Histoire : Amour et Désastre


Score : 10 sur 10 (10.0/10)   [2 notes]

Donner une notre :

Taille du texte :

Imprimer cette histoire

Écrite par spidernico le 23 juin 2007 (28288 mots)

Dernière édition le 19 juillet 2008

Chapitre 1 : Découvertes


Un beau matin, vers 6H30 au collège Kadic ; un jeune homme brun, plutôt mignon, d’environ 15 ans, réveillait son compagnon de chambre, blondinet, avec une coiffure et surtout ... maigrichon !

? - Allez Odd, réveille-toi bon sang ! Dit-il.
O - ...mmh....
? - Odd, si tu ne te réveilles pas, t’auras pas à manger ... !
O - Hein ??! QUOI ?! Répondit la concerné en sautant en sursaut de son lit. Ah ! Ah ! Très drôle, Ulrich ! Tu sais qu’il n’est que 6 heures du mat’, qu’on est Dimanche et qu’il y a pas cours aujourd’hui !
U - Je sais ! Mais je ne voulais pas te faire manquer ton rendez-vous avec ton petit déjeuner !
O - Dis plutôt que t’es pressé de retrouver ta Juliette ! D’ailleurs, elle aussi apparemment ... Bah tient elle est déjà dehors !
U - Quoi ? Yumi est déjà dehors ?! La coupa Ulrich. Vite, on file aux douches !
O - Heureusement que ses parents se sont arrangés avec le proviseur pour la laisser venir au collège aujourd’hui ...
U - Grouille ! Odd !
O - Mais quel idiot !

O - Et dire que moi, je suis toujours célibataire ! Quand est ce qu’une fille craquera définitivement pour moi ? Dit Odd ironiquement en rejoignant Ulrich aux douches.
U - Certainement le jour où tu pueras plus des pieds ! Ou peut-être celui ou tu abandonneras ta nourriture pour celle avec qui tu sors !
O - Hum, hum ... **Il faut que je trouve quelque chose pour le faire bouger de là !** Euh ... Tu sais que Yumi doit s’impatienter en restant dehors à t’attendre.
U - Oh, non, Yumi ! Elle va me tuer !!!

O - Bah, dis donc, depuis que tu l’as embrassée pour la première fois, ça n’arrête pas ! Rouler des pelles, tout ça ...
U - C’est l’amour, mon cher Odd ! Trouve-toi une copine et on en reparlera !

C’est alors qu’un garçon blond à lunettes que l’on surnomme Einstein pour son intelligence qui dépasse l’admissible, venait d’arriver devant les douches alors que Odd et Ulrich prenaient déjà la leur depuis un petit bout de temps.

? - T’es déjà là Ulrich ? L’amour te donne des ailes en ce moment !
U - A toi aussi apparemment, Jérémie ! Comment ça va avec Aelita ?

Jérémie se mit automatiquement à rougir dès la fin de sa phrase.
J - Eh bien, le ...... premier ................ baisé est ............ est arrivé !
U&O - OUAIS ! Bravo !
O - Tu t’es enfin décidé !
J - Bah oui ! Bon, ça n’est pas tout mais j’dois prendre ma douche, moi ! On se retrouve au réfectoire avec YUMI ! Jérémie insistait bien sur le « YUMI » pour faire comprendre à Ulrich qu’il fallait bouger.
U - T’as raison ! A tout à l’heure avec AELITA ! Répondit-il en imitant Jérémie.
J - Elle aussi elle va me tuer si je ne me dépêche pas ! A plus !

O - Hé ! Hé ! Hé ! Que c’est beau l’amour !
U - Tu l’as dit ! Répondit Ulrich en finissant de s’habiller. Mais moi, je dois aller retrouver le mien !
O - Et moi, je dois aller en trouver un !
U - Belle rime !
O - Merci!

C’est à ce moment là que passait dans le couloir des garçons une magnifique jeune fille blonde vêtue d’un top bleu clair et d’un jean taille basse classique mais qui allait magnifiquement bien avec ses yeux couleur émeraude et son visage d’ange.
Cette dernière passait juste devant Ulrich et Odd, ce dernier ayant cru s’évanouir en la voyant passer !

U - Et belle fille !
O - Celle la, elle est pour moi ! J’y cours!
U - Vas-y! Va trouver ton âme sœur !
O - Sans problème !

Dans la cour du collège, une jeune fille brune, d’origine asiatique, aux yeux foncés, s’habillant toujours avec son sweater noir et son pantalon de même couleur, attendait son chéri ... C’était elle, Yumi !

C’est alors qu’apparut Ulrich, courant comme un dingue, en direction de Yumi.

Y - Bah alors, ça fait un quart d’heure que je t’attends !
U - Désolé ma chérie, mais Odd a trouvé son âme sœur ! Je n’aurais voulu manquer cela pour rien au monde ! Dit-il en embrassant amoureusement Yumi.
Y - Alors je comprends ton retard ! Il nous rejoindra au réfectoire ! Et Jérémie et Aelita ?
U - Justement, ils y sont.
Y - Alors, on y va. C’est parti !

7H15, au réfectoire :

Aelita et Jérémie étaient à une table, enlacés l’un dans l’autre, en attendant Yumi, Ulrich et Odd.

Yumi, en arrivant à leur table, s’exclama : Ouh là ! J’ai manqué quelque chose, je crois ou c’était quand je n’étais pas là !
A - Exact, tu n’étais pas là !
J - On s’est déclarés notre amour et le premier baisé est arrivé. Suivis de plein d’autres, évidemment !
Y - Génial ! Odd n’est pas avec vous ?
A - Non, il ne devrait plus tarder
U - Je crois qu’il s’est trouvé son âme sœur donc ...

C’est à ce moment que, justement, Odd entrait dans le réfectoire en prenant 9 croissants et 5 bananes, juste pour battre son record ! Puis, il arriva à la table de ses amis et leur dit : ...







O - Salut tout le monde !
J - Quand on parle du loup ...
U - Alors, ça s’est passé comment avec ta nouvelle âme sœur ?
O - Elle est géniale ! Belle, sympa, intelligente, drôle ... Je vous explique :

Flash-back :
Odd part à la conquête de la jeune fille qu’il vient de voir passer lorsqu’il était avec Ulrich

O - Salut toi ! Tu es nouvelle ?
? - Oui, je viens d’arriver ! Je m’appelle Mélanie !
O - Et moi, c’est Odd ! Ravi de te connaître
M - Moi de même ! Dis-moi, tu as l’air de connaître le collège, toi. Est-ce que tu pourrais me montrer ma chambre s’il te plaît ? C’est la 142.
O - Bien sûr ! Suis-moi ! Tu es dans la même chambre qu’une de mes amies. Elle s’appelle Aelita et tu vas voir qu’elle est très sympa !
M - Aelita. Ca me dit quelque chose ... Ok ! Je retiendrais ! Mais, ils aiment quoi comme musique dans ce collège ?
O - Pop-Rock, progressif et tout ça ! Tu fais de la musique ?
M - Oui, je fais de la guitare depuis mes trois ans !
O - Intéressant ! Moi aussi d’ailleurs !

Ils continuèrent leur chemin en direction de la chambre d’Aelita et de Mélodie en parlant de tout et de rien et en se jetant mutuellement quelques regards profonds et intenses, le genre de regards qui veulent tout dire... Jusqu’à ce qu’ils arrivent à destination.

O - Voilà, c’est ici ! Je te laisse t’installer, on m’attend au réfectoire ...
M - Attends ! Elle attrapa Odd par le bras et ce dernier ainsi que Mélanie se mirent à rougir après qu’ils se soient regardés toujours aussi intensément. Le silence régnait dans les dortoirs. Tout le monde était déjà au réfectoire ...
Odd, brisant ce silence : Euh... Tu voulais me dire ?
M - Ah, oui ! Euh .... Merci de m’avoir accompagné !
O - Mais de rien ! C’est normal !
M - Ca te dirait qu’on se revoit ? Tout à l’heure, vers 8H30, ça te va ? Vu qu’il n’y a pas cours ...
O - Euh d’accord ! Répondit-il un peu troublé par la proposition de Mélanie. 8H30... Ca marche.... Euh ... A tout à l’heure ! Fit-il, complètement troublé par le regard de plus en plus profond de Mélanie.
M - A tout à l’heure !

Fin du flash-back.


O - Et je suis ensuite venu vous rejoindre au réfectoire.
U - Génial pour toi !
Yumi, à Aelita - Et comme ça vous vous êtes déclarés Jérémie et toi ?
J&A - OUI !
A - A mon tour de raconter.

Flash-back :

Il est 3H30 du matin, dans la chambre de Jérémie, ce dernier n’ayant pas dormi de la nuit car il pensait à quand il allait déclarer son amour à Aelita, se leva et prit son courage à deux mains et se dirigea vers sa chambre, tout en pensant à ce qu’il allait lui dire.

Arrivé devant la porte de la chambre, il ouvrit la porte d’une main plus que tremblante, et il y vit Aelita déjà réveillée et assise sur son lit. Elle non plus n’avait pas dormi car elle pensait exactement à la même chose que Jérémie quelques minutes auparavant.

A - Jérémie, c’est toi ! Dit-elle surprise par son arrivée. Tu aurais pu frapper avant d’entrer !
J - Excuse-moi mais je ne savais pas que .... Que tu étais déjà réveillée, vu l’heure qu’il est ... Et je ne voulais pas te réveiller non plus !
A - Ca n’est pas grave !
J - Dis, Aelita ... Est-ce que ..... Est-ce que je peux te parler
A - Euh ... Oui, bien sur !
J - Tu vois ... Ca fait un bout de temps que je te connais et .... Dès que je t’ai vue pour la première fois sur l’écran du supercalculateur .... J’ai senti quelque chose de bizarre qui passait entre nous. Enfin, tu vois ... Ce n’était pas de la haine, ni de l’amitié mais ... Mais bien plus que ca. Aelita ... Je crois que .... Depuis que je t’ai vu .... Je n’ai jamais osé l’avouer mais .... J .... Je t’ .... Je t’aime ....
A - Jérémie ... Je n’ai pas arrêté de penser à toi cette nuit .... Je n’ai même pas pu dormir .... Et, effectivement, je crois que ... je ressens la même chose pour toi ... Moi aussi, je t’aime Jérémie !

Leurs visages se rapprochèrent doucement, jusqu’à ce que leurs lèvres se touchent. Un long baisé timide, puis amoureux et passionné venait de commencer entre eux. Puis, lorsque leurs lèvres se détachèrent ...

A - Excuse-moi, Jérémie mais, au vu de ce qu’il vient de se passer et au fait que je n’ai pas dormi cette nuit, j’aimerais pouvoir le faire maintenant, en profitant du temps qu’il me reste ... Tu devrais le faire, toi aussi ! Tu m’as l’air épuisé !
J - C’est vrai que je n’ai pas non plus dormi ... Je ferais mieux d’y retourner ... On se donne rendez-vous au réfectoire ! A tout à l’heure !
A - Attends !
J - Oui ? Qu’es-ce qu’il y à ?
A - Ca ... Aelita se remit alors à l’embrasser, encore plus longuement, passionnément et amoureusement que tout à l’heure.

J - Ah oui ! D’accord ... Tu m’excuses mais ... Je suis épuisé ! A tout à l’heure au réfectoire !
A - A tout à l’heure !

Fin du flash-back.


J - La suite, vous la connaissez ! Je suis allé me recoucher et je me suis ré-endormi rapidement .....
O - Pas mal !


Dites-moi ce que vous en pensez ! Je regarderai demain après-midi car je ne suis pas là entre temps ... Je posterai la suite demain après-midi aussi, peut-être ...







O - Pas mal !
A - Dites, il est calme X.A.N.A., en ce moment, vous ne trouvez pas ?
U - Changement de sujet ...
J - Non, mais c’est vrai que c’est bizarre ! Il doit sûrement préparer un gros coup !
U - Il faudra être prêt !
O - En tout cas, je ne veux pas qu’il touche à Mélanie !
J - Mélanie ?
Y - Sa petite amie.
J - Ah ouais ! Désolé, j’avais oublié !
O - Quoi ? Toi, Einstein, TU AS OUBLIE QUELQUE CHOSE ??? Impossible ?!
J - Ca arrive à tout le monde !
A - Sérieusement, si tu ne veux pas qu’il touche à Mélanie, a toi de te débrouiller avec elle ! Dit-elle en poussant son plateau vers Odd qui s’empressa de s’y attaquer ...
Y - C’est surtout à nous d’être prudents. Répondit-elle en poussant, à son tour, son plateau vers Odd.
O - Et toi, Ulrich, tu ne me files pas ton plateau ?
U - Ah bah, non ! Faut que je mange, moi aussi !
J - Pareil pour moi !

Après avoir terminé son 14ième croissant et sa 9ième banane, Odd était fin prêt à quitter le réfectoire avec ses amis.

Y - Ca y est ? On peut y aller ?
O - C’est bon !
U - On y va !

Ulrich sortit alors, prenant la main de Yumi, tous deux suivis par Jérémie et Aelita, enlacés l’un dans les bras de l’autre, et Odd.

O - Ah, que c’est beau l’amour !
U; Y; J; A: ODD!!!!!
O - OH, c’est bon! Bon, bah moi, je vais retrouver ma Mélanie !
U - Qu’est-ce que tu disais ? C’est beau l’amour, non ?
O - Je sais, Ulrich, c’est bon !

C’est alors qu’Odd partit voir Mélanie pendant que le reste du groupe papotait tranquillement en parlant de tout et de rien, comme d’habitude, dans la cour de l’école ... Mais (tout de même) avec quelques longs baisers amoureux et bien baveux entre Ulrich et Yumi & Jérémie et Aelita !

U - Bon, vous m’excusez, mais j’ai une envie pressante ... Vous voyez un peu de quoi je parle ?
Y - Fais ce que tu as à faire ! On se revoit tout à l’heure, c’est le principal !
U - J’y vais ...

Pendant ce temps là, dans la chambre de Mélanie, cette dernière attendait toujours Odd qui l’avait prévenu qu’il serait un peu en retard à son rendez-vous. Mais dès qu’il entra dans la pièce :

M - Tiens, salut Odd ! Alors, t’as été retenu ?!
O - Ouais, par cette Sissi et ses deux toutous !
M - C’est qui ses trois là ?
O - Sissi, c’est Elisabeth Delmas, la fille du proviseur. Et les deux toutous, ce sont Nicolas Poliakoff et Hervé Pichon qui sont malheureusement dans ma classe !
M - Et comment tu t’en es débarrassé ?
O - Oh mais attends ! Tu ne sais pas qui je suis, toi ! Je suis le Roi de la Vanne en personne !
M - Oh, Oh ! Je suis la petite amie du Roi de la Vanne !

A ces mots, Odd rougit comme une tomate. Voir plus ...

O - Euh ... Bah attends, je t’explique la situation !

Flash-back :

Odd se dirige vers la chambre de Mélanie lorsque, sur son chemin se présente Sissi et ses acolytes.

S - Tiens Odd ! Alors, comme ça tu ne t’es pas coiffé ce matin ?
O - Bah figure-toi que si et que je le fais tous les jours ! Ah bah non, c’est vrai qu’avec ta cervelle de moineau, tu ne t’en souviens même pas ...
S - La ferme, crétin ou je t’en mets une !
O - Ola, j’ai peur ! Mais, est-ce que tu connais au moins le sens du mot « crétin » ?

Sissi se préparait alors à lui mettre une tarte dans la figure lorsqu’Hervé et Nicolas se mirent devant elle comme pour l’arrêter ou la protéger ...

O - Oh mais qu’ils sont gentils, les deux toutous !
N&H - Viens Sissi, on y va !
S - Oui, vous avez raison ! Ca commence à sentir le pourri, ici !
O - Ca y est ! Tu avoues enfin qui tu es ! Tout simplement de la pourriture ! Allez, j’me casse, on m’attend !

Fin du flash-back.


M - Je vois le genre !

C’est alors que le portable d’Odd sonna.

O - Oh, ce n’est pas vrai ! Qui est l’idiot qui ose m’appeler dans un moment pareil ? Allo ... Oui, Jérémie ?
J - Odd, X.A.N.A. passe à l’attaque ! Préviens Ulrich et rejoins-nous à l’usine !
O - Ok, j’arrive .... Dit-il d’un ton las ... Désolé Mélanie mais, je vais devoir partir.
M - Déjà ? Bon, d’accord ... Mais, attend deux minutes, encore !
O - Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il y a ?
M - Je ... Je sais que c’est peut-être un peu trop tôt pour te dire ça mais ... Quand je t’ai vu pour la première fois, je n’ai pas pu arrêter de penser à toi ... Je rêve tout le temps de toi et ... Odd ... Je crois que ... Je crois que je t’aime ...

A ces mots, Odd déglutit tellement lentement qu’il crut s’étouffer et Mélanie rougit tellement fort qu’on l’aurait cru enfermée dans un four allumé à 220°C. Odd, ayant toujours du mal à y croire, fit semblant de tomber dans les vapes ...

C’est alors que Mélanie réagit au quart de tour en le rattrapant dans ses bras. Le plan d’Odd marchait à la perfection.

M - Odd !
O - Ca va, je vais bien ...

Leurs visages n’étaient qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Bien que ca soit difficile, Odd et Mélanie rougirent de plus belle ...

O - Mélanie ... Moi aussi, je t’aime ... Dit-il d’une voix calme et rassurante.

C’est alors qu’il l’embrassa passionnément, langoureusement, fougueusement, amoureusement et avec plein d’autres adjectifs que je ne saurais décrire. Un baiser long et inoubliable, le premier baisé !







Pendant ce temps, à l’usine :

J - Bon, qu’est-ce qu’ils nous font, Odd et Ulrich ? Ca fait un quart d’heure qu’on attend !
Y - Odd doit être en train d’embrasser sa petite amie mais pour Ulrich, je ne sais pas trop ....
J - Bon, tant pis ! Je vous virtualise, ils vous rejoindront ! Descendez à la salle des scanners !
A ; Y : OUI, CHEF !

J - Transfert Aelita! Transfert Yumi! Scanner Aelita! Scanner Yumi! Virtualisation!

Nos trois amis arrivèrent sur Lyoko et tombèrent lourdement sur le sable chaud du territoire Désert.

A - Où se trouve la tour activée, Jérémie ?
J - 52° Ouest, 24° Nord ! Je vous envoie vos bécanes !

C’est alors qu’un overwing et un overboard se matérialisèrent sur Lyoko.

Au collège :

Odd était sorti de la chambre de Mélanie quand il entendit un cri strident provenant de cette direction. Odd y retournât alors en quatrième vitesse. Croyant que c’est un coup de X.A.N.A. et ne sachant pas à quoi s’attendre, il commença par regarder par le trou de la serrure puis ouvrit la porte violemment. Il vit dans la chambre Ulrich, tenant un sabre pointé sur Mélanie et cette dernière enfouie sous son bureau, complètement apeurée. Sa première réaction était de sauter sur Ulrich, qui le renvoya contre le mur sans trop le blesser. Apparemment, sa principale proie était Mélanie. Odd, un peu affaibli, appela Jérémie pour lui donner l’état de la situation...

Chapitre 2 : Sauvetages.

O - Jérémie, s’il te plait décroche, bon sang ! (Au bout de 4 sonneries)
J - Odd ? Qu’est-ce que tu ....
O - Jérémie ! Ulrich est possédé par X.A.N.A. ! Et il s’attaque à Mélodie, avec un sabre à la main ! Je vais le retenir le plus longtemps possible, mais dépêchez vous de désactiver la tour avant qu’elle et moi ne partirent à l’hôpital ! Aaaah !
J - Odd ? ODD ! Les filles, Odd est en mauvaise posture ! Il faut se dépêcher !
Y (les filles avaient entendu la conversation téléphonique) - On sait ! On va faire au plus vite possible !

Odd venait de recevoir un éclair provenant de la main d’Ulrich. Il était inconscient .... Ulrich avait alors les mains libres pour abattre Mélanie. Mais dès qu’Ulrich se retourna, il vit que Mélanie s’était enfuie pendant ce temps là. Il se mit alors à sa poursuite. Mélanie, quand à elle, se dirigeait vers le parc, en courant et sans trop savoir où elle allait. Puis, se trouvait devant elle une plaque d’égout, celle que nos héros prennent habituellement pour se rendre à l’usine. Sans le savoir, elle descendit dans les égouts, et, guidée par son intuition se dirigea en direction de l’usine. Ulrich était toujours non loin d’elle et commençait à gagner du terrain.
Du côté d’Odd, il venait de se réveiller dans la chambre de Mélanie et s’apercevait de l’absence de cette dernière et d’Ulrich. Il se mit alors à appeler Mélanie sur son portable :

O - Allo, Mélanie ? T’es où ?
M - Odd ! Je suis en train de courir sur un pont menant à une vieille usine plutôt désaffectée... Ulrich est toujours derrière moi et il commence à me rattraper...
O - Sur un pont ? Une vieille usine ? Bon, écoute-moi ! Tu vas entrer dans l’usine et descendre au Rez-de-chaussée grâce à une des cordes qui sont devant toi.
M - Et ensuite ?
O - Tu entres dans le monte-charge qui se trouve devant toi et tu le fais descendre à l’étage du dessous. Tu y trouveras Jérémie. Dis-lui que c’est moi qui t’ai envoyé ici et explique lui ta situation !
M - D’accord. Je suis dans le monte-charge. Mais, au fait, comment sais-tu tout ca ?
O - C’est une longue histoire .... Je t’expliquerai plus tard. Contente-toi de faire ce que je te dis, je vais essayer de te rejoindre.
M - Ok ... Fais attention à toi ! Je t’aime.
O - Moi aussi, mon amour... Moi aussi.

Odd partit alors en direction de l’usine.

Pendant ce temps, sur Lyoko :

Trois mantas venaient d’apparaître sur le territoire Désert, pour bloquer le passage à nos amies.

J - Attention, trois mentas en approche ! Elles viennent du Sud-ouest de votre position. Il faut vous dépêcher, les filles, Mélanie est ....

A ces mots, Mélanie venait d’entrer dans la pièce.

M - .... Là .... Continua-t-elle. Mais, je suis là mais je suis où, en fait ? Jérémie !
J - Je veux d’abord savoir comment as-tu fait pour arriver ici.
M - C’est Odd qui m’a guidé jusqu’ici par téléphone. Ulrich me poursuit avec un sabre à la main et....
J - ... et essaie de te tuer, c’est ça ?
M - Euh... bah oui ...

C’était maintenant au tour d’Ulrich, toujours possédé par X.A.N.A., d’entrer dans la pièce.

J - Oh, non .... Les filles, faites vite ! Ulrich est là et s’apprête à nous tuer ...

Sur Lyoko :

Y - On sait bien, Jérémie mais ces mantas sont plutôt coriaces ...

Puis, les mantas commencèrent à pondre des mines volantes alors que les filles approchaient de la tour ...

A - Il manquait plus que ca !
J - Odd est dans le monte-charge ! Il va venir vous aider dès que possible.
A - Eh bah, qu’il se dépêche, alors ! Ca sent mauvais ici !

Aelita venait de recevoir un des tirs d’une Manta, ce qui dévirtualisa son overboard. Puis, elle commença à tomber en chute libre, manquant de faire exploser une mine volante.







J-Aelita !Je reprogramme l’overboard, Odd prépare toi!Transfert Odd...scanner...virtualisation !Tiens bon Aelita !
Y-Aelita !

Yumi évitait les tirs et essayait d’atteindre Aelita avec son overwing. Mais un tir de manta dévritualisa également le véhicule. Yumi tombait avec la jeune fille virtuelle.

O-Tenez bon les filles !Le sublime Odd arrive !
Y et A-Odd !Laisse l’humour de côté pour l’instant et aide nous !

Odd tira une flèche sur Yumi ce qui la ramena dans le monde réel. Il fonça sur Aelita qui approchait dangereusement de la mer numérique. Il la devança et l’humanoïde retomba sur l’overboard. Soulagée, elle s’accrocha à Odd qui faisait route vers le plateau le plus proche.
Sur Terre, Jérémie s’était fait projeté hors de son siège. Ulrich avançait vers lui de manière menaçante. Le sabre à la main, il le pointa à la gorge du petit génie qui déglutit difficilement. Mourir de la main d’un ami possédé par une entité maléfique était sûrement la pire des choses qui pourrait lui arriver. Il espéra juste au moment où Ulrich levait le bras pour le poignarder en plein cœur que quelque chose interviendrait. Jérémie ferma les yeux. Quelques secondes plus tard, le coup n’étant pas arrivé, il rouvrit les yeux. Le samouraï gisait par terre, assommé. Derrière lui se trouvait Mélanie, une barre de fer à la main.

M-Vite Jérémie, je ne sais pas ce que tu dois faire, mais dépêche toi !

Le petit génie se releva tandis que la jeune fille surveillait Ulrich qui commençait déjà à s’éveiller. Jérémie entra le retour dans le passé, prêt à être activé.

Sur Lyoko, Aelita atteignait la tour pendant qu’Odd s’occupait des mantas.
Jérémie entendit un bruit sourd. Mélanie était à terre, sonnée. Ulrich s’approchait à présent de lui. Le code « LYOKO » fut entré. Ulrich retomba sur le sol, à côté de Mélanie. Yumi venait de revenir des scanners. Elle se précipita vers eux. Jérémie activa le retour vers le passé qui engloba Paris.

U-Et j’ai failli tuer Einstein ?
O- Ouaip !
U-Ouah...(à Yumi) je t’ai pas fait de mal à toi, j’espère?!
O-Bah, c’est gentil !Et moi? Toi aussi, tu m’as assommé !
Y-Non, ça va ne t’en fais pas, et puis le retour dans le passé a réglé les choses.
M-Je n’ai aucun souvenir...pourquoi ?
J-Pour...euh (il échangea des regards inquiets avec ses amis, ils avaient oublié Mélanie, elle n’est jamais allé sur Lyoko) bah...disons que...c’est un nouveau jeu, on te montrera !
M ( très septique) Ah ok...je croyais que ça c’était vraiment passé...
O-Mais non, sinon...on pourrait pas !
M-Oui, c’est vrai...je suis bête. N’empêche...j’ai bien dormi alors. Et j’ai fait un drôle de rêve.
Y-Tu nous raconteras !Bon, Ulrich, tu viens ?
U-Oui, j’arrive.
O-Ouh, les amoureux !Vous allez vous bécoter dans le parc ?
M-Odd !Laisse les un peu!Viens donc un peu par là...

Mélanie traîna alors un Odd abasourdi vers la sortie. Yumi et Ulrich firent de même.
Les deux amoureux s’enfuirent vers la chambre d’Ulrich et Odd. Le jeune brun referma la porte doucement. Yumi eut un rire amusé.

Y-Qu’est-ce qui te passe par la tête ?

Ulrich ne dit rien mais alla vers son bureau où il prit quelque chose sans que Yumi ne le voie.

Y-Hein ? Qu’est-ce que tu manigances mon beau brun ?dit-elle en souriant d’un air tendre.

Ulrich s’approcha doucement d’elle, un air mystérieux sur le visage. Il lui prit le menton d’une main et lui caressa la joue.

U-Tu sais que jamais je ne t’aurais touchée, n’est-ce pas ?

Yumi perdit son sourire.

Y-Bien, bien sûr...pourquoi tu dis ça ?

Ulrich la souleva de terre en la prenant par le coup. Yumi hurla. Elle commença bientôt à étouffer.

Y-Mais qu’est-ce...que tu fais ? Ulrich !

Les autres entendirent le cri de Yumi et se précipitèrent dans la chambre.

O-Ulrich !Qu’est-ce que tu fais!
M- Repose là !
J- Oh non, pitié, faites qu’il ne soit pas encore possédé...
A-Ulrich !Refais surface! Tu peux le faire !
Y (le souffle coupé) Ulrich...s’il te...plait...je sais que tu m’aimes...tu ne peux pas me tuer...
Odd (avançant vers eux) Ulrich, repose Yumi par terre...

Ulrich sortit un couteau de sa poche et menaça Yumi avec. Celle-ci ferma les yeux de peur. Odd recula.

Y-Ulrich...je t’aime...pitié...mon...ange...

La pression sur le coup de la jeune Japonaise devint tremblante.

Y-S’il te...plait...rappelle toi...notre premier...baiser...

Les yeux d’Ulrich semblèrent se perdre au loin. Son esprit refit surface et il se rappela leur premier baiser.

Flash back :

Les 5 amis revinrent d’une mission sur Lyoko. Il était un peu plus de 14H. Yumi s’apprêtait à partir chez elle quand Ulrich la retint.

U-Dis Yumi...ça te dirait d’aller se promener ? Histoire de...prendre l’air. Il fait tellement beau.
Y-Hum...oui, pourquoi pas !

Ulrich soupira. Apparemment, son excuse pour être avec elle marchait bien. Ils saluèrent les autres et partirent en direction de l’Ermitage.

U-Tu te souviens de...enfin, je veux dire de...
Y-Oui, je...je m’en souviens. Quand on était enfermé.
U-Oui, ça...c’était...euh...
Y-Gênant...
U-Yumi, il faut que je te dise un truc...

Ils s’arrêtèrent. Le soleil était à son zénith en ce superbe après-midi. Yumi sursauta quand il lui prit la main tendrement.

U-Je voudrais te dire...que...que...
Y-Que ?
U-Que...(il regarda dans les yeux). Que tu es une fille formidable...

Le visage de Yumi s’adoucit. Ulrich lui caressa la joue et remonta jusqu’à ses cheveux et y glissa sa main. Il se baissa vers elle et lui chuchota ces quelques mots qui firent chavirer le cœur de la Japonaise : Je t’aime...
Yumi regarda Ulrich. Il avança son visage vers le sien. Leurs lèvres rentrèrent en contact. Un baiser long, tendre, puis passionné commença. La main d’Ulrich se posa sur les hanches de sa belle et Yumi entoura son cou de ses bras. Leurs lèvres se détachèrent et Ulrich embrassa Yumi dans le cou tendrement et quand il arrêta, il remonta à son oreille pour lui souffler à nouveau ces mots que Yumi adorait entendre : Je t’aime Yumi Ishiyama...
La belle Japonaise finit dans les bras du beau brun en murmurant un doux « Moi aussi ».








U - Yumi.... Je suis désolé ... Il s’endormit aussitôt après avoir repris ses esprits et dit cette phrase.
Y - Ulrich... S’il te plait! Réveille-toi ! Ulrich !
J - Il a besoin de repos. N’oublie pas qu’il vient d’être possédé ! N’empêche, je me demande bien ce qui a pu se passer. Serait-ce encore un coup de X.A.N.A. ? Non, impossible ! Le super scan m’aurait prévenu !
A - C’est très bizarre !
O - Tu l’as dit !
A - Bon. Laissons-le se reposer, pour l’instant. On verra bien quand il se sera réveillé.
M - Euh, pendant que j’y suis ... Vous pourriez m’expliquer tout ce qui s’est passé ? Le fait qu’Ulrich soit possédé et que vous ayez l’air d’en connaître un rayon ...

Tout le monde avait oublié que Mélanie était avec eux et qu’elle ne savait pas encore pour Lyoko ... Après un accord commun, Jérémie voulut lui expliquer tout mais ...

M - Euh ... Si tu permets, je préfèrerais que ce soit Odd qui m’explique... On va dire que tes explications ne sont pas très claires même si pour toi, elles le sont ...
J - Ok, comme tu veux ! Odd, à toi l’honneur !
O - Euh ... Si ca t’embête pas, J’aimerais bien qu’on le fasse plus tard parce que ... Il est midi et demi et ... j’ai faim, moi !
Y - Ah, oui ! On avait oublié de te dire qu’Odd est un vrai goinfre et que quand c’est l’heure de manger, il ne pense qu’à son estomac !
M - Pas grave ! Tu m’expliqueras tout ca au réfectoire ! Allons-y sinon, Odd risque de mourir !

Ils partirent alors en direction du réfectoire, en riant sur la blague que Mélanie venait de sortir. Une fois arrivé à destination, ils prirent un plateau chacun, se servirent (Odd, trois fois plus que les autres, comme à son habitude !) et s’assirent à une table libre. Odd commença alors à expliquer à Mélanie tout ce qui venait de se passer.

O - Alors ... Pour commencer, j’imagine que tu as du rêver d’un supercalculateur contenant un monde virtuel nommé Lyoko et d’un Ulrich possédé qui cherchait à te tuer, non ?
M - Exact. Mais comment sais-tu cela ?
O - Eh bien, ce n’était pas un rêve, c’était la réalité. X.A.N.A. existe bien. Le supercalculateur aussi !
J - En fait, X.A.N.A. est un virus qui ....

Et il commença à tout expliquer à Mélanie. Puis, une fois les explications terminées :

M - C’est un truc de fou !
A - Exact ! Mais ce qu’on ne sait pas, c’est pourquoi et comment Ulrich a pu redevenir possédé après le retour vers le passé sans une nouvelle activation de tour de la part de X.A.N.A. ....

C’est alors qu’Ulrich entra dans le réfectoire, et s’installa à la table de ses amis après s’être servi de quoi manger.

U - Salut !
Y - Tiens, tu es déjà réveillé !
U - Ouais. Et le plus bizarre, c’est que je me souviens de tout ce que j’ai fait même quand j’étais possédé ! Qu’est-ce qu’il y a, Odd ? Pourquoi tu me regardes dans les yeux comme ça ?
O - Pour vérifier si tu étais encore possédé. Mais apparemment, tout est nickel ! Au fait, Mélanie est au courant pour Lyoko et X.A.N.A.
U - Ah ok ! Alors, on peut parler librement sans encombre !
M - C’est moi l’encombre ? Sympa de ta part !
O - RÔÔÔH mais il riait, la puce !
M - J’espère bien !
U - Mais, oui, je riais ! Je ne voulais pas te vexer ! Désolé !
Y - T’inquiète pas ! Je le surveille ! Si par hasard, il voulait te vexer, je lui aurais fait sa fête !
M - Merci, c’est sympa de ta part ! Cette fois-ci c’est sincère !

Ils finirent alors de manger, toujours dans la joie et la bonne humeur. Puis, ils se rejoignirent dans la cour et s’assirent sur leur banc habituel.

U - Bon, comme on est Dimanche, on a l’après-midi libre !
J - Et, si tu veux vraiment faire partie de la bande, y’a un dernier test à passer ! Celui de la Virtualisation sur Lyoko ! Mais on verra ça lors de la prochaine attaque de X.A.N.A. En attendant, promets-nous que, quoi qu’il arrive, tu garderas le secret à propos de X.A.N.A.
M - Promis, juré, craché !
J - Ok, y’a plus qu’à attendre la prochaine attaque de X.A.N.A. !
O - Dites, comme on est Dimanche et qu’on a le droit de sortir, ça vous dirait un petit cinoche ? X-Men 3, ça vous va ? Ils le repassent cet après-midi !
Tous - OUAIS ! Direction le cinéma !







Pour la plupart des personnes présentes au cinéma, estimons que le quart de ces personnes regardaient le film. Des amoureux s’embrassaient sans cesse dans la salle. Et des célibataires profitaient de leur dimanche pour se faire un ciné. Comme Odd.
Le pauvre adolescent était prisonnier entre les couples Aelita/Jérémie et Yumi/Ulrich. Odd se demandait comment Aelita pouvait être prisonnière ainsi des bras de Jérémie. Il espérait que Mélanie revienne vite des toilettes. Yumi et Ulrich commençaient à lui faire peur en s’embrassant de plus en plus passionnément. Il frissonna quand Ulrich passa sa main sous le tee-shirt de la jeune Japonaise. Le samouraï caressait le dos de Yumi et descendait petit à petit. La main d’Ulrich arrivait en bas, Odd préféra détourner la tête. Mélanie revenait à ce moment. Elle s’assit à sa place et se lova contre le blondinet qui se raidit à son contact.

M-Qu’est-ce qu’il se passe Odd ? Tu es tendu, ça va ?
O-Oui, oui...ça va...

Mélanie commença à l’embrasser dans le cou, là, c’était trop pour Odd, qui, prétextant une envie pressante, partit se réfugier aux toilettes.
Quand le film se finit, Odd n’était toujours pas revenu. Mélanie commençait à angoisser. Une main réconfortante se posa sur son épaule.

Y-Ne t’inquiètes pas. Je suis sûr qu’il est juste mort de trouille.

Une autre main se posa sur l’autre épaule de Mélanie.

A-Oui...tu sais, c’est un grand dragueur mais au fond, il est très timide.
M-Merci les filles...vous êtes sympas...
Y et A- C’est fait pour ça les amies !
M-Mais quand même...qu’est-ce qui a pu le mettre dans cet état là ?
Y (rigolant à moitié)- Tu vois le jeune homme ici présent ?dit-elle, désignant Ulrich.
M-Euh...oui.
Y- Et ben, je suis sûre qu’avec ses envies bizarres, il a réussi à foutre la trouille à Odd !
M-Tu, tu crois ?
A-C’est presque certain. Mais t’en fais pas. Tu le retrouveras comme neuf quand tu lui auras fait comprendre que tu n’as pas d’intention particulière dans tes câlins. N’est-ce pas Ulrich ?
U- Mais pas du tout !J’suis pas comme ça moi !
J-Mon œil, j’t’ai vu !T’étais collé à Yumi et tu la...tu la...
U-Je la ? Et pis toi avec Aelita ?
A- Oh, du calme les garçons !

Mélanie revenait justement avec un Odd un peu patraque.

U-Alors Odd, mon vieux...(il est interrompu par un coup de coude de Yumi). Euh, je pense qu’on devrait retourner au collège. Si jamais y’a une attaque...
O (qui retrouvait son sourire)- Une attaque ? fit-il avec un ton ironique. Juste après celle-là ? C’est nouveau !
U- Fais le malin toi !
Tout le monde sachant que ces petites disputes entre eux n’étaient que pour se taquiner, le groupe éclata de rire.

Yumi devait rentrer chez elle et Ulrich se proposa évidemment de la raccompagner. Voire rester avec elle se disait Odd. Ce dernier partit avec Mélanie vers sa chambre. Aelita et Jérémie, bien sûr, allèrent à l’usine pour de plus amples recherches.

Le vent dans les cheveux, la respiration calme, Yumi marchait tranquillement aux côtés d’Ulrich qui la regardait d’un air amoureux. Il se souvenait que trop bien de leur premier baiser. Désormais ce souvenir lui revenait inlassablement en tête ce qui n’était pas pour déplaire au jeune homme. Heureux, il passa un bras autour des épaules de Yumi qui se lova contre lui.
Ils arrivèrent chez la jeune fille. Hiroki jouait calmement à ses jeux vidéos. Ulrich embrassa Yumi en guise de bonsoir et repartit dehors. Mais quelques gouttes de pluie commençaient à tomber sur la terrasse.

Y- Rentre plutôt...on va attendre que ça se calme, le vent se lève.
U-Merci...

Il rentra à l’intérieur alors que dehors, en effet, le vent se levait et les feuilles des arbres tournaient. Les voitures se sentaient déportées de la route vers le fossé.
Soudain, la télé s’éteignit. Yumi et Ulrich s’interrogèrent du regard et la jeune fille essaya de la rallumer. Il fit non de la tête.

U-Qu’est-ce qu’il se passe ?
Y-Une coupure de courant, diagnostiqua la jeune japonaise.

Un bruit fit sursauter les adolescents. Hiroki arrêta son jeu et partit se réfugier près de sa sœur et d’Ulrich.

H-Yumi...j’ai peur...appelle papa et maman...
Y-Ca va passer, ce n’est que le...

Un gros bruit sourd l’interrompit. Un arbre venait de s’abattre et de tomber près la maison. Ulrich serra les dents. Yumi, elle, se dirigea vers le téléphone. Le ciel devenait noir. La jeune fille l’observait tout en attendant que son père décroche. Mais vraisemblablement le téléphone était coupé et cela n’étonna guère la jeune Japonaise. Elle partit fermer les volets de toutes les fenêtres. Son visage était pâle. Ulrich essayait en vain de lui parler mais elle l’évitait. Enfin, il réussit à la coincer dans sa chambre.

U- Yumi...je crois que c’est un coup de XANA...
Y- Ah bon ?T’as trouvé ça tout seul ?
U- Yumi, qu’est-ce que tu as ?

Il dit ces mots en prenant Yumi par les bras. Elle avait la peau froide.

U-Yumi, qu’est-ce qui ne va pas ?

Yumi s’écroula dans ses bras, complètement terrorisée. Elle tremblait de tout son corps. Il la porta et l’emmena en bas. Il la posa sur le canapé, Hiroki se précipita. Yumi venait de s’évanouir.

U-Hiroki, est-ce que tu sais ce qu’as ta sœur ?
H-Bah...elle a une peur bleue du vent. Elle a vu une tornade étant petite...elle y a échappé de peu. Depuis, elle est traumatisée. Mais je m’en souviens plus...il paraît qu’elle a essayé de me protéger.

Ulrich regarda d’un air amoureux et compatissant sa bien-aimée. Il s’agenouilla en espérant que Jérémie, Odd, Aelita et Mélanie s’en sortiraient. Ca allait être aussi la première fois pour elle...







Chapitre 3 : Folies

Aelita et Jérémie étaient à l’usine quand X.A.N.A. s’était réveillé. Jérémie appela Odd et Mélanie pour les prévenir et leur demander de venir à l’usine. Mélanie allait être transférée sur Lyoko pour la première fois de sa vie. Une fois arrivés là-bas, Jérémie les fit descendre directement à la salle des scanners, Aelita y était déjà et les attendait avec quelque peu d’impatience ...

A - Ah ! Vous êtes enfin là ! Ca fait un bout de temps que je vous attends !
O - On sait mais on a fait aussi vite qu’on a pu !
J, dans son micro - Tout le monde est prêt ?
O ; A ; M : OUI !
J - Ok, entrez dans les scanners, je vous envoie sur Lyoko !
Transfert Odd, transfert Mélanie, transfert Aelita !
Scanner Odd, scanner Mélanie, scanner Aelita !
Virtualisation !

Odd, Aelita et Mélanie arrivèrent sur le territoire Banquise. Odd et Aelita, toujours dans leurs costumes habituels mais Mélanie était en sorcière avec un chapeau pointu, une grande cape noire et une baguette magique comme dans Harry Potter ...

M - Dites, pourquoi je suis ridicule ?
A - On n’en sait rien ! C’est le Supercalculateur qui t’a habillé comme ça !
M - Et y’a pas moyen de changer ?
A ; O : Non !
M - Génial ... Effectivement, ça a bien l’apparence d’un monde virtuel ...Tout est pixellisé ! Bon, alors, on doit faire quoi ?
J - Vous devez désactiver la tour qui se trouve à 35° Sud-est de votre position. Attention, un groupe de 5 krabes en approche !
M - Des krabes ? Au moins y’aura de quoi manger ...
O - Eh ! Si tu me piques mes vannes, je n’aurais plus rien à sortir, moi !
M - Désolé !
A - Bon, on y va ! Les krabes sont là ! Champ de force ! Aelita envoya son champ de force qui rata de près sa cible. Zut ! Continua-t-elle.
O - Flèches laser ! Cette fois-ci, la flèche d’Odd toucha directement sa cible. Le krabe explosa. Et c’est qui le meilleur ?
M - Jérémie, comment j’attaque, moi ?
J - Alors, pour commencer, tu dois lancer un sort avec ta baguette magique. Tu as le choix entre la Foudre, le Feu ou la Glace. Pour cela, tu dois te concentrer sur ta cible, pointer ta baguette sur ta cible, également et dire « Sort Foudre », « Sort Feu » ou « Sort Glace ». Pour éliminer un monstre, tu dois toucher le centre de l’œil dessiné dessus avec un de tes sorts.
M - Ok, j’ai tout compris ! Sort Foudre ! Le ciel s’obscurcissait sur Lyoko avant qu’il n’y sorte un violent éclair qui tomba directement sur un des krabes. Celui-ci explosa à son tour. Waouh, génial ! Sort Glace ! A ces mots, un énorme pic de glace sortit du sol du territoire banquise et transperça directement le krabe visé.
O - Bah dis donc, c’est efficace !
A - Champ de force ! Cette fois-ci, le champ de force d’Aelita toucha le krabe et le fit s’exploser.
O - Plus qu’un ! Flèche laser ! Et voila, Jérémie, le ménage est terminé !
J - Ok, continuez en direction de la tour !

Chez Yumi :

L’électricité n’était toujours pas revenue et le vent soufflait de plus en plus fort. Un deuxième arbre venait de s’abattre de l’autre côté de la maison. Ulrich, Hiroki et Yumi étaient maintenant bloqués à l’intérieur. Yumi, quand à elle, était toujours inconsciente mais lorsqu’elle se réveilla :

Y - Ulrich ... Où suis-je ?
U - Chez toi. X.A.N.A. a attaqué et essaie apparemment de créer une tornade pour rayer ta maison et la ville entière de la carte. Malheureusement, deux arbres nous empêchent de sortir de chez toi.
Y - Une tornade ? UNE TORNADE ?????
U - Une tornade...
Y - UNE TORNADE????
U - Une, plus loin, Tornade, oui ... Une Tornade
Y - UNE TORNADE ?????
H - C’est bon, on a compris !
Y - Désolée! AAAH !! Y’A UNE TORNADE DEVANT LA MAISON !!!!! ON VA TOUS MOURIR !!!!! ON VA TOUS MOURIIIIIIIIIIIIIR !!!!!!!!!!!
H - Bon, t’as fini, sœurette, oui ou me**e ?
Y - Excusez-moi ... J’ai tellement peur ...
U - Ca, on avait remarqué ...
Y - Mais ça n’empêche que t’as pas le droit de me parler sur ce ton, Hiroki !
H - Euh ... déso ...
Y - NON, y’a pas de « désolé, sœurette » ! TU VAS ÊTRE PUNI POUR CE QUE TU M’AS FAIT SUBIR !!!
U - Dis-donc, c’est le vent qui te rend si agressive, Yumi ?
Y - OUUIII !!!!
U - Bon, désolé mais c’est pour ton bien ... Et aussi pour le nôtre ... Ulrich l’assomma alors en lui mettant un coup direct derrière la nuque.
H - Ah, ça fait du bien, du silence !!!







Sur Lyoko :

Ils couraient quand ils arrivèrent à une barrière de monstres. Odd entama une série de flèches quand il se reçut un tir sur l’épaule gauche. Le blondinet chuta à terre. Mélanie se concentra sur une tarentule qui se mettait en position, prête à tirer sur Aelita.

M- Sort Feu !

Des flammes commencèrent à consumer la tarentule qui explosa.

O- Mais t’as que des trucs bien !!
M (soufflant sur la pointe de sa baguette tel un cowboy) : Je sais...
A- La tour est là !
O- Oui, mais avant faut franchir cette ligne de bloks !
M- Odd...
O- Oui, princesse ?
M- A mon signal tu cours avec Aelita vers la tour.
O- Je veux bien mais tu vas faire quoi ?
M- T’en fais pas...

Elle courut jusqu’à la ligne de monstres qui chargea ses tirs. Là, elle darda sa baguette sur le premier monstres et, concentrée au maximum, cria « Sort Glace ! » en pointant sa baguette du premier au dernier block. Des pics de glace commencèrent à déchiqueter les premiers blocks et dans une symbiose parfaite, ils continuèrent le tracé qu’avait fait Mélanie. Quand les pics détruisirent le block du milieu, elle appela Odd. Celui-ci arriva, courant à toute allure, Aelita perchée sur son dos. Tous les monstres avaient explosé quand Aelita rentra dans la tour. Mélanie s’écroula de fatigue sur le sol virtuel. Et se dévirtualisa.
La jeune humanoïde virtuelle rentra le code « LYOKO », et le retour dans le passé s’activa.

Ils étaient tous au cinéma. Il se regardèrent avec un regard complice. Encore une mission d’accomplie...et une nouvelle Lyokoguerrière.
Yumi se massa la tête douloureusement sans s’avoir pour quoi tandis qu’Ulrich se faisait tout petit, espérant qu’elle ne se rappellerais pas. N’empêche, cette histoire de tornade l’avait un peu effrayé. Il découvrait une autre facette de Yumi qui était sensible et fragile. D’un bras protecteur, il passa sa main autour des épaules de la Japonaise et la jeune fille, surprise, posa tout de même sa tête sur le torse du beau brun.

Odd s’aperçut des gestes tendres d’Ulrich et voulut faire pareil, remarquant le visage heureux et décontracté de Yumi. Il fit comme le jeune brun et Mélanie se lova tout contre lui, ronronnant de plaisir et lui murmurant des mots doux.
Du côté de Jérémie et Aelita, les deux amoureux se faisaient de doux câlins chastes. La jeune fille se sentait bien dans les bras du petit génie, elle ne voulait pas que le film se finisse.
Les mains d’Ulrich étaient posées sur les cuisses de Yumi, cette dernière le regardait amoureusement. Bizarrement, son petit ami semblait regarder le film avec un franc intérêt. Elle reposa sa tête sur son torse. Les mains du beau brun recommencèrent à la caresser tendrement sans détacher ses yeux du film. La tête d’Odd commençait à tomber sur le siège, ses yeux se fermaient. Mélanie comprit bien vite que la fatigue l’emmenait. Elle le laissa faire, amusée de la situation. Les autres s’en rendirent compte quand Odd commença à ronfler. Aelita le bouscula un peu.

A-Odd !Tais toi un peu !
U (sortant du film) -Odd, mets la en veilleuse, s’il te plait !
Y-Odd...chuuutt !
M- Il ronfle tout le temps quand il dort, Ulrich ?

Un air fatigué se peignit sur le visage du jeune homme.

U-Oh oui...depuis la nuit des temps qu’il ronfle...
Y- Oh mon pauvre chéri..., dit-elle avec une pointe d’ironie.

Yumi éclata de rire tandis que toute la salle se levait car le film était fini. Ulrich fit une mine boudeuse. Au son du rire de Yumi, Odd se réveilla.

O-Bah zut, j’ai manqué le film ?!
M-Oh, on va tout te raconter...

Tout le monde éclata de rire, sauf Odd et Ulrich qui boudaient.







A - Bon, et si on sortait de la salle ?
J - Bonne idée, mon amour !
O - Oh mais c’est pas ’tit peu mignon, ça ?
J - Odd, t’as rien à dire, tu fais pareil avec Mélanie !
O - C’est vrai, c’est vrai ! N’est-ce pas, ma chérie ?
M - C’est bien vrai et j’en suis heureuse !
U - Qu’est-ce qui était ’tit peu mignon, y’a 5 secondes ?
Y - Toi ! Mais, ça c’est depuis plus que 5 secondes, beaucoup plus !
U - Oh, merci ma chérie !
J - Bon, ben sans rancune, Odd !
O - Sans rancune !
U - On va où maintenant qu’on est sorti du cinéma ?
M - Il est 16 heures ...
A - Bah, moi j’aimerais bien retourner au collège, histoire de passer un peu de temps avec mon Jérémie ...
M - Et moi avec mon Odd !
J ; O : Et nous avec nos petites amies !
Y - Et moi j’aimerais bien rentrer chez moi avec mon Ulrich pour passer aussi un peu de temps avec lui
U - Et moi j’ai bien envie d’accepter l’offre de Yumi !
A - Et bah comme ça on s’est tous décidés ! Chacun va ou il doit aller !
O - Parfait !

C’est ainsi que Jérémie, Aelita, Odd et Mélanie retournèrent au collège alors qu’Ulrich et Yumi rentrèrent chez cette dernière histoire de continuer ce qui avait commencé au cinéma pour certains et pour d’autres, rattraper leur retard sur leurs compagnons ... Enfin bref, ils vont tous prendre du bon temps ! ^^

Tous nos couples se retrouvèrent en tête à tête dans leurs chambres respectives : Jérémie et Aelita allèrent dans la chambre de ce dernier alors qu’Odd et Mélanie allèrent dans la chambre de cette dernière en prenant tous soin de fermer la porte à clef.

Mais allons d’abord faire un tour dans la maison de Yumi.

A peine étaient-ils rentrés dans la maison qu’ils montèrent dans la chambre de Yumi.

U - Dis-moi, tes parents sont là ?
Y - Non, ils sont au travail. Et Hiroki est chez un copain. Ils sont tous censés revenir vers 19h30.
U - Tant mieux, ça nous laissera pas mal de temps ensemble ! Il embrassa Yumi fougueusement et la fit de suite basculer sur le lit. Ulrich commençait alors à passer ses mains sous le pull de Yumi et à caresser son dos alors qu’elle massait les siennes sous le Tee-shirt d’Ulrich.

Je pense qu’on va s’arrêter là pour eux deux. La suite, vous la connaissez !
Passons du côté de Jérémie et Aelita.

A - Alors, comment t’as trouvé le film ?
J - Je n’ai rien vu, j’ai passé tout mon temps à te caresser et à t’embrasser !
A - Jérémie ?
J - Oui, mon amour.
A - Je t’aime !
J - Moi aussi ma chérie ! Ils s’embrassèrent doucement, puis plus passionnément et amoureusement.

Ils basculèrent eux aussi sur le seul lit à leur disposition et pour la suite, c’est à peu près comme pour Yumi et Ulrich. On va quand même leur laisser un peu d’intimité, je pense ! Pour Odd et Mélanie, c’était aussi le même scénario. Je ne vais tout de même pas tout vous raconter, c’est toujours pareil, de toute façon ! Et pis ils ont bien le droit à un peu d’intimité, même dans une fan fiction, voyons ! Tant pis pour les voyeurs ! XD

Il est 19h15, environ. Après des heures de câlins, de baisers et d’autres choses qui ne nous regardent pas, Jérémie, Odd, et Ulrich se réveillèrent doucement avec dans leurs bras, leurs petites amies respectives qui ne tardèrent pas non plus à se réveiller. Ils se rejoignirent tous à la cantine non pas pour se raconter leurs ébats amoureux mais bel et bien pour manger ! ^^


Petite parenthèse : J’entame ici la vingtième page d’écriture sur Microsoft Word ! ^^

Une fois s’être tous retrouvés à la même table :

A; M; Y; U; O; J - Bon, bah on a très bien dormi!
O - Tous ensemble!
Y; M; A - De toute façon, tant qu’on est avec nos chéris, tout va bien !
O - Encore en simultané!
U - Hé hé!
O - Aaah! Aujourd’hui, c’est spaghetti bolognaise au menu, mon plat préféré !
J - Odd, quand arrêteras-tu de te goinfrer ?
O - Jamais !
J - Misère ...
A - Dis-moi, Jérémie, ça fait un bout de temps qu’on n’a pas revu William. Que ce soit sur Lyoko ou sur Terre, pas un signe de lui !
U - Dites donc, ça devient une habitude les changements de sujets très brefs pendant les repas, apparemment ...
J - J’allais dire : « Non, mais c’est vrai que c’est bizarre ! Il doit sûrement préparer un gros coup !» mais j’allais répéter un sketch ....
Y - Et si je dis : « Il faudra être prêt ! » je vais aussi répéter quelque chose ... (référence au petit déjeuner du matin dans la cantine)
M - William ? C’est vrai que je ne l’ai jamais vu, moi ....
O - X.A.N.A. doit donc préparer un gros coup ...
Y - Et il faudra être prêt !
U - Bon, pour continuer dans les changements de sujet, c’est vraiment sympa de la part de tes parents de t’avoir laissé manger avec nous, Yumi !
Y - Oui, d’ailleurs, il va falloir que je reparte, ils vont s’inquiéter ...
J ; O ; A ; M : U - Alors, à demain Yumi !
Y - A plus les amis !

Yumi rentra alors chez elle pendant que le reste du groupe mangeait tranquillement jusqu’à ce que :

O - Mais qui voilà ! C’est Notre reine des cakes en personne ! Tes deux toutous ne sont pas avec toi ?
S - Bah non ! Et puis d’abord ce ne sont pas des toutous !
M - Alors comme ça c’est toi Sissi ! Odd m’a parlé de toi ! Et effectivement t’es très moche ...
S - Non mais pour qui elle se prend, celle là ?
M - Moi ? Moi je suis Mélanie Tessier, 15 ans, chambre 142, demi-pensionnaire au collège Kadic, ...
U - Je t’arrête ! Parce qu’est-ce qu’elle sait au moins où est la chambre 142 ? Avec son cerveau, je ne pense pas ...
S - Contrairement à ce que tu pourrais croire, mon cher Ulrich de mon cœur, je sais très bien où est la chambre 142, c’est celle juste à côté de celle d’Aelita !
O - Ouah ! T’as réussi à apprendre quelque chose !!! Ca se fête ! Ce soir, je demande au proviseur l’autorisation pour acheter du champagne histoire de fêter ça ! Parce que là, ça va rentrer dans les archives de Kadic ! Ou même sur le prochain « Kadic News » ! Je vois très bien en titre « Exclusif : Elisabeth Delmas a appris quelque chose ! Témoignage de cette dernière dans le nouveau Kadic News ! »
S - Oh, la ferme, crétin !







Le repas se passa sans plus d’interruption à part peut-être celle de William, ce qui irrita un peu Ulrich. Le beau brun se contint pourtant car il avait prévu d’aller se promener avec elle dans le parc. Pour rien au monde, il n’aurait brisé ses doux moments qu’il passait avec sa bien-aimée.
Odd et Mélanie avaient dans l’idée d’aller se promener en ville. Le jeune fille voulait aller faire les soldes. Pensez-vous donc qu’Odd rêvait de pouvoir complimenter sa petite amie sur de jolies tenues d’été très dénudées...
Pour Aelita et Jérémie, le programme ne changeait pas d’ordinaire. Aelita sentait la routine monter en elle, et elle sentit combien Ulrich avait du se sentir seul pendant sa crise avec Yumi.
Cependant, elle suivit le petit génie vers l’usine à la fin du repas. Ulrich se leva et partit après un « à tout à l’heure » qui signifiait sûrement « à quand on se reverra, c’est-à-dire, quand je ne pourrai plus rester avec Yumi ».
Odd tira Mélanie par la main pour sortir dehors, direction le centre ville.

M-Tu es si pressé que ça ? Je n’ai même pas été chercher mon argent.
O-Oh, euh oui, dépêche toi alors !Je veux que tu t’amuses le plus longtemps possible, mentit le blondinet.

Il aurait volontiers dit : Pour que je m’en mette plein la vue le plus longtemps possible.
Malgré tout, Mélanie sourit à Odd et courut vers le bâtiment des chambres. Celle-ci revint quelques minutes plus tard et fut obligée de sortir Odd de sa rêverie. Ils partirent enfin vers le quartier commercial.

---------------------
A-Jérémie ?
J-Tu vois si l’on travaille dur tous les jours, on va bien finir par y arriver.
A-Jérémie.
J-Regarde, il ne reste plus que 38h de téléchargement pour ce programme. Bientôt, je pourrais vous envoyer un dixième de seconde plus vite. C’est cool, non ?
A-Jérémie...
J-Et tout ça en 5 jours !J’suis fort, hein ?
A-Jérémie !!!!!!!!!

Le dénommé scientifique sursauta de son siège et tomba à terre.

J-Oui ?demanda-t-il d’une petite voix.
A (prit une grande inspiration)-Je voudrais bien que tu m’écoutes un peu !!Depuis 5 jours en effet que tu y es !!On vient à peine de se mettre ensemble, on a couché ensemble et tu continues à faire comme si de rien n’était !J’en ai marre !!Yumi et Mélanie ont droit à plein de trucs et pas moi !Odd emmène Mélanie faire les soldes et Ulrich emmène Yumi se balader pour une promenade romantique !!Et moi, riennnnnnnnn !!!!!!!!!
J’en ai ma claque ! Quand est-ce que tu divorceras de ton ordi, hein ? T’as qu’à coucher avec lui aussi, je te souhaite bien du bonheur monsieur le génie !!!!!!!

Aelita telle une furie, s’enfuit vers le supercalculateur, et pressant le bouton, lança un regard noir à Jérémie qui se raidit un peu plus. Mais le génie se releva tant bien que mal et descendit par la rampe d’accès pour arrêter la jeune fille.

-----------------------
Odd attendait sa belle devant les cabines d’essayage. Ses joues cramoisies montraient bien le fait qu’il était gêné...même beaucoup. Des filles gloussaient, papotaient, tout en le montrant du doigt. Pour un garçon, être dans un magasin de filles est une vraie preuve d’amour pour sa petite amie. Surtout en période de solde. Le blondinet regarda sa montre. Cela faisait plus de 5 minutes que Mélanie était dans cette cabine. Peut-être avait-elle besoin de lui ? Malicieux, un air contraint sur le visage, il s’avança vers la cabine et souleva un peu le rideau. Ce qu’il vit le choqua...une jeune fille, à la peau mate, en sortit et cria. Elle ne portait seulement qu’un maillot de bain deux pièces bleu. Toutes les filles hurlèrent quand elle virent ce qu’avait fait Odd. Apparemment, il s’était trompé de cabine. Mélanie surgit derrière lui.

M-Mais qu’est-ce que tu as fait !!Odd !
O-Je...je suis désolé Mélanie, je me suis trompé de cabine !
M-Bon, de toute façon, j’aimais pas ce modèle, viens, on y va.

Ils sortirent du bâtiment alors que les jeunes filles hurlaient toujours de ce prétendu garçon qui était « pervers ».

----------------
Les oiseaux pépiaient, s’agitaient en ce calme après-midi. Un vent doux s’engouffrait dans le parc parmi les arbres. Deux adolescents se promenaient à l’intérieur. Un jeune homme, affublé d’une veste kaki qu’il enleva bientôt tant la chaleur prenait la place de la fraîcheur du bois, et une jeune fille, cheveux noirs lâchés, vêtue d’une robe lui arrivant aux genoux, et de couleur blanche. Elle était tout simplement magnifique. C’était une surprise pour Ulrich qui était enchanté de la voir aussi belle dans cette tenue. L’amour changeait bien les gens...Il la contemplait justement une fois de plus dans sa robe de soie quand Yumi l’interrogea.

Y-Ulrich ? Quand tu auras fini de me regarder, tu pourras répondre à ma question ?
U-Hein, euh quoi ? Oh...je...c’était quoi ?

Yumi éclata d’un rire cristallin qui parut merveilleux aux oreilles du beau brun. Il la serra contre lui et l’embrassa dans le cou.

Y-Bon...nous disions^^...est-ce que ça te dirait d’aller acheter de bonnes glaces ? J’ai comme une envie de chocolat...
U-Une envie de chocolat ? Et une envie de moi, t’en as des fois ?
Y-Oh mais bien sûr...mais après le chocolat.

Et sur ces belles paroles, Yumi s’enfuit à travers le bois, courant les cheveux au vent, dans sa jolie robe qui la rendait pure comme une colombe. Ulrich eut un moment d’absence devant ce beau spectacle avant de se rendre qui fallait la suivre...







A-Jérémie...laisse moi...passer...
J-Ma puce...viens là.

Le petit génie l’enveloppa de ces bras. Aelita déposa sa tête sur ses épaules.

J-Que dirais-tu d’aller...hum...à la fête foraine ? Il me semble que tu n’y as jamais été depuis que tu es ici...
A-La fête foraine ? Oh oui Jérémie !

Elle lui sauta au cou. Ils partirent de l’usine et allèrent en direction d’un bruit qu’Aelita pressentait :des cris. Elle tira la manche de Jérémie.

A-Jé...Jérémie...c’est quoi ces cris qu’on entend ?
J-Ah, ces cris ? Ca signifie qu’on arrive bientôt à la fête foraine. Tu vas voir, ça va être génial.

Le visage d’Aelita blêmit un peu plus.

-----------------
Mélanie marchait en tête du groupe. Un groupe composé uniquement d’elle et d’Odd. Ce dernier, un peu honteux, marchait à la traîne.

O-Tu sais...Mélanie...je sais pas quoi dire...je...me suis trompé c’est tout.
M-Hum...écoute, on fait un marché. Tu m’emmènes dans le magasin de sous-vêtements là-haut, et je te pardonne !

Le visage d’Odd devint rouge écarlate. Il regarda la boutique en question. Elle était...remplie de filles.

O-Aaaah...tu veux vraiment que je t’emmènes là-dedans...enfin moi, vas-y, ça me gêne pas mais...
M-Mais ça te gênerait de venir !Et ben non, mon p’tit m’sieur, tu viens avec moi !
O-Mais euh...

---------------------
Pendant que Yumi savourait sa glace au chocolat, Ulrich lui savourait chaque trait de son visage. La belle Japonaise l’embrassa alors, la bouche recouverte de chocolat.

Y-Mange donc ta glace, elle fond !
U-Que...oh, ma glaaaace !

Yumi éclata de rire à nouveau. Le jeune homme la coursa tandis qu’elle s’en allait, un grand sourire d’ange collé aux lèvres. Ils repartirent dans le parc. La pénombre s’était à nouveau installée ce qui rafraîchissait les deux amoureux. Yumi s’installa à l’ombre d’un grand chêne au cœur de la forêt. Là, ils étaient tous les deux...Ulrich s’assit à côté d’elle, l’entourant d’un bras. Il l’embrassa tendrement dans le cou. Une larme perla à l’œil de la Japonaise.

U-Hey...qu’est-ce qui t’arrive...
Y (essuyant la larme du bout d’un doigt)- C’est...rien...juste...une larme de bonheur. A-t-on le droit d’être heureuse ?
U (relevant son menton d’une main)- Bien sûr...Je t’aime.
Y- Ulrich...

Le visage d’Ulrich se perdit dans les cheveux noirs de Yumi. Ses doigts parcoururent la fine peau de la jeune fille. Il souleva doucement sa robe et la caressa. Un fin sourire naissait sur les lèvres de Yumi. Ulrich l’allongea dans l’herbe. Il se mit au dessus d’elle et lui enleva sa robe. La température ambiante permettait aux deux amoureux de se dévêtir...entièrement.
Yumi caressa le torse d’Ulrich tandis que lui explorait ses hanches. Les deux corps se rapprochaient imperceptiblement, toujours plus...lentement, mais sûrement. Ils voulaient imprimer cette image de l’autre, apprivoiser le corps de leur partenaire. Ulrich observa du coin de l’œil les belles formes de sa belle quand il l’embrassa à nouveau d’un baiser langoureux. Il n’y avait pas à dire, elle était superbe. Yumi se laissa aller dans les bras du jeune homme quand il l’a prit. Un sourire unique habitait ses lèvres...celle d’une femme comblée. Ils s’aimèrent.







Du côté d’Odd et Mélanie :

Pour le plus grand malheur d’Odd, Mélanie le forçait à entrer dans la boutique de lingerie du coin (pour ne pas dire Sexe shop ^^) et comme il pouvait s’en douter, c’était rempli de culottes, soutiens-gorges, strings et autres trucs qu’on peut effectivement classer en tant que « Lingerie féminine ». Mais il y avait également plein de jolies nanas en train d’essayer leurs soutifs ou autres ... Bref, c’était un vrai Sexe shop (allez, je sors le mot !) ! Bon, cette fois-ci, peut être que les voyeurs qui trainent sur le forum vont avoir leur chance ...

O - Euh, rassure-moi, Mélanie, c’est juste de la lingerie que tu veux acheter ici, pas vrai ? Dit-il en passant à côté de ce qu’on appelle un Godemichet ....
M - Mais oui, t’inquiètes pas ! Enfin, pendant qu’on y est ... on a qu’a prendre aussi quelques ... préservatifs, non ... ?
O - Euh, oui, si tu veux .... Répondit-il, un peu gêné par sa question.

Changeons d’univers, allons rejoindre Jérémie et Aelita à la fête foraine :

J - Voilà, c’est là !
A - Ouaaah ! Aelita vit pour la première fois ce qu’était qu’une fête foraine. Elle en avait déjà beaucoup entendu parler mais jamais elle n’y avait été. Tout ces gens, cette musique, ces lumières, ces manèges, cette ambiance ... Tout, quoi !
J - C’est génial, non ?
A - Mais ca n’est pas dangereux, tout ces manèges ? demanda-t-elle en regardant le stand de tir et les autos-tamponneuses.
J - Mais, non ! C’est étudié pour ! Y’a aucun danger ! Allez, viens ! Dit-il en l’entraînant vers les autos-tamponneuses.

J - On a de la chance, c’est la fin du tour ! Viens, on va prendre des jetons !
A - Des jetons ? Ca marche avec des jetons ?
J - Ben, si tu parles du fonctionnement de la machine, y’a pas que ça... Mais pour faire démarrer la voiture, il nous faut des jetons !
Caissière (pour les jetons) : Bonjour ! Vous voulez des jetons ?
J - Euh, oui ! On va en prendre 4 pour l’instant.
C - Ok, quatre jetons pour deux personnes, ça vous fera 2, s’il vous plaît !
J (qui sortait une pièce de sa poche) : Voilà !
C - Merci ! Vous pouvez rentrer dans votre voiture, le prochain tour va commencer !

J - Tu veux prendre ta voiture toute seule ou tu veux faire un tour d’essai avec moi, d’abord ?
A - Euh ... Je vais prendre ma propre voiture. Dis-moi juste comment ça marche !
J - Et bah, lorsque le signal sonore retentit, il faut que tu rentres un de tes jetons dans la fente faite pour ça. Ensuite, tu pourras avancer. Pour accélérer, tu appuies sur la pédale, pour freiner, tu la relâches, pour tourner, tu utilises le volant et pour faire une marche arrière, tu fais deux tours de volant et tu accélères. Ok ?
A - Pas de problème !
J - Si t’as un problème, tu m’appelle, ok ?
A - C’est parti !

Le signal sonore qui annonçait le début du tour avait retenti. Les voitures commencèrent alors à avancer sur la piste prévue à cet effet. Aelita avait pris une voiture rose et Jérémie, une voiture verte, comme à leur habitude.

Mais laissons ces deux là jouer et quittons l’ambiance bruyante de la fête foraine pour aller dans le parc, avec nos deux éternels amoureux : Ulrich et Yumi.

Après quelques temps assez ... chauds, on va dire, et une sieste confortablement installée, Yumi se réveilla dans les bras de son bien-aimé, toujours le sourire aux lèvres, en se rendant compte qu’ils étaient nus, étalés sur l’herbe agréablement douce du parc. Heureusement, cette partie du parc n’était connue que par Ulrich, Yumi, Odd, Jérémie et Aelita (Mélanie ne l’ayant pas encore découverte) donc, personne ne les avait vus entrain de faire l’amour ou de dormir, heureusement.
Yumi réveilla alors Ulrich en l’embrassant d’une manière indescriptiblement agréable. Celui-ci ouvrit les yeux doucement tout en contemplant le regard de Yumi.

Y - Coucou, mon chéri. Il faut se réveiller.
U - Je suis réveillé, mon amour !
Y - Bon, euh ... et si on se rhabillait, mon chéri parce qu’il se fait de plus en plus froid ...
U - T’as raison ! D’un autre côté, on est dans un parc, c’est un peu normal !
Y - Euh, oui ! C’est vrai ! On s’habille et on y va, ok ?
U - Ok, mais tu veux aller où ?
Y - Ben, j’aimerais bien aller faire un tour dans le centre-ville. Ca ne t’embête pas ?
U - Pas du tout ! Aucun problème !
Y - Ok !

C’est alors qu’après s’être rhabillés, ils partirent pour le centre-ville, sans savoir qu’Odd et Mélanie y sont déjà. Allons justement voir comment se sort Odd dans ce fameux Sexe shop ...

Odd était un peu déboussolé par toutes ces choses assez ... sexy qui s’y trouvaient. Même quand Mélanie l’appelait, il ne s’en rendait pas tout de suite compte.

M - Odd ?... Odd, t’es là ?
O - Hein ? Euh, oui Mélanie ?
M - Comment tu le trouves, celui là ? Mélanie lui montrait une petite culotte avec un nounours et un cœur dessinés dessus.
O - Euh ... Très mignon ...
M - T’es sur ?
O - Ben oui ...
M - Attends, je vais l’essayer.
O - HEIN ???
M - Mais non, je rigole ! Je voudrais quand même ne pas me mettre à poil dans un magasin alors que t’es à côté de moi !
O - Qu’est-ce que tu crois, là ?
M - Que t’es hyper jaloux !
O - Moi, jaloux ? Jamais !
M - C’est ça ... allez, on passe à la caisse et on sort d’ici ! Je n’ai pas envie que tu tombes dans les pommes...
O - J’approuve ta décision. Parce que ce n’est pas que je me sens mal à l’aise mais ...
M - ... Mais tu te sens mal à l’aise ici.
O - Exact.
M - Bon allez, on va prendre des préservatifs et on y va.
O - Génial...
M - Euh, par contre, est-ce que tu connais ta taille ?...
O - Non ...
M - Ben alors je pense qu’il va falloir mesurer ici ...
O - Quoi ? Oh non, il ne manquait plus que ça ...
M - Ben, tu n’as pas le choix, mon pauvre ...
O - Génial...







Retournons voir Jérémie et Aelita qui s’amusaient comme des petits fous dans leurs autos-tamponneuses. C’est la fin du tour et ils n’ont plus de jetons.

A - Ouah, c’était génial ! J’ai plein de bleus partout mais c’était génial !
J - Ca fait toujours ça les autos tamponneuses ! Bon, tu veux qu’on fasse une autre attraction ?
A - Non, j’ai mal dans le dos et j’aimerais bien me reposer un peu ....... Avec toi !
J - Ah ok ! Je vois le topo ! Alors on va où ?
A - Et bien, comme il commence à se faire tard, il va falloir rentrer au collège ... Jim commence son inspection dans une demi-heure, de toute façon ...
J - A vos ordres, princesse ! Direction le collège !

Et ils se dirigèrent alors vers le collège.

Mais avant de retourner au collège en compagnie de Jérémie et Aelita, allons plutôt rejoindre mon couple préféré : Ulrich et Yumi.

Ces deux derniers avaient quitté le parc pour se diriger vers le centre-ville. Et ils passèrent exactement devant le même Sex-shop qu’Odd et Mélanie alors que ceux-ci en sortaient.

U - Ouah ! Odd dans un Sex-shop ! Pas possible !
Y - Ben, c’est à croire que si ! Tu sais, il serait capable de n’importe quoi pour Mélanie.
U, s’approchant d’Odd - Alors, Odd, tu t’es bien rincé l’œil ?
O - C’est ça, ouais ! Marre-toi !
M - C’est moi qui lui ai demandé d’entrer ici. Sinon, il ne serait jamais venu avec moi.
Y - Qu’est-ce que je te disais ? Il peut tout faire pour Mélanie ! Tout comme je peux tout faire pour toi !
U - Euh ... Merci, c’est gentil.
Y - D’ailleurs, j’aimerais bien qu’on y aille nous aussi dans ce Sex-shop.
U - Euh...
Y - Allez, s’il te plait!
U - Euh ... Bon, oui, d’accord ...
O - On va rire ! Et oublie pas de te rincer l’œil. Dit-il en riant.
U - Ouais, c’est ça ...
O - Bon, et nous, qu’est ce qu’on fait ?
M - Et bien, maintenant que tu m’as acheté tout ce que je voulais, c'est-à-dire : lingerie féminine, préservatifs, CDs, etc .... C’est à mon tour de t’acheter tout ce que tu veux !
O - Vraiment tout ce que je veux ?
M - Ben, oui, tant que c’est dans mes prix !
O - Eh bien, on va aller faire un tour dans le magasin de lingerie masculine qui se trouve dans la rue d’à côté !
M - Euh ... Bon, d’accord, je respecte ce que j’ai dit. Mais après, on continuera la semaine prochaine parce qu’il commence à se faire tard ....
O - Hé hé ! Effectivement, je crois qu’on va rire !
M - Rôôôh, c’est bon !

Y - Bon, alors, « Bienvenue dans notre magasin .... ». C’est sympa de leur part ! Dit-elle en lisant la pancarte qui était affichée à l’entrée du magasin.
U - « ... Et bonne chance aux hommes » continua-t-il en lisant à son tour la pancarte. Effectivement, c’est gentil de leur part !
Y - Bon, pour commencer, les préservatifs. Tu connais ta taille ?
U - Ben, oui, je ne suis pas comme cet abruti d’Odd !
Y - Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il a fait ?
U - Ben, il ne connaissait pas sa taille alors il a du se mesurer ici même.
Y - Mais comment tu sais ca ?
U - Ben, je ne sais pas, c’est juste que l’auteur de la fan fic dans laquelle on est qui a mis ça dans mon texte ... Hein, Spidernico ?
S - Oui ?
U - Pourquoi t’as mis ça dans mon texte ?
S - Euh ... Oublie et continue ton texte !
U - D’abord, je veux une explication
S - Tu sais que c’est de moi que dépend ton chèque de paie ?
U - Grrrr ...
Y - Bon, passons. Alors, allons chercher des préservatifs et après, il faudra rentrer parce qu’il est tard.

Et du côté de Jérémie et Aelita :

Jérémie et Aelita se dirigeaient vers la chambre de cette dernière. Jérémie portait Aelita dans ses bras sous prétexte qu’elle était fatiguée bien que lui aussi peinait à la porter.

J - Voilà, on est arrivés. Aelita ?

Sans qu’il ne s’en rende compte, Aelita s’était endormie dans ses bras pendant le trajet à pied. Jérémie la posa alors délicatement sur son lit et s’allongea à côté d’elle. Il s’endormit à son tour, toujours en gardant Aelita dans ses bras. Lui aussi était fatigué. Il avait passé une journée épuisante et avait besoin de sommeil. Sans compter qu’il commençait à se faire tard !

21 heures, Ulrich, Odd, Mélanie et Yumi étaient rentrés au collège eux aussi et avaient rapidement mangé leur repas avant d’aller se coucher. C’était maintenant l’heure de la ronde de Jim ... Tout le monde était à l’appel, tout allait bien. Dès que Jim alla vers sa chambre pour s’endormir, Aelita monta à l’étage des garçons pour aller rejoindre son charmant dans son lit alors que Yumi sortait de l’armoire d’Ulrich dans laquelle elle s’était cachée et que Odd partit rejoindre sa Mélanie. Tous voulaient passer leur nuit en couple ... Décidément, ils ne peuvent plus s’en passer ...







Du côté de Mélanie et Odd, l’ambiance était plutôt...on ne dirait pas au beau fixe, mais chaude...l’été était dans les cœurs...
Odd s’appliquait à offrir à Mélanie une soirée éblouissante en sa compagnie. La jeune fille semblait apprécier grandement ses caresses, il n’y avait pas de doute là-dessus quand elle se cambrait sous lui...laissons ces deux amoureux pour aller voir un couple peut-être plus chaste.

Jérémie et Aelita étaient l’un contre l’autre, sans apparence sexuelle...mais en réalité, cela faisait dix bonnes minutes que Jérémie essayait de passer la main sous le pyjama de sa belle qui le repoussait en rigolant. Finalement, elle le laissa faire et ne le regretta pas de sitôt...Comment pouvait-on ressentir un tel plaisir sur Terre ? pensait-elle. Elle laissa cette question de côté, s’abandonnant aux caresses du petit génie qui s’améliorait d’heure en heure sur ce sujet.

Finalement, ces deux là n’étaient pas mieux, allons voir Ulrich et Yumi. Peut-être, je dis bien peut-être ont-ils prévu autre chose que ce que leurs amis ont prévu...pensez vous donc, bien sûr que non. Yumi portait une délicieuse nuisette couleur nuit et Ulrich...Ulrich ne portait à vrai dire qu’un bermuda. Torse nu, révélant ses abdos fièrement, il s’approchait dangereusement vers sa petite amie qui faisait mine de reculer, effrayée. Il coinça contre le mur et commença à l’embrasser tendrement dans le cou. Ses baisers devinrent plus passionnés d’un coup, et il souleva sa nuisette pour caresser ses cuisses. Ses mains remontaient tandis que Yumi penchait la tête se perdant dans ses bras. Elle se laissait faire ne pouvant intervenir, elle prenait son plaisir entièrement...les mains d’Ulrich arrivèrent à sa poitrine et redescendirent délicatement vers vous savez quoi...Yum se cambra de plaisir. Ulrich la porta jusqu’au lit où la Japonaise s’efforçait d’étouffer ses cris de bonheur sous le corps fiévreux du beau brun.

Une petite peste passait justement à ce moment là. Sissi tendit l’oreille vers la porte d’Ulrich et Odd mais quand elle entendit les râles du jeune homme, elle se douta de quelque chose. Premièrement, elle s’effraya quand elle imagina Odd et Ulrich ensemble...puis elle se rappela avoir entendu du bruit devant sa porte. Peut-être avait-il eu un échange...cette hypothèse se confirma quand elle perçut un doux «Ulrich », qui n’avait rien de masculin. Sissi se retint d’hurler de rage quand elle comprit enfin que c’était Yumi qui avait poussé ce gémissement de plaisir...ainsi, ces deux là étaient passés à l’acte. Combien donnerait-elle pour être à la place de la Japonaise ? Tout...et le ridicule ne tuait pas. Prenant son courage à deux mains, elle entra dans la chambre, bien décidée à rompre ce moment magique entre les deux adolescents. Yumi poussa un petit cri d’étonnement. Ulrich observa longuement la pimbêche qui se retrouvait devant le couple nu sous les draps. Le beau brun était en sueur et paraissait de plus en plus mécontent que la peste les ai interrompus.

U-Je peux savoir ce que tu fais là, Sissi ? demanda-t-il avec un ton exsécrable.
S-Pour ça...

Sissi s’empara du couteau d’Odd qui traînait sur son lit et le brandit devant leurs nez.

S-Vous voyez ça ? Je vais vous ruiner votre amour...tu seras à moi Ulrich, et s’il faut que je tue cette peste de Chintoque, je n’hésiterais pas.

Et sur ces paroles, elle se jeta sur Yumi. Ulrich se mit entre les deux et avec ses mains nus, retint le couteau. Du sang commença à couler le long de ses doigts, tombant sur les draps du lit. Yumi s’extirpa et prenant la raquette de tennis d’Ulrich, elle l’abattit sur Sissi qui s’écroula à terre. La jeune fille tomba à terre elle aussi, tombant en pleurs. Ulrich voulut la prendre dans ses bras mais se rappela du sang qui coulait sur ses mains. Il l’essuya et se précipita sur sa petite amie. Yumi s’agrippa à ses bras, lui soufflant entre deux pleurs :

Y-Pourquoi faut-il qu’elle gâche toujours notre relation...

Ulrich écarta les cheveux de sa belle et l’embrassa. Mais la minute qui suivit, il s’écroula sur Yumi qui sursauta de surprise. Derrière Ulrich qui était assommé, Sissi se tenait là, raquette à la main, et le signe de XANA dans ses yeux...
Le cri de Yumi retentit à travers le collège. Mélanie, Odd et Aelita, Jérémie s’arrêtèrent d’un coup, et ressentirent un mauvais pressentiment à reconnaissant le cri de leur amie...XANA ?







Chapitre 4 : Seconde attaque !
O - C’est pas vrai ! Toujours au mauvais moment !
M - En plus, on était bien, là ! Tout les deux, en train de faire l’amour et il faut qu’il y ait un problème ...
O - Bon, on se rhabille et on va voir !

Dans la chambre de Jérémie :

J - X.A.N.A. ? Mais pourquoi maintenant ?
A - Ca, j’en sais rien ...
J - Bon, je lance un super scan.
A - Ok.
J - Effectivement, il y a bien une tour activée ... Je vais voir sur quel territoire elle est ...
A - Il ne pouvait pas attaquer à un autre moment, X.A.N.A. ...
J - Aelita ?
A - Oui ?
J - Je t’aime !
A - Moi aussi, Jérémie ! Mais pourquoi tu me dis ça maintenant ?
J - Je sais pas, j’avais envie de te le dire !
A - C’est gentil !
J - Bon, c’est pas tout mais on doit aller à l’usine ! J’appelle Odd pour le mettre au courant, on s’habille et on y va.
A - Ok !

Odd, Mélanie et Aelita se dirigeaient alors vers la chambre d’Ulrich pendant que celui-ci, assommé, se réveillait douloureusement. Pendant ce temps là, Jérémie appelait Odd pour le mettre au courant de l’activité de X.A.N.A. .

O - Allo ?
J - Odd ? C’est Jérémie ! X.A.N.A. attaque !
O - J’en étais sûr ...
J - Rejoignez-nous à l’usine le plus rapidement possible !
O - On va faire ce qu’on peut ...
J - Y’a intérêt ...
M - Alors ? C’est X.A.N.A. ?
O - Ouais ... Je me demande bien ce qu’il a pu nous préparer, cette fois ...
M - Tu auras ta réponse dès que tu auras ouvert cette porte. Répondit-elle alors qu’elle se tenait devant la porte de la chambre d’Ulrich. A toi l’honneur, mon chevalier servant !
O - Tout de suite, Dame Mélanie !

Il ouvrit alors la porte et découvrit ce qui était en train de se passer. Une Sissi possédée, un Ulrich à moitié endormi et une Yumi en pleurs et en même temps folle de rage qui se battait contre Sissi. Ulrich et Yumi étant tous les deux nus .... (Ils n’ont même pas eu le temps de se rhabiller avant l’apparition presque grotesque de Sissi ...)

O - Ah ... Sissi est intervenue en plein dans vos débats amoureux, c’est ça ? Dit-il en voyant Yumi et Ulrich complètement nus et le lit complètement défait ...
Y - Bonne réponse ! Mais, tu vois, c’est pas tellement le moment de jouer aux devinettes, là !
M - Bon, Odd et moi, on va à l’usine. Débrouillez-vous, toi et Ulrich, pour retenir Sissi le temps de désactiver la tour.
Y - Ok. Mais dépêchez-vous ! Je pense pas pouvoir tenir très longtemps.
M - On va faire ce qu’on peut !

Ils repartirent dans l’autre sens pour rejoindre Aelita et Jérémie à l’usine. Une fois arrivés là-bas :

J - Eh ben ce n’est pas trop tôt ! On commençait à s’impatienter ...
O - Oui, ben, envoie-nous sur Lyoko plutôt que de te plaindre !
J - Oh, oui, ça va, hein ...

Alors que pendant ce temps-là, Yumi se battait avec difficulté contre une Sissi Xanatifiée qui avait échangée sa raquette contre le couteau qu’elle avait auparavant entre les mains. Alors que lors que Yumi se battait à mains nues et qu’Ulrich allait prendre partie du combat qui se déroulait devant lui.

Y - Non, Ulrich ! Cette fois-ci, je veux la combattre toute seule pour pouvoir me venger du fait qu’elle nous ait interrompus tout à l’heure. Rejoins les autres !
U - Non, Yumi ! Je ne veux pas te laisser seule !
Y - Fais ce que je te dis !
U - Yumi, si je fais ça, c’est parce que je ne veux pas te perdre ! Tu comprends ?
Y - Je comprends très bien. Mais ne t’inquiètes pas, je resterai vivante. Alors, pars et rejoins les autres à l’usine.

Dès qu’elle eut terminé sa phrase, elle se prit un coup de couteau dans le ventre qu’elle arrêta de justesse grâce à ses mains déjà ensanglantées.

U - Yumi ... Dit-il en commençant à pleurer
Y - Dépêche-toi !
U - Je t’aime, Yumi ...

Il essuya alors ses larmes et partit en courant vers l’usine. Cette fois-ci, la bataille n’allait pas être de tout repos ...







Pendant ce temps, à l’usine :

Aelita et Odd étaient dans la salle des scanners, prêts à se faire virtualiser.

J - Bon. Je vais essayer de vous envoyer le plus près de la tour possible.

Transfert Odd.
Transfert Aelita.
Transfert Mélanie.

Scanner Odd.
Scanner Aelita.
Scanner Mélanie.

Virtualisation !

Nos deux héros apparurent alors dans le territoire des montagnes.

J - Apparemment, X.A.N.A. a réussi à bugger mon protocole de transfert. La tour se trouve dans le territoire Forêt. Je vous transmettrai les coordonnées une fois que vous y serez. Je vous envoie l’overboard et l’overwing.
O - Et bah, dis donc, c’est pas la porte à côté ! Allez, en selle, princesses ! On a deux territoires entiers à traverser !
J - Ulrich vient d’arriver. Il vous rejoins.
U - Je suis là, Jérémie ! Sissi est XANAtifiée et est en train de se battre contre Yumi. Il faut se grouiller !
J - Je sais ! Descends à la salle des scanners.

Transfert Ulrich.
Scanner Ulrich.
Virtualisation !

Ulrich atterrit lui aussi dans le territoire des montagnes, mais sur son overbike et en train de rouler à côté d’Odd, Mélanie et Aelita.

O - Salut mec ! On a un sacré bout de chemin à faire ! Direction le territoire forêt !
U - Faut qu’on se grouille sinon Yumi va y passer !
A - On a entendu, Ulrich !
M - Alors on est reparti ! A fond la caisse !

A peine avait-elle dit cela que son overwing prit une vitesse fulgurante et partit devant les autres lyoko-guerriers.

U&O : OK ! On arrive !!!

Les deux véhicules restants accélérèrent à leur tour.

Du côté de Yumi :

Elle se battait toujours, avec une certaine difficulté, contre une Sissi XANAtifiée et folle de rage. Elles étaient maintenant dans la chaufferie de l’école. Yumi tenait maintenant une grande barre de fer entre les mains.

Y - Tu vas payer pour ce que tu as fait ! Dit-elle en envoyant un coup de barre dans le ventre de Sissi/X.A.N.A.. Ce qu’elle esquiva sans aucun mal.
S/X (Sissi/X.A.N.A.) : Essaie toujours !

Yumi cherchait maintenant une autre arme pour se battre tels que quelques gros câbles électriques ou quelque chose comme ça ... En regardant au sol, elle vit une boîte d’allumettes tombée par terre. Quelqu’un a du la faire tomber de sa poche. Elle la prit donc et alluma une allumette qu’elle envoya alors dans la figure de son ennemie. Contre toute attente, Sissi/X.A.N.A. ne l’esquiva pas et se la prit en pleine figure. On la vit alors en train de se transformer en cette fameuse ombre noire que nous connaissons tous et celle-ci se divisa en deux pour devenir deux Sissi XANAtifiées.

Y - Oh non, il ne manquait plus que ça ! Hé ! Oh ! Spidernico ! Pourquoi t’as été obligé de me foutre dans une m***e pareille ?!
S - Hé hé hé ... Juste pour rire un peu.
U - T’as intérêt à la laisser en vie sinon, tu vas le regretter !!!
S - Euh ... T’es pas censé être sur Lyoko, toi ?
U - PEU IMPORTE !!!
S - Oh, c’est bon ...
U - Allez, j’y retourne ...







O - Mais où t’étais passé Ulrich ?!
U - Je discutais avec l’auteur qui commence à me chauffer...
M - Oui, bah dépêche toi donc, sinon, c’est nous qui allons avoir chaud aux fesses !

Yumi se baissa pour éviter un coup de pied circulaire de la part de la Sissi de droite. Celle de gauche lui empoigna le poignet et le cassa. Un cri sourd de surprise et de douleur sortit de la bouche de la jeune Japonaise. Voyant l’autre Sissi rappliquée, elle l’envoya valser des jeux de jambes. Attrapant une latte qui se trouvait là par miracle, elle retint toutes les attaques des deux spectres avec difficulté. Profitant enfin d’une ouverture, elle abaissa la barre sur la tête de la première venue avec toute la force qui lui restait. La latte se brisa et Sissi n’y prit guère attention...Yumi jeta son arme brisée et recula jusqu’au mur du fond dans un espoir de trouver une quelconque idée qui puisse la sortir de ce pétrin.

Sur Lyoko, l’ambiance était tout autre. Ulrich portait Aelita dans ses bras. La jeune fille s’était fait gelée la jambe et ne pouvait plus marcher. Les véhicules avaient été détruits. Une armée de monstres s’en étaient pris à eux. Le jeune homme avait donc pris l’initiative de l’emmener à la tour avec son supersprint le temps que ça fonde. Même si le poids de la glace le retardait assez. Le chemin allait être rude...mais il ferait ça pour Yumi. Odd et Mélanie, amoureux faisant la paire, s’occupaient des derniers monstres présent sur le terrain.

O (essoufflé) - Fouhh...ils sont coriaces ceux-là...
M - Tu l’as dit...bon, allez, à trois...
O - Un...
M - Deux...
O et M - Trois !!!

Se séparant à toute allure, synchro comme jamais, ils foncèrent en piqués sur les 2 Krabes.

M - Glace !
O - Flèche laser !

Armes lancées, une explosion secoua le territoire de toutes parts. Ils avaient réussi. Attrapant la main de sa chère et tendre, Odd fonça avec Mélanie vers la tour du passage. Arrivés là-haut, traverser le territoire banquise, et enfin, ils en auraient fini pour cette fois...

A - Ca va Ulrich ? Tu commences à être essoufflé...
U - Tout va bien, princesse, t’en fais pas, va. Juste que t’as pris un peu de poids, tu sais...

Malgré la situation, Aelita éclata de rire. La glace commençait heureusement à fondre enfin.

J - Plus qu’une minute et ce sera dégelé !
U - Tant mieux...et rien de Xana dans les parages, pas de monstres ?
J - Vous pouvez y aller tranquille mais faites gaffe, on sait jamais.
U - Ok !!

Il redoubla de vitesse, prudent comme toujours. Mais inquiet pour Yumi...







La jambe de la jeune fille s’était dégelée, elle marchait maintenant aux côtés d’Ulrich qui faiblissait un peu, à la traîne derrière elle. Elle avait déjà proposé au jeune homme une halte, mais ce dernier, trop fier, avait refusé catégoriquement.

Yumi elle aussi, faiblissait, mais ça en devenait dangereux...Un bras en sang, elle retenait avec peine le couteau, ses doigts faisant barrage, dégoulinant de liquide rouge. Sissi appuya un peu plus sur son arme et donc sur Yumi. Celle-ci cria de douleur mais se baissa, lâchant l’arme. Le couteau lui frôla la tête alors qu’il s’enfonçait dans le mur, coincé. Yumi se faufila entre les jambes de Sissi, mais cette dernière la coinça. Déjà que la Japonaise ne pouvait plus utiliser ses doigts... Faisant un effort, elle prit appui sur ses paumes, et balança un coup de pied en plein visage. Sissi lâcha prise, et Yumi s’enfuit du plus vite qu’elle le put. Elle rejoignit l’usine, Sissi à ses trousses. Arrivée devant les cordes, la jeune fille eut un moment de panique, ne savant que faire avec ses doigts. Mais les bruits de pas au loin lui firent choisir le détour par la chaudière. Semant son ennemie dans les dédales de pièce, elle revint vers le monte-charge, et appuya douloureusement sur le bouton. L’ascenseur la monta au labo, où elle tomba d’épuisement devant Jérémie qui cria son prénom.

Sur lyoko, Ulrich s’arrêta.

U - Jérémie ?...Jérèm’, qu’est-ce qui se passe avec Yumi ? Répond !
A - Il est sûrement parti lui porter secours...
U (peu convaincu pourtant) - Mouais...allez, on continue, cours !

Ils se remirent en route et commencèrent à voir la tour, habillée d’un halo rouge sang. Ulrich redoubla d’intensité et attrapa Aelita au vol, la portant.

A - Mais Ulrich, je...

A peine avait-elle commencer à demander justification, qu’Ulrich lança son supersprint. Aelita se tut, et regarda derrière eux, pour voir si elle ne voyait pas Odd et Mélanie au loin. Tandis que son souffle se faisait de plus en plus court, Ulrich demanda.

U - Aelita...tu...tu crois que Yumi va bien ?

La jeune fille ne sut que répondre, elle savait tout comme lui la vérité, probablement, mais ne voulait pas blesser le jeune homme.

A - Je suis sûre qu’elle pense beaucoup à toi...tu vas bientôt la revoir...et tout va rentrer dans l’ordre...
U - Ouais...

Ils arrivèrent à la tour en moins de deux. Mais un kankrelat sortit de derrière la tour. Ulrich s’avança alors, confiant, dégainant son katana, prêt à n’en faire qu’une bouchée. Mais il s’arrêta, ébahi quand il vit les 2 tarentules qui sortirent aussi de leur cachette et se mirent devant le petit kankrelat. Ulrich recula et adressa un regard à Aelita qui comprit que s’ils voulaient faire vite, il allait avoir besoin de son aide. Faisant semblant de reculer pour se mettre à l’abri derrière Ulrich, la jeune humanoïde lança un champ de force sur une tarentule qui l’esquiva avec peine. Mais la boule n’avait pas touché sa cible. D’accord d’un geste, les deux amis foncèrent dans 2 directions opposés et se rabattirent sur les monstres par les côtés. Mais les tarentules étaient 2, elles n’eurent pas de problème de résistance. Seul le pauvre petit kankrelat ne savait pas où donner de la tête, et sur qui tirer. Aelita feinta et vint se placer derrière lui. Dans l’assaut, une des tarentules visa Aelita, sans se préoccuper du kankrelat. Celui-ci fut détruit et la jeune fille lança un champ de force.

A - Et une de moins !

Elle tourna le regard vers le samouraï qui faisait des ravages. Tournant sans cesse autour de la tarentule, celle-ci ne savait où donner de la tête. Mais repérant Aelita, elle chargea un tir dans sa direction. Mais une attaque d’Ulrich l’en empêcha et elle explosa.

L’humanoïde fonça à la tour, laissant Ulrich récupéré son arme. Le code LYOKO fut entré.
Aelita ressortit pendant qu’Ulrich demandait au petit génie s’il enclenchait le retour vers le passé. La réponse fut un peu longue.

J - Oui, oui, je suis là...Ben, Yumi est plutôt mal au point...
U - Qu’est-ce qu’elle a ?! Sissi l’a pas trop fait souffrir ?
J - Elle a de grosses éraflures, tu sais...elle a les doigts en sang, et le visage plein de bleus..., énuméra-t-il. En parlant de Sissi...elle est toujours dans l’usine...inconsciente, mais elle ne tardera pas à se réveiller...
A - Et ben, lance le retour alors ! Ca guérira Yumi, et on n’aura pas à s’inquiéter pour Sissi...
U - Si, Yumi et moi...
A - Pourquoi ?
U - Sissi va encore nous surprendre entrain de...bah, tu vois...
J - Tu n’auras qu’à fermer à clé. Et vous ferez le moins de bruit possible. Bon, je préviens Odd et Mélanie et je lance le retour dans le passé.

Tout le monde s’était remis en couple, dans leurs chambres.
Jérémie et Aelita s’étaient un peu calmés, l’attaque les avait un peu « refroidis ». Ils se contentèrent de s’endormir en se disant des mots doux. Odd et Mélanie, par contre, avaient repris leurs ébats toujours aussi passionnément. Yumi allait mieux, un peu triste, en retrait sur le lit d’Ulrich. Le jeune homme comprenait, et surtout se montrait doux. Elle était assise, dans le coin, les jambes repliées sur elle. Ulrich s’approcha après avoir attendu qu’elle fasse le point, réfléchissant à la fenêtre. Par un simple murmure, il avait compris que tout était rentré dans l’ordre. Il la prit dans ses bras et l’embrassa au front avec plein d’amour. Yumi se pressa contre lui avec force. Ulrich sentit le désir remonter bien évidemment, mais il sentait que ce n’était pas pour des raisons sexuels que Yumi faisait ça. Il essaya de se calmer, tout en allongeant sa petite amie avec douceur. Elle posa sa tête sur son torse, tout en le caressant. Il commença un mouvement régulier en caressant ses cheveux. Puis Yumi chercha ses lèvres pour un baiser. Mais elle fit comprendre à Ulrich qu’elle voulait plus. Le jeune homme sourit intérieurement, et se redressa pour se mettre au dessus d’elle. Commença bientôt une nuit tumultueuse entre nos deux amoureux...et Sissi ne vint pas les déranger...







Après leur nuit, calme pour certains, agitée pour d’autres, mais tout de même réconfortante pour tous ; chacun rejoignit leur chambre respectives avant que Jim ne se réveille. Heureusement que Yumi avait appelé ses parents avant l’attaque de X.A.N.A. pour leur dire qu’elle passait la nuit au collège ... Après que Jim soit passé réveiller tout le monde, notre petite bande put aller prendre chacun leur douche avant de se retrouver dans la cantine pour un nouveau petit déjeuner. Ce qui surprit tout le monde, c’est qu’Odd ne prit pas une triple portion de croissants, bananes, etc.... comme à son habitude !

U - Odd ? Qu’est ce que t’as aujourd’hui ? Tu manges plus comme un goinfre ?
O - Ben, ça me tente bien mais ... J’ai fait la promesse à Mélanie de ne pas manger comme un goinfre ce matin ...
U - Et ... Tu vas y arriver ...
O - .......

Odd fixait les croissants comme si sa vie en dépendait alors que tout le monde attendait qu’il avance pour pouvoir se servir.

O - Non, je ne peux pas faire ça !!! Excuse-moi, Mélanie !!!

A peine avait-il dit cela qu’il se rua sur les croissants pour en prendre 5 d’un coup et enfin, faire avancer son plateau.

Nos 6 amis s’assirent alors à leur table habituelle qui, vous l’avez peut être remarqué, était toujours libre. Coïncidence ?

M - Je me doutais bien que tu ne pouvais pas y arriver ...
A - Alors pourquoi tu lui as demandé de le faire ?
M - Juste pour voir s’il était capable de faire ça, même pour moi. Mais apparemment, il tient trop à son estomac.
J - Rien ne compte plus pour lui que son estomac appart toi !
M - T’en es sur ?
J - Vu comment il t’embrassait la dernière fois, j’en suis sur.
O - Ben, franchement, tu peux me demander de faire ce que tu veux appart toucher à tout ce qui concerne mon estomac. Ca, c’est impossible !
M - J’avais bien remarqué ...
O - Tiens mais revoilà notre alien national ! Alors Sissi, qu’est ce que t’as encore ? T’as perdu un cheveu ou tu t’es cassé un ongle avec ton sèche-cheveux ?
S - Pourriez-vous m’expliquer ce que Mélanie et Yumi faisaient dans vos chambres, vous deux ? Dit-elle en fixant Odd et Ulrich du doigt.
A - Tu sais que c’est pas très poli de montrer les gens du doigt, Sissi ? Ainsi que de s’occuper de la vie privée des autres, bien sur. Si par hasard, ton père apprenait ça ...
S - Oh mais oui, bien sûr ! Vu comment elles criaient, je crains que ce ne soit pas moi qui risque de me faire renvoyer du collège ! Tchao et bonne chance !

Toute la bande était restée figée devant les paroles de Sissi. Comment avait-elle pu être au courant pour cette nuit ?







La petite bande sortit du collège peu après. Yumi serrait les poings, à côté d’un Ulrich bouillonnant. Odd se faisait du mouron et Mélanie s’inquiétait également.

M - Tu imagines Odd, si mes parents apprennent ça ? Ma première année ici, j’y passe à peine un mois, je vais pas me faire renvoyer !!!
O - Bah moi aussi, tu sais Mélanie...roh, Ulrich, pourquoi faut-il qu’elle soit attachée à toi, pour que, du coup, elle déteste Yumi, et en profiter pour tous nous renvoyer ?!

Tout le monde resta ébahi devant la tirade d’Odd.

O - Bah quoi ?! C’est vrai, non ?
U - C’est peut-être toi qui a crié un peu trop fort lors de tes ébats avec Mélanie !
Y - Ulrich ! gronda Yumi.
O - Toi, tu peux causer môsieur timide qui s’envoie en l’air avec Yumi !
M - Odd !!
J - Calmez vous enfin...vous êtes de vrais gamins. Les filles ne se disputent pas, elles !
O/U - T’as rien à dire !
A - Ulrich, Odd, arrêtez un peu! Et réfléchissons ensemble à un moyen de vous sortir de ce pétrin.
Y - Déjà que XANA ne nous facilite pas la tâche...quelle vie...se lamenta la jeune fille.
M - Y’a pas un moyen de la faire chanter ?
U - Ah non ! Comptez pas sur moi!!
O - Tiens tiens...tu te défiles ?
Y - Odd ! Il est hors de question qu’Ulrich couche avec Sissi, pigé ?! menaça Yumi.
O - Oui, oui...
U - Bon...alors que fait-on ?
J - En tout cas, pas de retour vers le passé. C’est hors de question, pas en moins de 24h.
O - Alors après, ça sera bon ?
Tous sauf lui - Non !!
O - Roh...
- Della Robbia !!
O - Oh non, dites moi que je rêve...
Jim - Non, Odd, tu ne rêves pas ! Yumi, Ulrich, Mélanie et toi, dans le bureau du proviseur, et que ça saute !

Les 4 élèves suivirent le surveillant en maugréant. Dans le bureau, Mr Delmas les attendaient, les mains jointes, extraordinairement calme. Ce qui les déstabilisa un peu...ils se mirent en ligne devant le meuble qui les séparait de leur supérieur. Celui-ci les observa tour à tour, puis s’arrêta sur Mélanie.
-Je suis vraiment très déçu de votre attitude et de votre innocence, mademoiselle Duval, commença-t-il. Puis portant son regard sur Yumi, ainsi que vous, mademoiselle Ishiyama. Votre comportant est irresponsable ! Vous aviez un avenir brillant toutes les deux et c’est comme ça que vous pouvez à tout moment briser ces magnifiques chances. Vous rendez vous compte de ce que vous faisiez ?
Tous baissèrent la tête.
-Je ne suis pas fier de vous non plus, messieurs Stern et Della Robbia. Je ne vous connaissais pas comme cela. Quand on aime une jeune fille, on ne couche pas impunément avec elle, alors qu’elle, elle travaille et veut réussir...
Ulrich serra les poings.
-Non, monsieur, jamais nous...essaya-t-il.
-Je ne veux rien entendre Mr Stern ! Votre père sera informé de tout cela. D’ailleurs, il l’est déjà.
Le visage du beau brun devint blême et ses poings se desserrèrent sous la surprise. Yumi voulut le réconforter, mais elle n’en eut pas le temps.
-Concernant votre cas, Yumi, vos parents m’ont expressément demandé de vous tenir éloignée de Mr Stern. J’espère que j’ai été assez clair ?
-Très clair monsieur...murmura Yumi en baissant la tête.
-Vous travaillerez et une fois les cours terminés, rentrerez chez vous. Mademoiselle Duval, messieurs Stern et Della Robbia, vous retournerez dans votre chambre après les cours, et n’y descendrez que pour vos besoins d’hygiène et les repas. Clair ?
-Oui, monsieur, firent en chœur les amis, la mine abattue.
-Vous pouvez disposer. Yumi, vous rentrez tout de suite chez vous. Vos parents vous attendent.
-Très bien...
Ils sortirent, accompagnés de Jim. Yumi se retira sous l’œil du surveillant qui la suivit des yeux jusqu’à la grille. Ulrich sentit son cœur se déchirer en repensant aux paroles du proviseur. Leurs parents et l’école se mettaient en travers de leur relation. Mélanie et Odd s’échangeaient des regards, mais vite repris par Jim qui se montrait strict dans sa tâche. Les prochains jours seraient terribles...







Chapitre 5 : Nouveaux !

Sur le chemin du retour, Yumi n’osa même pas relever la tête pour regarder où elle marchait. Elle faisait ce parcours en courant, tête baissée, tel un boulet humain fonçant à toute vitesse vers chez elle, bien qu’elle n’ait pas vraiment envie d’y rentrer. Une fois devant la porte de la maison, alors qu’elle prit la poignée de la porte, celle-ci s’ouvrit toute seule. Mr Ishiyama était déjà là. Il regardait sa fille avec un air de dégout et un regard ...
Un regard ....
D’autoroute ! >
Pendant que Yumi, elle, le regardait au bord des larmes.

Mr I - Ecoute Yumi, c’est moi qui ai appelé le proviseur et ....
Y - Bravo Papa. Tu m’as détruite.

A peine avait-elle dit ces mots qu’elle bouscula son père pour foncer en courant dans sa chambre, sous les yeux ébahis d’Hiroki qui avait entendu la conversation entre son père et Yumi mais qui n’était pas au courant de la situation. Yumi ne dit même pas bonjour à son petit frère et à sa mère qui était là aussi. Elle s’enferma à clef et s’étala sur son lit en pleurant tout ce que son corps lui permettait.

Du côté de Mélanie, c’était exactement le même scénario alors que pour Odd, Jérémie, Aelita et Ulrich, Ils étaient tous dans leurs chambres respectives, étalés sur leur lit. Eux aussi pleuraient tous. Même Odd qui était tout le temps si joyeux avait la mine plus que déconfite.
Chacun passèrent la nuit dans cet état et, assommés par le fatigue d’avoir pleuré toute l’après-midi, finirent par s’endormir. Ils n’avaient même pas mangés.

Le lendemain matin, tout le monde se réveilla en même temps, pas de ronfleurs, et allèrent machinalement prendre leur douche. Ils avaient tous des cernes sous les yeux, preuve qu’ils n’avaient pas dormis beaucoup. Par la suite, ils s’habillèrent et filèrent à la cantine. Ils ne s’étaient toujours pas parlé. On ne change pas les habitudes, Odd prit son habituelle quantité toujours aussi impressionnante de croissants et 3 bananes .... Tandis que les autres mangeaient normalement. Pas un mot pendant le repas et même pas une apparition de Sissi. Ils finirent donc de manger silencieusement et s’installèrent sur leur banc habituel en attendant Yumi. Celle-ci ne tarda pas à arriver, avec le même regard que le reste de la bande. Et c’est avec une voix terne qu’elle s’exclama :

Y - Bonjour tout le monde.
Tous - Bonjour Yumi ....

Et machinalement, elle s’asseyait entre Ulrich et Odd qui lui avaient fait une place.

Pendant ce temps-là, deux autres personnes passaient le portail du collège Kadic. L’une était un garçon, brun, aux cheveux en pics, les yeux d’un vert vif. Il portait une chemise noire froissée avec de très fines rayures blanches tracées à l’horizontal et un jean délavé noir, aussi. Les chaussures étaient de simples converses en cuir noir et cela allait parfaitement avec le reste de sa tenue. A vrai dire, toutes les filles tombaient sous son charme lorsqu’il les regardait. Bien que ses yeux soient verts, il avait un regard extrêmement profond dans lequel on pourrait se perdre facilement.

MAIS,

LE truc qui casse tout :

Vu la personne qu’il tenait dans ses bras, il avait DEJA une petite copine ! ^^

Celle-ci avait des longs cheveux châtains foncés, limites bruns, lui arrivant jusqu’au bas du dos. A la vue de ses yeux on pouvait voir qu’elle avait également des origines asiatiques, tout comme Yumi. Elle portait des vêtements plutôt simples : décolleté (à bretelles) blanc tombant jusqu’au début de la poitrine et un jean bleu type slim. Aux pieds, elle portait des ballerines classiques, noires et blanches.
Elle aussi faisait tomber tous les garçons du collège. Ou presque !

Ces deux jeunes gens se dirigeaient eux aussi en direction du banc sur lequel étaient assis nos lyoko-guerriers. Une fois en face de la bande, le garçon engagea la conversation.

Garçon - Salut, vous !
La bande - Salut ...
A - Vous êtes nouveaux, c’est ça ?
Fille - Exact ! Moi, c’est Hiromi. Hiromi Nakimishi !
Y - Enchantée ...
Garçon - Et moi, Bastien. Bastien Mystille.
U - Moi de même ...
O - Je fais les présentations. Moi, c’est Odd. Le gars aux binocles, là, c’est Jérémie et celle aux cheveux roses, c’est Aelita.
B (Bastien) & H (Hiromi) - Hum ...
O - Le brun à côté de moi, c’est Ulrich, la jeune asiatique, c’est Yumi et à ma droite, c’est Mélanie.
M - Vu comment vous êtes accrochés l’un à l’autre, à mon avis, vous êtes ensemble, je me trompe ?
B - Dans le mille. Et vous, je peux distinguer que vous l’êtes aussi ...
J - Et comment ça ?
H - Tout d’abord car vous êtes disposés de façon à ce qu’il y ait un garçon-une fille-un garçon-une fille. Ensuite, vous avez l’air plutôt triste, chose qui arrive souvent lorsqu’il y a un problème dans un ou plusieurs couples. Ensuite, ...
O - Bon, ok, on est en couples. Mélanie est avec moi, Yumi avec Ulrich et Aelita avec Jérémie.
B - Ah oui, alors vu comment t’as répondu, y’a vraiment un problème.
J - « Règlement intérieur du collège, article 3 : Il est interdit de s’embrasser ou de faire l’amour dans l’enceinte de l’établissement sous peine de sanction très importante. »
H - Je vois. Et quelle est cette sanction ?
Y - Ca peut aller de l’interdiction d’embrasser quelqu’un jusqu’au renvoi de l’établissement.
H - Et pour vous, c’est interdiction de s’embrasser, c’est ça ?
O - Exact. Vous êtes très perspicaces ! Seulement, c’est vraiment dur ...
B - Ok. Mais bon, au départ, ce n’était pas de ça qu’on voulait vous parler.
Tous - ?
B - Si on est ici, c’est parce qu’on connaît déjà Lyoko et Aelita ... Je suis ton frère !







B - Si on est ici, c’est parce qu’on connaît déjà Lyoko et Aelita ... Je suis ton frère !

Toute la bande resta ébahie devant cette nouvelle.

A - Mon ... Mon frère ? Comment est-ce possible ?
B - Déjà, il faut savoir que je suis né pile 9 mois avant toi. Toi, tu es née prématurée de 3 mois. En fait, Franz et Maman m’ont abandonnés dès la naissance et je ne sais pas encore pourquoi. C’est pour ça qu’ils ont cherchés à avoir un autre enfant. Pendant ce temps là, j’ai été envoyé dans une famille d’accueil pendant 4 ans environ ... Puis, juste pour une expérience Franz m’a virtualisé sur Lyoko 6 mois avant toi. Le seul truc, c’est que j’étais seul. C’est dès ma virtualisation que X.A.N.A. a commencé à se rebeller et même Franz ne savait pas pourquoi. Je suis resté 3 mois sur Lyoko enfermé dans une tour de passage. Autant dire que ça a été une véritable torture psychologique pour moi. J’en profitais pour récupérer un maximum d’informations possibles sur X.A.N.A., le Supercalculateur, la vie de mes parents sur Terre et surtout sur moi. Pendant ce temps-là, X.A.N.A. créait ses monstres. Au bout de ces 3 mois, je décidais, par curiosité, de sortir de la tour. Je me retrouvais sur le territoire forêt. Malheureusement, X.A.N.A. m’attendait avec une armée de Krabes et la méduse qui existait déjà. Celle-ci s’approchait de moi dangereusement et commençait à prendre possession de moi. Comme j’étais tout seul, je ne pouvais rien faire. Mon âme fut donc « emmenée » dans le 5ième territoire et pendant 15 ans, je fis partie intégrale de X.A.N.A. ... Le jour où vous avez rallumé le Supercalculateur, je fus dépossédé et dévirtualisé. Je me suis retrouvé dans un scanner, non pas à l’usine mais dans le sous-sol de la maison dans laquelle j’ai été hébergé auparavant. Sauf que cette fois-ci, la maison était complètement vide, exactement comme l’Hermitage. Par la suite, je fis en sorte d’être rapidement ré adopté par une autre famille d’accueil et c’est d’ailleurs à ce moment là que j’ai pu rencontrer Hiromi. Elle vivait déjà dans cette famille. On a tout de suite sympathisé ensemble et on est très vite tombés amoureux. Et je continuais d’aller à l’école. Chez moi, je passais mes soirées sur mon ordinateur qu’on m’avait offert pour en savoir plus sur le Supercalculateur. J’ai juste pu trouver des informations sur sa localisation et le fait que vous combattiez contre X.A.N.A. et dès que j’ai su cela, j’ai tout de suite demandé à être transféré à Kadic. Mes « parents » ont acceptés après plusieurs semaines de réflexion et alors que je préparais mes affaires pour partir ici, Hiromi voulut partir avec moi. Cette fois-ci, les parents acceptèrent directement (je ne sais pas pourquoi). Et je me suis retrouvé ici. Voilà !

Toute la bande était ébahie devant tout ce qui était arrivé à Bastien. Personne ne dit un mot pendant plusieurs secondes. Seulement la sonnerie retentit, signe qu’il fallait rentrer en cours.

H - On a de la chance, on est dans la même classe que vous, et aussi en 3ième ...
U - Ah bon ? Peu importe. On rentre en classe ! A tout à l’heure, Yumi !
Y - A tout à l’heure !

Elle dit cette phrase beaucoup plus joyeusement que tout à l’heure, ce qui réconforta Ulrich. C’était comme ci elle avait oublié ce qui c’était passé dans le bureau du proviseur. Mais Ulrich savait bien que ce n’était pas le cas.

Mr Fumet - Bien, asseyez-vous. Comme vous avez certainement pu le remarquer, on a 2 nouveaux dans notre classe. Je vais donc leur demander de venir au tableau pour se présenter aux autres.

Hiromi et Bastien s’exécutèrent.

B - Je commence. Je m’appelle Bastien Mystille, j’ai le même âge que vous tous, à vous de faire le calcul. Mon passé, je préfère ne pas en parler, de même pour mon ancien collège. Ce que j’aime par-dessus tout, c’est la musique. En plus particulier, la guitare et la batterie, instruments que je métrise presque à la perfection.

O, à Ulrich - Intéressant !
U - Autrement dit : Nicolas se tire de notre groupe !
B - J’adore aussi le Pentchak-Silat, un art martial que votre cher Ulrich connaît très bien.
U - *Très intéressant ...*
B - En dehors de ça, je suis très bon en informatique ...
J&A - Vraiment très intéressant
B - ... bien que ma moyenne de décolle pas aussi haut que nos deux intellos assis au premier rang ...
J&A - Dommage ...
B - Et puis ... Et puis c’est tout !
Mr Fumet - Bien. Hiromi, à votre tour !

H - Salut tout le monde ! Moi, c’est Hiromi Nakimishi. Comme vous pouvez le constater, j’ai des origines Japonaises. Mes arrière-grands-parents sont nés là-bas et une bonne partie de ma famille y vit en ce moment même. Mon âge, le même que celui de Bastien et ce que j’adore : le piano que je pratique depuis mes 2 ans et tout comme Bastien, le Pentchak-Silat. Ma moyenne est bonne, bien qu’elle ne décolle pas non plus au plafond ... Et puis, c’est tout aussi ...
Mr Fumet - Très bien. Rejoignez vos places et tout le monde sort son livre à la page 214 pour ...

Hiromi et Bastien suivirent les ordres du professeur et se rassirent derrière Odd Mélanie, à la seule table de libre. (Coup de chance !

Le cours d’histoire de déroula tranquillement. Comme d’habitude, Odd dormait alors qu’Ulrich, Bastien, Mélanie et les autres suivaient attentivement le cours. La sonnerie retentit, preuve qu’il fallait passer au cours suivant : le cours de Maths. Celui-ci aussi se déroula normalement, ainsi que celui de Physique-Chimie et d’S.V.T. ...

Lorsque ce fut l’heure de manger, tous les élèves sortirent de la salle de cours pour se diriger vers le réfectoire. Notre bande y compris. On ne change pas les habitudes, Odd prit une triple portion de couscous alors que tout le reste de la bande se servait raisonnablement. Ils s’installèrent à leur table habituelle et commencèrent à discuter.

M - Alors comme ça vous faites de la musique ?! C’est génial, ça !
H - C’est sûr !
O - Si vous voulez vous intégrer dans notre groupe, c’est quand vous voulez ! Vous écoutez quoi comme musique
B - Subdigitals, Archive, Linkin Park, Oasis et d’autres trucs dans ce genre-là.
O - Eh bien, c’est quand vous voulez pour vous intégrer dans notre groupe ! Bastien replacerait Nicolas et Hiromi prendrait la place d’Ulrich !
U - Et moi, je t’accompagne avec ma basse !
Y - Tu fais de la basse, toi, maintenant ?
U - Ca, c’est encore à cause de Spidernico qui a voulu que je joue ce rôle-là dans notre groupe ! Sinon, j’aurais préféré la guitare ...
S (Spidernico) - Eh oh, te plains pas ! T’as appris quelque chose, c’est déjà ça de gagné !
U - Qu’est-ce que tu insinues par là ? Que je suis idiot ? Tu cherches la bagarre, c’est ça ?
S - Je t’ai dit quoi à propos de ta paie ?
U - C’EST PAS UNE RAISON !!!
S - Oh que si ! D’ailleurs, je vais m’empresser de retirer un zéro à ton chèque ! Et voilà !
U - T’AS FAIT QUOI LA ??!!! J’VAIS T’EXPLOSER LA FACE SALE MER***X !!!!
S - Ramène-toi et on va voir !
B - EH OH, ON SE CALME, LA !







Après avoir reçu un bel œil au beurre noir et un doigt cassé, j’ai tout de même décidé de continuer cette fic. De toute façon, j’y étais bien obligé ! ^^

U - Il ne fallait pas me chercher !
S - Ta g***le, toi !
O - N’empêche, il ne t’as pas loupé non plus ...
M - Euh, oui ... Une dent cassée et un bel œil au beur noir, à toi aussi, Ulrich ...
Heureusement que mon chéri a calmé rapidement le jeu ! dit-elle en se blottissant dans les bras de Bastien.
Y - Ca va, Ulrich ?
U - Euh, ouais, je crois ...
J - Ca y est, c’est fini, on peut continuer ?
B - Ouais, bon, j’ai pris un rendez-vous chez le proviseur et si je ne pars pas maintenant, je ne serais pas à l’heure ...
A - Pourquoi t’as pris un rendez-vous chez Mr Delmas ?
B - Vous verrez bien ...

Sur ces mots, Bastien quitta le réfectoire pour se diriger vers le bureau de la secrétaire du proviseur. Une fois arrivé, on le fit entrer directement devant Mr Delmas.

B - Bonjour monsieur.
Mr D - Bonjour Bastien. J’espère que le collège te plait, à toi et à Hiromi !
B - Ca, oui, bien sûr, mais ce n’était pas de cela que je voulais vous parler.
Mr D - Et de quoi donc ?

Pendant ce temps-là, le reste de la bande était assis sur leur banc habituel, en train de papoter. Tout le reste de la bande sauf deux.

A- Je me demande bien ce qu’il est parti faire chez le proviseur ...
H - Ca, je n’en sais rien ... Ce sera la surprise ...
O - Et où est-ce qu’ils sont, Yumi et Ulrich ?
M - Certainement en train de se rouler des pelles en cachette ....
O - On devrait faire pareil !
A - Je suis pas contre mais si Jim nous surprend ...

Loin de là ! Au contraire, Yumi était dans la chambre de Jérémie, allongée sur son lit alors qu’Ulrich était sur le sien, dans sa chambre. Tout deux étaient en train d’écrire dans leur journal intime. Vous voulez savoir quoi ? Eh bien vous le saurez ...

Jim, entrant violemment dans la chambre d’Ulrich - STERN ! Qu’est-ce que vous faites là ? Sortez immédiatement avant de vous retrouver avec des heures de colle !

... Pas ...

Jim, entrant également dans la chambre de Jérémie - ISHIYAMA ! Vous aussi, vous déguerpissez sur le champ !

... Tout de suite !

En attendant, rendons-nous tout de même dans le bureau de Monsieur le Proviseur, alors qu'il discutait actuellement avec Bastien.

B - Eh bien, je voudrais vous parler de l’article 3 du règlement intérieur du collège : « Il est interdit de s’embrasser ou de faire l’amour dans l’enceinte de l’établissement sous peine de sanction très importante. »
Mr D - Oui, et alors, qu’avez-vous à me dire à se sujet ?
B - Excusez moi si je m’énerve mais c’est pour la bonne cause. Je trouve ca immoral d’interdire ce genre de choses au collège car justement, c’est l’âge des premiers amours !
Mr D - Vous êtes très mal placé pour dire cela !
B - Certainement mieux que vous ! Répliqua-t-il. Vous avez dit vous-même, lorsque vous m’avez accueilli ici que vous souhaitiez voir grandir vos élèves, aussi bien psychologiquement que physiquement. Or, comment voulez-vous que cela se produise si vous ne leur permettez pas ?
Mr D - Hum ... Il est vrai que je n’avais pas pensé à cela ... Seulement,
Voyez-vous une simple collégienne tomber enceinte ?
B - Je n’ai pas dit cela ! Bien sûr, c’est impensable et de toute façon, physiquement, c’est quasi-impossible. Ceci dit, Une lycéenne pourrait très bien produire un enfant, si elle ne désire pas avorter .... Après, elle se débrouillerait pour le faire garder avec le reste de se famille ...
Mr D - Oui, mais n’importe quelle fille pourrait tomber enceinte, juste grâce à un accident, ou même un oubli de préservatif ...
B - Si on part du point qu’en dessous de 15 ans, il est quasi-impossible de tomber enceinte pour une fille, je ne vois pas où est le problème ! Et puis, nous ne sommes pas idiots, nous savons bien que nous devons nous protéger avant de faire l’amour ...
Mr D - Ca reste à voir ...
B - Mais bien sûr, prenez nous pour des idiots pendant que vous y êtes ! Répondit-il en commençant à perdre patience.
Mr D - Bon, c’est promis, je vais y réfléchir. Je vous ré-convoquerai dans mon bureau lorsque j’aurais pris m décision. Vous pouvez disposer.
B - Merci monsieur.









Chers FAAAAB' uleux Fans ! ( D'Harry Potter ! ) ( tu te trompes de site. ) ( ah ? ) ( ... )

La raison du plus fort est toujours la meilleure
( donc, la mienne ) ( roh, toi, tu vas voir ! :evil:)
Et je vous l'ai montré la dernière fois.

"Wesh_wesh z'y va ! Y'avait pas de suite ! Ha ha ha tu l'as dans le.. ( BABA !) ( Au rhum ) ( Alcoolique ) ( T'savais que les pingouins étaient alcooliques ? ) ( O_O c'est grave ... ) (mais que fait Brigitte ? ) ( bah, elle voit personne, en harley davidson ... )

C'est dur, hein, pas d'suite ...

J'DECONNE ! ( HAN ! Comment t'es un sadique ! ) ( ^_^ )

Ah ah , les drogués en manque de lignes ! J'vous amène de quoi subsister ( jusqu'à la suite nouvelle ? ) ( tu lis trop Jeannot de la Cascade, toi ) ( bah moi, jsuis la cigale !) ( Et moi la fourmi ... Tu connais Werber ? ) ( Sadique... ) ( parce que tu ne vaux rien <3 )

Allez, bon lecturage !



Après cet entretien très philosophique avec le proviseur, Bastien rejoignit ses amis dans la cour de récréation, un sourire aux lèvres.

O - Et qu’est-ce qui te fait sourire comme ça ?
B - Vous verrez plus tard !
Y, qui venait de rejoindre le groupe, accompagnée d’Ulrich - En attendant, Ulrich, il faut que je te parle.
U - Moi aussi, justement.
J - Heureusement qu’on a deux heures de libre, cet après-midi !
H - Tu l’as dit ...

Juste après cela, Yumi entraîna brusquement Ulrich quelques dizaines de mètres plus loin, celui-ci étant un peu surpris du geste si soudain de Yumi. D’ici, les autres ne pouvaient entendre leur conversation.

U - Je commence.
Y - Vas-y.
U - En fait, je voudrais savoir pourquoi tu te montres si distante avec moi, ces derniers temps.
Y - Justement, c’est en rapport avec ce que je voulais te dire.
U - Explique.
Y - Ulrich, je suis enceinte de toi.
U - COMMENT ??!!
Y - Tu as bien entendu, je suis enceinte de toi !

Après que Yumi ait terminé sa phrase, Ulrich tomba directement en arrière. Pas dans les pommes, mais juste en arrière. Le reste de la bande, ayant observé la conversation, bien qu’ils n’aient pu l’entendre, les rejoignit à toute vitesse.

M - Ulrich, ça va ?
U - Euh, je crois ... Répondit-il, encore sous le choc.
O - Yumi, qu’es-ce que tu lui as dit pour qu’il soit dans cet état ?
Y - C’est tout simple, je ne lui ai dit que la vérité. C'est-à-dire que je lui ai dit que j’étais enceinte de lui.
Tout le reste de la bande - QUOI ?
B - Hum, ça va plaire au proviseur, ça ... Je m’occuperai de lui annoncer la nouvelle moi-même.
U - Et pourquoi ça ?
B - PARCE QUE !

Bastien avait tellement crié que toute la cour s’était retournée vers lui à ce moment là.

B - Euh, retournez à vos occupations, il ne s’est rien passé ! Dit-il en direction des intéressés.
M - Bravo, là, t’as fait fort...
B - Désolé.
H - C’est rien, mon chéri, on passe à autre chose ?
Y - D’accord.

Toute la bande acquiesça. Seulement, le téléphone de Yumi se mit à sonner juste après.

Y - Allo?
Mr Ishiyama - Yumi? On a une bonne nouvelle à t’annoncer !
Y - Ca tombe bien, moi aussi. Vas-y, accouche !
O - C’est le cas de le dire !
U - Tais-toi !
Mr I. - Bon, Yumi, tiens toi prête parce que tu vas bientôt avoir une petite sœur !
Y - Et moi je suis enceinte.
Mr I. - Hein ? Comment ça ?
Y - *C’est pas vrai, ils sont tous sourds, aujourd’hui, ou quoi ?* Oui, je suis enceinte !
Mr I. - Mais, Yumi ...

Il ne put terminer sa phrase car sa femme, qui avait entendu la conversation (grâce au haut-parleur, c’est un téléphone fixe.), lui arracha le téléphone des mains.

Mr I. - Eh, attention !
Mme I. - Mais, c’est génial, ma fille ! TU ES ENCEINTE ! On va vite l’annoncer au proviseur ! A plus, chérie !
Y - Attends, maman ! Trop tard.
J - Qu’es-ce qui se passe ?
Y - Je vais avoir une petite sœur et je leur ai dit que j’étais enceinte. Seulement, maman va l’annoncer au proviseur et elle a raccroché avant que je n’aie pu répondre.
B - Ah non ! J’ai dit que c’était moi qui le ferait !









B - Ah non ! J’ai dit que c’était moi qui le ferais !
U - Ben apparemment, quelqu’un va te piquer ta place ...Dit-il en se remettant de ses émotions.

En plus de cela, ce n’est pas la sonnerie stridente que nous connaissons tous qui retentit dans la cour, mais celle de l’alerte incendie !

U - Oh non, il ne manquait plus que cela ....

Pendant que la sonnerie retentissait, tous les élèves se ruaient vers le fond de la cour pour se ranger par classe, deux par deux, en suivant le règlement à la lettre.

B - On devrait faire comme eux, non ?
M - Ouais, t’as raison.

Après avoir attendu quelques dizaines de secondes, on put voir apparaître Jim accompagné du proviseur s’approcher des élèves.

A - Ce ne sont pas les profs qui doivent venir nous chercher, dans ces cas là ?
J - Normalement, si, mais là ... Je me demande ce qui va se passer.
B - *S’il vous plaît, faites qu’il ne se passe pas ce à quoi je suis en train de penser ...*
Jim - Taisez-vous, les morpions, le proviseur voudrait vous parler !
Mr D - Merci, Jim. Bien. Vous avez certainement été surpris que l’alarme incendie ce soit déclenché et que vos professeurs ne viennent pas, n’est-ce pas ? En fait, je voulais vous parler au micro via les haut-parleurs qui sont censés diffuser votre sonnerie habituelle mais je me suis trompé de bouton et j’ai déclenché l’alarme incendie.
B - Mais quel abruti ...
Mr D - Mais bon. Passons. En fait, je ne suis pas venu pour vous parler de cela mais tout simplement ...
B - *Non, faites que ce ...*
Mr D - ... de l’article ...
B - *... ne soit pas ...*
Mr D - ... parlant des couples de notre règlement intérieur.
B - *Et merde !*
Mr D - Bastien, un des deux nouveaux qui viennent d’arriver, est venu dans mon bureau pour me parler de cela. Je ne vais pas vous donner tous les détails, mais je vais juste vous dire que les couples sont autorisés et les bébés, seulement à partir de 15 ans. Il va de soi qu’il faut tout de même vous protéger et que si vous me faîtes des bébés à tout bout de champ, cette règle risque d’être remise en place. Voilà. Et au fait, Bastien, désolé de ne pas t’avoir convoqué avant d’en parler librement aux autres.
Y ; U ; O ; M ; J ; A ; B ; H (pouh, ça fait long ...) ainsi que tous les autres élèves : *YEEESS !!!!*
Mr D - Pour finir, j’aimerais que Yumi Ishiyama et Ulrich Stern me retrouvent immédiatement dans mon bureau pour ... Vous savez quoi ... Sur ce, vous pouvez tous retourner en cours.
Jim - ET DANS LE SILENCE, LES MORVEUX ! Ajouta-t-il.

Ainsi, tous les élèves (sauf Yumi et Ulrich) retournèrent en cours. Peu après, dans le bureau du proviseur :

Mr D - Bien, nous pouvons maintenant parler calmement. Maintenant que cette loi a été retirée, je ne vois pas de problème pour que vous donniez naissance à votre bébé, chers futurs parents, en plus de cela, vos parents ont étés mis au courant et sont tous ravis de la nouvelle. Après, restera à voir avec qui restera l’enfant après la naissance mais, ça, ce n’est pas pour tout de suite. Mais pour la prochaine fois, et cela concerne également tous vos amis, évitez de vous embrasser en douce parce que vous êtes faciles à remarquer.

A cette remarque, nos deux amoureux virèrent immédiatement au rouge.

U - Entendu, monsieur le proviseur.
Mr D - Vous pouvez disposer.
Y - Bien monsieur.

Tout juste sortis du bureau, Yumi sauta sur Ulrich et l’embrassa plus que fougueusement, tellement heureuse de pouvoir garder son bébé ....











Pendant ce temps-là, c’était séance embrassades amoureuses, voir plus que de simples embrassades, dans la cour de récréation pour nos amis. Un prof était absent, alors ils avaient une heure pour en profiter ... C’est au moment ou ça allait vraiment partir en vrille, et également le moment où la cloche sonna pour l’heure suivante, que Yumi et Ulrich arrivèrent, enlacés l’un dans les bras de l’autre.

U - Eh bien, ON N’EST PAS LES SEULS A QUI CA A MANQUE, à ce que je vois ! Dit-il en voulant faire peur aux couples qui n’avaient toujours pas remarqués leur arrivée.

Malheureusement, cela n’eut pas l’effet voulu, bien qu’Odd se détache tout de même de Mélanie quelques secondes ....

O - Oh tiens, salut vous deux ! Vous devriez faire comme nous, ca fait vraiment du bien.
Y - On l’a déjà fait. Le seul problème, c’est que vous n’avez même pas entendu que la sonnerie a déjà retentie.
O - Et ... ?
U - Alors, ça veut dire qu’il faut aller en cours de Techno !
J, se détachant à son tour de sa petite amie - QUOI ?!! On est en retard ?!! Viens ma chérie, on rejoint tout de suite la classe !
A - Ouais, t’as raison .... On remettra ça à plus tard.
M - Et on fait quoi des deux derniers ?

On aurait dit que Bastien et Hiromi n’avaient même pas entendu la discussion qui se passait juste à côté d’eux, trop concentrés à s’embrasser.

O - Ben on utilise la manière forte ...
U - Mais, qu’est-ce que tu fais ?

Odd était maintenant en face des deux tourtereaux et s’apprêtait à tirer Bastien par les épaules lorsqu’il fut violemment repoussé par Hiromi, qui lui adressait un regard de tueuse. Odd fut tellement surpris qu’il en tomba à la renverse, ce qui fit rire toute la bande. Au final, Bastien finit par lâcher Hiromi et toute la petite troupe d’amoureux purent enfin retourner en cours de Technologie, en arrivant juste avant que la prof ferme la porte de la classe pour commencer son cours. C’était moins une.

Prof - Vous avez eu de la chance .... Allez donc à vos places. Bien, bonjour à tous, installez-vous et qui pourrait me rappeler ce que nous avons fait hier ?

A peine s’étaient-ils assis à leurs places que toute notre bande rêvassait déjà, appart Jérémie et Aelita, bien sûr !

Prof - Ulrich, peut-être ?
U - Hein ? Heu .... Ah oui, nous avons commencé un nouveau chapitre sur l’utilisation de l’invité de commandes.
P, un peu étonnée par la bonne réponse d’Ulrich - Et bien .... Et bien oui, c’est cela ! Bravo Ulrich.

Le cours de Technologie était le seul cours (avec celui de sport) où Ulrich écoutait à peu près ce qui se passait en classe, mais seulement depuis quelques jours. Cela ravissait Jérémie, peut être deviendrait-il excellent en cette matière, se disait-il.

Comme toujours, le cours se déroula à merveille et il en était de même avec les suivants. Vint maintenant 18 heures, plus de cours à cette heure-ci, mais notre petite bande de lyokoguerriers adorés avait tout de même été choisie pour décorer le gymnase pour le bal de Noël qui avait lieu de lendemain soir. Ils devaient par la même occasion jouer une bonne quinzaine de leurs morceaux pendant le bal, histoire d’animer la salle. Le reste du temps, plusieurs DJs s’occuperont de la musique. Ils avaient donc jusqu’à 22h30 pour répéter et inclure Hiromi et Bastien dans le groupe en tant que Pianiste et Batteur. Heureusement pour eux, ils connaissaient déjà la plupart des morceaux à reprendre, donc cela se déroula assez vite.

A la fin des répétitions, tout le monde partit se coucher mais bien sûr, Ulrich passa la nuit chez Yumi, Aelita chez Jérémie, Mélanie chez Odd et Bastien chez Hiromi, car Bastien était installé dans la chambre de Jérémie alors qu’Hiromi était toute seule. Cette nuit fut assez mouvementée, vous le pensez bien ! Par ailleurs, précisons qu’une équipe de maçons était venue pour insonoriser toutes les chambres du collège, histoire qu’il n’y ait plus de problèmes de bruitages dans les dortoirs, si vous voyez ce que je veux dire.

Le lendemain matin, tout le monde retourna dans son propre lit, avant la tournée de Jim. Mais allons voir ça un peu plus précisément dans la maison, ou plutôt la chambre de Yumi.
Nos deux amoureux étaient toujours endormis, enlacés l’un dans l’autre, alors que le réveil se mit à sonner. C’était l’heure pour Ulrich de retourner au collège mais celui-ci n’avait vraiment pas envie de sortir du lit et surtout de quitter sa belle.

Y - Allez, Ulrich, lève-toi !
U - Humm .... Encore 5 minutes avec toi ...
Y - Si tu te lèves pas, t’auras pas de bisou de la journée.
U - Hmph ... Bon OK.
Y - En plus, aujourd’hui, c’est journée spécial shopping, donc on pourra se faire plein de câlins et tout ...
U - Ouais ! Et ce soir, on est sur scène !
Y - Exact ! Et c’est pour ça qu’on doit se faire beau ! Allez, habille-toi !

Ulrich finit donc par sortir du lit et par s’habiller. Mais avant de partir ...

U - P’tit bisou ?
Y - P’tit bisou !

Ulrich embrassa donc Yumi amoureusement avant de passer par la fenêtre et descendre par la gouttière pour se diriger vers le collège. Il arriva heureusement à temps, pile poil avant que Jim ne se réveille. Odd aussi s’était réveillé, suite au départ de sa belle.

O - Alors, c’était comment hier ?
U - Ben comme pour toi, je pense.
O - Inexplicablement bien ? Répondit-il avec son plus grand sourire.
U - Exact !
Jim, qui ouvrit la porte brutalement - Hum ? Vous êtes réveillés, vous ?
O - Ouais, on a tous les deux passés une nuit blanche !
J - Je vois ... Bon, oubliez pas que vous avez quartier libre aujourd’hui, hein ! Alors ne vous levez pas trop tard !
U - Ouais, ouais ...
J - Oh ! Et puis, encore bonne chance pour ce soir !
U - Ouais, merci !











Une fois Jim parti, nos deux compères continuèrent à discuter pendant une bonne demi-heure avant de se diriger vers les douches, puis vers le réfectoire, une fois habillés. Surpris, ils purent y apercevoir le reste de la bande qui, apparemment, avait déjà finis de manger. Ils s’installèrent donc à leur table, tout en saluant leurs amis.

O - Salut à vous !
A - Salut, Odd !
U - Vous êtes déjà debout ?
B - Ben oui, on a tous eu du mal à dormir ...
O - Vous êtes si stressés que ça ?
H - Ben ouais, quoi !
U - Mais attends, y’a un truc que je ne pige pas, là ... Comment Jérémie et Aelita peuvent-ils stresser alors qu’ils ne jouent pas ?
A - T’oublie que je m’occupe de la soirée à partir de 00h30 ...
U - Ah ouais, mais alors et Jérémie ?
J - Je stresse parce que j’espère que X.A.N.A. ne va pas activer une tour ...
B - T’as pas mieux comme excuse pour éviter de lui dire que tu vas jouer les présentateurs ce soir ?
J - Euh ...
O - Mais c’est génial, ça ! Attends, Jérémie, LE trouillard du collège va monter sur scène ! Et c’est qui qui t’a menacé pour que tu fasses ça ?
A - C’est moi. Je l’ai menacé de rater un cours. ^^
U - Je comprends mieux.
O - Bon, ça n’est pas tout, mais mon ventre crie famine ! Moi, je mange !
U - Ouah, Odd commence à avoir un langage soutenu ! La Terre va exploser !
O - Oh, ph’fé bon !
B - Odd, avale avant de parler ! T’as mis des miettes de croissant partout sur la table !
H - Au fait, il serait peut être temps qu’elle se réveille, elle ... Dit Hiromi en montrant Mélanie du doigt, complètement affalée sur son plateau, à moitié en train de dormir.
O - Je m’en occupe ! Répondit-il au tac-o-tac, en finissant sa bouchée.

Aussitôt, il se releva, se plaça derrière Mélanie et la releva doucement par les épaules avant de l’embrasser tout aussi doucement, ce qui eut l’effet désiré.

M - Odd, c’est toi, mon chéri ?
O - Oui, c’est moi.
M - Je t’aime !
O - Moi aussi !

Contrairement à ce que certaines personnes auraient pu penser, toute la bande se contenta d’observer la scène sans un mot, mais avec un sourire aux lèvres, jusqu’au moment ou ...

M - Mon chéri, la prochaine fois, tu éviteras de manger une banane avant de m’embrasser, tu sais bien que je n’aime pas ça ! dit-elle avec un regard envoûtant.
O - Oui, ma chérie. Lui répondit-il avec une voix de robot, complètement hypnotisé par son regard.

Tout le monde rigola, au vu de la réponse robotique d’Odd. Une fois ceux-ci détachés, nos amis débarrassèrent leurs plateaux puis franchirent la grille du collège, tous les couples main dans la main lorsqu’Aelita s’exclama :

A - Jérémie, tu as ton ordinateur ?
J - Bien sûr, pourquoi ?
A - Oh non, juste comme ça ...
M - Odd, j’ai froid ...
O - J’arrive, ma princesse !

Odd réagit tout aussi automatiquement que tout à l’heure en la prenant dans ses bras pour la réchauffer.

Y - Ulrich, viens par là, toi ! Lui tonna-t-elle en le tirant par le bras de façon à ce qu’il se retrouve entre les siens.

A - Et toi, alors, tu ne veux pas me prendre dans tes bras ?
J - Non merci, j’ai déjà un pull qui me tient vraiment très chaud.
B - Idiot ... pensa-t-il en se rapprochant d’Hiromi les bras ouverts.
H - Il ne comprendra jamais rien à l’amour ... pensa-t-elle également en se mettant au creux de ses bras, et en lui donnant au passage un léger baiser.
M - Bon, alors, on commence par où ?
J - Je propose qu’on se sépare. Les garçons ensembles, les filles aussi. Comme ça, surprise pour les costumes.
M - Oh non, j’étais bien là, moi ...
U - J’suis d’accord.
Y - Moi aussi.
A&J - Nous aussi.
B&H - Pareil pour nous.
O - Moi aussi, je veux bien. Tant que je reste avec Mélanie, ça me va.
A - Je crois que t’as pas tout compris ...
U - Tu l’as déjà vu comprendre quelque chose, toi ?
O - Eh !
B - Bon, allez, on se sépare ! A plus les filles !
Les filles - A plus les mecs !

Les garçons partirent alors pour le centre-ville et les filles pour un centre commercial dont je ne citerai pas le nom mais dont je peux tout de même vous dire qu’il commence par « Carr » et qu’il finit par « efour », les deux ne se trouvant pas au même endroit.

Les garçons, sur leur chemin, repassèrent devant ce superbe magasin qu’Odd a tellement aimé précédemment dans la fan fiction, j’ai nommé le Sex Shop.

U - Tiens, tiens, ça me rappelle des souvenirs, ça ...
B - Ah ouais, à moi aussi ...
O - Comment tu pourrais, t’étais pas avec nous ?!
B - J’ai le droit d’avoir d’autres souvenirs que vous de ce magasin, non ?
U - Ouais, ok, raconte !
B - Alors, alors ...

Flash-back :

C’était juste quelques heures avant d’arriver au collège Kadic. Hiromi et moi étions dans la voiture de nos parents qui nous emmenaient à destination. Juste avant d’arriver au collège, nous passèrent devant de fameux magasin. Mon « père », qui conduisait la voiture se gara sur le trottoir, devant le magasin. « Maman » lui demanda :

M - Chéri, qu’es-ce que tu fais ?
P - Faut que j’achète des capotes.
M - Chéri, enfin ! On ne parle pas comme ça devant les enfants !
B - Oh, c’est bon, de toute façon, on sait ce que c’est !
M - Que ... Comment ? Mes enfants ... Mes enfants ont étés pervertis ... Qui a fait ça ? Ca devait être nous ... Nos chambres sont juste à côté ... On a perverti nos enfants. J’ai perverti mes enfants ... AAAAAAHHHH !!!! J’AI PERVERTI MES ENFANTS !!! J’AI ETE UNE MAUVAISE MERE, JE VAIS ME FAIRE HARA-KIRIIIIIII !!!!
(« Se faire Hara-kiri »  (littéralement) « se couper le ventre » en Japonais) (Parce que les parents de Bastien sont ceux d’Hiromi, donc Japonais.)
P - Eh oh ! Calme-toi, mon !
On put entendre, par la suite un bruit sourd pouvant être écrit par un « Paf ».

H - Euh, Maman ?
M - C’est rien, c’est mon cerveau qui a éclaté, à cause de la suractivité.
B - Bon ok ... Papa, va prendre tes préservatifs et on repart.
P - Ok.

Fin du Flash-back.


J - Ok ... Elle est pas un peu folle sur les bords, ta mère ?
B - Attention, elle c’est ma mère adoptive, ma vraie mère c’est Anthéa Hopper. Mais oui, elle est un peu tarée, des fois.












J - Tu ... Tu peux répéter, là ?
B - Quoi, j’ai juste dit qu’elle était un peu tarée sur les bords ! C’est pas méchant !
O - Ouais, mais la phrase d’avant !
B - Quoi, la phrase d’avant ?
U - Répète la phrase que t’as dite juste avant !
B - Mais quelle phrase ?
J - C’est quoi le nom de ta vraie mère ?
B - Anthéa Hopper, pourquoi ?
J - Anthéa Hopper ... Voilà donc son nom ! Tu sais autre chose sur elle et sur Franz ?
B - J’ai réussi à entrer en contact avec Franz Hopper, sur Lyoko.
J - Et ?
B - Maman a été enlevée par les hommes en noir dont rêve souvent Aelita. Papa sait ou elle se trouve mais il n’a pas eu le temps de me le dire, la communication été coupée par X.A.N.A.
U - Il a dit quoi d’autre ?
B - Il m’a dit pourquoi il nous a envoyé sur Lyoko, moi et Aelita. Il voulait juste qu’on reste en paix. Il l’a fait parce qu’y avait des mecs qui voulaient le massacrer parce qu’il a cassé un pot en verre chez eux ...
J - Hein ?
O - Même si je suis fort en blague, faut avouer que tu me bats dans ce domaine !
B - Ce n’était pas une blague ...
U - Ils se sont vraiment énervés pour ça ?
B - Ben ouais ...
J - C’est quoi ce délire, là ?
B - J’en sais rien, c’est ce qu’il m’a dit.
O - Quand Aelita saura ça ...
U - Bon, on avance ou vous comptez rester là à bavarder ?
J - Ok, on bouge !

Du côté des filles :

H - La vache, il est super grand, ce « Voiturefour » (traduisez vous-même ! Pas de pub !)
A - J’suis jamais rentré là dedans, moi ... On fait comment ?
Y - Ca dépend, vous voulez acheter quoi ?
M - On est là pour les fringues, non ?
Y - Ben alors, c’est pas ici ... Y’a que de la nourriture ici ...
M - Eh ben on va se trouver un magasin de fringues ...
Y - Je me demande pourquoi c’est Aelita qui doit mener la danse ...
H - Ben pour rire un peu, elle ne connaît pas les magasins !
A - Vous êtes méchantes, quand même ...
M - On sait ! Allez, on dégage.

On retourne voir les garçons, qui, eux, sont déjà dans un magasin de fringues et en train d’essayer leurs costumes dans les cabines d’essayage ...

O - C’est quoi ce pantalon ? Je n’arrive même pas à rentrer dedans !
U - Faut desserrer la ceinture, Odd ...
O - Quelle ceinture ?
B - Celle qui est autour de toi ...
O - Ah oui !
J - Mais quel idiot ...
U - Bon, je passe aux pompes.
B - Attends, je te rejoins !
U - Ok ... Rayon hommes ...
B - Aux dernières nouvelles, on n’a pas de poitrine et on a une ...
U - Ne me dis pas quoi, je suis déjà au courant. Coupa-t-il.
B - Mocassins ?
U - Ben oui, pas des baskets !
B - Mon pied est trop épais, il ne rentre pas dans des mocassins.
U - Pfff ... Ok, va prendre des Converses !
B - Cool !
U - Oh, et puis, allez, y’en a en cuir aussi ! Elles verront rien, les filles.

O, qui vient de sortir de sa cabine - Alors, comment tu me trouves ? Demanda-t-il à Jérémie qui l’attendait depuis un petit moment déjà ...
J - Ouais, pas mal ! C’est original mais c’est sympa ! Et moi, j’ressemble à quoi ?
O - Ben ... C’est ... Pas trop mal, non plus ! C’est pas mon style, c’est tout !

Les nanas :

H - Aelita, tu peux me dire ce qu’on fait chez Kaei ? (remettez les lettres dans le bon ordre pour trouver le bon nom ...)
A - Ben, vu que c’est un grand bâtiment, je pensais qu’on pouvait trouver des habits ...
M - Ah non, ici, c’est des meubles que tu vas trouver.
Y - Et pas que des meubles, aussi des engueulades ... Regardez là-bas ...

Yumi désignait du doigt un couple de jeunes mariés (vu les bagues qu’ils avaient aux doigts) accompagnés d’un petit bébé dans son landau.

Homme - Mais ce que tu peux être stupide, parfois ! On a le même à la maison !
Femme - Ouais, mais là, t’as la poignée qui change de forme !
Homme - Mais on s’en fout ! Toute façon, ça rentre pas dans le coffre de la voiture ...
Femme - Mais si, ça rentre !
Homme - Moi, j’te dis que non ! T’as vu la taille de la planche du côté ? Je fais 1m90 et elle est plus grande que moi !
Femme - Ah ouais ? Alors comment on a fait pour ramener l’autre à la maison ?
Homme - On est rentré en TGV. On l’a acheté lors de notre voyage de noces. D’ailleurs, on a fait chier les gens du TGV pour qu’ils nous laissent passer et c’est moi qui me la suis tapée pendant le trajet entre la gare et la maison, ça m’a valu un mal de dos pas possible !
Femme - Et tu te souviens pas qu’on a acheté une voiture, entre temps ?
Homme - Ouais ! Va faire rentrer ça dans la Twingo !

Y - Hum hum ...
A - On essaie autre part ?
M - Je ne suis pas contre.

De leur côté, les garçons étaient déjà sortis du magasin, leurs nouveaux habits dans un sac qu’Odd s’est dévoué à porter, voulant monter des pectoraux. Au final, il s’est étalé par terre au bout de quelques vingtaines de secondes et Ulrich a pris le relais.


O - Comment tu fais, Ulrich ? Ça fait 10 minutes qu’on marche et tu montres toujours pas le moindre signe de faiblesse !
U - La muscu, Odd ! Faut faire un peu de musculation et du Sport !
O - Vas-y ! Continue à te la péter et à te moquer de moi !
J - En même temps, Ulrich a raison !
O - Oh, toi, ça va, hein ! Tu peux pas passer un demi-journée sans ton ordi chéri, alors t’as rien à dire ! J’me demande dans quel sport tu peux bien assurer.
B - Au lit ! C’est au lit qu’il assure, Jérem’ !
J - Merci, Bastien !
O - Grrr ... Qu’est-ce que tu insinues ?
B - Oh, rien ! Rien !












U - Bon, on fait quoi maintenant ?
B - On a encore du temps et de l’argent, on peut bien aller faire quelques boutiques, non ?
O - Mouais, ok.
J - Bon ben on est repartis !

De leur côté, les filles (ou plutôt Aelita) avai(en)t enfin trouvées un magasin de vêtements. Il en aura fallu du temps, il faut dire.

Y - Aah, enfin !
A - Ca y est ? C’est un magasin de vêtements ?
Y - Oui.
H - J’en peux plus, ’suis morte de fatigue ...
M - Allez, ma grande ! On a encore un concert après !
Y, en commençant à inspecter les rayons - Ouah, la vache ! Vous avez vu cette robe ? Pas cher, en plus !
M - Mais y’a pas ta taille.
Y - Ouais, mais ...

Bon, laissons-les liquider leur fric, passons à quelque chose d’autre. Ok, mais quoi ?
Ah, je sais ! On a qu’à sauter toute la partie chiante où ils font mes magasins et passer direct aux retrouvailles !

Nan ? Vous n’êtes pas d’accord ? Ben vous n’avez pas le choix, de toute façon, alors tant pis pour vot’ poire !

Chapitre 6 : On joue ?

Bref, vint maintenant 19H45. Tout le monde était rentré au collège, même les externes qui devaient se débrouiller pour trouver un endroit où se préparer pour le bal. Yumi était donc dans la chambre d’Aelita, avec sa propriétaire bien évidemment. Tant qu’à faire, Hiromi avait rejoint Mélanie dans sa chambre et Bastien était avec Jérémie. Odd et Ulrich, qui avaient eu plusieurs problèmes de sacs plastiques troués sur la route, arrivèrent quelques minutes plus tard par rapport aux autres et se postèrent dans leur chambre. Tout le monde enfilait leur costume pour la soirée. Costard/pantalon/Converses blanc(hes) pour Bastien, noir(es) pour Ulrich et rouge(s) pour Odd, qui voulait faire dans l’originalité ; le tout avec une chemise assortie en dessous légèrement ouverte pour donner un style décontracté. Jérémie, lui, ben il s’est pas cassé la tête : Il a fait un mélange de tout ! Costard/pantalon noir, chemise et chaussures blanches et nœud papillon rouge.

Pour les filles, j’ai pas envie de vous le dire ! Pourquoi ? Ben parce qu’en fait, à l’heure ou je tape ces lignes, je ne me suis pas encore décidé. Ben ouais, elles ont achetées des trucs mais je sais pas ce que c’est. C’est embêtant, non ?

Donc, vint maintenant 19h45, c’est-à-dire un quart d’heure avant le début de la fête, c’est-à-dire le moment ou tous les artistes stressent et font pipi dans leurs tout nouveaux costumes. C’est le cas de beaucoup de personnes (et j’en sais quelque chose, puisque je suis musicien) mais pas celui de nos héros (et ça n’a jamais été le mien, que ce soit bien clair !). Pourquoi ? Parce qu’ils sont les héros de l’histoire et que les héros ne se font jamais pipi dessus !
19h45, c’est aussi l’heure à laquelle Odd se demande si il ne va pas péter une corde de sa guitare en plein spectacle, c’est l’heure à laquelle Yumi craque l’élastique de sa robe, ...

Y - M*rde, j’suis trop grosse !

... mais aussi celle à laquelle ...

A laquelle ....

A LAQUELLE .... Suspens, vous le saurez après la pub ! Ah y’a pas de pub ?

Ben c’est l’heure à laquelle on peut dire que le spectacle commence dans un quart d’heure.

19h50 : Tous les garçons sortent de leurs « loges » respectives tous bien en même temps, bien synchros parce que de toute façon je les tape si ils le sont pas. Ils se dirigent alors vers l’entrée du gymnase, endroit où ils se mettent à attendre les filles qui mettent toujours trois plombes à se préparer. Normal, c’est des filles.

19h55 : C’est au tour des filles de sortir toutes des chambres, toujours toutes en même temps parce que sinon je les tape si elles le sont pas.

U - T’as as intérêt à toucher ma femme sinon je te massacre la tronche !
Spidernico - T’étais pas censé être à l’entrée du gymnase, toi ?
U - Oh oui, mince ...

Reprenons, elles se dirigent alors vers l’entrée du gymnase, endroit où elles retrouvent leurs mecs qui bavent tous devant leurs costumes.

M - Ravale ta salive, Odd !
O - Oui, mon amour.
H - Hey, t’es super beau en tenue de soirée, Bastien !
B - Parce que d’habitude je suis moche, peut-être ?
H - Mais non, je voulais pas dire ça ...

Ce fut quasiment le même cinéma pour Ulrich et Yumi ...

Y - Hey, t’es super beau en tenue de soirée, Ulrich !
U - Parce que d’habitude je suis moche, peut-être ?
...

... Odd et Mélanie ...

M - Hey, t’es super beau en tenue de soirée, Odd !
O - Parce que d’habitude je suis moche, peut-être ?

... et Jérémie et Aelita. Sauf que pour eux deux, c’est un peu différent.

A - Hey, t’es super beau en tenue de soirée, Jérémie !
J - Parce que d’habitude je suis moche, peut-être ?
A - Euh ... Ben c’est pas ce que je qualifierais de Super Beau mais ...
J - Ah bah merci, ça fait plaisir !
A - Nan mais je déconnais, mon chéri ! Je t’aime !

Finalement, ça finit dans tout les cas en super gros bisou que dans ces moments là, on croit qu’y a plus personne autour de nous sauf qu’Odd a mis une grosse baffe à Jérémie pour le réveiller et les faire rentrer dans la salle avant que ce ne soit trop tard.

20h00 : Extinction du gymnase, la salle est bondée, la scène s’allume et Jérémie fait son apparition devant un rideau rouge qui reste tiré alors qu’une grosse lumière blanche vient l’éclairer et lui éclater les yeux en même temps.

J - Bien, heu ... Bonsoir à tous !
Toute la salle - Bonsoir, Jérémie !
J - Arrêtez, ça fait peur ... C’est la première fois que je monte sur scène ... Bon, alors ce soir ...

Dans les coulisses :

H, en regardant derrière le rideau - Hey, je savais as que les parents d’élèves venaient aussi !
O - Quoi, ils sont là, mes parents ?
H - Ouais, enfin je crois !
U - Oh là là, ça va être galère tout ça !
M - Mais non, tout va bien se passer.

Sur scène :

J - ... mais pour commencer cette soirée, voici les Strombostrats ! (j’ai sorti un truc au hasard ...)

C’est alors que Jérémie se retire, le rideau se tire, Yumi se tire elle aussi, mais elle fut rattrapée par Ulrich alors que les lumières s’allumaient. Les musiciens se positionnaient, derrière leurs instruments : on est partis pour la soirée ! Mais bien sûr, ils n’étaient pas les seuls à s’amuser ...


spidernico
23/06/07 à 18:15
Salut à tous ! Voici ma première fanfiction alors, ne soyez pas trop éxigents s'il vous plaît ! Désolé mais, je n'ai pas toujours énormément de temps pour écrire, alors il va falloir être, quelque fois patiens pour les suites.

Amour et Désastre :

Chapitre 1 : Découvertes



Un beau matin, vers 6H30 au collège Kadic ; un jeune homme brun, plutôt mignon, d’environ 15 ans, réveillait son compagnon de chambre, blondinet, avec une coiffure et surtout … maigrichon !

? – Allez Odd, réveille-toi bon sang ! Dit-il.
O - …mmh….
? – Odd, si tu ne te réveilles pas, t’auras pas à manger … !
O – Hein ??! QUOI ?! Répondit la concerné en sautant en sursaut de son lit. Ah ! Ah ! Très drôle, Ulrich ! Tu sais qu’il n’est que 6 heures du mat’, qu’on est Dimanche et qu’il y a pas cours aujourd’hui !
U – Je sais ! Mais je ne voulais pas te faire manquer ton rendez-vous avec ton petit déjeuner !
O – Dis plutôt que t’es pressé de retrouver ta Juliette ! D’ailleurs, elle aussi apparemment … Bah tient elle est déjà dehors !
U – Quoi ? Yumi est déjà dehors ?! La coupa Ulrich. Vite, on file aux douches !
O – Heureusement que ses parents se sont arrangés avec le proviseur pour la laisser venir au collège aujourd’hui …
U – Grouille ! Odd !
O – Mais quel idiot !

O – Et dire que moi, je suis toujours célibataire ! Quand est ce qu’une fille craquera définitivement pour moi ? Dit Odd ironiquement en rejoignant Ulrich aux douches.
U – Certainement le jour où tu pueras plus des pieds ! Ou peut-être celui ou tu abandonneras ta nourriture pour celle avec qui tu sors !
O – Hum, hum … **Il faut que je trouve quelque chose pour le faire bouger de là !** Euh … Tu sais que Yumi doit s’impatienter en restant dehors à t’attendre.
U – Oh, non, Yumi ! Elle va me tuer !!!

O – Bah, dis donc, depuis que tu l’as embrassée pour la première fois, ça n’arrête pas ! Rouler des pelles, tout ça …
U – C’est l’amour, mon cher Odd ! Trouve-toi une copine et on en reparlera !

C’est alors qu’un garçon blond à lunettes que l’on surnomme Einstein pour son intelligence qui dépasse l’admissible, venait d’arriver devant les douches alors que Odd et Ulrich prenaient déjà la leur depuis un petit bout de temps.

? – T’es déjà là Ulrich ? L’amour te donne des ailes en ce moment !
U – A toi aussi apparemment, Jérémie ! Comment ça va avec Aelita ?

Jérémie se mit automatiquement à rougir dès la fin de sa phrase.
J – Eh bien, le …... premier ................ baisé est ………… est arrivé !
U&O – OUAIS ! Bravo !
O – Tu t’es enfin décidé !
J – Bah oui ! Bon, ça n’est pas tout mais j’dois prendre ma douche, moi ! On se retrouve au réfectoire avec YUMI ! Jérémie insistait bien sur le « YUMI » pour faire comprendre à Ulrich qu’il fallait bouger.
U – T’as raison ! A tout à l’heure avec AELITA ! Répondit-il en imitant Jérémie.
J – Elle aussi elle va me tuer si je ne me dépêche pas ! A plus !

O – Hé ! Hé ! Hé ! Que c’est beau l’amour !
U – Tu l’as dit ! Répondit Ulrich en finissant de s’habiller. Mais moi, je dois aller retrouver le mien !
O – Et moi, je dois aller en trouver un !
U – Belle rime !
O – Merci!

C’est à ce moment là que passait dans le couloir des garçons une magnifique jeune fille blonde vêtue d’un top bleu clair et d’un jean taille basse classique mais qui allait magnifiquement bien avec ses yeux couleur émeraude et son visage d’ange.
Cette dernière passait juste devant Ulrich et Odd, ce dernier ayant cru s’évanouir en la voyant passer !

U – Et belle fille !
O – Celle la, elle est pour moi ! J’y cours!
U – Vas-y! Va trouver ton âme sœur !
O – Sans problème !

Dans la cour du collège, une jeune fille brune, d’origine asiatique, aux yeux foncés, s’habillant toujours avec son sweater noir et son pantalon de même couleur, attendait son chéri … C’était elle, Yumi !

C’est alors qu’apparut Ulrich, courant comme un dingue, en direction de Yumi.

Y – Bah alors, ça fait un quart d’heure que je t’attends !
U – Désolé ma chérie, mais Odd a trouvé son âme sœur ! Je n’aurais voulu manquer cela pour rien au monde ! Dit-il en embrassant amoureusement Yumi.
Y – Alors je comprends ton retard ! Il nous rejoindra au réfectoire ! Et Jérémie et Aelita ?
U – Justement, ils y sont.
Y – Alors, on y va. C’est parti !

7H15, au réfectoire :

Aelita et Jérémie étaient à une table, enlacés l’un dans l’autre, en attendant Yumi, Ulrich et Odd.

Yumi, en arrivant à leur table, s’exclama : Ouh là ! J’ai manqué quelque chose, je crois ou c’était quand je n’étais pas là !
A - Exact, tu n’étais pas là !
J - On s’est déclarés notre amour et le premier baisé est arrivé. Suivis de plein d’autres, évidemment !
Y – Génial ! Odd n’est pas avec vous ?
A – Non, il ne devrait plus tarder
U – Je crois qu’il s’est trouvé son âme sœur donc …

C’est à ce moment que, justement, Odd entrait dans le réfectoire en prenant 9 croissants et 5 bananes, juste pour battre son record ! Puis, il arriva à la table de ses amis et leur dit : …

Artémis
23/06/07 à 18:39
C'est pas mal!!!Pas de fautes...la descrption est pas mal du tout du tout...
L'idée est pour l'instant des plus communes, quoique j'aimerais vraiment voir comment c'est passé le premier baiser de nos deux couples. C'est possible ça? Stpp!!^^
Lol, allez, je te félicite pour ce début de fic qui semble prometteur.

spidernico
23/06/07 à 19:44
Allez, c'est le premier jour donc, une suite tout de suite .... Et pour faire plaisir à Artémis, quelques flash-back racontant les rencontres, justement...



O – Salut tout le monde !
J – Quand on parle du loup …
U – Alors, ça s’est passé comment avec ta nouvelle âme sœur ?
O – Elle est géniale ! Belle, sympa, intelligente, drôle … Je vous explique :

Flash-back :
Odd part à la conquête de la jeune fille qu’il vient de voir passer lorsqu’il était avec Ulrich

O – Salut toi ! Tu es nouvelle ?
? – Oui, je viens d’arriver ! Je m’appelle Mélanie !
O – Et moi, c’est Odd ! Ravi de te connaître
M – Moi de même ! Dis-moi, tu as l’air de connaître le collège, toi. Est-ce que tu pourrais me montrer ma chambre s’il te plaît ? C’est la 142.
O – Bien sûr ! Suis-moi ! Tu es dans la même chambre qu’une de mes amies. Elle s’appelle Aelita et tu vas voir qu’elle est très sympa !
M – Aelita. Ca me dit quelque chose … Ok ! Je retiendrais ! Mais, ils aiment quoi comme musique dans ce collège ?
O – Pop-Rock, progressif et tout ça ! Tu fais de la musique ?
M – Oui, je fais de la guitare depuis mes trois ans !
O – Intéressant ! Moi aussi d’ailleurs !

Ils continuèrent leur chemin en direction de la chambre d’Aelita et de Mélodie en parlant de tout et de rien et en se jetant mutuellement quelques regards profonds et intenses, le genre de regards qui veulent tout dire… Jusqu’à ce qu’ils arrivent à destination.

O – Voilà, c’est ici ! Je te laisse t’installer, on m’attend au réfectoire …
M – Attends ! Elle attrapa Odd par le bras et ce dernier ainsi que Mélanie se mirent à rougir après qu’ils se soient regardés toujours aussi intensément. Le silence régnait dans les dortoirs. Tout le monde était déjà au réfectoire …
Odd, brisant ce silence : Euh… Tu voulais me dire ?
M – Ah, oui ! Euh …. Merci de m’avoir accompagné !
O – Mais de rien ! C’est normal !
M – Ca te dirait qu’on se revoit ? Tout à l’heure, vers 8H30, ça te va ? Vu qu’il n’y a pas cours …
O – Euh d’accord ! Répondit-il un peu troublé par la proposition de Mélanie. 8H30… Ca marche…. Euh … A tout à l’heure ! Fit-il, complètement troublé par le regard de plus en plus profond de Mélanie.
M – A tout à l’heure !

Fin du flash-back.


O – Et je suis ensuite venu vous rejoindre au réfectoire.
U – Génial pour toi !
Yumi, à Aelita – Et comme ça vous vous êtes déclarés Jérémie et toi ?
J&A – OUI !
A – A mon tour de raconter.

Flash-back :

Il est 3H30 du matin, dans la chambre de Jérémie, ce dernier n’ayant pas dormi de la nuit car il pensait à quand il allait déclarer son amour à Aelita, se leva et prit son courage à deux mains et se dirigea vers sa chambre, tout en pensant à ce qu’il allait lui dire.

Arrivé devant la porte de la chambre, il ouvrit la porte d’une main plus que tremblante, et il y vit Aelita déjà réveillée et assise sur son lit. Elle non plus n’avait pas dormi car elle pensait exactement à la même chose que Jérémie quelques minutes auparavant.

A – Jérémie, c’est toi ! Dit-elle surprise par son arrivée. Tu aurais pu frapper avant d’entrer !
J – Excuse-moi mais je ne savais pas que …. Que tu étais déjà réveillée, vu l’heure qu’il est … Et je ne voulais pas te réveiller non plus !
A – Ca n’est pas grave !
J – Dis, Aelita … Est-ce que ….. Est-ce que je peux te parler
A – Euh … Oui, bien sur !
J – Tu vois … Ca fait un bout de temps que je te connais et …. Dès que je t’ai vue pour la première fois sur l’écran du supercalculateur …. J’ai senti quelque chose de bizarre qui passait entre nous. Enfin, tu vois … Ce n’était pas de la haine, ni de l’amitié mais … Mais bien plus que ca. Aelita … Je crois que …. Depuis que je t’ai vu …. Je n’ai jamais osé l’avouer mais …. J …. Je t’ …. Je t’aime ….
A – Jérémie … Je n’ai pas arrêté de penser à toi cette nuit …. Je n’ai même pas pu dormir …. Et, effectivement, je crois que … je ressens la même chose pour toi … Moi aussi, je t’aime Jérémie !

Leurs visages se rapprochèrent doucement, jusqu’à ce que leurs lèvres se touchent. Un long baisé timide, puis amoureux et passionné venait de commencer entre eux. Puis, lorsque leurs lèvres se détachèrent …

A – Excuse-moi, Jérémie mais, au vu de ce qu’il vient de se passer et au fait que je n’ai pas dormi cette nuit, j’aimerais pouvoir le faire maintenant, en profitant du temps qu’il me reste … Tu devrais le faire, toi aussi ! Tu m’as l’air épuisé !
J – C’est vrai que je n’ai pas non plus dormi … Je ferais mieux d’y retourner … On se donne rendez-vous au réfectoire ! A tout à l’heure !
A – Attends !
J – Oui ? Qu’es-ce qu’il y à ?
A – Ca … Aelita se remit alors à l’embrasser, encore plus longuement, passionnément et amoureusement que tout à l’heure.

J – Ah oui ! D’accord … Tu m’excuses mais … Je suis épuisé ! A tout à l’heure au réfectoire !
A – A tout à l’heure !

Fin du flash-back.


J – La suite, vous la connaissez ! Je suis allé me recoucher et je me suis ré-endormi rapidement …..
O – Pas mal !


Dites-moi ce que vous en pensez ! Je regarderai demain après-midi car je ne suis pas là entre temps ... Je posterai la suite demain après-midi aussi, peut-être ...

Vallone
23/06/07 à 19:45
Oh! Tu t'y met enfin^^ C'est un super bon début!! J'adore la touche d'humour que tu ajoutes! Odd incorrigible! Toujours avec sa nourriture, j'espère que cette "ame soeur" sera la bonne ;)
En tout cas continue car c'est super bien décrit et présenté!

Artémis
23/06/07 à 19:49
Mici :oops: Mais euh...(je sais, je suis dix fois trop exigente..)Y'a pas Yumi et Ulrich..snifff...^^
C'est toujours aussi bien honnêtement, pour une première fois, je te tire mon chapeau.

spidernico
23/06/07 à 19:52
"Artémis" a écrit :
Mici :oops: Mais euh...(je sais, je suis dix fois trop exigente..)Y'a pas Yumi et Ulrich..snifff...^^
C'est toujours aussi bien honnêtement, pour une première fois, je te tire mon chapeau.


Bon, d'accord, j'essaierai de rajouter ca plus tard dans la fanfic .... Merci pour tous vos commentaires, ca fait très plaisir ! :oops: :D

Vallone
23/06/07 à 19:54
Waouh déjà une suite, tu perds pas de temps toi!
La relation Odd et Mélanie ca marche bien pour le moment, par contre tu as fait une erreur à un moment tu dit Aelita est Mélodie! C'est Mélanie pas Elodie. Ce prénom est très convoité en ce moment je ne sais pas pourquoi^^ Bon continue viiiite!!

spidernico
23/06/07 à 19:58
"Vallone" a écrit :
Waouh déjà une suite, tu perds pas de temps toi!
La relation Odd et Mélanie ca marche bien pour le moment, par contre tu as fait une erreur à un moment tu dit Aelita est Mélodie! C'est Mélanie pas Elodie. Ce prénom est très convoité en ce moment je ne sais pas pourquoi^^ Bon continue viiiite!!


Oh excuse ! Je verrais ca plus tard mais ca arrive ce genre de trucs ! XD

yami no kitsune
23/06/07 à 21:14
Que c'est mignon ^^ !! J'aime bien cette fic, elle est plutot réaliste :roll: ... Enfin... c'est bien écrit et lisible, que dire de plus :?: ;)

spidernico
24/06/07 à 20:08
Allez, je vous ai promis une suite donc, en voici une !



O – Pas mal !
A – Dites, il est calme X.A.N.A., en ce moment, vous ne trouvez pas ?
U – Changement de sujet …
J – Non, mais c’est vrai que c’est bizarre ! Il doit sûrement préparer un gros coup !
U – Il faudra être prêt !
O – En tout cas, je ne veux pas qu’il touche à Mélanie !
J – Mélanie ?
Y – Sa petite amie.
J – Ah ouais ! Désolé, j’avais oublié !
O – Quoi ? Toi, Einstein, TU AS OUBLIE QUELQUE CHOSE ??? Impossible ?!
J – Ca arrive à tout le monde !
A – Sérieusement, si tu ne veux pas qu’il touche à Mélanie, a toi de te débrouiller avec elle ! Dit-elle en poussant son plateau vers Odd qui s’empressa de s’y attaquer …
Y – C’est surtout à nous d’être prudents. Répondit-elle en poussant, à son tour, son plateau vers Odd.
O – Et toi, Ulrich, tu ne me files pas ton plateau ?
U – Ah bah, non ! Faut que je mange, moi aussi !
J – Pareil pour moi !

Après avoir terminé son 14ième croissant et sa 9ième banane, Odd était fin prêt à quitter le réfectoire avec ses amis.

Y – Ca y est ? On peut y aller ?
O – C’est bon !
U – On y va !

Ulrich sortit alors, prenant la main de Yumi, tous deux suivis par Jérémie et Aelita, enlacés l’un dans les bras de l’autre, et Odd.

O – Ah, que c’est beau l’amour !
U; Y; J; A: ODD!!!!!
O – OH, c’est bon! Bon, bah moi, je vais retrouver ma Mélanie !
U – Qu’est-ce que tu disais ? C’est beau l’amour, non ?
O – Je sais, Ulrich, c’est bon !

C’est alors qu’Odd partit voir Mélanie pendant que le reste du groupe papotait tranquillement en parlant de tout et de rien, comme d’habitude, dans la cour de l’école … Mais (tout de même) avec quelques longs baisers amoureux et bien baveux entre Ulrich et Yumi & Jérémie et Aelita ! :D

U – Bon, vous m’excusez, mais j’ai une envie pressante … Vous voyez un peu de quoi je parle ?
Y – Fais ce que tu as à faire ! On se revoit tout à l’heure, c’est le principal !
U – J’y vais …

Pendant ce temps là, dans la chambre de Mélanie, cette dernière attendait toujours Odd qui l’avait prévenu qu’il serait un peu en retard à son rendez-vous. Mais dès qu’il entra dans la pièce :

M – Tiens, salut Odd ! Alors, t’as été retenu ?!
O – Ouais, par cette Sissi et ses deux toutous !
M – C’est qui ses trois là ?
O – Sissi, c’est Elisabeth Delmas, la fille du proviseur. Et les deux toutous, ce sont Nicolas Poliakoff et Hervé Pichon qui sont malheureusement dans ma classe !
M – Et comment tu t’en es débarrassé ?
O – Oh mais attends ! Tu ne sais pas qui je suis, toi ! Je suis le Roi de la Vanne en personne !
M – Oh, Oh ! Je suis la petite amie du Roi de la Vanne !

A ces mots, Odd rougit comme une tomate. Voir plus …

O – Euh … Bah attends, je t’explique la situation !

Flash-back :

Odd se dirige vers la chambre de Mélanie lorsque, sur son chemin se présente Sissi et ses acolytes.

S – Tiens Odd ! Alors, comme ça tu ne t’es pas coiffé ce matin ?
O – Bah figure-toi que si et que je le fais tous les jours ! Ah bah non, c’est vrai qu’avec ta cervelle de moineau, tu ne t’en souviens même pas ...
S – La ferme, crétin ou je t’en mets une !
O – Ola, j’ai peur ! Mais, est-ce que tu connais au moins le sens du mot « crétin » ?

Sissi se préparait alors à lui mettre une tarte dans la figure lorsqu’Hervé et Nicolas se mirent devant elle comme pour l’arrêter ou la protéger …

O – Oh mais qu’ils sont gentils, les deux toutous !
N&H – Viens Sissi, on y va !
S – Oui, vous avez raison ! Ca commence à sentir le pourri, ici !
O – Ca y est ! Tu avoues enfin qui tu es ! Tout simplement de la pourriture ! Allez, j’me casse, on m’attend !

Fin du flash-back.


M – Je vois le genre !

C’est alors que le portable d’Odd sonna.

O – Oh, ce n’est pas vrai ! Qui est l’idiot qui ose m’appeler dans un moment pareil ? Allo … Oui, Jérémie ?
J – Odd, X.A.N.A. passe à l’attaque ! Préviens Ulrich et rejoins-nous à l’usine !
O – Ok, j’arrive …. Dit-il d’un ton las … Désolé Mélanie mais, je vais devoir partir.
M – Déjà ? Bon, d’accord … Mais, attend deux minutes, encore !
O – Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il y a ?
M – Je … Je sais que c’est peut-être un peu trop tôt pour te dire ça mais … Quand je t’ai vu pour la première fois, je n’ai pas pu arrêter de penser à toi … Je rêve tout le temps de toi et … Odd … Je crois que … Je crois que je t’aime …

A ces mots, Odd déglutit tellement lentement qu’il crut s’étouffer et Mélanie rougit tellement fort qu’on l’aurait cru enfermée dans un four allumé à 220°C. Odd, ayant toujours du mal à y croire, fit semblant de tomber dans les vapes …

C’est alors que Mélanie réagit au quart de tour en le rattrapant dans ses bras. Le plan d’Odd marchait à la perfection.

M – Odd !
O – Ca va, je vais bien …

Leurs visages n’étaient qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Bien que ca soit difficile, Odd et Mélanie rougirent de plus belle …

O – Mélanie … Moi aussi, je t’aime … Dit-il d’une voix calme et rassurante.

C’est alors qu’il l’embrassa passionnément, langoureusement, fougueusement, amoureusement et avec plein d’autres adjectifs que je ne saurais décrire. Un baiser long et inoubliable, le premier baisé !

Artémis
24/06/07 à 20:40
C'est mimi tout plein!!!!Ahlala l'amour...Odd est tombé dedans à pieds joints^^
Pas de fautes, les descriptions sont suffisantes...mais, il manque un truc. Un objectif à la fic. On sait quoi redouter, quoi soutenir (voire qui...). C'est, ça reste bref. Pas d'intrigue. Seulement le titre qui pourrait nous indiquer tout simplement qu'il va y avoir de la casse dans les couples. Ensuite, on pourrait se demander lequel des couples casserait. Comme suspens, bah...^^
Peut-être que Mélanie va rejoindre l'équipe des Lyokoguerriers? On commence à le savoir dans les fics avec des nouveaux persos^^Bon, oui, je sais, je sors^^ :arrow:
Juste une pointe d'originalité quoi...un truc qui change de d'habitude.

spidernico
24/06/07 à 20:45
"Artémis" a écrit :
il manque un truc. Un objectif à la fic. On sait quoi redouter, quoi soutenir (voire qui...). C'est, ça reste bref. Pas d'intrigue. Seulement le titre qui pourrait nous indiquer tout simplement qu'il va y avoir de la casse dans les couples. Ensuite, on pourrait se demander lequel des couples casserait. Comme suspens, bah...^^
Peut-être que Mélanie va rejoindre l'équipe des Lyokoguerriers? On commence à le savoir dans les fics avec des nouveaux persos^^Bon, oui, je sais, je sors^^ :arrow:
Juste une pointe d'originalité quoi...un truc qui change de d'habitude.


Tu verras bien dans la suite de la fic ... L'intrigue va bientôt arriver .... Patience ... :D

Pour la touche d'originalité, je verrai aussi !

spidernico
24/06/07 à 20:50
"Artémis" a écrit :
Tout comme le flash-back sur le permier baiser Yumi-Ulrich

Ah ... C'est vrai ... Va falloir que je le case dans la fic ....
Ca viendra !

spidernico
25/06/07 à 14:08
Bon, allez, je vais tenter une suite. Je n'ai pas trop d'inspiration en ce moment donc ca risque de ne pas être génial ...



Pendant ce temps, à l’usine :

J – Bon, qu’est-ce qu’ils nous font, Odd et Ulrich ? Ca fait un quart d’heure qu’on attend !
Y – Odd doit être en train d’embrasser sa petite amie mais pour Ulrich, je ne sais pas trop ….
J – Bon, tant pis ! Je vous virtualise, ils vous rejoindront ! Descendez à la salle des scanners !
A ; Y : OUI, CHEF !

J – Transfert Aelita! Transfert Yumi! Scanner Aelita! Scanner Yumi! Virtualisation!

Nos trois amis arrivèrent sur Lyoko et tombèrent lourdement sur le sable chaud du territoire Désert.

A – Où se trouve la tour activée, Jérémie ?
J – 52° Ouest, 24° Nord ! Je vous envoie vos bécanes !

C’est alors qu’un overwing et un overboard se matérialisèrent sur Lyoko.

Au collège :

Odd était sorti de la chambre de Mélanie quand il entendit un cri strident provenant de cette direction. Odd y retournât alors en quatrième vitesse. Croyant que c’est un coup de X.A.N.A. et ne sachant pas à quoi s’attendre, il commença par regarder par le trou de la serrure puis ouvrit la porte violemment. Il vit dans la chambre Ulrich, tenant un sabre pointé sur Mélanie et cette dernière enfouie sous son bureau, complètement apeurée. Sa première réaction était de sauter sur Ulrich, qui le renvoya contre le mur sans trop le blesser. Apparemment, sa principale proie était Mélanie. Odd, un peu affaibli, appela Jérémie pour lui donner l’état de la situation…

Chapitre 2 : Sauvetages.

O – Jérémie, s’il te plait décroche, bon sang ! (Au bout de 4 sonneries)
J – Odd ? Qu’est-ce que tu ….
O – Jérémie ! Ulrich est possédé par X.A.N.A. ! Et il s’attaque à Mélodie, avec un sabre à la main ! Je vais le retenir le plus longtemps possible, mais dépêchez vous de désactiver la tour avant qu’elle et moi ne partirent à l’hôpital ! Aaaah !
J – Odd ? ODD ! Les filles, Odd est en mauvaise posture ! Il faut se dépêcher !
Y (les filles avaient entendu la conversation téléphonique) – On sait ! On va faire au plus vite possible !

Odd venait de recevoir un éclair provenant de la main d’Ulrich. Il était inconscient …. Ulrich avait alors les mains libres pour abattre Mélanie. Mais dès qu’Ulrich se retourna, il vit que Mélanie s’était enfuie pendant ce temps là. Il se mit alors à sa poursuite. Mélanie, quand à elle, se dirigeait vers le parc, en courant et sans trop savoir où elle allait. Puis, se trouvait devant elle une plaque d’égout, celle que nos héros prennent habituellement pour se rendre à l’usine. Sans le savoir, elle descendit dans les égouts, et, guidée par son intuition se dirigea en direction de l’usine. Ulrich était toujours non loin d’elle et commençait à gagner du terrain.
Du côté d’Odd, il venait de se réveiller dans la chambre de Mélanie et s’apercevait de l’absence de cette dernière et d’Ulrich. Il se mit alors à appeler Mélanie sur son portable :

O – Allo, Mélanie ? T’es où ?
M – Odd ! Je suis en train de courir sur un pont menant à une vieille usine plutôt désaffectée… Ulrich est toujours derrière moi et il commence à me rattraper…
O – Sur un pont ? Une vieille usine ? Bon, écoute-moi ! Tu vas entrer dans l’usine et descendre au Rez-de-chaussée grâce à une des cordes qui sont devant toi.
M – Et ensuite ?
O – Tu entres dans le monte-charge qui se trouve devant toi et tu le fais descendre à l’étage du dessous. Tu y trouveras Jérémie. Dis-lui que c’est moi qui t’ai envoyé ici et explique lui ta situation !
M – D’accord. Je suis dans le monte-charge. Mais, au fait, comment sais-tu tout ca ?
O – C’est une longue histoire …. Je t’expliquerai plus tard. Contente-toi de faire ce que je te dis, je vais essayer de te rejoindre.
M – Ok … Fais attention à toi ! Je t’aime.
O – Moi aussi, mon amour… Moi aussi.

Odd partit alors en direction de l’usine.

Pendant ce temps, sur Lyoko :

Trois mantas venaient d’apparaître sur le territoire Désert, pour bloquer le passage à nos amies.

J – Attention, trois mentas en approche ! Elles viennent du Sud-ouest de votre position. Il faut vous dépêcher, les filles, Mélanie est ….

A ces mots, Mélanie venait d’entrer dans la pièce.

M – …. Là …. Continua-t-elle. Mais, je suis là mais je suis où, en fait ? Jérémie !
J – Je veux d’abord savoir comment as-tu fait pour arriver ici.
M – C’est Odd qui m’a guidé jusqu’ici par téléphone. Ulrich me poursuit avec un sabre à la main et….
J - … et essaie de te tuer, c’est ça ?
M – Euh… bah oui …

C’était maintenant au tour d’Ulrich, toujours possédé par X.A.N.A., d’entrer dans la pièce.

J – Oh, non …. Les filles, faites vite ! Ulrich est là et s’apprête à nous tuer …

Sur Lyoko :

Y – On sait bien, Jérémie mais ces mantas sont plutôt coriaces …

Puis, les mantas commencèrent à pondre des mines volantes alors que les filles approchaient de la tour …

A – Il manquait plus que ca !
J – Odd est dans le monte-charge ! Il va venir vous aider dès que possible.
A – Eh bah, qu’il se dépêche, alors ! Ca sent mauvais ici !

Aelita venait de recevoir un des tirs d’une Manta, ce qui dévirtualisa son overboard. Puis, elle commença à tomber en chute libre, manquant de faire exploser une mine volante.

Vallone
25/06/07 à 14:33
Haha! Je le savais!! :p :p Je suis devin en ce moment pour deviner qui va se faire posséder par Xana! Ulrich en a vraiment après Mélanie, quelque chose me dit que Mélanie en sait quelque chose sur Xana... Bon allez continue vite!!

Mya2
25/06/07 à 15:50
Bon,je viens de lire toute ta fic à l'instant et je la trouve vraiment épatante :)
T'es un vrai expert en amour car les relations et les déclarations entre les couples sont tellement formidables qu'on croirait se perdre dans l'histoire :oops:
Waw,Ulrich est vraiment en pétards après Mélanie.........dépêchez-vous,vous autres sur lyoko sinon,Ulrich pourra bien faire un malheur.J'imagine que même un retour vers le passé,ne fera pas oublier à Mélanie,ce qu'elle a vu dans l'usine.
C sûr qu'elle sait quelque chose sur Aelita vu que le prénom de cette dernière lui semble familier.
De toute façon,on saura ce qui va se passer lors de ta prochaine suite.
Bravooooooooooooooooooooooo :D

spidernico
25/06/07 à 15:59
Content que ça vous plaise ! Je vous posterai une suite ce soir si possible car, pour l'instant, moi et mon groupe sommes en concert et je dois y aller ... Toujours à la batterie, bien sur ! Mais je ne vous oublie pas !

Artémis
25/06/07 à 18:57
"Liquid Funk" a écrit :
"Artémis" a écrit :
C'est mimi tout plein!!!!Ahlala l'amour...Odd est tombé dedans à pieds joints^^

http://pix.nofrag.com/6d/98/bfc862e6e7d422d9f66205c62d59.jpg

"Artémis" a écrit :
Pas de fautes, les descriptions sont suffisantes...mais, il manque un truc. Un objectif à la fic. On sait quoi redouter, quoi soutenir (voire qui...). C'est, ça reste bref. Pas d'intrigue. Seulement le titre qui pourrait nous indiquer tout simplement qu'il va y avoir de la casse dans les couples. Ensuite, on pourrait se demander lequel des couples casserait.

http://pix.nofrag.com/6d/98/bfc862e6e7d422d9f66205c62d59.jpg

"Artémis" a écrit :
Comme suspens, bah...^^
Peut-être que Mélanie va rejoindre l'équipe des Lyokoguerriers? On commence à le savoir dans les fics avec des nouveaux persos^^Bon, oui, je sais, je sors^^ :arrow:

http://pix.nofrag.com/6d/98/bfc862e6e7d422d9f66205c62d59.jpg

"Artémis" a écrit :
Juste une pointe d'originalité quoi...un truc qui change de d'habitude.

http://pix.nofrag.com/6d/98/bfc862e6e7d422d9f66205c62d59.jpg


Eh!!Dis donc Liquid Funk...tu rates pas une occasion de m'embêter^^
Et bis c'était bien la suite!!!Mélanie est dans de beaux draps, au début, j'ai eu peur pour elle, je me demandais ce qui se passait^^
Bon, bah, c'est mieux et rassure toi, c'est pas parce que je critique ta fic que je ne l'aime pas au contraire!!!Ton style est aisé et c'est toujours bien d'avoir une tite lecture, pour ça que j'adore le coin "romance", je me charge en histoires d'amour^^...et la tienne est très réussie, tu sais. Maintenant, j'attends la suite. Mais que va-t-il se passer??

spidernico
27/06/07 à 16:47
Bon, je suis désolé mais, en plus de manquer cruellement d'inspiration, ma ligne internet est coupée pour un petit moment et mon ordi est chez le réparateur ... Pour le moment, je vous parle à partir d'un cyber-café. Donc, pas de suite pour le moment (en tout cas, pas par moi ...)

spidernico
27/06/07 à 22:27
J'ai demandé à Artémis de vous préparer une suite en attendant la fin de mon problème donc, ca devrait pas tarder. Le temps qu'elle m'envoie ça et que je la lise avant de la poster.

Artémis
27/06/07 à 23:09
ATTENTION: L'auteur de cette fic a des problèmes de connection et m'a donc demandé de le remplacer le temps du problème. Merci de votre compréhension, à vous lecteurs.

Voici la suite, lue et approuvée par l'auteur:

J-Aelita !Je reprogramme l’overboard, Odd prépare toi!Transfert Odd…scanner…virtualisation !Tiens bon Aelita !
Y-Aelita !

Yumi évitait les tirs et essayait d’atteindre Aelita avec son overwing. Mais un tir de manta dévritualisa également le véhicule. Yumi tombait avec la jeune fille virtuelle.

O-Tenez bon les filles !Le sublime Odd arrive !
Y et A-Odd !Laisse l’humour de côté pour l’instant et aide nous !

Odd tira une flèche sur Yumi ce qui la ramena dans le monde réel. Il fonça sur Aelita qui approchait dangereusement de la mer numérique. Il la devança et l’humanoïde retomba sur l’overboard. Soulagée, elle s’accrocha à Odd qui faisait route vers le plateau le plus proche.
Sur Terre, Jérémie s’était fait projeté hors de son siège. Ulrich avançait vers lui de manière menaçante. Le sabre à la main, il le pointa à la gorge du petit génie qui déglutit difficilement. Mourir de la main d’un ami possédé par une entité maléfique était sûrement la pire des choses qui pourrait lui arriver. Il espéra juste au moment où Ulrich levait le bras pour le poignarder en plein cœur que quelque chose interviendrait. Jérémie ferma les yeux. Quelques secondes plus tard, le coup n’étant pas arrivé, il rouvrit les yeux. Le samouraï gisait par terre, assommé. Derrière lui se trouvait Mélanie, une barre de fer à la main.

M-Vite Jérémie, je ne sais pas ce que tu dois faire, mais dépêche toi !

Le petit génie se releva tandis que la jeune fille surveillait Ulrich qui commençait déjà à s’éveiller. Jérémie entra le retour dans le passé, prêt à être activé.

Sur Lyoko, Aelita atteignait la tour pendant qu’Odd s’occupait des mantas.
Jérémie entendit un bruit sourd. Mélanie était à terre, sonnée. Ulrich s’approchait à présent de lui. Le code « LYOKO » fut entré. Ulrich retomba sur le sol, à côté de Mélanie. Yumi venait de revenir des scanners. Elle se précipita vers eux. Jérémie activa le retour vers le passé qui engloba Paris.

U-Et j’ai failli tuer Einstein ?
O- Ouaip !
U-Ouah…(à Yumi) je t’ai pas fait de mal à toi, j’espère?!
O-Bah, c’est gentil !Et moi? Toi aussi, tu m’as assommé !
Y-Non, ça va ne t’en fais pas, et puis le retour dans le passé a réglé les choses.
M-Je n’ai aucun souvenir…pourquoi ?
J-Pour…euh (il échangea des regards inquiets avec ses amis, ils avaient oublié Mélanie, elle n’est jamais allé sur Lyoko) bah…disons que…c’est un nouveau jeu, on te montrera !
M ( très septique) Ah ok…je croyais que ça c’était vraiment passé…
O-Mais non, sinon…on pourrait pas !
M-Oui, c’est vrai…je suis bête. N’empêche…j’ai bien dormi alors. Et j’ai fait un drôle de rêve.
Y-Tu nous raconteras !Bon, Ulrich, tu viens ?
U-Oui, j’arrive.
O-Ouh, les amoureux !Vous allez vous bécoter dans le parc ?
M-Odd !Laisse les un peu!Viens donc un peu par là…

Mélanie traîna alors un Odd abasourdi vers la sortie. Yumi et Ulrich firent de même.
Les deux amoureux s’enfuirent vers la chambre d’Ulrich et Odd. Le jeune brun referma la porte doucement. Yumi eut un rire amusé.

Y-Qu’est-ce qui te passe par la tête ?

Ulrich ne dit rien mais alla vers son bureau où il prit quelque chose sans que Yumi ne le voie.

Y-Hein ? Qu’est-ce que tu manigances mon beau brun ?dit-elle en souriant d’un air tendre.

Ulrich s’approcha doucement d’elle, un air mystérieux sur le visage. Il lui prit le menton d’une main et lui caressa la joue.

U-Tu sais que jamais je ne t’aurais touchée, n’est-ce pas ?

Yumi perdit son sourire.

Y-Bien, bien sûr…pourquoi tu dis ça ?

Ulrich la souleva de terre en la prenant par le coup. Yumi hurla. Elle commença bientôt à étouffer.

Y-Mais qu’est-ce…que tu fais ? Ulrich !

Les autres entendirent le cri de Yumi et se précipitèrent dans la chambre.

O-Ulrich !Qu’est-ce que tu fais!
M- Repose là !
J- Oh non, pitié, faites qu’il ne soit pas encore possédé…
A-Ulrich !Refais surface! Tu peux le faire !
Y (le souffle coupé) Ulrich…s’il te…plait…je sais que tu m’aimes…tu ne peux pas me tuer…
Odd (avançant vers eux) Ulrich, repose Yumi par terre…

Ulrich sortit un couteau de sa poche et menaça Yumi avec. Celle-ci ferma les yeux de peur. Odd recula.

Y-Ulrich…je t’aime…pitié…mon…ange…

La pression sur le coup de la jeune Japonaise devint tremblante.

Y-S’il te…plait…rappelle toi…notre premier…baiser…

Les yeux d’Ulrich semblèrent se perdre au loin. Son esprit refit surface et il se rappela leur premier baiser.

Flash back :

Les 5 amis revinrent d’une mission sur Lyoko. Il était un peu plus de 14H. Yumi s’apprêtait à partir chez elle quand Ulrich la retint.

U-Dis Yumi…ça te dirait d’aller se promener ? Histoire de…prendre l’air. Il fait tellement beau.
Y-Hum…oui, pourquoi pas !

Ulrich soupira. Apparemment, son excuse pour être avec elle marchait bien. Ils saluèrent les autres et partirent en direction de l’Ermitage.

U-Tu te souviens de…enfin, je veux dire de…
Y-Oui, je…je m’en souviens. Quand on était enfermé.
U-Oui, ça…c’était…euh…
Y-Gênant…
U-Yumi, il faut que je te dise un truc…

Ils s’arrêtèrent. Le soleil était à son zénith en ce superbe après-midi. Yumi sursauta quand il lui prit la main tendrement.

U-Je voudrais te dire…que…que…
Y-Que ?
U-Que…(il regarda dans les yeux). Que tu es une fille formidable…

Le visage de Yumi s’adoucit. Ulrich lui caressa la joue et remonta jusqu’à ses cheveux et y glissa sa main. Il se baissa vers elle et lui chuchota ces quelques mots qui firent chavirer le cœur de la Japonaise : Je t’aime…
Yumi regarda Ulrich. Il avança son visage vers le sien. Leurs lèvres rentrèrent en contact. Un baiser long, tendre, puis passionné commença. La main d’Ulrich se posa sur les hanches de sa belle et Yumi entoura son cou de ses bras. Leurs lèvres se détachèrent et Ulrich embrassa Yumi dans le cou tendrement et quand il arrêta, il remonta à son oreille pour lui souffler à nouveau ces mots que Yumi adorait entendre : Je t’aime Yumi Ishiyama…
La belle Japonaise finit dans les bras du beau brun en murmurant un doux « Moi aussi ».


Voilà...ce sera la seule suite que je ferai puisque spidernico retourve son ordi demain. Lâchez les comms!! :p (il parait qu'elle est bien, c'est spidernico qui l'a dit^^).

Mya2
27/06/07 à 23:39
Ben oui,elle est vraiment bien :) super réusie,je dirais.
J'ai adoré la déclaration,c'était très beau et j'imagine qu'ulrich ne fera pas de bêtises en se souvenant d'un moment aussi fort.Quant à Mélanie,c'est sûr que cette fois-ci,elle ne se laissera pas berner dans le jeu du ''jeu vidéo'':histoire de marquer leurs activités sur lyoko.Elle vient à nouveau de voir un ulrich agressif,près à poignarder yumi..alors,pas question que nos amis lui racontent des bobards pour se sortir d'affaires.
Et ben oui,c'était bien réussi,Arté :D et c'est super que t'ait de nouveau ton ordi en bon état,Spidernico :D

spidernico
28/06/07 à 17:09
Bon, voilà une petite suite, comme je l'ai dit plus tôt, pas d'inspiration donc, c'est assez embêtant !


U – Yumi…. Je suis désolé … Il s’endormit aussitôt après avoir repris ses esprits et dit cette phrase.
Y – Ulrich… S’il te plait! Réveille-toi ! Ulrich !
J – Il a besoin de repos. N’oublie pas qu’il vient d’être possédé ! N’empêche, je me demande bien ce qui a pu se passer. Serait-ce encore un coup de X.A.N.A. ? Non, impossible ! Le super scan m’aurait prévenu !
A – C’est très bizarre !
O – Tu l’as dit !
A – Bon. Laissons-le se reposer, pour l’instant. On verra bien quand il se sera réveillé.
M – Euh, pendant que j’y suis … Vous pourriez m’expliquer tout ce qui s’est passé ? Le fait qu’Ulrich soit possédé et que vous ayez l’air d’en connaître un rayon …

Tout le monde avait oublié que Mélanie était avec eux et qu’elle ne savait pas encore pour Lyoko … Après un accord commun, Jérémie voulut lui expliquer tout mais …

M – Euh … Si tu permets, je préfèrerais que ce soit Odd qui m’explique… On va dire que tes explications ne sont pas très claires même si pour toi, elles le sont …
J – Ok, comme tu veux ! Odd, à toi l’honneur !
O – Euh … Si ca t’embête pas, J’aimerais bien qu’on le fasse plus tard parce que … Il est midi et demi et … j’ai faim, moi !
Y – Ah, oui ! On avait oublié de te dire qu’Odd est un vrai goinfre et que quand c’est l’heure de manger, il ne pense qu’à son estomac !
M – Pas grave ! Tu m’expliqueras tout ca au réfectoire ! Allons-y sinon, Odd risque de mourir !

Ils partirent alors en direction du réfectoire, en riant sur la blague que Mélanie venait de sortir. Une fois arrivé à destination, ils prirent un plateau chacun, se servirent (Odd, trois fois plus que les autres, comme à son habitude !) et s’assirent à une table libre. Odd commença alors à expliquer à Mélanie tout ce qui venait de se passer.

O – Alors … Pour commencer, j’imagine que tu as du rêver d’un supercalculateur contenant un monde virtuel nommé Lyoko et d’un Ulrich possédé qui cherchait à te tuer, non ?
M – Exact. Mais comment sais-tu cela ?
O – Eh bien, ce n’était pas un rêve, c’était la réalité. X.A.N.A. existe bien. Le supercalculateur aussi !
J – En fait, X.A.N.A. est un virus qui ….

Et il commença à tout expliquer à Mélanie. Puis, une fois les explications terminées :

M – C’est un truc de fou !
A – Exact ! Mais ce qu’on ne sait pas, c’est pourquoi et comment Ulrich a pu redevenir possédé après le retour vers le passé sans une nouvelle activation de tour de la part de X.A.N.A. ….

C’est alors qu’Ulrich entra dans le réfectoire, et s’installa à la table de ses amis après s’être servi de quoi manger.

U – Salut !
Y – Tiens, tu es déjà réveillé !
U – Ouais. Et le plus bizarre, c’est que je me souviens de tout ce que j’ai fait même quand j’étais possédé ! Qu’est-ce qu’il y a, Odd ? Pourquoi tu me regardes dans les yeux comme ça ?
O – Pour vérifier si tu étais encore possédé. Mais apparemment, tout est nickel ! Au fait, Mélanie est au courant pour Lyoko et X.A.N.A.
U – Ah ok ! Alors, on peut parler librement sans encombre !
M – C’est moi l’encombre ? Sympa de ta part !
O – RÔÔÔH mais il riait, la puce !
M – J’espère bien !
U – Mais, oui, je riais ! Je ne voulais pas te vexer ! Désolé !
Y – T’inquiète pas ! Je le surveille ! Si par hasard, il voulait te vexer, je lui aurais fait sa fête !
M – Merci, c’est sympa de ta part ! Cette fois-ci c’est sincère !

Ils finirent alors de manger, toujours dans la joie et la bonne humeur. Puis, ils se rejoignirent dans la cour et s’assirent sur leur banc habituel.

U – Bon, comme on est Dimanche, on a l’après-midi libre !
J – Et, si tu veux vraiment faire partie de la bande, y’a un dernier test à passer ! Celui de la Virtualisation sur Lyoko ! Mais on verra ça lors de la prochaine attaque de X.A.N.A. En attendant, promets-nous que, quoi qu’il arrive, tu garderas le secret à propos de X.A.N.A.
M – Promis, juré, craché !
J – Ok, y’a plus qu’à attendre la prochaine attaque de X.A.N.A. !
O – Dites, comme on est Dimanche et qu’on a le droit de sortir, ça vous dirait un petit cinoche ? X-Men 3, ça vous va ? Ils le repassent cet après-midi !
Tous – OUAIS ! Direction le cinéma !

Artémis
28/06/07 à 17:14
Super suite!C'est vrai que ça se sent quand tu écris que tu n'as plus d'idée...il faudrait que je te parle^^(par MP bien sûr).

EDIT: Bon, c'est officiel (non, c'est pas ce que vous pensez^^) mais j'aiderai spidernico pour sa fic. Un duo quoi^^Voilà...vous êtes prévenus! :p
J'espère que je vous satisferai autant que spidernico!

Mya2
28/06/07 à 23:39
Ben,cette suite était cool et très amusante :) Mélanie sait tout maintenant et c'est mieux comme ça.Pour ulrich,il reste un mystère à éclaircir du fait qu'il soit de nouveau possédé après le retour vers le passé.Il est redevenu normal en rejoignant ses amis,mais ça nous explique pas beaucoup sur ce qui s'est vraiment passé.
On peut dire qu'à part ça,tout va pour le mieux.
c'est toujours un plaisir de lite ta fic
Bisousssss :D :)