Histoire : En pleine nature


Score : 8 sur 10 (8.0/10)   [1 notes]

Donner une notre :

Taille du texte :

Imprimer cette histoire

Écrite par Eridan le 20 mai 2006 (9319 mots)

C’était l’effervescence ce matin là au collège Kadic. C’était une très belle journée de printemps : ciel bleu sans nuage, douce brise caressant les visages, chant mélodieux des oiseaux et hirondelles virevoltant entre les arbres parés de leur plus belle couleur vert tendre.
Plusieurs classes de 4ième et 3ième s’affairaient pour le départ. Les élèves allaient en pleine forêt, un peu en dehors de la ville, pour une sortie nature et pédagogique.
Mme Hertz et Jim supervisaient les préparatifs et étaient chargés d’encadrer la sortie, qui s’annonçait à la fois sportive, Jim allant sûrement faire marcher au pas tout ce petit monde, et instructive, Mme Hertz ayant annoncé que l’excursion ferait l’objet d’un devoir de synthèse.

De leur côté, Jérémie, Aelita, Yumi et Ulrich avaient déjà leurs sacs de randonnée bien ficelés.

- « Bon, qu’est qu’il fait Odd ? On va partir sans lui si ça continue » dit Ulrich
- « Qu’est-ce qu’il faisait quand tu l’as laissé ? » demanda Yumi
- « Ben, il allait prendre sa douche puis déjeuner »
- « Cherches pas alors, il doit être à la cantine en train d’avaler tout ce qui lui tombe sous la main » répondit Jérémie

Jim sonna le départ, toujours avec son ton d’adjudant en pré retraite nostalgique de l’armée dopé à la caféine en intraveineuse, accompagné par son inébranlable pansement sur la joue.

- « Allez, bande de limaçons, on se remue, on monte dans le bus et qu’ça saute !!! »
- « Je me demande ce que cache ce pansement » dit Aelita
- « Sûrement pas une coupure de rasoir, on dirait qu’il s’est pas rasé d’une semaine » dit Yumi dans un sourire
- « Pour son anniversaire, on lui offrira un manuel de rasage » répliqua Ulrich

Jim, qui malgré son incapacité à se raser correctement (on peut même se demander si il a déjà vu un rasoir de sa vie) n’était pas si sourd que ça.

- « Alors monsieur Stern, on complote un mauvais coup derrière mon dos ? »
- « Euh.... Non, non, msieur, on fait que parler » répondit Ulrich d’une voix hésitante et légèrement marqué par la crainte de se prendre une punition salée.
- « Eh bien à la place de parler, bougez-vous, et en voiture !!! »

A ce moment là, Odd fit son apparition, dans l’allée principale, un croissant dans la bouche, un paquet de barres chocolatées dans une main, son sac à dos dans l’autre.

- « Hé attendez-moi ! » Dit-il d’une voix à moitié étouffée par le croissant dans sa bouche, qu’il failli perdre au passage, en disant ces mots.
- « Monsieur Della Robia, encore en retard à ce que je voit »

Mme Hertz s’adressa à Odd sur un ton sec et désapprobateur

-« Ben c’était double ration de croissants ce matin à la cantine m’dame, j’ai pas pu résister » dit Odd en affichant un large sourire auquel le croissant était toujours accroché....

Mme Hertz afficha alors un petit sourire qui cachait évidemment une petite surprise pour Odd

- « Et moi je ne peux pas résister à l’envie de vous demander, en plus de la synthèse, un résumé sur le déroulement de cette sortie ainsi que de ce que je vous aurait enseigné durant cette journée »

Le sourire d’Odd s’était effacé, son visage disant « Oh non.....pas ça par pitié !!! »

Jérémie, Aelita, Ulrich et Yumi esquissèrent à leur tour un sourire, taquinant leur ami.

- « Odd, ton appétit est un véritable trou noir pour tout ce qui se mange » Dit Jérémie
- « Ta tendance à avaler tout ce qui te passe sous la main te perdra » renchérit Yumi
- « J’y peux rien moi, si j’ai un gros appétit. Et puis se montrer grand séducteur ça creuse »
- « Et se prendre des râteaux aussi » dit Ulrich en riant, entraînant ses amis, sauf Odd qui protestait, dans un fou rire.

Tout en riant, les cinq amis grimpèrent dans le bus.

Le trajet ne fut pas très long. Au bout d’une heure ils arrivèrent à l’entrée de la forêt. Le « camp de base » de l’expédition était une aire de repos pour randonneurs. Dans cette zone, les arbres étaient espacés, mais avec leur feuillage formait un toit végétal qui tamisait agréablement la lumière du soleil. Sous presque chaque arbre se trouvaient des tables et bancs en bois que les élèves envahirent, attendant le signal du départ de l’excursion.

Pendant que Jim et Mme Hertz vérifiaient qu’aucun des élèves ne manquait à l’appel, Jérémie, Aelita, Yumi, Ulrich et Odd s’étaient regroupés afin de se préparer au mieux.
Jérémie n’avait pas la mine des bons jours.

- « Arrête de faire cette tête Einstein » dit Odd, « respire, relax, on est en pleine nature tout roule ! »
- « Tu rigoleras moins si il prend l’envie à Xana de lancer une attaque. On est assez loin de l’usine. En cas de problèmes on mettra un temps fou à intervenir sur Lyoko »
- « Ce serait pas la première fois qu’on aurait des difficultés pour aller à l’usine » dit Yumi, « on s’est à chaque fois débrouillé pour y parvenir »
- « Peut-être » répondit Jérémie dont le ton s’était fait cassant, « mais Xana devenant de plus en plus puissant, la moindre erreur pourraient lui permettre de gagner.... »
- « Pas la peine de s’énerver, tu sais bien qu’Odd adore se frotter aux monstres de Xana, il se chargera de faire le boulot pendant qu’on profitera de la sortie » dit Ulrich en souriant afin de calmer un peu l’atmosphère.
- « Ouais, c’est sur » répondit Odd, « j’irai montrer à Xana de quelles flèches laser je me chauffe »

Aelita se rapprocha de Jérémie lui dit d’une voix douce et rassurante :

- « J’ai confiance, Jérémie. Il y a toujours une solution »

Elle le regardait si tendrement que Jérémie fini par rougir. Ces quelques mots eurent le pouvoir de le réconforter un peu. Il reprit d’une voix plus calme :

- « Au moins, on sera prévenu si Xana attaque. J’ai réussi à caser mon ordinateur dans mon sac à dos »

Voyant Jérémie moins angoissé, Odd se mit à le taquiner avec un grand sourire

- « Eh ben Jérémie, c’est fou l’effet qu’Aelita a sur toi. Vous ne devriez jamais vous quitter ! »

Jim, qui passait entre les élèves pour vérifier leur paquetage, avait entendu Jérémie dire qu’il avait pris son ordinateur. Alors qu’ils se levaient pour rejoindre le gros de la troupe, Il attrapa Jérémie par le col

- « Pas si vite monsieur Belpois, pourquoi avez-vous un ordinateur dans votre paquetage ? »
- « Euh.... Ben m’sieur, c’est pour prendre des notes.... » Jérémie n’en menait pas large
- « Ceci est une randonnée, monsieur Belpois, pas un labo de sciences. Vous allez me faire le plaisir de laisser votre ordinateur dans le bus. Et tant qu’on y est, interdiction d’utiliser les portables. Aller, tous les portables dans le bus, et qu’ça saute»
- « Ah non, c’est pas vrai pas les portables, décidément faut qu’il en fasse qu’à sa tête lui.... » Chuchota Jérémie à ses amis.
- « Pourquoi ? » interrogea Ulrich
- « Ben j’avais prévu un système d’alerte par le téléphone au cas où il arriverait quelque chose à l’ordinateur. Maintenant on sera totalement pris par surprise si Xana attaque »
- « C’est pas grave » fit Aelita, « Xana n’attaquera peut être pas. Apres tout, sa dernière attaque remonte à 24 heures à peine. Il lui faut du temps si il veut être plus efficace pour son prochain coup »
- « Mouais » dit Jérémie sans grande conviction.

Malgré tout, sentir Aelita à ses cotés le rassurait grandement et entretenait son espoir de la libérer et de vaincre Xana.

- « Monsieur Morales, ne croyez-vous pas que vous en faite un peu trop ? » Questionna Mme Hertz qui était en train de distribuer les consignes pour le devoir de synthèse.
- « Non, mme Hertz » dit Jim sur un ton assez militaire, « ces appareils sont sources de distractions. Sans, ils seront bien plus concentrés pour apprendre quelque chose ! »

Mme Hertz regarda Jim en se disant qu’il se laissait un peu trop déborder par son entrain. Puis elle reprit ses consignes.

- « Bien, vous allez travailler par deux pour réaliser l’étude de la faune et de la flore de cette forêt. Voici la liste des binômes »

La liste était longue. Les groupes étaient fait par classe, ce qui énerva passablement Ulrich, mais le rendit encore plus énervé lorsqu’il entendit :

- « Yumi, vous travaillerez avec William »

William semblait jubiler à l’idée de passer l’après-midi en proche compagnie de Yumi et discrètement, il jeta un regard suffisant à Ulrich qui ne manqua pas de remarquer son attitude.
Yumi n’avait pas l’air folle de joie, mais ne semblait pas non plus être dégoutté par l’idée de travailler avec William.

Mme Hertz continua d’annoncer les groupes

- « Jérémie, vous serez avec Hervé »

Les deux adolescents se regardèrent avec un dédain réciproque.

- « Aelita et Sissi vous travaillerez toutes les deux , Odd et Ulrich vous ferez équipe »
- « T’en fait pas, Yumi se laissera pas séduire par ce frimeur en carton » Odd essayait de mettre Ulrich de bonne humeur. Celui-ci avait la mine des mauvais jours.
- « Je te demande rien toi, et d’abord, ça te regarde pas »
- « Ola, môsieur ronchon est de sortie, tous aux abris »
- « Si tu continue je te transforme en bonzaï miniaturisé »
- « Un bonzaï ? C’est déjà miniature » répondit Odd
- « Alors imagine la tête que t’aurais en bonzaï rapetissé, et laisses-moi tranquille »

Ulrich se mit en marche avec le reste du groupe.

- « Monsieur Moralés et moi-même délimiteront le périmètre sur lequel nous allons nous étaler pour avancer. Ne vous aventurez pas loin du groupe. Les dégâts de la tempête de l’hiver dernier n’ont pas été effacés. Soyez prudent. »

Mme Hertz, avait donné ses dernières consignes et l’excursion débuta. Odd avait laissé Ulrich partir un peu en avant. Jérémie passa à sa hauteur, celui-ci ne paraissant pas vraiment heureux du sort qui l’avait mis en équipe avec Hervé.

- « Fait pas cette tête, vois le bon côté des choses » lui dit Odd
- « Quel bon coté ? » répondit Jérémie
- « Ben t’as qu’à mettre une antenne dans l’oreille d’Hervé. Il sera très bien dans le rôle du portable, il a déjà le clavier sur la figure »

Odd affichait un large sourire, et réussi à remonter un peu le moral de son ami.
Quant à elle, Aelita, même si elle savait que Sissi n’était pas vraiment d’une compagnie agréable, ne se faisait pas trop de soucis.

- « Grrrrrr, j’ai horreur de ces randonnées, le vent et les branches décoiffent mes magnifiques cheveux, la terre salit mes chaussures et en plus il faut faire un devoir.... C’est vraiment injuste ! » Sissi fulminait déjà alors que la sortie venait à peine de commencer
- « C’est toujours agréable pourtant, la nature. S’éloigner de la pollution de la ville de temps en temps c’est nécessaire » lui répondit Aelita
- « Moi, mon milieu naturel, c’est la ville et les centres commerciaux. Je suis pas une paysanne comme toi » lança Sissi sur un ton cassant, comme à son habitude.
- « Au moins, je ressemble pas à un tableau de Picasso après le maquillage »

Aelita ne s’était pas laissée démonter. Sissi parti droit devant, verte de rage de ne pas avoir eu le dernier mot.
Yumi et William s’étaient mis immédiatement au travail, listant les plantes croisées, prélevant des échantillons de terre pour une analyse ultérieure en classe de chimie.

- « Je suis content qu’on puisse enfin passer un peu de temps ensemble » dit William, en se rapprochant de Yumi discrètement.
- « Ouais, faire ce travail à deux le rend moins ennuyeux » répondit Yumi
- « C’est toujours très agréable d’être avec toi » continua William

Il touchait presque Yumi et allait lui prendre la main. Elle s’aperçu de la manœuvre, fit un pas en avant pour esquiver le mouvement de William.

- « On a du travail » dit simplement Yumi.

William était un peu dépité de n’avoir pas pu arriver à ses fins, mais il ne désespérait pas.
De leur coté, Jérémie et Hervé se chamaillaient à chaque brin d’herbe qu’il ramassaient, à propos de l’espèce de la plante, de ce qu’il fallait ramasser, d’où il fallait passer....

- « Mais tu fait quoi là ? C’est pas une bruyère cendrée ça, relis un peu ton cours ! » Dit Jérémie, passablement énervé
- « Tu raconte n’importe quoi. C’est une bruyère cendrée ça, je sais ce que je dit ! » s’énerva encore un peu plus Hervé
- « Mais bien sûr » dit calmement Jérémie, « depuis quand une bruyère cendrée à des fleurs rangées comme des épis..... »

Hervé se rendit compte de son erreur et devint lui aussi vert de rage de s’être encore fait rabaisser aussi facilement.

- « Pourtant, avec tout ce qui bourgeonne sur ton visage, tu devrais t’y connaître en botanique » ajouta Jérémie.

Et une conversation acharnée s’engagea entre lui et Hervé.

Odd avait rejoint Ulrich, qui se demandait plus comment aller tourner sa relation avec Yumi que savoir quelle plante ramasser.
Mme Hertz fit signe aux élèves de s’arrêter.

- « Nous allons nous enfoncer un peu de ce coté. Juste sur quelques mètres, il y a des plantes intéressantes à voir et qui vous seront utiles pour votre devoir.

Le sous bois n’avait pas l’air d’être un endroit risqué, même si on voyait des traces des dégâts de la dernière tempête sur les troncs de certains arbres, dont un qui avait été couché par le vent mais dont les racines le retenait encore au sol. Sa position avait été renforcé par un échafaudage, le temps pour les bûcherons de s’occuper de cette parcelle de forêt.


Odd et Ulrich n’étaient pas très loin de cet arbre. Odd tentait de faire parler Ulrich à propos de Yumi.

- « Si t’es pas sûr des sentiments de Yumi, t’as qu’a lui en parler, c’est pas compliqué »
- « Et qui t’as dit que je me préoccupait des sentiments de Yumi ? »
- « Bah ça se voit, chaque fois que de William l’approche, tu t’énerves et tu t’en va »
- « Et alors, ce que je fais te regardes pas »
- « Et puis Yumi partage tes sentiments, j’suis sûr »
- « Qu’est-ce que ta cervelle de tombeur en série est aller imaginer ? »
- « C’est simple, fait semblant de t’intéresser à Sissi et regarde le résultat sur Yumi. A tous les coups elle sera verte !!! »
- « Je vais pas aller me coller volontairement ce chewing-gum de Sissi sous la semelle ! »
- « Ben c’est soit ça, soit tu parles à Yumi. »

Ulrich ne répondit rien. Il sentait qu’il fallait faire quelque chose mais il ne savait pas trop quoi et surtout ne s’en sentait pas encore capable.
Alors qu’Odd et Ulrich tenaient cette conversation, les buissons autour de l’arbre étaient agités d’une drôle de façon, un peu comme si quelqu’un les frôlait.

D’un coup, on entendit un grand bruit. L’arbre couchait n’était plus retenu et allait s’abattre droit sur Odd et Ulrich qui pourtant n’était pas tout à fait sous l’arbre. Ces derniers eurent juste le temps d’esquiver le projectile végétal. Un énorme nuage de poussière s’éleva sur la trajectoire de l’arbre qui continua sa descente jusqu’au petit chemin que les élèves venaient de quitter.

- « Ulrich, Odd » cria Yumi, qui se précipita vers eux, tout comme Jérémie et Aelita
- « Reculez, vite » dit mme Hertz
- « On s’approche pas !!! » Dit Jim en retenant Yumi par le bras, « Belpois, Stones revenez ici !!!! » lança-t’il.

Jérémie et Aelita allaient entrer dans le nuage de poussière quand Ulrich et Odd, apparurent, titubant, toussant, couverts de terre, avec quelques égratignures mais rien de bien grave.

- « On a eu de la chance », fit Odd
- « Manquer de se faire écraser par un arbre alors qu’on est à coté et pas dessous, j’appelle pas ça de la chance » rétorqua Ulrich
- « Un coup de Xana peut être » suggéra Aelita
- « Sans portable ni ordinateur impossible de vérifier »

Jérémie était plutôt énervé, après le soulagement de vois ses amis sains et saufs, de ne pas avoir son superscan sous la main.
Soudain d’autres bruit assourdissants résonnèrent autour des collégiens. Il s’agissait d’éclairs qui frappaient le sol.
Profitant de ce que l’attention de Jim fut détournée par ce nouveau phénomène, Yumi se libéra de sa main et rejoignit ses amis. Les éclairs qui semblaient maintenant se diriger sur eux.

- « Plus de doute possible, c’est Xana » dit Aelita
- « Et maintenant il veux nous transformer en merguez sur pattes ?! Il sait plus quoi inventer » plaisanta Odd
- « Je reste pour l’occuper, rejoignez l’usine vite !! » dit Ulrich
- « Ok, fait gaffe a toi »

En disant ces mots, Yumi croisa le regard d’Ulrich, qui senti au fond de lui une chaleur intense, comme si se plonger dans le regard de son amie suffisait à le réconforter. Il s’élança alors dans le nuage de poussière, un petit sourire de confiance s’esquissant sur son visage, afin de détourner l’attention de ces éclairs.
Mais Xana ne l’entendait pas de cette oreille. Les impacts se rapprochaient dangereusement de Yumi et Odd qui courraient juste derrière Jérémie et Aelita. En quelques enjambées, ils se retrouvèrent sur le chemin menant au bus.

- « Comment on va faire pour rejoindre l’usine ? Il nous a fallu une heure en bus pour venir » questionna Odd
- « Je sais pas encore, j’y travaille » répondit Jérémie
- « Travaille-y plus vite Einstein, ou pour la première fois je serais foudroyé par autre chose que la beauté d’une fille »
- « On dirait qu’ils ne cherchent pas à vous toucher. Odd et moi on va faire un détour pour atteindre le bus, ça sera plus sûr pour vous deux. Si vous le pouvez, allez à l’usine directement. On se débrouillera pour vous rejoindre »

Yumi semblait avoir compris que Xana essayait une fois de plus de forcer Aelita à se rendre sur Lyoko sans défense, afin de lui voler sa mémoire sans risquer d’être une fois de plus dérangé. Ils se séparèrent donc. Jérémie et Aelita constatèrent en effet que les éclairs ne les suivaient pas.

- « Tu crois qu’on peut prendre le bus sans risque ? » lui dit Aelita
- « Si on arrive à convaincre le chauffeur de nous conduire à l’usine, y’a pas de raison que Xana nous barre la route. Il veut ta mémoire et il sait que je suis le seul à pouvoir te virtualiser. Par contre quand tu seras sur Lyoko, je doute qu’il me laisse tranquille »

A cette réponse, Aelita devint pâle. Cette fois-ci, Xana donnait l’impression d’avoir bien calculé son coup. Soit elle se faisait voler sa mémoire, soit Xana, voyant qu’il ne prendraient pas le risque d’envoyer Aelita se débrouillerait pour tous les détruire et serait libre de continuer son attaque. Dans les deux cas, il était gagnant.


Ils arrivèrent devant le bus. Le chauffeur se tenait devant le bus, observant le nuage qui s’élevait sur le forêt. Jérémie se demandait bien comment le persuader de les rapprocher de l’usine.

- « S’il vous plait ! » dit Jérémie au chauffeur, « il faut prévenir les secours, il faut qu’on aille prévenir le proviseur »
- « Il se passe quoi là-bas ? » demanda le chauffeur, « j’ai essayé de téléphoner mais on dirait que les lignes sont brouillées »
- « On dirait un orage magnétique. Des éclairs s’abattent sur le sol »
- « ok, je vous emmène au collège. On s’arrêtera au commissariat en passant pour prévenir les autorités »

Jérémie n’espérait pas que se rapprocher de l’usine serait aussi facile. Aelita était aussi surprise que lui.

- « Tu crois pas que ça a été un peu trop facile ? » chuchota Aelita à Jérémie en montant dans le bus
- « Si, c’est bizarre, à sa place j’aurais attendu le reste de la classe pour les emmener » dit-il, « mais on a pas le luxe de pouvoir hésiter » répondit-il aussi discrètement
- « Accrochez-vous les enfants, ça va secouer » prévint le chauffeur

Et le bus s’éloigna précipitamment de la forêt en direction de la ville. Alors que Jérémie et Aelita ne semblaient pas avoir de difficultés, Odd et Yumi slalomaient entre les décharges électriques.

- « Il faut s’en débarrasser, sinon on rejoindra jamais l’usine vivants » dit Yumi, entre deux respirations
- « Et comment on fait pour semer des éclairs ? On éteint l’interrupteur peut être ? » répliqua Odd
- « On utilise une illusion »
- « Aaaaaah bon !!! Et t’as apporté le kit de magicien ’spécial spectre de Xana’ ? »

Yumi ne répondit pas. Elle pris Odd par le bras et se dirigea vers une zone du terrain en pente raide, surplombée par quelques arbres menaçant de tomber. Evidement, les éclairs les suivirent, se rapprochant de plus en plus. Les impacts devenaient si proches que le tremblement du sol manquait à chaque fois de déséquilibrer les deux amis.
Ceux-ci franchirent la ligne d’arbre, et stoppèrent net. Les éclairs frappèrent alors les troncs d’arbre qui se cassèrent net, plusieurs d’entre eux s’abattirent sur Odd et Yumi, qui disparurent dans un épais halo de poussière.

De son côté, Ulrich, lui aussi poursuivi par les décharges électriques, s’était éloigné des élèves. Mme Hertz et Jim semblaient soulagés de voir la situation se calmer. Dans la confusion, ils n’avaient pas encore remarqués la disparition de Jérémie et ses amis.
Ulrich se demandait aussi comment échapper à ces décharges lorsqu’il vit sur le sol une traînée lumineuse, qui ressemblait aux arcs électriques qui parcourent les câbles quand un spectre de Xana apparaît. Il décida de suivre celle lueur, qui le conduisit après de longues minutes et plusieurs montées d’adrénaline dus aux éclairs qui faillirent le toucher plusieurs fois, vers une petite cabane d’où sortait le câble.
Lorsqu’il entra, il vit un générateur, visiblement sous le contrôle d’un spectre qui lui fournissait de l’énergie. Le spectre devait déployer toute sa force pour alimenter les décharges, car il ne s’attaqua pas à Ulrich. C’était un peu comme être dans l’œil du cyclone : proche du danger mais au calme..... momentanément.
Ulrich eut alors une idée. Il avait aperçut un robinet avec un tuyau, servant probablement à un jardinier pour entretenir les jeunes pousses qui avaient été plantés dans cette partie de la forêt.
Se rappelant que eau et électricité ne faisait pas bon ménage, il ressorti de la cabane. Un éclair manqua de le carboniser sur place. Il saisit le tuyau d’arrosage, ouvrit le robinet. Il fut obligé de passer par une petite fenêtre exiguë lorsque qu’une autre décharge s’écrasa à quelques centimètres de ses pieds. Il versa l’eau sur le générateur. L’effet fut immédiat. Une épaisse fumée, puis des flammes sortirent du générateur. Ulrich s’empressa de sortir. Il avait fait quelques dizaine de mètres que la cabane explosa. Le souffle le projeta quelques mètres en avant, mais le nuage de poussières et les éclairs avaient disparu.

De leur côté Yumi et Odd avaient trompés les décharges électriques. Au moment où les arbres furent abattus sur eux, ils se réfugièrent dans une petite cavité qui se trouvait au pied de la pente, évitant ainsi le désagréable destin que Xana leur avait réservé. Ils restèrent là sans bouger, pour faire croire à Xana qu’ils avaient été écrasés. Au bout de quelques minutes, le nuage et les éclairs semblaient s’éloigner. Ils sortirent alors de leur cachette.

- « On dirait bien que ça a marché ! » dit Yumi
- « Humpffff » répondit Odd, les cheveux et la bouche pleins de feuilles
- « Eh bien Odd, tu te met au régime végétarien maintenant ? »

Yumi regardait Odd avec amusement.

- « Végétarien moi ? Quand les monstres de Xana auront des dents !!!! »
- « Aller, faut se rendre à l’usine. On va voir si le bus est encore là »
- « Ok, je te suis »

Ils coururent aussi vite qu’ils le purent. Arrivés sur place, le bus n’était évidemment pas là.

- « On va avoir du mal à rejoindre Jérémie et Aelita » soupira Yumi
- « Mais, non » répliqua Odd, « on va emprunter un moyen de transport »

Il désigna du doigts des vélos que des promeneurs avaient laissés là, arrivés probablement peu de temps avant l’attaque de Xana. On aurait dit qu’ils les avaient lâchés pour s’enfuir.

- « Va falloir mouliner sec » dit Odd
- « Même avec ces vélos et les raccourcis il va nous falloir une bonne demi-heure pour atteindre l’usine »

Ils s’élancèrent tous les deux, espérant arriver avant qu’une autre catastrophe ne survienne.

Jérémie et Aelita n’étaient plus très loin de l’usine. Durant le trajet, les deux adolescents avaient vérifié le superscan sur l’ordinateur de Jérémie. Ce qu’ils constatèrent n’était pas rassurant.

- « Quatre tours d’activées ?! Mais comment c’est possible !! » s’écria Jérémie « même avec le peu de retours dans le passé qu’on a fait, Xana n’a pas pu prendre autant de puissance »
- « Et comment peut t’il contrôler une tour dans chaque territoire ? » ajouta Aelita, avec une voix pleine d’inquiètude

- « Eh bien....... en théorie...... il suffirait d’établir un réseau de communication inter-tours en se servant des différents nœuds de réseau qui lient ces tours aux territoires» tenta d’expliquer Jérémie d’une voix plus qu’hésitante

- « Les désactiver une par une sera long, et on peut être surs que Xana aura prévu un comité d’accueil pour chaque tour »

Aelita tremblait comme une feuille. Et voir Jérémie perplexe devant ce défi n’était pas fait pour arranger son état. Cela se ressentait dans sa voix. Jérémie était plongé dans ses pensées et essayait de trouver une solution. Malgré sa profonde concentration il s’aperçut de l’état de sa bien aimée.


- « J’ai peut être une idée. Les tours sont toutes proches du centre de leurs territoires. Xana les contrôle peut-être à partir d’une autre tour activée dans le cinquième territoire. Après tout, ça ne serait pas la première fois qu’il camoufle une tour là-bas » rassura Jérémie.
- « Comment en être certain ? » questionna Aelita
- « Ben..... c’est là le problème. Il faudra vérifier qu’une de ces tours est bien contrôlée via le cinquième territoire. Si c’est le cas je pourrais peut être l’isoler des autres tours et à partir de là je devrais être capable de couper le réseau de communication qui les relie. Ensuite direction le cinquième territoire pour désactiver la tour à l’origine de l’attaque »

Aelita resta silencieuse. Pendant que Jérémie parlait, elle lui avait pris la main. Il était tellement pris par ses explications qu’il ne s’en rendit pas compte de suite. Quand il eu fini d’expliquer, il s’en aperçut et se mit à rougir légèrement pendant qu’elle se blottissait contre lui.
Le bus arriva à un carrefour pas très loin de l’usine. Jérémie dit à Aelita que c’était le moment de fausser compagnie à leur chauffeur. Il se glissèrent vers la porte arrière, actionnèrent la poignée d’urgence et sortirent. Le chauffeur se retourna et se leva pour les rattraper, mais le feu passa au vert et un concert de klaxons de conducteurs pressés se fit entendre, obligeant le chauffeur à reprendre sa route.

Dans la forêt, Ulrich se relevait difficilement du souffle de l’explosion. Il s’en était sorti avec quelques blessures, mais rien de bien méchant. Il regarda la cabane fumante, soulagé d’en avoir fini avec ce spectre.
Il lui fallait maintenant s’assurer que le reste des élèves n’avait rien eu et rejoindre ensuite ses amis sur Lyoko. Il fit le chemin qui l’avait conduit à l’origine des éclairs en sens inverse. Partout autour de lui il voyait les dégâts qu’avait provoqué le passage du spectre dans la coin. Les branchages plus ou moins imposants partout sur le sol rendaient le parcours assez sportif.
Soudain, il senti quelque chose de mou sous ses pieds. Il était pris comme dans des sables mouvants et commençait à s’enfoncer lentement. Mais ça n’était pas des sables mouvants.... On aurait dit un tourbillon qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à un spectre de Xana : même couleur, même texture.
Celui de la cabane n’avait donc pas été anéanti dans l’explosion. Il avait suivi discrètement Ulrich pour lui tendre un piège. En pixelisant le sol, il l’avait rendu malléable, comme des sables mouvants.
Ulrich tentait de se sortir de là mais il avait les pieds coincés, le spectre faisant tout ce qu’il pouvait pour le retenir.


Il se mit à appeler au secours durant de longues minutes, tout en se débattant de toutes ses forces pour ne pas s’enfoncer davantage.

- « C’est pas vrai ! Magnez vous avec cette tour ! » pensa Ulrich, dont la gravité de sa situation commençait à l’oppresser. Son cœur se serrait et son souffle devenait court à l’idée de ne pas pouvoir s’en sortir. La peur se faisait plus présente mais il ne tremblait pas. Beaucoup trop de pensées lui vinrent à l’esprit pour lui laisser le temps de se laisser envahir par le désespoir.

Il commençait à s’en vouloir de ne pas avoir parlé à Yumi de ses sentiments plus tôt. Il savait que son manque de confiance en lui finissait toujours par l’éloigner d’elle. Et la présence de William, ainsi que les relations qui semblaient y avoir entre Yumi et lui n’étaient pas fait pour l’encourager à faire le premier pas.
Malgré tout, il se dit que si il s’en sortait cette fois-ci, il devrait trouver la force d’affronter ses sentiments et ceux de Yumi. En fait, il pensait qu’il devait s’en sortir. Il ne pouvait pas se laisser avoir comme ça. Il tenait à Yumi et il fallait absolument qu’elle le sache un jour.
Cette pensée arrêta net la peur qu’il avait et il mis encore plus de force et de détermination pour se sauver et continua d’appeler à l’aide.

De leur coté, Jim et Mme Hertz, après la dissipation des éclairs et des nuages de poussières avaient commencés à regrouper les élèves pour vérifier si tous allaient bien.

- « Allez, on se regroupe, et en vitesse » dit Jim d’une voix forte, tout en se relevant péniblement.
- « Je vais faire l’appel. Vérifiez que les élèves sont en bonne santé »
- « Bien, Mme Hertz »

Et Jim se mit à vérifier chaque élève sous toutes les coutures. Apparemment, il n’y avait que quelques bosses et égratignures, auxquelles il n’avait pas échappé lui même. Ce que remarquèrent les élèves qui se mettaient à rire quand il passait devant eux.
Jim avait du être frôlé par un éclair : un bout de son jogging était arraché et pendait, de sa taille jusqu’à mi-cuisse. Mais ce qui se remarquait le plus, c’était ce qu’on voyait en dessous : la couleur et les motifs de son caleçon : jaune avec des petits nounours.....

Lorsqu’il s’en rendit compte, Jim fut assez gêné mais reprit vite le dessus.

- « On se tait dans les rangs, on est pas dans une cours de récréation ici ! »
- « Jim, il manque quelques élèves. Allez vérifier si ils ne se sont pas égarés, je m’occupe de ramener les autres vers la sortie » coupa Mme Hertz.

Il se mit alors en route, et commença à fouiller avec zèle chaque buisson.

Pendant ce temps, à l’usine, Jérémie et Aelita s’était déjà mis sur le problème des quatre tours activées. Ils ne savaient pas ce qu’il se passait dans la forêt, mais il leur fallait faire vite.
- « On a pas le temps d’attendre les autres. Tu plonges sur Lyoko, mais je vais brouiller les pistes » dit Jérémie
- « On a qu’a envoyer une fausse image de moi comme la dernière fois » proposa Aelita.
- « Xana s’attend peut être à ce qu’on lui fasse ce coup, là. On va procéder autrement mais on garde le principe du leurre : je vais créer un faux signal de toi sur Lyoko et le diriger vers une tour en le faisant prendre des chemins à couvert pour qu’ils ne se rendent pas compte qu’ils poursuivent du vent. » expliqua Jérémie
- « Ca va dégager une partie des défenses de la tour mais même si je peux l’atteindre, il y aura toujours des monstres » s’inquiéta Aelita.
- « On attendra un peu avant de t’envoyer pour de bon là bas. Yumi Odd et Ulrich sont sûrement sur le chemin de l’usine »

Ils mirent leur plan à exécution. Jérémie fit apparaître un signal correspondant au profil numérique d’Aelita sur le territoire montagne, assez loin de la tour pour détourner le plus longtemps possible les monstres de Xana. Cela semblait fonctionner. On pouvait voir sur l’écran de contrôle que deux escadrilles de frolions et deux krabes tentaient de rejoindre le faux signal.
Après de très longues minutes, Jérémie décida de ne plus attendre ses amis pour envoyer Aelita. Celle-ci descendit au scanner. Jérémie allait la virtualiser lorsqu’il vit arriver Yumi et Odd par le corridor.

- « Eh ben alors, on allait commencer la fête sans nous ? » dit Odd
- « Ah ben vous voilà, c’est pas trop tôt. On allait être obligé d’envoyer Aelita seule sur Lyoko » fit Jérémie
- « Ouais, ben on a bien failli finir en steak tartare dans la forêt. Expliquer à Xana qu’on veut pas faire partie du barbecue, ça prend du temps » répliqua Yumi
- « Aelita est aux scanners. On a repéré quatre tours d’activées, une sur chacun des territoires, mais je soupçonne que ces tours ont été activé par Xana via une autre tour dans le cinquième territoire. Je vous envoie tous les trois vérifier ça sur la tour du territoire montagne. J’ai reussi à détourner l’attention du comité d’accueil. La première partie du plan devrait pas poser de problèmes »
- « Ok Einstein, on fonce et on montre a Xana qu’on ne me transforme pas en pâté pour spectre aussi facilement ! » renchérit Odd

Yumi et Odd rejoignirent Aelita aux scanners. Ils apparurent dans une caverne, non loin de la tour. Jérémie les averti que seuls deux cubes montaient la garde au pied de la tour. Les autres monstres étant encore à la poursuite du faux signal de Jérémie.
La tour était sur un petit monticule, lui même sur un plateau circulaire d’où partait trois sentiers.

- « Je vous envoi vos véhicules. Mais ça va couper le signal du leurre que j’ai envoyé. Les autres monstres seront sur vous dans cinq minutes au plus. Il faut prendre le contrôle de la tour avant. » averti Jérémie
- « Compris. Je prend le chemin de droite, toi celui de gauche. Tu passes le premier pour attirer leur attention » dit Yumi
- « Chef, oui chef » répondit Odd, qui s’élança immédiatement à l’assaut de la tour

Il arriva en vue des cubes qui se mirent en position et firent feu sur lui. Odd enchaîna acrobaties et figures de style tout en vidant ses flèches laser sur les deux bestioles.
Au milieu des tirs, deux éventails surgirent de nulle part et désintégrèrent un premier cube. Le second dévia l’un des projectiles. Odd en profita pour l’achever. Aelita entra dans la tour, et accéda à l’écran de commande. Jérémie lui demanda alors d’infiltrer les données avant de désactiver la tour afin de vérifier si elle était indépendante des autres tours.

- « Jérémie, tu as vu juste, j’ai un flux de données qui arrive à la tour »
- « Tu peux voir d’où il provient ? »
- « Attend...... oui ça y est, il vient bien du cinquième territoire »
- « Ok, je vais établir une connexion avec la tour, et introduire un programme qui devrait se propager aux autres tours et les couper du flux de données. Quand tu désactivera cette tour, ça devrait aussi neutraliser les autres. Il restera à trouver la tour sur le cinquième territoire. En la désactivant, on coupera définitivement l’attaque de Xana »
- « Ca fait beaucoup de ’devrait ’ Jérémie » dit Yumi
- « je sais...... mais j’ai pas eu beaucoup de temps pour mettre ça au point »

Jérémie réussi à accéder à la tour, malgré le contrôle de Xana et implanta le programme, qui se propagea aux autres tours via le réseau qui les connectaient. Jérémie demanda alors a Aelita de désactiver la tour. Cela eu pour effet de neutraliser les quatre tours en même temps, grâce au programme de Jérémie.

- « Aller, maintenant direction le cinquième territoire » dit Jérémie
- « On a désactivé les tours mais il reste un paquet de monstres sur ce territoire. Xana va pas nous laisser s’approcher du transporteur comme ça.... » soupira Yumi
- « Oui..... et d’ailleurs vous avez juste le temps de prendre vos véhicules avant qu’ils n’arrivent sur vous »

L’overwing et l’overboard se matérialisèrent devant eux. Les frolions se rapprochaient rapidement. Au moins, les deux krabes ne pouvaient plus les rejoindre. C’était toujours ça de gagné. Ils montèrent sur leurs engins et foncèrent vers l’extrémité du territoire. On pouvait voir toute la concentration dans laquelle Yumi et Aelita étaient plongées. Même Odd était silencieux, ce qui était très loin d’être son habitude, mais la situation était bien plus compliquée que les autres missions qu’ils avaient déjà effectué.

- « Jérémie, on est presque à l’extrémité du territoire, où sont les frolions ? » demanda Aelita
- « Ils seront sur vous quand vous arriverez sur le transporteur, il faudra tenir le temps qu’il arrive. Je me tient prêt à entre le code. » répondit Jérémie
- « On a des nouvelles d’Ulrich ? »

Yumi commençait à s’inquiéter sérieusement. Elle s’en voulait de l’avoir laissé affronter seul les décharges d’énergie et le spectre qui devait contrôler tout ça. Et si le regard qu’ils avaient échangé était le dernier ? Et si elle n’avait pas l’occasion de lui parler de ses sentiments ? A la seule pensée de ce qui pourrait arriver, elle se sentait mal à l’aise. Une étrange sensation lui nouait l’estomac à chaque fois qu’elle revoyait le visage d’Ulrich, s’élançant dans le nuage de poussière.
Mais elle savait ce qu’elle avait à faire. Elle savait qu’elle ne tremblerait pas face aux monstres de Xana sur le cinquième territoire. Et elle savait aussi qu’Ulrich était plein de ressources. Cette pensée la réconforta un peu et lui donna encore plus de détermination.

- « Aucune » lui répondit Jérémie, « mais je suis sur que tout va bien » ajouta t’il
- « Il doit être certainement en route pour nous rejoindre » dit Aelita, toujours confiante
- « Aller, t’en fait pas Juliette, Roméo est sûrement en train de faire sa fête au spectre de Xana, tu le connais ». Odd était enfin sorti de son silence. La perspective de désintégrer encore ces sales bestioles le rendait joyeux.


Yumi, Aelita et Odd se retrouvèrent à l’extrémité du territoire. A peine avaient ils posés le pied au sol que les frolions les avaient rattrapés. Ils se mirent à tirer. Odd absorba quelques tirs avant de détruire deux frolions qui s’étaient un peu trop approchés. Yumi para les tirs mais elle avait du mal à tenir la cadence.
Jérémie se dépêcha de taper le code du transporteur. Il apparut derrière Aelita, et les trois amis se jetèrent à l’intérieur pour échapper au plus vite aux bestioles volantes.

Jim était toujours à la recherche des élèves manquants. Il n’était pas surpris de s’être rendu compte que s’était Jérémie et ses amis qui étaient absents. « Après tout, ils sont toujours fourrés ensemble » se disait-il.
Ses recherches le menaient vers la cabane qui contenait le générateur. Il continuer à remuer chaque buisson quand il cru entendre une voix. En fait c’était plutôt des appels au secours. Il se précipita donc vers ces appels, scrutant tous les recoins de la forêt sur son passage pour trouver qui pouvait bien avoir des ennuis. Ce sur quoi il finit par tomber le scotcha un moment sur place, la bouche grande ouverte, essayant de bredouiller quelques mots.

C’était Ulrich qui se débattait pour se sortir du piège que lui avait tendu le spectre. Il avait attrapé la branche d’un petit arbre qui avait été couché au sol alors que les éclairs se déchaînaient. Il tenta de s’en servir comme une corde. Les efforts qu’il déployait ne lui permettait que de ne pas s’enfoncer davantage.
Jim se précipita vers lui et saisi son bras pour le tirer.

- « Tiens bon, gamin »

Malgré ses efforts, Ulrich ne bougea que de quelques centimètres

- « Bon sang, mais c’est quoi ste’chose ? » fit Jim
- « Un spectre » répondit Ulrich entre deux efforts pour sortir de là.
- « Un quoi ? Mais qu’est-ce que...... ? Eh puis non, je préfère pas savoir !!!! Accroche toi encore un moment»

Soudain, Jim eut une idée. Il avait vu le câble qui courait sur le sol. Il pris un couteau qu’il avait dans son sac à dos et sectionna le câble sur une bonne longueur.

- « Passe ça autour de ta taille » dit Jim en tendant une extrémité du câble à Ulrich.

Puis il alla passe l’autre extrémité du câble autour d’un tronc d’arbre proche et se mit à tirer de toutes ses forces. Ulrich sentait que le spectre était en train de lâcher prise petit à petit, mais ça risquait de prendre du temps et Jim pourrait bien finir par se fatiguer.

- « Jim, y’a plus urgent à faire. Il faut que je joigne Jérémie au plus vite »
- « Et pourquoi ? Il ne pourra rien faire de là où il est »
- « Si justement. Mais il faut faire vite !!! »

Jim réfléchi un instant. Il continuait de tirer mais malgré quelques progrès, sortir Ulrich de là semblait bien plus difficile qu’à première vue. Il attacha le câble au tronc, sorti son téléphone de son sac à dos. Ca répit lui permettrait de souffler avant de continuer à tirer. Le câble maintenant la situation d’Ulrich stable.
Il lui donna le numéro pour joindre Jérémie sur l’ordinateur et lui demanda de le prévenir de sa situation.

- « Ulrich, c’est toi ? » dit Jérémie, voyant un numéro inconnu s’afficher sur son écran
- « Non, monsieur Belpois, c’est monsieur Moralès » répondit Jim, essoufflé de ses efforts
- « Jim ? Comment avez vous eu ce numéro ? »
- « C’est votre ami Stern qui me l’a donné, il est empêtré dans un machin sombre, comme des sables mouvants. J’arrive pas à le remonter mais il ne s’enfonce plus, pour le moment »
- « Xana.... » ragea Jérémie
- « Qui ça ? » dit Jim, surpris par ce drôle de nom qu’il venait d’entendre.
- « Rien, trop long à vous expliquer. Dites à Ulrich qu’on est sur le chemin pour désactiver une tour, qu’il ne s’en fasse pas c’est une affaire de quelques minutes »

Jérémie était alarmé. Quelques minutes, c’est certain, mais qu’allait t-il se passer dans quelques minutes. Atteindre la tour sur le cinquième territoire ne serait pas une partie de plaisir.

D’ailleurs, rien qu’activer la clé serait plutôt compliqué. Lorsque Yumi, Odd et Aelita arrivèrent dans la salle, ils virent un escalier menant à la clé mais sur une marche sur deux, un rampant attendait sagement leur arrivée. A peine avaient ils mis un pied dans cette salle que les rampant firent feu. Odd eut juste le temps d’activer son bouclier. Un bon reflexe qui permit aux trois amis de s’abriter dans un recoin de la pièce.

- « Oulà !!!! Xana à vu les choses en grand ce coup-ci » dit Odd
- « On voit ça » répondit Yumi en jetant un œil en direction de la clé, « il va falloir les divertir en se séparant. Je m’occupe des premières marches de l’escalier »

Jérémie intervint alors :

- « Yumi, j’ai des nouvelles d’Ulrich. Il se bat avec un spectre qui s’est changé en sorte de sable mouvant. Il faut faire vite il tiendra peut être plus très longtemps »

Ce que craignait Yumi s’était réalisé : Ulrich était en danger, et elle s’en voulait encore plus de ne pas l’avoir épaulé dans la forêt. Il ne fallait plus hésiter. Elle senti monter en elle une sensation de profonde peine à l’idée de perdre Ulrich, mais aussi une immense énergie, faite de détermination et de fureur : cela ne pouvait être ainsi, Xana ne devait pas arriver à ses fins. Il était inconcevable qu’il arrive à tuer Ulrich.
Elle empoigna ses éventails, se mit en position et sonna la charge. Elle s’engagea la première, absorbant les premiers tirs avec ses armes. Odd s’élança juste après, ce qui eu pour effet de diviser le feu des rampants. Yumi lança ses éventails avec toute la force qu’elle pouvait puiser en elle. Deux rampants y passèrent, Odd réussissant à faire de même.
Aelita était restée cachée, attendant de pouvoir passer. Malgré leur efforts, il restait encore plusieurs monstres à éliminer, et Yumi et Odd avaient déjà encaissé des tirs. Soudain, une immense colonne vint s’abattre sur une marche, pulvérisant un rampant.

- « Jérémie, on a pas eu le temps d’activer la clé » cria Aelita, alarmée par la situation.
- « T’inquiètes pas Aelita, c’est moi qui ai activé certains changements. J’ai reussi à modifier un peu l’architecture de la salle en bidouillant un programme qu’on avait récupéré » dit Jérémie
- « Wouah, Einstein, tu ferai un malheur dans le compactage de machins indésirables » dit Odd, en voyant des colonnes écraser les rampants les uns après les autres.

Les quelques monstres qui purent éviter de finir en crêpe ne firent pas le poids face à Yumi et Odd.
Les colonnes se soulevèrent pour laisser passer Yumi qui alla activer la clé.

- « Il va falloir prendre l’ascenseur, la tour activé se trouve juste à coté de l’entrée vers le terminal », indiqua Jérémie.
- « Ok. On doit s’attendre à quoi là bas ? » demanda Aelita
- « D’après ce que je voit, il y a deux mantas et un champs de mine »
- « Eh ben..... il nous fera courir jusqu’au bout ce Xana » fit remarquer Odd

Ils s’élancèrent vers la porte qui s’était ouverte et sautèrent sur l’ascenseur. Ulrich luttait contre le spectre, toujours avec l’aide de Jim.
L’ascenseur s’arrêta devant l’accès au terminal. Sur la gauche de la passerelle se tenait la tour activée et un dense nuage de mine la protégeait. De l’autre coté, les mantas amorçaient leur attaque sur les trois adolescents.
Odd encaissa quelques tirs avec son bouclier tandis que Yumi parvenait à détruire une des mantas. Le dernier monstre passa juste au dessus d’eux. Odd en profita pour lui tirer dessus. Il ne la détruisit pas mais ses tirs la déséquilibrèrent et la bestiole alla se pulvériser contre plusieurs mines.

- « Et maintenant, on le traverse comment ce champs de mines ? » demanda Odd

Yumi était très inquiète. Elle était angoissée à l’idée de perdre Ulrich et cela l’empêchait de réfléchir

- « En faisant ce que tu devrait faire plus souvent dans ta chambre Odd : passer un coup de balais !!! » dit Aelita d’un air amusé

Aelita se concentra et fit apparaître un grand mur face au champ de mine.

- « Yumi ? Hého, Yumi t’es avec nous ? » fit Aelita
- « Hein quoi ... euh oui pas de problème »

Yumi regarda le mur et compris de suite où Aelita voulait en venir. Elle se concentra et fit avancer le mur vers la tour. A son contact, les mines explosaient par dizaines. Le mur se dévirtualisa brutalement sous les coups des mines, mais le chemin était dégagé. Aelita créa alors un petit pont vers la tour et se précipita vers elle.
Au même moment, Ulrich s’accrochait toujours au filin qui l’empêchait de couler mais la pression sur le câble autour de sa taille le serrait de plus en plus et commençait à l’étouffer. Il voyait de plus en plus trouble mais le tenait toujours fermement. Jim tirait lui aussi de toutes ses forces.
Brusquement la force qui le retenait prisonnier s’évanouit et Ulrich, sous l’effet de la traction de Jim sur le câble, jaillit en un éclair de ce piège et reprit son souffle en toussant violemment. En jetant un coup d’œil au spectre, il le vit se décoller du sol et se désagréger. Il savait que ses amis avaient réussi sur Lyoko et se senti soulagé. Il se retrouva ensuite dans la cour de l’école, devant le bus qui allait les emmener dans la forêt.

- « Bon, qu’est qu’il fait Odd ? On va partir sans lui si ça continue » dit Ulrich
- « Qu’est-ce qu’il faisait quand tu l’as laissé ? » demanda Yumi
- « Ben, il allait prendre sa douche puis déjeuner »
- « Cherches pas alors, il doit être à la cantine en train d’avaler tout ce qui lui tombe sous la main » répondit Jérémie
- « Il aurait pu faire un effort cette fois-ci » dit Yumi dans un sourire

Odd fit son apparition, dans l’allée principale, un croissant dans la bouche, un paquet de barres chocolatées dans une main, son sac à dos dans l’autre.

- « Hé attendez-moi ! » Dit-il d’une voix à moitié étouffée par le croissant dans sa bouche, qu’il failli perdre au passage, en disant ces mots.
- « Monsieur Della Robia, encore en retard à ce que je voit »

Yumi s’approcha de Ulrich alors qu’Odd recevait sa punition pour la deuxième fois. Elle avait entendu la réaction d’Ulrich quand Mme Hertz avait annoncé que William allait travailler avec elle dans la forêt.

- « Tu sais, c’est qu’un devoir rien de plus, faut pas en faire un fromage. J’aurais préféré le faire avec toi tu sait». Yumi regardait Ulrich droit dans les yeux en lui disant ça, ses joues se teintant légèrement de rose
- « Euh.... Moi aussi j’aurais préféré, on forme une bonne équipe » bégaya Ulrich légèrement géné, mais souriant.

Il lu dans le regard de Yumi qu’elle tenait beaucoup à lui. Il se senti rassuré par la chaleur que Yumi avait mis dans sa phrase en la lui disant. Même s’il n’en était pas encore totalement conscient, quelque chose lui murmurait qu’il avait une place particulière dans le cœur de Yumi.

Jérémie, Aelita et Odd montèrent alors dans le bus, suivi par Yumi et Ulrich qui se tenaient l’un à coté de l’autre, leurs mains se touchant presque....

FIN.


Eridan
20/05/06 à 16:49
Voici le début de ma deuxième fic, toujours dans le même style (faudra que je trouve une idée plus originale un jour :) )




C’était l’effervescence ce matin là au collège Kadic. C’était une très belle journée de printemps : ciel bleu sans nuage, douce brise caressant les visages, chant mélodieux des oiseaux et hirondelles virevoltant entre les arbres parés de leur plus belle couleur vert tendre.
Plusieurs classes de 4ième et 3ième s’affairaient pour le départ. Les élèves allaient en pleine forêt, un peu en dehors de la ville, pour une sortie nature et pédagogique.
Mme Hertz et Jim supervisaient les préparatifs et étaient chargés d’encadrer la sortie, qui s’annonçait à la fois sportive, Jim allant sûrement faire marcher au pas tout ce petit monde, et instructive, Mme Hertz ayant annoncé que l’excursion ferait l’objet d’un devoir de synthèse.

De leur côté, Jérémie, Aelita, Yumi et Ulrich avaient déjà leurs sacs de randonnée bien ficelés.

- « Bon, qu’est qu’il fait Odd ? On va partir sans lui si ça continue » dit Ulrich
- « Qu’est-ce qu’il faisait quand tu l’as laissé ? » demanda Yumi
- « Ben, il allait prendre sa douche puis déjeuner »
- « Cherches pas alors, il doit être à la cantine en train d’avaler tout ce qui lui tombe sous la main » répondit Jérémie

Jim sonna le départ, toujours avec son ton d’adjudant en pré retraite nostalgique de l’armée dopé à la caféine en intraveineuse, accompagné par son inébranlable pansement sur la joue.

- « Allez, bande de limaçons, on se remue, on monte dans le bus et qu’ça saute !!! »
- « Je me demande ce que cache ce pansement » dit Aelita
- « Sûrement pas une coupure de rasoir, on dirait qu’il s’est pas rasé d’une semaine » dit Yumi dans un sourire
- « Pour son anniversaire, on lui offrira un manuel de rasage » répliqua Ulrich

Jim, qui malgré son incapacité à se raser correctement (on peut même se demander si il a déjà vu un rasoir de sa vie) n’était pas si sourd que ça.

- « Alors monsieur Stern, on complote un mauvais coup derrière mon dos ? »
- « Euh…. Non, non, msieur, on fait que parler » répondit Ulrich d’une voix hésitante et légèrement marqué par la crainte de se prendre une punition salée.
- « Eh bien à la place de parler, bougez-vous, et en voiture !!! »

A ce moment là, Odd fit son apparition, dans l’allée principale, un croissant dans la bouche, un paquet de barres chocolatées dans une main, son sac à dos dans l’autre.

- « Hé attendez-moi ! » Dit-il d’une voix à moitié étouffée par le croissant dans sa bouche, qu’il failli perdre au passage, en disant ces mots.
- « Monsieur Della Robia, encore en retard à ce que je voit »

Mme Hertz s’adressa à Odd sur un ton sec et désapprobateur

-« Ben c’était double ration de croissants ce matin à la cantine m’dame, j’ai pas pu résister » dit Odd en affichant un large sourire auquel le croissant était toujours accroché….

Mme Hertz afficha alors un petit sourire qui cachait évidemment une petite surprise pour Odd

- « Et moi je ne peux pas résister à l’envie de vous demander, en plus de la synthèse, un résumé sur le déroulement de cette sortie ainsi que de ce que je vous aurait enseigné durant cette journée »

Le sourire d’Odd s’était effacé, son visage disant « Oh non…..pas ça par pitié !!! »

Jérémie, Aelita, Ulrich et Yumi esquissèrent à leur tour un sourire, taquinant leur ami.

- « Odd, ton appétit est un véritable trou noir pour tout ce qui se mange » Dit Jérémie
- « Ta tendance à avaler tout ce qui te passe sous la main te perdra » renchérit Yumi
- « J’y peux rien moi, si j’ai un gros appétit. Et puis se montrer grand séducteur ça creuse »
- « Et se prendre des râteaux aussi » dit Ulrich en riant, entraînant ses amis, sauf Odd qui protestait, dans un fou rire.

Tout en riant, les cinq amis grimpèrent dans le bus.

Le trajet ne fut pas très long. Au bout d’une heure ils arrivèrent à l’entrée de la forêt. Le « camp de base » de l’expédition était une aire de repos pour randonneurs. Dans cette zone, les arbres étaient espacés, mais avec leur feuillage formait un toit végétal qui tamisait agréablement la lumière du soleil. Sous presque chaque arbre se trouvaient des tables et bancs en bois que les élèves envahirent, attendant le signal du départ de l’excursion.

Pendant que Jim et Mme Hertz vérifiaient qu’aucun des élèves ne manquait à l’appel, Jérémie, Aelita, Yumi, Ulrich et Odd s’étaient regroupés afin de se préparer au mieux.
Jérémie n’avait pas la mine des bons jours.

- « Arrête de faire cette tête Einstein » dit Odd, « respire, relax, on est en pleine nature tout roule ! »
- « Tu rigoleras moins si il prend l’envie à Xana de lancer une attaque. On est assez loin de l’usine. En cas de problèmes on mettra un temps fou à intervenir sur Lyoko »
- « Ce serait pas la première fois qu’on aurait des difficultés pour aller à l’usine » dit Yumi, « on s’est à chaque fois débrouillé pour y parvenir »
- « Peut-être » répondit Jérémie dont le ton s’était fait cassant, « mais Xana devenant de plus en plus puissant, la moindre erreur pourraient lui permettre de gagner…. »
- « Pas la peine de s’énerver, tu sais bien qu’Odd adore se frotter aux monstres de Xana, il se chargera de faire le boulot pendant qu’on profitera de la sortie » dit Ulrich en souriant afin de calmer un peu l’atmosphère.
- « Ouais, c’est sur » répondit Odd, « j’irai montrer à Xana de quelles flèches laser je me chauffe »

Aelita se rapprocha de Jérémie lui dit d’une voix douce et rassurante :

- « J’ai confiance, Jérémie. Il y a toujours une solution »

Elle le regardait si tendrement que Jérémie fini par rougir. Ces quelques mots eurent le pouvoir de le réconforter un peu. Il reprit d’une voix plus calme :

- « Au moins, on sera prévenu si Xana attaque. J’ai réussi à caser mon ordinateur dans mon sac à dos »

Voyant Jérémie moins angoissé, Odd se mit à le taquiner avec un grand sourire

- « Eh ben Jérémie, c’est fou l’effet qu’Aelita a sur toi. Vous ne devriez jamais vous quitter ! »

Jim, qui passait entre les élèves pour vérifier leur paquetage, avait entendu Jérémie dire qu’il avait pris son ordinateur. Alors qu’ils se levaient pour rejoindre le gros de la troupe, Il attrapa Jérémie par le col

- « Pas si vite monsieur Belpois, pourquoi avez-vous un ordinateur dans votre paquetage ? »
- « Euh…. Ben m’sieur, c’est pour prendre des notes…. » Jérémie n’en menait pas large
- « Ceci est une randonnée, monsieur Belpois, pas un labo de sciences. Vous allez me faire le plaisir de laisser votre ordinateur dans le bus. Et tant qu’on y est, interdiction d’utiliser les portables. Aller, tous les portables dans le bus, et qu’ça saute»
- « Ah non, c’est pas vrai pas les portables, décidément faut qu’il en fasse qu’à sa tête lui…. » Chuchota Jérémie à ses amis.
- « Pourquoi ? » interrogea Ulrich
- « Ben j’avais prévu un système d’alerte par le téléphone au cas où il arriverait quelque chose à l’ordinateur. Maintenant on sera totalement pris par surprise si Xana attaque »
- « C’est pas grave » fit Aelita, « Xana n’attaquera peut être pas. Apres tout, sa dernière attaque remonte à 24 heures à peine. Il lui faut du temps si il veut être plus efficace pour son prochain coup »
- « Mouais » dit Jérémie sans grande conviction.

Malgré tout, sentir Aelita à ses cotés le rassurait grandement et entretenait son espoir de la libérer et de vaincre Xana.

- « Monsieur Morales, ne croyez-vous pas que vous en faite un peu trop ? » Questionna Mme Hertz qui était en train de distribuer les consignes pour le devoir de synthèse.
- « Non, mme Hertz » dit Jim sur un ton assez militaire, « ces appareils sont sources de distractions. Sans, ils seront bien plus concentrés pour apprendre quelque chose ! »

Mme Hertz regarda Jim en se disant qu’il se laissait un peu trop déborder par son entrain. Puis elle reprit ses consignes.

- « Bien, vous allez travailler par deux pour réaliser l’étude de la faune et de la flore de cette forêt. Voici la liste des binômes »

La liste était longue. Les groupes étaient fait par classe, ce qui énerva passablement Ulrich, mais le rendit encore plus énervé lorsqu’il entendit :

- « Yumi, vous travaillerez avec William »

William semblait jubiler à l’idée de passer l’après-midi en proche compagnie de Yumi et discrètement, il jeta un regard suffisant à Ulrich qui ne manqua pas de remarquer son attitude.
Yumi n’avait pas l’air folle de joie, mais ne semblait pas non plus être dégoutté par l’idée de travailler avec William.

Mme Hertz continua d’annoncer les groupes

- « Jérémie, vous serez avec Hervé »

Les deux adolescents se regardèrent avec un dédain réciproque.

- « Aelita et Sissi vous travaillerez toutes les deux , Odd et Ulrich vous ferez équipe »
- « T’en fait pas, Yumi se laissera pas séduire par ce frimeur en carton » Odd essayait de mettre Ulrich de bonne humeur. Celui-ci avait la mine des mauvais jours.
- « Je te demande rien toi, et d’abord, ça te regarde pas »
- « Ola, môsieur ronchon est de sortie, tous aux abris »
- « Si tu continue je te transforme en bonzaï miniaturisé »
- « Un bonzaï ? C’est déjà miniature » répondit Odd
- « Alors imagine la tête que t’aurais en bonzaï rapetissé, et laisses-moi tranquille »

Ulrich se mit en marche avec le reste du groupe.

- « Monsieur Moralés et moi-même délimiteront le périmètre sur lequel nous allons nous étaler pour avancer. Ne vous aventurez pas loin du groupe. Les dégâts de la tempête de l’hiver dernier n’ont pas été effacés. Soyez prudent. »

Mme Hertz, avait donné ses dernières consignes et l’excursion débuta. Odd avait laissé Ulrich partir un peu en avant. Jérémie passa à sa hauteur, celui-ci ne paraissant pas vraiment heureux du sort qui l’avait mis en équipe avec Hervé.

- « Fait pas cette tête, vois le bon côté des choses » lui dit Odd
- « Quel bon coté ? » répondit Jérémie
- « Ben t’as qu’à mettre une antenne dans l’oreille d’Hervé. Il sera très bien dans le rôle du portable, il a déjà le clavier sur la figure »

Odd affichait un large sourire, et réussi à remonter un peu le moral de son ami.
Quant à elle, Aelita, même si elle savait que Sissi n’était pas vraiment d’une compagnie agréable, ne se faisait pas trop de soucis.

- « Grrrrrr, j’ai horreur de ces randonnées, le vent et les branches décoiffent mes magnifiques cheveux, la terre salit mes chaussures et en plus il faut faire un devoir…. C’est vraiment injuste ! » Sissi fulminait déjà alors que la sortie venait à peine de commencer
- « C’est toujours agréable pourtant, la nature. S’éloigner de la pollution de la ville de temps en temps c’est nécessaire » lui répondit Aelita
- « Moi, mon milieu naturel, c’est la ville et les centres commerciaux. Je suis pas une paysanne comme toi » lança Sissi sur un ton cassant, comme à son habitude.
- « Au moins, je ressemble pas à un tableau de Picasso après le maquillage »

Aelita ne s’était pas laissée démonter. Sissi parti droit devant, verte de rage de ne pas avoir eu le dernier mot.
Yumi et William s’étaient mis immédiatement au travail, listant les plantes croisées, prélevant des échantillons de terre pour une analyse ultérieure en classe de chimie.

- « Je suis content qu’on puisse enfin passer un peu de temps ensemble » dit William, en se rapprochant de Yumi discrètement.
- « Ouais, faire ce travail à deux le rend moins ennuyeux » répondit Yumi
- « C’est toujours très agréable d’être avec toi » continua William

Il touchait presque Yumi et allait lui prendre la main. Elle s’aperçu de la manœuvre, fit un pas en avant pour esquiver le mouvement de William.

- « On a du travail » dit simplement Yumi.

William était un peu dépité de n’avoir pas pu arriver à ses fins, mais il ne désespérait pas.
De leur coté, Jérémie et Hervé se chamaillaient à chaque brin d’herbe qu’il ramassaient, à propos de l’espèce de la plante, de ce qu’il fallait ramasser, d’où il fallait passer….

- « Mais tu fait quoi là ? C’est pas une bruyère cendrée ça, relis un peu ton cours ! » Dit Jérémie, passablement énervé
- « Tu raconte n’importe quoi. C’est une bruyère cendrée ça, je sais ce que je dit ! » s’énerva encore un peu plus Hervé
- « Mais bien sûr » dit calmement Jérémie, « depuis quand une bruyère cendrée à des fleurs rangées comme des épis….. »

Hervé se rendit compte de son erreur et devint lui aussi vert de rage de s’être encore fait rabaisser aussi facilement.

- « Pourtant, avec tout ce qui bourgeonne sur ton visage, tu devrais t’y connaître en botanique » ajouta Jérémie.

Et une conversation acharnée s’engagea entre lui et Hervé.

Odd avait rejoint Ulrich, qui se demandait plus comment aller tourner sa relation avec Yumi que savoir quelle plante ramasser.
Mme Hertz fit signe aux élèves de s’arrêter.

- « Nous allons nous enfoncer un peu de ce coté. Juste sur quelques mètres, il y a des plantes intéressantes à voir et qui vous seront utiles pour votre devoir.

Le sous bois n’avait pas l’air d’être un endroit risqué, même si on voyait des traces des dégâts de la dernière tempête sur les troncs de certains arbres, dont un qui avait été couché par le vent mais dont les racines le retenait encore au sol. Sa position avait été renforcé par un échafaudage, le temps pour les bûcherons de s’occuper de cette parcelle de forêt.


Odd et Ulrich n’étaient pas très loin de cet arbre. Odd tentait de faire parler Ulrich à propos de Yumi.

- « Si t’es pas sûr des sentiments de Yumi, t’as qu’a lui en parler, c’est pas compliqué »
- « Et qui t’as dit que je me préoccupait des sentiments de Yumi ? »
- « Bah ça se voit, chaque fois que de William l’approche, tu t’énerves et tu t’en va »
- « Et alors, ce que je fais te regardes pas »
- « Et puis Yumi partage tes sentiments, j’suis sûr »
- « Qu’est-ce que ta cervelle de tombeur en série est aller imaginer ? »
- « C’est simple, fait semblant de t’intéresser à Sissi et regarde le résultat sur Yumi. A tous les coups elle sera verte !!! »
- « Je vais pas aller me coller volontairement ce chewing-gum de Sissi sous la semelle ! »
- « Ben c’est soit ça, soit tu parles à Yumi. »

Ulrich ne répondit rien. Il sentait qu’il fallait faire quelque chose mais il ne savait pas trop quoi et surtout ne s’en sentait pas encore capable.
Alors qu’Odd et Ulrich tenaient cette conversation, les buissons autour de l’arbre étaient agités d’une drôle de façon, un peu comme si quelqu’un les frôlait.

D’un coup, on entendit un grand bruit. L’arbre couchait n’était plus retenu et allait s’abattre droit sur Odd et Ulrich qui pourtant n’était pas tout à fait sous l’arbre. Ces derniers eurent juste le temps d’esquiver le projectile végétal. Un énorme nuage de poussière s’éleva sur la trajectoire de l’arbre qui continua sa descente jusqu’au petit chemin que les élèves venaient de quitter.

- « Ulrich, Odd » cria Yumi, qui se précipita vers eux, tout comme Jérémie et Aelita
- « Reculez, vite » dit mme Hertz
- « On s’approche pas !!! » Dit Jim en retenant Yumi par le bras, « Belpois, Stones revenez ici !!!! » lança-t’il.

Jérémie et Aelita allaient entrer dans le nuage de poussière quand Ulrich et Odd, apparurent, titubant, toussant, couverts de terre, avec quelques égratignures mais rien de bien grave.

- « On a eu de la chance », fit Odd
- « Manquer de se faire écraser par un arbre alors qu’on est à coté et pas dessous, j’appelle pas ça de la chance » rétorqua Ulrich
- « Un coup de Xana peut être » suggéra Aelita
- « Sans portable ni ordinateur impossible de vérifier »

Jérémie était plutôt énervé, après le soulagement de vois ses amis sains et saufs, de ne pas avoir son superscan sous la main.
Soudain d’autres bruit assourdissants résonnèrent autour des collégiens. Il s’agissait d’éclairs qui frappaient le sol.
Profitant de ce que l’attention de Jim fut détournée par ce nouveau phénomène, Yumi se libéra de sa main et rejoignit ses amis. Les éclairs qui semblaient maintenant se diriger sur eux.

- « Plus de doute possible, c’est Xana » dit Aelita
- « Et maintenant il veux nous transformer en merguez sur pattes ?! Il sait plus quoi inventer » plaisanta Odd
- « Je reste pour l’occuper, rejoignez l’usine vite !! » dit Ulrich
- « Ok, fait gaffe a toi »

En disant ces mots, Yumi croisa le regard d’Ulrich, qui senti au fond de lui une chaleur intense, comme si se plonger dans le regard de son amie suffisait à le réconforter. Il s’élança alors dans le nuage de poussière, un petit sourire de confiance s’esquissant sur son visage, afin de détourner l’attention de ces éclairs.
Mais Xana ne l’entendait pas de cette oreille. Les impacts se rapprochaient dangereusement de Yumi et Odd qui courraient juste derrière Jérémie et Aelita. En quelques enjambées, ils se retrouvèrent sur le chemin menant au bus.

- « Comment on va faire pour rejoindre l’usine ? Il nous a fallu une heure en bus pour venir » questionna Odd
- « Je sais pas encore, j’y travaille » répondit Jérémie
- « Travaille-y plus vite Einstein, ou pour la première fois je serais foudroyé par autre chose que la beauté d’une fille »
- « On dirait qu’ils ne cherchent pas à vous toucher. Odd et moi on va faire un détour pour atteindre le bus, ça sera plus sûr pour vous deux. Si vous le pouvez, allez à l’usine directement. On se débrouillera pour vous rejoindre »

Yumi semblait avoir compris que Xana essayait une fois de plus de forcer Aelita à se rendre sur Lyoko sans défense, afin de lui voler sa mémoire sans risquer d’être une fois de plus dérangé. Ils se séparèrent donc. Jérémie et Aelita constatèrent en effet que les éclairs ne les suivaient pas.

- « Tu crois qu’on peut prendre le bus sans risque ? » lui dit Aelita
- « Si on arrive à convaincre le chauffeur de nous conduire à l’usine, y’a pas de raison que Xana nous barre la route. Il veut ta mémoire et il sait que je suis le seul à pouvoir te virtualiser. Par contre quand tu seras sur Lyoko, je doute qu’il me laisse tranquille »

A cette réponse, Aelita devint pâle. Cette fois-ci, Xana donnait l’impression d’avoir bien calculé son coup. Soit elle se faisait voler sa mémoire, soit Xana, voyant qu’il ne prendraient pas le risque d’envoyer Aelita se débrouillerait pour tous les détruire et serait libre de continuer son attaque. Dans les deux cas, il était gagnant.


Ils arrivèrent devant le bus. Le chauffeur se tenait devant le bus, observant le nuage qui s’élevait sur le forêt. Jérémie se demandait bien comment le persuader de les rapprocher de l’usine.

- « S’il vous plait ! » dit Jérémie au chauffeur, « il faut prévenir les secours, il faut qu’on aille prévenir le proviseur »
- « Il se passe quoi là-bas ? » demanda le chauffeur, « j’ai essayé de téléphoner mais on dirait que les lignes sont brouillées »
- « On dirait un orage magnétique. Des éclairs s’abattent sur le sol »
- « ok, je vous emmène au collège. On s’arrêtera au commissariat en passant pour prévenir les autorités »

Jérémie n’espérait pas que se rapprocher de l’usine serait aussi facile. Aelita était aussi surprise que lui.

- « Tu crois pas que ça a été un peu trop facile ? » chuchota Aelita à Jérémie en montant dans le bus
- « Si, c’est bizarre, à sa place j’aurais attendu le reste de la classe pour les emmener » dit-il, « mais on a pas le luxe de pouvoir hésiter » répondit-il aussi discrètement
- « Accrochez-vous les enfants, ça va secouer » prévint le chauffeur

Et le bus s’éloigna précipitamment de la forêt en direction de la ville. Alors que Jérémie et Aelita ne semblaient pas avoir de difficultés, Odd et Yumi slalomaient entre les décharges électriques.

- « Il faut s’en débarrasser, sinon on rejoindra jamais l’usine vivants » dit Yumi, entre deux respirations
- « Et comment on fait pour semer des éclairs ? On éteint l’interrupteur peut être ? » répliqua Odd
- « On utilise une illusion »
- « Aaaaaah bon !!! Et t’as apporté le kit de magicien ‘spécial spectre de Xana’ ? »

Yumi ne répondit pas. Elle pris Odd par le bras et se dirigea vers une zone du terrain en pente raide, surplombée par quelques arbres menaçant de tomber. Evidement, les éclairs les suivirent, se rapprochant de plus en plus. Les impacts devenaient si proches que le tremblement du sol manquait à chaque fois de déséquilibrer les deux amis.
Ceux-ci franchirent la ligne d’arbre, et stoppèrent net. Les éclairs frappèrent alors les troncs d’arbre qui se cassèrent net, plusieurs d’entre eux s’abattirent sur Odd et Yumi, qui disparurent dans un épais halo de poussière.

De son côté, Ulrich, lui aussi poursuivi par les décharges électriques, s’était éloigné des élèves. Mme Hertz et Jim semblaient soulagés de voir la situation se calmer. Dans la confusion, ils n’avaient pas encore remarqués la disparition de Jérémie et ses amis.
Ulrich se demandait aussi comment échapper à ces décharges lorsqu’il vit sur le sol une traînée lumineuse, qui ressemblait aux arcs électriques qui parcourent les câbles quand un spectre de Xana apparaît. Il décida de suivre celle lueur, qui le conduisit après de longues minutes et plusieurs montées d’adrénaline dus aux éclairs qui faillirent le toucher plusieurs fois, vers une petite cabane d’où sortait le câble.
Lorsqu’il entra, il vit un générateur, visiblement sous le contrôle d’un spectre qui lui fournissait de l’énergie. Le spectre devait déployer toute sa force pour alimenter les décharges, car il ne s’attaqua pas à Ulrich. C’était un peu comme être dans l’œil du cyclone : proche du danger mais au calme….. momentanément.
Ulrich eut alors une idée. Il avait aperçut un robinet avec un tuyau, servant probablement à un jardinier pour entretenir les jeunes pousses qui avaient été plantés dans cette partie de la forêt.
Se rappelant que eau et électricité ne faisait pas bon ménage, il ressorti de la cabane. Un éclair manqua de le carboniser sur place. Il saisit le tuyau d’arrosage, ouvrit le robinet. Il fut obligé de passer par une petite fenêtre exiguë lorsque qu’une autre décharge s’écrasa à quelques centimètres de ses pieds. Il versa l’eau sur le générateur. L’effet fut immédiat. Une épaisse fumée, puis des flammes sortirent du générateur. Ulrich s’empressa de sortir. Il avait fait quelques dizaine de mètres que la cabane explosa. Le souffle le projeta quelques mètres en avant, mais le nuage de poussières et les éclairs avaient disparu.

De leur côté Yumi et Odd avaient trompés les décharges électriques. Au moment où les arbres furent abattus sur eux, ils se réfugièrent dans une petite cavité qui se trouvait au pied de la pente, évitant ainsi le désagréable destin que Xana leur avait réservé. Ils restèrent là sans bouger, pour faire croire à Xana qu’ils avaient été écrasés. Au bout de quelques minutes, le nuage et les éclairs semblaient s’éloigner. Ils sortirent alors de leur cachette.

- « On dirait bien que ça a marché ! » dit Yumi
- « Humpffff » répondit Odd, les cheveux et la bouche pleins de feuilles
- « Eh bien Odd, tu te met au régime végétarien maintenant ? »

Yumi regardait Odd avec amusement.

- « Végétarien moi ? Quand les monstres de Xana auront des dents !!!! »
- « Aller, faut se rendre à l’usine. On va voir si le bus est encore là »
- « Ok, je te suis »

Ils coururent aussi vite qu’ils le purent. Arrivés sur place, le bus n’était évidemment pas là.

- « On va avoir du mal à rejoindre Jérémie et Aelita » soupira Yumi
- « Mais, non » répliqua Odd, « on va emprunter un moyen de transport »

Il désigna du doigts des vélos que des promeneurs avaient laissés là, arrivés probablement peu de temps avant l’attaque de Xana. On aurait dit qu’ils les avaient lâchés pour s’enfuir.

- « Va falloir mouliner sec » dit Odd
- « Même avec ces vélos et les raccourcis il va nous falloir une bonne demi-heure pour atteindre l’usine »

Ils s’élancèrent tous les deux, espérant arriver avant qu’une autre catastrophe ne survienne.

Jérémie et Aelita n’étaient plus très loin de l’usine. Durant le trajet, les deux adolescents avaient vérifié le superscan sur l’ordinateur de Jérémie. Ce qu’ils constatèrent n’était pas rassurant.

- « Quatre tours d’activées ?! Mais comment c’est possible !! » s’écria Jérémie « même avec le peu de retours dans le passé qu’on a fait, Xana n’a pas pu prendre autant de puissance »
- « Et comment peut t’il contrôler une tour dans chaque territoire ? » ajouta Aelita, avec une voix pleine d’inquiètude

- « Eh bien……. en théorie…… il suffirait d’établir un réseau de communication inter-tours en se servant des différents nœuds de réseau qui lient ces tours aux territoires» tenta d’expliquer Jérémie d’une voix plus qu’hésitante

- « Les désactiver une par une sera long, et on peut être surs que Xana aura prévu un comité d’accueil pour chaque tour »

Aelita tremblait comme une feuille. Et voir Jérémie perplexe devant ce défi n’était pas fait pour arranger son état. Cela se ressentait dans sa voix. Jérémie était plongé dans ses pensées et essayait de trouver une solution. Malgré sa profonde concentration il s’aperçut de l’état de sa bien aimée.


- « J’ai peut être une idée. Les tours sont toutes proches du centre de leurs territoires. Xana les contrôle peut-être à partir d’une autre tour activée dans le cinquième territoire. Après tout, ça ne serait pas la première fois qu’il camoufle une tour là-bas » rassura Jérémie.
- « Comment en être certain ? » questionna Aelita
- « Ben….. c’est là le problème. Il faudra vérifier qu’une de ces tours est bien contrôlée via le cinquième territoire. Si c’est le cas je pourrais peut être l’isoler des autres tours et à partir de là je devrais être capable de couper le réseau de communication qui les relie. Ensuite direction le cinquième territoire pour désactiver la tour à l’origine de l’attaque »

Aelita resta silencieuse. Pendant que Jérémie parlait, elle lui avait pris la main. Il était tellement pris par ses explications qu’il ne s’en rendit pas compte de suite. Quand il eu fini d’expliquer, il s’en aperçut et se mit à rougir légèrement pendant qu’elle se blottissait contre lui.
Le bus arriva à un carrefour pas très loin de l’usine. Jérémie dit à Aelita que c’était le moment de fausser compagnie à leur chauffeur. Il se glissèrent vers la porte arrière, actionnèrent la poignée d’urgence et sortirent. Le chauffeur se retourna et se leva pour les rattraper, mais le feu passa au vert et un concert de klaxons de conducteurs pressés se fit entendre, obligeant le chauffeur à reprendre sa route.

Dans la forêt, Ulrich se relevait difficilement du souffle de l’explosion. Il s’en était sorti avec quelques blessures, mais rien de bien méchant. Il regarda la cabane fumante, soulagé d’en avoir fini avec ce spectre.
Il lui fallait maintenant s’assurer que le reste des élèves n’avait rien eu et rejoindre ensuite ses amis sur Lyoko. Il fit le chemin qui l’avait conduit à l’origine des éclairs en sens inverse. Partout autour de lui il voyait les dégâts qu’avait provoqué le passage du spectre dans la coin. Les branchages plus ou moins imposants partout sur le sol rendaient le parcours assez sportif.
Soudain, il senti quelque chose de mou sous ses pieds. Il était pris comme dans des sables mouvants et commençait à s’enfoncer lentement. Mais ça n’était pas des sables mouvants…. On aurait dit un tourbillon qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à un spectre de Xana : même couleur, même texture.
Celui de la cabane n’avait donc pas été anéanti dans l’explosion. Il avait suivi discrètement Ulrich pour lui tendre un piège. En pixelisant le sol, il l’avait rendu malléable, comme des sables mouvants.
Ulrich tentait de se sortir de là mais il avait les pieds coincés, le spectre faisant tout ce qu’il pouvait pour le retenir.


Il se mit à appeler au secours durant de longues minutes, tout en se débattant de toutes ses forces pour ne pas s’enfoncer davantage.

- « C’est pas vrai ! Magnez vous avec cette tour ! » pensa Ulrich, dont la gravité de sa situation commençait à l’oppresser. Son cœur se serrait et son souffle devenait court à l’idée de ne pas pouvoir s’en sortir. La peur se faisait plus présente mais il ne tremblait pas. Beaucoup trop de pensées lui vinrent à l’esprit pour lui laisser le temps de se laisser envahir par le désespoir.

Il commençait à s’en vouloir de ne pas avoir parlé à Yumi de ses sentiments plus tôt. Il savait que son manque de confiance en lui finissait toujours par l’éloigner d’elle. Et la présence de William, ainsi que les relations qui semblaient y avoir entre Yumi et lui n’étaient pas fait pour l’encourager à faire le premier pas.
Malgré tout, il se dit que si il s’en sortait cette fois-ci, il devrait trouver la force d’affronter ses sentiments et ceux de Yumi. En fait, il pensait qu’il devait s’en sortir. Il ne pouvait pas se laisser avoir comme ça. Il tenait à Yumi et il fallait absolument qu’elle le sache un jour.
Cette pensée arrêta net la peur qu’il avait et il mis encore plus de force et de détermination pour se sauver et continua d’appeler à l’aide.

De leur coté, Jim et Mme Hertz, après la dissipation des éclairs et des nuages de poussières avaient commencés à regrouper les élèves pour vérifier si tous allaient bien.

- « Allez, on se regroupe, et en vitesse » dit Jim d’une voix forte, tout en se relevant péniblement.
- « Je vais faire l’appel. Vérifiez que les élèves sont en bonne santé »
- « Bien, Mme Hertz »

Et Jim se mit à vérifier chaque élève sous toutes les coutures. Apparemment, il n’y avait que quelques bosses et égratignures, auxquelles il n’avait pas échappé lui même. Ce que remarquèrent les élèves qui se mettaient à rire quand il passait devant eux.
Jim avait du être frôlé par un éclair : un bout de son jogging était arraché et pendait, de sa taille jusqu’à mi-cuisse. Mais ce qui se remarquait le plus, c’était ce qu’on voyait en dessous : la couleur et les motifs de son caleçon : jaune avec des petits nounours…..

Lorsqu’il s’en rendit compte, Jim fut assez gêné mais reprit vite le dessus.

- « On se tait dans les rangs, on est pas dans une cours de récréation ici ! »
- « Jim, il manque quelques élèves. Allez vérifier si ils ne se sont pas égarés, je m’occupe de ramener les autres vers la sortie » coupa Mme Hertz.

Il se mit alors en route, et commença à fouiller avec zèle chaque buisson.

Pendant ce temps, à l’usine, Jérémie et Aelita s’était déjà mis sur le problème des quatre tours activées. Ils ne savaient pas ce qu’il se passait dans la forêt, mais il leur fallait faire vite.
- « On a pas le temps d’attendre les autres. Tu plonges sur Lyoko, mais je vais brouiller les pistes » dit Jérémie
- « On a qu’a envoyer une fausse image de moi comme la dernière fois » proposa Aelita.
- « Xana s’attend peut être à ce qu’on lui fasse ce coup, là. On va procéder autrement mais on garde le principe du leurre : je vais créer un faux signal de toi sur Lyoko et le diriger vers une tour en le faisant prendre des chemins à couvert pour qu’ils ne se rendent pas compte qu’ils poursuivent du vent. » expliqua Jérémie
- « Ca va dégager une partie des défenses de la tour mais même si je peux l’atteindre, il y aura toujours des monstres » s’inquiéta Aelita.
- « On attendra un peu avant de t’envoyer pour de bon là bas. Yumi Odd et Ulrich sont sûrement sur le chemin de l’usine »

Ils mirent leur plan à exécution. Jérémie fit apparaître un signal correspondant au profil numérique d’Aelita sur le territoire montagne, assez loin de la tour pour détourner le plus longtemps possible les monstres de Xana. Cela semblait fonctionner. On pouvait voir sur l’écran de contrôle que deux escadrilles de frolions et deux krabes tentaient de rejoindre le faux signal.
Après de très longues minutes, Jérémie décida de ne plus attendre ses amis pour envoyer Aelita. Celle-ci descendit au scanner. Jérémie allait la virtualiser lorsqu’il vit arriver Yumi et Odd par le corridor.

- « Eh ben alors, on allait commencer la fête sans nous ? » dit Odd
- « Ah ben vous voilà, c’est pas trop tôt. On allait être obligé d’envoyer Aelita seule sur Lyoko » fit Jérémie
- « Ouais, ben on a bien failli finir en steak tartare dans la forêt. Expliquer à Xana qu’on veut pas faire partie du barbecue, ça prend du temps » répliqua Yumi
- « Aelita est aux scanners. On a repéré quatre tours d’activées, une sur chacun des territoires, mais je soupçonne que ces tours ont été activé par Xana via une autre tour dans le cinquième territoire. Je vous envoie tous les trois vérifier ça sur la tour du territoire montagne. J’ai reussi à détourner l’attention du comité d’accueil. La première partie du plan devrait pas poser de problèmes »
- « Ok Einstein, on fonce et on montre a Xana qu’on ne me transforme pas en pâté pour spectre aussi facilement ! » renchérit Odd

Yumi et Odd rejoignirent Aelita aux scanners. Ils apparurent dans une caverne, non loin de la tour. Jérémie les averti que seuls deux cubes montaient la garde au pied de la tour. Les autres monstres étant encore à la poursuite du faux signal de Jérémie.
La tour était sur un petit monticule, lui même sur un plateau circulaire d’où partait trois sentiers.

- « Je vous envoi vos véhicules. Mais ça va couper le signal du leurre que j’ai envoyé. Les autres monstres seront sur vous dans cinq minutes au plus. Il faut prendre le contrôle de la tour avant. » averti Jérémie
- « Compris. Je prend le chemin de droite, toi celui de gauche. Tu passes le premier pour attirer leur attention » dit Yumi
- « Chef, oui chef » répondit Odd, qui s’élança immédiatement à l’assaut de la tour

Il arriva en vue des cubes qui se mirent en position et firent feu sur lui. Odd enchaîna acrobaties et figures de style tout en vidant ses flèches laser sur les deux bestioles.
Au milieu des tirs, deux éventails surgirent de nulle part et désintégrèrent un premier cube. Le second dévia l’un des projectiles. Odd en profita pour l’achever. Aelita entra dans la tour, et accéda à l’écran de commande. Jérémie lui demanda alors d’infiltrer les données avant de désactiver la tour afin de vérifier si elle était indépendante des autres tours.

- « Jérémie, tu as vu juste, j’ai un flux de données qui arrive à la tour »
- « Tu peux voir d’où il provient ? »
- « Attend…… oui ça y est, il vient bien du cinquième territoire »
- « Ok, je vais établir une connexion avec la tour, et introduire un programme qui devrait se propager aux autres tours et les couper du flux de données. Quand tu désactivera cette tour, ça devrait aussi neutraliser les autres. Il restera à trouver la tour sur le cinquième territoire. En la désactivant, on coupera définitivement l’attaque de Xana »
- « Ca fait beaucoup de ‘devrait ‘ Jérémie » dit Yumi
- « je sais…… mais j’ai pas eu beaucoup de temps pour mettre ça au point »

Jérémie réussi à accéder à la tour, malgré le contrôle de Xana et implanta le programme, qui se propagea aux autres tours via le réseau qui les connectaient. Jérémie demanda alors a Aelita de désactiver la tour. Cela eu pour effet de neutraliser les quatre tours en même temps, grâce au programme de Jérémie.

- « Aller, maintenant direction le cinquième territoire » dit Jérémie
- « On a désactivé les tours mais il reste un paquet de monstres sur ce territoire. Xana va pas nous laisser s’approcher du transporteur comme ça…. » soupira Yumi
- « Oui….. et d’ailleurs vous avez juste le temps de prendre vos véhicules avant qu’ils n’arrivent sur vous »

L’overwing et l’overboard se matérialisèrent devant eux. Les frolions se rapprochaient rapidement. Au moins, les deux krabes ne pouvaient plus les rejoindre. C’était toujours ça de gagné. Ils montèrent sur leurs engins et foncèrent vers l’extrémité du territoire. On pouvait voir toute la concentration dans laquelle Yumi et Aelita étaient plongées. Même Odd était silencieux, ce qui était très loin d’être son habitude, mais la situation était bien plus compliquée que les autres missions qu’ils avaient déjà effectué.

- « Jérémie, on est presque à l’extrémité du territoire, où sont les frolions ? » demanda Aelita
- « Ils seront sur vous quand vous arriverez sur le transporteur, il faudra tenir le temps qu’il arrive. Je me tient prêt à entre le code. » répondit Jérémie
- « On a des nouvelles d’Ulrich ? »

Yumi commençait à s’inquiéter sérieusement. Elle s’en voulait de l’avoir laissé affronter seul les décharges d’énergie et le spectre qui devait contrôler tout ça. Et si le regard qu’ils avaient échangé était le dernier ? Et si elle n’avait pas l’occasion de lui parler de ses sentiments ? A la seule pensée de ce qui pourrait arriver, elle se sentait mal à l’aise. Une étrange sensation lui nouait l’estomac à chaque fois qu’elle revoyait le visage d’Ulrich, s’élançant dans le nuage de poussière.
Mais elle savait ce qu’elle avait à faire. Elle savait qu’elle ne tremblerait pas face aux monstres de Xana sur le cinquième territoire. Et elle savait aussi qu’Ulrich était plein de ressources. Cette pensée la réconforta un peu et lui donna encore plus de détermination.

- « Aucune » lui répondit Jérémie, « mais je suis sur que tout va bien » ajouta t’il
- « Il doit être certainement en route pour nous rejoindre » dit Aelita, toujours confiante
- « Aller, t’en fait pas Juliette, Roméo est sûrement en train de faire sa fête au spectre de Xana, tu le connais ». Odd était enfin sorti de son silence. La perspective de désintégrer encore ces sales bestioles le rendait joyeux.


Yumi, Aelita et Odd se retrouvèrent à l’extrémité du territoire. A peine avaient ils posés le pied au sol que les frolions les avaient rattrapés. Ils se mirent à tirer. Odd absorba quelques tirs avant de détruire deux frolions qui s’étaient un peu trop approchés. Yumi para les tirs mais elle avait du mal à tenir la cadence.
Jérémie se dépêcha de taper le code du transporteur. Il apparut derrière Aelita, et les trois amis se jetèrent à l’intérieur pour échapper au plus vite aux bestioles volantes.

Jim était toujours à la recherche des élèves manquants. Il n’était pas surpris de s’être rendu compte que s’était Jérémie et ses amis qui étaient absents. « Après tout, ils sont toujours fourrés ensemble » se disait-il.
Ses recherches le menaient vers la cabane qui contenait le générateur. Il continuer à remuer chaque buisson quand il cru entendre une voix. En fait c’était plutôt des appels au secours. Il se précipita donc vers ces appels, scrutant tous les recoins de la forêt sur son passage pour trouver qui pouvait bien avoir des ennuis. Ce sur quoi il finit par tomber le scotcha un moment sur place, la bouche grande ouverte, essayant de bredouiller quelques mots.

C’était Ulrich qui se débattait pour se sortir du piège que lui avait tendu le spectre. Il avait attrapé la branche d’un petit arbre qui avait été couché au sol alors que les éclairs se déchaînaient. Il tenta de s’en servir comme une corde. Les efforts qu’il déployait ne lui permettait que de ne pas s’enfoncer davantage.
Jim se précipita vers lui et saisi son bras pour le tirer.

- « Tiens bon, gamin »

Malgré ses efforts, Ulrich ne bougea que de quelques centimètres

- « Bon sang, mais c’est quoi ste’chose ? » fit Jim
- « Un spectre » répondit Ulrich entre deux efforts pour sortir de là.
- « Un quoi ? Mais qu’est-ce que…… ? Eh puis non, je préfère pas savoir !!!! Accroche toi encore un moment»

Soudain, Jim eut une idée. Il avait vu le câble qui courait sur le sol. Il pris un couteau qu’il avait dans son sac à dos et sectionna le câble sur une bonne longueur.

- « Passe ça autour de ta taille » dit Jim en tendant une extrémité du câble à Ulrich.

Puis il alla passe l’autre extrémité du câble autour d’un tronc d’arbre proche et se mit à tirer de toutes ses forces. Ulrich sentait que le spectre était en train de lâcher prise petit à petit, mais ça risquait de prendre du temps et Jim pourrait bien finir par se fatiguer.

- « Jim, y’a plus urgent à faire. Il faut que je joigne Jérémie au plus vite »
- « Et pourquoi ? Il ne pourra rien faire de là où il est »
- « Si justement. Mais il faut faire vite !!! »

Jim réfléchi un instant. Il continuait de tirer mais malgré quelques progrès, sortir Ulrich de là semblait bien plus difficile qu’à première vue. Il attacha le câble au tronc, sorti son téléphone de son sac à dos. Ca répit lui permettrait de souffler avant de continuer à tirer. Le câble maintenant la situation d’Ulrich stable.
Il lui donna le numéro pour joindre Jérémie sur l’ordinateur et lui demanda de le prévenir de sa situation.

- « Ulrich, c’est toi ? » dit Jérémie, voyant un numéro inconnu s’afficher sur son écran
- « Non, monsieur Belpois, c’est monsieur Moralès » répondit Jim, essoufflé de ses efforts
- « Jim ? Comment avez vous eu ce numéro ? »
- « C’est votre ami Stern qui me l’a donné, il est empêtré dans un machin sombre, comme des sables mouvants. J’arrive pas à le remonter mais il ne s’enfonce plus, pour le moment »
- « Xana…. » ragea Jérémie
- « Qui ça ? » dit Jim, surpris par ce drôle de nom qu’il venait d’entendre.
- « Rien, trop long à vous expliquer. Dites à Ulrich qu’on est sur le chemin pour désactiver une tour, qu’il ne s’en fasse pas c’est une affaire de quelques minutes »

Jérémie était alarmé. Quelques minutes, c’est certain, mais qu’allait t-il se passer dans quelques minutes. Atteindre la tour sur le cinquième territoire ne serait pas une partie de plaisir.

D’ailleurs, rien qu’activer la clé serait plutôt compliqué. Lorsque Yumi, Odd et Aelita arrivèrent dans la salle, ils virent un escalier menant à la clé mais sur une marche sur deux, un rampant attendait sagement leur arrivée. A peine avaient ils mis un pied dans cette salle que les rampant firent feu. Odd eut juste le temps d’activer son bouclier. Un bon reflexe qui permit aux trois amis de s’abriter dans un recoin de la pièce.

- « Oulà !!!! Xana à vu les choses en grand ce coup-ci » dit Odd
- « On voit ça » répondit Yumi en jetant un œil en direction de la clé, « il va falloir les divertir en se séparant. Je m’occupe des premières marches de l’escalier »

Jérémie intervint alors :

- « Yumi, j’ai des nouvelles d’Ulrich. Il se bat avec un spectre qui s’est changé en sorte de sable mouvant. Il faut faire vite il tiendra peut être plus très longtemps »

Ce que craignait Yumi s’était réalisé : Ulrich était en danger, et elle s’en voulait encore plus de ne pas l’avoir épaulé dans la forêt. Il ne fallait plus hésiter. Elle senti monter en elle une sensation de profonde peine à l’idée de perdre Ulrich, mais aussi une immense énergie, faite de détermination et de fureur : cela ne pouvait être ainsi, Xana ne devait pas arriver à ses fins. Il était inconcevable qu’il arrive à tuer Ulrich.
Elle empoigna ses éventails, se mit en position et sonna la charge. Elle s’engagea la première, absorbant les premiers tirs avec ses armes. Odd s’élança juste après, ce qui eu pour effet de diviser le feu des rampants. Yumi lança ses éventails avec toute la force qu’elle pouvait puiser en elle. Deux rampants y passèrent, Odd réussissant à faire de même.
Aelita était restée cachée, attendant de pouvoir passer. Malgré leur efforts, il restait encore plusieurs monstres à éliminer, et Yumi et Odd avaient déjà encaissé des tirs. Soudain, une immense colonne vint s’abattre sur une marche, pulvérisant un rampant.

- « Jérémie, on a pas eu le temps d’activer la clé » cria Aelita, alarmée par la situation.
- « T’inquiètes pas Aelita, c’est moi qui ai activé certains changements. J’ai reussi à modifier un peu l’architecture de la salle en bidouillant un programme qu’on avait récupéré » dit Jérémie
- « Wouah, Einstein, tu ferai un malheur dans le compactage de machins indésirables » dit Odd, en voyant des colonnes écraser les rampants les uns après les autres.

Les quelques monstres qui purent éviter de finir en crêpe ne firent pas le poids face à Yumi et Odd.
Les colonnes se soulevèrent pour laisser passer Yumi qui alla activer la clé.

- « Il va falloir prendre l’ascenseur, la tour activé se trouve juste à coté de l’entrée vers le terminal », indiqua Jérémie.
- « Ok. On doit s’attendre à quoi là bas ? » demanda Aelita
- « D’après ce que je voit, il y a deux mantas et un champs de mine »
- « Eh ben….. il nous fera courir jusqu’au bout ce Xana » fit remarquer Odd

Ils s’élancèrent vers la porte qui s’était ouverte et sautèrent sur l’ascenseur. Ulrich luttait contre le spectre, toujours avec l’aide de Jim.
L’ascenseur s’arrêta devant l’accès au terminal. Sur la gauche de la passerelle se tenait la tour activée et un dense nuage de mine la protégeait. De l’autre coté, les mantas amorçaient leur attaque sur les trois adolescents.
Odd encaissa quelques tirs avec son bouclier tandis que Yumi parvenait à détruire une des mantas. Le dernier monstre passa juste au dessus d’eux. Odd en profita pour lui tirer dessus. Il ne la détruisit pas mais ses tirs la déséquilibrèrent et la bestiole alla se pulvériser contre plusieurs mines.

- « Et maintenant, on le traverse comment ce champs de mines ? » demanda Odd

Yumi était très inquiète. Elle était angoissée à l’idée de perdre Ulrich et cela l’empêchait de réfléchir

- « En faisant ce que tu devrait faire plus souvent dans ta chambre Odd : passer un coup de balais !!! » dit Aelita d’un air amusé

Aelita se concentra et fit apparaître un grand mur face au champ de mine.

- « Yumi ? Hého, Yumi t’es avec nous ? » fit Aelita
- « Hein quoi … euh oui pas de problème »

Yumi regarda le mur et compris de suite où Aelita voulait en venir. Elle se concentra et fit avancer le mur vers la tour. A son contact, les mines explosaient par dizaines. Le mur se dévirtualisa brutalement sous les coups des mines, mais le chemin était dégagé. Aelita créa alors un petit pont vers la tour et se précipita vers elle.
Au même moment, Ulrich s’accrochait toujours au filin qui l’empêchait de couler mais la pression sur le câble autour de sa taille le serrait de plus en plus et commençait à l’étouffer. Il voyait de plus en plus trouble mais le tenait toujours fermement. Jim tirait lui aussi de toutes ses forces.
Brusquement la force qui le retenait prisonnier s’évanouit et Ulrich, sous l’effet de la traction de Jim sur le câble, jaillit en un éclair de ce piège et reprit son souffle en toussant violemment. En jetant un coup d’œil au spectre, il le vit se décoller du sol et se désagréger. Il savait que ses amis avaient réussi sur Lyoko et se senti soulagé. Il se retrouva ensuite dans la cour de l’école, devant le bus qui allait les emmener dans la forêt.

- « Bon, qu’est qu’il fait Odd ? On va partir sans lui si ça continue » dit Ulrich
- « Qu’est-ce qu’il faisait quand tu l’as laissé ? » demanda Yumi
- « Ben, il allait prendre sa douche puis déjeuner »
- « Cherches pas alors, il doit être à la cantine en train d’avaler tout ce qui lui tombe sous la main » répondit Jérémie
- « Il aurait pu faire un effort cette fois-ci » dit Yumi dans un sourire

Odd fit son apparition, dans l’allée principale, un croissant dans la bouche, un paquet de barres chocolatées dans une main, son sac à dos dans l’autre.

- « Hé attendez-moi ! » Dit-il d’une voix à moitié étouffée par le croissant dans sa bouche, qu’il failli perdre au passage, en disant ces mots.
- « Monsieur Della Robia, encore en retard à ce que je voit »

Yumi s’approcha de Ulrich alors qu’Odd recevait sa punition pour la deuxième fois. Elle avait entendu la réaction d’Ulrich quand Mme Hertz avait annoncé que William allait travailler avec elle dans la forêt.

- « Tu sais, c’est qu’un devoir rien de plus, faut pas en faire un fromage. J’aurais préféré le faire avec toi tu sait». Yumi regardait Ulrich droit dans les yeux en lui disant ça, ses joues se teintant légèrement de rose
- « Euh…. Moi aussi j’aurais préféré, on forme une bonne équipe » bégaya Ulrich légèrement géné, mais souriant.

Il lu dans le regard de Yumi qu’elle tenait beaucoup à lui. Il se senti rassuré par la chaleur que Yumi avait mis dans sa phrase en la lui disant. Même s’il n’en était pas encore totalement conscient, quelque chose lui murmurait qu’il avait une place particulière dans le cœur de Yumi.

Jérémie, Aelita et Odd montèrent alors dans le bus, suivi par Yumi et Ulrich qui se tenaient l’un à coté de l’autre, leurs mains se touchant presque….

FIN.

Bonne lecture :)

Eridan
21/05/06 à 00:28
Merci pour cet enthousiasme ^^
Y'aura la suite (à peu pres aussi longue) normalement dimanche dans la soirée.

Sinon j'aimerai savoir :

Au niveau des dialogues, est ce qu'ils ne sont pas trop "téléphonés" ou "banals"?
Bon, sur le rythme de l'histoire, il est impossible de juger sur une courte partie mais des avis seraient là bienvenue pour corriger d'éventuels défauts du texte :)

Mimi souris
21/05/06 à 12:11
Personnelement, je ne voit pas de chose à améliorer, mais c'est mon point de vue. D'autres pourront penser autre chose !! Continue comme ça c'est très bien, et puis il y du suspence, on ne sait pas ce qu'il va se passer ! brrrrrr.... lol !

Eridan
21/05/06 à 17:22
Merci :)

Et au niveau sentiments entre les perso, est-ce qu'ils sont bien diffusés? (c'est à dire est-ce qu'en lisant l'histoire, on arrive t'on à s'imaginer la scène et presque sentir ce que les personnages ressentent?)


Pardon pour les fautes si y'en a j'ai pas eu le temps de vérifier si il y en avait :)

yami no kitsune
22/05/06 à 16:11
J'e reste baba :shock: ! Elle est giga c'te fic dites-moi! Il est méga-trop-top-soulant le Jim :x : suprimer un ordi'...ok, mais les portables sont importants: c'il y a un bléssé keky font?. Et les groupes sont trop hard... va y avaoir du grabuge, ça va finir ej eau de boudin.
Continue! :!: ! On veut la suite! :!: ! :!: !

Eridan
22/05/06 à 17:47
Merci de ce soutien Yami ^-^

Les portables des élèves sont dans le bus mais les profs ont les leurs dans leur paquetage, donc pas de souci si y'a des blessés :)

Je pense que certains passages devraient faire rire. En tout cas, je me suis plié de rire tout seul :aha:

Béka
22/05/06 à 23:10
:D :D kikoo j'aime bien ta fic, et j'espère que la suite arrivera bientot!!!
pourvu que X.A.N.A n'attaque pas!!! enfin, ça m'étonnerait pas qu'il attaque!! lol ;) ;)

Tchoucky
23/05/06 à 09:34
Je viens de lire, désolée, je n'ai pas lu la précédente, alors je vais peut-être te dire des choses que tu sais déjà.
Tu as un bon style, pas trop ampoulé et plutôt sobre, mais très vivant, tant dans les dialogue que dans l'action. Non, rien n'est plat, et tu as pris la peine de détailler certaines choses qu'on a tellement l'habitude de voir qu'on y fait plus attention.
Coté intrigue, on est dans une situation semblable à celle de nouvelle donne, mais ce n'est pas grave, car on trouve un intérêt ailleurs, dans la description que tu fais des personnages, dans leur dialogue, dans leur réaction. Voir ce qui se passera ensuite.

Eridan
23/05/06 à 09:50
Je me suis aperçu que ça ressemblait à "nouvelle donne" hier en re-regardant l'épisode.
En fait j'avais complètement zappé ce passage de cet épisode. Ca m'est revenu sans que je fasse vraiment attention que l'environnement de la sortie était identique ou presque à celui de l'épisode.
Maintenant je sais d'où m'est venu cette idée lol

Cobra johnson
23/05/06 à 11:51
Joliement ecrit, peu de fautes d'orthographe, une bonne tenue, les evenements ne sont pas confus,tout est bien fluide, et on est vite immergé dans ton histoire, continue. Une bonne fic en somme, quelques points noirs, mais tu peux facilement les corriger 8)

Eridan
23/05/06 à 11:53
Merci :)
Mais quels sont les points noirs? (j'en ai une petite idée mais savoir ce que voient les autres comme défauts est utile ^-^)

Cobra johnson
23/05/06 à 12:18
Et bien par exemple, lorsque tu dis :

<< Et une conversation acharnée s'engagea entre eux>>

Tu aurais du develloper le dialogue, pour plus se marrer, et respecter les petites disputes de la série. Mais comme je te le dis, tui verras que ça vient au fur et a mesure

Eridan
25/05/06 à 13:47
En effet, mais l'inspiration pour une prise de bec originale n'est pas venue.
D'ailleurs en ce moment je manque un peu d'idées originales, pour sortir du cadre classique de l'histoire.

Gini
27/05/06 à 11:43
j'aime beaucoup ton style et l'histoire a une bonne intrigue. les personnages sont fidèles et j'avoue avoir beaucoup ri en lisant les remarques cinglantes ou les blagues des personnages. Les sentiments se ressentent tout à fait et les descritpions sont très bien comme ça. (selon moi). Continue ainsi et vite la suite!

Eridan
28/05/06 à 16:04
Je suis content de voir que les blagues font mouche ^-^ je suis peut être pas aussi dénué d'humour à la Odd que ce que je le pense :)
J'avoue que pour faire passer les sentiments j'étais pas certain que ça soit bien rendu à l'écrit.

La suite est en ligne sur le tout premier post.