Histoire : Quand les parents s'en mêlent !


Score : 10 sur 10 (10.0/10)   [2 notes]

Donner une notre :

Taille du texte :

Imprimer cette histoire

Écrite par Lisa le 07 février 2006 (8715 mots)

Yumi marche seule sur le trottoir désert. C’est la fin des cours et elle rentre chez elle. Encore une journée banale de cours ! En ce moment, Yumi n’a pas le moral : les attaques de XANA se multiplies, Sissi la nargue beaucoup, Jérémie ne leurs fait que des reproches, Ulrich est de plus en plus souvent jaloux de William et pour couronner le tout, ses parents l’engueulent pour un rien ! Non, en ce moment Yumi n’a vraiment pas le moral. Elle arrive devant chez elle. La jeune japonaise soupire longuement et entre dans sa maison. Ses parents sont assis sur la table à manger de la cuisine qui se trouve en face de la porte d’entrée. Yumi remarque qu’un garçon est avec eux : a première vu, on peut déjà distingué qu’il est d’origine asiatique avec sa taille et son élégance que n’on que les chinois ou les japonais. Ses cheveux sont noirs et longs en queue de cheval, ses yeux sont plissées et d’une couleur brune assez foncée. Il est habillé d’un fin pull noir avec un par dessus rouge en tee-shirt, son pantalon est large et noir qui lui couvre à moitié ses pieds et il est chaussé de tongs typiques chinoise. Son père se lève
- Voici Yeng-shi, le fils d’une famille chinoise
Celui-ci se lève et va chez Yumi puis lui tend la main
- Enchanté ! Dit Yeng-shi d’une voix fragile
- De même ! Répond Yumi en lui serrant la main mais peu convaincue de sa venu ici
- Yumi, continue Mme Ishiyama en se levant, Yeng-shi va rester un peu chez nous !
- Pourquoi ? Demande Yumi
- La tradition, oblige ! Explique M Ishiyama d’un ton peu commode, c’est la première étape d’un couple avant le mariage des deux personnes !
Yumi reste de marbre, pétrifié par cette nouvelle
- Le quoi ?
- Tu as très bien entendu ! Répond Mme Ishiyama d’un ton froid et sec
- Mais... Je n’ai que 14 ans ! Se défend Yumi autant quelle peu, en plus je suis inscrit au collège Kadic et...
- Notre décision est prise ! Coupe M Ishiyama très sévèrement, dans quelques semaines, tu vas te marier à Yeng-Shi !
- Je suis sur que je serai un époux parfait ! Console Yeng-Shi en affirmant un sourire radieux sans aucun effet sur Yumi
Celle-ci a les larmes aux yeux : le mariage... pourquoi pas le cimetière pendant qu’ils y sont ! Elle reste immobile. Plus rien n’a d’importance en cet instant, elle a mis 3 ans pour s’intégrer dans un groupe et ses parents on mis 3 secondes pour tout faire écrouler ! Yumi a la tête baissée, les points serrés le long du corps. Hiroki a tout entendu depuis le salon séparé par les meubles de la cuisine. Il sort de sa cachette et va vers Yeng-Shi. M, Mme Ishiyama et ainsi que Yumi lève les yeux vers le petit garçon qui est posté devant le jeune asiatique. Que prépare-t-il ? Hiroki lance d’une voix forte et déterminée
- Tu ne te marieras jamais à ma sœur espèce de sale prétentieux ! Elle aime quelqu’un d’autre alors dégage !
Jamais Hiroki n’a parlé comme ça en présence de ses parents de peur de se faire punir. Yumi en est impressionné. M et Mme Ishiyama par contre sont très en colère. Ils vont tous les deux chez Hiroki mais Yeng-Shi leurs en empêche avec un signe de la main
- Ca va aller, je m’en occupe ! Il s’accroupit pour être à la taille de Hiroki et lui caresse les cheveux avec sa main. Tu es très drôle jeune homme, continue Yeng-Shi d’une voix douce et sympathique, tu veux un bonbon ?
Pour toute réponse Hiroki enlève violemment la main de Yeng-Shi de ses cheveux et répond avec la voix forte et colérique
- TU NE TOUCHE PAS A MA SUR !! Tu veux que je te le dise en chinois peut-être ? Tao chi capuninaï tolo y séneï !
Puis Hiroki lui donne un violent coup de pied aux genoux de l’invité. Celui-ci cris et se remet debout en vitesse. L’auteur de sa colère va se réfugier chez sa sœur. Yeng-Shi va vers Hiroki d’un pas méfiant mais Yumi intervient
- Mon frère n’a rien à voir avec cette histoire alors laisse le tranquille !
M Ishiyama va chez sa fille et lui donne une grosse gifle !
- Tu te marieras que tu le veuille ou non ! Crie M Ishiyama en expulsant toute sa colère
Yumi court lance un regard remplis de reproche à ses parents et court traverser l’escalier en pleurant toute les larmes de son corps puis va se réfugier dans sa chambre en claquant la porte. La jeune japonaise saute sur son lit, met sa tête dans son oreiller et crie longuement. Un étage plus bas, Mme Ishiyama allée monter s’expliquer avec sa fille quand Yeng-Shi tend son bras devant la mère
- Attendez Hay-lin, je vais lui parler !
Yeng-shi monte à l’étage supérieur et pénètre dans la chambre de Yumi : celle-ci est dans la même position qu’avant. L’intrus s’assoit près d’elle et lui caresse les cheveux d’un mouvement doux et léger
- Tu sais Yumi, je ne veux que ton bonheur !
La jeune japonaise se lève et s’assoit près de Yeng-shi puis pointe son doigt vers l’invité
- Ecoute Mr Casanova, on ne forme ni un couple, ni une famille, ni un groupe d’amis !!
Yeng-shi sourit
- De toute façon tes parents sont avec moi et pas avec toi ! De plus, je suis inscrit au collège Kadic avec toi !
Yumi sent un gros nœud dans son ventre, Yeng-shi dans le même collège qu’elle : ça c’est le bouquet !
- Bon je te laisse ! Termine Yeng-shi
Puis il s’en va de la pièce. La jeune japonaise se lève et claque la porte d’une force qui décrit toute sa colère. Elle fixe le téléphone portable posé par terre à côté de son lit. Appeler Ulrich ?
Elle ne sait pas si c’est une bonne idée : déjà qu’il est méga jaloux de William et elle alors qu’ils ne sont qu’amis, si il apprend qu’elle doit se marier il ferai une crise cardiaque ! Pourquoi pas Aëlita ? Mais elle ne sait pas ce qu’est le mariage et tout ce qui va avec ! Jérémie ? Nan, en ce moment il a plus de saut de tension qu’une pile électrique ! Le dernier sur la liste est Odd, lui il comprendra ! Après tout, c’est son pote depuis longtemps et c’est pratiquement le seul à n’avoir pas de problème particulier. Yumi s’avance près du portable, le prend et compose le numéro de Odd avec les doigts tremblants. Le petit bruit qui se fait entendre au début de l’appelle ne fait que la stressée d’avantage. Une voix familière finit par ce faire entendre
- Allo ?
- Odd ? C’est moi Yumi, j’ai un problème ! Un gros problème ! Sa voix est tremblante
- Pourquoi tu chuchotes ? Demande le farceur
- Faut pas que mes parents m’entendent ! Le son de sa voix définie bien sa peur et sa tristesse
- Ok mais alors c’est quoi ton problème ?
- Euuuh... Déjà tu peux m’héberger dans ta chambre maintenant pour cette nuit ?
- Mais... C'est-à-dire que...
- C’est une question de vie ou de mort ! Supplie la japonaise, je t’expliquerai quand je serai venue !
- D’accord ! Tu seras là quand ? Questionne Odd
- D’ici... (elle regarde sa montre) un quart d’heure, vingt minutes !
- Ca marche !
- Merci Odd t’es un vrai pote ! Remercie Yumi, et en faite, faut pas que Ulrich me voit ! Eloigne-le !
- D’accord c’est... QUOI ? Mais comment je...
Trop tard, le son du téléphone explique que Yumi a déjà raccrochée. Celle-ci réfléchie : comment faire pour sortir d’ici inconnito ?

Yumi a une idée : la fenêtre ! Bon sang pourquoi elle n’y a pas penser avant ? Elle prend sa couverture et la jette par terre. Ensuite, Yumi enlève son drap du lit et prend la couverture puis fait un nœud pour les faire tenir. Quand cela fut finis, elle prend le bout du drap et l’accroche à la poignée de l’armoire : pourvu que ça tienne ! Pour plus de sécurité, elle ferme l’armoire à clef. La japonaise ouvre la fenêtre, prend le tas de la couverture et du drap et balance le tout par la fenêtre. Yumi regarde par celle-ci : c’est bon, c’est assez long pour qu’elle puisse descendre. Elle met sa veste accrochée à la chaise de son bureau et va à la fenêtre. Yumi passe un pied doucement dehors et le pose contre le mur en appuyant fort dessus. Des sueurs coulent de son front. Maintenant, elle empoigne solidement le drap de ses deux mains puis passe l’autre jambe par-dessus la fenêtre et pose son autre pied contre le mur et décent d’un mètre : la voici complètement dehors ! Yumi regarde en bas : c’est quand même haut ! Elle décent légèrement ses mains jointent et accroche ses pieds rapidement à la couverture de peur de tomber. Yumi se laisse glisser petit à petit jusqu’à ce quelle arrive au bout de la couverture. Il y a encore un mètre à descendre, la japonaise se laisse tomber et atterrit sur ses pieds au sol. Elle s’accroupit et avance doucement jusqu’à la grille qui sépare le jardin de la route. Yumi se couche au sol et rampe au sol au dessous de la grille : la terre est humide et sale. La japonaise voit que l’herbe bouge : un insecte ! Elle avance plus vite de peur qu’un insecte lui saute à la figure ! L’obstacle terminé, Yumi se lève et court jusqu’au collège en espérant que personne ne l’ai entendu ou vus. De son côté, Odd cherche Ulrich dans le couloir : il a trouvé une idée ! Le blondinet l’aperçoit puis court à sa rencontre
- Ulrich ! Tu sais l’examen de bio ?
- Oui ?
- Eh ben je me suis arrangé pour que Jérémie t’aide à réviser et tu peux même dormir dans sa chambre !
Ulrich le regarde d’un regard surpris
- C’est quoi l’embrouille ?
- Rien du tout vieux !
- Alors c’est d’acc ! Accepte Ulrich
- Ok ! Et t’es affaire son déjà chez Jérémie !
- Quoi ?
Pas le temps de s’étonner plus que Odd pousse déjà Ulrich jusqu’à la chambre de Jérémie. Une fois fait Odd s’en va avant d’ajouter
- Eh Ulrich, ne rentre surtout pas dans notre chambre !
- Pourquoi ? Demande t-il
- Parce que... Euuuh... Je fais le tri de mes chaussettes sales ! Ment Odd avec son super sourire
- Ok, bonjour l’odeur ! Remarque Jérémie
Puis Odd claque la porte. Il court jusqu’à sa chambre et ferme à clef pour plus de sécurité. Dehors, Yumi court le plus vite possible : ses bruit de pas résonne sur les dalles du trottoir dans le noir de la nuit. C’est malin ! Elle aurai pus emmenée un lampe torche ! Yumi respire difficilement accose de la fatigue et de la peur. De la fumée sort de sa bouche : il fait froid ! La japonaise aperçoit un lampadaire : c’est celui du collège ! Yumi accélère et aperçoit la grille du collège. La japonaise s’arrête et l’escalade difficilement mais réussi à pénétrer dans le collège. Elle regarde sa montre : 18h35 : la porte principal est encore ouverte. La japonaise marche jusqu’à celle-ci et l’ouvre doucement. Le couloir est désert. Yumi court à l’étage des chambres puis se cache derrière un mur : il ne faut pas qu’elle se fasse repérer ! Elle laisse faire apparaître sa tête et regarde le couloir : personne ! La jeune japonaise court jusqu’à la chambre de Odd et Ulrich puis toque à celle-ci. Une voix étouffée par la porte se fait entendre
- C’est qui ?
- C’est Yumi ! Chuchote celle-ci
Un bruit de clef s’entend et la porte s’ouvre : Odd affiche un sourire
- Entre !
Yumi entre dans la chambre, Odd regarde une dernière fois le couloir puis ferme à clef. Yumi se laisse tomber sur le lit d’Ulrich
Odd s’assoit près de Yumi sur le lit
- Alors ?
- Alors quoi ? Demande Yumi
- Pourquoi est-ce que je dois t’héberger ?
Yumi se redresse du lit et soupire pour laisser échapper sa tristesse et se retourne vers Odd. Elle lui raconte toute l’histoire. Quand cela fut fait, Yumi éclate en sanglot. Odd l’enlace dans ses bras
- Calmos Yu. Ils n’ont pas le droit de te marier comme ça !
Yumi s’enlève des bras de Odd et lui répond d’une vois triste et déformée par l’émotion
- Bien sûr que si ! Au japon, les enfants peuvent se marier à partir de quatorze ans et c’est les parents qui choisissent le mari de leurs enfants
- C’est dégueulasse ! Rétorque Odd
- Nan, c’est les coutumes ! Grogne Yumi en insistant sur le mot coutumes avec un accent méprisant
Odd sourit mais en même temps, son expression du visage laisse apparaître son désespoir. Il se rend compte de la gravité de la situation, de la tristesse de son amie et de l’autorité parentale
- Odd, demande Yumi, t’as pas quelque gâteaux ou des trucs comme ça car j’ai plutôt faim !
Il regarde sa montre
- De toute façon vu l’heure qu’il est, tout le monde est à la cantine alors faut que je descende J’te chiperai à manger
- D’accord
Odd se lève, prend la clef et ouvre la porte quand Yumi l’appelle
- Eh Odd !
- Oui ?
- Merci ! Sa voix est douce
- De rien !
Yumi sourit à Odd et celui-ci le lui revoit avant d’ajouter
- Et pas besoin de fermer à clef, tout le monde est à la cantine !
Puis il ferme la porte laissant Yumi seul dans la chambre. Elle se lève et enlève sa veste trempée et sale accose de la terre. Odd marche dans le couloir désert puis décent l’escalier. Une porte d’une chambre s’ouvre lentement. Deux personnes sortent et l’une d’elle dit
- Ulrich, faut qu’on aille à la cantine !
- J’arrive ! Répond celui-ci, faut juste que j’aille chercher un truc dans ma chambre !

Pendant ce temps, Yumi se rassoit sur le lit de Ulrich. Une expression d'éttonnement se fait apparaître sur son visage. Elle sautille légèrement sur le lit
avec ses fesses : y a quelque chose en dessous ! Elle se lève et soulève le matelas, sur une des planches, se trouve une envelloppe. D'un geste de main hésitant
elle s'empare de l'objet. Yumi repose le matelas sur les planches et s'assoit dessus en examinant l'envelloppe. La japonaise la retourne et voit quelque
chose d'écrit sur le dos de l'envelloppe "Pour Yumi". C'est l'écriture d'Ulrich ! La tentation est forte : ouvre t'elle l'envelloppe ou pas ? Le choix est difficile. Yumi meurt d'envis de l'ouvrir et de découvrir le contenus de l'envelloppe mais ça ne serai pas sympas de sa part, ce serai comme fouiller dans ses affaires. En même temps, la lettre est pour elle nan ? Donc en quelque sorte elle lui appartient ! Mais Ulrich ne lui a pas encore donné. Finalement c'est la curiosité qui l'empore sur le raison, Yumi ouvre l'envelloppe et voit une feuille pliée en quatre. D'un mouvement peureux, la japonaise déplit la lettre et lie le contenue :

Chère Yumi



Je t'écris cette lettre pour te dire quelque chose qui me tient à coeur. Tu dois te dire que je suis u lâche que de ne pas te le dire tout simplement mais je ne peux pas. Ma timidité m'a empêché de te dire ses mots tendre qui peuvent basculé une vie en une seconde et qui fait le bonheur d'un couple : Yumi, je t'aime !

De pusi le jour où je t'ai vu j'ai tout de suite craqué par ta beauté. Quand j'ai su que tu avais un an de plus que moi, je me suis dit que j'ai aucune chance fasse à toi mais le temps en a décidé autrement. Nous sommes devenus des mais très proches mais quand William est arrivé, je me suis découragé. Il est trèsfort en sport et toute les filles l'adore puis il a le même âge que toi. Je t'avous que je suis jaloux de lui et que je n'ai pas confiance en ce gars

Voilà, je términe cette lettre en t'envoyant tous mon amour



Ulrich


Yumi est remplis d'émotion, Ulrich l'aime depuis le premier jour et non pas cette Sissi. La japonaise laisse verser quelques larmes sur ses joues telment la lettre est belle. Un bruit se fait entendre. Yumi retourne sa tête rapidement et sèche ses larmes. La poignée se baisse. Sans réfléchir, Yumi dit
- Odd, c'est toi ?
La porte s'ouvre et laisse apparaître Ulrich, ébahis de la présence de la jeune japonaise. Celle-ci ne bouge plus tellment un noeud dans son ventre se serre. Ulrich remarque que Yumi tient une lettre, sa lettre !
- Ul... Ulrich ! Mais... je... que fais-tu ici ?
- Je cherche l'objet de ta lecture ! Répond-t-il sèchement en croisant les bras
Yumi se lève rapidement du lit en laissant tomber la lettre sans rien dire
- Et toi ? Demande Ulrich avec un regart menaçant, tu fais quoi ici ? Tu fouille dans mes affaires ou bien tu as un rendez-vous avec TON William !
- Ulrich je...
- Laisse moi finir ! Son ton monte, pourquoi est-ce que tu es ici s'en venir m'en parler ! J'en ai marre moi que tu me dises plus rien ou que tu traîne avec William tout le temps et après tu as le culot de me dire que je traîne trop avec Sissi alors que je la vois que deux secondes par jours ?
Yumi gueule en larmes
- SI TU VEUX TOUT SAVOIR JE DOIS ME MARIER AVEC UN GARS NUL ET APRES JE DOIS PARTIR AU JAPON PUIS MES PARENTS ME DONNES DES BAFFES CAR JE PROTESTE !!!
Elle tombe à genoux en larmes. Ulrich conprenant la situation s'agenouille près d'elle et lui pose sa main sur son épaule. Yumi enlace tendrement Ulrich et lui dit en restant das sa position
- Je suis désolé mais je...
- Nan, c'est moi qui doit me faire pardonner, j'y suis allé trop fort et puis je me suis conduit comme un égoïste !
Yumi sourit
- En faite, chuchote -elle à l'oreille de Ulrich, j'ai adoré ta lettre !
Ulrich s'enlève des bras de Yumi et rougit
- Et tu... tu pence la même chose pour moi ?
La japonaise sourit et l'embrasse tendrement. Ulrich la plaque sur son lit et l'embrasse de plus en plus passionnément. Leurs langues fait augmenter leurs soifs d'amour. Ils sont tout les deux allongés sur le lit d'Ulrich, décider à faire durer cette instant

A la cantine, Odd est assit à une table à côté de Aëlita et en face de Jérémie. Tous les trois mangent le plat du jour : de la purée. Le blagueur proteste
- Berk ! Ca à le goût de tout sauf de purée !
- Même Aëlita ferra mieux à manger ! Répond Jérémie
Aëlita lance un regard noir au Einstein qui décent les yeux en faisant mine de ne rien voir. Odd prend une banane et la met dans sa poche de son pantalon
- Et Aëlita je peux te prendre ton brownies ?
- Euuuh... Bien sûr Odd ! S’étonne Aëlita
Le blondinet prend le gâteau et le met dans son autre poche du pantalon. Jérémie le regarde faire en montant un sourcil
- Tu fais quoi là ? Demande ce dernier
- J’prends de la nourriture pour Y... euh... Kiwi !
- D’accord, dit Aëlita sans en être convaincu
Odd prend la pomme de Jérémie sans demander la permission de celui-ci. Jérémie allait lui répondre quand Aëlita change de sujet
- En fait Jérémie, où est Ulrich ?
Odd ouvre grands les yeux puis prend son verre pour boire
- Il est allé chercher quelque chose dans sa chambre ! Répond Jérémie
Odd enlève son verre de sa bouche très rapidement et recrache toute son eau sur Jérémie ! Celui-ci lui crie dessus
- Odd ! Tu ne peux pas faire gaffe ?
Mais il n’écoute pas un mot de ce qui est dit. Le maladroit se lève rapidement
- Faut que j’y aille et vite !
Puis il s’en va vers la sortie
- Il ne s’excuse même pas ce...
- Il n’a pas fait exprès Jérémie ! Coupe Aëlita
Elle prend une serviette de son plateau et essuie le visage de Jérémie avec. Odd court vers la sortie de la cantine mais Jim lui barre le passage
- Alors M Della Robbia on fait des provisions pour l’hiver ?
- Nan M’sieur pas du tout je...
- Tu te moques de moi c’est ça ?
- Pas du tout ! C’est pour... Ulrich ! Il est malade et il ne peut pas aller à la cantine dons je lui apporte à manger !
- C’est ça ! Allez oust ! A votre place !
Odd s’en va vers sa place en marchant lentement et en souriant
- Tant pis mais si Ulrich est super malade ce sera de votre faute et vous aurez ses parents sur le dos !
Jim s’énerve puis soupire
- Ca va pour cette fois... Passe ! Répond Jim
Odd sourit sadiquement : sa combine a marchée ! Il court dehors puis entre dans le bâtiment du collège. Le blagueur traverse le couloir et monte l’escalier à toute allure. Il va à la porte de sa chambre puis s’arrête pour prendre son souffle. Il plaque son oreille contre la porte et remarque qu’il n’y a pas un seul bruits : bon ou mauvais signe ? Odd prend la poignée, la baisse et ouvre la porte

Il voit Ulrich debout et essoufflé. Celui-ci s’avance vers Odd et ce dernier recule
- Euh... Ulrich, j’allais te le dire pour Yumi !
- T’inquiète j’vais rien te faire ! Rassure Ulrich
- Ouf ! Soupire Odd
- Yumi ! Tu peux sortir de ta cachette c’est seulement Odd ! Dit Ulrich en regardant derrière la porte
La japonaise sort de sa cachette et va vers Odd
- On a entendu des bruits de pas alors on pensaient que c’était Jim ! Explique Yumi
- D’accord ! En faite je t’es apporté à manger !
- En parlant de manger, faut que j’aille à la cantine ! S’exclame Ulrich, y a quoi à manger ?
- De la purée ! Répond Odd
- Ok ! J’me sauve !
Puis il s’en va de la chambre en fermant la porte. Odd pose sur le lit la nourriture qu’il avait dans les poches de son pantalon
- Voilà ça te va ? Demande le blondinet
- Yes ! Dit Yumi en empoignant le brownies et en l’ouvrant avec rapidité
- Ben dis donc t’as faim toi ! On dirait que tu reviens du bagne ! Remarque Odd
- Chai pas le temps de manger ! Réplique Yumi, la bouche pleine
- J’ai une question, qu’est-ce que vous avez toi et Ulrich ?
- On chai expliqué tout les deux !
- Et est-ce qu’il le sait pour le mariage forcé ? Questionne le blondinet
Yumi baisse les yeux
- Oui il le sait ! A chaque fois que j’essaye de prendre du bon temps on me le rappelle constamment !
- Changeons de sujet ! Tu savais que...
Un bruit coupe Odd. La porte de la chambre s’ouvre et laisse apparaître Sissi
- Yumi ? S’étonne la pimbêche

Yumi et Odd reste de marbre. La commaire du collège est ici, juste en face d'eux. Sissi sourit sadiquement
- Tiens, tiens, la gotik, ici. Si mon père le sait...
- Nan, s'tepl ne lui dit rien ! Supplie Yumi, déséspéré
- D'accord mais à une condition...
- C'est du chantage ? Coupe Odd avec une voix pas commode du tout
- Evidemment ! Snobe Sissi, je t'interdis de traîner avec Ulrich ! Même je sais que tu l'aime, alors aussi de l'embrasser !
- Euuuuh... Hésite Yumi en rougissant
Odd se lève et brandis son poingt vers Sissi
- Toi je vais te...
La pimbêche sourit méchamment quand elle voit Yumi rougir
- Tu me caches quelque chose miss chinetok ! Dit Sissi
- Nan, je...
- Ca se voit quand tu mens ! Si tu veux rien me dire...
Sissi sort sa tête de sa pièce et crie
- PAPAAAA !
Odd la tire par le bras dans la chambre
- Tais-toi !
- Alors Yumi me dit ce qu'elle me cache !
La japonaise et assise par-terre avec des sueurs sur le visage : si elle dit à Sissi qu'elle a embrassé Ulrich, la mochetée va dire à son père qu'elle est ici mais si elle ne dit rien, c'est pareil ! Yumi soupire et finis par lâcher
- Ulrich et moi on c'est déjà embrassés !

Sissi afficha une sale tête qui laissait apparaître son expression de colère et de méchanceté. Elle n’arrivait plus à articuler un mot tellement l’étonnement lui bloque la bouche. Odd reste aussi sous l’étonnement, Yumi ne lui a rien dit du tout alors que c’est son amie. La japonaise reste immobile, son regard perdu dans le désespoir. Un silence de mort règne dans la chambre. Odd finit par prendre la parole
- Sissi, s’il te plait ne dit rien à ton père !
Celle-ci fronce les sourcils
- Tiens, j’vais me gêner !
Elle allait partir quand Yumi lui retient le bras
- Ecoute Sissi, si tu veux tout savoir, je dois bientôt me marier sous l’autorité de mes parents. Après j’ai téléphonée à Odd pour que je reste ici pour cette nuit mais je te promet que Ulrich n’était pas au courant ! Sa voix est larmoyante et son regard est comme celui d’un chien qu’on abandonne. Sissi se déride peu à peu. Yumi lâche le bras de Sissi et sèche une larme
- Va Sissi, tu n’as qu’à cracher ton venin et tes mensonges à ton père, personne ne te retient mais sache une chose : même si tu m’empêche de voir Ulrich, sache que tu ne m’empêchera pas de l’aimer et même si je déménagerai au Japon pour ne plus revenir ; toutes mes pensées de rages, de vengeances et de colères te seront destinée. Avec toi j’aurai toujours un gros bloc de pierre à la place du cœur et ça, rien ne le changera ! Maintenant tu peux partir en sachant ce qui t’attend !
Le regard de Yumi est frissonnant avec de la colère. Sissi tremble en repensant à ses paroles. Elle articule du mieux qu’elle peu
- D’accort, je ne dirai rien !
Puis elle ferme la porte en restant dans la chambre. Odd sens un peu de peur en lui : Yumi n’a jamais parlée comme ça avec un ton de voix aussi méchant. Celle-ci va vers la fenêtre et pose sa main sur la vitre. Il fait nuit noire et il pleut
- Je me demande vraiment si mes parents s’inquiètent pour moi...
Une larme coule lentement sur la joue de Yumi. Odd pose sa main sur son épaule
- Tu sais ils t’aiment et je suis sur qu’ils sont inquiet pour toi !
- Je me sens coupable d’avoir fui !
- Mais... c’est ton idée nan ?
- Je sais Odd mais... Hiroki est tout seul à la maison !
- Tu lui as rien dit ? Questionne Sissi
- Nan ! J’aimerai bien qu’il soit près de moi !
- Tu le veux vraiment ? Demande Odd
- Bien sur ! Affirme Yumi
- Alors fais le venir ici ! Propose Odd
Yumi se tourne vers lui rapidement en enlevant sa main de la vitre
- Mais... Y a pas assez de place, il se ferai repérer et puis... je sais pas si c’est une bonne idée !
- Pour la place il n’y a pas de problème ! Dit Sissi en, il y a plein de matelas au sous-sol, on en met 2 ici pour Ulrich et Odd et Hiroki et toi, vous dormez sur les lits !
Yumi et Odd se regardent
- Comment tu sais ça ? Demande Odd
- Je suis la fille du proviseur je te signale ! Explique t-elle en prenant une pause un peu snob
- Et pour le prévenir ? Questionne Yumi
- Euh... Bonne question ! Affirme Sissi
- Moi je sais ! Il a un portable ? Dit Odd
- Bien sur... que nan ! Répond Yumi
- Alors y a rien à faire ! Tranche Sissi
- On a qu’à demander de l’aide aux autres ! Propose Yumi
- Ok ! J’vais les chercher ! Termine Odd en partant de la chambre en courant
Yumi regarde Sissi qui est entrain de s’asseoir sur une chaise. La japonaise s’avance vers elle
- Euh... Ecoute Sissi, pour ce que je t’ai dit tout à l’heure, je suis un peu désolé ! J’aurai du y penser : tu as perdu ta mère alors tu es en colère ! Alors pardon !
- T’avais pas tord sur ce que tu as dit mais c’est vrai que ma mère me manque et mon père préfère encore ce bâtiment plutôt que moi ! Et j’te pardonne !
Yumi sourit et Sissi le lui renvoie. La porte s’ouvre et les deux filles tournent la tête : c’est Odd avec Jérémie, Aëlita et Ulrich. Tous rentrent en fermant la porte. Tout le monde dans la pièce s’assoit par terre en en tailleur en formant un rond. Odd prend la parole
- Alors la mission : faire venir Hiroki ici, nos armes : rien, nos agents : Jé...
- ODD ! Coupe Ulrich, c’est sérieux ! On n’est pas dans James Bond !
- Désolé ! S’excuse Odd
- Bon alors, Odd nous a déjà expliqué ce que vous avez décidé avant ! Commence Aëlita
- Maintenant faut réussir à faire venir Hiroki ici, continue Jérémie
- On a qu’à téléphoner à la maison ! Propose Ulrich
- Et si c’est un des parents de Yumi qui décroche on fait quoi ? Questionne Sissi
- On a qu’à changer notre voix ! Ajoute Aëlita
- Nan, mes parents vous connaisse tous et puis on pourra pas transformer assez notre voix pour pas se faire repérer ! Explique Yumi
- Si ! J’ai un modulateur de voix que j’ai fabriqué l’année dernière ! Le truc c’est qu’on demande Hiroki au téléphone puis après Yumi dit que c’est elle ! Affirme Jérémie
- Mais pour sortir ? Il fait nuit et il n’a que 9 ans ! Tout seul c’est risqué ! Remarque Odd
- C’est toi le casse-cou de service qui le dit ? Dit Jérémie d’un ton moqueur
- Oh ça va ! Grogne Odd
- Il descendra comme moi avec les draps que j’ai laissés ! Répond Yumi
- Et moi je me poste devant la fenêtre pour le rattraper et le raccompagner ici ! Dit Ulrich
- Ca marche ! Dit Aëlita
- Alors Yumi tu me passe ton portable, Sissi tu décent distraire Jim, Jérémie tu prend ton modulateur de voix et Ulrich tu sort maintenant chez Yumi pour arriver à temps
- D’accord Odd ! Disent tout le monde en même temps
Puis ils font tous ce qu’on leurs a demandé : Ulrich sort de la chambre en prenant son manteau, Sissi va à la cafétéria, Jérémie cherche son modulateur de voix et Yumi tend son portable à Odd. Un peu plus tard, Jérémie revient avec son invention et va chez Yumi, Odd et Aëlita
- Voilà, je l’ai ! Tu prend le micro et tu parles dedans moi je réglerai ta voix pour qu’elle soit grave !
Odd empoigne le micro et Yumi compose le numéro de chez elle sur son portable
- Met le haut parleur ! Dit Jérémie
Yumi s’exécute. Jérémie règle sa machine puis fait lève le pouce pour dire que ça marche. Quelqu’un décroche, c’est une voix de femme
- Allo ?
- Bonjour, puis-je parler à Hiroki Ishiyama ?
La voix de Odd est bien grave
- C’est de la part de qui ? Demande Mme Ishiyama
- Euh de... c’est pour un questionnaire pour les enfants !
- D’accord, je vous le passe !
Yumi tape dans la main de Odd joyeux
- B’jour ! Chui Hiroki, vous voulez quoi ?
Yumi prend le téléphone
- Hiroki, c’est moi Yumi ! Je suis au collège !
- Ah bon ? Tout le monde croit que tu es dans ta chambre !
- J’ai fuguée ! Bon, tu vas venir aussi au collège !
- Mais...
- Tu va dans ma chambre et tu décent par la fenêtre grâce à mes draps que j’ai laissée !
- Je ne sais pas... Hésite Hiroki
- Ulrich t’attend en dessous de ma fenêtre pour te raccompagner et tu dormira au collège avec moi ! Précise Yumi
- C’est d’accord !
Puis il raccroche. Hiroki va chez ses parents
- Je vais voir Yumi dans sa chambre !
Yeng-shi se lève
- C’est bon, c’est moi qui vais y aller !
Yeng-shi s’avance mais Hiroki tend son bras devant lui
- Hep, hep, hep Mister Casanova de série 5, c’est ma sœur alors c’est moi qui y vais SEUL ! Capiche ? Ou p’tête que je dois parler en langage des débiles pour que tu comprenne ?
M Ishiyama se lève
- HIROKI !
- T’inquiète p’pa, j’vais te ramener Yumi en moins de 2 !
Puis il monte l’escalier en courant. Il va dans la chambre de Yumi et ferme la porte à clef. Le jeune japonais se retourne vers la fenêtre et constate que les draps sont bien encore là. Il va à la fenêtre grande ouverte et se penche : il voit Ulrich juste en bas entrain de l’attendre
- Ulrich, chui là !
Le jeune brun lève la tête
- J’te vois ! Décent !
Hiroki enlève sa tête et respire un bon coup. Il passe sa jambe par la fenêtre et la pose contre le mur. Il prend la corde avec ses mains et passe l’autre jambe en la posant rapidement contre le mur. Il se retrouve entièrement dehors. Hiroki regarde en bas en avalant sa salive bruyamment. Il décent comme à l’escalade mais petit à petit, le nœud qui unit la couette et le drap se défait. Le japonais en est à la moitié de la corde quand le nœud lâche. Il tombe en tenant toujours le drap des deux mains. Il ferme les yeux et se retient de crier mais son cœur bat à cent à l’heure. Ulrich le voit tomber alors il se poste juste en dessous de Hiroki qui tombe sur lui. Le jeune japonais ouvre les yeux et voit qu’il est couché sur Ulrich
- Merci vieux, je comprend pourquoi Yumi a craquée !
Ulrich a le visage sur le sol humide. Il dit d’une voix écrasée
- Hiroki, tu m’écrases !
- Désolé !
Celui-ci s’enlève laissant Ulrich se lever et s’essuyer le visage
- T’as rien ? Demande Ulrich
- Ca va, je vais bien ! Rassure Hiroki, maintenant on fait quoi ?
- On passe en dessous de la palissade ! Répond Ulrich
Puis tous deux court à la palissade. Ils rampent en dessous en vitesse avec Ulrich en tête. Quand il a traversé l’obstacle, il aide Hiroki à se lever
- Maintenant faut courir ! Explique Ulrich
- Mais... j’ai oublié mon manteau alors là chui gelé ! Dit Hiroki en grelottant
Ulrich s’accroupit devant Hiroki vu du dos
- Grimpe !
- T’es génial Ulrich !
Hiroki va sur le dos de Ulrich puis celui-ci se lève et court jusqu’au collège. Pendant ce temps, dans la chambre de Ulrich et Odd, Yumi tourne en rond dans la chambre et Jérémie et Odd sont assis tout les deux sur les lits
- T’inquiète Yumi, Hiroki va bientôt venir ! Rassure Odd
- Mais, si mes parents le retrouve ou...
- Odd a raisons, coupe Jérémie, il faut juste attendre !
Yumi le regarde inquiet. La porte s’ouvre en laissant apparaître Sissi qui va tout de suite dans la chambre
- Jim sera occupé pendant un moment !
- Qu’est-ce que t’as fait Sissi ? Questionne Jérémie
- J’ai fait croire que trois grands de 3ème du collège sont partis à l’autre bout de la ville sniffer de la cocaïne !
- Pas bête ! Remarque Odd
- Espérons que Jim ne se rend pas compte que t’as menti !
- Positive, Yu, positive ! Dit Odd
La porte s’ouvre et tous les regards sont posés sur celle-ci : c’est Hiroki qui sourit à pleine dents
- Soeurette !
Il court au cou de sa sœur qui c’est accroupi et sourit comme jamais
- Mon petit Hiroki !
Mais Yumi perd son sourire et s’enlève des bras de Hiroki
- Où est Ulrich ?
- Dans le couloir entrain de reprendre son souffle ! Il m’a porté de la maison jusqu’ici sur son dos !
Tout le monde va dans le couloir et voient Ulrich adossé contre le mur, ses mains sur les genoux, en reprenant son souffle. Yumi se précipite vers lui
- Ulrich ! Ca va ?
- T’inquiète !
Yumi le prend dans ses bras en souriant. Tout le monde sourit, même Sissi ! 2 heures plus tard, chacun est dans sa chambre entrain de roupiller. Dans celle de Odd et Ulrich, la disposition est comme prévue : Hiroki dans le lit de Odd, Yumi dans celui de Ulrich, Odd sur un matelas par terre à côté de son lit et Ulrich pareil. La chambre est d’une couleur bleutée grâce à la lumière de la lune. Tout le monde dort exépté Yumi qui regarde Ulrich dormir. Elle sourit tendrement puis finis par s’endormir

Yumi ouvre les yeux. La pièce est d’une couleur bleue assez foncée. Elle regarde le cadran du réveil à côté d’elle : 2h30. Mince, ce n’est pas le matin... Elle soupire et observe Ulrich : il dort à point fermés. Elle lève les yeux et regarde Hiroki : il dort aussi. Elle se lève de son lit et va jusqu’à la fenêtre en s’asseyant sur le rebord. Yumi observe la nuit étoilé d’une grande beauté. Une main se pose sur son épaule. L’asiatique se retourne et voit Ulrich souriant
- Je peux m’asseoir ? Chuchote-il
- On est dans un pays libre nan ? Répond Yumi
Ulrich s’assoit à côté de celle qui l’aime et la regarde
- Excuse-moi ! Dit Yumi
- Pas grave !
- C’est que je ne crois pas que j’irai en cours demain ! Et puis je ne t’es pas dit que Yeng-shi c’est inscrit au collège !
- Aï ! Ca se complique ! Mais je n’ai pas pensé non plus que c’est Jim qui nous réveil le matin et si il te vois...
- Je ne vais vous créer que des ennuis !
Yumi baisse la tête mais Ulrich prend le menton de la japonaise et le soulève
- Ne t’inquiète pas, tout ira bien et je ne ta laisserai jamais partir loin d’ici !
Yumi sourit. Elle approche son visage de celui de Ulrich qui en fait autant. Leurs yeux se ferment doucement et chacun peut sentir le souffle de l’autre. Leurs lèvres se frôlent et se rapproche. Ils s’embrassent langoureusement. Une émotion irrésistible submerge les deux amoureux. Aveuglante comme le soleil de midi, douce comme le chant des oiseaux et parfumée comme un champ de fleur. Cette sensation de bonheur ! Yumi détache ses lèvres de celle d’Ulrich et chuchote
- Il faudrait qu’on dorme !
- T’as raison Yu !
Chacun se lève et va dans son coin pour dormir. L’asiatique se roule dans la couverture sachant que son prince a déjà dormit dedans. Tout le monde ferme les yeux et se laisse emporter dans le pays des rêves... Le lendemain, Jérémie et Aëlita ouvre grand la porte et disent d’une voix forte
- DEBOUT !
Tout le monde grogne et Hiroki regarde sa montre
- Mais il est 5 heures du matin !
- Justement ! Pour pas que Jim vous voient, il faut se lever tôt !
Yumi se lève péniblement en gémissant ainsi que les autres sauf Ulrich. Il prend son oreiller et le met sur sa tête
- Encore deux minutes maman !
- Allez Ulrich, debout ! S’exclame Aëlita
Mais il n’écoute rien
- Dites cette nuit j’ai réfléchis et je me suis dit que je ne peux pas aller en cours ! Fit Yumi en se frottant les yeux
- Alors on fait quoi ? Demande Jérémie
- Je passe mon tour ! Répond Odd
- Moi non plus je n’ai pas d’idées ! Ajoute Aëlita
- Pourquoi pas... Lyoko ?
- T’es folle Yumi ! S’exclame Odd
- C’est quoi lyoko ? Questionne Hiroki en finissant de se lever
- Ben... Hésite Aëlita
- Se serai une bonne cachette ! Lance Odd
- Je croyais que t’étais contre ! Dit Jérémie
- Oui mais au moins personne ne pourrai nous trouver !
- Alors moi aussi je suis d’accord ! S’exclame Aëlita
- Alors c’est d’accord ! Finit par dire Jérémie
- De quoi vous parlez ? Questionne Hiroki
- Euuuh... Explique lui Ulrich ! Dit Jérémie
- ZZZZZZZZ
- ULRICH ! Crie Yumi
- Attend j’ai une idée ! Dit Hiroki
Il va vers Ulrich et retourne son matelas ! Ulrich se réveil brusquement et se lève enfin en se frottant sa tête
- Vous êtes vraiment sadique !
- Ouai, commence Odd, en plus normalement c’est moi qui est ronchon tout les matins !
Tout le monde rigolent sauf Ulrich qui grogne

Chez les Ishiyama, l’atmosphère est beaucoup plus triste. La famille c’est rendu compte de l’absence de leurs enfants et M Ishiyama a tout de suite prévenue la police. Mme Ishiyama est assise à la table à manger en pleurant. Yeng-shi est en face de Mme Ishiyama, pensant et l’homme de la maison répond aux questions posées par un agent de police. D’autres complète la pièce
- Vos enfants sont d’origine asiatique, c’est ça ? Demande un policier
- Tout a fait. Répond M Ishiyama, sa voix étouffé par les larmes
- Mes enfants, mes chéris... Sanglote Mme Ishiyama
- Y aurait-il une chose qui leurs on poussé à fuir ?
A part les policiers, tout le monde connaît très bien la réponse mais préfère garder le secret
- Nous allons continuer les recherches ! Ne vous inquiétez pas ! Rassure le chef des policiers
Plus facile à dire qu’à faire. Leurs enfants se sont sauvés en ne laissant pas d’indices précis, les seules qu’ils on sont un drap et une couverture noués ensembles et suspendus à la fenêtre
- Mmmmh... Réfléchis un policier, des personnes doivent être mêlés à ça !
Un tilt sans la tête de Yeng-shi. Il va vers le policier et tend une photo avec dessus Odd, Ulrich, Yumi, Jérémie et Aëlita souriant devant l’objectif. M et Mme Ishiyama suivent Yeng-shi du regard
- C’est sa bande d’amis ! Je l’ai trouvé dans la chambre de Yumi ! Explique Yeng-shi
Le policier prend la photo et l’examine. Yeng-shi poursuit
- Je me suit renseigné sur eux : le blond à l’allure original, c’est Odd Della Robbia. Il a un caractère peut commun et un peu « déjanté ». Apparemment il est assez actif et ses parents sont artistes. Celui à côté avec des lunettes, c’est Jérémie Belpois. C’est un surdoué avec un QI développé. A côté, c’est Aëlita Stones, la cousine de Odd. Je ne sais rien sur elle à part qu’elle est calme et un peu naïve. A côté d’elle, c’est Yumi ! Et enfin le châtain à l’allure réservé, c’est Ulrich Stern. Lui par contre, il est assez mystérieux et très proche de Yumi, pour tout dire c’est son petit copain, enfin, pas officiellement. Il est plutôt sérieux et paré sans humour mais en faite, il est « sympas et mignon » comme dit Yumi
Le policier écoute attentivement en observant bien la photo. M Ishiyama est intrigué
- Où as-tu déniché toutes ses informations ?
Yeng-shi s’attendait bien à cette question mais ne préfère pas répondre car les parents de Yumi et celle-ci se mettront sûrement en colère. En réalité, il a lu le journal intime de la japonaise et a fouillé dans ses affaires. Comme il veut ne pas défier la colère de tout le monde, il s’explique mais énigmatique
- J’ai mes sources !
M Ishiyama le regarde d’un air mauvais. Comment ça « ses sources » ? Le policier brise son silence
- Le châtain, il doit savoir quelques choses nan ? Car apparemment, il tisse des liens profond avec votre fille !
- Je le savais !!!!! Je vais le... Enrage M Ishiyama
- Nous ne confirmons rien ! S’exclame l’agent de police, voyant que M Ishiyama s’énerve
Yeng-shi réfléchis puis dit
- J’ai son numéro de portable ! Vous avez qu’à lui dire de près d’ici !
- Il est... 5h30 ! Et puis c’est bien la première fois que je fais quelque chose comme ça... Remarque le policier
Mme Ishiyama se lève, furieuse et crie
- Vous pouvez bien faire ça nan ? Pour nos enfants !!!!! Vous n’êtes même pas capable de faire votre boulot !!!!!!!!!! VOUS PARLEZ D’UN POLICIER !!!!
- Calmez-vous Mme ! Nous comprenons votre situation ! Dit l’agent de police
Mme Ishiyama tend son téléphone au policier
- Alors, faites ce qu’on vous demande ! Répond Mme Ishiyama sur un ton de défit
Yeng-shi tend un papier avec le numéro de portable d’Ulrich écris dessus. Le policier regarde tout le monde dans la pièce et finis par prendre le téléphone et compose le numéro d’Ulrich en mettant le haut parleur. Il pose l’appareil sur la table puis quelqu’un décroche
- Allo ? Dit une voix de garçon
- M Stern ? Demande le policier
- Lui-même ! Qui est-ce ? Demande Ulrich
Le policier allé répondre quand Yeng-shi prend la parole
- C’est Yeng-shi, mon vieux ! Yumi a du te parler de moi car je sais qu’elle est chez toi ! T’as intérêt à venir tout de suite ou sinon ça va chauffer !
- C’est ça ! Yumi est effectivement avec moi et tu sais quoi ? Je la protègerais de toi !
Dans la pièce, tout le monde se regarde sauf Yeng-shi qui regarde le téléphone
- Protéger ? Tu rigoles !
- Pas du tout ! S’énerve Ulrich, t’as pas intérêt à la toucher ou sinon, t’auras à faire à moi !
Mais Yumi prend le téléphone de Ulrich et parle d’un ton colérique
- Yeng-shi ! C’est Yumi !
Tout le monde fait de gros yeux dans la cuisine. Yeng-shi sourit sadiquement. Seule le chef des policiers le remarque mais il préfère de rien dire et laisser faire les choses
- Tiens, tiens, salut Yumi !
- Arrête ! Jamais je ne reviendrai et encore moins pour te voir !
- On est ronchon le matin, nan ? Dit Yeng-shi d’un timbre de voix mi douce mi sadique
Ulrich prend le téléphone et crie
- Tu nous laisse tranquille c’est clair ?
Puis un bip répété se fait entendre. M Ishiyama enrage
- Il détient ma fille ! Il va me le payer !!!!!!!!!
Personne ne dit rien. Un silence s’installe. Un silence lourd et pesant. Un des policiers de la pièce s’avance et dit
- Chef ? J’ai fait une école d’ingénieur et scientifique, je pence pouvoir faire quelque chose !
Puis il prend le téléphone et le bidouille. Tout le monde se regarde, intrigués et étonnés. Le bricoleur tend le téléphone et à l’écran, on peut voir Ulrich, Yumi, Aëlita, Odd et Jérémie, comme dans un film. Le chef ouvre grand les yeux et une expression de surprise se lie à son visage
- M... Mais comment vous avez fait ?
- Et bien je...
Mais Mme Ishiyama le coupe
- On s’en fiche ! Posez le téléphone sur la table et taisez-vous !
Et il s’exécute. Dans le film, on peut voir le groupe, silencieux. Odd coupe le silence
- Et maintenant, on fait quoi ?
- Je ne sais pas ! Dit Yumi
- Surtout qu’il y a les cours et Yeng-shi qui va venir pour y participer et Jim qui va faire son inspection ! Précise Jérémie
- T’es rassurant, dis donc ! S’exclame Odd
- Bon, Odd, Jérémie et moi, vaut mieux qu’on surveille les alentours ! Propose Aëlita
- Et moi ? Questionne Hiroki
- Reste avec Yumi et Ulrich ! Répond Jérémie
Puis le trio s’en va en laissant les amoureux et Hiroki seuls


Lisa
07/02/06 à 17:44
Voili voilà ! La fan-fic ! P'tite précision : c'est un peu ressemblant à la fan fic de yumi72 (pourquoi Yumi n'avoue pas ses sentiments, lisez là elle est trop bien !) mais ce n'est pas les mêmes dialogues et tout et tout !
Voilà et bonne lecture !

Yumi marche seule sur le trottoir désert. C’est la fin des cours et elle rentre chez elle. Encore une journée banale de cours ! En ce moment, Yumi n’a pas le moral : les attaques de XANA se multiplies, Sissi la nargue beaucoup, Jérémie ne leurs fait que des reproches, Ulrich est de plus en plus souvent jaloux de William et pour couronner le tout, ses parents l’engueulent pour un rien ! Non, en ce moment Yumi n’a vraiment pas le moral. Elle arrive devant chez elle. La jeune japonaise soupire longuement et entre dans sa maison. Ses parents sont assis sur la table à manger de la cuisine qui se trouve en face de la porte d’entrée. Yumi remarque qu’un garçon est avec eux : a première vu, on peut déjà distingué qu’il est d’origine asiatique avec sa taille et son élégance que n’on que les chinois ou les japonais. Ses cheveux sont noirs et longs en queue de cheval, ses yeux sont plissées et d’une couleur brune assez foncée. Il est habillé d’un fin pull noir avec un par dessus rouge en tee-shirt, son pantalon est large et noir qui lui couvre à moitié ses pieds et il est chaussé de tongs typiques chinoise. Son père se lève
- Voici Yeng-shi, le fils d’une famille chinoise
Celui-ci se lève et va chez Yumi puis lui tend la main
- Enchanté ! Dit Yeng-shi d’une voix fragile
- De même ! Répond Yumi en lui serrant la main mais peu convaincue de sa venu ici
- Yumi, continue Mme Ishiyama en se levant, Yeng-shi va rester un peu chez nous !
- Pourquoi ? Demande Yumi
- La tradition, oblige ! Explique M Ishiyama d’un ton peu commode, c’est la première étape d’un couple avant le mariage des deux personnes !
Yumi reste de marbre, pétrifié par cette nouvelle
- Le quoi ?
- Tu as très bien entendu ! Répond Mme Ishiyama d’un ton froid et sec
- Mais… Je n’ai que 14 ans ! Se défend Yumi autant quelle peu, en plus je suis inscrit au collège Kadic et…
- Notre décision est prise ! Coupe M Ishiyama très sévèrement, dans quelques semaines, tu vas te marier à Yeng-Shi !
- Je suis sur que je serai un époux parfait ! Console Yeng-Shi en affirmant un sourire radieux sans aucun effet sur Yumi
Celle-ci a les larmes aux yeux : le mariage… pourquoi pas le cimetière pendant qu’ils y sont ! Elle reste immobile. Plus rien n’a d’importance en cet instant, elle a mis 3 ans pour s’intégrer dans un groupe et ses parents on mis 3 secondes pour tout faire écrouler ! Yumi a la tête baissée, les points serrés le long du corps. Hiroki a tout entendu depuis le salon séparé par les meubles de la cuisine. Il sort de sa cachette et va vers Yeng-Shi. M, Mme Ishiyama et ainsi que Yumi lève les yeux vers le petit garçon qui est posté devant le jeune asiatique. Que prépare-t-il ? Hiroki lance d’une voix forte et déterminée
- Tu ne te marieras jamais à ma sœur espèce de sale prétentieux ! Elle aime quelqu’un d’autre alors dégage !
Jamais Hiroki n’a parlé comme ça en présence de ses parents de peur de se faire punir. Yumi en est impressionné. M et Mme Ishiyama par contre sont très en colère. Ils vont tous les deux chez Hiroki mais Yeng-Shi leurs en empêche avec un signe de la main
- Ca va aller, je m’en occupe ! Il s’accroupit pour être à la taille de Hiroki et lui caresse les cheveux avec sa main. Tu es très drôle jeune homme, continue Yeng-Shi d’une voix douce et sympathique, tu veux un bonbon ?
Pour toute réponse Hiroki enlève violemment la main de Yeng-Shi de ses cheveux et répond avec la voix forte et colérique
- TU NE TOUCHE PAS A MA SŒUR !! Tu veux que je te le dise en chinois peut-être ? Tao chi capuninaï tolo y séneï !
Puis Hiroki lui donne un violent coup de pied aux genoux de l’invité. Celui-ci cris et se remet debout en vitesse. L’auteur de sa colère va se réfugier chez sa sœur. Yeng-Shi va vers Hiroki d’un pas méfiant mais Yumi intervient
- Mon frère n’a rien à voir avec cette histoire alors laisse le tranquille !
M Ishiyama va chez sa fille et lui donne une grosse gifle !
- Tu te marieras que tu le veuille ou non ! Crie M Ishiyama en expulsant toute sa colère
Yumi court lance un regard remplis de reproche à ses parents et court traverser l’escalier en pleurant toute les larmes de son corps puis va se réfugier dans sa chambre en claquant la porte. La jeune japonaise saute sur son lit, met sa tête dans son oreiller et crie longuement. Un étage plus bas, Mme Ishiyama allée monter s’expliquer avec sa fille quand Yeng-Shi tend son bras devant la mère
- Attendez Hay-lin, je vais lui parler !
Yeng-shi monte à l’étage supérieur et pénètre dans la chambre de Yumi : celle-ci est dans la même position qu’avant. L’intrus s’assoit près d’elle et lui caresse les cheveux d’un mouvement doux et léger
- Tu sais Yumi, je ne veux que ton bonheur !
La jeune japonaise se lève et s’assoit près de Yeng-shi puis pointe son doigt vers l’invité
- Ecoute Mr Casanova, on ne forme ni un couple, ni une famille, ni un groupe d’amis !!
Yeng-shi sourit
- De toute façon tes parents sont avec moi et pas avec toi ! De plus, je suis inscrit au collège Kadic avec toi !
Yumi sent un gros nœud dans son ventre, Yeng-shi dans le même collège qu’elle : ça c’est le bouquet !
- Bon je te laisse ! Termine Yeng-shi
Puis il s’en va de la pièce. La jeune japonaise se lève et claque la porte d’une force qui décrit toute sa colère. Elle fixe le téléphone portable posé par terre à côté de son lit. Appeler Ulrich ?
Elle ne sait pas si c’est une bonne idée : déjà qu’il est méga jaloux de William et elle alors qu’ils ne sont qu’amis, si il apprend qu’elle doit se marier il ferai une crise cardiaque ! Pourquoi pas Aëlita ? Mais elle ne sait pas ce qu’est le mariage et tout ce qui va avec ! Jérémie ? Nan, en ce moment il a plus de saut de tension qu’une pile électrique ! Le dernier sur la liste est Odd, lui il comprendra ! Après tout, c’est son pote depuis longtemps et c’est pratiquement le seul à n’avoir pas de problème particulier. Yumi s’avance près du portable, le prend et compose le numéro de Odd avec les doigts tremblants. Le petit bruit qui se fait entendre au début de l’appelle ne fait que la stressée d’avantage. Une voix familière finit par ce faire entendre
- Allo ?
- Odd ? C’est moi Yumi, j’ai un problème ! Un gros problème ! Sa voix est tremblante
- Pourquoi tu chuchotes ? Demande le farceur
- Faut pas que mes parents m’entendent ! Le son de sa voix définie bien sa peur et sa tristesse
- Ok mais alors c’est quoi ton problème ?
- Euuuh… Déjà tu peux m’héberger dans ta chambre maintenant pour cette nuit ?
- Mais… C'est-à-dire que…
- C’est une question de vie ou de mort ! Supplie la japonaise, je t’expliquerai quand je serai venue !
- D’accord ! Tu seras là quand ? Questionne Odd
- D’ici… (elle regarde sa montre) un quart d’heure, vingt minutes !
- Ca marche !
- Merci Odd t’es un vrai pote ! Remercie Yumi, et en faite, faut pas que Ulrich me voit ! Eloigne-le !
- D’accord c’est… QUOI ? Mais comment je…
Trop tard, le son du téléphone explique que Yumi a déjà raccrochée. Celle-ci réfléchie : comment faire pour sortir d’ici inconnito ?

Yumi a une idée : la fenêtre ! Bon sang pourquoi elle n’y a pas penser avant ? Elle prend sa couverture et la jette par terre. Ensuite, Yumi enlève son drap du lit et prend la couverture puis fait un nœud pour les faire tenir. Quand cela fut finis, elle prend le bout du drap et l’accroche à la poignée de l’armoire : pourvu que ça tienne ! Pour plus de sécurité, elle ferme l’armoire à clef. La japonaise ouvre la fenêtre, prend le tas de la couverture et du drap et balance le tout par la fenêtre. Yumi regarde par celle-ci : c’est bon, c’est assez long pour qu’elle puisse descendre. Elle met sa veste accrochée à la chaise de son bureau et va à la fenêtre. Yumi passe un pied doucement dehors et le pose contre le mur en appuyant fort dessus. Des sueurs coulent de son front. Maintenant, elle empoigne solidement le drap de ses deux mains puis passe l’autre jambe par-dessus la fenêtre et pose son autre pied contre le mur et décent d’un mètre : la voici complètement dehors ! Yumi regarde en bas : c’est quand même haut ! Elle décent légèrement ses mains jointent et accroche ses pieds rapidement à la couverture de peur de tomber. Yumi se laisse glisser petit à petit jusqu’à ce quelle arrive au bout de la couverture. Il y a encore un mètre à descendre, la japonaise se laisse tomber et atterrit sur ses pieds au sol. Elle s’accroupit et avance doucement jusqu’à la grille qui sépare le jardin de la route. Yumi se couche au sol et rampe au sol au dessous de la grille : la terre est humide et sale. La japonaise voit que l’herbe bouge : un insecte ! Elle avance plus vite de peur qu’un insecte lui saute à la figure ! L’obstacle terminé, Yumi se lève et court jusqu’au collège en espérant que personne ne l’ai entendu ou vus. De son côté, Odd cherche Ulrich dans le couloir : il a trouvé une idée ! Le blondinet l’aperçoit puis court à sa rencontre
- Ulrich ! Tu sais l’examen de bio ?
- Oui ?
- Eh ben je me suis arrangé pour que Jérémie t’aide à réviser et tu peux même dormir dans sa chambre !
Ulrich le regarde d’un regard surpris
- C’est quoi l’embrouille ?
- Rien du tout vieux !
- Alors c’est d’acc ! Accepte Ulrich
- Ok ! Et t’es affaire son déjà chez Jérémie !
- Quoi ?
Pas le temps de s’étonner plus que Odd pousse déjà Ulrich jusqu’à la chambre de Jérémie. Une fois fait Odd s’en va avant d’ajouter
- Eh Ulrich, ne rentre surtout pas dans notre chambre !
- Pourquoi ? Demande t-il
- Parce que… Euuuh… Je fais le tri de mes chaussettes sales ! Ment Odd avec son super sourire
- Ok, bonjour l’odeur ! Remarque Jérémie
Puis Odd claque la porte. Il court jusqu’à sa chambre et ferme à clef pour plus de sécurité. Dehors, Yumi court le plus vite possible : ses bruit de pas résonne sur les dalles du trottoir dans le noir de la nuit. C’est malin ! Elle aurai pus emmenée un lampe torche ! Yumi respire difficilement accose de la fatigue et de la peur. De la fumée sort de sa bouche : il fait froid ! La japonaise aperçoit un lampadaire : c’est celui du collège ! Yumi accélère et aperçoit la grille du collège. La japonaise s’arrête et l’escalade difficilement mais réussi à pénétrer dans le collège. Elle regarde sa montre : 18h35 : la porte principal est encore ouverte. La japonaise marche jusqu’à celle-ci et l’ouvre doucement. Le couloir est désert. Yumi court à l’étage des chambres puis se cache derrière un mur : il ne faut pas qu’elle se fasse repérer ! Elle laisse faire apparaître sa tête et regarde le couloir : personne ! La jeune japonaise court jusqu’à la chambre de Odd et Ulrich puis toque à celle-ci. Une voix étouffée par la porte se fait entendre
- C’est qui ?
- C’est Yumi ! Chuchote celle-ci
Un bruit de clef s’entend et la porte s’ouvre : Odd affiche un sourire
- Entre !
Yumi entre dans la chambre, Odd regarde une dernière fois le couloir puis ferme à clef. Yumi se laisse tomber sur le lit d’Ulrich
Odd s’assoit près de Yumi sur le lit
- Alors ?
- Alors quoi ? Demande Yumi
- Pourquoi est-ce que je dois t’héberger ?
Yumi se redresse du lit et soupire pour laisser échapper sa tristesse et se retourne vers Odd. Elle lui raconte toute l’histoire. Quand cela fut fait, Yumi éclate en sanglot. Odd l’enlace dans ses bras
- Calmos Yu. Ils n’ont pas le droit de te marier comme ça !
Yumi s’enlève des bras de Odd et lui répond d’une vois triste et déformée par l’émotion
- Bien sûr que si ! Au japon, les enfants peuvent se marier à partir de quatorze ans et c’est les parents qui choisissent le mari de leurs enfants
- C’est dégueulasse ! Rétorque Odd
- Nan, c’est les coutumes ! Grogne Yumi en insistant sur le mot coutumes avec un accent méprisant
Odd sourit mais en même temps, son expression du visage laisse apparaître son désespoir. Il se rend compte de la gravité de la situation, de la tristesse de son amie et de l’autorité parentale
- Odd, demande Yumi, t’as pas quelque gâteaux ou des trucs comme ça car j’ai plutôt faim !
Il regarde sa montre
- De toute façon vu l’heure qu’il est, tout le monde est à la cantine alors faut que je descende J’te chiperai à manger
- D’accord
Odd se lève, prend la clef et ouvre la porte quand Yumi l’appelle
- Eh Odd !
- Oui ?
- Merci ! Sa voix est douce
- De rien !
Yumi sourit à Odd et celui-ci le lui revoit avant d’ajouter
- Et pas besoin de fermer à clef, tout le monde est à la cantine !
Puis il ferme la porte laissant Yumi seul dans la chambre. Elle se lève et enlève sa veste trempée et sale accose de la terre. Odd marche dans le couloir désert puis décent l’escalier. Une porte d’une chambre s’ouvre lentement. Deux personnes sortent et l’une d’elle dit
- Ulrich, faut qu’on aille à la cantine !
- J’arrive ! Répond celui-ci, faut juste que j’aille chercher un truc dans ma chambre !

Pendant ce temps, Yumi se rassoit sur le lit de Ulrich. Une expression d'éttonnement se fait apparaître sur son visage. Elle sautille légèrement sur le lit
avec ses fesses : y a quelque chose en dessous ! Elle se lève et soulève le matelas, sur une des planches, se trouve une envelloppe. D'un geste de main hésitant
elle s'empare de l'objet. Yumi repose le matelas sur les planches et s'assoit dessus en examinant l'envelloppe. La japonaise la retourne et voit quelque
chose d'écrit sur le dos de l'envelloppe "Pour Yumi". C'est l'écriture d'Ulrich ! La tentation est forte : ouvre t'elle l'envelloppe ou pas ? Le choix est difficile. Yumi meurt d'envis de l'ouvrir et de découvrir le contenus de l'envelloppe mais ça ne serai pas sympas de sa part, ce serai comme fouiller dans ses affaires. En même temps, la lettre est pour elle nan ? Donc en quelque sorte elle lui appartient ! Mais Ulrich ne lui a pas encore donné. Finalement c'est la curiosité qui l'empore sur le raison, Yumi ouvre l'envelloppe et voit une feuille pliée en quatre. D'un mouvement peureux, la japonaise déplit la lettre et lie le contenue :

Chère Yumi



Je t'écris cette lettre pour te dire quelque chose qui me tient à coeur. Tu dois te dire que je suis u lâche que de ne pas te le dire tout simplement mais je ne peux pas. Ma timidité m'a empêché de te dire ses mots tendre qui peuvent basculé une vie en une seconde et qui fait le bonheur d'un couple : Yumi, je t'aime !

De pusi le jour où je t'ai vu j'ai tout de suite craqué par ta beauté. Quand j'ai su que tu avais un an de plus que moi, je me suis dit que j'ai aucune chance fasse à toi mais le temps en a décidé autrement. Nous sommes devenus des mais très proches mais quand William est arrivé, je me suis découragé. Il est trèsfort en sport et toute les filles l'adore puis il a le même âge que toi. Je t'avous que je suis jaloux de lui et que je n'ai pas confiance en ce gars

Voilà, je términe cette lettre en t'envoyant tous mon amour



Ulrich


Yumi est remplis d'émotion, Ulrich l'aime depuis le premier jour et non pas cette Sissi. La japonaise laisse verser quelques larmes sur ses joues telment la lettre est belle. Un bruit se fait entendre. Yumi retourne sa tête rapidement et sèche ses larmes. La poignée se baisse. Sans réfléchir, Yumi dit
- Odd, c'est toi ?
La porte s'ouvre et laisse apparaître Ulrich, ébahis de la présence de la jeune japonaise. Celle-ci ne bouge plus tellment un noeud dans son ventre se serre. Ulrich remarque que Yumi tient une lettre, sa lettre !
- Ul... Ulrich ! Mais... je... que fais-tu ici ?
- Je cherche l'objet de ta lecture ! Répond-t-il sèchement en croisant les bras
Yumi se lève rapidement du lit en laissant tomber la lettre sans rien dire
- Et toi ? Demande Ulrich avec un regart menaçant, tu fais quoi ici ? Tu fouille dans mes affaires ou bien tu as un rendez-vous avec TON William !
- Ulrich je...
- Laisse moi finir ! Son ton monte, pourquoi est-ce que tu es ici s'en venir m'en parler ! J'en ai marre moi que tu me dises plus rien ou que tu traîne avec William tout le temps et après tu as le culot de me dire que je traîne trop avec Sissi alors que je la vois que deux secondes par jours ?
Yumi gueule en larmes
- SI TU VEUX TOUT SAVOIR JE DOIS ME MARIER AVEC UN GARS NUL ET APRES JE DOIS PARTIR AU JAPON PUIS MES PARENTS ME DONNES DES BAFFES CAR JE PROTESTE !!!
Elle tombe à genoux en larmes. Ulrich conprenant la situation s'agenouille près d'elle et lui pose sa main sur son épaule. Yumi enlace tendrement Ulrich et lui dit en restant das sa position
- Je suis désolé mais je...
- Nan, c'est moi qui doit me faire pardonner, j'y suis allé trop fort et puis je me suis conduit comme un égoïste !
Yumi sourit
- En faite, chuchote -elle à l'oreille de Ulrich, j'ai adoré ta lettre !
Ulrich s'enlève des bras de Yumi et rougit
- Et tu... tu pence la même chose pour moi ?
La japonaise sourit et l'embrasse tendrement. Ulrich la plaque sur son lit et l'embrasse de plus en plus passionnément. Leurs langues fait augmenter leurs soifs d'amour. Ils sont tout les deux allongés sur le lit d'Ulrich, décider à faire durer cette instant

A la cantine, Odd est assit à une table à côté de Aëlita et en face de Jérémie. Tous les trois mangent le plat du jour : de la purée. Le blagueur proteste
- Berk ! Ca à le goût de tout sauf de purée !
- Même Aëlita ferra mieux à manger ! Répond Jérémie
Aëlita lance un regard noir au Einstein qui décent les yeux en faisant mine de ne rien voir. Odd prend une banane et la met dans sa poche de son pantalon
- Et Aëlita je peux te prendre ton brownies ?
- Euuuh… Bien sûr Odd ! S’étonne Aëlita
Le blondinet prend le gâteau et le met dans son autre poche du pantalon. Jérémie le regarde faire en montant un sourcil
- Tu fais quoi là ? Demande ce dernier
- J’prends de la nourriture pour Y… euh… Kiwi !
- D’accord, dit Aëlita sans en être convaincu
Odd prend la pomme de Jérémie sans demander la permission de celui-ci. Jérémie allait lui répondre quand Aëlita change de sujet
- En fait Jérémie, où est Ulrich ?
Odd ouvre grands les yeux puis prend son verre pour boire
- Il est allé chercher quelque chose dans sa chambre ! Répond Jérémie
Odd enlève son verre de sa bouche très rapidement et recrache toute son eau sur Jérémie ! Celui-ci lui crie dessus
- Odd ! Tu ne peux pas faire gaffe ?
Mais il n’écoute pas un mot de ce qui est dit. Le maladroit se lève rapidement
- Faut que j’y aille et vite !
Puis il s’en va vers la sortie
- Il ne s’excuse même pas ce…
- Il n’a pas fait exprès Jérémie ! Coupe Aëlita
Elle prend une serviette de son plateau et essuie le visage de Jérémie avec. Odd court vers la sortie de la cantine mais Jim lui barre le passage
- Alors M Della Robbia on fait des provisions pour l’hiver ?
- Nan M’sieur pas du tout je…
- Tu te moques de moi c’est ça ?
- Pas du tout ! C’est pour… Ulrich ! Il est malade et il ne peut pas aller à la cantine dons je lui apporte à manger !
- C’est ça ! Allez oust ! A votre place !
Odd s’en va vers sa place en marchant lentement et en souriant
- Tant pis mais si Ulrich est super malade ce sera de votre faute et vous aurez ses parents sur le dos !
Jim s’énerve puis soupire
- Ca va pour cette fois… Passe ! Répond Jim
Odd sourit sadiquement : sa combine a marchée ! Il court dehors puis entre dans le bâtiment du collège. Le blagueur traverse le couloir et monte l’escalier à toute allure. Il va à la porte de sa chambre puis s’arrête pour prendre son souffle. Il plaque son oreille contre la porte et remarque qu’il n’y a pas un seul bruits : bon ou mauvais signe ? Odd prend la poignée, la baisse et ouvre la porte

Il voit Ulrich debout et essoufflé. Celui-ci s’avance vers Odd et ce dernier recule
- Euh… Ulrich, j’allais te le dire pour Yumi !
- T’inquiète j’vais rien te faire ! Rassure Ulrich
- Ouf ! Soupire Odd
- Yumi ! Tu peux sortir de ta cachette c’est seulement Odd ! Dit Ulrich en regardant derrière la porte
La japonaise sort de sa cachette et va vers Odd
- On a entendu des bruits de pas alors on pensaient que c’était Jim ! Explique Yumi
- D’accord ! En faite je t’es apporté à manger !
- En parlant de manger, faut que j’aille à la cantine ! S’exclame Ulrich, y a quoi à manger ?
- De la purée ! Répond Odd
- Ok ! J’me sauve !
Puis il s’en va de la chambre en fermant la porte. Odd pose sur le lit la nourriture qu’il avait dans les poches de son pantalon
- Voilà ça te va ? Demande le blondinet
- Yes ! Dit Yumi en empoignant le brownies et en l’ouvrant avec rapidité
- Ben dis donc t’as faim toi ! On dirait que tu reviens du bagne ! Remarque Odd
- Chai pas le temps de manger ! Réplique Yumi, la bouche pleine
- J’ai une question, qu’est-ce que vous avez toi et Ulrich ?
- On chai expliqué tout les deux !
- Et est-ce qu’il le sait pour le mariage forcé ? Questionne le blondinet
Yumi baisse les yeux
- Oui il le sait ! A chaque fois que j’essaye de prendre du bon temps on me le rappelle constamment !
- Changeons de sujet ! Tu savais que…
Un bruit coupe Odd. La porte de la chambre s’ouvre et laisse apparaître Sissi
- Yumi ? S’étonne la pimbêche

Yumi et Odd reste de marbre. La commaire du collège est ici, juste en face d'eux. Sissi sourit sadiquement
- Tiens, tiens, la gotik, ici. Si mon père le sait...
- Nan, s'tepl ne lui dit rien ! Supplie Yumi, déséspéré
- D'accord mais à une condition...
- C'est du chantage ? Coupe Odd avec une voix pas commode du tout
- Evidemment ! Snobe Sissi, je t'interdis de traîner avec Ulrich ! Même je sais que tu l'aime, alors aussi de l'embrasser !
- Euuuuh... Hésite Yumi en rougissant
Odd se lève et brandis son poingt vers Sissi
- Toi je vais te...
La pimbêche sourit méchamment quand elle voit Yumi rougir
- Tu me caches quelque chose miss chinetok ! Dit Sissi
- Nan, je...
- Ca se voit quand tu mens ! Si tu veux rien me dire...
Sissi sort sa tête de sa pièce et crie
- PAPAAAA !
Odd la tire par le bras dans la chambre
- Tais-toi !
- Alors Yumi me dit ce qu'elle me cache !
La japonaise et assise par-terre avec des sueurs sur le visage : si elle dit à Sissi qu'elle a embrassé Ulrich, la mochetée va dire à son père qu'elle est ici mais si elle ne dit rien, c'est pareil ! Yumi soupire et finis par lâcher
- Ulrich et moi on c'est déjà embrassés !

Sissi afficha une sale tête qui laissait apparaître son expression de colère et de méchanceté. Elle n’arrivait plus à articuler un mot tellement l’étonnement lui bloque la bouche. Odd reste aussi sous l’étonnement, Yumi ne lui a rien dit du tout alors que c’est son amie. La japonaise reste immobile, son regard perdu dans le désespoir. Un silence de mort règne dans la chambre. Odd finit par prendre la parole
- Sissi, s’il te plait ne dit rien à ton père !
Celle-ci fronce les sourcils
- Tiens, j’vais me gêner !
Elle allait partir quand Yumi lui retient le bras
- Ecoute Sissi, si tu veux tout savoir, je dois bientôt me marier sous l’autorité de mes parents. Après j’ai téléphonée à Odd pour que je reste ici pour cette nuit mais je te promet que Ulrich n’était pas au courant ! Sa voix est larmoyante et son regard est comme celui d’un chien qu’on abandonne. Sissi se déride peu à peu. Yumi lâche le bras de Sissi et sèche une larme
- Va Sissi, tu n’as qu’à cracher ton venin et tes mensonges à ton père, personne ne te retient mais sache une chose : même si tu m’empêche de voir Ulrich, sache que tu ne m’empêchera pas de l’aimer et même si je déménagerai au Japon pour ne plus revenir ; toutes mes pensées de rages, de vengeances et de colères te seront destinée. Avec toi j’aurai toujours un gros bloc de pierre à la place du cœur et ça, rien ne le changera ! Maintenant tu peux partir en sachant ce qui t’attend !
Le regard de Yumi est frissonnant avec de la colère. Sissi tremble en repensant à ses paroles. Elle articule du mieux qu’elle peu
- D’accort, je ne dirai rien !
Puis elle ferme la porte en restant dans la chambre. Odd sens un peu de peur en lui : Yumi n’a jamais parlée comme ça avec un ton de voix aussi méchant. Celle-ci va vers la fenêtre et pose sa main sur la vitre. Il fait nuit noire et il pleut
- Je me demande vraiment si mes parents s’inquiètent pour moi…
Une larme coule lentement sur la joue de Yumi. Odd pose sa main sur son épaule
- Tu sais ils t’aiment et je suis sur qu’ils sont inquiet pour toi !
- Je me sens coupable d’avoir fui !
- Mais… c’est ton idée nan ?
- Je sais Odd mais… Hiroki est tout seul à la maison !
- Tu lui as rien dit ? Questionne Sissi
- Nan ! J’aimerai bien qu’il soit près de moi !
- Tu le veux vraiment ? Demande Odd
- Bien sur ! Affirme Yumi
- Alors fais le venir ici ! Propose Odd
Yumi se tourne vers lui rapidement en enlevant sa main de la vitre
- Mais… Y a pas assez de place, il se ferai repérer et puis… je sais pas si c’est une bonne idée !
- Pour la place il n’y a pas de problème ! Dit Sissi en, il y a plein de matelas au sous-sol, on en met 2 ici pour Ulrich et Odd et Hiroki et toi, vous dormez sur les lits !
Yumi et Odd se regardent
- Comment tu sais ça ? Demande Odd
- Je suis la fille du proviseur je te signale ! Explique t-elle en prenant une pause un peu snob
- Et pour le prévenir ? Questionne Yumi
- Euh… Bonne question ! Affirme Sissi
- Moi je sais ! Il a un portable ? Dit Odd
- Bien sur… que nan ! Répond Yumi
- Alors y a rien à faire ! Tranche Sissi
- On a qu’à demander de l’aide aux autres ! Propose Yumi
- Ok ! J’vais les chercher ! Termine Odd en partant de la chambre en courant
Yumi regarde Sissi qui est entrain de s’asseoir sur une chaise. La japonaise s’avance vers elle
- Euh… Ecoute Sissi, pour ce que je t’ai dit tout à l’heure, je suis un peu désolé ! J’aurai du y penser : tu as perdu ta mère alors tu es en colère ! Alors pardon !
- T’avais pas tord sur ce que tu as dit mais c’est vrai que ma mère me manque et mon père préfère encore ce bâtiment plutôt que moi ! Et j’te pardonne !
Yumi sourit et Sissi le lui renvoie. La porte s’ouvre et les deux filles tournent la tête : c’est Odd avec Jérémie, Aëlita et Ulrich. Tous rentrent en fermant la porte. Tout le monde dans la pièce s’assoit par terre en en tailleur en formant un rond. Odd prend la parole
- Alors la mission : faire venir Hiroki ici, nos armes : rien, nos agents : Jé…
- ODD ! Coupe Ulrich, c’est sérieux ! On n’est pas dans James Bond !
- Désolé ! S’excuse Odd
- Bon alors, Odd nous a déjà expliqué ce que vous avez décidé avant ! Commence Aëlita
- Maintenant faut réussir à faire venir Hiroki ici, continue Jérémie
- On a qu’à téléphoner à la maison ! Propose Ulrich
- Et si c’est un des parents de Yumi qui décroche on fait quoi ? Questionne Sissi
- On a qu’à changer notre voix ! Ajoute Aëlita
- Nan, mes parents vous connaisse tous et puis on pourra pas transformer assez notre voix pour pas se faire repérer ! Explique Yumi
- Si ! J’ai un modulateur de voix que j’ai fabriqué l’année dernière ! Le truc c’est qu’on demande Hiroki au téléphone puis après Yumi dit que c’est elle ! Affirme Jérémie
- Mais pour sortir ? Il fait nuit et il n’a que 9 ans ! Tout seul c’est risqué ! Remarque Odd
- C’est toi le casse-cou de service qui le dit ? Dit Jérémie d’un ton moqueur
- Oh ça va ! Grogne Odd
- Il descendra comme moi avec les draps que j’ai laissés ! Répond Yumi
- Et moi je me poste devant la fenêtre pour le rattraper et le raccompagner ici ! Dit Ulrich
- Ca marche ! Dit Aëlita
- Alors Yumi tu me passe ton portable, Sissi tu décent distraire Jim, Jérémie tu prend ton modulateur de voix et Ulrich tu sort maintenant chez Yumi pour arriver à temps
- D’accord Odd ! Disent tout le monde en même temps
Puis ils font tous ce qu’on leurs a demandé : Ulrich sort de la chambre en prenant son manteau, Sissi va à la cafétéria, Jérémie cherche son modulateur de voix et Yumi tend son portable à Odd. Un peu plus tard, Jérémie revient avec son invention et va chez Yumi, Odd et Aëlita
- Voilà, je l’ai ! Tu prend le micro et tu parles dedans moi je réglerai ta voix pour qu’elle soit grave !
Odd empoigne le micro et Yumi compose le numéro de chez elle sur son portable
- Met le haut parleur ! Dit Jérémie
Yumi s’exécute. Jérémie règle sa machine puis fait lève le pouce pour dire que ça marche. Quelqu’un décroche, c’est une voix de femme
- Allo ?
- Bonjour, puis-je parler à Hiroki Ishiyama ?
La voix de Odd est bien grave
- C’est de la part de qui ? Demande Mme Ishiyama
- Euh de… c’est pour un questionnaire pour les enfants !
- D’accord, je vous le passe !
Yumi tape dans la main de Odd joyeux
- B’jour ! Chui Hiroki, vous voulez quoi ?
Yumi prend le téléphone
- Hiroki, c’est moi Yumi ! Je suis au collège !
- Ah bon ? Tout le monde croit que tu es dans ta chambre !
- J’ai fuguée ! Bon, tu vas venir aussi au collège !
- Mais…
- Tu va dans ma chambre et tu décent par la fenêtre grâce à mes draps que j’ai laissée !
- Je ne sais pas… Hésite Hiroki
- Ulrich t’attend en dessous de ma fenêtre pour te raccompagner et tu dormira au collège avec moi ! Précise Yumi
- C’est d’accord !
Puis il raccroche. Hiroki va chez ses parents
- Je vais voir Yumi dans sa chambre !
Yeng-shi se lève
- C’est bon, c’est moi qui vais y aller !
Yeng-shi s’avance mais Hiroki tend son bras devant lui
- Hep, hep, hep Mister Casanova de série 5, c’est ma sœur alors c’est moi qui y vais SEUL ! Capiche ? Ou p’tête que je dois parler en langage des débiles pour que tu comprenne ?
M Ishiyama se lève
- HIROKI !
- T’inquiète p’pa, j’vais te ramener Yumi en moins de 2 !
Puis il monte l’escalier en courant. Il va dans la chambre de Yumi et ferme la porte à clef. Le jeune japonais se retourne vers la fenêtre et constate que les draps sont bien encore là. Il va à la fenêtre grande ouverte et se penche : il voit Ulrich juste en bas entrain de l’attendre
- Ulrich, chui là !
Le jeune brun lève la tête
- J’te vois ! Décent !
Hiroki enlève sa tête et respire un bon coup. Il passe sa jambe par la fenêtre et la pose contre le mur. Il prend la corde avec ses mains et passe l’autre jambe en la posant rapidement contre le mur. Il se retrouve entièrement dehors. Hiroki regarde en bas en avalant sa salive bruyamment. Il décent comme à l’escalade mais petit à petit, le nœud qui unit la couette et le drap se défait. Le japonais en est à la moitié de la corde quand le nœud lâche. Il tombe en tenant toujours le drap des deux mains. Il ferme les yeux et se retient de crier mais son cœur bat à cent à l’heure. Ulrich le voit tomber alors il se poste juste en dessous de Hiroki qui tombe sur lui. Le jeune japonais ouvre les yeux et voit qu’il est couché sur Ulrich
- Merci vieux, je comprend pourquoi Yumi a craquée !
Ulrich a le visage sur le sol humide. Il dit d’une voix écrasée
- Hiroki, tu m’écrases !
- Désolé !
Celui-ci s’enlève laissant Ulrich se lever et s’essuyer le visage
- T’as rien ? Demande Ulrich
- Ca va, je vais bien ! Rassure Hiroki, maintenant on fait quoi ?
- On passe en dessous de la palissade ! Répond Ulrich
Puis tous deux court à la palissade. Ils rampent en dessous en vitesse avec Ulrich en tête. Quand il a traversé l’obstacle, il aide Hiroki à se lever
- Maintenant faut courir ! Explique Ulrich
- Mais… j’ai oublié mon manteau alors là chui gelé ! Dit Hiroki en grelottant
Ulrich s’accroupit devant Hiroki vu du dos
- Grimpe !
- T’es génial Ulrich !
Hiroki va sur le dos de Ulrich puis celui-ci se lève et court jusqu’au collège. Pendant ce temps, dans la chambre de Ulrich et Odd, Yumi tourne en rond dans la chambre et Jérémie et Odd sont assis tout les deux sur les lits
- T’inquiète Yumi, Hiroki va bientôt venir ! Rassure Odd
- Mais, si mes parents le retrouve ou…
- Odd a raisons, coupe Jérémie, il faut juste attendre !
Yumi le regarde inquiet. La porte s’ouvre en laissant apparaître Sissi qui va tout de suite dans la chambre
- Jim sera occupé pendant un moment !
- Qu’est-ce que t’as fait Sissi ? Questionne Jérémie
- J’ai fait croire que trois grands de 3ème du collège sont partis à l’autre bout de la ville sniffer de la cocaïne !
- Pas bête ! Remarque Odd
- Espérons que Jim ne se rend pas compte que t’as menti !
- Positive, Yu, positive ! Dit Odd
La porte s’ouvre et tous les regards sont posés sur celle-ci : c’est Hiroki qui sourit à pleine dents
- Soeurette !
Il court au cou de sa sœur qui c’est accroupi et sourit comme jamais
- Mon petit Hiroki !
Mais Yumi perd son sourire et s’enlève des bras de Hiroki
- Où est Ulrich ?
- Dans le couloir entrain de reprendre son souffle ! Il m’a porté de la maison jusqu’ici sur son dos !
Tout le monde va dans le couloir et voient Ulrich adossé contre le mur, ses mains sur les genoux, en reprenant son souffle. Yumi se précipite vers lui
- Ulrich ! Ca va ?
- T’inquiète !
Yumi le prend dans ses bras en souriant. Tout le monde sourit, même Sissi ! 2 heures plus tard, chacun est dans sa chambre entrain de roupiller. Dans celle de Odd et Ulrich, la disposition est comme prévue : Hiroki dans le lit de Odd, Yumi dans celui de Ulrich, Odd sur un matelas par terre à côté de son lit et Ulrich pareil. La chambre est d’une couleur bleutée grâce à la lumière de la lune. Tout le monde dort exépté Yumi qui regarde Ulrich dormir. Elle sourit tendrement puis finis par s’endormir

Yumi ouvre les yeux. La pièce est d’une couleur bleue assez foncée. Elle regarde le cadran du réveil à côté d’elle : 2h30. Mince, ce n’est pas le matin… Elle soupire et observe Ulrich : il dort à point fermés. Elle lève les yeux et regarde Hiroki : il dort aussi. Elle se lève de son lit et va jusqu’à la fenêtre en s’asseyant sur le rebord. Yumi observe la nuit étoilé d’une grande beauté. Une main se pose sur son épaule. L’asiatique se retourne et voit Ulrich souriant
- Je peux m’asseoir ? Chuchote-il
- On est dans un pays libre nan ? Répond Yumi
Ulrich s’assoit à côté de celle qui l’aime et la regarde
- Excuse-moi ! Dit Yumi
- Pas grave !
- C’est que je ne crois pas que j’irai en cours demain ! Et puis je ne t’es pas dit que Yeng-shi c’est inscrit au collège !
- Aï ! Ca se complique ! Mais je n’ai pas pensé non plus que c’est Jim qui nous réveil le matin et si il te vois…
- Je ne vais vous créer que des ennuis !
Yumi baisse la tête mais Ulrich prend le menton de la japonaise et le soulève
- Ne t’inquiète pas, tout ira bien et je ne ta laisserai jamais partir loin d’ici !
Yumi sourit. Elle approche son visage de celui de Ulrich qui en fait autant. Leurs yeux se ferment doucement et chacun peut sentir le souffle de l’autre. Leurs lèvres se frôlent et se rapproche. Ils s’embrassent langoureusement. Une émotion irrésistible submerge les deux amoureux. Aveuglante comme le soleil de midi, douce comme le chant des oiseaux et parfumée comme un champ de fleur. Cette sensation de bonheur ! Yumi détache ses lèvres de celle d’Ulrich et chuchote
- Il faudrait qu’on dorme !
- T’as raison Yu !
Chacun se lève et va dans son coin pour dormir. L’asiatique se roule dans la couverture sachant que son prince a déjà dormit dedans. Tout le monde ferme les yeux et se laisse emporter dans le pays des rêves… Le lendemain, Jérémie et Aëlita ouvre grand la porte et disent d’une voix forte
- DEBOUT !
Tout le monde grogne et Hiroki regarde sa montre
- Mais il est 5 heures du matin !
- Justement ! Pour pas que Jim vous voient, il faut se lever tôt !
Yumi se lève péniblement en gémissant ainsi que les autres sauf Ulrich. Il prend son oreiller et le met sur sa tête
- Encore deux minutes maman !
- Allez Ulrich, debout ! S’exclame Aëlita
Mais il n’écoute rien
- Dites cette nuit j’ai réfléchis et je me suis dit que je ne peux pas aller en cours ! Fit Yumi en se frottant les yeux
- Alors on fait quoi ? Demande Jérémie
- Je passe mon tour ! Répond Odd
- Moi non plus je n’ai pas d’idées ! Ajoute Aëlita
- Pourquoi pas… Lyoko ?
- T’es folle Yumi ! S’exclame Odd
- C’est quoi lyoko ? Questionne Hiroki en finissant de se lever
- Ben… Hésite Aëlita
- Se serai une bonne cachette ! Lance Odd
- Je croyais que t’étais contre ! Dit Jérémie
- Oui mais au moins personne ne pourrai nous trouver !
- Alors moi aussi je suis d’accord ! S’exclame Aëlita
- Alors c’est d’accord ! Finit par dire Jérémie
- De quoi vous parlez ? Questionne Hiroki
- Euuuh… Explique lui Ulrich ! Dit Jérémie
- ZZZZZZZZ
- ULRICH ! Crie Yumi
- Attend j’ai une idée ! Dit Hiroki
Il va vers Ulrich et retourne son matelas ! Ulrich se réveil brusquement et se lève enfin en se frottant sa tête
- Vous êtes vraiment sadique !
- Ouai, commence Odd, en plus normalement c’est moi qui est ronchon tout les matins !
Tout le monde rigolent sauf Ulrich qui grogne

Chez les Ishiyama, l’atmosphère est beaucoup plus triste. La famille c’est rendu compte de l’absence de leurs enfants et M Ishiyama a tout de suite prévenue la police. Mme Ishiyama est assise à la table à manger en pleurant. Yeng-shi est en face de Mme Ishiyama, pensant et l’homme de la maison répond aux questions posées par un agent de police. D’autres complète la pièce
- Vos enfants sont d’origine asiatique, c’est ça ? Demande un policier
- Tout a fait. Répond M Ishiyama, sa voix étouffé par les larmes
- Mes enfants, mes chéris… Sanglote Mme Ishiyama
- Y aurait-il une chose qui leurs on poussé à fuir ?
A part les policiers, tout le monde connaît très bien la réponse mais préfère garder le secret
- Nous allons continuer les recherches ! Ne vous inquiétez pas ! Rassure le chef des policiers
Plus facile à dire qu’à faire. Leurs enfants se sont sauvés en ne laissant pas d’indices précis, les seules qu’ils on sont un drap et une couverture noués ensembles et suspendus à la fenêtre
- Mmmmh… Réfléchis un policier, des personnes doivent être mêlés à ça !
Un tilt sans la tête de Yeng-shi. Il va vers le policier et tend une photo avec dessus Odd, Ulrich, Yumi, Jérémie et Aëlita souriant devant l’objectif. M et Mme Ishiyama suivent Yeng-shi du regard
- C’est sa bande d’amis ! Je l’ai trouvé dans la chambre de Yumi ! Explique Yeng-shi
Le policier prend la photo et l’examine. Yeng-shi poursuit
- Je me suit renseigné sur eux : le blond à l’allure original, c’est Odd Della Robbia. Il a un caractère peut commun et un peu « déjanté ». Apparemment il est assez actif et ses parents sont artistes. Celui à côté avec des lunettes, c’est Jérémie Belpois. C’est un surdoué avec un QI développé. A côté, c’est Aëlita Stones, la cousine de Odd. Je ne sais rien sur elle à part qu’elle est calme et un peu naïve. A côté d’elle, c’est Yumi ! Et enfin le châtain à l’allure réservé, c’est Ulrich Stern. Lui par contre, il est assez mystérieux et très proche de Yumi, pour tout dire c’est son petit copain, enfin, pas officiellement. Il est plutôt sérieux et paré sans humour mais en faite, il est « sympas et mignon » comme dit Yumi
Le policier écoute attentivement en observant bien la photo. M Ishiyama est intrigué
- Où as-tu déniché toutes ses informations ?
Yeng-shi s’attendait bien à cette question mais ne préfère pas répondre car les parents de Yumi et celle-ci se mettront sûrement en colère. En réalité, il a lu le journal intime de la japonaise et a fouillé dans ses affaires. Comme il veut ne pas défier la colère de tout le monde, il s’explique mais énigmatique
- J’ai mes sources !
M Ishiyama le regarde d’un air mauvais. Comment ça « ses sources » ? Le policier brise son silence
- Le châtain, il doit savoir quelques choses nan ? Car apparemment, il tisse des liens profond avec votre fille !
- Je le savais !!!!! Je vais le… Enrage M Ishiyama
- Nous ne confirmons rien ! S’exclame l’agent de police, voyant que M Ishiyama s’énerve
Yeng-shi réfléchis puis dit
- J’ai son numéro de portable ! Vous avez qu’à lui dire de près d’ici !
- Il est… 5h30 ! Et puis c’est bien la première fois que je fais quelque chose comme ça… Remarque le policier
Mme Ishiyama se lève, furieuse et crie
- Vous pouvez bien faire ça nan ? Pour nos enfants !!!!! Vous n’êtes même pas capable de faire votre boulot !!!!!!!!!! VOUS PARLEZ D’UN POLICIER !!!!
- Calmez-vous Mme ! Nous comprenons votre situation ! Dit l’agent de police
Mme Ishiyama tend son téléphone au policier
- Alors, faites ce qu’on vous demande ! Répond Mme Ishiyama sur un ton de défit
Yeng-shi tend un papier avec le numéro de portable d’Ulrich écris dessus. Le policier regarde tout le monde dans la pièce et finis par prendre le téléphone et compose le numéro d’Ulrich en mettant le haut parleur. Il pose l’appareil sur la table puis quelqu’un décroche
- Allo ? Dit une voix de garçon
- M Stern ? Demande le policier
- Lui-même ! Qui est-ce ? Demande Ulrich
Le policier allé répondre quand Yeng-shi prend la parole
- C’est Yeng-shi, mon vieux ! Yumi a du te parler de moi car je sais qu’elle est chez toi ! T’as intérêt à venir tout de suite ou sinon ça va chauffer !
- C’est ça ! Yumi est effectivement avec moi et tu sais quoi ? Je la protègerais de toi !
Dans la pièce, tout le monde se regarde sauf Yeng-shi qui regarde le téléphone
- Protéger ? Tu rigoles !
- Pas du tout ! S’énerve Ulrich, t’as pas intérêt à la toucher ou sinon, t’auras à faire à moi !
Mais Yumi prend le téléphone de Ulrich et parle d’un ton colérique
- Yeng-shi ! C’est Yumi !
Tout le monde fait de gros yeux dans la cuisine. Yeng-shi sourit sadiquement. Seule le chef des policiers le remarque mais il préfère de rien dire et laisser faire les choses
- Tiens, tiens, salut Yumi !
- Arrête ! Jamais je ne reviendrai et encore moins pour te voir !
- On est ronchon le matin, nan ? Dit Yeng-shi d’un timbre de voix mi douce mi sadique
Ulrich prend le téléphone et crie
- Tu nous laisse tranquille c’est clair ?
Puis un bip répété se fait entendre. M Ishiyama enrage
- Il détient ma fille ! Il va me le payer !!!!!!!!!
Personne ne dit rien. Un silence s’installe. Un silence lourd et pesant. Un des policiers de la pièce s’avance et dit
- Chef ? J’ai fait une école d’ingénieur et scientifique, je pence pouvoir faire quelque chose !
Puis il prend le téléphone et le bidouille. Tout le monde se regarde, intrigués et étonnés. Le bricoleur tend le téléphone et à l’écran, on peut voir Ulrich, Yumi, Aëlita, Odd et Jérémie, comme dans un film. Le chef ouvre grand les yeux et une expression de surprise se lie à son visage
- M… Mais comment vous avez fait ?
- Et bien je…
Mais Mme Ishiyama le coupe
- On s’en fiche ! Posez le téléphone sur la table et taisez-vous !
Et il s’exécute. Dans le film, on peut voir le groupe, silencieux. Odd coupe le silence
- Et maintenant, on fait quoi ?
- Je ne sais pas ! Dit Yumi
- Surtout qu’il y a les cours et Yeng-shi qui va venir pour y participer et Jim qui va faire son inspection ! Précise Jérémie
- T’es rassurant, dis donc ! S’exclame Odd
- Bon, Odd, Jérémie et moi, vaut mieux qu’on surveille les alentours ! Propose Aëlita
- Et moi ? Questionne Hiroki
- Reste avec Yumi et Ulrich ! Répond Jérémie
Puis le trio s’en va en laissant les amoureux et Hiroki seuls

Typy
07/02/06 à 19:03
mais pourquoi vous voulez tous la marier ?^^ bon remarquer un possible mari ne peut que la faire se bouger un peu les fesses pour urlich ^^
j'aime bien le debut,c'est un peu court ,mais ça va pour une introduction ;) je trouve que tu decrit bien (:

choulo
08/02/06 à 11:48
trop bien continu :!: mais dit moi, de quoi tu t'es inspiré pour le prénom de la mère de Yumi :?:

Lisa
08/02/06 à 13:25
"choulo" a écrit :
trop bien continu :!: mais dit moi, de quoi tu t'es inspiré pour le prénom de la mère de Yumi :?:


Des W.I.T.C.H ! C'est la chinoise ! Pourquoi tu me demandes ça ?

Shadowcat
09/02/06 à 19:32
pas mal, Odd est en passe de devenir conseiller matrimonial.......
tant qu'ulrich vient pas chercher ses pantoufles ou quelque chose de ce genre, on peut espèrer que tout se passe bien........espèrons, mais je ne serais pas contrre un bonne suite psycologie avec de l'action comme tu sais en faire...


@+++
Sha

Shadowcat
14/02/06 à 14:57
exellent Ulrch qui fait le chien!!! j'applaudis j'ai trop rigolé!!!!
ca apprendra Odd à claquer les portes; même si c'est pas sa faute!!!
@++
SHA

Catchalque
15/02/06 à 01:19
Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi Odd est en colère? ^^

Elwing
15/02/06 à 04:41
c'est vrai que la réaction de odd parait un peu...abusé. se mettre en colère juste parce que Ulrich se cache derrière la porte, ou parce que lui et yumi se sont vue en "cachette" c'est un peu gros à avaler.
Yumi qui se tape le front: pareil..pas besoin d'en faire tout un plat. Odd qui les surprend , c'est pas la fin du monde.et Odd peut aussi trè bien comprendre les 2 amoureux...

Lisa
15/02/06 à 09:56
Une majorité des lecteurs n’on pas compris ou tout simplement pas aimés la suite de ma fan fic. J’ai donc décidé que je ferai une autre suite plus facile à comprendre
Voilà ! J’vais donc la publiée ou cette après midi ou ce soir !
Pour les questions, Odd est en colère car Yumi et Ulrich lui ont mentis et ils se cachent car Odd les narguerai pendant… longtemps !

Ange.lou
16/02/06 à 20:22
Je ne sais pas s'il s'agit de ta première fic, enfin je me lance,

Premièrement mon but n'est pas de critiquer sans nuance, mais je dois t'avouer que ta fic est assez decevante.

1)C'est très ennuyeux de ne lire que par petit bout...... il serait plus judicieux de l'écrire entièrement puis de la publier (cf: reglèmenent de Tchoucky)

2) Orthographe et Expression : L'Orthographe est moyen (je te deconseille le correcteur de windows, ca serait pire, mais prends le temps de te relire, je suis certaine que tu prendras conscience que certaines fautes peuvent être évités ;) )

Maladresses d'expression : Tu emploies un present de narration, je pense que pour mieux comprendre le point de vue de Yumi tu devrais utiliser une focalisation interne (ca y est jemploie des mots compliqués lol) raconte ton histoire celon le point de vue de Yumi.

Incohérences : Le frère de Yumi parle chinois, hors celle ci est japonaise.....

Bon je vais comme même te citter des aspects positifs, parceque sinon c'est pas constructif.

Deja bravo d'écrire une fic, moi je suis une fénéante qui n'en a plus le courage ni la motivation ;) ;)

L'idée est sympa, surtout sur Yumi.
Le suspens est present...... et il y a respect des caractères des personnages!

Bon courage pour la suite!

Ps: il ne s'agit que d'une simple critique, ne le prends pas mal, c'est pour t'aider à progresser

Lisa
16/02/06 à 21:27
"Ange.lou" a écrit :
Je ne sais pas s'il s'agit de ta première fic, enfin je me lance,

Premièrement mon but n'est pas de critiquer sans nuance, mais je dois t'avouer que ta fic est assez decevante.

1)C'est très ennuyeux de ne lire que par petit bout...... il serait plus judicieux de l'écrire entièrement puis de la publier (cf: reglèmenent de Tchoucky)

2) Orthographe et Expression : L'Orthographe est moyen (je te deconseille le correcteur de windows, ca serait pire, mais prends le temps de te relire, je suis certaine que tu prendras conscience que certaines fautes peuvent être évités ;) )

Maladresses d'expression : Tu emploies un present de narration, je pense que pour mieux comprendre le point de vue de Yumi tu devrais utiliser une focalisation interne (ca y est jemploie des mots compliqués lol) raconte ton histoire celon le point de vue de Yumi.

Incohérences : Le frère de Yumi parle chinois, hors celle ci est japonaise.....

Bon je vais comme même te citter des aspects positifs, parceque sinon c'est pas constructif.

Deja bravo d'écrire une fic, moi je suis une fénéante qui n'en a plus le courage ni la motivation ;) ;)

L'idée est sympa, surtout sur Yumi.
Le suspens est present...... et il y a respect des caractères des personnages!

Bon courage pour la suite!

Ps: il ne s'agit que d'une simple critique, ne le prends pas mal, c'est pour t'aider à progresser


T'inquiète, je le prend pas mal ! Mais y en a beaucoup qui me demande "la suite" et moi qui suis une grosse feignasse... Ca m'emmerde !
J'vais suivre tes conseils !

Ange.lou
17/02/06 à 10:30
"The Sorrow" a écrit :
pfiuu apres une critique comme celle que ragouter de plus sinon que courage
comme le dit Ange.lou c'est comme cela que l'on aprend

Ange.lou c'est domage que n'ecrive plus tes fic etait vraiment tres bien


En fait, je n'en ai vraiment plus le temps, et puis les fics pour moi s'était une époque ^^ maintenant je m'interresse plus aux critiques.
Je rajoute que ca devait faire au moins 6 mois que je n'étais pas venu sur le forum 8) 8)

chloé
24/02/06 à 16:33
lol c'est pas mal , ca ma fait rire le passage ou hiroki tombe sur ulrich lol , jimagine trop !!
L'idée est vraiment bien surtout contnue moi j'attend avec impatience!

Typy
04/03/06 à 01:53
vu que j'en ai profité pour relire le premier chapitre,je te fait remarquer que j'aime bien la description de Yeng-shi,chose que j'avait pas remarquer à ma premiere lecture.
Citation :
Yumi reste de marbre, pétrifié par cette nouvelle

l'expression colle pas trop ,"rester de marbre" veut plutot dire être indifferent.
tu raconte bien la fuite et course de yumi .
mais par contre ,le pretexte pour que ulrich sorte de la chambre était un peu bidon ,celui çi aurai du s'en rendre compte.
la reaction d'ulrich qui s'ennerve de voir yumi dans la chambre est quant même exageré...enfin non ,mais ses arguments sont mauvais ^^
c'est lui qui s'exprime mal,mais c'est toi qui le fait mal s'exprimer :p
quant à la reaction de yumi elle est très rapide et directe...à la limite si tu voulait une declaration aussi rapide ,il aurai peut être fallu la faire plus longue ,parce que la phrase est etonnament courte et bien faite pour quelqu'un qui s'effondre la seconde d'après...ça aurai été mieux avec plus d'hesitations ,de mots inutiles et de repetitions.
Citation :
Yumi n’a jamais parlée comme ça avec un ton de voix aussi méchan

c'est dommage que ont le sentent que dans les paroles de yumi et que tu n'explique pas mieux ses sentiments ,comme tu le fait dans le reste de la fic.

la scene pour faire venir hiroki à kadic est vraiment mignonne... bon c'est un peu bête de la part de yumi de reclamer son frére alors que c'est franchement pas le moment ,mais toute cette agitation pour quelque chose de tellement futile c'est très enfantin de leur part et très mignon ^^
par contre il aurai peut être fallut des plus grandes "retrouvailles" entre yumi et hiroki...
Citation :
Il va vers Ulrich et retourne son matelas !
il est fort le gamin...
"Ange.Lou" a écrit :
Incohérences : Le frère de Yumi parle chinois, hors celle ci est japonaise.....

moi je voyait plutot ça comme une expression: "il faut que je te le dise en chinois ?"

Citation :
Tout a fait. Répond M Ishiyama, sa voix étouffé par les larmes

ça m'ettone un peu de lui ,deja de pleurer,mais en plus de pleurer devant tout le monde...

ulrich aurai du être un peu plus surpris au telephone ^^ il est quant même 5 heure du matin :p et puis avouer que yumi est avec lui est stupide.les policier n'on qu'a appeller la directeur et enfoncer la porte...

youha 0_0 il est fort le policier 0_0 un peu trop même non ?
c'est un peu court aussi c'est vrai ^^ mais j'ai bien aimer quant même :p on commence a se poser des question sur Yeng-shi...

Lisa
25/03/06 à 16:43
J'm'y attendait de ta critique avec le coup du téléphone ^^ ! J'voulais que les policiers et tout le monde les vois car j'ai souvent pensé à ça ! Merci de vos coms ^^ !

jujujoly
25/03/06 à 18:54
C'est clair ! Il est balèze le flic :p
Franchement ton histoire elle est géniale ! Vivement la suite !!

Mamaï
30/03/06 à 08:57
Je suis tout à fait d'accord ! A l'avis général : la suite !
Je trouve que Mr Ishiyama est un peu idiot... croire qu'Ulrich détient Yumi... quand il parle comme ça, on croit qu'Ulrich a kidnappé sa fille !
Et en plus, cette caméra (ça se voit que c'est une caméra...), qu'est ce qu'elle fait là ?
Quelques questions sans réponses ! Mais c'est ça, le suspense ! Bonne continuation pour la suite ! :p ;) :lol: 8) :o

Clem
11/08/06 à 18:20
Décidément, je ne tombe que sur les fanfics avec des suites :?
Outre le fait que je n'aime pas l'idée du mariage de Yumi, je trouve ton histoire très bien expliquée, bien décrite.
J'aime beaucoup tes descriptions surtout quand Yumi se met à la fenêtre et le baiser entre elle et Ulrich
J'aime beaucoup aussi l'aide de Sissi!!

Bref, j'aime vraiment cette histoire