour nous empêcher d'y accéder, heureusement grâce à l'intervention de William qui fit diversion nous avons eu le champ libre, nous avons pus nous rendre en toute quiétude dans le laboratoire.

< petite annexe 01 >

J'attire votre attention pour vous révéler une petite information sur William.
---
Bien que nous l'ayons libéré de Xana nous avions beaucoup de mal à le percevoir comme un allié.
---
La transition allait encore être longue.
---
Avec le recul je trouve que nous avions agit de façons stupide
---
< fin de la petite annexe 01 >

Nous nous sommes tous retrouver au laboratoire pour avoir des détails , le message de Franz Hopper nous demandais de le rejoindre sur le territoire banquise ,alors que mes amis s' apprêtaient a si rendre William fit son apparition dans le laboratoire, il manifesta tous de suite le désir de venir avec eux dans cette aventure afin de régler ces comptes avec Xana.

Ce n'est pas que nous avions une dent contre William, mais après tout ce qu'il nous avait fait subir un certain doute planait sur ces attentions, la confiance met parfois du temps avant d'être regagné et comme à son habitude la plus bornée de nous tous, fut bien la seule personne a s'opposé à ce que ce William remette ne serait-ce qu'un pied sur Lyoko.

Yumi estima que se serait trop dangereux, car William serait susceptibles de retomber sous l'influence de Xana, le beau ténébreux accepta la sentence mais prévint qu'au moindre problème il interviendrai
Quand tous le monde fut d'accord sur la manière a adopter je les est tous virtualisé sur Lyoko afin que Aelita puisse retrouver son père qui c'était caché quelque part dans une grotte du territoire banquise.

Sous sa forme de bulle virtuel Franz Hopper me transmis des données complémentaires pour terminer la mise au point de mon programme multi-agents malheureusement Xana activa une tour à ce moment-là, il réussi à reprendre le contrôle de William, celui-ci se dépêcha de me neutraliser avant de filer a la salle des scanners.

Sur Lyoko le colosse et quelques mantas firent leur apparition pour nous attaquer, leur attaque fut si subite que mes amis eurent toutes les peines du monde a s'organiser.
N'ayant plus de contact avec moi et sentant que quelque chose d'anormal se passait dans le laboratoire Yumi se fit dévirtualisé par le colosse en se mettant délibèrement sous son pied, elle réapparu juste à temps dans la salle des scanner alors que William était entrain de saboter l'un d'eux.

< petite annexe 02 >

Selon moi tout le temps que William a passé sous l'influence de Xana a peut-être modifié quelque chose chez lui.
---
Il se pourrait qu'il est développé une résistance a certains effet de Lyoko et notamment le faite qu'un être scanneriser ne pouvait pas tomber sous le contrôle de Xana.
---
Bien sur c'est une théorie que je n'ai jamais pu vérifier
---
Mais ça expliquerai pourquoi malgré que nous l'ayons libérée de l'emprise de Xana,qu'il est put retombées sous son contrôle aussi facilement.

< fin de la petite annexe 02 >

Le combat qui allait opposé Yumi et William risquait d'être terrible bien sûr de toutes parts la situations tournait a la catastrophe.
Sur Lyoko Ulrich, Odd et Aelita étaient seuls pour faire face au colosse pour protéger Franz Hopper,mais la survie de ce dernier était essentiel tant qu'il ne m'aurait pas fournis toutes les informations nécessaire.

Et la se fut a peine croyable mais les données fournis par Hopper me permettait de parachever mon programme multi-agent, nous avions maintenant la possibilité de détruire Xana.
Une fois qu'il eut finis de me transmettre ces informations Franz Hopper regagna la mer numérique pour s'y mettre a l'abri.
Désormais deux choix s'imposaient a nous, soit il fallait que Aelita désactive la tour pour Sauver Yumi de William soit elle devait se rendre dans le cinquième territoire pour lancer le programme multi agents ce qui reviendrait au même puisque au final Xana serait détruit et yumi sauver, sans hésiter la deuxième solution fut adopter.

Mais ce n'etait pas encore gagné, il fallait encore que Aelita puise parvenir au bord du territoire pour emprunter le transporteur, mais avec ce maudit colosse sur leur trace cela paraissait impossible.
Ulrich pris sur lui de ralentir le colosse du mieux qu'il pouvait afin de donner a ces amis le temps donc ils auraient besoin, il parvint a le paralyser en lui plantant son premier sabre dans l'oeil de sa tête mais ce fut pour un cour instant qui suffit largement a Aelita et Odd pour emprunter le transporteur.
Soudain le colosse reprit du poil de la bête et déstabilisa Ulrich qui tomba,lors de sa chute Ulrich planta son deuxième sabre dans le bras gauche du monstre qui mortellement blessé s'abattis a son tour sur le sol durant l'opération Ulrich fut dévirtualisé, mais l'exploit était mémorable il était parvenu à lui seul a terrassé le terrible colosse.

Pendant ce temps Aelita et Odd avaient réussi à gagner l'extrémité du cinquième territoire il fallait maintenant activer le programme multi agent et le temps pressait car yumi n'avait plus la force de lutter contre William.
Malheureusement l'énergie du coeur nous fit défaut le programme ne pouvait pas se lancer, décidément le sort semblais s'acharner sur nous alors que nous étions a ça d'en finir avec Xana nous ne le pouvions pas a cause de trois fois rien.

C'est alors que Franz Hopper fit son apparition, grâce a sa condition de sphère énergétique il transmit toute l'énergie qui le constituait pour faire remonter les paramètres du système, mais les monstres de Xana n'entendaient pas le laisser faire, les mantas mitraillèrent alors la sphère sous le regard horrifier de Aelita, pour la jeune fille tout se passait exactement comme elle l'avait rêvé le matin même.
Aelita essaya de protéger son père malheureusement cela fut sans effets et la sphère fut détruite par les mantas dans un dernier geste Aelita posa sa main pour activer le programme.

Mes écrans s'éteignirent et le système tous entier subis alors une chute de tension énorme un bruit sourd se fit entendre dans la salle du coeur de Lyoko, c'est alors que de celui ci émergea des centaines de petites particules d'énergie qui se déplacèrent dans l'espace comme une nuée de poisson dans l'eau détruisant impitoyablement sur leur passage tous trace de Xana sur Lyoko.

Ces particules sortir du monde de Lyoko pour se répandre dans tous le réseau, petit à petit sur mes écrans je put voir disparaître chacun des réplikas,sur terre les effets ne mirent pas longtemps a se faire sentir, le spectre qui avait possédé William commença à s'échapper du corps de celui-ci en ce tordant de douleur, dans le réseau Xana était à l'agonie au fur et à mesure que tous les réplikas se faisaient détruire par le programme multi-agents.

Face a ceci Xana n'avait aucune échappatoire ou qu'il aille le programme le traquait est l'anéantissait inlassablement et en moins de temps qu'il ne fallut pour le dire toute trace de Xana disparu du réseau.

Bien que le dernier super-calculateurs dans lequel il se sont réfugia mis un plus de temps à être détruit a cause sûrement que les barrières de protection de celui ci etaient beaucoup plus résistantes.
Sur le coup je restais paralysé par ce que je pouvais lire sur mes écrans ,mais il fallait se rendre a l'évidence...

XANA ETAIT MORT.

Le tumulte de la bataille avait fait place au silence, la victoire était total notre redoutable ennemis venait d'être anéantis a jamais.
Mais cette victoire eut un prix lourd a payer, Franz Hopper avait dut se sacrifier pour nous assurer la victoire,alors que Aelita pleurait la perte de son père sur le cinquième territoire je dut la ramener sur terre, délaissant le terminal je descendit l'accueillir dans la salle des scanners ,a sa sortis elle me tomba dans les bras et se mit a pleurer , nous nous réunîmes tous autour d'elle pour la soutenir dans cette épreuve.
Pour Aelita se serait un souvenir douloureux qu'elle garderais sûrement en elle tout le reste de sa vie.

############################ FLASHBACK ############################

Mon père c'est horrible pleura Aelita

Dans la salle des scanner l'ambiance était des plus moroses, Xana était mort mais Franz Hopper aussi, terrassé par la peine Aelita c'était blottit dans les bras de Jeremie pour y verser toutes les larmes de son corp.
Tous c'étaient retrouvé pour soutenir la jeune file dans cette épreuve, le seul qui manquait à l'appel était William qui gisait totalement inconscient allongé dans une partie reculé de l'usine,vu que sa vie n'etait pas en danger ces amis avaient préféré le laisser pour venir voir ce qui c'était passé.
Au vu de la tristesse que affichait Aelita même Odd versa une larme devant ce triste spectacle, Yumi et Ulrich quand a eux se murèrent dans le silence.

Aelita pleurait comme jamais,ce qui aurait dut être un jour de grandes joies c'était finalement mué en jour de deuil ,ce combat contre Xana c'était achevé par le sacrifice d'une seule personne qui avait décidé de faire le bien autour d'elle.

Quand Aelita retrouva la force de marcher il rentrèrent tous au collège, Ulrich et Odd transportèrent William encore inconscient pour l'emmener discrètement dans sa chambre quand William revient a lui il fut surpris de ce retrouver dans sa chambre il n'avait pas le moindre souvenir de ce qu'il avait fait.

Plus tard ils se retrouvèrent tous dans la chambre de Jeremie pour faire le point de la situation sur leur victoire et bien que cela puisse paraître étrange personnes n'avaient le coeur à la fête
Se faisant déjà tard Yumi était rentrée chez elle alors que Odd et Ulrich regagnèrent leur chambre, Jeremie resta avec Aelita pour la consoler du mieux qu'il pouvait

C'est horrible Jeremie mon père est .... fit Aelita qui ne finis pas sa phrase
Jeremie : je sais Aelita mais... mais...

Jeremie ne savait que dire pour apaiser sa douce amie celle ci se cramponnait au vêtement de Jeremie la tête posé contre son torse, Jeremie enlaçait Aelita pour la réconforter c'était la seule chose qu'il pouvait faire pour elle.

Papa... dit elle
Je sais Aelita je sais fit Jeremie
Mon père n'est plus maintenant se lamenta la jeune fille.
Jeremie : nous n'y pouvons rien même un retour dans le passé ne pourrait pas le ramener
Je sais Jeremie je sais dit elle.

Jeremie dit alors a Aelita que le courage de son père avait été exemplaire et que sans sont sacrifice il seraient tous mort ,il demanda alors a Aelita de se montrer aussi forte que lui pour honorer son courage.

...en agissant comme il l'a fait il nous a tous sauvés dit Jeremie.
Je sais Jeremie fit Aelita qui avait cesser de pleurer
Jeremie : je pense qu'il doit être fière de toi.
tous comme je suis fière de lui dit Aelita
tu le peux fit Jeremie.
Aelita : et maintenant que vais-je devenir ? je suis seule au monde

Désormais Aelita n'avait plus de famille le seul liens qui lui restait avec son passé était son père et celui était mort, maintenant elle pouvait vraiment prétendre être une orpheline, mais elle ne pouvait pas dire qu'elle était seule alors que ces amis étaient la pour elle

Tu n'est pas seule Aelita,, je te l'ai déjà dis... nous sommes la .... je suis la fit alors Jeremie

Jeremie serra encore plus fort Aelita dans ces bras pour marquer toute l'affection qu'il avait pour elle et surtout pour lui faire comprendre qu'elle pouvait plus que jamais compter sur lui, rassuré et apaiser ils finirent par s'endormir l'un à côté de l'autre.

Au petit matin ils se réveillèrent cote a cote,Aelita avait passé toute la nuit dans les bras de Jeremie, la journée de la veille avaient été charger en émotions et cela n'etait pas encore fini car en ce 29 mars 2005 une importante décision se devait d'être prise.
Une décision qui devait a jamais influencé le cours de la vie de chacun a savoir...

L'extinction définitive du super-calculateur





Chapitre 14 le séjour.

14 septembre 2005

Retour à la case départ pour Maeva, alors qu'elle avait tout fait pour quitter L'hôspital, voilà maintenant qu'elle y était revenu à cause de ces problèmes de santé,c'était à croire qu'elle n'arriverait jamais à se sortir de ce milieu-là.

Miss Wałęsa fut la première infirmière qui vint lui rendre une petite visite, certes ce n'était pas une visite de courtoisie c'était juste pour passer prendre ces relevés de température.

Visiblement ces derniers jours rien n'avait changé par rapport à la première fois Maeva était toujours tenu à distance par le personnel de l'hôspital,quelque part Maeva se doutait bien que cela devaient les gêner de savoir quelle était revenu ici.

Le petit monstre, la chose difforme, la coloré, les pseudonymes n'avaient pas manqué pour la qualifier durant son précèdent séjour.cela lui rappela de bien mauvais souvenirs, elle avait l'impression d'être retourné en enfer en plus elle avait dut subir une nouvelle série d'examen, ces test avait été éprouvant pour Maeva et comme a leurs habitude ils n'avaient rein révélé d' anormal., pas de lésion pas de tumeur et aucune présence de toxine dans son organisme

C'était a se demander ce qui ne fonctionnait pas chez Maeva, ces crises de suffocation qui la paralysait était il dut a ce mystérieux implant relier a son système nerveux ? ou était-ce le fait de revivre les souvenirs d'une vie passé donc elle ignorait tous qui lui déclenchait ces crises.

Non vraiment quelque chose clochait chez Maeva,elle se coucha sur son lit et ferma les yeux en essayant de se convaincre que tous ceci n'était encore qu'un autre cauchemar ,mais elle ne pouvait tromper personne a commencer par elle meme.

Elle savait très bien que tous ceux-ci étaient parfaitement réels, son "cauchemar éveillée" comme elle l'appelait, Maeva en n'arrivait meme de vouloir que le personnel se transforme en monstre et viennent la tuer.
Au moins elle saurait que ce qu'elle vivrait a se moment la ne serait qu'un cauchemar, il fallait quelle soit vraiment désespéré pour arriver a souhaité une chose pareille.

De plus sa récente dispute avec le docteur Robinson n'avait pas arranger ces affaires au lieu d'une nuit elle allait devoir passer les 72 prochaines heures en observation.
Trois jours dans cet endroit c'était déjà trop pour Maeva , elle qui avait goûter a la liberté venait a nouveau de replongé dans cet enfer tous ça parce que son corps lui faisait défauts.

Conscient qu'elle ne pourrait rein changer a sa situation pour le moment, elle pris donc son mal en patience, cette incident était similaire a celui qu'elle est vécue le jour de son arrivé ici

Quel ironie du sort pensa Maeva

Bien que terrassé par la fatigue il lui revint en mémoire les évènements qui avait suivit sa sortis des soins intensif,elle allait découvrir a quoi ressemblait cet hôpital et toutes les personnes qui y travaillait.

--------------------------------- Le journal de Maeva sixième partie ---------------------------------

Maeva venait de passer trois jours au soin intensif dans un état semi végétatif a cause de toutes les drogues qu'on lui avait injecter pour la calmer,durant cette période elle avait été soumis a toutes une batterie de test et d'examen pour déterminer si elle ne pressentait pas de trouble spécial.
Examen du coeur et des poumons, analyse du groupe sanguin,réflexe, on lui avait fait un bilan de santé complet
Mais au final les analyses n'avaient rein décelé d'anormales, aucune trace de lésion ou de tumeur n'avait été détecter, si se n'était une petite défaillance au niveau des yeux,
un problème oculaire bénin si sa se trouve Maeva serait obliger de porté des lunettes.

Une fois qu'il fut rassurer sur l'état de santé de sa petite protégée le docteur Robinson fut autorisé a la ramener dans sa chambre, de retour a la chambre 24A il expliqua a Maeva ce qui allait se passer maintenant.

Donc maintenant tu va dormir ici lui fit le docteur on lui montrant son lit

Maeva l'avait déjà compris, mais elle redoutais cette endroit a cause ce qui si était passé il y a trois jours, le docteur essaya de se montrer le plus rassurant possible
La petite fille n'avait aucun problème à comprendre ce que le docteur lui disait mais ceci était assez étrange pour elle, mais avec tous se quelle avait déjà vécu elle commençait a si habituer
Dr Robinson : maintenant tu va venir avec moi je vais te montrez le reste du bâtiment pour que tu te familiarises avec cet environnement .

Le docteur lui tendit la main et la petite-fille la pris, le docteur s'approcha de la porte, il avait lui aussi une carte électronique qu'il passa dans la serrure sous l'oeil attentif de Maeva par la suite ils se promenèrent tous les deux le long du couloir, Maeva observa avec curiosité tous se qui l'entourait,les couloirs, les salles, les autres patients, elle n'en perdit pas une miette
finalement ils arrivèrent dans une grande pièce remplis de table, ou des adultes travaillaient avec d'autres enfants.

Ces enfants se livraient à des activités qui parure pour le moins étranges a Maeva,certains tenaient des espèces de bouts de bois avec lesquels il faisait naître des couleurs sur des surface blanches alors que d'autres s'amusaient avec de la terre pour faire des objets tout biscornu.

Dr Robinson : tu vois Maeva ici et c'est ce qu'on appelle la pièce commune où tous les enfants se retrouvent pour pratiquer des activités ludique.

La pièce commune était un atelier créatif qui faisait partie de la thérapie,en effet dans cet endroit les enfants se livraient à toutes sorte d'activité ludique destinée à stimuler leur sens de la création.
Le dessin et la sculptures étaient les principaux exercices auxquelles les enfant s'adonnaient,tout ceci intervenaient dans le cadre des thérapies de plusieurs docteurs.

Alors que le docteur allait expliquer a Maeva ce quelle devait faire ici, une grosse femme s'avança vers le Dr Robinson et Maeva , elle était grande est assez forte âgée d'environ 40 ans et pourvu d'une voix assez rondelette cette une femme était une infirmière, sa stature imposante impressionna fortement Maeva.

Comment allez-vous Docteur demanda la femme a cette instant
Dr Robinson : ah Miss Wałęsa sa faisait longtemps
Miss Wałęsa : un semaine en faite docteur.
Dr Robinson :une semaine déjà comme le temps passe vite.

Depuis son retour de Kingston valley le docteur n'avait pas été très présent dans le autres services il était rester essentiellement avec Maeva du coup beaucoup de membres du personnel ne l'avait vraiment revu que aujourd'hui.

Vous avez l'air de tenir la forme lui dit Miss Wałęsa
Dr Robinson : comme vous pouvez le voir j'ai la forme.
Miss Wałęsa : oui parfaitement est qu'est ce que vous nous amenez ici ? serais ce la nouvelle patiente ?
Dr Robinson : en effet Miss Wałęsa je vous présente Maeva.
Bonjour Maeva fit l'infirmière en se penchant vers la jeune fille.

Maeva se cacha alors derrière le docteur Robinson quand la grosse dame s'approcha d'elle, le docteur lui mis la mains derrière la tête pour la rassurer tous en lui demandant de ne pas avoir peur, cette réaction étonna l'infirmière

Miss Wałęsa : qu'est-ce que là ?
Dr Robinson : je crois que vous lui avez fait peur.
Je ne suis pas si effrayante que ça fit l'infirmière
Dr Robinson : c'est ce que je lui explique
Miss Wałęsa : et pourquoi ne vous répond elle pas ? elle a perdu la parole ou quoi
Dr Robinson : justement elle ne parle pas.
Miss Wałęsa : elle est muette ?
Dr Robinson : peut être.
Miss Wałęsa : dois-je comprend qu'elle est autiste.
Dr Robinson : on ne le sait pas encore c'est ce qu'il faut que je le détermine.

A cause de son cas particulier aucun diagnostique psychologique claire n'avait pus être établis, pour le moment personne ne savait de quoi Maeva était atteinte,Amnésie - autisme - syndrome de clover , ceci le docteur se devait de le déterminer a laide de sa thérapie.

Miss Wałęsa : et tous lui fait peur.
Dr Robinson : non seulement les étranger mais après elle s'habitue vite au gens
Miss Wałęsa : sa me rassure sinon on s'en serait vu avec les autres patient
Dr Robinson : comme vous dites, donc étant fragile évitez de trop la brusquer.
Miss Wałęsa : soyez sans crainte je connais mon travail.
Dr Robinson : je n'en doute pas
Miss Wałęsa : par contre docteur j'aurais une question a vous poser
Laquelle demanda le docteur
Miss Wałęsa : sa couleur de cheveux c'est naturel ou elle c'est fait un shampooing aux ...
...c'est naturel coupa le docteur qui ne voulait pas se lancer dans des explications
Miss Wałęsa : et bien c'est la première fois que je vois ça.
Dr Robinson : vous n'êtes pas seul.
Miss Wałęsa : c'est du a quoi.
Dr Robinson : allez savoir de nos jour on voit tellement de chose bizarre.
Miss Wałęsa : elle va pas manquer d attirer les regard sur elle
Je n'en doute pas se désola alors le docteur

Il faut dire que l'entrée de Maeva dans la pièce avait l'interpeller bon nombre de personne, les docteur aussi bien que les enfant avaient tous remarquer Maeva, il faut dire que Maeva attirait les regards,cette impression d'être la cible de tous les regard se traduisait chez la jeune fille par un malaise et une gêne constante, et cela serait ainsi durant tous le long de son séjour a l'hôspital.

Ayant un emploi du temps très chargé pour la journée le docteur confia la garde de Maeva aux bon soin de miss Wałęsa,celle-ci devait s'occuper de Maeva aux atelier ludique
le docteur donna des consignes précise pour que ne l'on ne mette pas Maeva en contact avec les autres patients.
cette tenue a l'écart pouvait paraître injuste mais le docteur Holstein avait été très clair ,dans un premier temps Maeva ne devait pas avoir de rapport direct avec les autres enfants pour ne pas blesser ceci, Maeva fut donc placer sur une table a part, a se moment le docteur lui expliqua qu'il devait partir mais qu'il reviendrais assez vite il demanda a Maeva d'être sage est de ne pas bouger de la table, et c'est ce que la petite fille allait faire toutes la journée.

Ici tu sera bien pour travailler fit le docteur.

Le docteur sortis de la pièce laissant Maeva seul devant sa table, sous la garde de Miss Walesa Maeva ne savait pas ce qu'elle devait faire, allaient ton lui donner a manger ?
Assis à sa table elle se contenta de regarder à droite à gauche pour voir ce qui s'y passait, c'est alors que Miss Wałęsa lui mit une feuille blanche sous les yeux elle lui donna ensuite une sorte de stylo qu'elle posa a coté de Maeva.
Intrigué Maeva ne savait pas quoi faire avec cet objet étrange et pourtant instinctivement elle le prix avec sa mains droite, Miss Wałęsa lui montra comment fonctionnait l'objet en dessinant plusieurs cercles concentriques sur la feuille.

Tu vois c'est pas compliqué lui fit l'infirmière.

Prenant le stylo comme on prendrait un manche de pelle Maeva gribouilla des choses sur la feuille, elle appuyait tellement fort qu'elle faillit déchiré le papier et casser la mine du stylo .Au début les traits que dessinait Maeva était assez grossier mais rapidement sur la tutelle de l'infirmière qui lui guida elle améliora rapidement la prise en mains de son stylo, ces lignes commencèrent à devenir très droites, cela étonna meme l'infirmière les progrès de Maeva étaient assez étonnant meme si ces dessins ne représentait pas grand-chose mais tous ceci n'etait qu'un première essai Maeva avait bien compris le principe du dessin.

Durant plus de 2 heure elle dessina tous se qui lui venait a la tête, parmi ces dessin on pouvait voir des formes bizarres et des sortes de paysages meme si c'était maladroit Maeva semblais faire preuve d'une grande adresse, a la fin tous ces dessin n'allait pas être jetée, au contraire il seraient collecter et allait servir pour la thérapie car si par le dessin Maeva pouvait s exprimer cela constituerai une base de travail que le docteur pourrait utiliser pour la soigner.

La matinée fila sans que Maeva ne s'en rends compte quand midi sonna tous les enfant furent renvoyé dans leur chambres, il fallait maintenant manger et là c'était une autre histoire,au meme titre que les autres enfants Maeva retourna dans sa chambre sous la conduite de miss Walesa

Par la suite les plats cuisinés furent apporté dans les chambres, chaque infirmières devaient mourir les enfants pour éviter que ceux-ci ne se blesse avec les couverts ou ne s'étouffent avec la nourriture.

Ce fut Miss Wałęsa qui fut chargé de nourrir Maeva, mais elle n'avait pas été informer par le docteur de la manière a suivre avec cette enfant spécial et comme il fallait si attendre Maeva refusa de manger cette nourriture a l aspect peu appétissant il faut dire que le dîner n'était pas spécialement bon , c'était des petits pois avec de la viande cuite a la vapeur.

L'infirmière eut tous le mal du monde a faire avaler a Maeva une seule bouchée et quand elle y arrivait Maeva avait beaucoup de mal à avaler, mais la faim fut plus forte que tout est elle dû se forcer, vraiment cela ne valait pas la cuisine de Clarisse ni les petits gâteaux dont Maeva raffolait.
Ce fut une des raisons qui fit aussi que Maeva se sentit mal à l'hôspital la nourriture y était vraiment infecte ,mais il faut croire que c'est une règle en vigueur dans tous les hôpitaux.

Cela expliqua aussi pourquoi par la suite Maeva ne voulait manger que des hamburgers est choses grasses ,heureusement pour elle que son métabolisme particulier lui permettait de tous digéré,sinon Maeva aurait fini par devenir obèse.

Si la nourriture fut une grande épreuve le plus dur était encore à venir car il fallait bientôt que Maeva passe sa première nuit dans sa chambre
Elle devrait la passer seule alors que depuis le début Maeva avait toujour été accompagné durant ces nuits mais la elle allait être livré a elle meme.
Le soir venu le docteur passa dans sa chambre pour s'assurer que Maeva allait bien,il la quitta avec une certaine angoisse, il espéra que Maeva ne subirait pas une nouvelle crise durant son sommeil, pour cela il devait se montrer extrêmement prudent.

Le Docteur savait bien que la thérapie allait prendre un temps énorme peut-être serait-il obligé d'y consacrer des mois, mais il avait mis au point un nouveau procédé de traitement quel comptais expérimenter sur Maeva mais cela allait lui demander du temps
Il avait aménagée son emploi du temps pour le consacrer pleinement à Maeva en pesant que cela serait facile
Mais il se trompait prochainement d'autres événements allaient survenir qui allaient influencer Maeva pour le reste de sa vie.

















chapitre 14 petit tours à la Silicon Valley

12 octobre 2004

Monsieur ... thé ou café ?
Je prendrai un café fit l'homme
Et vous madame ... thé ou café demanda l'hôtesse.
Non merci sans façons je préfère éviter de consommer des excitants répondit la femme.

Sans plus attendre l'hôtesse commença à servir le café chaud dans la tasse qu'elle posa sur le plateau repas placer devant l'homme qui l'en remercia, après quoi elle fit avancer son chariot jusqu'aux sièges qui se trouvait derrière, la elle réitéra la même question aux autres passager

Monsieur thé ou café ? fit a nouveau l'hôtesse

L'homme secoua son sachet de sucre avant de l'ouvrir et d'en verser le contenu dans son café, il pris sa cuillère et touilla le tous, il souffla sur le précieux nectar avant d'avaler presque la moitie de la tasse d'un seul trait.

Ah c'est vraiment bon fit l'homme ravit.
vous avez une sacrée descente constata la femme a coté de lui
C'est normal j'adore le café répondit l'homme.
Femme : c'est ce que je vois
Et vous Janet vous n'aimer pas le café demanda l'homme
Janet : Désolé Mr Powell mais sans vouloir faire de mauvais jeu de mot les excitant comme le café ne sont pas vraiment ma tasse de thé.
Homme : pas votre tasse de thé c'est de l'humour anglais ?
Janet : je vous en prie Mr Powell ne soyez pas si...si
...Tatillon c'est le mot que vous cherchiez je suppose fit l'homme
Janet : ce n'est pas a celui ci que je pensais
Homme : vous m'en direz tant.
Janet : j'aurais plutôt dit suffisant.
Homme : suffisant !!
Janet : suffisant sa colle bien avec votre caractère.
Homme : je vous trouve un peu dure la je disais ça histoire de détendre l'atmosphère, vous avez l'air si tendu.
Janet : raison de plus pour ne pas boire de café ou de thé
Homme : c'est vrai que c'est pas ce qu'il y a de mieux pour se détendre.
Janet : nous sommes au moins d'accord la dessus.

Janet paraissait assez distante avec MR Powell il faut dire que la jeune femme était assez nerveuse par nature, et le faite de prendre l'avions n'avait rein arranger, ce que son collègue ne manqua pas de lui faire remarquer.

Homme : vous pourriez être un peu plus sympathique ont est collègue après tous.
Janet : oui collègue est puis c'est tous ....... (^_^)
Homme : sa veut dire quoi ceci.
Rein de spécial fit Janet.
Homme : tiens donc !!
Janet : sa veut dire quoi ce "tiens donc"
Oh rien de spécial fit l'homme
Janet : vous pensez a quoi la
Homme : je pense que vous devriez lâcher cette ordinateur un instant et regarder le film
Janet : je ne peux pas j'ai du travail
Homme : il n'y a rein a faire vous êtes toujours aussi tendu.
Janet : c'est une critique de votre part ?
Homme : une observation de ma part rien de plus.
Sachez que le jour ou je pourrais me détendre se sera quand j'aurais finis mon exposé Mr Powell dit Janet pour seul défense.
Homme : après tous vous faite comme vous voulez Janet
Janet : heureux que vous le compreniez enfin Mr Powell
Homme : dites quand même en tant que collègue on pourrait pas s'appeler par nos prénoms
Janet : si vous voulez... Robert
Robert : alors vous voyez quand vous voulez vous pouvez être sympathiques
Qu'est ce qui vous fait dire que je ne le suis pas. lui fit Janet
Des petites choses par ci par la fit Robert

Janet Parker et son partenaire Robert Powell alias le major et le colonel avaient tous deux repris du service, pour les besoins de leur futur mission il avaient ré-endossé leur couverture d'agents d'assurance, afin d' enquêter sur les agissements de global computer.
A peine le major était elle sortis de l'hospital qu'ils avaient pris le premier vol en partance pour les états unis
Pour mener leur investigations ils devaient se rendre en Californie dans les locaux meme de la très suspecte société d'informatique.
pendant le voyage le major avait voulu continuer ces recherches sur ces filtres anti parasitages alors que le colonel lui ne pouvait que regarder les film a la télévision, tous de fois sa petite critique a l'encontre du major avait interpellé cette dernière.

Janet : et en quoi je ne suis pas si sympathiques
Robert : c'est a cause de votre caractère distant et absorbée
Janet : et bien quoi je suis consciencieuse de mon travail
Robert : vous l'êtes a l extrême je trouve
Janet : pas temps que ça
Robert : vous trouvez
Sachez Robert que je suis très drôle quand je veux se défendit Janet.
Robert : c'est une blague de votre part ou une affirmation ce que vous dites la

Le major se retint bien de dire quoi que ce soit car il semblait que le colonel avait décider de se jouer d'elle, il fallait pas qu'elle trahisse sa couverture alors elle se prêta a cette comédie et comme le major aimait toujour avoir le dernier mots...

Janet : je peux être drôle si je veux
Robert : prouvez le moi.
Janet : et comment ,
Robert : et bien racontez moi une blague
Janet : et bien...
Robert : alors j'attend

Le major était bien piégé a part des blagues scientifique sur des équations elle n'avait pas l'humour terre a terre du colonel elle préféra battre en retraite en se réfugiant derrière une excuse bien rodée.

Janet : j'ai du travail à terminer on verra sa plus tard
Robert : vous déclarer forfait
Janet : pas du tous je me réserve pour plus tard
J'avais raison vous voyez fit le colonel content d'avoir eut cette foi le dernier mots
Non fit Janet
Robert : si
Janet : non
Robert : si
Janet : arrêtons ces jeux de gamins s'il vous plaît
Robert : comme vous voulez Janet, mais je vous rappellerai a l'ordre un de ces jours
Janet : d'accord on verra sa plus tard pour le moment j'ai encore beaucoup de statistiques à mettre au point
Robert : Décidément vous n' êtes qu'un bourreau de travail.
Janet : je suis obliger, mes dossier sont prioritaire
Robert : mais pas autant que notre rendez vous de demain.
Janet : d'ailleurs puisque vous évoquer le sujet, comment nous allons procéder pour rencontrer Mr Romuald H Landsey.
Robert : très facile, j'ai avec moi le chèque d'achats
Janet : quelle chèque ?
Robert : celui qui va nous servir a payer Mr Landsey
C'est quoi cette histoire de chèque demanda Janet
Robert : c'est notre billet d'entrée a la société Global computer.
Janet : vous voulez acheter quelque chose la bas
Robert : sa se pourrait
Janet :pourtant ils ne vendent que des cartes a puce
Robert : c'est ce que ont va acheter justement
Janet : ne me dites pas que...
Robert : si j'ai avec moi un chèque de 10 millions de livres streling pour l'achat d'une puce a Quadrihoppes
Janet : d'où sortez vous cette somme ?
Robert : tous est en ordre je me suis arranger avec Mr Starkey
Janet : il a accepter ?!!!
Robert : sa n'as pas été sans mal mais oui.
Janet : comment avez vous réussi a le convaincre de débloquer les fond nécessaire
Robert : en signant des formulaires.

Mr Starkey était le noms de code donner au lieutenant Fraggle, pour le besoin de la mission et pour donner le change le colonel avait convaincu ce dernier de débloquer les fond nécessaire a l'achat d'une carte a micropuce Quadrihoppes, le lieutenant faillit bien s'étouffer a cette demande mais comme elle émanait directement du colonel les frais allait donc être partagé.
Pour ça le lieutenant avait fait signer une quantité impressionnante de paperasse au colonel de façons a ce que les services secret français verse la somme de 5 millions de livre a l'état britannique

Janet : sa va coûter chère a notre entreprise.
Robert : ne m'en parler pas la mienne va sûrement me muter en arctique après un coup pareils Janet : était il nécessaire de donner une telle somme
Robert : c'est notre ticket d'entrée.
Janet : sa fait chère la place.surtout ne perdez pas le chèque.
Robert : aucun risque sinon Mr Starkey va me bouffer si je commet cette boulette.
Janet : ne soyez pas si pessimiste Mr Starkey n'est pas un ogre
Robert : un pingre en tous cas ça c'est sur.
Janet je dirais plutôt une personne soucieuse des dépenses.
Robert : grâce a ce chèque nous avons plus conclure un arrangement avec Mr Stenton
Janet : nous ne m'aviez pas avertis
Robert : je voulais garder ça pour moi
Janet : et quel arrangement
Robert : en échange de la somme verser il nous confère un droit de représentant légale de sa société
Janet : si je comprend bien nous travaillons donc pour Quantum Conductivity maintenant
Robert : seulement en qualité d' acheteur intermédiaire, ainsi nous éveillerons pas les soupçons.
Janet : et après que compter vous faire ?
Robert : nous aviserons sur place
Janet : c'est un peu hasardeux
Robert : certes mais comme on ne sait rein sur ce Mr Landsey il va falloir improviser, il faut le pousser a commettre un faux pas
Janet : plus facile a dire qu'a faire comment voulez vous lui faire avouer quoi que se soit.
Robert : j'ai ma petite idée mais nous en s'appeler plus tard a l'hôtel
Janet : vous ne pouvez pas me le dire
Robert : disons juste que tact est subtilité nous serons nécessaire
Janet : c'est pas gagner alors
Robert : est pourquoi dit vous ça
Janet : comme ça.

Pour réussir a confondre le directeur de Global computer le colonel avait déjà établis son plan d'attaque mais pour l'heure il en avait garder les détail pour lui , bien sur une fois a l'hôtel il donnera au major les instructions a suivre,mais en attendant il essaya encore de convaincre le major de ce changer les idées

Robert : et bien Janet regarder donc les films sa vous détendra
Janet : merci mais je n'ai pas besoin de ça.
Robert : faite un effort
Janet : Mr Powell si vous pouviez cesser de m'importuner je vous en serais quitte

Décidément mais sous une fausse identité le major était toujours aussi stricte, elle n'était pas disposer a parler d'avantage, le colonel décida de ne pas insister, mais il se promit de revenir a la charge,au fond de lui il était persuader qu'il arriverait a briser la glace entre eux
Dans l'avion qui les emmenait a New York les films n'était pas vraiment intéressants, le colonel préféra se concentrer sur les actualités, en zappant il finit pas tomber sur une petite chaîne de télévision international relier par satellites

____________________________BTV____________________________

Btv était une chaîne prive d information en continue a cette heure ci c'était la chronique de Minnie Ruskofief , la présentatrice faisait le résumer de l'actualité en 5 minutes.



"Bonjour ici Minnie Ruskofief (1) pour des BTV qui vous présente les actualités du monde en cinq points essentiels."

L'écran titre se tinta en bleu et vert pour laisser apparaître les 5 point qui allait être développé

- Conflit en Stanilasie
- Tuerie sanglante dans un lieu public
- enlèvement d'une adolescente
- Naufrage dans le pacifique
- Crash d'un avion de British Airway


< Conflit en Stanilasie >

Le conflit qui secoue la Stanislasie fait toujours fureur dans les Balkans, malgres les avertissement de l'ONU, le kaiser Ervig 1er fait front au soulèvement en appliquant la plus sanglante des répression, pour l'heure le conseil de sécurité a voté pour l'envoie de nouvelle troupe de casque bleu afin d'assuré la sécurité des réfugié.

Les images montrait des chars d'assaut de la garde impérial entrer dans la ville de Benkoski dans le sud ouest de la province de Amgkruk, a celle ci s' enchaînérent les images des milliers de civil qui fuyaient par les routes le conflit

Vint ensuite le deuxième sujet du jour

< Tuerie sanglante dans un lieu public>

Un homme pris sous l'effet de stupéfiant a fait irruption dans un commerce huppée de la ville de kaminski en russie il a commencer a ouvrir le feu sur les passants, on dénombre pour l'heure pas moins de 6 morts parmi lesquels le forcené qui a été abattu par les forces de l ordre selon la police l'homme semblais complètement possédé et a refusé de se rendre

Vint ensuite le troisième sujet du jour



On est toujours sans nouvelle de la jeune adolescente canadienne qui été enlever a Paris dans nuit du 19,selon les premiers témoins un homme grand et maigre aurait été aperçu dans les alentour peut avant la disparition de la jeune fille.
Un avis de recherche a été lancer mais les chances de la retrouver en vie sont devenu mince depuis que son pull taché de sang a été retrouve vers le bord de la seine.

A cette triste annonce s'en succéda une autre

< Naufrage dans le pacifique>

Nouvelle disparition d'un cargo dans le pacifique sud, tard dans la nuit un S.O.S du cargo San Angora a été capté par les autorités Australiene les secours maritime dépêchées sur place n'ont trouvé aucun survivant le navire a sombrer corp et bien avec toutes sa cargaison.

< Crash d'un avion de British Airway >

Ce matin un avion de British Airway c'est écrase 5 minutes après son décollage le nombre de victimes et pour le moins inconnu et.....

Cette dernier nouvelles ne rassura pas le colonel, il posa ces écouteur et demanda au major de lui confirmer un doutes.

Dites moi Janet c'est bien British Airway la compagnie qu'on a pris demanda le colonel
Janet : oui en effet 'est un British Airway pourquoi cette question ?
Pour rein fit Robert qui s agrippa alors au poignée des sièges.

Tous le reste du vol se passa sans le moindre problème, arrive a new York ,après 1h30 de pause les deux agent prirent le vol domestique en partance pour la Californie, ce fut en fin de journée qu'ils arrivèrent a l'hôtel ou il devaient se reposer de leur voyage et faire le point de la situation en attendant de poursuivre leur enquête.


(1) pour le gag sachez que Minnie Ruskofief et un personnage de ma fanfics Code Ryoko,elle est en faite la parodie de Milly Solavief,c'est pas essentiel j'ai juste pour le signaler...un peu humour sa fait pas de mal.









chapitre 14 c'est la tour

Journal de Arnaud Morillon 09 août 2005

Compte-rendu d'analyse journal vidéo numéro 14


La je suis dans une impasse
---
Je n'arrive toujours pas à comprendre a quoi ce système peut bien servir.
---
J'essaie pourtant de procéder par étapes
---
Une première constatations c'est que ce programme n'est en rapport ni avec la téléportations ni avec les intelligences artificielles.
---
Il leur est différend sur bien des points.
---
Pour commencer il n'est pas automne il nécessite un apport d' énergie extérieur.
---
D'ailleurs il semble que se système est besoin de beaucoup d'énergie pour fonctionner.
---
C'est ce qui le distingue des IA qui elles sont largement moins consommatrice de ressources
---
la première étape est donc de brancher ce programme sur un réseau pour l'alimenter en énergie.
---
Une fois qu'elle a reçue suffisamment d'énergie,elle peut enfin fonctionner
--
Si je dis elle c'est pas par hasard.
---
Si sa fonction reste un mystère c'est sa forme général n'en est pas un.
---
Globalement ont a faire a une tour.
---
ça n'a rein de nouveau je le savais depuis le début.
---
Mais cette tour puisqu'il faut l'appeler comme ça et vraiment d'une conception étonnante
---
sa structure virtuel et assez hors norme.
---
Ce qui me laisse supposer que ce programme serai une sorte d'interface
---
Une interface d'accord mais avec quoi ?
---
La question est donc de savoir avec quoi ce système peut s'interfacer.
---
Un autre super-calculateur, d'autres programmes ,des machines externe ?
---
C'est a moi de le déterminer.
---
Procédons par ordre.
---
Ce système a une structure extrêmement complexe
---
Il y a l'intérieur pas moins de 1000 systèmes de paramétrages repartis sur toutes sa surface le tous sous la forme de fenêtres.
---
C'est fenêtres binaires semblent être des vecteurs de commande.
---
Grossièrement chaque fenêtre serais une sorte d'interrupteur
---
leur activation et désactivation aurait une influence sur le fonctionnement de la tour.
---
Ce qui m'a amène a penser que se système et bien une interface de contrôle.
---
Mais la une autre question se pose.
---
Sa peut contrôler quoi ?
---
Des machines ou des ordinateur.
---
et pourquoi pas les deux.
---
Le mieux serait que je procède à des tests et a des analyses.
---
Normalement ce système est prévu pour fonctionner en réseau.
---
A l'origine elle était relier a d'autres systèmes de tour.
---
Mais contrairement aux autres celle ci avait la particularité de permettre d'accéder a d'autres niveaux.
---
C'est ce qui la rendait très différentes des autres systèmes que j'avais déjà pu analyser
---
Et c'est bien pour ça que j'ai voulu l'analyser de plus près.
---
Mais suite a mon problème d' anti-virus durant opération de transfert on a été interrompu
---
résultat des course le programme transmis était incomplet.
---
A l'aide du temple que Tanit m'as alloué j'ai pus reconstituer cette tour dans son ensemble en la complétant de quelques programmes de ma composition pour les fragment manquants
---
Pour la décompresser et la réparer j'ai procéder a quelque modification sur sa base structurelle.
---
garce a mon habilite légendaire j'ai réussi a les rendre compatibles avec les systèmes de la cité.
---
la encore la régénération virtuelle m'as bien aider.
---
J'ai donc intégrer ces paramètres a ma sonde Vger 2.0
---
Et la le résultat a encore dépasser mes espérances
---
les deux systèmes on comme qui dirais ... fusionner
---
Ma sonde a assimiler les propriétés émergente de cette tour.
---
Pour faire simple disons que ma sonde peut se transformer en cette tour maintenant
---
Décidément ma sonde est vraiment polyvalente.
---
Mais cette tour l'est tous autant.
---
Sa confirme se que je savais déjà.
---
Ma tecnhologie est compatible avec celle de ce monde.
---
Imaginer donc les possibilité que sa offre
---
je serais en mesure de m'interfacer avec ce monde et d'en utiliser les ressources.
--
C'est une piste a creuser.
---
On sait jamais sa pourrais être utile.
---
Passons a la suite.........
---
Une fois que j'ai réussi a la reconstituer j'ai donc essayé de le faire fonctionner
---
Mais la j'ai fait chou blanc.
---
Pas moyen de l'activer
---
pourtant les paramètres sur mes écrans confirme que l'énergie insufflé a la tour devrait la faire fonctionner.
---
il faut donc un protocole spéciale pour l'activer
---
Un programme qui permettrais qu'utilise l'énergie et ces systèmes.
---
Conclusion il me manque la clé de contact.
---
Il est peut-être possible que les clés de la téléportation que j'ai trouvée soi finalement complémentaire que ce programme.
---
Ce qui voudrait dire que cette tour serait capable de contrôler le processus de téléportation
---
elle serait vraiment multi-fonctions.
---
Alors en n'ayant pas plus d'information pour le moment il est difficile de faire des théories
---
Mais je pense que l'on peut contourner se problème
---
vu quelle a fusionner avec Vger 2.0 ma sonde serait peut être en mesure de l'activer.
---
Si sa marche sa va devenir très intéressant
---
Je pense que Tanit serait aussi en mesure de pouvoir s'en servir.
---
Simon voulait que j'apporte ma contribution a la cite et bien voila c'est fait.
---
avec se système d'interface Tanit serait en mesure d'augmenter son interaction avec le monde extérieur
---
En théorie car il faudra brancher des machines sur le super calculateur.
---
Avec cette tour elle pourrait contrôler les environnements des laboratoires
---
machine automatiser - système de production - et que sais-je....
---
Ce qui fera d'elle la parfaite assistante de laboratoire
---
Finit pour elle le temps des calculs
---
désormais elle pourra aussi agir sur la production du matériel.
---
avec elle au moins on sera sur que tous ce qu'on produira sera a 100% fiable.
---
Avec elle les phase de teste de matériel deviendra superflu.
---
En contrôlant la production et elle pourra s'assurer de par elle meme de la qualité des produits
---
Revers de la médaille sa va sûrement créer du chômage dans les laboratoires de test
---
C'est pas bien de ma part mais c'est comme ça.
---
Chaque nouveau progrès entraîner forcement la disparition d'un corp de métier
---
Enfin ont fait d'omelette sans casser des oeufs.
---
et l'être humains sera toujours indispensable a la machine pour exister.
---
je vais devoir passer a la partie test de ce programmes
---

---------------------------------------------------PAUSE---------------------------------------------------

Durant tous le reste de la journée Arnaud procéda a des essais sur la tour via sa sonde vger 2.0 , pour se faire il connecta sur son ordinateur un bras automatiser afin de vérifier comment la tour allait pouvoir le contrôler.

En agissant sur certains paramètres il parvient a faire bouger celui ci,la tour avait la particularité de s'adapter automatiquement aux système auxquelles elle était connecter.

Ces premiers essais ravir Arnaud qui voulu pousser l' expérience plus loin, en influant sur d'autres paramètres il obtint alors un résultat inattendu.


-------------------------------------------------REPRISE-------------------------------------------------

C'est de la folie.
---
Et encore je pèse mes mots
---
je vous expliquer et la vous allez comprendre
---
Voila en voulant tester les possibilité de la tour, je l'ai donc connecter a un bas robotiser
---
Puis en agissant sur certaine fenêtres j'ai commencer a vouloir le faire bouger
---
et la sa a marcher a merveille.
---
Le bras montait descendais tournait sur lui meme sans le moindre problème.
---
Satisfait du résultat j'ai voulu pousser les essai un peu plus loin.
---
Car vous devez savoir que dans cette essai je n'ai utiliser qu'une cinquantaine de fenêtres sur un totale de 1000.
---
Donc je me suis dit " voyons ce que l'on peut faire avec le reste.
---
Et la le moins que je puisse dire c'est que je n''ai pas été déçu du résultat.
---
En influent sur 100 fenêtres supplémentaires il c'est passé un phénomènes incroyable
---
Tenez vous bien c'est du costaud.
---
Et bien voila juste après avoir activer la centième fenêtres...............un arc électrique c'est formé a l extrémité de la pince du bras.

---
Je vous jure que c'est la vérité
---
Incroyable
---
Bien sur au début j'ai cru a un court circuit venant du bras.
---
J'ai donc coupé le système pour contrôler l'état du bras
---
Mais en le diagnostiquant je n'est trouver aucun défaut technique.
---
j'ai donc retrancher le tous et recommencer l'expérience avec les mêmes manipulations
---
Et la Re-belote.
---
Le meme phénomènes c'est reproduit a l'activation de la centième fenêtres
---
Il faut donc que je me rende a l'évidence
---
c'est la tour qui est responsable.
---
Comment diable un programme informatique pourrait il faire ça
---
la seule théorie que j'ai et que se protocole est capable d'agir sur la matière.
---
Et plus précisément a l aide a d'un phénomène de physique très connue appelé

__________________________l'éléctro magnétisme__________________________

---
Bien qu'a la base se système devait plutôt contrôler l'électricité.
---
Mais les modifications que j'ai dut apporté sur cette tour a semble t'il modifier ces propriétés d'interaction avec le monde extérieur
---
je l'aurais donc améliorer sans le vouloir
---
Je suis vraiment balèze des fois (^_^)
---
c'est vraiment étonnant cette expérience
---
Et sa seulement avec 10 % de la puissance nécessaire
---
Allez savoir ce que cette tour utiliser a pleine puissance serait capable de faire.
---
Mais sa je ne le serais pas pour le moment.
---
Car lors de cette expérience il se trouvait que Simon était dans la pièce
---
Tous comme moi il a vu c'est qui c'est passée.
---
Bien sur il ma tous de suite demander ce que je faisait
---
Et la j'ai été obliger de lui expliquer.
---
Je crois que mes révélations l'ont autant scotché sur place que moi.
---
Franchement qui pourrait croire une chose pareil.
---
Simon m'as alors demander de garder sa pour moi et de lui transmette a lui seul le résultat des mes expériences.
---
je suppose qu'il va confier ces test a d'autres laboratoires
---
il fait ce qu'il veut après tous c'est le patrons de cette section
---
Curieusement Il m'as aussi demander de mettre un pont une télécommande pour Vger 2.0
---
Quels idée bizarre
---
Pourquoi vouloir contrôler ma sonde depuis l'extérieur ?
---
Il a sûrement ces raisons
---
Allez savoir ce qu'il a derrière la tête
---
Je lui est donc répondu que c'était faisable, mais qu'il me faudrait un peu de temps pour ça
---
Il m'as dit de faire au plus vite
---
j'ai donc accepter
---
En contre parie il m'a augmenter mes crédits
---
Sa veut dire plus de moyen pour mes recherches.
---
et je vais pas m'en plaindre
---
Il m'as demander de me concentrer sur le reste de mes recherches
---
A savoir la téléportation...
















Chapitre 15 L'extinction du super-calculateur

Laboratoire 24 août 2005


----------------------------------------ENREGISTREMENT----------------------------------------------

En cette fin de mois d'août beaucoup de choses ont changé
---
Je peux dire que les simulations sur le projet T sont plus que satisfaisante
---
Je n'ai n'est pas détecté le moindres beugs lors de son lancement.
---
Activation - OK.
---
Résistance - OK.
---
Puissance - OK.
---
Tous les paramètres en général - OK.
---
le bonhomme crash test n'as pas exploser.
---
L' enveloppe virtuel a tenue le choc malgres le dégagement d'énergie généré par le processus. de T...............
---
Je peux donc en conclure que sa marche.
---
Mais j'ai quand meme un doute a cause de mon petit bonhomme justement.
---
Il ne s'agit là que d'une réplique virtuelle de petite taille.
---
A peine 20 cm de haut
---
Sa fausse un peu les résultat en faite.
---
Si sa marche sur lui il est en revanche très difficile de savoir qu'elle seront les véritables effets sur un corps humain.
---
Un être réel a taille humaine.
---
Pas besoin d'avoir fait math Sup pour deviner que le dégagement d'énergie va être bien supérieur
---
Par mesure de sécurité d'autres simulations vont être nécessaire.
---
Et j'ai plutôt intérêt a me dépêcher de finir se programme.
---
Car les Échos détectées sur le réseau ont tendance à s'amplifier de plus en plus
---
Ceci ont même pris une amplitude que je n'aurais jamais soupçonnée.
---
Cela m'inquiète beaucoup.
---
Alors il devient indispensable que je finisse le projet T le plus rapidement possible afin de pouvoir détruire Xana pour de bon.
---
Car si ces échos sont bel et bien la manifestation d'une quelconque activité de Xana sur le réseau.
---
Sa serait une catastrophe.
---
j'ai fait part de mes inquiétudes a Yumi.
---
Elle meme a du mal a y croire
---
Le retour de Xana.
---
Un scénario catastrophe digne des pires film d'horreur de ce bon vieux Odd
---
A part que la c'est réel.
---
Malheureusement pour le moment je ne peux rien entreprendre.
---
Je n'ai pas l'énergie nécessaire pour pouvoir réactiver le programme multi-agent.
---
Et surtout je n'ai plus Aelita pour lancer la séquence du programme depuis le cinquième territoire.
---
Quel poisse.
---
Et meme si j'avais les deux sous la mains, je doute que le programme multi agent soit vraiment efficace
---
Si celui-ci n'a pas réussi à éliminer Xana la première fois, je doute fort qu'il puisse le faire aujourd'hui.
---
Donc il faut que je travaille sur une amélioration de ce dernier
---
On peux supposer que Xana a évolué au-delà de ce que l'on peut imaginer.
---
C'est la seule explication que j'ai pour expliquer qu'il est survécu la première foi.
---
Il a dut trouver un moyen de changer sa programmation de base pour ne pas etre affecter par le programme multi agent
---
Ce qui voudrais dire qu'il aurait été capable de survivre dans un autre type d'ordinateur que ceux construit sur un principe quantique.
---
Car tous les super-calculateurs dans lesquels il se trouvaient ont été détruit.
---
De ce coté la je n'ai aucun doutes.
---
J'ai mené mes petites investigations pour savoir quels incidents avaient émaillé le monde ce jour-là.
---
Et je n'ai pas été déçu de se que j'ai trouvé.
---
On peut dire que l'influence de ce satané virus c'était répandue partout
---
États-Unis, Russie, Japon, Amérique du Nord du Sud, pays scandinave, Moyen-Orient
---
d'après ce que j'ai pus en lire la plupart de ces machines sont tombés en pannes de façons quasi simultanés au quatre coins du monde.
---
Le réseau a été très perturbé par l'action du programme multi agent lors de son lancement.
---
Une très sérieuse revue scientifique a même établi qu'un nouveau type de virus était apparu ce jour la.
---
Il n'était pas loin de la vérité.
---
A part que celui-ci était beaucoup plus dangereux qu'un simple petit virus informatique.
---
D'un point de vue global la destruction de Xana n'as provoqué aucun dégât majeur
---
C'est une bonne chose
---
Malgres ces bonnes nouvelles un autre doute persiste

_____________________ L'armée robotisé de Xana_____________________


Qu'est t'elle devenu ?
---
J'ai fait des recherches sur les activités de la base en Sibérie.
---
Aucun événements n'as été relatés concernant la présence des robots
---
Et cela m'interpelle, ou sont passer ces machines ?
---
Détruite ou bien...?
---
Si sa se trouve les militaires russes on étouffer l'affaire et se sont emparés de cette technologie.
---
Si les russes sont en possession d'une telle tecnhologie le pire a a craindre pour plus tard.
---
Une telle puissance serait tentante a utiliser contre d'autre pays.
---
A condition que se soit eux que se soit emparé de cette technologie.
---
Dans le cas contraire sa voudrais dire que Xana les a lui meme évacués.
---
Il est possible que ce sentant menacé il est choisit de les mettre en lieux sur en attendant je jour ou il pourrait contre-attaquer en force.
---
si c'est le cas je me demande bien où il a put stocker une telle armée ?
---
Je ne vois pas d'endroit sur Terre susceptible d'accueillir ces soldats de métal
---
Sans oublier qu'il faut qu'elle soit à proximité d'un super-calculateur
---
On peut des-lors supposer que pour éviter les gêneur il a dut choir un endroit qui soit difficile d'accès
---
Mais ou alors ?
---
Une montagne - Une foret tropical - une île déserte - un volcan
---
Allez savoir !!!
---
La perspective que Xana soit de retour et qu'il serait a la tête d'une armée d'androide surpuissant n'augure rien de bon pour l'avenir.
---
Effrayant
---
Si c'est le cas nous devrons a nouveau le combattre
---
Mais sans Aelita sa s'annonce mal engagé pour désactiver les tours
---
Il faudra faire sans.
---
Quelle poisse,a croire que le sort s'acharne sur nous.
---
Maudit Xana meme soi-disant mort il continue a nuire.
---
Reste que sa possible survit est un mystère
---
Comment a t'il put échapper au programme multi agent ?
---
A t'il bénéficier d'une aide extérieur ?
---
Ce qui m' amène aussi à me poser une autre question
---
Serait il possible que des gens est pus reprendre a leur compte les expérimentations de Xana.
---
Et si sa se trouve ces mêmes personnes sont celle qui sont responsable de la disparition de Aelita.
---
Avec la technologie de Xana ils ont accès au programme des tours et a celui des monstres.
---
Sans oublier les clés de Lyoko
---
Ce qui expliquerai le faite qu'ils est pus s'introduire sur Lyoko aussi facilement malgres la présence du bouclier.
---
Mais la sa ne colle pas avec se que j'ai découvert.
---
Car si ont y regarde de plus près , nous avons a faire a deux signaux bien distinct
---
Nous avons donc deux "possible" adversaires.
---
Le signal de ceux qui on enlever Aelita. et celui de Xana.
---
Il y aurait donc deux super-calculateur qui se cache derrière tous ça.
---
Pour les kidnappeur de Aelita je ne sais pas, mais en ce qui concerne Xana sa reste trouble.
---
à supposer que Xana est utiliser un autre super calculateur pourquoi le programme multi agent ne la t'il pas découvert ?
---
Techniquement ce système aurait dû le détruire comme les autres.
---
A moins qu'il n'ai pas été connectés aux autres super-calculateurs.
---
mais comment pourrait il avoir eut un lien avec Xana si il n'était pas en contact tous les deux ?
---
de plus pour Xana s'isoler de cette façon-là lui aurait été fatale.
---
Car son programme de base ne pas survivre en dehors d'un environnement virtuel comme Lyoko.
---
Xana et lier a Lyoko il ne peut vivre en dehors de se monde.
---
C'est pour ça qu'il a créer les réplikas.
---
Pour Xana les réplikas étaient en quelque sorte un espace vert artificiel.
---
Comprenez par la un endroit où il pouvait survivre.
---
Car en théorie Xana ne pouvait vivre de façon définitive dans le réseau et il n'aurait pas put se réfugier dans un super-calculateur classique
---
Car aucune de ces machines n'étaient assez puissante pour le contenir
---
Ce qui fait qu'a court terme sa conscience aurait fini par se disloquer
---
et si il avait pu survivre un instant sa ne n'aurait pas pu être dans notre super calculateur
---
vu que nous allions le débrancher lendemain meme de notre victoire.



-----------------------------Journal de Jeremie Belpois dixième partie.-----------------------------

En la date du 29 mars 2005 nous avions décidé d'éteindre le super-calculateur, cette décision avait fait l'objet de longues tractations beaucoup d'entre nous n'était pas favorable à son extinction définitive.

A part William et yumi nous n'étions pas près a voir se finir comme ça l'aventure de Lyoko,pourtant nous étions tous conscients du danger que cela représentait si cette machine demeurait en activité.

Ce jour la nous avions décider de voter pour son extinction mais a part yumi personne n'arriva a se résigner a cette extrémité.
Yumi ne parvient pas a comprendre une telle attitude de notre part, pourtant chacun avait ses raisons de ne pas vouloir en finir, les raisons étaient nombreuses, mais si il avait fallu n'en retenir qu'une seule alors sa serait celle-ci.

"Lyoko était bien plus pour eux que le symbole d'une vie d'aventure c'était celui de leur amitié."

Avec le temps et les épreuves un lien très fort nous avaient unies et ce qu'ils craignaient tous au fond c'est que ce lien soit couper si jamais nous venions à débrancher le super-calculateur.
Le matin meme aucune décision ne fut prise, il fallait donner a tous le monde un temps de réflexion afin de faire le point sur tous ça.
Si les raisons qui poussait yumi et William a vouloir éteindre cette machine ne faisait pas l'ombre d'un doute quand était il vraiment pour nous autres ?




Pourquoi moi le premier a avoir réactiver le super-calculateur .
---
Pourquoi moi je ne voulais pas être celui qui voulais le désactiver ?
---
Pourquoi ?
---
La raison est simple
---
c'est dut au faite que Lyoko m'avait beaucoup apporté.
---
A l'origine moi qui étais le garçon timide et réservé tous juste débarquer en cinquième de la meme année.
---
Moi qui avant d'arriver au collège Kadic était systématiquement le bouc émissaire des petites brutes de mon ancien collège en sixième
---
Même a Kadic ma vie me paraissait morne est sans intérêt
---
Mais quand j'ai découvert cette machine et rencontré Aelita
---
Ma vie a changer
---
j'avais un but a présent.
---
Et cela a fait la différence
---
pour moi tous ces aventures m'avait changé, elle m'avait aguerri d'une certaine manière.
---
Et je pensais qui si tous s'arrêtais ,je risquait alors de retomber dans l' anonymat.
---
Sa peut paraître égoïste comme comportement mais c'était ainsi
---
Mais Yumi me fit comprendre que les chose devait changer , pour elle nous n'allions pas continuer a jouer aux super héros jusqu 80 ans.
---
Je pouvais pas lui donner tort car au fond de moi je savais qu'elle avait raison
---
Après une longue cogitation de ma part ,la logique finit par emporter sur les sentiments
---
Je devait éteindre cette machine est passer a autres chose
---
Mais si pour moi mes raisons étaient évidentes qu'en était-il pour les autres ?



De nous tous Odd était bien le seul à trouver quelque chose d'amusant à se balader dans cet univers virtuel.
---
pourtant tous le monde savait a commencer par lui que chaque aventure dans ce monde pouvait s'avérer dangereux
---
Voir mortel
---
pour lui Lyoko c'était avant tous le "Fun " l'éclate total
---
Après tous notre casse-cou national n'en était pas a sa première excentricité
---
On peut pas lui reprocher d'être comme ça.
---
Bien qu'un peu de maturité ne lui ferait pas de mal
---
Mais je crois que finalement lui aussi était conscient du danger que cela représentait
---
Et il fallut l'incident avec Sissi pour finir de l'en convaincre.
---
Finis l'aventure pour lui, meme si dans sa vie future il ne s'amuserait plus autant que lorsque il allait sur Lyoko.
---
Mais sa décision était prise.
---
Cette machine devait être éteinte



C'était un peu différent pour lui.
---
Certes il y avait du combat ce qui quelque part ne lui déplaisait pas plus que sa représentation imaginative qu'il était un guerrier.
---
Non ces raisons étaient plus sentimentales
---
Yumi en était la cause
---
le peu de relation qui lui arrivait d'avoir avec elle
---
c'était par le biais de Lyoko
---
Et si jamais on débranchais cette machine tous serait vraiment finis entre eux
---
Le copains et puis c'est tous prendrait alors un tous autre son sens.
---
Et ça Ulrich avait du mal a l'accepter
---
A cause de ça il était particulièrement indécis
---
Mais contre toutes attente le salut vint de yumi elle meme
---
elle lui fit comprendre que meme si Lyoko ne serait plus il y aurait encore de bon moment a venir entre eux
---
Cela avait finis par convaincre le jeune homme de tourner la page.
---
Le samourai allait ranger son sabre au fourreau pour toujours.

< Pour finir Aelita >

Comment la blâmer ?
---
De nous tous elle est celle pour qui cette décisions serait la plus lourde de conséquence
---
Lyoko était avait tous sa vie.
---
C'était avant tout l'endroit où elle avait vécu ces 10 dernières années.
---
Avant Lyoko elle ne se souvenait de presque rein de sa précédente vit terrestre.
---
Elle avait bien des brides de souvenir de son ancienne vie qui parfois refaisait surface.
---
Mais tous était si flou.
---
Lyoko était tous se qui lui restait de son père.
---
Lyoko était un peu son chez-soi
---
quelque part elle aurait beaucoup de mal à se passer de ce monde.
---
En éteignant le super calculateur elle devait dire adieux a Lyoko et a son père.
--
Son arrêt marquerait définitivement la mort de Franz Hopper.
---
Mais la vie devait continuer lui avais je dis un jour.
---
Désormais Aelita se devait d'aller de l'avant.
---
Aelita savait que le passé et le passé.
---
et qu'il n'est pas possible de revenir en arrière sur le long terme.
---
C'est maintenant vers l'avenir qu'elle devait se tourner.
---
Un avenir que elle est moi nous allions découvrir.
---
Ensemble



Voici un peu le tour d'horizon de ce que chacun de nous quatre ressentait , pourtant une décision se devait d'être prise en se qui concernait cette machine.
Alors que nous étions tous indécis un événement particulier allait nous pousser à agir
Sissi avait découvert notre secret, elle avait lu une partie de mon premier journal vidéo et savait a pressent tout ce que nous avions fait durant ces deux années et demie.

Comprenant que nous étions une menace elle avait alerter son père afin de tous lui révéler sur nos activité heureusement pour nous celui ne la pris pas au sérieux et il la conduisait aussitôt a l'infirmerie ,pour empêcher un désastre un ultime retour dans le passé fut lancé
mais ce dernier incident démontra quel point il était maintenant urgent de prendre une décision.
Une fois que l'incident de Sissi fut clos nous nous retrouvâmes une dernières fois en face du super-calculateur
Je proposais a nouveau à tout le monde de choisir en votant pour ou contre l'extinction maintenant que chacun avait prit le temps de réfléchir.

La décision fut unanime le super-calculateur devait être éteint pour toujours

D'une manière très solennel je me suis alors tourner pour faire face a la machine, le moment allait être historique j'aurais pu retenir ma respiration au moment d'abaisser la manette,ce geste j'avais cru que jamais je ne pourrait le refaire depuis la première fois ou nous avions réussi a ramener Aelita sur terre.

Mais cette fois-ci c'était la bonne, nous allions enfin pouvoir en finir une bonne fois pour toutes, c'est en expirant que j'ai alors abaisser la manette de contrôle.
Aussitôt tous les systèmes commencèrent à s' éteindre la lumière doré qui émanait du super-calculateur se mit a faiblir le cylindre cnetral se rentra dans lui-même et la machine commença à s'en-foncer dans le sol, la coupole ornée du symbole de Xana recouvrit la machine.

Quand les portes du monte charge se refermèrent je crus apercevoir un dernier semblant de lumière émaner du super-calculateur,sûrement un effet résiduel dut aux charges statiques accumulées pas de quoi s'alarmer
En passant par le laboratoire j'entrais les codes de blocage sur le terminal pour empêcher qui que ce soit à l'avenir de faire démarrer cette machine a par moi je me suis avancé près du disjoncteur qui étais caché dans le sol et j'ai activer le système de vérouillage temporiser de la porte principale, j'ai également bloquer la porte d'accès de la chaufferie une dernière programmation avait été effectuée sur le monte charge ,celle-ci a été conçue pour l'emmener au fond du puits afin d'y resté bloqué, comme sa personne n'oserait s'aventurer dans le puits Sauf en passant par l'échelle.

Bien sur toutes ces précautions n'étaient que temporaires plus tard j'avais prévu de revenir et de démonter moi-même cette machine pièce par pièce, pour l'heure Lyoko n'était que endormi.

Ce jour nous devions faire table ras du passé sans pour autant oublier que cette aventure était celle qui nous avait tous unis.
Pour nous tous était finis, notre vie de Lyoko guerrier venait de s'achever ce jour-là désormais un nouvel avenir se dressait devant nous ,un avenir prometteur et propice au bonheur

Du moins c'est ce que je croyais.





Chapitre 15 La thérapie

15 septembre 2005

- Bon c'est quoi son problème à celle-là ?
- On n'en sait rien apparemment elle est plutôt du genre de sauvageonne cet enfant.
- elle veut pas manger ces haricots,
- pas moyen de lui faire avaler quoi que se soit.
- et bien elle n'as qu'a rien manger.
- tu veux pas lui donner son plat.
- et pourquoi je ferais ça ?
- parce que c'est ton travail
- facile comme excuse et pourquoi tu n'irais pas toi
- sa va pas la tête, j'en est marre de laver ma blouse
- tu n'en fait pas trop la.
- c'est pas toi qui t'est pris le plat contre la tête
- est en plus elle est agressive en plus d'être "dérangé"
- écoute tous les autres enfant même les plus "attardé" mangent ce qu'on leur donne.
- mais cette "coloré" elle fait sa petite princesse
- et bien la petite princesse va se mettre a la diète pour ce soir.
- bien dit sa lui fera les pied.
- elle est vraiment bizarre cette gamine.
- et tu as vu sa couleur de cheveux, c'est pas naturel.
- tu crois que c'est une mutante.
- vas savoir avec tous se qu'on voit de nos jour on peut se le demander.
- en tous cas "le petit monstre" c'est pas elle qui va faire la loi ici ça je peux vous le garantir.
- il exagère le docteur Robinson , pourquoi il nous as ramené "ça" ici ?
- Ne me demande pas ça a moi, je ne suis pas docteur.
- qui sait il c'est peut être pris de pitié pour elle.
- dans ce cas la il aurait mieux fait de nous ramener un chien, sa aurait été plus docile.

Ce discours assez singulier se tenait entre trois infirmières qui avaient eu l'occasion d'observer Maeva depuis son arrivé.
des le départ Maeva c'était attirer les foudres de certaines infirmières a cause de son comportement sauvage, elle refusait systématiquement de manger les plats que l'on apporterait ,la nourrir était un vrai calvaire il fallait lui cuisiner un menu spécial et encore il lui arrivait de faire la fine bouche.

Son attitude avait excéder les infirmières qui en était arriver a tirer au sort celle qui aurait la déveine d'aller nourrir la "coloré"
En retour Maeva arrivait a percevoir l'hostilité que lui manifestai les infirmières et bien que apeuré elle nourrissait a leur égard un sentiment de défiance ce qui finalement n'arrangeais en rein sa situation déjà suffisamment instable.

Cela faisait bientôt deux semaines que Maeva était arrivée a l'hospital pour y suivre le programme de thérapie que le docteur Robinson avait conçu.
mais cela n'etait pas gagné un conflit entre le docteur Holstein et Robinson avait failli éclaté a nouveau sur le méthode a adopter .

Le docteur Holstein voulait que son docteur applique la technique dites du "Programme A.B.A" alors que le docteur Robinson voulait une approche plus développementales des problèmes de sa patiente.

Cette méthode du traitement développementales déplaisait fortement au docteur Holstein qui ne la jugeait pas assez efficace et beaucoup plus longue a utiliser.
Mais celle ci avait la caractéristique de permettre a un patient de développer ces facultés de manière très complète.
Les dessins que Maeva avait faisait montrait que celle-ci avait une aptitude a la création elle avait appris a se servir d'un stylo plus rapidement que n importe quelle enfant, elle avait aussi compris le système des couleurs.

Rouge -vert - bleu - rose - jaune - violet - orange - noir et blanc

il était drôle de voir qu'elle affectionnait en particulier le bleu comme couleur, elle en mettait partout sur ces dessins elle avait l'air de savoir assimiler tous ce qu'on lui disait,ce qui démontrais chez elle une disposition très net a l'apprentissage et se n'était pas ces problème de santé qui allait être un gros obstacle.

Quelques jours auparavant Maeva avait subi toute une batterie d'examen pour évaluer son état de santé général suite à son accident, il était indispensable pour le docteur Robinson de savoir si Maeva n'avait pas de liaisons ou d'autres problèmes de santé qui serait liée à son état physique.

Les premiers examens n'avaient relevé aucune anomalie particulière au niveau de ces poumons , les examens sanguins avait révélé que Maeva était du groupe O négatif mais sinon rien d'anormal n'avait été détecté mis a part une petite faiblesse oculaire.
Apparemment Maeva avait des problèmes de vision pour cela il fallait lui faire une petite correction optique

Le port de lunettes ou de lentilles allait lui être nécessaire, d'aillieur aujourd'hui le docteur allait lui faire essayer a Maeva quelques montures de lunette pour voir celle qui lui correspondrai le mieux, le temps que l'accessoire soit près il avait fallu attendre trois jours.

Des lunettes allait être obligatoire ,inutile de débuter une thérapie si Maeva ne pouvait pas voir correctement les dessins que le docteur allait lui présenter.
Mais a cause de son mutisme il allait être difficile de savoir si la correction oculaire allait être suffisante voir approprié a Maeva
ll fallait donc procéder par étapes l'heure n'était plus au tergiversions il fallait maintenant commencer la thérapie.

Le jour était arrivé accompagné de Maeva le docteur se mit alors dans une pièce isolée avec quelques instrument pour procéder à des tests préliminaires, le docteur allait s'efforcer à expliquer à sa jeune protégé à quoi allait lui servir ce curieux objet qu'elle devrait mettre sur son nez.

Maintenant le docteur expliqua aMaeva comment fonctionnait ce drôle d'accessoire, pour bien se faire comprendre de la jeune fille et lui montra de droite à gauche de haut en bas toutes les coutures de la monture, et pour parfaire sa démonstration il prit les montures et les mit sur son nez

ça lui donnait un air si diffèrent que cela amusa beaucoup la jeunes fille de voir le docteur avec ce curieux objet, par la suite le docteur lui fit comprendre que ce curieux objet lui était destiné et qu'elle devait la mettre pour illustrer son t'expliquer il demanda Maeva si celle ci pouvait voir les objets qui avait été poser au fond de la pièce.

Dis moi Maeva tu vois les objets qui sont au fond la salle lui demanda le docteur

Le docteur désigna une table sur laquelle avait été posée diffèrent objet, Maeva regarda en direction de la table mais ne parvenait pas a en distinguer le contenu, tous était très flou pour elle.

Bon Maeva est ce que tu reconnais les objet posé sur la table lui redemanda le docteur

Maeva hocha la tête en signe de négation elle ne parvenait pas vraiment avoir de quoi le docteur lui parlait.
Ce doutant bien de la réaction de la jeune fille il lui mis délicatement les lunettes sur le nez a peine les avait-elle posées sur sont nez que ce fut pour elle une révélation.
Le monde qui l' entourait lui paraissait soudain moins flou, elle put voir distinctement les objet qui avait été poser sur la table Il y avait la un vase et un des dessins qu'elle avait exécuté la veille
De toute évidence Maeva était atteinte d'une forme de myopie qui l'empêchait de voir très très loin maintenant qu'elle avait mis les lunettes il pouvait parfaitement distinguer les différent objet déposé au fond de la salle.

Alors tu vois mieux maintenant lui fit le docteur

Maeva hocha de nouveau la tête en signe d'approbation le docteur lui demanda alors si les lunette ne la dérangeait pas,la petite fille lui signifia que non,apparemment les prothèse ne la dérangeais pas,elle se plaisait meme a porter ces étranges objets, le docteur compris que cela n'indisposait pas Maeva, se souvenant de sa réaction quand lui meme avait mis les lunettes il se demandât alors comment réagirait Maeva en se voyant avec.

Tu veux voir a quoi tu ressemble avec ces lunettes lui demanda le docteur.

Maeva ne compris pas ce que le docteur venait de lui dire c'est alors que le docteur prit une sorte de petit miroir et le mis en face de la jeune fille, Maeva fut très étonné de voir son reflet comme si se voir elle-même était une première, elle voulu toucher cette drôle personne qui lui ressemblait, ces doigts touchèrent la surface lise du miroir ce qui la surpris légèrement mais ne l'effraya point.
cette réaction étrange étonna d'autant plus le docteur c'était à croire qu'elle n'avait jamais vu son propre reflet dans un miroir.

Comment te trouve tu ? tu vois c'est toi lui fit le docteur

Ce voyant pour la première foi Maeva eut une bonne impression d'elle meme Maeva afficha alors un grand sourire pour répondre au docteur et cette personne qui était en face d'elle souriait ce qui plaisait a la jeune fille
Quand Maeva souriait c'est tous son visage qui s' illuminait, jamais elle ne laissait transparaître le chagrin ou la peur qui l'habitait son sourire aurait put a lui seul amadouer les plus sauvages, attendrir les plus froid et réconforter les plus malheureux.



Quoi qu'il en soit il fallait maintenant que le docteur procède a la mise en place d'une thérapie afin d'évaluer quelle était le potentiel de Maeva , il devait savoir si celles-ci étaient vraiment atteints de troubles neurologiques graves ou s'il y avait chez elle un quelconque espoir de guérison.

Pour cela il sortit quelques uns des tests d'aptitudes qu'il avait conçu baser principalement sur des couleurs et reconnaissances de forme.

De toute évidence Maeva pouvait comprendre ce que les gens disaient ce qui voulait dire qu'elle avait une certaine compréhension du langage, elle était seulement incapable de s'exprimer si ce n'est que par des gestes de la tête ou par des signes.
Ce qui était déjà une bonne chose, cela signifiait simplement qu'elle serait en mesure de communiquer avec son entourage mais a sa façons.

Il y avait chez Maeva une certaine forme d'intelligence un certain éveille ce qui la différenciait depuis le début des autres d'enfants qui étaient généralement atteints de troubles graves comme l'autisme

Le docteur n'avait pas de doutes a ce sujet si Maeva était passé par une troublante épreuve c'était a lui de la guérir en lui apportant son soutiens.



------------------------------ Le journal de Maeva septième partie FIN-------------------------------

Quand Maeva ferma son journal c'est parce que la fatigue lui commandais
Lors de son deuxième jour d'hospitalisation forcé le docteur avait eut la bonté de le lui rapporter son journal pour Maeva puissent le relire, il avait en particulier marqué la page du jour pour attirer l'attention de Maeva.
était ce par gentillesse ou pour la faire réfléchir sur ces actes ?

Les deux peut être...

Quoi qu'il en soit elle devait aller se coucher,sous ces drap elle ne parvint pas a trouver le sommeil, les événements que venait de lui rappel le docteur était ceux qui c'était passer un peu avant le début de sa thérapie.

Contrai ment a tous les autres souvenir qu'elle avait de l'hôspital les moments quelle avait passé avec le docteur avait été les plus intimes qui soit,il c'était temps investit a ce moment la pour elle
Que Maeva se demandait comment elle pourrait un jour lui rendre ces bienfaits.

Peu importe elle trouvera un jour, elle se le promit















Chapitre 15 Global Computer

Bureau de la société Global computer - 14 octobre 2005 - 10 h 30

" Bonjour Mr Landsey "

Mr Landsey : bonjour.
Janet : je me présente, je m'appelle Janet Parker et voici mon partenaire Robert Powell Nous sommes les représentants de la Royal Insurance Banque.
Robert : Mr Landsey : Oui je vous attendais.

En ce vendredi matin d'octobre Janet et Robert avait réussi a obtenir un rendez vous avec Mr Landsey,celui-ci les avait avait directement accueillis dans son bureau qui se trouvait au premier étage des locaux de global Computer,d'emblée l'aspect sobre et dépouillé des locaux ne reflétait pas vraiment la richesse qu'une entreprise aussi riche pouvait se targuer d'avoir.
Un fois dans le bureau Mr Landsey tendis sa mains droite pour serrer celle de Janet en guise de salut ,sa poigne était tellement forte qu'il lui fit légèrement mal au major par le suite il sera a son tour celle de Robert.

Ravi de vous rencontrer lança t'il a Robert.

Les deux hommes se serrèrent la main mais contrairement au major le colonel était du genre costaud, chacun essaya de transmettre la force qu'il avait dans cette vigoureuse poignée de mains afin de monter a l'autre que celui qu'il avait en face de lui n'était pas une demie portion.

Humm vous avez une sacré poigne fit remarquer alors Mr Landsey a Mr Powell.
Je vous retourne le compliment dit alors Robert.

Les deux hommes se regardèrent alors dans le blanc des yeux, chacun des deux avait un regard très perçant au travers duquel ils arrivaient a faire passer leur attentions, ce jeux de regard ne trompait généralement pas, il était coutume de ce l'échanger lorsque deux adversaire de meme niveau se faisait face.

Parfois un seul regard suffit a impressionner votre adversaire le colonel le savait bien car si votre ennemis arrive a y lire la détermination alors celui ci sait qu'il est dangereux de s' attaquer a vous, les deux hommes étaient juste étonner de se trouver mutuellement en face d'un homme avec la meme détermination.

Bien sur ceci n'échappa au major qui intervint pour interrompre les deux hommes, la poignée de mains n'avait pourtant duré que 8 secondes , 8 secondes qui avait largement suffit a donner le ton de ce que allait être la conversation avenir.

Sans plus attendre Mr Landsey pria a ces invités a prendre place sur leur siège, ce que les deux agent firent aussitôt sans se faire prier, maintenant chacun se trouvait de son coté du bureau la discutions pouvaient commencer, Mr Landsey était assez curieux de savoir ce que deux agents d'assurance pouvaient bien lui vouloir.

Et que me vaut le plaisir d'avoir la visite de deux représentant de la prestigieuse R.I.B.demanda alors Mr Landsey.
Janet : nous sommes venu pour traiter avec vous d'une affaire très importante.
Mr Landsey : et de quelle affaire je vous pris ?
Janet : comme vous le savez sûrement déjà nous venons de la part de Mr Stenton le P.D.G de la société Quantum Conductivity.
Mr Landsey : c'est ce qui était mentionner dans le courrier de Mr Stenton qui m'annonçait votre venu.
Janet : il est un de vos clients d'après se que nous en savons.
Mr Landsey : En effet il s'agit d'un de nos clients... futur client en vérité.
Janet : et bien sachez qu'il est aussi un de nos client en tant qu'assuré.....
Mr Landsey : sa je ne ne le savais pas.

Sans plus attendre le major entra dans le vif du sujet, il fallait être percutant et direct et de se coté le major n'avait pas a faire ces preuves le colonel avait déja eut l'occasion de s'y frotter, il savais à quelle point cette femme était direct.

Janet : ....et en tant que votre client nous savons qu'il a passé commande chez vous pour l'achat d'un composant informatique .
Mr Landsey : ce qui est un peu normal vu que c'est ce que nous vendons.

Il n'y avait pas la grand mystère dans le registre du commerce la société global computer était inscrite comme fabricant de système informatique, mais ce n'était pas sur ce point la que Janet voulais insister,mais sur la nature des produits vendu.

Janet : nous savons que vous êtes spécialiser dans la vente de carte électronique a micro puce quasi .... quado... quadro....
Quadrihoppes reprit alors Mr Landsey :
Janet : c'est cela Quadrihoppes
Mr Landsey : c'est notre produit phare.
D'aillieur vous ne vendez que ça fit remarquer Robert.

Cette remarque pour le moins faussement innocente de la part de Mr Powell ne laissa pas indiffèrent MR Landsey,mais sans se déstabiliser celui ci fit semblant de ne pas l'avoir entendu et continua a écoutez se que lui racontais Janet.

Janet : nous avons été informer que Mr Stenton voulait vous en acheter une pour son super calculateur
Mr Landsey : en effet Mr Stenton voulais nous en acheter une.
Janet : mais ça ne c'est pas fait
Mr Landsey : malheureusement non !! la vente a été annuler suite a la panne de leur machine...
...La destruction reprit au aussitôt Robert
Mr Landsey : je vous demande pardon !
Robert : vous avez dit panne mais en réalité il s'agit d'une destruction.
Janet : je confirme sa machine a été détruite suite a un accident industriel.
Mr Landsey : Je ne le savais pas Mr Stenton ne pas vraiment préciser la nature de son désistement.
Robert : c'est sur Mr Stenton n'allait pas crier sous tous les toits que sa machine avait été détruire a cause d'une "surcharge d'énergie"

Le colonel avait particulièrement appuyer dans le ton de sa voix sur les termes "surcharge d'énergie" en espérant que cela fassent réagir MR Landsey ,mais celui ne broncha pas d'un sourcils et fut meme étonne de l'apprendre,Il fallait croire que cette homme était vraiment imperturbable dans sa comédie.

Mr Landsey : je regrette qu'un telle accident soit arrivé
Robert : c'est vraiment pas de chance surtout que personne ne sait comment c'est arrivé.
Mr Landsey : regrettable en effet .
Robert : quel dommage a cause de ça c'est un beau contrat que vous avez perdu la.
Mr Landsey : je le regrette qui nous ayons pas plus conclure cette affaire
Janet : et bien figurez vous que le contrat n'as pas été annuler
Que dois je comprend demanda Mr Landsey.
Janet : et bien le but de notre visite et pour négocier l'achat d'une de vos cartes.

Cette annonce surpris pour le moins Mr Landsey qui ne s'attendait pas a une telle réponse de la part des deux personne qu'il avait en face de lui,mais apparemment ceux ci avait l'air très sérieux, cela aurait pus ravir Mr Landsey de savoir que le contrat n'était pas annuler pourtant ,il dut contenir sa joie a cause d'un détails qui lui semblais pour le moins curieux.

C'est une excellente nouvelle que m 'apprenez la mais cependant un détail me chiffonne lança t-il a ces interlocuteur
Lequel de demanda Robert
Mr Landsey : j'avoue que vous surprenez je ne vois pas pourquoi la RIB s occupe de cette transaction, ce n'est pas le rôle des assurances d'habitude.
Janet : je vous l'accorde mais nos raisons a vouloir être les intermédiaires sont assez particulière en faite.
Et quel sont telle demanda Mr Landsey.
C'est une bête question de sécurité fit alors Robert.

A nouveau les deux hommes se regardèrent on put voir sur le visage de Robert un petit sourire qui ne manqua pas de surprendre encore plus Mr Landsey, et pourquoi celui ci avait il évoquer la raison de la sécurité ?

Mr Landsey : j'avoue ne pas comprendre, pourriez vous m'expliquez.
c'est pourtant simple lança alors Robert de façons désinvolte
Janet : bien sur comme Mr Stenton et client chez nous nous lui avons rembourser les dégâts sur sa machine.
Mr Landsey : c'est normal après tous c'est le rôle d'un assureur.
Janet : je ne vous dirais pas le contraire, mais voyez vous cette accident a écouter assez chère a notre compagnie d'assurance.
Mr Landsey : et pour quelle raison ?
Robert : comprenez il est client chez Cyclotron...
.... et comme sa machine est complément détruite cette société va devoir lui fournir un nouveau modèle de super calculateur dit Janet.
Mr Landsey : je suis heureux de l'apprendre
je n'en doute pas fit Robert
Janet : et comme Mr Stenton a toujours l'attention de procéder a l upgrade de sa machine il a donc décider de vous achetez une carte a micro puce a Quadrihoppes.
Mr Landsey : c'est une excellente nouvelle.
en ce qui vous concerne je n'en doute pas fit Robert.

Décidément c'est a se demander ce que signifiait les petites réflections que Mr Powell n'arrêtais de faire celle-ci avait le donc d'agacer Mr Landsey qui malgres tous garda un calme pour le moins anormal,mais celui-ci ne pouvait pas s empêcher de se demander pourquoi cet homme s'amusait le provoquer de cette façons,et tous cela n'expliquait toujours pas en quoi deux agents d'assurance pouvaient être concerné par cette affaire.

Mr Landsey : mais dites moi quelle est votre rôle la dedans.
Janet : comprenez que dans la mesure où nous avons remboursé les dégâts nous sommes en droit d'avoir un certains regard sur tous ce qui touche au nouveau super calculateur de Mr Stenton.
Robert : c'est pour ça que notre agence a convaincu Mr Stenton d'organiser la transaction lorsque MR Stenton nous informer de ces attentions.
Mr Landsey : je n était pas au courant de cette décision.
Janet : c'est une décision qui a été prise il y a tous juste une semaine.
Robert : autant dire que c'est récent et comme Mr Stenton veut procéder a l amélioration de sa machine nous nous devons de procéder a la transaction
Mr Landsey : il vous a déléguer cette tache si je comprend bien
Janet : en effet au vu le montant de la somme investit il est normal que nous prenions part a cette affaire.
Robert : c'est vrai avec tous ce qu l'on voit de nos jours avec la tecnhologie, il est légitime de nous assurer que tous soit fait dans les règles.
Je comprend fit alors Mr Landsey
Janet : et comme nous assurons le remboursements nous avons également pris en charge l'achat de ce nouveau composant afin de s'assurer que celui-ci soit bien conforme aux normes, c'est pour ça que cette carte sera installer par nos propres service technique.
Mr Landsey : mes technicien sont la pour faire cette installation
Robert : tiens c'est pas ce qu'on nous as dit
Mr Landsey : que voulez vous dire ?
Robert : on nous a laissez entendre que cette carte n'avait besoin d'aucune installation particulière.
Je me demande bien vous pouvez tenir une telle information aussi éronné dit alors MR Landsey .
Robert : c'est le professeur Moritaka de l'université de technologie de Londres qui nous a donner cette informations, vous le connaissez je crois puisque c'est par son intermédiaire que vous avez vendu une de vos cartes au LTI.
Landsey : oui bien sur le LTI et un de nos client.
Robert : il sont aussi client chez nous et manque de chance il on aussi eut un problème de super-calculateur

cette nouvelle étonna d'autant plus Mr Landsey alors que qu'il leur avait vendu leur produit a l'université il n'y a pas plus d'un mois.

Ma parole c'est une vrai hécatombe avec ces machines en se moment s'étonna alors Mr Landsey.
Je ne vous le fait pas dire ,c'est a ce demander ce qui peut en être responsable dit alors Robert en regardant MR Landsey droit dans les yeux.

Encore un sous-entendu que Mr Landsey ne parvenait pas a comprendre,mais il apparaissait claire que Mr Powell avait une dent particulière contre lui, mais les raisons n'en restait pas moins flou.

Robert : résultat des courses nous avons encore été obliger de payer pour les dégâts.
Janet : et comme tous ces "accidents" sont arrivé dans un laps de temps très court cela nous a particulièrement interpellé.
Mr Landsey : en effet c'est assez étrange.
Robert : vous comprenez bien que pour notre établissement tous ces " accidents "commence a nous coûter très chère
Janet : c'est pour ça que notre banque se doit de prendre des précautions.

L'excuse était toutes trouver grâce a leur couverture d'agents d'assurance et aux fait qu'il venait d énumérer le colonel et le major pouvaient cuisiner Mr Landsey leur guise, si celui si était impliquer dans ces évènements cela ne manquerait pas de le faire réagir.

Janet : c'est pour ça que nous sommes très méfiant par rapport a votre composant.

Le pavé était maintenant jetée dans la marre, comment allait donc réagir Mr Landsey a ces accusations , le major et le colonel ne voulait pas perdre une seule réactions de leur "suspect"
- un geste - un mot - une expression du visage suffirait a le trahir.
Mais comme un acteur qui récite son texte avec convictions sa réponse était déjà toutes prête
Mr Landsey : je peux vous garantir que nos produits sont fiable.
Robert : c'est ce que vous dites mais sa reste a prouver a nous et autres clients.
Mr Landsey : quel autres clients ?
Janet : vous serez sûrement heureux d'apprendre que d'autres organismes ont également souhaité passer par nous pour le financement de leur projet.
Mr Landsey : pour l'achat de nos carte électroniques
Janet : précisément c'est pour vous et nous des clients potentiels,seulement avant d'engager notre responsabilité nous aimerions pouvoir leur donné une approche concrète de vos produits.
Mr Landsey : les bon résultats de ma société sont a eux seul une preuve suffisante que...
Nous n'en doutons pas, mais la se ne sont que des chiffres, pour notre part nous aimerions pouvoir en juger par nous meme fit alors Robert.
Mr Landsey : et de quelle manière ?
Nous aimerions visiter vos laboratoires de production lança alors Robert

A ce moment Mr Landsey fut pris au dépourvu par la demande de Robert, celui ci vit bien que son petit stratagème fonctionnait bien, le petit numéro que lui et le major avait prépare dans leur chambre fonctionnait a merveille
Grâce a leur couverture d'agent d'assurance et de d'acheteur potentiel,il venait de mettre mal le système de vente par intermédiaire qu'utilisait Global computer pour masquer ces activités

Le colonel et le major savait bien qu'aucun laboratoire n'existait, comment Mr Landsey allait il pouvoir se justifier, mais celui ci était pleins de ressources et sa réponse fut assez inattendue

Mr Landsey : je comprend vos doutes mais dans l'immédiat cela n'est pas possible
Janet : pourrions nous savoir pourquoi
Mr Landsey : car nous sommes actuellement dans une phase de transformation de nos installation et pour l'heure toute visite est impossible.
Tiens donc comme par hasard fit Robert

Cette réflections n'échappa au Mr Landsey apparemment sont excuse ne semblait pas satisfaire Mr Powell, mais il était important pour Mr Landsey de gagner du temps

Robert : pas besoin de tous nous monter une vue d'ensemble nous suffira.
Mr Landsey : Oui il s'agit d'un secret industriel hautement protégé et je ne peut pas permettre a...
Rassurez vous,nous ne sommes pas des espions industriel vous savez fit Robert en affichant un léger sourire
Je n'en doute pas répondit Mr Landsey.

Le colonel est le major virent bien a cette instant qu'ils avaient réussi a mettre la pression sur leur interlocuteur, l'absence du laboratoire était le piège parfait Mr Landsey était obliger de battre en retraite et comme tous offensive mener en règle le colonel allait aller de l'avant pour obliger son adversaire a se rabattre dans ces derniers retranchement, mais il fallait faire preuve de tact le colonel l'avait lui meme rappeler au major dans l'avion, donc pour éviter que le poisson ne file il fallait lâcher un peu la ligne.

Ceci dit rein ne presse dans l immédiat nous avons du temps devant nous fit alors Robert.
Janet : c'est vrai la visite de vos laboratoires n'est pas forcément indispensable.
Robert : sa peut attendre que tous soit finis, de toutes façons le temps que Mr Stenton reçoive son nouveau super calculateur il y en a bien pour un mois.
Janet : dans un mois je pense que vos travaux seront finis
Mr Landsey : sa risque d'être un peu long que ça.
Robert : et combien de temps doivent durer vos travaux
Mr Landsey : nous en avons pour 3 mois au moins.
Robert : trois mois c'est long
Janet : très long je trouve meme
Robert : mais ce n'est pas grave nous attendrons
Janet : Mais rassurez vous Mr Landsey nous repasserons d'ici peu
Robert : nous pourrions fixer un rendez pour le 15 du mois prochains
Mr Landsey : sa va être dure j'ai beaucoup de rendez de prévu dans les prochaines semaine avenir
Robert : vous êtes un homme être pris je n'en doute pas mais vous n' allez pas vous envoler toute l'année quand meme.

Façons détourner par le colonel de dire que : " vous n'allez pas vous enfuir"

Robert : vous partez en vacances
Mr Landsey : oui en fin d'année.
Robert : nous ne sommes qu'au mois d'octobre pourtant
Mr Landsey : en fin d'année l activité économique ralentis et dans le sud il fait chaud en cette période donc j'en profite.
Robert : dois je comprendre que le climat de la Californie n'est pas assez chaud pour vous.
Mr Landsey : c'est un peu frisquet pour moi.
Robert : avec 20 degrés toute l'année c'est plutôt étonnant enfin je peut vous comprendre que vous ayez besoin de plus chaleur en hiver et le sud me parait un bon choix , on dit que le Brésil est superbe en saison de l'année.

Façons imager par le colonel de dire que : " ont sait d'où tu viens mon pote"

La petite phrase du colonel mit Mr Landsey dans une fâcheuse position il voulait le pousser a la faute en sachant parfaitement que celui ci était originaire du Brésil, pris en tenaille le directeur de global computer devait écourte au plus vite cette discutions qui tournait a son désavantage.

regardez ! avec tous ça j'avais pas vu l'heure qu'il était lança t-il au aux deux agent

Sur la pendule au mur il était déjà 11h30 passé ,leur entretiens avait duré plus que prévu, Mr Landsey allait se servir de cette excuse pour mettre un terme a leur conversation.

Mr Landsey : donc je vous pris de m'excuser mais j'ai d'autre rendez vous de programmer
Robert : nous comprenons vous êtes un homme très pris
Janet : nous pouvons convenir d'une date de rendez vous prochainement
Mr Landsey : disons le 15 de 1'année prochaine au mois de janvier 2005
Robert : c'est un peu long mais sa ira d'ici la nous aurons le temps de réfléchir un peu plus aux suite a donner a notre affaire.

À la sortie de l'entreprise Mr Landsey les raccompagna et ne les quitta pas du regard jusqu'à ce qu'ils finis par disparaître de son champs de vision, de retour à l'hôtel où ils étaient établis, le colonel et le major firent le point de la situations et ils avaient beaucoup de chose a se dire sur le rendez vous du jour.

Mais cela dut attendre car le colonel reçu un nouveau coup de téléphone sur son portable a cette instant la.





Chapitre 15 les clés de la téléportation

Journal de Arnaud Morillon 11 août 2005

Compte-rendu d'analyse journal vidéo numéro 15

Décidément je vais de surprise en surprise avec les programmes que j'ai en mains.
---
Après avoir découvert les propriétés extraordinaires que possédait la tour.
---
A savoir cette capacité a influer sur notre monde au travers des champs magnétiques.
---
c'est tous bonnement extraordinaire
---
meme moi j'ai encore du mal a croire.
---
Mais les faits parle d'eux mêmes.
---
c'est aussi la ça la science.
---
Un terrain de découvert infini et mystérieux.
---
j'aurais dut m'engager dans la recherche spatial après tous
---
moi qui suis si souvent dans la lune
---
et pis non !!!!
---
si j'avais fais ça je serais passer a coté de ces découvertes.
---
et avec le recul je m'en serais sûrement mordu les doigts.
---
Ma place actuelle me convient parfaitement
---
Elle me permet d'exercé mon art
---
Mon " art '' !!!
---
de l'art ?!!!
---
Ouais finalement se que je fais s'apparente assez a de l'art
---
je suis un artiste si on y réfléchis bien.
---
j'ai créer des IA a qui j'ai donner une forme très particulière et une vie propre.
---
j'ai créer une sonde qui a une forme conventionnelle mais qui a la possibilité de se modelé en plusieurs formes géométrique très distinctes.
---
javelot - tour -sphère et j'en passe....
---
Si c'est pas de l'art ,je me demande ce que c'est alors ?
---
Sa fait bien de moi un artiste alors
---
"Arnaud Morillon l'artiste"
---
Sa sonne plutôt bien comme noms
---
MDR
---
Voila qui promet pour la suite.
---
Soyons sérieux j'ai quand meme un nouveau gros mystère sur les bras a percer.
---
Je dois comprendre comment fonctionne ces fameuses clés de téléportation.
---
Clés ou protocoles si vous préféré.
---
j'avais fais déjà une première expertise de ce que pouvait être ces clés /protocoles dans mon précédent journal vidéo.
---
Le numéro 7 je crois.
---
J'avais évoqué les différentes phases qui composait le processus de téléportation.
---
d'après les données le processus de téléportation comporte 3 phases bien distincte donc j'ai finalement trouver l'ordre d'exécution.

- le transfert
- la scannerisation
- la virtualisation
---
Jusqu'à présent je pensais avoir a faire a un système de téléportation mais voila...
---
...Depuis ce matin je commence a à douter de l'existence même de la nature de ce procédé.
---
Finalement après réflexion je peut déjà dire que ce n'est pas de la téléportation.
---
Oh j'ai bien peur Arnaud mon gars que tu ne te soit encore emballés pour rien
---
Je ne suis pas en face d'un procédé de téléportation, mais bien face a un système de transformation de la matière en matière
---
Quel différence me direz vous
---
simple si le principe et bien de transformer la matière en énergie dans un premiers temps pour le transporter aillieur
---
La finalité n'est pas reconstitution du corp a l'identique
---
Non la matière devient une autre forme de matière.
---
Ce qui veut dire que si un corps physique est transformé en énergie cette énergie sera transférer quelque part pour être transformé en autre chose.
---
Dans ce cas on ne peut pas vraiment parler d'une téléportation mais plutôt d'une transposition
----
une sorte de transfiguration,la transformation d'un corps en un autre corps
---
Ce qui finalement reprendre bien les théorèmes de Lavoisier en chimie qui dit
---
Rien ne se perd - Rien ne se créé - Tous se transforme.
---
La question est de savoir en quoi l'énergie va se transformé ?
---
une certitude quoi que sa devienne sa peut garder l'aspect initiale
---
c'est juste que le tous est différend
---
La dessus je n'ai pas de doutes.
---
Sur quoi je me base pour avancer ça
---
Simplement sur le faite que la troisième phases du protocole s'appelle la virtualisation.
---
Sa ne serait pas une erreur de traduction français/anglais
---
Mais bien le vrai non du procéder.
----
la virtualisation.
---
Si on se fit au noms alors il est facile de devenir a quoi sa sert.
---
Avec se procédé on pourrait transformer la matière en programme informatique
---
Ca peut paraître dingue de dire ça.
---
Je pourrais dire que c'est fou
---
Que c'est de la science fiction
---
mais depuis le début je vais tellement de découverte en découverte que ce cas de figure me parait très probable.
---
comment j'en suis arrive a cette conclusion ?
---
et bien voila récemment je me suis entretenu avec le docteur Howard Kinsley du laboratoire 4 de la sections 5
---
je vous avait dis que celui si travaillais sur un processus de téléportation.
---
Du moins c'est ce que je croyais
---
Après avoir débattu avec lui de ces recherches il c'est avéré qu'il ne s'agissait pas de ça
---
Ce qu'il cherchais a mettre au point était tous autres.
---
Il voulait réussir a transférer de la matière virtuel dans notre monde.
---
Créer de la matière a partir de données informatique en somme.
---
Utopique pour certains scientifique
---
Sauf que moi je trouve ça très sérieux au contraire
---
Il essayer de mettre au point une sorte de chambre de matérialisation.
---
Même si pour le moment tous ça s'apparente plutôt a une sorte d'accélérateur de particule géant.
---
En théorie le système fonctionne mais ces recherches piétine car il n'arrive pas a établir un protocole qui soit viable.
---
les cobayes qui on été matérialiser était plutôt du genre "toast grillé"
---
c'est pas une réussite sont truc pour l'heure
---
Donc le pauvre il essaye de trouver la solution sans pour autant y parvenir
---
En temps normal sa devrait rester secret mais j'ai demandez a Simon de me laisser avoir accès son travail.
---
Simon a accepter que je m'entretienne avec lui, mais cela n'as pas été sans contrepartie
---
Je devais déjà lui bricoler une télécommande pour le contrôle de Vger 2.0 et en plus il m'as demander aussi de mettre au point un système de réparation des données vidéo.
---
Un algorithme de traitement basée sur les flux vidéo cryptée.
---
Bizarre comme demande a quoi sa pourrait bien lui servir ?
---
Franchement a par pour décrypter de films XXX péché sur le net je ne vois pas.
---
C'est un mariole le gars derrière son costard trois pièces
---
il cache bien son jeux et sa nature euh ... disons folâtre...
---
Je sais que ce genre de programme servent a ça vu que moi je les utilise aussi pour mater des ....
---
Oups " (^_^)..... euh merde....... on efface le dernier passage la.......
---
______________________EFFACEMENT_____________________________

---
Donc je disais que sa sert aussi a réparer certains fichier vidéo endommager.

< Annexe >


Dernièrement Simon m'as transmis d'autres données informatique qu'il voulait que je lui décode.
---
Quand je lui est demander d'où sa venait ,il m'as répondus que cela provenait d'une source extérieur a la société et que ces données avait été transmis le 28 mars derniers.
---
le 28 mars le jour ou tous le réseau mondial a été attaqué par le virus "Tsunami"
---
Selon le magazine "science et vie senior" ce jour la un virus d'un type inconnu a provoqué de grave perturbation sur tous le réseaux.
---
Une chance que le projet Neo-Carthage est été épargné par ceci.
---
Sa n'a pas empêcher que nos serveur soit perturbé ce jour la.
---
Beaucoup d'information on été d'endommager a cause de ce virus.
---
sa a pris du temps pour tous réparer
---
Les données que Simon m'as donné a décryptée venait justement d'un de nos serveur privé qui les avait reçu le jour meme.
---
Mais elles n'avaient été découvert que le 30 mars.
---
le 30 mars soit un jour après la disparition du monde virtuelle que j'avais découvert
---
Ces informations venait elle de la bas ?
---
difficile a dire car Simon ne m'as fournit qu'un fragment de ces données
---
il voulait juste savoir si je pouvais les décoder.
---
Sa ma pris du temps mais j'y suis arriver
---
Ces archives ont été endommagé mais grâce a la régénération virtuelle j'ai été en mesure de les réparer.
---
Mais le peu que j'ai décoder m'as intrigué.
---
visiblement c'était un message vidéo mais je n'avais que le flux audio.
---
il y avait une voix féminine avec un accent asiatique qui parlais sur ce message
---
le message étant incomplet je n'ai pus capter que quelques mots.
---
Parmi tous le charabia inaudible j'ai perçu les mots "prototype" et "destruction"
---
Étrange certes mais pas autant qu'un morceau de la phrase qui a évoqué le projet NX4321
---
de toute évidence sa parlait de Tanit.
---
Bizarre tous ça
---
Cela voudrais dire que des personnes extérieur a la société étaient au courant pour le projet Tanit
---
et cela a une date antérieur a la présentation officiel du projet qui c'est déroulé le 1er août dernier.
---
vraiment bizarre, mais puisque ces infos était destiner a notre société j'en conclus qu'il devait s'agir d'une communication privée entre laboratoire.
---
Un laboratoire extérieur a la section 5 ferait des expérience sur Tanit ?!!!
---
Difficile de le savoir
---
Ici le secret est de mise
---
Qu'est ce que sa cache ? ('-_-)
---
et puis je m'en fou.....
---
je ne suis pas concerné par les déclinaisons extérieure du projet Tanit.
---
il font ce qu'il veulent dans les autres laboratoires
---
Si il veulent équipé toutes les centrales atomique du monde avec des clones de Tanit libre a eux.
---
Pour moi seule comptes mes recherches

< Fin de l'annexe >



---
Pour en revenir a la virtualisation et au docteur Kinsley
---
Lors de notre rencontre il ma expliquer en quoi consistait son travail
---
contrairement a la rumeur il ne travaillait pas sur la téléportation
---
non il s agissait d'un autre procédé très similaire.
---
la matérialisation
---
Un procédé qui permettrais de transformer un programme informatique en structure réel
---
un peu comme les synthétiseur de Startrek
---
La j'ai tous suit saisis l'importance des donnes que j'avais entre les mains
---
elle était complémentaire a ces recherches
---
c'était vraiment un comble lui qui essayait de crier de la matière a partir de données informatique.
---
Alors que moi j'avais entre les mains un procédé pour effectuer le contraire
---
J'aurais bien voulu lui en parler
---
mais le problème c'est que sont laboratoire était sous la gestion du docteur Hopper
---
Hors de question dans ce cas la de dire quoi que se soit a se sujet ou de révéler une information aussi capital
---
Qui pourtant pourrait résoudre tous ces problèmes et faire avancer ces recherches de plusieurs années en 5 minutes.
---
mais le protocole de recherche est très stricte a se sujet
---
les information conçu dans chaque laboratoire sont classé " secret industriel de catégorie 5

---
c'est vraiment étrange cette histoire.
---
On travail tous pour la meme société mais on dirait que chaque laboratoires a ces petit secret qu'ils veulent garder pour eux.
---
C'est que la hiérarchie de la société Cyclotron n'est pas simple
---
Elle est meme carrément tordu
---
Pour commencer nous avons le docteur Hopkins ,le grand nabab qui est l'actionnaire principale de sa propre société avec 40 % des part actives.
---
Il est suivit de près par sa femme le docteur Hopper qui en possède 15% se qui fait d'elle la numéro deux de la société.
---
Compter les 10 % de part que Simon possède ce qui fait de lui le numéro trois
---
Enfin tous le reste qui est en bourse est partagé par de gros actionnaire et diverses petites société dans la plus influente est appelé Global computer qui a 7% de notre capital
---
voila on en gros qui sont les têtes pesante de cette entreprise et forcement sa créer des conflits.
---
Le docteur Hopper j'apprécie pas vraiment Simon.
---
Le docteur Hopkins lui n'est pas spécialement hostile a Simon mais il le considère trop porter sur le bénéfice que sur la recherche scientifique pure.
---
Certes Simon n'est pas un scientifique n'y un grands mathématicien.
---
Ca n'empêche pas qu'il manipule les chiffres comme personnes.
---
Ces qualités de gestionnaire sont hors pair.
---
Sans lui la société aurait sûrement déjà fais faillite depuis longtemps.
---
Et sa personne ne peut lui reprocher de nous donner a tous du travail.
---
Mais a cause des tension qui existe entre lui et le docteur Hopper sa pourri un peu lambiance
---
ils se libre a une petite guerre intestine.
---
Résultat la moitié des laboratoires de la section 5 sont sous le contrôle du docteur Hopper et le reste sous celui de Simon.
---
Et comme c'est la géguerre entre eux pas question de s'avantager entre nous
---
Tous le monde y vas de son petit secret
---
voila pourquoi Simon me demande de garder le secret absolu sur mes recherches.
---
Il a pas envie que cela servent les intérêts du docteur Hopper.
---
Franchement ils agissent vraiment comme des gosses pour des adultes je vous jure des fois !!!!
---
Enfin l' intérêt la dedans c'est que la science progresse.
---
je crois comprendre le but qui pousse Simon a vouloir garder pour lui le secret de la virtualisation
---
il veut sûrement lancer son propre projet de scanner pour concurrencer celui du docteur Kinsley.
---
Je serais près a le parier
---
Curieux de voir ce que sa pourrait donner si nous étions vraiment capable d'envoyer des êtres humains dans un monde virtuel.
---
Sa serait sûrement comme dans le film Tron.
---
mais la sa ne serais pas de la science fiction
---
Car moi je sais que c'est réalisable.
---
Dire que tous cela est possible grâce au données que j'ai récupérer dans ce monde étrange.
---
je me sans un peu coupable d'utiliser comme ça ce que d'autres on conçu avant nous.
---
Mais comme personne ne c'est jamais manifester pour se plaindre et que ces personnes n'ont pas exister a nous attaquer.
---
Je ne vois pourquoi je devrais culpabiliser comme ça
---
D'aillieur depuis le temps que je vous en parle de cette autre monde il serait temps que je vous donne quelques explication a sont sujet.
---
Mais cela sera pour mon prochain journal vidéo.
---
Au revoir...
















chapitre 16 routine

laboratoire 27 août 2005


----------------------------------------CAMESCOPE----------------------------------------------


Adèle rend moi tout de suite mon pantalon fit alors Odd
viens le cherchez petit frère fit alors la fille.

Odd sautait dans tous les sens pour essayer d'attraper son pantalons violet, Adèle sa grande soeur venait de lui piquer et le pauvre adolescent était obliger de courir de droite a gauche en caleçons pour essayer de rattraper son insupportable grande soeur, qui faisait voler le vêtement dans tous les sens bien sur tous les autres soeur de Odd étaient dans le coup.
Elles lui avaient piqué le seul pantalons qu'il avait pris pour les vacances et comme il en avait besoin il devait le récupérer, il n'allait tous de meme pas sortir en bermuda en soirée, mais l'effort que cela demandais commençait a l'épuiser surtout que Odd n'avait rien manger de puis ce matin.

Alors mon petit Odd on fatigue lui lança Adèle
Si je t'attrape tu vas voir cria Odd qui se ressaisit a cet instant
Dans tes rêve mon chaton lui fit Adèle.

Début des vacances Odd n'arrêtait pas de subir les aléas de ses grandes soeurs celles-ci ne se privaient pas de le faire tourner en bourrique
c'était sa chaque foi la meme histoire pour passer leur nerf ces chipies de première classe jetaient leur dévolu sur Odd, il aurait espérer qu'avec l'âge ces grandes soeur se calme mais au meme titre que leur petit frère elle étaient toutes aussi intenable et pleine de vie.

Il était le petit dernier de la famille et son statut de "petit" "petit" "petit" frère lui pesait lourdement.
Pour compléter le tous la scène était filmé au camescope par Louise qui comme Odd partageait le meme goût pour le cinéma, mais la le film en question risquait d'en amuser plus d'une mais sûrement pas lui

Mais a 5 contre un la lutte semblait inégale,qu'est-ce que Odd n'aurait pas donné pour avoir ces pouvoirs de translater a ce moment, la au moins il aurait pris une revanche méritée sur chacune de ses grandes soeurs donc la moins âgée avait quand même 16 ans.

Ces parents étaient avait beau être cool il considérait que les grandes soeur de Odd ne faisaient que le taquiner, de se coté il ne pouvaient pas non plus espérer de l'aide de leur part et pour compléter le tableau elles avaient toutes un défaut particuliers, elles avaient toutes comme animal de compagnie des chat.

Grenade - Mr Smith - Chesterfield - Félix- et Flip Flap étaient le noms respectif de chacun des félins
c'était plutôt ironique alors que Odd lui avait choisi d'avoir un chien, d'ailleurs kiwi lui-même n'en menait pas large car dans la bande des chat qui lui menait également la vie dure, le pauvre canidé restait souvent cache dans son paniers pour ne pas avoir a se frotter a la bande des félins.

Comme on dit tel maître tel chien, l'un comme l'autre ils étaient des souffre douleurs, qui sait c'est peut-être la vue de tous ces chats qui avait inspiré l'imaginaire de Odd sur Lyoko son costume venait sûrement de la transposition de son cauchemar en fin de compte.

Mais en dépit de toutes les misères que ces soeur lui faisait subir Odd avait la tête ailleurs il était en faite très préoccuper ,intérieurement une angoisse le rongeait, un angoisse si profonde a coté de laquelle les brimades lui paraissait dérisoire.
En vérité Odd ne pouvait pas s'empêcher d'avoir une pensée pour ces amis Yumi,Ulrich, Jeremie et Aelita.
Mais il avait une pensée particulière pour Jeremie et Aelita
Si l'un se trouvait en se moment a l'usine entrain de travailler ou pouvait se trouver Aelita.

Ou était elle ?
Et que pouvait elle bien enduré sous l'emprise de son mystérieux kidnappeur?

Ces questions Odd se les posaient depuis bientôt plus de deux mois,Odd se disait que finalement ce que lui faisait endurer ces soeur n'était rien du tout et qu'il n'allait pas se plaindre car quelques par ailleurs quelqu'un en particulier subissait une torture encore plus dure.
---
Jeremie
---
Seul dans l'usine le pauvre Jeremie se tuait à la tâche pour retrouver Aelita, a plusieurs reprise il avait appelé Yumi pour avoir des nouvelles, car le tous les messages qu'il avait laisser sur le portable de Jeremie était rester sans réponse à croire que celui-ci n'avait pas envie de lui parler et cela pouvait se comprendre après se qui c'était passer,Jeremie avait sûrement besoin de faire le vide autour de lui.

Mais contrairement a se que l'on pouvait croire Odd n'était pas aussi indifférent a la souffrance des autres, il avait un vrai respect pour le sens de l'amitié pour lui les amis étaient quelque chose de sacrer,et malgres l'attitude distante de Jeremie il voulait croire comme lui que tous n'était pas perdu et que leur amitié devait surmonter cette épreuve.

Pourtant cette situation il ne l'avait jamais souhaité tout comme Ulrich comme lui aussi avait pourtant voté contre le ré-allumage du super calculateur.
D'une certaine manière il en voulait à Jeremie et a Yumi qui avait décider de le rallumer, si pour lui c'était facile de les incriminer ,pouvait-il blâmer Aelita
Bien sur que non il ne le pouvait pas, comment aurait-il pu prévoir ce qui allait se passer ce jours la sur le territoire foret
Cette attaque surprise les avaient tous pris au dépourvu,lui-même avait été impuissant à combattre les spectres que cette mystérieuse sphère grise leur avait envoyée.
Le seul de tous qui avait réussi à faire quelque chose c'était Ulrich qui au prix d'une incroyable acrobatie avait réussi à infliger une blessure à son assaillant.
Même cela n'avait pas servi à grand-chose puisque la sphère avait quand même réussi a plonger dans la mer numérique en emportant avec elle Aelita.

Quelque part Odd nourrissais à un certain regret de n'avoir pas put empêcher ceci. meme quand Lyoko fut en partie détruit a cause de l'explosion généré par les spectres il avait été en dessous de tous et malgres la violence de la déflagration ils avaient pus tous s'en sortirent idem.
Malheureusement les dégâts avaient été tellement été important sur le super calculateur qu'il n'y avait plus moyen de retourner sur Lyoko avant longtemps sans compter a cela qu'a cause de la surcharge, le retour vers le passé avait été détruit.
Partir a la poursuite du kidnappeur n'etait donc pas possible dans l'immédiat et la situation allait se compliquer

Comment expliquer la disparation de Aelita ?!

Il fallut donc adopter une solution d urgence, Aelita fut alors remplacer par une réplique que Jeremie avait put créer avec les ressources intact du super calculateur, par le suite le proviseur reçu un coup de téléphone de la part des parent de Odd l'informant que Aelita devait repartir pour le Canada, si la ruse fit sont effet son faux départ fut des plus agité.

Peu de temps après se fut Jeremie qui envoya une fausse réplique de lui meme a sa maison afin de masquer son absence, il pouvait ainsi rester au laboratoire tous l'été sans que cela n'inquiète qui que se soit, sauf ces amis qui comprirent bien que le jeune homme allait sûrement passé en été en enfer, et la suite des évènements allaient leur donner raison.

Yumi avait dit a Odd que Jeremie travaillait ardemment sur des projets qui selon lui permettrait de sauver Aelita
Einstein était déterminer a retrouver Aelita et Odd l'était tous autant et si dans le futur il fallait désigner un lyoko-guerriers pour une mission dangereuse Odd n'hésiterait pas une seule seconde a se porter volontaire, ce serait sa façon à lui de se faire pardonner de ne pas avoir été assez fort ce jour-là pour la protéger.

Jusqu'à présent Odd n'avait jamais pris la peine d'éditer un journal intime, il pensait que c'était juste bon pour les amoureux ou les passionnés d'informatique comme Jeremie.
Einstein en avait besoin pour consigner tous ces travaux alors que des filles comme yumi et Sissi s'en servait plutôt pour raconter leur émois d'adolescente,même Ulrich l'avait surpris en tenant une sorte de carnet de bord.

Les seul cahier que Odd n'est jamais remplis était ceux qu'il consacrait à la réalisation de ces films, ils étaient remplis de scénarios et de plans mais jamais il n'avait éditer de journal intime.
Mais depuis ces événements il avait besoin de rédiger ses impressions il cherchai une cause a tous cela et semblais l'avoir trouver, pour lui tous avait commencer depuis le
jour ou Xana avait été détruit et que le super calculateur avait été désactivé

Tous croyaient qu'ils arriveraient a faire l'impase sur leur ancienne vie de Lyoko guerriers, si certains y arrivait ce n'était pas le cas pour tous le monde.
Et sans le savoir il étaient tous tombés sans exception dans une effroyable monotonie, Odd serait le témoin privilégier de ce qui allait être petit à petit l'érosion de leur amitié.

Cette fois ci le danger ne viendrais pas d'une entité intelligence artificielle mais bien d'eux meme,ils allaient devoir faire face a un ennemis redoutable qui s'appelait la routine.


----------------------------------- Carnet intime de Odd della Robbia ----------------------------------

Cela faisait bientôt deux mois que nous avions éteint le super-calculateur, deslors nous pouvions tous reprendre notre vie normale
---
Mais sans le savoir nous allions entrer dans une ère horrible.
---
Si jusqu'à présent le un futur était incertain a cause de Xana tous était désormais finis
---
Xana était mort est l'avenir nous tendais les bras.
---
Nous devions tous trouver notre place dans cette avenir meme si nous n'y étions pas préparé.
---
Pourtant les premiers semaines chacun d'entre nous semblaient avoir trouver ces marques pour débuter cette nouvelle vie.
---
Ulrich c'était mis a travailler pour remonter sa moyenne général et on peut dire qu'il a réussi son paris.
---
Certes il n'était pas du niveau de Jeremie mais avec 12 de moyenne c'était largement suffisant pour continuer ces études, au moins il pourrait passer en seconde sans trop de problème un peu comme moi finalement.
---
Yumi était égale a elle meme toujours sérieuse ( trop parfois meme) elle avait également pu remonter sa moyenne
---
Ont peut dire qu'avec Jeremie et Aelita elle était bien la seule a pouvoir concilier études et lutte contre Xana.
---
C'est vraiment une fille extraordinaire, dommage quelle soit si coincé dans sa relation avec Ulrich .
---
On peut dire qu'ils font bien la paire ces deux la.
---
Qui se ressemble s'assemble ... Hi Hi ... (^_^)
---
Quand a notre Einstein national....
---
Ah je vous jure lui il n'en manque pas une.
---
Alors que Xana était mort et enterré il aurait enfin pu profiter de la vie, comme tous adolescent normal.
---
Mais Non monsieur préférait rester a travailler dans sa chambre et sur quoi je vous le demandes ?!!...
---
Des robots
---
Je ne comprendrais jamais les génies
---
enfin c'est comme ça...
---
Bon voila le point délicat
---
Je ne sais pas comment aborder le sujet
---
allez je me lance...

__________________________________AELITA__________________________________

Je ne sais pas comment le dire....
---
Mais il faut savoir que même si elle ne le montrais pas ,Aelita souffrait a cause de la mort de son père.
---
Les autres ne le voyait
---
Ni meme se benêt de Jeremie qui pourtant était si proche d'elle.
---
moi j'étais bien conscient de tous ça
---
Aelita passait par une phase difficile
---
Celle du deuil
---
La disparation de son père l'avait laisser sans famille.
---
meme si elle nous avais nous
---
elle se sentais seul au monde
---
Pourtant Aelita avait une mère ça nous le savions tous.
---
Anthea Hopper.
---
Une mère que malheureusement elle n'avait jamais pu connaître à cause de toutes les manigances qui concernait le mystérieux projet Carthage.
---
Ajouter a ça la vie de fugitive a laquelle son père l'avait contrainte pour d'obscures raison.

Aelita Lyoko - Aelita Hopper - Aelita Schaefer - Aelita Stones

Plusieurs noms mais un seul visage...
---
....et une seule souffrance.
---
j'avais pensé qu'avec le temps cette blessure pourrait guérir
---
Mais rien n'y faisait.
---
Chaque jour je la voyait de plus en plus déprimer
---
cette situation ne pouvait pas durer.
---
Si mes blagues ne suffisait pas alors je devais trouver un autre moyen de lui redonner le sourire.
---
je me disais que ça lui ferait peut-être du bien que de s'exercer a une création artistique
---
je lui est donc propose de participer a mon prochain film histoire de lui changer les idées
---
après moulte tractations et demande a genoux elle finit par accepter
---
Je savais que cela lui ferait du bien.
---
le film que j'allais réaliser serait une histoire de science fiction
---
Se serais une sorte de parodie de notre vie de Lyoko guerriers
---
Que j'ai appelé Code Ryoko (1)
---
Rien de très nouveau en faite.
---
j'avais déjà proposés de réaliser cette histoire il y a quelque temps en arrière
---
A l époque j'avais meme proposé le rôle principal a Sissi
---
Quel idée
--
qu'est-ce qui a bien put me par la tête ce jour la.
---
Bref elle est moi devions jouer le rôle d'un couple d'amoureux qui devaient vivre une histoire tragique dans le monde de Ryoko.
---
bien sûr ceci était en fait une énorme parodie notre propre histoire mais bon qui aurait pu croire à une histoire aussi invraisemblable que celle-ci
---
Malheureusement pour nous ce qui devait être un film amateur comique c'est vite transformé en une rivalité artistique entre Aelita et moi
---
Aelita n était pas d'accord sur la façons donc les personnages devaient inter agir.
---
En particulier le personnage de Edmondo que j'incarnais
---
Aelita le trouvait trop superficiel alors que elle incarnait la douce Akilina qui est en faite une redoutable combattante.
---
Et bien sur se fut la dispute entre nous
---
Je me rends compte maintenant que pour créer mes personnages je me suis inspiré de ma propre vie
---
alors que je croyais avoir créer des personnages totalement inédits
---
Quoi qu'il en soit une rivalité artistique était née entre nous.
---
Nous nous étions donner rendez vous en juin lors du concours de film amateur animé par Mr Chardon
---
j'allais présenter mon film et Aelita le sien
---
Avec une arrogance qui m'était propre jetais persuadé de la victoire.
---
Est ce jour-là je ne m'attendais pas à essuyer une défaite mémorable.
---
Sur tous les point Aelita c'était montré bien meilleur que moi
---
Sur le coup je lui en ai voulu
---
Nous avons meme eut une violente dispute a ce sujet dans ma chambre.
---
et je le regrette maintenant car se jour la j'ai souhaité qu'elle ne soit jamais venu parmi nous.
---
Cela lui a fait beaucoup de mal.
---
Je me suis rendu compte à temps et j'ai couru dans les escaliers pour la rattraper et m'excuser de mon attitude envers elle.
---
elles-même m'as avouer sans le dire qu'elle souffrait beaucoup.
---
Après nos aveux et excuse respective nous nous sommes réconcilier elle est moi.
---
Se jour la je lui est fait une promesse
---
Celle que je serais toujours la pour la protéger.
---
mais voila cette promesse je n'ai pas réussir a la tenir
---
Aelita a disparu
---
Tous ça a cause de ....

______________________________Jeremie___________________________

Quelque part je ne pourrais jamais pardonner à Jeremie de l'avoir laisser de cote alors quelle souffrait.
---
Mais se que je ne savais pas c'est qu'il en était conscient en faite
---
Il avait délibèrement laisser Aelita de coté
---
Non pas par méchanceté
---
Mais parce que lui aussi avait ces raisons de la délaisser
---
Des raisons que nous ne découvrirons que bien plus tard.
---
Ce vide qu'il avait volontairement créé entre lui et elle n'a fait que renforcer le sentiment de solitude qui habitais Aelita.
---
voilà ce qui le faisait le plus souffrir mais dans l'ombre...
---
Dans le plus grand secret Jeremie s'apprêtait à rallumer de super calculateurs.
---
il poursuivait un but bien précis
---
Si le père de Aelita était bien mort qu'en était-il de sa mère ?
---
Anthea Hopper
---
Qu'était elle devenu ?
---
Jeremie avait bien l'attention de la découvrir mais pour cela il lui fallait utiliser le super-calculateur sans que personne ne le sache.
---
voila la raison qui faisait qu'il tenait Aelita a distance
---
Plus tard quand tous fut près il convoqua Aelita un soir pour lui faire part de ces attentions
---
et curieusement Aelita n'eut aucune opposition a cela
---
elle l appuya meme dans sa démarche.
---
tous ceci serait arrivé dans notre dos si je n'avais pas découvert le poteau rose.
---
comment j'ai découvert tous ça ?
---
En en allant dans la chambre de Jeremie je suis tombé sur son ordinateur.qui était rester allumé
---
J'avais souvent l'occasion d'aller sur son ordinateur pour envoyer des mails ou pour faire des blagues a Sissi
---
Mais la je m'attendais pas à tomber sur le schéma technique d'un système de réouverture du super-calculateur
---
Rassurez vous je ne suis pas devenu un technicien hors paire qui reconnaît se genre de système au premier coup d' oeil.
---
Non c'est juste que je sais lire une entête de fichier
---
(-_-)
---
"système de réouverture du super-calculateur"
---
c'etait assez claire pour que tous le monde le comprenne meme moi.
---
il faut dire que sur ce coup la Einstein n'as pas été malin
---
Il avait laissé ouvert le dossier réactivation du super-calculateur à la date du jour
---
Ce que je puis lire sur le dossier n'avais consterné
---
Jeremie s'apprêtait à réactiver de super-calculateurs à notre insu .
---
il y avait donc pas une seconde à perdre il fallait que j' avertisse Ulrich et Yumi
---
Mais ces deux-là était introuvable et leur portable sonnait occuper
---
à se demander ce qu'ils pouvaient bien faire en ce moment
---
Après une course effrénée j'ai eut la chance de croiser William qui me dit les avoir vus aller quelque part dans le parc.
---
Connaissant bien leurs habitudes il n'y avait qu'un endroit où ils pouvaient être aller
---
Vers le petit banc en bois vus en bois qui jouxte le parc.
---
je suis donc dépêché de les prévenir et ce jour-là croyez-moi ils ont eu du mal à me croire.



-----------------------------------------FLASH-BACK-----------------------------------------

Dans un coin reculé du parc du collège Ulrich et Yumi c'étaient donné rendez-vous, ce jours la tous deux avaient des choses très importants ça se dire.
Surmontant sa timidité légendaire Ulrich s'apprêtait a faire a Yumi la déclaration la plus importante de sa vie.
Yumi elle meme avait quelque chose de très important a avouer a Ulrich , cela faisait depuis lundi dernier qu'elle y réfléchissait, tous une semaine a attendre cette instant lui avait paru interminable.

Tous deux étaient maintenant assis sur le banc, sans sans rendre compte leur visage c'étaient
mutuellement rapproché, Ulrich mis sa main dans sa poche et s'apprêtait a en sortir une sorte de petit coffret qu'il avait gardé précieuse ces dernier temps.

Ulrich avait la gorge nouer et les mains tremblante a l'idée de se qu'il allait devoir faire,mais il etait trop tard pour faire machine arrière il fallait se lancer.

Mais au moment d'ouvrir la bouche Odd fit alors son apparition en sortant de derrière un fourré, surpris par cette intervention à laquelle il ne s'attendait pas Ulrich retira vite sa main sa poche.

Ah bah vous voila depuis le temps que je vous cherche fit alors Odd a ces amis.

La soudaine irruption de Odd parmi eux ne fit par particulier ment plaisir aux deux adolescent qui voyait encore la un magnifique moment de gâcher.

Odd !! bon sang qu'est que tu fou la demanda Ulrich échaude
Odd : Quelle question je vous cherchais voyons.
Ulrich : oui mais la tu vois on voudrais rester seul.

Visiblement compris qu'il n'etait pas le bien venu mais la situation présente était tellement grave que Odd se devait d'intervenir et meme si pour ça il devait se mettre ces amis a dos.

Pas le temps de roucouler vous deux nous devons aller au plus vite a usine leur lança Odd

A l'usine que ce que tu veux qu'on y fasse demanda Yumi
Odd : Nous devons y aller pour stopper Jeremie est Aelita
Ulrich : mais qu'est ce que tu raconte comme bêtise.
Odd : c'est pas une blague Jeremie a l'intention de rallumer le super-calculateurs.

Cette simple annonce suffis a stupéfaire Ulrich et yumi qui n arrivait pas a en croire leur oreille, Odd devait sûrement leur faire une blague mais l'air paniqué que ce dernier arborait laissait plus penser le contraire.

Yumi : attend mais c'est du délire ton histoire
C'est pas un délire j'y est lut sur son ordinateur fit Odd
Ulrich : attend mais pourquoi il ferait ça c'est stupide,on avait tous dits que ce serait fini cette histoire .
Odd : apparemment Jeremie ne l'entend pas de cette oreille.
Ulrich : mais il est malade.
Odd : j'en sait rien mais il fau