Histoire : Dans l'arène virtuelle


Score : 8 sur 10 (8.0/10)   [1 notes]

Donner une notre :

Taille du texte :

Imprimer cette histoire

Écrite par Nicoluve le 15 octobre 2004 (9754 mots)

Disclaimer: tous les personnages que vous connaissez appartiennent à Antefilm.
Résumé: Nos amis se retrouvent, de Lyoko, transportés très loin du monde qu'ils connaissent. Là, ils vont devoir livrer le plus grand combat de leur vie. L'enjeu n'est rien d'autre qu'Aëlita!




"Bon, petite mission de routine en perspective.
-Une tour activée?
-Non. Mais il y a un peu trop de monstre autour d'Aëlita. Il faudrait passer un coup de balai. Ca devrait être facile, à vous trois.
-OK, on y va."
Scanner, virtualisation... À force, c'était si simple que nos amis en oubliaient que c'était surnaturel. Ils furent en quelques secondes sur Lyoko. Faire le ménage parmi les monstres mit seulement quelques minutes.
"Merci, dit Aëlita en sortant de sa cachette. Vous êtes toujours aussi efficaces.
-Eh, t'as vu ça? demanda Odd. On a à peine perdu 50 points de vie à nous trois pour détruire 4 krabes et 5 kankrelats!
-Odd, Ulrich, Yumi, XANA a activé quelque chose! Vous êtes en danger!
-On doit faire quoi?"
Jérémie ne put répondre. L'écran lui envoya une décharge électrique qui le mit KO. Il ne vit pas ses trois amis disparaître de Lyoko, comme s'ils avaient été victimes d'une dévirtualisation brutale. Mais ils réapparurent dans les scanners.
"Vous deux, occupez-vous de XANA, dit Yumi. Je remmène Jérémie au collège.
-OK."

Jérémie repris ses esprits dans sa chambre. Il se tourna vers les ordinateurs.
"Aëlita?
-Non, elle n'est pas là."
Yumi lui sourit et s'assit à côté de lui sur son lit.
"Yumi? Qu'est-ce qui s'est passé sur Lyoko?
-Les garçons sont restés à l'usine pour essayer de comprendre. Ils m'ont téléphonée pour me dire de déconnecter les ordinateurs de ta chambre d'Aëlita."
Elle lui souriait toujours. Et elle se penchait franchement trop près. C'est pas vrai! Le coup de la fausse Yumi allait pas recommancer! Tiens, et s'il faisait un test? Bon, dans la meilleure hypothèse, il se prenait une baffe. Il se pencha sur Yumi et approcha ses lèvres. Elle se laissa embrasser tendrement. Il la repoussa violement.
"Tu n'es pas la vraie Yumi!
-Pourquoi tu dis ça?
-Yumi ne m'aurait jamais embrassé. Je ne croyais pas que XANA commetrait deux fois la même erreur."
Jérémie en avait commise une quand à lui. Il avait oublié qu'une créature de XANA était cinq fois plus forte que lui en cas de close-combat. Elle pouvait donc facilement le tuer. Mais elle ne fit aucun geste agressif. Elle haussa les épaules.
"J'essayais d'être gentille, c'est tout.
-Précisemment. Seul une espionne se montrerait aussi facile. Qu'as-tu fait de mes amis? Et qu'as-tu fait à l'usine?
-Eh bien, j'ai laissé mes deux compagnons à l'usine. Ils bricolent XANA.
-Qu'avez-vous fait des vrais?
-Eh bien ils sont assez loin d'ici... Je ne peux pas être plus précise."

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 19 octobre 2004



"On est toujours sur Lyoko?
-On dirait... Mais j'ai quand même eu l'impression de me déplacer.
-Oui, comme si on avait en une seconde accèléré à une vitesse fantastique puis qu'on s'était arrêtés.
-Bon, Jérémie, tu nous entends?
-On dirait que non.
-Aëlita?"
L'humanoïde se dirigea vers eux. Mais...
"Euh, je ne suis pas la vraie Aëlita..."
Trois armes furent braquées sur elle.
"J'ai pris cette apparence pour ne pas vous effrayer.
-Nous on n'a pas peur. Montre-toi sous ton vrai visage si tu n'es pas un lâche.
-Soit."
Nos amis avaient maitenant un reptiloïde de deux mêtres en face d'eux.
"Vous préfèrez vraiment comme ça?
-Et où sommes-nous?
-Eh bien... Ca dépend quel type de localisation vous demandez.
-Arrête de te foutre de nous!
-Vous êtes dans un univers virtuel de type Lyoko. Cet univers est gèré par un ordinateur également équipé de scanners. On vous a transfèré comme des fichiers informatiques d'un ordinateur à l'autre. Si vous voulez on peut vous matérialiser immédiatement, mais attendez-vous à un choc en découvrant où vous êtes.
-Allez-y...
-Soit."
Nos héros ouvrirent les portes des scanners... Ils étaient dans un décor de science-fiction. Ils virent plusieurs êtres reptiloïdes, en différentes tenues qui ressemblaient pour certaines à des uniformes. L'un d'eux, vêtu d'une superbe combinaison, leur adressa la parole.
"Je crois que vous avez maintenant compris. Vous êtes à bord d'un vaisseau interstellaire. Je suis Strophoïde, ambassadeur de la planète Astria auprès du système solaire.
-Pourquoi nous avez-vous enlevé? Et où sommes-nous?
-Je ne peut donner de localisation précise, dit un navigateur. Nous allons à une vitesse de 10 pc/s.
-Parsec? demanda Yumi.
-Ca veut dire par seconde, expliqua l'ambassadeur.
-10 par seconde par seconde? demanda Odd. C'est quoi ce charabia?
-Oups, désolé, on parlait dans nos unités de mesure. Bon, sachez en tout cas qu'on va largement plus vite que les engins spatiaux terriens. En fait, les étoiles les plus proches ne sont pas visibles à l'œil nu depuis la Terre."
Les yeux des extraterrestres se mirent à clignoter. Leur manière d'éclater de rire. Ils avaient suivi des leçons pour exprimer les vitesses et distances en unités terriennes... et ils tombaient sur des terriens qui ne connaissaient pas les unités unités utilisées en astronomie.

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 25 octobre 2004



"Et pourquoi nous avez-vous enlevé? demanda Ulrich.
-Et si vous êtes capables de nous transfèrer comme ça... C'est vous qui avez créé Lyoko, n'est-ce pas?
-C'est exact" dit un extraterrestre habillé de façon qui évoquait moins un uniforme. "Eh bien nous vous avons invité - un peu cavalièrement, je l'admet - pour que vous puissiez participer à notre copétition de combats virtuels.
-Mais... on n'est pas des guerriers!
-Vous vous êtes très bien débrouillés sur le territoire d'entraînement de Lyoko.
-Entraînement? Ce truc est censé être un terrain d'entraînement?
-Eh oui. Nous avons placé cette unité - disons cette console de jeu - pour recruter des champions terriens pour notre... coupe de la galaxie, si vous voulez. Je suis RingMeister, organisateur des compétitions. Je suis très fier de présenter pour la première fois des terriens dans le grand jeu.
-Vous êtes malades! Vous avez failli tuer des milliers d'humains pour un jeu."
Ulrich se jeta sur RingMeister. Des aliens avec des tenues qui leur donnaient des airs de robots de combats voulurent intervenir, mais l'ambassadeur leur fit un signe, et ils se figèrent.
"Amis terriens, je désapprouve les méthodes de RingMeister. Mais sachez qu'en réalité, le risque n'a jamais été réel.
-Vous vous foutez de nous? Si on n'avait pas provoqué le retour dans le passé à temps à chaque fois, il y aurait eu des morts. Et ça, aucun retour dans le passé n'aurait pu le changer!
-Non..." fit timidement le Ringmeister. "On vous a fait croire ça... Mais en cas de problême, on pouvait toujours provoquer un super-retour dans le passé qui annulerait les morts.
-Impossible! Aëlita n'as pas pu nous mentir!
-Elle y croyait elle-même... Aëlita est un programme conçu pour être une amie sincère. Elle ne vous a jamais menti. Elle était elle-même persuadée que le sort du monde dépendait de votre réussite sur Lyoko. Mais en cas de problême, on pouvait toujours provoquer le retour dans le passé.
-En fait, c'est même arrivé quelques fois, précisa l'ambassadeur. XANA était parvenu à tuer des humains, voire certains d'entre vous, ou à effacer Aëlita. À chaque fois, XANA a lui-même provoqué le retour dans le passé, ramenant les morts à la vie et effaçant vos mémoires pour que le grand jeu continue."
Ringmeister se tourna discrètement vers les lecteurs.
"Ces épisodes ont été censurés par France 3."
"Notez, si vous aviez désactivé XANA, alors il restait une partie de lui qui pouvait provoquer le retour dans le passé. Mais en revanche, Aëlita ne pouvait structurellement pas exister sans XANA.
-Mais Jérémie l'a matérialisée! Sans ce virus...
-Le virus était une excuse. En fait, Aëlita n'a jamais été humaine. Jérémie a matérialisé un hologramme doté d'une consistance physique, piloté et maintenue dans sa structure par l'ordinateur. Donc, par nature, elle ne pouvait pas survivre sans l'ordinateur.
-Donc, tous ces combats, c'était du bluff?
-En quelque sorte. Vous aviez pas l'impression que c'était truqué? À chaque fois, vous sauviez tout à la dernière seconde. Vous croyez que ç'aurait été possible si XANA ne le faisait pas exprès? Mais rassurez-vous, vous avez tout de même réussi des choses fantastiques.
-Et maintenant on doit participer à un combat pour épater la galerie?
-Si vous voulez. Et après, promis, on vous ramène sur Terre, annonça le Ringmeister.
-On a envoyé des doubles holographiques de vous. Ils prendront votre place pour dissimuler votre absence, et ils démonteront XANA. Le vaisseau qui vous ranènera sur Terre vous débarassera de cet ordinateur qui n'a rien à faire chez vous."

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 27 octobre 2004



À ce moment-là, une alarme retentit dans le vaisseau.
"Il y a une distorsion spatio-temporelle droit devant, annonça le pilote.
-Normalement il n'y en a pas... donc c'est un piège Khahak, commenta le capitaine.
-Affirmatif, confirma l'ordinateur de bord.
-Les moteurs?
-Nous allons arrêter les moteurs à distortion de l'espace-temps quand nous seront à quelques minutes-lumière du piège.
-On peut avoir des explications? demanda Yumi.
-Excusez-nous, dit le capitaine. Euh, là, je dois donner des ordres importants. Ambassadeur...
-Je vais leur expliquer. Suivez-moi les enfants, il vaut mieux ne pas déranger l'équipage pendant un combat."
Nos amis suivirent le diplomate. Ringmeister vint également. Les extraterrestres avaient expliqué à nos amis que l'équipage du vaisseau était militaire, bien que Ringmeister soit civil. Et l'ambassadeur accompagnait parce que les contacts entre civilisations devaient se faire sous l'égide des autorités compétentes. Donc, cela expliquait les uniformes.
"Depuis des siècles, nous avions colonisé une planète dénuée de toute vie intelligente. Il y a quelques décénnies, nous avons reçu un message d'une autre civilisation, nous accusant d'avoir volé leur planète. Notre dirigeant, l'autoritant, décida d'évacuer la planète. Mais le convoi qui évacuait les colons fut agressé par les Khahak. Comme l'évacuation avait nécessité le concours de l'armée, nous avions suffisament de vaisseaux de guerre pour nous défendre... Au final, nous avons gagné, mais la paix semblait compromise. L'autoritant a présenté nos excuses pour ce carnage, mais ils ne voulurent rien entendre. Depuis, nous sommes en guerre. Venez, nous allons suivre le déroulement des opérations."
Ils se rendirent dans le centre de commandement. Le capitaine était dans un fauteil devant des hologrammes, comme Jérémie devant l'holomap.
Le diplomate expliqua les subtilités de leur armée aux terreins. Le vaisseau appartenait à Ringmeister, mais à partir du moment où la sécurité était en jeu, les militaires reprennaient le commandement. Les soldats avaient rabattu leurs visières sur leur visage. Cela signifiait qu'ils obéiraient aveuglement: dans cette armée, un soldat pouvait refuser un ordre s'il le jugeait contraire à l'éthique ou stupide: l'officier devait alors justifier son ordre, sauf si la situation était urgente, auquel cas les soldats obéissait mais l'officier portait la responsabilité de tous leurs actes. Tandis que s'ils avaient le temps de réfléchir, les soldats étaient responsables de leurs actes. "Contrairement à ce qui se passe dans beaucoup de nations terriennes en guerre où l'armée recrute des paumés qui ne sauraient pas quoi faire d'autre - y compris la plus puissante armée de votre planête - nos soldats ont un niveau intelectuel requis assez élevé. Suffisant pour refuser des ordres que des armées terriennes ont accompli aveuglement. Ici, ils ont rabattu leurs visières parce qu'ils ont confiance en leur chef. Mais bien sûr, ils auraient refusé l'ordre d'aller bombarder la Terre."
Nos amis ne savaient pas trop quoi faire. Les soldats semblaient très calmes alors que l'holoécran indiquait une vraie armada en face d'eux.
"Nous avons désactivé les moteurs à distorsion. Nous nous rapprochons lentement des forces Khahak... à notre vitesse actuelle, rencontre dans une heure."
Heureusement, les casques traducteurs donnés à nos amis convertissaient les unités.
"Déploiement des chasseurs.
-Chasseurs en phase de déploiement."
Les chasseurs foncèrent sur l'armée ennemie. Rapidement, ils furent sous le feu.
"Autorisation aux chasseurs de riposter. Mais seulement contre le vaisseau-filet."
D'une manière incroyable, les chasseurs esquivaient quasiment tous les tirs, qui pourtant étaient très nombreux. Les quelques tirs qu'ils recevaient semblaient sans effet, s'écrasant contre des boucliers. En revanche, quand les chasseurs ouvrirent le feu, le plus gros vaisseau ennemi disparut en quelques secondes.
"Commandant, nous avons une trajectoire libre tout droit.
-On accélère au maximum, tout droit!"
Ainsi fut fait. Quelques tirs touchèrent le vaisseau, mais nos amis virent que l'indication "boucliers"restait au vert. Rapidement, ils ne virent plus d'autre vaisseau sur les écrans.
"Ils ne peuvent pas nous rattraper?
-Nous allons bien plus vite qu'eux, et que leurs lasers, expliqua le capitaine.
-Les chasseurs? On les abandonne?
-Ce sont des vaisseaux pilotés par des robots. Ils fuiront s'ils le peuvent. Mais s'il se font désintègrer ce n'est pas grave. Nos usines pourraient en produire dix fois plus que nous n'en avons aujourd'hui.
-Mais ils peuvent quand même nous poursuivre?
-Normalement nous utilisons des chemins secrets pour cacher nos bases, mais tout le monde connait la localisation de notre capitale et de la Terre. Et là, nous avons traversé un filet analogue au leurs. Sauf qu'il est selectif: nos vaisseaux peuvent les traverser, pas les leurs.
-J'aurais dû le préciser en premier, s'excusa le diplomate. En fait, nous ne sommes pas tout à fait au même niveau de technologie... Nous ne risquions rien.
-En fait, on se méfiait un peu, dit le capitaine, voilà pourquoi ce vaisseau embarquait un escadron de chasseurs. Mais si on avait soupçonné les Khahak de disposer d'une armée susceptible de vaincre ce vaisseau, nous aurions demandé à la moitié de la flotte de nous escorter. Là, vous venez d'avoir une démonstration de notre philosophie du combat: on envoie d'abord les robots au cas où ils auraient de nouvelles armes. Comme ce n'était pas le cas, on détruit le minimum et on se tire. En fait, un seul des chasseurs aurait pû vaincre leur flotille. Mais pourquoi tuer des êtres vivants s'ils ne sont pas en mesure de nous mettre en danger? Et il n'est pas utile non plus de préserver les chasseurs. Pas la peine de provoquer un massacre pour protèger des robots.
-Vos ressources sont donc illimitées?
-Au début, on a fait tourner nos usines au maximum, et on a cherché à détruire les leurs. Mais rapidement, on s'est aperçu qu'on avait bien plus de vaisseaux qu'il en fallait pour protèger toutes les planètes habitées - y compris la Terre, on avait placé une flotille pour la protèger s'ils voulaient l'attaquer. Aujourd'hui, lors des exercices, des vaisseaux télécomandés se détruisent réellement. On a suffisament de vaisseaux pour ça, et d'ailleurs on progresse si vite que chaque nouveau vaisseau pourrait vaincre à lui seul tous ceux construits avant lui. Dès la première semaine de la guerre, les généraux on proposé un plan de destruction de la planète ennemie en précisant qu'ils pensaient que c'était disproportionné par rapport à la menace qu'ils représentaient. Ca donne du boulot aux scientifiques, mais dire que c'est pour se protèger d'eux qu'on fait tout ça est une blague.
-Mais vous ne mettez pas fin à cette guerre?
-Comment? En occupant leur planête? En les soumettant? On leur fait toujours des propositions de paix... Mais on dirait que leurs dirigeants préfèrent continuer la guerre que d'admettre leur défaite. Vous savez, on a envisagé d'intervenir sur votre planête. Mais comment auriez-vous réagit si en 1941 des vaisseaux venus de l'espace avaient attaqué Berlin? Oh, une ou deux fois, on a dévié des astéroïdes qui auraient pu être dangereux, mais en restant discrets.
-Dites... Est-ce que vous avez réellement montré votre existence à Raël? C'est vous?
-Ce bouffon? On est au courant parce qu'on vous espionne, mais ne vous inquiètez pas, c'est des conneries! Déjà, on n'a jamais contacté de terrien jusqu'ici. Ensuite, se servir de la Terre comme labo comme il dit que des extra-terrestres ont fait est interdit. On devrait le pulvériser pour lui apprendre... Mais ça prouverait qu'on existe, et là j'imagine pas la catastrophe.
-Effectivement, je crois que nous ne sommes pas prêts à entrer en contact avec vous.
-Non. Encore quelques millénaires de maturation."
Yumi repensa à une phrase de Calvin et Hobbes:
"Des fois, je me dis que la meilleure preuve qu'il existe d'autres formes de vie intelligentes dans l'univers, c'est qu'elle n'ont pas essayé de nous contacter"
Effectivement, face à des êtres si organisés, il y avait un peu de quoi avoir honte d'être terrienne...

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 28 octobre 2004



"Dîtes, on est un peu fatigués. Et puis on a faim. Vous avez prévu ça?
-Oh, bien sûr. Nous allos vous conduire dans vos quartiers. Des robots vous amèneront le dîner. Par contre, je pense que vous n'aurez pas trop envie de dîner avec nous. Vous trouveriez probablement notre manière de nous alimenter peu élégante. Euh, on vous a répartis en deux chambres: une pour le genre mâle, un pour le genre femelle. C'est bien cela?
-Euh, oui. Effectivement, il est d'usage de nous séparer. Pas chez vous? demanda Yumi.
-Oh, eh bien dans ce vaisseau, il y a des genre tentis et des genre manti. Avec les uniformes, les différences ne sont pas visibles. Par contre, les genre gunko ne supportent que moyennement les voyages dans les vaisseaux, donc il n'y en a pas ici."
Yumi ne se sentit pas curieuse d'en savoir plus sur les différents sexes de cette espèce (trois!). Elle était effectivement fatiguée.

Le lendemain matin (entendre après un bon sommeil, parce que comment savoir l'effet des distorsions temporelles sur leurs montres?) ils retournèrent voir Ringmeister et le diplomate.
"Alors c'est vous qui avez organisé tout ça?
-Oui. En tant que responsable des jeux.
-Mais nous voulions savoir. Qu'est devenue Aëlita, alors?
-Eh bien elle se trouve toujours sur le disque dur de l'ordinateur que nous avons construit sur Terre.
-Est-ce que vous pouvez la matérialiser? Je veux dire, en faire une vraie humaine?"
Ils réfléchirent un moment.
"Eh bien je pense que ça sera un sacré défi pour nos scientifiques, mais ça me semble faisable, n'est-ce pas ambassadeur?
-Eh bien Ringmeister, oui, je pense que c'est techniquement faisable.
-Et nous le ferons, conclut Ringmeister. Si vous gagnez le tournoi!"

"Un vaisseau s'approche.
-Répond-il aux demandes d'idementification?
-Non. Il est bien plus rapide que nous. Eh, il se rapproche de nous... Ca c'est fort! Il nous tourne autour.
-Comment ça?
-Eh bien, il a un mouvement hélicoïdal autour de notre vaisseau, qui va en ligne droite. À 20 pc/sec, c'est fort!
-Un seul type de vaisseau peut faire cela, n'est-ce pas?
-Pas encore des ennemis?
-Non, chers terriens. Mais quelqu'un de très puissant souhaite faire votre connaissance. Ceci est un vaisseau de la garde personelle de l'autoritant.
-L'autoritant?
-Notre dirigeant élu. Probablement l'être le plus puissant de l'Univers après l'Ordonateur.
-Et c'est qui celui-là?
-Je crois que le mot correspondant est... Dieu.
-Ah. Vous croyez en Lui?
-Qu'Il existe ou non, on fait comme si. Ca évite de se prendre pour Lui. Quand on a le pouvoir de contrôler la galaxie, ce n'est pas plus mal de supposer qu'on sera jugé sur ses actes. Et ce n'est pas parce qu'on construit des vaisseaux fantastiques qu'il faut oublier qu'on ne pourrait pas faire cela si le métal n'existait pas dans l'Univers. Surtout ne pas faire comme ceux qui disaient du Titanic que Dieu lui-même ne pourrait pas le couler!
-Vous regardez même nos films?
-Oui. Dans ce domaine, vous nous surpassez complètement.
-Vaisseau de la garde autorité à vaisseau du Ringmeister. Vous êtes invité à accoster à bord de ce vaisseau, pour plus de sécurité. Nous avons appris votre aggression, et nous estimons qu'il vaut mieux que les terriens soient transportés à bord d'un vaisseau mieux défendu.
-Eh bien vous voyez, vous allez pouvoir aller participer au match en pleine quiétude."
Et la vie d'Aëlita en dépendrait, pensèrent les terriens.

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 28 octobre 2004



Après des formalités insupportables, nos amis furent enfin amenés dans leur hôtel. Ils disposaient de robotts pouvant tout leur expliquer sur ce qu'ils trouvaient dans leurs chambres, et qui les aidaient à utiliser les scanners. Ils se défoulaient en détruisant des monstres semblables à ceux de XANA sur Lyoko. On leur avait en effet recommandé de s'entraîner. Le mieux, c'est qu'ils n'auraient même pas à quitter leur chambres: les scanners pouvaient être reliés au réseau du championnat.

Pendant ce temps, dans toute une galaxie, d'autres champions se préparaient. Sur un univers virtuel, un être de métal filiforme détruisait des kankrelats de ses jambes affutées comme des épées. Un être en forme de tigre détruisait des krabes à coups de griffes. Un guerrier en armure avec une épée et un bouclier affronctait des blocks et des mégatanks. Certains même affronctaient des simulations de leurs futurs adversaires. Sauf des plus mystérieux adversaires... Les terriens! Il y a quelques jours, la nouvelle avait été confirmée: après des mois d'incertitude, on savait maintenant que LES TERRIENS PARTICIPERAIENT AU TOURNOI! Tous les champions brûlaient de les affroncter. On disait cette espèce belliqueuse... Est-ce que des enfants de cette planète seraient des adversaires redoutables? Même le grand champion, Hystérésis, qui s'entraînait en abattant des dizaines de Frolions, redoutait l'affronctement. Oh, il ne crignait aucun autre adversaire. Mais après tout, s'il battait les terriens, il serait champion de l'Univers... Mais s'il échouait, ce serait une défaite honorable que d'être vaincu par des champions invincibles venus d'une planète de guerriers, n'est-ce pas?

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 30 octobre 2004



"C'est le grand jour les enfants... Alors, vous vous sentez prêts?
-De toute façon, on n'a pas le choix... Salopard." dit Ulrich à l'hologramme de Ringmeister.
"Rassurez-vous, si vous vous classez suffisament bien, je matérialiserai Aëlita. Tant que vous avez un très bon résultat... De toute façon, le match d'aujourd'hui est truqué.
-Ah la compétition est truquée en plus?
-Pas entièrement... Mais on ne voudrait pas que les terriens soient éliminés au premier tour. Ah, comme vous avez dû vous en rendre compte sur Terre, les ordinateurs attribuent arbitrairement un certain nombre de points de vie, un certain potentiel de dégâts aux armes... Ces valeurs ont été ajustées telles que sur les simulations, chacun gagne aussi souvent. Donc tout dépend de l'usage que vous faîtes de vos capacités: un être dont la force et la rapidité sont dix fois supérieures aux votres dans le monde réel n'a pas plus de chances que vous.
-D'accord.
-Sauf que pour le premier match, les chances seraient équilibrées si votre adversaire faisait 20 points de vie par impact... Il sera bridé à 1. Donc, vous devriez gagner facilement. Mais si vous parvenez à le dévirtualiser sans avoir été touchés plus de quatre fois chacun, ça veut dire que vous auriez gagné même sans trucage."
Il disparut.
"Eh bien il ne serait pas très sportif de ne pas chercher à gagner vraiment, n'est-ce pas? fit Ulrich.
-Et là, il va y avoir du sport! approuva Odd. On va leur montrer ce que les terriens savent faire!"

Ils entrèrent dans les scanners. Ils se retrouvèrent au centre d'une arène. Il y avait des milliers de spectateurs dans les gradins. On leur avait expliqué que si la retransmission était publique, certaines personnes payaient très cher le droit d'être visibles depuis l'arène. Et que leurs applaudissements soient entendus. Ils entendirent alors la voix de Ringmeister.
"Peuples de la galaxie! Ils sont les premiers de leur espèce à avoir quitté leur espace stellaire. Ils sont allés des milliards de fois plus loin que les plus intrépides des leurs uniquement pour vous. Enfant d'une planête qui ne nous connaît même pas, ils explorent l'inconnu pour nous! Je vous demande d'applaudir... les terriens!"
Eh bien, si nos amis s'étaient attendus à une telle ovation, eux qui luttaient dans le secret sur Terre... Tous les autres sportifs furent accueillis, mais seul le champion des années précédentes eu plus d'applaudissements qu'eux...
Un peu plus tard, nos amis se retrouvèrent face à leur premier adversaire. C'était un bipède de moins de un mêtre de haut, deux bras en forme de pistolets effilés. Nos amis se dirent qu'il devrait être facile à vaincre. Odd entama l'affronctement en tirant deux flèches. Le petit être ouvrit le feu de ses deux canon et bondit. Ulrich dévia les tirs qui allaient vers lui, Odd esquiva les siens. Mais le petit être avait bondit dans leur dos, et les canarda. Heureusement, Yumi, qui se trouvait derrière, arrêta la plupart des tirs. Mais Odd en encaissa tout de même deux. Ulrich chargea en mode triplicata. Le petit truc bondit. Mais cette fois, les projectiles de Yumi et Odd l'attendaient à l'atterrissage. Il arrêta une flèche-laser de ses rayons, esquiva la deuxième... mais fut frappé de plein fouet par l'éventail. Quand il se releva, Ulrich bondit sur lui. Il crut s'en sortir par un bon lattéral, mais un autre Ulrich le sabra au vol. Odd réussi à le toucher de deux des trois flèches qu'il tira. Le petit tireur était alors trop assomé pour esquiver l'attaque triangulaire d'Ulrich. Il fut dévirtualisé.
"Fantastique victoire de l'équipe terrienne! Décidemment ça se confirme: ce sont des challengers serieux pour tous les champions connus!"

Les trois amis étaient conscients d'avoir eu la partie facile cette fois. Ils se doutaient que le prochain combat serait bien plus délicat. Ringmeister les avait prévenu que leur prochain adversaire, Gladiator, était franchement corriace. Et cette fois ils seraient à armes égales.
Quand ils se virtualisèrent, ils furent impressionnés par le collosse, en armure, portant une épée et un lourd bouclier. Logique: le petit être cherchait à tirer et esquiver, donc mieux valait être petit. Mais ce colosse comptait apparement sur la force brute. Ulrich décida de tenter sa chance... à trois contre un. Lui et ses doubles chargèrent. L'un d'eux porta le premier coup... dans le bouclier. Il esquiva de justesse la riposte, en se plaquant au sol. Le coup magistral du secolnd Ulrich, qui attaqua sur la gauche, fut complètement amorti par le bouclier. Le troisième se prit un coup d'épée de plein fouet. Un double de dévirtualisé. Odd tira une flèche, mais le colosse redressa son bouclier... et assenna un violent coup de son bouclier au double d'Ulrich en face de lui, qui fut dévirtualisé. L'Ulrich restant prit son sabre à deux mains, mais son coup rencontra le glaive de Gladiator. Un second coup finit dans le bouclier. Gladiator en profita pour frapper Ulrich de son glaive. Dévirtualisé. Odd avait tiré trois flèches, dont une était passée alors qu'il frappait Ulrich, mais cela semblait insuffisant contre le monstre. Gladiator chargea alors les deux terriens. Qui bien sûr, ne tentèrent pas de faire face! Ils coururent, chacun de son côté. Même s'ils étaient moins rapides qu'Ulrich, ils étaient plus rapide que le monstre armuré! Yumi, suffisament éloignée du colosse, lança son éventail. Bloqué dans le bouclier. Le colosse, à son tour, lança son redoutable glaive. Yumi ne bougea pas... Mais utilisa sa télékynésie. Et au lieu de la frapper, le glaive se glissa tranquillement dans sa main. C'était le tournant du combat. Elle prit le glaive à deux mains et chargea. Le colosse parvenait à bloquer dans son bouclier, mais Odd en profita pour loger une superbe flèche dans un des trous du casque. Le guerrier recula et arracha son casque. Il eu tort: il reçut en pleine tête l'évantail que Yumi venait de ramasser. Affaibli, il ne pû éviter un coup foudroyant de son propre glaive. Il fut dévirtualisé.
"Deuxième victoire de l'équipe terrienne, qui montre ses fantastiques ressources: le surprennant pouvoir de Yumi a sauvé l'équipe d'une cinglante défaite. L'équipe terrienne montre également la victoire d'une équipe coordonnée sur un guerrier solitaire, bien que largement plus puissant que chacun des trois amis. Tous nos encouragements aux terriens!"

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 9 novembre 2004



"Bon, allez, on a l'habitude maintenant! s'enthousiasma Odd.
-Mais jusqu'ici on était à trois contre un, s'alarma Urich. Cette fois, on sera à trois contre deux. Et on dit qu'ils sont très efficaces en équipe.
-Nous aussi, fit Yumi. On vaincra."
Nos amis se retrouvèrent face à deux êtres très fins, métalisés. Mauvais, pensèrent Odd et Yumi. On va avoir du mal à les toucher... Ulrich décida d'emblée, de se multiplier. Les deux êtres partirent chacun d'un côté. Deux Ulrich partirent vers l'un, le dernier vers l'autre. Celui-ci se retourna et fonça. L'Ulrich qui se trouvait seul tenta un coup de sabre... mais il fut immédiatement dévirtualisé d'un coup du pied affuté comme une épée. Yumi et Odd ouvrirent le feu sur le deuxième, mais il esquiva, et ce fut tout juste si les deux Ulrich ne furent pas touchés. Les deux êtres coururent alors pour être à nouveau côte à côte. Cette fois, les terriens attaquèrent tous quatre (dont le double), de front. L'un des deux êtres fit face, l'autre bondit derrière eux. Mais ils ne firent pas attention, comme s'ils ne s'interessaient pas ou double. Assiègé, l'être filiforme parvint à dévirtualiser le double d'Ulrich, mais se prit plusieurs coups de sabre. Le second s'apprêta à lancer un coup magistral à Yumi... mais fut arrêté par une flèche de Odd. Celui-ci s'éait servi de sa précognition pour anticiper et savait où tirer. Le plus affaibli des deux êtres rejoignit alors son frère... et ils fusionèrent! Mais Odd réussi à leur tirer encore des flèches. L'étrange structure à quatre bras tenta de l'attraper, mais il se montrait bien trop rapide. Ulrich et Yumi attaquèrent alors simultanément. Imparable. Les deux êtres furent dévirtualisés ensemble.
"Les terriens maîtrisent décidément le travail d'équipe! Encore une fois, ils gagnent, et sont tous les trois à l'arrivée!"

Le combat suivant fut plus ardu. Nos amis eurent fort à faire face à une dizaine de créatures ressemblant à des lions. Yumi n'en avait effacé qu'un quand elle fut dévirtualisée, les autres étant seulement affaiblis. Ulrich avait eu à peine plus de succès, parvenant à en achever trois blessés par Yumi mais Odd avait pu tirer une flèche dans la gueule de l'un d'eux, et découvrit que cela suffisait à les dévirtualiser. Quand il se retrouva seul face aux cinq lions restants, il eut bien du mal! Mais heureusement, certains avaient été affaiblis par l'éventail de Yumi ou le sabre d'Ulrich. Odd parvint à leur tirer à chacun une flèche dans la gueule. Mais il finit le combat avec zéro flèche et dix points de vie!
"Victoire de justesse de l'équipe terrienne! Nous avons tremblé pour eux jusqu'à la dernière seconde! Espèrons toutefois qu'ils ont encore de la réserve! Il leur en faudra pour la finale!"

Il y eut, avant la finale, un match contre un être qui se divisait en une multitude de petites chauves-souris maléfiques. Les flèches d'Odd se perdirent, mais Ulrich et ses doubles les tenaient à distance. Yumi, après un temps d'observation, parvint à comprendre la logique de leur vol, qui était très coordonné. Elle parvint donc à éclaircir largement leurs rangs en trois lancers d'éventail! Ulrich et Yumi finirent donc facilement le combat après dévirtualisation de Odd et des doubles d'Ulrich.
"Toujours le tandem fatal de l'équipe terrienne! Regardez cette coordination dans les mouvements! Même les plus parfaits des robots ne sont pas capbles d'une telle synchronisation!"

Cette fois c'était la finale, contre le célèbre Hystérésis. Il se présentait comme un colosse armé d'une grosse massue. Il se dirigea lentement et tranquillement vers nos héros. Odd et Yumi tirèrent. Mais il para les deux tirs de sa massue. Yumi récupèra son éventail par télékynésie. Ulrich se mutiplia et attaqua en triangulaire. Hystérésis subit des dégâts, mais il parvint à stopper la ronde d'un coup de massue. Deux Ulrich furent pulvérisés. Le dernier affroncta directement le champion. Qui le désarma en envoyant son sabre au loin, puis le dévirtualisa. Yumi avait pu le toucher de son éventail, mais elle aussi fut rapidement vaicue au corps-à-corps. Odd avait profité de toutes les opportunités pour tirer ses flèches... mais là il se retrouvait à court, alors que le champion n'avait plus qu'une fraction de ses points de vie... Le champion attaquait, mais Odd esquivait toutes les attaques.
"Nous voici à un tournant. Il ne reste plus qu'un seul des terriens, face à adversaire redoutable, mais auquel il ne reste plus beacoup de points de vie. Le terrien a-t-il encore une ou deux flèches en stock?"
Odd entendait les encouragements du public, mais cela ne changeait rien. Comment pouvait-il vaincre sans flèches?
"Odd, surtout n'abandonne pas! dit la voix de Ringmeister dans les oreilles d'Odd. Continue d'esquiver, tu peux vaincre!"
Odd se demandait comment le seul fait d'éviter les coups pouvait le faire gagner si lui-même ne pouvait en porter. En fait, Ringmeister comptait le recharger en flèches après quelques minutes de suspense. Car c'était bien ce que le public désirait: voir le champion battu par les challengers.
Odd, lui, réfléchissait au combat et non à l'audimat. Il bondissait autour d'Hystérésis, le rendant fou à esquiver ses puissants coups de massue. Soudain, il vit une opportunité: il bondit sur la tête du guerrier! Celui-ci porta un violent coup de massue... sur sa propre tête! Dévirtualisé pour le coup. Les spectateurs hurlent de joie.
"Fantastique! Les terriens ont gagné la finale. Mais vaicront-ils dans le match supplémentaire?"
Odd vit ses amis réapparaître.
"Hé, c'était pas dans le contrat, ça!
-C'est encore plus drôle comme ça. Bonne chance." fit Ringmeister.
Un être portant une armure hérissée de pics fit son armure. Ses deux bras étaient de longues lames. Yumi et Odd tirèrent. D'une lame, l'étrange être détourna la flèche d'Odd. Quand au disque de Yumi, il lui fut carrément renvoyé à vitesse doublée. Heureusement, elle put le rattraper par télékynésie. L'être métallique chargea alors. Ulrich et ses doubles tentèrent de le combattre à l'escrime. Mais il était bien trop rapide. Ils tentèrent ta triangulaire. Mais il était bien trop rapide: il tournait sur lui même pour parer chaque coup. Ulrich et ses doubles finirent par être dévirtualisés, car il parvint finalement à frapper plus vite qu'eux. Yumi et Odd reprirent leur bombardement. Mais le truc armuré esquivait élégament par des sauts périlleux et autres mouvements gymnastiques. Au cours d'un tour sur lui-même, il tira deux pointes aiguisées. Odd et Yumi ne purent les éviter.

"On est où, cette fois?
-Ne vous inquiètez pas. Vous avez gagné."
Ils étaient encore une fois sortis de scaners différents. Ringmeister les attendait.
"C'était quoi, ce fou furieux?
-C'est l'autoritant. Il combat toujours le vainqueur du tournoi. En étant invincible, bien sûr. Mais le public le sait. Ce qu'il veut, c'est que la bagarre ait du style. On s'est dit que ce serait encore mieux si vous ignoriez les règles.
-Et pour Aëlita?
-Vous verrez cela avec l'autoritant. Mais d'abord, il y a quelques personnes qui vous attendent."
Ils suivirent l'extraterrestre en râlant (surtout Odd). Il les fit entrer dans une salle où des dizaines d'extraterrestres de toute formes les attendaient.
"Messieurs , vos vainqueurs!"
Un colosse se dirigea vers eux. Ils n'étaient pas rassurés. Le colosse souleva Odd entre ses deux larges mains.
"Voici donc celui que je n'arrivais pas à attraper sur Lyoko! Et ici?"
Il lança Odd au milieu des autres êtres. Qui le rattrapèrent sans trop qu'il soit sonné.
"Doucement messieurs, les corps terriens ne sont pas très résistants.
-Bien sûr, mais on tenait tout de même à leur rendre hommage."
Yumi et Ulrich furent soulevés par deux guerriers. Ils comprirent qu'on n'en voulait pas à leurs vies, mais qu'on les portait en triomphe. Les champions défaits n'avaient aucune rancune. Ils estimaient très flatteur qu'on ait été cherché des champions d'une autre galaxie pour les vaincre. Après quelques minutes, Ringmeister les invita à le suivre. Ils allèrent jusqu'à une porte que Ringmeister les invita à franchir, en précisant que lui-même n'en avait pas le droit. Il entrèrent. Devant eux se trouvait une salle bourrée d'écrans, avec quelques sièges. Des soldats avec de superbes uniformes entouraient le poste principal. Le reptiloïde qui y siégeait se tourna vers les trois terriens. Trois sièges se déplacèrent vers eux. Quand ils s'y placèrent, les sièges modifièrent leur forme pour mieux s'adapter à la morphologie des terriens.
"Bienvenue, terriens. Je suis l'autoritant. Je suppose qu'on vous a parlé de moi?"
Les trois amis hochèrent la tête.
"Je tenais à vous dire que je suis profondément choqué par la pression que Ringmeister a appliqué sur vous. Je trouvais déjà odieux de vous avoir fait croire que la terre était vraiment en danger. Et aujourd'hui j'apprend qu'il a récidivé, vous disant que votre amie ne serait matérialisée que si vous gagniez le tournoi, et même que vous ne retourneriez sur Terre que si vous acceptiez d'y participer!
-Vous allez matérialiser Aëlita maintenant?
-Nous l'aurions fait même si vous aviez refusé de participer au tournoi. Et je pense également que nous aurions dû vous dire dès le début que ce n'était qu'un jeu.
-Eh bien déjà qu'on apprend qu'en fait tout était truqué, si on avait su, on n'aurait même plus été des héros.
-C'est exact, mais songez que même si vous devrez le cacher toute votre vie, vous avez été les premiers terriens à aller aussi loin dans l'espace! Un exploit des milliers de fois supérieur à celui de Gargarine!
-Eh bien, vous connaissez bien notre planête.
-La notre est si ennuyeuse... Je dois vous féliciter pour votre performance lors de notre combat. Ce fut superbe.
-Mais vous étiez bien plus fort.
-Mais non, l'ordinateur me rendait invincible. C'est pour la beauté du combat qu'on le fait. Et vous êtes des adversaires qui se battent avec style, le public a adoré.
-Je ne trouve pas ce genre de spectacle très intelligent, protesta Yumi.
-Yumi, sur notre planête on avait des gladiateurs.
-On s'en est inspiré, c'est vrai. Mais la cruauté en moins, théoriquement.
-Théoriquement?
-Je crains que ces spectacles conserveraient leur succès avec des mises à mort réelles. Mais au moins dans notre monde, on ne peut nous reprocher de regarder ce genre de spectacle alors que certains meurent de faim.
-Cela n'existe pas chez vous?
-Non. On s'occupe d'abord de donner le nécessaire à chacun, ensuite d'organiser les jeux. Vous avez dû remarquer à quel point les robots étaient omniprésents. En fait, à peu près toutes les personnes qui travaillent pourraient être remplacées par des robots. En particulier dans l'armée, c'est pour l'honneur qu'ils s'engagent, mais en fait ça ne sert à rien. On a des soldats qui passent leur temps à s'entraîner pour amuser la galerie, mais si on avait des ennemis vraiment dangereux, on produirait dans nos usines des millions de vaisseaux automatisés. Enfin... Assez parlé de notre monde, je ne crois pas qu'il vous intéresse beaucoup. Vous voulez parler de la matérialisation d'Aëlita, n'est-ce pas?
-Vous allez le faire?
-Même si je ne voulais pas, je ne pourrais pas vous en empêcher! Une dizaine de laboratoires privés se proposent de le faire. Je ne pourrais pas vous en empêcher, même en invoquant l'interdiction d'expédier nos technologies sur Terre... Vous savez, je ne suis pas tout-puissant: je ne peux en aucun cas faire le contraire de ce que souhaite mon peuple. Et vu votre popularité, je ne peux rien vous refuser! De toute façon, j'avais prévu depuis longtemps d'autoriser les laboratoires les plus avancés de notre planète à le faire. Je crois que c'est prudent, je ne veux pas risquer que votre amie ait un défaut dans sa structure génétique...
-Et quand sera-t-elle matérialisée?
-Eh bien, cela risque d'être plus long que vous l'imaginez. Nous n'avons jamais fait quelque chose de ce genre, et en plus il s'agit d'une espèce autre que la notre. Enfin... Professeur Folium?"
Un hologramme apparut.
"Mes salutations, autoritant. Bonjour, petits terriens. Je vous remercie tous de m'avoir fait confiance en me confiant ce projet.
-Folium, combien de temps vous faudra-t-il pour ce travail?
-En années terrestres? Disons 4 ou 5.
-Quoi?
-Je vais maintenant désactiver cette communication. Je fixe cet instant comme référence, annonça Folium.
-Bien reçu, répondit l'autoritant. Ne bougez pas les enfants." dit-il en se levant. Les soldats le suivirent, et ils sortirent de la salle. Ils firent signe aux adolescents de ne pas les suivre.
"Pas trop attendu? demanda l'hologramme du proffesseur Folium. Moi si.
-Pourquoi sont-ils sortis? demanda Ulrich.
-Pour éviter le paradoxe temporel. Ce projet est si complexe qu'il a nécessité 6 années terriennes de travail, et souvent l'autoritant a dû intervenir pour certains choix majeurs.
-Mais nous n'allons pas rester sur votre planête 6 ans! protesta Odd.
-Vous ne comprenez pas... cette transmission vient du futur. Je vais vous expliquer quelques détails, puis je vous transferre votre amie.
-C'était si compliqué? Jérémie avait réussi en quelques mois...
-Oh, nous avons vu son travail. Remarquable. Très impressionant, cette matrice permettant de passer du binaire au quaternaire génétique. Mais comme on a dû vous l'expliquer, cette Aëlita n'était pas viable: XANA devait s'occuper en permanence de corriger les altérations provoquées par son contact avec le monde réel. Et puis elle avait le programme de désactivation des tours dans son code génétique! Non, l'Aëlita que nous avons fabriqué a, elle, un code génétique vraissemblable pour une humaine.
-Vous connaissez bien les humains dis donc!
-Eh, nous vous avons découvert il y a 20 000 de vos années! Et une civilisation capable de voyager dans l'infini est forcément avancée en biologie aussi, tout de même. Eh oui, on a analysé tout votre code génétique. Au fait, je crois que vous êtes en train de commencer à le faire aussi?
-Oui, mais je pensais qu'on avait presque fini, dit Yumi.
-Oh croyez-moi, fit Folium, vous avez encore des siècles de passionantes recherches devant vous. Bon, nous avons dû faire quelques choix quand à la constitution d'Aëlita. Nottament, nous lui avons teint les cheveux en rose et donné des lentilles de contact de la même couleur, mais elle sera naturellement blonde, et ses yeux verts.
-Effectivement, ce n'est pas tout à fait celle que nous connaissons...
-Mais nous ne pouvions pas nous permettre de lui donner des caractéristiques qui la feraient remarquer... Ah, nous sommes désolé, mais comme nous serons jamais sûr à 100% qu'elle a un génôme parfaitement identique à ce que pourrait être une vraie humaine...
-Oui?
-Nous avons placé des sécurités: Aëlita est stérile sans aucun recours possible. Et comme nous connaissons les limites de la science terrienne, inutile de chercher: les biologistes terriens ne pourront pas remédier à ce que nous avons fait avant 200 ans. D'ailleurs, comme nous savons que vous progressez en la matière, nous nous sommes même assurés que si quelqu'un tentait de la cloner, l'embryon clonique ne serait viable en aucun cas.
-Mais elle est normale?
-Si les scientifiques terriens la scrutaient, ils ne trouveraient pas ses particularités. Nous, on pourrait toujours les voir. D'ailleurs avec les mécanisme de sécurité anti-clonage, elle n'aurait pû se dévellopper hors d'un de nos cylindres de maturation! Mais sinon, aucun problême, elle peut espèrer vivre environ 100 ans, avec bien sûr un affaiblissement au bout d'un certain âge... L'autoritant a insisté pour que nous n'amélirions strictement rien par rapport à une humaine normale. Nous l'avons faite non myope, mais pas avec une vision surhumaine, par exemple. Vous comprenez que ça ait mis 6 ans.
-Euh... Et quels souvenirs a-t-elle?
-Ah oui, sa mémoire... Là c'est encore plus compliqué..."

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 10 novembre 2004



Parce que pendant ce temps, sur Terre, les doubles de Yumi, Odd et Ulrich avaient eux aussi des missions à remplir. Pour les doubles d'Ulrich et Odd, il fallait opèrer dans les dortoirs du collège.
"C'est pas un peu incorrect ce qu'on fait là?
-S'introduire dans le dortoir des filles? Absolument. Même si ce n'est pas pour les mêmes raisons que celles qui pourraient pousser des garçons normaux à le faire.
-Non, ce n'est pas à nous que l'idée viendrait!"
Les yeux des agents extraterrestres se mirent à clignoter à cette idée - leur manière d'éclater de rire.
"Franchement, on va quand même fouiller dans ce qu'elle ont de plus intime.
-Exact. C'est vrai que scanner les cerveau d'une vintaine de gamines pour un motif aussi futile... Heureusement qu'on a installé un émetteur qui maintiendra tous les terriens à proximité endormis, parce que si les terriens apprennaient comme on fouille jusque dans leurs esprits pour nos scientifiques..."
Effectivement, scanner les cerveaux d'un dortoir de filles semblait un peu douteux selon leur éthique. Mais c'était la solution la plus simple trouvée à ce problème: comment faire pour doter Aëlita de toutes les connaissances que doit avoir une fille normale de cet âge... Donc ils allaient scanner les cerveaux de toutes ces filles, et envoyer le tout aux scientifiques de leur planête, qui compilerait tout le savoir collectif. Résultat: quand elle arriverait sur Terre, Aëlita saurait aussi bien à quoi s'attendre puisqu'elle approchait la puberté que les derniers potins sur les acteurs qui faisaient délirer toutes les ados.

La mission du double de Yumi était d'un certain point de vue, un peu moins immorale.
"Franchement, Yumi, ça se fait pas ce qu'on fait.
-Quoi?
-Eh bien envoyer le fichier Aëlita de XANA aux ordis de ta planête pour qu'ils la matérialisent, je suis pour. Créer un état civil à Aëlita, c'est très bien. Lui donner de faux parents décèdés, pas de problême. Mais pirater les ordis de banques pour lui verser de l'argent sur un compte - soit-disant hérité de ses parents - c'est du vol. Et puis en plus, 100 000 euros suffiraient. Franchement 10 millions...
-Il y a largement assez sur ces comptes.
-Mais pourquoi voler sur des comptes au lieu de créer de l'argent?
-Ah non, ça ce serait du faux-monayage.
-Mais là c'est du vol.
-Tu as vu les compte sur lesquels je les vole?
-Bill Gates? La famille Walton?
-Ce ne serait pas un grand crime... Mais là il s'agit de compte de barons colombiens de la drogue... de triades...
-Effectivement, c'est plutôt du blanchiment...
-Pour une fois que cet argent servira une bonne cause... Et tu note que je paye les droits de succession puisqu'il s'agit d'un héritage de parents qui viennent de mourir... Bon, plus qu'à s'occuper de l'achat d'une maison proche du collège."

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 14 novembre 2004



"Ah d'accord.
-Pour l'intelligence, l'autoritant a dû batailler ferme pour m'empêcher de lui donner 500 de QI, mais elle sera tout de même largement assez douée pour que Jérémie trouve qu'elle a de la répartie.
-D'accord. Mais maintenant... on peut repartir sur Terre?
-Ah, pour cela, demandez à l'autoritant. Adieu."
Le visage du scientifique s'effaça. Un cylindre dans la pièce devint lumineux. Une minute plus tard, Aëlita en sortait. Immédiatement après, nos amis se jetèrent sur elle pour l'étreindre. Ce ne fut qu'un quart d'heure plus tard que l'autoritant entra à nouveau.
"Alors, satisfaits?
-Très. Et impatients de la ramener sur Terre!
-Bien sûr. Mais vous n'aller pas quitter notre planète sans avoir fait un peu de tourisme? Ah, au fait, est-ce que mon français est correct? J'avais un adouciceur de voix actif, mais pas de traducteur.
-Vous parlez un français impeccable.
-Merci. Maintenant nous savons qu'il y a au moins une langue que nous parlons correctement s'il faut communiquer avec vous. Donc, on l'utilisera à l'ONU si on a un jour besoin de révèler notre existance."
Un ambassadeur a droit à deux langues pour s'exprimer à l'ONU: anglais ou français. Et les extraterrestres dont les terriens ignoraient l'existence savaient même ça...

Nos héros rencontrèrent quelques groupes de fans, mais ils ne raffolaient pas de ce genre de rencontres. Les paysages de cete planète était impressionants, mais semblaient aussi iréels qu'un jeu vidéo. La Terre leur manquait. Mais ils acceptrent quand même d'aller dans un magasin voir si des objets de cet planète les interressaient.
"Venez mesdemoiselles, nous allons vous montrer nos produits de beauté.
-Ca ne m'interesse pas, répondit sèchement Yumi.
-Oh si, viens, apprend-moi à utiliser ces choses-là! Moi aussi je suis une fille." supplia Aëlita.
Yumi la suivit en trainant des pieds.
"Ah, enfin débarassés, fit un ET. Heureusement qu'on a pu envoyer un message dans le traducteur d'Aëlita pout lui dire de jouer le jeu.
-Pourquoi teniez-vous à nous séparer? demanda Ulrich.
-Eh bien, parce qu'on pensait que si tu voulais offrir un cadeau à ton amie, il vaut mieux lui faire la surprise, explica Speasm, leur guide.
-Mais qui vous dit... Mais comment vous savez... Enfin qu'est-ce qui vous fait croire que... bégaya Ulrich, alors que Odd pouffait de rire.
-Oh, c'est assez simple. On a un cardio-fréquencemètre dans le scanner, pour s'assurer que vous ne risquez rien. Alors si on regarde l'action avec en sous-titrage ta fréquence cardiaque... Eh bien franchement quand on voit le pic quand Yumi est attaquée... C'est assez clair. Même l'intelligence artificielle de XANA avait réussi ce diagnotic.
-Ca va, ça va, l'interrompit Ulrich.
-Nous avons pensé qu'elle pourrait aimer quelque chose de ce genre."
Ils ouvrirent un coffre dans lequel se trouvaient de multiples bijoux, argentés ou dorés.
"Euh... de quoi s'agit-il? Je veux dire, comment les avez-vous fait? questionna Ulrich.
-Oh, je comprend la question. Chez nous, la fabrication d'or, platine, diamants ou saphirs est simplissime. En fait, ces bijoux ne sont pas plus précieux pour nous que les mêmes en plastique chez vous. Des bijoux vraiment précieux pour nous réclamment l'utilisation de matériaux absolument inédits sur Terre. Donc, on ne peut vous offrir que des objes de ce type. Oh si vous voulez une autre forme, on peut voux le produire en quelques minutes.
-Celui-ci est superbe."
Ulrich venait de voir un pendentif représentant l'idéogramme en alphabet Kenji signifiant "Yumi", un U gothique, et un cœur percé d'une flèche.
"Rien d'autre?
-Je ne voudrais pas abuser... fit Ulrich timidemant.
-Vu ce que votre participation a rapporté aux chaînes d'holovision retransmettant le compétition, on pourrait vous offrir un vaisseau.
-Merci, ça ira, trancha Odd.
-Sinon, on peut vous apprendre le programme scolaire de vos trois prochaines années par hypnose. Vous aurez 20/20 à tous vos futurs contrôles sans travailler.
-Non, je me sentirais mal à l'aise en premier de la classe." conclut Odd.

"Voulez-vous rencontrer les créateurs de votre univers virtuel avant de partir?
-Oh oui! On peut rencontrer les créateurs d'Aëlita? demanda Yumi.
-Mais ce n'est pas un de nos scientifiques qui a créé Aëlita. C'est votre Jérémie.
-Quoi?! fit Ulrich.
-En fait, quand Jérémie a commencé à essayer d'utiliser les ordinateurs, son esprit a été analysé... Et XANA a programmé Aëlita à l'image de ses fantasmes. Vous voulez rencontrer le programmeur qui a doté XANA de cette fonction?
-Non, ça ira. Il comprendra que XANA ne soit pas un bon souvenir pour nous." répondit Aëlita.

Bien sûr, Ulrich ne comptait offrir le cadeau à Yumi qu'une fois revenus sur Terre. Le vaisseau interstellaire était hi-tech, élégant, propre, lumineux, imposant, confortable, mais surement pas romantique. Même s'ils avaient reproduit un jardin par simulation holographique, Ulrich se sentait incapable de dire à Yumi qu'il l'aimait alors qu'ils fonçaient à plus que la vitesse de la lumière à travers le vide. Quand on regardait par les hubleaux, pas d'étoiles... Juste le noir. La lumière ne pouvait pas leur parvenir, prisonniers qu'ils étaient dans une bulle de distortion de l'espace-temps.
Le voyage du retour fut sans histoire. Le commandant de bord était le commandant Astroïde, comme à l'aller. Mais cette fois, ils allèrent jusqu'au système Solaire.
"Bien sûr, il faut tenir compte de la position de Pluton. Vous croyez à l'astrologie, les enfants?
-Pas vraiment" fit Yumi.
"Ils ne croient quand même pas à ses conneries avec leur niveau scientifique?"
"Nous non plus. Mais quand on pilote un vaisseau dans le système Solaire, il vaut mieux faire attention aux mouvements des planètes. Pas parce qu'elles influencent nos amours, mais parce qu'il vaut mieux éviter de les percuter."
Le vaisseau interstellaire se posa sur une station spatiale sur Sedna.
"Nous sommes sur une planète du système Solaire? demanda Odd.

-Vos scientifiques ne sont pas d'accord sur cette question!
-Comment ça? demanda Yumi.
-Eh bien, quand ils ont découvert ce corps orbitant autour du Soleil, ils se sont demandés s'ils devaient considèrer que c'était une planète... ou considèrer que Pluton n'en est pas une. En ce qui nous concerne, cette base peut être démontée en quelques heures parce que vous pourriez avoir envie d'y envoyer une sonde un jour où l'autre. Il y a quelques-uns de vos siècles, nous avions une base sur la face cachée de votre Lune. Quand vous avez commencé à avoir des télescopes, on a déménagé ici.
-Au fait, vous savez qu'on a envoyé une sonde avec un message à votre attention? dit Ulrich.
-Bien sûr! Comme on vous espionne, on connaît bien le contenu du message. Mais les touristes qui visitent le système Solaire dans des vaisseaux furtifs peuvent le contempler, on n'y a pas touché.
-C'est ça qui est énervant avec vous, vous avez toujours une solution pour tout! s'énerva Yumi.
-Oui, nous-mêmes on finit par s'ennuyer. C'est pour ça qu'on a créé ce monde virtuel: voir un monde où l'illusion d'imprévu existait.
-Alors que nous ce qu'on y aimait c'est que contrairement à la Terre, on pouvait y résoudre tous les problêmes, rêva tout haut Odd.
-Eh oui. Venez, un vaisseau nous attend. Ne vous inquiètez pas, ce vaisseau est indétectable: on va rembarquer jusqu'au dernier transistor de XANA sans se faire repèrer."

Ce fut fait en quelques heures: Nos amis furent ramenés sur Terre, les doubles furent effacés (ce n'étaient que des programmes informatiques matérialisés, expliqua Astroïde), et le vaisseau emmena toutes les traces du supercalculateur. Mêmes les traducteurs, nos amis les avaient rendus. Les ET ne demeuraient plus que dans leurs souvenirs. Ulrich, Odd et Yumi étaient impatients de revoir leurs proches, et puis ils voulaient laisser Jérémie et Aëlita savourer leurs retrouvailles. Mais ils devaient quand même poser quelques question.
"Jérémie, nos doubles n'ont pas fait de bétises? demanda Yumi
-Non, tout va bien. Ils ont été parfaits. Tes parents t'ont trouvée très sage en ce moment, Yumi.
-Jérémie, je n'aime pas ce ton, protesta Ulrich. Tu nous cache quelque chose.
-Eh bien, voilà: les doubles d'Ulrich et Odd ont fait du zèle aux dernier contrôle de maths. Alors si vous avez moins de 16 au prochain, la prof va être très déçue... ou croire que vous avez triché à celui-là... Ah oui, le double d'Ulrich est bien trop poli... Il n'a pas osé refusé un rencart à Sissi... Demain dans sa chambre à 18 heures, Ulrich."

FIN


Nicoluve
29/04/05 à 15:27
Dans l'Arène Virtuelle



Ecrit par Nicoluve, le 15 octobre 2004



Disclaimer: tous les personnages que vous connaissez appartiennent à Antefilm.
Résumé: Nos amis se retrouvent, de Lyoko, transportés très loin du monde qu'ils connaissent. Là, ils vont devoir livrer le plus grand combat de leur vie. L'enjeu n'est rien d'autre qu'Aëlita!




"Bon, petite mission de routine en perspective.
-Une tour activée?
-Non. Mais il y a un peu trop de monstre autour d'Aëlita. Il faudrait passer un coup de balai. Ca devrait être facile, à vous trois.
-OK, on y va."
Scanner, virtualisation… À force, c'était si simple que nos amis en oubliaient que c'était surnaturel. Ils furent en quelques secondes sur Lyoko. Faire le ménage parmi les monstres mit seulement quelques minutes.
"Merci, dit Aëlita en sortant de sa cachette. Vous êtes toujours aussi efficaces.
-Eh, t'as vu ça? demanda Odd. On a à peine perdu 50 points de vie à nous trois pour détruire 4 krabes et 5 kankrelats!
-Odd, Ulrich, Yumi, XANA a activé quelque chose! Vous êtes en danger!
-On doit faire quoi?"
Jérémie ne put répondre. L'écran lui envoya une décharge électrique qui le mit KO. Il ne vit pas ses trois amis disparaître de Lyoko, comme s'ils avaient été victimes d'une dévirtualisation brutale. Mais ils réapparurent dans les scanners.
"Vous deux, occupez-vous de XANA, dit Yumi. Je remmène Jérémie au collège.
-OK."

Jérémie repris ses esprits dans sa chambre. Il se tourna vers les ordinateurs.
"Aëlita?
-Non, elle n'est pas là."
Yumi lui sourit et s'assit à côté de lui sur son lit.
"Yumi? Qu'est-ce qui s'est passé sur Lyoko?
-Les garçons sont restés à l'usine pour essayer de comprendre. Ils m'ont téléphonée pour me dire de déconnecter les ordinateurs de ta chambre d'Aëlita."
Elle lui souriait toujours. Et elle se penchait franchement trop près. C'est pas vrai! Le coup de la fausse Yumi allait pas recommancer! Tiens, et s'il faisait un test? Bon, dans la meilleure hypothèse, il se prenait une baffe. Il se pencha sur Yumi et approcha ses lèvres. Elle se laissa embrasser tendrement. Il la repoussa violement.
"Tu n'es pas la vraie Yumi!
-Pourquoi tu dis ça?
-Yumi ne m'aurait jamais embrassé. Je ne croyais pas que XANA commetrait deux fois la même erreur."
Jérémie en avait commise une quand à lui. Il avait oublié qu'une créature de XANA était cinq fois plus forte que lui en cas de close-combat. Elle pouvait donc facilement le tuer. Mais elle ne fit aucun geste agressif. Elle haussa les épaules.
"J'essayais d'être gentille, c'est tout.
-Précisemment. Seul une espionne se montrerait aussi facile. Qu'as-tu fait de mes amis? Et qu'as-tu fait à l'usine?
-Eh bien, j'ai laissé mes deux compagnons à l'usine. Ils bricolent XANA.
-Qu'avez-vous fait des vrais?
-Eh bien ils sont assez loin d'ici… Je ne peux pas être plus précise."

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 19 octobre 2004



"On est toujours sur Lyoko?
-On dirait… Mais j'ai quand même eu l'impression de me déplacer.
-Oui, comme si on avait en une seconde accèléré à une vitesse fantastique puis qu'on s'était arrêtés.
-Bon, Jérémie, tu nous entends?
-On dirait que non.
-Aëlita?"
L'humanoïde se dirigea vers eux. Mais…
"Euh, je ne suis pas la vraie Aëlita…"
Trois armes furent braquées sur elle.
"J'ai pris cette apparence pour ne pas vous effrayer.
-Nous on n'a pas peur. Montre-toi sous ton vrai visage si tu n'es pas un lâche.
-Soit."
Nos amis avaient maitenant un reptiloïde de deux mêtres en face d'eux.
"Vous préfèrez vraiment comme ça?
-Et où sommes-nous?
-Eh bien… Ca dépend quel type de localisation vous demandez.
-Arrête de te foutre de nous!
-Vous êtes dans un univers virtuel de type Lyoko. Cet univers est gèré par un ordinateur également équipé de scanners. On vous a transfèré comme des fichiers informatiques d'un ordinateur à l'autre. Si vous voulez on peut vous matérialiser immédiatement, mais attendez-vous à un choc en découvrant où vous êtes.
-Allez-y…
-Soit."
Nos héros ouvrirent les portes des scanners… Ils étaient dans un décor de science-fiction. Ils virent plusieurs êtres reptiloïdes, en différentes tenues qui ressemblaient pour certaines à des uniformes. L'un d'eux, vêtu d'une superbe combinaison, leur adressa la parole.
"Je crois que vous avez maintenant compris. Vous êtes à bord d'un vaisseau interstellaire. Je suis Strophoïde, [nom d'une courbe en maths; hommage à mon prof] ambassadeur de la planète Astria auprès du système solaire.
-Pourquoi nous avez-vous enlevé? Et où sommes-nous?
-Je ne peut donner de localisation précise, dit un navigateur. Nous allons à une vitesse de 10 pc/s.
-Parsec? demanda Yumi.
-Ca veut dire par seconde, expliqua l'ambassadeur.
-10 par seconde par seconde? demanda Odd. C'est quoi ce charabia?
-Oups, désolé, on parlait dans nos unités de mesure. Bon, sachez en tout cas qu'on va largement plus vite que les engins spatiaux terriens. En fait, les étoiles les plus proches ne sont pas visibles à l'œil nu depuis la Terre."
Les yeux des extraterrestres se mirent à clignoter. Leur manière d'éclater de rire. Ils avaient suivi des leçons pour exprimer les vitesses et distances en unités terriennes… et ils tombaient sur des terriens qui ne connaissaient pas les unités unités utilisées en astronomie.

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 25 octobre 2004



"Et pourquoi nous avez-vous enlevé? demanda Ulrich.
-Et si vous êtes capables de nous transfèrer comme ça… C'est vous qui avez créé Lyoko, n'est-ce pas?
-C'est exact" dit un extraterrestre habillé de façon qui évoquait moins un uniforme. "Eh bien nous vous avons invité - un peu cavalièrement, je l'admet - pour que vous puissiez participer à notre copétition de combats virtuels.
-Mais… on n'est pas des guerriers!
-Vous vous êtes très bien débrouillés sur le territoire d'entraînement de Lyoko.
-Entraînement? Ce truc est censé être un terrain d'entraînement?
-Eh oui. Nous avons placé cette unité - disons cette console de jeu - pour recruter des champions terriens pour notre… coupe de la galaxie, si vous voulez. Je suis RingMeister, organisateur des compétitions. Je suis très fier de présenter pour la première fois des terriens dans le grand jeu.
-Vous êtes malades! Vous avez failli tuer des milliers d'humains pour un jeu."
Ulrich se jeta sur RingMeister. Des aliens avec des tenues qui leur donnaient des airs de robots de combats voulurent intervenir, mais l'ambassadeur leur fit un signe, et ils se figèrent.
"Amis terriens, je désapprouve les méthodes de RingMeister. Mais sachez qu'en réalité, le risque n'a jamais été réel.
-Vous vous foutez de nous? Si on n'avait pas provoqué le retour dans le passé à temps à chaque fois, il y aurait eu des morts. Et ça, aucun retour dans le passé n'aurait pu le changer!
-Non…" fit timidement le Ringmeister. "On vous a fait croire ça… Mais en cas de problême, on pouvait toujours provoquer un super-retour dans le passé qui annulerait les morts.
-Impossible! Aëlita n'as pas pu nous mentir!
-Elle y croyait elle-même… Aëlita est un programme conçu pour être une amie sincère. Elle ne vous a jamais menti. Elle était elle-même persuadée que le sort du monde dépendait de votre réussite sur Lyoko. Mais en cas de problême, on pouvait toujours provoquer le retour dans le passé.
-En fait, c'est même arrivé quelques fois, précisa l'ambassadeur. XANA était parvenu à tuer des humains, voire certains d'entre vous, ou à effacer Aëlita. À chaque fois, XANA a lui-même provoqué le retour dans le passé, ramenant les morts à la vie et effaçant vos mémoires pour que le grand jeu continue."
Ringmeister se tourna discrètement vers les lecteurs.
"Ces épisodes ont été censurés par France 3."
"Notez, si vous aviez désactivé XANA, alors il restait une partie de lui qui pouvait provoquer le retour dans le passé. Mais en revanche, Aëlita ne pouvait structurellement pas exister sans XANA.
-Mais Jérémie l'a matérialisée! Sans ce virus…
-Le virus était une excuse. En fait, Aëlita n'a jamais été humaine. Jérémie a matérialisé un hologramme doté d'une consistance physique, piloté et maintenue dans sa structure par l'ordinateur. Donc, par nature, elle ne pouvait pas survivre sans l'ordinateur.
-Donc, tous ces combats, c'était du bluff?
-En quelque sorte. Vous aviez pas l'impression que c'était truqué? À chaque fois, vous sauviez tout à la dernière seconde. Vous croyez que ç'aurait été possible si XANA ne le faisait pas exprès? Mais rassurez-vous, vous avez tout de même réussi des choses fantastiques.
-Et maintenant on doit participer à un combat pour épater la galerie?
-Si vous voulez. Et après, promis, on vous ramène sur Terre, annonça le Ringmeister.
-On a envoyé des doubles holographiques de vous. Ils prendront votre place pour dissimuler votre absence, et ils démonteront XANA. Le vaisseau qui vous ranènera sur Terre vous débarassera de cet ordinateur qui n'a rien à faire chez vous."

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 27 octobre 2004



À ce moment-là, une alarme retentit dans le vaisseau.
"Il y a une distorsion spatio-temporelle droit devant, annonça le pilote.
-Normalement il n'y en a pas… donc c'est un piège Khahak, commenta le capitaine.
-Affirmatif, confirma l'ordinateur de bord.
-Les moteurs?
-Nous allons arrêter les moteurs à distortion de l'espace-temps quand nous seront à quelques minutes-lumière du piège.
-On peut avoir des explications? demanda Yumi.
-Excusez-nous, dit le capitaine. Euh, là, je dois donner des ordres importants. Ambassadeur…
-Je vais leur expliquer. Suivez-moi les enfants, il vaut mieux ne pas déranger l'équipage pendant un combat."
Nos amis suivirent le diplomate. Ringmeister vint également. Les extraterrestres avaient expliqué à nos amis que l'équipage du vaisseau était militaire, bien que Ringmeister soit civil. Et l'ambassadeur accompagnait parce que les contacts entre civilisations devaient se faire sous l'égide des autorités compétentes. Donc, cela expliquait les uniformes.
"Depuis des siècles, nous avions colonisé une planète dénuée de toute vie intelligente. Il y a quelques décénnies, nous avons reçu un message d'une autre civilisation, nous accusant d'avoir volé leur planète. Notre dirigeant, l'autoritant, décida d'évacuer la planète. Mais le convoi qui évacuait les colons fut agressé par les Khahak. Comme l'évacuation avait nécessité le concours de l'armée, nous avions suffisament de vaisseaux de guerre pour nous défendre… Au final, nous avons gagné, mais la paix semblait compromise. L'autoritant a présenté nos excuses pour ce carnage, mais ils ne voulurent rien entendre. Depuis, nous sommes en guerre. Venez, nous allons suivre le déroulement des opérations."
Ils se rendirent dans le centre de commandement. Le capitaine était dans un fauteil devant des hologrammes, comme Jérémie devant l'holomap.
Le diplomate expliqua les subtilités de leur armée aux terreins. Le vaisseau appartenait à Ringmeister, mais à partir du moment où la sécurité était en jeu, les militaires reprennaient le commandement. Les soldats avaient rabattu leurs visières sur leur visage. Cela signifiait qu'ils obéiraient aveuglement: dans cette armée, un soldat pouvait refuser un ordre s'il le jugeait contraire à l'éthique ou stupide: l'officier devait alors justifier son ordre, sauf si la situation était urgente, auquel cas les soldats obéissait mais l'officier portait la responsabilité de tous leurs actes. Tandis que s'ils avaient le temps de réfléchir, les soldats étaient responsables de leurs actes. "Contrairement à ce qui se passe dans beaucoup de nations terriennes en guerre où l'armée recrute des paumés qui ne sauraient pas quoi faire d'autre - y compris la plus puissante armée de votre planête - nos soldats ont un niveau intelectuel requis assez élevé. Suffisant pour refuser des ordres que des armées terriennes ont accompli aveuglement. Ici, ils ont rabattu leurs visières parce qu'ils ont confiance en leur chef. Mais bien sûr, ils auraient refusé l'ordre d'aller bombarder la Terre."
Nos amis ne savaient pas trop quoi faire. Les soldats semblaient très calmes alors que l'holoécran indiquait une vraie armada en face d'eux.
"Nous avons désactivé les moteurs à distorsion. Nous nous rapprochons lentement des forces Khahak… à notre vitesse actuelle, rencontre dans une heure."
Heureusement, les casques traducteurs donnés à nos amis convertissaient les unités.
"Déploiement des chasseurs.
-Chasseurs en phase de déploiement."
Les chasseurs foncèrent sur l'armée ennemie. Rapidement, ils furent sous le feu.
"Autorisation aux chasseurs de riposter. Mais seulement contre le vaisseau-filet."
D'une manière incroyable, les chasseurs esquivaient quasiment tous les tirs, qui pourtant étaient très nombreux. Les quelques tirs qu'ils recevaient semblaient sans effet, s'écrasant contre des boucliers. En revanche, quand les chasseurs ouvrirent le feu, le plus gros vaisseau ennemi disparut en quelques secondes.
"Commandant, nous avons une trajectoire libre tout droit.
-On accélère au maximum, tout droit!"
Ainsi fut fait. Quelques tirs touchèrent le vaisseau, mais nos amis virent que l'indication "boucliers"restait au vert. Rapidement, ils ne virent plus d'autre vaisseau sur les écrans.
"Ils ne peuvent pas nous rattraper?
-Nous allons bien plus vite qu'eux, et que leurs lasers, expliqua le capitaine.
-Les chasseurs? On les abandonne?
-Ce sont des vaisseaux pilotés par des robots. Ils fuiront s'ils le peuvent. Mais s'il se font désintègrer ce n'est pas grave. Nos usines pourraient en produire dix fois plus que nous n'en avons aujourd'hui.
-Mais ils peuvent quand même nous poursuivre?
-Normalement nous utilisons des chemins secrets pour cacher nos bases, mais tout le monde connait la localisation de notre capitale et de la Terre. Et là, nous avons traversé un filet analogue au leurs. Sauf qu'il est selectif: nos vaisseaux peuvent les traverser, pas les leurs.
-J'aurais dû le préciser en premier, s'excusa le diplomate. En fait, nous ne sommes pas tout à fait au même niveau de technologie… Nous ne risquions rien.
-En fait, on se méfiait un peu, dit le capitaine, voilà pourquoi ce vaisseau embarquait un escadron de chasseurs. Mais si on avait soupçonné les Khahak de disposer d'une armée susceptible de vaincre ce vaisseau, nous aurions demandé à la moitié de la flotte de nous escorter. Là, vous venez d'avoir une démonstration de notre philosophie du combat: on envoie d'abord les robots au cas où ils auraient de nouvelles armes. Comme ce n'était pas le cas, on détruit le minimum et on se tire. En fait, un seul des chasseurs aurait pû vaincre leur flotille. Mais pourquoi tuer des êtres vivants s'ils ne sont pas en mesure de nous mettre en danger? Et il n'est pas utile non plus de préserver les chasseurs. Pas la peine de provoquer un massacre pour protèger des robots.
-Vos ressources sont donc illimitées?
-Au début, on a fait tourner nos usines au maximum, et on a cherché à détruire les leurs. Mais rapidement, on s'est aperçu qu'on avait bien plus de vaisseaux qu'il en fallait pour protèger toutes les planètes habitées - y compris la Terre, on avait placé une flotille pour la protèger s'ils voulaient l'attaquer. Aujourd'hui, lors des exercices, des vaisseaux télécomandés se détruisent réellement. On a suffisament de vaisseaux pour ça, et d'ailleurs on progresse si vite que chaque nouveau vaisseau pourrait vaincre à lui seul tous ceux construits avant lui. Dès la première semaine de la guerre, les généraux on proposé un plan de destruction de la planète ennemie en précisant qu'ils pensaient que c'était disproportionné par rapport à la menace qu'ils représentaient. Ca donne du boulot aux scientifiques, mais dire que c'est pour se protèger d'eux qu'on fait tout ça est une blague.
-Mais vous ne mettez pas fin à cette guerre?
-Comment? En occupant leur planête? En les soumettant? On leur fait toujours des propositions de paix… Mais on dirait que leurs dirigeants préfèrent continuer la guerre que d'admettre leur défaite. Vous savez, on a envisagé d'intervenir sur votre planête. Mais comment auriez-vous réagit si en 1941 des vaisseaux venus de l'espace avaient attaqué Berlin? Oh, une ou deux fois, on a dévié des astéroïdes qui auraient pu être dangereux, mais en restant discrets.
-Dites… Est-ce que vous avez réellement montré votre existence à Raël? C'est vous?
-Ce bouffon? On est au courant parce qu'on vous espionne, mais ne vous inquiètez pas, c'est des conneries! Déjà, on n'a jamais contacté de terrien jusqu'ici. Ensuite, se servir de la Terre comme labo comme il dit que des extra-terrestres ont fait est interdit. On devrait le pulvériser pour lui apprendre… Mais ça prouverait qu'on existe, et là j'imagine pas la catastrophe.
-Effectivement, je crois que nous ne sommes pas prêts à entrer en contact avec vous.
-Non. Encore quelques millénaires de maturation."
Yumi repensa à une phrase de Calvin et Hobbes:
"Des fois, je me dis que la meilleure preuve qu'il existe d'autres formes de vie intelligentes dans l'univers, c'est qu'elle n'ont pas essayé de nous contacter"
Effectivement, face à des êtres si organisés, il y avait un peu de quoi avoir honte d'être terrienne…

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 28 octobre 2004



"Dîtes, on est un peu fatigués. Et puis on a faim. Vous avez prévu ça?
-Oh, bien sûr. Nous allos vous conduire dans vos quartiers. Des robots vous amèneront le dîner. Par contre, je pense que vous n'aurez pas trop envie de dîner avec nous. Vous trouveriez probablement notre manière de nous alimenter peu élégante. Euh, on vous a répartis en deux chambres: une pour le genre mâle, un pour le genre femelle. C'est bien cela?
-Euh, oui. Effectivement, il est d'usage de nous séparer. Pas chez vous? demanda Yumi.
-Oh, eh bien dans ce vaisseau, il y a des genre tentis et des genre manti. Avec les uniformes, les différences ne sont pas visibles. Par contre, les genre gunko ne supportent que moyennement les voyages dans les vaisseaux, donc il n'y en a pas ici."
Yumi ne se sentit pas curieuse d'en savoir plus sur les différents sexes de cette espèce (trois!). Elle était effectivement fatiguée.

Le lendemain matin (entendre après un bon sommeil, parce que comment savoir l'effet des distorsions temporelles sur leurs montres?) ils retournèrent voir Ringmeister et le diplomate.
"Alors c'est vous qui avez organisé tout ça?
-Oui. En tant que responsable des jeux.
-Mais nous voulions savoir. Qu'est devenue Aëlita, alors?
-Eh bien elle se trouve toujours sur le disque dur de l'ordinateur que nous avons construit sur Terre.
-Est-ce que vous pouvez la matérialiser? Je veux dire, en faire une vraie humaine?"
Ils réfléchirent un moment.
"Eh bien je pense que ça sera un sacré défi pour nos scientifiques, mais ça me semble faisable, n'est-ce pas ambassadeur?
-Eh bien Ringmeister, oui, je pense que c'est techniquement faisable.
-Et nous le ferons, conclut Ringmeister. Si vous gagnez le tournoi!"

"Un vaisseau s'approche.
-Répond-il aux demandes d'idementification?
-Non. Il est bien plus rapide que nous. Eh, il se rapproche de nous… Ca c'est fort! Il nous tourne autour.
-Comment ça?
-Eh bien, il a un mouvement hélicoïdal autour de notre vaisseau, qui va en ligne droite. À 20 pc/sec, c'est fort!
-Un seul type de vaisseau peut faire cela, n'est-ce pas?
-Pas encore des ennemis?
-Non, chers terriens. Mais quelqu'un de très puissant souhaite faire votre connaissance. Ceci est un vaisseau de la garde personelle de l'autoritant.
-L'autoritant?
-Notre dirigeant élu. Probablement l'être le plus puissant de l'Univers après l'Ordonateur.
-Et c'est qui celui-là?
-Je crois que le mot correspondant est… Dieu.
-Ah. Vous croyez en Lui?
-Qu'Il existe ou non, on fait comme si. Ca évite de se prendre pour Lui. Quand on a le pouvoir de contrôler la galaxie, ce n'est pas plus mal de supposer qu'on sera jugé sur ses actes. Et ce n'est pas parce qu'on construit des vaisseaux fantastiques qu'il faut oublier qu'on ne pourrait pas faire cela si le métal n'existait pas dans l'Univers. Surtout ne pas faire comme ceux qui disaient du Titanic que Dieu lui-même ne pourrait pas le couler!
-Vous regardez même nos films?
-Oui. Dans ce domaine, vous nous surpassez complètement.
-Vaisseau de la garde autorité à vaisseau du Ringmeister. Vous êtes invité à accoster à bord de ce vaisseau, pour plus de sécurité. Nous avons appris votre aggression, et nous estimons qu'il vaut mieux que les terriens soient transportés à bord d'un vaisseau mieux défendu.
-Eh bien vous voyez, vous allez pouvoir aller participer au match en pleine quiétude."
Et la vie d'Aëlita en dépendrait, pensèrent les terriens.

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 28 octobre 2004



Après des formalités insupportables, nos amis furent enfin amenés dans leur hôtel. Ils disposaient de robotts pouvant tout leur expliquer sur ce qu'ils trouvaient dans leurs chambres, et qui les aidaient à utiliser les scanners. Ils se défoulaient en détruisant des monstres semblables à ceux de XANA sur Lyoko. On leur avait en effet recommandé de s'entraîner. Le mieux, c'est qu'ils n'auraient même pas à quitter leur chambres: les scanners pouvaient être reliés au réseau du championnat.

Pendant ce temps, dans toute une galaxie, d'autres champions se préparaient. Sur un univers virtuel, un être de métal filiforme détruisait des kankrelats de ses jambes affutées comme des épées. Un être en forme de tigre détruisait des krabes à coups de griffes. Un guerrier en armure avec une épée et un bouclier affronctait des blocks et des mégatanks. Certains même affronctaient des simulations de leurs futurs adversaires. Sauf des plus mystérieux adversaires… Les terriens! Il y a quelques jours, la nouvelle avait été confirmée: après des mois d'incertitude, on savait maintenant que LES TERRIENS PARTICIPERAIENT AU TOURNOI! Tous les champions brûlaient de les affroncter. On disait cette espèce belliqueuse… Est-ce que des enfants de cette planète seraient des adversaires redoutables? Même le grand champion, Hystérésis, qui s'entraînait en abattant des dizaines de Frolions, redoutait l'affronctement. Oh, il ne crignait aucun autre adversaire. Mais après tout, s'il battait les terriens, il serait champion de l'Univers… Mais s'il échouait, ce serait une défaite honorable que d'être vaincu par des champions invincibles venus d'une planète de guerriers, n'est-ce pas?

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 30 octobre 2004



"C'est le grand jour les enfants… Alors, vous vous sentez prêts?
-De toute façon, on n'a pas le choix… Salopard." dit Ulrich à l'hologramme de Ringmeister.
"Rassurez-vous, si vous vous classez suffisament bien, je matérialiserai Aëlita. Tant que vous avez un très bon résultat… De toute façon, le match d'aujourd'hui est truqué.
-Ah la compétition est truquée en plus?
-Pas entièrement… Mais on ne voudrait pas que les terriens soient éliminés au premier tour. Ah, comme vous avez dû vous en rendre compte sur Terre, les ordinateurs attribuent arbitrairement un certain nombre de points de vie, un certain potentiel de dégâts aux armes… Ces valeurs ont été ajustées telles que sur les simulations, chacun gagne aussi souvent. Donc tout dépend de l'usage que vous faîtes de vos capacités: un être dont la force et la rapidité sont dix fois supérieures aux votres dans le monde réel n'a pas plus de chances que vous.
-D'accord.
-Sauf que pour le premier match, les chances seraient équilibrées si votre adversaire faisait 20 points de vie par impact… Il sera bridé à 1. Donc, vous devriez gagner facilement. Mais si vous parvenez à le dévirtualiser sans avoir été touchés plus de quatre fois chacun, ça veut dire que vous auriez gagné même sans trucage."
Il disparut.
"Eh bien il ne serait pas très sportif de ne pas chercher à gagner vraiment, n'est-ce pas? fit Ulrich.
-Et là, il va y avoir du sport! approuva Odd. On va leur montrer ce que les terriens savent faire!"

Ils entrèrent dans les scanners. Ils se retrouvèrent au centre d'une arène. Il y avait des milliers de spectateurs dans les gradins. On leur avait expliqué que si la retransmission était publique, certaines personnes payaient très cher le droit d'être visibles depuis l'arène. Et que leurs applaudissements soient entendus. Ils entendirent alors la voix de Ringmeister.
"Peuples de la galaxie! Ils sont les premiers de leur espèce à avoir quitté leur espace stellaire. Ils sont allés des milliards de fois plus loin que les plus intrépides des leurs uniquement pour vous. Enfant d'une planête qui ne nous connaît même pas, ils explorent l'inconnu pour nous! Je vous demande d'applaudir… les terriens!"
Eh bien, si nos amis s'étaient attendus à une telle ovation, eux qui luttaient dans le secret sur Terre… Tous les autres sportifs furent accueillis, mais seul le champion des années précédentes eu plus d'applaudissements qu'eux…
Un peu plus tard, nos amis se retrouvèrent face à leur premier adversaire. C'était un bipède de moins de un mêtre de haut, deux bras en forme de pistolets effilés. Nos amis se dirent qu'il devrait être facile à vaincre. Odd entama l'affronctement en tirant deux flèches. Le petit être ouvrit le feu de ses deux canon et bondit. Ulrich dévia les tirs qui allaient vers lui, Odd esquiva les siens. Mais le petit être avait bondit dans leur dos, et les canarda. Heureusement, Yumi, qui se trouvait derrière, arrêta la plupart des tirs. Mais Odd en encaissa tout de même deux. Ulrich chargea en mode triplicata. Le petit truc bondit. Mais cette fois, les projectiles de Yumi et Odd l'attendaient à l'atterrissage. Il arrêta une flèche-laser de ses rayons, esquiva la deuxième… mais fut frappé de plein fouet par l'éventail. Quand il se releva, Ulrich bondit sur lui. Il crut s'en sortir par un bon lattéral, mais un autre Ulrich le sabra au vol. Odd réussi à le toucher de deux des trois flèches qu'il tira. Le petit tireur était alors trop assomé pour esquiver l'attaque triangulaire d'Ulrich. Il fut dévirtualisé.
"Fantastique victoire de l'équipe terrienne! Décidemment ça se confirme: ce sont des challengers serieux pour tous les champions connus!"

Les trois amis étaient conscients d'avoir eu la partie facile cette fois. Ils se doutaient que le prochain combat serait bien plus délicat. Ringmeister les avait prévenu que leur prochain adversaire, Gladiator, était franchement corriace. Et cette fois ils seraient à armes égales.
Quand ils se virtualisèrent, ils furent impressionnés par le collosse, en armure, portant une épée et un lourd bouclier. Logique: le petit être cherchait à tirer et esquiver, donc mieux valait être petit. Mais ce colosse comptait apparement sur la force brute. Ulrich décida de tenter sa chance… à trois contre un. Lui et ses doubles chargèrent. L'un d'eux porta le premier coup… dans le bouclier. Il esquiva de justesse la riposte, en se plaquant au sol. Le coup magistral du secolnd Ulrich, qui attaqua sur la gauche, fut complètement amorti par le bouclier. Le troisième se prit un coup d'épée de plein fouet. Un double de dévirtualisé. Odd tira une flèche, mais le colosse redressa son bouclier… et assenna un violent coup de son bouclier au double d'Ulrich en face de lui, qui fut dévirtualisé. L'Ulrich restant prit son sabre à deux mains, mais son coup rencontra le glaive de Gladiator. Un second coup finit dans le bouclier. Gladiator en profita pour frapper Ulrich de son glaive. Dévirtualisé. Odd avait tiré trois flèches, dont une était passée alors qu'il frappait Ulrich, mais cela semblait insuffisant contre le monstre. Gladiator chargea alors les deux terriens. Qui bien sûr, ne tentèrent pas de faire face! Ils coururent, chacun de son côté. Même s'ils étaient moins rapides qu'Ulrich, ils étaient plus rapide que le monstre armuré! Yumi, suffisament éloignée du colosse, lança son éventail. Bloqué dans le bouclier. Le colosse, à son tour, lança son redoutable glaive. Yumi ne bougea pas… Mais utilisa sa télékynésie. Et au lieu de la frapper, le glaive se glissa tranquillement dans sa main. C'était le tournant du combat. Elle prit le glaive à deux mains et chargea. Le colosse parvenait à bloquer dans son bouclier, mais Odd en profita pour loger une superbe flèche dans un des trous du casque. Le guerrier recula et arracha son casque. Il eu tort: il reçut en pleine tête l'évantail que Yumi venait de ramasser. Affaibli, il ne pû éviter un coup foudroyant de son propre glaive. Il fut dévirtualisé.
"Deuxième victoire de l'équipe terrienne, qui montre ses fantastiques ressources: le surprennant pouvoir de Yumi a sauvé l'équipe d'une cinglante défaite. L'équipe terrienne montre également la victoire d'une équipe coordonnée sur un guerrier solitaire, bien que largement plus puissant que chacun des trois amis. Tous nos encouragements aux terriens!"

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 9 novembre 2004



"Bon, allez, on a l'habitude maintenant! s'enthousiasma Odd.
-Mais jusqu'ici on était à trois contre un, s'alarma Urich. Cette fois, on sera à trois contre deux. Et on dit qu'ils sont très efficaces en équipe.
-Nous aussi, fit Yumi. On vaincra."
Nos amis se retrouvèrent face à deux êtres très fins, métalisés. Mauvais, pensèrent Odd et Yumi. On va avoir du mal à les toucher… Ulrich décida d'emblée, de se multiplier. Les deux êtres partirent chacun d'un côté. Deux Ulrich partirent vers l'un, le dernier vers l'autre. Celui-ci se retourna et fonça. L'Ulrich qui se trouvait seul tenta un coup de sabre… mais il fut immédiatement dévirtualisé d'un coup du pied affuté comme une épée. Yumi et Odd ouvrirent le feu sur le deuxième, mais il esquiva, et ce fut tout juste si les deux Ulrich ne furent pas touchés. Les deux êtres coururent alors pour être à nouveau côte à côte. Cette fois, les terriens attaquèrent tous quatre (dont le double), de front. L'un des deux êtres fit face, l'autre bondit derrière eux. Mais ils ne firent pas attention, comme s'ils ne s'interessaient pas ou double. Assiègé, l'être filiforme parvint à dévirtualiser le double d'Ulrich, mais se prit plusieurs coups de sabre. Le second s'apprêta à lancer un coup magistral à Yumi… mais fut arrêté par une flèche de Odd. Celui-ci s'éait servi de sa précognition pour anticiper et savait où tirer. Le plus affaibli des deux êtres rejoignit alors son frère… et ils fusionèrent! Mais Odd réussi à leur tirer encore des flèches. L'étrange structure à quatre bras tenta de l'attraper, mais il se montrait bien trop rapide. Ulrich et Yumi attaquèrent alors simultanément. Imparable. Les deux êtres furent dévirtualisés ensemble.
"Les terriens maîtrisent décidément le travail d'équipe! Encore une fois, ils gagnent, et sont tous les trois à l'arrivée!"

Le combat suivant fut plus ardu. Nos amis eurent fort à faire face à une dizaine de créatures ressemblant à des lions. Yumi n'en avait effacé qu'un quand elle fut dévirtualisée, les autres étant seulement affaiblis. Ulrich avait eu à peine plus de succès, parvenant à en achever trois blessés par Yumi mais Odd avait pu tirer une flèche dans la gueule de l'un d'eux, et découvrit que cela suffisait à les dévirtualiser. Quand il se retrouva seul face aux cinq lions restants, il eut bien du mal! Mais heureusement, certains avaient été affaiblis par l'éventail de Yumi ou le sabre d'Ulrich. Odd parvint à leur tirer à chacun une flèche dans la gueule. Mais il finit le combat avec zéro flèche et dix points de vie!
"Victoire de justesse de l'équipe terrienne! Nous avons tremblé pour eux jusqu'à la dernière seconde! Espèrons toutefois qu'ils ont encore de la réserve! Il leur en faudra pour la finale!"

Il y eut, avant la finale, un match contre un être qui se divisait en une multitude de petites chauves-souris maléfiques. Les flèches d'Odd se perdirent, mais Ulrich et ses doubles les tenaient à distance. Yumi, après un temps d'observation, parvint à comprendre la logique de leur vol, qui était très coordonné. Elle parvint donc à éclaircir largement leurs rangs en trois lancers d'éventail! Ulrich et Yumi finirent donc facilement le combat après dévirtualisation de Odd et des doubles d'Ulrich.
"Toujours le tandem fatal de l'équipe terrienne! Regardez cette coordination dans les mouvements! Même les plus parfaits des robots ne sont pas capbles d'une telle synchronisation!"

Cette fois c'était la finale, contre le célèbre Hystérésis. Il se présentait comme un colosse armé d'une grosse massue. Il se dirigea lentement et tranquillement vers nos héros. Odd et Yumi tirèrent. Mais il para les deux tirs de sa massue. Yumi récupèra son éventail par télékynésie. Ulrich se mutiplia et attaqua en triangulaire. Hystérésis subit des dégâts, mais il parvint à stopper la ronde d'un coup de massue. Deux Ulrich furent pulvérisés. Le dernier affroncta directement le champion. Qui le désarma en envoyant son sabre au loin, puis le dévirtualisa. Yumi avait pu le toucher de son éventail, mais elle aussi fut rapidement vaicue au corps-à-corps. Odd avait profité de toutes les opportunités pour tirer ses flèches… mais là il se retrouvait à court, alors que le champion n'avait plus qu'une fraction de ses points de vie… Le champion attaquait, mais Odd esquivait toutes les attaques.
"Nous voici à un tournant. Il ne reste plus qu'un seul des terriens, face à adversaire redoutable, mais auquel il ne reste plus beacoup de points de vie. Le terrien a-t-il encore une ou deux flèches en stock?"
Odd entendait les encouragements du public, mais cela ne changeait rien. Comment pouvait-il vaincre sans flèches?
"Odd, surtout n'abandonne pas! dit la voix de Ringmeister dans les oreilles d'Odd. Continue d'esquiver, tu peux vaincre!"
Odd se demandait comment le seul fait d'éviter les coups pouvait le faire gagner si lui-même ne pouvait en porter. En fait, Ringmeister comptait le recharger en flèches après quelques minutes de suspense. Car c'était bien ce que le public désirait: voir le champion battu par les challengers.
Odd, lui, réfléchissait au combat et non à l'audimat. Il bondissait autour d'Hystérésis, le rendant fou à esquiver ses puissants coups de massue. Soudain, il vit une opportunité: il bondit sur la tête du guerrier! Celui-ci porta un violent coup de massue… sur sa propre tête! Dévirtualisé pour le coup. Les spectateurs hurlent de joie.
"Fantastique! Les terriens ont gagné la finale. Mais vaicront-ils dans le match supplémentaire?"
Odd vit ses amis réapparaître.
"Hé, c'était pas dans le contrat, ça!
-C'est encore plus drôle comme ça. Bonne chance." fit Ringmeister.
Un être portant une armure hérissée de pics fit son armure. Ses deux bras étaient de longues lames. Yumi et Odd tirèrent. D'une lame, l'étrange être détourna la flèche d'Odd. Quand au disque de Yumi, il lui fut carrément renvoyé à vitesse doublée. Heureusement, elle put le rattraper par télékynésie. L'être métallique chargea alors. Ulrich et ses doubles tentèrent de le combattre à l'escrime. Mais il était bien trop rapide. Ils tentèrent ta triangulaire. Mais il était bien trop rapide: il tournait sur lui même pour parer chaque coup. Ulrich et ses doubles finirent par être dévirtualisés, car il parvint finalement à frapper plus vite qu'eux. Yumi et Odd reprirent leur bombardement. Mais le truc armuré esquivait élégament par des sauts périlleux et autres mouvements gymnastiques. Au cours d'un tour sur lui-même, il tira deux pointes aiguisées. Odd et Yumi ne purent les éviter.

"On est où, cette fois?
-Ne vous inquiètez pas. Vous avez gagné."
Ils étaient encore une fois sortis de scaners différents. Ringmeister les attendait.
"C'était quoi, ce fou furieux?
-C'est l'autoritant. Il combat toujours le vainqueur du tournoi. En étant invincible, bien sûr. Mais le public le sait. Ce qu'il veut, c'est que la bagarre ait du style. On s'est dit que ce serait encore mieux si vous ignoriez les règles.
-Et pour Aëlita?
-Vous verrez cela avec l'autoritant. Mais d'abord, il y a quelques personnes qui vous attendent."
Ils suivirent l'extraterrestre en râlant (surtout Odd). Il les fit entrer dans une salle où des dizaines d'extraterrestres de toute formes les attendaient.
"Messieurs [pas de différents genres dans leur language], vos vainqueurs!"
Un colosse se dirigea vers eux. Ils n'étaient pas rassurés. Le colosse souleva Odd entre ses deux larges mains.
"Voici donc celui que je n'arrivais pas à attraper sur Lyoko! Et ici?"
Il lança Odd au milieu des autres êtres. Qui le rattrapèrent sans trop qu'il soit sonné.
"Doucement messieurs, les corps terriens ne sont pas très résistants.
-Bien sûr, mais on tenait tout de même à leur rendre hommage."
Yumi et Ulrich furent soulevés par deux guerriers. Ils comprirent qu'on n'en voulait pas à leurs vies, mais qu'on les portait en triomphe. Les champions défaits n'avaient aucune rancune. Ils estimaient très flatteur qu'on ait été cherché des champions d'une autre galaxie pour les vaincre. Après quelques minutes, Ringmeister les invita à le suivre. Ils allèrent jusqu'à une porte que Ringmeister les invita à franchir, en précisant que lui-même n'en avait pas le droit. Il entrèrent. Devant eux se trouvait une salle bourrée d'écrans, avec quelques sièges. Des soldats avec de superbes uniformes entouraient le poste principal. Le reptiloïde qui y siégeait se tourna vers les trois terriens. Trois sièges se déplacèrent vers eux. Quand ils s'y placèrent, les sièges modifièrent leur forme pour mieux s'adapter à la morphologie des terriens.
"Bienvenue, terriens. Je suis l'autoritant. Je suppose qu'on vous a parlé de moi?"
Les trois amis hochèrent la tête.
"Je tenais à vous dire que je suis profondément choqué par la pression que Ringmeister a appliqué sur vous. Je trouvais déjà odieux de vous avoir fait croire que la terre était vraiment en danger. Et aujourd'hui j'apprend qu'il a récidivé, vous disant que votre amie ne serait matérialisée que si vous gagniez le tournoi, et même que vous ne retourneriez sur Terre que si vous acceptiez d'y participer!
-Vous allez matérialiser Aëlita maintenant?
-Nous l'aurions fait même si vous aviez refusé de participer au tournoi. Et je pense également que nous aurions dû vous dire dès le début que ce n'était qu'un jeu.
-Eh bien déjà qu'on apprend qu'en fait tout était truqué, si on avait su, on n'aurait même plus été des héros.
-C'est exact, mais songez que même si vous devrez le cacher toute votre vie, vous avez été les premiers terriens à aller aussi loin dans l'espace! Un exploit des milliers de fois supérieur à celui de Gargarine!
-Eh bien, vous connaissez bien notre planête.
-La notre est si ennuyeuse… Je dois vous féliciter pour votre performance lors de notre combat. Ce fut superbe.
-Mais vous étiez bien plus fort.
-Mais non, l'ordinateur me rendait invincible. C'est pour la beauté du combat qu'on le fait. Et vous êtes des adversaires qui se battent avec style, le public a adoré.
-Je ne trouve pas ce genre de spectacle très intelligent, protesta Yumi.
-Yumi, sur notre planête on avait des gladiateurs.
-On s'en est inspiré, c'est vrai. Mais la cruauté en moins, théoriquement.
-Théoriquement?
-Je crains que ces spectacles conserveraient leur succès avec des mises à mort réelles. Mais au moins dans notre monde, on ne peut nous reprocher de regarder ce genre de spectacle alors que certains meurent de faim.
-Cela n'existe pas chez vous?
-Non. On s'occupe d'abord de donner le nécessaire à chacun, ensuite d'organiser les jeux. Vous avez dû remarquer à quel point les robots étaient omniprésents. En fait, à peu près toutes les personnes qui travaillent pourraient être remplacées par des robots. En particulier dans l'armée, c'est pour l'honneur qu'ils s'engagent, mais en fait ça ne sert à rien. On a des soldats qui passent leur temps à s'entraîner pour amuser la galerie, mais si on avait des ennemis vraiment dangereux, on produirait dans nos usines des millions de vaisseaux automatisés. Enfin… Assez parlé de notre monde, je ne crois pas qu'il vous intéresse beaucoup. Vous voulez parler de la matérialisation d'Aëlita, n'est-ce pas?
-Vous allez le faire?
-Même si je ne voulais pas, je ne pourrais pas vous en empêcher! Une dizaine de laboratoires privés se proposent de le faire. Je ne pourrais pas vous en empêcher, même en invoquant l'interdiction d'expédier nos technologies sur Terre… Vous savez, je ne suis pas tout-puissant: je ne peux en aucun cas faire le contraire de ce que souhaite mon peuple. Et vu votre popularité, je ne peux rien vous refuser! De toute façon, j'avais prévu depuis longtemps d'autoriser les laboratoires les plus avancés de notre planète à le faire. Je crois que c'est prudent, je ne veux pas risquer que votre amie ait un défaut dans sa structure génétique…
-Et quand sera-t-elle matérialisée?
-Eh bien, cela risque d'être plus long que vous l'imaginez. Nous n'avons jamais fait quelque chose de ce genre, et en plus il s'agit d'une espèce autre que la notre. Enfin… Professeur Folium?"
Un hologramme apparut.
"Mes salutations, autoritant. Bonjour, petits terriens. Je vous remercie tous de m'avoir fait confiance en me confiant ce projet.
-Folium, combien de temps vous faudra-t-il pour ce travail?
-En années terrestres? Disons 4 ou 5.
-Quoi?
-Je vais maintenant désactiver cette communication. Je fixe cet instant comme référence, annonça Folium.
-Bien reçu, répondit l'autoritant. Ne bougez pas les enfants." dit-il en se levant. Les soldats le suivirent, et ils sortirent de la salle. Ils firent signe aux adolescents de ne pas les suivre.
"Pas trop attendu? demanda l'hologramme du proffesseur Folium. Moi si.
-Pourquoi sont-ils sortis? demanda Ulrich.
-Pour éviter le paradoxe temporel. Ce projet est si complexe qu'il a nécessité 6 années terriennes de travail, et souvent l'autoritant a dû intervenir pour certains choix majeurs.
-Mais nous n'allons pas rester sur votre planête 6 ans! protesta Odd.
-Vous ne comprenez pas… cette transmission vient du futur. Je vais vous expliquer quelques détails, puis je vous transferre votre amie.
-C'était si compliqué? Jérémie avait réussi en quelques mois…
-Oh, nous avons vu son travail. Remarquable. Très impressionant, cette matrice permettant de passer du binaire au quaternaire génétique. Mais comme on a dû vous l'expliquer, cette Aëlita n'était pas viable: XANA devait s'occuper en permanence de corriger les altérations provoquées par son contact avec le monde réel. Et puis elle avait le programme de désactivation des tours dans son code génétique! Non, l'Aëlita que nous avons fabriqué a, elle, un code génétique vraissemblable pour une humaine.
-Vous connaissez bien les humains dis donc!
-Eh, nous vous avons découvert il y a 20 000 de vos années! Et une civilisation capable de voyager dans l'infini est forcément avancée en biologie aussi, tout de même. Eh oui, on a analysé tout votre code génétique. Au fait, je crois que vous êtes en train de commencer à le faire aussi?
-Oui, mais je pensais qu'on avait presque fini, dit Yumi.
-Oh croyez-moi, fit Folium, vous avez encore des siècles de passionantes recherches devant vous. Bon, nous avons dû faire quelques choix quand à la constitution d'Aëlita. Nottament, nous lui avons teint les cheveux en rose et donné des lentilles de contact de la même couleur, mais elle sera naturellement blonde, et ses yeux verts.
-Effectivement, ce n'est pas tout à fait celle que nous connaissons…
-Mais nous ne pouvions pas nous permettre de lui donner des caractéristiques qui la feraient remarquer… Ah, nous sommes désolé, mais comme nous serons jamais sûr à 100% qu'elle a un génôme parfaitement identique à ce que pourrait être une vraie humaine…
-Oui?
-Nous avons placé des sécurités: Aëlita est stérile sans aucun recours possible. Et comme nous connaissons les limites de la science terrienne, inutile de chercher: les biologistes terriens ne pourront pas remédier à ce que nous avons fait avant 200 ans. D'ailleurs, comme nous savons que vous progressez en la matière, nous nous sommes même assurés que si quelqu'un tentait de la cloner, l'embryon clonique ne serait viable en aucun cas.
-Mais elle est normale?
-Si les scientifiques terriens la scrutaient, ils ne trouveraient pas ses particularités. Nous, on pourrait toujours les voir. D'ailleurs avec les mécanisme de sécurité anti-clonage, elle n'aurait pû se dévellopper hors d'un de nos cylindres de maturation! Mais sinon, aucun problême, elle peut espèrer vivre environ 100 ans, avec bien sûr un affaiblissement au bout d'un certain âge… L'autoritant a insisté pour que nous n'amélirions strictement rien par rapport à une humaine normale. Nous l'avons faite non myope, mais pas avec une vision surhumaine, par exemple. Vous comprenez que ça ait mis 6 ans.
-Euh… Et quels souvenirs a-t-elle?
-Ah oui, sa mémoire… Là c'est encore plus compliqué…"

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 10 novembre 2004



Parce que pendant ce temps, sur Terre, les doubles de Yumi, Odd et Ulrich avaient eux aussi des missions à remplir. Pour les doubles d'Ulrich et Odd, il fallait opèrer dans les dortoirs du collège.
"C'est pas un peu incorrect ce qu'on fait là?
-S'introduire dans le dortoir des filles? Absolument. Même si ce n'est pas pour les mêmes raisons que celles qui pourraient pousser des garçons normaux à le faire.
-Non, ce n'est pas à nous que l'idée viendrait!"
Les yeux des agents extraterrestres se mirent à clignoter à cette idée - leur manière d'éclater de rire.
"Franchement, on va quand même fouiller dans ce qu'elle ont de plus intime.
-Exact. C'est vrai que scanner les cerveau d'une vintaine de gamines pour un motif aussi futile… Heureusement qu'on a installé un émetteur qui maintiendra tous les terriens à proximité endormis, parce que si les terriens apprennaient comme on fouille jusque dans leurs esprits pour nos scientifiques…"
Effectivement, scanner les cerveaux d'un dortoir de filles semblait un peu douteux selon leur éthique. Mais c'était la solution la plus simple trouvée à ce problème: comment faire pour doter Aëlita de toutes les connaissances que doit avoir une fille normale de cet âge… Donc ils allaient scanner les cerveaux de toutes ces filles, et envoyer le tout aux scientifiques de leur planête, qui compilerait tout le savoir collectif. Résultat: quand elle arriverait sur Terre, Aëlita saurait aussi bien à quoi s'attendre puisqu'elle approchait la puberté que les derniers potins sur les acteurs qui faisaient délirer toutes les ados.

La mission du double de Yumi était d'un certain point de vue, un peu moins immorale.
"Franchement, Yumi, ça se fait pas ce qu'on fait.
-Quoi?
-Eh bien envoyer le fichier Aëlita de XANA aux ordis de ta planête pour qu'ils la matérialisent, je suis pour. Créer un état civil à Aëlita, c'est très bien. Lui donner de faux parents décèdés, pas de problême. Mais pirater les ordis de banques pour lui verser de l'argent sur un compte - soit-disant hérité de ses parents - c'est du vol. Et puis en plus, 100 000 euros suffiraient. Franchement 10 millions…
-Il y a largement assez sur ces comptes.
-Mais pourquoi voler sur des comptes au lieu de créer de l'argent?
-Ah non, ça ce serait du faux-monayage.
-Mais là c'est du vol.
-Tu as vu les compte sur lesquels je les vole?
-Bill Gates? La famille Walton? [propriétaires de la chaîne Wal-Mart, la plus riche famille des USA]
-Ce ne serait pas un grand crime… Mais là il s'agit de compte de barons colombiens de la drogue… de triades…
-Effectivement, c'est plutôt du blanchiment…
-Pour une fois que cet argent servira une bonne cause… Et tu note que je paye les droits de succession puisqu'il s'agit d'un héritage de parents qui viennent de mourir… Bon, plus qu'à s'occuper de l'achat d'une maison proche du collège."

------------------------------------------

Ecrit par Nicoluve, le 14 novembre 2004



"Ah d'accord.
-Pour l'intelligence, l'autoritant a dû batailler ferme pour m'empêcher de lui donner 500 de QI, mais elle sera tout de même largement assez douée pour que Jérémie trouve qu'elle a de la répartie.
-D'accord. Mais maintenant… on peut repartir sur Terre?
-Ah, pour cela, demandez à l'autoritant. Adieu."
Le visage du scientifique s'effaça. Un cylindre dans la pièce devint lumineux. Une minute plus tard, Aëlita en sortait. Immédiatement après, nos amis se jetèrent sur elle pour l'étreindre. Ce ne fut qu'un quart d'heure plus tard que l'autoritant entra à nouveau.
"Alors, satisfaits?
-Très. Et impatients de la ramener sur Terre!
-Bien sûr. Mais vous n'aller pas quitter notre planète sans avoir fait un peu de tourisme? Ah, au fait, est-ce que mon français est correct? J'avais un adouciceur de voix actif, mais pas de traducteur.
-Vous parlez un français impeccable.
-Merci. Maintenant nous savons qu'il y a au moins une langue que nous parlons correctement s'il faut communiquer avec vous. Donc, on l'utilisera à l'ONU si on a un jour besoin de révèler notre existance."
Un ambassadeur a droit à deux langues pour s'exprimer à l'ONU: anglais ou français. Et les extraterrestres dont les terriens ignoraient l'existence savaient même ça…

Nos héros rencontrèrent quelques groupes de fans, mais ils ne raffolaient pas de ce genre de rencontres. Les paysages de cete planète était impressionants, mais semblaient aussi iréels qu'un jeu vidéo. La Terre leur manquait. Mais ils accept§rent quand même d'aller dans un magasin voir si des objets de cet planète les interressaient.
"Venez mesdemoiselles, nous allons vous montrer nos produits de beauté.
-Ca ne m'interesse pas, répondit sèchement Yumi.
-Oh si, viens, apprend-moi à utiliser ces choses-là! Moi aussi je suis une fille." supplia Aëlita.
Yumi la suivit en trainant des pieds.
"Ah, enfin débarassés, fit un ET. Heureusement qu'on a pu envoyer un message dans le traducteur d'Aëlita pout lui dire de jouer le jeu.
-Pourquoi teniez-vous à nous séparer? demanda Ulrich.
-Eh bien, parce qu'on pensait que si tu voulais offrir un cadeau à ton amie, il vaut mieux lui faire la surprise, explica Speasm, leur guide.
-Mais qui vous dit… Mais comment vous savez… Enfin qu'est-ce qui vous fait croire que… bégaya Ulrich, alors que Odd pouffait de rire.
-Oh, c'est assez simple. On a un cardio-fréquencemètre dans le scanner, pour s'assurer que vous ne risquez rien. Alors si on regarde l'action avec en sous-titrage ta fréquence cardiaque… Eh bien franchement quand on voit le pic quand Yumi est attaquée… C'est assez clair. Même l'intelligence artificielle de XANA avait réussi ce diagnotic.
-Ca va, ça va, l'interrompit Ulrich.
-Nous avons pensé qu'elle pourrait aimer quelque chose de ce genre."
Ils ouvrirent un coffre dans lequel se trouvaient de multiples bijoux, argentés ou dorés.
"Euh… de quoi s'agit-il? Je veux dire, comment les avez-vous fait? questionna Ulrich.
-Oh, je comprend la question. Chez nous, la fabrication d'or, platine, diamants ou saphirs est simplissime. En fait, ces bijoux ne sont pas plus précieux pour nous que les mêmes en plastique chez vous. Des bijoux vraiment précieux pour nous réclamment l'utilisation de matériaux absolument inédits sur Terre. Donc, on ne peut vous offrir que des objes de ce type. Oh si vous voulez une autre forme, on peut voux le produire en quelques minutes.
-Celui-ci est superbe."
Ulrich venait de voir un pendentif représentant l'idéogramme en alphabet Kenji signifiant "Yumi", un U gothique, et un cœur percé d'une flèche.
"Rien d'autre?
-Je ne voudrais pas abuser… fit Ulrich timidemant.
-Vu ce que votre participation a rapporté aux chaînes d'holovision retransmettant le compétition, on pourrait vous offrir un vaisseau.
-Merci, ça ira, trancha Odd.
-Sinon, on peut vous apprendre le programme scolaire de vos trois prochaines années par hypnose. Vous aurez 20/20 à tous vos futurs contrôles sans travailler.
-Non, je me sentirais mal à l'aise en premier de la classe." conclut Odd.

"Voulez-vous rencontrer les créateurs de votre univers virtuel avant de partir?
-Oh oui! On peut rencontrer les créateurs d'Aëlita? demanda Yumi.
-Mais ce n'est pas un de nos scientifiques qui a créé Aëlita. C'est votre Jérémie.
-Quoi?! fit Ulrich.
-En fait, quand Jérémie a commencé à essayer d'utiliser les ordinateurs, son esprit a été analysé… Et XANA a programmé Aëlita à l'image de ses fantasmes. Vous voulez rencontrer le programmeur qui a doté XANA de cette fonction?
-Non, ça ira. Il comprendra que XANA ne soit pas un bon souvenir pour nous." répondit Aëlita.

Bien sûr, Ulrich ne comptait offrir le cadeau à Yumi qu'une fois revenus sur Terre. Le vaisseau interstellaire était hi-tech, élégant, propre, lumineux, imposant, confortable, mais surement pas romantique. Même s'ils avaient reproduit un jardin par simulation holographique, Ulrich se sentait incapable de dire à Yumi qu'il l'aimait alors qu'ils fonçaient à plus que la vitesse de la lumière à travers le vide. Quand on regardait par les hubleaux, pas d'étoiles… Juste le noir. La lumière ne pouvait pas leur parvenir, prisonniers qu'ils étaient dans une bulle de distortion de l'espace-temps.
Le voyage du retour fut sans histoire. Le commandant de bord était le commandant Astroïde, comme à l'aller. Mais cette fois, ils allèrent jusqu'au système Solaire.
"Bien sûr, il faut tenir compte de la position de Pluton. Vous croyez à l'astrologie, les enfants?
-Pas vraiment" fit Yumi.
"Ils ne croient quand même pas à ses conneries avec leur niveau scientifique?"
"Nous non plus. Mais quand on pilote un vaisseau dans le système Solaire, il vaut mieux faire attention aux mouvements des planètes. Pas parce qu'elles influencent nos amours, mais parce qu'il vaut mieux éviter de les percuter."
Le vaisseau interstellaire se posa sur une station spatiale sur Sedna.
"Nous sommes sur une planète du système Solaire? demanda Odd.
-Vos scientifiques ne sont pas d'accord sur cette question!
-Comment ça? demanda Yumi.
-Eh bien, quand ils ont découvert ce corps orbitant autour du Soleil, ils se sont demandés s'ils devaient considèrer que c'était une planète… ou considèrer que Pluton n'en est pas une. En ce qui nous concerne, cette base peut être démontée en quelques heures parce que vous pourriez avoir envie d'y envoyer une sonde un jour où l'autre. Il y a quelques-uns de vos siècles, nous avions une base sur la face cachée de votre Lune. Quand vous avez commencé à avoir des télescopes, on a déménagé ici.
-Au fait, vous savez qu'on a envoyé une sonde avec un message à votre attention? dit Ulrich.
-Bien sûr! Comme on vous espionne, on connaît bien le contenu du message. Mais les touristes qui visitent le système Solaire dans des vaisseaux furtifs peuvent le contempler, on n'y a pas touché.
-C'est ça qui est énervant avec vous, vous avez toujours une solution pour tout! s'énerva Yumi.
-Oui, nous-mêmes on finit par s'ennuyer. C'est pour ça qu'on a créé ce monde virtuel: voir un monde où l'illusion d'imprévu existait.
-Alors que nous ce qu'on y aimait c'est que contrairement à la Terre, on pouvait y résoudre tous les problêmes, rêva tout haut Odd.
-Eh oui. Venez, un vaisseau nous attend. Ne vous inquiètez pas, ce vaisseau est indétectable: on va rembarquer jusqu'au dernier transistor de XANA sans se faire repèrer."

Ce fut fait en quelques heures: Nos amis furent ramenés sur Terre, les doubles furent effacés (ce n'étaient que des programmes informatiques matérialisés, expliqua Astroïde), et le vaisseau emmena toutes les traces du supercalculateur. Mêmes les traducteurs, nos amis les avaient rendus. Les ET ne demeuraient plus que dans leurs souvenirs. Ulrich, Odd et Yumi étaient impatients de revoir leurs proches, et puis ils voulaient laisser Jérémie et Aëlita savourer leurs retrouvailles. Mais ils devaient quand même poser quelques question.
"Jérémie, nos doubles n'ont pas fait de bétises? demanda Yumi
-Non, tout va bien. Ils ont été parfaits. Tes parents t'ont trouvée très sage en ce moment, Yumi.
-Jérémie, je n'aime pas ce ton, protesta Ulrich. Tu nous cache quelque chose.
-Eh bien, voilà: les doubles d'Ulrich et Odd ont fait du zèle aux dernier contrôle de maths. Alors si vous avez moins de 16 au prochain, la prof va être très déçue… ou croire que vous avez triché à celui-là… Ah oui, le double d'Ulrich est bien trop poli… Il n'a pas osé refusé un rencart à Sissi… Demain dans sa chambre à 18 heures, Ulrich."

FIN